Qui est en ligne ?
Sur Discord, en ce moment.



 

Partagez
 

 Grand luxe et Mississipi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi - Page 2 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 2 Icon_minitimeDim 29 Sep - 21:33

'On n'aura pas l'occasion de refaire cette expérience de si tôt. Vous avez l'honneur d'être à proximité d'une princesse, profitez-en!'

Son ton était léger, une blague qu'elle venait juste de sortir tout en dénigrant son titre. Elle était peut-être une princesse, mais elle sentait le besoin de ne pas l'être aujourd'hui. Elle tenait à ce qu'il la traite comme une personne ordinaire et peut-être qu'en faisant ce pas en avant elle allait y arriver. Donc effectivement, la réponse à sa question était "non, ce n'est pas vraiment correct", mais Tess se sentait d'humeur à courber quelques régles royales.

Si Esteban était froid, elle l'avait déjà senti dans la voiture en accrochant son épinglette. Elle ne savait aucunement ce que cela voulait dire, la princesse assumait que c'était le cas pour chaque Vampire et qu'ils étaient tous à une température Sibérienne. Tess remarqua que Patrick se tenait loin des deux, mais assez près pour les avoir à l'oeil. Normalement il ne se tiendrait pas aussi loin et elle ne savait pas pourquoi c'était le cas. Louche, mais qu'importe.

Le jeune héritier semblait ne pas vouloir aller en premier, toujours un peu crispé, mais comme à son habitude quand elle se faisait une idée elle n'allait pas l'abandonner. Elle savait ce qu’elle aimait et il allait bien finir par le découvrir tôt ou tard. Contente de le voir pianoter sur le tableau, elle prit ce moment pour l'observer et vérifier son téléphone. Elle espérait pouvoir le sortir un peu de sa coquille, il avait l'air tellement jeune, mais se comportait comme si il avait l'âge de Patrick. Elle se demandait bien combien de choses il a vu dans la vie et la non-vie? Tess ne pouvait que l'imaginer.

Pendant qu’Esteban semblait hésiter entre quelques activités, Tess jeta un bref coup d’oeil sur son téléphone. Plus rien de son frère, alleluja, sauf qu’elle n’aurait pas dû le retirer car cela voulait dire se faire du souci pour un rien. Sans plus attendre elle rangea son portable au moment où elle commençait à entendre les choix. Son instinct lui chuchotait qu’il avait fait ce choix éclectique pour jauger ce qu’elle aimerait faire. D’ailleurs, elle avait totalement loupé la salle de réalité virtuelle et le cinéma 5d, surement parce qu’elle n’était pas sûre à quoi s’attendre.

Le fait qu’il ait proposé la salle cinématique 5d en premier lui donnait une idée de ce qu’il pouvait aimer. Tout ce qui touchait à la technologie du coup? La salle de jeux incluse? Possible, elle ne pouvait qu’assumer que c’était le cas, mais elle allait le découvrir. Le casino aurait été amusant pour peut-être quelques minutes, elle n’avait pas l’habitude de dépenser son argent sur les jeux de hasard, plutôt au Quartier Sanglant en lançant le contenu de son portefeuille comme une vieille folle (ou du moins elle eut cette impression en y repensant). L’aquarium? Elle avait une peur irrationnelle des choses dans l’eau qui pouvaient êtres plus grandes qu’elle, avec sa taille ça voulait dire les dauphins, les baleines et (que Dieu l'en protège) les requins. La princesse ne sentait pas le besoin de l'avouer, c'était complètement irrationnel.

‘Hmmmm le cinéma 5d' elle répéta avant de s'approcher du tableau et d'Esteban, en appuyant sur la description afin de voir à quoi il fallait se préparer 'je dois vous avouer que je n'ai pas beaucoup d'expérience en la matière, ni celle-ci d'ailleurs!' elle pointa vers la salle VR 'Je ne sais pas à quoi m’attendre réellement, mais je suis partante si vous l'êtes aussi!'

Une bonne chose à savoir : Tess était toujours prête à essayer de nouvelles expériences. Souvent limité dans ses choix pendant les visites officielles, elle avait décidément un brin de folie en elle qui ne demandait qu’à être libéré de temps en temps. Ce n'était pas toujours apparent, elle devait se comporter en tant que princesse devant tout le monde et la seule personne qui connaissait ce trait était son père défunt et Patrick (qui à plusieurs occasion devait se montrer discret). Edward devait se douter lui aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi - Page 2 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 2 Icon_minitimeDim 29 Sep - 23:02

La plaisanterie de Tess faillit faire un flop, le temps qu'elle fasse son chemin dans l'esprit de l'américano-mexicain, qui n'avait pas l'habitude que quiconque soit socialement au dessus de lui. On l'avait déjà dit : Aux USA, les seuls royaumes et empires qu'on trouvait étaient commerciaux, industriels, politiques. Et les Luz-Descalzo s'illustraient dans les trois domaines.

Ainsi, lors de rencontres avec la famille royale britannique, ils respectaient le protocole, mais ce n'était pas parce qu'ils se sentaient hiérarchiquement inférieurs de la moindre manière. C'était juste une façon de plus de montrer qu'au contraire, ils étaient du plus noble pedigree et de ce fait d'une politesse absolument exquise.

Esteban ne se serait pas comporté différemment face à une autre jeune fille de bonne famille, si les règles de sa culture l'imposaient. Plus son vis-à-vis était important, plus il fallait faire attention, car les attentes en face étaient proportionnellement plus élevées. C'était sa réputation en tant que membre des hautes-sphères de la société qu'il jouait à chaque sortie mondaine.

S'il avait voulu être mauvais, il aurait sans doute pu lui répondre que dans sa vie, il avait été à proximité de princesses plus qu'à son compte - tout particulièrement Mademoiselle Isabel de Asturias, qu'il avait souvent rencontrée au cour des galas auxquels la monarchie d'Espagne participait régulièrement sur le continent. Il aurait aussi pu lu parler du prince Tomas de Suède avec qui il avait eu des échanges épistolaires intenses durant plusieurs longues année de son enfance, jusqu'à ce que l'un des deux oublie de répondre. Certains de ses cousins éloignés s'étaient mariés avec des héritiers royaux de diverses nationalités. Ce genre d'unions arrangées se faisait beaucoup, même si elles concernaient rarement la branche principale de la famille Luz-Descalzo : ces derniers tenaient à maintenir le prestige de la famille, et cela passait par garder leur indépendance.

Mais le commentaire aurait été particulièrement mordant, alors qu'il était évident que Therese avait juste tenté de détendre l'atmosphère en faisant preuve d'humour. Il s'essaya donc à un petit rire amusé... Ça sonnait aussi vrai qu'un plat congelé pouvait paraître frais lorsqu'on le mangeait, mais il fallait bien admettre qu'il était encore une fois un peu vexé. Pour qui le prenait-elle ? Un vulgaire manant, qu'on pouvait se permettre d'éconduire comme un malpropre après lui avoir lancé une invitation presque officielle ?

... Il fallait qu'il se calme, il commençait à tout mélanger.

"Je suis curieux... C'est la première fois que vous venez en Amérique, n'est-ce pas ?"

S'il voulait rester poli et agréable tout en laissant entendre qu'il manquait à la princesse quelques informations, eh bien c'était la seule façon dont il pouvait le faire. Quant à continuer de rompre le protocole comme elle le faisait actuellement eh bien... L'idée ne lui plaisait guère car il savait que c'était mal, mais c'était le choix de Therese et il ne pouvait pas se permettre de la pousser brutalement chaque fois qu'elle approcherait d'un peu trop près.

Il aurait probablement apprécié voir les barrières entre eux fondre de cette façon... Si seulement il n'avait pas su à quel point c'était dangereux, et contraire aux lois érigées par leurs deux familles.

Arrivés face à un grand panneau électronique, Therese le lâcha. Esteban oublia bien vite sa déconvenue au profit d'autres préoccupations : qu'allaient-ils faire maintenant ? Elle insista pour qu'il choisisse, ce qui ne l'arrangeait guère, car il voulait que cette première activité sur le navire plaise à la jeune femme. Il aurait été dommage de partir avec une mauvaise première impression. Palliant à toute éventualité, il fit le choix de trois programmes très différents parmi lesquels la princesse n'avait qu'à choisir ce qu'elle préférait.

Le cinéma 5D ? Vraiment ? Il tourna les yeux sur elle avec un espoir peu discret.

"Je dois vous avouer que je n'ai pas beaucoup d'expérience en la matière"

... Ah. L'espoir se mua en vague inquiétude, qu'il ne partagea pas. Ce qui ne l'empêcha pas d'expliquer :

"C'est une sorte de manège, mais face à un écran qui passe un film 3D. Les sièges bougent - je vous rassure, rien qui ressemble à un looping - et il est possible que des odeurs, des fumées soient diffusées... Rien qui ne salisse, cela dit. J'en ferai la demande expresse au personnel."

Un coup d’œil sur l'écran... C'était à gauche, au fond, presque à l'arrière du bâteau. Il fit un pas dans cette direction.

"Si l'expérience vous intéresse toujours... Je vous en prie. C'est par ici."

Ils traversèrent une allée bien agréable. Une douce musique sortait des bars avoisinants et, pour l'un d'entre eux, on entendait des instruments s'accorder. Probablement le quartet Vivaldi qui attendait d'être réquisitionné en s'adonnant à quelques dernières répétitions. Un escalator les mena au second étage ou d'autres distractions les attendaient. Il y avait de la lumière partout, cela lui évoquait terriblement Las Vegas, en version huis clos... Mais on avait déjà établi qu'il ne fallait pas qu'il fasse ce parallèle.

La salle de cinéma 5D était un espace entièrement clos dans lequel on entrait par un petit escalier métallique. Dès qu'ils en prirent le chemin, des employés accoururent à leur rencontre. Esteban les accueillit en demandant, sans transition, à ce que tous les scénarios impliquant des tâches sur leurs vêtements soient oubliés. Oui, il y tenait.

Ils entrèrent dans ce qui ressemblait à s'y méprendre à une salle de cinéma. Sauf que l'écran était gigantesque, et sphérique. Les sièges, quant à eux, étaient installés sur une plateforme qui pouvait tourner, et se pencher vers le haut, le bas, la gauche, la droite... A l'heure actuelle, l'immense écran affichait un ciel étoilé. Les sièges étaient couchés de telle sorte à ce qu'on puisse l'admirer en s'installant dedans. Esteban grimaça et commenta avant d'avoir réfléchi :

"Chouette... Même quand c'est virtuel, j'ai droit à ça."

... Mince. Il ne voulait pas se plaindre en face de Therese. Il lui jeta un regard désolé.

"... Je vous prie de m'excuser mais..."

Non. Zut. Il en avait marre de cette nuit perpétuelle et il allait faire en sorte qu'on l'en libère, pour une fois. Il passa la tête à l'extérieur de la salle pour prévenir l'employé :

"Pardon. Vous ne pourriez pas passer quelque chose de plus... Diurne ? La voûte céleste est très jolie, mais je vous ferai remarquer que j'en ai mon lot quotidien..."

Lorsqu'on modifia l'image au profit d'une scène de lever soleil époustouflante, Esteban eut un sourire si béat qu'on voyait ses crocs dépasser.

"C'est bien mieux ! Venez Mademoiselle, allons nous installer !"

Cette fois, c'était lui qui était comme un enfant.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi - Page 2 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 2 Icon_minitimeLun 30 Sep - 0:19

Oulà, elle sentit ce rire qui lui passa comme un gros couteau dans le coeur. Elle ne pouvait pas changer de stance, surtout qu’elle ne savait pas entièrement pourquoi il eut un air aussi pincé. Qu’avait-elle dit encore?

Et voilà qu’il lui posa la question… Elle se sentait un bête. Une question pareille voulait dire qu’une chose…

Il me trouve ignorante…?

D’un coup elle se referma dans sa coquille, son pas devint un peu plus lent et moins enthousiaste. Elle savait qu’elle avait des lacunes et que comparé à sa famille elle manquait énormément d’éloquence et de tacte. Normalement, avec beaucoup d’autres elle n’aurait pas été si pincé que ça par le commentaire, mais venant du jeune héritier elle se sentit blessé. Elle avait encore du mal à assumer son ignorance et son frère se faisait un plaisir de lui rappeler à quelle point elle manquait de culture et d’intelligence. Avant d’ouvrir la porte vers le hall elle se tourna avec un sourire un peu triste:

‘Cela se voit tant que ça? Je ne suis venue qu’une fois à New York quand j’avais 6 ans. Mes parents et mon frère venaient plus souvent pendant que je restais au Royaume-Uni à m'entraîner.’

Voilà, c’était dit. Elle n’allait pas se décourager, la princesse a dû lui dire quelque chose qui était passé de travers pour lui, il était possible qu’il lui rendait la monnaie. Oui, peut-être pour cela. En ouvrant la porte vers le hall elle changea d’attitude, de retour à sa nature enjoué même si cette fois un peu forcé. La princesse sentait qu’elle le mettait mal à l’aise, il fallait peut-être qu’elle calme sa joie?
Quoi qu’il en soit, elle avait fait son choix pour le cinéma 5d qu’Esteban se dépêcha de lui expliquer. Son visage s’illumina quand elle entendait que les sièges bougent, sauf que intérieurement c’était une moue déçue en entendant que ce n’était pas comme un looping. Elle aimait tout ce qui pouvait faire monter l’adrénaline, mais elle gardait l’esprit ouvert car elle n’a jamais mis pied dans un cinéma 5d de sa vie.

‘Bien sûr! Ça a l’air palpitant, je vous suis.’

Tess marcha à ses côtés, mais se retint de lui attraper le bras cette fois. Il ne semblait pas complètement à l’aise et normalement elle ne le serait pas aussi, étant peu tactile. Juste qu’elle avait envie d’être à ses côtés, à pouvoir le toucher, le connaître, parvenir à comprendre ce qui le motive. En entendant des instruments s’accorder, sa tête tourna brièvement vers le son.

‘Oh, vous avez prévu de la musique classique!’ elle eut un sourire charmant, ce commentaire était plutôt jeté dans le vent qu’ailleurs.

Pendant qu’ils étaient sur l’escalator, elle se regarda dans les miroirs qui étaient de chaque côtés. Histoire de voir si ses bouclettes rebondissaient et si son maquillage était correct. Rien à ajouter: elle pouvait être placé dans la chambre d’une enfant en tant que poupée en porcelaine, mais avec un joli sourire et pas ce regard mort qui pouvait jeter un froid à n’importe qui. Elle jeta un oeil sur Esteban brièvement:

Il a l’air encore plus pâle que l’autre fois… Est-ce que les Vampires peuvent tomber malade? Est-ce pour cela qu’il est si crispé ou est-ce que j’ai encore fait quelque chose? Ou est-ce qu’il me hais?

Après elle jeta un oeil sur les deux gardes du corps un peu plus loin qui commençaient à échanger des syllabes. Elle ne pouvait que comprendre une ou deux syllabes, vu qu’ils étaient particulièrement silencieux. Tant mieux, autant que Patrick tape la discut’ avec Octavio et les laissent tranquille pour quelques minutes.

En arrivant, elle était ébloui par le ciel étoilé, cependant il se trouvait qu’Esteban l’était moins. Elle se tourna un peu étonnée par le commentaire, mais cette fois elle comprit vite ce qui se passait.

‘Non, non, je vous en prie.’ elle voulait le rassurer que se plaindre n’était pas une chose tabou. Elle comprennait qu'il voulait se tenir, mais elle voulait qu'il soit un peu plus à l'aise. C'était le principal.

De ce fait elle le laissa faire, il avait bien raison. Ce genre de choses qu’elle prenait pour acquis, elle qui se levait tous les jours avec l’aurore. Elle vit Esteban sourire comme un gamin, la vue des crocs l’avait prise au dépourvu, mais elle semblait plutôt prise de joie. Auparavant, elle voyait son partenaire de danse, Giovanni, sourire de toutes ses dents et c’était devenu un signe positif. Surtout quand elle arrivait à faire une combinaison de pas compliqués en salsa. Cela l’a directement renvoyé aux jours où elle était en compétition et cette excitation à chaque fois qu’elle devait apprendre de nouveaux pas de danse.

Elle ne voulait pas commenter sur son sourire au cas où elle allait dire quelque chose d’idiot, elle se contenta de le lui rendre sincèrement avec un ton enjoué.

‘Oui! Allons-y.’

En s’installant sur le siège confortable, elle prit un peu de temps pour penser aux petites choses de la vie qu’elle prenait pour acquise. Giovanni avait peut-être bien accepté son vampirisme il y a presque 100 ans, Esteban ne semblait pas entièrement heureux avec sa condition.
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi - Page 2 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 2 Icon_minitimeLun 30 Sep - 12:44

Esteban jeta un regard en coin sur la princesse. Il l'avait blessée. La culpabilité grimpa instantanément, si bien qu'il donna l'air d'inspecter ses chaussures sur plusieurs mètres. La rendre triste n'avait pas été son but... Cela dit, pouvait-il vraiment la laisser raconter tout et n'importe quoi sous prétexte de ne pas froisser sa sensibilité ? Ignorer la nature des grandes familles américaines alors qu'elle était en visite sur le territoire, c'était risquer un accident diplomatique important. Tout le monde ne serait pas aussi compréhensif que lui... Pour le bien de tous, il fallait qu'elle en prenne conscience. Même si ça n'était pas forcément agréable.

Sa remarque avait donné naissance à un silence tendu et il ne s'attendait plus à ce que Therese y réagisse verbalement. Ainsi fut-il surpris - et très embarrassé - quand elle se tourna dans sa direction et lui retourna une question à laquelle il n'avait aucune envie de fournir une réponse explicite. C'était là que se trouvait la frontière entre politesse et goujaterie... Et puis il ne voulait pas la heurter une fois supplémentaire, la première ayant déjà été de trop.

Mais il ne voulait pas non plus mentir. Ça n'aurait aidé personne.

On voyait presque les rouages tourner dans son cerveau à la recherche d'une solution rapide et qui satisfasse tous les enjeux en cours. Suite à ce temps de latence, il accrocha à ses lèvres un sourire conciliant.

"Ne faites donc pas cette tête là... Je n'ai moi-même jamais été à New York, vous savez ? Quand j'étais plus jeune, mon père y travaillait souvent en déplacement. De ce fait il visitait les événements sans nous. Cela fait plusieurs années qu'on m'invite au Met Gala mais jusqu'à présent je n'ai pas été... d'humeur à relever ce défi."

Poisson efficacement noyé. Il espérait tout de même qu'elle prendrait ses précédents conseils au sérieux.

L'instant sensible finit par passer. Ils étaient en route pour la salle de cinéma 5D lorsqu'ils surprirent les musiciens du quartet en pleine répétition. L'officier White en avait signifié la présence dans sa longue tirade de bienvenue, mais il semblait que la princesse avait oublié, ou n'avait simplement pas retenu l'information. Le vamp hocha la tête positivement.

"Oui. Ces musiciens ne font pas partie de l'équipage originel, mais je me suis dit qu'il serait bien agréable de pouvoir profiter de leur talent en même temps que nous nous reposerons de notre exploration, plus tard."

Encore quelques mètres à parcourir, un escalator à descendre... Ils étaient arrivés à destination. Une salle splendide s'étalait sous leurs yeux et pourtant, Esteban était contrarié. Le choix d'afficher un immense ciel étoilé était fondamentalement douteux tandis qu'ils savaient accueillir un vampire. Qui plus est un vampire si insatisfait par sa condition nocturne qu'il avait fait en sorte de financer un projet faramineux dans le but de s'en affranchir.

Sa réaction avait été immédiate, parfaitement incontrôlée. Il regretta bien vite de s'être comporté de cette façon face à son invitée. Elle allait décidément croire qu'il avait mauvais caractère, entre la façon dont il l'avait rabrouée plus tôt, puis ses plaintes bruyantes. Suite à un sourire d'excuse, il demanda tout de même à ce qu'on change le décor. Il avait un système de projection similaire dans sa chambre, mais ce n'était pas la même chose. Quant au dôme qu'il avait prévu de transformer en home cinéma, pour diverses raisons, les travaux n'étaient pas encore terminés.

La vue du lever de soleil était saisissante. L'euphorie monta instantanément en lui, sans prévenir, et c'est avec une impatience enfantine qu'il invita la princesse à le suivre dans la salle. Ils s'installèrent aux meilleures places. Le vamp soupira de contentement alors qu'il admirait le ciel rougeoyant évoluer au plafond. C'était vraiment magnifique.

... Mais soudain, il fit noir à nouveau.

"Att.. ATTENDEZ !"

Il devaient être à distance d'oreille du régisseur, car le ciel matinal réapparut presque immédiatement. Esteban s'était dressé dans son siège et observait l'image avec un air effrayé, comme si il avait craint qu'elle lui tombe sur la tête... Ou qu'on l'éteigne à nouveau. Nouveau regard désolé sur la princesse, qui décidément devait supporter bien des bêtises de sa part depuis qu'ils étaient arrivés dans ce nouveau lieu.

"... Avant que le film ne commence, est-ce que ça vous dérangerait que nous admirions cette scène... Juste un peu plus longtemps ?"

Le soleil qui peu à peu se levait à l'horizon le fascinait. Il le fixait sans ciller. Il tentait de s'en remémorer la chaleur... En vain. Cinq petites années avaient suffi à ce qu'il oublie. Comment les vampires qui vivaient depuis des décennies, voire des siècles, faisaient-il pour ne pas devenir complètement fous ? Animée par une soudaine envie de partager ce qui le traversait, sa langue se délia.

"Vous savez... J'ai financé un projet de médicament innovant qui devrait permettre aux vampires de supporter la lumière du jour pendant quelques heures, de temps en temps... La commercialisation est pour bientôt. Bientôt, ça ne sera pas juste une image..."

Il était probablement de mauvais goût qu'il précise, en tous les cas à cet instant, qu'ils devaient l'idée originale du bonbon soleil à l'ancêtre meurtrière qu'elle recherchait, en marge de sa visite officielle à la Nouvelle-Orléans. Esteban baissa les yeux sur ses mains. Sous cette lumière, de plus en plus claire, il se rendait compte de sa pâleur cadavérique, laquelle devenait bien plus évidente que d'ordinaire.  Il était toujours plus halé que quelqu'un dont la carnation naturelle aurait été blanche, mais il connaissait suffisamment son teint pour remarquer la différence.

Le vamp se tourna à nouveau vers Therese et constata que, comme lui, elle était mise en valeur par la lumière des écrans autrement que par les ampoules habituelles. Sa chevelure sombre se gorgeait de plus de nuances. Ses yeux noisettes paraissaient plus profonds. Le contraste avec sa peau claire était saisissant. Il eut un gloussement ravi.

"La lumière naturelle semble vous aller mieux qu'à moi..."
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi - Page 2 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 2 Icon_minitimeLun 30 Sep - 17:07

Effectivement, ce poisson fût noyé. Le fait qu’il commençait à s’ouvrir un peu était un point positif. Elle lui sourit poliment, toujours un peu pincé, mais décidément moins qu’avant.

Ce n’est que quand Esteban lui rappela qu’il y aurait des musiciens qu’elle rougit, un peu embarrassé d’avoir oublié. Tellement préoccupé par ce qu’Esteban pensait d’elle, qu’elle en oubliait les événements. Cela dit c’était peut-être un avantage, elle avait la mémoire d’un poisson rouge et tout semblait être une bonne surprise à chaque fois.

‘Ah, mais oui’ elle baissa les yeux avec un petit sourire ‘moi et ma mémoire !’

Après son énième maladresse elle s’était dit qu’il fallait arrêter d’avoir la tête dans les nuages. Tess trouvait qu’Esteban avait un caractère un peu spécial, peut-être était-ce sa nature Mexicaine ? Les Anglais avaient la réputation d’être flegmatiques, des rosbifs au caractère refoulé qui s’amusaient à conquérir le monde quand les rênes étaient libérés. Il y avait du vrai, surtout pour le caractère refoulé, elle se demandait quel genre de personne elle aurait pu être si elle n’était pas né dans son petit monde privilégié. Ne regardant que très peu la télévision, favorisant la radio et les chaînes de musique classiques, elle a vu le genre de personnes qui se trouvaient dans le nord de son pays. Elle était complètement outrée.

Tess était complètement détendue, par contre elle aurait bien voulu prendre un nouveau verre vu qu’elle a commencé bien tôt. Pour ce qui en était de la vue, c’était particulièrement bien fait. Elle avait l’habitude de voir un lever du soleil recouvert par des gros nuages gris et une brume, au total en une année elle a vu un magnifique lever pendant un mois. Ce n’était pas beaucoup. Décidément l’Angleterre était un pays bien triste, mis à part les monuments historiques qui donnaient un peu plus de vie.
Sa rêverie fût très soudainement interrompue par l’héritier qui eut un petit moment de panique. Elle sursauta et se tourna brièvement vers lui, il semblait vouloir vraiment admirer la vue qui se présentait et elle hocha de la tête avec un petit sourire.

‘Ce n’est pas un problème’
elle fit un 180 dégré pour se tourner vers son garde du corps ‘si Patrick veut bien me trouver un verre de gin, je pourrais passer tout mon temps ici. S’il vous plaît.’

Elle lui sourit gentiment, mais au fond elle voulait simplement lui dire de s’en aller. Patrick se racla la gorge et quitta la salle brièvement pour chercher le verre de la princesse. Aux moins elle ne se sentait plus autant jugé, peut-être un peu par Esteban pour son ignorance.
La princesse se tourna une fois de plus vers l’écran et cette magnifique aurore, pendant qu’elle écoutait Esteban. Tess se disait qu’il l’avait déjà mentionné, mais quand ? La pause fût un peu longue, mais finalement elle se rappela et son sang se glaça. Sa mémoire de poisson rouge cette fois ne manqua pas ce détail car cela commençait à faire partie d’une obsession. Pourquoi avait-elle disparu avant que le médicament ne soit fini ? Mais surtout, quelles étaient les vraies raisons pour Bess de faire partie d’un projet pareil ? Elle imaginait que son ancêtre n’était pas de nature bienveillante. Tess entendait l’espoir dans sa voix et elle ne voulait pas casser l’ambiance en mentionnant le nom de cette morue.

‘Ce même médicament innovant dont vous m’avez parlé chez vous ?’ elle demanda sans avoir l’air alarmé ‘C’est une idée merveilleuse je trouve. Vous allez rendre des gens très heureux.’

Une petite partie de son passé voulait s’ouvrir, cependant vu son faux pas d’avant elle ne savait pas comment il allait prendre l'anecdote. Ses relations familiales depuis ce fameux show de danse étaient tendues vu les rumeurs sur elle et Giovanni, mais ça il ne pouvait pas savoir s’il ne suivait pas les médias Britanniques. Son frère était le premier à la rabaisser comme jamais, sa mère désapprouvait depuis le départ qu’elle fasse partie du show… Le roi restait silencieux. Son père, quant à lui, demandait de faire attention, mais la soutenait dans ses décisions car depuis son plus jeune âge elle faisait de la danse et voulait faire partie de l'émission.

Patrick était revenu avec son verre de gin duquel elle prit une petite gorgée, elle ne s’attendait pas à ce qu’elle soit observé par Esteban et encore moins du compliment qu’elle allait recevoir.

Dieu merci pour le fond de teint.

Cependant son cœur ne pouvait pas s’arrêter. Elle gloussa timidement en reposant son verre et elle se tourna vers le Vampire, avec un sourire tout aussi charmant.

‘Merci, vous êtes charmant.’ sa pâleur pouvait se voir, cependant cela ne changeait aucunement son sentiment vis-à-vis de lui.

Elle s’attarda un peu trop longtemps, mais soudain revint à sa position initiale sur le fauteuil. Tess était prête à prendre des décisions qui n’étaient pas très sages, l’alcool n’aidait pas, mais il fallait se tenir. Après tout elle le mettait mal à l’aise et quoi qu’elle avait en tête n’allait pas le détendre. Du tout.

Détends-toi… Regarde le lever du soleil… Ce beau lever du soleil… Oui, il est beau… Le lever du soleil, je veux dire !
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi - Page 2 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 2 Icon_minitimeLun 30 Sep - 23:51

Oh ? Tiens. La semaine précédente, il avait déjà parlé à Therese du bonbon Soleil. Ça lui avait complètement échappé mais maintenant, ça lui revenait. Embarrassé, il se souvint - un peu tard - qu'il avait aussi révélé l'implication de Bess Butler dans la conception du produit. Au temps pour taire les informations sensibles qui risquaient de leur plomber la soirée. Qu'elles étaient les chances pour qu'elle ne s'en soit pas rappelée ?

... Elles étaient minces, voire absentes. Après tout elle avait deviné ce dont il était en train de parler alors même qu'il n'avait pas spécifié l'utilité du médicament lors de leur précédente rencontre. Plus suspect encore, la façon dont la jeune femme avait subtilement retenu sa respiration tandis qu'il lui présentait le projet.

Elle ne donna pas l'air de vouloir l'interroger plus allant au sujet de l'ancienne tutrice, si bien qu'il décida à son tour de faire comme si de rien n'était. Ne nous trompons pas : il était plus que disposé à l'aider si elle le souhaitait, mais cette soirée était pour eux. Il y avait déjà eu bien trop de moments de gêne - au bas mot. Il fallait maintenant qu'ils profitent. Esteban ne souffrirait aucun imprévu supplémentaire.

"Oui, c'est vrai, je vous en avais déjà parlé... C'est tout à fait cela." Quant à faire des heureux... "Et je l'espère. Enfin, j'en suis sûr, même. Je ne vois pas comment quiconque pourrait s'habituer... Je veux dire réellement s'habituer à la nuit perpétuelle."

Patrick, le garde du corps de Therese, était revenu avec son verre d'alcool. Lui-même n'avait rien demandé qu'Octavio lui ramène, mais il n'était pas pressé : qu'il boive ou qu'il ne boive pas, son état d'ébriété (ou de sobriété forcée) n'évoluerait pas. Et il aurait tout le temps d'égayer ses papilles gustatives quand ils iraient manger, ou lorsqu'ils décideraient de prendre une pause dans un café, ou un bar.

Puisqu'il n'avait pas les mains occupées, il suffisait d'un rien pour le distraire. Ce "rien" n'était actuellement pas si rien puisqu'il était tout simplement fasciné par l'image réaliste du soleil levant, en face. Indirectement, il s'intéressait aux jeux de lumières que les écrans renvoyaient sur leur peau. Cela se rapprochait de la lumière du jour... Ou de ce dont il se souvenait de la lumière du jour. Il était comme un enfant, réellement. Il était rare, de nos jours, qu'Esteban fasse preuve d'autant d'enthousiasme. De fil en aiguille, il avait fait un compliment à la princesse. Mais c'était vrai ! De nuit elle était saisissante mais de jour, elle était splendide. Ces couleurs chaleureuses, chatoyantes, lui allaient à la perfection.

"Ce n'est que la vérité..."

Tout souriant, car sa bonne humeur retrouvée, Esteban coupa provisoirement court à la discussion afin d'admirer l'astre solaire qui dépassait désormais de moitié, à l'horizon.

"Si vous en avez moindrement marre, faites m'en part et nous passerons... J'aimerais juste le voir sortir, entièrement."

Il était trop obnubilé par les couleurs étourdissantes du ciel pour remarquer la façon dont la princesse le fixait. Quant à se remémorer des frasques dont il aurait pris connaissance sur internet... Il était là aussi bien loin du compte.

"Ça manque de vent. Vous ne trouvez pas ? J'aimerais imaginer que nous sommes sur le pont du navire. Devrions-nous demander du vent ? Et des embruns. Non ! Rien qui salisse. Je voulais dire l'odeur de l'eau..."

Selon les choix de la princesse, le régisseur adapterait leur environnement à leurs goûts. Fort d'une nouvelle réflexion, le vampire se tourna vers sa compagne. Le dos de sa main heurta accidentellement le verre qu'elle tenait. Comme au ralenti, Esteban vit le récipient basculer et son contenu approcher dangereusement du bord.

"... Oh !"

Ses réflexes prirent la main. Soudain, il se tourna, et son bras disparut de la vision de la princesse pour réapparaître devant son nez. Entre ses doigts crispés, le verre de gin, qu'il n'avait saisi que de justesse. C'était miraculeux ! Il n'avait jamais été bon pour rattraper des choses en vol.

"Je l'ai. Désolé."

... Au moins aurait-il sauvé cette robe-ci, à défaut de celle qu'elle avait déchirée la dernière fois !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi - Page 2 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 2 Icon_minitimeMar 1 Oct - 11:48

'Je ne peux pas imaginer qu'il y ait des personnes qui sont complétement habitués à une nuit perpetuelle et qui ne sentent pas ce manque de soleil, mais il y a toutes sortes de personnes dans ce monde, n'est-ce pas?'

Elle pensait notamment à Giovanni qui après 100 ans ne montrait aucun signe de manque. La danse était sa passion et il ne travaillait que de nuit de toutes les manières. Il le vivait bien: sa nature flamboyante, son air très "je m'en foutiste"... Complétement différent d'Esteban. Il lui faudra du temps pour s'adapter, surement. 100 ans paraissait long, mais qu'était 100 ans dans la vie d'un Vampire? Elle avait du mal à comprendre vu que c'était tellement eloigné de son mode de vie.

Il était vrai qu'elle ne voulait pas passer sa nuit entière (sauf si le bar était bien stocké) à regarder un lever du soleil. Cependant, elle voulait faire plaisir à Esteban et vu qu'il n'avait pas la possibilité de prendre part aux petits plaisirs de la vie comme avant, c'était la moindre des choses qu'elle pouvait faire. De toutes les manières, il ne voulait que le voir au dessus de l'horizon.

'Cette soirée est pour nous deux, pas que pour moi.' elle souriait en regardant l'écran 'On a toute une nuit encore pour faire diverses choses, je suis certaine qu'on trouvera de quoi s'occuper.'

"Ce n'est que la vérité". À ce moment là elle semblait avoir besoin d'une douche très froide, elle ne savait pas où se mettre et elle devait se retenir de faire une grosse bêtise. Il ne semblait pas tactile, elle allait respecter ce choix et elle se toucha la joue timidement. Comparé à sa température Sibérienne, Tess devait être aussi chaude qu'un four. Elle ignorait s'il arrivait à sentir la chaleur qui émanait d'elle, ou si il elle pouvait le rechauffer un peu juste en tennant sa main... Pourquoi était-il si froid?

'Oui, du vent s'il vous plait!' dit-elle avec beaucoup d'enthousiasme 'Le son de la mer, son odeur...Les embruns peut-être pour une autre fois.'

Elle riait, mais hélas, elle se rappelait du lendemain. C'est vrai, il n'y aurait pas d'autre fois si sa famille avait quelque chose à dire. Surtout le frangin, avec ce que Patrick a pu lui raconter. Mieux vallait profiter de l'instant et ne pas y penser.
Elle avait beau avoir peur de ce qui se trouve dans la mer, rien ne l'empêchait d'apprécier le sentiment d'être sur le pont du navire. Ils ne faisait pas encore entiérement nuit, mais ils allaient pouvoir finalement visiter le pont à un moment donné, s'il en avait l'envie. Cette experience cinéma 5d était vraiment impressionante, elle avait vraiment l'impression de se trouver en journée sur un navire, l'odeur du sel remplissait ses narines et le son des vagues se faisait entendre.

À cet instant même, elle sentit la main froide d'Esteban et par accident elle laissa son verre tomber. Tout s'est passé bien plus vite qu'elle ne l'imaginait, car son verre était devant son nez et ses mains serraient celle d'Esteban, ses lèvre qu'à des petits millimétres. Elle secoua sa tête tout en louchant sur le verre: un mix d'étonnement, d'émérveillement et de gêne, ayant entré en contact avec cette main glaçé qu'elle ne voulait que rechauffer.

'Impressionant' elle leva un sourçil avec un petit sourire en coin 'ne vous en faites pas, après tout vous avez sauvé ma robe d'un nouvel accident.'

La seconde phrase était chuchotté pour qu'Octavio et Patrick n'entendent rien. Surtout Patrick qui, aux dernières nouvelles, n'était aucunement au courant de la situation qui lui était arrivé au Quartier Sanglant. Cette rapidité, elle se rappela quand elle avait demandé à Giovanni de la faire tournoyer aussi vite qu'il pouvait juste parce qu'elle voulait jauger la vitesse. Il ne voulait que lui faire plaisir, cependant elle sentait que sa tête allait s'arracher de son cou et entre le rire hystérique et l'envie de vomir, c'était une expérience plutôt surréaliste.
Elle prit une nouvelle gorgée et une idée lui vint en tête.

'Quand vous serez prêt, nous pouvons aller à cette éxperience de réalité virtuelle? Je suis plutôt intrigué par les possibilités. C'est un jeu ou...?'

Un peu étonnant pour une jeune fille comme elle de ne pas savoir ce qu'était tout cela, cependant pour quelqu'un qui s'entrainait prés de 55 heures par semaine (en moyenne 48), qui devait trouver le temps de dormir, manger et de consacrer du temps à ses hobbies, elle n'avait que le temps de découvrir de nouvelles choses que quand elle était en voyage.
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi - Page 2 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 2 Icon_minitimeMar 1 Oct - 20:34

Il y avait toute sorte de personnes dans ce monde. C'était... très vrai, et d'une profondeur inattendue. Il ne pensait pas que Therese allait le reprendre là-dessus. Après tout elle ne lui avait pas donné l'impression d'être une experte des vampires, ni des "diverses sortes de personnes" qu'on pouvait rencontrer au-delà du milieu très protégé dans lequel elle avait grandi. Sa visite malheureuse du Quartier Sanglant n'avait fait qu'entretenir l'impression qu'elle lui donnait d'être très... pure. Très innocente, comme il l'avait lui-même été avant d'être happé au sein d'une réalité plus sombre.

... Bon, évidemment, il y avait ces rumeurs stupides au sujet de la princesse, auxquelles il avait si peu prêté attention qu'elles ne lui revenaient que maintenant : il n'était pas le premier vampire auquel elle avait à faire.

Les yeux perdus dans le vague, il arborait une légère moue réflexive. En effet, il n'imaginait pas la maîtresse vamp se morfondre du manque de soleil... Ni le professeur Coleman, alors qu'il avait pourtant été transformé après lui. Son cas était particulier, cela dit : il lui donnait parfois l'impression d'être un véritable robot, tant rien ne paraissait l'atteindre. Esmera ? Esmera regrettait sa vie d'humaine autant que lui. Ils avaient ce point commun d'avoir été changés contre leur gré. C'était peut-être ça, aussi.

"... Je suppose que vous avez raison. Et quand ce n'est pas choisi... Vous savez, cette maudite nuit où j'ai été attaqué, aux portes du Quartier Sanglant... Je n'aurais jamais imaginé, à ce moment là, que je venais de vivre ma dernière journée."

Il se ressaisit bien vite, se rendant compte un peu tard de ce qu'il était en train de faire. Avec un sourire, il se tourna vers la princesse.

"... Pardonnez moi, je ruine l'ambiance, et pour rien qui plus est : comme je le disais, bientôt, ce genre de drames fera partie du passé."

S'il avait ressenti le besoin de parler de ce qui lui était arrivé, son humeur ne s'était pas assombrie pour autant. Ce n'était que poser des mots sur des plaies encore douloureuses, certes, mais plus béantes. Cela faisait du bien de constater qu'il était capable, dorénavant, d'en parler sans que l'émotion le submerge. Capable de reléguer son agression à une donnée factuelle, qui pouvait être citée, utilisée dans un raisonnement comme n'importe quelle autre. Il ne lui fallut donc que très peu de temps pour revenir à ses précédentes préoccupations enfantines, à savoir le jeu des couleurs sous cette lumière quasi-solaire.

Ils étaient maintenant sur un pont, en pleine mer. Le vent, qu'il imaginait frais, faisait voler ses cheveux. L'odeur de l'océan lui donnait des ailes. A chaque respiration, ses poumons enflaient un peu plus. Par souci de bien faire, l'opérateur décida même de faire bouger les sièges, pour imiter le mouvement de roulis des vagues. Esteban eut un éclat de rire ravi. Il se tourna vers sa camarade pour faire un commentaire et...

Oh. C'est un verre qui avait failli tomber, mais qu'il avait rattrapé avec un brio relativement inhabituel. Certes, rapide comme il l'était, malgré sa maladresse naturelle, il était devenu capable de bien des exploits. Leurs mains étaient une fois de plus entrées en contact, mais il devait admettre qu'il commençait à en prendre l'habitude. Entre les accidents et ces plusieurs fois où elle avait sciemment choisi de le toucher... Il savait que c'était mal, vis-à-vis des règles auxquelles ils étaient tenus, mais il ne bronchait plus.

Cette proximité était tout de même un peu gênante, mais pour d'autres raisons. La princesse était tout de même très proche de lui... Il retenait sa respiration, afin que la soif le laisse tranquille plus longtemps, mais ses "besoins naturels vampiriques" étaient loin d'être la seule raison pour laquelle il était perturbé.

Elle lui plaisait. Il sentait une attraction, quelque chose qui le poussait vers elle, dont l'intensité était proportionnelle à leur proximité physique. Il pourrait bien se voiler la face aussi longtemps qu'il le voudrait... C'était une réalité que la douche froide du penthouse n'avait fait qu'éloigner provisoirement. C'était merveilleux, parce qu'il n'avait plus ressenti ça depuis longtemps... Et c'était terrible, parce que c'était complètement, parfaitement, définitivement impossible. Pour toutes les raisons qu'on savait.

... N'avait-il pas bugué un peu trop longtemps en la fixant ? Il eut un ricanement gêné et lui rendit le récipient intact. Ou presque intact... Esteban ne l'avait pas vu, mais le verre était fissuré. Il avait mal mesuré sa force, et avait serré trop fort au moment de le rattraper.

"Oh, pas à ce point... J'ai pour ainsi dire triché."

'Quand vous serez prêt, nous pouvons aller à cette expérience de réalité virtuelle? Je suis plutôt intrigué par les possibilités. C'est un jeu ou...?'

Le vampire retourna à la contemplation de l'orbe solaire, désormais presque extrait de sa gangue de terre et de roche. Le ciel perdait ses nuances. Il prenait une teinte bleu azur peu contrastée et il lui devenait de plus en plus difficile de s'imaginer en situation réelle. Dans la pénombre, l'image était plus réaliste. Il eut un sourire nostalgique, suivi d'un court soupir.

"Le plus intéressant est passé. Je ne veux pas vous faire attendre plus longtemps. Vous allez voir que ce n'est pas vraiment un jeu.. Plus une attraction ! Imaginez un grand huit avec un scénario, et vous serez près du compte. Devrions-nous laisser le choix du scénario au hasard ?"

La lumière s'éteignit. L'opérateur avait plutôt l'air pour cette option.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi - Page 2 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 2 Icon_minitimeMar 1 Oct - 23:26

Il s’ouvrait à propos de son passé. Elle ne savait pas comment réagir, il était rare (si pas impensable) pour elle d’entendre des aveux aussi profonds de la part d’une personne qu’elle connaissait à peine. Que pouvait-elle lui dire ? Leur mondes étaient complètement différents, le seul autre Vampire qu’elle connaissait était entièrement heureux à présent et habitué au manque de soleil. Quant à Esteban, c’était un garçon pour qui cette expérience était récente, il pouvait en parler, mais la douleur pouvait se faire sentir. Cependant, quand il s’était finalement ressaisit, elle ne pouvait s'empêcher de penser à sa manière un peu enfantine, peut-être en faisant un bien du mal qui était arrivé ?

‘Non, vous ne ruinez pas l’ambiance’ elle le rassurait, avec une grande envie de poser sa main sur son épaule ‘c’est… Comment dire… C’est une expérience qui vous est arrivé pour laquelle je n’ai pas de mots, mais vous avancez et avec ce qui vous est arrivé vous allez rendre des gens très heureux.’

Elle s’arrêta avant de continuer, sa langue se déliait aussi et cela n’était pas toujours très bon signe. N’étant pas entièrement sûre de comment cela allait être reçu elle s’excusa.

‘Je vous demande pardon. Je… Hmm… Je ne voulais rien présumer. Tout ce que je veux dire c’est que vous êtes inspirant dans la manière dont vous n'abandonnez pas.’

Elle le dit très timidement, elle angoissait toujours quand elle s’exprimait librement. Qu’elle parle officiellement ou librement c’était toujours la même chose : à moins qu’elle ne parle de choses banales, la princesse avait toujours peur de dire quelque chose de travers. Certes, elle a réussi à le blesser ou l’offenser à plusieurs reprises, elle essayait tant bien que mal de se tenir. Surtout qu’il avait montré un peu plus de retenue au départ pour de bonnes raisons. Maintenant qu’il se décontractait, elle ne voulait pas qu’il se referme une fois de plus.

Elle remarqua que la main d’Esteban était toujours sur son verre et que ses mains touchaient la sienne. Celle-ci tenait le verre bien fort, mais il ne semblait plus pour autant gêné par leur contact physique. Elle remarqua qu’elle s’était penché pour chuchoter comme une gamine à l’école et à présent ils étaient très proches. Trop proches, elle le savait, mais elle aussi ne s’était pas éloigné directement. Son monde était tellement éloigné du sien, mais elle sentait comme un rapprochement et une sorte d’espoir que leur chemins allaient se croiser et qu’ils allaient rester ainsi. Qu’il ait son charme Vampirique était une chose, mais elle se sentait légère à l’idée de se rapprocher juste un peu plus. La manière dont il la regardait lui rappelait bien des scènes de film, juste avant le moment crucial : les deux jeunes gens se rapprochaient de plus en plus… Un peu plus…

Et non, soudain il ricana et elle aussi revint à la réalité, très brutalement. Elle se racla la gorge, de manière pas très royale et rit aussi, un peu gêné d’avoir presque fait une bêtise royale.

Pfiouuuuuuuuu !

Therese sentait qu’elle commençait à suer. Quelle horreur, elle espérait qu’il n’allait pas sentir, ni remarquer, ni quoi que ça soit. Son verre était peut-être fissuré, elle le prit cul sec et le posa à côté d’elle sur une petite table. Cette tension était de trop, son petit cœur allait exploser si elle ne faisait pas quelque chose qui pouvait faire exploser cette énergie qui était en train de somnoler amoureusement en elle.

Il faisait noir. Elle ne s’attendait pas à ce que ce lever du soleil soit interrompu aussi abruptement. Tess ne voyait plus rien et elle ne savait plus trop que faire de ses mains. Un grand huit il disait ? Si ça allait l’aider à décontracter et libérer cette tension qui était en train de se créer.

‘Un grand huit, un saut d’un hélicoptère en chute libre ou en parachute ou quelque chose du genre. Oui, s’il vous plait !’

Elle s’adressait à Esteban avec l’enthousiasme d’une jeune fille et à l’opérateur en regardant autour d’elle. Que pouvait Patrick penser de tout cela ?
Patrick quant à lui était assis au fond, on aurait dit qu’il dormait alors qu’il était sur son téléphone, tout comme Octavio. On pouvait à peine les entendre, mais on aurait dit qu’ils s’entendaient à merveille dans leur conversation monosyllabique.
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi - Page 2 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 2 Icon_minitimeJeu 3 Oct - 18:13

Elle essayait de le consoler, semblait-il. C'était très gentil de sa part, même si étrange étant donnée la manière dont elle l'avait ostracisé plus tôt. Esteban n'avait pas envie que cette soirée se transforme en séance de psychologie improvisée où il aurait raconté ses malheurs à la princesse pour s'attirer sa compassion. Ils étaient ici pour faire connaissance, certes, mais aussi pour se divertir. Et ces histoires n'avaient rien de divertissant.

Rendre des gens très heureux... Être inspirant... Il n'avait jamais vu les choses sous cet angle et à vrai dire, quoique ce fut très flatteur, il doutait du dernier point. La descente aux enfers avait été rude. Il n'avait remonté que très lentement la pente. Dire qu'il n'avait jamais abandonné aurait été un mensonge. C'est juste qu'on l'avait repêché à chaque fois. Il eut un sourire humble - ce qui n'était pas si courant de sa part, même si l'épreuve de la transformation lui avait appris une certaine forme d'humilité.

"J'ai eu de l'aide. Mais je vous remercie."

Leurs échanges débouchèrent sur un accident qui cassa presque un verre. Esteban avait réussi, de justesse, à empêcher la catastrophe. Cela s'était soldé sur un moment gênant. Attiré par la proximité de la jeune femme, il l'avait fixée bien trop longtemps pour que cela soit honnête.

N'avait-elle pas fait de même, d'ailleurs ? Il était presque certain d'avoir senti la connexion entre eux s'embraser. Il se souvint du baiser qu'elle avait déposé sur sa joue la fois dernière et il se sentit tout chose, en même temps qu'un signal d'alerte se dressait, dans son esprit.

Impossible, impensable, intolérable, avait-on dit.

Par ailleurs, il était normal que Therese ait ce genre de réactions face à lui. Ils n'y pouvaient rien : c'était le fait de ce charme vampirique trop puissant. Qu'il en profite aurait été l'oeuvre d'un gredin, cela même si la naissance de Therese ne lui avait pas interdit pas les romances surnaturelles.

Il avait déjà établi que l'affinité qui existait entre eux n'était pas que le fruit de cette maudite magie, mais il préférait l'oublier. Il lui serait ainsi plus facile de garder une ligne de conduite impeccable.

Il la regarda poser son verre sur une tablette. Mauvaise idée. Esteban se retourna à la recherche d'Octavio, qui devait certainement être tout proche. Il ne le suivait habituellement pas de si près durant ses sorties, mais puisque Patrick était ici, le colombien avait probablement jugé bon de lui tenir compagnie.

"¿Podrías recuperar eso?"

Octavio descendit sans un mot de la place où il s'était installé, tout à l'arrière. Il vint récupérer le récipient. Au moment où il allait repartir, l'objet lui explosa littéralement entre les mains. Rien n'était plus dangereux qu'un verre fissuré. Ils avaient eu de la chance que l'accident ne touche pas directement Therese.

Octavio ne poussa qu'un grognement très discret, mais Esteban n'avait pas besoin du son pour savoir qu'il s'était coupé. Les yeux ronds, il retint une fois supplémentaire sa respiration.

"... y puedes quedarte afuera, por favor."

Il se racla la gorge. Il avait soudain la voix enrouée... Octavio et lui échangèrent un regard entendu, puis le chauffeur s'empressa d'aller porter les débris à la première poubelle venue. Il irait ensuite se laver les mains puis chercher un pansement pour sa plaie.

Contrôlant sa soif ravivée comme il le pouvait, Esteban tourna la tête là où aucune tentation humaine - ou métamorphe - ne résidait. Il passa une main contre son visage et fit en sorte de rester un peu plus longtemps sous apnée. Les dernières minutes du lever de soleil suffirent à apaiser ses pulsions. Il n'était donc ni tendu, ni fuyant, lorsqu'il expliqua à la princesse en quoi l'attraction allait consister.

Les lumières s'éteignirent. Therese s'exclama, ce qui lui arracha un éclat de rire léger. Il n'aurait pas imaginé qu'elle se montre aussi volontaire ! Et surtout, qu'elle envisage des simulations aussi... extrêmes. C'était dans ce genre d'instants qu'elle lui rappelait le plus Erin. Lorsqu'elle se montrait immodérément enjouée, et qu'elle ne semblait plus vouloir imposer de limite à ses fantaisies.

... Penser à ça était une très mauvaise idée.

"Il n'y a rien pour nous tenir à nos sièges, je doute que le saut en parachute soit une option ! Mais je suis certain que les employés auront l'obligeance de passer ce qui s'en rapproche le plus dans leur collection..."

... Ils avaient tout intérêt, sans quoi il irait s'occuper personnellement de leur remonter les bretelles.

Au bout d'une dizaine de secondes d'obscurité et de silence (... L'opérateur était probablement en train de changer le film qu'il avait prévu de passer par un autre), des cuivres véhéments se mirent à hurler au travers des hauts parleurs et firent résonner puissamment toute la salle. Ainsi parlait Zarathoustra. Un choix très classique, mais toujours intéressant. Alors il supposait que le sujet serait...

... Gagné. Ils voyaient l'intérieur d'un cockpit, et au travers de la vitre de ce dernier, une piste de décollage. L'appareil dans lequel ils venaient d'embarquer n'était clairement pas un Boeing, et leur destination dépassait certainement la stratosphère.

"Oh ! Je crois que nous allons visiter les étoiles... Décidément."

L'aurait-elle entendu ? La musique était très forte, elle risquait de ne pas avoir remarqué son commentaire. Ce n'était pas très grave.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi - Page 2 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 2 Icon_minitimeVen 4 Oct - 0:03

Montrer tant d’humilité ? Ah, il avait peut-être un peu de mauvais caractère en se plaignant et en étant parfois un peu froid envers Octavio, mais au fond elle voyait en lui un homme avec beaucoup de courage. La Princesse ignorait beaucoup de la non-vie de son interlocuteur, elle n’avait aucune idée de comment elle réagirait à une potentielle transformation. Clairement, ce genre de choses pouvait arriver à n’importe qui et à n’importe quel moment et cela lui faisait très peur. Toujours protégée par sa famille, il y avait bien moins de chance que cela arrive à elle, mais cette nuit-là au Quartier Sanglant pouvait potentiellement tourner très vite au vinaigre. Heureusement qu’Esteban l’avait récupéré, elle se rendait compte à quel point elle avait risqué en s’aventurant en secret dans ce quartier dangereux.

Après ce moment intense entre eux elle avait du mal à suivre ce qui se passait autour d’elle. Qu’est-ce qu’elle aimait l’entendre parler espagnol. Décidément, l’Espagnol et le Français étaient les langues les plus belles au monde. Complètement enamourée par le son de sa voix en sa langue maternelle, une fois de plus elle fit brutalement ramené à la réalité quand le verre se cassa dans la main d’Octavio. Elle sursauta dans son siège et, heureusement, rien ne s’était passé. En tournant sa tête elle voyait Patrick qui était debout et prêt à avancer, mais il s’arrêta en voyant Octavio avec un verre cassé dans la main et la petite grimace sur son visage.

Le Vampire semblait mal en point. Son oreille a repéré la rouille dans sa voix et elle voulait absolument lui demander qu’est-ce qui n’allait pas et si elle pouvait faire quelque chose, mais elle avait trop peur de se faire rejeter et de recréer un gouffre entre eux. Juste parce qu’il avait reparlé de cette horrible nuit où il fut transformé ne voulait pas dire qu’il allait raconter sa vie à une parfaite inconnue, à vrai dire. Surtout une qui a eu la maladresse de dire n’importe quoi, de peur de manquer de respect à la mère Luz-Descalzo. Oh quelle naïveté.

L’entendre rire lui réchauffait le cœur, elle était prête à n’importe quoi juste pour briser la tension qui se trouvait entre eux. Elle voulait se rapprocher un peu plus de l’héritier, mais la voix pleurnicharde (ou du moins la manière dont elle l’imaginait) de son grand frère ne pouvait pas la laisser tranquille. Le silence du roi résonnait dans son cerveau aussi, elle était prête à demander un autre verre, sauf que finalement le son des cuivres l’ont fait bondir une fois de plus dans son siège. Elle avait presque par réflexe attrapé le bras de son voisin, mais elle se retint assez vite, ne voulant pas déranger cette expérience qui allait être… Visiblement astrale !

Oh. Mon. Dieu.

Avec le son des cuivres qui hurlaient des hauts parleurs et son siège qui commençait à vibrer légèrement, elle n’entendit pas la réplique d'Esteban. Quand la fusée commençait à décoller, les vibrations étaient bien plus fortes et par réflexe elle s’écrasa pratiquement sur son siège, comme si elle ne pouvait plus bouger dû à la force du décollage. L’image était presque authentique et le ressenti était instinctif. Ce sentiment de pression au décollage n’était que dans sa tête, cependant il semblait tellement réel. Le décollage n’était pas long, mais les sièges étaient assez violents et son visage de jeune gamine surexcité n’avait pas changé. Quand la fusée a atteint une rapidité qui semblait correcte, le tout se calma assez vite. Une musique plutôt mystérieuse remplit la salle et quand le film projetait une image en dehors de la fusée, il n’y avait plus aucun son. Le son du vide de l’espace, la vue des étoiles, de la terre...la lune… Elle voulait commenter, mais ne pouvait pas se permettre de briser ce silence astral. Voulant absorber ce moment avec la personne à côté d’elle.

Les sièges bougeaient gentiment de droite à gauche, donnant un sens de légèreté avant que le film ne revienne brutalement dans la fusée. Celle-ci commença à faire des tours rapides de droite à gauche, Tess ne s’attendait pas à ce qu’elle perde l'équilibre dans son siège. La dernière chose pour une fille comme elle qui avait un sens d’équilibre impeccable était de se heurter contre le bras de son voisin. Elle s'excusa avec un petit rire et reprit son "équilibre". Décidément le croissant cet après-midi n’était pas assez, il fallait arrêter l’alcool pendant peut-être une ou deux heures ou jusqu’au dîner. La vue des planètes était époustouflante, elle avait l’impression de ne plus sentir ses pieds et de se sentir très petite dans un univers sans fin.

Les cuivres se firent entendre encore une fois, après avoir fait un tour entier ils allaient en route vers le soleil. La vitesse à laquelle la fusée avançait était époustouflante, elle sentait une chaleur sur son visage et cette chaleur devenait de plus en plus intense jusqu’à ce qu’il y ait une énorme bouffée d’air chaude et elle prit une grande inspiration.
Une fois de plus il faisait noir, le silence engouffrait la salle et quand la lumière s’allumait une fois de plus ; Therese semblait complètement ébahie. Il lui fallait un peu de temps pour se remettre de l'expérience, mais une chose était claire : elle voulait plus.

‘Oh ciel’ elle rit légèrement ‘c’était incroyable !’

Elle se leva de son siège et avança de deux ou trois pas avant de sentir sa tête tourner un peu. Après avoir retrouvé son équilibre elle se tourna vers l’héritier.

‘Tout va bien !’ elle voulait le rassurer juste au cas où ‘On y va ?’

Cette question était rhétorique, elle était déjà en route avec un enthousiasme qui dépassait tout standard. Du coin de l'œil elle vit Patrick, celui-ci avait un tout petit sourire et elle se sentait un peu rassuré : aux moins la soirée n’allait pas être complètement ennuyante pour lui. La jeune princesse assumait qu’on allait la suivre et juste à côté elle vit la salle de réalité virtuelle. Intriguée et très excité à l’idée d’avoir une expérience proche de celle du cinéma 5d, elle s’approcha du panneau qui expliquait ce qu’il y avait à disposition.

‘Alors, alors…’ elle lisait avec un air pensif au visage ‘... Nager avec des requins, merci sans façon… Danser ? Hmm… Non…hmm... Hmm ? OH !’ elle pointa du doigt sur une des expériences énumérées et se tourna vers Esteban avec un énorme sourire ‘Combat spatial !’

Une expérience dans l’espace pour un maximum de 6 joueurs, en équipe complète contre des aliens ou joueurs contre joueurs, avec des sièges qui simulaient le mouvement dans l’espace pendant les dits combats. Cette idée lui semblait géniale, elle ne pensait pas qu’Esteban était quelqu’un qui allait aimer le tir à l’arc ou le tir à armes à feu, mais pouvoir le faire en tant que marine de l’espace… ? Pourquoi pas, surtout si cette expérience allait être aussi réelle (ou plus ?) Que le cinéma 5d.

‘À moins que vous ayez une autre idée’ elle calma sa joie un peu, elle était bien trop excitée et peut-être qu’Esteban voulait faire autre chose, peut-être qu'elle devait se calmer elle-même aussi ‘ou si vous voulez prendre une pause… Nous pouvons nous poser quelque part ?’

Secrètement, elle espérait pouvoir tirer d’un fusil laser sur des aliens dans le vide de l’espace.
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi - Page 2 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 2 Icon_minitimeVen 4 Oct - 17:47

Il constatait avec amusement qu'on l'envoyait encore dans un ciel étoilé, lorsqu'il avait spécifiquement indiqué préférer les paysages diurnes. Ce n'était pas très grave : il avait eu son content de soleil un peu plus tôt, et la perspective d'une épopée astrale était très affriolante. Avec un sourire satisfait, il s'enfonça au fond de son siège et se prépara au décollage de la fusée, ou du vaisseau.

Les fauteuils vrombissaient fort et si ils n'étaient pas réellement collés contre leur siège, il était très facile d'en avoir l'impression tant l'expérience était réaliste. Elle l'aurait été encore plus si l'environnement avait été plus confiné, pour réellement donner l'impression d'être dans un véhicule spatial, mais ce n'était qu'un détail. Il suffisait à Esteban de s'imaginer être dans la salle de contrôle d'un immense vaisseau spatial pour que l'illusion gagne en puissance.

Le reste fut à la hauteur de ce début monumental. Après une phase de contemplation très calme, presque irréelle, le véritable intérêt du film se dévoila, et avec lui, les raisons pour lesquelles l'opérateur avait choisi celui-ci plutôt qu'un autre.

Le vaisseau faisait la course avec les étoiles. Ils visitaient les alentours de diverses planètes, des anneaux de saturne jusqu'à l'immensité littéralement astronomique de Jupiter. Ils slalomaient entre les astéroïdes à grande vitesse et à cette occasion, ils manquèrent de se tomber dessus à plusieurs reprises.

Therese s'excusa. Esteban quant à lui s'amusait trop pour s'inquiéter de ce nouveau contact involontaire, d'autant qu'il avait statué qu'il cesserait de mettre en garde la princesse lorsqu'elle aurait ce genre de gestes dans sa direction. C'était après tout elle que le protocole royal concernait directement - surtout dans cette situation où rien ne sortirait des murs. Cela serait probablement rébarbatif pour tout le monde qu'il passe son temps à lui rappeler qu'elle brisait des interdits lorsque c'était accidentel, ou lorsqu'au contraire elle le faisait en toute connaissance de cause.

Il lui jeta donc un coup d’œil rapide, le regard pétillant de ravissement. Il souriait de toutes ses dents. Éclatait de rire à intervalle régulier dans les virages. A une époque, l'attraction l'aurait sans doute un peu effrayé, mais depuis il avait fait des choses bien pires.

... Ces choses n'étaient pas toutes directement conséquences de sa transformation. Il ne fallait surtout pas sous-estimer le potentiel "terreur" d'une sortie en parc d'attraction avec Luisa. Il était vacciné de presque tous les types de manèges... Et pour ceux qui restaient, il était bien déterminé à ne plus JAMAIS remonter dedans.

"Aucun souci."

Ils visaient maintenant le soleil. Cette toute dernière partie du film l'amusa soudain beaucoup moins. Il cherchait à en profiter tout aussi innocemment que du reste mais le spectacle, bien que magistral, ne parvenait pas à masquer la petite voix perverse qui se glissait dans son esprit à son insu. C'était peut-être même encore pire, car l'émotion induite le rendait plus vulnérable.

Il avait longtemps pensé que sa vie... sa vie actuelle, ce qu'il n'aimait plus autant qu'avant appeler sa "non-vie" s'achèverait précocement, avec la fin du procès qu'il avait intenté à son père. C'était pour cela qu'il avait acheté un penthouse disposant d'un immense plafond de verre : il avait eu l'intention de mettre fin à ses jours suite à un ultime bain de soleil. Il n'avait plus envie de mourir et ses projets de suicide n'étaient donc plus d'actualité... Mais rien ne lui disait que dans cette existence vouée à une longueur étourdissante, l'envie ne finirait pas par revenir. Même ainsi il finirait bien par partir et il y avait de fortes chances que cela soit par le feu, qu'il fut astral ou non. Il n'y avait plus grand chose d'autre qui pouvait le tuer, après tout.

Cette perspective le plongea dans la contemplation d'un avenir incertain, auquel il ne pensait jamais en temps normal. Et pour une bonne raison : cela l'angoissait profondément. Que ferait-il lorsque tous ceux qu'il connaissait vieilliraient ? Que ferait-il quand ils mourraient ? Car à moins de devenir comme lui, ils partiraient tous avant lui. Il se retrouverait tout seul dans un monde devenu étranger, et il devrait encore continuer longtemps, longtemps...

... Puis tout s'arrêterait, dans la violence... Le sang, ou la chaleur. Les souffleries lui crachèrent un nuage d'air brûlant au visage et Esteban tressaillit. Quand les lumières se rallumèrent, il fixait encore l'écran, comme si il s'y était encore affiché ce soleil menaçant, rappel de son destin inéluctable. Était-il bien à plaindre ? Tout le monde finissait par mourir. Et lui plus tard.

... Seul, après avoir vu partir tous ses proches. Seul et brutalement.

"Tout va bien?! On y va??"

Il prit une grande inspiration et secoua la tête, histoire de s'en sortir les idées morbides. Tout cela ne le concernerait que dans très, très, très longtemps. Pour le moment, tout allait aussi bien que faire se pouvait, et il était en train de passer une excellente soirée avec la princesse Therese en dépit d'un début tortueux.

"Oui ! Je vous prie de m'excuser, j'étais encore bouleversé par le grandiose de ce spectacle. Cela vous a-t-il plu ?"

Question rhétorique car il pouvait voir à son attitude qu'elle était surexcitée. Ravi de la voir ravie, et ravi qu'ils trouvent des goûts en commun, il eut un grand sourire et se redressa, pour la suivre dehors. Il croisa son reflet dans une paroi brillante et s'arrêta très brièvement, insatisfait. Le manège avait eu raison de sa coiffure, des cheveux sortaient n'importe comment de son catogan. Il le retira donc et, en même temps qu'il rattrapait Therese, fit en sorte de le nouer à nouveau. La queue de cheval qu'il faisait le plus souvent était lâche, soit attachée loin de sa nuque, mais ce n'était pas une raison pour ressembler à un épouvantail. Il s'arrêta derrière la jeune femme, laquelle était en train d'explorer la carte électronique de l'étage. Il était bien heureux qu'elle décide, cette fois, de leur prochaine destination.

"Combat spatial?!"

... Vraiment ? Nouvel éclat de rire amusé.

"Je vois que cette thématique vous emballe ! Cela me va parfaitement, je suis curieux de voir ce que donne la salle de réalité virtuelle du navire."

Ils étaient donc partis, et bien vite arrivés puisqu'ils restaient dans le même quartier du bateau. Entre temps, ils avaient récupéré Octavio, lequel n'avait malheureusement pas pu assister à la séance de cinéma. Esteban jeta un coup d’œil rapide à ses mains. Bandées. L'odeur de sang était encore perceptible, mais très légère, et donc très supportable. Même à bonne distance, celle du garde métamorphe était dorénavant plus gênante.

Ils furent accueillis par un employé qui leur expliqua rapidement le fonctionnement de la salle. Il fallait rentrer à l'intérieur puis configurer le jeu selon leurs désirs. Ils pouvaient faire autant de parties qu'ils le souhaitaient, et ce pour n'importe laquelle des simulations proposées.

Ils entrèrent donc à l'intérieur d'un grand espace vide, mais qui n'allait pas tarder de se remplir grâce à la magie des nouvelles technologies. Esteban s'approcha de la console de paramétrage et commença à toucher les boutons... Ou plus précisément la lumière aux murs qui tenait lieu de boutons.

"Alors voyons... Le combat spatial, c'est ici. Oh ! Je crois qu'il faut que nous indiquions... Oui. Évidemment je ne peux pas jouer avec le même mode de difficulté."

La machine demandait le nombre de joueurs, mais aussi l'espèce des joueurs. Il aurait pu se vexer, mais il comprenait pourquoi c'était nécessaire. Il entra donc le nom de Therese (...ou ce qui voulait bien rentrer, car son nom complet était trop long) et il indiqua qu'elle était norme. Vint son tour. Il indiqua sa nature vampirique, et l'application lui proposa (ou plutôt lui imposa) un test de réflexes qui n'avait pas été nécessaire pour la jeune femme.

"Ah. Ça paraît logique... J'espère que ça ne sera pas trop long je ne voudrais pas que vous vous ennuyiez."

Le test consistait en une série de points lumineux qui apparaissaient à l'écran et qu'Esteban devait "toucher" le plus rapidement possible. Au début, c'était ridiculement lent, mais le jeu gagna progressivement en vitesse, si bien qu'il se retrouva bientôt à gesticuler dans tous les sens, plus vite et avec plus de régularité qu'aucun être humain n'aurait pu le faire. La vitesse dépassa toutes limites perceptibles pour le commun des mortels. Esteban ne fut bientôt plus qu'une tâche floue qui bougeait trop rapidement pour qu'en puisse en comprendre les mouvements, mais le jeu parvenait à suivre, car il continuait de marquer des points.

Son score s'afficha finalement au centre de l'écran, où apparut un petit curseur de rapidité qui se déplaça presque tout à droite. Esteban s'arrêta et tomba à genoux sur le sol, complètement épuisé. Il allait lui falloir quelques petites minutes avant de se remettre à jouer car l'effort de super vitesse, sur une telle durée, lui avait pris toute son énergie. Pantelant, il regarda son résultat et ne fut que modérément surpris... Il lui avait bien semblé être particulièrement rapide, même parmi ceux de son espèce. A plusieurs reprises, des événements lui avaient mis la puce à l'oreille.

"Je...Vais vous.. Laisser commencer seule... Si cela ne vous dérange pas !"
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi - Page 2 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 2 Icon_minitimeSam 5 Oct - 11:26

Elle n’avait que brièvement remarqué qu’Esteban était plongé dans ses pensées. À quoi pouvait-il penser? Tess avait beaucoup aimé le spectacle, mais elle se doutait que la fin était peut-être de mauvais goût pour le Vampire. Après tout un lever de soleil était doux et serein, ce qui venait de se passer était d’une sorte de violence brute et elle ne pouvait pas imaginer à quel point cela pouvait affecter le jeune héritier.

‘Oui!’

Enjouée, on aurait pu l’imaginer sautiller vers la sortie et le reste des attractions. Ce miroir devant lequel Esteban s’était brièvement arrêté avait déjà été utilisé par la Princess pour arranger ses bouclettes noires, car effectivement la salle de cinéma 5d était tout de même violente. Les attractions technologiques semblaient avoir beaucoup de potentiel, s’il y en avait une qui pouvait simuler des armes à feu correctement… Elle avait un doute quant à la similarité de ses hobbies avec ceux du Vampire, mais autant trouver ce juste milieu pour pouvoir s’amuser. Après tout, elle voulait plaire et elle voulait qu’il s’amuse aussi.

‘La thématique est intéressante, certes, je voulais aussi voir à quel point les armes à feu sont réalistes.’ elle lui répondait tout en avançant à ses côtés ‘quand je ne m'entraîne pas je fais du tir au pigeon d’argile, entre autre. Mon frère et moi étions rivaux, à une époque… C’était amusant!’

À une époque.

Ce moment de nostalgie ne resta pas, elle savait que ce qui était dans le passé et qui concernait son frère devait rester dans le passé.

Elle était plus ou moins au courant que toutes sortes d’armes à feu étaient légales aux States, en Angleterre les règles n’avaient pas énormément changé depuis des décennies. Le port d’armes par les citoyens était complètement interdit et il fallait avoir une license spéciale pour utiliser des fusils, une license qui était assez simple pour la royauté à obtenir.
Cependant elle n’était pas sûre à quel point Esteban approuvait des armes à feu, Tess aimait l’idée de pouvoir les utiliser pour le sport mais n’a que tiré d’un fusil à pompe, d’un fusil normal et une fois d’un Margolin MCM quand elle était en entrainement dans l’Europe de l’Est (Patrick lui avait permis sous sa tutelle). Il semblait que les avis étaient entièrement partagés aux États-Unis.

La princesse observait ce que faisait Esteban. Autant le laisser faire, elle n’avait jamais joué à ce genre de choses et n’avait aucune idée de comment cette magie noir fonctionnait, mais elle semblait y prendre goût. Quand il jouait avec les paramètres, elle regarda Patrick qui semblait perplexe: il contemplait un panneau avec les autres activités à disposition.

‘Patrick, si vous avez envie de faire quelque chose, n’hésitez pas…’

‘Merci, votre altesse.’


Il était poli, mais ne bronchait pas. L’Irlandais voulait peut-être faire l'expérience sous-marine, mais il reconnaissait un vampire affamé et il se tenait assez loin de l’héritier pour le bien de tout le monde, mais assez près de la princesse pour intervenir si quelque chose arrivait. Le danger n’avait pas besoin de venir du jeune héritier, le garde du corps était prêt à tout.
Tess fronça les sourcils avec un sourire un peu aigre: voir son nom entier, c’est-à-dire Therese, était toujours un sujet navrant pour elle. Ce nom qu’elle trouvait moche n’était que passable en forme de Tess ou à la limite Terri. Ce n’était pas la faute à Esteban, mais elle lui avait demandé dans le passé de l’appeler Tess, mais il ne faisait que l’appeler “Mademoiselle” la plupart du temps. Tant pis, elle pourra lui demander une autre fois!

Le test de réflexe avait poppé sur l’écran et elle haussa un sourcil, après qu’Esteban lui ai expliqué la raison du pourquoi, du comment elle émit un ‘aaah’ intéressé. La princesse avait déjà été témoin des réflexes du jeune homme, mais de là à le voir en toute sa splendeure? Ça, elle ne voulait pas le louper. Il commençait assez lentement, mais plus ça accélérait, moins ça allait. Sa tête tournait dans tous les senses et elle abandonna complètement. Cette tache floue qu’était devenu Esteban l’avait époustoufflée. D’ailleurs elle était contente qu’il ne la regarde pas, son air royal et charmant avait laissé place à un poisson hors de l’eau.
Elle vit Esteban tomber à genoux et par réflexe, la princesse se précipita vers lui et s’accroupit pour voir si, effectivement, tout allait bien et quand il lui dit de commencer sans lui elle alla vers un des sièges. Une petite table à côté commençait à l’intriguer et au lieu d’aller sur le siège elle s’approcha de cette table qui avait des gants, des genouillères, des coudières, des visières en forme de lunettes et des sortes de bracelets électroniques qui semblaient pouvoir être placés sur les chevilles et les poignets… Elle commençait plus ou moins à comprendre ce qui allait se passer. Sans attendre elle alla directement “s’armer” et abandonna l’idée du siège pour l’instant. Les sièges étaient là pour une raison, elle allait bien découvrir pourquoi. Il ne lui restait qu’à récupérer deux manettes et choisir son personnage.

‘Ca change de mon costume pendant les tournaments, mais c’est un look à explorer.’ elle rit en se regardant avec tout l’équipement sur elle.

Elle revint vers l’écran pour choisir son personnage et apprendre à jouer le jeu… mais surtout comprendre ce qui allait se passer. Apparemment tout ce qu’elle portait pouvait être identifié en jeu avec l’aide d’une petite caméra placé sur l’écran, de ce fait quand elle devait choisir son personnage, ils bougeaient en même temps qu’elle ce qui l’amusait énormément.
La princesse opta pour Meg Ripley, marine qui venait d’une colonie qui habitait la planète LV489 et qui se spécialisait en fusil à pompe. Idéal!

‘Bon, regardons…’ elle fit face à un choix de jeux ‘Joueur contre joueur, équipe, solo… Joueur contre joueur du coup?’ en optant pour l’option, vint une nouvelle explication ‘“Chaque joueur doit survivre 5 vagues d’attaques à difficultés variantes, la personne avec le plus de points gagne la partie.” pourquoi pas!’

Après avoir fait sa sélection elle se plaça au milieu de la chambre et elle était complètement épaté par les détails et elle ne pouvait s'empêcher de ricaner.

‘Oh. Mon. DIEU! C’est tout juste incroyable on a vraiment l’impression de s’y trouver… Je peux voir mes mains avec le fusil c’est juste…’

Sauf qu’en levant sa tête elle fit face à une énorme fourmi. Elle poussa un cri aigu, tourna sa tête de côté et ses mains devant elle appuyait sur n’importe quel bouton. La fourmi géante était bien morte, c’était déjà ça, mais maintenant il fallait qu’elle se concentre. Pour quelqu’un qui n’avait pas beaucoup joué aux jeux vidéos, elle se débrouillait plutôt bien. Elle utilisait tout ce qu’elle pouvait, des coups de pieds, de coudes… Bon, sa robe volait un peu en l’air quand elle donnait les coups de pieds, mais ça elle avait complètement oublié tellement elle était absorbé par le jeu. Chaque vague durait 1 minute et 30 secondes, en commençant avec des fourmis géantes, puis quelque chose qui ressemblait à des harpies robots en plein vol, des singes armés jusqu’au dents qui lui tiraient dessus, l’avant dernier round devait être fait sur le siège ce qui avait provoqué une vague de rires et de “wooooo” quand elle semblait être en plein vol dans l’espace à tirer sur des vaisseaux spatiaux avec quelque chose qui ressemblait à un RPG. Le dernier round était bien moins excitant, mais plutôt terrifiant. La zone était déserte et elle ne vit que la queue de quelque chose bouger à côté d’elle, quand elle se retourna il n’y avait plus rien. Elle commençait à paniquer et commenter qu’au final c’était quand même un peu terrifiant, quand soudain quelque chose l’attrapa par le pied (le bracelet avait vibré tout autant) et elle sursauta. Sur l’écran on pouvait voir qu’elle s’était retrouvé nez-à-nez, tête en bas avec l’Alien. Terrifié, elle poussa un cri et tira de son fusil droit dans sa tête. L’alien était mort, mais elle avec hélas...

‘J’ai… wow…’ elle enleva le viseur, un peu verte ‘C’était une expérience pas comme les autres je dois avouer...Je comprends pourquoi c’est de courte durée.’

N’ayant pas l’habitude de la virtualité réelle, la Princesse semblait avoir la nausée. Elle enlevait son matos et après avoir reposé le tout sur la table elle se dirigea vers Esteban.

‘À votre tour! Est-ce que tout va bien?’

Patrick était assez loin des deux jeune gens, elle faisait en sorte de ne pas parler très fort et semblait se faire tout de même un peu de souci pour l’héritier.
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi - Page 2 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 2 Icon_minitimeSam 5 Oct - 18:48

Esteban avait beau être né aux États-Unis, les armes à feu n'étaient pas quelque chose qui lui plaisait énormément du moment qu'on sortait d'un cadre virtuel. Il en utilisait plus qu'à son tour dans les jeux vidéos, mais dans la vie réelle, jamais.

Sa mère n'aurait pas accepté qu'il touche à un revolver et il n'avait de toutes façons jamais été attiré par les armes à feu. N'avait jamais vraiment compris ce qui passionnait tant de gens à ce propos. La violence le repoussait irrépressiblement, il ne la supportait pas. Ces objets étaient fabriqués dans l'objectif de tuer, on n'aurait jamais dû les traiter autrement que comme de vulgaires outils destinés à faire ce qui devait être fait. Ce n'étaient pas des Rolls Royce, il n'y avait pas de quoi se vanter.

Même sa famille paternelle s'était abstenue de le pousser vers ce domaine. De la même manière qu'on ne l'avait pas impliqué dans le TPH avant ses seize ans, et seulement parce qu'il avait surpris par hasard la réunion de Bâton-Rouge tenue dans la maison de son oncle Juan, on avait préféré éviter de lui mettre quelque chose d'aussi dangereux dans les mains. Esteban était trop doux, et surtout trop maladroit - même si on ne le lui disait que rarement, sous peine qu'il ne se fâche très fort. Il aurait eu plus vite fait de se blesser qu'autre chose.

La seule fois où on lui avait mis une arme dans les mains était lorsqu'on lui avait fait garder cette vamp emprisonnée, dans la cave de la maison de Juan. On lui avait bien dit de ne l'utiliser qu'en cas d'extrême urgence, pour se protéger. Autant dire que cette précision n'avait pas été nécessaire, d'autant que tirer en n'ayant jamais appris et en espérant que cela se passe bien lui avait paru être une idée parfaitement idiote.

Loin de lui l'idée de juger Therese, laquelle était en train de lui expliquer l'un de ses hobbies. Ironiquement, l'anglaise maîtrisait mieux le sujet que l'américain. Le tir au pigeon d'argile était par ailleurs un sport très respectable, qu'Esteban séparait entièrement de la conception plus générale des armes à feu qu'il avait. Elle ne lui avait encore que très peu parlé d'elle-même et il était curieux d'en apprendre plus. Il buvait donc ses paroles, sans la lâcher des yeux.

"Vous êtes décidément une grande sportive ! La gymnastique, et maintenant le tir au pigeon d'argile..."

... Pour des raisons qu'on ne citerait pas il savait aussi qu'elle pratiquait la danse. De peur qu'elle saute sur cette occasion pour lui proposer d'aller en faire trois pas sur la piste, il évita sciemment d'aborder ce sujet.

"... A vrai dire je n'y connais pas grand chose, mais vous trouverez sans doute les contrôleurs moins lourds. Et ils ne reproduisent pas... Comment cela s'appelle t-il, déjà. Ce phénomène par lequel il devient facile de se faire casser le nez. L'effet de recul ?"

Il essayait de ne pas paraître parfaitement idiot ou ignorant et se basait sur le peu de notions qu'il avait, pour avoir suivi quelques discussions soit au lycée, soit dans sa famille.

Pour faire l'état des lieux de ses réflexes et régler le jeu à un seuil de difficulté adéquat pour lui, la machine l'avait poussé dans ses derniers retranchements. Il était épuisé parce qu'il était censé être épuisé, ce n'était donc pas un problème. Il serait plus en forme d'ici quelques courtes minutes. Les modes de récupération d'un norme et d'un vampire n'étaient pas comparables.

Cela dit, il payait cher le fait d'avoir refusé de se nourrir avant de partir en soirée. La soif était une ingrate qui ne comptait pas les fois où on la satisfaisait et attendait plutôt la moindre situation qu'elle jugeait contrariante pour se manifester. Faire des efforts de super-vitesse le ventre vide était par essence une mauvaise idée, et il espérait que le jeu ne lui ferait utiliser ce pouvoir que modérément.

Assis par terre de la manière la plus convenable possible, il rit de la plaisanterie émise par la princesse. Elle avait choisi de jouer avec le casque, ce qui lui offrirait plus d'immersion que le simple affichage du cube de réalité virtuelle, aussi impressionnant fut-il. Et effectivement les capteurs qu'elle s'était accroché un peu partout pour le bien du dispositif lui donnait une allure plutôt... futuriste.

Si elle lui avait laissé le temps de répondre, Esteban lui aurait plutôt proposé de lancer une partie solo en attendant qu'il la rejoigne afin de vraiment débuter le jeu en mode coopératif. Le JcJ le mettait mal à l'aise, surtout dans ce contexte où malgré le calibrage qu'il venait de subir, il n'était pas franchement certain que le duel serait équilibré. Mais il ne voulait pas la contrarier.

"Pourquoi pas, oui !"

Elle enfila le casque et démarra la partie. L'exclamation qui lui échappa provoqua le sourire attendri du vamp. C'était une fois de plus adorable de la voir découvrir les capacités de la réalité virtuelle. Mais les ennemis arrivaient. Esteban leva la tête en direction d'une grosse fourmis qu'elle semblait ne pas avoir encore remarquée, trop occupée à s'extasier face au réalisme du jeu.

"Attention, au dessus de vous !"

Oui, il aidait "l'ennemi"... Franchement, peu lui importait. Il était parti du principe qu'ils allaient jouer en équipe alors il n'était pas du tout dans une optique de compétition. Ça n'aurait pas été très convenable, à l'occasion d'un premier vrai rendez-vous.

Esteban se tut et observa Therese avancer au travers du niveau, lequel était original, au bas mot... L'armée des  singes côtoyait quelques animaux mythologiques et une flopée de vaisseaux qui se tiraient les uns sur les autres à la façon d'une guerre des étoiles survitaminée. Globalement, tout lui paraissait très lent, trop lent. Il aurait eu le temps de tuer tous les monstres trois fois sans dégâts si il avait été à la place de Therese. D'où l'utilité du test de réflexes. La partie avec l'alien ne le mit pas très à l'aise non plus. Il grimaça. Sursauta avec la princesse lorsque la créature apparut et tua son personnage. Il n'avait jamais entièrement aimé les jeux vidéos d'horreur. Trop stressant à son goût. Il préférait laisser Karl jouer.

"Oui... C'est plutôt intense, n'est-ce pas ? Ne vous inquiétez pas pour moi... Ce n'était qu'une fatigue de courte durée, je suis prêt !"

Esteban se redressa et récupéra donc la panoplie de capteurs et le casque qu'il lui fallait enfiler pour continuer le jeu avec son profil. Une petite grimace comique dans la direction de la princesse pour lui montrer le point auquel la panoplie jurait sur son beau costume Brioni, puis il enfila les lunettes et entra dans sa propre partie.

Le niveau était différent, heureusement. Il n'aurait pas été juste pour Therese qu'il sache d'avance tout ce qui l'attendait. Esteban disposait d'une roue qui lui permettait de choisir entre différentes armes à distance, et de mêlée. Il opta pour un fusil laser et pour une hachette, parfait équilibre entre poids et vitesse. Une meilleure portée n'aurait pas été de trop, mais on faisait ce qu'on pouvait.

Il était sur une planète déserte. Le ciel était sombre (encore !) et l'air, rougeoyant. Le vent puissant soulevait à intervalle régulier d'immenses volutes de sable. Était-il sur mars ? C'était possible... Il avança en direction des reliefs à l'horizon, jugeant mauvaise l'idée de rester sans couvert trop longtemps.

Sur le chemin, il lui fallut tuer plusieurs ennemis, mais il parvint rapidement à son objectif et c'était tant mieux, car une horde de mantes religieuses géantes sortit de nulle part pour fondre sur lui. Mettant à nouveau ses réflexes à l'épreuve, il tira aussi vite que possible sur ces créatures abjectes et n'eut à n'en abattre à la main qu'une seule, qui s'était approchée de trop près de sa cachette. Il continua d'évoluer dans le paysage aride, avançant de couverts à couverts, de planques en planques pour éviter de se jeter dans la gueule du loup et pour survivre, de la sorte, le plus longtemps possible. Si la princesse le regardait faire, elle perdrait de temps en temps le fil de ses mouvements. le jeu le poussait parfois à faire usage de la super vitesse. Rien de semblable à ce qu'il avait dû faire en amont, cependant. Il finit par trouver son chemin jusqu'à un vaisseau qui décolla et lui permit à son tour de s'adonner aux joies des combats spatiaux.

Cette convergence tardive avec le scénario de Therese ne lui disait rien de bon. Lorsqu'il se retrouva dans la même zone sombre où l'alien avait tué l'alter ego virtuelle de la princesse, il grimaça.

"Oh non..."

Sur les nerfs, il sursauta et poussa un cri apeuré lorsqu'il entendit la créature approcher sur sa droite. Il se retourna à toute vitesse et disparut d'un coup, pour réapparaître au fond de la pièce. Cela avait éloigné efficacement le monstre, qui s'approchait encore de lui mais qu'il avait maintenant de son viseur. Il vida tout son chargeur d'énergie dans la créature qui s'effondra sur le sol. Un nouveau vaisseau atterrit en face de lui et en sortirent quelques hauts gradés souriants venus le féliciter. L'écran de fin s'afficha et avec lui, son score. C'était dommage pour la princesse ! Elle était presque allée au bout du scénario. Souriant, il retira son casque et commenta, en même temps qu'il retirait les capteurs de ses vêtements.

"C'est un bon scénario mais l'alien est un peu de trop... Vous ne trouvez pas ? Ces mécanismes d'horreur ne sont pas pour tout le monde..."

Voulait-elle recommencer ? Ils le pouvaient, mais peut-être avait-elle eu son content d'émotions fortes.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi - Page 2 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 2 Icon_minitimeDim 6 Oct - 12:29

‘Vraiment?’ elle haussa un sourcil, intéressée ‘Je vais essayer de trouver un peu de temps dans ce cas pour essayer. Sinon, oui… je suis gymnaste avant tout et la majorité de mes hobbies tournent autour du sport. Enfin… le peu de temps qui me reste, je m’occupe de la volière et je fais un peu de couture.’

Tess ne savait pas comment cet aveux la présentait. Elle ne parlait pas souvent de ses oiseaux et de sa couture, surtout qu’elle passait son temps dans la volière à faire la dite couture et à écouter le chant des oiseaux. Cela risquait de la faire passer pour quelqu’un qui n’aime pas les gens ou sa famille en général. Quoiqu’il y ait un peu de vérité dans ce dernier, elle retrouve sa mère régulièrement à la volière pour bavarder. Rien de profond, une conversation à l’Anglaise: le mauvais temps.

Pendant qu’il récupérait des forces, elle s’amusait énormement et appréciait le fait qu’il lui avait donné un coup de main. Un peu déçue d’avoir perdue, elle alla le voir si tout allait bien.

‘Intense et incroyable! Je voulais simplement vérifier si éffectivement tout allait bien, j’ai hâte de voir à quel point vous vous débrouillez!’

C’est vrai que la panoplie avec le costume Brioni était… particulière. D’ailleurs elle tira la langue comiquement tellement c’était amusant. Quand il commença la partie, c’était évident qu’il savait ce qu’il faisait, il n’y avait pas à dire. Il était bien trop rapide pour qu’elle puisse l’aider. Alors comme ça le jeune héritier est un joueur de jeux vidéos? Son frère jouait, elle le regardait quand ils étaient jeunes, mais depuis la technologie a quand même évolué un peu plus et leur passe-temps aussi. Si la réalité virtuelle était à présent accessible à n’importe qui et de telle qualité, elle pouvait se voir trouver un nouveau passe-temps assez vite. Cependant elle n’avait pas de temps pour rajouter quelque chose de nouveau et abandonner ce qu’elle faisait à présent était hors de question. Jouer aux jeux vidéos avec le Vampire à chaque fois qu’ils se voient? Pourquoi pas.

Elle espérait tout de même qu’elle pourra revenir le voir. Ou qu’il aura la possibilité de venir la visiter au Buckingham Palace. Avec ce nouveau médicament ils pourraient aller voir le jardin royal, être tout en haut du London Eye… pendant l’été alors. Le reste du temps tout était recouvert d’un nuage grisâtre. Comme à son habitude, Tess allait dans des trips à elle qu’elle savait n’allaient jamais arriver surtout si son frère avait le contrôle sur la situation, mais cette torture était douce amère.

C’était étrange à quel point toute la famille royale était divisé sur le sujet des Outres. Les avis prévalents étaient que tout Outre vivant était passable, mais les Vampires étaient souvent traités avec beaucoup de méfiance ou par certains avec énormément de mépris. Edward n’aimait pas les Outres qu’ils soient vivants ou morts, le fait que le danseur professionnel et le tuteur de Tess était Outre ne lui plaisait aucunement. Dans ce cas, qu’allait-il penser...non, que pensait-il de sa relation avec le jeune héritier? Une boule se forma dans sa gorge…

...Sauf qu’en fait cette boule était le fait qu’elle essayait aussi de suivre ce qu’il faisait. Tout allait trop vite et elle avait la tête qui tournait. Cependant, le moment avec l’alien l’a fit pouffer de rire. Voir Esteban faire ce cri apeuré était finalement quelque chose qui l’ammena à se décontracter encore un peu plus. Elle avait beau connaître Gio, il était à la fois flamboyant et distant et ne semblait avoir peur que de très peu de choses, Esteban semblait beaucoup plus humain que le danseur professionnel. Était-ce parce qu’il était encore jeune? Allait-il vraiment changer au fur des années et devenir… moins humain?

Elle tapa dans les mains en guise de félicitation.

‘Oui, j’avoue que l’alien m’a prise au dépourvu. Je me vois bien aimer ce genre de jeux, si jamais je m’y mettais au sérieux.’ elle marqua un temps et émit un petit soupir ‘Est-ce qu’on peut prendre un peu d’air? Je crois pas que mes yeux sont habitués à la réalité virtuelle, j’ai un peu mal au coeur.’

Dieu? Est-ce que je vous ai remercié pour le fond de teint? Oui? Merci encore.
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi - Page 2 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 2 Icon_minitimeDim 6 Oct - 16:14

Ils ne paraissaient pas occuper leur temps aux mêmes choses... Il éprouvait une légère déception, dont il prit vite conscience et qu'il étiqueta immédiatement comme "futile" et "incongrue". Il n'était pas nécessaire de partager tous les goûts de ses amis. Et après tout, ce n'était pas comme si ils n'avaient pas d'autres points communs : les exigences de leur mode de vie, par exemple. Et puis il y avait eu le cinéma 5D. Elle avait apprécié la séance autant que lui !

Tout allait bien. Il devait s'en convaincre.

"Oh, c'est incroyable ! Agile et habile de ses mains, vos qualités se cumulent. Je n'ai moi-même jamais eu de véritables affinités avec ce type d'activités... A mon grand dam !"

Non, c'était faux, il n'était pas en train d'avouer sa maladresse excessive, qui l'empêchait de pratiquer sports comme travaux de minutie sans se faire très mal. Il admettait juste qu'il y avait des choses où il réussissait mieux. La nuance était importante.

Bien sûr, maintenant qu'il était un vampire, tout était devenu très différent. Mais cela ne l'empêchait pas de se méfier. Puis il était encore très capable de se prendre les pieds dans le tapis, même si il aurait tôt fait de se rattraper et de retrouver son équilibre.

"Une volière... Il y en avait une dans ce château que ma mère possède, en Andalousie... Nous n'y sommes allés que rarement mais c'était une expérience intéressante !"

... Bon. Il avait alors huit ans et une peur bleue des oiseaux qui prenaient bruyamment leur envol dans la tour pour passer d'un perchoir à l'autre. Il avait gardé les mains sur sa tête durant toute la visite de peur qu'un volatile ne vienne s'emmêler dans ses cheveux. On lui avait bien dit qu'il ne s'agissait pas de chauves-souris et qu'il n'y avait donc rien à craindre, mais le jeune garçon avait insisté, arguant qu'il ne voulait pas non plus se faire déféquer sur la tête.

... Détail sans importance.

Ils finirent par prendre possession de la salle de réalité virtuelle, laquelle commença par épuiser Esteban puis par pousser la princesse dans ses derniers retranchements.

"C'est très gentil de votre part, tout va bien, je vous remercie."

Remis du test de réflexes, le vampire se harnacha avec la panoplie de capteurs qui, sur son costume de luxe, rendait un bien drôle d'effet. Il s'attendait à tout, sauf à voir Therese lui tirer la langue. Il resta interdit durant un bref instant, puis il éclata d'un rire bon enfant. Encore une fois, ce n'était pas franchement convenable... Digne de Luisa, en fait. Mais qu'est-ce que c'était drôle ! C'était le genre d'écarts qu'il aimait faire et voir faire, bien qu'il ne l'avouerait certainement jamais, ne serait-ce que pour éviter d'offrir à sa tante une victoire avec laquelle elle ne cesserait plus jamais de lui rabattre les oreilles.

La partie fut rapide et brutale. L'alien terrorisa Esteban, mais contrairement à Therese avant lui, il parvint à le vaincre sans dégâts. C'était terminé. Il se libéra donc de tout son équipement.

"Je suis heureux que cela vous plaise. Si vous le souhaitez, à l'avenir, je pourrai vous conseiller quelques titres... Un océan ne représente pas grand chose, à l'échelle de l'Internet."

Il lui jeta un regard en coin et un sourire radieux. Oui, c'était une proposition pour qu'ils échangent leurs contacts. Après tout, ce n'était pas parce qu'ils vivaient à des endroits différents qu'il leur était interdit de communiquer ! Quant à sa proposition d'aller prendre l'air, elle tombait à pic. Il avait lui-même très envie de sortir dehors, après ces deux séances confinées dans des environnements virtuels.

"Bien sûr ! Que pensez-vous de monter sur le pont ? Nous devons être loin de la Nouvelle-Orléans désormais, cela ne risque plus grand chose. Il y a ce bar en terrasse au tout dernier étage... Nous pourrions nous y installer. Je ferai mander le Quartet pour qu'il nous joue quelque chose, si cela vous sied..."

Cela serait une merveilleuse occasion pour discuter vraiment, plutôt que de courir dans tous les coins du bateau à la recherche d'une prochaine activité.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi - Page 2 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 2 Icon_minitimeLun 7 Oct - 0:11

‘Merci, vous me flattez!’ elle posa sa main sur sa nuque, timidement ‘J’ai beau avoir ces deux talents, je n’en ai pas beaucoup plus! Je ne suis pas doué avec les nombres par exemple… Tout ce qui est science me passe entièrement au dessus de la tête! Il doit bien y avoir des choses où vous excellez aussi?’

Si elle était agile et habile, il était aussi vrai qu’elle avait des lacunes un peu partout ailleurs. En se concentrant exclusivement sur les activités physiques elle n’avait pas énormément d’opportunités de remplir ses lacunes. Après, on ne l'encourageait pas énormément de s’améliorer ailleurs, depuis son plus jeune age.

‘Un château en Andalousie?’ elle sourit ‘Je me souviens avoir visité l’Andalousie étant petite, j’en garde de merveilleux souvenirs. D’ailleurs, l’Andalousie est un paradis pour ceux qui aiment observer les oiseaux, surtout les oiseaux de proie. il y a de magnifiques espèces qui y sont natifs. ’

Pour dire qu’elle aimait les oiseaux était sous-estimer sa passion envers eux. Étant plus jeune elle gardait un herbier d’oiseaux et un herbier avec son frère et son père. D’ailleurs, les seuls mots de latin qu’elle se souvient sont les noms des oiseaux qu’elle a dans cet herbier.

La princesse passait un excellent moment avec l’héritier. Les débuts étaient difficiles, avec sa diarrhée verbale, mais maintenant? Tout semblait se passer correctement, il n’y avait pas d’incident et elle était quasiment rayonnante. Même si elle avait mal au coeur à cause du casque, elle était tout de même contente d’avoir fait partie de cette nouvelle expérience. Qu’est-ce qu’il était en train de lui proposer? Elle avait du mal à y croire soudainement. Est-ce que...

Il veut mon numéro?

Prise au dépourvu. Normalement elle n’avait pas de mal à surveiller ses émotions dans des situations officielles. Sauf que cette fois ce n’était pas une situation officielle et elle était confronté à une situation sociale et décontractée. Ce n’était pas son tuteur de danse, ni son partenaire professionel, c’était une personne qu’elle apprenait à connaitre et voilà qu’il éprouvait un désir à garder contact avec elle? Est-ce qu’il était vraiment intéressé? Elle ne savait pas encore, elle avait beau espérer et s’emporter dans ses pensées, mais en réalité rien n’était sûr.

‘Vous voulez… Vous voulez garder contact avec moi?’
effectivement elle avait du mal à y croire. Son visage devint aussi rouge que la rose qui se trouvait sur le revers de la veste d’Esteban ‘Je veux dire… Oui! Absolument, rien ne me rendrait plus heureuse.’

Argh, j’en ai fais de trop? Oh mon Dieu, je suis sûre que j’en ai fais de trop. Il va changer d’avis… Ou pas!


La princesse n’avait pas un sourire idiot au visage, non. Celui-ci était à l’intérieur. Comme une adolescente après avoir appris que le mec le plus populaire au lycée avait un béguin pour elle. La triste réalité était qu’elle n’avait pas vraiment d’amis, elle avait des camarades de classe quand elle était à l’école, peut-être une personne avec laquelle elle a gardé contact, mais elle était finalement seule.  Après son triste échec avec Giovanni et la mort de son père, il lui était encore plus difficile de s’ouvrir et d’être complètement “elle” avec les gens. Cependant, elle sentait un besoin d’être ouverte avec Esteban. Il était sympathique, charmant et semblait absorber ce qu’elle disait. Il ne hochait pas encore de la tête sans réfléchir, à feindre l’attention. D’ailleurs quand elle lui avoua qu’elle n’était pas très bien en point, il lui proposa directement d’aller sur le pont.

‘Très bonne idée! Allons-y, j’ai hâte de voir la vue du bâteau.’

Elle prit le devant, voulant désespérément aller prendre un peu d’air. En prennant les escalators, ils arrivérent tout en haut du bateau. La vue était sombre, à part le bateau de croisière illuminé il n’y avait pas grand chose vu qu’ils étaient déjà loin de la Nouvelle-Orléans, cependant l’odeur était fraîche ce qui changeait de la ville. L’odeur de la forêt qui devait l’entourer, la rivière… Elle posa ses mains sur le rebords et prit une grande inspiration. Tout allait bien, tout ira bien finalement. Le bar était juste à côté et elle était tentée par un autre gin tonic, mais décida contre cette idée.

‘Patrick? Pourrais-je avoir un verre d’eau s’il vous plaît?’

Comme toujours, charmante et plaisante. Patrick exécuta l’ordre assez vite, apportant son verre d’eau glacé duquel elle prit quelques grandes gorgées en silence, tout en absorbant les différents sons et les différentes odeures présentes.

‘Étant donné que je vous ai parlé de certains de mes centres d'intérêts’ elle se tourna vers Esteban avec un sourire léger ’qui est vraiment Monsieur Luz-Descalzo? Je comprends que vous êtes adepte de jeux vidéos, vous l’avez bien prouvé! J’aimerais en savoir plus.’

Tess, tu es socialement handicapé, qu’est-ce que tu es en train de faire? Edward t’aurait déjà dit de clouer le bec.
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi - Page 2 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 2 Icon_minitimeLun 7 Oct - 18:52

C'était un sujet sensible, et Esteban parut subitement un peu mal à l'aise. Therese elle-même avouait n'avoir que peu d'autres talents hormis ceux qu'il avait cités, et cela adoucissait sa gêne. Reste qu'il n'aimait pas avouer ses points faibles. Il ne le faisait habituellement jamais, à l'exception des moments où la haine qu'il s'était voué après la transformation l'avait poussé à se rabaisser verbalement avec une virulence vénéneuse.

"Eh bien nous sommes deux... je suppose que ma principale qualité est d'avoir bonne mémoire. J'ai des facilités pour le par cœur. C'est utile pour apprendre les dates. J'adore l'Histoire ! Et... je suis bilingue aussi, je suppose que ça compte."

Mais n'était-ce pas de la triche ? Il avait grandi comme ça. Pour lui, c'était juste "normal". Il n'avait pas la sensation que cela valait comme un talent.

Il lui parla du château que possédait sa mère en Andalousie et elle parut subitement s'animer. Il comprenait qu'elle éprouvait un véritable intérêt pour l'ornithologie... intérêt qu'il ne partageait pas entièrement. Les oiseaux de proie lui faisaient peur. Encore plus que les oiseaux normaux, entendons.

"Oh je vois que vous aimez les animaux ! Vous devriez sans doute en discuter avec ma mère, elle serait ravie ! Vous devez sans doute le savoir, elle préside cette association de..."

Il s'arrêta brutalement, se rendant compte que de rediriger la jeune femme vers sa mère était très loin d'être le meilleur moyen de lui faire part de l'intérêt qu'il portait à ce qu'elle lui racontait.

"... je veux dire. J'ai moi même acheté un flamand rose un jour ! Euh."

NON. Mais enfin surtout pas ! Rappeler l'une des affaires les plus houleuses auxquelles il avait été affilié, et qui avait bien trop longtemps fait les gros titres, n'était pas un meilleur plan. Ses aventures ivres mortes au Chinatown de Las Vegas étaient loin d'être son instant le plus glorieux. Si elle avait lu à ce sujet elle allait y penser, c'était certain... quelle gêne !

"MAAAAIS principalement je veux dire que je n'y connais pas grand chose, mais que c'est très joli. Mais que ça pince alors je ne suis pas très à l'aise... mais ça reste très beau à regarder ! Surtout le flamand rose. EUH. Non pas lui. Un autre. Tous les flamands roses ! Et les perroquets aussi ! Et les toucans. Et.. oui... voilà."

Il allait probablement mourir de honte. Enfin non car il était déjà mort, mais l'idée était là. Il se tut pour limiter les dégâts, détourna les yeux, terriblement embarrassé, puis décida d'oublier ce qui venait d'arriver. Avec un peu de chance, Therese ferait de même.

Comment parvint-il à garder la face après cela, au point de "demander son numéro" à la princesse sans balbutier ? Nul ne le saura jamais. À moins qu'évidemment, il ne se soit pas rendu compte des implications sous-jacentes. Il communiquait beaucoup par internet. Pour lui, ça n'était pas très différent d'une sortie "irl". C'était peut-être même moins signifiant. Il proposait qu'ils échangent leurs contacts pour qu'il puisse lui donner quelques bonnes références vidéoludiques, et il n'avait aucune arrière pensée.

Pour toutes ces raisons, il ne s'attendait pas à la voir réagir aussi... fort. Et exagérément. Laissé perplexe par sa première question il répondit bêtement :

"Eh bien, oui... Est-ce un problème ?"

Finalement, ça n'en était pas un. Bien qu'avec un peu de retard, elle accepta sa proposition. Il ne comprenait pas entièrement l'euphorie de la princesse. Avait-elle pensé partir sans qu'ils gardent le moindre moyen de contact après une telle soirée ? Bref. Radieux, il continua :

"Merveilleux ! Par quels moyens communiquez-vous sur le net ? Peut-être qu'Octavio et... Patrick, c'est bien ça ?"

Première fois qu'il se tournait vers le garde depuis celle où il avait deviné sa nature. Première fois qu'il s'adressait à lui directement, en faisant mine de remarquer son existence. Wouh. Gael n'avait qu'à bien se tenir.

"... peut-être qu'ils peuvent s'en charger. Cela nous gagnerait du temps."

Ils avancèrent dans les escaliers, montèrent tous les étages et parvinrent sur le pont supérieur.

La princesse s'approcha de la barrière de sécurité. Esteban la suivit, comprenant qu'elle veuille prendre l'air. Il était très agréable de regarder par dessus le bord d'un bateau, même lorsque le ciel nocturne donnait l'impression qu'ils faisaient face à une masse sombre infinie plutôt qu'à un paysage.

Elle décida rapidement de rejoindre le bar un peu plus loin et ils s'installèrent donc en terrasse. Il y avait des fauteuils et des canapés blancs, fort heureusement très propres, qui entouraient des tables basses en verre. On trouvait aussi quelques chaises longues qui, de nuit, dénotaient un peu sur le reste du mobilier. Le bar était éclairé par des néons roses, violets, bleu clair. Une lumière tamisée parvenait jusqu'à eux et contribuait à la création d'une ambiance très cosy. On diffusait de la musique douce, qu'il faudrait arrêter lorsque les musiciens arriveraient.

"Octavio, pouvez-vous faire venir le Quartet, maintenant ? Si cela sied à Mademoiselle Therese. Oh ! Et ramenez moi un cocktail au caramel, merci."

Pour une fois qu'il se permettait des douceurs... il n'allait pas se contenter d'eau plate. C'était un liquide qu'il aurait été parfaitement ridicule de mettre dans sa bouche compte tenu de sa condition. Ça ne lui servirait même pas à s'hydrater, il devrait tout de même s'en purger et en plus, ça n'avait pas de goût.

Les deux employés revinrent au niveau de leurs employeurs respectifs dans un mouvement presque comique tant il était simultané. Esteban prit des mains d'Octavio la grande coupe contenant sa boisson, et puis la princesse le prit au dépourvu en lui posant des questions personnelles auxquelles il n'était pas certain de savoir répondre correctement.

L'air légèrement mal à l'aise, le jeune homme semblait chercher ses mots. Le fait était qu'au-delà des jeux vidéos et de sa passion pour l'Histoire, déjà cités, il avait parfois l'impression que sa personnalité tenait sur un timbre poste. Avant, ses loisirs étaient plus diversifiés. Maintenant, il avait l'impression de passer son temps à chercher des calices volontaires, contrecarrer les plans de sa famille paternelle, fuir, se cacher, et lire quelques papiers pour ce fichu procès qui n'avançait pas quand il lui restait du temps libre. Cela valait bien le coup de ne plus avoir besoin de dormir !

"Oh je... Rien de bien palpitant, je le crains. Mes loisirs sont bien réduits depuis quelques années... Mais j'aimais beaucoup lire, avant. J'apprécie le cinéma. Plus généralement tout ce qui touche aux arts je suppose mais je ne sortais plus vraiment jusqu'à présent... Je suppose que les choses vont se stabiliser, désormais."

Peut-être même aurait-il le temps de commencer la lecture de cette saga d'Heroic Fantasy dont Karl lui rabattait les oreilles régulièrement depuis plusieurs mois, les choses étant enfin en phase de se calmer.

Oui. Il allait littéralement pouvoir reprendre le cours de sa vie. Cela lui faisait tout drôle.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi - Page 2 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 2 Icon_minitimeLun 7 Oct - 22:07

La princesse l’écoutait parler et remarqua que, comme par hasard, ce garçon était juste un peu comme son père et son frère. Tous deux avaient une excellente mémoire pendant qu’elle était doté d’une mémoire de poisson rouge. À part pour se rappeler des chorégraphies, elle était une quiche en histoire et tout ce qu’il fallait apprendre par coeur. Ce n’était même pas qu’elle n’aimait pas l’Histoire, elle n’arrivait jamais à placer les événements aux bons moments.

‘Croyez-moi, je parle à peine une langue, alors en connaître deux ça compte!’ elle rit de bon coeur ‘Et observez donc… On ferait une bonne équipe tous les deux: votre cerveau et mes… capacités physiques?’

Elle haussa un sourcil avec un sourire. La phrase très mal formulé avec potentiellement une double-entendre sans le vouloir, sauf que ça lui était passé entièrement au dessus de la tête comme par hasard.
Ils échangèrent quelques plaisanteries et quand il remarqua qu’elle aimait les animaux elle hocha de la tête avec enthousiasme. C’est vrai que les animaux étaient “ses amis”, bon… la vie marine moins, mais les oiseaux certainement. Quand il mentionna sa mère une fois de plus elle revint directement dans le penthouse, cette gêne qu’elle sentait dans le coeur qui remontait sa trachée… Oh, comment elle voulait se cacher sous un canapé et ne plus jamais ressortir. Elle voulait faire plus ample connaissance de madame Luz-Descalzo, certes, mais maintenant elle était comme un chiot apeuré et elle se voyait très mal revenir lui parler après avoir (sans le vouloir) complètement ruiné ses premières impressions ET blessé son fils adoré. Par contre quelque chose venait d’attraper son attention… a-t-il vraiment dit flamand rose?

‘...Je vous demande pardon?’

Eh oui, il avait bien dit flamand rose. Il ne voulait absolument pas le mentionner on dirais, mais voilà que c’était sortit. Quelque chose luait aux tréfonds de son cerveau… une conversation à ce propos avec sa mère et James Viscount Severn, cependant elle n’arrivait à se rappeler de rien à part que le jeune héritier était à Las Vegas. Qu’avait Las Vegas en rapport avec le flamand rose? Aucune idée et elle n’allait pas s’en rappeler. Elle damnait sa mémoire complétement inutile.
La princesse le laissait continuer, car pourquoi l’arrêter? Il était charmant et elle semblait aimer le fait qu’il se mettait dans tous ses états quand il disait quelque chose aléatoire sans le vouloir. Souvent elle ne disait rien pour éviter ce genre de situations, parce que quand quelque chose d’aléatoire/scandaleux/ridicule sortait de sa bouche, cela faisait la une des journaux.

‘Je suis sûr que votre flamand rose est très beau!’
elle oublia la connection avec Las Vegas, car en soi elle ne savait pas vraiment ce qui s’était passé ‘Pour ma part, je possède un faucon. Raziel est très beau aussi’

Rassurant? Peut-être. Cependant elle voyait qu’il n’y connaissait pas grand chose en oiseaux, ce n’était pas un problème. Depuis toute petite elle avait cette obsession avec eux car elle rêvait de pouvoir voler un jour. Bien sûr, ça ne resterait qu’un rêve.
Le fait qu’il voulait qu’ils échangent leur contacts était une excellente nouvelle. Après tout, elle n’avait jamais voulu le blesser ou le vexer, mais maintenant tout ça revenait dans l’ordre et ils allaient être… amis? Oh, quelle bonne nouvelle!
Patrick à part hocher de la tête pour confirmer son identitée ne fit aucun autre signe, pas un sourire, pas une grimace… Nada. Il était droit comme une flèche, les bras croisés, toujours prêt à réagir à la dernière minute. Sans attendre il alla voir Octavio avec lequel il reprit la conversation monosyllabique, décidément ces deux là commençaient à bien se connaître.

Finalement dehors, elle s’était posé confortablement sur un des fauteuils blancs et elle enleva son sac pour le placer sur ses genoux. La musique douce la fit frémir un peu… le tout était tellement agréable, quand soudain le “Therese” transperçait ses tympans une fois de plus. Était-ce le moment? Pourquoi pas, ce n’était qu’une rencontre sociale et puis avec le temps il faudrait qu’ils descendent les barrières un peu plus tout de même.

‘Oui, cela sied à Tess.’ elle lui souriait et soulignait son diminutif ‘Je m’excuse, j’entends mon prénom à longueur de journée, je ne l’aime pas du tout depuis toute petite. Ce n’est pas… moi. Est-ce que vous voyez ce que je veux dire? Bon, vous me direz que je n’ai qu’à utiliser mes autres prénoms, mais Tess c’est… moi.’ elle se ressaisit et secoua sa tête comme pour secouer des puces ‘Non, appelez-moi comme bon vous semble, si cela vous met plus à l’aise.’

Gêné par son propre accès de diarrhée verbale, elle se racla la gorge et comme par hasard les deux étaient revenus comme après avoir fait un entraînement chorégraphique.
Le jeune héritier n’était pas entièrement à l’aise, elle aurait pensé que quelqu’un comme lui avait toute sa vie (ou plutôt sa non-vie) pour faire un tas de choses, cependant une fois de plus il faisait preuve d’humanité en quelque sorte. Peut-être qu’il n’avait pas encore l’habitude et ne s’était pas entièrement adapté? Une première gorgée d’eau.

‘Jusqu’à présent?’ elle haussa un sourcil en souriant, tout en prenant une seconde gorgée, terminant le verre d’ailleurs, elle avait très soif... ‘Très heureuse que vous avez choisi de passer votre temps avec moi, dans ce cas.’

Elle reposa son verre vide sur la table en verre et elle sentit son téléphone vibrer. La princesse s’arrêta nette, figée. Elle ne voulait aucunement regarder son portable, mais en même temps elle voulait voir si c’était bien son frère une fois de plus qui essayait de la contacter? Impossible, il devait être 2 heures du matin. Non, c’était mieux d’oublier, elle voulait s’amuser. Elle était particulièrement intriguée par ce cocktail au caramel, d’ailleurs.

‘J’aimerais bien essayer votre cocktail, puis-je?’
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi - Page 2 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 2 Icon_minitimeLun 7 Oct - 23:13

Au-delà des disciplines qu'il avait citées et dans lesquelles il avait tendance à exceller, Esteban était un étudiant très moyen. Il n'était donc pas certain que les capacités de Therese et les siennes suffisent à former l'équipe parfaite... Elle paraissait si enthousiaste ! Il aurait été désobligeant de le lui faire remarquer, d'autant qu'encore une fois il n'avait que très peu envie de marcher sur sa propre tête. Il préféra rire de la remarque et abonder dans son sens :

"C'est en effet assez complémentaire !"

Il supposait qu'elle ne se réduisait pas à ses seules capacités physiques, et ne lui fit donc pas remarquer l'erreur que cela aurait été. Par chance pour la princesse, Esteban n'était pas très fin lorsqu'il s'agissait de comprendre des jeux de mots ou des sous-entendus. Il passa complètement à côté du double-sens malheureux qu'elle venait de faire.

De grosses bourdes et balbutiements plus tard, Mademoiselle Therese se posait des questions sur ce fameux flamand rose dont il avait fait l'acquisition cinq ans plus tôt, et qui "devait être très beau". Esteban retint une grimace. Distrait car mal à l'aise, il l'entendit à peine ajouter quelques mots au sujet de son faucon.

"Je ne sais pas je ne m'en souviens pl..."

... !! Mais à quoi pensait-il décidément ?!! Il se rattrapa à toute vitesse, oubliant presque d'articuler :

"... Enfin. Je veux dire que je l'ai acheté pour en faire cadeau...!"

Là. Pas un mot de plus à ce sujet. Point.

Le garde du corps de Therese était très froid. C'était son travail qui le voulait, mais Esteban ne pouvait s'empêcher de se demander si c'était sa nature vampirique qui le mettait à ce point mal à l'aise. Il avait tenté d'être aimable, ouvert, et ses beaux efforts s'étaient écrasés contre un mur bétonné, comme l'auraient fait une demi-douzaine d’œufs jetés au hasard. Il perdit légèrement son sourire au profit d'un air méfiant. N'était-il pas trop silencieux pour être honnête ?

.. Non. Il fallait qu'il arrête. C'était un mécanisme de discrimination dont il croyait être vacciné, dorénavant. L'appréciait-il quand on se méfiait de lui sur la simple excuse de sa nature d'outre ? Pas du tout. Ils en avaient eu un exemple plus tôt. Il ne fallait pas qu'il fasse aux autres ce qu'il n'aimait pas qu'on lui fasse à lui-même. Avec un petit sourire, il hocha plutôt la tête en signe de satisfaction en voyant Octavio et Patrick se tourner l'un vers l'autre et interagir sur commande, comme des sims, ou peut-être des digimons à qui on aurait imposé un duel.

A la terrasse du bar, Esteban appela la jeune femme par son prénom pour la première fois depuis longtemps, ce qui lui valut un briefing qui le désarçonna totalement. Il se souvenait qu'elle lui avait, une fois, demandé de l'appeler Tess. Il pensait alors que cela faisait partie de sa couverture, afin qu'elle évite d'être reconnue durant sa visite du Quartier Sanglant. Il n'aurait jamais imaginé qu'elle utilisait réellement ce diminutif dans la vie de tous les jours.

"Oh je... Je suis confus, vous me l'avez dit une fois, je crois, mais j'étais certain que ce n'était que parce que..."

Il faillit faire une grosse bourde, mais il se rappela à temps qu'elle n'était pas accompagnée de son garde du corps, durant leur précédente rencontre. Elle eut de la chance de profiter de l'un des (très) rares éclats de génie du jeune homme, qui comprit que Patrick n'était pas au courant. Elle lui avait expliqué que l'homme aurait pu perdre son emploi s'il lui était arrivé du mal et de ce qu'Esteban voyait, il était bien trop sérieux pour laisser sciemment la princesse sans surveillance, fourrée dans de pareils ennuis.

Il fronça des sourcils. Il comprenait tout à fait qu'elle puisse vouloir être appelée autrement et il serait heureux de l'appeler "Tess" dans sa tête, à partir de maintenant... Mais pouvait-il vraiment lui accorder ce qu'elle demandait ?

"C'est à dire... Je comprends tout à fait et mon dernier souhait serait de vous contrarier mais... Encore une fois, ce n'est pas vraiment autorisé, n'est-ce pas ?"

Esteban faisait toujours bien attention à être respectueux des règles, alors qu'elle lui demande de briser le protocle de tant de manières différentes dans la même soirée était un peu lourd, pour lui, à admettre.

"... Dans tous les cas, je ferai plus attention. Vous avez eu raison de m'en informer."

Sauf dérogation spéciale qu'il ne l'imaginait pas avoir, Tess serait Tess dans sa tête et sur ses lèvres, elle resterait "Mademoiselle". C'était certainement l'arrangement le plus décent qu'ils pouvaient trouver.

Elle voulut en apprendre plus sur ses loisirs. Il n'avait franchement pas grand chose à raconter... Il avait deux fois plus de temps qu'avant, et pourtant, il avait presque oublié comment être oisif.

‘Jusqu’à présent?’

Sourire doux. Il ne pouvait pas vraiment s'expliquer... Il lui aurait fallu avouer que sa famille paternelle travaillait avec le TPH et avait cherché à avoir sa peau pendant tout ce temps, l'obligeant à bien des recherches et des combines pour assurer sa survie.

"J'ai été très occupé ces dernières années, mais c'est terminé. Je vais même pouvoir reprendre mes études. Et je vous en prie. C'est tout naturel. Cela faisait très longtemps que je n'avais pas pris le temps de ce genre de sorties. C'est très agréable... Cela me rappelle des temps plus faciles."

Elle voulait goûter son cocktail. Il n'y voyait aucun inconvénient mais...
... Dans son verre ???

Selon sa mémoire, il n'y avait aucune interdiction formelle à ce qu'une princesse royale britannique boive dans son verre mais... Tout de même. N'était-ce pas un peu gênant ?

"Oh oui bien sûr.. Tenez, je vous en prie."

Il posa son verre sur la table pour qu'elle le récupère. Peut-être allait-elle juste transvaser un peu de la boisson dans son propre récipient.. !

"C'est à base de rhum et de caramel."

Mieux valait prévenir que guérir.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi - Page 2 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 2 Icon_minitimeMar 8 Oct - 0:29

Tess avait haussé les sourcils en guise de ‘fais gaffe’, il s’était arrêté juste à temps et elle ne devait pas en dire plus. Pourquoi penserait-il que ce n’était que parce qu'elle était dans le Quartier Sanglant? Du moins elle assumait que cela allait être le restant de sa phrase. Contente qu’il ait eu un incroyable moment de lucidité, elle ne s’attendait pas à la question qui allait venir.
Effectivement, les diminutifs n’étaient pas chose faite pour n’importe qui, cependant elle lui demandait de le faire. Il résistait à la familiarité comme un chat résistait aux comprimés vermifuges, peut-être qu’en lui expliquant clairement ce qui peut se faire, ou ne pas se faire serait mieux? Elle allait tenter une fois de plus à briser une barrière entre eux.

‘Les médias utilisent les diminutifs par… hmm… Familiarité, pour le public. Ma grand-mère a toujours été Kate, pendant les visites officielles elle se faisait appeler par son titre, Duchesse de Cambridge. Au-delà de cela, les diminutifs sont utilisés par les proches et la famille. J’aimerais penser que nous sommes sur la bonne voie, non?’ elle marqua un temps ‘Mais je vous en prie, je ne voudrais en rien vous obliger et...je comprends. Appelez-moi comme bon vous semble.’

Elle ne changea pas de ton, toujours amicale et souriante. Cependant elle voulait l’obliger. Cette envie de l’obliger était prévalente car elle voulait briser une nouvelle barrière, d’ailleurs une barrière qui n’a jamais été encore brisé par personne en dehors de sa famille à part justement les médias. Se rapprocher un peu plus de l’héritier serait merveilleux, elle était toujours autant prise par sa personnalité. Charmant, poli, un peu maladroit avec ses mots… Un peu comme elle finalement. Elle ne savait toujours pas si il était intéressé, de toutes les manières sauf si explicitement dit, elle ne saurait jamais. Tess avait beau sentir des papillons pour certains, elle ne savait jamais quand quelqu’un sentait des papillons pour elle.
“Faire plus attention”. Elle avait l’impression de lui avoir presque donné un ordre alors que c’était tout simplement une demande qu’elle trouvait raisonnable. Sa langue la chatouillait, voulant s’expliquer et lui demander de ne pas le prendre comme un ordre, mais là aussi ce serait un ordre. Son titre était toujours un problème pour tisser des liens plus proches; ça mais surtout sa maladresse en conversation. La princesse ne voulait pas le pousser à faire quelque chose qu’il ne voulait pas faire.

Oh ce sourire qui venait d’apparaître sur son visage, elle venait d’apprendre qu’il allait reprendre ses études et qu’il passait un bon moment avec elle. “Très agréable”, “...des temps plus faciles.”. Sa vie ne pouvait pas être facile, elle ne savait que très peu, mais vu qu’il semblait s’amuser avec elle, c’était déjà un succès. D’ailleurs ce cocktail qui l’a particuliérement intrigué a été posé sur la table. Elle se pencha pour récupérer la coupe et la renifla à une distance convenable (et non comme une personne fourrait son nez dans un verre de vin). La princesse avait reconnu ce goût de caramel particulier, le rhum lui faisait visualiser des bons souvenirs qu’elle avait en goûtant certains gâteaux de son enfance.

‘Vous disiez que vous allez pouvoir reprendre vos études… Qu’avez vous étudié?’


Avant de déguster le cocktail, elle ouvrit son sac. Son visage fit illuminé par le téléphone qui sonnait, un numéro inconnu.

Non.

Une fois de plus, comme si de rien n’était. Elle allait ignorer l’appel, mais qui l’appelait d’un numéro inconnu à une heure pareille? Quoi qu’il en soit, elle voulait simplement sortir sa paille en métal. Il y avait de pailles partout dans chaque bar ou restaurant, cependant elle avait toujours sa paille à elle dans son sac. Simplement parce qu’elle n’aimait pas les pailles en plastique, le goût était différent et la texture la dérangeait.
Tess sirotait le cocktail et elle venait de sentir ce liquide sucrée la réchauffer. Elle n’avait pas mangé de caramel depuis qu’elle était petite, se limitant niveaux sucreries dû à son entraînement. Elle reposa la coupe devant lui en se léchant les lèvres, décidément le sucre restait avec elle.

‘Très bon! Je n'aurais jamais pensé à boire un cocktail pareil, je suis habitué à tout ce qui est amer.’

Comme la Reine Mère, grande buveuse de gin en temps normal.
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi - Page 2 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 2 Icon_minitimeMar 8 Oct - 20:13

Esteban savait que les médias britanniques utilisaient des surnoms pour nommer la royauté. Il savait aussi qu'au sein de ladite royauté, c'était au contraire quelque chose qui ne se faisait absolument pas, qui était considéré comme contraire aux règles. Il était donc étonné qu'elle lui assure l'inverse. Peut-être les mœurs s'étaient-elles assouplies, par rapport à la tradition qu'il connaissait ? C'était possible. Après tout, ils n'étaient plus au temps de la reine Elizabeth II, laquelle pouvait être plutôt stricte, de ce qu'il avait compris. Le protocole n'était pas censé pouvoir être rompu, ou modifié. Pas même par le souverain. Mais des règles n'étaient finalement que des règles et si on décidait de les abroger parce que plus personne n'y voyait d'intérêt... Alors elles n'allaient pas se défendre avec leurs petits bras virtuels.

Il doutait encore un peu, mais n'avait aucune raison de remettre en doute la parole de The... Tess. Après tout, c'était elle, sa réputation et sa bonne entente avec le reste de la famille royale, que cela concernait. Elle devait très certainement savoir ce  qu'elle faisait.

"Ce n'était pas ce que j'avais mémorisé..." Et il avait très bonne mémoire, ainsi qu'il le lui avait expliqué. "Mais je comprends. Je... Suis flatté que vous me fassiez cet honneur. Et je serais ravi de le mériter. Dans les limites de ce qui nous est autorisé, évidemment."

... Que ne venait-il pas de dire. L'aurait-il pu, il se serait encore empourpré. Ses yeux s'ouvrirent comme des soucoupes et il leva les mains, balbutiant.

"... Ce qui était parfaitement évident.. ! Je ne voudrais pas que vous pensiez que je pensais à... C'est encore pire dit comme ça n'est-ce pas ? Je voulais dire que je ne voulais pas mettre l'accent sur... ce sur quoi je met l'accent actuellement. Ce qui est parfaitement idiot. Enfin ce que je veux dire c'est que cela me plairait beaucoup ! Mais seulement si cela rentre dans le cadre de la bienséance. Royale. Pas de la bienséance classique qui est plus.. Moins.. Royale."

"Plus permissive". C'était ce qu'il avait voulu dire. La bienséance classique était "plus permissive" mais si il rebondissait là-dessus alors il étaient repartis pour dix minutes de monologue décousu de sa part, le temps qu'il trouve une porte de sortie qui n'insinuait pas qu'il avait eu des idées peu catholiques au plus mauvais moment possible.

La discussion continua... Il était maintenant question des loisirs d'Esteban, qui ne s'en trouvait pas assez pour se donner l'air aussi intéressant qu'il aurait voulu. Elle souriait à pleines dents. Perplexe, il cligna des yeux. Qu'avait-il dit qui la fasse réagir ainsi ? Enfin ! Il préférait largement lui faire plaisir, plutôt que de la contrarier.

"Oh... En 2051 j'ai entamé une première année d'arts de la communication à l'université mais je n'en ai fait qu'un semestre car c'est à ce moment là que je... suis devenu comme ça."

Elle saurait probablement ce qu'il entendait par "comme ça". Il n'y avait bien que ce sujet dont il ne parlait généralement qu'en l'effleurant, qu'en le sous-entendant. Toutes ces années plus tard il y avait encore une violence certaine à prononcer les mots "je suis un vampire" et leurs équivalents. Lorsqu'il était au plus mal et qu'il voulait s'obliger - et obliger ses proches - à regarder les choses en face, il utilisait des phrases très directes, très crues, avec lesquelles il se blessait et blessait les autres plus qu'autre chose. Dorénavant ça n'arrivait plus si souvent, mais ce caractère trop franc lui évoquait encore ces moments. Il préférait donc passer par des moyens détournés.

"Mais ça ne me convient pas, ou ça ne me convient plus, peut-être. J'ai décidé de changer de voie et de suivre un double cursus en Droit et en Histoire. Cela aurait ironiquement plu à ma famille si..."

Il baissa les yeux. "S'il me parlaient encore". C'est ce qui avait voulu dire, mais c'était terriblement malvenu. Il ne voulait pas plomber l'ambiance. C'était peut-être déjà trop tard. Il accrocha son plus beau sourire et releva la tête.

"Enfin ! Voilà l'histoire..."

Récupérant son cocktail, il plongea les lèvres dans son verre et en prit une nouvelle gorgée.

"Oh je comprends... J'apprécie les boissons amères mais je dois l'admettre, j'aime un peu trop le sucré... Et tout particulièrement le caramel. C'est idiot, mais je ne peux pas m'en passer !"

Un rire doux plus tard, il décida de renvoyer l'ascenseur à la princesse. Les médias parlaient très peu des études qu'ils suivaient. Ils s'intéressaient plutôt à tout un tas d'anecdotes et de situations futiles. De ce fait, il ignorait peut-être quelque chose.

"Et vous... La gymnastique doit vous prendre énormément de temps. Étudiez-vous quelque chose à côté ? Ou peut-être y avez-vous songé ?"

Là... Il avait repris le contrôle de la situation. Peut-être. Espérait-il. Ne restait plus qu'à ne plus faire d'autres bourdes, maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi - Page 2 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 2 Icon_minitimeMar 8 Oct - 22:28

Qu’il l’ait bien mémorisé ou pas, Tess savait que les moeurs entre royaux directs et les proches étaient un peu plus différentes. Le protocol restait cependant strict sur beaucoup de choses, mais depuis les nouvelles générations le protocole et les règles pouvaient être quelque peu courbés. Bien sûr, dans sur les photos et situation officielles il fallait rester correct et modeste, de la manière dont on se comporte envers son partenaire ou de la manière dont on s’habille. Cependant, les situations sociales et en dehors des média étaient un peu plus relax. Elle le voyait une fois de plus y résister, maintenant il venait de commencer une tirade sur quelque chose qui lui est passé complètement par dessus la tête. Tess ne devrais pas penser qu’il pense à… quoi au juste?

Mais… pourquoi est-il choqué?

Elle le laissait se défouler. Qu’est-ce qu’elle aimait quand il ne trouvait plus ses mots. Une fois de plus c’était dangereusement proche des romcoms qu’elle regardait. Confuse, s’il l’aimait bien ou pas…
Bon, elle allait une fois de plus appuyer sur le bouton. Elle n’a peut-être pas été entièrement claire, cette fois ça devrait passer.

‘S’il vous plaît’
elle se pencha légèrement, yeux de biche et un petit sourire à faire fondre des glaçons ‘appelez-moi Tess.’

Pitié, appelez-moi Tess, je HAIS Therese.

Était-ce assez? Elle ne savait pas. Il était gentil, mais elle avait bien remarqué qu’il était têtu comme une mule et qu’il aurait fallu travailler énormément pour le convaincre à faire une chose d’une différente manière. Finalement c’était un peu comme elle… elle savait comment elle comptait ses pas de danse, si quelqu’un essayait de lui montrer une méthode plus pratique elle y résisterait pendant longtemps.
En déposant la coupe après avoir fait échantillon de sa boisson, il avait parlé de sa première année d’arts de la communication et que ce n’était que finalement un semestre. Elle hocha de la tête poliment, il ne semblait pas vouloir en parler plus et elle n’allait pas pousser. Sa condition n’était plus vraiment importante pour elle, elle ne l’a jamais vraiment été, mais elle semblait importante pour lui et il semblait avoir du mal à s’y faire. Tess ne pourra jamais comprendre.

S’ils…? Elle pouvait seulement se douter que sa famille n’a plus de contact avec lui et vice versa. Perversement, elle imaginait pendant les moments difficiles en famille qu’elle n’avait rien à faire avec eux ni avec la famille royale et ce qu’elle serait devenu sans eux. Son privilège n’était pas à débattre, elle aurait eu énormément de difficultés, mais elle était certaine que l’or aux Jeux Olympiques était un fait dans toutes les dimensions où elle se trouvait. Tess ne pouvait pas se permettre de commenter, même si avec l’alcool à la tête elle voulait lui dire “au diable ce que les autres pensent, faites ce qui vous plaît!”.

‘L’histoire et le droit?’ elle croisa ses mains sur son sac ‘Je pense que ce cursus va vous sied à merveille. Vous aimez l’histoire, vous avez une bonne mémoire… Je suis certaine que ça sera plus intéressant que le cursus précedent.’

Même si le prince charmant était parfait à travers ses lunettes roses, elle avait énormément de mal à l’imaginer faire de la comm. Certes, la princesse portait la couronne figurative des phrases mal formés et blessantes sans le vouloir, lui portait la couronne de la diarrhée verbale…

Assez d’analogies princières, jeune fille.

‘Ah ciel’ elle rit ‘cela fait…’ elle regardait à droite et à gauche comme si elle allait dire la chose la plus scandaleuse au monde ‘dix ans que je n’ai pas touché au caramel!’ elle rit en anticipant sa réaction ‘Je suis un régime stricte et du coup les choses sucrés sont uniquement des petits plaisirs coupables très rares. Pour ma part, je raffole d’une crème brûlée donc je me la permet une fois tous les deux mois.’

C’était bien vrai, elle ne mangeait que rarement des choses sucrés. Son régime était stricte, mais sans se passer de certaines choses salés qu’elle ne pouvait pas arrêter entièrement. Avouer que la princesse aimait soit une pizza quatre fromage ou une pizza “meat feast” était hors de question.
Soudain le rôle s’est tourné, il semblait prendre le contrôle de la conversation. Elle n’était pas à l’aise en parlant d’elle, remettant en question ses décisions à chaque fois ou ce qu’elle disait. Bon… elle ne pouvait pas y échapper et il fallait bien qu’il apprenne quelque chose, au risque de se ridiculiser. Pas moyen de mentir, elle avait toujours le coeur sur la main.

‘Et bien...Hmm…’ elle se tourna vers Patrick ‘Un autre gin tonic s’il vous plaît?’ il s'exécuta directement. Oui il lui fallait un nouveau verre ‘Oui, je m’entraine à peu près 48 heures par semaine. Peut-être un peu moins ces derniers temps. Je n’ai… Merci Patrick.’ elle prit une gorgée du verre qui a été posé sur la table, pour le courage ‘Je n’ai pas le profil universitaire. J’ai toujours été doué en sport, la gymnastique était la chose acceptable pour ma famille. Ce n’est pas spécialement ce qu’on a prévu pour moi, mais ça ne pouvait pas être remédié.’

Ah flûte, c’était pas nécessaire, sauve-toi. Sauve-toi!

‘Je veux dire… Bon. Hmm…’ elle frotta sa joue un peu gêné ‘Mon père était scientifique, mon frère est sur la voie d’un Master en chimie, ma mère a fait des études d’arts… Vous voyez ce que je veux dire?’

Ça serait plus simple de lui dire que je ne suis qu’une idiote comparé au reste de la famille.


Pour dire qu’elle se sentait comme une idiote était encore léger. Toujours très complexé par son manque de diplômes à part ses A-levels, quand son frère lui adressait la parole il se faisait un plaisir de lui rappeler qu’elle n’avait pas ce “profil universitaire” car elle préférait faire des “galipettes”. La princesse ne remarquait même pas à son frère qu’elle avait gagné l’or aux Jeux Olympiques avec ses galipettes, elle se renfermait et l’ignorait comme à son habitude.

‘Bref’ elle haussa des épaules ‘à part la gymnastique, je trouve un peu de temps pour faire du wing-chun et du yoga. J'incorpore les deux dans mon conditionnement.’
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi - Page 2 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 2 Icon_minitimeJeu 10 Oct - 11:25

"S’il vous plaît. Appelez-moi Tess."

Rah... Il ne pouvait pas le lui refuser. Pas quand elle le lui demandait comme ça. Pas quand elle le regardait comme ça. Pas quand elle lui donnait l'impression de n'avoir tout simplement pas capté la bourde tendancieuse qu'il venait de faire et qu'elle le soulageait si abruptement du poids de son erreur d'aiguillage verbal.. ! Partagé entre le désir de lui faire plaisir et de se rapprocher d'elle, et celui de garder un comportement irréprochable du point de vue des normes de leurs deux familles, il retint une légère grimace.

"Je... Eh bien je... m'en voudrais de vous faire défaut. Bien sûr, je le ferai."

Après tout, sur le bateau, il n'y aurait que leurs employés pour les juger. Il tourna un regard en coin sur Patrick et Octavio. Certes, ces deux là pouvaient donner l'impression de juger très fort, laquelle n'était pas très agréable, mais c'était anodin : ils n'iraient pas créer un scandale à dessein. Il était maintenant clair qu'Esteban et la princesse ne seraient pas vus ensemble dans une situation publique de si tôt... Dans le cadre d'éventuels échanges par internet, l'enjeu serait encore une fois faible, aucun paparazzis n'irait espionner leurs conversations privées.

Elle savait ce qu'elle pouvait se permettre ou non. Il pouvait bien lui donner satisfaction.

Il lui parla de ses études, si on pouvait appeler ainsi ce semestre houleux qu'il avait passé durant ses premiers temps à la Nouvelle-Orléans, entre maladie et transformation. Son changement d'orientation paraissait logique. Il hocha la tête en signe d'assentiment.

"Oui... C'est d'autant plus vrai que je n'ai pas opté pour les arts de la communication par conviction. J'avais d'autres préoccupations, je me suis contenté de suivre le choix de mon meilleur ami."

Une crème brûlée une fois tous les deux mois ! Dix ans sans caramel ! C'était inconcevable. Il se restreignait beaucoup plus depuis qu'il était devenu un vampire car la perspective de devoir se faire vomir le dissuadait bien souvent de consommer de la nourriture normale, mais même ainsi, cela lui apparaissait comme une torture. Impressionné, il commenta seulement :

"Vous avez beaucoup de volonté."

Avait-il fait une nouvelle bourde ? Il lui avait posé une question et elle n'avait pas encore répondu. Elle demandait un nouveau verre d'alcool. Il fronça les sourcils. Ce genre de détails lui échappaient souvent mais là, il avait clairement l'impression de l'avoir mise mal à l'aise.

"Oui, je m’entraine à peu près 48 heures par semaine. Peut-être un peu moins ces derniers temps."

Esteban ouvrit les yeux tous ronds. Il n'aurait jamais imaginé qu'un sport, même à niveau olympique, demande un entraînement quotidien aussi acharné. N'était-elle jamais fatiguée ? N'avait-elle pas de crampes, de courbatures qui l'empêchaient d'être efficace sur une aussi longue durée ?

Elle lui expliquait maintenant ne pas avoir la fibre pour les études, contrairement au reste de sa famille. Cela avait l'air de la chagriner. Il connaissait le principe du yoga et n'avait aucune idée de ce qu'était le wing-chun - il avait une bonne culture générale, mais elle n'était peut-être pas très axée sur les sports.

Cependant, ce qui l'intéressait vraiment à cet instant précis, c'était la façon dont elle dénigrait son don, insistant sur les capacités de son frère, de son père, ainsi que sur la façon dont elle paraissait "décevoir" sa famille en ne faisant pas ce qu'ils attendaient d'elle. Cela tapait atrocement près de la maison. Il n'avait pas attendu d'être un vampire pour contrarier les Luz-Descalzo. Ils n'avaient pas apprécié son choix d'études, ni d'université. Ils s'étaient plaints qu'il ferait un mauvais homme d'affaire ou de politique sous prétexte qu'il était trop doux, trop naïf.

Eh bien il n'était certainement plus aussi "doux" ni "naïf" qu'avant, et ils devaient s'en mordre les doigts.

"C'est impressionnant. Vous savez, c'est à peine si je savais mettre un pied devant l'autre durant les cours d'endurance..."

C'était assez littéral, mais il ne l'aurait jamais admis. Il cherchait à exagérer.

"J'ai toujours été assez mauvais en sport, alors tout ce que vous m'expliquez là me paraît incroyable. Vous êtes excellente dans ce que vous faites, tout le monde ne peut pas en dire autant. Vous ne devriez pas vous comparer à d'autres... Surtout lorsqu'on approche des domaines si différents, par nature parfaitement incomparables."

Ne s'était-il pas trop avancé ? Après tout elle ne lui avait jamais demandé son avis... Et il n'avait pas à lui dire quoi faire. Nerveusement, il ajouta :

"Enfin ! C'est ce que je pense..."

Pour se calmer, il but une TRÈS longue gorgée.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi - Page 2 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 2 Icon_minitimeJeu 10 Oct - 16:31

Victoire !

Elle l’avait finalement convaincu. Il fallait qu’elle se montre claire à chaque fois, les gens normaux ne pouvaient pas lire les pensées des autres, d’ailleurs, est-ce que les Wiccans avaient cette capacité ? L’idée lui fit un peu peur. La princesse ne voulait surtout pas qu’il y ait des Wiccans pour lire dans ses pensées, surtout pas maintenant. Elle espérait que les trois mages ne l'avaient pas fait non plus quand elle était à la plume bleue. Il n’y avait rien de compromettant, mais assez compromettant pour la jeune femme qui mourrait de honte d’imaginer son futur avec le jeune héritier. Comment elle se laissait emporter…

‘Merci, Esteban’ elle revint à sa position initiale, avec un sourire satisfait.

Elle écoutait attentivement ce qu’il disait à propos de ses choix universitaires. Tess ne doutait aucunement de ses capacités académiques, elle doutait plutôt des siennes, mais suivre le choix de son meilleur ami la rendait perplexe. Peut-être qu’à l’époque il ne savait pas trop que faire et suivre son meilleur ami était la meilleure solution. Est-ce qu’il ne voulait pas aller à l’université à la base ? Il y avait beaucoup de questions qu’elle voulait poser, mais elle n’était pas entièrement sûre de la réaction, comme toujours. Que ça soit avec lui ou n’importe qui d’autre, elle avait l’impression de marcher sur des œufs. Sauf que cette fois c’était pire, elle voulait absolument lui plaire.

‘Je vois. Aux moins vous savez ce que vous voulez faire maintenant, c’est très bien !’ elle marqua un temps ‘Vous voyez votre meilleur ami souvent ?'

Tess ne savait que lui répondre à part ça, depuis petite elle savait qu’elle voulait faire du sport et c’est resté ainsi. Depuis petite elle se concentrait tellement sur ce qu’elle voulait faire que sa vie sociale était égale à un grand zéro, à part échanger quelques phrases polies avec ses petits camarades de classe ou papoter avec son équipe en gymnastique. De ce fait, la princesse ne comprenait pas donc la difficulté que c’était pour beaucoup de trouver leur voie dans ce monde qui pouvait s'avérer cruel et elle ne comprenait pas pourquoi quelqu’un suivrait le choix de quelqu’un qui ne faisait pas partie de la famille. Ce n’était peut-être pas correct à mentionner, elle se tût et alla pour quelque chose d’une telle banalité…

T’aurais pu penser à lui demander autre chose, quand même.

Voilà qu’il semblait impressionné par sa volonté. Elle agita sa main en guise de “ce n’est rien, vraiment !”. La princesse ne voulait toujours pas admettre la manière dont elle pouvait dévorer une pizza XXL un samedi soir, préparé par le cuisinier, seule dans sa chambre avec un romcom en route. Cette image était digne d’un jeune adulte complètement bourré dans un kebab à Brixton à 2 h du matin, personne ne pouvait la voir donc elle se permettait de faire ce qu’elle voulait.

Elle lui admettait qu’elle n’était aucunement une lumière. Du moins elle ne trouvait pas qu’elle était une lumière. Tess avait remarqué qu’il avait des yeux aussi ronds que deux soucoupes. Elle s’arrêta dans son élan et hocha la tête en soupirant :

‘Oh oui, oui. En moyenne beaucoup s'entraînent aux moins 30 heures par semaine, mais cela varie de personne en personne. Je passe beaucoup de temps à me… Hmm… Reposer de manière active, faire des étirements puis commencer mon entraînement et conditionnement. Je me rends compte que je ne suis pas un super-héros, il y avait des jours où ça faisait très mal et des jours où il fallait que je repose mon corps de manière passive. Bref...’

Tess continua après que Patrick lui ai passé son gin tonic, ce petit interlude à lui parler de son entraînement l’a un peu décontractée, mais elle sentait la tension dans ses tympans quand elle reprit à propos de sa famille.
Elle émit un petit rire silencieux à la réplique d’Esteban, qu’il ne sache pas mettre un pied devant l’autre… Tess l’a pourtant bien vu dans la salle de réalité virtuelle, il n’est même pas tombé une seule fois. Il était gentil, elle se demandait s’il avait vu sa routine aux jeux Olympiques.

“Vous ne devriez pas vous comparer à d’autres. ”

Elle ne comprenait pas entièrement ce qu’il voulait dire par là. Cette phrase pourtant si évidente. Toute sa vie elle se comparait à sa famille, toute sa vie elle jouait du second violon à son frère qui était le favori du fait qu'il ait choisi le cursus acceptable. Toute sa vie sa mère la comparait à son frère. Le fait que quelqu'un lui dise de ne pas se comparer aux autre l'a perturbé. Personne ne lui avait parlé de cette manière et personne ne lui avait fait la remarque explicite auparavant.
Tess sentait une boule de stress se former dans sa gorge. Ses oreilles, couvertes par ses bouclettes devinrent écarlates et elle remercia le bon Dieu pour le fond de teint. Ce sentiment d'être piégée dans une conversation sur ce qu'elle devait faire ou ne pas faire était toujours insupportable. Son cœur battait à tambour et elle prit une nouvelle gorgée de sa boisson, pour l’aider à avaler cette boule, c’était très difficile.

Ça vient du cœur, ça ne vient pas d'un sentiment malicieux. Il ne veut pas te blesser, mais il ne comprend pas… Non, il ne comprend pas et ce n'est pas sa faute. Reste naturelle.

Il semblait avoir compris lui aussi qu'il n'était peut-être pas dans la meilleure des positions pour lui suggérer ce qu'elle devait ou ne devait pas faire. Elle avait finalement reconnu le nerveux ajout du “C’est ce que je pense…”. Il avait tout le droit de penser et d’avoir des opinions sur les sujets présentés, rien ne l’en empêchait. Comme à son habitude, pour se calmer elle se détacha de la conversation et “alla” dans le recoin de ses pensées qui était la volière. Ses oiseaux, oui, ses oiseaux.
Soudain elle eut un petit sourire au visage. Il fallait bien avancer, elle ne voulait pas débattre ce qu’elle devait faire ou ne pas faire, elle se doutait que lui non plus. Autant détendre l’atmosphère.

‘Dites-moi’ elle s’accouda, pencha sa tête de côté et posa sa joue sur la paume de sa main, avec un air rêveur ‘quand vous étiez petit… Je parle de petit, dans les alentours de 4 à 5 ans… Aviez-vous un travail de rêve ou quelque chose que vous avez voulu réaliser depuis ? Vous savez, le genre de rêve que beaucoup d’enfants ont par exemple… Hmm… Devenir docteur, pompier, chanteur, pouvoir parler aux animaux…’

Elle était honnêtement curieuse, mais elle voulait aussi changer de sujet au plus vite. Quelque chose de plus léger, quelque chose qui ne devait pas l’obliger à se refermer pour éviter une confrontation inutile. Entre temps, la princesse avait complètement oublié que le quatuor à cordes était non-loin du bar et qu’ils avaient déjà tout accordé et étaient prêt à jouer. Elle tourna sa tête légèrement vers les musiciens et constata :

‘Je n’ai même pas remarqué le quatuor, je suis une grande pipelette.’ elle rit légèrement ‘Ou vous êtes particulièrement doué à garder mon attention.’

Oups.

‘Je veux dire… Je voulais dire que vous savez me divertir… Ah… Mon attention. Des musiciens. Voilà.’


Elle se tût avant de s'enfoncer, gin tonic terminé. Combien en a-t-elle bu déjà ? Ce n’est pas cool de tenir compte. Sauf que celui-ci a commencé à lui taper à la tête et même si elle voulait une nouvelle gorgée elle se retint tant bien que mal d'en commander un nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Grand luxe et Mississipi - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Grand luxe et Mississipi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE I : Le quartier des affaires ¤ :: ║La zone portuaire║ :: Les Quais-