Qui est en ligne ?
Sur Discord, en ce moment.



 

Partagez
 

 Ainsi, voilà.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zénon Petitpas
Métamorphes
Zénon Petitpas

Identification
Emploi: Peintre et tatoueur
Age apparent: 28 ans
Dangerosité:
Ainsi, voilà. Vote_lcap15/30Ainsi, voilà. 160125120054759347  (15/30)

Ainsi, voilà. Vide
MessageSujet: Ainsi, voilà.   Ainsi, voilà. Icon_minitimeSam 13 Juil - 0:48

Il est .. Zénon ne sait pas quelle heure il est. C'est l'après-midi, un truc comme ça. Il s'en fout, le chat. D'abord, parce que son rythme de vie chaotique n'a véritablement pas de cadre, et que pour lui le temps est très relatif. Il ne raisonne pas en terme d'heure ni d'horaire, mais zigzague d'une tâche à une autre selon l'ordre où elles se présentent. Si elles ont un ordre.

L'autre raison pour laquelle le félin n'y pense pas, c'est parce qu'il est concentré. Assis en tailleurs sur un muret en ville, pas loin d'un grand bâtiment plein de gens, posca et stylo à la main, il dessine. Ses deux outils sont blancs et tranchent merveilleusement avec sa peau brune qui lui sert de toile. C'est que, vraiment, il aimerait bien un autre tattoo. Ca lui trotte en tête depuis un moment. Depuis la dernière saison des amours, c'est dire ! Presque un an.

Au début, il avait balayé ça avec nonchalance. Ca avait été remis à plus tard, entre les pizzas, les tatouages les toiles boudeuses. Et puis, petit à petit, ça avait fait son chemin. Mine de rien. Il avait même testé, a poil chez lui, à se faire des motifs sur la peau à divers endroits pour ensuite se transformer en chat. Fox avait accepté de l'aider dans sa recherche et l'avait pris en photo avec plus ou moins de succès pour que Zneh puisse, une fois sa forme humaine reprise, juger de l'état de l'encre. Mais une fois ses tests faits, s'il avait éé convaincu par la faisabilité de l'affaire, le chat n'avait trouvé aucune idée satisfaisante.

Ca l'a pris aujourd'hui, là maintenant. Il marchait devant l'université pour rentrer chez lui après une session, quand finalement il a une idée tangible. Une idée sérieuse. Alors il s'assoit sur le muret, et dessine. C'est d'abord vague, un peu flou. Des lignes qui partent en des contours bizarres et qui semblent un peu aléatoirs. Et puis, peu à peu, ça se profile. Se dépliant du poignet au coude, une fleur. Ou deux ? Chrysanthème et pivoine entrelacés étalent leurs pétales sur le bras du chat avec délicatesse et timidité. Les fleurs, il n'y avait pas trop pensé avant. Ce n'est pas forcement son truc pour lui. Mais ces deux là, c'était les préférées de sa mère. Et là, tout de suite.. Oui, là c'est uen autre affaire. Il se dit que ça pourrait être chouette, un truc pour elle.

Alors assis sur son muret, Zénon oublie le monde autour, les gens, la ville. Il dessine ses fleurs nouvelles sur son bras gauche. Le chat et les fleurs, ce serait joli comme réponse entre motifs. Ca lui plaît.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4678-zenon-petitpas
Andele
Faës
Andele

Identification
Emploi: Feu Follet / Etudiante
Age apparent: 25 ans
Dangerosité:
Ainsi, voilà. Vote_lcap19/30Ainsi, voilà. 160125120054759347  (19/30)

Ainsi, voilà. Vide
MessageSujet: Re: Ainsi, voilà.   Ainsi, voilà. Icon_minitimeMer 4 Sep - 12:17

Andele rentrait tranquillement de l'éco...pardon, de l'Université (ses amis humains lui avaient signifié que le terme était plus approprié), ses pieds nus traversant avec délectation la pelouse en cette fin d'après-midi.

Généralement, elle optait pour les cours de nuit à l'Ambassade : sa peau ne supportait pas très bien le soleil, et elle était souvent bien trop occupée avec les Feux Follets et leur groupe de musique moderne pour suivre les cours qui se déroulaient en journée. Mais cela arrivait qu'on la libère de ses autres obligations, et en ce cas elle se faisait un plaisir de s'incruster dans les divers cours que l'université proposait. Son statut de "célébrité" un peu particulier (elle restait la nouvelle -aux yeux des humains- chanteuse d'un groupe mondialement connu) lui permettait de faire plus ou moins ce qu'elle voulait.

Ça, et le fait que son parler et son caractère faisait que l'administration la comprenait difficilement et qu'elle était donc capable de leur faire croire qu'elle était effectivement inscrite dans tous les cours où elle s'incrustait.

Ayant fini d'assister au cours de communication par l'image où elle avait rejoint Karl (il était gentil, et il ne levait pas les yeux au ciel quand elle lui posait des questions, au contraire de beaucoup d'autres), la lorialet était présentement en train de parcourir les pelouses du campus pour passer chez Monomen avant de retourner sur Nelurin. Cela faisait un moment qu'elle n'avait pas passé de temps dans le sidhe artificiel, et cela lui manquait : elle avait besoin de savoir qu'il était toujours là, qu'il ne s'effondrait pas comme leur monde natal.

Mais ça, c'était une inquiétude qu'elle ne montrait à personne : ses frères et soeurs s'inquiétaient déjà tant pour elle, elle ne souhaitait pas leur alourdir la tâche. Et puis, de toute façon, Winruna le savait déjà. Evidemment qu'il le savait.

Regardant partout autour d'elle, passionnée par son dernier cours, Andele cherche des "images et leur possible portée communicationnelle". Ce que les humains pouvaient être amusants ! Un peu plus loin, un homme perché sur un mur semble se dessiner sur le bras. La faë penche la tête sur le côté, intriguée. Et décide de s'approcher, parce que pourquoi pas.

C'est ainsi qu'elle monta à son tour sur le muret, puis marcha sur ce dernier, pieds nus et bras écartés pour l'équilibre, jusqu'à arriver à hauteur de l'homme. Là, elle plia les genoux, mains autour de ses chevilles, ses grands yeux gris tous ronds absorbés par les fleurs qu'elle voyait presque bouger sur les muscles de l'humain. Magie de son interprétation ou simple illusion anatomique, qui savait vraiment.

L'Éveillée resta là un moment, sans rien dire, tête penchée et regard fixé sur les lignes blanches dessinées à même la peau noire. Et puis, finalement, elle tourna la tête vers celle de l'humain dessinateur, un grand sourire aux lèvres.

"Pourquoi pas un papillon ?"

_________________
Ainsi, voilà. 160501035810379808Ainsi, voilà. 160501035809444928
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3871-andele
Zénon Petitpas
Métamorphes
Zénon Petitpas

Identification
Emploi: Peintre et tatoueur
Age apparent: 28 ans
Dangerosité:
Ainsi, voilà. Vote_lcap15/30Ainsi, voilà. 160125120054759347  (15/30)

Ainsi, voilà. Vide
MessageSujet: Re: Ainsi, voilà.   Ainsi, voilà. Icon_minitimeDim 12 Jan - 18:07

Tout occupé à son affaire, Zénon ne t'as pas entendu venir. Ce n'est que lorsque tu parles quil redresse soudain la tête vers toi. Bonjour. Il te connait pas. C'est pas grave, ça ne le gêne pas plus que ça. On sait ce qu'il pense des rencontres randoms, après tout. Avec un air perplexe, il bouge son bras pour faire vivre les motifs d'ivoire, puis fait la moue. Papillon, non, il n'a pas trop envie. Il ne le sent pas, pas sur ce motif.

- Ces fleurs là, elles sont bien quand on les laisse tranquille. Un papillon ce serait trop d'animation.

Et puis le chat d'encre le mangerait. Ah ! Bin voyons. Zénon observe encore un peu les motifs, puis range le posca blanc et se tourne vers toi. Avec un sourire, il brandit son feutre noir. Il a toujours des stylos, des crayons, des trucs pour gribouiller quand ça lui prend. Sans jamais se souvenir exactement ce qu'il a emmené, d'ailleurs. Ca dépend des jours, de la veste, de ce qui lui reste.

- Je peux t'en faire un, si tu veux. Tu aimes les papillons ?

C'est aussi simple que cela, de parler avec Zen. Il ne s'embarrasse pas vraiment de protocole, de prudence, de ces choses là. Le métamorphe prend la vie comme elle vient, il suit le flow et s'en delecte alors qu'il se laisse porter dans l'espoir de toujours découvrir de nouveaux horizons. Pas besoin d'aller physiquement à l'autre bout du monde, quand on peut simplement savourer l'exotisme du quotidien. Et pour cela, Zénon est devenu expert.

C'en est même un mode de vie.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4678-zenon-petitpas
Andele
Faës
Andele

Identification
Emploi: Feu Follet / Etudiante
Age apparent: 25 ans
Dangerosité:
Ainsi, voilà. Vote_lcap19/30Ainsi, voilà. 160125120054759347  (19/30)

Ainsi, voilà. Vide
MessageSujet: Re: Ainsi, voilà.   Ainsi, voilà. Icon_minitimeMar 23 Juin - 18:53

La tête toujours penchée sur le côté, Andele suivait les mouvements des fleurs avec un sourire qui donnait l'impression qu'elle en savait plus qu'elle ne le disait. Son regard, lui, semblait encore s'être agrandi, n'ayant rien à envier aux chouettes qui faisaient leurs nids dans les bois du Bayou.

Elle le tourna vers le visage de l'humain quand ce dernier prit la parole. Elle n'était pas plus gênée que lui de parler à un inconnu : elle avait quitté ce monde pendant des centaines d'années, tout était inconnu pour elle à présent. Même si, petit à petit, elle récupérait les bribes de connaissances qui lui faisaient cruellement défaut à son réveil.

La jeune femme secoua la tête, envoyant valser ses longs cheveux gris dans tous les sens (et probablement dans la direction du dessinateur en passant). Elle n'aimait pas penser à ce genre de chose. Ce n'était jamais une bonne idée, de se laisser submerger par le Gris. L'une de ses mains quitta ses chevilles pour fouiller dans son sac, à la recherche du lecteur MP3 que son frère lui avait fait promettre de garder toujours sur elle, tandis qu'elle répondait à l'homme.


"Tranquille ? Tes plantes sont-elles tintées de solitude ou tentent-elles de tournoyer pour attirer ? Tension et attention sont communication."

Pas le même message, mais la même image. Une portée différente par l'impulsion, ou la légende ? Andele n'était pas certaine, les paroles du professeur tournoyaient, les explications de Karl aussi. Il y avait quelque chose chez ses fleurs qui l'intriguait, elle ne savait pas quoi encore. Peut-être qu'il s'agissait simplement de leur propriétaire, mais l’Éveillée n'en était pas certaine.

Un stylo noir devant ses yeux, un sourire tout blanc juste derrière. Contraste intriguant mais pas déplaisant. Qui tournoie autour de quoi ? Le sourire tourne, le stylo pas. Les deux fleurs s'entortillaient, elles.

Une question l'amène à sortir de ses réflexions. Andele pencha la tête pour voir le sourire plus que le stylo et sourit à son tour, avec un brin de nostalgie.


"Oui. Solitaires et silencieux, si soudainement disparus, pourtant planant partout pigmentant la planète."

Son regard se fit un peu absent, un peu triste.

"Libres."

Sa main se referma sur l'objet qu'elle cherchait, et elle laissa échapper un petit cri de joie. Oubliant tout ce qui pouvait se trouver autour d'elle, la lorialet mis le lecteur en route, enfonçant un écouteur dans son oreille sans tarder. Son regard de chouette retrouva un air moins affolé, moins lointain. Elle n'avait pourtant pas oublié ce dont ils étaient en train de parler.

"Sur le croissant, s'envolant vers la lune !"

Soulevant légèrement sa longue robe couleur de sable, Andele tendit son pied en direction du jeune humain. Sur la peau claire du dos de son pied se trouvait une tâche plus sombre, à la forme semblable à un croissant de lune.

Sa tête se pencha à nouveau.


"Tu aimes les fleurs ? Et la lune ? Pas les papillons... si ?"

Dans son oreille, la musique faisait son oeuvre.
_________________
Ainsi, voilà. 160501035810379808Ainsi, voilà. 160501035809444928
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t3871-andele
Zénon Petitpas
Métamorphes
Zénon Petitpas

Identification
Emploi: Peintre et tatoueur
Age apparent: 28 ans
Dangerosité:
Ainsi, voilà. Vote_lcap15/30Ainsi, voilà. 160125120054759347  (15/30)

Ainsi, voilà. Vide
MessageSujet: Re: Ainsi, voilà.   Ainsi, voilà. Icon_minitimeLun 17 Aoû - 23:43

Tu lui poses une bonne question, à propos de ses fleurs. Pourquoi pas de compagnie ? Peut-être qu'elles ont besoin d'espace. Peut-être qu'elles sont fatiguée de toute cette animation, des animaux partout, du mouvement. Ce sont des fleurs de calme, de tranquillité. Peut-être qu'elles dorment ? Ah, c'est possible, ça. Ca dort une fleur ? Ca doit. Elle peuvent pas faire que pousser en continue sans se reposer, surtout avec leur vie en accélérée.

- Je crois qu'elles ont juste envie de tranquillité, en fait.

Tu reprends la parole alors qu'il t'écoute et hoche de temps à autre la tête. C'est joli tes mots. Ca fait comme un poème ou une comptine. C'est une image avec des sons, une ambiance qui se devine mais ne souffre pas d'être dévoilée abruptement. Il visualise un paysage nocture, un mouvement furtif de la faune. Il y a des reflets qui dansent au gré des remous d'une rivière, il y a surtout un peu de magie dans ce petit paradis secret qui lui rend visite. Il faudra lui rendre hommage, il faudra le peindre. Mais pas tout de suite, non. Pas maintenant. L'heure est trop jeune, la vision trop fragile. S'il n'est pas prudent, elle perdra de sa saveur ou disparaitra tout à fait. La patience est de mise.

- J'aime tout, moi. Pas compliqué. Mais des fois, faut pas tout mélanger pour continuer d'aimer.

Il attrape ton pied sans autre forme de procès et l'observe, tête légèrement incliné. Ca fait presque animal. Presque. La lune se laisse deviner, joueuse, et le matou se demande ou volèterait le papillon. Sans doute qu'il tournerait autour, batifolerait dans les airs pour s'approcher peu à peu. Ils sont comme ça les papillons : ils font du charme par leur existance même. C'est un art de vie.

- Je crois que la lune a besoin de compagnie, oui.

Elle semble triste, isolée comme ça. Calme pourtant. C'est la lune, elle n'est pas du genre à se démonter pour si peu.

Le chat se laisse glilsser au sol, abandonnant le parapet de brique qui lui servait de perchoir. Assis par terre, le pied calé sur ses genoux, Zénon sourit un peu : il sait où sont les papillons. Les oui : c'est comme ça, ceux-là vont par pair. Qui est-il pour l'empêcher ? Le feutre fait sa marque sur ta peau, et Zen adopte machinalement des réflexes de tatouages sans le réaliser. Tendre légèrement la peau, dessiner toujours dans le même sans pour que la main ne fasse pas baver, faire des lignes propres quitte a les renforcer après coup.. Il aime peindre les gens autant que les toiles, décidément.

Une fois son oeuvre fini, le chat referme son stylo et te libère. Sur le pied, deux papillons dansent autour de la lune. C'est léger, festif, et paisible. Zen est plutôt content de son résultat improvisé. Mais c'est ton visage qu'il observe désormais : et toi, tu en penses quoi de ces nouveaux habitants sur ta peau ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.thevoodoochild.com/t4678-zenon-petitpas
Contenu sponsorisé


Ainsi, voilà. Vide
MessageSujet: Re: Ainsi, voilà.   Ainsi, voilà. Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Ainsi, voilà.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE I : Le quartier des affaires ¤ :: ║Le Centre-ville║ :: L'Université de l'Ambassade-