Qui est en ligne ?
Sur Discord, en ce moment.



 

Partagez | 
 

 1- Réanimation et non-vie d'un zombi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Voodoo Child
Folle à lier !
avatar

Identification
Emploi: Planteuse d’aiguilles !
Age apparent:
Dangerosité:
30/30  (30/30)

MessageSujet: 1- Réanimation et non-vie d'un zombi   Jeu 4 Mar - 21:12


Une prochaine refonte de l'ethnologie vodoun pourra éventuellement impacter l'ethnologie zombi

Création


Les Vodouns plaisantent souvent en disant que les groupies des vampires sont les véritables zombis et qu’elles ont moins d’âme que les morts ranimés. Mais il faut bien avouer que les vaudouisants sont les seuls à avoir une bonne opinion de leurs créations. Ce n’est jamais facile d’être un zombi à la Nouvelle-Orléans, comme la foule vous le rappellera à la moindre occasion.

Le mot zombi vient du kongo nzambe, qui veut dire « esprit du mort ». N’importe quel pratiquant de la religion pourra vous l’expliquer en quelques mots : un zombi est un mort qui est revenu parmi les vivants, sous une forme ou une autre, à la demande d’un Vodoun et (sauf exception des âmes errantes) avec l’autorisation du Baron Samedi. Rappelé pour servir la communauté, le zombi est entièrement asservi à la volonté de son Réanimateur et doit obéir à tous ses ordres. Si le Vodoun meurt, ses serviteurs s'éteignent avec lui.

Créer un zombi n'est pas chose facile, et le contrôler est tout aussi difficile. Un Vodoun ne peut contrôler qu'un petit nombre de zombis cadavres (dix est l'extrême limite), deux ou trois zombis astraux, et au très grand maximum deux zombis originaux. Inutile de dire que maîtriser tout ça en même temps est horriblement difficile, et grille très rapidement les neurones : un Vodoun avec une clique complète de zombis est soit suicidaire, soit incroyablement puissant. Seul le Baron de la ville a assez de mojo pour contrôler un tel nombre de serviteurs sans faire d'erreurs et sans perdre la raison.

L'espérance de vie d'un zombi est égale à l'espérance de vie de son réanimateur. Le jour où le réanimateur meurt, tous ses zombis meurent. Les zombis ne sont donc pas exactement immortels. Néanmoins, ils ne subissent plus le vieillissement. Ils vivent "grâce" au pouvoir de leur vodoun. C'est un peu comme si une partie de lui avait servi à animer le zombi. Lorsque le zombi a un souci, son vodoun peut le ressentir et vice et versa. Si le vodoun est blessé, le zombi sera un peu affaibli. En bref, le zombi et son réanimateur sont étroitement liés. Il est possible pour des outres d'être relevés comme zombis (à certaines exceptions près traitées en détail dans ce sujet), mais bien évidemment ils ne possèdent plus aucun des pouvoirs dont ils étaient dotés avant.

Mais au fait, on parle de zombis cadavres, astraux et originaux comme si c'était tout naturel mais dans le fond... c'est quoi exactement, ces bestioles là ?


Les trois types de zombis

Ça fait beaucoup de macchabées...

Le zombi cadavre

C'est un mort servile sans conscience, tout droit sorti d'un film d'horreur.
Peuvent être réanimés sous cette forme : normes, vodouns, wiccans... et même les métamorphes !

  • Il peut être ranimé à n'importe quel moment, au moyen d'un appel au pouvoir des loas, et du sacrifice d'un être vivant, peu importe le temps passé depuis la mort. La magie qui l'a relevé préserve la chair (s'il en reste) dans son état actuel, mais bien sûr, mieux vaut que votre serviteur n'expose pas ses entrailles en public, ça fait mauvais genre...

  • Étant mort et bien mort, il ne connaît ni la peur, ni la douleur, ni la fatigue. Cela lui donne une détermination, une poigne et une endurance que seul un cadavre ambulant peut vous offrir. Un zombi cadavre n'a pas à s'inquiéter de ses articulations et peut forcer sur ses muscles indéfiniment, ce qui lui donne l'avantage même sur le meilleur des Normes : essayez donc d'affronter un adversaire qui n'a aucun point faible. Bien évidemment, vieillesse, maladie et poisons passent à la trappe.

  • En revanche, son corps en lui-même est assez fragile, et un coup franc suffira parfois à briser un os ou disloquer un membre. Cependant, la puissance du sort lui permet de se reconstituer à une vitesse stupéfiante. Pour cette même raison, un zombi cadavre n'est vaincu que lorsque son corps a été entièrement détruit (par exemple par le feu).

  • Ses gestes sont lents et maladroits, et il ne peut "communiquer" que par sons gutturaux. Comme il n'a pas d'âme, et n'est qu'une sorte de serviteur de chair télécommandé, on se demande d'ailleurs bien ce qu'il pourrait avoir envie de communiquer avec quiconque. Cependant, si le Vodoun qui le contrôle est suffisamment puissant ou concentré sur lui, le zombi cadavre peut momentanément faire preuve d'une habileté et d'une rapidité surprenante.

  • Sans être proposé au jeu ce type de zombi est tout à fait intégrable à votre histoire et à vos interventions.

  • Tâches couramment assignées : Les zombis cadavres remplissent souvent des rôles de manutention rudimentaire. Beaucoup sont employés par la communauté des vaudouisants pour aider aux tâches les plus basiques. Un zombi cadavre, à condition d'avoir été suffisamment bien "programmé" pour faire ce travail - rappelons qu'il n'a aucune intelligence propre - peut faire un très bon vigile ou videur : après tout, un mort ambulant à la poigne de fer a de quoi intimider les intrus. Certaines entreprises peu regardantes les emploient comme ouvriers, et versent leur salaire à la famille.


Le zombi astral

C'est un esprit désincarné et spectral.
Peuvent être ramenés sous cette forme : les normes, les vodouns (sauf cas particuliers), et les wiccans (sauf cas particuliers). Certaines personnes, mortes depuis trop longtemps, ne peuvent pas être ramenées malgré la compatibilité théorique de leur espèce avec cette forme de réanimation : leur esprit reste injoignable.

  • En théorie, n'importe laquelle des personnes citées plus haut peut être rappelée en tant que zombi astral. Toutefois, le monde des ombres est incertain : une personne morte récemment est généralement bien plus facile à retrouver. Son esprit a des chances d'être plus plus clair et plus complet. Après, on ne sait pas comment ça se passe dans l'Outremonde, et ce n'est pas une règle fixe : il arrive qu'une personne morte depuis cinquante ans revienne dans un meilleur état qu'une qui ne l'est que depuis trois ans. Tout comme pour le zombi cadavre, l'invocation de ce zombi demande le sacrifice d'un être vivant. En revanche, cette fois, il est question de ramener l'âme depuis l'Outremonde à celui des vivants : il faut aussi contacter le Baron Samedi, le prier, et espérer qu'il accède à votre demande sans que cela ne vous coûte trop. Généralement, les zombis astraux ne demandent pas de (trop) gros sacrifices.

  • Le zombi astral est invisible aux yeux des vivants. Les vodouns (ainsi que la plupart des autres zombis astraux et originaux) peuvent communiquer avec lui sans peine. Les faës sont incapables de "voir" ces esprits. Cependant, ils sont viscéralement repoussés par leur présence qu'ils "sentent". Seules les goules ne sont pas concernées, leur rapport à la mort étant différent. La sensation en question est la même que celle qu'ils ont face à toute forme de créature morte ou mort-vivante : un dégoût désagréable.

  • Étant fait d'ectoplasme, le zombi astral est capable de traverser les objets solides. Il est totalement insensible aux assauts physiques. En revanche, un vodoun peut le repousser par sa puissance. La magie wiccane n'a aucun pouvoir sur lui.

  • Visuellement, le zombi astral ressemble à une forme humaine transparente de ce qu'il était de son vivant, plus ou moins précise selon la quantité de souvenirs qu'il a perdu. Le temps passé dans l'au-delà, souvent corrélé à la clarté de son esprit, peuvent aussi influencer sa couleur (de belles couleurs éclatantes pour un zombi astral parfait - certains reviennent même de l'Outremonde avec une énergie et une imagination du tonnerre qu'ils n'avaient pas de leur vivant. Un flou blanc-argenté pour un zombi plus incomplet.

  • Certaines âmes très abîmées prennent une couleur noire profonde. Quand le vodoun voit se matérialiser un zombi astral de cet acabit, généralement, il annule tout de suite le rituel. Ces âmes en souffrance paraissent avoir perdu toute forme de raison. Même si il y a peu de danger à en garder une avec soi, comme elle n'a aucun pouvoir sur le monde physique, on trouve souvent désagréable de l'entendre hurler et de la voir se tortiller dans tous les sens à longueur de journée, sans possibilité de communiquer plus que ça.

  • Cette catégorie de zombis n'est pas proposée au jeu, mais vous en rencontrerez peut-être sous forme de PNJs facétieux ! Les vodouns sont en mesure d'en relever sous forme de PNJ si bien que -tout comme pour le zombi cadavre- vous pouvez en intégrer des interventions dans vos rp.

  • Tâches couramment assignées : Certains vodouns qui n'ont pas les capacités de relever un zombi original font revenir leurs proches à la vie sous forme de zombi astral afin de rester malgré tout en contact constant avec eux. On trouve toutefois de nombreuses autres raisons beaucoup moins sentimentales de créer des zombi astraux : besoin d'un témoignage post-mortem pour un procès ? Si vous avez confiance en la parole du vodoun qui relève le zombi, c'est faisable ! Les zombis astraux peuvent aussi servir d'espions particulièrement efficaces puisqu'ils peuvent traverser les murs et sont parfaitement invisibles pour une majeure partie de la population.


Le zombi original

C'est un corps ranimé auquel on a redonné son esprit, sa personnalité et ses souvenirs.
Peuvent être ramenés sous cette forme : les normes, les vodouns (sauf cas particuliers), et les wiccans (sauf cas particuliers). Certaines personnes, mortes depuis trop longtemps, ne peuvent pas être ramenées malgré la compatibilité théorique de leur espèce avec cette forme de réanimation : leur esprit reste injoignable.

  • C'est le seul zombi que vous pouvez incarner en tant que personnage joueur.

  • Dans le meilleur des cas, le zombi original a l'air tout à fait normal. Ce meilleur des cas correspond à celui où il n'a pas eu le temps de se décomposer. Il est cependant possible de réanimer des corps bien plus abîmés. La reconstruction d'un corps demande un rituel complexe, dangereux et coûteux, qui peut demander l'action de plusieurs très bons vodouns associés. Les négociations se font dans tous les cas avec le Baron Samedi. Selon vos exigences, ça peut vous coûter (très) cher en sacrifices. Selon le temps passé depuis la mort, il devient de plus en plus dur d'avoir la puissance requise pour créer un zombi original décent. Certains de ceux qui ont été créés trop longtemps après leur "date de péremption" se réveillent donc avec une légère odeur de pourri qu'ils doivent à leur grand dam cacher à grand renfort de parfum, un teint verdâtre pas glop ou carrément des traces de nécrose durables. Créer un zombi original est le plus difficile des rituels vaudous, et il demande le sacrifice d'une grande quantité de sang vampirique. Une denrée pareille ne s'obtient pas aussi facilement qu'une bouteille de lait... Vous en apprendrez plus dans ce sujet.

  • Bien qu'il pense, parle et bouge comme un être humain, son corps est mort : sa peau est pâle et froide, son cœur ne bat pas et il ne respire plus. Tout comme le zombi cadavre, il ne connaît plus ni l'âge, ni la maladie ni la fatigue. Dans certains cas rares la douleur demeure, mais elle n'est plus pour lui qu'une information légèrement incommodante, tout au plus. Sa poigne est tout aussi impressionnante que celle du zombi cadavre. Nourriture et boisson n'ont plus vraiment de goût De toute façon, un zombi n'a pas besoin de boire ou de manger. Il est d'ailleurs tout à fait déconseillé d'essayer de consommer de la nourriture pour un zombi car son corps n'est plus en mesure de la digérer, si bien qu'il devra, comme les vampires, se purger. Il n'a plus besoin de dormir. Certains en perdent entièrement la capacité. Malheureusement, la passion charnelle lui a été enlevée avec l'étincelle de vie.

  • Contrairement au zombi cadavre, son corps est aussi solide que celui d'un humain... Enfin. Sauf cas de nécroses avancées mal réparées par le rituel de réanimation. Qui plus est, ses blessures se referment et guérissent extrêmement vite. Si on lui tranche un membre, le zombi n'a qu'à l'accoler à la plaie et attendre un bref instant pour qu'il se recolle. Le membre en question, même perdu, reviendra vers son propriétaire comme un chien obéissant : qu'il vente, qu'il pleuve, ou qu'il se coince dans une branche d'arbre, la magie de réanimation qui fait encore effet sur lui poussera le membre coupé à retrouver son emplacement d'origine en rampant/bondissant/volant avec plus de zèle qu'un premier de la classe passant un exposé. Lorsque ce genre de choses arrive, c'est toujours un étrange spectacle pour les gens qui passent dans la rue à ce moment là.

  • Ses gestes sont plus lents et malaisés que de son vivant. Cela ne veut pas dire qu'il sera incapable de tenir un œuf sans le casser, mais taper à la machine sera bien plus difficile qu'auparavant. Quant à la prestidigitation, vous pouvez y dire adieu (sauf si vous voulez jouer le rôle de l'assistant qui se fait couper en deux). Depuis l'invention du Brain Juice, les choses se sont un peu arrangées pour les zombis, de ce point de vue.

  • Bien que très endurant, le zombi original a quelques faiblesses : premièrement, les lumières vives l'incommodent, et la lumière du soleil (surtout par une belle journée) le dérangera considérablement. Deuxièmement, le feu l'effraie au plus haut point, comme par instinct. Sa chair brûle encore plus facilement que celle des vivants, et une fois le corps consumé, il ne reste plus rien de lui.

  • En dépit de son esprit parfaitement humain, le zombi original reste un serviteur. Si son maître vodoun lui donne des ordres (qu'ils soient dictés ou mentaux), il devra obéir sans résistance. Certains vodouns plus sympa que d'autres choisissent néanmoins de laisser leur zombi vivre sa non-vie comme il le souhaite. La seule chose qui limite l'emprise du vodoun sur son zombi est la distance : avec l'éloignement géographique, le lien mental existant entre zombi et vodoun s'étiole. Ils sont encore capables de ressentir ce que l'autre ressent, le zombi ne "fatigue" pas malgré la distance existant entre sa source de vie et lui, les ordres déjà imprimés dans sa tête restent, mais par contre il deviendra difficile pour le vodoun de se faire obéir. En cas d'éloignement trop important, il peut potentiellement perdre entièrement sa capacité à imprimer de nouveaux ordres dans la tête du zombi.

  • Tâches couramment assignées : Souvent, on relève un zombi original dans le but de lui offrir une seconde vie, si bien qu'il n'a d'autre tâche que de mener l'existence qu'il peut, comme un peu tout le monde, la tronche de déterré en plus. Dans certains cas, c'est moins drôle. Certains vodouns peu scrupuleux utilisent les zombis originaux comme main d’œuvre intelligente gratuite ou très peu payée.


Les Origines

Ces démons, décidément !

Les découvertes récentes de la Grande Révélation nous donnent plus d'informations sur les origines probables des zombis. Dons que les démons ont fait aux vodouns en remerciement de leur culte dévoué et du sang de vampire qu’ils leur offrent, les zombis seraient en réalité les serviteurs des Loas. Ils sont ramenés à la « vie » dans le monde des humains et confèrent aux vodouns un pouvoir certain qui, s’il est trop puissant (dans le cas où un réanimateur posséderait trop de zombis) est capable de leur faire perdre la raison. Ou bien en tous cas de profondément modifier leur personnalité. Voire, pour des raisons inexpliquées, de les rendre par la suite impossibles à relever en tant que zombi à leur tour.

La réanimation n'est cependant pas le seul pouvoir vodoun qui, utilisé sans modération, peut avoir ce genre d'effets sur son utilisateur. C'est "juste" le moyen le plus rapide d'arriver à ce résultat.

Les vodouns ont toujours su que l'âme des zombis était relevée depuis une sorte "d'au-delà", mais le terme d'Outremonde provient de la Grande Révélation de 2048. Avant d'être relevées, les âmes mortes devenues zombis étaient sous le joug des démons, et plus particulièrement des loas, qui paraissaient avoir de grands pouvoirs sur elles. Là encore, cette découverte a peu surpris le monde vodoun, qui à force de rituels de réanimation l'avait déjà plus ou moins compris. Les zombis (ceux dont l'âme est passée dans l'Outremonde à un moment ou à un autre, car il est aussi possible de relever des âmes qui n'ont jamais réussi à quitter la Terre), gardent des liens avec l'autre côté. Selon les superstitieux, alors que le temps promis par la Prophétie retrouvée lors de la Grande Révélation approche et que l'ouverture d'une nouvelle faille devient imminente, la sensibilité des zombis vis-à-vis de l'Outremonde augmente peu à peu. Les plus terre-à-terre jugent que la différence par rapport à avant est en réalité minime : on en a juste plus conscience et on y fait plus attention, maintenant qu'on a une idée plus claire d'où ces capacités leur viennent.


Dernière édition par Voodoo Child le Sam 25 Fév - 11:41, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
 

1- Réanimation et non-vie d'un zombi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SYNOPSIS ¤ :: ║L'encyclopédie║ :: Ethnologie :: Les zombis-