Qui est en ligne ?
Sur Discord, en ce moment.



 

Partagez
 

 Le Grand Sot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lincoln Greenwater
Vodouns
Lincoln Greenwater

Identification
Emploi: Maître des Poupées
Age apparent: 52 ans
Dangerosité:
Le Grand Sot Vote_lcap14/30Le Grand Sot 160125120054759347  (14/30)

Le Grand Sot Vide
MessageSujet: Le Grand Sot   Le Grand Sot Icon_minitimeLun 6 Avr - 21:11

Le frottement de ses doigts sur son front l'aidait à se concentrer, et ce n'était pas de trop dans l'atmosphère bonne enfant du Cadavre Rieur.

Les yeux fermés dans une expression figée et douloureuse, forte heureusement habilement dissimulée par sa main, il était en pleine réflexion profonde.
Il avait le temps, il venait tout juste de passer commande d'une assiette de Jambalaya, et celle-ci ne serait pas prête tout de suite.

Il avait quelques difficultés à rassembler ses esprits, tout partait à vaux-l'eau dernièrement. Et le Conseil... Le Conseil était entrain de s'effriter, de s'user et de se fissurer. Il n'avait pas été créé pour gérer la situation aussi longtemps, il devait tenir quelques semaines, éventuellement deux ou trois mois le temps qu'un nouveau Baron soit intronisé.

Mais personne n'était venu. L'élu des Loas se faisait attendre, et quand on avait le malheur d'évoquer la question auprès des Ghédés, ceux-ci s'enfermaient dans un silence boudeur. S'ils n'étaient pas les maîtres de la manipulation, on auraient pu croire que la situation les mettaient en colère.

Mais les gens avaient peur du poste de Baron, désormais. Trop de disparitions mystérieuses et de morts soudaines avaient laisser planer la rumeur que le siège était maudit.
Certains prêtres parlaient même d'une malédiction des Loas destinée à chasser les faux Barons, à laisser le trône vacant pour le jour où le Baron de droit se présenterait.
Lincoln n'y croyait pas trop, il avait suffisamment pratiqué les Loas pour savoir que ces derniers, même s'ils auraient pu se laisser séduire par le côté obscure de la farce, avaient généralement bien peu de considération pour le quotidien des mortels. Et Samdi était généralement suffisamment occupé pour ne pas se laisser distraire aussi facilement.

Et puis il y avait les frasques du gouvernement. Qui voulait vraiment devenir le leader d'une des communautés les plus influentes de la Louisiane dans un climat de tension aussi palpable?

Sans compter les dissensions qui avaient commencé à surgir au sein de cette même communauté, notamment à cause des frasques susnommées. Les Vodouns n'avaient jamais été aussi désorganisés, et aussi proche du point de rupture. Les plus jeunes considéraient le recensement comme une insulte profonde (ce qu'il était) et menaçaient de prendre les armes pour faire plier la Mairie. Tandis que les plus âgés, fatalistes et trop fatigués pour monter au créneau préconisaient davantage la passivité.

C'était tellement compliqué.

Lincoln se redressa contre le dossier de son siège, laissant partir sa tête en arrière, les yeux toujours fermés.

Il était épuisé. Toutes ces réflexions le travaillaient depuis plusieurs semaines, et l'empêchait de trouver le sommeil. Il n'avait pas eu une bonne nuit de repos depuis un moment et cela se ressentait sur son moral et sa condition physique.
Il avait toujours paru vigoureux, malgré son âge, mais dans l'instant présent, il ressemblait vraiment au petit vieux qu'il était: les traits tirés, plus creusés que jamais, le teint pâle, presque maladif.

Sa main chercha l'amulette des Marassa pendue à son cou. Elle l'avait toujours protégé des maladies physiques, mais le protégera-t-elle d'une maladie psychologique?

La porte des cuisines du restaurant le sortit de ses réflexions, il ouvrit les yeux et aperçu Rosie qui sortait de son antre pour lui ramener son plat. Elle ne manquait jamais de venir le saluer en personne quand le service le permettait, et il fallait bien dire que le chaland ne se pressait pas ce soir.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3722-lincoln-greenwater
Rosie Bee Jones
Vodouns
Rosie Bee Jones

Identification
Emploi: Chef Cuisto / Chanteuse
Age apparent: 40
Dangerosité:
Le Grand Sot Vote_lcap0/0Le Grand Sot 160125120054759347  (0/0)

Le Grand Sot Vide
MessageSujet: Re: Le Grand Sot   Le Grand Sot Icon_minitimeMar 7 Avr - 15:38

‘3 Po’Boys, 1 jambalaya et 1 griot, allé les enfants!’ dit Rosie.

Rosie vit que les 3 Po’Boys, le jambalaya et le griot étaient bon alors elle cria ‘Service, tanpri!’

Le serveur arriva promptement et récupéra la commande comme un bon soldat. Les employés on prit l’habitude après tant d’années à l’entendre ajouter des mots en français haïtien au hasard, cela semblait donner un air plus amical à la chef cuistot en cuisine. Le restaurant avait un agréable buzz ce soir, il faisait encore jour dehors, mais après une demi-heure ça n’allait plus durer. Les commandes venaient à flot régulier et Rosie était prête à travailler en plus en soirée. Non pas que le resto était blindé de monde, mais plus parce que son agenda était tout simplement vide. Peluche, sa mygale, n'avait pas besoin d'être nourrie jusque samedi de toutes les façons.

‘1 jambalaya!’

En le criant à son staff, elle plissa des yeux pour mieux voir la personne assise seule à table avant que la porte de la cuisine ne se ferme. Ah, elle se doutait, c’était son grand flirt! Lincoln, il n’y avait pas de doute là-dessus, il avait son nuage de désolation qui se trainait au-dessus de sa tête depuis maintenant quelque temps. C’est bon, la Vodoun allait s’en occuper. Elle revint à l’arrière de la cuisine voir son sous-chef.

‘Fais une portion pour moi, Bernie. Les deux un peu plus épicées.’ elle tapota son épaule et enleva son tablier ‘Appel moi quand ça sera prêt. Karim va arriver dans 10 minutes pour aider au service du soir.’

‘Oui, chef.’ il hocha de la tête sans quitter des yeux la poêle qui fumait.

Pendant ce temps, la dame sortit vers leur vestiaires. Elle changea son shirt violet et son pantalon noir pour le remplacer par une longue robe noire avec des fleurs violettes, vertes et jaunes. Comme d’habitude, elle ne se gênait pas d’avoir un décolleté bien dévoilant qu’elle décorait d’une chaine en or avec une croix enflammée. Avant de libérer sa crinière, elle remit ses grandes boucles d’oreilles créoles et passa un petit coup de parfum pour ne pas trop sentir le Po’Boy de l’après-midi. Sur son coup, ses poignets, mais aussi ses cheveux.
Discrètement, elle alla voir sa mixologiste pour lui chuchoter quelques petits mots.

‘Deux crémas comme je les aime s’il te plaît, plonge dans mon stash privé.’

‘Maintenant?’ elle demanda un peu étonnée en regardant à droite à gauche.

‘Non, demain.’ son regard et son ton étaient sarcastiques. Tranchant en plus du sourire amical. La jeune fille n’allait pas continuer à questionner, elle s'exécuta plutôt vite.

Entre temps, la sonnette de la cuisine se fit entendre et les deux assiettes avec une portion généreuse de jambalaya étaient prêtes. Elle les récupéra avec grâce et sortit de la cuisine comme si accompagné par un big band avec son propre thème musical. Passé à côté de la mixologiste elle lui fit signe de tête de la suivre en direction du Vodoun.

‘Viens en terrasse, il fait encore bon et on pourra discuter en toute tranquillité.’

C’était moins une requête, mais plus une instruction. Surtout parce qu’elle voulait fumer un cigare après diner. Avant de sortir elle s’assura qu’il la suivait, puis elle déposa leur diner sur la table la plus proche du mur de l’établissement. Là où les sièges étaient particulièrement confortables. La mixologiste se hâta de servir leur crémas et alluma une petite bougie, puis fit de même pour le reste des tables. Il n’y avait qu’une autre table occupée de l’autre côté de la terrasse, la majorité du monde était à l’intérieur.
Rosie attendait de voir Lincoln poser son derrière sur le siège avant de commencer, sa poitrine pratiquement sur la table ainsi que son coude avec la fourchette en main.

‘Alors, lapin’ souriante elle cherchait un peu à le charrier, elle posa son sac de travail aux côtés de ses pieds ‘Rosie Bee est là pour te réchauffer. J’ai demandé à Bernie de rajouter quelques piments en plus et…’ elle se rapprocha un peu plus en chuchotant ‘...C’est du rhum Cubain dans ton créma, mais chuuuut.’

Elle retint un rire, comme si elle faisait sa vilaine petite fille, montrant le doigt d’honneur aux restrictions placées aux États-Unis. Et bah oui les Cubains s’y connaissaient en cigares, mais Rosie avait développé une appréciation pour leur rhum aussi. Avant de commencer à entamer le jambalaya elle fit des yeux de biche. Toujours avec un air joyeux, décidément il fallait beaucoup pour que son visage n’ait plus ce sourire contagieux.

‘Je t’ai manquée? Ou tu es venu parler business? Tu as le droit d’admettre les deux, tu sais.’
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t5030-roseline-beatrice-jones-dite
Lincoln Greenwater
Vodouns
Lincoln Greenwater

Identification
Emploi: Maître des Poupées
Age apparent: 52 ans
Dangerosité:
Le Grand Sot Vote_lcap14/30Le Grand Sot 160125120054759347  (14/30)

Le Grand Sot Vide
MessageSujet: Re: Le Grand Sot   Le Grand Sot Icon_minitimeVen 10 Avr - 20:57

Ah Rosie... Un jolie brin de femme, plutôt bien conservée pour son âge, même si elle avait consentit à quelques retouches. Alors qu'elle "invitait" Lincoln à l'extérieur, il ne se fit pas prier et lui emboîta le pas.

L'air doux du soir ne manquerait pas de lui faire de bien, et il avait furieusement envie de fumer un peu d'herbe pour se détendre.
Il s'installa en face de la cheffe cuisinière, non sans avoir un regard pour ses deux arguments qu'elle prenait un malin plaisir à lui mettre sous le pif. Et quels arguments!

Alors qu'il fourrait sa pipe, il s'autorisa un clin d’œil complice et un sourire en coin à son interlocutrice, après qu'elle lui ait détaillé les petits extras dont elle s'était fendu. Il prit même le temps de goûter le créma assaisonné façon cubaine avant de tirer sa première taffe.


"Rosie, tu sais bien que chaque seconde loin de toi est un crève-coeur, évidemment que tu m'a manqué."

Il devait bien reconnaître, que cela faisait quelques semaines qu'il n'était pas venu. Il avait eu tendance dernièrement à rester chez lui pour se morfondre. C'était surtout le frigo vide qui l'avait motivé ce soir à dîner au Cadavre Rieur, autrement, il serait probablement sur allongé sur son canapé à cogiter.
Bon ceci dit, quelques minutes plus tôt il était assis à une table à cogiter, au final c'était quasiment pareil.


"Je ne viens pas parler business, j'avais juste besoin de m'aérer un peu, et comme tu es une bouffée d'air frais à toi toute seule..."

Nouveau clin d’œil, petit ton enjôleur. Lincoln entretenait une relation particulière avec Rosie, ils se tournaient autour depuis longtemps, même si rien de réellement concret ne s'était passé jusqu'à présent. Mais ce petit jeu amusait beaucoup Lincoln, et semblait amuser tout autant sa partenaire.

Il prit une longue goulée de fumée qu'il recracha en mince filet.

Il prit une bouchée de Jambalaya et ne retint pas un "hmm" d'appréciation, qu'il appuya d'un signe de tête vers la cuisinière. Il ne manqua pas de noter le côté relevé du plat. Et une vague de chaleur le parcouru.

"Ouh, il n'y a pas à dire, tu sais y faire pour faire monter la température. Et toi ma grande, comment tu vas? Les affaires vont bien?"
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3722-lincoln-greenwater
Rosie Bee Jones
Vodouns
Rosie Bee Jones

Identification
Emploi: Chef Cuisto / Chanteuse
Age apparent: 40
Dangerosité:
Le Grand Sot Vote_lcap0/0Le Grand Sot 160125120054759347  (0/0)

Le Grand Sot Vide
MessageSujet: Re: Le Grand Sot   Le Grand Sot Icon_minitimeLun 13 Avr - 0:18

Oh qu'est-ce qu'il semblait lui rendre, tout de même! À la rétorque, elle fit un hochement de tête approbateur, comme si elle disait "t'as bien intérêt à le dire, jeune homme!".

'Ahaha, ne le dis pas de si tôt, cet air peut toujours tourner hein! Tu m'excuseras, j'ai atrocement faim donc je vais commencer, je n'arrête pas depuis ce matin.'


Elle rit de bon cœur et commença à avaler son jambalaya. Comme elle voulait tant essayer son Partagas série P numéro 2, elle n'allait pas trop attendre. Fumer un cigarillo aurait pu être une solution pour son manque de tabac, mais ce cigare allait être tellement bon après l'attente... Avec l'âge l'impatience devenait plus visible. Elle était patiente toute sa vie, alors maintenant pour les plaisirs qui lui restent? Oui, elle se forçait énormément à être patiente car à la fin elle appréciait toujours le résultat après l'attente.

Entre deux mâchouilles elle s'arrêta pour lui répondre.

'Oh tu sais comment parler aux femmes toi!' elle rit 'Oui, tu sais je ne peux pas me plaindre. Ma fille, celle qui est en Californie se laisse un peu aller et puis quand je lui ai demandée si elle s'était fait des amis dans la communauté elle m'avoua qu'elle ne fréquente personne de la communauté. Moi, sans la communauté à l'époque j'aurais fini ma vie comme Billie Holiday, mais sans le grand début musical!' elle marqua un temps 'Donc morte!' elle posa son doigt sur son menton, pensive, son cerveau était un jeu de pinball 'Hmm... Que dire d'autre? Ah, les affaires vont très bien. Les soirées "dîner jazz" sont un succès chaque samedi, les derniers vendredis du mois on fait un événement avec les Plaisirs Coupables ça attire un monde dément!'

Elle prit quelques bouchées de plus de son jambalaya, elle n'y allait pas en douce, c'était un vrai aspirateur. Une pipelette comme jamais aussi vu qu'elle n'avait pas vu ce monsieur depuis un moment. Lincoln lui avait simplement demandé comment elle allait, mais Rosie devait relayer les affaires familiales pour lui montrer comment tout se passait. Bien entendu après avoir tout balancé sur la table, elle n'allait pas continuer sauf si l'on commençait à s'intéresser et qu'on lui posait des questions. Il fallait bien qu'elle révèle comment allaient les affaires professionnelles.

'Bon, une chose me tracasse ces derniers temps. J'avais pétitionné le conseil pour être propriétaire de l'intégralité du Cadavre. J'ai joué à la fourmi pendant deux ans et je peux maintenant payer les frais. Sauf que j'ai l'impression que cette pétition s'est retrouvé derrière le canapé de quelqu'un avec un vieux paquet de chips à peine fini. Les temps sont durs, oui, mais les temps sont toujours durs, tu vois ce que je veux dire? À croire que les gens passent leur temps à bat laponyet, c'est difficile quand c'est un groupe car tu peux simplement pas poser ton doigt sur qui bat laponyet ou sur qui est grand bosseur, mais quand c'est un seul mec sur le trône, c'est différent!'

Elle prit une dernière bouchée de son jambalaya et marqua un temps.
Il n'y avait pas de malice dans son explication, du moins pas pour une oreille inconnue. Quelqu'un comme Lincoln pouvait potentiellement se douter qu'elle en avait marre d'attendre le verdict, mais qu'elle disait les choses comme elles venaient.

'Bref, ne le prends pas comme une attaque, je sais que t'es bon bosseur, toi. Les autres... Ça dépend. Tu sais, tout va comme sur des roulettes dans le grand ordre des choses, donc que sera, sera. Mais changeons de sujet. Qu'est-ce qui se passe dans ta vie? Comment ça va?'
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t5030-roseline-beatrice-jones-dite
Lincoln Greenwater
Vodouns
Lincoln Greenwater

Identification
Emploi: Maître des Poupées
Age apparent: 52 ans
Dangerosité:
Le Grand Sot Vote_lcap14/30Le Grand Sot 160125120054759347  (14/30)

Le Grand Sot Vide
MessageSujet: Re: Le Grand Sot   Le Grand Sot Icon_minitimeLun 27 Avr - 20:31

Le vieux Vodoun écouta patiemment les histoires de sa consœur. Il trouva une résonance toute particulière dans son récit.
Luis, son fils s'était lui aussi détourné du Vaudou, il faut dire que les expériences traumatisantes qu'il y associait, comme la mort de sa mère, ne l'avait certainement pas aidé à l'accueillir avec bienveillance.

Et puis Lincoln n'avait pas été tendre avec lui, il avait tant voulu que son fils ait le Don, qu'il en avait oublié l'essentiel: que son fils se sente aimé.
10/10 pour le prix du père de l'année... Quel gâchis.

Maintenant, il était seul, et les rares coups de fils que lui passait son fils duraient généralement moins d'une dizaine de minutes. Certaines blessures mettaient des années à cicatriser, et d'autres ne pourraient jamais se refermer correctement.

Il regrettait tellement son aveuglement. C'était d'ailleurs sont dégoût de lui-même qui l'avait pendant longtemps gardé légèrement à distance de la communauté. Il préférait œuvrer en marge, n'apportant ces conseils qu'à ceux qui les lui demandaient directement. Il ne voulait pas risquer de retomber dans le même fanatisme qui avait conduit son fils à renier sa religion et sa famille.

Mais Luis était heureux maintenant, il était libre de faire ses choix, émancipé de toute pression de ses parents, vivants ou morts. Et c'était le plus important. Lincoln ne voulait pas s'immiscer dans ce bonheur si durement acquis, même si l'absence de son enfant était une douleur toujours vive pour lui.

Il s'était fait une raison. Il mourrait seul, dans l'indifférence générale. Il était en paix avec ça. Au moins trouvait-il le réconfort de se dire qu'il reverrait ses propres parents, et surtout Evelyn, sa femme.

Il ne l'avait revu qu'une fois depuis son décès, et c'était pour qu'elle lui remette les idées en place, même si ça n'avait pas duré.
Il avait bien essayé de la recontacter plusieurs fois après cela, mais elle n'avait plus jamais répondu à son appel. Il ne pouvait s'empêcher de penser qu'elle lui en voulait de la façon dont les choses s'étaient terminées avec Luis, et il espérait qu'ils pourraient mettre les choses à plat une fois qu'il aurait passé l'arme à gauche.

Rosie quant à elle continuait à lui raconter sa journée, ses réussites récentes... Et ses attentes insatisfaites.

A l'évocation du futur du Cadavre, Lincoln réprima une grimace.
Bien sûr que le sujet avait été évoqué, et bien sûr que la question se posait. Mais très rapidement les discussions avaient pris le seul tour possible, à savoir la mise en attente de la demande jusqu'à la nomination d'un Baron.

En effet, le Conseil s'était auto-mandaté pour administrer les biens normalement associés à la fonction, mais force était de constater que la décision finale quant à la vente ou non d'une de ses propriété ne leur revenait légalement pas.
Aussi les discussions étaient-elles au point mort.


"Rosie, tu sais, c'est un peu plus compliqué que ça..."

Il fallait qu'il arrache le pansement d'un coup sec, sinon il n'aurait jamais le temps de finir ses explications avant qu'elle lui tombe dessus de toute sa juste fureur.


"On ne peut pas te céder le Cadavre. Seul le Baron le peut."

Il se tortillait sur sa chaise.


"Légalement ces biens ne nous appartiennent pas, donc on ne peut pas les vendre. On se contente de les gérer le temps qu'un nouveau Baron se présente et puisse prendre la décision finale. Décision que nous ferons bien entendu en sorte d'influer, dans la mesure du possible, en ta faveur."

Il détestait faire ça. Annoncer des mauvaises nouvelles. Mais il savait aussi qu'avec Rosie, il ne faillait pas tourner autour du pot trop longtemps si on ne voulait pas finir dedans.
Bien sûr elle serait déçue, et il aurait vraiment voulu pouvoir lui donner gain de cause, mais seul le Baron pouvait. IL se serait bien lui même présenté mais... Mais... Mais quoi au juste?


Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3722-lincoln-greenwater
Rosie Bee Jones
Vodouns
Rosie Bee Jones

Identification
Emploi: Chef Cuisto / Chanteuse
Age apparent: 40
Dangerosité:
Le Grand Sot Vote_lcap0/0Le Grand Sot 160125120054759347  (0/0)

Le Grand Sot Vide
MessageSujet: Re: Le Grand Sot   Le Grand Sot Icon_minitimeMar 19 Mai - 22:57

Rosie se doutait de la réponse qui l'attendait. Elle voulait l'entendre dire car personne d'autre ne s'était présenté avec quoi que ça soit, ni même avec des excuses à deux sous.

Pendant qu'il expliquait la situation, la Vodoun ne le lâcha pas du regard. Figé avec un sourire au visage comme à son habitude, tout à l'intérieur d'elle voulait le secouer. Non pas parce qu'elle était en colère contre lui, mais plutôt pour lui faire voir à quel point tout est en limbes. Elle avait énormément de respect pour Lincoln en tant que confrère Vodoun, elle savait qu'il faisait beaucoup d'effort pour la communauté et que ce n'était pas toujours facile de gérer les attentes de tout le monde. Ceci semblait toujours plus dur dans un conseil où tout le monde s'attendait à faire un travail égal, mais beaucoup de choses pouvaient passer inaperçu...
Finalement elle n'avait plus vraiment faim, elle sortit de son sac un gros cigare, Partagas série 3. On aurait peut-être vu Humphrey Bogart le fumer dans ses films, mais elle...

Elle l'alluma de son briquet électronique et au moment où il termina ses explications elle lâcha une bouffée de fumée bien épaisse.

'Oh, mais c'est toujours compliqué, ça je sais.' elle examinait son cigare entre temps, comme si elle était contente de l'achat 'Bat laponyet est aussi compliquée pour certains, ce n'est qu'une question de perspective.'

Elle rit comme une gamine, fière de sa réplique, mais surtout parce qu'elle avait l'image en tête. En se calmant, elle reprit un air sympathique avec cette fois un sourire sincère.

'Je blague, bien sûr. Mais écoute-moi bien, jeune homme' ils étaient presque du même âge, mais c'était à son habitude 'les communautés comme les notres doivent être menés par un Baron. C'est sympathique de penser qu'un conseil puisse être à la hauteur, mais cette chaise doit avoir un popotin posé dessus.' elle marqua un temps pour prendre une nouvelle taffe 'Tu n'as pas envie de poser ton beau fessier dessus?'

Rosie avait quelques idées, puis elle l'aimait bien. Ils se connaissaient depuis longtemps, elle aimait le charrier, mais elle savait que Lincoln était un pilier communautaire. Il était d'ici, il connaissait pratiquement tout le monde et tout le monde le connaissait, elle avait bonne réputation avec la communauté elle aussi, sauf que sa réputation avec les vampires et les wiccans en général laissait à désirer. Les Vampires elle ne supportait simplement pas, les Wiccans parce qu'elle se prenait le chou avec Artémis Cyan, même si leur relation restait toujours amicale elle ne s'imaginait pas faire du tête-à-tête avec le Grand Mage dans une salle (un de ses grand-oncles se retournerait dans son cercueil). Voilà que les rouages commençaient à bouger: autant faire d'une pierre deux coups. Si Lincoln était à la tête des Vodouns elle aurait son resto, il y aurait un baron ET en plus ce baron serait un bon ami à elle, un client et une amourette à mi-temps! Ça en fait plus de deux coups, mais ses yeux avaient une étincelle excitée.

'Mais en voilà une idée!' elle s'exclama enjoué, en frappant la table de sa main 'Tu connais tout le monde, t'es d'ici, t'es pas une mauviette et t'es canon. Pourquoi pas toi?'
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t5030-roseline-beatrice-jones-dite
Lincoln Greenwater
Vodouns
Lincoln Greenwater

Identification
Emploi: Maître des Poupées
Age apparent: 52 ans
Dangerosité:
Le Grand Sot Vote_lcap14/30Le Grand Sot 160125120054759347  (14/30)

Le Grand Sot Vide
MessageSujet: Re: Le Grand Sot   Le Grand Sot Icon_minitimeMer 24 Juin - 13:53

La proposition de Rosie le saisit de stupeur, tant elle semblait coïncider avec ses réflexions. Il commençait à se dire que la manbo était peut-être plus puissante qu'elle le laissait paraître, ou même qu'elle ne le pensait elle-même. Ce genre de coïncidence parfaite de la part d'une Vodoun pouvait tout aussi bien être une forme de voyance.

Il devait bien reconnaître qu'avant cette discussion, il n'avait jamais réellement songé à cette option. Pourquoi d'ailleurs?
Probablement parce que pendant longtemps, il avait jugé plus intelligent de limiter ses interactions avec la communauté au strict minimum. Peut-être parce que malgré sa foi inconditionnelle envers les Loas, il n'adhérait pas à toutes les pratiques du Vaudou.
Peut-être par peur de ce qui pourrait lui arriver si son "beau fessier" venait à s'asseoir sur ce trône-là.

Mais en réalité, beaucoup de ces interrogations appartenaient au passé. Depuis la disparition de la dernière Baronne en date, et la création du Conseil, il avait renouer avec la communauté, et comptait désormais un certain nombre pratiquants susceptible de le soutenir.
Il n'adhérait toujours pas à toutes les pratiques du Vaudou, mais les répudiaient pas pour autant. Il reconnaissait l'utilité de la réanimation de Zombi originel pour le deuil des familles, mais il restait persuadé que la réanimation de Zombi cadavre était une pratique qui appartenait à un passé plus sombre de leur religion.
Enfin, la fameuse malédiction qui pesait sur le rôle du Baron n'était probablement qu'une série de mauvaises coïncidences, et de destins malheureux. Il était croyant, mais pas superstitieux, aussi ne pouvait-il pas alimenter l'argument du rôle maudit.

Et pourtant, il ne ressemblait tellement pas à un Baron. Pas de tatouages tape-à-l'oeil, pas de tenues excentriques, pas de prédisposition particulière pour les grands discours éloquent, et une certaine appréhension des médias. Définitivement, il ne ressemblait pas à un Baron.
Mais Holt non plus, et pourtant, il l'avait bien été quelques années. Il n'avait jamais vraiment apprécié ce dernier en tant que Baron, ni en tant que personne d'ailleurs. Holt était quelqu'un de revêche, de froid et d'antipathique. Il ne faisait aucun doute qu'il se souciait de la communauté, mais il n'avait jamais pour autant réussi à s'y mêler complètement. Et puis il y avait une rigueur quasi-militaire chez lui qui paraissait aux antipodes du caractère joyeusement bordélique des Louisianais et des vaudouisants que s'en était perturbant.
Au final, si un type comme Holt avait pu être Baron, pour quoi pas Lincoln?

Il se rendit compte qu'il avait involontairement laissé un blanc conséquent dans la conversation lorsqu'il constata que le cigare de Rosie avait déjà réduit de moitié.
Il tenta de reprendre une certaine contenance, mais c'était peine perdue.


"Je... J'y ai jamais vraiment réfléchi en fait."
Il ralluma sa pipe qui s'était éteinte et aspira une grande bouffée qu'il laissa échapper lentement tout en se reculant dans son fauteuil.

"J'imagine que ce ne serait peut-être pas une si mauvaise idée que ça."


Il se sentait au bord d'une falaise, hésitant à sauter. Dans quoi était-il entrain de s'embarquer exactement? La dernière cérémonie d’intronisation qu'il avait observé datait de Saint Pierre, et c'était il y a 25 ans. Il faut dire que le climat de l'époque était tout aussi tendu, et il était autrement plus jeune et plus impliqué.
Les nominations suivantes, il ne les avait suivit que de loin. Bien sûr, il avait rencontré les Barons et Baronnes successifs, en sa qualité de Maître des Poupées s'était un peu une étape obligée. Mais il n'avait guère prêté attention à leur façon de gérer la communauté, tout occupé qu'il était à jouer à l'ermite désagréable.

Mais aujourd'hui, il n'y avait personne pour prendre le poste. Aucun candidat, aucun concurrent. Cela ne voulait pas dire qu'il n'avait pas à prouver sa légitimité à la communauté, ni se soumettre au jugement des Ghédés. Le pacte que ces derniers passaient avec le Baron restait un mystère pour tout le monde sauf pour les concernés. Mais ce qui était certain c'était que cette position apportait un pouvoir immense, mais à un prix tout aussi grand. Et Kriminel n'était pas tendre avec ceux qui refusaient de passer à la caisse.

Mais avait-il réellement quelque chose à perdre?

Il soupira, et planta son regard dans celui de Rosie.


"Admettons que j'envisage le scénario. Je n'ai aucune putain d'idée de comment m'y prendre. Je fais quoi? J'organise un meeting? Je dépose des tracts dans les boîtes aux lettres?"

Son visage disparu quelques instant derrière un épais nuage de fumée.

"Je me suis jamais intéressé à la politique, et pas plus à la politique interne du Vaudou. D'habitude c'était les autres qui s'inquiétait de comment faire et qui consulter."

Il sentait une pointe de panique alors qu'il sondait les abysses qui avalaient la falaise sous ses pieds.
Et pourtant, comme ça, sans plus de précaution, il sauta.


"Bordel, j'vais avoir du boulot."
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3722-lincoln-greenwater
Rosie Bee Jones
Vodouns
Rosie Bee Jones

Identification
Emploi: Chef Cuisto / Chanteuse
Age apparent: 40
Dangerosité:
Le Grand Sot Vote_lcap0/0Le Grand Sot 160125120054759347  (0/0)

Le Grand Sot Vide
MessageSujet: Re: Le Grand Sot   Le Grand Sot Icon_minitimeVen 10 Juil - 23:51

Il prenait son temps, certes. Là par contre il semblait s’être perdu dans la forêt qu’était ses pensées. Normalement Rosie n’avait pas le temps pour indulger tant de réflexion, cependant cette situation n’était pas comme les autres. Elle sentait que le Vodoun explorait ses options et qu’elle avait potentiellement ouvert une porte qui avait attiré son attention. L’avait-elle fait exprés? Peut-être. D’un côté elle avait toujours envie de voir un ami proche à elle (à défaut d’une personne de famille) sur le trône pour son propre gain, mais aussi pour avoir la possibilité de plonger ses doigts dans une nouvelle tarte sans pour autant se salir. Bien entendu elle agissait toujours pour le bien de la communauté et sa famille avant son propre bien et si elle était plus courageuse et si ses préjugés envers les vampires étaient un peu plus tenu sous le tapis… Oui, elle aurait bien pu. Mais Lincoln était un très bon choix.

Elle croisa ses jambes en attendant et elle taffait sur son cigare tranquillement. C’était un bon gros cigare, ce Partagas, donc cela pouvait bien montrer le temps écoulé en silence.

‘Jamais une mauvaise idée, jeune homme.’ elle remarqua que les cendres de son cigare n’étaient pas encore tombés dans le cendrier, finalement elle tapa de son doigt et ces cendres tombèrent dans le réceptacle en acier ‘Enfin, sauf si Bondye est de mauvaise humeur, il va falloir l’attraper au bon moment, n’est-ce pas!’

Elle sourit, c’était un peu machiavélique, mais il y avait du vrai. Rosie écoutait avec attention ce qui préoccupait Lincoln, le comment était assez ample à interprétation. Vu la situation particulière, sans Baron à remplacer, c’était pas évident. Après quelques instants de réflexion en regardant le ciel, elle n’avait plus de sourire machiavélique, c’était plutôt un sourire qui se voulait rassurant.

‘Annonce ce que tu veux faire au petit comité dont tu fais parti, de toutes évidences personne n’a envie de se poser sur ce siège, donc si tu te lances...
’ elle prit une nouvelle taffe avant de continuer ‘pendant ce temps je vais parler. Beaucoup. On ne va pas dire que Rosie ne fout rien dans la communauté, hein. Tu verra! Si tu veux, dans une ou deux semaines t’auras de vrais spectateurs qui verront ton ascension… Ou ta chute, ça dépend du point de vue!’

Ce rire morbide! Elle le chariait, mais elle savait que la chute pouvait arriver au point de monter sur le trône ou pendant le séjour sur ce siège “maudit”. Un bon rappel pour garder les pieds sur terre.

‘En toute honnêteté, tu crois que nos précédents Barons et Baronnes étaient seuls à faire la loi? Tu sais bien que non! Oui, la pression reposera sur toi pour avoir le dernier mot ou pour prendre toute la crasse et la boue qui viendra, mais finalement… Si tu te fous à qui est accrédité un changement pour le bien de la communauté, t’ira loin mon lapin.’

En effet, Rosie n’avait pas besoin que l’on lui montre de la reconnaissance pour ses idées ou pour les changements qu’elle avait proposés par le passé. Si elle avait fait un changement c’était assez pour elle de savoir. Elle pensait que Lincoln était lui aussi de cette école. Après tout c’était un mec bien qui avait de la bonne volonté, mis à part son attitude d’ourse mal léché.
D’une autre part c’était peut-être une route pour elle de s’inclure un peu plus dans la hiérarchie officielle. Le voulait-elle avec tout ce qu’elle faisait déjà dans sa vie qui consistait à sauter d’une activité à l’autre? Elle se faisait ancienne, mais c’était peut-être un bon moyen d’éduquer les jeunes.

‘Écoute, Rome n’a pas été construite en un jour et surement pas par une personne.’ elle posa sa main amicalement sur son épaule ‘Si ça te rassure, je serais prête à te soutenir de manière plus officielle s’il le faut, vraiment.’ elle marqua un temps puis son sourire devint une fois de plus joueur, quelque peu avide ‘Mais je veux le Cadavre.’

Eh oui, il fallait bien qu’elle place ses besoins en avant quand même!
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t5030-roseline-beatrice-jones-dite
Lincoln Greenwater
Vodouns
Lincoln Greenwater

Identification
Emploi: Maître des Poupées
Age apparent: 52 ans
Dangerosité:
Le Grand Sot Vote_lcap14/30Le Grand Sot 160125120054759347  (14/30)

Le Grand Sot Vide
MessageSujet: Re: Le Grand Sot   Le Grand Sot Icon_minitimeMar 11 Aoû - 14:22

Le vieux Vodoun sourit à son interlocutrice. Il semblait que Rosie ne perdait jamais le Nord, et quand elle voulait quelque chose elle faisait en sorte de l'obtenir.

Il espérait qu'elle n'était pas entrain de le jeter dans la gueule du loup juste pour arriver à ses fins. Mais non, ça ne ressemblait pas vraiment à la Manbo. Il la connaissait suffisamment pour savoir qu'elle plaçait la communauté avant sa propre personne, elle se contentait juste de saisir une opportunité au vol.

Enfin rien n'était encore fait, et Lincoln avait beaucoup de travail devant lui. Tout d'abord, comme l'avait suggéré Rosie, aller voir le Conseil et leur annoncer son intention.
Prendre la température au niveau de la communauté, ensuite, et il devait bien admettre qu'il n'était pas particulièrement rassuré de ce point de vue. Pour beaucoup, il était l'incarnation de la soumission, même si cette décision avait été prise de concert avec le reste du Conseil. Il n'était pas certain que sa popularité soit bonne.
Enfin il y avait le rituel à organiser, convoquer le Baron n'était jamais chose facile. Il était le plus inaccessible des Loas, et ne se montrait qu'en de rares occasions, justement comme l’intronisation d'un Baron.
Et puis il était toujours compliqué de savoir quelle facette du Baron répondrait, et quel marché celle-ci proposerait. Car il était toujours question de marché avec les Ghédés, rien n'était jamais gratuit.

Il faudrait une quantité de sang de Vampire très importante, plus que ce qu'il pourrait avoir par son dealer d'organe, il lui faudra probablement passer par des instances plus officielles, et contacter directement les revendeurs vampiriques.
Pour le reste, les autres éléments seraient relativement faciles à dégoter.


"Ne t'inquiète pas Rosie, si effectivement j'arrive à devenir Baron, tu l'auras ton Cadavre, je te le promet."

Il se sentait un peu comme un homme politique désormais, obligé de nouer des alliances, de faire des promesses, en espérant qu'il serait en mesure de les tenir.

"Mais je vais effectivement avoir besoin de toi."
Il rassembla ce qu'il lui restait de nourriture et enfourna une dernière bouchée qu'il prit le temps d'avaler avant de continuer.
"Ton bagou nous sera utile, c'est certain. Ma côté de popularité n'est pas au beau fixe, et j'ai besoin de redorer mon blason. En revanche, je n'ai pas forcément besoin de convaincre tout le monde, juste assez de personnes pour me permettre de réaliser le rituel d'intronisation et faire en sorte que celui-ci ne soit interrompu par des opposants."

Cela commençait désagréablement à ressembler à un plan de bataille. Mais il n'était pas dupe, certains n'apprécieraient pas qu'il tente de s'installer à cette place tant convoité tout autant que redouté. Certains même semblaient relativement satisfaits du status quo actuel, et du manque de légitimité du Conseil. Il y aurait des opposants, il fallait juste s'assurer qu'il y en ait le moins possible, ou faire en sorte que suffisamment de partisans puissent s'interposer contre toute tentative de renversement.

"Parle en priorité aux Manbos et aux Houngans les plus jeunes, surtout ceux qui étaient en défaveur de l'obéissance au gouvernement pour le pointage. Pour les plus expérimentés, je me charge de la tournée."

Il se sentait galvanisé par ce nouveau projet, ce nouvel objectif. Il sentait sa confiance se réaffirmer, il sentait qu'il faisait le bon choix.

"Si on gère bien, ça pourrait marcher. Mais je ne pourrais jamais tenter le rituel sans un soutien conséquent. Le Baron ne m'écouterait pas, ou pire, me jugerai indigne. Et je n'ose pas imaginer ce qui pourrait se passer alors."

En fait, si il l'imaginait plutôt bien. Et pour cause, il l'avait vu arriver. Déranger le Baron et le décevoir était une condamnation à mort, bien qu'on y laissait pas la vie pour autant. On y perdrait en revanche son esprit.
Le Baron n'était pas tendre avec les importuns, et Lincoln avait vu plus d'un téméraire terminer son rituel la bave aux lèvres, l'oeil vide, tout conscience aspirée par le Loa.


Pas de retour possible d'un tel état, ni de vie après la mort. On était juste... Plus là.
Le vieux Vodoun retint un frisson.
Il ne voulait pas disparaître.

Enfin
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3722-lincoln-greenwater
Rosie Bee Jones
Vodouns
Rosie Bee Jones

Identification
Emploi: Chef Cuisto / Chanteuse
Age apparent: 40
Dangerosité:
Le Grand Sot Vote_lcap0/0Le Grand Sot 160125120054759347  (0/0)

Le Grand Sot Vide
MessageSujet: Re: Le Grand Sot   Le Grand Sot Icon_minitimeSam 12 Sep - 14:36

Un petit sourire approbateur apparût sur le visage de la Vodoun. Elle tenait au Cadavre, même si ça n'avait rien d'un restaurant supposément digne d'un chef de l'école d'Auguster Escoffier, mais c'était un endroit où elle se retrouvait. La Nouvelle-Orléans était une ville qui lui tenait à cœur à côté du Cap Haïtien, re-activer la communauté et l'amener sous un seul et unique drapeau lui était important. Les difficultés récentes étaient des gouttes qui allaient déborder le vase, il fallait bien se regrouper.

Il y aurait, effectivement, du pain sur la planche. Rosie était prête à aider son ami, mais il était vrai qu'il lui fallait se refaire une réputation. Le Maître des Poupées ne semblait pas être quelqu'un qui se jetait sur les affaires politiques et qu'en soi il vivait plutôt au jour le jour sans tout bousculer. Par contre, de toutes les personnes qu'elle connaissait, c'était le premier à montrer un intérêt quelconque pour poser son derrière sur "la chaise maudite".

'Ha' elle lâcha un rire sec et plaça son Partagas E3 entre ses dents 'Il est impossible de convaincre tout le monde à moins de graisser des pattes. C'est fou à quel point les opinions et valeurs morales peuvent être vendues à un prix fixe.' après une nouvelle taffe elle continua 'Ce n'est pas une suggestion, mais toute option est à explorer, mon lapin. Prend fil, convainc le plus de monde possible en promettant ce qui est faisable. Tu es connu du monde, si tu commences à parler comme le président, tout le monde verra à travers. Quoique...'

Au fond elle savait que beaucoup aimaient se faire charmer par des promesses, mais comme elle l'avait si bien dit: Lincoln n'était pas inconnu de la communauté. Il était important qu'il puisse rester intègre à lui-même et qu'il puisse montrer une facette un peu plus agréable aux Vodouisants. Oui, Rosie aimait bien son ours mal léché, mais ses goûts n'étaient pas un reflet parfait de son entourage. Il avait du vécu, mais tout le monde avait du vécu, du coup il faudrait qu'il joue ses cartes correctement.
Parler aux plus jeunes? Aucun problème. Les jeunes gens semblaient l'aimer, il y avait des moments où elle pouvait sembler un peu condescendante, mais en général elle était plutôt cool et relax pour une mamie.

Et puis... certains jeunes Vodouisants n'attendaient que d'être aux petits soins de Miss Jones. La dame se frottait les mains rien que d'y penser. Bien sûr, c'était de courte durée car ses pensées furent détournés par l'idée de l'échec. La proprio savait très bien ce qui pouvait arriver à ceux qui osaient déranger le Baron Samedi et l'imaginer était pire. Son sourire habituel n'était pas partit, mais ses sourcils ont automatiquement froncés.

'Et c'est bien pour ça que tu vas prendre tout ton temps.' elle souligna sérieusement, taffant sur son cigare, même si celui-ci était presque fini 'Ton plus gros avantage est le fait que cette chaise ne semble aucunement attrayante au reste de la communauté, beaucoup préfèreraient avoir un Baron au lieu d'un conseil, mais beaucoup ont peur de faire ce pas en avant. Nous avons beaucoup de temps devant nous. Oui, je t'aiderais, tu n'as pas à t'en faire, mais si tu as quelconque doute sur ton chemin tu dois l'adresser au plus vite sinon t'ira au pays sans chapeau. Tu le sais, tu n’es pas con. Ce n'est qu'un rappel'

Elle le ferait bien si ce n'était son manque de popularité avec les Vampires. L'idée de ne plus "être" était désagréable, mais l'idée de faire du business avec les Vampires était encore pire. Après tout, ils se font des calices de vos conjoints. Puis... elle ne pouvait pas oublier que son aîné avait fourré son nez dans un trafic de sang illégal. Qu'est-ce qu'il était con, dés fois.
L'idée d'être utile à quelqu'un de manière pratique lui était particulièrement plaisante. Rosie a toujours été un bon support (physiquement et mentalement, dans tous les sens du terme) et faire partie d'une mission pareille, où elle devait aider à l'ascension d'un nouveau Baron lui haussait sa tension et son rythme cardiaque (non, ce n'était ni le cigare, ni le jambalaya ni le beignet...Non, non.)

'Ma foi' elle sourit de toutes ses dents 'Je dois t'avouer que je suis particulièrement excitée par cette nouvelle aventure. Oui, oui, je sais, c'est facile pour moi de le dire, c'est pas moi qui risque d'avoir un cerveau réduit en étouffé, mais qu'est cette vie sans prise de risque, dis-moi?'
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t5030-roseline-beatrice-jones-dite
Contenu sponsorisé


Le Grand Sot Vide
MessageSujet: Re: Le Grand Sot   Le Grand Sot Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Grand Sot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE III : Les vieux quartiers ¤ :: ║La rue principale║ :: Le Cadavre Rieur-