Qui est en ligne ?
Sur Discord, en ce moment.



 

Partagez
 

 Au bord d'un nouveau gouffre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Blake Davis
Métamorphes
Blake Davis

Identification
Emploi: Tueur à gages
Age apparent: 45
Dangerosité:
Au bord d'un nouveau gouffre Vote_lcap22/30Au bord d'un nouveau gouffre 160125120054759347  (22/30)

Au bord d'un nouveau gouffre Vide
MessageSujet: Au bord d'un nouveau gouffre   Au bord d'un nouveau gouffre Icon_minitimeDim 6 Oct - 17:38


Qu'est-ce qu'il foutait, exactement ? Où avait-il merdé, encore une fois ? Lorsqu'il avait choisi de quitter cette vie de meurtres et de magouilles fumeuses ? Cette décision lui avait paru couler de source. Pourtant, c'était ce job qui avait redonné du sens au vide de son existence. Sans ce cadre strict, sans la promesse d'une prochaine traque toujours en face de lui, et qui l'obligeait à regarder l'horizon plutôt que ses pieds et sous lui, le vide vertigineux, il se serait probablement laissé crever.

Qu'est-ce qui avait vraiment changé ?

Lui, il avait changé.

Il ne pourrait probablement plus tuer avec l'indifférence et la froideur qui le caractérisaient au préalable. S'il retrouvait cet état de vacuité parfait à l'intérieur duquel plus rien ni personne n'avait d'importance, il savait qu'il finirait par en ressortir et par regretter de s'être laissé glisser. Mais ce n'était pas ça le problème. Qu'est-ce qui le maintenait en vie, maintenant ? Qu'avait-il pour remplacer son existence d'assassin bien réglée ?

Rien. Que dalle. Que pouic. La douceur d'un deuil qui devenait moins difficile, peut-être, et au delà de ça, le vide. Il survivait, sans y prendre aucun plaisir. Sa dépression profonde ne l'avait jamais vraiment quitté. Esmera ? Disparue dans la nature. C'était une fille de plus qu'il perdait, sans comprendre ce qui était arrivé. Stephan ? Il était rentré, là où plus personne ne l'attendait.

Blake retournait au point mort. Il n'avait plus rien, plus personne. Sa caisse et le goût du sang séché qui en imprégnait jusqu'au dernier écrou. L'odeur lui était agréable, parce qu'elle lui était familière. C'était la maison. Plus que ne le serait jamais sa véritable baraque, cachée au fin fond du Nevada.

Ça n'allait pas pouvoir durer éternellement. Il le savait. Mais en attendant, il déambulait dans les rues, sans but. L'errance avait perdu ses goûts, ses odeurs, et jusqu'à sa faculté à le détendre efficacement. Tout était gris, sans reliefs. Il entra dans le Wild Bar comme il aurait pu entrer dans une tombe.

Fut un temps, il évitait cet endroit comme la peste, mais cela faisait longtemps qu'il avait à nouveau accueilli son loup dans son corps comme dans sa psyché. Il ne cachait plus ce qu'il était. Il pouvait bien se mélanger aux siens.

Le méta avait l'apparence d'un homme de quarante cinq ans. Sa nature retrouvée lui avait permis de paraître légèrement plus fringuant, mais il avait l'air terriblement fatigué. A raison : insomniaque, il ne dormait presque pas. Ses cheveux mi-longs paraissaient rêches, assez mal coiffés. Ils étaient striés de nombreux fils blancs. Son visage était pâle et présentait d'énormes valises noires. Il avait l'air peu engageant... Le genre de type dont émane une impression de menace telle qu'on évitait de s'en approcher de trop près dans la rue. Sur ses doc martens déglinguées, il portait un pantalon cargo élimé. Par habitude, il ne quittait pas ses flingues, lesquels étaient tous les deux bien rangés dans ses holsters d'épaule, au dessus de son débardeur noir, en dessous du blouson de cuir à manches courtes qu'il portait. Les tatouages sur ses bras nus étaient laissés à la vue de tous. Il portait enfin ses bracelets de force, aux deux bras. Il faisait un peu froid pour s'habiller ainsi, mais Blake ne le sentait pas vraiment... De toute façon, il était déjà gelé à l'intérieur.

Le loup noir prit la direction du comptoir, auquel il s'installa sans hésiter. Quelques habitués, quelques connaissances le saluèrent. Il répondit par un geste silencieux, puis il attendit qu'on vienne prendre sa commande.

Ses yeux froids, vides, plongèrent sur l'écran du bar, lequel était réglé sur une chaîne de news. Rien de neuf, pour le meilleur et pour le pire.

... La musique ici était trop douce. De retour, son besoin de violence et d'anesthésie sonore. Les cris métalliques, les rythmes impitoyables et déstructurés, leur noirceur infiniment dense qui coupait dans son esprit comme dans du beurre pour le laisser engourdi lui manquaient. Peut-être aurait-il eu mieux fait de rester dans sa bagnole ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3542-blake-davis
Kyra O'Sullivan
Vodouns
Kyra O'Sullivan

Identification
Emploi: Aucun
Age apparent: 15-16 ans
Dangerosité:
Au bord d'un nouveau gouffre Vote_lcap12/30Au bord d'un nouveau gouffre 160125120054759347  (12/30)

Au bord d'un nouveau gouffre Vide
MessageSujet: Re: Au bord d'un nouveau gouffre   Au bord d'un nouveau gouffre Icon_minitimeDim 6 Oct - 20:24

Le liquide ambré s'écoulait dans le grand verre avec assez de violence pour former de l'écume blanche qui venait lécher les parois transparentes jusqu'à toucher le bord du récipient sans en déborder, la bière rejoignit alors deux autres sur un plateau tandis que mes mains gantées de mitaines plaçaient un nouveau verre sous le distributeur de bière bon marché sous pression. Un... Deux... Trois... Stop. On recommence. Un... Deux... Trois... Stop. Je maitrisais depuis quelques temps le timing à présent, à vrai dire, il m'avait suffit d'observer ma mère le faire deux fois pour comprendre le principe et prendre le relais. La commande remplie, ainsi que le plateau, je ne perdis pas de temps et l'emportai vers une table du fond, un des bords calé contre l'intérieur de mon coude, l'autre à l'opposé piégé entre mes doigts repliés. Remplir des verres, les porter, servir, passer à la caisse, c'était devenu ma routine depuis deux semaines, et elle allait durer plusieurs mois encore, peut-être une année si mon contrat était renouvelé, en tout cas, cela allait être plus long que mon dernier petit boulot, un maraicher, saisonnier évidemment.

C'était ma mère qui m'avait proposé de travailler ici-même, un endroit que je connaissais et où le personnel me connaissait donc déjà, il m'avait été facile d'entrer dans le service. Ce n'était pas le boulot que je voulais faire bien sûr, mais au moins ça me permettait de me faire de l'argent de poche, et j'aidais! C'est depuis peu après la réunion des vaudouns que j'avais entrepris de faire des petits jobs afin de ne pas rester statique, et de ne pas avoir trop de contacts avec les autres vaudouns. Il est vrai que ce n'était pas l'argent qui me motivait à faire cela, mais bien de rentrer dans les petites cases. Après la découverte de ma nature d'Outre, les regards de mes anciens "amis" et la nouvelle Loi qui était passée, attirer l'attention sur moi était bien la dernière chose que je voulais faire! Surtout celle des Normes qui veulent s'imposer en foutant le bordel, comme mes anciens "amis"...

Les verres déposés face aux clients, je tournai les talons et revins au comptoir, mon plateau sous le bras. Ça me faisait drôle tout de même de servir ces personnes avec qui je discutais à la même table il y a peu, bien que nous le faisions toujours, mais j'avais moins de temps à leur consacrer comme avant. Travaillant au service du soir, je rencontrais aussi d'autres individus, plus nocturnes ceux-ci, des habitués que je n'avais jamais vu jusqu'alors, partant à chaque fois trop tôt pour ça. Mais la nouvelle tête qui venait d'entrer dans la pièce ne m'était pas du tout inconnue, je fus d'ailleurs surprise de le revoir mais ma mémoire ne me trompait pas, je l'avais bel et bien croisé une fois, une nuit, lors de la réunion des vaudouns, il accompagnait une des nôtres, je ne connaissais pas son nom par contre. Posant mon plateau à l'extrémité du comptoir alors que je gravissais la marche qui surélevait le personnel derrière la surface lisse en résine, un simple coup d’œil vers les autres me suffit pour comprendre que c'était mon tour, ils étaient occupés soit à la caisse, soit au service des tables.

Bon, espérons que cette fois-ci, je ne renverse pas son verre... En traversant l'allée pour venir en face de lui, je zyeutai vers mon sac posé sous le comptoir, c'était là où le personnel posait ses affaires importantes, son portable ou juste le sac à main, tant que ce n'était pas imposant et qu'on ne risquait pas de se le prendre dans les pattes en passant. C'était bientôt ma pause, j'allais pouvoir reprendre ma lecture et me payer un verre d'ici une dizaine de minutes, en tout cas, c'était ce qui était marqué dans mon contrat, mais quand on travaille dans un bar pour Métamorphes, parfois, les horaires on s'en tape, quand il y a du grabuge par exemple, ce qui arrive souvent la nuit... Bien que j'évitais les vaudouns, je ne les fuyais pas comme la Peste, il m'arrivait parfois de recroiser Laëtitia qui me prêtait alors un livre sur les Loas et le Vaudou en général afin d'en assimiler la théorie et toutes les petites choses que je me devais de savoir et que je n'avais pas besoin de mentor pour l'apprendre. Entre ça et le boulot, mes journées étaient remplies!

La coïncidence a voulu que je mette mon pull bleu clair en grosse laine que j'avais porté lors de la réunion, comme si cette rencontre avait été prévu par un Loa ou un autre esprit, ou alors ça voulait juste dire qu'il était temps que je refasse ma garde-robe...

- Bonsoir! Pour vous ce sera un café je présume?

Un sourire bienveillant étirait mes lèvres alors que je m'appuyais sur le bord du comptoir avec mes mains pour me surélever. Je n'avais pas le droit normalement, mais malgré la marche du comptoir, je ne dépassais pratiquement jamais le client assis sur les hautes chaises, c'était difficile de se faire remarquer alors. Et ce type était plutot imposant en taille! Mais visiblement très fatigué aussi, à en croire ses cernes, il fallait être aveugle pour ne pas les remarquer!
Revenir en haut Aller en bas
http://[url=http://www.thevoodoochild.com/t4498-kyra-o-sullivan]
Blake Davis
Métamorphes
Blake Davis

Identification
Emploi: Tueur à gages
Age apparent: 45
Dangerosité:
Au bord d'un nouveau gouffre Vote_lcap22/30Au bord d'un nouveau gouffre 160125120054759347  (22/30)

Au bord d'un nouveau gouffre Vide
MessageSujet: Re: Au bord d'un nouveau gouffre   Au bord d'un nouveau gouffre Icon_minitimeDim 6 Oct - 21:20

La barmaid venant de s'adresser à lui, Blake releva la tête, le nez, puis se tourna entièrement vers son interlocutrice. Sortir de ses idées moroses ne lui ferait pas de mal. Il se rendait compte que cela faisait des jours qu'il n'avait parlé à personne, et que ça n'arrangeait pas son état. Peut-être était-il mieux ici que dans sa bagnole, finalement. Mais la musique était quand même pourrie.

L'air sombre, il la fixa sans mot dire. Son regard, intense par sa dangereuse vacuité, pouvait impressionner. Il ne voulait pourtant aucun mal à cette fille, laquelle lui disait par ailleurs quelque chose... L'avait-il déjà croisée quelque part ?

Ce n'était sans doute pas très important. S'ils avaient échangé de manière un tant soit peu signifiante, il s'en serait rappelé. Un rictus cynique apparut au coin des lèvres du métamorphe. Un café ? Certainement pas. Ça ne lui aurait servi à rien, si ce n'est éventuellement à l'empêcher de dormir encore plus efficacement lorsqu'il rentrerait. Ce n'était pas ça qui ferait disparaître ses cernes, en attendant.

"Nan, ça va aller. Pour la sale gueule, c'est naturel."

Il poussa un éclat de rire sombre avant de continuer :

"Je vais prendre une pinte d'ambrée, n'importe laquelle conviendra. Merci."

Un ivrogne s'approchait du bar, dégoulinant de rire et hagard d'ébriété. Il passa une main sur l'épaule de Blake, lequel grogna en sentant le poids de son corps s'écraser contre lui. Il puait l'alcool à plein nez. Blake était aussi capable de détecter comme un relent de vomi dans son haleine... Charmant. Il avait bien de la chance que le loup noir ait perdu certains réflexes, depuis qu'il avait cessé son activité, sans quoi son approche en traître lui aurait valu de se faire retourner par terre immédiatement.

"Heeeeeeeeeey Blaaaaaaaaaaake mon poooooooooooote... Ça fait longteeeeeeeeemps... Heeeeeeey, t'es un loup toi non ? T'es un loup oui !
- Hello Ben... Oui c'est ça, mais tu devrais probablement rentrer chez toi.
- Mais naaaaaaaaaaah... J'vais bien ¤burp¤ hey mon pooooote... T'as entendu ça toi ?
- Mmh non..."

Blake tentait de se libérer de son agresseur, en même temps qu'il essayait de l'asseoir sur le tabouret à côté de lui pour éviter qu'il ne se vautre par terre.

"Y a une nouvelle meeeeeeeeeeute... Ils se sont installés ! ¤Hips¤ à la place des Werewolfs."

Là, par contre, ça l'intéressait. Blake se tourna vers sa euh... Connaissance, allait-on dire. Il espérait subitement que Ben soit encore assez lucide pour lui expliquer clairement de quoi il était en train de parler.

"Une nouvelle meute de loups ? Quand ça ?
- Jsais paaaaaaaaas... Mais j'les ai vu traîner dans le coin récemment... Et l'Alpha ¤hips¤... L'Alpha.. ! Elle va t'étonner !"

Fichtre... Il vivait dans sa bulle, c'en était une preuve supplémentaire. Une nouvelle meute de loups s'était installée en ville et il n'avait rien vu venir. Une femme Alpha, ce n'était pas courant. C'était bien. En 2056, pas trop tôt. Sourire distant aux lèvres il commenta :

"Cool... Merci de l'info Ben. Mais tu devrais vraiment rentrer chez toi. Tu veux que je te raccompagne ?
- Naaaah c'est pas loin ch'sais où j'vais... Heeey merci Blake t'es sympa en vrai, on dirait pas mais t'es sympa comme mec !
- Ouais... On va dire ça comme ça. A plus Ben."

Il laissa le poivrot quitter le bar - après l'avoir aidé à descendre sans manger le sol. ce qui était bien, c'est qu'une fois fait (ou défait), Ben n'était pas difficile à convaincre. Il tourna la tête à la recherche de la barmaid, laquelle devait certainement s'occuper de sa commande.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3542-blake-davis
Kyra O'Sullivan
Vodouns
Kyra O'Sullivan

Identification
Emploi: Aucun
Age apparent: 15-16 ans
Dangerosité:
Au bord d'un nouveau gouffre Vote_lcap12/30Au bord d'un nouveau gouffre 160125120054759347  (12/30)

Au bord d'un nouveau gouffre Vide
MessageSujet: Re: Au bord d'un nouveau gouffre   Au bord d'un nouveau gouffre Icon_minitimeLun 7 Oct - 0:49

Ma jovialité prit un coup quand le client se tourna vers moi. En plus d'avoir une carrure assez imposante, plus que la mienne en tout cas, son regard était intimidant. Mon approche ne lui avait pas plu on dirait! Tout ne pouvait bien être pris de toute façon, surtout de nos jours, surtout quand le client est de mauvais poil. Mais le serveur se doit de rester positif et ouvert, c'est ainsi qu'on me l'avait appris, alors je tins bon face à l'homme qui se tenait en face de moi. Si ma proposition avait raté, il n'en resta pas moins indifférent au vu de son expression qui passa de la froideur à l'effronterie teintée d'humour. Bon, tout n'était pas perdu, bien que sa réponse me fit descendre de mes appuis. Il ne semblait pas avoir compris, ou alors je m'y étais mal prise, mais il ne se sentait nullement offensé à en croire son rire. Je ne cherchai pas à me perdre en excuses et explications cependant, dés qu'il m'avait donné sa commande, j'avais filé... A deux pas de lui. Le comptoir n'était pas si immense que cela non plus, et la machine à pression pas à Pétaouchnok!

Un... Deux... Trois... Stop. Facile, simple, rapide.

Pourtant, même si la commande était prête, je ne l'amenai pas à l'inconnu familier. A peine avais-je tourné les talons pour préparer la boisson qu'un client s'était approché, un type chez qui déjà l'alcool avait bien pris. Dire que j'avais fait ma serveuse vigilante, prête à mettre le trouble-fête dehors sans ménagement tel un Videur serait mentir sur les faits. J'avais tout bonnement battu en retraite! Du moins, j'avais fait celle qui n'avait pas remarqué, occupée à nettoyer mon plan de travail déjà nickel, observant du coin de l’œil ce qu'il se passait. Si cela dégénérait, je pouvais toujours appeler à l'aide un des autres serveurs bien plus baraqué que moi pour gérer un Métamorphe saoul. C'était le motif numéro un des bagarres dans le bar...

Mais visiblement, plus de peur que de mal! Les deux personnes se connaissaient et mon client actuel savait s'occuper de la situation. D'ailleurs, j'en appris un peu plus sur lui par la même occasion. Un Métamorphe loup dénommé Blake, au moins, je savais comment l'appeler, enfin plutôt je pouvais mettre un nom sur ce visage familier d'une seule rencontre! Je découvris aussi qu'il y avait une autre meute, potin intéressant à sortir à d'autres clients si cela les intriguaient, car oui, si les serveurs en savent toujours autant, comme les scores des matchs de foot, ce n'est pas en lisant le journal ou en regardant la télé, du moins, pas pour eux tous. Non, généralement, c'est juste en écoutant les clients, de façon discrète ou non! C'est ainsi aussi qu'on en apprenait le plus sur les clients, leurs humeurs, leur vie et j'en passe, rien de bien compliqué, juste de l'écoute.

Voyant que la discussion se terminait, je ne tardai pas à porter le grand verre à bière au dénommé Blake qui se tournait vers moi au même instant que le pied de la pinte effleurait la surface en résine du comptoir.

- Voilà votre pinte! Entre nous, une tisane vous aiderait mieux à dormir que l'alcool! Sauf si vous aimez les gueules de bois au réveil...

Si le serveur savait écouter, il savait aussi faire preuve de discrétion, et ne pas parler des sujets qu'il vaut mieux éviter pour ne pas énerver le client. Surtout si cela ne le regardait pas! Et pour le coup, ça ne me regardait pas. Je m'en tenais donc à notre première approche du début. Et si le métamorphe avait fait preuve de cynisme, je m'étais permise de lui répondre sur le ton de l'humour tout en restant respectueuse. Il n'étais pas le premier client grincheux nocturne que je croisais ici, et il ne risquait pas d'être le dernier, alors pas question de me faire marcher sur les pieds, en deux ans de petits boulots, je l'avais bien compris, même si cela était toujours autant difficile de m'affirmer qu'avant.
Revenir en haut Aller en bas
http://[url=http://www.thevoodoochild.com/t4498-kyra-o-sullivan]
Blake Davis
Métamorphes
Blake Davis

Identification
Emploi: Tueur à gages
Age apparent: 45
Dangerosité:
Au bord d'un nouveau gouffre Vote_lcap22/30Au bord d'un nouveau gouffre 160125120054759347  (22/30)

Au bord d'un nouveau gouffre Vide
MessageSujet: Re: Au bord d'un nouveau gouffre   Au bord d'un nouveau gouffre Icon_minitimeLun 7 Oct - 10:56

La barmaid faisait bien de se tenir à distance. De ce qu'il sentait, elle n'était pas métamorphe. Ben était sympa, mais elle aurait pu tomber sur n'importe quel autre changeling imbibé - fichtre Blake ne savait pas comment ils faisaient. Leur métabolisme ultra résistant rendait l'intoxication alcoolique très difficile, il fallait boire plus d'une barrique dans la soirée pour terminer dans cet état. Elle n'aurait fait que se mettre en danger inutilement, d'autant que Blake savait gérer ce genre de situations.

Il n'avait pas été le Stigma, et le fils spirituel de l'Éranthe de la meute de San José pour rien. Il pouvait materner les ivrognes au besoin... ou les remettre brutalement à leur place, quand il fallait. Ici il ne fallait pas, et c'était tant mieux.

La jeune femme attendit que Ben se soit cassé pour lui ramener sa pinte. Il glissa les billets sur le comptoir et leva immédiatement le verre pour en prendre une gorgée.

C'était désaltérant. Réconfortant.
Si on y réfléchissait bien, il était presque étonnant que Blake n'ait pas viré complètement alcoolique, depuis le temps. On le serait devenu pour moins.

La barmaid - qui décidément lui disait quelque chose sans qu'il soit capable de se la remettre - semblait déterminée à lui conseiller des boissons chaudes au lieu de ce qu'il était venu chercher ici, soit un peu d'oubli dans la boisson. Mieux que le café, mais ça ne fonctionnerait pas. Une eau chaude n'anesthésiait pas les émotions, et c'était à cause d'elles qu'il ne fermait plus l’œil. Amusé, il attendit d'avoir pris sa première gorgée pour sourire. Son cynisme lui collait à la peau. Il ne plaisantait jamais autrement que sur ce mode.

"Je doute que tu vendes beaucoup de camomilles... c'est généralement pas ça qu'on vient boire, ici."

Deuxième gorgée de bière. Il soupira, éprouvant un sentiment de détente bienvenu. Ça ne faisait que cacher la misère, mais c'était déjà ça.

Il tourna la tête en direction de l'écran. Le journal reprenait l'actualité récente, plus ou moins. Pour la trouzmillième fois en quelques semaines, on repassait les images de Bruce Hamilton lobotomisé, qu'on faisait descendre de son perchoir magique. Blake grogna légèrement. Voir cette tronche de cake ne lui faisait jamais plaisir, même si ce qui lui était arrivé avait un côté jouissif. Il n'avait récolté que ce qu'il avait cherché. Les partisans de la non-violence avaient beau dire, ça ne faisait pas qu'attiser la peur des normes et leur inimitié... Non. On avait pris la menace au sérieux, et bizarrement pas mal de sanctions de démagification prévues dans le mois avaient été repoussées ou annulées.

On temporisait, on se modérait, on acceptait provisoirement de se plier aux exigences imposées pour éviter d'en prendre plein la gueule... ça ne rappelait rien à personne, ça ? Ah bah si. C'était exactement ce qu'ils vivaient depuis les nouvelles lois et l'obligation de recensement mensuel. Ça faisait du bien de voir le rapport de force retrouver un équilibre. Que la violence ne soit pas uniquement dans la main des institutions normes. Qu'elles cessent de se sentir et se croire toutes puissantes. Elles perdaient un peu la confiance, là.

Ouais, il y avait d'autres modes de désobéissance civile moralement moins douteux (mais dans cette situation, cela aurait-il suffi ?). Ouais, le Talion n'avait pas fait dans la dentelle. Lorsqu'il décidait de prendre les armes, il n'était pas connu pour ça. C'était moche mais parfois, il n'y avait pas de solution propre. Dans l'Histoire, y avait-il eu une seule révolution sans morts ?

"Ça fait trois semaines qu'on voit sa gueule de cul passer en boucle... C'est pas John Kennedy, bordel."

Clairement pas, non. Il ne laisserait pas sa marque dans l'Histoire... Avec ou sans cerveau fonctionnel. Mais pouvait-on vraiment dire que le cerveau de Bruce Hamilton avait jamais été fonctionnel ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3542-blake-davis
Kyra O'Sullivan
Vodouns
Kyra O'Sullivan

Identification
Emploi: Aucun
Age apparent: 15-16 ans
Dangerosité:
Au bord d'un nouveau gouffre Vote_lcap12/30Au bord d'un nouveau gouffre 160125120054759347  (12/30)

Au bord d'un nouveau gouffre Vide
MessageSujet: Re: Au bord d'un nouveau gouffre   Au bord d'un nouveau gouffre Icon_minitimeLun 7 Oct - 14:33

Le Métamorphe semblait avoir grandement besoin d'oublier quelque chose, du moins le supposais-je alors qu'il buvait sa boisson sans me répondre. Ou alors il était associable, mais si c'était le cas, il ne m'aurait même pas parlé au début! Profitant de ce moment de silence de tout juste deux secondes, je récupérais le verre d'un autre client du comptoir parti quelques instants avant, j'allais m'en occuper plus tard, pour le moment, il allait rester un peu dans l'évier dans mon dos tant que je ne savais pas si le client était d'humeur à papoter! Autant dire que discuter avec mes anciens compagnons de table du bar de l'autre coté du comptoir n'était pas une tache que je rechignais, bien au contraire.

Mon regard se posa sur la caisse enregistreuse libre, ce qui allait me permettre d'encaisser le billet lui rendre la monnaie, quand Blake Sans-Nom-car-"Ben"-ne-l'a-pas-dit reprit la parole, oralement pas mécontent de mon approche, et enclin à causer, au moins le temps d'une bière. En espérant qu'il ne prenne qu'une seule, bien que c'était peu probable, pour oublier quelque chose, il fallait vraiment que ces êtres changeants forcent sur la dose, ou tapent dans quelque chose de fort, autant dire que ce n'était pas avec dix bières qu'il allait rouler au sol! Je n'allais tout de même pas lui proposer un whisky, voir une dispute entre Métamorphes était la dernière chose que je voulais voir ce soir!

Un haussement d'épaules secoua doucement le large col roulé de mon pull alors que je ramenais des mèches échappées de ma queue de cheval vers l'arrière d'une main. Il est vrai que même si on avait une carte de choix assez importante, pour satisfaire tout les différents clients, certaines boissons étaient plus prisées que d'autres.

- C'est vrai, mais au moins j'aurais essayé! Si vous voulez quelque chose de plus fort par contre, il faudra que vous me donniez vos clés de voiture.

Et je n'allais pas lui interdire de boire, ce n'était pas mon boulot ça! La règle des clés était cependant là pour éviter les accidents extérieurs, certains clients parvenant tout de même à forcer sur la bouteille, comme Ben... A qui je n'aurais pas osé demander ses clés de toute façon. Je ne craignais pas les Métamorphes mais je n'étais pas non plus suicidaire! Heureusement que c'est un piéton. Empochant le billet, je le laissais à sa boisson et le réconfort fantôme que cela procure, m'occupant de prendre la monnaie en caisse.

Cela fut rapide, et j'en avais profité pour avertir un collègue que je prenais ma pause, ce qui se résumait à flâner au comptoir pendant dix minutes, cinq s'il y avait une grosse clientèle, ce qui n'était pas le cas ce soir. Je dois bien avouer qu'être derrière le comptoir et non plus devant était sympa! Je gagnais quelques centimètres aussi, ça ne pouvait être que plaisant!

Revenue face à mon client de pré-pause, je posais les petites pièces dorées près de son verre quand celui-ci grogna des propos contre l'écran télé, plus précisément contre le journal du soir qui passait à l'instant. Encore un journal sur monsieur Hamilton, une news réchauffée qui devait encore faire du clic et du sensationnel il faut croire. Depuis un moment, je ne regardais plus vraiment les médias, avec les nouvelles lois, les recensements mensuels, il y avait toujours un pépin, un Outre pas content, une dispute qui tourne mal, on parlait de plus en plus des Outres en fait, c'est du moins l'impression que j'avais.

- Il faut croire que les journaux n'ont plus rien à montrer ces temps-ci. De toute façon, ça a toujours été ainsi. Pendant un mois, ils parlent d'un fait énorme, puis c'est le silence total, et un an après, ils en reparlent, cette fois-ci avec les interviews de témoins et de la famille.

Dommage que je ne savais pas où se trouvait la télécommande, ou que j'étais trop petite pour atteindre les touches de l'écran, pour changer de chaine... Accoudée au comptoir, bras croisés, mon attention restait rivée sur l'écran avant de se poser sur le Métamorphe que je connaissais sans connaitre.

- Et puis ce qui lui est arrivé est grave. Ça ne va pas arranger nos affaires... On peut être sûr que les années 2010 vont revenir bientôt!

Difficile d'être optimiste au vu de la situation, mais ce n'était que mon avis après, peut-être que tout allait s'arranger... Ou peut-être que des groupes du style KKK et néo-nazis allaient se former du coté des Normes... Comme des Outres. Avec un tel acte, sans doute que certains allaient se sentir plus confiants et sortir le grand jeu. Tout était possible mais dans les deux cas, la vie pépère qu'on avait alors risquait de voler en éclat!
Revenir en haut Aller en bas
http://[url=http://www.thevoodoochild.com/t4498-kyra-o-sullivan]
Blake Davis
Métamorphes
Blake Davis

Identification
Emploi: Tueur à gages
Age apparent: 45
Dangerosité:
Au bord d'un nouveau gouffre Vote_lcap22/30Au bord d'un nouveau gouffre 160125120054759347  (22/30)

Au bord d'un nouveau gouffre Vide
MessageSujet: Re: Au bord d'un nouveau gouffre   Au bord d'un nouveau gouffre Icon_minitimeMar 8 Oct - 19:13

Donner ses clés de voiture. Bah voyons. C'était une pratique qui se répandait dans certains bars, dont il comprenait l'objectif mais qui ne l'arrangeait pas du tout. Blake ne donnait pas les clés de sa bagnole. Elle avait longtemps été son outil de travail, soit une pièce à conviction problématique. Maintenant, c'était pas loin d'être devenu sa maison. Lui demander de refiler ses clés, c'était dangereux, et à peu près aussi décent que de lui demander de refiler ses sous-vêtements.

Il était assez surpris, parce qu'on était au Wild Bar, quand même. La plupart des gens ici avaient une idée assez solide de ce que pouvait tenir un métamorphe en terme d'alcoolisation avant que ça ne devienne dangereux. Et c'était pas une bière et un whisky qui allaient lui retourner le cerveau, ni même émousser ses réflexes.

Peu importait en réalité. Il n'avait pas prévu de switcher sur plus fort. Il buvait très rarement au point d'être saoul. Dans sa profession, c'était trop dangereux. Il fallait qu'il garde une parfaite maîtrise de lui et de son environnement. Il avait raccroché, mais il ne perdait pas  ses bonnes habitudes... Il n'était jamais à l'abri d'un retour de bâton. Tout le monde ne respecterait pas sa retraite précoce. Blake était parfaitement neutre à l'égard de ses précédents employeurs, comme de ses précédentes cibles, mais ça ne voulait pas dire qu'en retour il ne s'était pas fait d'ennemis. Il ricana une fois supplémentaire.

"Trop de zèle, c'est pas bon non plus pour les finances..."

La télé diffusait des news qui commençaient à devenir anciennes et la tête d'Hamilton était toujours aussi horripilante. Blake eut le malheur de faire un commentaire, somme toute neutre, à propos du reportage. La barmaid était revenue à son niveau. Elle fit un commentaire qui lui donna envie de lever les yeux au ciel. Sa fatigue perpétuelle le rendait moins patient. Habituellement, il était plus tolérant à l'égard de l'ignorance et de la bisounourserie criminelle mais là, ça avait tendance à lui user les nerfs. Il en avait trop entendues de ce genre depuis un an, parfois de la part des gugusses qui étaient censés être responsables des communautés outres de la ville. Si peu de conscience politique, c'était grave. Surtout dans une situation pareille.

Il n'avait aucune envie de se lancer dans ce débat avec la gamine. Il savait déjà comment ça se passerait. Elle défendrait son point de vue mordicus et il ne se laisserait évidemment pas convaincre non plus. Ça serait stérile, et tout le contraire de ce qu'il considérait comme une soirée réconfortante. Blake n'était pas venu ici pour se prendre la tête.

"Il se passe des trucs, mais ils en ont surtout rien à foutre. De la bonne manipulation médiatique... Heureusement qu'il reste encore quelques indépendants. Mais ne te fais pas d'illusion... C'est déjà les années 2010, ou pas loin. C'est bien pour ça qu'il se passe ce genre de trucs en réaction."

Voilà. Elle ne tirerait rien d'autre de lui à ce sujet, dut-elle tenter de le relancer pour lui faire comprendre Ô combien il avait tort. Et pour éviter que ça ne parte en eau de boudin, il n'avait pas le choix. Il fallait qu'il noie le poisson. Changer de sujet de conversation. Qu'allait-il pouvoir bien lui dire ? Il n'était pas venu pour taper la discute avec les employés du bar. La solution de facilité était donc...

"... Je t'ai déjà croisée quelque part, nan ?"

Ouf. Sauvé. Peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3542-blake-davis
Contenu sponsorisé


Au bord d'un nouveau gouffre Vide
MessageSujet: Re: Au bord d'un nouveau gouffre   Au bord d'un nouveau gouffre Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Au bord d'un nouveau gouffre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE III : Les vieux quartiers ¤ :: ║La rue principale║ :: Le Wild Bar-