Qui est en ligne ?
Sur Discord, en ce moment.



 
Le Deal du moment : -75%
Plaque Induction Portable Amzchef
Voir le deal
42.49 €

Partagez
 

 A night to remember

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Luisa Selva Moreno
Normes
Luisa Selva Moreno

Identification
Emploi: Gérante d'entreprises
Age apparent: 38 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember Vote_lcap17/30A night to remember 160125120054759347  (17/30)

A night to remember Vide
MessageSujet: A night to remember   A night to remember Icon_minitimeDim 19 Juil - 18:43

[Suite directe de ce topic]

Luisa inspira un grand coup l'air frais en ouvrant la portière du taxi qui les avaient conduits jusqu'en face du Danse Macabre. Il était hors de question de faire le chemin à pieds (Esteban avait été plutôt insistant sur l'absence de petites ruelles, et des talons aiguilles n'auraient pas supporté, de toute façon) et il ne lui était même pas venu à l'idée de demander à Gael de les déposer : l'homme était encore épuisé et il fallait quelqu'un pour veiller sur Karl et le mettre au parfum lorsqu'il se réveillerait, ce qui ne saurait tarder.

Après que son neveu ait vérifié la tombée de la nuit à la fenêtre de l'appartement, elle s'était levée, avait pris l'une de ses vestes noires en cuir vegan dans sa penderie à l'entrée, son sac à main et avait initié le mouvement. Esteban avait raison : il leur fallait bouger tant qu'ils en avaient le courage. Ils étaient descendus dans le lobby et Luisa avait demandé au gardien de leur appeler un taxi. Ils avaient à peine commencé à attendre que l'un d'entre eux se garait devant l'entrée. Ils s'étaient engouffrés dans la voiture sans demander leur reste.

Et les voilà donc devant le Danse Macabre. Il s'agissait d'un point stratégique relié à plusieurs artères, ce pourquoi Luisa y avait pensé. Evidemment, elle n'attendait pas d'Esteban qu'il se laisse traîner à l'intérieur, même si les lumières tamisées de la piste de danse et la musique déjà beaucoup trop forte pour des oreilles humaines (...était-ce seulement adapté pour une ouïe vampirique ?) permettaient des rapprochements plus facile.

Sortant un billet de son sac à main sans en regarder le montant (déformation de riche), elle le tendit au chauffeur.

"Gardez la monnaie."

L'homme fit les gros yeux mais ne répliqua pas et s'enfuit sans demander son reste. Luisa tourna alors la tête vers son filleul, qui avait probablement eut plus que le temps de sortir du véhicule et observer les alentours.

"Très bien, Tebi, par où va-t-on ?"

Elle savait qu'il n'était pas à l'aise, mais si elle tentait de prendre les devants et choisir leur destination, il risquait de se sentir oppressé, comme à la sortie de la salle de bains. Elle préférait donc garder cela en dernier secours uniquement.

En tous cas, il serait bon qu'il se décide, car sinon on le ferait pour eux : leur duo avait déjà commencé à attirer des regards plus avides que simplement intéressés.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4341-luisa-selva-moreno
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember Vote_lcap14/30A night to remember 160125120054759347  (14/30)

A night to remember Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember Icon_minitimeDim 19 Juil - 19:39

Le temps qu'ils avaient passé dehors à attendre le taxi avait été trop court au goût d'Esteban. Cela lui avait fait énormément de bien. C'était encore différent des moments passés sur la terrasse du penthouse, bien qu'il ne sut pas expliquer pourquoi exactement. Peut-être parce que Luisa était avec lui. Peut-être parce qu'elle était parvenue à lui changer ne serait-ce qu'un peu les idées. Peut-être parce qu'à cette altitude, il ne se sentait plus aussi isolé du monde extérieur. Quoiqu'on en dise, il y avait une différence notable entre prendre l'air à plusieurs centaines de mètres d'altitude et marcher dans les rues désertes d'une ville.

Ce quartier résidentiel perdu au milieu des immeubles de bureaux était effectivement, à cette heure, relativement vide. L'air était aussi frais qu'il pouvait l'être : pour Esteban, cette notion était devenue relativement abstraite. Être dehors lui donnait l'impression d'être à nouveau capable de respirer, comme s'il avait précédemment été enfermé dans une cage trop petite, voire dans un gilet de compression. Le vent glissait sur ses joues de façon très agréable, il faisait voler ses cheveux. Esteban espérait qu'il resterait à ce degré d'intensité pendant tout le temps de cette sortie : il aurait voulu que cette sensation ne cesse jamais.

Le jeune homme n'était jamais monté dans un taxi de ville : il n'en avait jamais eu besoin. Il s'étonna de la petite taille du véhicule mais ne fit aucun commentaire. La moue légèrement méprisante qu'il affichait bien involontairement en disait long, cependant : il se sentait à l'étroit. Il trouvait les sièges sales, odorants, et ces amortisseurs... Diable ! C'était une véritable catastrophe.

Il fut extrêmement soulagé au sortir du véhicule, alors qu'il savait pourtant où Luisa et lui-même venaient d'arriver. Sa tante paya le taxi. Esteban faillit avoir un mauvais réflexe : un peu plus, et il sortait son porte-feuille pour ajouter au billet de Luisa deux ou trois autres bouts de papier, qu'il aurait offert au chauffeur avec un agacement à peine contenu : "Et pitié... Réparez votre tacot !".

Fort heureusement, le vamp néophyte se souvint qu'il était ici en anonyme. Afficher sa fortune attirerait sur lui des soupçons qu'il ne pouvait pas se permettre.

De toute façon, il avait déjà oublié le taxi. La musique trop forte (et d'un goût douteux) n'était que le début de ses problèmes. Un regard panoramique lui permit de se rendre compte que dans cette artère du Quartier Sanglant, il y avait beaucoup, beaucoup, BEAUCOUP de monde. Des gens habillés comme eux. Des gens habillés pire qu'eux, dans des tenues parfaitement inconcevables. Beaucoup d'humains dont il entendait résonner les tranquilles battements de cœur. Mais aussi beaucoup de créatures trop pâles, trop sûres d'elles, trop souriantes... Il ne pouvait pas être certain qu'il s'agissait bien de vampires avant de les avoir approchés, mais il avait ses soupçons.

Ses jambes se figèrent. Sa gorge forma un nœud extrêmement douloureux. S'il gardait ces grands yeux ronds trop longtemps, on allait finir par le confondre avec une proie. De cela, Esteban n'avait pas réellement conscience, pour la bonne  raison qu'il était totalement en train de paniquer.

Trop de monde.
Trop de regards tournés sur lui. Des regards curieux, avides, intéressés... Personne ne l'avait jamais regardé comme ça. Encore moins toute une grande avenue, et cela à plus de 10m à la ronde.

"Très bien, Tebi, par où va-t-on ?"

Luisa ne le tira que très partiellement de la terreur qui l'avait attrapé par surprise. Il s'approcha d'elle et s'accrocha à son bras, à moitié parce qu'il avait trop peur pour avancer tout seul, à moitié parce qu'il craignait ce qui allait lui arriver si il ne la protégeait pas en indiquant, par ce geste clair, qu'il était avec elle.

"C'est à moi que tu demandes ça... ? Je ne sais pas... Pitié, n'importe où mais pas là... J'ai l'impression d'être un énorme bout de viande... Et dans ton cas à toi c'est presque littéral pour certains."

Le jeune vamp tremblait comme une feuille. Sa tante allait le sentir, étant donné le rapprochement qu'il avait effectué.

"... Hmmm... Je  t'ai jamais vu dans le coin... T'es nouveau ?"

Il se retint de faire un bond de trois mètres sur le côté. Pas de pouls. Vampire. Esteban tourna lentement la tête en direction de l'homme suspicieux qui venait de lui adresser la parole, et dont le regard passait alternativement du visage d'Esteban à celui de Luisa, qu'il donnait par ailleurs l'impression d'avoir déjà vue.

"... v....."

... ampire. Mais lui aussi, il en était un. C'était le rôle qu'il devait jouer ce soir. Comment faire, lorsqu'il était ainsi terrifié ? Ces créatures maléfiques étaient absolument infréquentables. Il suffisait de voir ce qui lui était arrivé la seule autre fois où il en avait croisé une.

"... Oui. Mais excusez-moi j'ai autre chose à faire, là."

Il poussa Luisa sur le côté pour l'inviter à avancer. N'importe quelle direction.

"Tu m'avais pas dit que t'étais déjà mordue... sur la durée. Dommage..."

Alors qu'ils s'éloignaient, Esteban tourna un visage dépité sur sa tante et lui demanda à voix basse, en espagnol (l'homme avait un physique à ne pas comprendre un traître mot de ce qu'il allait raconter, surtout s'il parlait vite... Oui, c'était un préjugé, mais généralement ça marchait).

"... Qu'est-ce qu'il raconte ? Tu connais cette... chose ?"

La soirée allait être très longue. Ou très courte, au choix. Un rire amusé retentit derrière eux, mais la créature semblait battre en retraite.

"Bon appétit !"

Esteban trébucha. Plutôt que de se vautrer par terre, il se rattrapa avec une grâce qui ne lui était véritablement pas innée. C'était l'un des avantages à avoir des crocs...
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Luisa Selva Moreno
Normes
Luisa Selva Moreno

Identification
Emploi: Gérante d'entreprises
Age apparent: 38 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember Vote_lcap17/30A night to remember 160125120054759347  (17/30)

A night to remember Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember Icon_minitimeDim 19 Juil - 20:38

Pas de réponse directe, mais un bras qui serra le sien avec assez de force pour qu'elle se rende compte que lui laisser la décision de leur navigation n'était peut-être pas la meilleure idée du monde. La réplique qu'il eut quand il fut enfin capable d'articuler le lui confirma. Sans compter qu'il tremblait comme une feuille. Posant une main réconfortante sur le bras qu'il avait autour du sien, Luisa répondit avec toute la douceur dont elle était capable.

"Très bien. Nous allons avancer un peu sur l'artère pour dépasser les grands clubs et nous approcher des petits bars. Il y aura moins de monde là-bas."

Mais ils resteraient dans une rue bien éclairée, ce qui était apparemment l'essentiel pour son neveu. La mexicaine ne prit pas la peine de répondre à la suite de sa phrase, mais son regard était parlant : dans ce type de quartier et avec ces vêtements, tout le monde devenait un "bout de viande". C'était plus ou moins un contrat implicite. Elle ne le mit pas en mots car elle savait qu'Esteban avait déjà assez de mal à accepter la chose comme cela... Sans compter qu'on leur adressait la parole.

Luisa se tourna vers le vampire. Un homme qui l'avait abordée lors d'une (ou plusieurs ?) de ses sorties à la recherche d'Esteban et avec qui elle avait partagé un (ou plusieurs ?) moment(s)... agréable. Elle lui sourit aimablement sans ouvrir la bouche, puisque c'était à son filleul qu'il s'adressait.

Elle serra le bras d'Esteban en l'entendant commencer à parler, mais heureusement il s'arrêta de suite. Elle savait très bien ce qu'il avait en tête et avait été à deux doigts de lui faire les gros yeux. Elle soupira intérieurement : il allait falloir mettre les points sur pas mal de i avant de continuer.

Esteban coupa court à la discussion en annonçant être attendu ailleurs et Luisa n'eut d'autre choix que de le suivre, non sans grimacer intérieurement : il faudrait qu'il arrête de pousser et de serre sans prendre leur nouvelle différence de force en considération, ou elle n'allait pas faire long feu.

Cependant, ce n'était pas le moment de le dire. Elle préféra tourner la tête sur le côté pour faire un sourire d'excuse à leur interlocuteur, tout en lui faisant un léger signe de la main en guise d'au revoir. Elle ne le détromperait pas : après tout, elle n'avait plus besoin de traîner dans le quartier aussi souvent qu'elle l'avait fait ces dernières semaines et si jamais elle le ferait, ce serait effectivement pour accompagner Esteban. Qu'on la prenne pour son Calice attitré ne la dérangeait donc absolument pas.

Aux interrogations de son neveu, la cheffe d'entreprise répondit, sur le même ton (voire encore plus bas, puisque ses oreilles étaient bien plus fonctionnelles que les siennes) et dans la même langue.

"Je te l'ai dit, Tebi : ce n'est pas ma première visite dans le Quartier..."

Elle occulta volontairement la première question. S'il insistait, elle lui expliquerait le concept global, mais hors de question qu'elle lui avoue qu'elle n'avait pas uniquement posé des questions lors de ses diverses soirées d'investigation.

Le rire et la dernière réplique du vampire envoyèrent valser le peu de calme retrouver par Esteban, qui manqua de se casser la figure. Autrefois, il aurait fallu que Luisa le retienne pour qu'il ne finisse pas par terre. Maintenant, sa nature faisait qu'il était beaucoup plus simple pour lui de rester à la verticale et bien ancré sur ses deux pieds.  Luisa soupira et l'entraîna près d'un mur, contre lequel elle s'adossa. Elle prit ensuite les deux bras de son neveu pour le mettre face à elle et plonger son regard rendu charbonneux par le maquillage dans le sien. Elle prenait soin de parler toujours à voix très basse et dans leur langue maternelle : il n'y avait personne immédiatement à leurs côtés, mais les vampires avaient l'ouïe fine.

"Tebi, il faut que tu te reprennes. Ça va aller, fais-moi confiance. Dis-toi que ce n'est qu'une mission de ton jeu-vidéo préféré, mais dans le monde réel : tu es le héros, et ces personnes vont venir vers toi pour te demander leur aide. Tu n'as rien à craindre dans ce paradigme."

C'était tout ce qu'elle trouvait en si peu de temps pour le motiver. C'était un peu bringuebalant, mais il faudrait faire avec. Elle ajouta.

"Je suis ta coéquipière. Je reste avec toi, je ne te lâche pas d'une semelle, je nous sortirai des situations trop déplaisantes s'il le faut."

Elle mettait des grandes guillemets à ces paroles, car ils savaient tous deux que cette situation était très -trop- près d'atteindre le "très déplaisant" dans l'échelle d'Esteban. Enfin, elle reprit.

"Plus vite tu te seras nourri, plus vite nous serons repartis."

S'il n'y avait plus que cela pour le convaincre.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4341-luisa-selva-moreno
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember Vote_lcap14/30A night to remember 160125120054759347  (14/30)

A night to remember Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember Icon_minitimeDim 19 Juil - 21:48

D'accord, ce n'était pas sa première visite dans le quartier. Elle connaissait le vampire. Mais ça n'expliquait pas ce que la créature avait voulu dire en s'exprimant ainsi à son égard, et sur un ton terriblement vulgaire et familier, en plus ! Ça ne le satisfaisait pas, et cela se voyait à son expression.

Luisa (ou plus précisément la chasteté des oreilles d'Esteban) fut sauvée par le gong lorsque l'autre vampire, amusé, décida de partir sur une salutation moqueuse et terriblement (in)appropriée : Bon appétit.

Voilà qui lui rappelait ce qu'il était venu faire ici, et il ne le vivait pas très bien. Il manqua donc de se vautrer, mais se rattrapa à temps.

Luisa l'entraîna dans un coin et se plaqua contre un mur. Elle l'invita à se mettre en face d'elle, les deux mains posées contre le fameux mur et dans une position qui était particulièrement suggestive. Le visage défait, un peu choqué, Esteban interrogea sa tante du regard. Il faisait de son mieux pour ne pas respirer et pour tenir la gorge de Luisa loin de ses yeux... Mon dieu, que c'était gênant. Ça l'était à peine moins que si cela avait été sa mère.

Luisa n'ayant rien en commun avec Darian, il fut plus rapide qu'il n'aurait pu l'être à comprendre qu'elle adoptait le genre d'attitude qu'on aurait pu attendre d'eux dans ce quartier. Allait-il devoir faire cela avec ces gens qui venaient se faire mordre ? C'était tellement embarrassant... Oserait-il seulement les aborder ?

Quelque chose lui disait que la soif, cependant, l'empêcherait de douter trop longtemps. La soif savait ce qu'elle faisait, et elle savait ce qu'elle voulait qu'il fasse. Cette portion d'obscurité qui dormait tout au fond de lui semblait vouloir lui susurrer des conseils à l'oreille.

A l'heure actuelle, Esteban n'entendait pas grand chose des dits conseils parce qu'il avait trop peur. Le ton que prit Luisa parvint efficacement à attirer son attention sur le fait qu'il était en train de faire n'importe quoi. Il se comportait comme si rien n'avait changé, comme s'il avait encore été le même. Le problème, c'était cette peur irrépressible qu'il y avait en lui le projetait un mois en arrière. Il se sentait comme au soir de son agression, juste avant qu'elle survienne. Juste avant qu'on ne le tue.

Tebi, il faut que tu te reprennes.

C'était cette phrase, surtout, qui résonnait dans son esprit et qu'il se repassait en boucle. Le parallèle avec les jeux vidéos ne fonctionnait pas aussi bien qu'il l'aurait dû. Depuis quelques temps, la vie d'Esteban avait tout simplement dépassé la fiction. Les jeux, les films, tout cela lui passait bien au-dessus. Il était incapable de s'y intéresser et incapable, donc, de les utiliser pour tenter de mieux gérer ses peurs.

"Plus vite tu te seras nourri, plus vite nous serons repartis."

Elle avait raison, bien évidemment. Et il le savait. Seulement, calmer une panique viscérale telle que celle dont il était l'objet, c'était plus facile à dire qu'à faire. Il ferma les yeux, porta les mains autour de son nez et soupira bien fort, dans une tentative visible pour se remettre les idées en place.

Il ne pouvait pas faire comme si c'était un jeu vidéo, mais il devait se rappeler qui il était. Ce qu'il était, désormais. Il était un vampire dans un quartier de vampires. Evidemment, qu'il allait en croiser d'autres... Cependant, de leur part, il ne risquait plus rien. Il n'était pas en danger. Il n'était plus de la nourriture. Il était celui qui devait se nourrir. Les vampires ne pouvaient et ne feraient plus rien contre lui. Il détestait cette idée, mais elle lui permettait aussi de se calmer, de rationaliser le danger ou plus précisément son inexistence - si on oubliait la présence de Luisa. Il commença à se répéter très fort dans sa tête, et en boucle : je suis un vampire et je ne risque rien, je suis un vampire et je ne risque rien, je suis...

Il se frappa les joues puis glissa dans le coin de ses lèvres le gras d'un pouce qui vint appuyer contre ses crocs, une nouvelle fois comme pour tester leur réalité. Cela l'aidait à se convaincre. Cela l'aidait aussi à se rappeler du rôle qu'il s'était promis de jouer.

Il devait jeter les convenances aux orties. Accepter l'indécence. Accepter la vulgarité. Il devait être un vampire comme les autres, à l'aise dans un milieu qui lui était familier.

Autant dire que ça n'allait pas être facile. Mais sa propension à se moquer de tout ce qui pouvait lui arriver à partir de maintenant l'y aiderait probablement. Il ouvrit grand la porte au cynisme, à l'indifférence, au mépris qu'il avait désormais de lui-même. Un vampire. Une sale créature du démon. Un prédateur aux pulsions sombres, inavouables. Il se rappela de l'envie qu'il avait parfois de tout envoyer valser, et de se laisser sombrer dans cette perversion. Il allait en avoir l'occasion.

Il baissa ses doigts, rouvrit les yeux, et Luisa fut en face d'une version d'Esteban plus actuelle. Moins proche du neveu qu'elle avait connu lorsqu'il n'avait pas encore de crocs dans la bouche. La peur était encore là, mais elle n'était plus qu'un frémissement doux et supportable. En contrepartie, l'ensemble tout entier de ses émotions convergeait à nouveau vers l'encéphalogramme plat.

"Je suis désolé. Ça m'a rappelé de mauvais souvenirs. Je vais faire un effort, promis."

Il lui redonna son bras. Il n'avait pas oublié qu'elle, en revanche, n'était pas aussi protégée qu'il l'était. Il y avait toujours des regards plantés sur eux. Plusieurs regards envieux plantés sur lui. Cela lui faisait très étrange car on ne l'avait jamais regardé comme ça par le passé. Il n'appréciait pas vraiment cette attention qu'on lui portait. Il la savait factice, impliquée en grande partie par cette magie abjecte qui s'échappait de lui sans qu'il puisse la contrôler. Cela dit, il ne le vivait plus de la même façon. Il n'avait plus peur. Il était simplement écœuré. Ecoeuré oui... Mais tout à la fois appelé. Sa soif grimpa brièvement, accompagnée d'un pic d'adrénaline. Ses pupilles se dilatèrent. Il cilla. Ses lèvres manquèrent de se retrousser de dégoût autant que d'anticipation.

Oui, il se dégoûtait.

Il avait hâte. Il n'en pouvait plus d'attendre.

"Je vais le faire. C'est bon. Je suis prêt."

Il suffisait d'aborder l'un de ces groupes d'humains qui leur jetait des regards envieux, non ? Quelque chose comme ça ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Luisa Selva Moreno
Normes
Luisa Selva Moreno

Identification
Emploi: Gérante d'entreprises
Age apparent: 38 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember Vote_lcap17/30A night to remember 160125120054759347  (17/30)

A night to remember Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember Icon_minitimeDim 19 Juil - 23:39

Esteban ne semblait pas à l'aise avec leur position. Qu'il se rassure, Luisa ne l'était pas beaucoup plus. Elle était simplement plus consciente qu'il leur fallait jouer un rôle, et que son neveu n'était absolument pas dans le sien. Elle avait besoin de capter son attention et pour cela, le regarder dans les yeux et faire illusion étaient essentiels.

Elle craignit l'espace d'un instant que cela ne déclenche des souvenirs particulièrement inappropriés, mais ce ne fut pas le cas, heureusement pour eux. La mexicaine ne mit pas longtemps à prendre la parole, tentant de remettre Esteban sur les rails. Elle comprenait que la situation était difficile pour lui, mais il devait garder en tête qu'il n'était plus en position de victime, à présent.

Et qu'il lui fallait se nourrir s'il ne voulait pas avoir fait tout cela pour rien.

Luisa ne sut pas exactement si ses arguments avaient eu la portée qu'elle souhaitait leur donner, mais en tous cas son filleul réagissait. Elle lui laissa le temps de la réflexion, silencieuse. Elle ne serait pas étonnée qu'il soit en train de débattre avec lui-même, au vu de la situation. Elle savait qu'il avait beaucoup de mal avec l'inconvenance telle qu'elle soit, et le fait était que cette soirée avait des chances de plonger dans les méandres de cette dernière. Tout ce qu'il pouvait se dire pour se consoler, c'était que ce serait de courte durée... jusqu'à la nuit suivante.

Luisa secoua légèrement la tête. Mieux valait ne pas y penser pour le moment. Esteban finit par ouvrir les yeux et sa tante sut immédiatement qu'elle avait réussi à obtenir ce qu'elle voulait. A quel prix, par contre, elle n'en était pas certaine... Elle espérait vraiment qu'il n'allait pas sombrer dans une crise similaire à celles qu'il avait faites chez eux. Ce serait trop compliqué à gérer ici, et si jamais il lui échappait, elle avait peur de ne jamais le retrouver. Cependant, sa prise de parole la rassura : il n'était pas parti aussi loin qu'elle l'avait craint.

Elle lui sourit et prit le bras qu'il lui tendait avec douceur.

"Je sais, Tebi. Je suis désolée également. Et je suis avec toi."

Elle n'aimait pas le mettre en face de souvenirs pénible et le forcer à vivre des choses qui allaient contre ses valeurs... Mais il allait devoir apprendre à modifier ces dernières, pas forcément dans leur essence, mais dans la façon de les mettre en pratique au quotidien. C'était une processus difficile et parfois plus long qu'on ne pourrait l'imaginer, mais possible.

"Alors, allons-y."

Ils recommencèrent à marcher. Le temps de leur petite discussion, plusieurs personnes s'étaient approchées, attirées par le charisme d'Esteban ou plus simplement par la scène qui pouvait paraître sulfureuse vue de l'extérieur. Pour s'être baladée un peu dans ces rues dernièrement, Luisa savait qu'il y avait parmi ces gens certains qui n'aimaient rien d'autre que de regarder l'acte sans y participer eux-mêmes.

Son regard croisa celui d'un jeune homme qui les fixait intensément depuis plusieurs secondes déjà. Luisa lui sourit, et il détourna instantanément le regard, gêné. Elle trouva qu'il s'agissait d'une bonne chose et traîna Esteban dans la direction du petit groupe.

"Bonsoir."

Incertaine de savoir si Esteban allait effectivement ou non faire le premier pas, elle avait pris les devants, mais cela ne semblait pas exactement nécessaire : Elle pouvait voir qu'au moins trois des personnes présentes avaient les yeux fixés sur son filleul.

Quelque chose se tordit dans ses entrailles, qu'elle ignora. Non, elle n'aimait pas plus qu'Esteban l'idée qu'il soit traité comme un morceau de viande, ou plutôt fétichisé comme il pouvait l'être. Mais si c'était le prix à payer pour assurer la survie du fils de sa sœur, elle le faisait sans hésiter.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4341-luisa-selva-moreno
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember Vote_lcap14/30A night to remember 160125120054759347  (14/30)

A night to remember Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember Icon_minitimeLun 20 Juil - 11:21

Il y avait une partie de lui que cela continuait d'horrifier et de terroriser, mais Esteban avait compris qu'il fallait qu'il se laisse guider par l'instinct, et par la soif. Il n'avait aucune notion de la façon dont on était censé aborder les gens dans ce genre de milieu si spécial, si loin de tout ce qu'il connaissait. Ce qu'il savait de la séduction (soit pas grand chose, il s'y connaissait surtout en galanterie) ne s'appliquait tout simplement pas.

Mais tant qu'il ne réfléchissait pas, il sentait qu'il pourrait y arriver. Il n'avait pas l'impression qu'il lui serait nécessaire de dire grand chose. Ces trois personnes qui l'observaient fixement et vers lesquelles Luisa l'avait conduit paraissaient n'attendre qu'une chose : qu'il leur saute dessus. Et s'il ne le faisait pas très vite, il avait l'impression que c'était elles qui allaient lui sauter dessus.

Il tourna son visage vers une jeune fille qui venait de prendre la parole. La soif avait pris possession de son regard, de son visage tout entier, qu'elle assombrissait et rendait étrangement plus mature.

"Trop dommage... Si j'avais su qu'un petit minois ténébreux allait débarquer, j'aurais attendu plus longtemps... Désolée mon chou je suis pas dispo, j'ai déjà trop donné cette nuit."

La jeune fille minaudait, se donnait l'air déçu et faisait rouler ses hanches, cachées sous une jupe courte mais relativement bouffante. Elle portait un corset rayé de noir et de blanc. Ses yeux étaient jaunes sous l'effet de lentilles de contact malaisantes. Elle enroulait une mèche de cheveux blonde et bouclée autour de son doigt.

... Pas un repas. Il fallait qu'il garde un minimum de contrôle sur lui, sans quoi il risquait d'y avoir un accident.

"Seth voudra peut-être y aller... Sois gentil hein, c'est sa première fois."

Le garçon que Luisa avait repéré ouvrit de gros yeux ronds. On aurait dit qu'on venait de le mettre au pied du mur. Il balbutia un peu avant de répondre :

"Hey, ça va pas de dire ça toi ? De toute façon je.. je passe mon tour."

La façon dont son ami avait trahi son inexpérience dans le milieu l'avait peut-être intimidé. Ou bien il s'était dégonflé en voyant arriver un vrai vampire à moins de deux mètres de lui. Ou les deux.

Dans son état normal, Esteban aurait été touché par ce jeune homme qui ne semblait pas bien plus à l'aise que lui et aurait même risqué de se tourner vers lui pour lui demander, l'air désolé : "Mais que faites-vous donc ici, mon pauvre ?". Mais Esteban avait trop soif. Il était trop décidé à se comporter comme le vampire qui dormait en lui depuis des semaines, frustré. Comme la créature qui voulait pouvoir sentir, voir, toucher, goûter, donner et prendre du plaisir. Ses sens et ses pouvoirs lui permettaient de faire ça mieux qu'il n'en avait jamais eu l'occasion étant humain. Ce n'était que par sa volonté de fer qu'il avait bouclé en lui ces sensations et l'émerveillement presque immédiat qu'elles auraient dû lui procurer, au-delà de son cas de conscience moral et religieux.

"Nan mais les gars... Si vous y allez pas moi je prends hein. Tu viens souvent dans le coin ? Si tu veux je peux te servir de second casse-croûte régulier..."

Ce jeune homme là paraissait beaucoup plus confiant. Esteban n'aimait pas trop la façon dont il s'exprimait. Quelque chose lui donnait envie de freiner des quatre fers. Parce qu'il s'agissait d'un homme, et parce qu'il y avait dans ses yeux une lueur d'intérêt beaucoup trop luxurieuse. Mais il avait trop soif. Et il ne pouvait pas se montrer trop exigeant, ou trop sélectif : le risque d'être reconnu était trop grand. Il pouvait bien souffrir que l'on pense que ce genre de choses pouvaient l'intéresser... Au moins pour cette nuit.

Le jeune homme dégageait sa jugulaire et Esteban fit sans même s'en rendre compte un pas dans sa direction... Ce qui collait presque leurs torses entre eux. Certes. Ses doigts grimpèrent en direction de la nuque de la groupie. Le vampire en lui n'avait pas seulement envie de boire, il avait envie de voir sa proie frémir sous ses doigts et sous l'effet de son pouvoir.

"... C'est une décision un peu hâtive, non ?"

Ça n'avait pas manqué : l'humain frissonnait au contact de sa peau froide et ses yeux étaient dilatés par un désir qui n'était pas que "sanguin". La question d'Esteban lui fit échapper un éclat de rire.

"Jamais. Des comme toi, y en a pas tous les soirs... J'veux bien de ça plus souvent. T'as de ces yeux... C'est naturel ?"

L'adolescent de 18 ans qui avait grandi tout à la fois trop vite et pas assez vite s'était prostré dans un coin de sa tête et regardait la scène avec ces fameux yeux, mais ronds voire scandalisés. La créature qui avait pris le contrôle se contentait d'un étonnement somme toute ténu : admettons qu'il avait été relativement gâté par la nature. Soit. Mais il ne se démarquait tout de même pas tant que ça du lot, il était loin d'être le seul. Son charme fonctionnait-il à ce point ?

En relâchant absolument toutes les barrières qu'il s'était imposé, Esteban avait effectivement et involontairement mis "trop de sauce". Le charme vampirique débordait de lui avec une intensité encore jamais atteinte et le résultat était au rendez-vous. Il répondit distraitement, trop occupé à prendre entre ses doigts la mâchoire du norme et à lui tourner la tête sur le côté pour mieux faire saillir la veine sur son cou. Ses yeux glissèrent contre la courbe délicieuse qui n'attendait plus que d'être percée, comme la croûte croustillante d'un bon morceau de pain chaud.

"Evidemment."

Avait-il l'air de porter des lentilles, lui ? Si cela avait été le cas, on aurait vu la différence.

Mais trêve de discussion. Ils n'étaient pas venus pour ça, et le vampire commençait à ne plus supporter le délai qu'ils prolongeaient avec ces échanges malvenus. Esteban dénuda ses crocs et les plongea dans la gorge de l'humain qui donna immédiatement l'impression de s'envoler au septième ciel. Il commença à s'effondrer. Le vampire le rattrapa, puis recula jusqu'au mur afin de plaquer sa proie contre ce dernier, et qu'elle tienne debout toute seule un peu mieux.

C'était comme une vague de plaisir, de soulagement, de relâchement, de contentement longuement dû et mérité qui s'écrasa à l'intérieur de lui dès que le liquide délicieux commença à lui emplir la bouche. Il eut un gémissement presque inaudible, mais particulièrement douteux. Quant à sa victime, ses gémissements étaient tout à la fois très audibles et encore plus douteux. Esteban avait l'impression que les battements de cœur de l'humain devenaient siens et cela lui donnait envie de se plaquer plus fort encore contre le jeune homme. Il voulait vivre. Il voulait sentir son propre cœur battre. Le sang d'un autre glissait dans ses veines, et la sensation d'une circulation même factice, même provisoire, lui faisait complètement perdre la tête.

Et c'était sans compter que le Sang pouvait appeler d'autres envies. Cela, Esteban n'en savait rien, car il n'avait jamais mordu personne d'autre que Luisa et Gael au préalable. Il n'aurait alors rien pu ressentir d'autre que l'horreur de s'être laissé aller à ses pulsions.

C'était ici très différent et lorsque le jeune homme glissa ses doigts contre son postérieur pour plaquer leurs bassins l'un contre l'autre, Esteban eut l'impression que ses veines prenaient feu. Très sensiblement aguiché, le vampire raffermit sa prise sur sa proie et glissa à son tour, sans s'en rendre compte, une main contre la hanche de sa victime.

De là, l'humain cru que toutes les autorisations lui étaient données. Ses doigts glissèrent sous la chemise d'Esteban pour caresser sa peau. La sensation au travers de la résille était particulièrement déroutante, loin d'être désagréable, et Esteban dévia de cible sans s'en rendre compte. Ses lèvres quittèrent la plaie, légèrement ensanglantées. Ses pupilles en fusion croisèrent celles du jeune homme et...

... rien. Et rien du tout. Trop vite pour que l’œil humain ne le voie, Esteban venait de bouger son bras pour saisir la main de la groupie, qui venait d'essayer de rentrer dans son pantalon. Il frissonna de dégoût. Qu'un homme essaie de le toucher ici...

Il allait sans dire que cela lui rappelait des souvenirs excessivement désagréables et que ses réactions n'en étaient que plus véhémentes. Il avait eu le réflexe inattendu de mettre son bras sous la gorge du norme pour l'empêcher d'approcher ses lèvres. Heureusement, il ne lui avait pas écrasé la trachée.

"Non mais t'es complètement MALADE ?
- Qui t'as autorisé à mettre tes mains ici exactement ? Je ne suis pas intéressé.
- Avec la gaule que t'as, tu te fous de ma gueule ?"

Le visage du vampire se défit légèrement tandis qu'il se rendait compte de l'afflux sanguin particulièrement inadapté qui courait au niveau de son entrejambe. Non. Ce n'était pas possible. Il n'était pas... Ce n'était pas.. Il n'était pas intéressé. Il était parfaitement hétéro, Dieu merci, il avait au moins cela pour lui. Ne l'avait-il donc pas prouvé ? Ses relations n'avaient jamais guère duré mais il s'était parfaitement épanoui dedans. Il n'était pas homosexuel. Il l'avait déjà dit à Karl. Et il ne voulait entendre aucune autre hypothèse. Sa mère ne l'aurait jamais accepté. Lui non plus.

Le vampire avait reculé d'un pas et il semblait sur le point de s'enfuir, terrorisé par ce qu'il venait de faire, ou par ses propres réactions physiologiques. Honteux d'en avoir encore la preuve brûlante, et espérant être le seul à s'en rendre compte malgré l'indiscrétion de son calice d'un soir. Il n'admettait pas ce qui venait d'arriver. Pas ça. Pas en plus de tout le reste.

Seth ne le quittait plus des yeux, mais son regard n'était plus du tout le même. La lueur brûlante du désir avait été remplacée par quelques soupçons de doute, de compréhension, et peut-être aussi de pitié.

"Laisse tomber... On s'en va. T'as eu ce que tu voulais, nan ?"
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Luisa Selva Moreno
Normes
Luisa Selva Moreno

Identification
Emploi: Gérante d'entreprises
Age apparent: 38 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember Vote_lcap17/30A night to remember 160125120054759347  (17/30)

A night to remember Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember Icon_minitimeLun 20 Juil - 20:53

Ils arrivèrent face aux trois jeunes, qui les fixaient intensément depuis plusieurs dizaines de secondes. Luisa était incapable de savoir s'il s'agissait uniquement du charme vampirique d'Esteban ou si son charisme naturel (bien existant quoi qu'il en dise) avait également joué son rôle. Par rapport au premier, cependant, elle savait qu'il n'était rien. Même elle se sentait fortement attirée par le vampire et il était évident que cela n'avait rien de voulu. C'aurait été beaucoup trop gênant.

Bref. Mieux valait qu'ils se concentrent sur autre chose, et donc les trois personnes qui leur faisait face. Luisa resta légèrement en arrière, consciente que ce n'était plus à elle de faire quoi que ce soit et qu'elle risquait même de tout faire tomber à l'eau si elle insistait trop. Heureusement pour eux, la jeune fille prit la parole.

Luisa cacha sa déception derrière un haussement d'épaules étudié. C'était dommage, mais il restait les deux autres. Esteban serait peut-être un peu plus frileux à mordre des hommes, mais s'il avait réussi avec Gael (bien plus imposant que ces deux-là et même si les circonstances étaient très différentes, elle devait l'admettre), il devrait y arriver. Non ?

Ce fut celui qui n'avait pas attiré l'attention de Luisa qui prit la parole, justement pour jeter son pote dans la gueule du loup. Ce n'était pas super sympa de sa part de dire ce genre de choses comme si de rien n'était, ce que son ami lui fit d'ailleurs remarquer... refusant du même coup l'invitation. Mince alors. Pourtant, il n'avait pas l'air désagréable (à l'instar de son ami), ni imbu de lui-même (à l'instar de la blonde). Peut-être serait-elle capable de le convaincre ultérieurement, si elle parvenait à retrouver sa trace... S'il venait fréquemment avec ces deux-là à partir de maintenant, ce serait peut-être possible.

La nouvelle réplique du jeune homme fit grincer des dents la mexicaine, mais elle fit de son mieux pour ne pas trop le faire remarquer. Il y avait dans son attitude quelque chose de foncièrement déplaisant, et surtout, elle n'aimait pas la façon dont il parlait d'Esteban, ou même de ses propres amis. Cela sentait le leader imbus de lui-même qui obtenait toujours ce qu'il voulait, quitte à passer par des faire-valoir qu'il disait considérer comme des amis. Elle détestait ce genre de personnage.

Cependant, l'heure n'était pas à la prise de tête avec des quasi-inconnus. Pas plus qu'elle n'était à se montrer trop pointilleux sur les choix de nourriture. Elle avait réussi à faire en sorte qu'Esteban se lance, ce n'était pas pour l'interrompre maintenant.

Pas tant qu'elle ne voyait pas de danger imminent, du moins.

Le vampire s'avança dont vers sa proie et elle dégagea doucement son bras du sien, restant avec les deux autres qui observaient également la scène. Un reniflement sarcastique (pour ne pas dire dédaigneux) lui échappa lorsqu'elle entendit la réflexion sur les yeux de son neveu. Bon sang, elle avait rarement entendu des répliques de drague aussi mauvaises... De plus, son filleul avait-il vraiment une tête à porter ce genre de chose ?

La réponse d'Esteban la fit sourire : il avait apparemment pensé la même chose qu'elle.

La suite de la scène, Luisa ne la regarda que parce qu'elle préférait surveiller son neveu : ce n'était que sa troisième veine depuis sa transformation et il n'était pas impossible qu'il ait du mal à s'arrêter. Sans compter qu'il leur fallait protéger au maximum leur anonymat. Au moins une chose était à leur avantage : dans ce quartier, on se préoccuper bien peu des noms des gens.

Toujours était-il que la mexicaine aurait préféré laisser à son filleul un minimum d'intimité. Pour l'avoir vécu (côté humain, bien entendu), elle savait ce que provoquait la morsure vampirique et de ce qu'elle entendait il était clair que la jeune proie d'Esteban n'avait attendu que cela. Elle avait initialement cru que cela allait le dégoûter d'une manière ou d'une autre mais... non, il avait l'air de se prendre au jeu.

Luisa haussa un sourcil, un sourire clairement amusé sur les lèvres. Il avait vraiment l'air de se prendre au jeu.

L'atmosphère aurait été plus joueuse, le moment moins crucial, elle aurait probablement sorti son téléphone pour le filmer et lui repasser la vidéo en repeat au moindre moment de déni. Mais elle n'était pas aussi mauvaise qu'on pouvait le croire. Aussi se contenta-t-elle de ricaner intérieurement en voyant son neveu se la jouer collé-serré avec son dîner.

Pour de multiples raisons, il faudrait faire en sorte qu'Olivia ne soit jamais témoin de ce genre de chose.

Tout allait bien dans le meilleur des mondes, jusqu'au moment où Luisa vit la main du jeune homme se diriger vers...

"...A sa place, je ne ferais pas ça..."

Plus inquiète qu'elle n'aurait voulu le montrer, Luisa avança d'un pas dans la direction des deux hommes. Elle était pourtant bien trop lente pour réagir : Esteban avait déjà son bras en travers du cou de sa proie. Elle se figea, attendant de voir ce qui allait se passer.

Elle était évidemment trop près pour ne pas entendre leur conversation, ou pour manquer la réaction sur le visage de son neveu à l'entente de la dernière réplique. Elle grimaça. Décidément, ce mec manquait de tact.

Plutôt que de l'envoyer balader bien qu'il en aurait sacrément besoin, Luisa ravala la pique qu'elle avait sur le bout de la langue et s'approcha pour reprendre le bras d'Esteban et l'entraîner un peu plus loin. Elle croisa également le regard de Seth alors que ce dernier convainquait ses amis de partir et hocha imperceptiblement la tête pour le remercier silencieusement. Ce gamin avait vraiment l'air bien. Il faudrait qu'elle le retrouve.

Cependant, pour le moment, Esteban était sa priorité. Elle se tourna donc vers lui, sans cesser de marcher.

"Viens, Tebi, on va aller se poser un peu."

Il y avait un bar quelques portes plus loin et quelque chose lui disait qu'elle allait avoir besoin d'un verre. Et peut-être même que lui aussi, en fin de compte.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4341-luisa-selva-moreno
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember Vote_lcap14/30A night to remember 160125120054759347  (14/30)

A night to remember Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember Icon_minitimeLun 20 Juil - 22:40

Honteux, toujours sous le choc, Esteban se laissa traîner mollement par Luisa. Ses yeux hantés fixaient la chaussée à quelques mètres de lui. Sa bouche dégoulinait encore un peu de sang, mais il n'en avait vraisemblablement rien à faire. Autant il s'était préparé à l'idée qu'il lui fallait laisser parler la Soif, et que cela risquait d'être particulièrement sale, bestial, dégradant, autant il ne s'était pas attendu à ce que d'autres certitudes qu'il avait au sujet de lui-même, d'autres de ses valeurs soient du même temps ébranlées.

Il n'entendit pas vraiment la proposition/déclaration de sa tante. Il la laissait de toute façon entièrement diriger leur marche et lorsqu'il s'avéra qu'ils étaient face à une table, il suivit le mouvement et s'assit.

Il préférait être assis, en fait. La table cachait le bas de son corps et les dernières preuves de ce qu'il était encore incapable de regarder en face. De ce qu'il ne voulait pas que Luisa ait vu non plus.

Très silencieux, il passa les doigts sur ses lèvres. C'était comme s'il avait tout juste remarqué qu'elles étaient encore humides. Il éloigna sa main de quelques centimètres et observa le sang qu'il venait de récupérer. Cela lui rappela ce qu'il venait de consentir à faire. Il se mit à trembler légèrement, mais pas forcément pour les raisons qu'on aurait pu penser.

Il s'était nourri et ça lui avait plu. Il se dégoûtait, mais ce n'était pas nouveau. Le souci n'était pas l'acte de morsure en lui-même, ni son vampirisme - lequel n'était plus une nouvelle aussi fraîche qu'elle l'aurait pu l'être. Le problème, c'était l'accumulation de tout.

Il faillit saisir une serviette pour essuyer ses doigts mais il se retint. Il avait encore soif même si c'était beaucoup plus ténu, beaucoup plus supportable. Maintenant qu'ils en étaient là, à quoi bon faire semblant ? A quoi bon gâcher ?

Le pragmatisme l'emporta sur sa fierté qui de toute façon n'arrêtait plus de se prendre des soufflets. Le jeune homme se lécha promptement le bout des doigts pour les nettoyer. Visiblement, ce genre de cas de figure ne rentrait pas dans le cadre de sa phobie, peut-être parce qu'il savait exactement d'où provenait ce sang.

Les traces de son dernier repas avaient donc disparu, mais Esteban semblait toujours très absent. Très perturbé. Il fixait le centre de la table sans rien dire.

Il aurait voulu pouvoir accuser son vampirisme pour tout. Il aurait été plus simple de penser que cette corruption s'étendait bien au-delà de sa nature mort-vivante et que la Soif l'avait rendu capable de désirs parfaitement inacceptables. Cependant, même lui n'avait pas assez de mauvaise foi pour y croire entièrement.

Il y avait eu trop de signaux qu'il avait refusé de voir. Trop de petites choses qui devenaient logiques, dès lors qu'il acceptait de comprendre ce qui venait de lui arriver. Il n'était pas prêt à l'admettre mais incapable de l'ignorer complètement : le problème ne venait pas de sa nouvelle condition. Il datait de bien avant. Non, le problème, c'était lui. Entièrement, désespérément, juste lui, dans son humanité la plus imparfaite.

Répugné par sa propre personne, il perdit son front entre ses mains et sa bouche se tordit de douleur. Y avait-il une limite au fond qu'il pouvait atteindre ?

Il avait toujours été insuffisant. Inadapté. Problématique. Il faisait un piètre Luz-Descalzo et il n'était peut-être pas si étonnant qu'il se soit mis dans cette situation... Qu'il soit le premier de toute sa lignée à finir avec des crocs dans la bouche paraissait étrangement logique. Il était vraisemblablement indécent par naissance. Et trop idiot, trop ingénu pour qu'on lui fasse confiance pour la succession. Ce serait resté vrai même si on ne l'avait pas vampirisé. Il n'y avait rien qui allait.

Ses épaules furent bientôt secouées de spasmes et il se mit à pleurer, incapable de masquer son désarroi. Il ne voulait pas avoir ce genre d'attirances. Voilà qui aurait encore brisé le cœur de sa mère si elle l'avait appris. Et elle l'aurait encore renié.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Luisa Selva Moreno
Normes
Luisa Selva Moreno

Identification
Emploi: Gérante d'entreprises
Age apparent: 38 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember Vote_lcap17/30A night to remember 160125120054759347  (17/30)

A night to remember Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember Icon_minitimeLun 20 Juil - 23:10

Esteban ne disait rien. Il se laissait docilement faire alors que sa tante le traînait dans les rues, tête baissée et l'air complètement abattu. Elle détestait le voir comme ça. Elle était d'autant plus affectée qu'elle avait une très bonne idée de ce qui lui passait par la tête.

Ils arrivèrent bientôt à l'entrée du bar. Luisa s'infiltra à l'intérieur, son neveu sur les talons. Elle choisit une assez excentrée pour qu'on les laisse tranquille et loin des vitres, au cas où un inconnu se mettait à les observer attentivement et avoir des soupçons. C'était très peu probable, mais elle n'avait pas envie de jouer.

Lorsqu'elle s'assit, Esteban fit de même. Posant les yeux sur lui, elle nota qu'il lui restait encore quelques gouttes de sang sur les lèvres. Elle faillit faire une remarque à ce propos mais s'abstint : ce n'était pas le sujet qu'elle souhaitait aborder, et elle avait peur qu'il en profite pour dévier la conversation. Si conversation il finissait par y avoir.

Finalement, il s'en rendit compte seul et essuya sa bouche de lui-même. Elle fut étonnée de le voir porter ses doigts à sa bouche mais ne dit rien : une fois de plus, elle n'avait pas l'intention de remettre ce sujet sur le tapis. D'ailleurs, en soi, c'était un geste plutôt encourageant. C'était du moins ce qu'elle préférait se dire.

Pendant un long moment la mexicaine se contenta de le regarder et d'attendre. Oui, elle voulait qu'ils en parlent mais ce n'était pas une raison pour forcer le sujet en soi. Il y avait des réalisations qui devaient se faire, avant.

Une fois de plus, elle savait très bien ce qu'il en était.

Lorsque son filleul se prit la tête dans les mains, Luisa pinça les lèvres, toujours sans un mot. On y était. Elle se demanda un petit moment s'il allait se mettre à parler, mais ce ne furent pas des mots qui sortirent de sa bouche. La mexicaine ferma les yeux très fort, comme pour se donner du courage face à l'image de son neveu sanglotant. Elle posa une main sur le bras d'Esteban. De l'autre, elle fit signe au serveur qui s'approchait de faire demi-tour, tout en articulant silencieusement le mot "tequila", le plus distinctement possible. Un hochement de tête plus tard, l'employé était reparti et Luisa tournait la tête vers celle de son neveu, même s'il ne la regardait pas.

"Ce n'est pas une tare, Tebi."

A ce stade, elle n'était pas certaine de ce qu'il fallait qu'elle lui dise. Elle laissait parler sa propre expérience, et ce qu'elle avait été obligée de réaliser par elle-même, à défaut d'avoir quelqu'un pour le lui faire comprendre. Elle serra gentiment le bras qu'elle avait dans la main.

"Cela ne fait pas de toi quelqu'un de moins bien, ou de moins honorable."

Elle ajouta, sur un ton aussi cynique que désabusé.

"Crois-moi, je sais de quoi je parle."

Elle soupira, tout en espérant que ce verre arrive vite. Très vite.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4341-luisa-selva-moreno
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember Vote_lcap14/30A night to remember 160125120054759347  (14/30)

A night to remember Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember Icon_minitimeLun 20 Juil - 23:57

Par chance pour Luisa, cette nouvelle réalisation serait bien moins compliquée à admettre pour Esteban. En comparaison de sa transformation en vampire, être mis face à ses préférences plus éclectiques qu'il ne l'aurait voulu n'était rien. Les sacrifices et les compromis qu'il lui avait fallu faire pour parvenir à ce maigre stade d'acceptation de sa nature mort-vivante avaient d'ailleurs largement contribué à la rapidité de l'aveu qu'il venait de se faire à lui-même.

Avant, il aurait probablement été capable de nier en s'inventant une excuse si improbable qu'il aurait été le seul à y croire.

Le principal souci venait de l'accumulation. Il se passait trop de choses en trop peu de temps. Il peinait déjà à accepter d'être un vampire... Alors un vampire pas tout à fait hétéro ? Lorsqu'on savait combien Olivia désapprouvait chacun de ces éléments séparés (les vampires, et les personnes non hétéro) ?

Il n'était pas bien surprenant que son esprit ait dérivé et qu'il fut maintenant en train de remettre en question toute son existence, et tout le mérite qu'il avait jamais eu depuis sa naissance.

Il frissonna lorsque Luisa lui toucha le bras. Son regard honteux attendit qu'elle s'exprime pour s'extraire de ses doigts et la fixer, mais on pouvait sentir que le geste était bienvenu à la façon dont le jeune homme se laissait absolument faire sans broncher.

Il était rassuré que ce soit Luisa avec lui, en ce moment, et personne d'autre. Pour une rare fois, il était content qu'elle fut si peu convenable. Il avait besoin de sollicitude, il avait besoin qu'on lui dise que ce n'était pas grave, même si il n'était pas d'accord.

"Ce n'est pas une tare, Tebi."

... Même s'il pensait, lui, que c'en était une. En comparaison d'autres, elle n'était pas si terrible, oui, d'accord. Après tout, Karl était son meilleur ami et c'était une personne très bien, et il irait sans doute quand même au paradis, à ce détail près. Dieu ne pourrait que lui pardonner, l'inverse aurait  été inconcevable. Mais sa mère n'était pas d'accord. Sa mère était très acide à l'égard de Karl. Elle avait toujours réagi à l'excès dès lors qu'elle avait pensé qu'Esteban aurait pu être tenté par ses propositions.

L'avait-il été ? Il ne voulait pas y songer. Il ne voulait surtout pas se poser cette question, ni revenir sur ce qui était arrivé lorsqu'ils étaient au lycée.

Non, il regardait plutôt Luisa, l'air incertain, toujours sanglotant même s'il tentait de rester discret. Il essayait de se laisser convaincre et tout à la fois, il ne voulait pas se laisser convaincre. Il ne pouvait PAS se laisser convaincre, pour des raisons qu'il avait déjà pensées et repensées sous toutes les coutures.

"C'est un péché. Tu le sais. Si mama le savait elle... ne..."

... S'en remettrait pas ? Comme si elle allait jamais se remettre du reste de ce qu'il lui avait fait subir. Réaliser combien cette déclaration était absurde dans ces circonstances l'amena à sangloter de plus belle. Il perdit à nouveau son visage dans ses doigts et fut incapable de parler durant plusieurs dizaines de secondes. Puis il reprit en secouant la tête fermement de gauche à droite :

"Je ne veux pas... Je ne veux pas.. ! Ça n'avait jamais été un problème jusqu'à maintenant... Et j'ai... C'est comme si j'avais... Erin..."

Ils ne s'étaient pas officiellement séparés, il avait donc comme l'impression de l'avoir trompée. La signification de ce qu'avait déclaré Luisa en tout dernier lui était passée bien au dessus de la tête. Il pleurait encore dans ses mains et se sentait progressivement submergé par une forme de confusion qui lui donnait mal au crâne. Il n'avait jamais pris la peine de se renseigner sur ces sujets, puisqu'ils étaient tabous à la maison. Il ne connaissait pas les nuances. Il ne comprenait pas vraiment ce qu'il était.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Luisa Selva Moreno
Normes
Luisa Selva Moreno

Identification
Emploi: Gérante d'entreprises
Age apparent: 38 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember Vote_lcap17/30A night to remember 160125120054759347  (17/30)

A night to remember Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember Icon_minitimeMar 21 Juil - 10:34

L'air dépité d'Esteban tapait beaucoup trop prêt de la maison pour que Luisa parvienne à entièrement garder un air neutre. D'autant que cette soirée et celle qui l'avait précédée avaient été particulièrement mouvementées. Elle qui ne se laissait que peu envahir par ses sentiments faisait face à une déferlante qu'elle n'était pas certaine de pouvoir contenir.

Mais elle ferait au mieux, car il n'était pas question d'elle à présent. Il était question d'Esteban, et uniquement de lui. C'était sur lui qu'elle devait se concentrer.

Elle tâcha donc de lui rappeler que rien de tout cela n'était mauvais. Cependant, elle ne faisait pas face à quelqu'un qui allait aussi aisément être convaincu. Esteban avait reçu une éducation religieuse très stricte, la même que la sienne. Et si la mexicaine avait vite envoyé au vent tous les préceptes qui ne l'intéressaient pas, son neveu lui était un véritable croyant, qui se complaisait dans le suivi de la Bible et qui avait toujours œuvré à obtenir le Salut Éternel. Jusqu'à présent, du moins.

Elle ne fut donc pas étonnée de l'entendre parler de péché. Ni de sa mère, qu'elle aurait cru voir venir encore plus tôt dans la conversation (même si, en réalité, celle-ci ne faisait que commencer). Luisa soupira, serrant toujours son bras.

"Corrige-moi si je me trompe, Tebi, mais si mes souvenirs sont bons, un péché est un acte conscient par lequel on contrevient à la loi de Dieu, n'est-ce pas ?" Elle fit une pause, cherchant ses mots. Elle ne voulait pas trop se lancer sur ce terrain-là. "Ça, ce n'est pas un acte conscient. C'est ce que tu es. Tu ne le choisis pas. Personne ne le fait. Et cela ne t'empêche en rien d'être une bonne personne."

Elle occulta volontairement Olivia du sujet. Elle y reviendrait bien assez tôt. Par ailleurs, Esteban lui-même venait d'aborder autre chose, mentionnant Erin. Luisa leva imperceptiblement les yeux au ciel, tout en allant chercher l'une des mains qu'il utilisait pour cacher son visage et la prendre dans la sienne. De l'autre, elle tâchait d'essuyer ses larmes.

"...Hey. Laisse Erin en dehors de tout ça. Les gens éprouvent du désir pour d'autres personnes que leurs compagnons tous les jours, ça n'a rien à voir avec ça. Tu as refusé d'agir dessus. Quelle que soit la raison pour laquelle tu l'as décidé sur le moment, le fait est là. Tu n'as rien fait de répréhensible."

La morsure vampirique incluait une proximité à laquelle il était inutile d'échapper pour l'humain et très difficile pour le vampire. Encore plus un vampire néophyte qui ne s'était jamais assez nourri.

Le serveur arriva avec son verre. Il y avait deux verres, en réalité, qu'il posa devant chacun d'eux. Elle le remercia d'un regard. Elle ne savait pas si Esteban allait boire ce verre, mais il ne serait de toute façon pas de trop. La mexicaine reprit, avec douceur.

"Tu sais, ce n'est pas parce que tu as éprouvé de l'attirance pour un homme ce soir que tu dois renier toutes tes expériences passées. Comme bien d'autres choses dans ce monde, le désir n'est pas soit noir, soit blanc. Il existe une infinité de gris entre les deux. Et toi, je pense sincèrement que tu es dans le gris clair : les femmes t'attirent, c'est indéniable, mais il arrive parfois que certains hommes t'attirent également. Et ce n'est pas une tare."

Elle le répétait, parce qu'elle savait qu'il ne croyait qu'à peine à ses mots. C'est pour ça qu'elle choisit de revenir sur quelque chose qu'il avait dit plus tôt.

"Quant à ta mère, elle ferait ce qu'elle a toujours fait avec moi : l'autruche." Luisa eut un petit sourire amusé à cette pensée. "Tant que je ne faisais pas exprès de lui mettre mes aventures sous le nez, du moins."

Ce qu'il lui était arrivé de faire une ou deux fois pour la faire rager. Tout comme Esteban, elle avait cette proportion à hurler à l'absence de convenances qui était assez hilarante aux yeux de la cadette. ...Enfin, qui l'était, du moins. A présent, il était plus difficile de s'en réjouir.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4341-luisa-selva-moreno
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember Vote_lcap14/30A night to remember 160125120054759347  (14/30)

A night to remember Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember Icon_minitimeMar 21 Juil - 12:09

Luisa tentait de le convaincre en retournant les préceptes religieux contre lui, ce qui n'allait pas fonctionner. En revanche, cela parvint efficacement à le détourner de cette douleur insupportable qui s'emparait de lui chaque fois qu'il pensait à sa mère, à ce qu'elle pensait dorénavant de lui - à raison - et au mal qu'il lui avait fait. Il cessa plus rapidement de sangloter qu'il ne l'aurait pu et secoua la tête de droite à gauche, quasiment hystérique. Il parlait un peu trop fort, mais il n'en avait pas conscience. Heureusement, ils étaient restés en espagnol : cela éviterait que tout le bar comprenne ce qu'ils étaient en train de se raconter.

"Cela devient un acte conscient du moment où tu te laisses porter par la Tentation. Cela devient un péché si tu consens à t'y soumettre."

De là, on n'était plus très loin d'une conclusion qui risquait d'être très problématique si Esteban la tirait : ce qu'il fallait donc faire, c'était ignorer l'existence de cette tentation. Ne pas laisser le Diable lui glisser ses mots doucereux à l'oreille. Ne pas croquer la pomme.

Cependant, ce ne fut pas la première chose qui lui vint. Ou plus précisément, elle coula sur lui très rapidement, tandis qu'il (re)prenait conscience d'autre chose. L'air hagard, il observa ses mains tremblantes qui n'avaient retrouvé leur couleur d'origine que parce qu'il s'était nourri du sang d'un homme en lui procurant un plaisir abject.

"... Qu'est-ce que je raconte... Quelle importance... Pourquoi est-ce que ça en a ? J'incarne désormais la Tentation de toute façon... Il n'y a plus rien à récupérer..."

Il pouvait peut-être trouver un réconfort dans l'idée qu'il ne s'était pas laissé piéger lorsqu'il se trouvait encore du bon côté de la religion. Il ne s'était pas laissé tenter. Darian ne comptait pas. Son père l'avait manipulé, il l'avait abusé, il l'avait...

Il se refusait à cette pensée. Mais subitement, il se refusait aussi à admettre ses penchants, et ça n'avait plus grand chose à voir avec son christianisme. Ni même avec Olivia.

Ses pensées dérivèrent sur Erin. Il ne voulait pas penser à son père, et il était plus aisé de se laisser distraire par l'image de sa petite amie qu'il avait effectivement l'impression de trahir. Déjà qu'il n'avait toujours pas avalé la façon dont il avait brutalement dû l'abandonner, par l'intermédiaire d'un pauvre message écrit sur son téléphone.

Tu as refusé d'agir dessus. Quelle que soit la raison pour laquelle tu l'as décidé sur le moment, le fait est là. Tu n'as rien fait de répréhensible.

Quelle que soit la raison ? Vraiment ? Avait-elle seulement idée de ce qui l'avait réellement poussé à arrêter cette main baladeuse ? Car ce n'était pas sa volonté, et encore moins l'idée de commettre un péché irréparable. Il avait accepté de laisser ses affreuses pulsions vampiriques s'exprimer. Il avait éliminé toute forme de limites et il avait tellement pris son pied qu'il n'y avait pas grand chose qui aurait pu l'arrêter, si ce n'est le frisson de dégoût, la nausée, la sensation affreuse qu'il avait eu d'être de nouveau prisonnier des mains de Darian.

Et il lui faudrait recommencer. Et il savait qu'il n'arriverait pas bien mieux à se retenir à l'avenir. Il doutait réussir à ne se nourrir que sur des femmes, d'autant qu'il aurait l'air suspect à refuser trop de propositions. Elle ne savait pas ce que la Soif lui faisait. Il n'avait jamais rien connu d'aussi fort.

"C'est tout comme... Ce n'est pas moi qui me suis arrêté, c'est Lui qui..."

Il ne parlait pas de la groupie dont il avait failli écraser la trachée.

Mais sa tête était un véritable champ de mines. Un feu d'artifices au moment du bouquet final. Les pensées explosaient de partout, les problèmes qui se présentaient à lui étaient multiples. L'un d'entre eux concernait ce qu'il en était vraiment de ses attirances. Il ne savait pas comment ça marchait. Il n'aurait pas cru possible d'être attiré tout à la fois par des hommes et par des femmes. Son regard traduisait sa profonde confusion. Luisa dut comprendre ce qui le tracassait et préféra sans doute éclaircir ses pensées avant de se risquer sur le sujet de Darian. Personne n'aimait jamais vraiment l'aborder.

Et toi, je pense sincèrement que tu es dans le gris clair : les femmes t'attirent, c'est indéniable, mais il arrive parfois que certains hommes t'attirent également. Et ce n'est pas une tare.

Il releva le nez sans rien dire, mais Luisa dut certainement comprendre la question qu'il se posait juste à lire l'expression de son visage : "Une chose pareille est-elle vraiment possible ?". Un gros doute persistait. Et si... Si il s'était uniquement convaincu que les femmes l'attiraient ? Et si ce n'était que le résultat de ce qu'il avait subi plus jeune ? Non... Il était pourtant convaincu du désir qu'il avait éprouvé pour chacune de ses petites-amies. Ça ne pouvait tout de même pas avoir été une illusion ?

La suite, il ne la comprit pas vraiment. De ce fait, il n'était pas très convaincu. De quelles aventures Luisa pouvait-elle parler ? Elle osait bien des choses que personne dans la famille ne se serait permis, certes, mais enfin... N'était-ce pas encore différent ? Elle savait combien Olivia pouvait se montrer rêche, froide, réprobatrice dès qu'on abordait le sujet de Karl. Il ne l'imaginait pas faire l'autruche si aisément.

Et puis ses pensées revinrent sur le précédent sujet, parce qu'il n'était pas tranquille.

"Et si... Si c'était juste à cause de Lui que ça n'est pas si fréquent ? Et si c'était juste parce que chaque fois que j'imagine ce genre de situations, j'ai l'impression qu'il va à nouveau me...."

Il s'arrêta. On y venait. Darian était un énorme nœud dans ce problème. Il était impossible de l'ignorer. Un dégoût froid et collant lui donna l'impression de se répandre sur son corps tout entier et il perdit encore son nez entre ses mains, mais il ne pleurait plus vraiment. Il tremblait, et il avait la nausée.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Luisa Selva Moreno
Normes
Luisa Selva Moreno

Identification
Emploi: Gérante d'entreprises
Age apparent: 38 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember Vote_lcap17/30A night to remember 160125120054759347  (17/30)

A night to remember Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember Icon_minitimeMar 21 Juil - 16:07

Luisa ne chercha même pas à contenir sa grimace. Elle le savait, qu'il y avait de fortes chances que cela finisse comme ça et qu'elle aurait dû éviter de se lancer dans des discussions religieuses avec son filleul. Il en maîtrisait trop bien les aspects pour qu'elle espère gagner de cette manière. Dans ses moments-là elle regrettait presque d'avoir trouvé une combine pour cesser les cours de catéchisme (... non).

Elle ne fut donc pas le moins du monde étonnée quand il s'empressa de la contredire avec ses histoires de tentation et leva les yeux au ciel, décidant d'avance qu'elle ne rentrerait pas dans ce débat.

D'ailleurs, Esteban sembla le clore de lui-même, même si ce n'était pas très bon. Les sourcils de la mexicaine se froncèrent, montrant son désaccord profond avec le fait qu'il n'y aurait rien à récupérer chez lui. Seulement, une fois encore, ce serait un débat qui devrait attendre : elle n'avait pas envie qu'il change de sujet, bien qu'ils soient très liés.

Elle avait de toute façon l'intention de travailler au corps cette vision qu'il avait de lui-même le temps que durerait leur cohabitation (qui pourrait s'avérer extrêmement longue s'il continuait ainsi).

Alors que son neveu avait déplacé la conversation vers Erin,  Luisa tenta une fois de plus de lui faire comprendre que ce n'était pas un problème; Cette fois, elle s'attacha plus sur l'absence d'acte en tant que tel. Personne ne contrôlait les réactions physiologiques de son corps face à l'attirance qu'ils pouvaient éprouver, mais tous pouvaient faire preuve (ou non) de retenue : ce qui, quoi qu'il en dise, avait été son cas.

La réponse qu'il commença à énoncer ne lui plut guère, et cela se vit dans son regard qui s'assombrit aussitôt. Evidemment, elle n'avait pas besoin de réfléchir énormément pour savoir à qui ce "Lui" faisait allusion. Elle savait qu'il allait forcément s'immiscer dans la conversation, comme le serpent perfide qu'il était. Au vu du passif d'Esteban, c'était à prévoir. Mais aux yeux de Luisa, le plus tard était le mieux.

C'est peut-être pour ça qu'elle continua sur autre chose, ayant noté l'océan de non-dits dans lequel son neveu était vraisemblablement en train de sombrer. A son annonce selon laquelle tout n'était pas systématique noir ou blanc, Esteban parut tomber des nues. Intérieurement, la mexicaine roula des yeux. L'innocence de son filleul était attendrissante par moments, mais alors la plupart du temps elle lui sortait par les trous de nez.

Non, l'image n'était ni élégante, ni convenable. C'était fait exprès.

Finalement, Luisa préféra revenir sur Olivia plutôt que Darian. A choisir entre la peste et le choléra (non pas qu'elle comparait les deux, sa sœur était bien évidemment une personne formidable, mais dès qu'on touchait à ce sujet elle pouvait se montrer un peu... opiniâtre)... Malheureusement pour elle, Esteban ne sembla pas comprendre où il voulait en venir. Elle pourrait le lui expliciter plus en détails (et il lui semblait qu'elle allait devoir le faire, au vu de tout ce qu'il ne comprenait pas encore), mais il allait falloir passer par un sujet bien plus désagréable d'abord. Luisa prit son shot de tequila dans une main et l'avala cul-sec. Il lui fallait au moins ça. Elle reprit la parole en reposant le verre.

"Non. Je ne dis pas que les traumas causés par cet enfoiré de manipulateur psychopathe -qui, écoute moi bien, ne posera plus jamais la main sur toi, je t'en fais la promesse- ne sont absolument pas partie intégrante de ce qui se joue aujourd'hui mais..."

Elle fit une pause. Insulter Darian était devenu une habitude chaque fois que le sujet était sur la table et la rendait encore moins convenable qu'à l'accoutumée. Elle se refusait à l'appeler par son nom.

"...Mais je ne pense pas. Regarde. Cela ne t'a pas empêché de te sentir attiré par ce garçon, non ? C'est le dernier geste qu'il a eu, que tu as apparenté. Pas le reste. Pas ce qu'il s'est passé avant."

Elle allait lui laisser le temps de la réflexion avant de continuer. Darian était un abcès à crever (dans tous les sens du terme).
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4341-luisa-selva-moreno
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember Vote_lcap14/30A night to remember 160125120054759347  (14/30)

A night to remember Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember Icon_minitimeMar 21 Juil - 21:37

Esteban aimait bien quand Luisa insultait Darian de tous les noms, quand bien même elle le faisait généralement de façon tout sauf convenable. Darian ne méritait pas qu'on le décrive plus élégamment. Le jeune homme n'aurait jamais osé dire des vulgarités pareilles, mais il ne réagissait pas, et ça en disait long. Dans n'importe quel autre cas, il aurait fait les gros yeux à sa tante. Il se serait insurgé de son manque de délicatesse et de savoir-vivre. Là, on aurait presque dit à son regard qu'il était content qu'elle ait fait cette comparaison pour lui.

C'était comme si Luisa se défoulait pour deux.

Esteban paraissait déjà moins abattu. Il tremblait encore, et il avait toujours le bout du nez caché dans ses mains, mais ses yeux fixaient Luisa sans ciller tandis qu'il écoutait ses réponses.

Darian ne poserait plus jamais la main sur lui. Ça, c'était certain... Même s'il essayait, il ne faisait plus le poids contre Esteban, lequel n'aurait aucun mal à se défendre étant donnée sa nouvelle force physique. De toute façon, son père n'essaierait pas. Sa nature de vampire à elle toute seule le dissuaderait de vouloir l'approcher à moins de vingt mètres. C'était dans les rares avantages qu'on pouvait lui trouver.

"...Mais je ne pense pas. Regarde. Cela ne t'a pas empêché de te sentir attiré par ce garçon, non ? C'est le dernier geste qu'il a eu, que tu as apparenté. Pas le reste. Pas ce qu'il s'est passé avant."

Esteban se figea. Cette hypothèse était inexacte. Luisa oubliait toute une partie du problème, et elle en ignorait tout le reste. Les mots fusèrent avant qu'il n'ait eu le temps de les peser et de se rendre compte de ce qu'il était en train d'admettre. Et le pire, c'est qu'il avait l'impression de statuer une évidence (ce qui se voyait d'ailleurs à son expression légèrement exaspérée) :

"... J'avais soif, au cas où tu ne l'aurais pas remarqué ça a tendance à mettre dans des états seconds. J'ai baissé ma garde. D'habitude pour me hérisser il suffit que je sente une connex..."

.. ion. Il se rendit compte de ce qu'il disait au moment où les mots sortaient et ses yeux s'écarquillèrent d'embarras. Oups. Il aurait préféré se taire.

"... Je veux dire, que je sente qu'on pourrait me faire des propositions indécentes."

Il n'aimait pas beaucoup mieux l'admettre parce que ça signifiait quand même, à demi-mot, que ce genre de situations étaient arrivées plus d'une fois. Et Luisa risquait de comprendre qu'Esteban était encore plus véhément dès lors qu'il se sentait trop fasciné par quelqu'un. Cela lui avait toujours fait peur, cette fascination qu'il lui était arrivé d'avoir à l'égard de certains camarades. Mais comme il y avait ce dégoût qui survenait très vite, il n'avait jamais pensé qu'il puisse s'agir d'une véritable attirance.

L'exemple le plus flagrant était celui de Karl. Esteban l'avait envoyé sur les roses avec tellement de sel qu'ils ne s'étaient plus parlés durant un bon moment. Même maintenant, il n'osait pas regarder cela en face. Il ne savait pas quelle attitude adopter face à ce début de réalisation déplaisant.

Plus récent ? Cristóbal. Le coiffeur l'avait tout de suite mis très mal à l'aise, et ce n'était pas juste parce qu'il avait craint que l'homme cherche à lui faire du pied.

Il sortait avec Erin. Esteban aimait les personnalités exubérantes, dès lors qu'il acceptait de se laisser entraîner dans leur sillage. Son apparence ouvertement marginale n'avait pas été le seul souci,  le charisme de Cristóbal l'avait intimidé. Et il avait pris peur. Encore.

Est-ce qu'il se trompait ? Pourtant, ça lui paraissait beaucoup trop bien coller à ce qu'il avait ressenti à chacun de ces instants.

Il n'assumait pas trop ce qu'il venait de dire, là, quand même. Il préférait "regarder" la table à côté (c'est à dire ne pas regarder Luisa).

Il y avait quelques visages tournés vers eux mais Esteban n'arrivait pas à savoir si ils étaient suspicieux, attirés, ou juste dérangés par le bruit. Ses yeux tombèrent sur le shot qu'on avait posé devant lui sur la table. Il cligna des yeux. Il ne l'avait pas vraiment remarqué avant.

"... C'est pour moi ça ? La question de la non-légalité de l'affaire me semble un peu passée de date même si je n'ai toujours que dix-huit ans, mais quoiqu'il en soit ça ne va rien me faire..."

Du coup, il ne voyait pas l'utilité de se désinfecter tout l'intérieur de la bouche avec de l'alcool fort. Esteban n'avait jamais vraiment bu d'alcool. Il n'avait pas encore l'âge. Les boissons fortes n'étaient pas (encore) au goût de ses papilles.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Luisa Selva Moreno
Normes
Luisa Selva Moreno

Identification
Emploi: Gérante d'entreprises
Age apparent: 38 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember Vote_lcap17/30A night to remember 160125120054759347  (17/30)

A night to remember Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember Icon_minitimeMer 22 Juil - 10:23

Si insulter Darian plaisait à Esteban, alors il était servi, car Luisa s'était jurée de ne plus jamais prononcer son nom, et ce même si elle était appelée à témoigner au tribunal. C'était lui donner bien trop de crédit à ses yeux que d'accepter son existence unique par l'usage du prénom qui lui avait été accordé. Evidemment, elle n'avait pas eu grand monde pour la suivre dans la famille (sans compter que personne d'autre qu'elle ne pourrait proférer ce genre d'insultes sans crier au scandale), mais Esteban n'était pas le seul à approuver passivement ce qu'elle faisait en ne la réprimandant pas d'une façon ou d'une autre... ce qui en disait long.

Reprenant la main sur la conversation, la mexicaine tenta de montrer à son neveu que son enfoiré de père n'avait pas entièrement à voir avec la façon dont sa sexualité se développait. Pas qu'il en était totalement éloigné, loin de là : les sévices que l'on pouvait subir laissaient toujours des traumatismes plus ou moins visibles, mais elle était persuadée que ce n'était pas l'entière explication. Cependant, pour ce coup là, elle se trompait, ou du moins la façon dont elle l'expliquait n'était pas viable aux yeux de son filleul, qui la corrigea immédiatement, non sans en dire plus qu'il ne l'aurait voulu.

Impassible -ou presque, Luisa regarda Esteban dans les yeux en haussant un sourcil intéressé. L'explication qui vient ensuite ne fit que lui faire esquisser un sourire entre tendresse et amusement.

"Je vois..."

Son neveu ne la regardait plus, n'assumant que très moyennement ce qui venait de sortir de sa bouche, apparemment. Cela ne dérangeait pas Luisa, qui préférait néanmoins attendre que le jeune homme digère sa propre nouvelle et soit prêt à continuer la conversation. La remarque qu'il fit sur le shot de tequila la laissa entendre qu'il avait retrouvé assez de son impertinence caractéristique pour qu'ils s'y remettent.

"Je n'avais pas précisé le nombre de verres. Le serveur a pensé faire au mieux, mais ne t'inquiète pas, il ne sera pas gâché."

Sans attendre, elle prit le verre et le but aussi sec, avant de le poser à côté de son camarade vide dans un bruit mat qu'elle espérait suffisant pour attirer le regard de son neveu vers elle.

"Très bien. Admettons que mes intuitions aient été mauvaises et que tu sois plus dans le gris moyen que le gris clair. Et alors ? Qu'est-ce que ça change ? Ce que tu as vécu avec ces femmes ne va pas s'envoler par magie, non ? Elles ne vont pas arrêter de t'attirer du jour au lendemain, tout comme les hommes ne t'ont pas attirés du jour au lendemain. Ça a toujours été là, ce sera toujours là. A toi de le prendre en compte et de faire avec, mieux qu'en renvoyant balader extrêmement sèchement des jeunes garçons formidables qui tiennent beaucoup à toi et ne veulent que ton bien."

Oui, la mention sous-jacente de Karl était évidente. L'alcool semblait commencer à faire effet -peu étonnant au vu des deux dernières nuits qu'elle avait passé- et lui avoir délié la langue.

"Être attiré par les hommes ne rend pas tes aventures avec des femmes moins réelles, Tebi."

Elle avait une étrange impression. Celle d'être de retour dans un bar de Port-au-Prince. Si ce n'était que les verres étaient beaucoup plus gros, pleins de rhum, et qu'elle n'était pas celle qui tenait ce discours mais qui le recevait. Elle secoua la tête, histoire de revenir dans la réalité.

"Ça s'appelle être bisexuel. T'es pas hétéro, t'es pas homo. T'es bi. Et tes expériences vont être façonnées comme ça. T'y es pour rien, t'as pas choisi. Peut-être que tu finiras ta vie avec une femme merveilleuse, peut-être que ce sera un homme fantastique. T'en sais rien. En attendant, tes expériences n'ont pas à être diminuées sous prétexte que tu pensais être hétéro avant. Ça reste de belles expériences. Réelles."

Elle leva les yeux au ciel avant de continuer, comme pour se donner du courage.

"Je sais par quoi tu passes, Tebi. Ce que tu es en train d'éprouver, je l'ai fait aussi. Le questionnement sur l'enfoiré qui te sert de géniteur en moins, bien évidemment."

Elle tenta de capter son regard, plus malicieuse qu'elle n'aurait pu l'être dans un cas pareil (le second shot de tequila qui commençait à agir, probablement).

"J'aime les hommes, mais j'aime aussi les femmes. Et je le vis bien ! J'ai eu de très belles expériences avec des hommes charmants, d'autres avec des femmes splendides, et crois-moi, chacune de ces expériences a été très réelle et très belle. Peu importe le temps qu'elle a duré."

Ce n'était pas comme si sa sexualité était un secret au sens strict. On lui avait juste demandé d'en parler le moins possible aux réunions de famille. Ce qu'elle faisait... plus ou moins.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4341-luisa-selva-moreno
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember Vote_lcap14/30A night to remember 160125120054759347  (14/30)

A night to remember Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember Icon_minitimeMer 22 Juil - 11:12

Il n'avait qu'aperçu le haussement de sourcil de Luisa, mais cela lui avait suffi. Il avait l'impression de suer derrière les oreilles, ce qui était strictement impossible étant donnée sa condition. Il aurait voulu s'enfoncer dans le sol et disparaître. Une partie de lui trouvait cette honte agréable et rafraîchissante, comparée à ce qu'il vivait quotidiennement depuis trois semaines. Le reste s'insultait copieusement. Il fallait vraiment qu'il apprenne à tenir sa langue, surtout quand sa tante était en face de lui.

Luisa était à la fois la seule personne à qui il aurait pu parler de ça (... Il y avait Karl, mais pour des raisons qui lui apparaissaient de plus en plus évidentes, ça aurait été bien trop embarrassant), et la dernière de celles à qui il aurait dû faire ce genre d'aveux. Il savait qu'elle n'hésiterait pas à utiliser ces informations contre lui chaque fois qu'il voudrait oublier, ou nier ce qu'il venait de lui partager.

Autrement dit, il s'était complètement grillé.

Il l'observa boire le second shot de tequila sans ciller. Il n'avait pas vraiment conscience de la fatigue accumulée par la mexicaine, ni de la quantité d'éthanol pur que pouvait contenir chacun de ces verres minuscules. Si cela avait été le cas, il lui aurait probablement demandé si elle était sûre d'elle.

Et puis elle commença à parler. Beaucoup. Fort.
Pour une rare fois tandis qu'elle ne se montrait pas beaucoup plus convenable qu'à l'habitude (pour parler de lui et de ses aventures, en plus) il n'eut pas l'envie de lui crier dessus pour qu'elle se taise. Au contraire : il se rendait compte qu'il avait besoin d'entendre ce qu'elle était en train de lui expliquer. Il avait besoin qu'on le rassure. Qu'on lui dise que oui, Darian était peut-être à l'origine d'un dégoût pour les hommes qui n'était que superficiel. Que oui, il était probablement beaucoup moins hétéro qu'il l'avait pensé jusqu'à présent. Mais que, non, ça n'invalidait pas ses autres expériences. Natalia. Jane. Erin. Ça n'avait jamais été faux. Il avait toujours été sincère, et il n'avait pas imaginé le désir qu'il avait ressenti pour chacune d'entre elles.

Il ressemblait à un écolier sur les bancs de l'école, écoutant un cours qu'il trouvait particulièrement passionnant. Le visage légèrement défait, les yeux arrondis, la bouche entrouverte, il observait Luisa sans ciller et gardait les mains serrées sur ses genoux en dessous de la table.

"A toi de le prendre en compte et de faire avec, mieux qu'en renvoyant balader extrêmement sèchement des jeunes garçons formidables qui tiennent beaucoup à toi et ne veulent que ton bien."

Là par contre, elle touchait à un sujet tabou. Esteban n'avait envie ni d'en parler, ni d'y réfléchir. Il se crispa sensiblement. Ses yeux dévièrent sur le côté. Ses lèvres se pincèrent. Il donnait l'impression qu'il allait se rétracter, histoire de rentrer dans sa coquille inexistante.

Il ne releva les yeux sur elle que lorsqu'elle sortit de son chapeau un terme de vocabulaire qu'il n'avait jamais vraiment entendu. Il y brillait une lueur étrange. Même si Esteban continuait à désapprouver ce qu'il considérait comme des sexualités déviantes et bien peu catholiques, il lui était tout de même agréable d'apprendre l'existence d'un mot qui permettait de décrire ses expériences, de leur donner une forme de légitimité, une existence qui allait au-delà de sa propre bizarrerie.

On pouvait donc être "bisexuel". C'était très étrange de considérer ce terme et d'essayer de l'appliquer à sa propre personne. Très désagréable en un sens (mais il n'était plus à une déchéance près... Il commençait à prendre l'habitude de reconsidérer son existence en lui accordant moins de valeur morale qu'au préalable) mais aussi très libérateur.

Luisa continuait. Diable ! Il avait l'impression qu'elle n'allait jamais s'arrêter de parler. Il ne se serait pas imaginé qu'un tel sujet pouvait la faire discourir aussi longtemps, et avec autant de passion.

"Je sais par quoi tu passes, Tebi. Ce que tu es en train d'éprouver, je l'ai fait aussi. Le questionnement sur l'enfoiré qui te sert de géniteur en moins, bien évidemment."

... Son cerveau cessa de fonctionner. Ses yeux vides fixaient Luisa sans comprendre. Qu'était-elle donc en train de raconter ?

"J'aime les hommes, mais j'aime aussi les femmes. Et je le vis bien ! J'ai eu de très belles expériences avec des hommes charmants, d'autres avec des femmes splendide, et crois-moi, chacune de ces expérience a été très réelle et très belle. Peu importe le temps qu'elle a duré."

Ça y était. Elle venait de le perdre entièrement. Ses yeux ronds étaient toujours aussi vides et il avait la mâchoire pendante au point qu'on voyait ses crocs dépasser. Ses neurones moulinaient dans la farine. Les rouages tournaient dans le vide. Le moteur avait calé. La compréhension essayait de passer, mais il y avait tellement d'obstacles entre elle et l'esprit du jeune homme qu'il faudrait de nombreuses secondes avant que l'information se dégage du profond chaos cérébral dans lequel il était plongé.

"... Hein ?"

Olivia lui aurait probablement fait remarquer qu'il valait mieux dire "Comment ?" ou "Pardon ?" si on voulait se comporter comme le garçon de bonne famille qu'on était, mais ses neurones de la bienséance avaient eux aussi été court-circuités.

L'horloge tournait. Dix secondes. Quinze ? Il regarda les shots vides et regretta subitement d'avoir laissé Luisa boire le sien. Il aurait finalement eu l'usage de ce détergent, quand bien même l'ivresse lui était refusée. Le goût affreux lui aurait certainement permis de reboot son cerveau, ou quelque chose de similaire.

Tic tac tic tac... Dong. Petite lumière au fond de ses yeux, noyée au milieu de la plus énorme des surprises. Il aurait probablement fait la même tête s'il avait appris que le Pape aimait s'habiller en cuir et en latex tous les dimanches soirs.

"... Est-ce que mama le sait ?"

Première question qui lui était venue. C'était somme toute assez prévisible étant données les crises qu'Olivia lui avait fait à cause de Karl, alors même qu'Esteban avait toujours repoussé ses avances avec force et fracas, sans que sa mère ait besoin de s'en mêler.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Luisa Selva Moreno
Normes
Luisa Selva Moreno

Identification
Emploi: Gérante d'entreprises
Age apparent: 38 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember Vote_lcap17/30A night to remember 160125120054759347  (17/30)

A night to remember Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember Icon_minitimeMer 22 Juil - 11:37

Dans d'autres circonstances, Luisa aurait beaucoup ri de la réaction de son neveu à tout ce qu'elle venait de dire. Passons la mention de Karl, sur laquelle elle n'avait pas l'intention de s'étendre. Cela ne regardait qu'eux et si elle avait bien envie de lui mettre le nez dans ses propres réactions puantes de temps en temps, elle n'allait pas non plus se mêler de leurs problèmes.

Par contre, la façon dont il semblait avoir complètement arrêté de fonctionner en l'entendant admettre qu'elle était également bisexuelle, ça c'était magnifique. Encore un autre type de statue que celui qu'il avait fait quand elle lui avait demandé d'arrêter de bouger, mais on se demandait si le résultat n'allait pas être le même, et que le vampire n'allait pas se figer dans le temps et l'espace.

Elle était trop englobée dans son histoire et ses propres souvenirs pour ricaner autant qu'elle aurait pu, néanmoins. Un léger éclat de rire puis elle s'arrêta, son regard se faisant plus lointain alors qu'elle se remémorait certaines de ces expériences qu'elle venait de mentionner. Perdue dans ses souvenirs, elle aurait probablement continué là-dessus si Esteban ne l'avait pas interpellée. Elle répliqua avec un sourire amusé.

"On dit "Comment"."

Elle pouffa. Reprendre son neveu sur son vocabulaire était certainement la chose la plus drôle qu'elle ait faite de la soirée. ...L'alcool était définitivement monté. A la question de son filleul, la mexicaine leva les yeux au ciel.

"Evidemment. Ta grand-mère aussi d'ailleurs. Toute la famille est au courant. On m'a fait promettre de ne rien dire et de continuer à me comporter comme "une jeune fille de bonne famille" -elle faisait les guillemets avec les mains- face aux médias divers. Tant que ma vie privée restait privée, je pouvais faire ce que je voulais."

Et Esteban était probablement bien placé pour savoir que Luisa était très stricte sur les informations auxquelles les médias populaires mexicains pouvaient avoir accès, ainsi que son dégoût des conférences de presse en tous genres, bien qu'elle se prêtât au jeu pour la pérennité des entreprises familiales. Elle laissa échapper à voix basse.

"Bande d'hypocrites."

Il ne fallait pas le prendre trop mal, Luisa adorait sa famille, particulièrement sa sœur et son neveu. Mais certaines choses au sein de cette même famille avait tendance à l'horripiler, notamment l'hypocrisie crasse dont ils pouvaient tous faire preuve. Comme cela avait été le cas chez les Luz-Descalzo avec la découverte de ce que Darian avait fait à son fils, par exemple. Si Olivia avait fini par pardonner à Juan parce qu'elle comprenait qu'il avait pris certaines décisions pour le bien de la famille, Luisa avait pris le premier avion pour lui dire ses quatre vérités et geler tous les accords commerciaux qui n'étaient pas essentiels au bien-être de leurs entreprises respectives. Aujourd'hui encore, elle traitait son meilleur partenaire et ami avec une froideur qu'il ne pouvait que supporter sans rien dire, attendant qu'elle passe.

"Bref. Je suis désolée. C'est peut-être aussi à cause de moi qu'elle t'en a fait autant voir de toutes les couleurs à ce sujet."

Elle ne savait pas à quel point c'était vrai. Il y avait également le fait qu'Olivia tenait énormément à son fils et qu'elle ne voulait pas qu'il subisse les balivernes et autres quolibets qu'il ne serait pas forcément en état de supporter. Une façon de le protéger comme un autre, peut-être. Enfin, elle n'en savait rien.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4341-luisa-selva-moreno
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember Vote_lcap14/30A night to remember 160125120054759347  (14/30)

A night to remember Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember Icon_minitimeMer 22 Juil - 12:40

Normalement, Esteban aurait dû incendier Luisa du regard pour l'avoir repris sur ce léger écart de vocabulaire. Elle était très mal placée pour lui faire moindre remarque à ce sujet. Mais là, non, rien. Cela lui passa complètement au-dessus. Il avait une question bien plus importante à poser, même s'il n'avait pas encore entièrement pris conscience des raisons pour lesquelles cela lui paraissait si crucial.

"Evidemment. (...) Toute la famille est au courant."

Voilà ce qu'il entendit surtout. Le reste lui passa un peu au-dessus. Le vampire se redressa sur sa chaise comme s'il avait cherché à esquisser un mouvement de recul. Il y avait dans ses yeux une lueur désormais aussi douloureuse que surprise. Quelque chose qui ressemblait à un sentiment de trahison. Pas de la part de Luisa, non. Mais de la part de tout le monde.

On avait vraisemblablement fait en sorte de lui cacher la vérité, pour une raison qu'il ne s'expliquait pas. Ça ne pouvait pas être un hasard s'il était le seul à ignorer l'existence de ce petit "scandale" familial. Sa famille lui apparaissait soudain très différente de l'image qu'il en avait toujours eue. Il ne les aurait pas imaginés fléchir, même face à Luisa. Il ne les aurait pas imaginés admettre, même à condition que sa tante se taise et fasse semblant.

Comme il avait été obligé de se taire et de faire semblant en cachant à ceux qui ne pourraient pas tenir leur langue ce que son père lui avait fait. Était-ce si étonnant, était-ce si différent, finalement ?

Il n'y avait bien sûr aucun point commun entre Luisa et Darian, aucune mesure, aucune comparaison possible entre leurs fautes. Mais les réactions des Luz-Descalzo et des Selva Moreno au sujet de ces deux histoires semblaient avoir été très comparables.

"... Personne ne me l'a jamais dit, à moi."

Les réactions de sa mère lui avaient même fait entendre qu'il risquait de jeter l'opprobre sur toute la famille si il était concerné par ce type de penchants inavouables... Plus encore s'il venait à les assouvir. Ce n'était pas parce qu'il s'était jusqu'à présent pensé hétérosexuel que ça n'avait pas pesé sur lui au moins de façon subconsciente, chaque fois qu'il y avait eu un moment où cette fameuse "fascination" s'était présentée à lui. Chaque fois où il s'était rendu compte qu'il était trop... pas assez... Qu'il s'intéressait à des choses un peu.... stéréotypées. Sa mère ne lui en avait jamais tenu rigueur, mais parmi les autres membres de la famille plus ou mois éloignée, les remarques désobligeantes avaient fusé plus de fois qu'il n'en pouvait compter.

C'est un jeu pour filles, ça, tu veux le rendre gay, ton fils ?
Tu ferais mieux de le mettre au sport plutôt que de lui acheter des kits de stylisme, ça l'endurcira un peu.


"Bande d'hypocrites."

... Était-ce Luisa qui l'avait dit ou bien lui qui l'avait pensé ?

"Bref. Je suis désolée. C'est peut-être aussi à cause de moi qu'elle t'en a fait autant voir de toutes les couleurs à ce sujet."

Il ne le vivait pas aussi bien qu'il l'aurait voulu. Il y avait une boule douloureuse dans sa gorge. Il fallut qu'il se penche sur la table et qu'il pose à nouveau ses mains sur ses yeux. Ses nerfs allaient lâcher. Une énorme pression venait de le quitter et cela provoquait en lui de très étranges réactions en chaîne. Au-delà de ça, il était écœuré. Des images désagréables lui revenaient.

C'était injuste.

Injuste comme cette fois, l'été avant son départ à la Nouvelle-Orléans, où on l'avait violé. Une dernière fois, "pour de bon", comme pour définir la fin d'une époque tout en cherchant à marquer son territoire. Blessé en dehors et en dedans, il n'avait reçu que de la méfiance et que de la froideur alors qu'il était en détresse et qu'il n'avait besoin que d'une chose : qu'on le console, qu'on le rassure, comme sa mère l'avait toujours fait.

Ça tapait doublement où il ne fallait pas. Ce sentiment d'injustice et d'abandon était aussi très proche de ce qu'il avait vécu beaucoup plus récemment.

S'il continuait à sangloter tous les cinq minutes, son khôl allait vraiment finir par couler.

"... Elle ne m'a pas cru quand je lui ai dit que... Ce n'était pas... Pas.. Je ne pouvais pas lui dire qui c'était... Elle a été si froide... Et pourtant elle savait déjà ça ?"

Oups. Ce souvenir était vraisemblablement trop présent, trop cuisant pour rester contenu.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Luisa Selva Moreno
Normes
Luisa Selva Moreno

Identification
Emploi: Gérante d'entreprises
Age apparent: 38 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember Vote_lcap17/30A night to remember 160125120054759347  (17/30)

A night to remember Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember Icon_minitimeMer 22 Juil - 13:42

Esteban avait l'air de tomber des nues. Ce n'était pas tout à fait étonnant, et en même temps Luisa ne comprenait pas bien pourquoi il en faisait toute une histoire. A ses yeux, ce n'était pas la première fois que la famille faisait en sorte de ne garder que les informations qui leur plaisaient. Il lui manquait des informations pour se mettre au niveau de son neveu, mais elle était trop prise par ses souvenirs (ou par son taux d'alcoolémie qui continuait de grimper) pour faire une remarque.

La réflexion de son filleul l'amena à le fixer dans les yeux, avec un peu d'inquiétude. Il ne semblait vraiment pas bien vivre ce qu'elle était en train de lui raconter, et une part d'elle avait peur de comprendre pourquoi.

"Ils n'en parlent pas. Ils font partie de ces gens qui pensent que s'ils font comme si ça n'existait pas, cela finira par disparaître."

Olivia et Alejandra, surtout. Javier, lui, trouvait le moyen d'en rire. Probablement parce qu'il avait déjà ce qui l'intéressait chez sa cadette, à savoir une main sûre pour reprendre ses entreprises. Même s'il continuait encore de la surveiller.

Elle venait d'insulter la famille à voix basse, et Esteban ne réagissait même pas. Si elle comprenait lorsque c'était Darian qu'elle incendiait, là elle était en droit de se demander si tout était normal. Elle leva les yeux vers lui. Il n'avait pas l'air bien. Cela lui donna envie de s'excuser. Quelque part, elle se disait qu'elle était certainement pour quelque chose dans la façon dont Olivia le traitait à ce sujet, lui et Karl. Bien entendu, la mère ne le faisait pas forcément consciemment, mais tout de même.

Luisa leva la main et fit signe au serveur de leur remettre une tournée. Elle n'allait pas être de trop, peu importait qui finissait par la boire. Elle posa à nouveau ses mains sur celles d'Esteban, ravalant la remarque sur son beau  maquillage qu'il était en train de ruiner. Ce n'était pas le moment.

"Hey. Je sais que c'est dur, mais ta mère a tendance à oublier très facilement ce qui peut la contrarier." Elle était à deux doigts de lui dire qu'il faisait exactement la même chose, mais elle se retint. "Et parfois, ça revient dans un effet boomerang assez inattendu et elle est incapable de le gérer. Et elle fait et dit des choses stupides, qu'elle regrette amèrement ensuite."

Le fait que ces explications étaient transposable à la situation actuelle n'était pas forcément une excellente nouvelle : cela montrait aussi qu'Olivia n'était pas la mère parfaite que son fils avait toujours voulu voir, et qu'elle fautait plus souvent qu'il ne voulait le penser. Le serveur arriva avec deux nouveaux verres et les posa sur la table avant que la mexicaine ne continue.

"Je pense... Je pense qu'elle a eu peur pour toi, et que ça s'est exprimé d'une manière totalement irrationnelle."

Une fois de plus, pas la première fois. Tournant le regard vers les verres, Luisa pencha la tête sur le côté.

"...T'en veux un, cette fois ?"

Ça n'allait pas lui faire grand chose, mais si cela pouvait aider à faire passer la pilule... Il allait tout de même falloir qu'ils se remettent en route dans pas si longtemps. A cette pensée s'ajouta une autre, complètement incongrue et pourtant plus ou moins logique au vu de leur conversation... Karl avait-il fini par se réveiller ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4341-luisa-selva-moreno
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember Vote_lcap14/30A night to remember 160125120054759347  (14/30)

A night to remember Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember Icon_minitimeMer 22 Juil - 16:32

"S'ils n'en parlaient pas du tout, "tout le monde" ne serait pas au courant... Dis plutôt qu'ils ne voulaient pas que je sache. Comme Juan ne voulait pas que vous sachiez pour..."

Ce n'était pas une accusation, juste un constat. D'ailleurs, Esteban n'était pas réellement en train d'entretenir la discussion. Ces réflexions, il se les faisait à moitié à lui-même et il en tirait des conclusions amères. Était-ce qu'il était né trop tard pour avoir vent des rumeurs ? Ou avaient-ils tous sciemment choisi de le tenir en dehors de la confidence de peur qu'il ne soit concerné par des prédispositions similaires, et de peur de les encourager ?

Combien y en avait-il eu pour se faire des idées à son sujet juste à cause de ce que lui avait fait Darian ? Sous prétexte qu'il se serait laissé faire ? Ce ne serait pas la première fois qu'on accusait la victime dans cette famille. Il avait subi le courroux des Luz-Descalzo pour avoir osé porter cette affaire en public. On lui en avait voulu de demander justice, alors que c'était son droit le plus élémentaire.

Et enfin... Comment Olivia avait-elle pu se montrer si sèche avec lui dès lors qu'il s'agissait de Karl (ou qu'elle pensait qu'il s'agissait de lui) ? Comment, alors qu'elle était au courant des frasques de sa propre sœur, avec laquelle elle s'entendait pourtant à merveille ?

Il avait le souvenir affreux d'une discussion qu'ils avaient eue alors qu'il était dans son lit, souffrant, encore sous le choc de ce que son père lui avait fait.

Frissonnant sous les doigts de Luisa, il ouvrit les yeux et tenta de l'observer au travers de ses larmes, mais il y en avait un peu trop. Elle ne ressemblait qu'à une sorte de gros tas de gouttes d'eau. Il essayait de l'écouter et surtout il essayait de comprendre ce qu'elle lui disait, mais tout lui paraissait très abstrait.

"En quoi était-ce irrationnel.. ?"

La réprobation d'Olivia ce jour là était plutôt cohérente avec la façon dont elle traitait Karl (et leur amitié) depuis le début. Mais il commençait à se mélanger. Il n'arrivait plus à savoir ce qu'il ressentait, ni ce qu'il pensait. Il était amer, il se sentait spolié, mais tout à la fois il était soulagé d'apprendre qu'il n'était pas tout seul, et que quelqu'un avait déjà balisé le terrain avant lui.

... Il ne pensait plus du tout à son vampirisme, pour le moment, sans quoi il ne se serait pas senti si léger. A ce sujet là, pas de doute à avoir, il était pionnier.

"...T'en veux un, cette fois ?"

Esteban tourna les yeux sur les verres et hésita très fort.

"... Je n'ai pas très envie de me faire vomir. Si seulement ça pouvait encore fait effet... J'ai juste envie de me saouler."

Oui, il l'admettait. Même s'il n'avait pas encore vingt-et un ans. De toute façon, tout le monde était au courant qu'Erin l'avait convaincu de boire avant l'âge légal et qu'il avait déjà été ivre mort au moins une fois dans sa vie (... plusieurs fois, en réalité, si on ne comptait pas le séjour à Vegas comme une entité unique mais plutôt comme une succession de soirées).

Il ne se sentait toujours pas très bien mais les sanglots étaient moins réguliers qu'avant. Ils cessèrent immédiatement au moment où Esteban remarqua une trace noire sur le bout de ses doigts. Une insulte qui aurait blessé les oreilles de sa mère lui échappa dans un murmure qu'il espérait n'être pas trop audible, puis il leva les yeux au plafond pour essayer d'empêcher le maquillage de massacrer ses joues.

"... Par contre si tu as un mouchoir... Je n'ai pas très envie de ressembler à une aquarelle ambulante."

Y avait-il seulement moyen de rattraper ça avant qu'ils retournent dehors ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Luisa Selva Moreno
Normes
Luisa Selva Moreno

Identification
Emploi: Gérante d'entreprises
Age apparent: 38 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember Vote_lcap17/30A night to remember 160125120054759347  (17/30)

A night to remember Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember Icon_minitimeMer 22 Juil - 17:08

Luisa haussa les épaules, une étincelle mutine au fond des yeux.

"Il se peut aussi que mes allusions très discrètes et savoureuses en pleine réunion de famille te soient passées au-dessus de la tête, mon chéri..."

Elle savait qu'Esteban n'était pas en très bon état pour ce genre de remarque, mais elle voulait aussi lui faire comprendre qu'elle, par contre, n'avait jamais cherché intentionnellement à lui cacher ce genre de choses... Elle s'était contentée de rester raisonnable, tout en faisant bien chier. Sa marque de fabrique.

Quelques minutes plus tard, la voilà en train de justifier le comportement d'Olivia en le qualifiant de complètement irrationnel, alors que son fils le jugeait totalement justifié. Elle lui jeta un regard blasé que seule le serveur et ses shots de tequila dans sa vision périphérique parvint à rendre un peu moins mauvais. Cependant, pas assez pour l'empêcher de répliquer, peut-être un peu trop fort.

"Parce que tu fais bien ce que tu veux avec ton... Oh et puis laisse tomber."

Dépitée, la mexicaine approcha sa main d'un des deux verres pleins, non sans en proposer un à son neveu. Le fait qu'il n'était pas censé boire avant encore trois ans ne lui effleurait même pas l'esprit, à ce stade. De toute façon, l'alcool n'allait pas le saouler, comme il le lui fit remarquer lui-même. Haussant à nouveau les épaules, Luisa prit un shooter entre ses deux doigts et l'avala cul sec, comme les deux précédents.

Notant que son neveu semblait se calmer, la mexicaine fit un dernier signe au serveur, lui demandant cette fois l'addition. Si l'état d'Esteban s'améliorait, il leur fallait en profiter pour retourner dehors. Il pourraient parler de tout cela encore longtemps, mais la nuit (et ses réserves de sang) n'allaient pas rester éternellement, elles. Mieux valait donc s'en aller à présent.

Quand il lui demanda un mouchoir, elle leva un index, cherchant dans son sac avec l'autre main.

"Attends. ...Voilà." Elle lui tendit le morceau de tissu, ainsi qu'un miroir de poche. "Ca devrait te permettre de limiter les dégâts."

Pendant ce temps-là, le serveur s'était approché avec l'addition demandée. Luisa regarda le bout de papier en fronçant les sourcils, avant de sourire en cherchant à nouveau dans son sac.

"Ah, Juan Cuervo. Je me disais bien qu'elle n'était pas si mauvaise." Elle glissa un billet dans la main du jeune homme -une fois de plus sans en regarder le montant. Elle le savait suffisant. "Tenez, gardez la monnaie."

Enfin, elle se tourna vers Esteban, qui devait avoir fini son opération de nettoyage.

"On y va ?"

Elle attendit sa réponse pour se lever, son sac à main sur l'épaule, vidant d'un trait le contenu du dernier verre présent du la table. Hé quoi ? Elle n'allait tout de même pas gâcher.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4341-luisa-selva-moreno
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember Vote_lcap14/30A night to remember 160125120054759347  (14/30)

A night to remember Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember Icon_minitimeMer 22 Juil - 17:40

Il n'y avait pas que les allusions très discrètes et savoureuses de Luisa qui lui passaient au dessus. Esteban paraissait avoir du mal à admettre que cette explication se suffise à elle-même. D'abord, il ne pouvait pas être le seul à ne pas les avoir cernées, ces fameuses allusions.

... Si ?

Non. Il y avait forcément autre chose. On avait fait exprès de ne rien lui dire, il en était certain. Cette paranoïa à laquelle il s'accrochait désespérément était symptomatique : Esteban avait beaucoup d'amour et de respect pour sa famille. Beaucoup de loyauté, aussi. Mais il n'avait jamais entièrement avalé la façon dont on avait essayé de le faire taire. Dont on avait tenté de couvrir Darian, malgré ce qu'il lui avait fait, et malgré ce qu'il avait sans doute fait à bien d'autres enfants.

Parce qu'ils se ne plaçaient probablement pas dans le même paradigme, il eut beaucoup de mal à comprendre où Luisa voulait en venir sur la question d'Olivia. Quant à la dernière réponse qu'elle tenta de lui fournir... Eh bien par chance, elle n'alla pas jusqu'au bout de sa phrase. Le visage du jeune homme avait commencé à se défaire de cette façon caractéristique qui annonçait un coup d'éclat prochain de l'ordre du "TIA, CE N'EST ABSOLUMENT PAS CONVENABLE !".

La nuance était peut-être même un peu plus corsée qu'à l'habitude. D'abord, il n'avait pas très envie qu'elle parle de ses fesses aussi librement. Surtout quand il venait d'évoquer ce que Darian leur avait fait. Ensuite, eh bien il n'était pas d'accord : on ne faisait pas ce qu'on voulait avec. Ou du moins, ce n'était pas bien. Ils avaient déjà discuté du problème moral que cela lui posait.

Il laissa tomber, comme elle le lui proposait si gaillardement... Il n'avait vraiment pas envie de se fâcher avec elle à ce genre de sujet. Il n'avait pas assez d'énergie pour ça, en réalité. Il fonctionnait à peine suffisamment pour donner l'impression d'être revenu à sa personnalité d'avant. La vérité, c'est qu'il était en train de surfer au dessus des abysses : leurs actuelles préoccupations et les souvenirs qui y étaient associés lui avaient permis de superficiellement revenir à une version de lui-même un peu antérieure à sa vampirisation, mais il était toujours aussi fragile et il n'aurait pas fallu grand chose pour qu'il flanche à nouveau.

Pendant que Luisa buvait sa tequila (cela ne commençait-il tout de même pas à faire beaucoup ?), Esteban se tamponnait les yeux en usant du petit miroir de poche. Il aurait préféré qu'on l'aide car il se sentait l'air idiot, et il craignait de massacrer son maquillage, mais il n'osa pas se plaindre. Il fit de son mieux pour ne pas étaler le khôl trop au -delà du trait sous ses yeux, et finalement il y parvint mieux qu'on aurait pu le prévoir. Précision vampirique ? Habitude que le jeune homme avait pris de s'occuper de son image qui l'empêchait d'être aussi maladroit que pour tout le reste de ce qu'il faisait ?

En attendant, il avait l'air approximativement décent. Dans le pire des cas, on pouvait se dire qu'il avait essayé de se donner un style. Dans le meilleur d'entre eux, personne n'y verrait que du feu. Il voulut vérifier :

"Attend. J'ai l'air de quoi ? Ça ne sert à rien d'y retourner si je ressemble à une serpillière...

Il se redressa quand même et regarda le dernier trait de tequila filer dans la gorge de sa tante.

"... Tia... C'est alcoolisé comment ce que tu bois, là ?"

Lorsqu’on connaissait Esteban, on savait que c'était déjà pas mal qu'il ait remarqué quelque chose, même si c'était trop tard pour qu'il soit en mesure d'agir dessus.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Luisa Selva Moreno
Normes
Luisa Selva Moreno

Identification
Emploi: Gérante d'entreprises
Age apparent: 38 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember Vote_lcap17/30A night to remember 160125120054759347  (17/30)

A night to remember Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember Icon_minitimeMer 22 Juil - 18:07

Avec une moue reflexive sur le visage, Luisa regarda son neveu pour pouvoir lui apporter un avis éclairé. Le khôl avait un peu tiré mais pas tant que cela. A la limite, cela lui donnait l'air encore plus sombre ce qui, connaissant la populace de ces rues, serait loin d'être un problème. Elle se contenta donc de poser ses mains sur les joues de son neveu et de les tapoter gentiment avant de répondre.

"Tu as l'air fantastique, va. Un vrai bourreau des cœurs !"

C'était la seconde fois qu'elle utilisait cette expression ce soir.

Alors qu'elle vidait le dernier verre de tequila présent sur la table, Luisa entendit son filleul lui poser une question. Elle tourna la tête vers lui avec un sourcil haussé. Apparemment, elle ne voyait pas l'intérêt de se préoccuper de ce genre de chose actuellement.

"Trente-cinq, quarante degrés... C'est de l'alcool fort, mais moins que le rhum. Mais ne t'inquiète pas Tebi, tout ira bien."

Elle lui fit un sourire pour le convaincre un peu plus de ce qu'elle disait. La réalité était qu'elle ne se sentait pas si alcoolisée que cela : disons qu'elle n'allait pas se mettre à vomir en pleine rue. De toute façons, ils allaient sortir, et l'air frais lui ferait du bien. Sans accepter la moindre marque d'incertitude face à ce qu'elle venait de dire de la part de son neveu, elle se dirigea vers la sortie.

Une fois passé la porte, le bruit des diverses boîtes de nuits environnantes et leur boum-boum-boum ambulant leur revint aux oreilles. Il y avait un peu plus de monde que lorsqu'ils étaient entrés : après tout, la nuit n'avait fait que commencer. Il y avait toutes sortes de gens qui se baladaient, seuls ou en groupes.

S’accrochant à nouveau au bras d'Esteban (parce que c'était pratique et PAS parce qu'elle avait l'impression de tanguer un petit peu et qu'elle ne faisait absolument pas confiance à ses talons hauts, merci), Luisa entreprit de continuer de remonter la rue où ils se trouvaient tout en analysant les passants. Certains ne leur prêtaient pas la moindre attention, inutile donc de penser qu'ils allaient pouvoir leur apporter ce qu'ils voulaient. D'autres étaient déjà en compagnie d'un vampire : Luisa, bien que n'appartenant pas à leur espèce, avait été capable au cours des dernières semaines d'en répertorier certains.

"Hum... J'ai l'impression qu'il va falloir avancer un peu... ou se décider à aller danser."

Elle proposait cela comme une blague, connaissant l'amour d'Esteban pour ce genre de chose (même s'il serait beaucoup moins maladroit à présent), mais il n'était pas exclu que le Danse Macabre -ou équivalent- devienne leur meilleur choix. En attendant, elle se délectait de la brise de cette fin d'hiver sur son visage.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4341-luisa-selva-moreno
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember Vote_lcap14/30A night to remember 160125120054759347  (14/30)

A night to remember Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember Icon_minitimeMer 22 Juil - 18:51

L'embarras fit loucher Esteban sur le visage de sa tante pendant qu'elle prenait le sien entre ses mains. "Bourreau des cœurs". L'expression l'avait mis mal à l'aise la première fois mais là, étant donné ce qu'il s'était passé à sa première tentative de morsure dans ce quartier, elle prenait un sens tout à fait nouveau et encore plus perturbant... Pour ne pas dire problématique.

"Chouette alors... Je suppose qu'au moins, ça nous évitera de rentrer bredouille."

Non, ce n'était pas une impression : Esteban baissait sa garde et avait tendance à s'exprimer de façon moins distinguée qu'à l'habitude. Cela se traduisait aussi par son usage inhabituel de l'ironie (il n'en était pas très friand en temps normal). Il n'était pas vraiment conscient de son changement de ton parce qu'il n'était de toute façon même pas conscient qu'il en faisait des caisses en temps normal. C'était juste la fatigue qui parlait pour lui, et l'influence de Luisa, dont le parler plus libéré que celui des autres membres de la famille pouvait parfois déteindre sur Esteban (justement lorsqu'il était fatigué, ou quand son humeur n'était pas au beau fixe).

Sa consternation ne l'empêcha pas de remarquer Luisa qui buvait cul sec son quatrième shot d'affilée. Il ouvrit de gros yeux ronds lorsqu'elle lui avoua le degré d'alcoolisation de sa boisson. Quarante degré.. ? Et à la vitesse où elle les avait enchaînés, elle allait encore tenir debout ? L'angoisse commença à monter. Il ne voulait pas avoir une Luisa ivre morte sur les bras dans ce quartier... Il craignait de ne pas réussir à assurer sa sécurité.

"Mais ne t'inquiète pas Tebi, tout ira bien."

"Euh... D'accord... ?"

On sentait quand même au ton de sa voix qu'il n'était pas sûr, mais il voulait la croire car l'autre option le terrorisait. Alors même qu'elle ne tenait pas son bras, il eut l'impression qu'elle le traînait dehors.

Il observait les rues nettement plus bondées qu'à leur arrivée et une forme de tension revenait. Les vampires lui faisaient peur, mais pour Luisa. La foule dans son ensemble l'oppressait. Il n'avait plus aussi soif qu'avant et il était encore perturbé par la prise de conscience qu'il venait d'avoir ainsi que par la discussion qui avait suivi. Ça ne le mettait pas vraiment dans une humeur où il aurait pu apprécier ce qu'ils étaient en train de faire. Il avait juste envie de rentrer.

Il eut l'impression que Luisa lui tombait sur le bras et il eut le temps, grâce à un mouvement de tête très rapide, d'analyser son mouvement. Il n'était clairement pas aussi maîtrisé qu'elle aurait voulu le montrer.

"Tia...Tu ne marches pas droit."

Il fallait qu'il se taise, cependant. Même s'il parlait toujours en espagnol, ils n'étaient pas entièrement pas à l'abri que quelqu'un les comprenne. Personne ne s'approchait d'eux, certes, mais malgré la distance et l'obscurité il voyait de nombreux regards se tourner vers lui. Ils attiraient plus d'attention qu'on aurait pu en avoir l'impression. Et les vampires se trouvaient presque tous à portée de voix.

"Je ne danse pas. Tu le sais."

Elle le savait. Mais il fallait toujours le lui répéter. Elle avait raison sur un point : ça n'allait pas être facile de trouver quelqu'un de libre s'ils restaient dans cette rue. Tous les groupes étaient déjà formés pour des échanges qui paraissaient plus long que celui qu'il avait eu avec... Bref.

Esteban s'arrêta brutalement de marcher et donna l'impression de vouloir faire demi-tour. Il s'était retourné à 90°, rentrant presque dans Luisa par accident (vu le taux d'alcoolisation de sa tante, l'accident était peut-être effectivement arrivé). Il lui glissa dans l'oreille pour être certain que personne d'autre qu'elle n'allait l'entendre :

"Pas par là. Il y a un étudiant de ma promotion... J'étais en binôme avec lui pour un cours auquel Karl n'assistait pas."

Drôle de précision, mais qui avait du sens lorsqu'on savait que Karl et Esteban se mettaient en binôme dès qu'ils en avaient l'occasion, et ce depuis le lycée.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Luisa Selva Moreno
Normes
Luisa Selva Moreno

Identification
Emploi: Gérante d'entreprises
Age apparent: 38 (ou moins)
Dangerosité:
A night to remember Vote_lcap17/30A night to remember 160125120054759347  (17/30)

A night to remember Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember Icon_minitimeMer 22 Juil - 22:31

La réponse de son neveu lui arracha un éclat de rire. Elle aimait bien quand il laissait parler son ironie et son cynisme... tant que ce n'était pas trop dirigé contre elle. Au moins, cela lui laissait croire qu'il avait décidé de continuer à prendre la situation du bon pied (...du meilleur pied possible, disons) et c'était déjà ça de gagner. Dans son état, elle n'aurait pas trop aimé avoir à traîner son neveu partout pour le convaincre de boire... C'aurait été totalement... nul.

Le fait qu'elle ne trouvait pas les bons mots même pour qualifier quelque chose dans sa tête en disait long sur l'effet que la tequila commençait à avoir sur elle. En réalité, entre les shots, la nuit qui n'avait pas été excellente et le fait qu'elle était potentiellement toujours un peu anémiée (oui, elle avait mangé, et bu, mais comparé à ce que son vampire de filleul lui avait pris, on pouvait se demander si elle était réellement en état de sortir ce soir), l'alcool montait bien plus vite qu'il ne le ferait habituellement. Car le fait était que Luisa tenait plutôt bien l'alcool, en temps normal.

Ce pourquoi elle précisa à son compagnon d'infortune que tout allait bien aller. Il n'avait pas l'air convaincu, cependant, mais ce n'était pas cela qui allait la démonter. Luisa sortit donc du bar et fit quelques pas dans la rue, jusqu'à attraper le bras de son neveu... qui en profita pour lui faire une remarque parfaitement déplacée ! Elle tourna la tête vers lui, fronçant les sourcils, avant de la tourner dans l'autre sens, le nez en l'air et l'air pincé familial bien en place.

"N'importe quoi ! C'est parce que j'ai voulu te rejoindre, c'est tout !"

Et pas du tout parce qu'elle ne marchait effectivement pas droit, qu'allait-il raconter ?! Sans la moindre once de mauvaise foi, Luisa commença à scruter la rue pour tenter de trouver une ouverture pour Esteban. Malheureusement, la plupart des calices potentiels étaient déjà... occupés, ou pas intéressés. Cela allait leur compliquer la tâche. Peut-être même seraient-ils obligés de terminer au Danse Macabre ? Ouh, que ce serait dommage...

Alors qu'elle en faisait la proposition à voix haute, Luisa reçut une réponse négative claire et nette de la part de son neveu. ...Ce qui ne l'empêcha pas de répondre en claironnant presque.

"Je le sais. Tu danseras un jour..."

Oh, elle finirait bien par l'avoir à l'usure. Esteban était têtu, mais Luisa l'était encore plus. ...Non, Luisa l'était plus parce qu'elle était capable de fourberie pour obtenir ce qu'elle voulait, ce qui n'était pas (encore ?) le cas de son filleul.

Marchant droit tranquillement dans la rue, la mexicaine ne s'attendait pas au brusque revirement de son neveu et lui fonça donc effectivement en plein de dans. Elle était à deux doigts de lui dire "Cette fois, c'est de TA faute !", mais le jeune homme la prit de court en lui murmurant quelque chose à l'oreille.

Avec une discrétion qu'elle pensait extrême (...ou pas), Luisa se retourna pour tenter d'apercevoir l'étudiant en question. Etant donné qu'elle n'avait pas la moindre idée de ce à quoi il ressemblait, c'était complètement futile mais hé. Le cerveau alcoolisé ne se contrôlait pas toujours aussi bien qu'on le souhaitait.

"Oh, je vois. Il faut... Non, il ne faut pas. Il ne faut pas qu'il te voie ! Viens vite !"

Ricanant dans sa barbe comme une collégienne (au moins elle avait la décence de parler à voix basse), Luisa se mit à partir dans le sens opposé à ce jeune homme, donc, continuant de vouloir protéger son neveu malgré son taux d'alcoolémie. Elle le fit tourner dans une rue qui n'était plus l'artère principale, mais n'était pas non plus les ruelles qu'elle avait promis de ne pas emprunter. Il y avait moins de monde par ici, mais peut-être trouveraient-ils leur bonheur.

Si Luisa ne s'effondrait pas d'ici là, évidemment.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4341-luisa-selva-moreno
Contenu sponsorisé


A night to remember Vide
MessageSujet: Re: A night to remember   A night to remember Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

A night to remember

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE I : Le quartier des affaires ¤ :: ║Le quartier Sanglant║-