Qui est en ligne ?
Sur Discord, en ce moment.



 
-54%
Le deal à ne pas rater :
Maillot Paris Saint-Germain 2019 / 2020 à 41€ seulement
41 € 90 €
Voir le deal

Partagez
 

 First Rule: Do not talk about it.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Matthew Williams
Métamorphes
Matthew Williams

Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
First Rule: Do not talk about it. Vote_lcap18/30First Rule: Do not talk about it. 160125120054759347  (18/30)

First Rule: Do not talk about it. Vide
MessageSujet: First Rule: Do not talk about it.   First Rule: Do not talk about it. Icon_minitimeVen 8 Nov - 16:33

Cela faisait un petit moment que la réunion s’était déroulée au Mentis Animalis, la grande convocation des Métamorphes pour discuter des nouvelles règlementations imposées par la Mairie et qui allaient contraindre les Outres, et plus particulièrement les siens, à devoir se soumettre à des recensements mensuels afin de ne pas être déclarés hors-la-loi. Un fichage particulièrement précieux pour tous ceux qui voulaient garder un œil sur les Outres et s’arranger l’opportunité de les avoir à portée de main si l’occasion devait se présenter de les exterminer. Car si on n’en était pas encore là, Matthew voyait principalement ces méthodes comme un sacré retour en arrière, et, surtout, elles avaient réussi à réveiller dans sa mémoire, des souvenirs pas forcément très heureux. N’importe quel Métamorphe un peu âgé ne pouvait manquer de se souvenir de la Révélation et de ce qu’elle avait entraîné. Et personne ne voulait revivre une époque où l’incertitude de pouvoir survivre au jour-même pesait sur les épaules de chaque Outre de par sa simple différence. Certains s’en étaient mieux sortis que d’autres, bien entendu, que ce soit par l’admiration qu’ils avaient su susciter ou bien simplement parce qu’ils étaient plus ou moins éloignés de la population, mais on ne pouvait se cacher éternellement quand la planète entière cherchait à se débarrasser de vous. Et si cette histoire ne concernait que la Nouvelle-Orléans pour le moment, le risque que cette décision fasse des émules dans le reste du pays, voire du monde, n’était pas à exclure. Et si les Outres se sentaient opprimés au point de devoir défendre leur simple droit de vie, la situation engendrée par le rapport de force ne pourrait se terminer que dans un bain de sang, sans réellement savoir quelle force finirait par l’emporter, dont le prix à payer serait un bien trop lourd tribut, même pour le vainqueur.

Le Sachem se souvenait encore de cette soirée, de son intervention, de celles des quelques personnes qui avaient osé lever leurs voix pour poser des questions. Il se souvenait de leurs visages et de leurs interrogations. Lui-même en avait également beaucoup et, dans la fraîcheur de ce début de soirée, c’était perdu dans ses pensées qu’il évoluait dans la ville à la recherche d’un lieu bien précis. Trouver l’adresse n’avait pas été évident pour un sou et, pour être honnête, il avait bien failli renoncer à un moment face à l’absence d’informations, jusqu’à ce que, finalement, la solution ne lui tombe presque par hasard dessus. Car ce qui le motivait ce soir, c’était de rencontrer un fantôme, une voix familière qui n’avait pas peur de dire ce qu’elle pensait, mais, qui, pour autant, n’avait pas daigné écouter une réponse. Cette [i]dernière[i] intervention qui avait interpelé Matthew et qui l’avait obnubilé pendant plusieurs jours. Il avait voulu en savoir plus et, comme elle ne lui en avait pas laissé le choix, le Jaguar avait dû se mettre à la recherche de cette voix, de ce visage, dont il ne savait rien. Il avait, bien entendu, posé quelques questions aux personnes présentes sur place, mais il avait fait chou blanc. Et retrouver une personne dans une aussi grande ville que la Nouvelle-Orléans, sans savoir son nom, c’était aussi facile que de trouver un épi de foin spécifique dans une botte complète. Son visage était probablement l’indice qui lui servirait le plus, mais à défaut de placarder un portrait-robot, cela lui avait pris du temps, jusqu’à ce que finalement une discussion autour d’un verre, dans un bar, lui donna un indice de taille, le nom d’une salle de sport : I Like It Heavy, dont la propriétaire ressemblait probablement au portrait qu’en donnait le Sachem.

Une fois le nom en poche, l’adresse suivit rapidement et c’était ce lieu que Matthew recherchait activement. Compte-tenu des horaires qu’il avait pu trouver en ligne, il avait tenu à arriver un peu avant la fermeture pour être certain de pouvoir enfin, peut-être, essayer de mettre un terme à cette irrésistible impression qu’il avait de devoir la confronter. Etait-ce la façon dont elle l’avait apostrophé ? La manière dont elle lui avait parlé ? La façon qu’elle avait eu de s’en aller juste après ? Probablement un peu de tout cela. Mais quelque chose au fond de lui l’avait poussé à la trouver et à lui faire face. Peut-être que cela ne changerait rien, peut-être que cela ne mènerait à rien, mais pourquoi ne pas essayer ? Il arriva finalement devant le bâtiment, duquel s’échappait un peu de lumière signe qu’au moins, il n’était pas trop tard. Il jeta un œil à sa montrer, dix minutes avant l’heure de fermeture. Parfait. Il jeta un œil sur l’enseigne et poussa finalement la porte. L’air à l’intérieur était un peu plus chaud, mais nettement plus sec qu’à l’extérieur. Il s’essuya correctement les chaussures sur le grand tapis de l’entrée, ouvrant négligemment son blouson de cuir devenu une protection inutile, il jeta un coup d’œil pour appréhender la salle. Restait à trouver la personne qu’il cherchait, mais à défaut d’un nom, il avait son visage et ne manquerait pas de la reconnaître. Quelques personnes, qui ne correspondaient pas à la description de ses souvenirs, semblaient s’entrainer en solitaire mais quelques éclats provenaient d’un peu plus loin où il devait y avoir un petit groupe, réalisant très certainement la dernière séance d’exercices de la journée. Sans se formaliser davantage, il se dit qu’il pouvait aussi tout aussi bien attendre la fermeture sans chercher à bousculer les choses. Il repéra donc un large pilier métallique, non loin de l’entrée, et s’y adossa tranquillement.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
Logan Chavez
Métamorphes
Logan Chavez

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
First Rule: Do not talk about it. Vote_lcap23/30First Rule: Do not talk about it. 160125120054759347  (23/30)

First Rule: Do not talk about it. Vide
MessageSujet: Re: First Rule: Do not talk about it.   First Rule: Do not talk about it. Icon_minitimeSam 11 Jan - 0:15

C'est la fin de journée, la salle va bientôt fermer. Ca et là quelques habitués restent jusqu'au bout pour finir leurs séances et finalement un à un retournent aux vestiaires pour se changer avant la fermeture. Au fond, une classe de spinning qui libèrera dans quelques instants ses participants épuisés mais -espérons le du moins- satisfaits. Une journée normale, une journée de routine.

Logan revient du dortoir où elle a fait le compte des dispo et lits pris, du nombre de draps à faire laver, de.. De toute la logistique, en somme. C'est du travail en plus, mais qu'elle fait de bon coeur. C'est important, et de toute façon ce n'est plus comme si elle avait besoin de rentrer parce qu'on l'attend. A sa séparation avec Amber, c'est à corps perdu que Logan s'était jetée dans le travail. Que ce soit pour le Talion, ou sa salle de sports, ou aider les gens de la commu. Juste s'occuper, s'occuper des autres pour ne pas trop penser à l'appartement vide.

Maintenant ça va mieux, ça lui est passé. Logan s'est habituée. Mais il n'en reste pas moins vrai qu'il y a toujours à faire. Surtout si elle veut boucler le bilan et la paperasse pour aller manger avec sa fille demain soir. Et rater uen soirée avec River, il en est tout simplement hors de question.

C'est en se demandant distraitement où l'emmener que son regard tombe sur toi, de l'autre côté de la pièce. Chiasse. Tu veux quoi ? Un lourd soupir qu'elle ne prend pas la peine de cacher, ses yeux qui roulent d'un air fatigué d'avance, et la voilà qui franchit les quelques mètres qui vous sépare. En marchant elle entend le cours se terminer, les gens se hâter vers les vestiaires. Tu as choisis ton heure, hein ? Logan se demande si tu as eu du mal à la retrouver. Quelque part, elle espère que oui : ça voudrait dire que tu ne flanches pas si facilement, qu'il y a peut-être finalement autre chose de plus déterminé que ce que tu avais montré à la réunion.

- 'Soir. Je doute que ce soit pour l'amour du sport que j'ai droit à cette visite ?

C'est dit avec un sourire en coin, à mi-chemin entre l'amusement et le rictus. C'est un peu carnassier, malgré elle, mais pas agressif.

Quelqu'un vient vers vous, visiblement une personne du staff vu son badge au cou. Logan te fait signe de lui accorder une minute, et se tourne pour faire un salut. Récupérant des papiers, l'aigle en profite pour aussi tendre la main pour les clefs.

- Hey, Mo'. Te bile pas pour la fermeture, je m'en charge ce soir. Profites en pour filer tant que tu peux.


Mo', qui te jette un regard curieux, puis sans commenter fait un salut de la main à sa boss avec un sourire et de repartir prestement. Aucune idée de qui tu es, mais c'est grâce à ta venue que Logan s'occupe finalement de la fermeture : c'est plutôt cool. Et puis elle est très largement capable de gérer n'importe qui.

Logan à nouveau se tourner vers toi, clefs en main et visiblement pas ébranlée pour deux sous par ta venue surprise. Une main dans une poche, l'autre tenant les affaires, elle te regarde bien en face.

- Désolée pour l'interlude. Mais ça y est, c'est bon, j'suis vraiment dispo.

Tu ne t'es certainement pas pointé ici pour juste admirer le décor. C'est probablement par rapport à ce qu'elle t'avait balancé la dernière fois mais, heh. Sait-on jamais. Tu peux la surprendre.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4980-we-live-in-a-bad-girl-s-worl
Matthew Williams
Métamorphes
Matthew Williams

Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
First Rule: Do not talk about it. Vote_lcap18/30First Rule: Do not talk about it. 160125120054759347  (18/30)

First Rule: Do not talk about it. Vide
MessageSujet: Re: First Rule: Do not talk about it.   First Rule: Do not talk about it. Icon_minitimeSam 11 Jan - 1:52

Ce n’était probablement pas la meilleure façon de passer le temps, ou du moins pas la manière la plus innocente, mais sans nom il pouvait difficilement venir interrompre les quelques derniers habitués dans la salle et pour quelques minutes, il pouvait tout aussi bien attendre. Au pire, la présence d’un nouvel arrivant susciterait peut-être l’attention d’un responsable et il aurait l’occasion d’engager la discussion presque naturellement. Il prit le temps d’observer tranquillement ce qui pouvait se passer, réfléchissant plus ou moins à ce qu’il allait pouvoir dire ou faire. Parce que c’était bien beau de se finir par mettre la main sur celle qui l’avait plus ou moins remis en place lors de la dernière réunion au Mentis Animalis, mais encore fallait-il savoir quoi faire ensuite. Et c’est peut-être à ce moment que le Sachem réalisa qu’il n’y avait peut-être pas particulièrement réfléchi. Soupirant doucement pour lui-même, conscient que ce n’était pas la première fois et que ce ne serait pas la dernière qu’il se concentrait sur quelque chose sans pour autant réfléchir à la suite. De toute façon, il n’eut pas le temps de s’inquiéter davantage de ce détail, car, sortant d’une sorte d’arrière-salle, il aperçut enfin celle qui lui trottait dans l’esprit depuis plusieurs semaines. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres, pour lui-même, concluant une traque, qui n’en était pas vraiment une. Il ne la quitta pas du regard, conscient qu’elle ne l’avait probablement pas encore remarqué, mais qu’elle ne manquerait pas de le faire à terme. C’était l’avantage d’être métamorphe, l’instinct animal exacerbait particulièrement la sensation d’être observé. D’ailleurs, cela ne manqua pas. L’intéressée croisa finalement son regard. Le Jaguar ne bougea pas avant qu’elle ne continue s’approche de lui, où il se redressa de son pilier.

Le ton qu’elle employa, ainsi que le regard qu’elle lui offrit, le fit sourire légèrement, ce qu’il ne montra que peu, mais il n’avait pas imaginé autre chose venant d’elle. S’il avait passé du temps à s’imaginer ce à quoi leur rencontre ressemblerait, elle n’aurait probablement pas commencé autrement qu’ainsi. Il allait répondre, mais quelqu’un s’approcha d’eux, visiblement un membre du staff à en croire le badge qu’elle portait autour du cou. Matthew attendit patiemment, jetant un œil aux personnes qui quittaient le cours et se rendaient probablement aux vestiaires pour se changer, peut-être prendre une douche, et finalement rentrer. Cela lui fit penser que cela faisait un petit moment qu’il n’avait pas fréquenté une salle de sport, au moins de manière régulière. Il est finalement interrompu. Ca y est, ça commence pour de bon. « Je t’en prie, après le temps qu’il m’a fallu pour te retrouver, je ne suis pas à quelques minutes près. » Le Sachem haussa légèrement les épaules. Avouer qu’il avait mis du temps à lui mettre la main dessus n’était pas tellement un aveu de faiblesse. Après tout, avec juste un visage et une maigre phrase lancée en pleine figure au milieu de la foule, il n’avait pas eu grand-chose avec quoi travailler. « C’est plutôt sympa comme endroit. Compte-tenu de ce que je viens de voir, j’imagine que t’es la taulière ? » Tandis qu’il posait sa question, il avait pris la liberté de faire quelques pas dans les lieux pour apprécier un peu mieux la salle de sport. Alors qu’il déambulait, son regard se posa sur le ring de boxe pendant quelques instants. Il s’en approcha, le regardant un peu pensivement, avant qu’il ne se retourne finalement vers la métamorphe. « Ça te dit d’échanger quelques coups ? » Oh, il était parfaitement sérieux, peut-être un peu amusé par l’idée, mais sans même y réfléchir davantage, c’était un bon moyen d’en apprendre un peu plus sur cette mystérieuse inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
Logan Chavez
Métamorphes
Logan Chavez

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
First Rule: Do not talk about it. Vote_lcap23/30First Rule: Do not talk about it. 160125120054759347  (23/30)

First Rule: Do not talk about it. Vide
MessageSujet: Re: First Rule: Do not talk about it.   First Rule: Do not talk about it. Icon_minitimeDim 12 Jan - 19:31

Tu la laisse gérer ses affaires, et ta réplique n'est pas sans lui arracher un léger rictus. Ah bon, tu as donc eu du travail pour la retrouver ? Parfait. Ca lui plaît. Ce n'est pas tant pour son égo -même si la perspective de t'avoir fait plancher est évidemment plutôt agréable- que pour ce que ça révèle de toi. Ainsi donc tu n'es pas qu'un pauvre gars qui se laisse bringueballer comme une poupée. Reste maintenant la question à cent balles : qu'est-ce que tu lui veux ?

C'est évidemment là qu'on vous interrompt, et Logan remarque le coup d'oeil que Mo' te jette. Mais c'est avec un air d'approbation dans le regard que l'aigle l'observe repartir : pas de question, pas de commentaire. C'est une des règles tacite du lieu. Avec les gens qu'elle accueille au dortoir, avec tout le monde ici qui vient trouver un refuge à ILIH, c'est quelque chose qui s'est naturellement mis en place. Plus ou moins naturellement, au moins.

Ta question fait ricaner Logan, qui te laisse explorer comme un grand. Son regard est un peu plus froid, et elle t'observe déambuler en haussant des épaules en guise de réponse.

- Taulière, j'aime pas ce mot. Mais on peut dire ça en quelque sorte, oui.

Elle te jauge, calmement. Logan aurait pu te demander ce que ca peut te faire, aurait pu frontalement te questionner sur la raison de ta venue. Mais à chaque chose son temps. La patience est une vertue apprise à la chasse, et l'aigle n'est pas prête à déjà révéler ses cartes. Au lieu de ça elle t'observe déambuler et attend patiemment son heure. Qu'est-ce que tu lui veux, exactement ? Mentalement la Stratège se fait un recap mental de ce qu'elle a pu apprendre de toi, que ce soit via le Talion ou de façon plus générale.

Que tu la trouves ici n'engage pas à grand chose -c'est certainement mieux que si tu l'avais stalké jusqu'à son appartement. La métamorphe se demande ce que tu as pu glaner d'autre sur elle. Son boulot, évidemment, mais quoi d'autre ? Est-ce que tu sais qu'elle est connue dans le milieu queer ? Est-ce que tu as fouillé son passé, ses fréquentations ? Que la salle et les environs soient son "territoire" n'est pas un secret. Après tout, elle avait du défendre la salle même avant l'arrivée du Talion et plus d'un avait roulé au sol en cherchant des crosses à elle ou quelqu'un de la commu. Qu'elle se batte n'est donc pas, non plus, un secret à préserver.

Est-ce à cela que tu penses, en lui proposant un échange dans le ring ? Insondable, Logan te suit quelques pas derrière et une fois de plus hausse des épaules. Tu prends ton temps ? Très bien, si tu veux. Elle suivra ton rythme pour le moment. A quel point sais-tu te battre ? Sans doute un minimum : de ce qu'elle sait de ta vie, tu n'aurais sans doute pas survécu sinon. A fortiori vu ton animal totem.

Un rictus, alors qu'elle redresse le mention avec un brin de défi.

- La salle est normalement fermée, mais ok Boss.

Un nouveau rictus alors qu'elle approche le ring, qu'elle tapote avec affection. Tu n'es pas vraiment sapé pour ça, mais hey. C'est juste amical, pas vrai ? Logan, avec son survet et son t-shirt de sport, sera clairement à l'aise pour bouger. Machinalement, elle range le badge d'acces qui pend à son cou dans une poche dont elle zippe la fermeture éclair. Un bref éclat dans son regard : Logan a toujours aimé se battre. Pour défoncer quelqu'un, protéger, ou simplement le côté sportif de la chose.

- Quelles sont les règles ? Besoin de gants ?

A quoi veux-tu jouer, chaton ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4980-we-live-in-a-bad-girl-s-worl
Matthew Williams
Métamorphes
Matthew Williams

Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
First Rule: Do not talk about it. Vote_lcap18/30First Rule: Do not talk about it. 160125120054759347  (18/30)

First Rule: Do not talk about it. Vide
MessageSujet: Re: First Rule: Do not talk about it.   First Rule: Do not talk about it. Icon_minitimeDim 12 Jan - 21:16

Se battre… C’était devenu comme une seconde nature pour Matthew ses derniers temps, mais il avait appris à se défendre, ou à défendre les autres, depuis bien longtemps. S’il avait eu l’occasion, à plusieurs reprises, de se reposer sur ses talents de combat à mains nues dans différentes villes du monde, la Nouvelle-Orléans détenait probablement le record de rixe l’impliquant, ce qui n’était pas bien difficile, vu qu’elle était probablement presque la ville qui l’avait vu le plus longtemps vivre entre ses murs. Néanmoins, c’était également un bon moyen d’apprendre à connaître quelqu’un sans avoir à lui poser énormément de questions. La manière de combattre, de parer, de danser avec l’autre… Tout n’était qu’un prétexte pour apprendre. Le combat avait aussi cette magie de pousser l’autre à n’être qu’instinct, et, par là-même, il était plus facile d’obtenir une réponse sans réflexion, derrière laquelle il n’y avait rien d’autre que la vérité. Et puis, Matthew devait l’admettre, l’adrénaline d’un combat n’avait pas son égal. Peut-être devrait-il s’inscrire dans une salle pour trouver des adversaires qui, pour une fois, ne chercheraient pas spécialement à essayer de le tuer ? Ce n’était peut-être pas une mauvaise idée, d’autant que ça lui permettrait probablement d’apprendre deux ou trois choses qui ne seraient pas superflues, malgré son expérience dans le domaine de la rixe, de bar ou de rue. Le Sachem nota l’aversion de la métamorphe pour l’appellation taulière et veillerait à ne plus l’utiliser. Après tout, il était vrai que cela pouvait être vu de manière un peu négative. Il ne s’en excusa toutefois pas oralement, c’était probablement inutile, ce qui était dit, était dit.

Il eut un petit sourire quand elle accepta son défi, pour peu que l’on puisse appeler vraiment ça un défi. C’était juste l’occasion d’échanger quelques coups, pour le plaisir, même si, au fond, il y avait un peu plus que ça à cette histoire. Il se fendit néanmoins d’un haussement d’épaules lui aussi. « Boss… Je n’aime pas ce mot. » Il rajouta un petit clin d’œil. Certes, il était le Sachem, mais il n’aimait pas quand ce titre lui revenait en pleine face de la part des métamorphes. Non pas parce qu’il n’assumait pas sa place, mais simplement qu’il n’était pas nécessaire, selon lui, de tout résumer à des questions de hiérarchie. Alors qu’elle s’approchait du ring, il l’observa un temps en silence, jusqu’à ce qu’elle lui demande les règles et s’il y avait besoin de gants. « Je pense qu’on peut se passer de gants. Je ne suis pas contre quelques bandes, si tu as ça sous la main, mais on peut faire sans. » En toute honnêteté, les différentes règles de boxe lui échappait complètement. Il savait que certaines limitaient les coups et les cibles possibles, mais ce n’était pas le genre de la maison de s’imposer des règles superflues. Quelque chose lui disait qu’elle aussi avait appris à se battre – pour de vrai – et que, dans ce cas-là, il n’y a qu’une seule règle : survivre.

Il attrapa le cordage et se hissa sur le ring. « Pour les règles… On va dire : pas de morsures, pas de coups déloyaux. Mais sinon tout est permis. » Ca laissait de la place à l’interprétation, mais, en gros, ce qu’il voulait dire c’était simplement qu’ils pouvaient se battre à l’envie, mais qu’il n’était pas là pour gagner à tout prix. Il en profita pour retirer son blouson qu’il posa sur une corde dans un coin, puis, alors qu’il agrippait son T-shirt pour s’en débarrasser, il se retourna vers la Métamorphe. « Ça te dérange si je me bats torse nu ? Je préfèrerais éviter de le réduire en charpie pour pouvoir rentrer avec quelque chose sur le dos tout à l’heure… » Il attendit son accord avant de l’enlever et le déposa avec son blouson avant d’attraper les bandes qu’elle lui tendit. Tandis qu’il les enroulait autour de ses mains et de ses poignets, il se permit une précision qui avait de l’importance. « Par contre, pas de favoritisme s’il te plait. Sachem ou pas. Si tu peux me botter le cul, tu le fais. J’ai la tête dure, pas la peine de retenir tes coups pour préserver mon égo. » Quelque chose lui disait que la précision était inutile, mais ce n’était jamais mal de le rappeler. Et puis, de toute façon, on apprenait souvent bien plus d’une défaite, que d’une victoire. Non ? Il termina de serrer ses bandes, fit quelques rapides étirements des épaules et de la nuque et se mis en garde. « Quand tu veux. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
Logan Chavez
Métamorphes
Logan Chavez

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
First Rule: Do not talk about it. Vote_lcap23/30First Rule: Do not talk about it. 160125120054759347  (23/30)

First Rule: Do not talk about it. Vide
MessageSujet: Re: First Rule: Do not talk about it.   First Rule: Do not talk about it. Icon_minitimeDim 12 Jan - 22:03

Pas de hiérarchie ? Ah ça, elle avait bien remarqué que tu voulais leur donner l'impression que tu n'étais pas au dessus d'eux, à la réunion. Un joli bullshit, si on lui demande à elle, mais hey. A chacun sa façon de voir les choses, pas vrai ? Si tu veux prétendre que y a pas de boss et que c'est du flan.. C'est pas Logan que ça va ébranler. Un bref hochement de tête pour montrer qu'elle a entendu, mais pas d'excuse pour autant. De toute façon tu te la joues gars cool, et elle se demande si tu cherches à créer une complicité quelconque avec ton clin d'oeil de crooner. Il en faudra tellement plus que ça.

Pas de gants mais des bandes ? Si tu veux, va. Un léger ricanement quand tu lui demandes si y a ça en stock, et elle se contente de soulever le drap du ring pour en sortir un caisson. Dedans, plusieurs paires de gants -ceux de rechange au cas où il en manque dans le stock régulier- et une autre boîte qui contient les fameuses bandes et quelques autres trucs nécessaires et variés. Saisissant une paire qu'elle te jette, Logan attrape ses propres bandes personelles. Celles-ci sont bleu sombre, comparé à la plupart des autres qui oscillent entre le blanc et le gris. Refermant le tout, l'aigle le repousse rapidement sous le ring et s'équipe rapidement à son tour.

- Ok pour les règles. Et le t-shirt je m'en fous maintenant que la salle est fermée. C'est vraiment pas ça qui va me tournebouler, sans vouloir t'offenser.

Ca se voit qu'elle s'en carre complètement. Penses-tu, elle a du en voir d'autres. Logan, pour ce qui ne sera sans doute pas la dernière fois, se demande si tu es vraiment si bisounours ou si tu espères l'amadouer avec cette attitude de bon gars. Elle ? Par défaut, ca lui donne plutôt envie de t'éclater le nez. L'aigle a le sentiment que tu cherches à l'endormir, à faire oublier ce statut de leader que tu as, qu'elle le veuille ou non. Que tu cherches à glaner des infos sur elle et à la jauger, c'est évident. Vous le faites tous les deux, et c'est de bonne guerre. Ta stratégie, en revanche, lui fait se demander si tu sais bien ce que tu fais. Mais ca non plus, ce n'est pas la première ni sans doute la dernière fois qu'elle se demande ça.

Une fois équippée, elle fait rouler un peu les épaules par habitude et entre dans le ring d'un mouvement souple et habitué. Sobre, ceci dit. De son temps de catcheuse, elle a pu faire milles entrées, en combat ou non. C'était une façon de faire passer de l'état d'esprit de sa persona, un message. Ici, parfois, elle s'amuse encore à faire quelques effets pour amuser la galerie. Avec toi ? Lol, non. C'est avec un oeil perçant qu'elle t'observe entrer aussi, te jauge, estime tes mouvements et ton style. Vous allez très certainement chacun apprendre de l'autre, encore qu'elle a moins à perdre. Après tout, beaucoup savent déjà ce qu'elle sait faire en tant que combattante, ex-catcheuse.. Rien qu'il ne soit pas possible de trouver en fouillant un peu, et qu'elle ne prend donc pas la peine de masquer. Au contraire, cela fait aussi un peu partie de sa persona d'aujourd'hui, qu'elle le veuille ou non. D'ailleurs, à l'époque, Amber avait réussi à dégotter des vidéo de son temps dans le catch. Et on ne peut pas dire d'elle qu'elle soit une hackeuse. Comme quoi, hein..

Ta requête lui arrache un ricanement alors qu'elle t'observe avec gouaille, haussant un sourcil. Ah, que c'est magnanime de ta part, l'autoriser à te botter le cul. Quel homme bon et courageux que tu fais. Elle, se foutre de ta gueule ? Jamais. Surtout pas des hommes, oh.

- Trop aimable. T'en fais pas, je suis pas du genre à faire ça. Et j'en attend autant de toi : pas de favoritisme, faible femme ou pas.

Et quand tu lui proposes de commencer.. Ah ! Un bref sourire anime son visage, toujours empreint de cette même gouaille qui ne l'a pas vraiment quitte de tout à l'heure.

- Si c'est par galanterie que tu veux que je commence, je te conseille de garder tes jolies manières au placard.

Se mettant en position, elle te jauge un moment, marche un peu sur le côté pour te forcer à bouger. Elle ne va certainement pas jouer ses cartes dès le début. Son visage est impassible, si ce n'est l'ombre d'un rictus. A force de jouer un personnage qui avait ce genre d'attitude à la WWE, à force de garder ce genre de masque pour calmer des pécores tendax, c'est devenu son expression par défaut lorsqu'elle s'engage au combat. Amber lui avait dit un jour que ca lui donnait un côté tête à claque. Logan avait répondu en ricanant que c'était donc parfais pour l'occasion.

Après quelques secondes à se jauger, Logan ricane un peu. Plus par réflexe qu'autre chose, il faut bien le dire. Un jab, en ouverture. Ce n'est pas particulièrement rapide, ni vraiment lent. Elle te teste, veut voir comment tu te débrouilles sans pour autant commencer sur les chapeaux de roues. C'est comme depuis tout à l'heure, heh : elle suivra ton rythme.

Mène la danse, chef.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4980-we-live-in-a-bad-girl-s-worl
Matthew Williams
Métamorphes
Matthew Williams

Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
First Rule: Do not talk about it. Vote_lcap18/30First Rule: Do not talk about it. 160125120054759347  (18/30)

First Rule: Do not talk about it. Vide
MessageSujet: Re: First Rule: Do not talk about it.   First Rule: Do not talk about it. Icon_minitimeDim 12 Jan - 23:08

Bisounours ? Peut-être un peu. Matthew était peut-être un peu trop gentil, un peu trop optimiste, un peu trop… beaucoup de choses pour pouvoir vivre correctement dans un monde aussi difficile que celui dans lequel ils vivaient tous. Mais il avait survécu jusqu’alors, aussi pourquoi changerait-il quelque chose à cela ? Et s’il était trop gentil, qu’importe. On pourrait lui reprocher beaucoup de choses, mais il était hors de question qu’il change sa nature profonde sous prétexte qu’il avait désormais des responsabilités. Il ne doutait pas qu’il finirait par apprendre certaines choses, à être différent de ce qu’il était alors, mais il ne voulait pas perdre de vue les valeurs qui étaient les siennes au commencement. Et cela, peu importe ce que les autres pouvaient penser de lui. Si ses ennemis pouvaient penser qu’il était trop faible à vouloir protéger les autres, qu’ils le fassent, ils seraient peut-être surpris de la force qu’il pouvait en tirer. « Je préférais demander. Élémentaire politesse. » Ce n’était ni de la galanterie, ni quoi que ce soit d’autre. Véritablement une simple politesse, quoi qu’on puisse en dire, quoi qu’on puisse en penser. S’il était venu pour un entraînement, il aurait bien entendu ramené une tenue pour cela, incluant tout ce qu’il fallait. Mais là, il avait été un peu pris de court, comme il l’était souvent ces derniers temps. Mais c’était ainsi qu’il agissait, plus à l’instinct qu’à la réflexion, mais, ces derniers temps, il lui semblait plus efficace de suivre ses sensations que d’essayer d’y réfléchir encore et encore. Cela avait valu pour Arn et lui, et cela lui vaudrait probablement pour beaucoup d’autres choses encore.

« Je ne comptais pas retenir mes coups, à mon avis, je suis le challenger dans notre petit jeu. » Et pour cause, du peu qu’on avait pu lui dire, elle n’avait besoin de personne pour se défendre. Même si, étonnamment, on ne lui avait pas dit son nom, mais Matthew serait toujours à même de le lui demander le moment venu. Il eut un petit regard surpris quand elle lui renvoya ses jolies manières en pleine figure. Il ne fallait voir dans ses propos qu’un simple accord verbal qu’il était prêt, rien de galant, peut-être simplement fair-play. Mais peut-être fallait-il y voir un excès de méfiance envers les individus de type masculin ? Peut-être se faisait-il des idées, mais la voir autant sur la défensive était troublant. Il préféra cependant ne pas jeter d’huile sur le feu et se contenta de quelques mouvements de jambes, lent et tranquille, afin d’apprécier la distance qui les séparer. Quand elle se fendit d’un poing en avant, il recula, juste ce qu’il faut pour maintenir leurs deux corps suffisamment éloignés. Il connaissait quelques tours, quelques esquives suivies de bottes secrètes, après tout, on ne gagnait pas toutes les rixes de bar avec une simple force brute. Mais là, ils agissaient comme deux animaux qui se tournaient autour, se testant l’un et l’autre, cherchant peut-être la faille à exploiter, le moment qui leur permettrait de donner l’assaut décisif. Pourtant, il n’y avait aucun enjeu. N’est-il pas ? Peut-être que ce n’était pas une passe d’arme si innocente que cela. Il décida d’en sourire et de jouer sur une note plus agile que celle qu’il avait l’habitude de faire. Après tout, ça ne coûtait rien d’essayer d’en tirer quelque chose pour lui-même.

Il continua à tourner à l’intérieur du ring, un pas après l’autre, sans la quitter du regard. Au fond de ses yeux, il y avait peut-être une pointe d’amusement. Il pouvait sentir qu’elle était dangereuse, mais il ne voulait pas qu’elle pense qu’il se moquait d’elle. Bien au contraire. Au bout d’un moment, il se fendit lui aussi vers l’avant. Pivotant l’ensemble de son côté gauche dans sa direction, il réduisit la distance qui les séparait. À son tour, elle esquiva. Sans se démonter, il reprit plus ou moins position, repartit dans l’autre sens. Sans réellement attendre qu’elle ne daigne riposter encore, il recommença, du côté droit cette fois-ci. Mais là où elle aurait pu esquiver à nouveau, elle préféra parer, le forçant à réagir afin qu’il ne laisse pas une ouverture béante dans sa garde. Il se baissa alors et, suivant le mouvement initié par la parade, déposa son bras droit en soutien sur le ring et déplia le pied gauche pour ratisser au niveau du sol. En vain, car le mouvement n’était pas très difficile à esquiver. Profitant de la rotation, il se redressa, reprenant ses appuis. L’idée était de lui montrer qu’elle pouvait ne pas avoir trop peur d’y mettre un peu du sien. Même si, bien entendu, elle pouvait encore douter de ses capacités à encaisser les assauts un peu soutenu. Mais il aura l’occasion de le lui montrer le moment venu. Et s’il doit finir allongé sur le ring. So be it.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
Contenu sponsorisé


First Rule: Do not talk about it. Vide
MessageSujet: Re: First Rule: Do not talk about it.   First Rule: Do not talk about it. Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

First Rule: Do not talk about it.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE III : Les vieux quartiers ¤ :: ║La rue principale║-