Qui est en ligne ?
Sur Discord, en ce moment.



 
-15%
Le deal à ne pas rater :
HUAWEI MateBook – PC Portable 13″
849 € 999 €
Voir le deal

Partagez
 

 Grand luxe et Mississipi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 4 Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi - Page 4 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 4 Icon_minitimeDim 16 Fév - 21:45

Elle remarqua la réaction du jeune héritier, quelque chose qu’il n’avait pas pu entièrement masquer. Il lui fallait comme d’habitude un peu de temps pour décortiquer ses émotions et d’un côté elle était flatté qu’il semblait déçu de la voir partir, mais d’un autre elle semblait un peu déçu elle même par son soulagement. La princesse ne pouvait s'empêcher de penser qu’elle le mettait mal à l’aise, après tout elle semblait avoir cet effet sur lui depuis le départ. Par choix, elle s’était tourné vers les Wiccans pour l’aide, peut-être qu’elle avait mal choisi? La princesse ne voyait pas de répercussions possibles, elle allait partir demain… Oui, il fallait qu’elle se convainc que de toutes les manières sa destinée était scellé que ça soit avec son aide ou l’aide du Grand Mage, du jeune homme punk et de cette femme étrange.

“Après-demain... “

Oh non, des émotions lui étaient montés au nez. L’idée de l’après-demain lui donnait la nausée. Elle voulait pouvoir passer plus de temps avec lui, peut-être essayer de tisser des liens et d’estomper cette gêne entre eux, tenter quelque chose… Naïvement. L’autre problème était revoir Edward, maintenant qu’il savait ce qui se tramait elle ne voulait pas lui faire face. Tess avait peur de lui faire face. Tout allait revenir dans l’ordre, plus ou moins; cependant elle avait un pressentiment que même si elle allait revenir chez elle comme on lui avait ordonné, son frère avait à présent quelque chose de bien solide contre elle. Il fallait qu’elle redouble de tenue, ce qui allait rendre le tout bien plus intense.
Tout cela avait provoqué une boule dans sa gorge, les larmes ont failli couler, mais elle se retint de justesse. Au lieu de cela elle voulait changer très vite de sujet en suggérant qu’ils recommencent depuis le début, c’était venu tout seul. Comme à son habitude la diarrhée verbale avait prit le dessus. Les conversations personnelles lui étaient quasiment inconnues, les amis étant inexistants. D’ailleurs, elle voyait que l’héritier n’avait pas tendu sa main.

‘Vous avez raison.’

Elle commenta quand celui-ci passa à côté d’elle. Tess ne savait que trop faire de sa main à ce moment-là donc elle la passa sur sa nuque, gêné par son comportement. Une grimace très brève avait décoré son visage, elle avait loupé une fois de plus. Si la Princesse était doué physiquement, elle n’était pas doué avec les gens. Du tout. Tess avait presque envie de lui en parler: de l’impossibilité de parler avec sa famille, du manque d’amis, des difficultés à s’ouvrir qui venaient avec... Dans sa tête, parler de ce genre de choses était complètement inappropriée, plus que de serrer la main aux royaux. Finalement, pour le meilleure ou pour le pire il proposa d’aller dîner, changeant de sujet entièrement. Ils allaient parler librement et ouvertement. Fini les platitudes: la seule chose qu’elle savait faire (ou pas).

‘Affamée!’
elle se retourna vers lui, grand sourire au visage ‘Je vais me refaire une petite beauté, je vous rejoindrais dans une demi-heure.’

En quittant les lieux, elle vit Tweedledum et Tweedledee assis l’un à côté de l’autre à tourner les pouces. Elle jeta un regard vers Patrick et celui-ci la suit. Ils avançaient en silence et quand elle revint dans les vestiaires elle plongea sa main dans son sac. Un nouveau message de son frère.

Ton vol a été repoussé, il partira à 22h30 de l’aéroport Louis Armstrong. Ne le rate pas.

Voulant prendre son courage à deux mains, elle décida de l’appeler. Son coeur battait plus vite qu’il ne fallait et elle avait l’impression que ses jambes n’allaient plus pouvoir la tenir. Il était obligée de s’asseoir. Après plusieurs sonneries, elle entendit le répondeur. C’était encore pire, elle ne savait pas ce qu’elle allait lui laisser dessus… Vite, vite! Le bip sonore résonna dans ses oreilles et son coeur tomba d’un coup dans son estomac.

‘Edward’ très forcé, elle devait prendre une grande inspiration ‘j’ai bien reçu tes messages et…’ en hésitant, elle voulait lui dire où il pouvait insérer ses tickets de vol, ou lui dire qu’elle en avait assez et qu’il n’avait pas à la traiter comme une poupée en la menaçant de la rapporter ‘...je te verrais à mon arrivée. À bientôt.’

Pas assez de tripes pour lui dire où il pouvait se les mettre. Après avoir terminer l’appel, Tess n’avait qu’une seule envie: écraser ce téléphone dernier cri avec ses Jimmy Choo.

Au lieu de cela, elle fit comme d’habitude: elle se renferma comme une palourde et enfila son peignoir. Première visite chez le coiffeur où elle avait demandé à ce qu’on laisse ses cheveux onduler naturellement. Pas de bouclettes, pas de brushing. Un petit produit sur le visage pour revitaliser la peau chez l’esthéticienne, un coup de crayon marron pour accentuer ses yeux et du mascara. En passant par les vestiaires elle renfila sa robe de chez Chanel couleur café et ses chaussures en daim. Elle avait encore 5 minutes jusqu’au prochain rendez-vous. Le métamorphe ne la quittait pas, son pas était ferme et il semblait vouloir lui parler, mais c’est Tess qui lui adressa la parole en premier.

‘Notre vol est demain à 22h30. Je sais que vous avez parlé à Edward.’ elle lui dit froidement ‘Quels que soient vos intentions on en reparlera à Londres.’

‘...Oui, votre altesse.’

Un dernier coup d’oeil vers Patrick; son visage trahissait sa peine, une milliseconde de peine puis les portes s’étaient ouvertes vers le dining hall et le rideau émotionnel tomba. Tess souriante, lui...Eh bien, lui. Qu’est-ce qu’il était magnifique ce dining hall! Dans un paquebot à pièces très modernes, cette salle lui rappelait presque un film des années 1920. Les couleurs d’or et de rouge se mêlaient laissant place à de beaux miroirs entre les piliers. Leur table était prête et elle alla s’asseoir pendant que Patrick prit sa place sur une table non-loin qui leur était réservée.

Souriante et ébahi par le décor, elle était tentée par un nouveau gin tonic, mais elle se retint.

T’as assez bu, jeune fille. Reste correct.

Après avoir demandé un verre d’eau gazeuse, elle attendait le jeune héritier patiemment en zyeutant le menu. Elle n’était en aucun cas pressée, elle appréciait ce moment toute seule, même si Patrick était non-loin. Un moment de répit, pour arranger ses pensées et ranger ses soucis familiaux dans un tiroir pour… finalement devoir peut-être en parler. Oui, elle devait être prête à parler ouvertement, peut-être que ça allait lui faire du bien? Cette expérience était cathartique en quelque sorte, ayant parlé de son père. À suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 4 Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi - Page 4 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 4 Icon_minitimeMer 4 Mar - 17:03

Il voyait bien qu'elle était embarrassée... Il avait souhaité lui épargner cette gêne autant que faire se pouvait, mais comme il avait refusé sa main tendue, quelques dégâts étaient inévitables. Il esquissa un sourire désolé, qui se voulait rassurant : elle n'avait rien fait de mal, il était lui-même mal à l'aise d'avoir dû refuser son geste. Il se montrait habituellement bien plus conciliant. Cependant cette fois, cela l'aurait forcé à un manque flagrant d'honnêteté, qui selon lui les aurait tous les deux desservis.

Il eut tôt fait de changer de sujet, afin de faire passer plus rapidement l'instant désagréable. Il était temps qu'ils goûtent à la cuisine du chef, lequel devait probablement commencer à s'impatienter. C'est qu'il était déjà tard !

"Parfait ! En ce cas je vous donne rendez-vous tout à l'heure, je dois moi-même refaire ma mise. Avez-vous bien noté l'emplacement de la restauration ?"

Il fallait qu'il demande, par politesse... Néanmoins le garde du corps de la princesse devait certainement avoir mémorisé cette information. Après tout, cela faisait partie de son travail et cela aurait été un comble qu'il n'y pense pas. Si malgré tout ni la princesse ni son homme de main n'avaient retenu ce détail, Esteban chargerait simplement Octavio de transmettre les informations correspondantes. Cela éviterait à la jeune royale un  trajet aussi ennuyeux qu'inutile jusqu'à la carte interactive du ferry.

Bien vite, il fut sorti du sauna. Il poussa un soupir de soulagement discret, tandis qu'il passait à nouveau l'index au niveau du col de son vêtement, pour l'élargir. Il avait tenu à garder son peignoir pour éviter que la situation ne devienne plus gênante qu'elle ne l'était déjà, mais il fallait bien dire qu'il commençait à étouffer... Diantre, c'était un euphémisme. Il était plutôt en train de terminer de cuire ! Aurait-il encore été humain, il n'était pas certain qu'il aurait été capable de tenir aussi longtemps dans ce cauchemar brûlant.

Il récupéra Octavio, lequel paraissait avoir passé la dernière demi-heure auprès du garde de Tess. Avant de retourner s'habiller, Esteban passa prendre une douche rapide - et fraîche, surtout. L'utilisation de plusieurs lotions ainsi que de son parfum - dont il avait pensé à amener la bouteille - lui permit de retrouver une toilette aussi qualitative qu'au départ du penthouse.

Il ne pouvait évidemment pas garder les cheveux mouillés. Il passa donc auprès de la coiffeuse qui lui permit de retrouver une tignasse aussi propre et rangée que si rien ne s'était passé. Il en fit son habituel catogan souple, puis il fut prêt à rejoindre la princesse.

Esteban jeta un œil sur sa rollex et grimaça tandis qu'il constatait qu'il avait dépassé de quelques minutes la demi-heure qu'ils s'étaient fixés. L'année qu'il avait passé au Mexique avait rendu sa notion du temps beaucoup plus souple - ce qui expliquait d'ailleurs son retard - mais il avait conscience que celle de Tess était toujours réglée à l'anglaise. Il ne voulait pas la faire attendre.

"Eh bien Octavio... Pressons nous, il semble que je me sois un peu laissé aller."

Il aurait pu être plus rapidement arrivé s'il n'avait pas attendu son chauffeur, mais enfin... Vampire ou non, il restait un être civilisé ! Et c'était sans compter qu'une pointe de vitesse surnaturelle aurait risqué de froisser son costume, ou de démettre ses cheveux, quand c'était à cause d'eux qu'il était en retard. Cela aurait été bien ironique !

Il arriva avec une grosse dizaine de minutes de décalage par rapport à ce qu'il avaient prévu. Esteban se pressa de rejoindre son invitée.

"Je vois que vous avez déjà pris connaissance de la carte... Je suis bien désolé. Je voulais vous en faire une présentation personnelle, mais je me suis laissé piéger par le temps."

Il prit place sur la chaise qui faisait face à la jeune femme et saisit le second menu, qu'il parcourut brièvement des yeux. Il n'avait pas vraiment besoin d'en étudier le contenu. De peur que la qualité du service soit insuffisante par rapport à ses exigences, il avait embauché son propre chef, et il lui avait imposé ses exigences. Il savait donc plus ou moins à quoi s'attendre.

"Avez-vous déjà choisi ? Si vous hésitez, je peux peut-être vous guider..."

C'est qu'il y avait du choix, il s'en était assuré ! Tess  avait la possibilité de goûter au meilleur de la cuisine cajun autant que de celle de Veracruz. Il avait aussi fait en sorte de lui laisser des choix qui lui paraîtraient sans doute moins dépaysants, au cas où elle n'aurait pas le palet aventurier : plats fins et classiques de la cuisine européenne qui offraient à Tess une issue certaine au cas où rien de ce que la carte proposait d'autre ne conviendrait.

Esteban attendait de savoir à quelle sauce leur repas allait être mangé pour choisir une nouvelle boisson. Il demanderait certainement une bouteille de vin adaptée à leurs consommations.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 4 Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi - Page 4 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 4 Icon_minitimeSam 7 Mar - 16:51

Elle se tourna une dernière fois vers l’héritier. À elle bien noté l’emplacement…? Quelle idée ! Elle n’avait jamais besoin de se rappeler quoi que ça soit, la partie de son cerveau qui servait à rappeler des informations diverses était stocké dans le cerveau de Patrick. À croire qu’il y avait un gros trou dans celui de la Princesse.

‘Je suis sûre que Patrick sait où l’on doit se rendre, mais merci de vérifier.’

La princesse sourit une dernière fois avant de s’en aller.

Entre temps elle a réussi à se faire aggraver par son frère, puis stresser son garde du corps avant de finalement s'asseoir avec un sourire quelque peu nerveux. Oui elle était stressée, elle n’avait pas l’habitude de s’ouvrir à qui que ça soit, c’était une première.
Le jeune héritier avait pris un peu de retard, mais encore une fois c’était un mal pour un bien, cela lui permettait d’établir ce qu’elle pouvait lui dire sur elle. Honnêtement et sans se refermer comme la palourde qu’elle était.
En zyeutant la carte elle vit tout un tas de choses dont elle ne connaissait pas les noms, la princesse se sentait bien con. Il n’y avait pas d’autre mots. Les descriptions lui étaient vagues, elle avait beau être bien plus aventureuse avec la nourriture de certains pays qu’elle avait visité, ceux-là ne lui disaient pas grand-chose. La coutume était telle que la famille royale ne pouvait pas manger de crustacés en dehors du palais au risque de tomber malade. Après… Tess n’était surveillée que par Patrick et il n’allait pas commenter sur sa nourriture, sauf s’il pensait que sa vie allait être en danger (la seule fois finalement était quand elle voulait faire du saut à l’élastique, elle regrettait toujours de ne pas l’avoir fait !).

Tess n’avait même pas remarquée que le jeune héritier était arrivé. Elle leva ses yeux qui étaient plongés dans le menu et elle sentait son cœur battre un peu plus fort que d’habitude. Un mélange d’anticipation et de peur, Tess ne savait pas comment se comporter une fois de plus vu qu’elle essayait d’être honnête.

En réalisant finalement qu’elle n’était peut-être même pas toujours honnête avec soi-même.

‘Ne vous en faites pas, ça valait le coup d’attendre.’

Oups.

‘Je veux dire’
elle se rattrapa et continua amicalement ‘je suis contente de vous revoir.’

Dur de se rattraper, mais elle allait continuer comme si de rien n’était. Il fallait avancer. Elle passa ses mains sur ses cheveux qui ondulaient très légèrement, c’était presque étrange de ne pas les avoir complétement lisses comme à son habitude ou très bouclés.
Tess voulait absolument avoir fait son choix avant qu’il n’arrive juste pour ne pas trop perdre de temps, mais cette fois elle était figée. La princesse voulait justement le meilleur de la région, pour avoir une idée de ce que la Louisiane pouvait offrir.

‘Quand à Rome…’ elle sourit et reposa ses yeux sur le jeune héritier ‘Je veux du neuf, quelque chose que je n’ai encore jamais mangée. Cependant, merci de me laisser le choix des plats Européens, c’est attentif de votre part. Je crois avoir finalement fait mon choix.’

Elle marqua une pause et demanda au serveur de revenir. Oui, elle allait être soi-même, au risque de faire peur au jeune homme devant elle. Son régime à la Nouvelle-Orléans était rigoureux depuis son atterrissage avec une exception à son arrivée quand elle avait mangé du boudin noir avec Patrick dans un resto non-loin de l’hôtel. Elle pouvait bien faire une exception aujourd’hui. C’était une soirée spéciale et après tout, on ne vit qu’une fois.

‘Alors… J’aimerais pour commencer un Caldo de Mariscos puis… Cuaresmenos Jarochos? Oui, cela. Vous m’excuserez, je ne connais pas la langue. Après j’aimerais gouter à la Jambalaya et pour dessert… Hmmm...‘ La glace à la pistache lui faisait les yeux doux, mais elle pouvait avoir ça chez elle, il fallait absolument du neuf ‘... Oh ! Un Toro. Ça a l’air très bon ! J’aimerais aussi une toute petite part d’un beignet s’il vous plait.’ après avoir vu les yeux ronds de Patrick et du serveur elle rendit la carte sans plus commenter.

2 entrées, un plat et un dessert et demi… Oui, ça lui arrivait d’avoir une petite faim. Après avoir attendu le choix du jeune héritier et le choix du vin elle fini son eau gazeuse, heureusement qu’elle n’avait qu’un petit verre avec ce qui allait venir !

‘Je n’ai pas beaucoup d’occasion à gouter du neuf, je veux en profiter le plus possible’ elle souriait tout en s’expliquant, elle n’avait peut-être pas besoin de s’expliquer vu son statut, mais elle en ressentait le besoin. ‘Écoutez, j’aimerais être honnête avec vous et je sens que vous vouliez déjà en parler avant’ elle se pencha un peu plus vers lui et baissa un peu son ton ‘J’ai trouvé quelque chose qui appartenait à Miss Butler. Une sorte de valise qui à première vue contient quelques affaires, un agenda et une boîte entièrement remplie de clés USB. Je n’ai pas eu l’occasion d’examiner profondément le contenu, mais tout cela est à présent avec le Grand Mage au cas où quelque chose… M’arriverait.’ elle se rattrapa ‘Enfin ! C’est plus une précaution qu’autre chose. Je dois être de retour demain finalement.’

Elle semblait attristée vers la fin, mais cela n’a pas duré très longtemps car le serveur est arrivé avec les boissons et elle revint à sa pose initiale avec un joli sourire qui voulait dire “keep calm and carry on”.
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 4 Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi - Page 4 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 4 Icon_minitimeSam 7 Mar - 21:12

Une fois de plus, il était heureux qu'Esteban ne puisse plus rougir avec la même facilité que du temps de son appartenance au monde des normes. La princesse venait d'avoir un lapsus d'autant plus embarrassant qu'ils étaient maintenant tous les deux très au courant de l'effet mutuel qu'ils se faisaient. Sourire crispé aux lèvres, rire qui se voulait léger mais ne parvenait qu'à paraître gêné... Esteban balaya bien vite de son esprit la remarque inadéquate. Frôler les limites entre le convenable et l'indécent ? Oui, c'était un fait, ils n'arriveraient pas à faire autrement. Mais ce n'était pas une raison pour sauter de l'autre côté de cette limite à pieds joints.

"Je suis moi-même ravi que nous puissions continuer cette conversation."

Elle optait donc pour une aventure culinaire inédite ! Le jeune vamp eut un sourire satisfait. Il appréciait la curiosité donc la princesse faisait preuve. Le culot, le goût du risque et de la nouveauté étaient des qualités qu'il appréciait beaucoup chez les autres. Ça, et l'ouverture d'esprit.

"C'est tout naturel : je ne voulais pas vous piéger, il fallait des choix sûrs. Cela dit je suis très content de voir que vous appréciez la découverte."

Alors qu'il parcourait des yeux la carte, Esteban se referma comme une huître... Et c'était bien le cas d'en parler ! Il y avait beaucoup trop de choix de fruits de mer dans ce menu, tandis que Tess n'avait en théorie pas le droit d'y goûter faute aux risques d'intoxication alimentaire. Il était vrai qu'il n'avait pas pensé à parler au chef de cette interdiction précise... Mais enfin ! Ne lui avait-il donc pas dit qui était son invitée ? Tout le monde savait que la famille royale britannique était tenue à cette règle alimentaire, ce n'était pourtant pas compliqué ? Si ?

Réprobateur, Esteban esquissa sa traditionnelle moue pincée. Il faudrait qu'il touche un mot à son cuistot. Ce genre d'erreurs était tout simplement intolérable.

C'est avec étonnement qu'il écouta la princesse faire son choix. Elle avait justement sélectionné une entrée qui faisait la part belle aux douceurs de la mer. Loin de lui l'idée de la contrarier : elle aurait tout à fait pu prendre autre chose, d'autant que la description de chaque plat était donnée sous son nom, en anglais. Ce n'était pas à lui de la rappeler à ses obligations, cela aurait été terriblement malpoli, et déplacé.

Mais ce n'est finalement pas ce qui l'étonna le plus.

Il avait un souvenir cuisant de cette fois où, tout récemment rentré de Las Vegas avec Erin, il avait voulu lui faire découvrir la cuisine de son second chez lui. La jeune femme avait craché du feu du moment où ses lèvres avaient touché la première bouchée de tamales. Il fallait dire que Karl ne l'avait pas habitué à faire attention : malgré ses origines américano-germaniques, le jeune homme supportait extrêmement bien les épices, ce qui n'était pas le cas d'une majorité d'américains. Il connaissait mal les critères anglais, mais par précaution, il préférait partir du principe qu'ils étaient similaires.

Tess n'avait pris que des plats pimentés, cela le rassurait donc un peu : elle n'avait pas pu manquer la présence du fameux ingrédient. Mais tout de même : il restait une nuance entre manger des plats assaisonnés au piment, et manger des piments entiers. Il ne serait pas tranquille à moins d'avertir Tess du "risque potentiel".

"Cuaresmenos Jarochos."

Un parfait accent mexicain : après tout, l'espagnol était sa langue maternelle, plus encore que ne pouvait l'être l'anglais auquel il ne s'était réellement exercé que tardivement, en comparaison.

"C'est un choix intéressant ! Les cuaresmenos sont en réalité des jalapeños. Pour des piments, ils ne sont pas excessivement forts, mais ils vous seront servis entiers. Vous avez l'air d'apprécier la nourriture épicée, cependant.. ?"

Dès que la princesse l'aurait rassuré, ce serait son tour de mettre le nez dans l'immense variété des choix proposés. Il revenait à peine du Mexique, mais paradoxalement, cela faisait longtemps qu'il n'avait pas goûté la cuisine de Veracruz... Il n'avait pas bougé de Puerto Vallerta, dans l'état de Jalisco - autant dire que ce n'était pas la porte à côté. Les saveurs de son enfance lui manquaient déjà.

"Quisiera pedir un chilpachole de jaiba... Nada más. Gracias."

Il était plus naturel de commencer et de finir sa phrase dans la même langue et il avait tellement l'habitude que son personnel  comprenne l'espagnol qu'il avait oublié que les employés de ce navire, qu'il avait seulement loué, n'étaient pas recrutés sur ce critère. Le serveur lui renvoyait un regard vide. Il ouvrit grand les yeux, se rendant compte de son erreur.

"Ah ! Je veux dire, je vais prendre un chilapachole de jaiba ! Pardon."

Un plat suffisait. Incapable de digérer, il ne voulait pas risquer de se sentir lourd et ballonné jusqu'au moment où il serait en mesure de se purger - pas avant le petit matin, donc. Il lui suffirait de prendre son temps pour ne pas donner l'impression à Tess qu'il l'attendait. Si c'était nécessaire, il commanderait un dessert à la fin. Le serveur partit en cuisine après avoir noté la commande d'une bouteille de vin blanc adaptée à des plats de poissons pimentés.

Esteban esquissa un sourire rassurant. Tess avait commandé beaucoup  de plats et elle se sentait obligée de se justifier, cependant ça n'était pas nécessaire. Il comprenait parfaitement son point de vue. Quelques années au préalable, il aurait été capable du même raisonnement.

"Oh je comprends très bien, je pense être un peu comme vous... Je sais, cela ne se voit pas ce soir. Mon appétit est malheureusement devenu capricieux..."

...Elle n'avait pas besoin de connaître les détails peu ragoutants que cachaient cette affirmation.

Il la laissa plutôt changer de sujet. Très vite, l’étonnement gagna ses yeux clairs. Très vite encore, cet étonnement se mua en une reconnaissance poignante, presque démesurée compte tenu de la situation. Elle qui s'était montrée jusqu'à présent très secrète dès qu'il était question de Bess Butler acceptait dorénavant de lui en dire plus. Cela signifiait qu'elle lui faisait confiance. Dieu savait combien Esteban avait besoin qu'on lui fasse confiance. C'était une conséquence des traumatismes accumulés suite à sa brutale transformation : il avait très mal vécu la façon dont on s'était mis à le craindre et à l'éviter. Sans même parler de la façon dont sa mère s'était mise à le craindre et à l'éviter.

Tess n'avait pas besoin de s'approcher pour qu'il l'entende : son ouïe était telle qu'elle aurait encore pu baisser le ton sans que cela ne le perturbe. L'inverse en revanche n'était pas vrai. Il fit donc en sorte de se pencher sur la table à son tour. Grimace légère. Il n'aimait pas ce qu'elle insinuait.

"Ne dites pas des choses pareilles... Rien ne doit vous arriver, ce n'est pas une issue acceptable."

C'était vrai, cependant : elle serait dans l'avion dès le lendemain soir. Que pouvait-il donc se passer ? Ce soir, ils étaient hors d'atteinte. Demain ? Le bonbon soleil n'était pas encore en circulation, elle ne risquait donc rien.

N'avait-elle pas parlé du Grand Mage ? Il ne serait pas attendu à ce qu'elle noue de tels contacts à la Nouvelle Orléans, surtout en si peu de temps.

"Le Grand Mage n'est-ce pas ? Je ne sais que peu de choses sur lui, mais il semble être un homme de confiance. ... Surtout par rapport à d'autres wiccans de ma connaissance."

S'il avait su que Précieuse et Skyler Skinner avaient participé au rituel effectué par la princesse, il se serait probablement abstenu de commenter ! C'était justement l'image de la patronne des Plaisirs Coupables et de cet insupportable pharmacien qu'il avait en tête alors qu'il parlait de "wiccans non recommandables". Il avait eu à faire aux deux, et il n'était pas impatient de devoir recommencer...

"Ce sont des pistes encourageantes en attendant. Je sais que vous devez rentrer, mais vous pourrez certainement les suivre à distance."

Faire affaire avec le Grand Mage de la Nouvelle-Orléans ? Et pourquoi pas ! Il avait des alliés bien moins recommandables, dorénavant. Une fois de plus il était prêt à aider Tess, mais il l'avait déjà tellement fait comprendre... Il aurait été malpoli d'insister. Si elle avait besoin de lui, elle le lui dirait certainement.


Dernière édition par Esteban Luz-Descalzo le Mar 17 Mar - 19:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 4 Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi - Page 4 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 4 Icon_minitimeDim 8 Mar - 15:22

Ouf, passons. Elle ne voulait pas continuer à s'apitoyer sur ce qu’elle avait dit sans penser. Tess savait qu’elle ne pouvait se permettre ce genre de commentaires, justement c’était pire parce qu’elle avait la sale tendance d’aller à l’encontre du protocole quand laissé avec le stricte minimum de supervision (c’est-à-dire Patrick) et en plus quand il n’y avait aucun paparazzi dans le coin. Maintenant qu’elle ait aussi commencé à faire la tête à celui-ci… Bref, il fallait s'autocensurer un peu plus.

Elle esquissa un sourire timide, heureuse que finalement l’on apprécie son goût pour l’aventure culinaire. Essayer des plats neufs et singuliers était quelque chose qu’elle voulait explorer beaucoup plus, cependant depuis l’ascension de son grand-père rien n’a changé au niveau de la cuisine, ce qu’elle trouvait dommage. Bien entendu elle pouvait toujours demander aux cuisiniers du palais de lui concocter quelque chose de spécial… Mais ça n’était pas la même chose!

‘Je suis contente que vous le reconnaissez’ elle commenta en zyeutant le menu une dernière fois ‘mon arrière-grand-père était aventureux lui aussi apparemment. Ma famille immédiate l’est moins.’

La princesse avait remarqué la moue pincée du jeune héritier, mais n’eut pas le temps de lui poser la question du pourquoi du comment. Quelque chose n’allait pas avec le menu ? Elle se demandait bien ce qui le tracassait. L’idée qu’elle n’était pas supposée manger de crustacés lui est passé complétement par-dessus la tête cette fois (comme nombre de fois), à ce stade là elle n’en avait que faire de ses restrictions alimentaires et Patrick ne faisait pas de remarques. C’est que tout allait bien se passer. Après tout, elle avait vue sa grand-mère briser cette règle à tout va.

Qu’est-ce qu’elle aimait l’entendre parler espagnole. C’était une belle langue et cela lui donnait un air tellement… Elle ne savait plus, finalement. Elle aimait le son de cette langue mêlée à sa voix. C’était tellement impressionnant pour elle qu’il puisse parler deux langues couramment, Tess qui ne parlait que l’anglais avec les quelques notions d’allemand et de français qu’elle avait apprise à l’école. Oui, elle se sentait un peu moins intelligente du coup.

‘Oh’ elle leva les sourcils en rendant la carte au serveur ‘c’est intrigant. Oui, j’aimerais bien essayer car il m’arrive de manger épicé. Tout ira bien !’

”Tout ira bien”, mon épitaphe.


Tess mangeait épicé parfois, mais n’a encore jamais mangé un piment entier. Elle n’allait pas reculer devant un défi (mais surtout elle n’allait pas prendre encore plus de temps à se décider surtout). Cette notion tellement britannique qu’était : tu as fait ton lit, tu vas maintenant dormir dedans que ça te plaise ou non.
Tess passa sa main sur sa joue qui était encore un peu chaude, elle se rendait bien compte qu’elle n’avait plus de fond de teint, mais elle ne pouvait pas faire grand-chose à part ignorer ses réactions physiologiques au son de cette langue.

‘Je vous envie, vraiment.’ elle avoua, impressionnée ‘Je ne parle que l’anglais et dans mon pays mon accent est sujet d’énormes moqueries. Par contre ici j'ai remarqué qu'il est perçu avec un certain exotisme, c'est très étrange !’

Elle rit légèrement, effectivement elle venait tout juste de se rappeler une série télévisé qui parodiait la couronne. Chose qui divisait les avis dans la famille. Tess? Elle s’était dite que de toutes les manières ces gens là n’étaient pas malicieux, c’était leur travail.

Quant à son appétit… Bon, la princesse réalisa bien vite qu’elle était gourmande, chose qui doit être contrôlé à chaque instant dû à son entrainement. Son dernier commentaire la laissa perplexe. Appétit capricieux ? De quoi parlait-il ?
Il lui a fallu plusieurs dizaines de secondes pour finalement comprendre, après lesquelles elle lâcha un “ah” qui signalait que “oui, ça m’a prit du temps, mais je viens de m’en souvenir”. Depuis le retour de son teint naturel et le grand changement de conversation, Tess avait rangé le statut vampire dans un tiroir bien profond de son cerveau. Était-ce mal poli d’oublier la nature de celui-ci ? Ou est-ce qu’il allait bien le prendre ? Avait-il même remarqué ? Ça l’avait stressé et elle voulait changer de sujet. Comme quoi aller vers Bess Butler était presque naturel.

Sa réaction ne l’avait pas vraiment étonné. Il était naturel qu’on ne veuille pas voir le pire scénario se dérouler, mais Tess avais de gros doutes depuis qu’elle avait récupérée cette valise. Elle se demandait si c’était un piège, si cette meurtrière s’attendait à ce que l’on trouve quelque chose. Ou si elle avait réussi à traquer le Grand Mage lui-même… Ça devenait de plus en plus difficile à gérer et peut-être que c’était mieux qu’elle ait un vol pour demain.

‘Je ne vous le fais pas dire. Le Grand Mage est un personnage très poli, un vrai gentleman. J’ai été aidé par deux autres, mais ils étaient moins… Polis.’ elle eut comme un poil hérissé en pensant aux deux autres, cette irritation qu’elle ressentait était presque égale à l’irritation qu’elle sentait contre son frère. Elle revint sur les précautions ‘Cette valise est donc avec Monsieur Cyan, c’est vraiment au cas où. Je suis presque persuadé que je trouverais tout ce dont j’ai besoin et tout ira bien. La mémoire de mon père sera honorée et tout sera... Comme avant. Oui.’

Oh non, elle hésitait. Comme avant ? Quand, précisément ? Ce n’était plus un doute qui lui picotait la tête, c’était un déluge. Un vrai tsunami de doutes qui avait fait surface. Voulait-elle vraiment découvrir ce qui se trouvait dans cette valise ? Avait-elle réellement prit un énorme bâton pour s’attaquer à un nid de frelons ? Il était trop tard pour faire un pas en arrière. C’était le moment de jouer aux huitres.

‘Oui, vous avez raison, ces pistes sont encourageantes, mais…’ elle hésitait à le dire, mais elle prit son courage à deux mains ‘... Ça me fait de la peine de rentrer maintenant. Peut-être que c’est pour le mieux vu les circonstances. Je sais qu’internet existe et que l’on pourra communiquer ainsi, mais ce n’est jamais la même chose.’

Sauvé par le gong. Le serveur arriva avec un chariot rempli de boissons et de leur plats sous les cloches. À part les desserts, tout était finalement dessus et le visage de la princesse était complétement illuminé. Elle avait plus faim qu'elle ne le pensait. Son attention était complétement attirée par ce qui allait être placé sur la table et heureusement que le serveur avait compris ses choix, les portions étaient plus petites pour lui offrir la possibilité de profiter un peu de tout. Il n’y avait qu’un piment vert farci de crustacés dans sa petite assiette qui lui posait un défi considérable, mais elle allait commencer par le bol de soupe.

Le serveur montra la bouteille aux jeunes gens avant de verser un peu de son contenu dans le verre de la brune qui y gouta. En souriant elle hocha poliment de la tête afin de signaler que c’était bon.

‘Bon appétit, Esteban’ elle sourit en voyant la soupe au crabe et quand le serveur s’en alla elle leva son verre vers lui et elle ne pouvait s'empêcher de tirer la langue avec un petit rire moqueur, elle murmura comme si elle allait avouer un lourd secret ‘Je vous dois une confession : je n’y connais rien en vin ! Je peux juste vous dire qu’effectivement, ce n'est pas du vinaigre.’

Elle attendait à ce qu’il trinque pour quelque chose, elle avait déjà la mal chance de dire “santé” au départ.
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 4 Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi - Page 4 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 4 Icon_minitimeMar 17 Mar - 20:20

Il n'y avait pas forcément à répondre à tout. Tess était heureuse qu'Esteban reconnaisse son sens de l'aventure, et Esteban était content de lui avoir fait plaisir. Il se contenta d'un sourire agréable qui accusait réception tant de la satisfaction de la jeune femme que de la comparaison qu'elle faisait vis-à-vis du reste de sa famille.

Lorsqu'elle commanda son repas cela dit, il se sentit obligé de commenter. Elle venait tout de même de choisir un plat de piments fourrés.

"Tout ira bien !"

Il n'eut pas l'air immédiatement convaincu. Après quelques secondes de silence circonspect il retrouva pourtant le sourire et ajouta, tout de même un peu hésitant :

"Oh ! Très bien, en ce cas tout est parfait."

Il y avait tout de même une différence entre manger épicé et manger un piment entier... Et puis il y avait aussi parfois une différence  entre "épicé" et "épicé" selon la notion qu'on en avait. Mais ce n'était pas son rôle de le faire remarquer plus que de mesure.

... Cela devenait décidément un classique, entre eux deux. Lui qui cherchait à la prévenir et elle, qui échappait à ses conseils sans un regard en arrière.

Une bourde en espagnol tandis qu'il prenait sa commande fut à l'origine d'un nouveau sujet de conversation. Il n'eut pas envie de rebondir sur son propre bilinguisme mais s'intéressa plutôt à ce que Tess racontait sur son accent. Esteban prit l'air légèrement étonné. Touché... Il faisait très certainement partie de ceux qui trouvaient cela "exotique"... Quoique le terme fut mal choisi. "Élégant", "Mélodieux", étaient des adjectifs qui convenaient mieux, à son humble avis.

"Des moqueries ? Réellement ?! Enfin... C'est étrange, comme les perceptions peuvent être différentes selon les endroits... Personnellement, je trouve votre accent tout à fait raffiné."

Il s'excusa de n'avoir pas pris grand chose à manger et Tess sembla avoir du mal à comprendre où il voulait en venir en lui parlant de son appétit capricieux. La lumière se fit enfin et il eut une petite grimace d'excuse. Elle devait certainement s'être rappelée de cette histoire de purge, obligatoire pour tout vampire gastronome... Ce n'était pas bien ragoutant, et il ne voulait pas s’appesantir là-dessus.

La princesse lui donna justement l'occasion de se concentrer sur autre chose : Elle paraissait finalement prête à lui parler de Bess ! Elle n'imaginait certainement pas ce que la confiance qu'elle lui accordait représentait, pour lui. Néanmoins il était aussi inquiet. Elle se pensait en danger potentiel. Voilà qui aurait été parfaitement alarmant si elle n'avait pas dû repartir si tôt en Angleterre...

"J’ai été aidé par deux autres, mais ils étaient moins… Polis."

Un autre grimace légère, miroir de la crispation de Tess.

"C'est amusant, on dirait presque que nous avons  rencontré les mêmes personnes..."

Elle lui donnait plus de détails et se montrait rassurante. A distance, elle pourrait utiliser les informations que contenait cette valise pour trouver Bess et obtenir justice. C'était bien. Très bien, même ! Il était content pour elle et allait lui en faire part, mais une nouvelle remarque le désarçonna.

"... Ça me fait de la peine de rentrer maintenant. Peut-être que c’est pour le mieux vu les circonstances. Je sais qu’internet existe et que l’on pourra communiquer ainsi, mais ce n’est jamais la même chose."

Il resta un instant les yeux grands ouverts, sans trop savoir quoi répondre. Ils se trouvaient à nouveau sur une pente glissante... Cependant, il  comprenait ce qu'elle voulait dire.

"Tess..."

Un air bien désolé.

"... Je suis déçu, moi aussi, c'est vrai. Mais ce n'est que partie remise. Nous avons tout le temps devant nous."

... Surtout lui, se disait-il. Cependant il ne voulait pas faire cette remarque. Puis Tess était jeune. Elle avait effectivement tout le temps devant elle, vie éternelle ou pas.

Leur repas arrivait ! Esteban se décala pour laisser le serveur mettre sous son nez une soupe corsée dans laquelle flottaient deux crabes entiers.

"Bon appétit à vous aussi !"

Le vin devait être très bon. Il avait demandé à ce qu'on ne leur propose que les meilleurs millésimes. Il attendait l'avis de Tess... Lequel ne fut pas ce qu'il aurait pensé. Un rire élégant lui échappa.

"Eh bien... Très bien je l'admets : vous n'êtes pas seule ! Ma tante m'a appris à reconnaître quelques alcools de qualité, mais ce n'était pas du vin. La bouteille devrait s'associer à merveille au repas, cela dit."

... Quelqu'un d'autre que lui s'en était assuré. C'était à cela que servaient des employés qualifiés. Il leva son verra.

"A la réussite de votre entreprise... Et à cette soirée charmante, bien évidemment."

... Ne pas loucher sur le piment dans l'assiette de Tess, surtout. Il était encore pris de quelques doutes.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 4 Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi - Page 4 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 4 Icon_minitimeVen 20 Mar - 15:04

‘Oh, merci’ elle n’avait pas intention de pêcher pour des compliments, mais elle était tout de même ravie d’entendre que son accent est considéré raffiné par son hôte ‘La télévision vous en apprends bien des choses sur la perception du public à votre sujet ou au sujet de votre famille. Mais passons !’

Elle finit avec un sourire. Était-elle vexée quand on avait décidé de la parodier “Chez les Windsors”? Un peu, surtout les derniers épisodes qu’ils ont décidés de diffuser un épisode une semaine après la mort de son père. Le restant du temps, elle ne s’en faisait pas autant, d’ailleurs beaucoup d’épisodes étaient marrants.
Le fait qu’il ait grimacé, elle se doutait qu’il eût à faire déjà à la patronne des Plaisirs Coupables et au pharmacien. La princesse se souvient très bien de leur rencontre et elle en avait un peu souffert, ou du moins son cocon royal fût légèrement craqué. Elle fronça du nez avec une grimace elle-même, mais après réflexion elle voulait tout de même ajouter quelque chose sur les gens qui l’ont aidé.

‘Vous savez’ elle reprit, après avoir bu une dernière gorgée de son verre d’eau ‘j’ai beau les critiquer pour leur manque de politesse, mais je ne peux oublier qu’ils m’ont tout de même prêté leur aide quelles que soient leurs raisons. Votre aide dans cette affaire a été vitale aussi. En fin de compte, tout le monde s'est montré très coopératif.’

En y repensant, manque de charme ou pas, tout le monde était prêt à l’aider. Certains pour leurs propres raisons et d’autres parce qu’ils étaient enclin à vouloir aider autrui car c’était la bonne chose à faire (ou du moins c’était son opinion). Il y avait toujours cette petite pensée qui la narguait, si c’était effectivement une bonne idée d’avoir agrandi le nombre de personnes qui étaient au courant de sa petite chasse à l’homme (ou chasse à la vampirette), si quelqu’un lâchait le morceau elle serait dans un sale pétrin.

Chut, maintenant n’est pas le moment.

Il y eut une petite étincelle d’espoir dans ses yeux. Une partie remise. Oui, c’était bien cela. Ils avaient tout le temps devant eux. Elle avait des années et puis un jour peut-être elle pourrait revenir à la Nouvelle-Orléans et ils pourraient être libre de faire ce qu’ils voulaient. Son médicament lui permettrait qu’ils aillent à la mer, finalement voir ce fameux levé du soleil sans qu’il risque sa non-vie. Tess s’imaginait déjà à la plage vers 4 h du matin juste avant que le soleil ne se lève, à ses côtés…

Oh, manger !


S’il y avait quelque chose qui arrivait à l’arracher des amourettes et des petits fantasmes, c’était bien la nourriture. Après son aveu sur son manque d’expérience avec le vin, elle était absolument ravie qu’elle le fit rire. Qu’est-ce qu’il était beau son rire, elle le rejoint dans un petit rire elle-même, c’était contagieux ! Elle hocha de la tête, oui elle croyait bien se souvenir que le jeune héritier s’y connaissait mieux en tequila qu’en vin. Un peu comme elle s’y connaissait mieux en gin.

‘Oui, à cette soirée, pour qu’elle puisse s’étendre un peu plus !’

Après avoir pris une gorgée modeste, elle s’attaqua à la soupe d’abord. Oui c’était épicé, mais elle n’allait pas directement se mettre au piment farci, il fallait qu’elle tâte le terrain juste un peu. La qualité des fruits de mers était incroyable et son unique commentaire était exprimé par des grands yeux et un grand sourire excité par le fait qu’il y ait encore beaucoup dans la soupe et sur les autres assiettes !
Après avoir fini sa soupe, le piment farci lui faisait face. Le duel de l'année. La princesse savait très bien qu’elle avait fait une grosse bourde en voulant être polie. Pour une fois qu’elle ait fait une bourde pour faire quelque chose de bon… Qu’importe.

Elle essayait de ne pas regarder qui que ça soit, mais elle sentait le regard de Patrick, qui lui mangeait son boudin noir dans son coin accompagné d’Octavio et elle coupa une petite portion du piment. En l’approchant de son visage, elle sentait l’odeur presque brûlante du piment dans ses narines et cette magnifique odeur des crustacés qui allaient avec.

Esprit sur la matière, esprit sur la matière, esprit sur la matière, esprit sur la matière…

Première bouchée. Tout va bien… Tout va encore.
Ça va un peu moins.
Elle ne montrait rien, son visage était figé dans son sourire habituel et elle continuait l’attaque royale sur le piment. Métaphoriquement parlant, ses oreilles faisaient échapper une fumée noire et épicé, tout comme ses yeux, son nez… Oh non, son nez commençait à échapper autre chose. Vite ! Vite, vite, vite… Mouchoir.

‘Excusez-moi’ dit-elle en baissant sa tête vers son sac pour en ressortir un mouchoir, elle croisa le regard de Patrick et elle fût presque outrée de le voir retenir un rire, ce visage qu’il tirait à chaque fois quand quelque chose l’amusait.

Après avoir discrètement essuyé son nez, elle commenta.

‘Tout va bien. Oui, tout va très bien !’

Heureusement pour la tortilla, elle avait déjà fait cette énorme bourde de boire de l’eau il y a quelques années après avoir bravé un Vindaloo.

Esprit sur la matière, esprit sur la matière, esprit sur la matière… Oh ciel, pitié, esprit sur la matière.

Elle finit le piment comme la brave fille qu’elle était entre deux bouchés de ce pain Mexicain. À ce niveau-là le jambalaya était presque un baume apaisant. Maintenant qu’elle ne devait pas se concentrer sur sa nourriture autant et qu’elle pouvait passer à autre chose, Tess voulait essayer de toucher à un autre sujet.

‘Quand ce médicament sera en vente’
elle prit une petite gorgée de vin ‘Que pensez-vous faire ? Je veux dire… En termes de projets, avez-vous d’autres idées? Des  plans dans un futur proche? Cela va bien ouvrir d’autres portes, non?’
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 4 Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi - Page 4 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 4 Icon_minitimeMer 25 Mar - 11:41

La télévision... Ah, certes. Et les journaux. La presse à scandale, il n'y avait rien de pire, Esteban était bien placé pour le savoir. Il eut une légère grimace, accompagnée d'un rire discret.

"Et c'est sans compter les journalistes, surtout les paparazzis, qui ne manquent pas une occasion d'en rajouter et de manipuler l'avis de ce public... Mais vous avez raison, passons ! Il nous gâchent assez la vie en temps normal sans qu'il faille y penser dans ce genre d'instants, n'est-ce pas ?"

Vraiment... La presse dressait de lui un portrait parfaitement hors de propos. On le montrait bien souvent frivole, superficiel et mu par l'unique volonté de tirer tout l'argent des poches de sa famille. Il savait que cette manipulation de son image publique était en grande partie à imputer aux Luz-Descalzo et, fort heureusement, une partie du corps journalistique - surtout parmi les journaux pro-outre - restait de son côté... Mais tout de même, c'était vexant.

Ils parlaient wiccans, désormais. Esteban ne connaissait pas Artémis Cyan mais il avait un bon a priori concernant ce nouveau grand mage. Les autres sorciers qu'il avait rencontrés par le passé en revanche étaient parfaitement insupportables... Désagréables, impolis, et mal intentionnés de surcroît ! Il ne comprenait vraiment pas comment Luisa pouvait fréquenter des poisons pareils et s'en satisfaire. Rien qu'à l'idée de... brr. Non. Surtout pas. Il ne voulait pas visualiser des choses pareilles. Ce qu'il y avait entre Skyler et Luisa ne concernait que Skyler et Luisa. Que cela reste dans le secret de leur chambre.

Le jeune vamp sembla comme se rembrunir. Il plongea un regard circonspect dans les yeux de la princesse, associé à une moue du même acabit. Il semblait brutalement avoir pris dix ans. Ce qu'il avait dû faire pour protéger son identité - et sa vie - ces dernières années avait eu raison de sa grande naïveté et de ce qu'il restait de son innocence. Tess en revanche était encore immaculée... C'était touchant. Mais c'était aussi dangereux, si elle comptait continuer à jouer dans ces sphères obscures de la Nouvelle-Orléans.

"Restez tout de même sur vos gardes. Ces gens là apportent rarement leur aide gratuitement et, si c'est le cas, il y a de bonnes chances qu'ils soient en train de faire du profit sur votre dos. Et je ne parle pas nécessairement d'argent ou de gain matériel. L'information coûte tout aussi cher, si ce n'est plus."

Il se rendait bien compte qu'on aurait pu dire la même chose de lui. Esteban apportait à Tess une aide désintéressée, mais il aurait difficilement pu le lui prouver. Puis il était peut-être injuste vis-à-vis de ces wiccans... Après tout, ce n'était pas parce qu'ils étaient impolis qu'ils faisaient nécessairement partie de la Mafia W, ou même du Talion. Le vampire se radoucit et baissa des yeux embarrassés.

"... Je suppose que je ne peux pas vous dire cela et attendre ensuite que vous me fassiez entièrement confiance non plus."

Le sujet de conversation vira à tout à fait autre chose, ce qui était heureux. Exit les wiccans et les manigances qui se tramaient dans l'ombre, sur la face cachée de cette ville de requins et de piranhas. Et de hyènes. Il était désormais question de leur tristesse mutuelle à l'idée de ne plus pouvoir se voir alors qu'ils commençaient à peine à se connaître. Il fallait relativiser : tout n'était pas terminé. Ses encouragements parurent avoir l'effet escompté. Esteban laissa donc un beau sourire éclore et...

... Le repas arrivait. Parfait ! Voilà qui éviterait efficacement à leur moral de retomber. Suite à quelques aveux amusants quant à leurs médiocres connaissances œnologiques, ils trinquèrent - cette fois-ci en évitant l'écueil de se souhaiter une santé qui n'était pertinente que pour l'un d'eux.

Du coin de l'oeil, Esteban vit que Tess commençait par les plats les "moins" épicés. C'était une bonne idée, mieux valait probablement y aller de façon progressive. Il s'attaqua pour sa part aux crabes qui flottaient dans la soupe et constata bien vite que l'outil destiné à écraser la carapace n'était guère plus à sa place entre ses doigts que du temps de son humanité perdue. Misère... Faites qu'il ne se tâche pas avec une projection accidentelle ! Il grimaça et tâcha de démembrer son repas très précautionneusement. Au moins, avec une telle lenteur, il n'allait pas semer Tess. Cela éviterait à la jeune femme d'avoir l'impression d'être seule à manger, ce malgré les quantités très différentes qu'ils avaient choisi d'ingérer. La princesse lui jeta un regard plein d'une gourmandise et d'une excitation mal contenues. Ravi de voir qu'elle était satisfaite par la qualité des plats, il répondit par le silence et par une expression aimable, débordant d'une joie miroir à celle de la jeune femme.

C'était délicieux. La chair des crustacés était fraîche, pourvue d'un goût subtil que venait rehausser une soupe aux saveurs riches et à la chaleur réconfortante. Le piment lui restait fort agréablement sur la langue.

... En parlant de piment, où en était-on ?

Tess s'était tout juste lancée à l'assaut du jalapeño géant. Esteban cherchait à se rassurer intérieurement : après tout, ce n'était vraiment pas un piment fort par rapport à ceux auxquels elle aurait pu être confrontée... Ça ne pouvait pas être si terrible que cela, n'est-ce pas ? Et puis elle avait très bien supporté la quantité d'épices du plat précédent, alors ça ne pouvait que bien se passer.

... N'est-ce pas ?

Sans s'en rendre compte, il la fixait un peu trop intensément. Les yeux un peu trop ronds, un peu trop ouverts, aussi. Suspens faisant, il avait cessé de respirer.

... Oh non. Catastrophe. Elle rougissait et elle allait avoir ce fameux problème du nez qui...

‘Excusez-moi’
"Je vous en prie."

Il avait plongé la main dans sa poche à la recherche du mouchoir Hermès en tissu - propre bien évidemment - qui devait s'y trouver, mais c'était inutile. La princesse avait ce qu'il fallait sur elle, et avait été plus rapide que lui à réagir.

‘Tout va bien. Oui, tout va très bien !’
"... Bien sûr !"

Il ne voulait pas la contrarier en lui faisant remarquer qu'elle allait bientôt devenir violacée et que ses yeux brillaient d'une lueur qui disait l'inverse de ce qu'elle voulait bien admettre. Les yeux toujours aussi ronds, il continua plutôt de se battre avec ses crabes.

La tension retomba quand la princesse en eut fini avec les spécialités mexicaines. Elle revenait en Louisiane et sur un jambalaya qui, épicé ou non, ne contenait pas de piments entiers. Ouf ! L'honneur était à peu près sauf pour tout le monde. Dès lors il redevenait possible de penser à autre chose... D'ouvrir de nouveaux sujets de conversation.

La question posée par Tess le laissa pensif quelques instants.

"Eh bien... Oui, parfaitement. Je compte effectivement financer d'autres projets et il y en a un qui est déjà sur le feu."

Il pouvait en parler. Il avait déjà fait cette annonce à la télé, ce n'était désormais plus un secret.

"C'est un complément à ce médicament, en réalité. Nous travaillons sur un verre de facture magique qui serait capable de laisser passer la lumière du soleil tout en protégeant les vampires de ses effets néfastes. L'avantage de cette technologie, c'est qu'elle serait sans limite d'effet temporelle - c'est d'ailleurs ce qui rend ce verre si difficile à produire, qui plus est dans des quantités industrielles. On proposera déjà d'en faire une norme dans tous les édifices publics... A long terme j'aimerais qu'il soit utilisé pour couvrir des pistes piétons - et que l'on puisse rendre la ville plus accessible à tous en journée. C'est un produit très coûteux et dont la fabrication est longue et compliquée, donc nous n'y sommes pas encore... Quant à son utilisation chez les particuliers, elle est pour le moment hors de propos pour les raisons énoncées. Mais j'ai bon espoir que nous arrivions un jour à surpasser ces difficultés techniques."

Il ne fallait pas le lancer là-dessus... Il était impossible à arrêter !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 4 Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi - Page 4 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 4 Icon_minitimeMar 31 Mar - 14:38

La princesse se doutait que la vie d’Esteban ne fût pas facile, surtout à en entendre sa réaction sur les paparazzis. Après tout, qu’est une fortune ou un titre si l’on est traité comme de la pâture pour les assoiffés de médias sensationnalistes ou simplement ceux qui n’avaient pas grand-chose à faire? L’héritier a dû en faire les frais, il n’y avait aucun doute vu le statut de sa famille aux États-Unis. En fin de compte, il y avait beaucoup de similarités entre eux: il suffisait qu’il y ait un faux pas, une toute petite nouveauté dans leur vie et les médias s’en faisaient un régal. Elle commençait à comprendre la dynamique entre les Luz-Descalzo et les médias Américains, leur rôle et elle allait s’éduquer un peu plus de son côté aussi. Le questionner serait impoli et pas convenable du tout. D’ailleurs, le sujet des médias était finalement clos.

Elle vit l’expression de son hôte changer. L’avait-elle offensé? Qu’avait-elle donc dit pour qu’il prenne cet air aussi sombre? La brune se sentit soudainement petite et par réflexe elle se recroquevilla presque sur soi. Non pas qu’il lui ait fait peur, mais plus parce qu’elle anticipait à ce qu’on la réprimande pour cette opinion et se faire réprimander lui faisait très honte. On aurait dit qu’elle avait l’habitude avec Edward, mais elle apprit à se refermer après plusieurs années. C’était différent pour quelqu’un qui lui était pratiquement inconnu et surtout quelqu’un qui faisait battre son cœur plus fort que d’habitude. Son anxiété avait atteint de nouveaux sommets, mais la manière dont il lui avait adressé la parole était bien plus agréable qu’elle n’imaginait (ou dans son cas angoissait). Il se faisait du souci. Était-elle vraiment aussi naïve comme les médias, et maintenant il s’avérait les connaissances, le pensaient? D’ailleurs, elle alla même le prouver sans y repenser à deux fois après la dernière réplique du Vampire.

‘Je vous fais confiance!’
elle a failli lui couper la parole vers la fin, voulant absolument qu’il sache qu’il n’était pas au même niveau que ces deux Wiccans. Pas dans cette vie ni à ses yeux. ‘C’est… Différent, pour vous. Je ne saurais vous l’expliquer, mais vous mettre dans le même camps que ces deux…là. Non, c’est inimaginable. Vous êtes bien plus que cela. Vous êtes un homme bien. Ça se voit et ça se ressent.’

Des propos peut-être naïf, mais sincères. Il était vrai qu’elle voulait toujours voir le bon côté de chaque personne et qu’elle voulait trouver une étincelle de bonté dans ceux qui n’en avaient pas, pensant souvent qu’il y avait quelque chose dans leur passé qui les avaient poussés sur la mauvaise voie. Bref, sa vie et ses croyances étaient tirés droit de l’Église Anglicane, qui était bien moins pluie de feu et de soufre que son cousin Catholique, surtout le cousin Américain.
La conversation fût achevée avec l’arrivée de la nourriture. Finalement elle n’avait plus rien à redire, tout ce qui devait être dit a été dit au sujet de comment elle percevait son hôte. Esteban n’était pas qu’un Vampire à ses yeux, c’était quelqu’un avec une histoire et qui était humain et tout à fait vivant auparavant. C’était le cas depuis le départ, mais cela semblait s’accentuer au fur et à mesure.

Ils avaient l’air tellement beaux, eux deux… Lui, en brandissant ses ustensiles comme des armes blanches contre un crabe qui portait son armure en plaques, pendant qu’elle bravait l’épreuve du feu. Elle avait remarqué discrètement qu’il avait du mal avec son crabe et cela la rassurait, Tess avait du mal avec son piment et elle était certaine qu’il l’avait remarqué (oh la honte): ce visage qui était devenu rougeâtre (ou plutôt violet si l’on veut éviter les sémantiques), son nez devenu Niagara (sauvé par un mouchoir) et ses yeux brillaient avec les larmes qui commençaient à se former. Oui, elle mangeait épicé, mais pas un piment entier, nom de Dieu! Les yeux ronds de son hôte n’étaient pas passés inaperçus, elle savait qu’il n’allait pas faire de remarques, mais ce regard était assez pour être une remarque en soi. S’arrêter de manger ce piment serait acceptable, mais pas à ses yeux. Elle avait prise cette décision et elle n’allait pas capituler: c’était sa guerre contre Monsieur Jalapeño

Passer vers la Jambalaya était un vrai cadeau du ciel. C’était, de loin, son plat favori depuis le début de son séjour à la Nouvelle-Orléans. La soupe était délicieuse, mais la Jambalaya… Incroyable. D’ailleurs avec cette tension qui avait baissé d’un chouïa elle tenta ce nouveau sujet et il se trouvait qu’Esteban était particulièrement bavard !
Un projet sur le feu? Rien que de l’écouter parler était agréable. Il lui fallait du temps pour comprendre ce “verre magique” et la production. Qu’était la science derrière cette magie ? Y avait-il quelque chose de scientifique, ou était-ce juste… de la magie?

‘Rien n’est insurmontable si l’on est dédié à sa cause!’ elle dit avec enthousiasme, c’était contagieux. Elle prit une nouvelle gorgée de vin avant de demander autre chose, c’était risqué et une question potentiellement difficile, elle regardait son assiette à moitié vide ‘Je vous l’avais dit, vous allez en rendre des heureux et vous allez ouvrir beaucoup de portes avec ces projets. Est-ce que votre propre expérience vous a poussé à ce genre d’entreprise, ou était-ce quelque chose qui se formait déjà dans votre tête bien avant?’

Elle leva sa tête pour l’observer, sans réaliser que ses joues étaient chaudes. À chaque question elle angoissait, c’était d’habitude. La dernière chose que Tess voulait était d’offenser une fois de plus son hôte.

Oh non, est-ce que j’ai posé une mauvaise question? C’est bien trop personnel... On voulais avoir une conversation plus sérieuse, est-ce que c’est allé trop loin? Pourquoi est-ce que j’ai décidé de demander cela? Cela va simplement lui rappeler ce qu’il a perdu et lui rappeler qu’il est différent, même s’il ne l’est pas… Mais il ne pourra pas le savoir parce que je le pense et il ne peux pas lire mes pensées. À moins que... Esteban, si vous pouvez lire mes pensées sachez que je suis juste une idiote qui ne sait pas communiquer correctement. Ce n’est pas entièrement ma faute, je n’ai juste pas d’amis.

Ce monologue interne angoissé avait aux moins mit en avant une réalisation.
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 4 Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi - Page 4 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 4 Icon_minitimeHier à 12:23

Il était assez courant qu'on (manque) de couper la parole à Esteban. Après tout, étant donné le flux ininterrompu qui s'échappait de sa bouche à intervalle trop régulier, il fallait bien réussir à en placer une de temps en temps. Il était bien moins courant qu'on (manque) de lui couper la parole pour l'assurer avec force et fracas de la confiance qu'on lui portait. Le jeune vamp perdit brièvement ses moyens, étonné et plutôt touché.

Car c'était une question sensible. Même avec ceux qui étaient restés - ou qui étaient redevenus - proches de lui, Esteban était obligé à ce triste constat : les choses n'étaient plus tout à fait comme avant. Sa mère faisait bien des efforts mais il continuait à lui faire peur dès qu'il lui rappelait involontairement sa nature. Luisa n'avait jamais cessé de s'adresser à lui avec l'insolence agaçante qui la caractérisait. Paradoxalement, son comportement inchangé le soulageait. Cependant, même si c'était subtil, sa tante restait incapable d'ignorer entièrement les crocs qui se cachaient dans sa bouche et ce qu'ils signifiaient. Un exemple marquant lui était resté : Luisa l'avait accompagné lors de son rituel pourpre mais elle avait refusé de descendre de la voiture, jugeant cela dangereux en la présence théorique de tous les vampires de la Nouvelle-Orléans à proximité. C'était logique et légitime, mais cela prouvait qu'elle considérait tout de même les vampires comme dangereux par nature et par défaut. Il n'avait pas pu s'empêcher de le prendre pour lui. Au minimum, cela lui rappelait sa différence. Il ne serait jamais plus un membre de la famille "normal".

Ne parlons même pas de l'avis que le reste du monde pouvait se faire sur lui. Tess et lui ne se connaissaient réellement que depuis très peu de temps et pourtant, elle semblait en mesure de lui affirmer la foi qu'elle avait en sa bienveillance avec une sincérité dont il n'aurait pu douter. C'était très déstabilisant compte tenu de la façon dont elle l'avait envoyé bouler en tout début de soirée... Mais peut-être fallait-il vraiment qu'il oublie cette histoire de séminaire. Après tout, l'événement n'aurait pas lieu - ni pour elle, ni pour lui, toujours. Il eut un sourire qui traduisait sans peine sa profonde reconnaissance.

"... Je suis très touché, princesse. On ne m'adresse pas souvent ce genre de discours."

L'heure était dorénavant au repas, lequel était une véritable épreuve pour l'un comme pour l'autre des convives. Tess se battait avec un piment. Esteban luttait quant à lui contre le chevalier Crabe tandis qu'il n'avait jamais su manier les armes correctement. Assis à la même table que le garde de la princesse, Octavio peinait à garder l'impassibilité requise par son travail. Il sortit l'air de rien son téléphone pour pianoter quelques messages à destination d'une certaine conversation de groupe.

Prudent, le jeune vamp parvint finalement à ouvrir ses crustacés sans couvrir ses beaux vêtements de soupe - la force surnaturelle des vamps l'y avait plus que très certainement aidé. Tess passa au Jambalaya et cessa de donner l'impression qu'elle s'étouffait avec la nourriture.

La princesse le lança sur l'un de ces sujets qu'il était capable de développer pendant des heures, si on le laissait faire. Par chance pour elle, les réponses qu'il avait à fournir l'intéressaient. Elle trouva même le moyen de le relancer en posant une autre question.

Esteban fut incapable de contenir son étonnement. Il cessa de manger et redressa la tête pour regarder Tess dans les yeux, son propre regard écarquillé par une surprise polie. Plus tôt, il avait laissé entendre que suite à sa transformation il avait envisagé le suicide. Il aurait imaginé qu'elle aurait compris que... Était-ce possible qu'elle ne soit pas au courant que.. ? A quel point connaissait-elle le sujet politique américain ? Les Luz-Descalzo étaient connus internationalement pour leur intolérance vis-à-vis des outres, il aurait été très surpris qu'elle n'en ait jamais eu vent - princesse européenne ou non.

... Il fallait pourtant qu'il envisage la possibilité qu'elle ne sache pas. Qu'elle ne comprenne pas, de ce fait, la dynamique qui reliait Esteban à sa famille. Ainsi qu'à son propre passé.

"Je... C'est... Eh bien..."

Les yeux du vampire s'égarèrent sur la chevalière en or blanc qui ornait son doigt. Il la portait de nouveau, aussi fièrement qu'il lui était possible de le faire... Et pourtant, c'était un symbole ironique. Dans le Texas autant qu'à Veracruz, on devait sans doute hurler de le voir arborer publiquement le sceau familial dans ses communications récentes.

"Avant que tout cela m'arrive, j'étais très attaché aux traditions de ma famille. Vous devez certainement savoir que les Luz-Descalzo sont historiquement très actifs en politique autant que dans le milieu des industries..."

Embêté, il marqua un temps d'arrêt. Comment dire cela poliment, et sans dévoiler les liens qui unissaient le TPH avec sa famille depuis toujours ? Il suffisait qu'il choisisse ses mots prudemment... Après tout, les Luz-Descalzo étaient ouvertement anti-outres. Il ne révélait rien de bien nouveau.

"Les positions politiques de ma famille sont très conservatrices, ancrées dans une vision de la religion particulièrement tranchée. Ils ne voient pas les outres d'un bon œil et ma transformation a provoqué un véritable tollé... A vrai dire la plupart des membres de ma famille m'ont renié et ces initiatives dont je vous parle... Eh bien je suppose qu'ils considèrent cela comme une nouvelle provocation de ma part."

Il soupira, éreinté, frustré. Il faisait ce qu'il devait faire pour survivre mais ça ne lui avait jamais fait plaisir et ça ne lui ferait jamais plaisir. Il aurait largement préféré garder une relation amicale avec ses oncles - Juan, surtout, Sergio était un cas à part et il le connaissait très mal - et ses grand-parents.

"... Vous savez... Je pense que cela vous parlera. Ma famille est très nombreuse mais constituée de plusieurs branches de "valeurs" et d'influences diverses. Il se trouve que je fais partie de la branche principale... Je suis le fils unique de l'aîné de la dernière génération de cette fameuse branche. Autrement dit... A la mort de mon père, j'hériterai du reste de sa fortune et je deviendrai le principal représentant de la famille. Sauf que je suis un vampire. Ils ne s'en remettront jamais, je pense. Si je n'avais été que le second fils du cadet d'une branche secondaire cela ne les aurait pas autant contrariés mais là... Je crois qu'ils pourraient difficilement plus m'exécrer."

Il n'abordait jamais ce sujet ouvertement puis-qu’avec la plupart de ses interlocuteurs, cette connaissance était implicite. Il n'avait pas prévu d'en dire autant et pourtant les mots sortaient tout seul. Cela lui faisait étrangement du bien de formuler tout haut ce qui le rongeait tout bas depuis toutes ces années.

"... Donc, pour répondre à votre question... Non. Je n'aurais jamais imaginé que je serais impliqué dans de pareils projets avant que tout cela m'arrive... J'ai été obligé de remettre beaucoup de choses en question. Je pense qu'on peut dire que j'ai opéré un virage à 180°..."

Pensif, Esteban plongea les yeux dans la fin de son bouillon, dans lequel il tournait sa cuillère sans vraiment en avoir conscience.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Contenu sponsorisé


Grand luxe et Mississipi - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 4 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Grand luxe et Mississipi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE I : Le quartier des affaires ¤ :: ║La zone portuaire║ :: Les Quais-