Qui est en ligne ?
Sur Discord, en ce moment.



 
Le Deal du moment :
HETP [Noire et Rouge HX-Y8] Batterie Externe 25800mah
Voir le deal
21.95 €

Partagez
 

 A night to remember

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember - Page 2 Vote_lcap14/30A night to remember - Page 2 160125120054759347  (14/30)

A night to remember - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember - Page 2 Icon_minitimeJeu 23 Juil - 10:23

Mais bien sûr... Esteban aurait pu faire remarquer à Luisa qu'elle ne pouvait plus lui mentir sur ce genre de détails : il était devenu trop rapide pour qu'elle parvienne à le duper. Et il l'avait vue zigzaguer. Au-delà de ses perceptions nouvelles, elle appuyait un peu trop fort sur son bras pour que cela soit innocent et il était couramment obligé de corriger leur trajectoire.

Il aurait pu lui dire tout cela, oui, mais ça n'aurait servi à rien. Elle tirait ce genre de tête qui laissait entendre que toute forme de négociation était exclue (... et non, l'expression caractéristique qu'elle arborait n'avait absolument rien de semblable à ses propres moues de contrariété. D'ailleurs, il ne tirait jamais de moues de contrariété. Après tout il ne s'était jamais vu faire).

Esteban glissa les yeux sur le côté, désabusé, et il se contenta de soupirer très fort. Cette seconde partie de soirée allait lui sembler très longue.

... Et plus encore si Luisa essayait de le traîner sur une quelconque piste de danse. Mais sa tante savait déjà comment ça allait se passer : elle aurait beau insister, la réponse serait toujours la même. Non, il ne dansait pas. Et non, il ne danserait pas "un jour". Ni une nuit. Ni jamais. Ce n'était tout simplement pas son truc.

Il grinça des dents et lui jeta un regard incendiaire (autant dire qu'avec son actuel maquillage, l'effet n'en était que plus probant. Même si ça n'impressionnerait jamais Luisa).

"Baisse d'un ton, tu veux ? Ce n'est plus juste les vampires qui vont entendre ce que tu racontes à ce rythme..."

Un temps d'arrêt. Puis il se sentit obligé de repréciser, au cas où elle aurait pris son absence de réponse pour une victoire :

"Et non. Je ne danserai jamais, fais-toi une faveur et ôte toi cette idée de la tête."

Vint ce moment où ils se foncèrent dedans accidentellement, parce qu'Esteban s'était brutalement retourné afin que le camarade dont il avait repéré le visage et la silhouette n'ait aucune chance de le reconnaître.

Il faillit faire une syncope (non) lorsqu'il vit Luisa se retourner pour chercher du regard ledit camarade. Esteban leva les yeux au ciel et se plaça devant sa tante, posant ses deux mains sur les bras de son interlocutrice. Avec un peu de chance on penserait encore qu'ils étaient en train de... faire des choses bizarres.

Que Dieu les garde (ou pas, dans son cas personnel).

Il lui chuchota à l'oreille :

"Essaie d'être discrète, par pitié..."

Elle chuchota aussi, mais beaucoup trop fort, et sur un ton beaucoup trop suspect, ce qui amena Esteban à serrer très fort les dents pour la seconde fois en trop peu de temps : il allait finir par se luxer la mâchoire.

"Essaie encore.. !"

Mais elle était déjà en train de le traîner derrière elle, ce qui était peut-être la meilleure chose qui pouvait arriver. Ils tournèrent pour arriver dans une rue plus calme, moins exposée, mais toujours relativement lumineuse et fréquentée. Esteban s'y sentait plus à l'aise que sur l'artère principale, même si un coup d’œil circulaire lui permit de savoir que ce n'était toujours pas ici qu'il allait trouver son bonheur...

"... C'est qu'il y a des heures de pointe, ou c'est juste que nous n'avons absolument pas de chance ?"

C'était aussi que beaucoup des rencontres telles que celle qu'il cherchait à faire avaient lieu dans les petites ruelles qu'il se refusait à visiter. Mais la bonne réponse était globalement un mix de tout cela : l'heure n'était pas idéale ET ils n'avaient vraiment pas de chance.

Ils se firent arrêter relativement brutalement par un inconnu haut en couleur qui surgit devant eux depuis le côté de la rue.

"Heeeey salut les jeunes. Comment ça va ?"

Esteban était sur les nerfs et cette interruption bruyante n'avait rien arrangé. Il eut un mouvement de recul. Les yeux grand ouverts, les pupilles étrécies, il dévoila ses crocs et émit ce qui ressemblait à s'y méprendre à un feulement de chat.

"Houlà, l'ami... On est sur les nerfs à ce que je vois ? Ça irait peut-être mieux après une petite veine ou deux ? Plutôt que de vous embêter à chercher, pourquoi est-ce que vous ne regarderiez pas ici ? C'est cosy, confortable, confidentiel, et c'est pas cher. Nos hôtes sont parmi les plus appréciés du quartier, et y en a pour tous les goûts... Alors ?"

Esteban n'était pas vraiment en état de répondre. Il avait mis sa main devant sa bouche et il fixait le vide avec un air choqué. Il venait vraiment de faire ça ? Il venait vraiment de montrer les crocs à un inconnu, de lui cracher dessus comme l'aurait fait une bête sauvage ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Luisa Selva Moreno
Normes
Luisa Selva Moreno

Identification
Emploi: Gérante d'entreprises
Age apparent: 38 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember - Page 2 Vote_lcap17/30A night to remember - Page 2 160125120054759347  (17/30)

A night to remember - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember - Page 2 Icon_minitimeJeu 23 Juil - 14:44

Esteban tentait de lui jeter un regard noir pour qu'elle se calme. Luisa n'était déjà pas impressionnée par ces derniers dans son état normal, alors après 4 shots de tequila à la suite sans rien avoir mangé depuis des heures... Elle se contenta de le regarder, haussant un sourcil, clairement amusée. Elle était à deux doigt de lui faire un "Ouuuuuuh j'ai peuuuuur" bien senti, mais elle se retint de justesse. Ou alors, était-ce la prise de parole de son neveu qui l'avait retenue ? Impossible de le savoir clairement. Ce qu'elle savait, par contre, c'était que son neveu n'était qu'un sale rabat-joie ! Elle fit la moue en lui répondant, non sans s'approcher de son oreille pour murmurer très bas.

"Comme si t'étais le seul vampire latino du coin qui n'aime pas danser... Relax Tebi, ça va le faire !"

Se remettant à une distance convenable, Luisa continua de scruter la foule avec attention. A la seconde réflexion d'Esteban sur la danse, elle se contenta de lever une main en forme de bec, qu'elle ouvrit et ferma à plusieurs reprises. Le message était clair : blablabla, cause toujours. Oh, elle savait que son filleul ne danserait jamais de son plein gré et dans son état normal. Mais elle n'avait jamais dit que le jour où cela arriverait il correspondrait à l'une ou l'autre de ces caractéristiques.

La discussion s'arrêta là alors qu'Esteban tournait violemment sur lui-même (entraînant sa tante avec lui qui, ne réalisant pas assez vite, se l'était pris en pleine face) car il venait de voir un de ses camarades de classe. La curiosité eut raison du peu de prudence qu'il restait à la mexicaine alcoolisée, qui se mit à tourner la tête pour essayer de repérer l'étudiant. Chose qu'elle était bien entendu incapable de faire. La demande d'Esteban quand à sa discrétion fut entendue, mais vraisemblablement pas assez à son goût, puisqu'elle ne chuchotait pas de la manière qu'il aurait aimé. A sa remarque, elle se tourna vers lui (alors qu'elle était toujours en train d'avancer pour tourner dans la prochaine rue) et lui tira la langue sans autre forme de cérémonie.

Oui, aussi étrange que tout cela puisse paraître, Luisa avait l'alcool joyeux et était donc invariablement de bonne humeur, malgré leur situation et l'agacement à peine contenu de son neveu.

Ils arrivèrent dans une nouvelle rue, un peu moins peuplée que la première mais avec des personnes toutes aussi occupées. La question d'Esteban la fit hausser les épaules.

"Peut-être un peu des deux... C'est nul."

Nul, nul, nul ! Luisa faisait la moue et avait même lâché le bras de son filleul pour croiser les siens en signe de mécontentement. Ce fut probablement la raison pour laquelle elle fut si heureuse de voir cet énergumène leur sauter dessus. Alors qu'Esteban... feulait (?), Luisa lui adressa un grand sourire, les yeux déjà posés sur le papier qu'il tendait.

Parce qu'elle n'était pas non plus une tante (complètement) indigne, elle avait à nouveau posé une main sur le bras de son neveu pour le calmer. Elle savait qu'il avait réagi instinctivement (et que cela ne se reproduirait pas), mais cela voulait dire qu'il n'était vraiment pas dans de bonnes dispositions. Il était stressé et inquiet. Et cela, elle était capable de s'en rendre compte malgré son taux d'alcoolémie.

...Bon, elle ne faisait pas forcément le lien entre ce dernier et la hausse de stress d'Esteban mais elle faisait ce qu'elle pouvait.

Écoutant les explications, Luisa leva la tête vers le rapporteur, hautement intriguée.

"C'est pas loin ? Il y a des spectacles ?"

Sentant d'avance la réticence du côté de son filleul, elle se tourna vers lui et lui fit les yeux doux, sourire innocent aux lèvres.

"Allez Tebi, dis ouiiiii ! En plus je commence à avoir mal aux pieds avec ces chaussures... On pourra s'asseoir, au moins !"

Elle ajouta, s'approchant pour lui chuchoter (pour de vrai, cette fois) à l'oreille.

"Et puis, tu sais... Plus vite on y sera, plus vite ce sera terminé et plus vite on sera rentrés !"

Dans l'esprit de la cheffe d'entreprise, il était même plus éthique, en un sens, de payer des personnes qui exerçaient ce métier pour garder un toit au-dessus de leur tête, payer leur études ou elle ne savait quoi d'autre que de mordre le premier jeune homme appétissant que l'on pouvait trouver dans la rue. Elle était déjà tellement enthousiasmée par l'idée qu'elle avait commencé à traîner Esteban dans la direction dudit club, sans même attendre son accord (ou l'inverse, d'ailleurs).
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4341-luisa-selva-moreno
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember - Page 2 Vote_lcap14/30A night to remember - Page 2 160125120054759347  (14/30)

A night to remember - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember - Page 2 Icon_minitimeJeu 23 Juil - 16:17

"Comme si t'étais le seul vampire latino du coin qui n'aime pas danser... Relax Tebi, ça va le faire !"

La remarque glissée très bas dans son oreille n'eut pour effet que de lui faire pousser un râle d'agacement proche du grognement. Luisa savait très bien ce qu'il voulait dire. Ce n'était pas parce qu'elle racontait des choses anodines que ça lui donnait le droit de hurler ! Elle allait attirer sur eux plus d'attention qu'ils n'en voulaient. Le but était de trouver quelqu'un qui accepterait de se faire mordre, pas de faire un spectacle de rue. Moins ils se montreraient discrets, plus les chances seraient élevées que quelqu'un reconnaisse Esteban malgré son déguisement.

Il se garda bien de répondre car il avait peur que Luisa oublie de parler dans son oreille. Il ne voulait pas alimenter la discussion tant que les décibels risquaient de monter inopinément. S'ils se disputaient, cela serait le cas plus que de raison.

... Mais tout de même. Il lui fallait faire cette précision, concernant la danse. Il avait peur que Luisa pense avoir gagné. La réaction infantile de la mexicaine lui fit encore lever les yeux au ciel. Pour les raisons déjà énoncées (et parce qu'il savait qu'elle n'allait pas lui lâcher la grappe tant qu'il répliquait), il décida de ne pas réagir plus avant.

Après avoir manqué de se faire repérer par une connaissance de la fac, Esteban se fit traîner par sa tante dans une rue légèrement moins exposée, mais toujours très animée. Cette fois elle ne lui faisait plus le bec de canard, mais elle lui tirait la langue parce qu'il avait encore "osé" lui faire remarquer qu'elle parlait toujours trop fort. Blasé par les gamineries de celle qui avait le double de son âge, il se contenta de lui rendre un regard de mauvaise humeur fatigué.

A ce stade, Esteban voulait juste trouver un volontaire, se nourrir sans qu'on cherche à lui mettre la main dans le pantalon cette fois, si possible, puis rentrer. Le destin semblait vouloir leur mettre des bâtons dans les roues : il n'y avait toujours absolument aucune opportunité à l'horizon. Cela avait au moins le mérite de les mettre d'accord : ce constat semblait ravir Luisa au même degré que lui.

Un homme leur sauta dessus sans prévenir et la réaction d'Esteban fut à la fois trop spontanée et trop exagérée au goût du principal intéressé, qui masquait sa bouche et n'arrivait vraisemblablement pas à se remettre du comportement à peine humain qu'il venait d'adopter. Cela rappela à lui les plus récentes problématiques auxquelles il était confronté et son humeur qui déjà n'était pas fameuse descendit encore de plusieurs crans. Honteux, il fit en sorte de se remettre dans une position plus neutre, moins suspecte, et il laissa Luisa mener la discussion. Il avait dans les yeux ce vide dangereux qu'il ne savait remplir que de dégoût pour lui-même. La main posée sur son bras lui faisait du bien, mais elle ne suffisait pas à compenser entièrement ce qu'il continuait envers et contre tout de traverser.

"Des spectacles ? Pas ce soir... Mais je ne me ferais pas de bile à votre place, nos hôtes sont des petits spectacles à eux tous seuls ! Regardez c'est là ! Les lumières rouges, juste derrière. Il y a des salles séparées pour chaque groupe, beaucoup de choix, et si vous le voulez même une petite touche d'originalité... Le client est roi ! Vous n'allez pas le regretter !"

L'homme montrait une devanture en bois honnêtement plutôt accueillante. On ne voyait pas ce qu'il se passait à l'intérieur faute aux vitres translucides (était-ce du papier de soie ?), mais l'endroit était nimbé dans une lumière tamisée très agréable qui donnait très envie de rentrer.

Esteban ne s'embêta pas à tourner la tête vers Luisa. Il savait déjà ce qu'il allait voir et il savait aussi ce qu'elle allait dire. L'air éteint, il observait le club et réfléchissait. Ce n'était pas une si mauvaise idée, en réalité.

S'ils acceptaient l'offre, il ne serait plus utile de chercher des volontaires pour la morsure. De plus, comme il s'agissait d'un établissement commercial, Esteban et Luisa pourraient faire des demandes spécifiques sans que cela paraisse suspect, et on ne pourrait pas les leur refuser. Les hôtes par ailleurs offraient leur sang pour le travail, et pas forcément pour le plaisir charnel qu'ils pourraient y trouver. Cela lui faisait autant d'assurances de ne pas se faire une nouvelle fois toucher où il n'en avait pas envie.

"Et puis, tu sais... Plus vite on y sera, plus vite ce sera terminé et plus vite on sera rentrés !"

Qui était celle qui prêchait un converti, cette fois ?

Cela dit, Esteban ne se laissa pas entraîner par le mouvement de Luisa. Aurait-elle essayé d'arracher un poteau électrique qu'elle serait arrivée au même résultat. Il lui restait quelque chose à vérifier.

Le regard invariablement morne d'Esteban croisa celui du racoleur et il lui demanda :

"Est-ce que vous avez une piste de danse ?"

Oui. Même dans son actuel état, il continuait de se soucier de ce détail.

"Une piste de... ? Ah ça non, désolé ! On passe de la musique mais c'est pas pour danser. Ou pas pour danser 'comme ça' toujours héhé..."

"Parfait. Je marche. Allons-y."

Sous le regard médusé de l'homme qui ne comprenait pas trop les motivations du vampire, Esteban traîna Luisa jusqu'à la porte d'entrée du club au moins autant qu'elle le traînait.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Luisa Selva Moreno
Normes
Luisa Selva Moreno

Identification
Emploi: Gérante d'entreprises
Age apparent: 38 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember - Page 2 Vote_lcap17/30A night to remember - Page 2 160125120054759347  (17/30)

A night to remember - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember - Page 2 Icon_minitimeJeu 23 Juil - 18:33

Le rabatteur trouver chez Luisa l'oreille attentive qu'il lui fallait : elle l'écoutait religieusement, réagissant à chacune de ses affirmations. Aussi eut-elle l'air très déçue lorsqu'il annonça qu'il n'y avait pas de spectacle ce soir, avant de retrouver son sourire et sa malice à la suite de la phrase et de se tourner dans la direction qu'il avait indiquée, observant la devanture avec un air qui semblait être le parfait opposé de celui de son neveu.

Elle lui parlait, mais il ne paraissait pas l'écouter. En réalité, ils étaient tous deux bien plus d'accord sur cette option qu'il n'y semblait initialement. Et puis, l'un comme l'autre n'avaient qu'une envie : rentrer. Pour des raisons différentes, néanmoins.

Luisa tenta donc de traîner son filleul en direction du club. 'Tenter' était le bon terme, car le malotru ne bougeait pas d'un pouce; Un peu plus et on se serait cru dans un dessin animé, où l'un des personnages essayait de faire bouger l'autre par tous les moyens possibles et imaginables (pousser, tirer, les chatouilles)... mais RIEN. La mexicaine abandonna cependant bien vite, puisqu'Esteban se décida à poser une question qui la coupa tout net.

"Est-ce que vous avez une piste de danse ?"

Elle pouffa et le regarda avec malice. Alors, comme ça, il était hors de question qu'il danse un jour, mais il préférait quand même prendre des précautions, hum ? Dans la tête de Luisa, cela voulait dire qu'il était déjà préparé à craquer à un moment ou à un autre.

Ceci dit, elle ne fut pas étonnée de la réponse de l'employé. Elle avait une idée assez claire du genre d'endroits où ils se rendaient... Contrairement à son neveu, probablement.

La réaction de ce dernier lui arracha un éclat de rire alors qu'ils se tournaient tous les deux vers le bâtiment. Luisa fit tout de même un signe de la main au racoleur en guise d'au revoir. Elle s'accrochait toujours autant au bras de son filleul, mais elle sentait tout de même que l'air frais lui avait fait du bien -enfin, elle en avait l'impression, toujours. Ce qui ne l'empêchait pas d'être pour une jolie banquette en velours sombre. Tiens, en parlant de ça...

"Tebi, tu as conscience que cet endroit sera probablement très peu au goût de tes convenances ?" Elle préférait le prévenir, tout de même. "Je veux dire, il n'est peut-être pas aussi... affriolant que ce strip-club que j'ai vu passer sur la Rue Principale, mais..."

...Mais elle n'en pensait pas moins. Et en réalité, entre le quartier dans lequel il était situé et les services ouvertement proposés, il n'était pas dit qu'il soit effectivement moins libidineux que les Plaisirs Coupables... Cela pourrait même être tout le contraire.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4341-luisa-selva-moreno
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember - Page 2 Vote_lcap14/30A night to remember - Page 2 160125120054759347  (14/30)

A night to remember - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember - Page 2 Icon_minitimeJeu 23 Juil - 19:31

Alors qu'ils étaient sur le point de rentrer dans le club d'hôtes, Luisa arrêta Esteban. Elle lui posa une question qui aurait dû être anodine, mais qui ne le fut pas. Le vampire s'arrêta de marcher. Il eut l'impression que quelque chose venait de rompre brutalement dans sa tête et alors qu'il se tournait vers Luisa pour lui répondre, il avait l'air tout à la fois terriblement sérieux et terriblement... habité.

Il en avait marre. Marre de tout. Il avait juste envie de toute envoyer péter, tout faire brûler, envoyer valser toutes ses valeurs devenues obsolètes et juste... Laisser ses plus sombres envies s'exprimer. Tester tout ce qu'il aurait pu s'interdire habituellement. Ignorer les mises en garde que lui dictaient son éducation et ses a priori.

Ça n'avait plus la moindre importance et il était ridicule de faire comme si c'était le cas.

Il pointa son propre visage du doigt et demanda :

"Et ça, c'est au goût de mes convenances peut-être ?"

Il y avait une tension dans sa voix qui prouvait que ses nerfs étaient en train de lâcher, même si c'était d'une façon inhabituelle. Il était en colère sans objet. Contre le Destin, peut-être. On n'oserait tout de même pas dire contre Dieu.

"Je suis un foutu vampire et je suis habillé comme une espèce de chanteur de rock gothique de pacotille. Et le pire c'est que ça me va bien. J'ai mordu un homme à la gorge et j'ai pris mon pied comme jamais. Et un peu plus et je me laissais retourner contre un mur en pleine rue passante. Je suis visiblement..."

Quel était le terme qu'elle avait utilisé déjà ?

"... bisexuel, et oui tu veux que je l'admette c'est ça j'ai probablement eu un crush sur mon meilleur ami quand j'étais au lycée. Le seule chose que j'ai envie de faire tout de suite à part rentrer c'est mordre encore quelqu'un, et j'ai tout sauf envie de me contenter d'un poignet. Alors je crois que mes convenances là, si tu veux, ça fait un moment qu'elles se sont fait atomiser. A quoi ça sert, franchement ? Tout le monde m'a renié, Dieu le premier. A quoi ça sert que je fasse semblant, hein ? A RIEN. J'en ai marre. Alors tu sais quoi ? On va rentrer dans ce club et je me fous de savoir si c'est pour finir avec quelqu'un à moitié à poil sur les genoux ou pas, tiens... Ça aura peut-être le mérite de me fixer sur si c'est gris clair, gris moyen, gris foncé, rose bonbon, rouge coquelicot ou vert sapin !"

Les larmes aux yeux, rendu légèrement tremblant par l'émotion, mais toujours aussi déterminé à envoyer valser toutes ses limites, tout ce qui l'avait toujours cadré et construit, Esteban passa la porte d'entrée sans regarder si Luisa le suivait. Elle devait probablement le faire.

Il salua l'employé du guichet par un hochement de tête sans un sourire, sans un mot, puis il s'avança vers un grand livre qui ressemblait à une sorte de "menu" géant sur lequel on pouvait sélectionner des ambiances, des services, et bien sûr des hôtes selon différentes caractéristiques : personnalité, genre, espèce...

Finalement, il n'allait peut-être pas demander à ce que les hôtes qui s'occuperaient d'eux se montrent moins entreprenants que l'homme dont il avait bu le sang dehors. Finalement, peut-être qu'il avait envie de voir l'inverse arriver, afin qu'il puisse tester ses réelles envies et ses réelles limites.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Luisa Selva Moreno
Normes
Luisa Selva Moreno

Identification
Emploi: Gérante d'entreprises
Age apparent: 38 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember - Page 2 Vote_lcap17/30A night to remember - Page 2 160125120054759347  (17/30)

A night to remember - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember - Page 2 Icon_minitimeJeu 23 Juil - 23:26

C'était parti d'une bonne intention. Vraiment. Elle l'avait vu se mortifier au fur et à mesure de leur préparation, de sa recherche vestimentaire à l'épreuve du coiffeur, des réalisations plus ou moins soudaines (il fallait dire qu'elles s'étaient faites attendre !) aux exhibitions non-désirées (ou non-assumées) en pleine rue... Elle estimait qu'il était de son devoir de le prévenir, au cas où il n'avait pas entièrement réalisé la teneur de l'endroit vers lequel ils se dirigeaient.

...Autant dire qu'elle en eut pour son argent. Et c'était de l'une des héritières d'une des plus riches famille du Mexique dont on parlait, donc il y avait énormément d'argent en jeu.

Esteban s'arrêta brutalement, tant et si bien qu'elle faillit (à nouveau) lui foncer dedans. Heureusement, Luisa évita de peu la collision. Elle le regarda, suivant le chemin de son doigt à son visage. Elle commença à ouvrir la bouche pour lui répondre. Dans un autre concours de circonstances, elle aurait probablement commencé par rire, mais la tête que tirait son neveu lui en coupait un peu l'envie... en même temps qu'il la rendait de plus en plus sobre à chaque seconde qui passait.

"..."

Elle referma la bouche sans avoir laissé échappé un mot. S'il y avait une chose que son taux d'alcoolémie était capable de reconnaître, c'était qu'Esteban n'avait jamais admis aussi naturellement être un vampire jusque là. Oh, il l'avait déjà dit. Dédaigneusement, pour faire peur, pour hurler à la tête de son entourage qu'il ne méritait pas leur soutien... Mais juste comme ça, non, pas encore. C'était nouveau. Luisa se demandait si cela allait rester.

Et une part d'elle se demandait également si c'était une bonne chose.

La mexicaine le laissa s'exprimer de tout son saoul, le regardant en clignant des yeux ou en les agrandissant selon ses paroles. L'annonce selon laquelle il avait "pris son pied comme jamais" ? Yeux qui clignent. Celle où il admettait sa bisexualité en mettant le mot dessus ? Agrandissement des pupilles.

Dire que Luisa était surprise était à la fois un euphémisme et pas tout à fait véridique. En effet, elle supposait des choses sur Esteban depuis bien longtemps. Choses qu'elle n'avait jamais dit à voix haute (à part quelques sous-entendus par-ci par-là, très minimes) de peur que les réactions soient démesurées. Le fait que son neveu ait une telle épiphanie ne l'étonnait donc pas le moins du monde. En quelque sorte, elle le savait déjà.

Ce qui l'étonnait, par contre, était la façon dont elle se déroulait et ce que c'était en train de donner. Esteban venait purement et simplement de décider de laisser à la porte de cet établissement tout ce qu'on lui avait appris et inculqué depuis sa naissance, de la règle de bienséance la plus élémentaire aux discours qu'on avait pu lui faire ingurgiter sur la sexualité. D'un coup d'un seul, en l'espace d'une soirée, même Luisa trouvait que c'était un peu violent.

Et pourtant, elle s'y connaissait en termes d'envoyer valser les convenances familiales.

Un peu inquiète, l'air de rien, et par ailleurs très consciente que les larmes qu'elle voyait sur le visage de son filleul n'étaient pas des marques de joie, elle cligna une dernière fois des yeux et haussa les épaules.

"...Ah. Très bien. Mais nous reparlerons de tout cela quand je serai sobre."

Ce qui voulait dire "Pas ce soir, et probablement pas dès demain matin". Malgré la tequila ingurgitée, Luisa était certaine qu'elle se souviendrait mot pour mot de cette conversation. Tout d'abord, parce qu'elle n'avait jamais eu de blackout complet et qu'elle avait fait bien pire que quelques shots d'alcool fort. Ensuite, parce qu'elle était réellement préoccupée, juste pas assez sobre pour que cela monte au point de prendre des décisions à ce sujet. Elle avait donc décidé de laisser Luisa du futur s'occuper de ce qui était vraisemblablement une dépression nerveuse d'un autre genre.

Intérieurement, la mexicaine soupira : il les lui aura toutes faites !

Enfin, ils entrèrent. Luisa décrocha un grand sourire ainsi qu'un "Bonsoir" aimable à l'employé, avant de suivre son neveu qui regardait déjà l'ensemble des prestations proposées. Son regard se dirigea également vers le "menu". Elle passa une main sur son menton, réfléchissant à voix basse -assez pour que l'employé ne l'entende pas.

"Je te laisse choisir, mais je mets un véto sur les options les plus indécentes. Je n'ai rien contre le fait que tu souhaites tester de nouvelles choses, mais j'aimerais éviter d'avoir à regarder le Tebi que j'ai connu en couches-culottes dans n'importe quelle position."

Hé. Il l'avait à moitié cherché.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4341-luisa-selva-moreno
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember - Page 2 Vote_lcap14/30A night to remember - Page 2 160125120054759347  (14/30)

A night to remember - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember - Page 2 Icon_minitimeVen 24 Juil - 10:32

En réalité, ce craquage en bonne et due forme n'était pas complètement nouveau, ou plutôt il s'inscrivait dans la continuité de ce qu'il se passait dans la tête d'Esteban depuis qu'il avait décidé d'accepter l'inacceptable. Ce n'était que parce qu'il avait décidé qu'il ne lui servait plus à rien de chercher à s'attirer les faveurs de Dieu qu'il avait fini par se laisser convaincre d'assumer sa nature de vampire et de boire du sang. Ce n'était que parce que leurs convenances religieuses et familiales lui paraissaient désormais bien loin de tout ce qu'il était et pourrait jamais devenir qu'il avait été si facile de le convaincre de porter ce déguisement, de mordre un inconnu dans le cou, ou encore de regarder en face sa sexualité alors qu'il faisait de son mieux pour en ignorer l’ambiguïté depuis toujours, inconsciemment ou pas.

Il était déjà plus ou moins décidé à se laisser succomber à la tentation avant qu'ils ne soient arrivés au Quartier Sanglant. Seulement, il n'avait pas imaginé que les tentations seraient si nombreuses, et que certaines de ses envies honteuses seraient frustrées depuis si longtemps.

Il en avait ras le bol de se mettre tout seul des bâtons dans les roues et de faire semblant que les choses ne lui plaisent pas pour se donner l'air inutilement décent. Il voulait que tout soit plus facile, et il brûlait ses dernières limites de façon spectaculaire, mais la logique qui résidait derrière ce coup d'éclat restait la même que celle qui avait conduit Esteban et Luisa jusqu'ici.

Là, il avait tout dit. Tout avoué, et devant Luisa, ce qui n'était pas anodin. Depuis le temps qu'elle essayait de lui faire lâcher la bride, il était certain qu'elle aurait tout mémorisé et qu'elle n'allait jamais le lui laisser oublier. Tant mieux. Il ne voulait pas pouvoir revenir en arrière. Ça faisait autant de bien que ça faisait de mal. Il se sentait libéré d'un poids, mais il avait envie de hurler, de se prostrer dans un coin et de pleurer toutes les larmes de son corps.

La réponse qu'il reçut fit monter en lui une colère parfaitement inhabituelle. Du fiel brûlait dans ses veines. Il se sentait capable d'une violence qu'il n'aurait pas cru posséder. Il ouvrit rageusement la porte d'entrée et ce fut un miracle si il ne l'arracha pas accidentellement de ses gonds.

"Il n'y a RIEN à dire de plus. Je ne veux PAS en reparler."

Son attitude en réaction et cette fureur insoupçonnée à laquelle il venait de donner l'occasion de s'exprimer lui donnaient l'air d'un adolescent en crise. Peut-être y avait-il un peu de ça : Esteban n'avait jamais fait de crise d'adolescence, il n'aurait pas été étonnant que les plus récents développements dans sa vie (l'absence de sa mère, tout notamment, qui dès lors perdait une partie de l'influence énorme qu'elle avait toujours eue sur lui) aient déclenché un événement de cet acabit.

Mais bien sûr, il n'y avait pas que ça. Ce coup d'éclat était avant tout l'expression d'une détresse sans fond. Esteban sombrait et la partie de lui qui n'avait pas réellement envie de mourir, qui n'avait pas réellement envie de prendre un bain de soleil une fois le procès terminé, cherchait désespérément à négocier une solution supportable, quitte à ce que cela lui demande de devenir la pire version qu'il pouvait imaginer de lui-même selon les critères qu'on lui avait inculqués.

Lorsque Luisa entra à sa suite, il était déjà en train de prendre connaissance des différentes offres proposées dans le grand livre installé sur un pupitre qui servait de menu. L'homme dehors n'avait pas menti : il y avait une quantité d'options assez impressionnantes, des plus décentes aux plus honteuses. Il lui manquait des notions pour comprendre la nature de certains services proposés.

Normalement il aurait dû avoir les yeux ronds comme des soucoupes, et son visage aurait dû se tordre d'horreur face à ce qu'il lisait, mais là, ça ne lui faisait véritablement plus rien. Il était comme anesthésié. Immunisé contre l'obscénité ambiante, décor dans lequel il se fondait de toute façon à merveille : qu'y avait-il de plus obscène qu'un vampire ? Il en était au point de se dire qu'il reviendrait tout seul, plus tard, lorsqu'il aurait réussi à mettre les choses au clair avec Erin et qu'il n'aurait plus d'obligations morales. Il était prêt à tester les choses les moins sages. Prêt à vérifier ce qu'il était véritablement capable de faire et d'apprécier.

"Je te laisse choisir, mais je mets un veto sur les options les plus indécentes. Je n'ai rien contre le fait que tu souhaites tester de nouvelles choses, mais j'aimerais éviter d'avoir à regarder le Tebi que j'ai connu en couches-culottes dans n'importe quelle position."

Ses émotions étaient véritablement cassées. Ou bien était-ce d'accepter sa propre indécence qui l'empêchait d'être rendu mal à l'aise par les sous-entendus et les images véhiculées par Luisa ? En attendant, il l'observait désormais avec ce regard sombre, terne, et cette expression atone qui traduisaient combien Esteban n'avait plus rien à faire de rien. Silencieux, il tourna le livre sur la page précédente à celle qu'il était en train de parcourir des yeux (et qui ne contenait que des propositions que Luisa aurait refusé avec véhémence). Il ne fallait pas pousser : il y avait des limites à son absence de limites. Lui non plus n'avait pas envie de s'adonner au "sport de chambre" en présence de sa tante. Quand même, il ne fallait pas pousser.

En revanche, il pouvait choisir le "pire" de ce qu'ils pouvaient faire ensemble sans problème. Elle avait parlé de strip-tease, non ? L'idée ne lui serait pas venue si elle ne lui avait pas donnée. Et puisqu'elle avait voulu le prévenir que c'était le genre de choses auxquelles ils pourraient avoir à faire (et qu'elle l'avait presque supplié d'accepter de la suivre dans le club), il en concluait que cette option convenait largement à Luisa.

Il avait donc ouvert le livre en grand sur une page qui ne proposait que ce genre de services (la morsure en supplément, évidemment).

"Donne moi un nombre."

Il n'avait pas envie de choisir parce qu'il ne savait pas ce qu'il voulait. Il ne savait pas ce qui lui plaisait. Toutes ces choses lui avaient toujours parues hors de portée... Il n'y avait jamais réfléchi.

Lorsqu'il eut le nombre qu'il avait demandé, Esteban baissa le nez sur le livre et commença à compter les petites cases de haut en bas et de gauche à droite. Son doigt s'arrêta sur le service qu'ils venaient de laisser le hasard choisir.

"... Hin... Hinhin.... Hinhinhin..."

Un rire nerveux incontrôlable s'empara de lui. Ils étaient tombés sur une espèce de... Quoi. Comment pouvait-il décrire une chose pareille ? Sur une espèce de boys band métamorphe qui se donnait des airs dans une ambiance digne du Pandaemonium. Eh bien au moins, on allait vite savoir si c'était aussi "gris" que ce qu'il soupçonnait maintenant. Quant à fricoter avec des outres ? Qu'est-ce que cela pouvait bien changer quand il en était lui-même devenu un...
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Luisa Selva Moreno
Normes
Luisa Selva Moreno

Identification
Emploi: Gérante d'entreprises
Age apparent: 38 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember - Page 2 Vote_lcap17/30A night to remember - Page 2 160125120054759347  (17/30)

A night to remember - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember - Page 2 Icon_minitimeVen 24 Juil - 13:09

"Ouuuuh."

Si Luisa n'était pas habituée aux accès de colère d'Esteban (personne ne l'était), elle n'en était pas impressionnée pour autant. Elle savait reconnaître un adolescent grincheux quand elle en voyait un (pour l'avoir été elle-même) et elle avait une idée très précise de ce qu'il était en train de faire : une bonne grosse crise d'ado comme on ne l'attendait plus.

En soi, cela ne la dérangeait pas vraiment. Soyons honnêtes : il valait mieux que ce soit elle qui subisse ce genre de choses que sa mère. Olivia n'aurait pas été capable de gérer et se contenterait de le laisser faire sans même tenter de l'en empêcher. Bon, Luisa n'allait pas l'en empêcher non plus pour cette fois, mais à sa remarque il était clair que ce que son neveu voulait dire (ou ne pas dire, dans le cas présent), lui passait bien au-dessus de la tête : ils en discuteraient, un point, c'était tout.

Pas de suite, néanmoins. Et il était important qu'ils terminent cette soirée, ne serait-ce que pour rentrer à l'appartement avec l'impression que cette nuit avait été moins catastrophique qu'elle aurait pu l'être. L'état d'esprit d'Esteban et son comportement destructeur devraient attendre un peu.

Une fois dans l'établissement aux lumières tamisées, Luisa rejoignit son filleul qui était déjà en train de parcourir la liste des possibilités. Son regard tomba sur la page où il se trouvait et elle se sentit obligée de faire une remarque. Qu'Esteban souhait découvrir sa sexualité ne lui posait aucune problème (bien qu'elle soit probablement la seule dans ce cas). Qu'il le fasse alors qu'elle était dans les parages... pourquoi pas, si cela n'incluait pas qu'elle se trouve dans la même pièce que lui. Le chaperonnage de loin, ça la connaissait. Par contre, elle se refusait à être au même endroit que lui à ce moment là. Le reste de la famille avait beau penser le contraire (et n'avaient pas tout à fait tort sur de nombreux points, excepté celui-ci), Luisa avait ses limites. Et les propositions listées sur cette page en faisaient définitivement partie.

En réaction, Esteban se contenta de lui jeter un regard sombre et de silencieusement tourner la page. Sa tante fit la moue. Une fois de plus, ce n'était pas la réaction que l'on aurait pu attendre d'Esteban. Et en même temps, la situation avait tout de l'anormalité. Devait-elle donc réellement s'étonner ?

Abandonnant l'idée de faire la moindre remarque, Luisa se contenta d'observer également cette nouvelle page. Un léger sourire amusé se peignit sur ses lèvres. Ah... Là, on avait quelque chose ! Même si elle n'était pas certaine que...

"Donne moi un nombre."

Son regard se tourna vers son neveu, sourcil haussé, l'air de dire "Vraiment ?". Une fois de plus, elle aurait dû s'en douter. Il était bien trop déterminé à faire n'importe quoi pour agir aussi prudemment que de raison. Et il était inutile d'essayer de l'en dissuader pour le moment, si elle se fiait à ses éclats consécutifs. Ne restait donc plus qu'une seule chose à faire...

"Douze."

...Jouer le jeu. Luisa observa Esteban compter les petits carrés de présentation sans rien dire. Au moins, cette situation avait eu le mérite de la faire décuver assez drastiquement. C'était presque dommage... elle espérait bien qu'il y avait des boissons comprises dans le forfait.

A l'entente de ce rire nerveux qui ne présageait rien de bon, la mexicaine tourna la tête vers l'endroit où le doigt de son neveu s'était arrêté. Ses eux s'agrandirent légèrement alors qu'elle lisait la description, avant d'alterner deux ou trois fois entre le visage d'Esteban et le menu... pour finalement s'arrêter sur le visage de son filleul. Était-il au courant des propriétés que le sang de métamorphe avait sur les vampires ? Si elle se fiait à ses réactions depuis qu'elle l'avait retrouvé, il ne s'était que très peu renseigné... Trop peu pour le savoir, probablement. Magnanime, elle fit un effort.

"Alors, ils n'auront peut-être pas autant d'effet que mes quatre shots de tequila, mais si tu veux te soûler, c'est une bonne solution."

Quant à faire une remarque sur le choix de l'espèce à laquelle les strip-teaseurs appartenaient... Honnêtement, Luisa était plus que capable de reconnaître qu'ils n'étaient plus à cela près. Elle tira donc son neveu par la manche et s'approcha du comptoir pour faire part de leur choix à l'employé.

Plus vite on y serait, plus vite ce serait terminé, se disait-elle, non sans réaliser l'ironie cosmique qui voulait qu'elle soit étonnamment plus pressée d'approcher de la fin que d'assister au spectacle.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4341-luisa-selva-moreno
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember - Page 2 Vote_lcap14/30A night to remember - Page 2 160125120054759347  (14/30)

A night to remember - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember - Page 2 Icon_minitimeVen 24 Juil - 14:27

Esteban tourna à nouveau ses yeux sur Luisa. Il avait l'air toujours aussi éteint, mais sa précédente agressivité s'était envolée (au moins provisoirement). Il avait en revanche l'air vacant, un peu perdu, de celui qui essaie de comprendre une plaisanterie en vain. Le vampire pensait en effet que sa partenaire de soirée venait de lui faire une blague qu'il n'avait pas comprise à base de tequila et de métamorphes.

Quelques longues secondes plus tard, une lueur de compréhension ténue remplaça la perplexité du jeune homme qui avait enfin capté qu'il cherchait du second degré où il n'y en avait pas. Apprendre qu'il existait encore pour lui un moyen de reproduire les effets de l'alcool était une excellente nouvelle. Que cela implique de boire le sang d'un métamorphe ou de n'importe quel autre type d'outres n'importait plus vraiment.

Il eut l'air indécemment enthousiaste (dans le sens le plus cynique et maussade qu'on pouvait donner à l'enthousiasme).

"... Paaaaarfait."

Il se laissa entraîner jusqu'au comptoir où Luisa prit sur elle l'initiative de présenter leur "choix". L'employé hocha la tête avec un air agréable, comme si tout était parfaitement normal (une petite portion d'Esteban eut encore envie de rire nerveusement face à cette apparente normalité de la grivoiserie, qui plus est clairement non-hétéronormée dans son cas de figure. Et non, il ne connaissait pas le mot "hétéronormé").

On les guida au travers un grand couloir, des escaliers, puis encore un couloir. Le club était en réalité une maison toute entière (un petit immeuble, même). La quantité d'employés devait être impressionnante. Et en même temps, il fallait ça pour présenter autant de choix que ce qu'ils avaient vu dans la liste.

C'est enfin avec déférence qu'on leur proposa de rentrer dans une salle. La porte se referma derrière eux. Il s'agissait d'à peine plus qu'une alcôve : impossible de ne pas se sentir serré, surtout quand il n'y avait pas moins de quatre hôtes qui les attendaient. La décoration lui évoquait l'idée qu'il se faisait d'une boîte de nuit malfamée, à l'exception de l'odeur de cuir très forte qui se dégageait du mobilier. La lumière était ici aussi très tamisée mais il y avait des télécommandes qui permettaient vraisemblablement de modifier la couleur émise par les appliques murales à l'envie. Il y avait aussi des lampes à lumière noire : tout ce qui était blanc ou très clair ressortait dans un fluo particulièrement vif et brillant.

Mais ce n'était pas ce qui le perturbait le plus. Ce qui le perturbait le plus, c'était bien les quatre hommes déjà très confortablement installés dans les banquettes et qui leur faisaient des sourires aguicheurs, au bas mot. Ils étaient vêtus de tenues déjà très affriolantes (alors qu'ils avaient encore tout sur le dos). Quoique musclés, ils paraissaient tous les quatre fins et délicats. Certains d'entre eux avaient le cheveux d'une couleur parfaitement impossible. Esteban se demanda si c'était une coloration, ou bien si les métamorphes pouvaient arborer ce genre de teintes naturelles.

"Bonsoir et bienvenue... Je vous en prie installez-vous..."

L'invitation de l'un des garçons - celui qui avait des cheveux rouges striés de mèches noires sauvages - le sortit de sa contemplation hébétée. Son hésitation n'avait pas duré longtemps et il n'en avait rien montré (pas dans l'expression de son visage, toujours) mais il fallait bien dire que la crispation familière était revenue. La peur et le dégoût lui étaient montés dans la gorge et il avait eu envie de fuir en courant.

Seulement, maintenant, il commençait à mieux en comprendre les mécanismes. Il se força à penser qu'il ne s'agissait pas de Darian. Aucun de ces quatre hommes n'était Darian. Il n'était présent que parce qu'il l'avait voulu. Il ne risquait rien. Il était un vampire, et il pouvait se défendre.

Il eut un imperceptible frémissement, puis il se décida à avancer, toujours sûr que Luisa allait le suivre. Il s'installa là où on lui indiquait et accueillit les émotions qui se présentaient à lui en tentant de toute assumer, de ne rien rejeter.

Il était légèrement intimidé, mais il se sentait aussi excité par cette expérience interdite qu'il se permettait. Quant à la colère et au dégoût qu'il avait pour lui-même qui se jouaient en trame de fond, pour le moment, ils n'étaient plus prioritaires. Les pupilles dilatées, il prenait peu à peu conscience des particularités de l'odeur de sang dont la pièce était imbibée. C'était doux, agréable, entêtant... Et cela même alors qu'il n'avait encore rien bu. Un tic nerveux trahit sa soif et le rire élégant d'un autre danseur s'éleva :

"Vous n'avez pas ces crocs depuis très longtemps, n'est-ce pas ?"

La question aurait pu paraître déplacée, mais elle était légitime : ces hommes avaient besoin de savoir à qui ils avaient à faire pour se préparer en fonction. Les néo-vamps n'étaient pas tout le temps très en contrôle à proximité de métamorphes.

"En effet... ça se voit à ce point ?"

Voilà qui aurait pu faire rire encore, mais ces danseurs savaient mieux faire que de vexer leurs clients d'entrée de jeu. Les deux autres, encore muets, fixaient par ailleurs Luisa afin de lui réserver un accueil lui aussi très "chaleureux".
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Luisa Selva Moreno
Normes
Luisa Selva Moreno

Identification
Emploi: Gérante d'entreprises
Age apparent: 38 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember - Page 2 Vote_lcap17/30A night to remember - Page 2 160125120054759347  (17/30)

A night to remember - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember - Page 2 Icon_minitimeVen 24 Juil - 18:45

Si Luisa n'avait pas déjà été certaine qu'Esteban avait plongé dans une nouvelle abysse depuis de longues minutes, sa réaction lorsqu'il comprit ce qu'elle était en train de lui dire sur le sang de métamorphe aurait été particulièrement parlante. Il avait vraisemblablement l'intention, sinon de se bourrer la gueule, au moins de prendre son pied sur deux plans différents. Et qui était-elle pour l'en empêcher, en réalité ?

Ce fut donc plus avec une sorte de détermination blasée qu'autre chose que Luisa traîna son neveu face à l'employé pour faire part de leur choix. Ils furent ensuite guidés par diverses personnes jusqu'à une porte, qu'on referma derrière eux.

Ce fut plus fort qu'elle : à la vue du lieu, du mobilier, et des personnes présentes, Luisa gloussa. L'endroit était exactement tel qu'elle l'imaginait, et cela lui allait très bien, seulement...

"...J'aurais jamais cru réussir un jour à te traîner dans un endroit de ce genre de ton plein gré..."

La conversation ne dura pas, puisqu'on les invita bientôt à prendre place parmi les quatre jeunes hommes présents sur les diverses banquettes. Luisa jeta un œil à son neveu avant de faire le moindre mouvement. Celui-ci avait beau dire que plus rien ne comptait, il n'était pas à l'abri d'une crise quelconque, et elle le savait. Elle préférait s'assurait que tout allait bien (...aussi bien que cela puisse aller actuellement, vu son attitude de ce soir) avant d'entreprendre de répondre à l'invitation.

Aussi, elle ne manqua pas le fait qu'Esteban n'était pas aussi serein qu'il voulait bien le faire croire, mais il se reprit assez rapidement pour qu'elle n'en fasse pas mention. Ce comportement destructeur avait apparemment l'intention de le rester uniquement pour lui. Difficile de vraiment s'en réjouir, mais elle préférait cela à une crise qui l'amènerait à trancher toutes les gorges.

Elle le suivit donc et s'installa à son tour, profitant de ce moment où on ne s'intéressait pas particulièrement à elle pour faire le tour du propriétaire des yeux. Malgré la petite taille de la pièce, le mobilier était bien agencé et les lumières tamisées rendait le tout assez accueillant. Elle s'était étonnée de les voir déjà dans la pièce et se demandait si chaque hôte avait une pièce attitrée dans laquelle ils attendaient toute la nuit ou s'il s'étaient précipités par un escalier dérobé dès qu'ils avaient eu vent de leur choix... Mais ses questionnements attendraient.

Pour le moment, on venait de poser une question à Esteban, question qui l'amena à tourner son visage dans sa direction tout en se tendant légèrement à l'idée qu'il se soit (déjà) passé quelque chose alors qu'elle avait la tête ailleurs. Mais non, il ne s'agissait probablement que d'une question de routine : ces jeune hommes devaient avoir l'habitude de reconnaître certains signes chez leurs clients.

Avisant les deux silencieux et leurs sourires, Luisa leur répondit avec le même étirement des lèvres, mais en haussant les épaules.

"Désolée les gars... Moi je ne mords pas."

Clin d’œil amusé. Pas comme ça, toujours. Mais elle préférait préciser, elle ne savait pas exactement ce dont les quatre employés étaient au courant, et elle préférait partir sur de bonnes bases... Surtout s'ils devaient être amenés à visiter l'établissement de manière régulière (qu'Esteban soit avec ou sans elle).
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4341-luisa-selva-moreno
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember - Page 2 Vote_lcap14/30A night to remember - Page 2 160125120054759347  (14/30)

A night to remember - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember - Page 2 Icon_minitimeVen 24 Juil - 19:32

"...J'aurais jamais cru réussir un jour à te traîner dans un endroit de ce genre de ton plein gré..."

Luisa parvint à faire soulever un sourcil à Esteban, lequel était d'accord avec elle sur ce point : la situation était improbable, très inattendue. Ça l'avait pris d'un coup et ça l'avait surpris presque autant qu'elle.

"A vrai dire, moi non plus."

Mais il n'avait jamais pensé finir sa vie avec une paire de crocs dans la bouche non plus. Ni porter du cuir par dessus de la résille. Ou des couleurs dans ses cheveux. Bref. Sa vie avait complètement déraillé, de toute façon.

Installé sur les banquettes qui ne permettaient qu'une promiscuité particulièrement intimidante, Esteban prenait peu à peu conscience de ce que l'odeur du sang métamorphe avait de différent par rapport à celle du sang normal. Il était content de s'être nourri avant de venir ici... Il lui aurait été très difficile de se retenir. La gorge du jeune homme le plus proche de lui attirait son regard avec tant de force qu'il avait l'impression d'être encore affamé. On lui posa une question et sa réponse amusa, même si personne n'osa lui rire au nez.

"On voit que vous n'avez pas l'habitude des métamorphes... Mais ce n'est pas grave, il faut une première fois à tout !"

Un éclat de rire nerveux échappa au vampire. Cet homme ne savait pas à quel point il avait raison... Le nombre de "premières fois" qui risquaient d'arriver dans cette pièce simultanément serait susceptible d'être inscrit dans le guinness book.

En proie à deux autres métamorphes, Luisa fit un commentaire qui lui aussi amusa. L'un des deux hommes assis à proximité d'elle se leva et replaça ses longs cheveux en arrière, jouant de ce que l'on voyait de sa musculature. Mais ce ne fut pas lui qui répondit :

"Nous recevons toute sorte de clients... Pas uniquement des vampires. Voulez-vous quelque chose à boire ?"

Pendant ce temps là, l'homme aux cheveux rouges avait déjà commencé à se montrer entreprenant, sans doute incité par le comportement d'Esteban qui avait commencé à s'approcher sans s'en rendre compte. Il lui grimpa sur les genoux et le poussa en arrière afin de plaquer son dos contre le cuir.

La proximité de leurs corps était très perturbante. Esteban sentait le bassin du danseur peser sur ses jambes. A cette distance il pouvait distinctement repérer l'odeur du sang, d'une légère transpiration et d'un parfum musqué. Il était suffisamment lucide pour se rendre compte de la position dans laquelle il se trouvait et il percevait cette situation d'une manière très étrange. Il SE percevait de manière très étrange. C'était la première fois qu'il était si près d'un autre homme avec la conscience de l'intérêt potentiel que cet homme pouvait éveiller chez lui. Cela lui donnait l'impression de ne plus être exactement le même.

"Quant à vous la question n'est pas de savoir si vous mordez... Mais plutôt de quand vous le ferez.
- ... Trop vite si vous me laissez faire, je dirais.
- Ce serait dommage de ne pas vous en donner pour votre argent. Vous n'avez pas chaud avec ce manteau ?
- ... Si."

Esteban laissa l'homme l'aider à retirer cette couche de tissu inutile. Un nouveau rire nerveux retentit à l'intérieur de son cerveau : ce n'était pas lui qui était censé se déshabiller, si ? Ses bras recouverts de résilles auraient dû l'embarrasser, mais c'était une chose de plus dont il n'arrivait plus à se soucier. Une chose de plus qui n'avait plus la moindre importance.

Le métamorphe commença à se déhancher, la peau à seulement quelques centimètres de son visage, et Esteban ne put que se rendre à l'évidence : gris, c'était gris. Il reconnaissait ce sentiment d'attirance qui coulait dans ses veines plus aisément que son sang figé, cela même si habituellement il ne le ressentait pas pour le même type d'individus. Ses pupilles n'étaient déjà plus uniquement assombries par la soif. Lorsqu'il croisa son regard, le danseur lui lança un sourire rusé. Il semblait parfaitement connaître le genre d'effet qu'il faisait à ses clients.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Luisa Selva Moreno
Normes
Luisa Selva Moreno

Identification
Emploi: Gérante d'entreprises
Age apparent: 38 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember - Page 2 Vote_lcap17/30A night to remember - Page 2 160125120054759347  (17/30)

A night to remember - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember - Page 2 Icon_minitimeVen 24 Juil - 22:29

Un nouvel éclat de rire nerveux à l'entente de la réponse de son neveu. Oui, décidément, cette nuit n'avait rien de normale selon leurs standards... Et pourtant, lorsqu'ils étaient combinés, il étaient larges !

Il y avait en réalité de quoi s'inquiéter. Il était évident que la santé mentale d'Esteban n'était pas au beau fixe et que cette dépression dans laquelle il s'enfonçait depuis sa transformation -voire même avant- était de plus en plus profonde et ténébreuse. Luisa en était terriblement consciente, d'autant qu'elle a été celle qui est allée le chercher en haut de sa tour d'ivoire.

Mais elle savait aussi que ce n'était pas ce soir que la situation allait se régler. D'abord parce qu'elle ne le serait jamais en une seule discussion à cœur ouvert, ensuite parce qu'elle n'était pas la personne la mieux placée pour tenter de combler ce vide (et que convaincre Olivia d'arrêter ses âneries allait lui prendre du temps) et finalement parce qu'il y avait des priorités à placer dans les problèmes à régler. Et clairement, le plus important ce soir, était qu'Esteban se nourrisse suffisamment pour être tranquille 24 heures.

Le pourquoi du comment il laissait court à des pulsions qu'il ne s'était décidé à reconnaître qu'une heure plus tôt et la résolution de tout ce qui y était lié attendrait.

Suivant le mouvement, Luisa finit donc par s'asseoir à son tour, sur une banquette différente de celle de son neveu et de ses deux amis d'un soir. Elle se passionna pour l'agencement de la pièce un moment, avant de revenir à la conversation d'une remarque qui fut reçue avec un amusement contenu. L'un des métamorphes à côté d'elle se leva et son regard fut immédiatement attiré. Elle sourit. Elle devait leur admettre cela : ils étaient très doués.

On lui proposa un verre. Se tournant dans la direction de la personne qui lui avait répondu, elle tâcha de répondre avec autant de retenue qu'elle le pouvait encore.

"Volontiers."

C'était beaucoup mieux que le "Pitié, OUI" qui lui grattait le fond de la gorge. Elle savait qu'elle devait garder un minimum de tenue, mais toute cette situation avec son neveu lui usait les nerfs. Sa gueule de bois serait un problème pour sa future elle. Tout comme l'état dépressif et autodestructeur de son neveu.

Le temps qu'elle se perde dans ses pensées, le jeune homme aux cheveux longs était de retour devant elle, une coupe à la main, qu'il tendit dans sa direction. Quand elle leva la main pour la prendre, néanmoins, il fit claquer sa langue à plusieurs reprises en souriant, quelque chose d'amusé et joueur dans le regard tout en faisant non de la tête. La mexicaine haussa un sourcil interrogateur, mais ce fut celui qui n'avait pas encore fait le moindre geste qui répondit.

"On ne touche pas le verre, et on se laisse faire. C'est son grand jeu."

Intriguée, Luisa fit la moue avant d'hausser intérieurement les épaules. Ok, pourquoi pas. Elle chercha donc à se redresser sur son siège : elle n'avait pas l'intention de laisser le précieux liquide s'écouler sur la banquette. Une main délicate se posa sur son épaule.

"Et si on enlevait le superflu, pour se mettre à l'aise ?"

Avec un hochement de tête -elle se doutait que rien ici n'allait se dérouler sans son accord, d'une manière ou d'une autre- Luisa laissa le jeune homme lui ôter sa veste, qu'il posa sur le dossier du fauteuil. Une fois ceci fait, il reprit.

"Un jeu de devinettes, ça vous tente ? Essayez de reconnaître le contenu du verre."

La cheffe d'entreprise eut à peine le temps de se tourner vers le métamorphe qui avait pris la parole que le second s'approchait avec son verre. Il posa une main sur son menton pour faire tourner son visage dans sa direction et elle sentait le souffle du second sur son épaule. Regardant le premier dans les yeux, elle ouvrit la bouche, le laissant faire couler quelques gouttes du breuvage dans sa gorge.

"Alors ?"

Un souffle délicat dans son cou et son oreille, qui lui retirèrent un frisson. Elle sourit, hautement amusée par ce jeu.

"Vin blanc."

L'homme aux cheveux longs lui fit un sourire et lui tendit le verre, qu'elle finit de boire. Il n'était de toute façon qu'à peine rempli, ce qui lui laissait croire que le jeu ne faisait que commencer.

"Bravo ! A mon tour, à présent."

On lui fit tourner la tête de l'autre côté. Elle allait s'amuser comme une petite folle.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4341-luisa-selva-moreno
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember - Page 2 Vote_lcap14/30A night to remember - Page 2 160125120054759347  (14/30)

A night to remember - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember - Page 2 Icon_minitimeVen 24 Juil - 23:51

Si Esteban avait tiré sur son cou pour regarder derrière le danseur qui squattait ses genoux, il aurait été surpris de découvrir Luisa s'adonner à d'étranges jeux d'alcool avec deux de leurs hôtes métamorphes. Malgré ses actuelles dispositions psychologiques, cela lui aurait peut-être tiré un haussement de sourcils intrigué. Mais Esteban était bien trop occupé pour s'intéresser à ce que fichait sa tante à presque deux mètres de lui.

Il y avait devant lui cet homme qui sentait terriblement bon, et dont la peau n'était qu'à quelques centimètres de sa joue. Esteban levait la tête pour regarder son visage, mais cela devenait de plus en plus difficile de se concentrer sur ses yeux, son nez, alors que le danseur avait commencé à retirer des couches de vêtements. Ses pectoraux étaient à l'air libre. Le regard d'Esteban déviait peu à peu sur les muscles saillants - bien que délicats - de son """interlocuteur""". L'homme prit ses poignets et l'incita à toucher sa peau tout à la fois douce et solide. Les mécaniques roulaient littéralement sous ses doigts.

Rattrapé par la soif (elle-même ravivée par tout à fait autre chose), Esteban faillit s'oublier. Ses pupilles auraient difficilement être plus dilatées. Il émit un son qui indiquait qu'il était à deux doigts de mordre sans autorisation.

Mais l'autre jeune homme savait gérer ce genre de situations. Une première stratégie consistait à changer brutalement la configuration du jeu pour tirer le vampire de sa dangereuse fascination. Il se baissa et glissa son visage à quelques centimètres de celui d'Esteban.

Subitement, le vampire eut à faire à deux yeux jaunes en fente, semblables à ceux d'une vipère. Les semi-transformations n'étaient jamais contrôlées. Le métamorphe avait peut-être eu un coup de stress, ou peut-être était-il attiré par Esteban (ou par son charme vampirique). Ou les deux. En attendant, Esteban était encore moins au courant du fonctionnement de cette espèce que de celle qu'il avait rejointe quelques semaines auparavant.

Sa réaction fut instinctive, viscérale. Il avait toujours eu peur des métamorphes. Il avait toujours eu peur des outres dans le sens le plus général du terme. Il oublia brièvement où il était, qui il était, et pourquoi cette situation n'aurait pas dû être un problème. Esteban poussa un bref cri apeuré et il tenta de s'accrocher à la banquette. Il ne parvint qu'à y faire un gros trou au travers duquel sa main passa tout droit. Ses yeux ronds comme des soucoupes étaient revenus, donnant à son visage une expression plus familière.

Le danseur observa le trou dans le canapé avec un air intrigué, puis Esteban. Puis il donna l'impression de comprendre et il eut un bref rire. Le serpent pointa ses yeux du majeur et de l'index.

"Oh, ils sont là, c'est ça ? Vous n'aviez encore jamais vu ?"

Mais Esteban ne réagissait plus. Il avait la bouche entrouverte et il n'arrivait plus à quitter l'homme des yeux. Le danseur passa une main contre son visage. D'une façon qui aurait pu être humiliante mais qui s'avéra finalement être très sensuelle, il glissa un doigt entre ses crocs, appuya dessus, l'invitant à mordre. Esteban cilla et tout lui revint : Oui, les métamorphes étaient des créatures du démon. Mais il n'avait plus besoin d'en avoir peur. Les éviter aurait été futile. Il était un vampire. Il était comme eux... Et c'était peut-être même pire puisqu'il était un mort-vivant. L'un des prédateurs les plus dangereux en existence. Sa terreur le quitta et il se laissa entraîner. Il serra doucement les dents, ouvrant juste assez la peau pour qu'il en glisse quelques gouttes de sang dont on le priva immédiatement. Il retint à grand peine un gémissement de frustration.

"Vous avez fait un gros trou..."

Esteban retira prestement sa main du revêtement du canapé.

"... Je paierai pour les dégâts."

Sa réponse eut pour effet de faire ricaner le métamorphe, lequel semblait avoir décidé qu'il avait suffisamment fait patienter le jeune vampire. Il glissa son pouce sanglant contre sa gorge pour marquer d'un trait l'endroit qu'il invitait Esteban à mordre. Le danseur se pencha et le vampire, à peine en contrôle, ne se fit pas prier.

La langue d'Esteban passa contre le trait de sang avant que ses crocs ne s'enfoncent dans la chair tendue. Il eut l'impression qu'un festival de couleur explosait dans son cerveau autant que contre sa langue. Il faillit faire tomber le métamorphe à la renverse en lui tombant dessus et cette fois, le gémissement avait été audible pour tout le monde. Il n'avait jamais rien bu d'aussi bon de toute sa vie. A cet instant précis, même le caramel ne lui semblait pas à la hauteur.

Lorsqu'il reprit conscience de ce qu'il était en train de faire - il n'avait bu qu'une quantité raisonnable de sang, heureusement - il se rendit compte qu'il avait couché le danseur sur la banquette et qu'il était au dessus de lui. Une légère ivresse lui faisait tourner la tête. Leurs yeux se croisèrent. Ceux de son vis-à-vis avaient retrouvé un aspect normal. Il y lisait quelque chose de sombre et de subjugué, miroir de sa propre expression.

"Vous pouvez m'embrasser, si vous voulez."

Les employés étaient libres des limites qu'ils souhaitaient définir au-delà des prestations écrites sur le papier. Charisme naturel, charme vampirique, morsure ? Nul ne le savait, mais Esteban avait encore tapé dans l’œil à quelqu'un.

Le vampire était ivre, conquis par le sang métamorphe. L'attraction qu'il ressentait pour cet homme lui paraissait d'autant plus forte et réelle qu'il n'était pas tout à fait dans son état normal. Et bien sûr, il y avait toujours qu'il avait envie de faire exploser toutes les barrières. C'était juste un baiser. Luisa pouvait supporter cette vision. On voyait des gens s'embrasser dans la rue tous les jours.

Leurs bouches se touchèrent et la fougue de la morsure revint, légèrement détournée.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Luisa Selva Moreno
Normes
Luisa Selva Moreno

Identification
Emploi: Gérante d'entreprises
Age apparent: 38 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember - Page 2 Vote_lcap17/30A night to remember - Page 2 160125120054759347  (17/30)

A night to remember - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember - Page 2 Icon_minitimeSam 25 Juil - 11:24

La mexicaine trouvait ça très drôle : dès qu'elle tournait la tête, ses hôtes avaient un vêtement en moins, et un verre en plus. Elle ne savait pas à quel point les minuscules doses d'alcool ingurgitées jouaient, mais son inquiétude concernant Esteban s'était presque totalement évaporée. Presque, car elle restait de ces personnes qui s'en faisaient en tous temps pour les gens qui comptaient, particulièrement lorsqu'elle les savait dans une situation difficile.

C'est peut-être pour ça qu'elle réagit plus instinctivement qu'elle ne l'aurait cru en l'entendant crier. Posant ses mains sur les hanches de l'homme qui avait apparemment choisi ses genoux pour nouveau siège, elle voulu le décaler, juste suffisamment pour voir de quoi il était question. Le métamorphe se laissa faire, vaguement amusé. Ses propres mains descendirent sur celles de Luisa pour les remonter le long de son torse et caresser la musculature fine. Rapidement, le regard de Luisa retrouva sa destination d'origine, à la fois attirée par ce qu'on était en train de lui faire faire et tranquillisée par le fait qu'Esteban n'avait pas l'air en si mauvaise posture que cela.

Evidemment, tout était question de point de vue... Mais la situation semblait beaucoup moins prompte à partir à vau-l'eau que ce cri ne le lui avait laissé croire.

Se ré-intéressant à sa propre situation, Luisa laissa donc ses mains où elle étaient (elles les trouvaient très bien là, et puis elles n'avaient vraiment pas l'air de déranger) et son regard tourna autour des deux métamorphes avant de se hausser.

"Le jeu est terminé ?"

Oh, elle n'avait rien contre, cela ne signifiait certainement que le fait qu'autre chose était sur le point de commencer, mais elle trouvait cela très drôle. Un ricanement sur sa droit lui apprit qu'elle était potentiellement loin du compte.

"Non, nous avons simplement décidé d'enlever les verres."

La bouche de la mexicaine s'allongea sous un "Oh..." de compréhension muet, tandis que deux doigts se glissaient sur son menton et qu'un pouce venait se glisser sur ses lèvres. Elle entrouvrit la bouche, complètement inconsciente du parallèle qui était en train de se faire avec l'autre banquette (l'aurait-elle vu, cela l'aurait certainement beaucoup amusé) et laissa le doigt se poser sur sa langue quelques secondes avant de repartir. Elle sourit.

"Facile. Tequila."

Oui, elle adorait ce jeu.

Un autre cri (enfin, un gémissement plutôt) la tira de leur petit jeu juste assez pour la faire sourire, vaguement amusée. Son regard se tourna vers la banquette quelques secondes plus tard, et ses yeux s'agrandirent en notant le changement de position et l'activité associée. Elle gloussa, retournant à ses moutons en murmurant à l'adresse de ses hôtes.

"Vous me croiriez si je vous disais qu'il y a encore deux heures il se persuadait d'être 100% hétéro ?"

Elle reçut pour réponse un haussement de sourcils désabusé et un sourire amusé, qui l'amenèrent à glousser de nouveau. L'alcool, à si petite dose qu'il était, devait recommencer à faire effet.

"...C'est bien ce que je pensais. Où en étions-nous ?"

Avec un sourire félin, l'un des métamorphes traça une ligne d'un alcool coloré sur son torse nu. La mexicaine sourit pour toute réponse : elle n'allait pas se faire prier.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4341-luisa-selva-moreno
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember - Page 2 Vote_lcap14/30A night to remember - Page 2 160125120054759347  (14/30)

A night to remember - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember - Page 2 Icon_minitimeSam 25 Juil - 12:36

"Vous me croiriez si je vous disais qu'il y a encore deux heures il se persuadait d'être 100% hétéro ?"

Esteban était dans un endroit très chaud et très coupé de toutes les sensations qui n'avaient rien à voir avec le sang, le corps du métamorphe qu'il sentait réagir sous le sien, ou la langue qui fouillait sa bouche aussi passionnément qu'il étalt lui-même en train de le rendre. Néanmoins, cette remarque là, il l'avait entendue. Elle fit son petit bonhomme de chemin jusqu'à son cerveau et il se crispa juste assez sensiblement pour que le danseur qu'il continuait pourtant d'embrasser échappe un gloussement (étouffé mais) très amusé.

Son esprit avait décidé d'accepter tout ce qui se présenterait à lui, certes, mais il y avait encore des choses dont il se souciait. Il était prêt (?) à assumer ses envies, la véritable définition de ce qu'il était, mais ça ne signifiait pas qu'il appréciait qu'on se fasse des idées à son sujet. De plus, voilà qu'il commençait à nouveau à avoir des peurs irrationnelles : Et si, finalement, il était réellement gay ? Si cette histoire de bisexualité n'était qu'un conte dont il s'abreuvait pour masquer la vérité et la rendre plus supportable ?

Il y avait un danseur qui était resté relativement en retrait. Il était en réalité tout proche d'Esteban et de son collègue couché sur la banquette, mais il avait sciemment décidé d'observer plutôt que d'intervenir trop précocement. Il avait probablement vu à l'attitude d'Esteban qu'il n'était pas habitué au type de prestation qu'il recevait actuellement, et qu'il aurait mal supporté une quelconque dose d'action supplémentaire. Alors il avait attendu son tour. Un raclement de gorge lui échappa et il ne parvint vraisemblablement pas à retenir la pique (gentillette, mais une pique quand même) qu'il avait sur le bout de la langue. Malicieux, il jeta un coup d’œil entendu à Luisa :

"Si ce garçon est hétéro, moi, je suis la reine d'Angleterre à son apogée..."

Oui, le client était roi et oui, il ne fallait pas le contrarier, mais il fallait bien admettre que les refoulés pouvaient être agaçants voire abjects pour certains. L'homme n'avait vraisemblablement pas réussi à contenir toute l'acidité que  ces comportements lui inspiraient. Il se releva en mimant un geste affecté assorti à son commentaire, puis il changea de banquette. A califourchon par dessus Esteban et son collègue, il ne prenait encore aucune initiative, mais il était prêt à en remettre une couche et à mériter son salaire.

Esteban parvint à détacher sa bouche de celle du métamorphe aux cheveux rouges. Il avait la tête qui tournait un peu mais il parvint tout de même à la redresser en direction de Luisa, qu'il découvrit en proie aux deux hommes qui ne s'occupaient pas de lui et...

... Ok. C'était peut-être un peu perturbant de voir sa tante dans ce genre de configuration. Il écarta tout de suite cette pensée. Au pire, il suffisait qu'ils ne s'intéressent chacun qu'à ce qu'il se passait sur leurs canapés respectifs... N'est-ce pas ?

Esteban pointa Luisa du doigt et le sang métamorphe parla pour lui :

"... Alors d'abord elle a aussi dit que j'étais pas 100% gay. Donc hein, voilà."

Cette réaction provoqua quelques rires pour certains modérément attendris (pour d'autres modérément jaunes, ou peut-être les deux en même temps). Le métamorphe qui était derrière Esteban profita du fait qu'il avait lâché son collègue pour sortir une petite lame et pour s'ouvrir au niveau du poignet (choix plus pragmatique que volontairement chaste, car ils n'étaient pas dans une position qui rendait très pratique toute morsure à un autre endroit).

"D'accord. Mais c'est une précision qui n'a pas vraiment son utilité dans cette situation, n'est-ce pas ?"

Le cerveau d'Esteban moulina dans la farine.
... Certes. Le taux de testostérone dans cette pièce crevait le plafond, et la seule personne qui n'était pas concernée se trouvait être de sa famille. Donc ça ne lui laissait que peu d'options.

"... Oui mais je..."

Il s'arrêta, saisi par l'image et l'odeur du sang qu'on lui présentait sous le nez. Puis il abandonna. Il s'en fichait, finalement. Il voulait juste boire et profiter, même si c'était pour se détester par la suite.

"... D'accord. C'est vrai, mais donnez moi ça par pitié..."

Esteban colla le bras du métamorphe contre sa bouche et creva la peau, s'adonnant à une morsure plus qu'optionnelle : il n'avait plus vraiment faim. C'était de la gourmandise.

... Il était en train de boire du sang par gourmandise. Il peinait à y croire, et pourtant, c'était exactement ce qui était en train d'arriver.

L'homme fit en sorte de ramener son bras contre lui, plaquant le dos d'Esteban contre son torse, écrasant presque sa gorge avec son bras. Serré dans cette étreinte inattendue, le vamp s'enflammait et s'il n'avait pas eu conscience de la présence de Luisa, il aurait facilement pu se laisser convaincre de tester des choses bien plus indécentes. Sa main libre griffait à moitié le bras du danseur, presque au niveau de l'épaule.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Luisa Selva Moreno
Normes
Luisa Selva Moreno

Identification
Emploi: Gérante d'entreprises
Age apparent: 38 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember - Page 2 Vote_lcap17/30A night to remember - Page 2 160125120054759347  (17/30)

A night to remember - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember - Page 2 Icon_minitimeSam 25 Juil - 17:55

La réponse du métamorphe qui était probablement le plus sage jusque là lui arracha un nouveau gloussement sans équivoque. Elle aurait pu continuer longtemps, avec des "N'est-ce pas" et autres anecdotes -pas forcément incriminantes,  mais hautement révélatrices- si elle n'avait pas été déconcentrée par la présence de deux autres métamorphes à ses côtés et sur ses genoux, ainsi que leurs jeux particulièrement palpitants. Elle ne fit donc pas preuve de sa répartie légendaire, et c'était probablement mieux pour Esteban, en fin de compte.

D'autant que le jeune homme se débrouillait assez bien pour se décrédibiliser tout seul : se sentant apparemment obligé de faire une remarque, le voilà qui répondit aux propos de sa tante avec une précision qui, au vu du contexte, n'avait pas lieu d'être. Occupée comme elle l'était à tenter de découvrir l'alcool de ce dernier test en date, elle se contenta de glousser à nouveau, sur le torse du métamorphe qui frissonna.

"Hey. Ça chatouille."

La mexicaine se mordit la lèvre et leva un regard faussement désolé vers l'hôte faussement agacé, qui se contenta d'hausser un sourcil interrogateur.

"Alors ?
-Mhm... J'hésite mais... Amaretto ?"

Un rire chaud, qu'elle entendait beaucoup trop bien au vu de la façon dont elle était placée. Décidément, cette soirée était tout sauf ennuyeuse...

"Tu es beaucoup trop douée à ce jeu. Il va falloir augmenter la difficulté."

Ce fut au tour de Luisa d'hausser un sourcil intrigué. Comment voulait-il corser le jeu, au juste ? C'est à ce moment là qu'elle remarqua l'autre métamorphe prendre une gorgée d'un alcool inconnu, sans l'avaler, avant de lui adresser un clin d’œil amusé.

"...Ah."

Loin d'elle l'idée de les démotiver dans leurs plans. Même la façon dont elle pouvait entendre Esteban quémander du sang (elle qui avait eu tant de mal à lui en faire boire à peine vingt-quatre heures plus tôt) ne l'attirait pas autant que l'attitude des deux hôtes. Avec un sourire charmant, elle s'approcha donc du visage du métamorphe pour continuer sa """dégustation""".

Vraiment, cette soirée allait rester dans les mémoires... peu importe leurs taux d'alcoolémie respectifs.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4341-luisa-selva-moreno
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember - Page 2 Vote_lcap14/30A night to remember - Page 2 160125120054759347  (14/30)

A night to remember - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember - Page 2 Icon_minitimeSam 25 Juil - 18:37

Le poignet du métamorphe se détacha des lèvres du vampire. Il commençait vraiment à sentir l'ivresse et c'était une sensation d'autant plus étrange qu'il ne l'avait guère eue par le passé si ce n'est à Las Vegas. Il avait imaginé qu'il ne l'expérimenterait plus jamais.

Un trait de sang termina accidentellement contre son menton. Il s'essuya le visage avec les doigts mais ne gâcha pas une goutte de ce nectar absolument délicieux, pourtant abject dans sa composition : il s'agissait du sang de créatures qui avaient été reniées par le Divin dès la naissance. Il avait conscience de l'image qu'il se donnait. L'impureté de sa condition le horrifiait, l'accablait, mais il trouvait un plaisir hideux à la laisser s'exprimer. Il n'était plus certain de savoir si il était heureux d'être ici ou bien s'il voulait que tout s'arrête sans attendre. Il se sentait sur la brèche, capable de se laisser tomber plus bas dans la débauche autant que d'y perdre brutalement goût au profit d'une nausée débilitante.

Il n'était pas dans de bonnes dispositions, il n'allait clairement pas avoir "l'alcool" joyeux.

L'envie de sang était passée même si l'odeur des métamorphes l'attirait toujours autant. Il sentait qu'il fallait qu'il arrête de boire au risque que tout parte vraiment à vau l'eau. Aller plus loin dans ces jeux tout à la fois délicieux et dégradants était hors de question alors que Luisa n'était qu'à quelques pas de lui, les lèvres encore occupées par un des hôtes. Il glissa accidentellement un œil sur ce qu'elle faisait, mais les détourna tout aussi vite.

Les deux métamorphes lui avaient offert un peu d'espace -autant que faire se pouvait dans cette petite pièce où ils s'entassaient. Ils avaient vu dans son attitude et à son expression qu'Esteban n'était plus aussi enthousiaste qu'à l'instant précédent.

"Besoin d'une pause ?
- J'ai... Oui. Merci. Je crois que ça suffit comme ça... Merci pour votre service..."

Les deux hommes le laissèrent se décaler, assez compréhensifs malgré l'humour corrosif dont ils avaient fait preuve à ses dépends quelques minutes au préalable. Esteban avait d'étranges sueurs froides (ou ce qui y ressemblait). Il passa une main sur son visage, mais ça ne l'aida pas à se sentir mieux.

"Pas de souci. Ça monte vite à la tête, hein ?
- Oui... On peut dire ça comme ça."

L'un d'entre eux avait clairement envie de rajouter quelque chose de l'ordre du "Surtout lorsqu'on était encore hétéro il y a deux heures", mais il ne le fit pas par respect pour le client. Et aussi parce que ça aurait été un peu vache étant donné la tête que tirait le gamin. Il n'avait vraiment pas l'air bien.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Luisa Selva Moreno
Normes
Luisa Selva Moreno

Identification
Emploi: Gérante d'entreprises
Age apparent: 38 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember - Page 2 Vote_lcap17/30A night to remember - Page 2 160125120054759347  (17/30)

A night to remember - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember - Page 2 Icon_minitimeSam 25 Juil - 20:05

Cela aurait pu durer un long moment ainsi. En réalité, Luisa aurait pu faire ce genre de choses toutes la nuit. C'était particulièrement agréable. Par ailleurs, l'idée de ce jeu d'alcool était extrêmement bien trouvée, peut-être allait-elle la leur piquer pour la mettre en place dans son propre appartement, un de ces jours...

Bien entendu, ce ne serait pas pour tout de suite. En effet, son appartement risquait de recevoir un invité sur le long terme, et si elle était actuellement en train de """s'amuser""" avec son neveu à moins de deux mètres, elle n'avait pas l'intention de faire cela tous les soirs.

Comme son esprit divaguait vers Esteban, elle se concentrait moins sur ce qu'elle faisait. Son visage se détacha de celui du métamorphe alors qu'elle se passait sa langue sur les lèvres, tentant de deviner le nom du dernier alcool en date.

"... Rhum ?
-Raté ! C'est de la cachaça.
-C'est de la triche ! C'est presque la même chose !"

Les deux hommes rient de bon cœur en voyant la mexicaine croiser ses bras sur son ventre en signe de protestation. Peut-être parce que son sourire amusé et son regard enjoué démentaient l'air ronchon qu'elle voulait se donner. Décidément, elle avait l'alcool joyeux, ce soir.

...Contrairement à d'autres. Il ne lui fallut pas longtemps pour se rendre compte que quelque chose n'allait pas du côté de son neveu. D'abord, parce qu'elle ne les entendait plus. Ensuite, parce qu'en glissant son regard de leur côté, elle était capable de voir que l'attitude d'Esteban n'était plus aussi "je m'en foutiste" qu'elle avait pu l'être un peu plus tôt. Il avait l'air... désemparé. Pas du genre à avoir l'alcool joyeux. Malheureusement, elle s'y attendait.

"...Oh ho."

Faisant signe aux deux métamorphes avec elle qu'elle avait besoin de bouger, Luisa se leva pour se diriger doucement en direction de son neveu. Elle s'agenouilla devant lui, posant ses mains sur ses bras, comme elle l'avait fait de nombreuses fois depuis le début de cette soirée. Malgré l'alcool qui coulait dans son sang, elle était encore capable de prendre les responsabilités qui s'imposaient. Doucement, elle s'adressa à son filleul.

"Tebi, ça va ? Tu veux rentrer ?"

Elle n'allait pas le faire traîner s'il n'en avait pas envie. Au départ, ils étaient sortis pour qu'il puisse se nourrir suffisamment, et cet objectif était accompli. Conclusion, si Esteban n'allait pas bien et/ou en avait marre et voulait rentrer à l'appartement, sa tante le suivrait sans faire le moindre cinéma.

...Elle ne savait pas si c'était le fait que les quantités étaient moins nombreuses, ou qu'elle avait bu moins vite mine de rien, mais clairement, l'alcool n'était pas monté aussi fort que dans le bar. Au vu de ce qui se tramait, c'était plutôt une bonne chose.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4341-luisa-selva-moreno
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember - Page 2 Vote_lcap14/30A night to remember - Page 2 160125120054759347  (14/30)

A night to remember - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember - Page 2 Icon_minitimeSam 25 Juil - 20:42

A Las Vegas, après avoir trop bu, il n'avait été malade qu'une fois, mais ça lui avait donné une idée relativement claire des états dans lesquels on pouvait se mettre : c'était soudain, brutal, et ça ne pardonnait pas. Ici, il n'avait rien assez consommé pour qu'on puisse parler de cuite, mais il avait tout de même l'impression d'être en train de s'en prendre une. Ce n'était pas l'alcool - ou le sang métamorphe - le problème. C'était son état psychologique.

Il était en train de se prendre une cuite mentale. Chouette.

En moins de temps qu'il ne le fallait pour le dire, Luisa fut en face de lui. Il frissonna sous ses doigts et sortit son visage des mains qui le cachaient. Leurs yeux se croisèrent et Luisa remarqua probablement qu'Esteban n'était pas dans des dispositions si différentes de celles dans lesquelles il avait décidé de rentrer dans ce club et de laisser s'y dérouler ce qui devait s'y dérouler.

Il n'était plus dans l'agression, il n'était plus dans la réaction car la situation ne le justifiait plus, mais il y avait toujours dans ses yeux cette même nuance terne, détachée. Il ne regrettait rien, mais ça ne signifiait pas qu'il le vivait bien. L'incontrôlable douleur qui l'avait pris de cours était désormais la seule chose qui animait son regard.

"Je crois que je préférerais, oui... J'ai la tête qui tourne et... Je ne suis pas d'humeur à avoir la tête qui tourne."

Le jeune homme soupira, passant encore ses mains sur son visage pour essayer de se tirer de l'atroce morosité qui essayait de l'aspirer aussi sûrement que l'auraient fait des sables mouvants. Spoiler : ça ne fonctionnait pas. Il se redressa et se retourna dans la direction des hôtes qui attendaient patiemment leur verdict :

"Merci encore pour votre... travail volontaire."

... Venait-il vraiment de dire ça ? C'était la faute à l'alcool. Enfin, au sang de métamorphe. Bref. C'était extrêmement embarrassant. Cette stupide expression avait fait ricaner les quatre hommes en même temps et il avait l'impression que le regard de celui qui avait des cheveux rouges allait lui percer le crâne. Il ne connaissait pas son prénom. C'était bien la première fois qu'il embrassait quelqu'un sans s'embarrasser de connaître son prénom.

"Je suis désolé de couper court à votre prestation prématurément mais je ne me sens pas très bien.
- Aucun problème, on ne se vexe pas ! N'hésitez pas à revenir nous voir une prochaine nuit lorsque ça ira mieux..."

Esteban mit plus de temps à réagir qu'il n'aurait dû. Il était plongé dans ses pensées. Pourquoi s'embêtait-il à se montrer si poli à l'égard de ces... créatures ?

Puis il se souvint (encore) qu'il ne valait désormais pas mieux qu'elles. Il aurait été arrogant de sa part de se montrer désagréable avec ces outres alors qu'il en était un lui-même. Perturbé, il se rendait compte qu'il n'arrivait pas à trouver chez eux le moindre problème, si ce n'est leur naissance et leur métier douteux. Ils n'avaient pas l'air dangereux, vus comme ça.

"Je... prends note."

Peut-être cachaient-ils bien leur jeu ? Peut-être étaient-ils simplement dangereux, malfaisants, au même titre que lui-même, soit pas de façon nécessairement volontaire ? Leurs capacités surhumaines étaient un risque. Ils étaient probablement plus agressifs que la moyenne des normes. La saison des amours était une véritable aberration... Tout comme sa soif, qui le rendait parfaitement infréquentable.

Il ne voulait pas penser à ça. Il était déjà suffisamment confus sans ces questionnements supplémentaires.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Luisa Selva Moreno
Normes
Luisa Selva Moreno

Identification
Emploi: Gérante d'entreprises
Age apparent: 38 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember - Page 2 Vote_lcap17/30A night to remember - Page 2 160125120054759347  (17/30)

A night to remember - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember - Page 2 Icon_minitimeSam 25 Juil - 21:45

Ce qu'elle vit dans le regard de son neveu ne l'enchanta guère, mais elle ne pouvait pas dire qu'elle était complètement étonnée. Après tout, avec tout ce qu'il avait subi et subissait encore, particulièrement depuis sa transformation, la façon dont sa vie était chamboulée de multiples manières et la forme dans laquelle elle l'avait retrouvé il y a trop peu de temps à ses yeux, il était clair que l'abysse où il plongeait depuis tout ce temps n'allait pas se refermer en une soirée. Encore moins une soirée alcoolisée (ou équivalent, du moins) où il commençait à peine à comprendre ses penchants, à défaut de les accepter.

Malgré tout, elle n'était pas préparée à bien prendre la douleur qu'elle remarquait aisément dans ce regard clair. Par principe, elle détestait l'idée de le voir souffrir, d'une manière ou d'une autre. Il s'agissait de son neveu, de son filleul, de l'enfant qu'elle s'était jurée de protéger et elle avait beaucoup, beaucoup de mal à accepter d'avoir aussi éhontément failli à sa tâche; Ce n’était pas simplement cette nuit, c'était l'enchaînement de tout un tas de choses, qu'elle n'avait pas vu pour des raisons variées et qui faisaient qu'ils en étaient là. Cela ne lui plaisait pas du tout.

Mais elle était déjà partie à sa recherche une fois et qu'il fallait qu'elle recommence, figurativement parlant, pour le tirer de ces abysses, elle le ferait sans hésiter. Elle était déjà en train de s'y atteler.

Avec un sourire, elle écouta la réponse de son neveu avant d'hocher gentiment la tête.

"Alors, allons-y."

Elle se leva, jetant un regard d'excuse sur les quatre autres occupants de la salle. Il allait falloir couper court à leurs jeux. Non pas que ce serait un problème en soi : les employés seraient payés dans tous les cas, et ils n'avaient pas l'intention de filer à l'anglaise (même si les... remerciements étranges de son filleul lui donnaient envie de grincer des dents), mais tout de même... elle aurait bien joué jusqu'à la fin.

Aux excuses d'Esteban, elle ajouta les siennes, bien que dirigées principalement aux deux métamorphes qui avaient pris soin d'elle.

"C'était très sympa comme jeu, j'aurais adoré connaître la fin !"

Un clin d’œil amusé de l'un, qui se lève pour lui tendre sa veste -qu'elle prit avec un sourire de remerciement pour la poser sur son bras pour le moment- tandis que l'autre fouillait dans un tiroir d'une commode non loin pour lui tendre une fiole.

"Tenez, prenez ça. Le mélange d'alcools, ça ne pardonne pas."

Sans se poser la question plus que cela, Luisa hocha la tête, prit la fiole et la but cul sec (...décidément). Elle sentit presque aussitôt que la brume épaisse dans son cerveau commençait à s'éloigner.

"Wow... Efficace !"

Elle arracha de nouveaux ricanements au groupe. Peut-être n'avaient-il pas l'habitude de se retrouver face à des personnes qui avaient si peu inclus les divers mœurs Outres dans leurs quotidien. Ou peut-être étaient-il, justement, trop habitués. Luisa se tourna vers son neveu.

"Tebi, es-tu prêt ?"

Récupérant son sac en attendant la réponse de son filleul (et/ou qu'il finisse de se préparer à partir), la mexicaine fouilla à l'intérieur. Ils avaient déjà payé auprès de l'employé à la commande, mais il était évident qu'à service exemplaire, un pourboire de qualité était à consacrer. Elle prit quatre billets, qu'elle posa sur le meuble près d'elle, avant de prendre le bras d'Esteban, comme elle en avait pris l'habitude ce soir.

"Merci encore pour tout, les garçons. A une prochaine fois, peut-être !"

Souriante, elle ouvrit la porte pour sortir de la pièce, puis du bâtiment. De retour dans la rue, elle se tourna vers son neveu.

"Si on veut trouver un taxi, il va probablement falloir retourner du côté du Danse Macabre... Il n'y en aura pas dans ce coin."

L'autre solution étant de rentrer à pieds par les ruelles sombres et mal famées... il était déjà établi qu'ils n'avaient pas vraiment le choix.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4341-luisa-selva-moreno
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember - Page 2 Vote_lcap14/30A night to remember - Page 2 160125120054759347  (14/30)

A night to remember - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember - Page 2 Icon_minitimeSam 25 Juil - 23:54

L'oeil toujours aussi terne, Esteban regarda Luisa boire une potion wiccane sans comprendre exactement ce à quoi il assistait. Il ne chercha pas à se renseigner. Il préféra remettre son manteau et l'ajuster approximativement sur ses épaules.

"Oui, c'est bon."

Il était prêt à partir et il n'arrivait pas à savoir s'il avait hâte de revenir, ou s'il aurait préféré ne plus jamais avoir à le faire. Il laissa Luisa payer les pourboires sans s'en soucier. Peu importait qui de lui ou d'elle dépensait ces sommes ridicules. Cela revenait à ne rien dépenser du tout.

Il s'était déjà excusé et avait déjà remercié les danseurs (... un peu trop fort). Il jugea inutile de recommencer quand bien même sa tante en rajoutait une couche. Esteban insista pour passer par le comptoir avant de partir :

"Attend... j'ai démoli leur mobilier, il faut les dédommager."

Après avoir expliqué la situation à l'employé de l'accueil, ce fut son tour de faire tourner la planche à billets. Il dut en mettre un peu trop car l'homme écarquilla des yeux exagérément surpris. Oh.. ? Pourtant, il avait essayé de jouer le jeu et de se contenter d'une somme qu'il jugeait à peine suffisante...

Revenus dans la rue, ils marchèrent sur quelques mètres avant que Luisa ne lui adresse à nouveau la parole. Esteban avait le regard vacant. Il se sentait toujours aussi mal et il n'arrivait même pas à comprendre pourquoi. Cette émotion poisseuse lui avait simplement sauté dessus et maintenant il la subissait sans être en mesure de l'analyser.

Souffrir et n'être pas capable de saisir pourquoi, c'était encore pire que souffrir en connaissance de cause.

"Si on veut trouver un taxi, il va probablement falloir retourner du côté du Danse Macabre... Il n'y en aura pas dans ce coin."

"Allons-y... Il ne doit probablement plus être là."

Par "il", Esteban entendait le camarade de classe qui les avait incités à tourner dans cette fameuse rue, et grâce auquel ils avaient découvert ce fameux club... Bref. Luisa l'aurait compris.

Son regard tomba sur la main de Luisa posée sur son bras, puis sur sa propre main. La veille, il avait déjà observé la teinte de sa peau changer après s'être correctement repu. Pour une raison qu'il ne s'expliquait pas, cette vision lui fit un effet encore différent. Peut-être était-ce parce qu'il était légèrement ivre. A moins que la coloration de sa peau ne fut encore plus saturée de couleur comme il avait bu au-delà de ses besoins, ce soir... Il s'arrêta brutalement, car il eut l'impression d'avoir retrouvé les couleurs et le grain de peau qui le caractérisaient de son vivant.

Il eut pour réflexe de se tourner et d'observer son reflet dans une vitrine particulièrement brillante. Il eut réellement l'impression de se voir humain et cela lui fit légèrement tourner la tête. Ça ne dura pas. Rien ne collait, de sa tenue vestimentaire aux crocs qu'il voyait dépasser de sa bouche entrouverte. Cette carnation, c'était une illusion pour laquelle il allait lui falloir boire du sang tous les soirs.

Il se détourna de cette image violemment. Il ne fallait plus qu'il coure après ce qui lui était devenu inaccessible, même si cela signifiait qu'il devait plonger de plus en plus profond dans l'abysse. Il avançait silencieux, mortifié, au bord des larmes et pourtant incapable de pleurer à l'exception d'une goutte qu'il avait rageusement retiré de son visage. Il avait l'esprit embué et chacun de leurs pas faisait résonner sa tête comme pas permis. Cela n'améliorait pas son humeur.

Non, il n'avait vraiment pas envie d'en parler. Ni maintenant, ni plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Luisa Selva Moreno
Normes
Luisa Selva Moreno

Identification
Emploi: Gérante d'entreprises
Age apparent: 38 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember - Page 2 Vote_lcap17/30A night to remember - Page 2 160125120054759347  (17/30)

A night to remember - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember - Page 2 Icon_minitimeDim 26 Juil - 11:47

Luisa laissa Esteban dédommager l'employé au comptoir sans broncher. Elle n'allait pas le lui interdire. Après tout, il avait raison ! Elle aurait probablement pu vérifier un peu le nombre de billets qu'il laissait, ayant une notion de l'argent un peu plus réaliste que celle de son neveu, mais ce n'était qu'à peine, et puis il leur faudrait peut-être changer toutes les banquettes de la pièce pour garder un ensemble cohérent, non ?

Bref, peu importait vraiment combien Esteban donnait. Elle savait que ce serait largement suffisant et c'était tout ce qui lui importait à l'heure actuelle.

Il ne leur fallut donc pas très longtemps pour quitter le bâtiment et retrouver les rues fraîches de la nuit néo-orléanaise. Bien que la potion wiccane qu'elle avait ingurgité avait déjà bien agi sur ses sens, Luisa était heureuse de sentir la brise sur son visage. Il fallait avouer qu'à six dans la petite pièce, l'atmosphère pouvait rapidement devenir irrespirable. Même s'ils avaient certainement tout un tas de systèmes pour pallier à ce genre de choses.

Sortant de ses pensées, Luisa fit une remarque sur leur moyen de transport pour rentrer. Les taxis ne passaient pas dans le coin et de toute façon, vu l'heure, les chauffeurs se garaient plutôt à proximité du Danse Macabre, pour avoir plus de chances d'attraper les clients à la sortie de leur nuit de débauche. Elle préférait en faire part à Esteban avant de prendre la décision d'avancer. Simplement parce qu'il l'avait laissée en charge de les diriger dans le Quartier un peu plus tôt ne voulait pas dire qu'elle devait prendre les décisions sans le mettre un minimum au courant.

Son neveu fit une remarque qu'elle comprit tout de suite, et hocha la tête. En effet, le jeune homme qu'ils avaient croisé ne devait plus être dans le coin. Ou, s'il l'était, il y avait des chances pour qu'il ne soit pas en état de se souvenir de leurs têtes s'ils se croisaient à nouveau. Reprenant la route, Luisa marchait d'un bon pas, sa main toujours accrochée au bras d'Esteban. Ils ne parlaient pas, mais ce n'était pas vraiment un problème aux yeux de la mexicaine. Bon, elle savait que cela voulait dire que son neveu allait probablement se complaire dans ses idées noires, mais ce n'était pas comme si elle pouvait tout effacer d'un coup de baguette magique. Elle craignait qu'il n'y ait pas de potion wiccane pour ce genre de chose, qui effacerait la dépression de son filleul comme la gueule de bois qui lui pendait au nez un peu plus tôt.

Elle pouvait être là pour lui, mais pas forcément avoir les mots qu'il fallait, parce que parfois, ces mots n'existaient pas. Elle ne pouvait pas exactement imaginer ce par quoi son neveu était en train de passer. Il fallait qu'elle soit là au besoin, sans être trop envahissante. Elle l'avait déjà beaucoup été au cours des dernières vingt-quatre heures.

Perdue dans ses pensées, elle ne calcula pas de suite que le vampire s'était arrêté. Ce ne fut qu'en sentant son bras tiré vers l'arrière lors d'un nouveau pas qu'elle réalisa. Elle revint à son niveau pour le voir fixer son reflet dans une vitrine quelconque. Elle grimaça intérieurement. Oui, vu comme ça, au-delà de leur accoutrement, bien entendu,  tout avait l'air normal. D'ailleurs, Luisa aurait presque pu l'avoir convaincu de porter ce genre de choses pour une sortie, et aurait fini par gagner au terme d'un long débat, probablement avec une promesse de le laisser tranquille pendant les dix prochaines années ou quelque chose comme ça (promesse qu'elle n'aurait jamais tenue, mais ce n'était qu'un détail).

Seulement, rien n'était normal, et ils le savaient tous les deux. Autant que Luisa souhaitait faire comprendre à son filleul que rien n'avait changé entre eux, il était évident que le monde, lui, était complètement chamboulé. Et, aux yeux d'un garçon à peine sorti de l'adolescence et ayant grandi beaucoup trop vite, c'était trop.

Sans un mot, Luisa serra le bras de son neveu et posa sa tête sur son épaule. Il n'avait peut-être pas envie de parler pour le moment, mais il devait savoir qu'elle était là, s'il en avait besoin. Et qu'elle le serait toujours. Cette promesse là, elle avait l'intention de la tenir.

Ils arrivèrent rapidement aux alentours du Danse Macabre. Comme l'avait prédit Luisa, il y avait là de nombreux taxis et ils n'eurent pas de problème à en trouver un, dans lequel ils s'installèrent. Luisa donna l'adresse, puis elle se cala à nouveau contre son neveu. Sa main n'avait pas quitté son bras. Elle n'avait rien à dire qui soit particulièrement utile (ou même bienveillant, car qu'est-ce qu'elle pourrait dire qui lui ferait vraiment du bien ? Elle n'était pas la bonne personne pour cela) et préférait donc se taire, tout en montrant son soutien. C'était probablement le mieux.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4341-luisa-selva-moreno
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember - Page 2 Vote_lcap14/30A night to remember - Page 2 160125120054759347  (14/30)

A night to remember - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember - Page 2 Icon_minitimeDim 26 Juil - 13:43

Esteban n'était pas dans des dispositions où il était facile de l'atteindre ni d'alléger la souffrance qu'il portait, mais il restait plus ou moins perméable aux gestes. Sentir Luisa qui tenait fermement son bras, qui mettait sa tête contre son épaule (le tout sans que cela provoque en lui une envie fâcheuse envie de sang), cela lui faisait du bien. C'était un peu équivalent à mettre du baume sur un moignon sanglant, encore hémorragique, mais ça lui faisait du bien quand même.

A défaut d'apaiser sa douleur, cela lui donnait un cadre, une direction. Les idées noires tournaient moins rapidement dans son esprit confus. Elle l'aidait à moins penser. Il aurait eu besoin de ne plus penser du tout et de n'avoir à se focaliser que sur cette plaie à l'intérieur de lui qui sapait déjà toute son énergie.

Esteban jeta un coup d’œil à Luisa, qu'elle lui retourna peut-être, ou pas. Elle savait déjà ce qu'elle allait voir : l'expression du vampire n'avait pas changé. Son désespoir avait quelque chose d'austère dans la façon dont il s'exprimait. A l'inverse, lorsqu'il posa la main sur l'épaule de sa tante en guise de remerciement silencieux, son étreinte était très douce, égale au tempérament pour lequel Esteban était connu avant que tout cela ne lui tombe dessus.

Cette phase qu'il traversait n'était définitivement pas de l'ordre de la rébellion entêtée, unilatérale et absolue. C'était beaucoup plus subtil (et de ce fait probablement beaucoup plus inquiétant).

Ils montèrent dans le taxi et cette fois, le jeune homme ne s'intéressa pas une seule seconde à la taille du véhicule, à la propreté des sièges, des vitres, ou à la qualité des amortisseurs. Il perdit son regard au travers de la vitre et ne broncha plus du trajet. Il se refermait comme une huître, mais ce n'était pas volontaire. Il y avait simplement trop de choses qui se passaient à l'intérieur de lui, certaines qu'il comprenait, d'autres qu'il n'arrivait toujours pas à décortiquer.

Il se sentait sale, irrécupérable. Il avait l'impression de ne plus être le même. Lâcher la bride, regarder en face ses envies inavouables lui avait fait du bien au moment où il l'avait fait, mais il entrait dans une phase bien moins agréable où il prenait du recul sur ses actions et où il n'arrivait pas à les assumer aussi bien qu'il l'aurait voulu. C'était comme de se rappeler des choses insensées qu'on avait fait sous l'influence de l'alcool, à cela près qu'il n'arrivait pas vraiment à regretter d'avoir pris les décisions qu'il avait prises.

Il regrettait en revanche d'être qui il était.

Ce n'était qu'une toute petite partie de l'émotion rampante qui s'était enroulée autour de lui et l'étouffait. Il n'était même pas certain de ses déductions. A l'instant suivant, il aurait été capable de comprendre tout à fait autre chose à propos de la souffrance et des pensées confuses qui le traversaient, pour finalement ne pas réussir à trouver la moindre cohérence entre ses propres hypothèses.

Qu'est-ce qui le dérangeait le plus ? D'avoir bu du sang à la gorge de plusieurs personnes et d'avoir adoré ça ? De vouloir recommencer, d'avoir des envies plus inavouables encore quant aux manières dont il pouvait abreuver sa soif de sang ? De s'être laissé aguiché par des hommes ? D'en avoir embrassé un parce qu'il en avait envie, alors qu'il n'arrivait pas à avoir l'impression que la rupture avec Erin était véritablement effective ? D'avoir échangé avec des métamorphes et de les avoir trouvé somme toute relativement sympathiques ? Est-ce que c'était parce que son esprit se transformait, à son tour ? Est-ce qu'il devenait un outre dans sa tête après avoir perdu son corps à cette corruption ? Finirait-il par se sentir un étranger parmi les normes ? N'était-ce pas déjà le cas ?

Même lorsqu'il parvenait à  calmer ce questionnement, la douleur hideuse restait présente.

Il voyait passer le paysage urbain sans le regarder, un peu comme il laissa couler quelques larmes sans en avoir vraiment conscience. Elles glissèrent lentement contre ses joues, pendirent à son menton puis s'écrasèrent sur ses vêtements sans qu'il cherche à les essuyer.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Luisa Selva Moreno
Normes
Luisa Selva Moreno

Identification
Emploi: Gérante d'entreprises
Age apparent: 38 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember - Page 2 Vote_lcap17/30A night to remember - Page 2 160125120054759347  (17/30)

A night to remember - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember - Page 2 Icon_minitimeDim 26 Juil - 19:42

En sentant la main d'Esteban sur son épaule, quelque chose à l'intérieur de la mexicaine se décrispa lentement. Elle avait la sensation qu'il était moins inaccessible que prévu. Cela ne voulait pas dire que les prochaines semaines (...oserait-elle penser 'mois' ?) allaient être beaucoup moins compliqués, mais au moins elle était certaine de ne pas taper dans le vide. Bien entendu, il y aurait certainement des moments où son neveu serait hors de sa portée, comme il l'avait pu l'être la veille, notamment dans la salle de bains, mais elle avait bon espoir que cela ne soient que des états passagers.

Il lui fallait s'en persuader, de toute façon, si elle ne voulait pas baisser les bras avant même d'avoir commencé.

Le trajet dans les rues jusqu'à trouver un taxi se passa dans un silence qui, si il était pesant par la force des choses, n'était pas non plus totalement déplaisant. Les dernières heures avaient été complexes et un peu de repos, même auditif, ne faisait pas de mal.

Le trajet en taxi se déroula de la même façon. De temps en temps, Luisa regardait son filleul du coin de l'oeil, semblait sur le point de dire quelque chose avant de se raviser au dernier moment. Elle avait l'impression que, quoi qu'elle puisse dire, rien ne serait efficace à ce moment précis. Alors, elle se contentait de poser sa tête sur son épaule et de caresser son bras, faisant mine d'ignorer les larmes qui coulaient sur ses joues sans qu'elle ne puisse rien y faire.

Ils arrivèrent bientôt à quelques mètres de l'immeuble. Par sécurité, Luisa n'avait pas donné l'adresse exacte (on ne savait jamais). Ils parcoururent rapidement la distance qui les séparaient de chez eux et Luisa salua le gardien avec un léger sourire avant qu'ils ne montent dans l'ascenseur.

Ce ne fut qu'une fois devant la porte de son appartement qu'elle lâcha le bras d'Esteban, dans le but de fouiller dans son sac pour y trouver ses clés : elle ne savait pas ce que Karl et Gael avaient bien pu faire pensant leur sortie, mais il n'était pas exclu qu'ils soient partis, ou tout simplement endormis. Elle mit donc sa clé dans la serrure pour ouvrir la porte, avant de tomber nez à nez avec le garde du corps de sa sœur, sur le point d'attraper la poignée. Elle lui fit un sourire amusé.

"Trop lent, Gaucho."

Ils se rendirent de suite dans le salon, où Karl était encore. Plus endormi, par contre. Luisa jeta un œil au jeune homme, puis à l'argentin, avant de lever le doigt en signe préventif.

"A votre place, je ne dirais pas un mot."

Quelques secondes plus tard, elle se dirigeait vers la cuisine ouverte pour se servir un verre d'eau. C'était qu'elle avait soif, avec toutes ces histoires !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4341-luisa-selva-moreno
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember - Page 2 Vote_lcap14/30A night to remember - Page 2 160125120054759347  (14/30)

A night to remember - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember - Page 2 Icon_minitimeDim 26 Juil - 19:43

Le fait d'être arrivé à destination fit du bien à Esteban, dans une certaine mesure. Sortir de la voiture, sentir l'air de l'extérieur sur sa peau, son odeur particulière, observer Luisa qui payait le taxi... Tout cela lui permettait de se détacher du chantier qu'il avait dans la tête. Cela allégeait légèrement le poids de ses tracas même si le problème de cette douleur psychologique mystérieuse et qui refusait de s'en aller restait plein.

Croiser le gardien ne lui fit pas plaisir. Esteban n'avait pas envie d'être vu dans l'immeuble, même si il était encore déguisé et même si presque personne n'avait jamais trop vu "l'étrange habitant du dernier étage". Il se tourna inconsciemment dans une direction qui lui permettait de cacher son visage à l'humain. Il ne prit pas la peine de le saluer et se donna des airs involontairement aussi ténébreux que son costume.

Trop lent, Gaucho.

Tomber nez à nez avec Gael quand Luisa avait ouvert la porte ne lui avait pas trop plu non plus. Il n'était pas dans des dispositions qui le rendaient en mesure d'apprécier ce genre de surprises. Il avait esquissé un pas en arrière puis une légère grimace de désagrément, sans plus cependant. Gael avait déjà vu son accoutrement avant qu'ils ne partent. Il ne lui portait donc pas une attention excessive.

Esteban se contenta de suivre sa tante à l'intérieur et d'ignorer la présence du garde du corps, comme il avait pris l'habitude de le faire depuis qu'il était enfant.

Il y avait une chose à laquelle le vampire n'avait pas pensé, et c'était à la présence de Karl dans l'appartement. Il s'était bêtement dit qu'il avait dû rentrer chez lui. Ou peut-être ne s'était-il tout simplement rien dit du tout comme il avait la tête trop prise par les soucis.

Karl quant à lui avait été briefé par Gael. Il s'attendait plus ou moins au spectacle des deux Selva Moreno rentrant du Quartier Sanglants habillés comme ses habitués les plus réguliers. Cependant il existait une nuance entre savoir quelque chose et en être directement témoin. Voir Esteban dans cette tenue, avec cette coupe de cheveux, ce maquillage, ces couleurs sur les pointes, ce vernis sur les ongles... Cette vision était si improbable que le jeune homme fut incapable de garder son habituelle pokerface. Il ne s'était pas attendu à ce que son ami le porte si bien et l'effet du charme vampirique était d'autant plus embarrassant que Karl avait toujours trouvé Esteban à son goût, même s'il avait cessé depuis longtemps d'avoir des vues sur lui (ou le moindre espoir que cela aboutisse à quelque chose, toujours). Assis droit comme un i dans le même fauteuil que celui dans lequel il dormait au préalable, Karl fixait Esteban avec un regard légèrement écarquillé, une expression saisie.

Esteban faisait approximativement la même tête. Il s'était arrêté brutalement d'avancer lorsqu'il s'était rendu compte de la présence de son meilleur ami et depuis, le silence. Ou presque.

"A votre place, je ne dirais pas un mot."

Mais il n'y avait pas besoin de dire un mot. Le silence était déjà de trop. Une panique viscérale monta chez Esteban qui eut l'impression que Karl allait savoir instantanément ce qu'il s'était passé durant la soirée, comme si c'était inscrit sur son front. Il n'était pas prêt. Peut-être ne le serait-il jamais. Il ne voulait pas admettre que Karl l'attirait lui aussi. Ou l'avait attiré. Peu importe.

A la panique succéda presque immédiatement un pic de fureur aussi inattendu, aussi brutal que celui qu'il avait eu devant le club d'hôte. Quelque chose craqua dans sa tête, encore. Esteban ne voulait pas qu'on le regarde. Il n'en pouvait plus qu'on le juge pour ce qu'il était, pour ce qu'il n'était pas, pour les changements qui s'étaient opérés en lui contre sa volonté... Il en avait tout simplement marre d'être observé. Il savait que ce n'était pas l'intention de Karl, ni de Gael (dont l'expression face à cette scène embarrassante ne devait pas être aussi neutre qu'il l'aurait souhaité), mais il avait l'impression d'être regardé comme un monstre de foire. Il avait bien assez de la haine des Luz-Descalzo, de sa mère qui avait peur de lui, et enfin de son propre jugement qui désormais ne couvrait plus uniquement que son souci de vampirisme.

"QUOI ? QU'EST-CE QUE VOUS REGARDEZ COMME CA ?"

La fuite, seule solution pour vaincre la honte dont il se sentait actuellement recouvert. Esteban fonça dans la chambre (... de Luisa, mais il n'avait pas vu les autres chambres). Il voulut claquer la porte derrière lui mais il fut trop brutal : le battant se fendit en deux, les gonds lâchèrent, et la porte brisée tomba par terre. Boulet de canon, il ne s'en soucia pas. Il ne pouvait pas revenir en arrière.

Esteban retira son manteau et le jeta par terre. Il retira rageusement ses bottes, puis il se coucha en boule sur le lit. Il ne voulait pas changer de vêtements. Mettre ses habituelles chemises après ce qu'il venait de se passer lui paraissait inimaginable. Il aurait eu l'impression d'être hypocrite. De se mentir à lui-même et de mentir aux autre. Il voulait rester habillé comme ça parce que c'était exactement l'image qu'il avait de lui-même à cet instant précis : il était une créature de débauche. Il buvait du sang et il aimait ça. Il avait des envies absolument abjectes. Et il n'était définitivement pas hétéro. Cette prise de conscience avait changé quelque chose en lui, tout comme accepter d'être un vampire avait précédemment modifié la perception qu'il avait de lui-même. Le mélange des deux était en train de lui faire fondre le cerveau. Il ramena ses genoux contre lui, posa son front par dessus, puis il cacha sa tête dans ses bras et laissa les sanglots de rage et de dégoût sortir aussi fort qu'ils en avaient besoin.

Karl, interdit, fixait la porte cassée sans trop savoir ce qu'il aurait dû faire. Il n'aimait pas entendre Esteban dans cet état, mais d'un autre côté il paraissait être la raison de sa réaction véhémente et il n'était donc vraiment pas certain qu'il aurait dû l'approcher.

"... Qu'est-ce qu'il vient de se passer exactement ?"
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Contenu sponsorisé


A night to remember - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

A night to remember

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE I : Le quartier des affaires ¤ :: ║Le quartier Sanglant║-