Qui est en ligne ?
Sur Discord, en ce moment.



 

Partagez
 

 Grand luxe et Mississipi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi - Page 3 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 3 Icon_minitimeVen 11 Oct - 21:42

Il eut un léger frisson quand la princesse prononça son prénom sans y ajouter le moindre titre. Il avait accepté de l'appeler Tess mais n'avais jamais dit qu'il se permettrait plus de familiarités, le changement concédé en lui-même lui paraissant bien assez osé. C'était pourtant loin d'être désagréable, de voir la glace se briser entre eux ainsi. Oserait-il seulement lui retourner la pareille ? Il n'en serait pas certain avant d'être confronté à une situation où il lui faudrait choisir entre le "Mademoiselle" habituel, et l'usage du prénom.

Tout perturbé, il se contenta donc d'un petit sourire, moitié là, moitié perdu sur la lune.

La discussion vira sur ses études universitaires et puis, soudainement, Tess lui posa une question parfaitement incongrue, qui lui fit froncer les sourcils. Sa rencontre avec Erin lui revint instantanément. Elle lui avait demandé, plus ou moins sans filtres, si Karl et lui étaient...

... Étaient. Il savait que certains journaux à scandale n'hésitaient pas à broder autour de cette hypothèse ridicule quand ils n'avaient rien de plus neuf à se mettre sous la dent et il craignait subitement que la jeune femme soit tombée sur des lectures d'un goût plus que discutable.

"... Karl passe souvent me voir le soir, nous partageons un goût certain pour les jeux vidéos... Rien de plus scandaleux, je puis vous l'assurer !"

Il se rendit compte un peu tardivement qu'il aurait peut-être pu éviter de se justifier... Après tout rien ne lui disait que Tess était effectivement en train de lui poser en douce la question de son orientation sexuelle. Erin était intéressée. Tess n'était pas censée l'être et ils le savaient tous les deux. Le souvenir du baiser volé, déposé sur sa joue, lui revint brutalement. Des lèvres fantomatiques touchèrent sa pommette. Il eut très envie de secouer la tête pour retrouver des idées claires.

Au tour de Tess de passer au crible des questions d'Esteban, qui sans faire exprès amena un sujet de discussion sensible. Elle tentait de minimiser son entraînement de gymnastique pourtant intensif en nuançant les propos qu'elle avait eus plus tôt. Rien à faire : le jeune homme n'en démordrait pas. Repos actif ou non, il la trouvait impressionnante et ne s'en laisserait pas distraire.

Elle se rabaissait en se comparant à d'autres membres de sa famille, en considérant leurs choix et leurs points forts comme supérieurs aux siens. Le vamp, qui avait longtemps subi les remarques de son propre clan - et qui continuait à les subir mais pour d'autres raisons depuis sa transformation - supportait très mal de l'entendre faire. Il était facile d'intégrer ce genre de remarques, de les intérioriser jusqu'à faire siennes des façons de penser destructrices. Il était nettement moins facile de s'en libérer après une vie entière à considérer normal ce traitement. Pourtant, si on voulait vivre pleinement, être soi-même et pas juste l'ombre de soi-même, il fallait bien s'en émanciper. Pour lui, cela avait commencé avec le procès lancé contre son père contre l'avis de tous. Mais c'était bien sa transformation en outre qui lui avait pleinement fait comprendre combien il était important de se définir et de juger de sa propre valeur autrement que par le regard partial de sa famille. Il ne s'en était pas parfaitement détaché, mais il se soignait.

Pour autant, il ne cherchait pas à lui dire ce qu'elle devait faire. Il voulait juste qu'elle comprenne bien qu'il ne trouvait pas ce qu'elle faisait moins valable que n'importe quel diplôme d'art, ou que n'importe quel master en chimie. Il tenta de dissiper les doutes avec une remarque un peu maladroite, puis Tess changea de sujet.

Ah. Avait-il manqué quelque chose ? Avait-il mal compris ?

Comme elle lui posait la question de ses rêves d'enfants, il comprit qu'elle n'avait peut-être pas eu l'occasion de faire ce qui lui plaisait réellement dans la vie. C'était évidemment différent du fait de faire exactement ce qui nous plaisait mais d'être mal jugé pour cela, sous prétexte d'avoir fait un choix manquant de... Quoi. De prestige ? D'intérêt ? C'était une information surprenante car il avait cru comprendre que son sport la passionnait. Qui vouerait autant de temps à une discipline qu'il n'avait choisi que par défaut ?

Pris au dépourvu, il prit son menton entre ses doigts et leva les yeux au ciel. A vrai dire, il réfléchissait rarement à ce qu'il avait voulu faire de sa vie lorsqu'il avait 5 ans. Certainement pas devenir un vampire et vivre dans un palais de verre isolé du reste du monde par des centaines de mètres de vide, c'était certain. Surprotégé, gâté, certain de sa fortune et de n'être jamais forcé de travailler, il n'avait à vrai dire jamais eu ces rêves standards qu'avaient les enfants à propos de leur future profession. Les siens tenaient plutôt aux choses incroyables qu'il pourrait sans doute faire une fois adulte.

"C'est amusant que vous en parliez... Je suppose que je voulais aller sur la lune. Je voulais faire construire un sous-marin suffisamment solide pour explorer les fonds marins actuellement encore inconnus. Je voulais..."

Sans prévenir, une ombre passa sur son visage et une lueur douloureuse flasha dans ses yeux. Il avait voulu bien des choses qui lui étaient désormais interdites. Aller sur la plus haute montagne du monde et assister depuis son sommet à un coucher de soleil, pour voir si il serait différent. Tout simplement fonder une famille. Il était peut-être un tout petit peu plus âgé lorsqu'il y avait pensé la première fois, mais il avait toujours imaginé que cela finirait par arriver. Et maintenant...

"Je n’ai même pas remarqué le quatuor, je suis une grande pipelette. Ou vous êtes particulièrement doué à garder mon attention."

Esteban remarqua la bourde et la tentative de Tess pour se rattraper mais il décida de ne faire mine de rien. Après tout elle avait eu la gentillesse d'ignorer sa bêtise de tout à l'heure, il était normal - et nettement plus convenable - qu'il lui rende la pareille, le tout sans donner l'impression d'avoir compris. Il eut un rire léger.

"Je n'y ai pas fait attention non plus pour tout vous dire... Mais de ce que j'entends ils devraient bientôt commencer à jouer. Pardonnez-moi d'être aussi direct, mais pour revenir à ce que vous disiez... Avez-vous le sentiment que vous n'avez pas pu vous réaliser comme vous l'entendiez ? Je suis confus, je pensais que la gymnastique était votre passion, si j'avais pensé qu'il en allait autrement je ne me serais pas permis..."

Les premières notes échappèrent aux archets alors que le Quartet commençait à jouer une fugue de Jean Sébastien Bach, qui donnait soudain de grands airs à leur balade nocturne.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi - Page 3 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 3 Icon_minitimeSam 12 Oct - 20:49

Elle lui sourit en hochant la tête.

Rien de plus scandaleux ? Qu’est-ce que ça veut dire ?

Cette phrase lui trottait dans la tête. Tess ne savait que faire, est-ce qu’il y avait des rumeurs quant à leur relation ? Étaient-ils plus qu’amis ? Est-ce que “l’affaire Giovanni” allait se répéter ?

Elle devait revenir sur terre. Se poser trop de questions à ce sujet quand la nuit était encore très jeune et qu’ils ne se connaissaient pas autant… Non, c’était trop tôt pour dire et si c’était le cas il ne l’aurait même pas nié. La princesse sentait une connexion se faire entre eux, pourquoi se ferait-elle si le jeune héritier préférait les hommes ? Ou… Peut-être qu’il était à voile et à vapeur ? Oh non, elle ne devait pas aller assumer des choses pareilles… Ce n’était pas correct pour une femme de sa stature !

La conversation sur sa personne la pesait, en changeant de sujet elle allait peut-être arriver à dévier le sujet qui était délicat. Après 10 ou 12 ans à jouer du second violon, il lui serait très difficile de changer. Elle se sentait fière de ses exploits, mais la chose qui manquait dans sa vie était l’approbation entière de sa famille, elle voulait qu’ils soient aussi fière d’elle que de son frère et ce n’était pas le cas. Certes, ayant gagné l’or aux Jeux Olympiques elle avait droit à ses 10 minutes de gloire, mais ce n’était pas assez et on aurait dit qu’elle devait faire dix fois plus d’effort pour être au niveau de son frère. Elle n’était pas sûre que cela soit même possible à ce stade là.

Son sourire était radieux, l’imaginer en tant qu’enfant qui rêvait d’aller sur la lune était adorable. Bon, moins pour les fonds marins… Elle avait déjà du mal à supporter ce qui pouvait pointer le bout de son nez, alors trouver de nouvelles choses potentiellement plus grandes qu’elle et qui se feraient un plaisir de la manger… ? Sans façon, merci. Évidemment, sa question innocente devait provoquer une nouvelle réaction qui n'était pas entièrement positive. Sa nature vampirique l'empêchait de faire bien de choses et elle se demandait si une fois de plus elle n’avait pas commis de boulette. Elle avait vraiment hâte de voir ce médicament apparaître sur les comptoirs pour que les gens comme lui aient la possibilité de profiter du soleil, même temporairement. La princesse se demandait s’il voulait lui aussi fonder une famille et si, d’une manière ou d’une autre, ce serait possible pour lui. Évidemment, Tess voulait avoir des enfants. Aux moins quatre… Un enfant pouvait s’ennuyer tout seul, deux se tiendraient bien, trois n’était pas un nombre pair et un des enfants serait toujours dans l’ombre de la familiarité des deux autres, mais quatre enfants … !

Après ce qu'elle considérait être une boulette verbale, Tess se racla la gorge et sourit en le voyant rire aussi légèrement. Heureusement qu’il n’ait pas remarqué ou du moins décidé de ne pas remarquer ce qu’elle venait de dire. Peut-être justement le prendre à la légère. Elle avait demandé un nouveau verre d’eau à Patrick et celui-ci lui tendit le nouveau verre dans lequel elle plongea directement.

‘Oh non, non, ne vous inquiétez pas ! Hmm…’

Elle commençait à réfléchir et on pouvait voir dans son visage que les rouages commençaient à secouer les toiles d'araignées, quand soudain ce souvenir lui revint comme un grand éclair, pile poil quand elle prenait une grande gorgée d’eau. Tout était passé de travers et elle commençait à s’étouffer et tousser, mais sans vraiment avoir l’air paniqué. Juste avec un air un peu amusé, pas très princier… Plutôt quelqu’un qui venait d’entendre la meilleure des blagues. Une sorte d’excitation l’avait prise complètement au dépourvu… Allait-elle lui en parler ? L’alcool à la tête, elle ne voyait pas de mal à lui dire son plus cher et tendre secret d’enfance. Il s’ouvrait de plus en plus, autant le lui rendre comme il se devait.

‘Excusez-moi, vous m’avez prise au dépourvu, ce n’est aucunement votre faute je vous rassure.’ afin d'arrêter de tousser elle frappa sa cage thoracique de son poing et de l’autre elle fit signe à Patrick que non, il n’avait pas besoin d’intervenir, elle allait y survivre ‘Non, vous avez bien compris, le sport est ma passion. La gymnastique est ma passion cependant…’ elle s’arrêta, moue amusée aux lèvres, elle avait l’air bien timide ‘Bon ! Je vais vous dire un petit secret. À part ma famille immédiate et Patrick, personne ne le sait. Quand j’étais petite...’

Elle se pencha et regarda à droite, à gauche. Le quatuor jouait J. S. Bach et finalement la seule personne qui allait entendre quoi que ça soit allait être Esteban. C’était comme pouvoir se libérer d’un lourd secret, l’excitation d’être finalement libre, mais aussi l’excitation d’avoir trouvé quelqu’un avec qui elle pouvait le partager. La princesse posa sa main sur sa joue, afin que personne ne tente de lire ses lèvres. Ayant du mal à garder son sérieux, elle émit un ou deux petits rires avant de finalement pouvoir vendre cette mèche qu’elle avait gardée depuis des années.

‘... Quand j’étais petite je voulais devenir contorsionniste et faire partie du cirque.’

Un frisson d’excitation parcourait sa nuque et elle gloussa. Ça y est, elle l’avait dit ! Le regretterait-elle ? Peut-être un jour, mais pas aujourd’hui. Aujourd’hui le quatuor jouait J. S. Bach, elle était avec quelqu’un qui provoquait des papillons dans son ventre, sur un bateau de croisière en route vers Bâton Rouge.

‘La gymnastique était un second choix. Acceptable, dirait-on. Je ne regrette rien, j’ai gagné l’or aux Jeux Olympiques et je vais participer aux prochains.’
elle prit une nouvelle gorgée et avec un grand sourire de gamine elle ajouta en pointant du doigt de sa main qui tenait le verre, pour souligner ‘Mais il est vrai que j’arrive à poser mes pieds sur la tête !’
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi - Page 3 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 3 Icon_minitimeMar 22 Oct - 20:00

Esteban comprit que la princesse commençait à subir les effets de l'alcool. Lui-même ne profitait que du goût des boissons qu'il ingurgitait, et il devait bien admettre que cela le chagrinait. La sensation de décalage qu'on pouvait éprouver lorsqu'on était le seul à rester sobre dans une conversation était assez neuve pour lui, mais elle n'en était pas moins désagréable. Cela le mettait mal à l'aise, lui donnait couramment l'impression de faire tâche dans le paysage, de n'être pas capable de suivre les autres où ils allaient.

Il espérait que cela n'entraverait pas le bon déroulement de la soirée, laquelle avait été l'objet de suffisamment d'accidents sans qu'il y ait besoin d'en rajouter. Mais il ne fallait pas qu'il soit si pessimiste ! Pour le moment, tout allait bien. Tess paraissait sur le point de lui raconter une sorte de secret honteux... Il écoutait poliment, avec une curiosité non feinte. Il entretenait un brin d'inquiétude, dans un coin de son esprit : il espérait que Tess ne regretterait pas, plus tard, d'avoir trop parlé. Après tout ils se connaissaient à peine et voilà qu'elle était sur le point de lui révéler quelque chose dont elle n'avait jamais parlé qu'à sa famille proche et son garde du corps...

Mais enfin. Esteban était bien décidé à se montrer digne de sa confiance, il n'irait jamais rien répéter, cela serait certainement un soulagement pour elle, de l'une ou l'autre façon.

‘... Quand j’étais petite je voulais devenir contorsionniste et faire partie du cirque.’

Un brin d’étonnement naquit dans les yeux clairs. Peut-être parce qu'il n'avait aucune notion de ce que pouvait être la vie de cirque, Esteban ne comprit pas tout de suite ce qu'il y avait de si gênant à faire carrière dans ce domaine. N'était-ce pas très proche, dans les faits, de la gymnastique à laquelle elle s'exerçait quotidiennement ?

Il prit ensuite conscience d'une différence notable : par convenance, il avait déjà assisté à des galas de sport. Il n'était en revanche jamais allé au cirque. Il n'avait d'ailleurs appris que tardivement l'existence de ces grands chapiteaux où acrobates et animaux s'adonnaient à des numéros plus fantasques les uns que les autres... Lorsqu'il avait émis le souhait d'assister à de telles représentations, sa mère et lui s'étaient plutôt rendus dans certains cabarets où l'on faisait venir des artistes.

Il accompagna les gloussements de la princesse avec son propre rire, ténu, et qui marquait involontairement son incompréhension, liée à l'ignorance qu'il avait du sujet.

"Oh ! Je vois. Vous auriez été une acrobate sensationnelle, je n'en doute pas une seconde ! Il y a deux ans ma mère et moi sommes allés à cette représentation qui avait lieu à Bâton-Rouge... J'ai bien cru que les artistes allaient se briser les os. Impressionnant !"

Un rire plus libéré lui échappa alors qu'elle avouait être capable de mettre ses pieds sur sa tête. C'était une image amusante, bien qu'un peu intimidante encore une fois. Il parlait à une gymnaste médaillée d'or aux Jeux Olympiques. Plus que son statut princier, le don pour le sport de la princesse - qu'il était loin de partager - lui donnait l'impression qu'il existait un monde entre eux. Ironiquement, c'était justement la naissance de la jeune femme qui les rapprochait et leur offrait des points communs, malgré leurs loisirs bien différents.

Il allait sans dire que la transformation en vampire avait rendu Esteban capable de bien des exploits physiques, avec lesquels aucun athlète norme n'était capable de rivaliser. Cependant, il ne s'en rendait l'auteur que bien inconsciemment. Il n'avait jamais vraiment pris la peine d'expérimenter ses nouvelles limites - à l'exception de sa vitesse exacerbée. Il n'avait pas confiance en ses capacités et se cantonnait donc aux activités qu'il maîtrisait déjà. Il lui était bien arrivé d'escalader une fenêtre, une fois... Mais cela avait été exceptionnel, et il n'avait pas été bien rassuré.

"Je vous crois sur parole... ! C'est assez inimaginable pour moi, vous savez... Au lycée, j'étais content si je parvenais à renvoyer le volant sans rater la raquette. Ou à finir une session de sport collectif sans prendre de ballon dans le nez. Diable... C'était une véritable torture pour moi."

Et c'était sans compter le nombre de fois où il s'était égratigné coudes et genoux parce qu'il n'était pas capable de faire une séance de sport sans se prendre les pieds sur le sol ou équivalent... Mais il ne voulait pas donner l'impression d'être trop maladroit à la princesse ! Non, il était malchanceux, et pas spécialement doté pour le sport, voilà tout. Et c'était sans compter le nombre intolérable de fois où il avait porté des chaussures inadaptées ! C'était évidemment leur faute s'il tombait par terre.

Il reposa son verre à cocktail, vide. Un soupir satisfait lui échappa. Il ne pouvait goûter la fraîcheur de l'air mais il appréciait tout de même le souffle du vent contre son visage. C'était agréable et cela le détendait. Un bon bol d'air était un bon bol d'air, qu'il fut frais ou non. Et d'ailleurs, il y pensait seulement : la princesse n'était pas très habillée. Inquiet, il leva les yeux sur elle :

"Je ne ressens pas l'écart de température... J'espère qu'il ne fait pas trop froid pour vous ? A cette heure, et sur l'eau..."

Si cela lui plaisait, ils pourraient rester un peu plus longtemps sur le pont à admirer la nature environnante malgré l'obscurité, en profitant des œuvres merveilleusement jouées par le quartet. On pouvait certainement lui trouver de quoi mieux se couvrir... Si besoin, après son manteau, il lui donnerait sa veste.

"Nous devons certainement être à mi-distance de Bâton-Rouge désormais... Vous savez, j'y ai vécu quelques années, dans la demeure de mon oncle. Enfin ! C'est une anecdote qui n'a rien de passionnant..."

N'avait-il rien de mieux à raconter, franchement ? Les yeux baissés sur la table, il cherchait, mais son absence d'idée flagrant commençait à devenir angoissant. Fichtre ! Comment pouvait-il se montrer régulièrement si bavard, et pourtant subitement incapable de trouver quoi dire... Était-ce leurs différences qui le bloquaient ainsi ? Il se rendait bien compte qu'il ne lui servirait à rien de broder autour de l'histoire du morceau qu'ils étaient en train d'écouter, ni au sujet du dernier jeu qu'il avait dévoré. Il était parvenu au bout de ses questions et voyait mal comment rebondir.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi - Page 3 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 3 Icon_minitimeMar 22 Oct - 22:26

La princesse ne pouvait pas omettre l’étonnement dans les yeux de son hôte. C’était bien la première fois qu’elle faisait cet aveu à quelqu’un qui ne faisait pas partie de la famille royale. Dire qu’elle se sentait vilaine était un euphémisme, cependant, il y avait quelque chose de libérateur dans l’admission de son désir caché. L’alcool parlait, mais comme toute Anglaise qui se respectait, c’était là le seul moyen de détente pour elle dans les situations sociales. Un jour, peut-être, elle n’aurait pas besoin de cela… sauf si réellement elle était comme la Reine Mère.

Il continua avec une anecdote où lui et sa mère sont allés voir une représentation à Baton-Rouge… Encore une fois, sa mère était présente. La jeune femme se demandait si les relations familiales étaient aussi soudées comme les films et les séries télévisées Sud-Américaines les présentaient, à en voir à quel point il en parlait, c’était vrai. D’un côté, elle enviait cette relation qu’il semblait avoir avec sa mère, elle ne se rappelait plus du temps où elle s’entendait aussi bien avec la sienne. Après, la princesse ignorait ce qui pouvait se passer derrière les rideaux, mais la manière dont il parlait d’elle…
D’un autre côté, elle se demandait à quel point sa mère l’influençait. Le seul avantage qu’elle pouvait trouver dans sa relation un peu distante avec sa mère était ce semblant de liberté dans ses habitudes derrière les portes de sa chambre… Bon, au moment où il fallait se montrer en public et parler elle était souvent laissé à l’écart ou accompagné d’un porte-parole pendant qu’elle se contentait de sourire bêtement devant les caméras.

‘Oh, je peux imaginer, c’est tout un art, pouvoir faire des choses avec son corps de cette manière. C’est… Hmm… Étrange, pour beaucoup de gens. Il y a certaines personnes qui trouvent cela presque grotesque, d’autres obscènes.’ Elle haussa un sourcil à sa propre remarque un peu osé ‘M’enfin… On ne peut pas plaire à tout le monde.’

Elle se mit à lui expliquer son choix. C’était peut-être un peu beaucoup pour lui d’avouer que la gymnastique était un choix acceptable, même là sa mère avait énormément de mal à digérer le fait qu’elle n’allait pas faire quelque chose de “concret”, mais ce qui a été dit a été dit… L’alcool lui détendait la langue, c’était certain. Le voir rire était toujours un bon signe, lui aussi semblait un peu moins crispé et elle se demandait si l’alcool avait justement quelque chose à faire avec. Il semblait… Plus à l’aise dans sa compagnie. Elle ne le lâchait pas du regard, observant chaque mouvement, son regard se posa sur la petite épinglette qu’elle lui avait offerte. Elle sourit sans penser pendant qu’il expliquait à quel point le sport était une torture pour lui. Il était vrai aussi que les sports d’équipe n’ont jamais été son forte.

‘C’est bien dommage’ elle haussa des épaules et reposa son verre vide sur la table ‘mais je comprends. Je dois avouer que le sport à l’école n’a su que motiver un petit nombre de personnes. Moi-même, je n’ai jamais été doué en sport d’équipe… Le ballon au visage, je connais.’

Il était vrai aussi que les sports d’équipe n’ont jamais été son forte. Une fois. Après, elle fût excusé de ce genre d’activités, car il n’y avait rien d’adorable dans la vue d’une princesse avec une grosse marque de ballon au visage… Du moins, c’est ce que sa mère lui disait.
Il s’inquiétait pour elle ! Ces papillons dans son ventre commençaient à danser une fois de plus, quel gentleman. Ou simplement un hôte poli… Quoiqu’il en soit, elle espérait que c’était plus qu’une inquiétude d’un hôte.

‘Hmhm’ elle secoua la tête joyeusement, un peu pompette et contente comme une jeune fille se doit en cette merveilleuse compagnie et dans ces circonstances ‘aucunement. Difficile d’avoir froid dans ces circonstances !’

C’était sortit tout seul. Ça n’avait aucun sens, du tout. Elle-même avait l’air un peu confuse par sa propre phrase et elle fit une grimace amusée qui semblait dire “mais qu’est-ce que je raconte ?” accompagné d’un rire. Il était charmant et il lui plaisait énormément, là, il n’y avait rien à redire. Naïvement, elle espérait qu’il y aurait quelque chose entre eux, car ils étaient à l’abri des regards indiscrets. Rien d’absolument scandaleux, mais quelque chose…

‘Plus d’alcool jusqu’au dîner.

‘Le temps passe vite’ dit-elle un peu déçue.

Elle voyait cependant qu’il ne savait pas où aller avec son anecdote et cette dernière phrase l’arrêta dans son élan. La jeune fille était toujours avide de conversation et un dialogue qui stagnait avec “son-futur-mari-qui-ne-sera-jamais-son-mari” n’était pas bon signe. Tess réalisait à quel point ils étaient différents, mais d’un autre côté elle pensait à tous les films qu’elle avait regardé où les protagonistes étaient comme terre et mer, mais savaient se complimenter harmonieusement… Elle gardait espoir que ça allait marcher.

‘Écoutez’ elle se pencha, se rapprochant juste un peu plus ‘je ne sais pas à quel point le spa vous intéresse, mais personnellement je n’ai pratiquement pas arrêté depuis mon arrivé et je crois qu’il y a une option pour un massage sportif, vous n’avez pas idée à quel point j’en ai besoin avec les noeuds que j’ai. Ça me ferait plaisir d’avoir de la compagnie, je fais ce genre de chose toujours seule.’

C’était bien vrai, elle était toujours seule dans ce genre d’activités, car elle n’avait pas beaucoup d’amis. Tess ignorait si un massage avait quelconque effet sur les vampires, mais elle espérait tout de même qu’il resterait dans la même pièce aux moins pour parler. À ce stade-là, même parler de chose qu’elle ne connaissait pas (comme les jeux vidéo) avec l’héritier était un bonus.
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi - Page 3 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 3 Icon_minitimeMer 23 Oct - 11:07

Grotesque ? Obscène ? C'était un peu fort... Certes, les gestes des contorsionnistes étaient peut-être un peu moins nobles que ceux qu'on pouvait attribuer aux acrobates qui s'élançaient de balançoire en balançoire dans les cieux, et moins encore que ceux des gymnastes de compétition dont Tess avait fini par faire partie mais enfin... C'était dur, tout de même, de juger leur art aussi radicalement ! Esteban n'avait jamais été dans une situation où les adultes de son entourage auraient pu influencer son avis à ce sujet particulier et, comme souvent dans ce cas, il pouvait se montrer naïf et plus tolérant qu'on l'aurait attendu de sa part. Perplexe, il décida de réserver son avis, Tess s'étant de toute façon déjà lancée dans de plus amples explications sur ses raisons de choisir de faire carrière dans la gymnastique.

Il eut un accès d'hilarité en tentant d'imaginer Tess tenant ses pieds sur sa tête. Il était vrai que cela pouvait avoir un caractère assez étrange, assez comique. Mais cela n'en restait pas moins un exploit accessible à très peu de monde, qui lui paraissait tout à fait respectable et, ainsi qu'il l'expliqua à la princesse, impressionnant.

Si on le lui avait demandé, il n'aurait pas qualifié de "dommage" son manque d'affinité avec les sports : il s'était occupé de bien d'autres façons. Il l'aurait expliqué si la jeune femme n'avait pas embrayé sur un fait étonnant. Il apprenait qu'elle n'avait pas beaucoup plus d'amour que lui pour les sports de ballon et c'était en quelque sorte soulageant. Subitement, elle lui paraissait moins lointaine... Plus humaine, peut-être. Plus accessible. C'était un point commun de plus qu'ils partageaient, et c'était agréable d'en prendre conscience.

"Vraiment ? Je n'aurais pas cru ! C'est insupportable, vous ne trouvez pas ? Le comportement des enfants lorsqu'ils s'adonnent à ce genre d'activités... Oubliées, les règles de politesse basiques ! Je suis bien certain qu'on a fait exprès de me blesser plus d'une fois."

Car ça ne pouvait pas être à cause de lui que le ballon lui était arrivé en pleine tête, vraiment. Ce n'était pas parce qu'il ne l'avait pas vu arriver, ni parce qu'il n'avait pas su le rattraper. Quelle idée de lancer la balle à quelqu'un qui n'était pas prêt à la réceptionner, de toute façon ? Il était évident qu'on avait fait en sorte qu'il mange le caoutchouc pour amuser la galerie.

Et pour une fois, ce n'était pas que de la mauvaise foi de sa part : c'était partiellement vrai. Il n'avait jamais été très populaire à l'école. Ses camarades l'avaient toujours trouvé trop bizarre et trop pédant.

En primaire, ce genre d'accidents n'étaient arrivés qu'à de très rares reprises : sa mère avait fait un véritable scandale à l'école chaque fois qu'il était revenu abîmé, et on avait fait en sorte que la situation ne puisse plus se reproduire. Au lycée, en revanche, ça avait été un peu différent... Juan avait des méthodes éducatives sensiblement opposées à celles de sa belle sœur.

Un peu tardivement peut-être, il prit conscience du froid qu'il devait faire dehors. La réponse de Tess à ses inquiétudes fut pour le moins inattendue et le laissa muet comme une carpe durant quelques très longues secondes. Il aurait dû rougir de la tête aux pieds, mais son vampirisme, une fois de plus, l'en empêchait. Pour rompre la gêne avant qu'elle n'ait le temps de s'installer, il ricana bêtement en même temps que la princesse, laquelle donnait l'impression de ne pas savoir d'où lui était venue cette réflexion... Mais lui, que devait-il en penser ? Cela ressemblait à s'y méprendre à du rentre dedans. Il n'imaginait pourtant pas la jeune femme s'adonner à ce genre de pratiques, d'autant qu'elle paraissait vraiment n'avoir pas fait exprès.

Mais que dire de ce baiser sur la joue, la dernière fois ?

Ils n'apprenaient rien, n'est-ce pas ? Il avait bien senti cette alchimie s'opérer entre eux à plusieurs reprises, durant cette soirée et la précédente. Seulement ils n'en avaient jamais parlé ouvertement, en partie, pensait-il, parce que telle chose leur était interdite. C'était terriblement dangereux. La pente, terriblement glissante. Et cela n'allait visiblement pas aller en s'améliorant.

‘Je ne sais pas à quel point le spa vous intéresse, mais personnellement je n’ai pratiquement pas arrêté depuis mon arrivé et je crois qu’il y a une option pour un massage sportif, vous n’avez pas idée à quel point j’en ai besoin avec les nœuds que j’ai. Ça me ferait plaisir d’avoir de la compagnie, je fais ce genre de chose toujours seule.’

Le dilemme était profond et cela se vit à la façon dont le visage d'Esteban se tordit, légèrement grimaçant. Il eut un coup d’œil en coin pour leurs deux employés, qu'il soupçonnait d'être parfaitement contre l'idée que venait d'émettre la princesse. Ils peinaient déjà à maintenir les apparences alors qu'ils étaient entièrement habillés... Puis à quel point était-ce correct pour Tess de se présenter à lui dans une tenue aussi peu... conventionnelle, dirait-on, à défaut de "dénudée" ? Auraient-ils été plus proches, cela n'aurait pas été un problème, mais ils n'avaient pas le droit de devenir plus proches. Ou tout du moins pas comme ça.

... Pourquoi fallait-il qu'il repense au Danse Macabre, et plus précisément à l'exact moment où Tess avait tenté de passer la fenêtre, déchirant sa robe et lui montrant par là-même le galbe de son...

... HORS-SUJET. C'était parfaitement hors-sujet en plus d'être indécent, il cligna des yeux en même temps qu'il secouait la tête, soucieux d'exorciser ces images interdites de son esprit.

D'un autre côté, il comprenait qu'elle veuille profiter du spa, dont les services devaient être particulièrement agréables. Il aurait été bien dommage, presque malpoli qu'il laisse son hôte seule, surtout si elle demandait spécifiquement à ce qu'il l'accompagne.

"Mademoiselle Tess je... serais parfaitement ravi de vous accompagner, mais compte-tenu des spécificités de ce service.. Et de quelques épisodes passés dont vous avez, j'imagine, un souvenir aussi vif que le mien, permettez-moi de vous le demander en ces termes... Est-ce bien prudent ?"

Il se triturait les doigts nerveusement et regrettait d'avoir déjà vidé son cocktail. Pouvoir plonger le nez dedans à cet instant précis lui aurait donné une contenance.

Les musiciens changèrent subitement d'univers, enchaînant sur une pièce de Mendelssohn. Cela lui faisait une belle jambe, tout concentré qu'il était, dans l'attente d'une réponse qui risquait, d'une manière ou d'une autre, d'être coupante.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi - Page 3 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 3 Icon_minitimeMer 23 Oct - 13:12

‘Vous n’aurez pas cru?’ elle haussa un sourcil, amusé ‘Ma foi, vous n’avez qu’à regarder la religion qu’est le football dans mon pays. Ça ne m’étonne pas que l’on blesse explicitement à l’école car pour beaucoup se blesser les uns les autres est une forme d’amusement. Urgh! Je ne supporte absolument pas le football. ’

C’est à la limite qu’elle devait secouer le dégoût qu’elle avait pour ce sport. Elle allait fort avec les mots, mais le peu d’opinion qu’elle avait sur beaucoup de sujet, son avis sur le football n’allait jamais changer. C’était à la limite qu’elle trouvait que la chute du peuple Britannique était dû à ce sport, même en étant assez écarté des nouvelles, le monde du football ne pouvait s'empêcher d’envahir son petit monde.

La réaction d’Esteban l’étonna un peu. Comme d’habitude Tess ne comprenait pas où se trouvait le problème, jusqu’à ce qu’il jette un coup d’oeil vers les deux gardes du corps/chauffeurs. Elle n’avait rien à craindre de Patrick, de toutes les manières la jeune femme était convaincue que son garde du corps était allé derrière son dos, en informant son frère de ses recherches et maintenant celui-ci l’obligeait à revenir prématurément aux UK. À cet instant précis, la princesse se fichait bien de l’opinion de l’Irlandais.

Bon, aux moins le jeune héritier s’était forcé de l’appeler par son prénom… le mademoiselle ne la dérangeait aucunement, elle était contente qu’il ait fait cet effort! Qu’il serait ravi de l’accompagner elle en était heureuse, mais une fois de plus elle ne savait pas de quoi il parlait. Son air de poisson hors de l’eau était visible, les rouages ne semblaient pas bouger…

...Non, toujours pas… Toujours pas…

Elle allait presque lui demander de quoi il voulait parler quand ce souvenir lui revint comme un grand coup de rouleau de pâtisserie à la nuque. Les yeux tout ronds, sa bouche en petite forme de “oh”, elle hocha sa tête pensivement. En effet ils souffraient tous deux d’une forme de maladresse particulière, elle avec sa maladresse verbale et lui...lui aussi d’ailleurs. Cependant elle voyait mal ce qui pouvait se passer sur une table de massage et puis… il pouvait en profiter aussi, non? Elle ignorait quel était l’effet d’un massage sur les morts-vivants.

Mais là n’était pas la question, bien sûr que maintenant elle se souvenait très bien qu’elle a une fois de plus mis en scène ses sous-vêtements royaux, sans faire exprès… Après, elle ne savait pas vraiment à ce qu’il s’attendait dans le spa. Tess n’allait pas se dénuder, se montrer en maillot lui venait facilement… elle le faisait très souvent pendant les shows et ses entraînements. Finalement le monde entier a pu voir ses jambes nues pendant les Jeux Olympiques, peut-être qu’elle ferait mieux de le rassurer? Une autre pensée envahi son esprit: elle ne savait que penser de la remarque de son souvenir vif, pendant qu’elle avait du mal à se rappeler de ce qu’il parlait… était-ce justement les sous-vêtements? Ou… ah, le baiser? Comme une chaleur parcouru son cou, elle devait vite se ressaisir. Il fallait être franc et clair, surtout maintenant qu’elle était pompette il fallait beaucoup plus de clarté dans la situation.

‘Que voulez-vous dire par “est-ce bien prudent”?’ elle pencha sa tête de côté ‘J’aimerais profiter du spa dans une tenue qui est décente pour tout le monde, si là est votre inquiétude...? Je ne veux rien présumer ni vous obliger à faire quelque chose qui va vous deplaire, mais je pense que c'est une excellente occasion pour se détendre!’

Elle voulait vraiment aller au spa. Beaucoup trop même, l’idée d’être cassé en petits morceaux pour après être reconstruite figurativement parlant la branchait à chaque fois. Puis l’idée de la sauna… Bon, ses bouclettes allaient surement souffrir avec l’humidité, mais se prélasser une demi-heure avant d’aller manger… Et pourquoi pas la piscine? Le jacuzzi? Oh, l'idée commençait à lui plaire de plus en plus! Maintenant elle voulait juste qu’il dise oui, au fur et à mesure elle avait du mal à contenir son anticipation et cela se voyait sur son visage.

Ses grands yeux doux, pleins d'espoir comme une enfant qui attendait de reçevoir un bonbon après être allé à la messe.
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi - Page 3 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 3 Icon_minitimeMer 23 Oct - 15:08

Esteban ne parvenait tout bonnement pas à comprendre comment quiconque pouvait s'amuser en blessant autrui. Il avait une très mauvaise connaissance du football, et a fortiori de ses pratiques à l'étranger. Quant au football américain, il le trouvait encore plus brutal et vain que son homonyme. C'était d'ailleurs, à sa connaissance, les deux qualificatifs qui convenaient le mieux à un grand nombre des pratiquants de ce sport : brutaux, et vains.

"Eh bien je dois dire que je n'y connais pas grand chose, mais le peu d'expérience que j'ai de ce sport et de ses équivalents m'en donne une conception passablement négative, à moi aussi..."

Il secoua la tête pour aller dans le sens des propos de la jeune femme. Elle exprimait un dégoût puissant et cela lui plaisait, car il détestait les sports de ballon avec une ferveur tout aussi tenace. Rien ne faisait plus mal qu'un ballon de basket envoyé au milieu du visage, et rien n'était plus bête et désagréable qu'un quaterback qui se prenait pour le caïd de l'école. Ce cliché reposait malheureusement sur une cuisante réalité.

Tout semblait s'arranger, voilà qu'il avaient trouvé un nouveau sujet de conversation sur lequel s'entendre et jaser durablement... Mais cela, c'était avant que Tess exprime son envie d'essayer le spa du bateau.

Il fit part de ses craintes de façon bien plus directe qu'il ne l'avait fait jusqu'à présent. Ce faisant, il se plaçait dans une situation délicate, car cela lui faisait avouer à mi-mot l'effet que la jeune femme avait sur lui, malgré toutes leurs tentatives (parfois vaines) pour rester corrects et bien rangés.

Un sentiment de honte terrible l'envahit quand il comprit, à son regard vide, à son absence de réaction, qu'elle ne voyait absolument pas de quoi il voulait parler. Il baissa les yeux, la tête soudain rentrée entre les épaules comme s'il avait été une tortue cherchant à retourner dans sa carapace pour échapper à l'humiliation terrible qu'il s'était auto-infligée. Il n'osait pas tourner la tête vers Patrick et Octavio de peur de croiser leurs regards et d'y lire un jugement.

Était-ce donc lui qui avait les idées mal tournées ? La situation ne portait-elle pas à confusion ? Était-il à ce point pervers ? Mais qu'y pouvait-il, si Tess lui plaisait ? Il avait pourtant bien eu l'impression que le sentiment était partagé... N'était-il pas normal qu'il prenne plus de précautions, sachant cette attirance interdite ?

Ce n'était qu'un maillot de bain, d'accord... Mais tout était question de contexte, enfin ! Être en maillot de bain, presque seuls, sur un bateau, alors qu'ils partageaient une soirée par tous les aspects très romantique c'était... C'était gênant, tout de même ? Non ? N'y avait-il que lui qui trouvait cela indécent ?

Allait-on au spa entre amis ? Juste à deux ? Sans que cela fasse... .. . Eh bien. Fasse.

... Il fallait qu'il réponde, et le plus tôt serait le mieux, si il voulait avoir une chance de ne pas passer pour un goujat aux idées complètement tordues. Maintenant qu'elle avait présenté les choses de cette manière, il ne pouvait plus refuser sans en avouer plus que ce qu'il était prêt à avouer.

... Une tenue décente pour tout le monde. Diable. Il n'existait AUCUNE tenue adaptée à un spa qu'il jugerait "décente pour tout le monde". Lors d'une première (... seconde) rencontre, et a fortiori si leur relation se devait de rester cordiale dans les limites du raisonnable, la seule parure convenable, c'était les tenues de soirée qu'ils avaient déjà sur le dos. Un rire gêné lui échappa.

"Oh... Vous... Avez certainement raison... ! Je ne voudrais pas vous priver de ce plaisir... Voulez-vous y aller maintenant ou devrions-nous profiter de la terrasse plus longtemps ?"

Qu'ils partent maintenant ou plus tard, après encore un brin de discussion, Octavio aurait dans tous les cas profité qu'Esteban se remettait debout pour l'attirer à l'écart et lui glisser quelques mots dans l'oreille. Seule réponse de l'héritier : un regard particulièrement hostile dans la direction de son chauffeur. Esteban était sur les nerfs pour diverses raisons - dont celle qui avait poussé l'employé à venir lui causer - et cela commençait à se sentir.

"J'ai déjà dit NON. J'aimerais ne pas avoir à me répéter une troisième fois."

Le pire, c'est qu'il savait que son refus n'était pas la plus brillante des idées. La proximité des masseurs risquait de lui être problématique, elle allait certainement attiser sa soif. Seulement voilà... Il n'allait tout de même pas demander à Tess de l'attendre tandis qu'il irait littéralement manger son chauffeur dans une toilette, ou dans un placard à balai... Cela manquait d'élégance.

Que se passerait-il si elle comprenait, qui plus est ? Elle verrait le changement de couleur  de sa peau... Sentirait peut-être la chaleur revenue dans son corps si elle le touchait à nouveau. Et c'était sans compter le risque d'être trahi par son organisme  si le sang pouvait à nouveau circuler partout. Il ne se faisait pas entièrement confiance. Il s'était déjà suffisamment donné en spectacle.

"Je vous en prie... Il me semble qu'il suffit de descendre cet escalier et nous atteindrons les piscines."

Ignorant son chauffeur dépité, il retourna plutôt aux côtés de la princesse afin de la guider sur la courte distance qu'il leur fallait parcourir.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi - Page 3 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 3 Icon_minitimeJeu 24 Oct - 0:35

Tess aussi était contente qu’ils aient trouvé un terrain d’entente, la haine pour le football. Pour elle, il n’y avait rien de très artistique dans cette activité : c’était des gens payés pour courir après un ballon, donner un coup de pied occasionnel à leurs rivaux qui après se tordaient de douleur en se tenant la tête… Qui n’a jamais été touché au passage ; en attendant l’arbitre et le sifflet.

La princesse avait exprimé son désir d’aller au spa, quand Esteban lui fit part de ses craintes, il lui fallait un moment pour comprendre, d’ailleurs elle remarqua qu’il était allé en mode tortue assez vite pendant qu’elle réfléchissait. Pourquoi ? Il n’avait rien dit d’indécent pourtant… L’alcool étant monté à la tête, Therese ne savait pas vraiment de quoi il parlait, mais c’est maintenant qu’elle commençait à penser pendant qu’elle attendait son verdict après avoir argumenté.
Son visage était tout aussi content et rayonnant, mais voilà que les rouages secouaient les toiles d’araignées. Ce petit rire gêné… Oh.

Oh. Mon. Dieu. Tu lui plais! Tu lui plais!!! Oh joie, tu lui plais! C’est pour ça ! C’est bien pour çaaaaaa!!!!

Elle cligna des yeux en secouant sa tête pour faire partir cette petite voix qui à la limite a bu quatres grosses tasses d’espresso. Effectivement, les signes étaient partout, d’ailleurs, elle aussi racontait n’importe quoi et ce n’était pas que l’alcool. Enamouré ? Surement. Il était poli, il se préoccupait de son bien-être, il voulait qu’elle passe une bonne soirée… Il était élégant, beau à regarder, un peu pâle, mais ce n'était pas très grave.
La princesse a très vite oublié les répercussions, il n’y avait qu’elle, lui et le gin. Bon, Patrick à côté aussi, mais ça encore ce n’était pas grave.

‘Bien sûr !’ Elle rit, contente qu’il accepte. En se levant elle remit son sac à main sur son épaule, mais cette petite voix n’arrêtait pas de lui chuchoter à l’oreille. ‘Allons-y, mon dos ne peut plus attendre.’

Tu lui plais.


Ce sourire béat, elle avait énormément de mal à ne pas rigoler comme une écolière. Pendant qu’Esteban fût pris à l’écart par Octavio, c’est Patrick qui suit la jeune femme d’un pas ferme. Il se doutait que l’héritier allait envoyer son chauffeur dans les roses, de ce fait, il voulait attirer l’attention de sa protégée.

‘Votre Altesse…’

‘Oui, Patrick ?’

‘Est-ce bien ce que vous voulez faire ?’

Elle savait très bien ce que cela voulait dire. Tess sobre et posé voulait écouter son garde du corps et se laisser guider par celui-ci qui agissait toujours en son bien-être, cependant Tess pompette voulait s’amuser et elle se disait que de toutes les manières, il n’avait pas à la rapporter à son frère. Ça y est, elle repensait à son départ demain de l’aéroport Louis Armstrong et sa bonne humeur commençait à tout doucement descendre. Que pouvait-elle faire sans s’attirer la disgrâce de sa famille ? Elle avait déjà potentiellement trouvé ce qu’elle voulait trouver, il lui fallait juste du temps pour examiner les preuves… Le roi aurait une bonne idée de ce qui se tramait à la Nouvelle-Orléans et les raisons pour ce voyage qui n’était pas que pour le séminaire, évidemment. Partir demain et mettre le tout à la lumière du jour allait tout bonnement lui attirer des ennuis, mais elle le faisait pour son père. Ne pas partir, rester jusqu’à la fin du séminaire était une option qui aurait sûrement les mêmes répercussions.

Au final quoi qu’elle fasse, elle était sur le chemin de la disgrâce. Tess pompette prit le dessus, elle n’allait pas continuer à y penser, elle ne voulait surtout pas y penser.

‘Un massage vous fera du bien, profitez-en.’ Elle tourna sa tête en direction de l’Irlandais qui semblait étonné et prêt à protester ‘Tut! Tut, tut, tut. Profitez de la piscine, du sauna… Je ne sais pas. Faites vous une manucure, voilà.’

Oui, elle venait tout juste d’envoyer balayer son garde du corps avec un sourire glacé. Cette tête qu’il connaissait, mais ne voyait que rarement et qui voulait dire “ne me parlez surtout plus, jusqu’à nouvel ordre”. Il hocha sa tête poliment, air crispé au visage et il revint vers Octavio sans plus un mot. C'était au tour d'Esteban de la rejoindre à ses côtés et elle descendait les escaliers comme si de rien n’était, contente d’être en bonne compagnie. Très bonne compagnie ! Tess voulait demander ce qui le tramait, mais peut-être pas… Vu qu’il semblait tendu et vu la tête que tirait Octavio.

Elle avait oublié le tout en passant par la porte où se trouvait un long couloir, le mur était entièrement en vitre. Tess voyait au fond le sauna, mais la vue de la grande piscine avec 4 jacuzzis de l’autre côté et un mini bar ont fait qu’elle s’était scotché, les deux mains sur la vitre, les yeux et la bouche grand ouvertes…

‘Ma coiffure va souffrir’ elle sourit bêtement, sa voix était un peu déçue, ce qui donnait un air assez comique vu la différence ‘mais d’abord massage !’

D’un pas ferme et déterminé, elle se dirigeait vers la porte à la fin du couloir et en ouvrant elle sentit la chaleur qui émanait de l’endroit. Le spa ! Cette odeur propre, aromathérapie… Tout était impeccable, le décor était serein, elle se sentait comme sur un petit nuage. Tess vit le réceptionniste et d’un pas joyeux elle lui sourit gentiment.

‘Bonsoir, nous aimerions profiter du spa et je… hmmm…’ Elle jeta un coup d’œil sur le “menu” ‘Ah, voilà ! Je vois que vous proposez un massage sportif, j’en ai affreusement besoin.’ Tournant sur ses talons, elle tendit la brochure à Esteban ‘Vous pouvez tout simplement rester dans la même salle que moi, je ne vous en voudrais pas, j’aimerais que l’on puisse continuer notre conversation car...’

Tu me plaît.

‘... On est à mi-chemin de Bâton Rouge et on a sûrement encore beaucoup de choses à se raconter, n’est-ce pas ?’


À deux doigts elle allait dire ce qu'elle pensait. Il fallait arrêter le gin, oui. Tess regarda derrière l'héritier et le garde du corps au loin soupira et prit une brochure quand la princesse lui fit cette mine pincée qui semblait dire “je ne plaisantais pas”.
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi - Page 3 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 3 Icon_minitimeJeu 24 Oct - 18:31

Le rapprochement entre Tess et son garde du corps n'avait pas échappé à Esteban, malgré sa propre discussion avec Octavio. Ah ! Alors il ne rêvait pas, et il n'y avait pas que lui que la perspective de cette session au spa perturbait. C'était tout à la fois rassurant et... L'inverse. Ça ne faisait que le conforter dans l'idée qu'un dérapage était possible.

Plusieurs types de dérapages étaient possibles, en réalité, ce dont son chauffeur avait une conscience aiguë à en croire son insistance pour qu'Esteban se nourrisse avant toute chose. L'idée l'aurait probablement séduit si elle n'avait pas risqué d'empirer le reste de ses problèmes. Elle en aurait éliminé un de taille, mais Esteban ne se sentait pas prêt à gérer la situation qui en aurait découlé. Sa soif, en revanche... Il était parvenu à la contenir jusqu'ici. Il pouvait bien continuer encore un peu.

Les deux employés étaient retournés à leur place habituelle, en retrait. Il sentait le regard insistant d'Octavio sur sa nuque et faisait de son mieux pour l'ignorer. Esteban se savait observé, Octavio savait qu'Esteban savait... Schéma classique, mais l'héritier n'en démordrait pas, malgré la crispation palpable de ses épaules - peut-être bénéficierait-il d'un massage, lui aussi, finalement. Les vampires n'accumulaient pas de tension dans les muscles, mais dans l'immédiat il avait bien besoin de se détendre.

Il faisait donc comme si de rien n'était. Tess descendait les marches à ses côtés. Elle paraissait très excitée par la perspective de son futur massage et c'était une fois de plus parfaitement adorable de la voir se comporter comme l'enfant qu'elle n'était plus depuis une bonne dizaine d'années. Avec un sourire attendri, il la regardait faire... Lui-même appréhendait ce qui allait se passer sous peu, mais la voir ainsi, toute bouillonnante d'enthousiasme, formait une consolation solide.

Allez... Peut-être se faisait-il du mouron pour rien. Peut-être que tout se passerait absolument bien. Tess ne se faisait aucun souci, c'était au moins l'un d'entre eux qui ne serait pas profondément gêné par la situation... Il suffirait sans doute qu'il se fasse un peu violence... Qu'il reste sur la même longueur d'onde qu'elle, quoiqu'il advienne !

"N'ayez crainte... Je suis certain qu'on trouvera sur place de quoi arranger votre mise après coup. Et, j'ose espérer, du personnel compétent pour vous y aider."

Pour lui, c'était une évidence : puisqu'on pouvait mettre la tête dans l'eau dans la piscine, ou dans les jacuzzis, il était bien nécessaire qu'un coiffeur fasse partie de l'équipe. On n'allait tout de même pas les laisser repartir dégoulinants et apprêtés n'importe comment, cela aurait été parfaitement scandaleux ! Il n'avait pas loué un bateau de sauvages, il y avait un certain standing à tenir.

Comme ils arrivaient à destination, il devait bien admettre que l'endroit faisait partie des plus agréables qu'il leur avait été donné de visiter depuis le début de la soirée. Les odeurs d'huiles essentielles agissaient sur sa psyché, il se sentait déjà moins nerveux.

Tess lui tendit le catalogue des soins proposés, ce qui le mit face à un dilemme urgent. Il fronça les sourcils et fit de son mieux pour masquer la panique qui menaçait de le submerger. Massage ou pas massage ? S'il suivait simplement Tess pour discuter, il n'aurait pas besoin de se déshabiller. Il ne serait pas non plus en contact rapproché avec l'un des masseurs. En revanche il n'y aurait rien pour le distraire du spectacle qui se déroulerait sous ses yeux et cela serait terriblement embarrassant... Bénéficier d'une prestation en même temps que la princesse lui donnerait une contenance et aiderait probablement à évacuer ses crispations. Il en avait grandement besoin, surtout s'il fallait qu'il entretienne une nouvelle conversation. Le stress avait tendance à inhiber toutes ses idées et il se sentait très peu capable d'éloquence, à cet instant précis. Ce n'était pas très compatible avec le "beaucoup de choses à raconter" sur lequel Tess comptait pour égayer leur nuit.

"Eh bien prenons le massage aux huiles... Cela ne peut pas faire de mal !"

Alea jacta est. Il rendit le fascicule au réceptionniste avec un sourire poli, puis il revint à Tess, son cerveau tournant à toute vitesse à la recherche d'une réponse correcte.

"Bien sûr ! Votre expérience avec les jacuzzis par exemple. J'aurais beaucoup à en dire moi-même ! Euh. Non. Absolument pas. Je voulais dire : mon oncle en a même fait installer un dans son jet, c'est une expérience hors du commun, je puis vous l'assurer ! Je ne sais pas vraiment pourquoi je pense à ça."

Si Octavio continuait de le fixer avec une telle intensité, il allait finir par lui faire deux trous dans la tête ! Il le soupçonnait de retenir une réaction plus prononcée, comme la paume d'une main rejoignant brutalement son front, par exemple... Eh ! Que savait-il du passif qu'Esteban avait avec les jacuzzis, de toute façon. Il ne le lui avait jamais raconté - bien heureusement.

"HM. Bref. Suivons donc le guide..."

Un geste pour inviter Tess à avancer, alors qu'un employé leur montrait le chemin des vestiaires. Ils n'entrèrent pas dans le même... Encore heureux ! Sur place, Esteban trouva un certain nombre de choses qui avaient été préparées à son égard. Une tenue de bain, une serviette, et bien entendu un long peignoir en tissu éponge aussi doux qu'épais. Une grimace déforma son visage.

"Dios mio... Puisqu'il faut y aller..."

A contrecœur, il commença à retirer ses vêtements, qu'il plia avec soin et qu'il rangea dans une petite étagère, très propre. On aurait pu manger dessus, et il n'en attendait pas moins de l'endroit où il lui fallait laisser ses effets personnels. Il passa bien rapidement le maillot de bain, pas tout à fait à l'aise : peu adepte de la natation, ou même des baignades à la plage, il était excessivement rare qu'il porte des tenues aussi courtes, a fortiori en public. Il se sentit mieux après avoir enfilé le peignoir, mais il savait qu'il n'allait pas pouvoir le garder sur le dos éternellement. Enfin, il détacha ses cheveux. Il avait toujours trouvé cela moins convenable de les garder sur ses épaules, mais tout de suite, il n'était plus à cela près... Autant qu'il se sente le plus confortable possible. Au moment où il ouvrit la porte, il tomba nez à nez sur Octavio, qui entra sans lui demander son avis et ferma immédiatement derrière lui. Cela commença à se disputer derrière la porte, assez fort, et en espagnol.

"J'aimerais en discuter une dernière fois...
- C'est inutile... J'ai dit NON.
- Et pardonnez mon impertinence, mais je ne trouve pas ça très malin."

Il s'était rapproché de sorte à ce que son odeur saute au nez d'Esteban, qui recula par réflexe d'un pas, avant  de se frotter nerveusement la bouche et le nez avec le bras.

"Si mon sang vous fait un tel effet alors qu'il n'y a pas de contact, que va t-il se passer avec le masseur ? Imaginez que ce soit un métamorphe ?
- ... Je peux me contrôler. Je me suis déjà retenu bien plus longtemps par le passé...
- Enfermé seul, à 300m de hauteur au dessus de la ville ! Esteban je vous en prie, réfléchissez...
- ... Tu penses que je ne l'ai pas fait ? Elle va s'en rendre compte ! Je ne veux pas qu'elle s'en rende compte..."

Léger instant de silence. Octavio digérait l'information : son employeur venait de le tutoyer. A vrai dire les deux hommes ne maintenaient le vouvoiement que par convenance et en privé, cela faisait depuis longtemps que ça n'avait plus grand sens, ni pour l'un ni pour l'autre. Octavio baissa d'un ton, plus compréhensif.

"En cas de perte de contrôle, elle s'en rendra compte aussi... Cela sera certainement bien pire.
- Plus tard, si c'est nécessaire... Pour le moment j'ai la situation en main."

Esteban força le passage, coupant court à toute forme de discussion. Il avait le regard fuyant, il savait parfaitement qu'il était potentiellement en train de faire une ânerie, mais il ne pouvait tout simplement pas se résoudre à attirer l'attention de Tess sur cette réalité peu reluisante, inhérente à sa condition : il préférait rester discret quant à son régime alimentaire.

Il était donc sorti, un Octavio toujours plus dépité sur ses talons. Il était prêt à suivre qui de droit jusqu'à la salle de massage.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi - Page 3 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 3 Icon_minitimeJeu 24 Oct - 22:09

‘Oh l’idée des cheveux mouillés ne m’est pas particulièrement déplaisante’ dit-elle avec un joli sourire, tournant sa tête vers Esteban avant de continuer en direction de la porte ‘je dirais que cela donne un air très… naturel. Très brut! C’est beau.’

Elle n’était pas très sûre de ce qu’elle voulait dire, mais elle avait remarqué qu’elle se laissait emporter et qu’elle ne faisait plus attention à ce qui sortait de sa bouche. Après réflexion elle voyait très bien… La piscine… Les cheveux mouillés… Le jacuzzi… L’image de l’héritier aux cheveux mouillés, allait-il les détacher d'ailleurs?

Il suffit.

Elle se racla la gorge avant de rentrer. Si Octavio fixait le Méxicain, Patrick quant à lui se tenait à distance correcte, assez loin pour ne pas perturber l’héritier avec son sang métamorphe, mais assez prés de sa protégée sans vraiment la regarder après cet épisode facheux. D’ailleurs, ils eurent un échange monosyllabique entre eux une fois de plus, quelque chose que Tess avait remarqué hormis son état pompette. La princesse sentait la désapprobation, cependant dans sa naïveté elle ne comprenait pas où était le mal? À part les sentiments qui se développaient il n’y avait rien de… Ah, les sentiments. C’est bien ce que Tess se disait, il n’y avait rien d’autre de possible (à part le fait que l’héritier était affamé, mais la Princesse était bien trop naïve et tête dans les nuages pour remarquer… voir ignorante). Et alors? Elle l’aimait beaucoup, il était parfaitement sympathique et dans un sens elle voulait se rapprocher de lui car elle voyait en lui quelqu’un qui était seul, comme elle au jour le jour.

En arrivant, elle s’était présenté au réceptionniste et après son “tralala” sympathique elle voyait Patrick morosement pointer sur quelque chose dans la brochure, de loin sans vraiment se rapprocher. Il n’était pas content, mais cette fois Tess s’en fichait complètement. Quand Esteban avait choisi le massage aux huiles elle tapa dans les mains avec enthousiasme.

‘Excellent!’

Après avoir évité sa bourde de justesse, c’était au tour de l’héritier de faire la sienne. Quelle était cette anecdote sur les jacuzzi? Son expérience dans le jacuzzi était toujours relaxante… il n’y avait pas grand chose à redire, il y avait une baignoire avec des jets dans chaque salle de bain à Kensington, mais il était vrai qu’elle n’avait jamais mis pied dans un jacuzzi dans un jet. “Je ne sais pas vraiment pourquoi je pense à ça”, il voulait visiter les lieux surement? Elle était toujours partante pour se prélasser dans des bulles, chose qu’elle ne faisait que rarement.
En suivant le guide elle lui dit quand même:

‘Je suis toujours partante pour le jacuzzi après si c’est ce que vous voulez. Je n’ai pas beaucoup d'occasion à me détendre ainsi!’

Avant de rentrer dans les vestiaires pour femmes, elle fit le geste de main universel qui voulait dire “à plus tard” et en refermant sa porte elle s’adossa sur celle-ci avec un long soupir. Oui, elle sentait l’effet de l’alcool et à ce stade là elle se voilait la face entièrement en se disant qu’elle était pompette. Normalement, les rares soirées où ça arrivait elle se prélassait dans son lit en regardant un romcom… Pizza obligatoire. Glace à la pistache optionnelle, mais toujours appréciée. Tout d'abord elle se démaquilla entièrement vu qu’elle anticipait une visite à la piscine et jacuzzi. Elle commençait à se déshabiller tout en regardant le choix de maillot devant elle. Tess était une princesse et elle se voulait tout de même correcte, de ce fait elle opta pour un haut qui découvrait son dos pour le massage, mais qui s’attachait à sa nuque couvrant ainsi la poitrine entièrement. Ce même maillot recouvrait son fessier avec une sorte de petite jupe frileuse. La raison pour laquelle la jeune femme s’entrainait aussi souvent et rigoureusement était parce qu’elle n’avait pas la morphologie classique des gymnastes. Le malus étant qu’elle était taillé en X, cela ne sautait pas autant aux yeux vu sa musculature, mais c’était tout de même visible. La jeune femme se regardait dans le miroir et eu soudain comme un doute:

Et si finalement je ne lui plais pas?

Tess était habitué à se montrer en maillot pendant toute sorte de représentation, même à la plage, là n’était pas le problème. Sauf que cette fois elle se voyait dans le miroir telle qu’elle était et tel que l’héritier allait la voir. Petite dans son 1m55, robuste avec une taille fine... Pour la première fois de sa vie elle ne se sentait plus aussi sûre d'elle et elle ne se trouvait pas aussi bien proportionné qu'elle ne le pensait. Se montrer ainsi devant quelqu’un qu’elle aimait… beaucoup…? Le burkini lui faisait les yeux doux dans le coin de l’oeil et elle était même prête à l’essayer, mais elle tenta la même technique qu’elle utilisait pour la danse ou la gymnastique.

Tu n’es pas Tess. Tu es quelqu’un d’autre. Oui. Tu t'appelles Lizzie, tu es… acrobate dans un cirque, oui, voilà. Tu es là pour faire le spectacle de demain et tu profites d’un massage payé par ta compagnie. Voilà. Oui c’est bien cela!

Comme par magie elle se sentait un peu mieux, parce qu’elle n’était plus Tess. Elle enfila son peignoire tout doux et les pantoufles qui allaient avec et c’était comme un sentiment serein qui traversait son esprit. En sortant elle était passé à côté des vestiaires pour hommes et elle entendait Esteban se prendre le chou avec son chauffeur, en espagnole. Le sentiment serein s’estompait assez vite. Tess ne comprenait rien du tout et elle s’arrêta brièvement devant la porte en essayant en vain de comprendre une ou deux choses, Patrick se pointa silencieusement comme une panthère à côté d’elle. Prise en flagrant délit, elle posa sa main sur sa nuque, embarrassé par son manque de tacte et continua avec lui vers la salle de massage.

‘Alors, Patrick, vous avez choisi…?’

‘Massage des mains, votre Altesse.’ crispé comme jamais, il ouvrit la porte pour elle.

Elle hocha la tete avec satisfaction, peut-être que cela allait le détendre lui aussi et ils passeront un instant sympathique ensemble. Elle vit les deux tables de massage au milieu de la salle avec les deux masseurs prêts à rendre service. La porte se ferma derrière eux et elle jeta un dernier coup d’oeil sur Patrick qui écarquilla les yeux brièvement et semblait agité.

‘Patrick, est-ce que tout va…-’

‘Tout va bien, votre Altesse.’
il dit fermement en se dirigeant vers le fauteuil en cuir et la masseuse qui allait s’occuper de ses mains.

Ce que Tess ignorait était le masseur métamorphe et la masseuse vampire qui allaient s’occuper d’eux. La masseuse s'approcha d'elle pour l'inviter à table. Pile poil où Tess fit tomber son peignoir, elle entendit la porte s’ouvrir derrière elle.

Tu t'appelles Tess, tu es enamouré d’un vampire et tu es une princesse.

Dieu merci pour le… Non, plus de fond de teint. Que le diable l’emporte pour son don d’anticipation même dans son état d’ivresse! Inutile de dire qu’elle se mordait la lèvre et qu’elle était rouge pivoine à l’idée d’être dans une tenue pareille devant l'héritier qui avait déjà assez sur son assiette.
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi - Page 3 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 3 Icon_minitimeVen 25 Oct - 11:07

L'idée de garder les cheveux mouillés plus longtemps que nécessaire ne parlait pas vraiment à Esteban, qui de ce fait ne voyait pas où Tess voulait en venir. Perplexe mais ne souhaitant pas la contrarier, il acquiesça bêtement. Il ne trouvait rien d'élégant à une mise inachevée, lui-même ne sortirait jamais du spa avant d'avoir séché et coiffé sa tignasse jusqu'à ce que plus rien ne dépasse, mais après tout Tess faisait bien ce qu'elle voulait...

Esteban eut rapidement choisi le massage qu'il souhaitait tester. C'est à cet instant que tout dérapa, alors qu'il essayait désespérément de trouver quoi raconter à Tess, de crainte qu'elle finisse par le trouver parfaitement inintéressant. La réflexion lui échappa si rapidement qu'il avait failli couper la parole à la princesse :

"Non !"

... Pitié non, pas le jacuzzi. Pourquoi avait-il fallu qu'il amène ça sur le tapis ? Pourquoi parlait-il toujours avant d'avoir réfléchi ? Passer sous les doigts d'un masseur en la compagnie de Tess était une chose. Barboter dans le même bain bouillonnant qu'elle avec tous les souvenirs que cela pouvait lui évoquer en était une autre, très différente.

Sauf que maintenant qu'elle en avait exprimé l'envie... Il ne pouvait pas lui opposer un refus aussi radical, c'était bien trop malpoli. La respiration coupée, les yeux bien involontairement écarquillés, il se tourna vers elle et balbutia quelques secondes avant de réussir à rajouter :

"... Je veux dire, si c'est ce que vous souhaitez c'est toujours possible, mais je n'en éprouve pas spécialement le besoin moi-même !"

Voilà. Maintenant, ne restait plus qu'à croiser les doigts pour qu'elle n'insiste pas. Il ne donnait pas cher de sa contenance si il devait se retrouver à quelques centimètres d'elle, dans l'eau chaude... Elle allait certainement remarquer qu'elle lui faisait de l'effet, qu'il était assoiffé... Ou pire : potentiellement les deux en même temps.

L'interlude dans le vestiaire aurait dû lui offrir une pause et le soulager d'un certain nombre de tensions, provoquées par ces circonstances crispantes par bien des aspects. Esteban se débrouillait sans problème dans les situations mondaines et n'en était pas non plus à son premier rendez-vous amoureux mais ici, ils étaient clairement quelque part entre les deux, sans que cela doive et puisse être ramené à ce dernier statut. C'était inédit, et il ne savait pas quoi faire pour endiguer la catastrophe que tout le monde ou presque sentait arriver.

Octavio décida de venir l'ennuyer une fois supplémentaire, cette fois-ci en insistant lourdement. Esteban comprenait son intervention. Dans les vestiaires, ils auraient eu l'occasion d'une morsure discrète. Personne ne s'en serait rendu compte.

... Mais ce n'était pas tout à fait vrai, car tout le monde remarquerait le sang revenu dans ses veines et c'était quelque chose qu'il voulait à tout prix éviter, ainsi que les conséquences indirectes de cette irrigation. Ainsi, non, c'était non. Il ne voulait rien entendre. Il sortit sans un regard pour son chauffeur dépité et il se laissa guider jusqu'à la salle où l'attendaient déjà la princesse et leurs deux masseurs. Il ouvrit la porte, juste à temps pour voir le peignoir de Tess glisser au sol et s'y échouer, dramatiques vagues de coton écrasées contre sa surface.

Saisi, il cessa de respirer, de bouger, et bloqua un peu trop longtemps le passage pour que cela soit innocent. C'était déjà la troisième fois qu'il en voyait plus qu'il ne s'en sentait le droit explicite. Pourtant, dans ce cas précis, cela n'avait rien d'accidentel. Il se faisait violence, tentait de se souvenir que cela n'avait rien de très différent de toutes ces fois où elle avait dû s'exposer de la sorte en tenue de gymnastique, mais voilà. Le problème était toujours le même :

Le contexte était PARFAITEMENT différent.

Il n'y avait pas la distance impliquée par la séparation physique comme psychologique entre public et artiste... Il n'y avait pas non plus ce caractère officiel et sérieux qui aurait empêché toute pensée parasite de s’immiscer. Non... Au contraire. Il y avait un caractère très intime à toute cette affaire, surtout sachant qu'il n'était pas beaucoup plus habillé, et c'était terriblement affriol... Gênant.

Elle avait vraiment de belles jambes. Il avait pu le constater il y avait une semaine sous un angle encore plus flatteur, mais cela n'avait été que le temps d'un battement de cils avant qu'il ne détourne les yeux. Elle avait le corps d'une sportive, ce qui n'avait rien d'étonnant compte tenu de tout ce qu'il savait d'elle et de tout ce qu'elle lui avait raconté. Il trouvait cela flatteur : cela parlait d'elle plus que mille mots, c'était la preuve de ses efforts quotidiens. Elle portait son mode de vie à même la peau, il la sculptait et la rendait d'autant plus attir... impressionnante.

Il fallait vraiment qu'il arrête de lorgner, ça devenait parfaitement inadapté. Il se racla la gorge et détourna très sensiblement les yeux. Yeux qui se posèrent sur la masseuse qui allait s'occuper du dos de Tess. Interdit, Esteban constata qu'il connaissait ce visage pour l'avoir croisé à plusieurs  reprises, chaque fois que la Maîtresse Dyce avait réuni la communauté vampire de la ville.

Il la salua d'un bref mouvement de tête. Elle avait l'air à peu près aussi surprise que lui, mais pour d'autres raisons. La vamp avait une belle peau rosée, elle irradiait une chaleur encore jeune : elle s'était nourrie très récemment, au contraire d'Esteban qui à défaut de paraître pâle avait l'air moins foncé que d'habitude. Alertée, elle tourna les yeux sur son collègue. Esteban fit de même et ne comprit pas tout de suite le problème. Pour cela, il fallut qu'il s'approche de la table de massage.

L'odeur du sang métamorphe le frappa presque aussi efficacement qu'un poing dans l'estomac doublé d'un autre en plein milieu du visage. Il ouvrit grand les yeux, cessa brutalement d'avancer et leva une fois de plus un bras devant son visage comme pour empêcher tout incident de se produire. Il échappa un grognement léger. Ses crocs lui faisaient littéralement mal, et ça n'était pas bon signe. Le picotement prononcé dans sa gorge non plus.

Il entendit Octavio soupirer derrière lui. Non... Ce n'était pas possible ! Quelles étaient les chances pour que son chauffeur tombe juste et que le masseur qu'on lui avait attribué soit effectivement un métamorphe ? Le pire dans tout cela, c'est que l'employé était irremplaçable : c'était le seul de toute l'équipe qui avait les compétences requises pour le massage aux huiles qu'avait choisi Esteban.

"Est-ce que ça va aller ?"

C'était cette femme vampire qui venait de prendre la parole. Sur les nerfs, Esteban lui répondit avec du venin dans la voix :

"... Taisez-vous."

Son masseur s'était éloigné mais le problème restait complet... Et Esteban, tremblant, donnait toujours l'air d'être sur le point de tomber par terre. Il n'aurait pas imaginé qu'Octavio parviendrait à lui donner tort aussi rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi - Page 3 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 3 Icon_minitimeVen 25 Oct - 21:25

Elle eu un petit sursaut à la réaction aussi abrupte de l’héritier quant au jacuzzi. Il n’avait pas envie d’y aller? Pourquoi en parler? Décidément il ne savait pas ce qu’il voulait et elle sentait que plus ils s’approchaient des lieux, plus il se crispait. Après l’explication elle comprit qu’il n’en avait pas du tout envie, l’euphémisme qu’était “je n’en éprouve pas spécialement le besoin” était assez pour la mener vers la bonne route.

‘Il n’y a pas de mal, voyons’ elle souriait, ses sourcils haussés avec une once d’étonnement ‘on fera autre chose alors, ce n’est certainement pas la fin du monde.’

C’était plus la vue du bar et du sauna qui l’attirait. Le jacuzzi était parfaitement acceptable, se prélasser serait la bienvenu, mais elle pouvait le faire partout ailleurs. La soirée était pour se détendre, mais elle avait l’impression que cette détente était plus pour elle que pour lui à ce stade.

Après le débat interne au sujet de sa tenue, Tess fit la chose habituelle qu’était se détacher de sa propre personne, quelque chose qui lui donnait du courage pour n’importe quelle représentation. Finalement dans la salle, son peignoir étant tombé pile poil au moment où Esteban était rentré dans la salle. Elle l’avait entendue s’arrêter entre le couloir et la pièce, cette fois il ne respirait plus. D’ailleurs, la princesse non plus. Elle entendait son coeur battre dans ses oreilles, une chaleure traversait son corps entier et elle sentait que sa nuque et ses oreilles étaient d’un rouge éclatant, heureusement que ses cheveux couvraient les évidences… En tournant sa tête brièvement de côté pour voir le jeune héritier, il avait de suite détourné son regard en se raclant la gorge. Eh bien, c’était tout aussi difficile pour lui que pour elle… En se tournant elle le voyait entièrement cette fois.

Ces cheveux détachés... Mon Dieu, qu'il est charmant.

La jeune femme qui s’occupait d’elle lui fit un salut très poli. Tess était rouge comme une tomate, mais elle souriait et avant de pouvoir prendre la parole elle fut coupé dans son élan en voyant la réaction de sa masseuse.

Tout s’était passé très rapidement. Brièvement, elle vit sa masseuse grincer des dents à la réaction de l’autre Vampire, qui lui passa son bras devant son visage avec un grognement. Si c’était pour se détendre, c’était loupé. Les fameux rouages commençaient à bouger, elle remarqua par les crocs de la jeune femme qu’elle aussi était vampire. Ce qui lui sautait aux yeux était qu’elle avait une belle peau rosée alors que son hôte avait tout de même l’air un peu malade… Il était malade? Les vampires peuvent être malade? Tess essayait tant bien que mal de se souvenir si effectivement ils pouvaient attraper un froid, une gastrite… n’importe. Deux nouvelles choses: elle remarqua Patrick sur le fauteuil, il était tendu et prêt à agir, elle reconnaissait ce langage du corps par coeur et c’était aussi le soupir d’Octavio derrière le jeune homme qui lui fit signe distant dans la tête…





… Non, les rouages s’étaient arrêtés. Elle pencha sa tête de côté tout en tentant d’attraper le regard de son hôte qui ne se sentait pas bien. C’était finalement quand la vampire lui demanda si “ça va aller” et sa réaction particulièrement vénéneuse qui ont bougé les rouages. C’était quelque chose dû à sa nature vampire… il était pâle, elle était toute rosée…

...Mais, est-ce qu’il a faim?

S’en était assez, elle en avait marre de décortiquer ce qui n’allait pas et elle prit son courage à deux main. Si une main était occupé à tenir un grand verre de gin elle aurait été heureuse, mais on ne pouvait pas tout avoir dans la vie et cette fois elle allait prendre la situation en main.

‘Bon.’ elle se pencha pour récupérer son peignoir et en l’attachant une fois de plus elle soupira ‘Je voudrais un mot en privé avec Monsieur Luz-Descalzo.’ aucune des personnes ne bronchaient, ils regardaient tous la princesse avec inquiétude mélangé à un air assez "vide", celle-ci commençait à s’irriter ‘Excusez-moi, est-ce que le mot “privé” n’est pas assez clair? Laissez-moi clarifier… Sortez. Tous.’

‘Votre altesse!’ Patrick s’était levé brusquement pour protester.

‘Sortez, c’est un ordre.’

Ce regard qui tombait comme une marée noire sur son garde du corps aurait pu rendre tout le monde très petit. De nature toujours souriante, polie et sympathique, c’était une nouvelle facette qui normalement était réservé à… Personne, en fin de compte. C’était bien la première fois que Patrick eut le traitement de la “Princesse au Gin” dont il a tant entendu parler. La seule personne qui ait eu le même traitement était John Cardwell, son père défunt qui lui avait refusé au départ la Danse avec les stars en Angleterre. Son sourire n’avait plus lieu, les sourcils haussés, les grands yeux noisette écarquillés, la mâchoire serré… Tout semblait comme tiré vers l’arrière, un chat qui était prêt à défendre son territoir et sa position.
Patrick secoua sa tête avec étonnement et quand celui-ci quittait les lieux c’était bien au tour de tous les trois employés de le suivre à la queue-leu-leu.

Elle s’assied sur la table de massage confortablement, les bras croisés sur sa poitrine et en mordant sa joue avec irritation; elle ne plaisantait pas. Son regard noir se posa brièvement sur Octavio puis s’adoucit quand il se posa une fois de plus sur Esteban. Cette fois-ci elle voyait clairement la souffrance qui traversait le visage de l’héritier et elle tenait à ce qu’il soit clair avec elle. La princesse se doutait qu’il ne voulait pas en parler, mais elle voulait en parler maintenant car cela semblait gâcher leur soirée.

‘J’insiste.’

L’insistance dans sa voix n’était pas aussi douce que son regard. Elle tenait à lui parler en privé, pour préserver leur dignité si c’était un sujet gênant. L’alcool lui avait donné le courage (comme d’habitude) à faire quelque chose qu’elle n’aurait jamais fait en temps normal, au final elle s’attendait à tout.
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi - Page 3 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 3 Icon_minitimeVen 25 Oct - 23:00

On passerait rapidement sur le soulagement qu'il éprouva lorsque la princesse comprit que le jacuzzi était hors de propos et qu'elle proposa tout simplement qu'ils le remplacent par une autre activité. Il ne fut que de courte durée.

Après un épisode houleux avec Octavio, il rejoignit tout le monde dans la salle de massages. Malheureusement pour lui, l'hypothèse pourtant assez improbable du colombien se vérifia : la personne qui devait s'occuper de lui était un métamorphe, ce dont il prit brutalement conscience dès lors qu'il se fut un peu trop approché.

La réaction qui en découla fut violente et tout le contraire de discrète, tant et si bien que même Tess n'était plus capable d'ignorer ce qui se tramait sous ses yeux.

‘Bon. Je voudrais un mot en privé avec Monsieur Luz-Descalzo.’

Interdit, le vampire ouvrit grand les yeux. Cette injonction parfaitement inattendue parvint à le distraire de la soif rampante qui cherchait à prendre le contrôle de chaque parcelle de son corps comme de son esprit. Par dessus le bras qui cachait son visage, il posa sur Tess un regard très similaire à celui de toutes les autres personnes présentes, peut-être à une nuance près : son combat intérieur restait évident et à cette crispation s'ajoutait une once de culpabilité tout aussi flagrante.

Sa stupéfaction alla grandissant à mesure que Tess insistait face à l'absence de réaction de ses interlocuteurs, puis face à son garde du corps qui se récriait, refusant initialement de l'écouter. Elle faisait une scène incroyable et Esteban ne savait pas ce qu'il devait comprendre... Encore moins comment il aurait dû répondre à cela. Pour le moment, le silence lui semblait être la meilleure option puisqu'il était le seul qu'elle voulait voir rester sur place. Il ne lui serait certainement pas venu à l'esprit de la contrarier. Elle paraissait tellement énervée qu'il aurait eu peur qu'elle lui saute métaphoriquement au visage pour essayer de lui arracher le nez.

Bientôt, il ne resta plus que trois personnes : Tess, lui-même, et Octavio, qui ne se laissait pas impressionner. Il n'était censé prendre d'ordres que de sa part et ne faisait donc que son travail en restant droit comme un piquet, insensible aux demandes de la jeune femme. Cela dit, Esteban savait qu'il profitait de cette règle pour tenter de contrer l'initiative de la princesse. Le chauffeur le fixait sans un mot, les mâchoires serrées, clairement réprobateur.

Le colombien n'était pas seul à le scruter intensément. Tess avait finalement jeté son dévolu sur lui et il comprenait que ce "j'insiste" sur lequel elle avait terminé lui était réservé autant qu'à Octavio. Il était grand temps qu'il se décide et qu'il dise quelque chose, sans quoi ils risquaient de se regarder en chien de faïence pendant très longtemps. Résigné, Esteban soupira. Il comprenait qu'Octavio aurait préféré disposer d'une dérogation et assister à leur discussion "juste au cas où", mais ce n'était pas envisageable. Tess avait éconduit son garde du corps, il n'aurait pas été convenable qu'Esteban en fasse autrement. Ce moment d'intimité semblait lui tenir très à cœur, ainsi qu'en témoignait la colère impressionnante qu'elle venait de piquer. Depuis que les deux métamorphes étaient sortis, la soif d'Esteban était devenue un peu moins pressante. Il pouvait se contrôler, il n'allait pas sauter sur Tess.

Le bras devant son visage retomba contre son corps. Il se hissa à son tour sur une table de massage et déclara enfin, plus sombre et sérieux qu'à l'habitude :

"Octavio, faites ce qu'elle dit je vous prie..."

Le visage du chauffeur se ferma mais il ne donna aucune autre preuve de sa contrariété. Il salua son employeur et son invitée d'un mouvement de tête sobre puis il sortit enfin, les laissant seuls ainsi que Tess l'avait souhaité.

Il n'avait aucune idée de ce qu'elle voulait lui dire qui requérait tant de confidentialité. Il n'était pas tout à fait rassuré, mais il fallait se rendre à l'évidence : ce qui était fait était fait. Elle avait compris des choses... A ce stade elle savait certainement qu'il ne s'était pas nourri. Pour une raison qui lui était parfaitement étrangère elle paraissait vouloir en parler et il ne pouvait pas le lui refuser. Peut-être voulait-elle des explications. Sa sécurité étant en jeu, il lui en devait certainement.

Vaguement craintif, il leva un regard aussi penaud qu'interrogatif sur Tess. On aurait dit qu'elle l'avait pris la main dans le sac en train de faire une bêtise et qu'il s'attendait à ce qu'elle l'envoie au coin.

Elle avait eu ce qu'elle voulait alors maintenant... De quoi était-il question ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi - Page 3 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 3 Icon_minitimeSam 26 Oct - 21:10

Le chauffeur de son hôte ne bronchait pas, il n’était pas impressionné par ce petit éclat  princier. Même dans son état elle savait bien qu’il n’allait pas l’écouter, car c’était à son employeur de décider. De ce fait elle insista qu’ils soient seuls à parler. Cette pause qui semblait durer quelques instants était comme une éternité, Tess se sentirait bien sotte si par hasard il se décidait de garder Octavio à ses côtés, mais elle ne pouvait plus ignorer les signaux qui commençaient à devenir de plus en plus explicites. Le Vampire semblait mal en point et elle allait trouver une solution, ou du moins en parler, car il ne pouvait continuer ainsi, c’était injuste.

Quand il se décida de dispenser de son chauffeur, elle hocha la tête vers Octavio aussi poliment que lui et quand elle vit la porte claquer derrière lui la princesse frotta ses yeux de ses mains ouvertes en passant par ses joues de manière que sa peau fût tiré vers le bas. Tout en clignant elle réfléchissait. C’était embarrassant et elle avait tout de même peur qu’il allait l’envoyer dans les roses comme son chauffeur. Autant lui parler ouvertement, comme avec tout le monde… Sauf qu’elle savait ce qui pouvait arriver si elle ne pensait pas avant de parler. Bon, aux moins cette fois les tabloïds n’étaient pas à porté de vue, mais elle avait déjà blessé son hôte auparavant et elle ne voulait pas recréer cette histoire horripilante. En soupirant elle pensa avec détermination:

Oui, soit hônette.

‘Je ne sais que vous dire, en vérité.’
elle secoua sa tête en regardant son hôte dans les yeux ‘Votre employé vous a prit à part trois fois, vous êtes mal en point et je ne peux continuer à ignorer la situation.’

Oh qu’est-ce qu’elle avait du mal à s’exprimer. Entre temps elle cherchait ses mots, elle ne voulait pas lui faire de mal une seconde fois et elle voulait préserver sa dignité, mais ça elle ne savait pas si c’était tout à fait possible. Toujours pas certaine si il était terriblement mal à l’aise dans les spa, s’il n’aimait pas être touché par les gens, s’il avait faim ou s’il était malade, elle voulait s’assurer et être sur la même longueur d’onde. La différence entre elle et un rottweiler est qu’un rottweiler éventuellement lâche prise.

‘Écoutez’ elle se pencha en posant ses mains sur ses genoux ‘je ne vais pas prétendre comprendre car… en vrai je ne sais pas ce qui se passe. À en voir vos réactions je peux juste imaginer que c’est dû à votre condition. Je tiens à ce que vous soyez honnête avec moi car je veux savoir si… je peux vous aider, d’une manière ou d’une autre.’

Ça y est. Il y avait plusieurs étapes à la “Princesse au Gin”, la première était l’irritation ou parfois directement la colère, la deuxième était un état émotionnel particulier qui pouvait aller en deux senses. Normalement pendant les tendres moments de ses romcoms, elle ne pouvait s’empêcher de pleurer et c’était un rituel important pour elle quand la tension était haute. Cette fois elle n’avait pas vraiment contrôlé sur la situation, elle se retenait d’aller dans l'émotionnel et de commencer à chouiner. La princesse tenait à clarifier ce qu’elle voulait dire, tout de même.

‘Je ne suis pas bonne avec les mots. Je ne saurais que vous dire, mais je tiens à ce que vous sachiez que je veux être là. Pour vous.’

Elle baissa son regard en fronçant quelque peu ses sourcils. La température commençait à monter. C’était gênant.

Prépare toi à un rejet, jeune fille. Accroche-toi bien.

S’exprimer correctement et sincèrement ne lui venait pas facilement, elle se doutait qu’Esteban était un peu comme elle. Parler ainsi lui donnait des relents de l’histoire avec Giovanni, mais cette fois il n’y avait que très peu de doutes sur la séxualité de l’héritier!
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi - Page 3 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 3 Icon_minitimeSam 26 Oct - 23:06

Il attendait que Tess prenne la parole afin de lui expliquer les raisons de cet interlude, et il se sentait très nerveux. Que pouvait-elle vouloir lui dire que les oreilles ni de Patrick, ni d'Octavio ne devaient entendre ? Allait-elle le réprimander pour son manque de prévenance ? Après tout, choisir de ne pas se nourrir n'était pas le comportement le plus précautionneux qu'il aurait pu adopter... Il avait ses raisons, mais la jeune femme ne les voyait pas forcément.

"Je ne sais que vous dire, en vérité."

Cette première affirmation le fit cligner des yeux, surpris. Ce ne devait pas être tout à fait vrai... Après tout elle ne pouvait pas avoir renvoyé tout le monde sans avoir au moins une vague idée de ce qu'elle voulait lui dire en privé.

"Votre employé vous a prit à part trois fois, vous êtes mal en point et je ne peux continuer à ignorer la situation."

Voilà qui lui fit baisser les yeux de honte. Elle avait remarqué. Elle avait même compté les interventions d'Octavio, et elle avait fait le lien entre ces dernières. Elle comprenait donc qu'il avait refusé à trois reprises les propositions de son employé. Il espérait qu'elle ne lui demanderait pas pourquoi car il n'était pas prêt à entrer dans les détails.

"Je tiens à ce que vous soyez honnête avec moi car je veux savoir si… je peux vous aider, d’une manière ou d’une autre.

Il releva la tête, aussi étonné que mal à l'aise. Non.. Voyons, non. Elle ne pouvait pas "l'aider". Il n'en était pas au point d'avoir besoin d'assistance... pas au sens où elle l'entendait certainement, tout du moins. Car elle ne pouvait tout de même pas être en train de se proposer pour...

... Non. C'était de toute façon parfaitement hors de propos. On ne buvait pas le sang d'une princesse royale. Cela figurait dans la liste de tous les dérapages qu'il s'évertuait à éviter. Quel scandale ! Personne ou presque n'en aurait jamais rien su, mais ce n'était pas une raison pour se permettre de tels écarts.

... Même si c'était probablement le seul contact intime qu'ils pourraient jamais avoir, vite oublié grâce aux vertus cicatrisantes de sa salive.

Non. Hors de question d'y penser. Il avait toujours fait de son mieux pour considérer la morsure de la façon la plus neutre possible. Pour lui, c'était un acte mécanique et nécessaire, rien de plus. Il avait besoin d'ériger cette muraille psychologique, car l'idée de donner involontairement du plaisir à une personne différente toutes les nuits faute au venin vampirique le dérangeait au plus haut point . Il s'en détachait autant qu'il en était capable et ce n'était pas le moment qu'il change de perspectives.

Elle paraissait très retournée, il peinait à comprendre pourquoi. Quelque chose tirait la sonnette d'alarme dans son esprit. Les termes qu'elle utilisait n'étaient pas anodins. Il avait l'impression qu'en un sens, elle peinait presque autant que lui à garder la distance qu'on attendait de leur part.

... Depuis combien de temps fixait-il sa jugulaire sans ciller, exactement ? Se rendant compte de ce qu'il était en train de faire, Esteban déglutit, puis cligna des yeux. La soif qui donnait à son regard l'apparence d'un puits sans fond s'estompa légèrement. Il entendait le pouls de la princesse battre doucement dans ses veines et à cette distance, il était capable de sentir l'odeur sucrée de son sang. Il fallait absolument qu'il parvienne à se concentrer sur autre chose. Ça tombait bien : sa réponse était attendue.

"J'apprécie que vous vous fassiez ce souci pour moi, mais vraiment ce n'est pas la peine..."

C'était trop tard pour jouer la discrétion. Il détestait parler de tout ce qui le reliait à sa condition vampirique, surtout lorsque c'était avec des normes, mais il n'avait plus d'autres choix. Elle lui avait demandé d'être honnête. Et il ne voulait de toute façon pas lui mentir. Contrarié mais résigné il soupira et posa les mains sur ses genoux, en même temps qu'il baissait encore les yeux pour parler, bien incapable de la regarder en face tandis qu'il lui faisait ces aveux :

"En réalité... Je suis atteint d'un trouble phobique qui m'empêche de me nourrir dans des poches, ou dans le moindre récipient indirect. J'ai voulu vous donner rendez-vous dès le coucher du soleil afin que nous puissions profiter le plus longtemps possible du bateau mais... Vous le savez, je ne suis rentré que récemment du Mexique, j'ai perdu la plupart de mes contacts... Bref. Je n'ai pas pu m'organiser."

Il aurait pu boire le sang d'Octavio lorsqu'ils étaient encore au penthouse, mais c'était quelque chose qu'il évitait autant qu'il en était capable. Il n'aimait pas se nourrir de personnes qui étaient trop proches de lui... C 'était gênant. Et puis il avait eu besoin qu'il soit parfaitement fonctionnel pour conduire la limousine.

"Mais ne vous inquiétez pas, je vous prie... Ce n'est qu'une nuit. Le jeun ne m'aurait posé aucun souci si..."

Il aurait pu exposer la nature de son garde du corps à Tess, mais il avait décidé de s'en abstenir alors qu'ils n'avaient même pas encore quitté l'appartement. Son avis sur la question n'avait pas évolué : il ne voulait pas causer de problèmes à cet homme. Cela demandait à ce qu'il tronque légèrement la vérité :

"... Ce masseur n'avait pas été un métamorphe. C'est ce qui a eu raison de mon contrôle, rien d'autre, je vous l'assure..."

On en revenait toujours au même problème : la gorge serrée, il pria intérieurement pour qu'elle ne se vexe pas à l'idée qu'il se soit permis de la mettre dans cette situation. Passer la nuit aux côtés d'un vampire exsangue ne faisait pas partie des recommandations qu'on faisait aux jeunes filles normes, quoiqu'il en dise.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi - Page 3 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 3 Icon_minitimeDim 27 Oct - 20:51

Tess observait ses réactions au fur et à mesure qu’elle parlait, il semblait avoir honte et elle se sentait mal à l’aise de le mettre dans une situation pareille. La dernière chose dont le jeune homme avait besoin était d’une princesse ivre, qui secouait son doigt comme une mère qui venait d’attraper son fils fumer pour la première fois.

La réaction qu’elle vit en offrant son assistance la perturbait, il était étonné et mal à l’aise et Tess s’attendait à ce qu’il l’envoie balayer. Elle rougit, mais continua en clarifiant ce qu’elle tenait à lui dire quand elle remarquait qu’il semblait regarder comme à travers d'elle. Pendant un instant elle se demandait s’il était vraiment là. La lumière était allumée, mais c’était comme-ci il n’y avait personne à la maison. Après avoir cligné des yeux il essaya de la rassurer, cependant quelqu’un dans cet état qui disait que ce n’était pas la peine de se soucier était comme un Britannique qui venait de se faire couper le bras, refusait d’aller chez le docteur en demandant juste un petit pansement.

Tess l’écoutait avec beaucoup d'attention. Finalement c’était dû à la faim. Il n’était pas malade, elle ne le rendait pas spécialement mal à l’aise (sauf si c’était son sang…?) et il n’avait pas un problème avec les spa en général. Une porte étrange venait s’ouvrir dans son esprit, derrière cette porte était un monde complètement inconnu et il lui fallait un peu de temps pour comprendre ce qu’il disait. Déjà lente dès qu’il s’agissait de traiter des informations, alors maintenant dans son état c’était pire…
Il voulait qu’ils profitent du bateau le plus longtemps possible… C’est-à-dire à deux, il voulait profiter de sa compagnie le plus longtemps possible, mais vu qu’il n’avait plus aucun contact pour… quoi au juste? Les manger?

… Oh. C’était comme “booty call” en fait. Il en avait plusieurs des contacts…? Ses yeux étaient écarquillés, mais son visage représentait un mélange d'inquiétude pour son hôte et de surprise. Ce monde était tellement éloigné du sien, elle peinait à comprendre, pourquoi est-ce que le sang de métamorphe était aussi différent? Il semblait avoir déjà des difficultés avant, maintenant cela semblait empirer… si finalement il n’allait pas tenir? Quelles seraient les conséquences? Tess était elle aussi mal à l’aise, mais plutôt parce qu’elle venait de s’ouvrir sentimentalement et de pénétrer ce monde qui lui était étranger.

‘Vous me dites que je n’ai pas besoin de me faire de souci pour vous’ elle répéta, sans broncher ‘mais je vous vois. J’essaye de ne pas regarder et d'ignorer les signaux, car ce n’est pas chose faite, mais je ne peux ignorer que vous avez du mal. J’apprécie tout ce que vous avez fait pour rendre cette soirée unique, cependant je ne peux en profiter entièrement si vous n’êtes pas...ici. Je suis toujours seule et je n’en peux plus d’être seule.’

Ce n'est que vers la fin que la voix de la jeune femme commençait à craquer. La Princesse au Gin passa au stade émotionnel et ça ne semblait pas s'améliorer. Elle voulait se rapprocher, mais elle ne pouvait pas, comprenant qu’il avait beaucoup de mal à retenir sa faim et que ça serait finalement pire si elle décidait d’aller pour une etreinte. Tess se mordit la lèvre, entièrement gêné par son manque de tact et cette ouverture qui finalement n’avait pas lieu où que ça soit. Son père avait vu tous les stades… Elle espérait vivement qu’Esteban n’allait pas être le deuxième à tout voir. Son regard baissé, elle émit un long soupir avant de reprendre la parole.

‘Pardonnez-moi.’
elle se frottait les yeux de son pouce et son indexe ‘Les gestes sont plus éloquents que les mots… On dirais que je ne peux faire ni gestes ni mots à ce stade.’ elle sourit tristement à sa réplique ‘Je veux vous aider. Dites-moi ce que je peux faire.’

Oh mon Dieu, Tess, tu es entiérement pathétique. Ressaisi toi.
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi - Page 3 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 3 Icon_minitimeLun 28 Oct - 10:12

Touché. Il avait beau s'en défendre, la soif certes initialement éveillée par la présence des deux métamorphes à proximité ne se calmerait pas si facilement. C'était le sang de Tess qui l'attirait à cet instant précis, au point qu'il s'était un peu oublié et qu'elle avait certainement remarqué la façon dont il avait louché sur sa veine jugulaire.

"J’apprécie tout ce que vous avez fait pour rendre cette soirée unique, cependant je ne peux en profiter entièrement si vous n’êtes pas...ici. Je suis toujours seule et je n’en peux plus d’être seule."

Il soupira à nouveau, dépité. Tout cela semblait les mener à une unique issue acceptable. Cela dit, il doutait qu'elle satisfasse entièrement Tess car le manque de sang n'était pas l'unique raison de la distance qu'Esteban prenait, volontairement ou non. Il y avait bien d'autres façons dont il craignait de s'oublier en présence de la jeune femme, surtout lorsqu'ils étaient dans cette tenue et qu'ils s’apprêtaient à profiter du spa dans un quasi tête à tête. Une fois qu'il aurait bu du sang il cesserait d'être perturbé par celui des employés métamorphes et il ne risquerait plus de vouloir sauter sur son invitée pour en faire son casse-croûte, mais de bien d'autres manières la situation deviendrait plus gênante... Plus risquée. Il lui faudrait redoubler de précautions et il avait l'impression que ça n'allait pas plaire à la princesse.

... Mais que voulait-elle de lui exactement, à la fin ? Il fallait bien dire aussi qu'elle n'était pas très claire. Elle paraissait aussi consciente que lui de l'impossibilité de toute forme d'histoire entre eux et pourtant, elle l'entraînait dans des situations fondamentalement ambiguës. On aurait dit qu'elle cherchait à approcher au plus près du précipice afin de profiter de la vue, de s'imaginer, peut-être, sauter à la ligne dans son immensité, tout en pensant qu'elle ne risquait rien malgré les pierres roulantes sur lesquelles elle pouvait à tout moment trébucher. Savait-elle seulement ce qu'elle faisait ?

Les gestes plus éloquents que les mots... Mais de quels gestes parlait-elle ? Il ne comprenait pas où elle voulait en venir, et encore moins pourquoi elle paraissait aussi tourneboulée. Pourquoi demander à leurs employés de partir ? Était-ce la contrariété de le sentir "ailleurs" durant quelques minutes tout au plus qui avait suffi à la mettre dans un pareil état ?

Que pouvait-elle faire pour l'aider ? Encore cette question, posée sur un ton désespéré, comme si elle s'imaginait pouvoir obtenir de lui une réponse différente en insistant une fois supplémentaire, sans changer de discours. Il secoua la tête de droite à gauche, ne sachant trop quoi lui répondre. Il pensait avoir été clair la première fois : il n'y avait rien qu'elle était en mesure de lui offrir - et qu'il soit convenable de lui demander.

En définitive, il était très confus. Il prit la parole sur un ton très doux :

"Mademoiselle... Je voudrais vous satisfaire, mais je ne comprends pas ce que vous attendez de moi."

Il s'appuya sur ses deux mains et descendit de la table, prêt à rejoindre Octavio à l'extérieur.

"Mais ce que je comprends, c'est que mon abstinence vous perturbe... Laissez-moi quelques minutes. C'est un problème que je peux régler rapidement. Ensuite de quoi, je serai tout à vous."

Non. Il ne pouvait pas partir comme ça, en laissant la moitié de leurs soucis en suspens, s'enfonçant toujours plus profondément dans le domaine du non-dit où ils ne feraient que se gangrener et creuser le gouffre qui existait entre eux. Légèrement craintif, il redressa les yeux sur Tess qu'il se mit à fixer avec une détermination frileuse, mais solide.

Était-il vraiment sur le point de dire ça ?
Oui. Il fallait qu'ils soient clairs l'un avec l'autre sans quoi il ne s'en sortiraient jamais.

"... Mais. Il faut dire les choses en ces termes. Je vous aime beaucoup, Tess. Cela dit nous savons tous les deux que c'est une impasse, pour toutes les raisons que nous connaissons. Que sommes-nous en train de faire... Nous jouons avec le feu, vous ne croyez pas ? Pardonnez moi si ce n'est que mon impression..."

Panique. Pour quoi allait-il passer, si elle ne partageait pas son sentiment ? Diable... Cette ambiance intime lui faisait prendre des initiatives qu'il n'aurait jamais osé avoir avec elle en temps normal. Il n'aurait pas dû se permettre de lui parler sur ce ton... Ne venait-il pas, par réflexe, d'utiliser le diminutif de son prénom sans y ajouter le moindre titre ? C'était dangereux... Il l'avait bien dit !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi - Page 3 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 3 Icon_minitimeLun 28 Oct - 13:01

Elle n’était pas claire et elle le savait. C’était toujours un gros problème, qu’elle soit sobre ou ivre.

Je te veux, toi. Personne ne nous verra, on peut faire ce qu’on veut, pourquoi se retenir?

Sa gorge serré et sa respiration en pause, elle devait se retenir de dire cette chose qui lui était entièrement inappropriée. Tess, qu’elle le veuille ou non, était une princesse et ce n’était pas à elle de lancer son dévolu sur quelqu’un. Traditionnellement, c’était à l’homme de le faire et cela n’allait pas changer… elle s’en mangeait les doigts en le faisant avec Giovanni et c’est bien pour cela qu’elle n’allait pas faire ce premier pas qui l’angoissait. Après un autre gin peut-être, mais cela risquait carrément de tourner de travers.

Il allait finalement rejoindre Octavio et c’est à ce moment qu’elle exhala. Tout à elle? Une petite lueur d’espoir venait de pointer le bout de son nez et c’était peut-être un signe que tout allait se dérouler comme sur des patins à roulettes…
… Sauf qu’il commençait à la fixer avec un air incertain, craintif. Elle se sentait stressé, mais une fois de plus elle s’arrêta de respirer quand elle entendit ces mots:

“Je vous aime beaucoup, Tess.”

À deux doigts d’émettre un son inapproprié, elle se retint de quelconque réactions. La jeune femme avait l’impression de rêver, c’était finalement dit et il avait fait ce premier pas. Tout ce qu’elle entendait était qu’il l’aimait beaucoup, le reste ne comptait pas, pour l’instant. Ce qu’il venait d’organiser était parce qu’il l’aimait. Beaucoup. La jeune femme voulait le lui dire sauf que ce qui suit rendait la situation bien plus différente qu’elle ne l’imaginait.
Une impasse, jouer avec le feu…

...Mais? Ne venait-il pas de lui dire qu’il l’aimait beaucoup? Aimer (beaucoup) quelqu’un devait être assez pour pouvoir surmonter ce genre d’obstacle, aimer (beaucoup) quelqu’un pouvait mener sur un chemin bien plus difficile, mais ce n’était pas important.
Dramatisant le tout dans sa tête, elle commençait à avoir la nausée. Une fois de plus, ça sentait le Giovanni tout craché, sauf que c’était pire… Là où Gio était simplement pas intéressé car elle était une femme, Esteban semblait tout à fait intéressé, mais elle était une princesse et lui… était un Vampire. Voilà. Tout à fait simple, c’était interdit et Tess se voilait entièrement la face pendant qu’Esteban essayait de garder un minimum d’apparence. Au final cela disait bien plus sur son caractère et à quel point il faisait très attention pendant qu’elle se jetait dans des situations sans vraiment y penser. Ils étaient différents… dans sa naïveté et dans son idéalisme, Tess se voyait dans un scénario Shakespearien, sauf que tout le monde connaissait la fin de Roméo et Juliette. Quelque chose qu’Esteban pouvait anticiper, même dans son état de faiblesse.

Gêné, elle avait simplement envie de se poser sur son ventre sur la table de massage et frapper aux moins cinq bonnes fois de son front pour faire partir ce mal de coeur qu’elle avait, aux moins le mal de tête réussirait à la distraire. Tess ne pouvait pas le laisser partir de la pièce sans lui avouer de même, elle le lui devait et le nier serait mentir et la princesse ne mentait (presque) jamais.

‘Je...Ah.’ elle se frottait la joue de sa main, sentant qu’elle faisait aux moins 60 degrés ‘Non, ce n’est pas que votre impression. Je vous aime beaucoup, Esteban et… Voilà… J'espérais…’ les pauvres rouages ne fonctionnaient plus, elle voulait s’approcher, mais cela était interdit pour plusieurs raisons et ça serait entièrement injuste envers son hôte qui avait du mal à retenir sa faim, ça serait prendre avantage d’une situation qui pouvait très mal se terminer. Rouge de honte elle se décidait d'admettre ce qu'elle voulait au fond ‘... Je pensais que… Vu que nous sommes seuls, je croyais que ça allait se… dérouler différemment.’

N’explose pas.

L’accent sur les deux derniers mots ne laissait pas beaucoup à imagination. Tess n’en pouvait plus de sa propre naïveté, elle se demandait pourquoi elle se laissait emporter à chaque fois dans des situations qui lui étaient inaccessibles. La princesse voulait fuir cette situation et se terrer quelque part où son état serait caché de tout le monde aux moins quelques minutes, histoire de récupérer son cerveau qu’elle avait l’impression de sentir couler de ses oreilles.

‘Je vous remercie.’ elle était revenue à son état d’avant, souriante, sauf qu’on sentait une fois de plus l’auto-pilote, elle s’était refermée comme une palourde histoire de se préserver de plus d’embarras qu’elle ne le voulait ‘Je ne vais pas procéder avec un massage pour l’instant, je vais visiter le sauna. Venez me voir quand vous serez prêt!’

En s’appuyant, elle descendit de la table aussi et se dirigea vers la porte en souriant. On aurait dit que tout allait bien, mais Patrick l’observait avec une once d'inquiétude de ses yeux verts.

‘Patrick’ elle lui lança un regard aimable ‘profitez de votre traitement, je serais dans le sauna, je ne vais nulle part ailleurs.’

Elle s’éloignait de tous. Sourire toujours figé sur son visage, elle tenait juste à partir un moment pour récupérer ses pensées et arrêter de scénariser sa relation impossible avec le jeune héritier. En descendant les escaliers, la princesse s’était retrouvé à la piscine et s’arrêta brièvement devant celle-ci. Sans attendre, elle s’agenouilla et plongea sa tête entièrement dans l’eau. Au diable les bouclettes et son effort, à cet instant précis la jeune femme libéra sa frustration dans l’eau. En regardant le couloir en verre par lequel elle venait de passer une seconde fois, elle voyait Patrick l’observer de loin avant qu’elle n’arrive près de la porte du sauna. Il n’avait pas l’habitude de la voir dans un état pareil et évidemment il se faisait du souci, mais histoire de ne plus l’inquiéter elle lui fit signe de main comme pour dire “coucou” accompagné d’un grand sourire enfantin. Le garde du corps quitta le couloir, pas plus rassuré et son sourire tomba directement comme les rideaux d’une pièce de théâtre.

En ouvrant la porte elle avait plusieurs choix de pièces. Elle alla vers le sauna traditionnel en bois, car dans son état elle n’allait pas aller dans le sauna qui était rempli d’alcool, ça ne serait pas très sage. La bouffée de chaleur toucha son visage brusquement et en fermant la porte derrière elle, la princesse fit tomber son peignoir, sans prendre la peine de l’accrocher et s’allongea sur un des bancs en bois qui se trouvaient en hauteur. Cette fois elle pouvait essayer de penser clairement et sans interruptions. Elle en avait besoin… Quelques petites minutes avant qu’Esteban ne revienne.
Que faire? À vrai dire il n’y avait rien à faire, elle n’avait pas le choix que de se plier à la décision qui leur était imposé dès le départ. Ses sentiments faisaient du saut à l’élastique et il lui était difficile de se calmer afin de penser clairement. Faire comme-çi de rien n’était? Espérer que quelque chose allait changer alors qu’ils savaient tous très bien que c’était interdit?

Elle eut comme une envie de crier sa frustration et de pleurer, mais au lieu de cela elle changea de position et plaça ses jambes contre le mur et sa tête en arrière en espérant que la pression allait faire le tout bouger.

Non, n’attends rien. S’il vient vers toi tu verra à ce moment précis. Présume que rien ne se passera… Absolument rien. Ne te fais plus de faux espoirs, tu as déjà eu ton lot. Soit amicale… rien ne t’empêche d’être ami avec lui. Oui, de bons amis.

Il lui faudrait un peu plus de temps pour s’en convaincre, mais planter la nouvelle graine dans la tête n’était pas plus mal. Finalement c'était l'affaire Giovanni.
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi - Page 3 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 3 Icon_minitimeLun 28 Oct - 17:13

Il retint un soupir de soulagement. Il venait de prendre un risque conséquent en se permettant une déclaration parfaitement inappropriée. Aurait-elle été sur une longueur d'onde différente de la sienne, elle aurait pu s'en offusquer, et à raison. A une époque, il aurait pu former un parti original mais tout à fait valable, il se serait en quelque sorte senti autorisé à lui faire la cour. Compte-tenu de sa nature - et notamment de leur incompatibilité biologique, tant en terme de reproduction que de vieillissement - c'était devenu parfaitement inconcevable. Un tel manquement aux règles aurait été inacceptable. De sa part, cela aurait été d'une impolitesse monstre. Il n'avait pas l'intention de bafouer l'étiquette.

... Alors, qu'avait-elle pu espérer, exactement ? Il était profondément confus, ce qui se voyait à la façon dont il la fixait, la bouche entrouverte, les sourcils légèrement froncés.

"... Je pensais que… Vu que nous sommes seuls, je croyais que ça allait se… dérouler différemment."

Il écarquilla les yeux de surprise. Là, subitement, c'était très clair. Avait-elle vraiment imaginé qu'il profiterait de ce moment d'intimité totale pour... Pour quoi, exactement. Initier un rapprochement interdit ? C'était vrai, l'idée lui avait traversé l'esprit, notamment à cause de la soif. Mais de là à la mettre à exécution ? Non ! Diantre non... Il n'était pas ce genre de personne. Il avait bien trop de respect pour elle, il ne l’entraînerait pas dans la clandestinité. Il ne serait pas l'instigateur d'un scandale, d'une mésentente radicale avec sa famille. Il ne la mettrait sciemment pas en difficulté. Qui plus est il savait qu'ils seraient deux à en souffrir : leur histoire n'avait aucun avenir.

"Mademoiselle... Cela a très peu à voir avec qui nous  regarde faire ou non... Faire une chose pareille... Ce n'est pas ma place. Sans savoir ce que vous désiriez qui plus est... Je ne me le serais jamais permis..."

Et comment aurait-il pu deviner qu'elle voulait qu'il... se montre moins sage ? Voyons. Entre l'influence du charme vampirique qu'il se devait de prendre en compte à tout instant, l'interdiction tacite qu'ils avaient de devenir plus qu'amis et le fait, tout bêtement, qu'elle ait retiré son invitation au séminaire de gymnastique à l'instant même où il lui avait fait part des difficultés auxquelles il lui faudrait se confronter... Tout lui indiquait la retenue aussi efficacement que si une dizaine de panneaux "stop" tournaient autour de la princesse en permanence.

Une histoire d'un soir ne l'intéressait pas. Il n'en garderait pas un souvenir agréable. Ce ne serait qu'un échec supplémentaire à rajouter à sa liste : celle de comment il aurait réussi à corrompre une jeune fille parfaitement innocente en usant de son charme surnaturel et en ne sachant pas refréner ses ardeurs.

Il y avait aussi qu'il ne voulait pas prendre le risque de vraiment tomber amoureux. Quel intérêt, si c'était seulement pour se morfondre face à l'impossibilité d'être ensemble ? Car il n'y avait aucune illusion à se faire : ils ne pourraient pas être ensemble. Tess n'avait pas le courage de l'inviter à un bête gala de sport, alors braver les interdits royaux pour qu'ils puissent vivre cette histoire ? Ça n'arriverait jamais. Et qu'on soit clair, Esteban ne serait pas un secret honteux que la jeune fille cacherait dans son placard et ressortirait dans les moments où elle aurait besoin de réconfort. Elle n'était pas la seule à mériter mieux que ça.

Elle n'avait pas l'air bien, elle voulait s'éloigner, et il la comprenait. C'était tragique. C'était rageant. L'air paraissait soudain très lourd et le silence très profond. Prendre pleinement conscience de ce qu'ils voulaient faire tous les deux alors qu'ils ne le pouvaient pas rongeait progressivement sa bonne humeur difficilement retrouvée. Sa nature de vampire semblait n'en avoir jamais fini de lui gâcher la vie. Même lorsque les choses allaient mieux, il fallait toujours qu'une nouvelle frustration apparaisse. Voilà qu'il avait une boule douloureuse dans la gorge.

"Très bien. Je serai bref."

Dès qu'elle fut sortie, l'héritier plaqua ses mains contre ses joues et tira dessus, laissant librement cours à sa contrariété. Il frotta son visage avec ses paumes jusqu'à ce que Patrick, les deux masseurs et Octavio le rejoignent. Devant eux, il tenta de faire bonne figure. Ce qui venait d'arriver ne les concernait pas, il ne voulait pas qu'ils se fassent des idées. Il se tourna vers les membres de l'équipe du spa.

"Vous pouvez disposer. Finalement, nous n'aurons pas l'usage de vos services pour le moment... Merci."

Tess n'était pas la seule à ne plus être d'humeur pour ce fameux massage. Il attrapa le regard de son chauffeur.

"Octavio... Si vous voulez bien venir quelques minutes avec moi, je pense avoir besoin de vous."

Ce revirement n'était pas franchement inattendu. Le colombien paraissait surtout soulagé qu'Esteban n'ait pas succombé à l'envie de boire le sang de la princesse alors qu'ils n'étaient que tous les deux. Ils saluèrent tout le monde puis s'éclipsèrent dans les vestiaires, où Octavio offrit son poignet au jeune Luz-Descalzo, comme cela leur était arrivé à de nombreuses reprises par le passé. Il parvenait efficacement à masquer l'effet que la morsure lui faisait, ce dont Esteban lui était gré.

Le repas lui fit du bien. Il se sentait nettement plus frais, vif, disponible, capable de faire face à tout ce qui pouvait l'attendre. Sa peau ne paraissait plus grisâtre, elle avait retrouvé sa teinte naturelle de caramel doré. Il lui serait bien plus difficile de cacher ce que Tess lui inspirait mais, après ce qui venait de s'être dit, l'enjeu ne serait certainement plus le même.

"Merci Octavio... Vous devez être fatigué. Je vous en prie, n'hésitez pas à profiter des services du spa à votre tour, cela vous fera certainement du bien."

... Le sauna, avait-elle dit. Pas vraiment mieux que le jacuzzi. Ce n'était pas le point de rencontre idéal étant donné la façon dont leur précédente discussion s'était achevée, mais mieux valait qu'il l'y rejoigne tout de même. Il ne voulait pas qu'elle s'imagine qu'il la fuyait. Il n'eut aucun mal à trouver son chemin jusqu'à elle car d'infimes perceptions lui permettaient de se diriger : il entendait son cœur battre dans sa poitrine et savait, de ce fait, quelles pièces étaient vides, laquelle ne l'était pas.

Il ouvrit la porte et s'essaya au sourire le plus aimable dont il était capable. Ça n'avait pas besoin d'être plus embarrassant que ça l'était déjà.

"C'est bon, me voici. J'espère que le sauna est à la hauteur de vos attentes... Oh ! Cela mouille t-il donc les cheveux à ce point ?"

Il venait de voir que ceux de la princesse étaient détrempés. Il leva les mains sur sa tête, laquelle était encore parfaitement sèche malgré l'humidité ambiante. Eh bien, il supposait qu'ils auraient l'utilité de ce coiffeur, finalement. Il avança pour s'asseoir, sans prendre la peine de retirer son peignoir, cependant. Il étouffait déjà, mais vraiment avec tout ça il était encore moins sûr de vouloir se déshabiller. Il détournait sensiblement les yeux pour éviter de trop regarder Tess, laquelle était de nouveau en maillot de bain. Pouvait-il vraiment se contenter de cette réplique ? De faire comme si de rien n'était ? ... Non. Ce goût d'inachevé, de fausseté, lui était parfaitement insupportable.

Pourtant, rien ne voulait sortir. Tout ce qu'il trouvait à dire sonnait trop comme de plates excuses pour justifier une sorte de râteau qu'il lui aurait mis... sauf que c'était parfaitement inadapté. Ce n'était pas sa décision. Ce n'était même pas sa volonté... Il ne voulait pas que ça sonne comme si c'était le cas.

Et elle était là. Juste à côté de lui. Il sentait cette attirance magnétique qui lui disait de se tourner, de lui faire face, peut-être même de la toucher, de lui prendre la main, de l'étreindre... N'importe quoi. Rien de tout cela n'était possible. Finalement, c'était encore pire de savoir qu'elle partageait son sentiment. Si elle n'avait pas été intéressée, la situation aurait été beaucoup plus simple. La frustration lui fit monter les larmes aux yeux. Il s'adossa contre le mur en soupirant et se mit à fixer le plafond.

"... S'il y avait une chose, une seule chose que vous deviez changer à votre vie... Qu'est-ce que cela serait ?"

C'était sorti tout seul. Plongé dans la mélancolie, il s'était à peine rendu compte qu'il avait effectivement parlé, plutôt que pensé cette question pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi - Page 3 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 3 Icon_minitimeLun 28 Oct - 22:33

Elle avait l’impression d’avoir dit quelque chose d’absolument obscène alors que ce n’était pas ce qu’elle voulait dire à la base. Dans sa naïveté elle voyait une scène plutôt innocente se dérouler, une scène où le garçon et la jeune fille allaient regarder un coucher de soleil et échanger un baiser et sans plus (car finalement, la majorité des films qu’elle avait regardé étaient appropriés pour les jeunes de 12 ans avec permission des parents… et encore). Horrifié par la réalisation, elle fronça des sourcils et baissa la tête… Avant de se ressaisir et aller en auto-pilote.

Après cet épisode fâcheux, Tess attendait et ruminait dans le sauna pendant que Patrick revint dans le spa. Voyant la couleur caramel doré de l’héritier, le garde du corps semblait plus décontracté et moins sur les nerfs qu’avant, mais il ne savait pas ce qui s’était déroulé derrière les portes et entre les deux jeunes gens. La meilleure chose pour lui était de laisser les jeunes gens se démerder entre eux, il avait des enfants et des petits enfants qui venaient demander conseil et à chaque fois il ne savait que trop leur dire à part : parlez-en.
Quand Esteban quitta les lieux, c’est Patrick qui invita Octavio dans la salle qui était maintenant libre afin de profiter du fait que les masseurs étaient déjà là.

Quand à Tess, elle avait les yeux fermés, la chaleur l’étouffait, mais c’était le genre de choses qui lui plaisait. Pousser son corps était finalement plus facile que pousser son esprit et son état d’âme dans ce genre de situations. Ces quelques moments semblaient longs, elle était resigné au fait qu’elle avait une fois de plus commis un faux pas et que peut-être avoir un porte-parole pour ses rencontres impromptues et sociales était une bonne idée, une idée de son frère Edward, mais quelque part il avait raison. Après, il faudrait que ça soit quelqu’un qui sache déchiffrer son cerveau et son langage…

Elle entendait la porte s’ouvrir et en entrouvrant les yeux elle vit le jeune héritier rentrer. En lui rendant le sourire, elle remarquait qu’il avait l’air différent, sa peau n’était plus grisâtre… Elle avait une magnifique couleur qui lui faisait penser à la plage, la mer, le beau soleil… Il était très beau et elle referma les yeux assez vite pour ne pas le fixer. Après tout, cette porte lui était complètement fermé. Il faisait un peu de conversation qui semblait légère, sa nature Britannique fit qu’elle le lui rendit avec facilité:

‘Ce sauna est excellent, merci de demander.’ elle émit un petit rire ‘Non, les cheveux mouillés sont entiérement de ma faute!’

J’avais besoin de décompresser.

Était ce qu’elle voulait dire. Cependant elle refoulait tout comme jamais. Ce n’est que quand elle l'entendit soupirer qu’elle tourna sa tête vers lui. Il fixait le plafond et elle avait l’occasion de l’observer, pas très longtemps… juste un peu. Le fixer lui ferait plus de mal que de bien, c’était comme regarder un soleil bien trop longtemps. Il avait beau être magnifique, elle allait s’abîmer la vue.
Sa question l’avait prise au dépourvu, ce qui fit qu’elle changea de position une fois de plus. Elle se mit sur son ventre et posa son menton sur ses bras, fixant le mur qu’elle avait devant elle.

Une liste de chose, ça compte?

Était sa pensée initiale. Une fille bourré de talents, d’un corps que beaucoup envient et d’une famille aussi prestigieuse… une personne ordinaire n’aurait pas pensé que la princesse voulait changer quoi que ça soit. Elle avait tout. Cependant, elle souffrait d’une mésestime de soi et elle vivait ses faux pas au jour le jour, la seule chose qui l’arrêtait dans le cercle vicieux de cette haine de soi-même était le sport... Une fois de plus les rouages ne fonctionnaient pas, mais elle appréciait le silence du sauna pendant qu’elle réfléchissait. L’autre chose qu’elle aurait voulu changer était ce gouffre entre eux, elle aurait voulu changer ses mots et tout ce qu’elle lui avait dit jusqu’à présent… À part son petit secret. Cela lui avait fait un bien fou de parler du contorsionnisme.

Elle vivait avec un grand regret, mais cela ne touchait pas à son présent, c’était quelque chose qu’elle aurait voulu changer dans son passé, mais pas dans son présent. Finalement, il fallait faire face à la vérité et l’admettre était difficile. Cela s’entendait dans sa voix.

‘Mon manque de confiance en moi... En autrui.’
elle posa son menton sur sa main, s’accoudant sur le banc.

Tess ne sentait pas l’envie d’élaborer, ni d’en parler… c’était un problème qu’elle devait prendre par les cornes toute seule. Si elle arrivait à changer le tout et avoir plus de conviction… Oui, ce serait parfait. Elle ne devrait pas se remettre en question à chaque pas et elle arrêterait d’imaginer que tout le monde n’attendait que de s’en prendre à sa petite personne. C'était le cas des tabloïds, mais pas de gens normaux. Son frère n’aidait pas depuis plusieurs années, un porte-parole à chaque pas non plus…

Elle avait une bonne idée de ce que Esteban pouvait dire.

‘Et vous?
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi - Page 3 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 3 Icon_minitimeMar 29 Oct - 12:53

Pour Esteban, il n'y avait pas d'acte insignifiant. Ainsi, Tess aurait été plus claire vis-à-vis de ce qu'elle avait pensé voir arriver une fois les portes fermées derrière leurs employés que ça n'aurait rien changé. Par ailleurs le jeune homme n'avait rien imaginé de plus que le baiser envisagé par la princesse, et c'était bien cette idée qui l'avait à ce point effarouché. C'était déjà de trop : cela aurait modifié leur relation, cela leur aurait ouvert des portes qu'ils ne devaient pas se permettre de passer. Cela n'aurait à la longue fait que les frustrer.

Ainsi, ils s'étaient encore une fois mal compris. Esteban n'en prit pas conscience, la gêne de Tess lui semblant relativement naturelle en vue de la situation. Lui-même n'en menait pas large.

Il la laissa partir, quitta lui-même les lieux et accepta enfin de se nourrir du sang d'Octavio. Il se présenta au sauna beaucoup plus frais et disponible qu'au préalable. Sa peau avait retrouvé sa couleur dorée, son corps diffusait une chaleur agréable, similaire à celle de n'importe quel être vivant.

"Ah ! Vous êtes donc passée par la piscine..."

Elle n'y était pas restée longtemps. Après tout il n'avait fallu que quelques minutes à Esteban pour la rejoindre, et elle paraissait s'être installée ici depuis un petit moment. C'était étrange, mais il n'avait pas envie de demander plus d'explications. Cette discussion lui paraissait hautement futile. Cela sonnait faux, et il n'arrivait pas à se concentrer pleinement sur ces bêtises. Pas après ce qu'il venait de se passer.

Il y avait besoin de terminer ce qu'ils avaient commencé, mais Esteban ne trouvait pas comment faire. Rien de ce qu'il aurait pu dire ne convenait. Rien ne sonnait comme ce qu'il ressentait vraiment. Les nerfs en pelote, il finit par fixer le plafond et par poser une question sans vraiment se rendre compte qu'il avait parlé.

Ainsi, il fut relativement étonné d'entendre Tess lui répondre. C'était comme si elle avait lu dans ses pensées.

"Mon manque de confiance en moi... En autrui."

Il baissa la tête pour la regarder, malgré l'étrange position qu'elle maintenait. Leurs yeux se croisèrent. Esteban regardait tout au fond, comme s'il avait été à la recherche de son identité profonde... De ce qui faisait qu'elle était vraiment elle, et pas quiconque d'autre. Cela lui donnait l'air très sérieux. Il n'était pas dans une humeur à l'être moins. Beaucoup de choses leur étaient interdites, mais il y avait au moins cela qui ne l'était pas : tant que ça n'impliquait aucune romance, ils pouvaient bien devenir plus proches. Échanger des mots qui signifiaient beaucoup, plutôt que de se contenter de platitudes polies. Apprendre à réellement mieux se connaître.

Tess en avait-elle seulement envie ? Il avait l'impression de la mettre mal à l'aise. Sa réponse avait été laconique, comme si elle avait cherché à fuir. Cela dit, elle avait été honnête. Il n'allait pas la mettre en difficulté en lui en demandant plus que ce qu'elle venait déjà de lui offrir. Si elle avait du mal à faire confiance à autrui, alors il paraissait normal qu'il ne lui soit pas évident de se confier.

"Je vois..."

Elle lui retourna la question. Lui-même n'avait pas autant de difficultés à parler. Il pouvait se montrer très secret lorsque les choses lui tombaient dessus, tant pour éviter d'inquiéter quiconque que parce qu'il n'était pas toujours capable d'affronter ses problèmes en face. Cela dit, il avait appris à en discuter avec d'autres, que ce soit sa mère, Luisa, Erin ou Karl. Parfois, ces révélations étaient venues pas la force des choses. A d'autres reprises, il s'était simplement surpris à avoir besoin de sortir ce qu'il y avait en lui pour que cela cesse de pourrir à l'intérieur et de lui faire du mal. Il avait simplement trop accumulé, tout garder pour lui l'avait conduit au bord de la folie... Et même plus qu'au bord. Il avait sauté dans le précipice à pieds joints.

"Moi... Si je pouvais changer quelque chose, je pense que je ferais en sorte de ne pas tomber malade. Peut-être en avez vous entendu parler... J'aurais dû mourir quand j'avais dix-huit ans. Je voulais absolument assister à la fin du procès qui m'oppose à mon père, alors j'ai cherché des moyens de prolonger ma vie au-delà des quatre mois qu'on m'avait promis. J'ai envisagé le vampirisme. Mais ça n'aurait dû être qu'une solution de dernier recours... J'ai été agressé tandis que je cherchais qui pourrait m'aider à la mettre en place."

Il soupira, mais cette fois-ci, c'était la chaleur. Il était immunisé contre le froid, pas contre son inverse. Le vampire tira sur le col de son peignoir pour l'élargir un peu, dans l'espoir que cela l'aiderait à moins étouffer.

"... J'ai l'impression de n'avoir plus que ça à raconter. Histoires sordides sur histoires sordides... C'est ce qui semble composer mon existence, désormais."

Mais cela avait-il vraiment changé ? La première des histoires sordides qu'il avait vécues avait commencé quand il n'avait que cinq ans. C'était juste qu'avant, il y avait autre chose pour l'en distraire. Désormais, ce n'était plus que ça, ses projets de mécénat et quelques jeux vidéos.

"Cela vous met-il mal à l'aise ? Je suis désolé... Seulement, j'ai l'impression... De ne rien pouvoir faire d'autre."

Voyait-elle où il voulait en  venir ? Maintenant, c'était ses propres genoux qu'il fixait.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi - Page 3 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 3 Icon_minitimeMar 29 Oct - 20:49

Elle sourit tristement, forcé… Oui elle était passé par la piscine, ou plutôt sa tête était passé par la piscine. Avoir la tête froide ne serait-ce que quelques secondes avant de s’étouffer? Magnifique idée! Quoi qu’il en soit, Esteban était déjà ailleurs, continuer et forcer les banalités semblerait aussi douloureux que se débarrasser des dents de sagesse.

Juste avant qu’il n'ait baissé la tête elle voulait détourner son regard, cependant il était trop tard et ils se fixaient longuement. Ces yeux verts qui la fixaient étaient comme deux émeraudes qui essayaient de percer son être, d’enlever l’armure et mettre à nu son caractère et qui elle était en vrai. Tess sentait l’envie de s’ouvrir, mais comme d’habitude elle avait peur des réactions car ce n’était pas princier de parler de soi de cette manière, son grand-oncle et sa femme en avaient fait les frais.
Elle l’écoutait avec beaucoup d’attention, elle absorbait mot par mot l’histoire qu’il contait. Tess n’ayant suivi que très peu les journaux et l’affaire Luz-Descalzo n’avait aucune idée que son hôte souffrait d’une maladie sérieuse qui aurait dû le tuer à l’âge de 18 ans. Il n’avait que quatres mois à vivre et voulait absolument voir son père mit en justice. La brune ne pouvait qu’imaginer le supplice que ça a été pour Esteban, assister à la fin du procès de son père et se faire vampiriser contre son gré... Des larmes commençaient à remplir les yeux de la princesse.

Cette injustice.

C’était cruellement tragique, elle ne pouvait s'empêcher d’avoir l’air attristé par ces aveux et elle voulait simplement le prendre dans ses bras et lui dire qu’elle était là pour lui s’il avait besoin. La princesse voulait être là, même si ce n’était pas envisageable qu’ils soient ensemble, elle allait refouler ses sentiments car c’était tout à fait possible. Ça a fonctionné avec Giovanni, ça allait fonctionner avec lui. Non?

‘Non.’ elle cligna des yeux, appuyant délicatement sur ses paupières inférieures afin de se débarrasser des larmes qui allaient à tout moment déborder. ‘Je suis désolé aussi.’

Tess descendit du banc en hauteur pour s'asseoir à côté de lui, sans le toucher ni quoi que ça soit. Elle s’adossa au mur et entrelaça ses mains sur ses propres genoux, tout en regardant le plafond. Elle émit un long soupir, il faisait bien chaud décidément et elle commençait à le sentir. Ce silence était perçant, elle ne savait que lui dire. À ses yeux il y avait plein de choses à faire, ce n’était pas la chose qui manquait, mais l’envie et la force de faire quelque chose quand on a un bagage aussi lourd à porter… C’était difficile d’avoir le pouvoir et la volonté de faire quoi que ça soit.

Elle était revenue brièvement dans son passé et il lui fallait se concentrer pour remonter la pente qu’était la fin 2054 et tous les moments inoccupés par son sport. Pendant maintenant près de deux ans, la princesse se forçait de continuer ses hobbies afin de ne pas perdre la raison et de se détacher des recherches sur les Cardwell qui étaient psychologiquement pesantes.

‘Tout le monde peut toujours faire autre chose’ elle commençait d’une voix douce et baissa sa tête légèrement, regardant la chevelure noire du jeune homme ‘Vous avez les outils pour faire beaucoup de bonnes choses, je le sens. Votre existence n’as pas besoin de se composer d’histoires sordides. Vous existez et vous pouvez toujours changer le cours de cette existence.'

Tess marqua un temps, ce temps qu'était l'hésitation et la boule dans sa gorge.

'Je ne suis toujours pas là où je souhaite être. C’est peut-être le cas pour vous aussi.’ elle ne pouvait pas croire qu’elle allait en parler, elle renifla et passa sa main sur son visage comme pour essuyer la sueur qui venait d’apparaître ‘Je n’ai jamais eu la chance de dire au revoir à mon père. Le jour de son vol j’étais en plein entraînement et j’attendais la confirmation de ma participation aux prochains Jeux…’ elle se racla la gorge quand elle commençait à sentir sa voix se briser ‘La dernière chose que j’ai reçu de lui était un mot sur un post-it jaune, où il avait écrit “bonne chance” et après…’

Elle prit une grande inspiration pour calmer cette pression qui commençait à monter dans sa cage thoracique, cette envie qu’était de crier l’avait presque rendu sourde, mais au lieu de cela elle fit craquer son dos en tirant ses épaules vers l’arrière.

‘... Mon existence à présent n’est qu’un désir de voir la justice persévérer. Tout ce que je fais est pour lui et cette histoire aura une bonne fin, quoiqu’il arrive.’

En croisant ses bras elle avait l’air sérieuse, elle manquait peut-être de confiance en soi, mais pas de détermination. La princesse semblait regarder un point lointain, mais cela ne l’arrêta pas de parler au jeune héritier à côté d’elle.

‘Vous m’avez déjà aidé à plusieurs reprises, cela contribue à une histoire qui est beaucoup moins sordide et je vous en remercie infiniment.’

Tess pencha sa tête de côté, fixant le mur le plus proche à présent. À cet instant elle ne savait pas ce qu’il allait penser d’elle, les mots étaient venus tous seuls. Étrangement, elle se sentait à l’aise, comme-si en avoir parlé était une forme de purification. Cependant, une petite voix commençait à la narguer, la petite voix qu’elle voulait taire. La voix qui lui disait de tout arrêter et oublier cette histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Grand luxe et Mississipi - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 3 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Grand luxe et Mississipi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE I : Le quartier des affaires ¤ :: ║La zone portuaire║ :: Les Quais-