Qui est en ligne ?
Sur Discord, en ce moment.



 

Partagez
 

 Le moment que l'on attendait tous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Tess Cambridge
Vamps
Tess Cambridge

Identification
Emploi: Sans-emploi
Age apparent: 18
Dangerosité:
Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vote_lcap0/0Le moment que l'on attendait tous - Page 3 160125120054759347  (0/0)

Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Le moment que l'on attendait tous   Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Icon_minitimeJeu 23 Juil - 22:53

La Princesse était dégoutée par le goût acier qui résidait dans sa bouche et elle refusait d’admettre dans sa tête qu'il y avait des accents comme dans un verre de vin sophistiqué. Le fait que ces coupelles étaient remplies d’un liquide un peu acide comme un pamplemousse était juste dans sa tête (du moins, c'est ce qu'elle se disait). Son cerveau n’arrivait toujours pas à débloquer: c’était immonde.

Ce qui ressortait de sa bouche était calme, posé, mais le contenu était inacceptable à ses oreilles. Ce qui était dans sa tête restait généralement dans sa tête (sauf quand la panique la prennait). Les balivernes, la causette… Ça passait encore. Ses sentiments étaient mis à nu et elle ne pouvait plus retourner en arrière, elle regrettait tant de lui avoir mis cette nouvelle pression d’un coup. Elle se sentait laide, déformée. Il n’y avait aucun doute qu’elle allait être traité comme tel le jour… pardon, le soir où elle sortirait en tant que Vampire.
Tess avait affreusement besoin qu’on la rassure, mais elle voulait aussi qu’on la laisse seule. Elle voulait ne plus se sentir comme une femme déchue, qui avait perdue sa dignité en s’exposant, mais elle savait que ce n’était pas fini et qu’elle devait s’y habituer. Elle avait peur de s’habituer trop vite, d’y prendre comme un poisson dans l’eau et de laisser place à quelqu'un qu'elle ne connaissait pas.

Puis il avoua sa honte. Décidément, ils étaient beaux à avoir honte tous les deux pour des raisons différentes. Son cœur se fendait en deux, rien qu’à l’entendre, car c’était un fardeau lourd à porter. La dernière chose qu’elle voulait était de l’enchainer à elle, simplement parce qu’il sentait le besoin de s’en occuper et prendre toute la responsabilité. Tess voulait l’interrompre, lui dire de ne pas prendre tout sur lui car la grande majorité de la faute résidait sur les épaules de l’assaillant, c’était aussi sa faute à elle de ne pas avoir fait attention. La faute résidait partout et c'était tout simplement injuste de tout déposer sur les épaules d'Esteban.

"D'avance, je vous prie de m'excuser si j'ai mal interprété."

Elle n’avait pas remarqué qu’il s’était assit juste à côté d’elle avant qu’il ne lui adressa de nouveau la parole. Ses yeux étaient sur la petite lumière blanche et ses pensées essayaient de trouver le vrai coupable de la situation, jusqu’à ce qu’il ne parle. Elle s’était retournée vers lui et il l’enlaça, ses bras autour de sa taille et ses mains sur son dos. Il l’avait fait et il n’était finalement pas si dégouté par son être. C’est vrai qu’elle ne pensait pas sans arrêt à la nature de mort-vivant d’Esteban, mais quand elle y avait pensé, c'etait comme une gamine de seize ans. Une gamine qui voyait cette image d’un vampire sous l’angle du romanticisme, oh comment elle pouvait se bouffer les doigts maintenant. C’est vrai, cependant, que cela ne changeait pas la manière dont elle le voyait, mais maintenant qu’elle était devenue Vampire quelque chose avait changé. Dans le coin de ses pensées elle savait qu’il était partiellement responsable de sa condition, mais cela ne semblait pas l’affecter car il l’a sauvé de la morgue. Qu’était donc cette différence, dont elle n’était plus sûre?

Du coin de l’œil elle vit la main du jeune homme qui voulait tenter quelque chose, mais il s’arrêta. Il était dur pour Tess de ne plus être crispé, il faisait un effort admirable pour la consoler et ce n’était que de sa faute qu’elle avait du mal qu’on la touche dans un état pareil.

Qui audet adipiscitur.

Il savait à quel point c’était dur, il y était passé de manière plus choquante, plus traumatisante qu’elle. Rien ne disait que c’était un signe de faiblesse de s’ouvrir ainsi devant quelqu’un, même si dans son esprit elle le sentait, mais il fallait se libérer de ces idées qui l’envahissaient à chaque fois qu’elle se sentait perdre contrôle de ses émotions. De ce fait, elle s’était détendue et les muscles sur son dos c’étaient adoucis. Hésitant au départ, elle finit par passer ses bras autour de son cou et elle posa sa tête sur son épaule. Tess voulait le serrer, de peur qu’il ne finisse par s’envoler et la laisser seule, mais elle savait mieux que d’utiliser cette force qui lui était encore inconnue.

‘Merci.’ elle murmura ‘Vous ne savez pas à quel point cela me fait du bien de l’entendre.’ elle renifla, essayant de ne pas recommencer à pleurer, mais en tremblotant encore un peu ‘J’ai peur… Tellement peur. J’ai peur de m’emporter, j’ai peur de… J’ai peur d’en parler. J’ai peur de vous en parler car j’ai peur de vous blesser. J’ai peur que par accident je vais vous repousser, vous dégouter par ce qui se trouve en moi’ elle s’enfonça un peu plus dans son épaule, visiblement encore perturbé par son exposition émotionnelle ‘Mais je ferais de mon mieux, je veux croire être aussi forte comme je semble l’être à vos yeux. Je veux apprendre, je veux dépasser les attentes, je veux qu’un jour vous soyez fier de moi. Je suis prête.’

Ah, ce besoin d’être accepté, d’être parfaite aux yeux d’autrui et de faire mieux au jour le jour. Cet aveu lui était difficile, mais la détermination dans sa voix, coupé par quelque sanglots, était sincère. Elle espérait être à la hauteur de tout ce qui allait lui être balancé à la figure.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t5055-tess-cardwell
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vote_lcap14/30Le moment que l'on attendait tous - Page 3 160125120054759347  (14/30)

Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Le moment que l'on attendait tous   Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Icon_minitimeVen 24 Juil - 0:36

Il la prit dans ses bras et la princesse lui sembla n'avoir aucune réaction. Il se demanda tout aussi brutalement s'il n'avait pas fait une erreur. Il était terrorisé et il avait envie de pleurer, mais il ne pouvait pas la lâcher maintenant. La symbolique que Tess aurait pu lire dans son changement d'avis était tout bonnement inacceptable.

Alors il se borna à continuer, et à lui avouer sa pensée jusqu'au bout. Malgré son malaise, il s'oublia presque lorsque ses yeux tombèrent sur le sang que la jeune femme avait encore au visage. Il arrêta son geste avant d'avoir fait cette nouvelle erreur. Il avait bien fait : la crispation dans les épaules de Tess n'était pas bon signe. Le cœur d'Esteban se serra. Pourquoi cela faisait-il si mal ? Ce type de contact n'aurait jamais dû leur être permis au premier abord, alors pourquoi ce mur qui existait entre eux l'attristait-il à ce point ? Il devait certainement être beaucoup trop fatigué, voilà tout. Il se sentait coupable, au bord de la crise de nerfs, et il divaguait.

Il la perçut subitement baisser ses défenses. La jeune femme passa les bras autour de son cou et il sentit sa tête peser contre son épaule. Le vampire expira, affreusement soulagé. Peut-être avait-il fait ce qu'il fallait, finalement. Il y avait quelque chose d'étrangement satisfaisant dans cette étreinte, mais il faisait de son mieux pour ne pas se concentrer sur ce sentiment qu'il jugeait inavouable : il s'agissait de consoler Tess, pas d'écouter ses propres émotions. Il n'admettait pas trouver satisfaction (si maigre fut cette satisfaction) dans une situation qui n'aurait jamais dû arriver. Il détestait cette impression même fantomatique qu'il avait de profiter du malheur de la princesse.

Non. Il ne voulait pas ressentir une chose pareille. Il voulait seulement être là parce qu'elle avait besoin de lui, tant qu'elle avait besoin de lui, de son soutien et de son expérience en tant que vampire. C'était là ce qu'il lui devait. Le reste était hors de propos.

Il posa la main dans les cheveux de Tess sans vraiment les caresser, déjà parce qu'il ne savait pas comment ce geste serait perçu, ensuite parce qu'il ne voulait pas risquer de lui arracher l'élastique sans lequel elle ne supportait visiblement plus son visage.

"C'est bien normal d'avoir peur. Qui n'aurait pas peur dans votre situation ? J'ai foi en vous. Et vous êtes déjà en train de faire de votre mieux. Vous vous débrouillez à merveille. Un jour, vous obtiendrez bien mieux que ma fierté : vous serez fière de vous-même."

La jeune femme avait tendance à dénigrer ses performances, ses capacités, et plus généralement sa personne. Ils avaient eu l'occasion d'en parler sur le bateau. Cette mauvaise image qu'elle avait d'elle-même était vraisemblablement entretenue par certains membres de sa famille, et ça risquait de ne pas aller en s'arrangeant maintenant qu'elle était un vampire. Il espérait ardemment qu'elle parvienne à se détacher de ces avis que les autres se faisaient à son sujet et qu'elle parviendrait à se reconstruire... Mieux. A se tenir droite, les yeux vers l'avant, sûre d'elle et de qui elle était. C'était tout ce qu'il pouvait lui souhaiter.

Il ne compta pas le temps qu'ils passèrent dans cette position. Cela aurait pu être des secondes, ou des minutes. Ils s'étaient perdus dans une sorte de trou temporel. Au bout d'un moment, comme d'une sorte de commun accord, ils bougèrent. Esteban tendit sa main pour aider Tess à se relever.

"Nous avons jusqu'à demain avant que le sang ne soit à nouveau un problème. Maintenant, nous pouvons recevoir de la visite. Retournons sous l'arche si vous le voulez bien... Ah."

Il s'arrêta comme il se rendait compte que ce commentaire méritait quelques précisions :

"Ne vous inquiétez pas... Il fait jour, mais j'ai fait installer un système sur les vitres qui empêche la lumière du soleil de passer. Allons nous installer là-bas et attendons Patrick. Je tenterai de vous récapituler ce qu'il s'est passé pendant que vous étiez inconsciente."

Esteban invita la princesse à sortir de la chambre. On sortait sur un couloir spacieux au bout duquel une autre porte donnait sur une volée d'escaliers. Ces escaliers leur permettaient de rejoindre la fameuse et immense "pièce principale" toute constituée de plateformes aériennes.

Esteban sortit son téléphone. Il vit sans surprise que Luisa lui avait répondu.

"Très bien. Octavio s'en occupe. Pas de nouvelles de la famille royale pour l'instant. Bon courage, Tebi, nous sommes tous avec vous."

"Je vais prévenir tout le monde que nous sommes disponibles. Par tout le monde, j'entends Patrick et Octavio, ma mère et son garde du corps Gael, et ma tante Luisa. Ils étaient tous présents pour gérer les suites de l'incident."

"Tia, la princesse va mieux. Elle s'est nourrie et son état psychologique est relativement stable. Nous pouvons recevoir de la visite. Prend tout de même ce détail en note : le vampirisme semble avoir énormément développé sa force physique (bien plus que la mienne)."

Ce n'était pas qu'il se méfiait de Tess, mais la princesse risquait encore d'apprendre des nouvelles traumatisantes dans la journée et mieux valait que tout le monde soit prévenu de ce qu'elle était capable de faire accidentellement. Cela limiterait les risques d'accident, justement.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Vamps
Tess Cambridge

Identification
Emploi: Sans-emploi
Age apparent: 18
Dangerosité:
Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vote_lcap0/0Le moment que l'on attendait tous - Page 3 160125120054759347  (0/0)

Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Le moment que l'on attendait tous   Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Icon_minitimeVen 24 Juil - 14:13

Elle entendait cette expiration et elle s’était dit qu’elle avait bien fait. Il lui fallait rendre de soi, quand bien même c’était affreusement dur. Ses angoisses, ses pensées les plus chères et ses sentiments restaient toujours à elle. Jamais partagé avec qui que ça soit, même Patrick. Il n’y avait pas de gym dans les parages, pas de Patrick pour être assis à côté d’elle et lui donner une bonne tape sur l’épaule. Il y avait Esteban, qui avait posé sa main sur ses cheveux attachés par l’élastique. Elle ne s’y attendait pas, mais ce n’était pas malvenu, au contraire cela lui démêla la langue et elle avait prise tout son courage de ses deux petites mains pour lui avouer qu’elle avait affreusement peur de ce qui se trouvera devant elle. Cette impression de se jeter dans un gouffre la consommait, mais il fallait garder la tête froide. Pour soi et pour Esteban. Surtout qu’elle avait fini par se calmer.

Oui, il restera là, il ne s’envolera pas..


Elle ne savait que lui répondre. Être fier d’elle? Elle était fière de ses victoires en compétitions, sa plus grande fierté était finalement l’or gagné aux Jeux Olympiques. Une petite fierté qui était son plaisir coupable restait sa victoire dans Danse avec les stars, puis elle repensa à Giovanni da Prata. Son partenaire de danse, Vampire lui aussi. Un individu qui portait son Vampirisme à merveille comme s’il en était fier. Après près d’une centaine d’années c’était devenu une habitude. Ce serait une bonne occasion d’entendre un autre point de vue? Esteban serait toujours là, elle prendrait en compte tout ce qu’il avait à dire et elle ferait en sorte de suivre à la lettre, mais un second avis n'allait pas faire de mal. Tess avait beau faire quelque caprices, elle était très studieuse et elle écoutait ce qu’on lui disait quand il s’agissait de pratique (à part pour la chute libre).

Tess n’avait aucune envie de changer de position, elle voulait rester ainsi dans ce trou temporel. Malgré le fait qu’Esteban était bien moins développé qu’elle sur un niveau musculaire, la sécurité de ses bras l’enveloppait dans un sentiment d’oubli. La princesse peinait à penser qu’il fallait affronter la lumière froide du jour, figurativement parlant, et elle lâcha cette étreinte dans laquelle elle avait réussi à se recomposer.
Elle prit sa main délicatement et se releva sur ses jambes, puis elle alla enfiler ses Jimmy Choos avant de se retourner avec un air étonné.

Sous l’arche???

Voilà qu’il précisait, heureusement d’ailleurs. Elle hocha de la tête avec un soupir soulagé. Tess n’était peut-être pas contente de sa situation, elle ne voulait pas flamber non plus. Pendant qu’elle le suivait de pas ferme, elle considérait ses mots. Finalement, tout le monde l’avait vue morte, Patrick y comprit. Elle comprit que son garde du corps était témoin de cette horreur, les autres n’avaient vus que le contrecoup. La princesse se demandait à quel point les Luz-Descalzo la détestaient à présent, car en essayant de la sauver Esteban s’était prit une balle de gros calibre. Elle voulait lui dire qu’elle ne voulait voir personne, qu’elle ne voulait même pas qu’on la regarde, qu’elle avait peur de ce que sa famille penserait de cette situation (ou pensait de la situation) et d’elle. L’idée d’être détestée l’angoissait.

‘D’accord’

La seule chose qu’elle pouvait répondre. Il fallait faire face à la réalité, elle ne pouvait s’isoler complétement, il fallait qu’elle apprenne à gérer les sentiments des autres vis-à-vis d’elle, surtout dans son nouvel état.

Ce n’est qu’un aperçu. Ce n’est qu’un petit aperçu de rien du tout… Prépare-toi à faire face au roi. Prépare-toi à annoncer à maman ce qui t’es arrivé. Prépare-toi.

Une tension dans sa nuque, une sorte de picotement dans le nez et voilà que les larmes s’étaient formés dans ses yeux. Mais cette fois elle avait arrivé à se contenir et contrôler le flot qui voulait sortir de s’échapper de ses globes oculaires. Elle attendrait avec patience la venue de quiconque, comme une bête dans un zoo. Sauf que les bêtes avaient moyen de se cacher dans leur domaine, elle n'avait pas ce luxe par cause de son statut.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t5055-tess-cardwell
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vote_lcap14/30Le moment que l'on attendait tous - Page 3 160125120054759347  (14/30)

Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Le moment que l'on attendait tous   Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Icon_minitimeVen 24 Juil - 15:47

Il esquissa un sourire d'excuses. Visiblement, il avait fait une frayeur involontaire à la princesse en lui parlant de l'arche de verre sous laquelle il escomptait se déplacer. La brûlure du soleil n'était pas une expérience qu'il avait l'intention de lui conseiller... Il l'avait faite une fois, paniqué et sortant en trombe de son studio alors qu'il faisait jour et que sa mère, Karl et Gael l'avaient retrouvé. Il se souvenait encore des cloques purulentes sur sa peau et de la douleur affreuse qui avait touché toutes les parties de son corps exposées. Ça n'avait franchement pas été agréable.

Esteban choisit sciemment de s'installer au niveau d'un des salons qui était aménagé au rez de chaussée du penthouse. Le sol était plus solide à cet endroit qu'au niveau des diverses plateformes qu'il aurait détesté voir s'effondrer (c'était dangereux, et de tels dégâts auraient été difficiles à rattraper). De plus, il s'agissait d'un lieu très accueillant : les fauteuils et canapés étaient installés au pied de l'un des murs d'eau. Il y avait donc un bassin à proximité d'eux dans lequel l'eau clapotait en permanence, très agréablement. On avait rajouté des plantes pour donner l'impression d'un extérieur, d'une sorte de jardin ombragé.

Le vampire saisit une télécommande et fronça les sourcils en essayant de comprendre les programmes installés.

"Cette installation a été achevée lorsque j'étais déjà parti au Mexique, je n'ai jamais eu l'occasion de tester le mode 'écran'. Attendez voir... Ici c'est pour désactiver le filtre donc non, surtout pas... Je crois que celui-ci... Avec un peu de chance, cela sera aussi réussi que dans cette salle de réalité virtuelle !"

Et même plus, en réalité, car l'arche de verre immense formait un écran bien plus impressionnant que ce qu'ils avaient eu sur le bateau. Un ciel bleu synthétique parsemé de quelques nuages remplaça bientôt les vitres noires. La lumière n'était pas aussi naturelle qu'elle l'aurait été par un véritable jour ensoleillé, mais pour Esteban qui n'avait pas vu une seule véritable journée depuis cinq ans, l'effet était saisissant. Son visage s'illumina brièvement.

"Voilà. Cela sera bien moins austère. Installez vous sans vous faire de souci, princesse."

Il précisait car il craignait qu'elle ne décide de s'asseoir par terre de peur de casser le matériel une fois supplémentaire. Il préférait voir tous ses meubles bons à partir à la décharge plutôt que de laisser son invitée sur le carreau.

Lorsqu'il se retourna effectivement vers Tess, il remarqua l'expression de son visage. Elle était tendue. Elle luttait contre des émotions difficiles. Cela le chagrinait mais c'était malheureusement normal. Il ne pouvait rien faire de plus que ce qu'il avait déjà fait pour alléger son malheur. Esteban cligna des yeux et tenta de masquer comme il le pouvait son inquiétude. Ce n'était pas aussi facile qu'il l'aurait voulu : il était épuisé émotionnellement et psychologiquement. Les dernières minutes passées dans la chambre avaient été plus douces, mais ça n'effaçait pas la nuit qu'il avait passé, ni l'intensité terrifiante des instants qui avaient suivi le réveil de Tess.

Esteban décida de s'installer dans l'un des sofas. Il poussa un soupir d'aise lorsque son corps s'enfonça dans les coussins. Il ne s'était jamais senti aussi lourd depuis qu'il était devenu vampire... Même lorsqu'il ne se nourrissait pas et qu'il était constamment à bout de forces, sa fatigue n'avait pas été aussi prononcée. Il avait des élancements réguliers au niveau de sa blessure même s'il sentait qu'elle était  bien moins importante en taille qu'une heure auparavant. Les tremblements dus au coup de taser étaient encore là. Peut-être son corps se focalisait-il sur la plaie béante afin de la guérir en premier.

"Je ne veux pas vous brusquer, Tess. Prenons le temps dont vous avez besoin pour en parler. Peut-être avez-vous des questions, d'abord ? Des choses auxquelles je n'aurais pas pensé..."

Pour le moment, il ne disposait de toute façon pas de toutes les informa... Ah ! Un sms venait d'arriver. Il glissa un œil sur son téléphone.

"Un instant, veuillez m'excuser."

"C'est une excellente nouvelle ! J'ai eu l'attaché de la Couronne (...je crois ?) au téléphone, ils veulent que Tess les rappelle dans les quatre jours. Je transmettrai les détails à Patrick, je pense qu'il est le plus à-même à lui parler de cela. Ta mère et moi monterons un peu plus tard, si tu le souhaites."

Surpris, il leva légèrement les sourcils. Il ne s'était pas attendu à ce qu'ils disposent d'un tel temps de battement. C'était extrêmement rassurant car il n'était pas certain que Tess serait prête aujourd'hui à entendre ce que la Couronne avait décidé à son sujet. Soulagé, il répondit en pianotant très rapidement :

"C'est bien noté. Merci. Je serai ravi de vous voir toutes les deux tout à l'heure."

Qu'on pouvait aussi interpréter comme un "j'ai désespérément besoin de vous voir et tout à l'heure c'est déjà trop tard à mon goût" lorsqu'on connaissait bien Esteban. Il n'avait qu'une envie : faire un énorme câlin aux deux en même temps, puis dormir huit heures d'affilée (alors qu'il n'était techniquement pas capable d'avoir sommeil) en déchargeant ses nerfs par le biais des tremblements nerveux qui le guettaient encore, au-delà des résidus de ses blessures.

Rangeant le smartphone, il releva le nez pour plonger ses yeux dans ceux de Tess et l'interroger silencieusement sur ce qu'elle préférait le voir faire ou dire ensuite.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Vamps
Tess Cambridge

Identification
Emploi: Sans-emploi
Age apparent: 18
Dangerosité:
Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vote_lcap0/0Le moment que l'on attendait tous - Page 3 160125120054759347  (0/0)

Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Le moment que l'on attendait tous   Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Icon_minitimeVen 24 Juil - 21:26

Tess s’installa sur une chaise, elle prenait tout avec beaucoup d’appréhension, elle était loin d’être prête de voir qui que ça soit et observer Esteban jouer avec la télécommande, se parler à lui-même la stressait énormément. Elle ne savait pas à quoi s’attendre et soudain l’arche devint un joli ciel bleu avec des nuages qui flottaient ici et là.

Cela lui rappelait qu’elle n’allait plus voir cette magnifique boule de feu, plus de nuages qui flottaient sur un ciel d’été, ni même les gros nuages gris et ce brouillard en pleine été à Londres qui étouffait les rues. C’était bel et bien fini. Tess ne lui en voulait pas, décidément il en avait besoin, mais dans son état elle ne voulait pas encore faire face à cette cruelle réalité tant bien qu’elle préférait la nuit au jour. Elle se contenta simplement de serrer les dents et de s’assoir. Le paysage était le moindre de ses soucis et elle s’assit avec lui, sur un fauteuil en cuir.

Elle ne se sentait pas aussi fatigué que son hôte. Au contraire, maintenant qu’elle avait assez mangé elle observait ses mains et la couleur qui lui était revenue. Elle avait la pêche comme jamais. Psychologiquement elle voulait aller dormir jusqu’à oublier à quel point cette situation était désolante, mais physiquement elle était prête à aller à la gym. À commencer par son conditionnement en faisant du sport de combat avec Patrick.
Oui elle voulait revoir Patrick, peut-être allait-elle le convaincre de rester? Elle ne pourra pas retourner au Royaume-Uni aujourd’hui, il lui faudra arranger pour ne pas cramer dans un avion. Ça pouvait surement se faire d’une manière ou d’une autre, mais ce vol qu’elle doit prendre est simplement un suicide.

Il ne voulait pas la brusquer. Ceci dit, il était difficile de ne pas brusquer quelqu’un qui venait de se faire transformer et devait changer sa vie aussi vite. Encore une fois, elle ne lui en voulait pas car elle aussi était coupable de se brusquer toute seule. Il lui fallait passer par cette horrible case assez tôt, comme ça elle encaisserait tout en un coup au lieu d’attendre et de prendre tout au fur et à mesure. Intérieurement elle était nerveuse et son agression recommençait à pointer le bout du nez.

Corps sur la matière, jeune fille. Corps sur la matière. Tout va bien. Tout ira bien. Peut-être. Surement. Tu n’es pas seule. Tu as Esteban. Tu aura Patrick. Corps sur la matière.


Il répondait à un texto. Elle ne savait pas par où commencer. Il y avait plein de questions à laquelle elle connaissait déjà la réponse, mais elle ne voulait pas l’entendre à voix haute.
Tess ne pourra plus jamais avoir d’enfants. Son plan foireux de trouver un prince charmant et de vivre heureuse avec beaucoup d’enfants était tombé à l’eau. Tess le savait, mais ne voulait pas l’entendre, elle qui voulait tant être mère un jour. Puis elle savait qu’elle n’allait pas pouvoir manger sans se purger et ça il était hors de question de le faire. Vomir l’horrifiait, elle n’était pas phobique pour autant, mais l’idée de vomir en se plantant les doigts dans la gorge? Jamais. Puis autre chose lui passa par la tête.

Aurait-elle le courage de poser cette question? Était-ce même une question pertinente à ce moment-là? Ils se regardaient, elle hésitait, puis finalement…

‘Est-ce que je vais rester ainsi toute ma vie?’
elle demanda sans penser, puis elle continua avec un peu plus d’explications ‘Je veux dire… Est-ce que mon corps ne changera plus jamais? Est-ce que je n’aurais plus la possibilité de m’améliorer physiquement où je veux? Est-ce qu’il y a encore une bonne raison pour moi de continuer à faire du sport ou cela est à présent inutile?’

Il fallait qu’elle sache. Sans sport elle n’était rien, sans la possibilité de s’améliorer dans son domaine elle serait perdue. Elle n’avait pas d’inclinaisons académiques, elle avait essayé pendant toute sa scolarité et à part dans le domaine de la pratique elle était un pied partout ailleurs. Tout dépendait de la réponse d’Esteban, si ça allait passer ou casser encore plus.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t5055-tess-cardwell
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vote_lcap14/30Le moment que l'on attendait tous - Page 3 160125120054759347  (14/30)

Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Le moment que l'on attendait tous   Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Icon_minitimeVen 24 Juil - 22:30

Esteban accumulait les erreurs mais ne s'en rendait pas compte. Il fallait dire que l'épuisement commençait à ronger son attention : il faisait de son mieux pour peser les réactions de Tess en permanence. Elle ne lui rendait pas la tâche aisée car elle restait de marbre en apparence. Il savait que cela devait être un monstrueux chantier dans la tête de la jeune femme mais il lui était très difficile de se fier à ses absences de réaction.

Il voulut lui offrir un environnement serein et rassurant. Ce salon dans l'arche lui paraissait donc idéal, et il crut avoir une bonne idée en lui permettant de revoir un ersatz de soleil plutôt que de rester plongée dans une lumière artificielle froide et déprimante sous un ciel de vitres noires. Il avait bêtement pensé que cette vision la rassurerait. Qu'elle lui éviterait d'être plongée trop vite dans une nuit perpétuelle qui, lorsque c'était son heure, avait failli rendre Esteban fou. Il avait passé des journées entières enfermé dans le laboratoire photo qui était devenu sa chambre, à gratter les murs jusqu'au sang, jusqu'à s'en arracher les ongles, incapable de supporter l'idée qu'il ne verrait plus jamais la lumière du soleil. Qu'il ne profiterait plus jamais de sa caresse.

Cela dit, activer les écrans lui avait justement rappelé que l'impossibilité de sortir en plein jour allait irrémédiablement travailler Tess. Il voulut adoucir son amertume en lui rappelant quelque chose dont ils avaient déjà parlé :

"... Bientôt, je vous le promets, vous pourrez revoir le véritable soleil. Ca ne prendra plus longtemps avant que nous puissions commercialiser ce médicament dont je vous ai parlé."

Une fois son échange de messages avec Luisa terminé, Esteban revint à Tess. Il s'était dit qu'il serait peut-être plus délicat de la laisser mener la discussion plutôt que de la mettre brutalement en face de tout ce qu'il s'était passé, et de tout ce qu'il restait à venir. Il y avait peut-être des choses qu'elle avait besoin de savoir, ou bien dont elle avait besoin de parler.

Il n'aimait pas du tout ce qu'il lisait dans le regard de Tess. C'était peut-être une impression, mais elle lui paraissait plus tendue que ce qu'elle avait été quelques minutes au préalable. Il hésita. Aurait-il dû mettre tout en pause ? Maintenant qu'il savait que la famille royale donnait quatre jours à la princesse pour rappeler, il pouvait lui laisser bien plus de temps pour s'adapter que ce qu'il avait cru initialement. La seule urgence, c'était Patrick. Il devait un minimum la préparer à la visite du garde.

Avant qu'il n'ait le temps d'ouvrir la bouche pour lui proposer d'appuyer sur le frein, la jeune femme lui posa une question qui le laissa hautement perplexe.

"Est-ce que je vais rester ainsi toute ma vie?"

De quoi parlait-elle donc  ? Probablement pas du vampirisme au sens le plus général du terme. Il n'y avait pas de remède, néophyte ou pas elle le savait autant que lui. Il cligna des yeux, la bouche entrouverte. Puis elle continua et il comprit mieux où elle voulait en venir.

C'était une question difficile. Son corps ne changerait effectivement plus jamais, à cela près qu'elle se sentirait plus ou moins en forme selon la quantité de sang qu'elle avait ingurgité récemment... L'amélioration physique était-elle nécessaire à sa pratique sportive ? Il avait du mal à saisir ce besoin, lui que cela n'avait jamais intéressé de près ou de loin. Ce n'était pas sur ce point qu'il allait se concentrer. Il préférait lui présenter les options qu'il lui restait, pas celles qu'elle n'aurait plus jamais :

"Je pense que vous trouverez de nombreux sportifs chez les vampires. Il me semble même qu'il existe des jeux qui ont été inventés par ces derniers... Je suis désolé car je ne suis vraiment pas renseigné sur ce sujet pour les raisons que vous connaissez. Mais je sais qu'il existe plein de gens qui ont continué de pratiquer leurs disciplines et d'y trouver plaisir. Ce serait vous mentir de dire que cela sera exactement comme avant. Seulement, vous êtes toujours capable des mêmes choses, voire de plus. Vous disposerez de plus de temps, d'énergie, et de meilleures capacités d'apprentissage. Vous pouvez élargir votre domaine de compétences au-delà de tout ce que vous auriez pu espérer au préalable. Pourquoi ne pas en profiter pour tester de nouvelles choses en plus de votre principale discipline ? Hier, vous m'avez parlé de votre envie de vous essayer au cirque. Je pense que vous avez bien mérité de vous accorder cette légère transgression, si cela vous fait toujours envie."

Il s'arrêta brièvement. Peut-être était-ce le moment de lui annoncer ?

"... Vous êtes et serez toujours la bienvenue ici. Je compte appeler des artisans dans la journée afin qu'ils vous aménagent une salle qui convienne à vos besoins pour les temps à venir. Nous la ferons renforcer par la magie et vous n'aurez plus à vous inquiéter des risques matériels. Si c'est votre souhait, je pourrai aussi faire appel à des instructeurs, des aides... Tout ce qui vous semblera bon pour pratiquer votre sport, vos sports, ainsi que vous l'entendez."

Il reçut un nouveau sms mais préféra attendre avant de le lire. Le moment n'était pas à quitter la princesse des yeux.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Vamps
Tess Cambridge

Identification
Emploi: Sans-emploi
Age apparent: 18
Dangerosité:
Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vote_lcap0/0Le moment que l'on attendait tous - Page 3 160125120054759347  (0/0)

Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Le moment que l'on attendait tous   Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Icon_minitimeVen 24 Juil - 23:36

Il était bon de lui rappeler qu’elle pourra sortir éventuellement. C’est vrai que ce médicament n’allait pas tarder et elle avait de la chance que cela lui soit arrivé en 2056 qu’au XIXéme siècle, ou du moins elle le pensait de manière morbide. Elle ne voulait surtout pas l’inquiéter, elle avait déjà déposé un tas de soucis sur son dos, la dernière chose qu’elle voulait était de lui dire ce qu’il devait faire dans son domaine. On ne l’avait pas élevé ainsi. Après tout, elle restait toujours une invitée. Elle esquissa le sourire le plus sincère qu’elle pouvait, car oui elle était sincèrement reconnaissante qu’il lui ait rappelé de l’avenir qui n’allait pas toujours être complétement noirci.

Tess était obligée de lui poser cette question difficile. Sa profession, sa passion était sa vie. Il lui fallait savoir qu’elle avait toujours et encore la possibilité de la pratiquer et d’avoir des possibilités à participer à des compétitions. Elle avait un très mauvais pressentiment qu’elle ne pourrait plus participer aux Jeux Olympiques, elle se préparait mentalement à ce qu’elle allait entendre. Au pire, vu la manière dont elle tape, elle pourrait peut-être se mettre à la boxe? Pourquoi pas, mais il faudrait qu’elle apprenne d’abord à contrôler cette force abominable qui ne demandait qu’à être déchaînée. Au fur et à mesure de ce qu’Esteban disait, la princesse avait des réactions assez rapides.
Bien sûr, cela n’allait plus être comme avant, mais au moment où il lui avait fait part du fait qu’elle aura bien plus de temps, d’énergie et qu’elle aura de meilleures capacités d’apprentissage…

Meilleures capacités d’apprentissage? Que veut-il dire par là?

Elle n’était pas restée coincé dessus très longtemps. Tout cela commençait à devenir de plus en plus attirant. Il se souvenait de ce qu’elle lui avait dit, la contorsion, le cirque. Elle avait brièvement oublié le futur noirci par sa condition, de nouvelles portes s’ouvraient là où d’autres se fermaient. Elle pourrait se mettre à de nouveaux sports avec tout le temps qu’elle avait, peaufiner les sports de combat… Le wing-chun avec Patrick. Elle avait commencé le krav maga il y a quelques années et elle y revenait de temps en temps. Les idées arrivaient à flot et elle ne pouvait s’arrêter. Est-ce qu’elle pourrait continuer la contorsion et … s’améliorer? Si son corps était aussi solide que ses coups de poings.

Arrête de t’emporter, c’est de la folie tu ne sais pas ce que tu es en train de penser. Ceci n’est pas une amélioration, c’est une malédiction. Mais d’un autre côté… Non ça suffit. Ne délibère pas.

Puis il lui annonça qu’il compte appeler des artisans dans la journée. Pour elle. Tess tomba de haut, pourquoi une salle pour elle? Renforcée par magie? Elle se sentait comme dans un film, mais une nouvelle pensée arriva dans sa tête. Cela la rongeait.

Je dois rester?

Tess se sentait bête, elle ne voulait aucunement vexer son hôte. Il était absolument incroyable à aller au-delà de ses attentes. Pourtant, il lui fallait savoir.

‘Esteban’ elle secoua la tête, confuse, un peu embarrassée qu’il continue à faire très attention à ses besoins ‘Je… Je ne sais pas. Ma famille risque de me demander de revenir au plus vite. À moins que…’

Tess s’arrêta. La pointe de son nez bougea juste un petit peu, comme un lapin, chose qu’elle faisait depuis toute jeune quand elle sentait quelque chose de nouveau ou quelque chose qu’elle aimait bien qu’on cuisinait pour elle. Cette fois c’était du neuf, c’était très faible, mais c’était comme l’impression de sentir un pain bien chaud sortir du four d’une épicerie à quelques mètres. L’odeur lui était bien agréable, puis une sonnerie retentit. C’était bien la porte et elle recommençait à angoisser.

‘À moins que vous n’ayez eu des nouvelles?’


Elle termina avant qu’il ne parte voir qui se trouvait derrière la porte d’entrée.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t5055-tess-cardwell
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vote_lcap14/30Le moment que l'on attendait tous - Page 3 160125120054759347  (14/30)

Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Le moment que l'on attendait tous   Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Icon_minitimeSam 25 Juil - 1:05

Il eut l'impression d'avoir réussi à toucher Tess. Il espérait que cette lueur d'espoir qu'il voyait dans son regard était réelle, qu'elle n'était pas le fruit de son imagination. Si la jeune femme parvenait à avoir des perspectives d'avenir, elle ne pourrait pas sombrer autant qu'il l'avait fait. Bien sûr, ça n'allait pas être tout rose, mais elle pourrait se reconstruire plus vite. Et peut-être qu'en touchant le fond elle rebondirait, plutôt que de continuer à creuser.

Elle parut très surprise quand il lui annonça ses plans de faire construire pour elle une salle de sport. Esteban eut à son tour l'air très déconcerté quand elle lui annonça que sa famille risquait de demander son retour rapide.

"À moins que vous n’ayez eu des nouvelles ?"

Fichtre. Le timing était mauvais. Il était capable de sentir une très légère odeur qui lui évoquait celle du pop corn chaud. Une odeur qui lui mettait l'eau à la bouche alors même qu'il était encore plein comme une barrique, étant donné tout le sang qu'il avait dû boire pour assurer sa guérison. Il y avait un métamorphe qui n'était pas loin d'ici, et ça ne pouvait pas être grand monde si ce n'est Patrick.

"Vous venez à peine d'être transformée, princesse... Il vous faudra un temps d'adaptation et mieux vaut que vous le passiez auprès d'un autre vampire. Je ne sais pas ce que votre famille décidera, mais je suis certain qu'elle comprendra cette nécessité."

Il marqua un temps d'arrêt. Il voulut rajouter quelque chose mais on sonna à la porte. Esteban se tourna brièvement en direction de l'entrée, puis il revint sur Tess. Tant pis pour ce qu'il avait encore à lui dire... Il le ferait plus tard. Il y avait plus urgent.

"Ce doit être Patrick. A ce sujet je dois vous prévenir afin que vous vous y prépariez : l'odeur du sang de votre garde du corps est particulièrement forte. Elle risque de vous faire un peu tourner la tête malgré votre appétit rassasié. Je préfère vous le dire maintenant plutôt que de vous laisser avoir une surprise désagréable."

Il attendit d'être certain que Tess avait assimilé l'information et qu'elle était prête à ce qu'il l'expose à ce fameux sang très odorant. Il ne voulait pas en dire plus, ce n'était pas à lui de le faire. Il n'avait fait que lui dévoiler ce dont elle se serait rendue compte toute seule très vite. Si elle posait la moindre question, il la redirigerait seulement vers le garde à l'aide d'une expression type "Vous pourrez le lui demander quand il sera là".

Ce n'est qu'après tout cela qu'Esteban se releva (en grinçant un peu, ou du moins en donnait-il l'impression). Il avança jusqu'à atteindre la porte d'entrée et il la déverrouilla. Le battant s'entrouvrit et Patrick eut l'occasion de découvrir un Esteban qui avait l'air paradoxalement encore plus fatigué qu'il ne l'avait été au moment de son départ alors que ses blessures devaient se porter largement mieux qu'avant. C'était une forme d'épuisement mental qui ne se lisait qu'au fond des yeux puisqu'il était immunisé contre les cernes et les teints cireux/huileux. Mais pas de doute : il n'était pas loin de l'encéphalogramme plat.

"Bonjour Patrick, je vous en prie, rentrez... La princesse est installée un peu plus loin au niveau du jardin d'eau."

Il en profita pour sortir son téléphone. Le message reçu plus tôt était de Luisa et il ne lui apprenait plus grand chose à ce stade :

"Patrick m'a appelé, il sera chez toi bientôt. A tout à l'heure ! "
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Vamps
Tess Cambridge

Identification
Emploi: Sans-emploi
Age apparent: 18
Dangerosité:
Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vote_lcap0/0Le moment que l'on attendait tous - Page 3 160125120054759347  (0/0)

Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Le moment que l'on attendait tous   Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Icon_minitimeSam 25 Juil - 22:23

‘Je vois.’

Sauf qu’elle ne voyait pas, en fait. C’était dit parce qu’elle ne voulait plus le retenir et elle devait savoir qui se trouvait derrière la porte. Au fond elle espérait pouvoir rester, faire face à sa famille de si tôt la perturbait, mais d’un autre côté elle voulait retrouver son territoire à elle. Il fallait qu’elle les contacte, mais se retrouver au palais devant eux, dans sa toute nouvelle “splendeur” n’était pas quelque chose qu’elle voulait faire immédiatement.

Finalement c’était Patrick. Enfin. Elle avait besoin de sentir cette tape sur l’épaule. Puis elle allait le questionner, parce qu’au fond elle ne savait toujours pas pourquoi il l’avait rapporté à Edward. Tess ne comprenait pas ce qu’il voulait dire par le commntaire sur le sang de Patrick. D’ailleurs elle était plutôt impatiente de le voir, mais elle gardait cette information dans sa tête au cas où. Esteban était digne de confiance et encore une fois il ne l’aurait pas dis juste comme ça…

La porte s’était ouverte et l’odeur l’a frappé comme un four qu’on avait ouvert avec toutes les nouvelles pâtisseries, prêtes à vendre à 6h du matin. Elle ne voyait pas encore Patrick, mais elle se sentait très perturbée.

‘Bonjour Monsieur’ il hocha poliment de la tête, décidément ils étaient tout deux très fatigués et Patrick fronça des sourcils ‘Je sais que vous ne pouvez quitter les lieux pour le moment, mais pensez aux moins à vous reposer un coup. Je me charge de son altesse pour l’instant et…’ il soupira, il n’avait pas hâte de faire face à Tess ‘...Si quelque chose ne va pas je vous ferais signe.’

Il passa à côté d’Esteban et il avança à pas ferme vers le jardin d’eau. Au moment où il s’étaient vus ce n’étaient pas les salutations habituelles. Tess avait les mains en poing sur ses genoux, elle le fixait comme un steak. Patrick hésitait à s’approcher plus, son cœur battait à un rythme accéléré et son corps refusait d’avancer. Tess le sentait et Pat sentait que sa vie pouvait être potentiellement en danger, mais il avait foi. Il prit deux pas en avant et laissa un grand espace entre eux, comme s’il se préparait à voir William VII. Cette scène était particulièrement navrante, c’était comme deux inconnus qui se mesuraient entre eux: qui allait broncher en premier?

‘Patrick.’ elle se força à dire, mais en disant son nom elle retrouva une once de réconfort.

‘Votre altesse’ il se baissa respectueusement, essayant de ne pas fixer les nouveaux crocs qui avaient poussés dans la mâchoire de sa protégée ‘Comment vous portez-vous?’

‘Je me porte. Avec de l’aide, mais je me porte.’ elle ne savait plus que lui dire. Cette impression que Pat était tout simplement différent n’était pas normal, Esteban l’avait prévenu qu’il était particulièrement potent, cela voulait dire que les humains de bases ne l’étaient pas, du coup ‘Vous voulez bien m’expliquer…?’

‘Oui’ il soupira ‘Je vous le dois. Sachez que je suis toujours le même, rien n’a changé.’

‘Patrick’ elle appuya, un peu impatiente finalement ‘Qu’êtes-vous?’

‘Je suis ce qu’on appel un change-forme. Ou un métamorphe.’

Elle cligna des yeux. C’est bien pour ça que sa tête tournait et cela la perturbait énormément. Il reprit une fois de plus la parole:

‘Vous le savez, les assistants personnels sont tous humains, Monsieur Cardwell a demandé que je m’occupe de vous, il ne savait pas ce que j’étais…-’

‘Qui savait?’

‘Jean, la dame qui s’occupe de votre garde-robe et Maurice, votre cuisinier.’

‘Et eux…?’

‘Oui. Ce sont des changes-formes eux aussi.’

Elle baissa son regard à son tour. Elle qui n’avait jamais vu de métamorphe en chair et en os était finalement bien entouré. La princesse savait qu’il y avait des Outres parmi leur employés, mais elle ne savait pas combien.

‘Vous êtes nombreux à Kensington, chez nous?’

‘Non’ il secoua la tête ‘Vous connaissez les autres, nous ne sommes que 5 parmi tous vos employés.’

C’est vrai que les deux autres étaient Wiccans. Tess avait comme l’impression que sa mère avait fait des commentaires un peu douteux sur les change-formes il y a plusieurs années de cela, rien de grave, mais elle était perturbée par leur habilités. La princesse commençait à se douter que c’était son père qui les avait embauchés, lui qui était ami de tout le monde et qui jugeait tout le monde par leur actes et non par leur provenance.

‘Et vous, Patrick. Vous êtes…?’

‘Un gorille des montagnes, votre altesse.’

Cela pouvait aller dans n’importe quel sens. Ils se fixaient, puis Tess exhala un petit rire par le nez.

‘Pourquoi cela ne m’étonne pas?’
elle secoua sa tête, elle ne pouvait pas y croire encore, mais l’idée que son garde du corps était un gorille l’amusait.

Patrick craqua un petit sourire, il ne pouvait cacher sa tristesse car il savait que cet échange serait de courte durée. Il devait anticiper des difficultés à l’aéroport et il ne pouvait que se donner trois heures au maximum. La police à la douane pouvait être particulièrement lente.
Quand il bougea le fauteuil à sa position, il se tenait toujours aussi loin de sa protégé. Le métamorphe n’était pas né hier, il avait déjà beaucoup à faire avec les vampires et il savait mieux que de s’approcher d’une néophyte, même s’il la connaissait d’Adam et Eve et qu’il ne doutait pas sa volonté de fer. Tess avait commencé par parler, elle parlait de son enfance, des moments qu’elle avait partagés avec Patrick, puis Patrick commençait à lui rappeler des moments amusants de sa vie, les bêtises qu’elle faisait quand elle était encore jeune. Ils parlaient de leur familles respectives, des petits enfants du garde du corps, de l’entrainement en sport de combat qu’elle avait entreprise avec lui, de son entrainement tout court. Cette conversation était d’un besoin absolu pour la princesse qui devait se rappeler que sa condition ne la définissait pas. L’entendre de la bouche d’Esteban n’était pas assez, il lui fallait les exemples et une sorte de tampon sur le document. Patrick était heureux d’en parler et ils avaient passé deux heures à échanger leurs histoires. Il s’était ouvert à propos de son passé, de son temps avec les SAS, de la mort de sa femme et des difficultés avec ses deux filles qu’il élevait tout seul sans aucune aide. La conversation touchait naturellement à sa fin après 2 heures sans pause, Tess se sentait visiblement mieux, mais Patrick semblait avoir cet air doux-amer dans son regard.

‘Votre altesse’ il y eut un trouble dans sa voix, une nouvelle difficulté et Tess entendait le rythme cardiaque accélérer ‘Je suis venu ici pour vous avertir. Est-ce que vous savez qui est derrière cette atta…-’

‘Je me doute’ elle l’arrêta nette, main en l’air comme pour dire stop ‘S’il vous plaît, je ne suis pas encore prête à entendre, mais je sais au fond de moi. Je le sais, je vous jure.’ paniquée, elle prit une grande inspiration pour retrouver une nouvelle forme de calme ‘Est-ce que… Vous avez des nouvelles de ma famille?’

‘Ils sont au courant’ il se frotta les yeux de ses doigts ‘Mademoiselle Selva Moreno les a informés de votre réveil.’

‘Et maman?’

Patrick ne dit rien, pour la première fois depuis longtemps il ne savait que répondre à sa protégée et elle savait au fond ce que cela voulait dire. L’idée qu’elle soit traité comme moins qu’elle est par sa famille l’écœurait, déjà qu’elle devait se prouver à chaque moment à côté de la brillance d’Edward. Puis Edward, que pensait-il? Lui qui avait absolument horreur des Vampires, plus que des autres Outres? Comment allait-elle leur faire face?

‘Votre altesse’ Patrick devait tout de même continuer, il savait qu’elle allait s’en sortir, mais elle devait l’entendre ‘On m’a informé que vous devez appeler votre famille dans un délai de quatre jours. Ils vous donnent du temps pour récupérer, puis vous aurez des choses à délibérer. Préparez-vous à tout.’

Merci Patrick.

Il ne disait pas ça juste comme ça, ce n’était pas la première fois et Tess faisait confiance à l’instinct de son garde du corps. Comme ça il y avait des choses à délibérer… Ils n’allaient surement pas la catapulter entièrement de la famille, non? Quelque chose lui disait qu’il fallait aussi s’y préparer, mais elle poussa cette voix dans un petit coin, pas vraiment prête à l’écouter. Pas encore du moins.

‘Et vous dans tout cela?’ Tess demanda avec inquiétude ‘Est-ce qu’ils vous ont parlé de votre situation?’

‘C’est compliqué, votre altesse’ il semblait vouloir éviter le sujet, mais il savait qu’il ne pouvait pas la garder complétement dans le noir ‘Je prends ce vol à 20h aujourd’hui et je dois me présenter devant le roi. Je vous tiendrais au courant, sauf s’ils vous en informent avant moi.’

Tess tomba de haut. Il y eut comme un son de verre qui se brisait en mille morceaux dans sa tête.

Il me quitte?

‘Vous partez sans moi?’ yeux ronds ‘Pourquoi est-ce que le roi vous demanderait de partir sans moi? Vous êtes mon assistant, il ne le dirait pas sauf si…-’

‘Votre altesse’ il soupira avec beaucoup de difficulté ‘Le Roi a demandé aux Luz-Descalzo de se charger de vous pendant ce séjour. On décidera de mon avenir à mon retour et vous devez contacter votre famille dans un délai de quatre jours.’ Il se répéta afin que cette information parvienne bien dans la mémoire de Tess ‘J’ai aux moins la certitude d’une chose: vous ne pouvez pas prendre ce vol avec moi, vous devez rester auprès de ceux qui peuvent vous aider plus que moi.’

Un grand nuage noir passa par l’esprit de Tess. Aux yeux des royaux, il avait échoué dans son travail. Techniquement, elle était morte et il n’avait pas réussi à la protéger. La princesse ne savait pas encore ce que cela voulait dire pour lui, mais soudain elle avait dans sa tête le visage de ses filles, des petits-enfants… L’angoisse la prit par le cou et elle se leva violemment, voulant s’approcher, mais très vite il se leva et prit quelques pas en arrière. Tess était choquée par ce mouvement, elle ne comprit que quand elle remarquait son emprise lâcher. Il fallait qu’elle s’éloigne et c’est bien ce qu’elle avait fait, même si son coeur se fendait en deux.

‘Pourquoi?’
elle retenait ses larmes autant qu’elle pouvait ‘Est-ce qu’ils vont vous licensier? Que deviendront vos filles?’

‘Je ne sais pas.’

C’était la dernière chose qu’elle voulait entendre, mais Patrick ne mentait pas à Therese, jamais. Si la princesse posait les bonnes questions elle allait recevoir les bonnes réponses ou un simple “on en reparlera une autre fois, concentrez-vous sur le mannequin”. Cette fois elle tomba à genoux, le sol semblait s’effondrer, mais tout cela était encore une fois dans sa tête.

‘Et moi, Patrick. Qu’est-ce que je vais faire sans vous? Ma famille… Je ne peux qu’imaginer. On m’abandonne… Je serais seule. Je ne sais pas quoi faire. Qu’est-ce que je dois faire?!’

Patrick allait par réflexe lui demander s’il pouvait parler librement, malheureusement avec les sanglots qui retentissaient dans le salon elle n’allait pas l’entendre. Il hésitait, mais après il tenta de faire ces quelques pas en avant pour se rassoir. Quand elle entendit son nom de la bouche de Patrick elle semblait revenir, peu à peu. Elle était à l’écoute, après tout elle lui avait posée cette question et elle attendait toujours une réponse.

‘Votre altesse, vous serez capable de bien plus sans moi. Vous êtes forte et vous êtes bien plus engagé à apprendre et à vous adapter que beaucoup de gens de votre âge. Je ne me fais aucun souci pour vous. À vrai dire, je suis fier de vous comme de mes filles...’


Il est fier?

‘... Et vous n’êtes pas seule. Vous ne serez pas seule. Vous avez monsieur Luz-Descalzo et si je puis me permettre, il a besoin de vous autant que vous avez besoin de lui. À vous deux vous allez y parvenir, mais vous devez vous retrouver à mi-chemin pour avancer.’ il prit une inspiration ‘Il ne manque pas de bonnes âmes dans cette ville, mais vous devez rester sur vos gardes et apprendre à connaître les gens, à vous intéresser aux gens, comme ça vous n’aurez pas de mauvaises surprises. Pensez aux gens comme mademoiselle Selva Moreno, c’est une femme qui vaut la peine d’écouter, elle a de très bons instincts et sait manier les situations difficiles. Il vous faut juste apprendre, c’est dur, mais vous allez y arriver.’

Il s'était finalement lever pour prendre quelques petit pas en avant, puis il tendit sa main vers la néophyte.

‘J’ai foi en vous, votre altesse.’

Tess hésitait au départ, de peur de lui sauter dessus, mais en prenant son courage à deux mains elle était à nouveaux sur ses pieds, larmes sur les joues et sa petite main dans l’énorme main Rachmaninovesque de Patrick. Ce fut un effort pour elle, il sentait bon, son cœur avait un rythme rapide et il semblait dévasté. Tess savait que c’était la fin. Il fallait tourner la page et il fallait arrêter de pleurer

‘Therese. Qui ose gagne. Rappelez-vous de cela.’

‘Oui’ elle eut un tout petit rire à travers les larmes ‘Oui, je sais.’

Il posa sa main sur son épaule.

‘Ce fût un honneur.’

Puis il tourna sur ses talons et se dirigea vers la sortie, il vit Esteban de loin et le salua de la main comme un soldat le ferait. Il ne pensait pas que le jeune homme voulait l’approcher ou lui parler après l’épisode fâcheux du taser.

Pendant que Tess était seule au beau milieu de la pièce. Sans bouger d’un cil. Rester composée jusqu’à ce que Patrick parte était difficile, mais entre temps elle avait remarquée qu’il lui avait laissé une carte de visite dans la paume de sa main. Celle de la Plume Bleue.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t5055-tess-cardwell
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vote_lcap14/30Le moment que l'on attendait tous - Page 3 160125120054759347  (14/30)

Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Le moment que l'on attendait tous   Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Icon_minitimeDim 26 Juil - 1:46

"Je vois" était une réponse qui dans une bonne majorité des cas signifiait exactement l'inverse. C'était frustrant, mais Esteban n'avait pas le temps de s'expliquer plus longtemps. Il y avait certaines choses qu'il lui faudrait reprendre une fois Patrick reparti. Il se rendait compte que Tess n'avait probablement pas notion de la nature du lien qui existait désormais entre eux : la tradition et la loi obligeaient Esteban à un certain nombre de choses concernant Tess, puisqu'il était son créateur. Bien sûr, il n'avait pas besoin de ces motivations. Ses choix étaient avant tout poussés par son sens des responsabilités, sa boussole morale, et à une moindre échelle le fait qu'il apprécie énormément la jeune femme.

Patrick n'avait pas l'air en grande forme. Aucun de ceux qui avaient vécu cette nuit ne devaient l'être, même si certains devaient avoir récupéré quelques heures de sommeil dans l'appartement de Luisa. A en croire les paroles du garde, l'épuisement d'Esteban se lisait sur son visage. C'était une sorte d'exploit lorsqu'on savait que le vampirisme empêchait normalement ce type d'inconvénients.

"Je ne serai pas très loin. Mais je vais écouter votre conseil, dans la mesure du possible..."

Esteban n'était pas certain que Tess laisse à Patrick le temps de faire le moindre "signe" si elle perdait le contrôle. Il lui fallait rester vigilant, et c'était d'autant plus vrai que la jeune femme était plus forte que lui. Il ne pouvait pas protéger le métamorphe aussi bien qu'il l'aurait voulu.

Le jeune homme ne suivit pas Patrick. Plutôt que de retourner  près de l'eau, il grimpa une volée d'escaliers et s'installa dans un fauteuil qui était probablement au moins aussi vampire que lui : c'était ce genre de fauteuils excessivement confortables qui donnait l'impression qu'on se faisait entièrement aspirer à l'intérieur. Il soupira d'aise et sentit avec surprise des picotements lui envahir les joues et les genoux. Il n'était pas censé être en mesure de ressentir ces marques de sommeil. Le fait que son cerveau les recrée pour lui en souvenir de son humanité en disait long.

Il se faisait aussi discret que possible. Il aurait largement préféré laisser Tess et Patrick seuls. Il n'aimait pas s’immiscer dans leur intimité. Malheureusement il lui fallait rester là où il entendait ce qu'il se passait afin d'être en mesure de réagir si un accident survenait.

Son angoisse diminua en intensité après quelques premières minutes d'un échange qui semblait bien se passer. Tess restait vraisemblablement en contrôle. Apprendre la nature métamorphe du garde du corps ne l'avait pas choquée outre mesure. Elle n'avait pas l'air de lui en vouloir pour son secret.

Une longue discussion débuta et Esteban se laissa bercer par le son de ces voix aux accents chauds, parfois ravis, parfois nostalgiques. Un sourire pâle monta sur ses lèvres. C'était une discussion plaisante. Au moment le plus critique qui avait suivi son réveil, il avait lui-même tenté de raviver les souvenirs de Tess afin qu'elle n'oublie pas qui elle avait été, mais ses performances n'avaient pu qu'être très imparfaites. Il lui fallait quelqu'un qui la connaissait mieux. Il était vraiment content que Patrick ait décidé de revenir plutôt que de prendre directement cet avion.

Ses yeux suivaient les nuages sur le faux ciel que formait l'arche. Il essayait d'entendre sans écouter ce qui se disait plus bas car il détestait cette impression qu'il avait d'écouter aux portes. Il voulait mieux connaître Tess, mais pas sans le consentement de la jeune femme. Peu à peu, son attitude autant que la position dans laquelle il était installé l'amenèrent à glisser dans une forme de somnolence douce. Ses yeux papillonnaient. Son esprit était aux abonnés absents. Il finit accidentellement par s'endormir.

Le sommeil d'un vampire n'était jamais très profond, et Esteban se réveilla tout aussi sec quand Tess se redressa brutalement. Le vamp sursauta et se dressa d'un coup dans son fauteuil, bien réveillé, et mortifié de s'être endormi alors qu'il avait eu l'intention de rester à l'affût des problèmes. Il aurait aimé pouvoir siffler entre ses dents de frustration, mais Tess l'aurait entendu, ce qu'il ne souhaitait pas. Il passa une main sur son visage puis il se releva et quitta le petit salon. La discussion semblait beaucoup plus tendue qu'elle ne l'avait été au préalable. Il préférait revenir à un endroit duquel il pouvait intervenir à tout moment. Il resta en hauteur, sur une plateforme qui se trouvait approximativement au dessus de ses invités. Ils ne le voyaient pas, mais il n'était plus qu'à quelques mètres.

"Et moi, Patrick. Qu’est-ce que je vais faire sans vous? Ma famille… Je ne peux qu’imaginer. On m’abandonne… Je serais seule. Je ne sais pas quoi faire. Qu’est-ce que je dois faire?!"

Esteban n'était pas certain d'être d'accord avec tout ce que disait Patrick, notamment sur le fait que la princesse serait mieux sans lui... On n'était jamais mieux sans ses proches. Il pouvait en témoigner. Un semi-sourire monta aux lèvres du jeune homme lorsque Patrick conseilla à Tess d'écouter Luisa. C'était amusant de voir qu'en si peu de temps, l'homme avait déjà réussi à se faire ce genre d'avis sur sa tante. Elle faisait décidément beaucoup d'effets à tous ceux qui la rencontraient.

L'intuition du métamorphe était bonne. Luisa avait sauvé Esteban de lui-même quand personne d'autre ne le pouvait, même pas sa mère. Sauf lorsqu'ils concernaient ses lieux de sortie pour les soirées et week-end, ses conseils valaient toujours le coup d'être écoutés. Même si Esteban continuait d'affirmer le contraire par principe.

"Ce fût un honneur."

C'était terminé. Esteban avait loupé un bout de la conversation mais il n'aimait pas ce qu'il avait entendu. Tess avait parlé de licenciement... La famille royale risquait-elle de vouloir punir Patrick pour n'avoir pas été capable de protéger la princesse ? C'était terriblement injuste... Esteban avait des réflexes qui défiaient les lois de la nature et cela n'avait pas suffi à pousser Tess hors de la trajectoire à temps. Disposant de ce même genre de capacités, Bess avait pu se placer plus loin que le sniper standard, viser plus vite, tirer plus vite. Métamorphe ou pas, Patrick n'aurait rien pu faire. S'ils cherchaient un coupable, qu'ils les aident à mettre Bess Butler hors d'état de nuire une bonne fois pour toutes. Ou bien qu'ils lui fassent porter le blâme à lui qui avait effectivement eu une chance d'agir sur la situation. A lui qui était responsable de la contamination du sang de leur sang.

Esteban rendit son regard à Patrick, intense car sensiblement inquiet. Il aurait voulu descendre et lui demander s'il était réellement obligé d'y aller, mais il connaissait déjà la réponse à cette question. Un scandale diplomatique était hors de question. Pour le bien de Tess, Patrick ne pouvait se soustraire aux ordres du roi. Pas pour l'instant, du moins. Esteban se demandait si par l'avenir et si les choses se passaient mal, des négociations seraient envisageables. Il n'oublierait pas cette idée.

Il se contenta d'un hochement de tête en guise d'au revoir car il n'y avait finalement plus tant de choses à se dire, compte-tenu de tout ce qui était déjà décidé. Mieux valait probablement qu'il descende pour rejoindre Tess. Elle venait d'apprendre des nouvelles peu agréables. Peut-être allait-elle préférer les encaisser seule, peut-être trouverait-elle sa présence envahissante, mais il ne pouvait pas le savoir avant d'être allé vérifier.

Il s'approcha d'elle sans un mot et observa le garde qui était arrivé au niveau de l'entrée, qui ouvrait la porte et qui la refermait derrière lui. Ils étaient à nouveaux seuls. Esteban glissa un œil sur la jeune femme pour observer ses réactions.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Vamps
Tess Cambridge

Identification
Emploi: Sans-emploi
Age apparent: 18
Dangerosité:
Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vote_lcap0/0Le moment que l'on attendait tous - Page 3 160125120054759347  (0/0)

Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Le moment que l'on attendait tous   Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Icon_minitimeDim 26 Juil - 14:24

Tess restait immobile, seule au milieu du salon. Patrick était finalement parti et on aurait dit qu’elle n’avait plus de larmes à faire couler, ce puit était vide. Ce qui ne l’empêchait pas d’avoir des démangeaisons fantomatiques, elle avait une affreuse envie de se gratter la tête, de s’arracher les cheveux… La princesse n’avait pas remarqué qu’Esteban était à ses côtés une fois de plus, tout ce qu’elle regardait était la carte de visite de la Plume Bleue.

Il veut que je continue.

Cette fois son intuition était bonne. Abandonner maintenant serait hors de question, tout ce qui devait arriver était arrivé et la princesse commençait à sentir comme le début d’un plan se former dans sa tête. Le sac qu’elle avait laissé avec le Grand Mage allait surement élucider un tas de choses, peut-être même prouver au monde que son père était victime d’un assassinat.
En fronçant des sourcils, elle plaça la carte de visite dans sa manche temporairement, vu le manque de poches. Elle avait de suite vu qu’elle se faisait observer par Esteban, qui devait surement se demander comment elle allait. Tess était psychologiquement épuisée, mais elle était autrement en pleine forme. Une fois de plus elle était à la merci de sa famille, de leur ordres et de leur humeurs. Cette cage se faisait très petite et elle ne savait plus vraiment à quoi s’attendre. Angoissée, elle s’assit sur le fauteuil une fois de plus et elle serra ses genoux contre son torse.

‘Ce n’est pas sa faute. Ils ne savent pas et ils vont être… Injustes.’ elle passa ses mains sur son visage, elle avait besoin d’en parler et vu qu’il était là ‘Il m’a suivi loyalement. Pendant mon enfance et jusque maintenant. Je lui dois beaucoup et comment je le remercie? Je fais mon aventurière, je me crois discrète et je pense pouvoir affronter cette chose seule.’ son front atterrit sur ses genoux ‘Je ne peux pas abandonner maintenant, j’ai à la limite sacrifiée ma vie pour cette cause. Cela ne peut surtout pas se terminer comme ça.’

Les choses étaient claires. Esteban pouvait surement comprendre qu’elle allait continuer ses recherches, que cela lui plaisait où non. Aux moins elle serait dans sa ligne de mire, vu qu’elle n’allait nulle part finalement.

Concentre-toi. Il faut que tu lui parles. Communique, dis lui ce que tu veux, ce dont tu as besoin. Il t’aidera. Tu n'es pas seule.

‘Esteban’ elle releva sa tête et renifla un bon coup en essuyant son visage des restes des larmes qui n’ont pas encore eu le temps de sécher ‘Je ne peux pas parler à la police. Ils vont surement vouloir me questionner, mais je dois contacter ma famille d'abord et comprendre ce qui se passe, mais aussi savoir ce qu’on veut faire de moi… J’ai besoin d’un ordinateur et je dois retrouver mon téléphone.’

Son regard voulait dire qu’il y avait du travail à faire, mais en mentionnant sa famille elle avait du mal à cacher ses émotions. L’anxiété qu’elle allait se faire éjecter était présente. Elle ne s’attendait pas à ce qu’Esteban la suive dans toutes ses démarches maintenant, il avait fait tellement de choses pour elle et il semblait complétement à plat. Elle s’arrêta et s’approcha de lui, son regard était doux et souciant.

‘Vous avez déjà fait énormément de choses pour moi, je ne veux pas vous retenir… Je vais mieux, je sais ce que je dois faire. Reposez-vous, j'insiste.’ elle essayait de se montrer rassurante, mais elle n’était pas à 100% convaincu non plus, Tess voulait se donner le temps pour faire deuil seul dans une chambre sous un lit, dans le noir pendant aux moins huit heures si elle n’arrivait pas à accrocher à une activité qui lui ferait oublier ce qui se passe ‘Et je suis sûre que votre mère et votre tante sont impatiente de vous voir.’

Sourire triste, elle essayait d’être forte. Elle voulait tant être forte comme on semblait la voir, mais c’était difficile. Tess espérait aussi avoir ce peu de temps pour elle afin de couper ces cheveux qui ne cessaient de la gratter, peut-être qu’il y aurait des ciseaux ailleurs. Elle y croyait. Au pire elle allait se les charcuter au couteau.

‘Est-ce que…’ elle hésitait, mais si il avait encore d’autres choses à lui dire, là semblait un bon moment ‘Est-ce qu’il y a autre chose dont je dois être au courant?’
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t5055-tess-cardwell
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vote_lcap14/30Le moment que l'on attendait tous - Page 3 160125120054759347  (14/30)

Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Le moment que l'on attendait tous   Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Icon_minitimeDim 26 Juil - 19:42

Tess paraissait avoir besoin de parler. Esteban s'installa dans le fauteuil le plus proche. Si elle avait choisi de prendre un canapé, il se serait certainement placé à côté d'elle. Il lui aurait laissé sa zone de confort, mais aurait tout de même tenu à créer cette proximité afin qu'elle ne puisse pas oublier qu'il était là pour la soutenir. Qu'il tenait à être présent et qu'il buvait ses paroles avec un intérêt qui n'avait rien de feint. Il n'était pas uniquement là par obligation.

Il était bien d'accord avec elle : sanctionner Patrick de ce qu'il s'était passé était injuste, voire gratuit. C'était comme si on essayait de punir la princesse par cet intermédiaire. La famille royale ne se rendait-elle pas compte que la jeune femme avait déjà subi le pire des préjudices ? Elle avait été imprudente, certes, mais Esteban aussi lorsqu'il lui avait donné cette boîte contenant les affaires de Bess. Il aurait certainement dû mieux l'avertir. Il aurait dû prendre plus d'initiatives. Il n'avait pas imaginé que l'ancienne tutrice allait se mettre en mouvement si rapidement.

"Personne ne pouvait prévoir ce qui allait arriver, Tess. Je ne l'ai pas vu venir non plus et en vous fournissant des indices je vous ai exposée à un danger inimaginable. La fautive, c'est avant tout celle qui a appuyé sur la gâchette. Il est hors de question qu'elle s'en tire sans répondre de ses actes."

Tant que Bess serait dans la nature, Tess serait en danger, et ce n'était pas tolérable. Tant qu'ils n'avaient pas la vraie coupable sous la main, la famille royale risquait de se montrer récalcitrante à toute forme de négociation et un innocent allait payer pour les crimes de cette femme. C'était autant de raisons, autant de motivations qu'il ne se sentait pas d'énoncer devant Tess pour le moment. Il ne voulait pas lui donner de faux espoirs. Il ne voulait pas non plus qu'elle prenne peur ou qu'à l'inverse elle s'enflamme et agisse imprudemment. Sa psyché était encore trop fragile. Elle avait déjà énormément avancé, mais elle avait encore besoin de temps pour accepter la situation.

Il se redressa légèrement en entendant son nom. Volontaire, il n'attendait que de savoir ce dont la jeune femme avait besoin pour le lui fournir. Tess paraissait décidée à régler la question de ce que lui réservait sa famille plus tôt que tard, et le vampire ne put empêcher un froncement de sourcil inquiet. Il trouvait ça très prématuré, mais ce n'était pas sa décision. Il pouvait en revanche lui faire un rappel (il supposait que Patrick avait donné ces informations à Tess pendant qu'il dormait car elle lui paraissait plus renseignée qu'elle ne l'avait été au préalable).

Il était sur le point d'exposer ses plans à la jeune femme lorsqu'elle l'arrêta. Esteban fut surpris de l'entendre (essayer de) le congédier. Quelque chose de dur apparut dans l'expression du vampire. Ce n'était pas de l'hostilité, mais plutôt une détermination qui ne souffrait aucun refus. C'était aussi son caractère têtu qui s'exprimait - il ne l'avait que rarement fait avec Tess, à ce stade.

"Je ne peux pas me reposer maintenant. Il me reste des choses à faire. Je suis ravi que vous commenciez à mieux vous porter, mais je ne peux pas me résigner à tout vous laisser faire seule. Je ne le peux tout simplement pas."

Oui, il avait envie de se coucher, de dormir, de pleurer... Et oui il avait aussi hâte que Luisa et sa mère viennent le voir. Mais ils commençaient à sortir du brouillard et il y avait des choses précises qui se dessinaient, qui devaient être accomplies. Non seulement il voulait apporter son aide à Tess, mais il en avait besoin. S'il s'arrêtait maintenant, il allait cruellement baisser dans sa propre estime. Et il avait mis trop de temps à reconstruire une image positive de sa propre personne pour qu'il laisse cela arriver si facilement. Il était de toute façon évident que Tess n'allait pas aussi bien qu'elle le claironnait. Pour elle autant que pour lui-même il fallait qu'il tienne encore un peu.

"Laissez moi m'occuper de la police."

S'il fallait qu'il donne son témoignage en premier, il le ferait. S'il fallait qu'il tire sur quelques cordes, qu'il bouge quelques pions ou qu'il graisse quelques pattes pour qu'on laisse Tess tranquille aussi longtemps qu'elle en aurait besoin, il le ferait aussi.

"Votre téléphone est certainement à l'endroit où nous avons reçu des soins cette nuit, ou dans la chambre, à moins qu'il n'ait glissé dans la voiture. J'irai le faire chercher par Octavio. Nous allons vous choisir une chambre qui soit plus accueillante que celle que nous venons de quitter, et je vous fournirai un ordinateur muni d'une connexion. Mais il est inutile de vous précipiter, princesse. Vous avez quatre jours pour contacter votre famille. Essayez de vous ménager, je vous en prie. En l'espace de quelques heures, vous avez vécu des choses extrêmement traumatisantes."

Il hésita avant de rajouter.

"Patrick ne sera pas en Europe avant demain soir, au minimum. Cela vous laisse un peu de temps si vous comptez essayer d'alléger le verdict du roi. Mon témoignage vous est tout naturellement acquis."

Quant au reste de ce qu'elle devait savoir...

"Il y a énormément de choses dont nous devons encore discuter, mais il ne serait pas bon de tout traiter ce matin, ni même dans la journée. Je dois en revanche vous prévenir que la Maîtresse de la Ville est au courant des implications de Bess Butler dans ce qui nous est arrivé. Je sais que je vous ai conseillé de ne pas vous approcher d'Ailin Dyce, mais les choses ont évolué au moment où cette balle a contaminé votre sang. Elle aurait été mise au courant tôt ou tard. La Maîtresse de la Ville est déterminée à retrouver Bess Butler pour des raisons qui lui sont personnelles, et maintenant que vous faites partie de la communauté elle vous aidera sans contrepartie. C'est donc une carte en plus dans notre manche."

Il s'incluait sciemment dans l'affaire car il n'avait pas l'intention de laisser Tess continuer ses recherches seule, ou même partiellement accompagnée. Pour coincer Bess une bonne fois pour toutes, ils allaient avoir besoin de toute l'aide possible.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Vamps
Tess Cambridge

Identification
Emploi: Sans-emploi
Age apparent: 18
Dangerosité:
Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vote_lcap0/0Le moment que l'on attendait tous - Page 3 160125120054759347  (0/0)

Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Le moment que l'on attendait tous   Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Icon_minitimeDim 26 Juil - 21:39

Évidemment qu’on ne pouvait pas prévoir ce qu’il allait arriver, exactement. Sauf qu’elle pouvait imaginer qu’une folle comme cette Vampire allait éventuellement lui mordre les miches, il ne fallait pas aller chercher le nid de bourdons. Non, il fallait qu’elle arrête de regarder en arrière, on ne lui avait pas apprise à affronter ses problèmes de telle manière. Tess l’entendait, mais elle avait déjà tout un plan en tête, il fallait qu’elle le partage.

Cela n’allait pas être facile, l’expression d’Esteban se durcit et elle ne pouvait pas comprendre le mal dans ses mots? Elle voulait qu’il prenne du temps, mais elle voulait aussi prendre du temps pour soi et essayer d’arranger un rendez-vous avec sa famille. Elle recommençait à angoisser, puis elle comprit.

‘Non, non’ elle protesta gentiment ‘Je ne ferais pas tout toute seule. Je veux votre aide, j’ai juste besoin de temps. J’ai besoin de tout arranger dans ma tête, de savoir quels sont mes prochaines démarches à prendre.’

Sur la défensive cette fois, elle ne voulait pas prendre tout sur soi quand Esteban ne lâchait pas l’affaire. Après, Tess ne voulait pas lui dire qu’elle a besoin d’une chambre bien sombre et d’un lit avec assez d’espace en dessous pour pouvoir déprimer un bon coup. Éventuellement une TV avec des roms-coms. Une pizza et un…

Ah, non.

Elle se souvint que ces temps là étaient terminés. La pizza était une chose du passé, encore un autre coup à prendre. Deux de ses plaisirs de la vie ont été remplacés par un shake d’une différente sorte. Absolument déprimant.
Esteban allait s’occuper de la police, c’était déjà ça. Un poids lourd se souleva et elle hocha de la tête avec enthousiasme, cela allait lui laisser un peu de temps pour récupérer puis arranger ce rendez-vous qu’elle craignait. Peut-être qu’il avait raison, elle n’avait pas à se précipiter aussi vite sur les recherches. Elle pourrait essayer de les appeler demain pour prendre un rendez-vous dans les prochains jours, comme ça elle saura ce qui se passe avec Patrick et elle pourra évaluer la situation ainsi? Après tout, s’ils doivent délibérer sa situation, ce n’était que juste qu’elle puisse expliquer ce qui était arrivé.

‘Très bien, je vous jure que je ne vais pas toucher aux recherches et que virtuellement, je ne vais plus rien faire’ elle posa sa main sur le cœur qui ne battait plus, elle était sérieuse ‘Deux jours.’

À part regarder la télé et essayer de faire quelques exercices, sinon je vais devenir folle.

‘Le témoignage… Oui. Merci. Cela va surement aider.’

Tess écoutait avec beaucoup d’attention, mais elle se crispa en entendant le nom de Bess Butler. Pas encore prête à entendre ce nom à voix haute, mais elle ne pouvait pas l’échapper pour toujours. Elle faisait partie de la communautée? C’était… rapide. Entre temps, elle avait bien entendu et vu sur internet les détails (à travers les lignes) de ces communautés Vampires avec une personne à la tête de chaque ville. Cela voulait dire que son titre, son pédigrée ne valait absolument rien à ses yeux. Comme un choc la traversa, elle n’avait jamais été dans une situation pareille où une parfaite inconnue allait la diriger. Elle se demandait à quel point elle s’adaptera à tout cela.

‘C’est… rassurant, je crois? Oui. Je crois.’ elle hésitait, mais elle ne voulait plus vraiment y penser ‘Je crois aussi que vous avez mérité de passer un peu de temps avec votre famille. Du moment que j’ai une télé et un moyen de regarder des films vous ne m’entendrez plus. Promis.’

Oui, elle avait hâte d’être seule, mais aussi d’arrêter de penser. Peut-être se couper les cheveux, mais elle n’y pensait plus autant. Pour l’instant, elle allait les garder attachés. Tess sentait une once de jalousie presque, Esteban avait aux moins un petit comité familial sur qui il pouvait compter. Ça ne semblait pas être le cas au départ et elle espérait qu'avec un peu de temps sa famille allait l'accepter comme elle est. Cependant elle ne pouvait compter sur sa famille, elle ne pouvait même plus compter sur Patrick et quant à Esteban elle ne voulait plus lui pomper son énergie.

Cette fois il fallait qu'elle revienne aux bonnes vieilles méthodes solo.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t5055-tess-cardwell
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vote_lcap14/30Le moment que l'on attendait tous - Page 3 160125120054759347  (14/30)

Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Le moment que l'on attendait tous   Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Icon_minitimeDim 26 Juil - 22:48

Le vampire prit l'air légèrement confus. Il avait compris quelque chose de travers. Tess n'avait pas l'air de voir où il voulait en venir, puis lorsque la lumière se fit elle lui apporta quelques précisions qui lui donnèrent l'impression d'être un peu bête, mais qui le rassurèrent sensiblement.

"Oh. Oui, d'accord, bien sûr, tout naturellement... Nous allons faire le nécessaire pour que vous puissiez prendre vos aises."

Justement, il pensait bien lui fournir une chambre dans laquelle elle aurait l'occasion de revenir sur tout ce qui venait de lui arriver en toute intimité - cette fois. Il était évident que Tess allait avoir besoin de moments à elle seule.

Il allait prendre en charge cette histoire de police et lui fournir tout ce dont elle avait besoin. Ensuite il y avait encore quelques détails qu'il leur faudrait régler concernant leurs visiteurs de la journée puis il serait effectivement temps de faire une pause, même si certaines choses ne pouvaient certainement pas trop attendre. Bess ne pouvait pas trop attendre. On ne savait pas quand la tutrice déciderait de frapper à nouveau.

La décision de Tess de ne pas trop se perdre sur les réseaux sociaux avant deux jours était une bonne nouvelle. Il devait y avoir des rumeurs affreuses et des commentaires horribles sur internet. Elle n'avait vraiment pas besoin de lire des choses pareilles alors qu'elle revenait à peine de l'enfer... Non. Elle était encore dans l'antichambre. Il lui répondit par un sourire rassuré et il hocha la tête.

"Je pense que vous prenez la meilleure décision possible."

Il voulait être honnête avec Tess. Il n'avait donc pas l'intention de lui cacher trop longtemps ce qu'il avait révélé à Ailin. De plus, c'était un moyen comme un autre de préparer Tess d'avance à l'idée du Rituel Pourpre, dont il lui parlerait plus tard. Elle en avait assez accumulé pour la journée, ou du moins pour la matinée. Bref : pour le temps qu'elle se déciderait à passer dans sa chambre.

Elle n'avait pas l'air si rassurée que cela mais c'était compréhensible étant donné le portrait qu'il lui avait dépeint d'Ailin la première fois... Elle décida de couper court à cette conversation et Esteban comprit qu'il ne fallait pas qu'il insiste. Il se releva.

"Je vais vous conduire à cette fameuse chambre, si vous voulez bien me suivre... Celle à laquelle je pensais est justement équipée d'un grand écran et de plusieurs abonnements... Rajoutez ceux qui vous plairont."

Il attendit que Tess accepte de le suivre puis il la guida jusqu'à une porte. Elle donnait sur la plus grande "zone couverte" du penthouse, placée au rez-de-chaussée.

"Les artisans viendront probablement dès le début d'après-midi pour commencer à aménager la salle que je compte reconvertir en gymnase à votre usage... Tenez, regardez plutôt, nous sommes juste à côté."

Il ouvrit une porte qui donnait sur ce qui était actuellement une grande piscine intérieure. La piscine était vide. L'endroit était utilisé pour du stockage.

"Il y a déjà une piscine sur la terrasse et la taille de cette pièce étant idéale, je pense que l'endroit est tout convenu pour la construction. Les ouvriers ne vous dérangeront pas aujourd’hui, ils devraient se montrer discrets et n'auront pas besoin de votre avis pour la première phase. Plus tard, si vous le souhaitez, vous pourrez discuter avec eux pour choisir les aménagements à votre convenance."

Il continua d'avancer dans le couloir et s'arrêta au niveau d'une pièce qui n'était pas si loin du futur gymnase.

"Si vous prenez cette chambre, tout sera très accessible. Dites moi si cette pièce vous convient."

Il y avait un lit immense et une série de vitres sur le côté taillées dans le dôme recouvrant le penthouse. Les fenêtres étaient actuellement fermées par des stores qui empêchaient la lumière du soleil de passer. Une énorme télé au mur, et puis une mezzanine sur laquelle on pouvait monter par un escalier et qui donnait accès à plusieurs mobiliers : bureau, armoire... Il y avait même une bibliothèque, même si Esteban doutait que Tess en ait vraiment l'usage vu ce qu'elle lui avait expliqué de ses loisirs.

"Je reviens dans un instant avec un ordinateur. Ah.. ! Au fait."

Il s'arrêta sur le visage de Tess et posa notamment les yeux sur ses cheveux attachés.

"Aurez-vous toujours l'usage du coiffeur dont je vous ai parlé ? Dites moi lorsque vous voudriez qu'il vienne, nous devrions pouvoir nous arranger sans trop de souci."

Non, il n'avait pas oublié.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Vamps
Tess Cambridge

Identification
Emploi: Sans-emploi
Age apparent: 18
Dangerosité:
Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vote_lcap0/0Le moment que l'on attendait tous - Page 3 160125120054759347  (0/0)

Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Le moment que l'on attendait tous   Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Icon_minitimeDim 26 Juil - 23:50

La princesse était très enthousiaste.

‘Oui, je vous suis. Merci beaucoup.’

Ses mains la démangeaient, elle avait promise à Esteban de ne pas se torturer avec les recherches ni même d’être active virtuellement. La princesse tenait ses promesses, elle ne mentait pas, elle ne savait pas mentir. Elle culpabiliserait énormément de faire ce genre de choses derrière son dos après lui avoir précisé qu’elle n’allait rien faire de sa journée.
Le seul problème était qu’elle ne pouvait pas rester inerte pendant longtemps, il lui faudrait trouver comment s’occuper pendant ces heures parce qu’être cloîtré dans une chambre pendant des heures n’allait pas être plaisant.

Elle était étrangement excitée par l’idée d’avoir une salle de gym, hormis le fait que cela voulait dire que son séjour allait être rallongé d’une durée indéterminée. Quand l’héritier ouvrit la porte elle voyait la piscine vide qui était utilisé pour du stock. En entendant qu’il y avait une piscine sur la terrasse, une idée folle lui vint à la tête.

Ça veut dire que je peux… Rester sous l’eau autant que je veux. Sans ressortir. Sans avoir peur de me noyer.

Une étincelle dans ses yeux, elle acquiesça.

‘S’ils ont besoin de mon avis plus tôt, je veux bien montrer ma coopération. Merci beaucoup.’

Elle avança avec Esteban et ils étaient arrivés dans la pièce. Tess entra prudemment et regardait ce qui se trouvait autour d’elle.

Stores, grand lit, télé… Tout va bien. Oui, tout va bien. Tout va très bien.

Il allait amener un ordinateur, elle n’y pensait plus à cet instant, elle avait un plan: des rom coms, quelques exercices, piscine, rom coms, pleurer sous le lit, rom coms, pleurer sous le lit, repenser aux situations stressantes, rom coms et puis piscine encore une fois. Elle n’avait pas décidé de l’ordre de ses activités, mais rester inerte à se tourner les pouces n’était pas dans ses plans. Cela pouvait l’amener à faire des choses vraiment stupides. Elle voyait la bibliothèque et elle s’était dit que peut-être, avec l’inutilité du sommeil, elle allait peut-être s’y mettre. Après tout, elle ne lisait pas beaucoup, mais elle pouvait lire et re-lire Jojo Moyes. Tess espérait aussi qu’il y ait des vêtements plus adéquats pour sa morphologie; elle aimait le motif de la robe, mais elle était particulièrement mal à l’aise avec sa petite poitrine.

Il allait partir, mais voilà qu’il la regardait et elle ne savait pas vraiment ce qu’il allait faire. Puis ses yeux s’étaient posés sur ses cheveux et son cœur s’arrêta. Savait-il ce qu’elle voulait faire?

‘Oh…’ prise au dépourvu qu'il s'en souvenait, elle ne voulait pas sembler superficielle, mais elle savait au fond d’elle qu’elle en avait affreusement besoin, elle ne pouvait pas supporter son image dans un miroir (qu’elle n’a toujours pas repérée, d’ailleurs) ‘Oui, absolument, au plus vite!’ elle voulait s’expliquer, elle se sentait stupide ‘Je… Non, vous savez pourquoi. Je ne veux plus de ces cheveux, je ne peux pas me regarder.’

Elle se crispa légèrement à l’idée d’affronter son image. En coupant ses cheveux elle allait peut-être finalement tourner une page.

‘Quand vous aurez le temps, bien entendu!’ elle ajouta très vite, embarrassée par ses demandes qui lui paraissaient presque enfantines ‘Merci pour tout. Je crois que j’ai tout ce qu’il me faut. Je serais ici si vous ou votre famille aurez besoin de moi.’

Elle fit une petite révérence. D’un côté elle espérait éventuellement recevoir de la visite, mais de l’autre elle voulait profiter de tout ce temps en solitude avec l’écran TV, Jojo Moyes (si présent) et éventuellement sous l’eau, battant son record avec facilité cette fois (oh cruelle ironie). Si le coiffeur se montrait au plus vite elle serait tout aussi heureuse.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t5055-tess-cardwell
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vote_lcap14/30Le moment que l'on attendait tous - Page 3 160125120054759347  (14/30)

Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Le moment que l'on attendait tous   Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Icon_minitimeLun 27 Juil - 0:47

Tess semblait de moins en moins réfractaire à l'idée de voir du monde et le jeune homme trouvait que c'était une évolution très positive, surtout si tôt après sa transformation. Elle était décidément beaucoup plus rapide que lui à accepter ce qui lui arrivait, même si leurs situations restaient difficilement comparables. Esteban acquiesça, laissant entendre à Tess qu'il dirait aux ouvriers de venir chercher son avis dès que le besoin s'en ferait sentir.

Il l'amena jusqu'à l'une des plus belles chambres d'amis qu'il possédait avec celle qu'occupait Luisa de temps à autre. Puisqu'elle allait rester ici un moment, alors il était tout naturel de faire en sorte qu'elle soit installée au mieux.

Dans la hâte, il avait oublié de lui montrer où se trouvait le dressing de Luisa, dans lequel elle pourrait piocher. Il n'avait en revanche pas oublié cette histoire de coiffeur, à croire que sa volonté de couper ses cheveux n'importe comment aux ciseaux l'avait bien plus marqué que la robe qui ne convenait pas tout à fait à sa morphologie.

Il avait visiblement bien fait de lui poser la question : elle était toujours aussi impatiente de se débarrasser de ses cheveux. De ce qu'il comprenait, le plus tôt serait le mieux.

"Non, ne vous justifiez pas ! Je comprends. Je vais l'appeler sans attendre."

Il n'était pas à un coup de fil à passer près, et celui-ci n'allait pas durer très longtemps. Tess le remercia. Il répondit par un sourire puis ajouta finalement :

"Je vous amène cet ordinateur puis je vous laisse tranquille. Nous viendrons vous chercher lorsque le coiffeur sera arrivé."

Esteban disposait de plusieurs ordinateurs portables car il en changeait relativement fréquemment au profit de meilleures configuration. Il retrouva celui qu'il utilisait juste avant de se procurer l'actuel. Une bête de course, qui avait été remis à neuf lorsqu'il avait changé de machine. Tess allait avoir l'occasion de se l'approprier si elle le souhaitait. Il fit le chemin en sens inverse et tapa à la porte de la jeune femme pour lui présenter l'appareil.

"Tenez, voici. C'est le votre, faites en tout ce que vous voudrez !"

Puis il fut temps de sortir pour de bon. Esteban retourna dans le salon près de l'eau. Il ne se passait pas de cette ambiance type jardin ensoleillé. Lorsqu'on regardait au travers des feuilles qui en contre-jour masquaient le "ciel", on avait presque l'impression d'être réellement dehors. Il manquait juste la chaleur agréable du soleil et l'odeur caractéristique de l'extérieur.

Il se permit enfin de sortir son téléphone et de prévenir Luisa :

"Patrick est venu puis reparti. La princesse a pris possession de sa... véritable chambre, dans laquelle elle a décidé de rester un moment. Je dois passer quelques appels mais vous pouvez venir sans attendre, ça ne devrait pas prendre trop de temps."

Il commença par Cristóbal car c'était encore ce qu'il y avait de plus simple pour lui :

"Allô Cristóbal ? Oui... C'est Esteban. Je suis de retour, oui, depuis presque quinze jours maintenant. J'aurais un service inhabituel à vous demander, ce n'est pas pour moi, vous comprendrez en arrivant... Est-ce que vous pouvez vous libérer tout de suite ?"

Généralement, il pouvait. La somme proposée par Esteban valait largement qu'il accepte de chambouler son emploi du temps.

Cet appel fini, Esteban fronça les sourcils et se perdit sur internet à la recherche d'informations. Il pensait bien que leur affaire avait été prise par la NOPD et pas par le BIAS puisqu'ils étaient les seuls à connaître l'identité du coupable, mais il préférait vérifier de lui-même avant de passer ses appels. Les personnes à contacter n'étaient pas les mêmes.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Luisa Selva Moreno
Normes
Luisa Selva Moreno

Identification
Emploi: Gérante d'entreprises
Age apparent: 38 (ou moins)
Dangerosité:
Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vote_lcap17/30Le moment que l'on attendait tous - Page 3 160125120054759347  (17/30)

Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Le moment que l'on attendait tous   Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Icon_minitimeLun 27 Juil - 10:06

"Nous arrivons ! PS : J'ai eu Skyler au téléphone, il faut qu'on parle."

Le message fut vite parti. Luisa allait un peu mieux à présent qu'elle avait pu lâcher du lest avec le wiccan par téléphone interposé, même si elle comprenait bien qu'il ne s'agissait que d'un moindre répit avant la suite. Remarquez, elle préférait cela : au moins, elle était au courant de ce qu'il se passait et pouvait mettre en place un plan d'attaque avec l'aide de son filleul (et potentiellement de la Princesse). Olivia, elle, n'allait probablement pas être plus utile que cela, mais ce n'était pas ce qu'on lui demandait : pas si bizarrement que cela, pour Luisa comme pour Esteban, elle était devenue la personne qu'il fallait absolument protéger de tout... jusqu'à ce qu'elle soit assez en forme pour encaisser, au moins.

La mexicaine mit moins de temps qu'elle ne l'aurait cru à faire sortir Olivia de la chambre. Oui, elle était assise sur le lit en train de regarder par la fenêtre sans la voir, n'avait pas touché au petit-déjeune qu'on lui avait apporté, mais elle s'était redressée sitôt qu'elle avait reconnu sa sœur, consciente que cela voulait dire qu'elles montait voir Esteban. Elle était donc moins loin que ce qu'elle aurait pu, ce qui était sacrément appréciable aux yeux de Luisa.

Elles laissèrent un mot sur la table du salon pour informer Gael et Octavio qu'elles étaient montées (les gardes dormaient et il était hors de question de les réveiller avant d'avoir absolument besoin d'eux, étant donné tout le travail qu'ils fournissaient habituellement dès qu'ils étaient debout) et sortirent de l'appartement pour rejoindre l'ascenseur. Luisa fut étonnée d'entendre son aînée faire la conversation.

"Tu crois que la Princesse va bien ?
-D'après Tebi, elle a l'air relativement en forme. Autant qu'elle peut l'être, toujours.
-... Oui... La pauvre petite..."


Luisa fixa sa soeur sans un mot, sourcil haussé. Elle avait fortement envie de l'engueuler en lui disant quelques chose du style "Tu déconnes ? Après tout ce que tu as fait subir à ton fils, tu vas prendre en pitié une gamine que tu as vu deux fois dans ta vie ?!", mais elle se retint in-extremis. C'était une marque de maturité, dans le comportement d'Olivia face aux vampires, et au vampirisme en général. Quelques années plus tôt, que cette fille ait été la Princesse Royale Britannique ou la cousine de sa mère, sa réaction aurait été la même que face à Esteban.

L'ascenseur sonna leur arrivée, et Luisa se permit un petit sourire. Peut-être allaient-ils enfin arriver à quelque chose.

Les deux femmes entrèrent et se dirigèrent directement vers le jardin d'eau, pas surprises pour un sou d'y trouver Esteban. Luisa lui fit un sourire et un clin d'oeil, tandis qu'Olivia s'installait non loin de lui.

"Comment te sens-tu, Niñito ?"

Il avait l'air fatigué. Pour un vampire, cela en disait particulièrement long. Il devait être complètement épuisé. Luisa pointa la main en direction du bandage, qu'elle devinait sous sa chemise.

"...Je suis presque sûre qu'il faut que tu changes ça."

Il n'avait vraisemblablement pas été épargné par la transformation de la Princesse. Elle partit presque aussitôt à la recherche du nécessaire pour refaire un bandage neuf, tandis qu'Olivia restait aux côtés d'Esteban, faisant la conversation. Lorsque la cadette revint, les mains pleines de ce qu'elle avait réussi à trouver, elle se contenta de jeter un regard dans la direction de son neveu et d'hausser un sourcil autoritaire.

"Allez hop, enlève-moi cette chemise."
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4341-luisa-selva-moreno
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vote_lcap14/30Le moment que l'on attendait tous - Page 3 160125120054759347  (14/30)

Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Le moment que l'on attendait tous   Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Icon_minitimeLun 27 Juil - 11:11

A la réponse de Luisa, Esteban leva un sourcil intrigué. Il n'aurait pas imaginé voir passer le nom de Skyler aujourd'hui et il n'était pas certain d'en être ravi... Luisa avait vraiment des goûts bizarres, parfois. Esteban se doutait que si le wiccan venait dans la conversation à cet instant précis ce n'était pas pour son humour douteux ni pour ses comportements irrévérencieux. Il avait probablement des informations. Potentiellement des informations cruciales. Cependant même comme ça, il n'arrivait pas à savoir si c'était une bonne nouvelle. Pour que cet homme s'implique dans quoique ce fut, c'est que la situation devait être critique.

... Non pas qu'Esteban ne le sut pas, que la situation était critique, mais il avait jusqu'à présent préféré éviter de trop y penser. Il n'avait pas vraiment eu le temps de s’appesantir là-dessus non plus. Et d'ailleurs, il avait encore plein de choses à faire.

Lorsque Luisa et Olivia arrivèrent, Esteban avait terminé le coup de fil au coiffeur et trouvé les informations dont il avait besoin pour maîtriser la police. Il était sur le point d'appeler l'un de ses directeurs, gros actionnaire dans l'une des entreprises dont Esteban était lui-même le principal propriétaire. A sa majorité et avec une partie de son héritage, on lui avait offert quelques responsabilités de cet ordre. C'était une tradition familiale. Cela dit, comme personne n'avait confiance en ses capacités de gestion à l'époque, on ne lui avait donné que des rôles de figuration. Il n'avait généralement besoin que de lire les compte-rendus et d'approuver bêtement.

C'est ce qu'il avait fait durant quelques années. Depuis un moment, le jeune homme était devenu plus actif en conseil d'administration. Ça ne plaisait pas à ceux qui voulaient tout faire à leur sauce. Certains étaient en revanche agréablement surpris.

Ces réseaux lui offraient des leviers dans le monde des normes qui étaient parfois plus utiles que ceux dont il aurait disposé en n'utilisant que son argent et les contacts VIP qu'il connaissait des soirées mondaines (... auxquelles il ne participait plus).

Le téléphone à moitié sur l'oreille, il esquissa un sourire en direction des deux femmes. Il n'était pas aussi éclatant qu'il l'aurait souhaité. On lisait plus que jamais la fatigue sur son visage et il y avait dans son comportement quelque chose d'étrange. Il paraissait ne pas réussir à se poser. Il avait des tics nerveux, comme s'il avait été une casserole de lait sur le feu prête à déborder.

"Je vais bien mama, tout va bien, dans la mesure du possible... Désolé, il faut encore que je passe quelques appels."

Il appuya sur la touche d'appel au moment où Olivia s'installait à côté de lui. Il jeta sur sa tante un coup d’œil involontairement ennuyé : elle avait probablement raison, son bandage ne devait pas être dans un état glorieux. Cela dit il n'avait pas envie de s'en soucier maintenant. Il lui restait trop de choses à faire.

"Allo monsieur Baker ? Oui, c'est Esteban Luz-Descalzo à l'appareil... Oui. Je vous remercie de vous en soucier, je vais bien. A ce propos justement..."

Quelques minutes plus tard, il avait réussi à négocier pour que la NOPD les laisse tranquille le temps qu'il faudrait. Esteban serait quoiqu'il arrive le premier à donner son témoignage, mais l'enquête resterait au point mort pour les jours à venir. Avec un peu de chance, ils auraient réglé leurs problèmes avant que la police norme ne s'en mêle. Elle n'allait leur mettre que des bâtons dans les roues.

Il raccrocha plus ou moins au moment où Luisa était de retour avec de quoi changer ses bandages souillés.

"Allez hop, enlève-moi cette chemise."

"Attend tia, je ne peux pas maintenant, je suis sûr qu'il me reste quelque chose à... AH ! Les ouvriers. Oui. Il faut que j'appelle les ouvriers. Je devrais sans doute les appeler pour la chambre aussi."

Avant que quiconque n'ait eu le temps de lui faire le moindre commentaire, Esteban tapa le numéro d'une société à laquelle il avait souvent fait appel pour les travaux du penthouse. Il expliqua ses besoin pour le gymnase et donna rendez-vous à une équipe dans l'après-midi. Il expliqua aussi qu'il avait une chambre à refaire.

"Globalement il faut refaire le parquet, j'ai vérifié et je pense que la dalle de béton est intacte, le sol ne s'écroulera pas. La salle de bain a pris plus de dégâts. Il y a un évier à refaire, ainsi que toute la douche. Et un mur. Potentiellement le dallage, je n'ai pas bien regardé son état. Il faudra faire attention le trou débouche sur un entre-mur dans lequel passent de nombreux fils électriques. De l'eau s'est infiltrée il pourrait y avoir des court-circuits. Amenez un camion si c'est possible, il y a des meubles cassés à retirer avant de pouvoir travailler convenablement."

Il raccrocha finalement, mais on voyait à son attitude comme à l'expression soucieuse de son visage qu'il n'arrivait pas à redescendre. Il avait les yeux perdus dans le lointain, mais remplis de cette étincelle électrique caractéristique. Non seulement il ne se sentait pas le droit d'arrêter de faire des choses, mais en plus, ça lui faisait peur. Il craignait le moment où le soufflé allait retomber.

"... Qu'est-ce qu'il reste à faire. J'ai oublié quelque chose. Je suis sûr que j'ai oublié quelque chose."
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Luisa Selva Moreno
Normes
Luisa Selva Moreno

Identification
Emploi: Gérante d'entreprises
Age apparent: 38 (ou moins)
Dangerosité:
Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vote_lcap17/30Le moment que l'on attendait tous - Page 3 160125120054759347  (17/30)

Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Le moment que l'on attendait tous   Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Icon_minitimeLun 27 Juil - 11:52

Olivia fronça légèrement les sourcils à la réponse de son fils, mais ne dit rien. Il avait vraisemblablement des choses importantes à faire et il était hors de question de l'en empêcher. Néanmoins, une toute petite part d'elle, futile et égocentrée, croisait les bras au fond de son esprit. N'avait-il pas dit être prêt à les recevoir ?

Luisa, de son côté, n'était ni étonnée ni impressionnée par les airs qu'Esteban se donnait. La situation était critique, elle le savait maintenant autant si ce n'était plus que lui. Elle comprenait qu'il lui donne donc la priorité, mais ce n'était pas une raison pour se négliger. Elle ne pensait pas que les vampires pouvaient subir des infections lors de leur reconstitution, donc changer ce bandage n'était certes pas aussi important que s'il avait encore été humain, mais elle n'avait pas oublié qu'on lui avait redéplacé les lombaires à la main. Ça avait de quoi piquer, et un peu de soin ne ferait pas de mal.

Elle partit donc à la recherche de bandages neufs sans lui demander son avis, tandis qu'Olivia restait à côté de son fils et l'écoutait négocier avec l'un de ses directeurs. Au contraire d'Esteban, Olivia se complaisait dans son rôle figuratif sans le moindre problème. La plupart de ce qu'elle gérait l'était avec Luisa, de toute manière, et elle avait une confiance pleine et entière envers les prises de décisions de sa cadette. Son instinct naturel pour ce genre de choses était impressionnant et il serait ridicule de s'en priver. La seule chose qu'elle gérait elle-même de bout en bout était son association de défense des animaux. Cela ne l'empêchait certainement pas d'apprécier la façon dont Esteban semblait se débrouiller. Elle l'écoutait d'une oreille, un léger sourire aux lèvres. Il avait acquis un bon talent de négociateur... L'influence de Luisa, à n'en point douter.

Cette dernière fut de retour à peu près au moment où Esteban terminait sa conversation. Cependant, il n'avait pas l'air d'en avoir totalement fini. Alors que Luisa lui demandait de se préparer pour changer son bandage, il la renvoya plus ou moins balader, prétextant avoir un autre appel à passer. La cadette soupira fortement pour montrer son mécontentement mais s'assit sur un fauteuil non loin, prête à attendre. Olivia, elle, fronça à nouveau les sourcils en observant son fils avec plus d'attention.

Au-delà de sa fatigue si accablante qu'elle avait trouvé le moyen de marquer son visage, il semblait empli de cette sorte d’acharnement typique de celui qui voulait à tout prix s'occuper. Elle la reconnaissait bien car ce n'était pas la première fois qu'Esteban en faisait preuve, loin de là. D'ailleurs, elle n'était pas étrangère au sentiment elle-même. Un léger sourire rêveur apparut sur le visage de l'héritière. Des souvenirs doux passaient dans son esprit, alors que l'attitude de son fils faisait écho à la sienne à une période beaucoup plus calme et beaucoup plus joyeuse...

Plutôt que d'en faire le commentaire à voix haute, Olivia choisit d'attendre qu'Esteban ait fini son appel -de ce qu'il était en train de décrire aux artisans, cela semblait tout de même relativement important- pour poser ses mains de chaque côté de son visage et le forcer à la regarder. Pendant ce temps, Luisa prit la décision de lui subtiliser son téléphone, pour le poser plus loin.

"Niñito, chéri, calme-toi. Tout va bien. S'il reste des choses à faire, nous les trouverons et nous nous en occuperons tous ensemble tout à l'heure, d'accord ? Pour le moment, il faut que tu te calmes et que tu laisses Luisa s'occuper de toi. C'est la première des choses qu'il reste à faire."

Il ne pouvait pas continuer à s'épuiser à la tâche ainsi. Si sa fatigue était si lisible sur son visage, c'était qu'il était temps qu'il s'arrête, au moins un peu. Il avait déjà bien trop poussé sur la corde.  Luisa s'installa de l'autre côté de son neveu et lui tapa gentiment sur l'épaule.

"Allez. Ecoute ta mère, pour une fois qu'elle a raison, et laisse-moi changer ce bandage."

Olivia fit mine de faussement s'offusquer et sa sœur lui tira la langue. Décidément, il n'y en avait pas une pour rattraper l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4341-luisa-selva-moreno
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vote_lcap14/30Le moment que l'on attendait tous - Page 3 160125120054759347  (14/30)

Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Le moment que l'on attendait tous   Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Icon_minitimeLun 27 Juil - 13:17

On coupa tout net Esteban dans sa poursuite effrénée du détail, de la chose à faire pour se rendre utile et pour éviter de devoir se concentrer sur lui-même. Soufflé, il laissa Olivia détourner son attention et ne se rendit compte qu'on lui avait pris le téléphone des mains que lorsque l'angoisse typique monta : il avait perdu quelque chose.

On lui avait retiré le moyen de se distraire de ce qu'il ne voulait pas voir et voilà qu'il était désemparé. Ses yeux se noyèrent dans ceux de sa mère et on y lisait quelques premiers accents de détresse. Il n'en menait pas aussi large qu'il l'aurait voulu. Tout ce qui était arrivé, c'était trop. Il ne comprenait même pas comment il avait réussi à s'occuper de la princesse jusque là, il était sur une corde d'équilibriste. Il allait s'effondrer à tout moment.

Mais il ne voulait pas s'effondrer. Pour Tess, il n'avait pas le droit. Et puis il ne voulait plus jamais s'effondrer parce qu'il l'avait assez fait pour toute une vie, fût-elle une vie qui risquait de durer plusieurs siècles.

"Mais... Je..."

Pour le moment, il faut que tu te calmes et que tu laisses Luisa s'occuper de toi. C'est la première des choses qu'il reste à faire.

Esteban baissa légèrement la tête et soupira. Il avait le souffle tremblant de celui qui se refuse à succomber à la panique mais qui est en train de perdre son combat. Il se refusait à admettre qu'il allait mal. Ça le terrorisait, et il se sentait coupable. Aujourd'hui, ce n'était pas de lui dont il était question.

Il ne voulait pas regarder en face les blessures que cette transformation involontaire avait rouvertes, ni celles qu'elle avait rajoutées, profondes et pour certaines indélébiles au même titre que les cicatrices qu'il portait en lui et qui lui faisaient voir le monde en demi-teinte, perpétuellement.

Cependant, elles avaient raison toutes les deux. Il n'était pas en bon état et ce n'était pas comme ça qu'il allait pouvoir envisager la suite sereinement.

Mais s'il laissait ce soufflé retomber, il allait caler et il n'allait plus réussir à redémarrer avant un bon moment. Il craignait de ne plus réussir à se relever du tout.

"... D'accord... Bon... Il reste la journée... Oui, il reste la journée pour y penser..."

Il essayait de se convaincre mais pour les diverses raisons déjà énoncées, c'était compliqué. Les tremblements légers qui le secouaient encore s'étaient accentués. Il avait une grosse envie de pleurer dans la gorge. Il retira sa chemise comme on le lui demandait, mais avec l'impression de ne pas mériter cette attention qu'on lui accordait, ni les soins qu'il allait recevoir.

Ses yeux tombèrent sur le bandage. Le tissu était imbibé de sang. Sa chemise noire devait sans doute en être recouverte aussi, même si ça ne se voyait pas (ou peu). Il jeta un coup d’œil anxieux sur Luisa.

"... Tu as amené des gants cette fois j'espère ?"

Il était hors de question qu'il la laisse toucher à son sang si elle ne protégeait pas ses mains.

Fichtre. Ce virus était un danger public. Il suffisait d'un rien pour contaminer tous ceux qui l'entouraient. Il avait beau essayer de rationaliser, de se dire que ce genre d'accidents n'arrivait presque jamais, il était terrorisé à l'idée qu'une goutte de sang touche l'une ou l'autre de ses parentes.

"... Pourquoi est-ce que c'est aussi contagieux... J'ai l'impression d'être une bombe à retardement..."

Il plongea son visage dans ses mains, tentant en vain de contenir ses tremblements. Oh, non, les coutures allaient craquer pour de bon cette fois, et il n'en avait vraiment pas envie. Si Luisa parvenait à retirer ses bandages - il n'allait pas se débattre - elle découvrirait une plaie résiduelle d'environ 5cm de diamètre entourée par une peau et des viscères parfaitement reconstitués. Les vamps ne faisaient pas de cicatrices.

C'était mieux, mais ce n'était pas encore ça.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Luisa Selva Moreno
Normes
Luisa Selva Moreno

Identification
Emploi: Gérante d'entreprises
Age apparent: 38 (ou moins)
Dangerosité:
Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vote_lcap17/30Le moment que l'on attendait tous - Page 3 160125120054759347  (17/30)

Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Le moment que l'on attendait tous   Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Icon_minitimeLun 27 Juil - 14:08

Olivia était dans son élément. Ce qu'elle voyait dans les yeux d'Esteban, la façon dont il se comportait actuellement, c'étaient des choses dont elle avait l'habitude et qu'elle pouvait gérer. C'était rassurant. Ses mains contre la peau de son fils, qui n'était pas aussi froide qu'elle aurait pu l'être. Son regard dans le sien, aussi calme qu'il était affligé. Son ton doux et ses mots vrais, qui parvenaient à atteindre celui qui lui faisait face même s'il voulait se débattre. Tout cela, c'était habituel. Normal.

Il baissa les yeux et Olivia caressa tendrement ses joues des pouces en souriant, avant d'embrasser ses cheveux et de répéter.

"Ça va aller..."

Au bout d'un moment, il finit par se laisser convaincre. Olivia hocha la tête et abonda dans son sens.

"Tout à fait. Il reste la journée. Et pour le moment, il faut s'occuper de toi, afin de pouvoir continuer ensuite. Ça aussi, c'est important."

Elle se décala ensuite pour le laisser enlever sa chemise afin que Luisa puisse changer son bandage. Les yeux d'Olivia se détournèrent, évitant de se poser sur la blessure. Cela n'avait rien à voir avec l'état vampirique de son fils ou quoi que ce soit du même genre : elle était simplement peu à l'aise avec la vue du sang. Celle du sang de son fils et d'une blessure aussi importante, plus encore. Elle finit par se lever doucement.

"Je vais aller te chercher une autre chemise, Niñito."

Cela lui éviterait d'avoir à regarder sur le côté tout le long de l'opération, et cela restait une bonne idée. De son côté, Luisa répondit à la question d'Esteban en levant les mains, paumes ouvertes et en faisant bouger ses doigts, tous recouverts d'un film de latex. Oui, elle avait trouvé des gants avec les bandages et les avait mis pendant qu'il parlait avec sa mère. Elle avait bien compris qu'il ne se laisserait pas faire autrement et, franchement, elle n'avait pas encore envie de se convertir au vampirisme. Elle n'avait rien contre, mais ce n'était pas pour elle. Elle avait également apporté un sac plastique, dans lequel elle mit la chemise avant d'approcher pour ôter le bandage.

A la seconde question qu'il posa, plus rhétorique qu'autre chose, Luisa choisit de répondre à côté.

"Tu le serais moins s'il ne t'arrivait pas autant de misères, Tebi."

Il fallait dire qu'il devait avoir une sacrée mauvaise étoile. Les vampires se faisaient rarement trouer le ventre à l'aide de gros calibre alors qu'ils raccompagnaient leur invitée en pleine rue, quand même. C'était le genre de choses qui ne lui arrivait qu'à lui.

Ayant finalement réussi à enlever le bandage ensanglanté -qui alla aussitôt rejoindre la chemise- Luisa observa la plaie avec une grimace à peine masquée. Avec un mouchoir et un peu d'eau, elle entreprit de nettoyer les résidus de sang autour de la plaie.

"C'est beaucoup mieux qu'avant, mais c'est loin d'être terminé. Il faudrait vraiment que tu te reposes autant que possible, Tebi. Laisse-nous gérer ce qui est à notre portée. ...Dis-moi si c'est trop serré."

Mettant le mouchoir dans le sac avec le reste, elle entreprit enfin de remettre le bandage neuf autour de son ventre, serrant assez pour tenir ce qui devait l'être, mais faisant attention aux éventuelles complaintes de son neveu. Quelques secondes plus tard, elle souriait.

"Et voilà !"

Olivia était redescendue depuis un petit moment et s'occupa d'aider Esteban à enfiler une nouvelle chemise, identique en tous points -l'espérait-elle- à celle qu'il portait auparavant. Luisa, quant à elle, alla jeter le sac en plastique et son contenu -dans lequel elle venait de rajouter les gants. Attachant le dernier bouton, Olivia posa une main sous le menton d'Esteban pour lui faire relever la tête et lui adresser un sourire affectueux, une pointe de malice au fond de ses yeux sombres.

"Tu es beau, mon Niñito."

Sur le chemin du retour, Luisa soupira exagérément, mais avec autant d'amusement.

"Arrête ça, Liv, tu vas encore faire enfler ses chevilles...
-Mais je ne fais que dire la vérité !
-Ben voyons..."


Avec un sourire complique, les deux femmes s'installèrent de chaque côté du jeune homme et l'enserrèrent de leurs bras. Câlin groupé. Voilà qu'il n'avait plus d'autre choix que d'expulser tout ce qu'il s'efforçait de retenir à grand peine, s'il voulait continuer.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4341-luisa-selva-moreno
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vote_lcap14/30Le moment que l'on attendait tous - Page 3 160125120054759347  (14/30)

Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Le moment que l'on attendait tous   Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Icon_minitimeLun 27 Juil - 16:25

Esteban était coincé entre la peur qu'il avait de s'écouter, de regarder ses émotions en face, et son envie de se laisser rassurer par Olivia. C'était comme si elle lui avait tenu la main tout en essayant de le convaincre de sauter d'une hauteur effrayante.

S'il parvenait à se calmer en écoutant sa voix, peut-être le choc serait-il moins rude lorsqu'il toucherait le sol ? Il essayait tant bien que mal de maîtriser sa panique et hochait régulièrement la tête pour dire qu'il comprenait, qu'il était d'accord, qu'il essayait de faire en fonction.

Ça n'était que partiellement efficace. Lorsqu'il retira sa chemise, il se sentait minable. Ce n'était pas lui qui aurait dû recevoir des soins.

"Je vais aller te chercher une autre chemise, Niñito."

"D'accord. A tout à l'heure mama."

A vrai dire il était plutôt rassuré qu'Olivia s'éloigne tandis que Luisa s'occupait de sa plaie. Déjà, cela faisait une personne de moins qu'il risquait de contaminer. Ensuite, il la savait trop fragile pour supporter correctement ce spectacle. Elle en avait déjà trop vu la veille.

Son angoisse retomba légèrement lorsqu'il vit que Luisa avait pensé aux gants toute seule. Il cligna des yeux et expira. Un poids quittait ses épaules, mais ce n'était pas pour autant qu'il se sentait très bien. A cet instant précis, il avait l'impression qu'il aurait fallu qu'il se balade en combinaison dehors pour être certain de ne pas mettre son sang partout où il ne le voulait pas, et en particulier dans l'organisme de tous les humains qu'il croisait.

Ce n'était pas une peur rationnelle et il le savait. Et Luisa le lui souligna encore. Il était affreusement malchanceux. Habituellement, le sang des vampires ne quittait pas leur corps. Déjà, leurs plaies se refermaient très rapidement. Ensuite, il ne coulait pas puisque leur cœur ne le pompait plus. Il n'y avait presque aucune chance de contaminer qui que ce soit par accident. Il n'y avait aucune raison de se priver de certaines rencontres, de certaines sorties, sous prétexte que cela pouvait arriver. Ce n'était pas parce que Tess et lui avaient décidé de passer cette soirée ensemble que l'accident était arrivé.

... Pas exactement, du moins.

Esteban soupira, ferma les yeux, essaya de résister à la petite voix qui lui disait tout l'inverse. Il n'allait pas retomber dans ses anciens travers. Hors de question.

"Oui mais quand même..."

Bref. Il baissa les yeux sur la plaie que Luisa venait de mettre à nu. Il y avait encore un gros trou, mais ce n'était plus aussi effrayant que ça l'avait été. Malgré tout, ça continuait de lui faire bizarre d'avoir un tel orifice à deux centimètres du nombril.

"Il faudrait vraiment que tu te reposes autant que possible, Tebi. Laisse-nous gérer ce qui est à notre portée."

Il grimaça, et ce n'était pas parce que les bandages étaient trop serrés. Il savait qu'il avait besoin de repos mais il rechignait à déléguer. L'idée de mettre ses responsabilités sur les épaules de quelqu'un d'autre ne lui plaisait vraiment pas. C'était de sa faute si Tess en était là. Il ressentait un besoin de rédemption qui avait beaucoup de points communs avec la soif de sang : il était dur à assouvir. Il ne souffrait pas d'être contrarié.

"... Le bandage est parfait, merci. Ça ne fait déjà plus si mal..."

Esteban se tourna vers sa mère qui était de retour. Il se laissa aider pour enfiler la nouvelle chemise. Il aurait pu le faire seul, mais elle avait l'air d'en avoir envie. Loin de lui l'idée de la contrarier. De toute façon il peinait à rester pleinement présent. C'était trop tard : maintenant que sa coquille avait commencé à se craqueler, ce n'était qu'une question de temps avant qu'elle ne tombe en morceaux.

Quoiqu'un peu à l'ouest, Esteban eut une réaction immédiate lorsque sa mère eut pour lui ce compliment qu'il avait énormément entendu dans son enfance et durant son adolescence, parfois à des moments totalement inappropriés. Malgré l'émotion qui tentait de le dominer il dressa sur Olivia un regard entre embarras et exaspération gentillette.

"... Mama..."

Lui souffla t-il, comme pour lui demander d'arrêter. Son physique à jamais figé donnait l'impression du contraire, mais il n'était plus un enfant, et ça lui posait un léger cas de conscience lorsque son entourage l'oubliait.

Même si c'était Olivia. Elle aurait certainement trouvé le moyen de continuer à lui parler comme ça jusqu'à 50 ans et plus si son enveloppe corporelle avait vieilli en même temps que son mental.

L'échange qui suivit entre les deux sœurs lui arracha un rire discret. Ses lèvres ne restèrent pas étirées bien longtemps, cela dit. Il était bien trop près de ses émotions. Elles ne lui donnaient pas envie de sourire.

Il avait eu besoin de ce câlin mais ce n'était pas pour autant qu'il l'avait vu venir. Il était en train de se redresser correctement dans la banquette quand sa mère et sa tante le prirent en sandwich entre elles deux, brisant toutes ses défenses d'un coup.

Esteban vacilla. Il eut l'impression que les fils par lesquels il tenait mystérieusement debout venaient d'être coupés sans prévenir. Tout ce qu'il cherchait à refouler monta d'un coup, par la gorge, par les yeux. Il s'accrocha fort à Luisa et Olivia. Il perdit son visage où il le pouvait, le visage déformé par les sanglots qu'il tenta de retenir une dizaine de secondes avant de se rendre compte que c'était vain.

Le choc de l'agression. La douleur dans son ventre et dans son dos. La peur de ne pas s'en sortir. La brutalité de la prise de conscience : Tess était morte. Tess était contaminée. Ses souvenirs les plus traumatiques ravivés. Enfin la tension affreuse de cette matinée passée avec la néo-vamp et des moments cruciaux qu'il l'avait aidée à traverser du mieux qu'il pouvait, tentant de ne pas provoquer trop de fâcheux incidents, alors qu'il était lui-même en train de vivre l'un de ses pires cauchemars. La peur de mal de faire, de trop faire, de ne pas en faire assez, de dire quelque chose qu'il ne fallait pas, de briser tous les progrès de Tess faute à un comportement inapproprié. Tout sortait. Tout évacuait enfin, et ce n'était pas trop tôt. Malheureusement, ça n'effaçait pas sa culpabilité.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Luisa Selva Moreno
Normes
Luisa Selva Moreno

Identification
Emploi: Gérante d'entreprises
Age apparent: 38 (ou moins)
Dangerosité:
Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vote_lcap17/30Le moment que l'on attendait tous - Page 3 160125120054759347  (17/30)

Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Le moment que l'on attendait tous   Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Icon_minitimeLun 27 Juil - 17:45

Luisa jeta sur son filleul un regard aigu lorsqu'elle l'entendit commenter sur le bandage pour toute réponse à ce qu'elle était en train de lui dire. Elle pinça les lèvres mais décida de ne pas insister pour le moment. De toute façon, qu'Esteban le veuille ou non, il allait devoir déléguer. Il devait s'en douter à l'instant où elle avait mentionné Skyler. Rien ne servait donc d'insister avant qu'ils en parlent de vive voix, mais elle pouvait toujours lui faire muettement remarquer qu'elle voyait clair dans son jeu et ne s'en tirerait pas comme ça.

D'ailleurs, Olivia devait penser la même chose (même si pour des raisons différentes) puisqu'elle l'habilla avant de lui faire un compliment qui avait des allures de vielle blague, depuis le temps. La réponse d'Esteban amena un sourire les les lèvres de l'aînée, avant qu'elle ne croise le regard de sa cadette et qu'elles enserrent toutes deux le jeune homme de leurs bras.

Il ne fallut pas longtemps pour qu'Esteban craque : le pauve tâchait de prendre sur lui depuis le début de cette histoire et n'avait vraisemblablement pas eu l'occasion d'ouvrir les vannes. Il s'était refusé à le faire, d'ailleurs, elles avaient pu s'en rendre compte en arrivant. Cependant, afin d'être le plus efficace possible par la suite, il était important qu'il relâche la pression, ne serait-ce qu'un tout petit peu.

Les trois mexicains restèrent un long moment ainsi, sans vraiment parler, Luisa se contentant de caresse le de son filleul de sa main et Olivia susurrant des mots doux comme à son habitude en embrassant ses cheveux. Ce ne fut qu'une fois les pleurs d'Esteban apaisés que les deux femmes consentirent à desserrer leurs étreintes. Olivia passa une main douce sur le visage de son fils, éloignant les dernières traces de larmes.

"Là... Tu vas un peu mieux, à présent ?"

Luisa les observait avec un demi-sourire, avant d'entendre la sonnette de l'entrée. Elle se leva aussitôt, indiquant d'un geste de la main aux deux autres qu'il n'était pas la peine qu'ils se déplacent.

Elle ouvrit la porte pour faire face à un visage qu'elle connaissait bien. Cristobál lui fit un énorme sourire, une fois l'étonnement passé de l'avoir face à lui. Il fallait dire que ce n'était pas elle qui l'avait appelé, cette fois.

"Señorita Luisa ! C'est une joie de vous revoir !"

L'homme était vêtu, comme à son habitude, d'un pantalon de toile sombre et d'une chemise blanche aux manches retroussées, par dessus laquelle il avait enfilé un veston noir ou se trouvaient déjà pas mal de ses outils de travail : ciseaux, peignes et pinces, accrochées un peu partout ou sortant de ses poches. A la main, son éternelle valise pleine de divers produits capillaires. Ce qui changeait à chaque coup, chez lui, étaient ses cheveux : aujourd'hui, ils étaient noir corbeau, parsemés de mèches vertes, violettes, bleues et même blanches. Une galaxie à lui tout seul.

Luisa lui rendit son salut et l'invita à entrer, le menant jusqu'au jardin d'eau où se trouvaient les deux autres. Le coiffeur salua aimablement Esteban, puis posa sur Olivia un regard positivement ravi.

"Señora Luz-Descalzo ! C'est un plaisir, un véritable plaisir de faire enfin votre connaissance ! El señor Esteban m'a tellement parlé de vous !"

Prenant doucement la main de l'héritière dans la sienne, il posa ses lèvres dessus dans un baise-main élégant. Luisa leva les yeux au ciel avec un sourire amusé : elle n'avait pas eu droit à autant de cérémonie ! Olivia, pour sa part, était très étonnée du comportement de l'homme, mais loin de le désapprouver. Elle répondit avec un sourire aimable.

"Et bien, c'est un plaisir partagé lorsqu'il est évoqué avec autant d'enthousiasme, mon cher Monsieur !"

Elle tâchait de ne pas trop s'arrêter sur sa coupe de cheveux, certes peu convenable, mais qui lui allait particulièrement bien. Cristobál, une fois les présentations terminées, se tourna à nouveau vers Esteban.

"Alors, Esteban, que puis-je faire pour vous cette fois-ci ?"

Le regard foncé du coiffeur pétillait. Ne voyant personne d'autre dans la pièce, il espérait très fort que le vampire l'avait appelé pour qu'il s'occupe de sa mère; Ce serait un honneur.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4341-luisa-selva-moreno
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vote_lcap14/30Le moment que l'on attendait tous - Page 3 160125120054759347  (14/30)

Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Le moment que l'on attendait tous   Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Icon_minitimeLun 27 Juil - 18:56

Lorsque les pleurs cessèrent, Esteban eut l'occasion de se rendre compte qu'il était encore plus fatigué qu'il le pensait. Il avait les yeux fermés et son corps pesait lourdement contre celui d'Olivia. Il n'aurait pas fallu grand chose pour qu'il s'endorme (encore).

Il allait étonnamment mieux que ce qu'il avait craint. Ça ne signifiait pas qu'il avait dépassé l'épaisse mélasse dans laquelle son cerveau voulait régulièrement s'enfoncer. Il savait que ça allait lui demander un travail de longue haleine, comme la première fois, comme pour Tess qui allait devoir se reconstruire toute entière. Cependant et même si il avait juste envie d'aller se coucher pour de bon il se sentait à nouveau capable d'affronter ce qu'il lui restait à faire avant d'être en mesure de se permettre une sieste.

"... Je crois oui... Merci mama... Tia."

On sonna à la porte et Esteban fit en sorte de se redresser et d'essuyer ses joues déjà sèches. Cristobál l'avait déjà vu dans des états peu glorieux (les premiers temps qu'ils s'étaient connus) mais ce n'était pas une raison pour que ça recommence.

Au contraire, même. Il ne voulait pas que le coiffeur puisse penser qu'il faisait une rechute. Il aurait risqué de voir son reflet dans les yeux de l'intéressé et de craindre d'être effectivement en train de faire une rechute.

Pendant que Cristobál s'exclamait, visiblement très heureux de voir Luisa, Esteban se prépara à l'accueillir en se mettant debout. Il rendit son salut au coiffeur. Son sourire se figea lorsqu'il entendit et vit Cristobál saluer sa mère avec toute l'exubérance qu'on lui connaissait. L'homme n'avait pas sa langue dans sa poche et subitement, le vampire eut quelques sueurs froides.

Il priait notamment pour que le coiffeur n'ait pas la mauvaise idée de lui demander des nouvelles de ses calices en face de sa mère. Cristobál, qui l'avait coiffé pendant toutes ces années, avait été témoin de certaines facettes de la vie d'Esteban dont Olivia ne pouvait pas être mise au courant. Mais alors, vraiment pas mise au courant.

Il se racla la gorge pour répondre et tenta de se donner l'air moins crispé. Quelqu'un allait finir par se rendre compte de quelque chose (léger regard noir dans la direction de Luisa, qui s'était très probablement déjà rendue compte de quelque chose).

"Eh bien je ne vous le cacherai pas : nous sommes à nouveau dans une situation compliquée, je le crains. J'ai ici une invitée de marque et elle a désespérément besoin de raccourcir sa longueur."

Il fut incapable de retenir son ricanement amusé. Il se rendait compte de l'ironie de la situation : Cristobál était entré dans sa vie pour les raisons inverses. Esteban tentait désespérément d'éviter de devoir  tout couper.

"Mieux vaut que je vous explique la situation dans le détail : J'ai passé la soirée d'hier avec la princesse Thérèse de Cambridge, de séjour en Louisiane pour quelques temps. Nous avons été attaqués devant son hôtel et mon sang l'a malheureusement contaminée. Comme vous devez l'imaginer, elle est encore très choquée. Mais son état est stable, et elle s'est nourrie convenablement."

Il souleva un sourcil vaguement amusé malgré la gravité de la situation. De sa pire période, il avait gardé une subtile touche cynique qui s'exprimait encore occasionnellement, surtout en présence de certaines personnes.

"... Ce qui est une amélioration radicale par rapport à la dernière fois que ce genre de choses est arrivé, n'est-ce pas ?"

Il invita tous ceux qui le voulaient à avancer en direction de la zone couverte du rez-de-chaussée, même s'il préférait terminer son explication à un endroit que les oreilles de Tess n'atteignaient pas.

"Elle est encore fragile et elle a vraisemblablement besoin de changer de coupe de cheveux pour mieux accepter ce qui lui arrive. Les tondeuses et les ciseaux ont été retirés de l'appartement suivant un instinct particulièrement pertinent qu'a eu son garde du corps. J'ai réussi à repousser l'urgence en lui attachant les cheveux, mais nous ne sommes pas à l'abri d'un revirement. Mais ne vous inquiétez pas : elle sait que vous arrivez, et elle est très enthousiaste !"

Mieux valait que Cristobál sache exactement à quoi s'attendre. Cela lui éviterait de mettre les pieds dans le plat faute à un commentaire un peu trop expansif et involontairement inapproprié. Depuis le temps, Esteban savait qu'il était fiable, qu'il ne dirait rien, qu'on pouvait bien lui confier ces détails.

Il s'arrêta avant d'entrer dans le couloir et se tourna vers ceux qui l'avaient suivi :

"Ne la brusquons pas. Je vais la prévenir de votre arrivée et je préférerais que vous entriez progressivement. Elle est nourrie, mais elle n'est pas encore habituée à... aux perceptions supplémentaires en présence de v... de normes. Je veux dire."

Il avait failli dire "de vivants". Heureusement qu'il n'était pas allé au bout de sa phrase, ça n'aurait pas plu à sa mère du tout. Ça n'aurait potentiellement même pas plu à Luisa. Ça ne lui plaisait pas non plus à lui, généralement. Mais c'était quand même plus rapide que de dire "de personnes dont le cœur bat". Et plus subtil que "de personnes pouvant potentiellement figurer au menu". Cette dernière option aurait par ailleurs fait faire une syncope à sa mère tout aussi efficacement que le mot qu'elle remplaçait.

Il avança, potentiellement suivi de loin. Puis lorsqu'il fut arrivé devant la porte de la chambre de Tess, il frappa trois coups discrets.

"Princesse ? Êtes-vous disponible ? La personne dont je vous ai parlé est arrivée."
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Vamps
Tess Cambridge

Identification
Emploi: Sans-emploi
Age apparent: 18
Dangerosité:
Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vote_lcap0/0Le moment que l'on attendait tous - Page 3 160125120054759347  (0/0)

Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Le moment que l'on attendait tous   Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Icon_minitimeLun 27 Juil - 22:09

Il avait fermé la porte derrière lui.

Tess était finalement seule. Complétement seule, les stores fermés, le grand écran éteint et un grand lit qui ne demandait qu’à faire connaissance avec.
Elle avait promis de ne pas être active virtuellement, de se laisser deux jours avant de recommencer ses recherches. Qu’est-ce qu’elle commençait à regretter cette promesse, aux moins elle serait resté occupée, prête à encaisser tous les coups à la fois comme ça elle n’allait pas prolonger la torture qu’était sa propre personne.

Elle ne ressentait plus aucune soif, tout ce qu’elle ressentait était un goût amer dans sa bouche comme de la bile. Ce sentiment d’avoir mal au coeur, d’être prête à vomir était presque insoutenable et elle s’allonga sur le lit (au lieu de s’affaler dessus comme un sac, car ce sac pouvait potentiellement le casser et il y avait déjà assez de dommages comme ça dans la demeur d’Esteban). Son hôte devait certainement être dans ce salon avec sa mère et sa tante. Comment elle aurait voulu que son père soit à ses côtés, ou Patrick, même sa mère qui favorisait son frère… Il y eut de tendres moments entre elles et elle se rappelait comment la Princesse Charlotte (ou “maman”) adorait lui acheter ses habits. Quand elle se mettait dans tout ses états elles faisaient les boutiques en ligne, ou sa mère lui montrait une potentielle création d’un designer qui voulait coudre pour la jeune princesse.
Maintenant, à en croire la réaction de Patrick, sa mère était dans tous ses états. Elle avait déjà perdu un mari et en l’espace de moins de deux ans elle a fini par perdre sa fille. Non, pas “perdre”, Tess était parmi les vivants, juste différente. La princesse devait s’en rappeler, mais ce n’était pas assez pour garder la tension sous son contrôle. Elle se préparait à ce que sa famille la punisse, fort. Cette fois il n’y avait plus de larmes, le puit étant vide, il n’y avait que de l’amertume.

Elle était jalouse. Il avait son équivalent de John et Patrick en la personne de Luisa et Olivia, pendant qu’elle était complétement seule. La couronne lui a récupéré l’Irlandais et elle était entouré d’inconnus, finalement. Avoir des sentiments assez forts pour l’héritier n’était pas assez, il restait tout de même quelqu’un qu’elle ne connaissait que depuis très peu de temps et ça Patrick avait raison. Il leur faudrait du temps, elle n’avait aucune expérience dans les relations inter-sociales et elle se demandait à quel point cela allait l’estropier dans sa non-vie.

Tout ce qu’elle voulait maintenant était d’appeler sa mère.

Non. Tu n’appelles personne. Met toi à l’aise, sort de ces vêtements qui te donnent un air juste… Encore moins crédible que d’habitude.

En allant vers la salle de bain elle se déshabilla de la dite robe à fleur afin d’enfiler le peignoir qui résidait sur une chaise. Il sentait cette lessive que l’on utilisait pour elle, ou du moins une lessive équivalente. Une nouvelle vague de nostalgie recommençait à pointer son nez, quand soudain elle remarqua son reflet dans le miroir.
Elle se fixait intensément et elle se souvint quand elle avait stupidement enfilé les habits de Magdalene Cardwell. À cette époque (pas si lointaine) elle trouvait qu’il y avait déjà des ressemblances, mais maintenant cela s’était accentué. Ou du moins elle avait une image parfaitement déformée en tête.

En se crispant, elle détourna le regard de l’inconnue devant elle. Son attention s’était tourné sur une trousse de toilette. Sans vraiment y penser, elle regardait si par pur hasard elle y trouverait un produit pour ses cheveux (ou ciseaux), mais elle tomba de suite sur un lime à ongles en métal qu’elle se mit à fixer. Des idées étranges lui passaient par la tête.

Si j’arrivais à me percer la main avec, est-ce que j’aurais autant mal que quand j'étais encore vivante? Est-ce que je saignerais à ce stade-là? Est-ce que si je me lime les ongles ils vont repousser plus vite ou moins vite? Que m’arriverait-il si je l’avalais? S’il se coinçait dans ma gorge? Je n’ai pas besoin de respirer, je ne pourrais pas en mourir, je crois… Mais est-ce que cela ferait très mal? Est-ce qu’un jour je serais capable de tuer quelqu’un avec une chose pareille? Si cette femme me retrouvait ici, aurais-je le courage de le lui enfoncer dans l’oeil?

Étonnée par ses pensées James Joyce’esques, elle reposa le dit lime à ongles dans la trousse de toilette. Puis aussi parce qu’elle commençait à entendre des pas derrière sa porte. Elle ne voulait absolument pas sembler coupable de quoi que ça soit, ces pensées étaient à elle, rien qu’à elle.

"Princesse ? Êtes-vous disponible ? La personne dont je vous ai parlé est arrivée."

‘Hum, oui!’ elle se ressaisit ‘Entrez… S’il vous plait.’

Elle sortit de la salle de bain, essayant de ne pas avoir écrit sur le front "J'avais des pensées douteuses". Étant encore assez loin des deux, elle avait remarqué l’odeur qui entourait le coiffeur, mais elle arrivait mieux à se contrôler que devant son ancien garde du corps. Son cœur battait un rythme un peu plus rapide que régulier, mais à en voir son expression il ne semblait pas terrifié à l’idée de coiffer une néophyte. Il avait l'air particulier et normalement tous ses coiffeurs étaient... plus sobres. En apparence. Puis zut, elle voulait un changement, autant qu'il soit drastique. Avec toute la politesse en elle, elle hocha sa tête en guise de salutations.

‘Monsieur.’

Qu’il me les coupes. Vite. J’en peux plus.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t5055-tess-cardwell
Contenu sponsorisé


Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Le moment que l'on attendait tous   Le moment que l'on attendait tous - Page 3 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Le moment que l'on attendait tous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE I : Le quartier des affaires ¤ :: ║Le Centre-ville║ :: L'Offensive :: Penthouse d'Esteban Luz-Descalzo-