AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 1- Descriptif complet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Voodoo Child
Folle à lier !
avatar

Folle à lier !


Identification
Emploi: Planteuse d’aiguilles !
Age apparent:
Dangerosité:
30/30  (30/30)

MessageSujet: 1- Descriptif complet   Jeu 4 Mar - 20:53


Vamps ou Vampires
"On dit que le sang veut le sang"


Les "pour" et les "contres" vus par ceux de votre race.

Spoiler:
 

Si vous demandez à un Outre ce qu'il pense des vampires, il est assez probable qu'il vous réponde : "Ils ont du bol." Et on ne peut le nier : les vampires (ou vamps) s'en sont mieux tirés que leurs congénères sur bien des points, et sur d'autres la nature leur a mâché le boulot.

Un Norme sur cinquante est capable de vous expliquer ce que c'est qu'un vodoun. Un Norme sur cent sait ce que c'est vraiment qu'un métamorphe. Un sur mille répondra correctement à la question : "Qu'est-ce que le Wicca ?". Et encore, c'est être généreux. Demandez-leur ce que c'est qu'un vampire, un sur deux sera tout d'un coup un expert.

Enfin, du moins c'est qu'ils croient. Tout le monde connaît la figure du vampire : plus que toutes les autres espèces réunies, c'est elle qui a contribué à rendre les Outres populaires avant même la Révélation. Force et rapidité surhumaines, peur du soleil, soif de sang, sens exacerbés, beauté ensorcelante...tous ces clichés sont connus et véridiques.

Mais peu de gens savent que le vampirisme n'est pas une ancienne malédiction, mais un virus, étrange et puissant, aux origines surprenantes. Ce virus, transmis par le sang (il faut donc absorber le sang d'un vampire pour être infecté) a un effet quasi-immédiat et radical : la mort, suivie par une étrange métamorphose alors que le virus prend le contrôle. L'infecté est à présent un vampire à part entière, plus fort, plus rapide et aux appétits très différents. Un peu comme le requin, le vamp est un prédateur parfait, dangereux et irrésistible.

Leurs pouvoirs peuvent paraître démesurés, leur charme (sur)naturel leur rend les relations faciles, même avec des Normes, et leur cote de popularité n'a pas baissé auprès des ados et autres groupies. Mais après tant de films et de romans, la condition de vampire a été tant banalisée qu'on oublie tous les tourments qu'elle apporte. Malgré le culte que certains leurs vouent, malgré le glamour de leur règne sur la nuit, les vamps restent des être humains enfermés dans un corps de prédateur, toujours pris entre lumière et ombres.
Pouvoirs :

  • Quelle qu'ait été sa force de son vivant, un vampire est naturellement plus fort, rapide et endurant qu'un Norme, et presque que n'importe quel Outre. L'ampleur de cette puissance physique varie, mais les plus forts sont capables de soulever une voiture, tandis que d'autres peuvent bouger à une vitesse presque imperceptible à l’œil nu, même si de tels efforts les fatiguent très rapidement. Dès leur transformation, certains individus font preuve de prédispositions qui les amènent à être plus fort et/ou plus rapide que la moyenne. Tandis que les autres n'évolueront jamais énormément, ceux-ci pourront développer ces capacités et leur endurance à les utiliser.

  • Le vampire est un prédateur, mais contrairement au métamorphe, il n'a pas besoin de chasser à l'ancienne. Un vamp est un séducteur naturel, pourvu d'un magnétisme remarquable. Cela passe par une beauté physique sublimée et l'émission de phéromones, mais surtout par une intuition sans pareille pour toutes les affaires de charme : cela dépend des individus, mais un vampire sait souvent mieux que les autres comment parler, comment bouger, comment s'habiller pour séduire sa proie.

  • Bien que moins développés que ceux d'un métamorphe, les cinq sens du vampire augmentent suite à sa transformation : il obtient une acuité impressionnante, ses perceptions des couleurs gagnent en intensité, son ouïe devient suffisamment fine pour qu'il puisse entendre quelqu'un parler à l'autre bout d'une pièce bruyante, sa peau s'embrase - au sens figuré - au contact du moindre objet (le toucher de certaines matières peut devenir désagréable voire douloureux faute à cette hypersensibilité). Le goût et l'odorat évoluent quant à eux dans un sens bien particulier : le vampire développe une capacité acérée à reconnaître l'odeur et la saveur du sang et à en différencier les multiples arômes. Les sangs norme, métamorphes, vamp et faë sont pour lui aussi ressemblants qu'un verre d'eau, une coupe de champagne, un bol de lait caillé et un ballon de pinard.

  • Tuer un vampire ? Pour ça, il faudra vous lever de bonne heure ; et encore, vu qu’ils n’ont pas besoin de dormir... Les vamps sont virtuellement insensibles à la maladie et au poison. Bien évidemment, ils ne vieillissent pas, et la plupart des blessures ne pourront pas les tuer, seulement les handicaper (vampire ou pas, un genou éclaté fait mal). Surtout qu'ils guérissent à une vitesse ahurissante. Pour s'en débarrasser définitivement, il faut les tuer sur le coup : les bonnes vieilles méthodes de décapitation et du pieu dans le cœur restent des valeurs sûres. L'incinération marche également très bien, et on ne sait jamais ce que la magie pourrait donner avec un peu d'imagination...

Particularités :

  • Commençons par clarifier les choses et écarter les fausses rumeurs : non, le virus du vampire ne change pas sa victime en tueur sanguinaire, en démon pourri jusqu'à l'os ou en séducteur cruel et diabolique. Malgré sa mort physique, la personne vampirisée garde absolument tous ses souvenirs et sa personnalité. Cependant, le corps d'un vampire ne fonctionne pas comme celui d'un humain, et ses appétits ont de quoi changer une personne...

  • Pour survivre, un vampire doit se nourrir de sang humain chaque jour. Il est toujours capable de consommer de la nourriture humaine, mais elle ne peut le nourrir et il ne peut pas la digérer. Certains vampires refusent de consommer du sang humain : on les appelle des vampires "non pratiquants" ; ils mènent une vie difficile, car sans leur nourriture, ils deviennent de plus en plus faibles, de plus en plus affamés et ont donc de plus en plus de mal à se contrôler. Les non-pratiquants survivent, pour certains, grâce à des arrangements passés avec des hôpitaux ou des banques du sang (ils acceptent de boire, mais pas à même les veines) ; d’autres ne se nourrissent que rarement et à contre-cœur, afin de tenir le coup.

  • Certains parasites possèdent une salive anesthésiante, qui leur permet de se nourrir sans être repérés. La salive des vampires est un cran au-dessus : elle ne neutralise pas seulement la douleur, elle la transforme en plaisir. Certains vamps blessés se mordent eux-mêmes pour neutraliser la souffrance. Inutile de dire qu'un tel pouvoir rend les vamps encore plus populaires auprès de leurs groupies ; un très grand nombre de vampires mordent dans des instants de passion charnelle. La salive vamp possède aussi des propriétés cicatrisantes : une morsure de vampire se referme en quelques minutes, même si elle laisse des marques plusieurs jours.

  • En raison de toutes ces particularités, la condition de vampire peut naturellement mener à une attitude de prédateur, raffiné et parfois cruel. Il ne s'agit pas d'un effet secondaire du virus, simplement d'un changement psychologique : plus le temps passe, plus un vampire a tendance à prendre ses distances par rapport aux mortels, qui meurent si facilement, et dont le sang lui apporte tant de plaisir. La littérature pré-Révélation a beaucoup montré le vampire comme une figure tragique, toute en retenue, mais la vérité est que bien peu de gens ont la force de caractère nécessaire pour mener une vie de frustration. Et après tout, l'être humain n'a jamais eu besoin de devenir un vampire pour manipuler et maltraiter ses semblables...

Faiblesses :

  • Plus que tout, les vampires craignent la lumière du soleil. Même en restant à l'ombre durant la journée, un malaise demeure ; une exposition indirecte déclenche une douleur déjà pénible et une réaction de dégoût instinctive ; directement exposé à la lumière du soleil, un vampire ressent une douleur aiguë, que certains ont comparé à une brûlure intense. S'il ne se met pas rapidement à l'abri, il sera consumé en moins d'une minute.

  • Les emblèmes religieux, curieusement, ne semblent pas automatiquement les repousser. Un vampire est parfaitement capable de fouler la terre d'un cimetière, d'entrer dans une église et même de toucher un crucifix. En revanche, si un fidèle brandit un symbole religieux avec suffisamment de foi, le vampire ressentira une peur primale et viscérale, et se verra obligé de reculer. Certains vodouns et wiccans ont théorisé que la force de volonté du croyant insufflait un peu de magie dans le symbole.

  • Tout comme les métamorphes, les vampires craignent l'argent dont le toucher leur provoque brûlures et cloques profondes. Ces blessures mettent plus de temps à régénérer que celles dont l'origine n'implique pas le métal en question.

A savoir :

Bien évidemment, la loi ne permet pas aux vamps d’aller mordre comme bon leur semble. Mais elle a légalisé la morsure, sous certaines conditions ; l’acte de nourriture vampirique ressemble à présent beaucoup au sexe, d’un point de vue légal. Tout d’abord, il doit être consenti : se nourrir d’une personne contre sa volonté équivaut à un viol (on l’appelle d’ailleurs "viol sanglant"), et peut facilement valoir la peine de mort. D’autre part, il est officiellement interdit de pratiquer la morsure sur un mineur ; il faut bien noter que ce point est très souvent ignoré : quand on est une fan de vampire avec des étoiles plein les yeux, l’âge ne compte pas. Le gouvernement a financé de nombreuses campagnes d’avertissement contre les morsures : en effet, si un vampire est insensible aux maladies, il n’en va pas de même pour les Normes qu’il mord. Beaucoup d’humains imprudents se retrouvent avec une MST parce qu’ils ont offert leur cou sans réfléchir.

La vampirisation (l’acte de changer quelqu’un en vampire) est encore plus sévèrement restreinte : cet acte demande une autorisation officielle délivrée par le BIAS, un consentement mutuel et l’approbation d’un membre de la famille. Une personne avec un casier judiciaire ou jugée dangereuse et/ou irresponsable aura peu de chances d’obtenir cette autorisation ; il est formellement interdit de vampiriser une personne ayant moins de 17 ans. Comme toujours, la loi n’est que la loi : chaque semaine, une groupie mineur offre son cou ou demande à se faire vampiriser sans en avoir parlé à ses parents. De plus, le vampirisme étant extrêmement facile à transmettre (une micro-goutte de sang suffit), nombreux sont les cas de contamination involontaire. Nombreux sont aussi ceux qui utilisent cette excuse pour réaliser des transformations illégales en toute impunité.

Les vampires sont très surveillés par le BIAS, plus que toutes les autres races d'Outres, et vue leur puissance physique, on les comprend. Pourtant et malgré une tendance à l'augmentation inquiétante, les crimes impliquant des vampires ont été assez rares, ces dernières années. Bien sûr, les infractions au code de la morsure sont légion, mais cela n'est longtemps rarement allé plus loin que le fait de siroter un mineur. Il y a deux raisons à cela : les vampires ne sont pas stupides (pour la plupart), et sont très bien organisés. Etant donné leur longévité, les vamps disposent d'une sorte de gouvernement très bien en place, et contre lequel peu osent s'élever : quiconque brise la loi du Maître vampire de la ville doit s'attendre à des représailles. Beaucoup de criminels sont carrément livrés à l’Exécuteur. Les Maîtres vampires sont suffisamment expérimentés pour voir qu'ils n'ont pas intérêt à causer des troubles : bien au contraire, préserver le statu quo leur profite bien plus.

En effet, comme on l'a dit et répété, les vampires sont les plus populaires des Outres. Ils ont beau ne pas avoir le droit de voter ou d’être élus, les vamps n’en disposent pas moins d’une grande influence politique : à ce niveau, le Maître vampire est probablement le premier des Outres, et le Maire se voit bien souvent forcé de tenir compte de son avis. En raison de leur charme et de la place primordiale qu'ils ont occupée dans la culture humaine, les vampires ont très vite fait l'objet d'un véritable culte. Des milliers de personnes (bien souvent des jeunes gens) à la Nouvelle Orléans adulent les vamps comme des rock stars, et le rêve de tout adolescent supposément à la mode est de se faire mordre par un vampire en chair et en os. Les plus fous espèrent recevoir la vie éternelle, comme on demanderait un autographe.

Les vamps déchaînent les passions et les fantasmes, et ils ont bien pris soin d'exploiter ce phénomène à fond. En conséquence, ils dominent presque totalement la vie nocturne ainsi que le show business : la grande majorité des stars d’aujourd’hui sont des vamps, qu’il s’agisse de cinéma, de théâtre, de musique ou de mode, un état de fait qui a mis beaucoup d’artistes Normes au chômage. A la Nouvelle-Orléans, seuls les pratiquants du vaudou et leurs fêtes débridées rivalisent encore avec le règne des vamps sur les réjouissances nocturnes. D’autres vamps, cependant, ont trouvé un moyen différent d’exploiter leur popularité : l’Eglise Eternalis est un bien étrange phénomène, qui transforme le culte en vraie religion, fondée sur la quête du plaisir et la promesse de la vie éternelle dans ce monde plutôt que dans l’autre.

  • Origine présumée : Les découvertes récentes de la Grande Révélation révèlent plus d'informations sur les origines des vamps. Environ 2430 avant JC. Anciens rebelles ayant tué et bu le sang d’un démon, ces Normes contractèrent une étrange maladie venue d’Outre Monde, les contraignant à une vie nocturne et une nourriture exclusivement sanguine.
    On leur impute de nombreuses disparitions d’enfants survenues peu après leur crime et leur retraite dans les montagnes Sacrées.
    Cette poignée de rebelles est sans nul doute à l'origine du premier Conseil des vampires. Au nombre de cinq, il se sont partagé les continents et ont propagé leur virus pour agrandir leur population.


La hiérarchie vampirique
"A chacun son rôle"


Les vampires se sont organisés en districts, généralement articulés autour d'une grande ville ou d'un petit état, placé sous l'autorité d'un conseil.

Le Maître de la Ville
Chaque District est "gouverné" par celui ou celle que l'on nomme le maître de la ville.
Le Maître de la Nouvelle Orléans possède un pouvoir assez immense lorsque l'on sait que la communauté vampirique pullule en Louisiane. La plupart des établissements vamps de la ville lui appartiennent. Malgré les disparités à l'intérieur de la race des vampires, tous s'accordent à obéir à ce maître. C'est à lui que le bureau du Maire s'adresse pour les affaires sensibles et autre controverses concernant la communauté vamp . Il est bien sûr secondé par plusieurs membres hauts placés.

Cette position lui confère quelques privilèges, répondant à un protocole particulier :
Tout vampire rejoignant l'état du maître vampire doit se présenter à lui et lui offrir son sang en procédant au   Rituel Pourpre En effet le maître vampire possède le don de lecture du sang et peut ainsi connaître et deviner le passé et le présent de chaque membre de sa communauté. En outre, ce don lui permet d'établir un lien direct avec ses "sujets" et ainsi communiquer avec eux par télépathie.

Les vamps (liés au Maître de la ville)
Le vampire qui s'engage auprès du Maître de la ville obtient une légitimité et peut jouir de certains privilèges. Ainsi, obtient-il : protection, assurance d'un emploi déclaré, logements et parfaite intégration à la société. En résumé, ils peuvent vivre normalement, faire à peu près tout ce qu'ils veulent tant qu'ils ne transgressent pas les lois vampiriques.

Les "renégats"
Tout vampire ne se présentant pas au maître de la ville dans un délai de 48 heures après son arrivée dans l'état, est considéré comme renégat.
Ces vampires doivent vivre dans l'ombre, gérant leurs vies comme ils peuvent mais sans jouir des privilèges des autres. Ils sont les vampires de la débrouille, de la magouille et de l'insécurité. Considérés comme hors la loi, ils peuvent être traqués par le Maître de la Ville si on se rend compte de leur existence/présence illégale. Pour certains ça se termine mal, mais lorsqu'ils ne présentent pas un profil dangereux on leur laisse généralement l'occasion de se repentir et de se régulariser en passant le rituel pourpre. Pour les plus violents d'entre eux et ceux qui refusent de se soumettre par contre... ceux là voient le plus souvent leur non-vie s'achever prématurément.

Note : En jeu, nous n'acceptons plus les vampires de plus de 400 ans. Ils sont supposés être particulièrement rares car un tel âge entraîne souvent des problèmes mentaux, et beaucoup en arrivent à mettre fin à leurs jours. Par conséquent, très peu sont encore en vie, et moins encore sont équilibrés.


Dernière édition par Voodoo Child le Sam 25 Fév - 11:34, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voodoo Child
Folle à lier !
avatar

Folle à lier !


Identification
Emploi: Planteuse d’aiguilles !
Age apparent:
Dangerosité:
30/30  (30/30)

MessageSujet: Re: 1- Descriptif complet   Jeu 4 Mar - 20:56

Rapport avec les autres races

  • - Dire qu'ils aiment les métamorphes est un euphémisme, en fait ils ne les aiment pas ils les adorent et ce au sens gustatif du terme. En effet, le sang de métamorphe est pour eux bien plus nutritif et savoureux que celui des humains. Il aide à se régénérer plus vite et donne même un petit effet secondaire digne des plus grandes drogues douces.  Il en va de même avec les faës, à un degré plus important encore (pour certains vampires, il est difficile de se contrôler à proximité d'un membre de cette espèce).
    Par contre le sang des vampires n'est que très peu apprécié des métamorphes si ce n'est en très petites quantités, car il permet de stopper pour quelques minutes leur manifestation animale.
  • - Puisque mort vivant : Les vodouns ont la faculté de les reconnaître très vite. Par contre ils ne peuvent les contrôler ce qui a le don de les mettre en rogne. En revanche, ceux ci ont souvent besoin de leur sang, puisqu'il est le seul capable de permettre de mener à bien le rituel de Réanimation dont ils font largement usage.
  • - Ils n'ont rien de particulier contre les wiccans qui ne les apprécient pas plus que cela.



Indiscrétions


  • On ne nait pas vamp, on le devient. Si vous avez lu notre description les concernant, vous avez compris qu'un vampire ne doit pas sa condition à une malédiction quelconque mais à un virus mortel. Un vampire est donc un cadavre sur pattes qui ne peut enfanter. Il est impossible d'avoir contracté ce virus in utéro. Pour ce qui serait d'une éventuelle contamination enfantine, c'est également impossible, la loi ne permettant pas de morsure avant l'âge de 17 ans.


Dès votre validation, si vous avez choisi d'incarner un vampire, consultez la revue de presse concernant cette race et aidez-nous à la faire vivre !
Revenir en haut Aller en bas
 

1- Descriptif complet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SYNOPSIS ¤ :: ║L'encyclopédie║ :: Ethnologie :: Les vamps-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Fantastique - autres