Qui est en ligne ?
Sur Discord, en ce moment.



 

Partagez
 

 Grand luxe et Mississipi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi Vide
MessageSujet: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi Icon_minitimeVen 20 Sep - 10:34

(Je poste ici vu que Tess a un nombre de sujets limités et que la majeure partie du topic se déroulera sur l'eau plutôt qu'au penthouse !)

"Mademoiselle,

J'ai préféré vous envoyer Octavio plutôt que de me présenter en personne. J'espère que vous n'en prendrez pas ombrage : il m'a semblé plus prudent de procéder de cette façon, les journalistes en ville se montrant particulièrement tenaces, ces derniers temps.

La dernière fois que nous nous sommes vus, nous avons convenu d'un rendez-vous, dont nous n'avons cependant pas eu le temps de déterminer la date, comme l'objet. J'aimerais vous proposer de nous revoir vendredi prochain, si cela vous arrange. J'ai réservé pour la nuit entière un bateau de croisière, le M/S Louisiana Prestige. Nous pourrons profiter à bord de nombreux services : plusieurs spectacles seront organisés. Le navire dispose de nombreuses salles de divertissement ainsi que d'un espace détente particulièrement attrayant. J'ai pris soin que nous soyons les seuls clients, nous n'aurons donc pas besoin de nous soucier des indiscrétions de la presse.

Laissez moi savoir si la date vous convient, il est encore tout à fait possible de la modifier.

Avec tout mon respect,
Esteban Luz-Descalzo."


C'était donc la lettre qu'Esteban avait écrit à l'intention de la princesse Therese (Catherine Elizabeth) de Cambridge, et qu'il avait fait amener à son hôtel par l'intermédiaire de son chauffeur. Il lui avait fallu bien cinq jours pour décider du thème de cette sortie - il était évident qu'il était celui qui devait la proposer. Il lui avait paru important qu'ils se rencontrent dans un cadre privé, afin qu'aucune rumeur désobligeante ne se mette à circuler à leur propos. La croisière en bateau était une option particulièrement engageante en cela qu'elle proposait de splendides paysages (... Moins de nuit, certes), un cadre reposant, et nombre d'activités passionnantes. Le souci, c'est que cela sonnait aussi diablement romantique. Ainsi qu'Esteban s'en était rapidement fait la réflexion, la romance n'était pas une option qui leur était ouverte. Il avait donc hésité, longuement.

... Il n'avait finalement rien trouvé qui sonnât moins romantique, et qui tout à la fois lui parût digne de la princesse. Il s'était donc résigné. La pente serait glissante... Très glissante. Mais il était hors de question qu'il ne la revoie pas. Puis elle ne restait que deux semaines... Une semaine, maintenant. Que pouvait-il se passer en une semaine ? (pensait-il, omettant complètement ce qu'il avait réussi à faire en quatre jours à Las Vegas, plusieurs années auparavant). Ce n'était probablement pas si risqué (spoiler : si).

Tous les détails avaient été rapidement réglés. La date et l'heure de leur rencontre avait été fixées, et le jour (ou la nuit) était finalement venu(e). Therese devait se présenter ici avec son chauffeur... Ils profitaient du fait que les journalistes n'avaient pas encore repéré où vivait Esteban, comme il avait longtemps habité son penthouse sous une fausse identité. Ils partiraient ensuite tous les quatre, Octavio inclus, à bord de sa limousine. Les vitres noires assuraient leur intimité. Le véhicule se garerait dans la cale du navire de croisière avant qu'ils n'en descendent. C'était un plan presque parfait, qui devrait leur éviter tout scandale.

Cette fois-ci, contrairement au soir de leur rencontre imprévue, Esteban s'était mis sur son trente et un. Son costume Brioni bleu marine recouvrait une chemise noire très bien coupée, signée Dior (... Pas sectaire, on avait dit). Il portait une cravate en soie assortie au reste de ses vêtements et une paire de mocassins Salvatore Ferragomo en cuir semi-brillant, qu'il jugeait relativement sobres. Cela ne faisait pas de mal, de temps en temps. Quelques gouttes de Clive Christian étaient enfin venues parfaire sa mise : ce parfum était une valeur sûre. Enfin, il avait bien évidemment attaché ses cheveux.

La nuit venait à peine de tomber : la ligne d'horizon était encore claire et lui blessait les yeux s'il la fixait trop longtemps. Il était prêt et n'attendait plus que son invitée. Il s'installa dans un fauteuil à proximité des "fenêtres" et se plongea dans la contemplation du paysage. On ne s'en lassait jamais. Il était néanmoins plutôt impatient d'entendre la sonnerie de l'entrée retentir...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Olivia Luz-Descalzo
Normes
Olivia Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Présidente d'une association de protection des animaux
Age apparent: 43 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi Vote_lcap12/30Grand luxe et Mississipi 160125120054759347  (12/30)

Grand luxe et Mississipi Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi Icon_minitimeSam 21 Sep - 9:45

"Tu crois qu'il est en haut ?
-Où veux-tu qu'il aille ?! Certes, il vient de rentrer, mais ce n'est pas une raison pour qu'il se mette à vadrouiller dans toute la ville.
-...C'est vrai. Et il est probable qu'il ne souhaite pas particulièrement se déplacer pour éviter les questions des journalistes...
-Liv, si tu veux voir ton fils, tu n'as pas besoin d'excuses. Monte. Je parie qu'il ne répond pas à tes messages parce qu'il est plongé dans un de ces nouveaux jeux vidéos... J'ai eu un mal fou à l'en décoller l'autre fois."


La riche héritière eut un léger rire amusé en prenant une dernière gorgée de sa tasse de thé. Elle se trouvait présentement chez Luisa, à qui elle avait décidé de rendre visite pour la première fois depuis un petit moment. En effet, sa sœur avait beaucoup oscillé entre la Nouvelle-Orléans et le Mexique cette dernière année et demie, plus que son travail ne le lui imposait. Luisa avait eu la gentillesse de partir avec Esteban et de le couvrir le temps de son exil forcé, ce qui avait amené les rencontres entre les deux sœurs beaucoup moins régulières. Maintenant qu'Esteban était de retour pour de bon, néanmoins, la cadette allait également reprendre son ancien rythme.

Olivia n'avait pas pensé que la compagnie de sa sœur allait autant lui manquer. Elle s'était habituée à savoir Luisa loin d'elle depuis son mariage avec Darian, et si elle avait particulièrement apprécié (...une fois un certain moment de cris, de douleur et de gêne passé) retrouver sa cadette lorsqu'elle s'était installée à la Nouvelle-Orléans, elles avaient chacune leur vie à présent et elle pensait les rencontres agréables, mais sans doute sans plus.

C'était sans compter sur ce qui les liait depuis l'enfance. Luisa avait grandi, évidemment, mais elle n'avait pas changé. Elle tenait les affaires de la famille d'une main de fer, mais elle était toujours aussi drôle, intelligente, délurée et prête à la moindre folie. Chaque fois qu'elle passait prendre le thé, elle pouvait s'attendre à un bon moment, mais aussi à des conseils très vrais qu'elle suivait plus souvent que l'inverse. Le belle femme aux cheveux noirs soupira en reposant sa tasse : quand Luisa avait-elle cessé de n'être que sa petite sœur ?

Un regard sur son téléphone. Toujours pas de réponse. Sachant qu'elle allait rendre visite à Luisa, elle en avait profité pour envoyer un message à Esteban, lui demandant si elle pouvait également passer le voir. C'était il y avait un petit moment, et pourtant elle n'avait pas reçu de réponse. Mais Luisa avait raison : il n'avait probablement pas grand chose d'autre à faire, et certainement une bonne raison de ne pas répondre. Enfin, aussi bonne que pouvait l'être l'addiction aux jeux vidéos... Bref. L'aînée se leva, faisant glisser le cachemire de sa robe contre ses jambes. Elle avait opté aujourd'hui pour une longue robe au col en V et aux manches trois-quart légèrement évasées sur le dernier quart, le tout dans un bleu maya qui mettait particulièrement sa silhouette hâlée en valeur (et lui permettait un clin d’œil étudié à ses origines, bien qu'il lui faudrait faire fasse à un expert pour qu'un tel trait d'esprit soit noté). Ses cheveux lâches étaient toujours orné de cette barrette en or massif offerte par sa mère bien des années plus tôt et au creux de son cou pendait une croix en or blanc. Elle adressa un sourire à sa sœur.


"Je vais y aller. Puis-je abuser un peu plus de ton hospitalité, si jamais il s'avère qu'Esteban n'est pas chez lui ?
-Toujours."


Luisa lui adressa un clin d’œil amusé avant de se lever pour l'accompagner à la porte. Olivia se dirigea rapidement vers l'ascenseur, tout en cherchant dans son sac Title en cuir endossé de chez Burberry la clé qui permettait d'accéder au dernier étage. Esteban la lui avait donnée il y a longtemps, l'autorisant ainsi à venir chez lui à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit si elle le souhaitait. Le fait qu'il n'ait pas fait de même avec sa tante en disait beaucoup.

Une fois dans la cabine, la mexicaine fit donc les manipulations nécessaires et n'eut plus qu'à attendre que la machine l'amène jusqu'au penthouse de son fils. Elle eut un sourire doux en pendant qu'il allait être bon de pouvoir reprendre leurs habitudes... peut-être devrait-elle profiter de l'occasion pour l'inviter à passer la soirée quelque part ?

Les portes de l'ascenseur s'ouvrirent et la multimilliardaire traversa rapidement le petit hall et sa cascade d'eau pour aller sonner à la seule porte disponible à cet étage. Un dernier regard sur son smartphone dernier cri... non, pas de message. Elle appuya donc tranquillement sur la sonnette.

_________________
Grand luxe et Mississipi 160501035808131258Grand luxe et Mississipi 160501035809163644
Grand luxe et Mississipi 160604104804728414
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3680-olivia-luz-descalzo
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi Icon_minitimeSam 21 Sep - 12:54

On venait de sonner à la porte ! Le jeune vamp se releva précipitamment, avec aux lèvres un sourire anticipé. Il se sentait fébrile et... Il ne fallait pas qu'il se sente fébrile. Il savait pertinemment où se trouvaient les limites de la relation qu'il pouvait développer avec Therese. Qu'il se sente comme à l'époque où il avait connu Erin, les battements de cœur désordonnés en moins, était donc parfaitement déplacé. Cela ne ferait que le contrarier et que le faire souffrir inutilement.

... Mais tout de même ! Cela faisait longtemps qu'il ne s'était pas senti aussi léger. Ils pouvaient bien devenir très amis, n'est-ce pas ? Ce n'était pas encore quelque chose qui leur était interdit, et cela leur permettrait tout de même de partager des moments très agréables.

Tout à ses pensées et ses émotions contradictoires, il était arrivée au niveau de l'entrée. Radieux, il en ouvrit donc la porte et s’apprêta à recevoir son invitée, accompagnée de son garde du corps.

... Il ne comprit pas tout de suite pourquoi sa mère était en face de lui. Ce n'était pas elle qu'il s'attendait à voir. Ce retournement de situation inattendu le laissa donc très confus. Son sourire fondit comme neige au soleil, remplacé par une expression vaguement perdue.

"... Oh ! Mama. Quelle... Bonne surprise ! Je ne me souvenais plus que tu devais passer..."

"Bonne surprise" n'était pas le terme adéquat, mais il ne voulait certainement pas la vexer. Habituellement, il était toujours très heureux de la voir - surtout compte tenu du fait qu'à une époque, il avait pensé que cela n'arriverait plus jamais. Seulement, tout de suite, le timing était très mauvais... Comment lui expliquer son rendez-vous sans qu'elle panique ? Therese allait arriver d'une minute à l'autre, avant qu'il ait le temps de la briefer, et elle allait se faire des idées, c'était certain.

Puis il aurait simplement préféré éviter de lui en parler. Elle allait encore trop s'inquiéter pour lui.

Il souleva le poignet et regarda l'heure sur sa rolex cuivrée, d'aspect "steampunk". Toujours la même, des années plus tard. Il était rare qu'Esteban ne renouvelle pas garde-robe et accessoires sur une période aussi étendue, mais il appréciait tout particulièrement cette pièce. Roh lala... C'était une véritable catastrophe. L'heure était venue, et il doutait que Therese ne soit pas quelqu'un de ponctuel. En un an et demi passés au Mexique il avait eu le temps de réviser sa notion de ponctualité, pour le plus grand plaisir de Luisa et de sa mère... Mais ce n'était pas de lui qu'on parlait. On était ponctuel, en Angleterre, non ?

"... Je t'en prie, rentre, ne reste pas sur le pallier... Je ne vais pas rester longtemps, cependant."

Il se décala pour la laisser passer, à nouveau souriant, mais quelque peu crispé. Impossible qu'Olivia ne le remarque pas.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Olivia Luz-Descalzo
Normes
Olivia Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Présidente d'une association de protection des animaux
Age apparent: 43 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi Vote_lcap12/30Grand luxe et Mississipi 160125120054759347  (12/30)

Grand luxe et Mississipi Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi Icon_minitimeSam 21 Sep - 13:27

Il ne lui fallut pas attendre très longtemps pour que la porte s'ouvre. Olivia eut un sourire, ravie de voir que son fiston était effectivement à la maison. Sourire qui se fana rapidement quand il prit la parole.

Esteban n'avait pas eu le temps de finir sa croissance. Il était donc à peine plus grand que sa mère, mais les talons aiguilles qu'elle portait avec grâce et élégance les mettait bien souvent à la même hauteur. Impossible donc pour elle de manquer le changement d'expression sur le visage de son fils. Vraisemblablement, il attendait une visite, et tout aussi vraisemblablement, il ne s'agissait pas d'elle. Elle ne savait pas trop quoi en penser.


"...J'étais chez Luisa, je pensais en profiter pour te rendre visite. Je t'ai envoyé un message, mais tu n'avais pas encore répondu alors..."

Alors elle avait pensé le surprendre. Pas manqué, sauf que ce n'était apparemment pas une si bonne idée que cela. Le jeune homme posa un regard sur sa montre et Olivia eut un frisson désagréable. A une époque houleuse, pas si lointaine, Esteban n'avait pas hésité à la renvoyer balader de bien des manières. Ce n'était pas de sa faute et il ne contrôlait pas toujours ces écarts plus sombres de sa personnalité, mais ces derniers avaient tendance à effrayer sa mère presque autant que le noir complet à présent... ou que la vision de crocs trop proéminents.

Ceci étant dit, la mexicaine se raisonna rapidement. Ce n'était pas parce qu'Esteban regardait sa montre qu'elle devait se laisser envahir par cette impression de rejet, il avait tout simplement des choses à faire ! D'ailleurs, à présent qu'elle le regardait d'un peu plus près, il paraissait particulièrement sur son trente-et-un... Le regard sombre de la mère se para d'une étincelle de compréhension. Elle entra comme on le lui proposait.


"Tu es particulièrement en beauté ce soir, mon chéri. Je ne doute pas qu'il y ait une raison à cela."

Elle avait remarqué la crispation dans le sourire du vampire. C'était son fils, elle le connaissait par coeur. Même maintenant. Elle était -ironiquement- capable de savoir très vite lorsqu'il lui cachait des petites choses. En ce moment précis, il était clair qu'il ne souhaitait pas lui parler de "la raison" en question.

Était-ce à cause de la nature de la personne avec qui il avait rendez-vous ?

Était-ce Karl ?


"...Je ne veux pas te déranger. Il est clair que tu attends une visite et que ce n'est pas la mienne. Je m'en voudrais de t'empêcher de profiter -en toute prudence- d'une soirée agréable."

Dans des moments comme ça, la ressemblance entre Olivia et Luisa était flagrante.
_________________
Grand luxe et Mississipi 160501035808131258Grand luxe et Mississipi 160501035809163644
Grand luxe et Mississipi 160604104804728414
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3680-olivia-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi Icon_minitimeSam 21 Sep - 17:29

Quelqu’un est venu lui rendre visite, elle entendit Patrick répondre au téléphone et sortir de la chambre.

C’est lui ! Oh, c’est lui !

Elle n’était pas prête du tout. À l'œil de base elle était bien habillé et coiffé, mais ce n’était pas assez à son niveau, surtout pour le jeune héritier qu’elle voulait impressionner. En cinq minutes, avant le retour de Patrick et de l’invité, elle allait surement réussir à faire quelque chose : comme une lionne elle bondit de la chaise de son bureau où elle faisait des recherches sur internet et se précipita vers les tiroirs où elle explosa pratiquement leur contenu (tous ses vêtements). Ayant trouvé une belle robe à fleure, elle l’enfila aussi vite qu’elle pouvait et se rafraîchit le visage avec une nouvelle couche maquillage. Un nuage de parfum et elle était prête.

Large ! Il lui restait encore une minute et elle s’étonna à quelle vitesse
elle pouvait se préparer et ne pas avoir l’air d’un épouvantail. La porte s’ouvrit, elle leva sa tête comme si de rien n’était, mais Esteban n’était nulle part. Juste son chauffeur.

‘Monsieur Octavio avec un message d’Esteban Luz-Descalzo pour son altesse royale la princesse Therese Catherine Elizabeth de Cambridge’ Patrick les annonça correctement, comme il se devait.

La princesse avait un sourire poli au visage et hocha sa tête pendant qu’Octavio se baissa avec respect, lettre à la main. Sans plus attendre, Tess le libéra du message en le remerciant.

Plus elle lisait, plus son cœur battait à tambour. Elle n’avait jamais mis pieds dans le sud des États-Unis et avoir une croisière privée organisé par le jeune héritier rien que pour eux deux semblait… Tellement romantique ! Était-il intéressé finalement ? Tess n’en avait aucune idée, elle ne savait pas lire les signaux de ceux qui pouvaient potentiellement lui faire la cour et celle-ci s’est déjà prise un râteau subtil par son partenaire professionnel à cause de leur titres différents, mais surtout parce qu’il n’était aucunement intéressé.
Est-ce que cette fois allait être différent ? La princesse l’espérait grandement. En cachant son euphorie digne d’une princesse de dessins-animés, elle se tourna vers Octavio.

‘S’il vous plaît, informez le jeune héritier Luz-Descalzo que j’accepte son invitation et que je le rejoindrais vendredi à 18h00. Vous pouvez disposer.’


Du coin de l'œil, elle vit un bref moment de tension sur le visage de son garde-du-corps. Il avait l’habitude de suivre les journaux bien plus qu’elle et peut-être qu’il savait ce que les tabloïds avaient à dire. Quoi qu’il en soit, elle vit Octavio partir et Patrick ferma la porte derrière eux.

‘Le jeune héritier Luz-Descalzo.’ il répéta. Pensif, avec une once de méfiance.

‘Si vous avez quelque chose à dire dites le maintenant, s’il vous plaît.’
son ton est resté tout à fait poli même si la princesse était complétement sur la défensive.

‘Je vous présente toutes mes humbles excuses, votre altesse’
il se baissa poliment ‘je ne voulais en aucun cas vous offenser.’

‘Non Patrick, ce n’est pas offensant. Je veux simplement votre avis. Vous n’êtes pas qu’un garde du corps, je vous connais depuis mes 5 ans.’ elle posa la lettre sur sa table de nuit et s’assit une fois de plus sur la chaise du bureau avec une boîte à bijoux ouverte.

‘Votre altesse. Je voudrais simplement que vous vous renseignez sur les Luz-Descalzo, mais en particulier sur l’héritier.’

‘Balivernes’ elle mit ses boucles d’oreilles en perles, occupée par la bijouterie pour ne pas exploser et raconter n’importe quoi ‘c’est un garçon parfaitement charmant, nous avions repris contact récemment et il m’invite à passer une soirée agréable. Je ne vois aucun problème, surtout que vous allez m’accompagner et je serais en sécurité. Il serait fort dommage de refuser une invitation d’une famille aussi influente que celle des Luz-Descalzo. Quelles que soient les différences entre nous, on juge par actions et non par autre chose et…-’

‘Votre altesse…’

‘Oui Patrick ?’

‘Pardonnez-moi. Vous avez deux colliers et 4 bracelets sur vous.’

‘Patrick’ dit-elle, cette fois un peu plus sur la défensive en enlevant les ajouts ‘je veux passer ma soirée avec Esteban, point final.’

Elle se laissa un peu emporter, la princesse voyait très bien que Patrick se sentait mal à l’aise dans cette situation, mais elle n’allait pas l'accommoder cette fois-ci. Normalement elle était contente de laisser tomber certaines activités qui ne le mettaient pas à l’aise (notamment quand elle voulait aller faire du saut à l’élastique), son pied était à terre cette fois.

‘À vos ordres, votre altesse.’

Il n’était pas content, sa révérence fût particulièrement basse et forcé. Cette fois elle voulait penser à soi, peut-être que cela allait lui revenir au visage, mais c’était un problème pour plus tard. L’idée de passer toute une nuit avec l’héritier sur un bateau de croisière… Elle était aux anges. Si ce n'etait pas un signe...

Le jour venu elle était prête. Elle avait fait une tonne de recherches sur les vampires et elle alla garder la tradition d’offrir un cadeau à l’hôte. Il lui fallait du temps pour trouver quelque chose de correct et de convenable. Lui offrir une bouteille de vin serait traditionnel, mais vu qu’il ne buvait pas de vin c’était peine perdue. Acheter une bouteille de sang serait peu convenable pour une princesse et elle décida contre cette idée. Après une ou deux heures à se creuser la tête elle s’étonna d’avoir une idée de génie. Tess voulait que le jeune héritier garde quelque chose d’elle qui soit permanent, une bouteille de vin était continental, mais rien ne pouvait battre une once de personnel : une épinglette en forme de rose, qui était la fleure nationale de la Grande-Bretagne. La rose en rubis, la tige en platine et les épines en diamant. Oui, c’était le cadeau idéal pour quelqu’un qui ne pouvait pas profiter des mœurs de gens ordinaires.

Pendant que la jeune femme était excitée par l’idée de son cadeau et des idées de vêtements qu’elle allait porter, Patrick restait de marbre. Elle allait de magasins en magasins et après avoir passé toutes les boutiques elle trouva quelque chose qui allait lui sied à merveille. Le jour même elle alla chez le coiffeur et l'esthéticienne... Le résultat était tel qu’elle avait des belles bouclettes noires et des mains aussi douces que de la soie. Son maquillage était impeccable, un fard à paupières beige et marron avec une ligne verte sombre sur la waterline pour accentuer ses yeux noisette, une robe en soie de chez Chanel de couleur café qui descendait jusqu’aux genoux avec la partie haute en dentelle avec des boutons en or. Elle gardait cette fois ses jambes a découvert et ses chaussures étaient comme d’habitude de chez Jimmy Choo en daim de couleur noix. Un nuage de parfum signé Dior à l’odeur de jasmin et d’eau d’oranger et elle était prête. Avant de sortir elle fit en sorte de se rappeler de ramener la robe qu’elle avait empruntée, caché dans un sac en coton de chez Prada. Patrick n’avait aucune idée de la soirée qui s’était déroulée et elle n’avait aucune envie qu’il découvre sa honte.

D’ailleurs, celui-ci avait comme un nuage noir au-dessus de sa tête, Tess n’avait pas besoin de le sentir car elle le voyait clairement. La princesse ignorait les raisons de pourquoi, du comment, elle était sûre que ça allait passer. Il conduisait en silence alors que normalement ils discutaient aisément en temps normal.

‘Patrick, votre silence me met mal à l’aise’ elle l’avait finalement admis ‘je voudrais que cette soirée se passe sans aucun incident.’

‘Je m’excuse, votre altesse.’

‘Je ne veux pas de vos excuses, je veux simplement que l’on passe un moment agréable. Vous allez en avoir l’opportunité aussi. J’en suis certaine.’

‘Oui, votre altesse.’

Il était froid et Tess le ressentait. Si elle pressait plus fort comme à son habitude il allait se refermer encore plus. La princesse voulait lui prouver qu’ils allaient tous passer un moment agréable et pour cela elle décida de ne pas continuer. Octavio les attendait au garage et il les amena au dernier étage du gratte-ciel. La porte était ouverte. Elle essayait de se calmer en se disant que de toute manière il avait déjà vu les royaux sous-vêtements et que cette situation était moins embarrassante…

... Non, il avait vu les royaux sous-vêtements et c’est bien la seule chose qui restait gravé dans sa mémoire.

Penses à autre chose… Pense aux lapins dans le jardin royal. Les lapins dans le jardin royal.

Ils avancérent avec précaution. Peut-être qu'il était occupé? Peut-être que quelque chose est arrivé? La jeune princesse alors vit une figure de dos. Cheveux longs, bien habillé... La panique prit le dessus et elle se demanda si par hasard ce n'était pas une "autre". Il avait bien les sous-vêtements de Bess et maintenant il y avait encore une nouvelle femme dans sa vie. Sans trop chercher elle prit un petit pas en arrière et baissa ses yeux.

'Oh je vous demande pardon...'
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi Icon_minitimeDim 22 Sep - 0:01

Esteban tapa la poche de son pantalon du plat de la main, pour constater que son smartphone ne s'y trouvait pas. L'air vif, l’œil perçant, il tourna la tête dans tous les sens, mais ne parvint pas à repérer où il avait bien pu laisser l'appareil.

"Oh. Je suis désolé mama, j'étais dans la salle de bain, puis j'ai complètement oublié de récupérer mon téléphone..."

Il n'avait pas le numéro de Therese alors, évidemment... Tout obnubilé qu'il était par la soirée qu'il allait passer avec elle, l'appareil était devenu la dernière de ses priorités. Il faudrait pourtant qu'il le récupère avant de partir. Où avait-il fourré ce satané gadget ?

Il ne trouvait pas et oublia provisoirement ce problème au profit d'un autre, par définition plus urgent : l'heure de son rendez-vous était venue et il devenait de plus en plus clair que sa mère et la princesse allaient se croiser. Il n'osait pas imaginer ce qui allait se passer dans l'esprit d'Olivia si il ne trouvait pas le temps de lui expliquer la situation avant que son invitée arrive. Il ne pouvait tout de même pas la laisser sur le pallier, alors il l'invita à entrer.

Elle remarquait tout juste la façon dont il s'était vêtu. Il se gratta l'oreille avec un rire nerveux. Oui oui... Il y avait une raison à sa tenue, et d'ailleurs en parlant de ça... Par où commencer ? Il se sentait bien empoté. Aucune approche, aucun début de phrase ne lui paraissait correct.

"Une raison, oui... D'ailleurs euh..."

Le temps qu'il trouve ses mots, elle avait repris. Son sourire gêné s'estompa au profit d'une mine plus grave. Il reconnaissait quelques tournures de phrases typiques : lorsque sa mère insistait à ce point sur le caractère inopportun de ses visites, alors on pouvait être sûr qu'elle avait mal vécu l'accueil qu'il lui avait réservé. Il ne voulait surtout pas qu'elle se fasse ce genre d'idées, et il répondit donc du tac au tac :

"Tu sais bien que tu ne me déranges jamais, mama. C'est juste que c'est une situation particulièrement complexe et je ne voudrais pas que tu t'imag... OH ! Vous voici arrivée ! Je vous en prie, avancez, nous vous attendions..."

Il n'avait pas pris garde au "ting" de l'ascenseur, trop concentré sur ses explications. En revanche, il n'avait pas pu manquer l'exclamation désolée que la princesse Therese venait d'émettre, alors qu'elle était encore dans le couloir, à deux mètres d'eux à tout casser. Octavio ouvrit la porte en grand pour inviter la jeune femme et son garde du corps à rentrer.

Esteban quant à lui avait l'impression d'avoir des sueurs froides, alors qu'il n'était même plus censé en être capable. Le scénario qu'il craignait était en train de dérouler : il n'avait eu le temps de rien expliquer du tout. Avec un regard d'excuse, il se tourna brièvement vers Olivia. Il cherchait aussi à lui faire passer un message silencieux : elle avait vite comprendre où se trouvait le "problème". Il fallait qu'il la délaisse quelques minutes, afin d'accueillir les nouveaux venus. Qu'elle n'en prenne surtout pas ombrage.

Grand sourire aux lèvres, le vampire fit quelques pas en direction de la nouvelle venue. Il s'arrêta brusquement. Une odeur inattendue venait d'assaillir ses narines.

Du sang de métamorphe ? Mais, comment ? Il était capable d'en localiser la source et, perplexe, il observa du coin de l’œil celui qui devait être le garde du corps de Therese. Depuis quand la famille royale britannique embauchait-elle des outres pour sa protection personnelle ?

"..."

Il était une époque où Esteban aurait été très méfiant... Où il n'aurait pas hésité un seul instant à prévenir Therese, à lui révéler la "supercherie" afin de la protéger du danger que représentait la créature, bien trop proche d'elle pour que cela soit prudent. Son point de vue avait depuis lors énormément changé, et il voyait maintenant tout à fait autre chose : si il cachait sa nature d'outre, c'était sans doute pour une bonne raison. Peut-être essayait-il simplement d'échapper aux brimades. Peut-être essayait-il juste de garder son travail.

Ce n'étaient pas ses affaires. Peut-être la princesse était-elle au courant. Peut-être pas. Il ne pouvait pas mettre en péril la vie d'un homme sous prétexte qu'il sentait un peu trop bon. Si Therese lui faisait confiance, c'était tout ce qu'il y avait à savoir. Esteban savait dorénavant mieux que de partir du principe qu'en chaque outre se trouvait nécessairement l'essence d'un traître ou d'un criminel.

Il l'avait suffisamment fixé. Cherchant à se donner l'air de rien, il tourna plutôt les yeux sur la jeune femme et tenta de faire abstraction de l'odeur de sang surnaturel entêtante, laquelle lui donnait l'eau à la bouche... Fichtre. Il faudrait qu'il reste loin du métamorphe, ou bien il aurait le plus grand mal à contenir ses envies toute la nuit, ainsi qu'il avait prévu de le faire.

"Mademoiselle de Cambridge. Je suis pleinement comblé que vous ayez accepté mon invitation. Si vous me le permettez, avant que nous ne partions, j'aimerais vous présenter ma mère, Olivia Luz-Descalzo, qui passait justement me voir avant notre départ."

Il fit un geste en direction de celle qu'il venait de présenter, en même temps qu'il saluait respectueusement Therese. Elle lui paraissait bien... Tassée ? Inquiète ? Il n'était pas tout à fait certain de comprendre son langage corporel, mais elle n'avait pas l'air à l'aise... Il se demandait bien pourquoi. Avait-elle changé d'avis ? Ne voulait-elle plus venir ? S'apprêtait-elle à annuler ? Une boule d'angoisse se forma dans sa gorge. Il était trop bien élevé pour lui demander des explications. Elle les lui donnerait certainement d'elle-même en temps voulu.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Olivia Luz-Descalzo
Normes
Olivia Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Présidente d'une association de protection des animaux
Age apparent: 43 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi Vote_lcap12/30Grand luxe et Mississipi 160125120054759347  (12/30)

Grand luxe et Mississipi Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi Icon_minitimeDim 22 Sep - 12:14

Esteban eut ce geste plus ou moins conscient qu'ont toutes les personnes à qui l'on fait mention d'un téléphone : il tapota la poche où l'appareil devait normalement se trouver. Apparemment, il n'y était pas, ce qui expliquait pourquoi il ne lui avait pas répondu.

Olivia eut un léger sourire en entendant ses explications. Elle comprenait mieux à présent. D'ailleurs, maintenant qu'elle prenait le temps de l'observer, il était vrai qu'il était particulièrement bien apprêté en ce début de soirée. Tout comme elle le lui fit remarquer, ce qui déclencha une gêne à laquelle elle n'était pas réellement habituée venant de son fils. Il avait pourtant l'habitude qu'elle le complimente à tout va -et comment faire autrement, son Niñito était tellement beau ?!- et ne comprenait donc pas sa réaction.

Jusqu'à ce que l'idée de la raison pour laquelle il avait enfilé ce magnifique costume lui vienne à l'esprit. S'il était si mal à l'aise à l'idée de lui faire part de la personne avec qui il avait rendez-vous, c'était parce qu'il savait qu'elle n'approuverait pas, d'une façon ou d'une autre.

Mais ces dernières années, le point de vue de la mexicaine avait changé sur certaines choses. Elle avait failli perdre son fils. Elle avait pensé l'avoir perdu pour de bon. Les semaines qui avaient suivi cette réalisation avaient été un véritable tourment, le pire des châtiments divins. Les épreuves successives surmontées depuis l'avaient fait jurer à elle-même qu'elle ferait tout ce qui était en son pouvoir pour ne plus risquer de perdre son enfant. Et cela incluait lui laisser une plus grande part de liberté. S'il ne souhaitait pas la voir, s'il ne souhaitait pas lui parler de ce rendez-vous, il n'avait pas à le faire.

Mais cela ne l'empêcherait pas de lui dire de faire attention à lui, comme toute mère digne de ce nom.

Esteban la rassura aussitôt sur le premier point. Il n'avait rien contre sa visite, elle tombait tout simplement mal pour des raisons de planning. Et il était sur le point de la rassurer sur le second, mais n'en eut pas le temps.

Olivia avait également entendu la petite voix prononcer des excuses. Elle tourna donc légèrement la tête dans sa direction. Elle qui avait l'habitude de ne pas avoir la moindre réaction particulière face au gratin de la société américaine et mondiale, ses yeux s'agrandirent brièvement et très légèrement alors qu'elle reconnaissait la jeune femme dont il était question. Esteban avait rendez-vous avec la Princesse Thérèse Catherine Elisabeth de Cambridge. Elle avait entendu parler du fait que la jeune femme était en ville, participant à un entraînement de gymnastique en vue des prochains jeux olympiques, ou quelque chose du genre. Jamais Olivia n'aurait pensé la voir sur le palier d'Esteban, à une heure de la soirée et à un moment qui ne signifiait qu'une seule chose.

Esteban avait rendez-vous avec la Princesse Thérèse Catherine Elisabeth de Cambridge.

Il était difficile pour Olivia de gérer correctement cette information. Aussi, quand son fils lui glissa un regard avant de s'adresser à son invitée, elle lui fit les gros yeux un très bref instant, le genre de regard signifiant "Qu'es-tu en train de faire ?!". Elle se recula doucement dans l'entrée du penthouse pour laisser passer la princesse et son garde du corps, non sans échanger un regard avec celui de son fils. Octavio avait-il un idée plus précise de ce qui était en train de se passer ?!

Heureusement pour elle, elle ne remarqua pas le manège qui avait lui entre son garçon et le garde du corps de la princesse. Il n'en aurait pas fallu plus pour qu'elle comprenne que quelque chose d'étrange était en train de se passer, et si Olivia n'était pas aussi déterminée que le reste de la famille Luz-Descalzo lorsqu'il s'agissait d'Outres, elle en avait toujours une peur viscérale. Esteban était une exception qui n'avait pas été sans heurts.

Puis Esteban reprit la parole et sa mère l'attitude digne qui était la sienne en toutes circonstances. Elle se tourna vers les deux nouveaux arrivants et eut un doux sourire et une révérence étudiée en direction de la jeune femme une fois qu'Esteban l'ait présentée officiellement. Son fils avait été à bonne école, bien évidemment. La sienne.


"Mademoiselle de Cambridge, c'est un plaisir de vous revoir."

Olivia n'avait probablement vu la jeune fille de ses yeux qu'une seule fois, et pour une très courte durée, mais l'on n'oubliait pas les visages et les noms des personnes les plus influentes de ce monde. Encore moins lorsqu'on en faisait partie soi-même. Les circonstances de cette nouvelle rencontre étaient cependant bien plus inquiétantes qu'elles n'auraient dues, mais ce était pas une raison pour faire une scène face à la royauté. Cela ne l'empêcherait pas d'en parler à son fils dès qu'elle en trouverait l'occasion.
_________________
Grand luxe et Mississipi 160501035808131258Grand luxe et Mississipi 160501035809163644
Grand luxe et Mississipi 160604104804728414
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3680-olivia-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi Icon_minitimeDim 22 Sep - 16:25

Nous ? Qui sommes-nous ?

À peine elle se posa la question que la dame se tourna en sa direction. Ce profil, cette barrette, ses beaux cheveux bouclés, cette allure luxueuse, mais aussi distinguée. Il n'y avait plus aucun doute : cette dame était sa mère et elle eut un sentiment de soulagement mêlé à de la tension dans sa gorge et de l'excitation. Il allait la présenter à sa mère et elle n'en pouvait plus d'attendre. Encore un nouveau signe : sa mère était là. Elle ignora complétement le fait qu'il avait bien souligné qu'elle était venu le voir, tout ce qu'elle voyait était sa future belle-mère.

Ce bref instant entre Patrick et Esteban est passé complétement de côté pour la jeune princesse qui était ébloui par Olivia. Elle se souvint d'elle en 2046 à Buckingham avec un cousin de la famille royale. Quant à Patrick, il se tenait juste derrière la princesse et se baissa poliment en guise de salutation, en levant sa tête il rencontra le regard du jeune héritier que brièvement. Un regard qui voulait dire "on sait, on n'en parle pas" et il semblait satisfait que le jeune héritier ait tourné son attention entière vers la princesse.

La jeune princesse ne savait que dire et elle sentait de la tension de tous les côtés. Il était possible qu'il voulait garder ce rendez-vous secret ? Son visage était figé dans un sourire pendant tout ce temps et quand Olivia lui adressa la parole elle rendit sa révérence respectueusement.

'Madame Luz-Descalzo, je suis très heureuse de vous revoir. Après toutes ces années vous n'avez pas changée, vous êtes toujours aussi éblouissante.'

Sauvée ? Peut-être, elle n'était que sincère dans son compliment... Elle présentait un fait et elle se doutait qu'Olivia le savait. Dans tous les cas, Tess était surexcitée de passer sa soirée avec le jeune héritier et faire plus ample connaissance de sa mère était un vrai bonus pour elle. Elle se tourna vers Esteban et le toisa discrétement. Qu'est-ce qu'il était beau dans ce costard... ses cheveux attachés comme elle l'aimait, cela accentuait ses traits fins. Voir des airs de ressemblance avec sa mère était agréable, elle aimait tout ce qui était histoire de familles et comparer les enfants avec leur parents de manière génétique. Elle aimait un beau nez et le jeune héritier rentrait exactement dans ses critères.

'Je vous remercie pour votre hospitalité' elle hocha sa tête vers Esteban tout en essayant de ne pas vomir son cœur dans ses mains entre temps 'j'aimerais user de cette opportunitée pour vous inviter, vous et Madame Luz-Descalzo, à un événement dont je ferais partie. À la fin de mon séminaire vendredi prochain nous avons une présentation en petit commité et nous avons droit à deux invités par personne. Je serais honoré de vous voir à cette présentation, si vous en avez le temps et l'envie, bien entendu.'

Cette idée lui était venue spontanément. Il était vrai qu'elle avait deux places, elle ne pensait se servir que d'une, mais quelle magnifique idée que d'inviter sa future bell... Madame Luz-Descalzo à l'événement. Elle se voyait déjà sortir faire du shopping avec elle, échanger leurs gouts vestimentaires... Même que l'idée d'avoir Olivia potentiellement avec eux pendant toute la soirée ne l'a pas horrifié. Tout pour le jeune héritier !

Doucement, doucement... Respire. Ne t'emporte pas, il se peut qu'il ne soit pas intéressé après tout... Simplement poli.

Une autre pensée rampa dans sa tête, elle avait entièrement conscience qu'elle tenait le sac Prada dans ses mains avec une robe qui appartenait à Olivia. Elle n'était pas bonne en matière de pipeau, mais pour sauver sa dignité et la peau d'Esteban elle allait devoir faire un effort si il y aurait mention. Tess n'en pouvait plus, mais dans une situation aussi délicate il fallait se tenir.
Excité, souriante et chaleureuse de l'éxtérieur avec son coeur qui n'arrivait plus à tenir, elle sentait ses oreilles rougir, cachés par ses bouclettes noires. Elle remercia le bon Dieu pour l'invention qu'était le fond de teint.
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi Icon_minitimeDim 22 Sep - 21:32

Et voilà. Encore une fois, c'était précisément ce qu'il avait voulu éviter. Olivia lui faisait les gros yeux. Elle ne devait très certainement pas comprendre comment il en était venu à inviter la princesse pour une soirée qui sonnait bien trop romantique et... Lui-même ne comprenait pas vraiment comment il en était arrivé là alors qu'il était parti du principe qu'il s'agissait d'une rencontre de convenance à l'occasion de laquelle ils pourraient sympathiser, mais rien de plus.

Il avait voulu lui faire plaisir. Lui offrir quelque chose qui soit digne de son rang. Pourquoi les choses devaient-elles être si compliquées ? Pourquoi avait-il l'impression d'être en train de faire quelque chose de mal alors que du début à la fin, il avait toujours eu l'intention de rester dans les clous ?

Il retint la grimace gênée qui avait très envie de se dessiner sur son visage. Sa mère faisait dos à la princesse et pouvait bien faire tout ce qu'elle voulait pour le moment... En revanche, Esteban lui faisait déjà face. Il fallait qu'il préserve les apparences. L'une de ses paupières inférieures tressauta très légèrement.

Esteban partit à la rencontre de Therese, suite à un échange aussi bref que tendu avec son garde du corps métamorphe. Olivia quant à elle chercha le regard d'Octavio, lequel essayait  tant bien que mal de garder l'air impassible qui était de circonstance. Ne souhaitant pas laisser aux invités d'Esteban la possibilité de se rendre compte que quelque chose clochait, Octavio retint la grimace gênée qui avait très envie de se dessiner sur son visage. L'une de ses paupières inférieures tressauta très légèrement, et Olivia eut certainement l'impression d'être entrée dans une dimension parallèle basée sur le comique de répétition.

Esteban fit de son mieux pour n'écarter personne, et pour éviter, de ce fait, de vexer quiconque. Il présenta sa mère à la princesse Therese  comme il convenait de faire puis les laissa échanger, sans quitter son sourire aimable.

Agréablement surpris, il se tourna vers Therese, laquelle venait de faire une proposition inattendue. Cela faisait une semaine maintenant qu'ils s'étaient rencontrés au Danse Macabre. Il avait eu le temps de lire, dans la presse, les raisons officielles de la venue de la jeune britannique à la Nouvelle-Orléans. Il savait donc qu'elle était en train de parler de l'événement de gymnastique auquel elle était venue prendre part. C'était un immense privilège que d'être invité par Mademoiselle Therese Catherine Elizabeth de Cambridge à venir assister à sa présentation, tandis qu'elle n'avait que deux places à offrir. Elle aurait pu choisir n'importe qui d'autre... Esteban ne doutait pas qu'il existait un grand nombre de figures publiques et/ou politiques qui auraient apprécié recevoir cette proposition.

... Fallait-il vraiment qu'il se réjouisse ? Cela n'allait-il pas dans le sens de cette fameuse pente glissante qu'il s'était promis d'éviter ? Tout était beaucoup, beaucoup, beaucoup trop comme avec Erin.

Erin aurait adoré cette croisière privée sur le Mississipi. Sans même parler du SPA qu'elle intégrait. SPA... Jacuzzi... Oh. Non.

Vite ! Il s'égarait. C'était une première, mais il était presque heureux d'être mort-vivant, car il aurait certainement viré rouge pivoine au plus mauvais moment si ça n'avait pas été le cas. Où en était-il avant de penser à beaucoup trop de choses qui n'étaient absolument pas convenables ? Ah ! Oui. Il en était à être parfaitement ravi de son offre, et à le montrer comme il se devait.

"C'est une proposition très généreuse de votre part, Mademoiselle Therese ! ... Qu'en penses-tu, mama ?"

Il ne pouvait pas accepter au pied levé sans consulter la seconde concernée avant cela, mais il avait une idée relativement précise de ce que sa mère allait pouvoir répondre : sauf cas de force majeur, refuser n'aurait pas été poli. Son sourire était un peu crispé, alors qu'il fixait Olivia en attendant sa réponse.. Il avait l'impression d'avoir encore aggravé son cas dans l'esprit de sa mère. Et pourtant, qu'aurait-il pu dire d'autre ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Olivia Luz-Descalzo
Normes
Olivia Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Présidente d'une association de protection des animaux
Age apparent: 43 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi Vote_lcap12/30Grand luxe et Mississipi 160125120054759347  (12/30)

Grand luxe et Mississipi Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi Icon_minitimeLun 23 Sep - 23:10

Ni Esteban, ni Octavio n'étaient capables de lui donner la réaction qu'elle attendait. Evidemment, la situation ne s'y prêtait pas. La seule raison pour laquelle Olivia se l'était permis était parce qu'elle savait son visage hors de vue de la Princesse et de son garde du corps. Il n'aurait pas été convenable de la part de son fils ou de son garde du corps d'avoir une réaction qui serait aussitôt qualifiée d'inappropriée, voire mal interprétée par ceux à qui elle n'était pas directement destinée. Toute déconcertée qu'elle était -et potentiellement catastrophée, soyons honnêtes- la mexicaine n'avait pas la moindre intention de manquer de respect à la royauté. ...Qu'importe ce que son fils avait décidé de faire ensuite.

Pour le moment, donc, elle fit ce que la bienséance imposait et répondit aux présentations initiées par Esteban en s'inclinant aussi respectueusement qu'il le fallait et en faisant part de sa joie de rencontrer à nouveau un membre de la famille royale. Car, malgré tout, elle était sincèrement ravie de revoir la jeune enfant pleine de vie qu'elle avait croisé dans l'une des demeures de la royauté anglaise une dizaine d'années plus tôt. Elle avait suivi ses progrès en gymnastique et avait fortement apprécié sa dernière participation aux Jeux Olympiques... Elle avait du talent.

La réponse de la Princesse Thérèse ne se fit pas attendre, et Olivia laissa un sourire léger et plein d'une joie sincère s'étendre sur son visage. La complimenter était l'un des moyens les plus rapides d'entrer dans ses bonnes grâces. L'héritière n'était pas tout à fait aussi naïve que l'on pouvait le penser, mais sa vanité était certainement quelque chose qui l'atteindrait toujours.

Elle se contenta donc de ce sourire agréable pour toute réponse, et ne manqua pas le regard que la jeune femme jeta sur son fils. Un très léger froncement de sourcils réapparut, bien vite remplacé par une expression volontairement neutre. Esteban était bien entendu très beau dans son costume -bien qu'elle le préférait les cheveux détachés, mais Luisa n'était visiblement pas parvenue à changer cette habitude en plus des autres durant leur séjour au Mexique- mais Olivia était également une femme qui savait très bien interpréter ce genre de regards. Elle ne savait pas à quel jeu jouait Esteban, mais il glissait sur une pente dangereuse. Très dangereuse. Il fallait qu'elle trouve un moyen de le prévenir. Tout ceci devenait de plus en plus inapproprié de minute en minute.

La Princesse Thérèse Elisabeth Catherine de Cambridge reprit la parole et il aurait été particulièrement impoli de ne pas lui porter l'attention qu'elle méritait. Laissant donc ses inquiétudes de côté, Olivia se tourna vers la jeune femme et pencha légèrement la tête, écoutant la proposition de la gymnaste royale. Malgré ses suspicions, les yeux noirs de la multimilliardaire se mirent à briller à la mention d'une invitation. Longtemps pratiquante d'un sport national mexicain consistant à l'exécution de figures artistiques à cheval, elle avait gardé une affection particulière pour les pratiques plus ou moins reliées, ce qui incluait la gymnastique. L'idée de pouvoir assister à la présentation de fin du séminaire auquel participait la Princesse était particulièrement alléchante.

Néanmoins, Olivia savait d'avance qu'il s'agissait d'une très mauvaise idée. Elle n'avait pas besoin de regarder son fils pour savoir qu'il était ravi par la proposition. C'était d'Esteban qu'on parlait. Elle le connaissait par cœur. Elle ne savait pas ce que les deux jeunes adultes avaient prévu ce soir, mais il n'avaient vraisemblablement besoin de se voir une fois de plus.

...Et pourtant, quand Esteban se tourna vers elle pour lui demander son avis sur la question, Olivia sut qu'elle ne pourrait pas lui refuser. Ce n'était pas comme si on refusait une invitation royale, de toute façon.


"...C'est effectivement extrêmement charitable de votre part, Mademoiselle Thérèse, tant que vous ne risquez pas d'offenser quiconque se serait attendu à une invitation en nous faisant ce superbe cadeau. Nous ne voudrions pas vous causer de problèmes, n'est-ce pas Esteban ?"

Bien que la mexicaine se soit directement adressée à la princesse en lui répondant avec amabilité et un sourire, ce dernier se fit légèrement plus crispé quand elle se tourna vers son fils en lui renvoyant l'ascenseur. Était-il conscient du point auquel le jeu qu'il jouait était dangereux ? Elle n'avait pas l'intention de le laisser se créer des problèmes avec la Couronne Britannique aussi facilement. Il y aurait des imbroglios diplomatiques qu'il serait impossible d'éviter ensuite.
_________________
Grand luxe et Mississipi 160501035808131258Grand luxe et Mississipi 160501035809163644
Grand luxe et Mississipi 160604104804728414
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3680-olivia-luz-descalzo
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi Icon_minitimeMar 24 Sep - 19:30

Esteban ne savait pas s'il était soulagé ou contrarié. Peut-être les deux à la fois. La réponse que sa mère donnait à la proposition de la princesse était légèrement différente de ce à quoi il s'était attendu... C'était une réponse très polie, bien sous toute couture, loin d'être un refus en réalité... Cela dit il connaissait presque aussi bien sa mère que l'inverse était vrai.

N'aurait-elle pas eu des réticences vis-à-vis de cette relation naissante entre Therese et lui, elle aurait accepté sans la moindre hésitation. Cela l'agaçait viscéralement, mais tout en même temps, il savait combien c'était justifié. De bien des manières, ils jouaient à un jeu dangereux. La presse aurait tôt fait d'inventer des rumeurs affligeantes autour de leurs rencontres, même si rien de concret n'arrivait.

Le fait que son esprit l'ait formulé en ces termes, "même si rien de concret n'arrivait", était une autre preuve de ce quelque chose qui s'était mis en route et qui allait au-delà des échanges diplomatiques et/ou amicaux auxquels il fallait absolument qu'ils se tiennent, pour le bien de tout le monde.

Pire : même si l'événement n'avait en soi rien de majeur, on questionnerait forcément le choix de la princesse. On lui demanderait de se justifier. Cela jaserait, c'était certain. Qu'elle invite des Luz-Dezcalzo était une chose : c'était un choix prestigieux que beaucoup d'autres faisaient. Cependant, depuis qu'il était devenu un vampire, tout ce qui le concernait publiquement semblait correspondre, selon les médias, à une prise de position extrême. A croire qu'Esteban n'avait plus le droit de sociabiliser sans que cela amène à débat !

Il ne comprenait pas tout le temps les messages qu'on tentait de lui faire passer à demi mots, par le biais de sous-entendus parfois trop subtils pour lui. Cependant, cette fois, Olivia n'y était pas allée avec le dos de la cuillère. Et c'était précisément là où il avait voulu en venir avant que la princesse n'arrive ! Il n'avait simplement pas eu le temps de s'expliquer. Il avait tout à fait conscience des limites à ne pas franchir. Cela ne lui plaisait pas, mais il avait bien l'intention de s'y tenir. En effet : il ne voulait pas causer de problèmes à Therese.

Sa raideur et la soudaine sécheresse de son affirmation, entièrement dirigée sur Olivia, traduisait la ferveur de son engagement :

"C'est une évidence."

Il se tourna ensuite vers la jeune femme. Tout cela l'avait fait réfléchir... Et il se demandait si elle avait bien pensé à toutes les implications. Pas pour ce soir (normalement, il n'y en aurait pas... Il avait fait son possible pour que leur soirée reste la plus privée possible). Pour plus tard, si effectivement elle confirmait son invitation.

"Nous serions tout à fait ravis d'accepter votre invitation, Mademoiselle, mais il est crucial que vous en examiniez les conséquences. Je ne vous le cacherai pas : depuis... ce qui m'est arrivé, je peux difficilement mettre le pied dehors sans provoquer quelque polémique. Je ne voudrais pas que ma... nature vous porte aussi préjudice."

Chagriné, il baissa les yeux. Il avait beau mieux assumer son vampirisme qu'auparavant (... ce n'était pas dur) il n'était toujours pas à l'aise à en parler de façon aussi directe. Restait cette ombre de honte, de douleur, de dégoût de soi qu'il traînait dans son sillage en permanence. Il y avait aussi que cinq ans plus tard, il ressentait toujours son exclusion (sociale, cette fois) comme une injustice amère. C'était peut-être encore plus net depuis qu'il avait compris qu'il avait tort de se flageller pour ce qu'il était, alors qu'il ne faisait rien de mal. Enfin... Presque rien de mal, à l'exception de quelques accidents, des erreurs de parcours, des plâtres essuyés.

... Pourquoi cela ne pouvait-il pas être plus simple. S'il avait encore été humain, Olivia aurait réagi différemment. Il n'aurait pas eu à prendre autant de précautions. Il n'y aurait pas eu tous ces interdits nets qui se dressaient entre eux.

A force que cela lui soit assené, il commençait à mal le vivre.

"...Enfin !"

Affichant un sourire pale, il voulut couper court au sujet de discussion. Dans ses yeux, une fragilité silencieuse qui ne serait probablement pas étrangère à Olivia, laquelle avait vu Esteban passer par des phases particulièrement compliquées où cette vulnérabilité était constante. Inutile de s’appesantir dessus. Therese ayant été prévenue, elle devait prendre ses propres décisions : les inviter, ne pas le faire. Cela restait son choix. En attendant, ils avaient un rendez-vous à honorer.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi Icon_minitimeMar 24 Sep - 21:18

Elle commençait à avoir des doutes après avoir fait part de son invitation. Ce qui se passait à l'extérieur de son corps était complètement différent du torrent qu'elle ressentait à l'intérieur. Elle se présentait avec un joli sourire au visage, toujours courtoise et polie devant ses aînés. Sauf que cette fois elle payait un peu plus attention à la scène qui se déroulait devant elle et Tess comprit un peu tard qu'Olivia n'appréciait pas ce qui se passait en ce moment entre elle et son fiston. "Mama" voulait vraiment faire comprendre à Esteban qu'il fallait faire attention. Chose que Tess ignorait dans sa grande naïveté car rien d'inconvenable n'allait se passer, mais que consistait dans cette liste ?

Derrière le minois tout mignon de la princesse passaient des flots de pensées bien étranges : allait-elle devenir un casse-croûte royal ? Avait-il autre chose en tête, quelque chose de VRAIMENT pas convenable ? Ou est-ce qu’Olivia avait peur que ça ne soit Tess qui fasse quelque chose de très stupide ? En soi Tess voulait faire meilleure connaissance du jeune héritier, mais il était vrai que sa nature enthousiaste et romantique l'emportait dans des endroits où il ne fallait pas aller car elle pouvait se brûler. Peut-être qu'Olivia ne l'aimait pas ? Mais pourquoi donc ? C'était une princesse et elle se montrait que charmante… C'était une princesse. Encore une fois elle se demandait si c'était son titre qui mettait des barrières dans sa vie.

Pense à Giovanni et à quel point ça a fait mal. Ne fait pas cet échec … Remarque, Giovanni n'était pas intéressé pour une raison précise, en revanche…

...elle devait se retenir de partir dans un scénario sorti d'un dessin-animé Walt Disney, Esteban avait beau ressembler à un prince, il ne l'était pas. Mais qu'est-ce qu'il était beau dans son costume ! De toutes les manières, c'était un problème lointain. Ce n’était que le début de la soirée et il auront plein de temps pour faire plus ample connaissance.

Ce qui arrivait était bien pire finalement. Esteban a répondu sèchement à sa mère, elle ne s’attendait aucunement à cette réaction, mais ce qui suit était presque tragique. Scandalisé par son faux pas, elle ne savait plus où se mettre. Si ce n’était pour son statut de princesse, Patrick lui aurait dit “je t’avais pourtant prévenu”. Son frère l’aurait traité de crétine pendant que sa mère aurait baissé les yeux, rouge de honte. Tess voulait se partir sans un mot, rentrer dans l’ascenseur et continuer dans une direction aléatoire sans se retourner et vomir tout ce qu'elle a pu manger depuis son arrivée. Le pire : elle a finalement causé plus de peine au jeune héritier et potentiellement irrité Olivia. C'était bien la seconde fois qu'elle avait fait ce faux pas avec Esteban et cette fois elle devait user de toute sa volonté pour ne pas se giffler. Son cœur voulait continuer et dire “au diable le protocole, venez nous allons tous nous amuser”, hélas ce n’était pas à elle de décider car ses actions pouvaient avoir un effet néfaste sur la famille royale. Elle essayait de trouver les mots et cette pause devenait de plus en plus longue. Il fallait dire quelque chose, cette fois il était hors de question d’ignorer le faux pas, il fallait assumer son échec diplomatique. Tellement aveuglée par ses sentiments, elle n’avait fait aucune connexion et celle-ci la regardait droit dans les yeux à présent.

‘Je comprends’ elle n’était plus aussi souriante, elle avait une expression assez difficile à décortiquer. Le genre d’expression qui voulait dire “je vais dans l’officiel” ‘et je vous présente mes plus humbles excuses, vous avez raison j’aurais dû me renseigner. Je ne voulais en aucun cas causer de problèmes à personne.’ elle se tourna vers Olivia et fit une révérence pour s’excuser auprès d’elle aussi ‘Madame.’

Si Patrick pensait quoi que ça soit de cette situation, il le cachait très bien. Il se tenait droit comme un pilier dans son costard noir, ses yeux ne se posèrent sur personne et il faisait tout son possible d’éviter de croiser des regards qu’il ne voulait pas croiser. Si c’était le genre de soirée détente qu’elle lui avait promis, il s’est fait complètement duper.

Elle serait étonnée à présent si le jeune héritier voulait continuer sa soirée après sa maladresse. Tess était presque préparé (autant qu'elle le pouvait, c'était une princesse et elle n'a jamais été foutue à la porte par personne à part sa famille) à revenir chez elle.
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Luz-Descalzo
Normes
Olivia Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Présidente d'une association de protection des animaux
Age apparent: 43 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi Vote_lcap12/30Grand luxe et Mississipi 160125120054759347  (12/30)

Grand luxe et Mississipi Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi Icon_minitimeMar 24 Sep - 23:31

Olivia n'avait pas eu besoin d'entendre la réponse sèche de son fils pour savoir qu'il n'avait pas apprécié son jugement. Et c'était heureux, car ce fut cette connaissance accrue des sentiments de son enfant qui l'amena à ne pas prendre sa réplique aussi mal qu'elle aurait pu l'interpréter. Esteban était agacé par les précautions qu'elle prenait, par ce qu'elle mettait doucement en évidence. Mais au moins en était-il conscient. Aux yeux de la mère, c'était le plus important.

Le jeune homme lui répondit donc assez sèchement, mais Olivia n'eut aucune autre réaction que celle de soutenir son regard jusqu'à ce qu'il se détourne vers la princesse. On se demandait parfois de qui Esteban tenait ce côté têtu -voire borné- qui l'amenait à ne pas se démonter lorsqu'il avait décidé que ce qu'il entreprenait était la chose à faire, malgré tous les détracteurs qu'il pouvait rencontrer sur son chemin.

Ces personnes n'avaient jamais cherché à connaître sa mère.

Malgré tout, les explications que l'héritier fournit ensuite allèrent dans le sens de ce qu'avait énoncé la mexicaine. Il développait les raisons de ses réticences, tout en annonçant qu'il aurait été ravie de l'invitation... Un véritable gentleman, quoi qu'en disent les magazines à sensation. Il avait fallu beaucoup trop de temps à Olivia pour parvenir à ce constat (surtout si l'on écoutait sa sœur), mais Esteban n'avait pas changé malgré le vampirisme dont il était à présent atteint. Il restait un jeune homme formidable. Malheureusement, dans le monde dans lequel ils vivaient, un jeune homme formidable à crocs n'avait plus rien de convenable. Encore moins lorsqu'il s'agissait de s'encanailler avec la famille royale britannique. Que dirait le Roi s'il apprenait que sa petite-fille était à l'instant même en train de préparer une soirée avec un vampire ? C'était bien dommage, mais c'était ainsi.

Esteban avait le nez baissé sur ses chaussures et Olivia sut tout de suite qu'il était peiné d'avoir dû faire un tel constat à voix haute. Elle avait simplement tenté de s'assurer qu'il avait compris les tenants et les aboutissants d'une telle invitation. Bien entendu qu'elle aurait été ravie d'y répondre positivement... mais les répercussions valaient-elles vraiment le coup ? Il semblait penser que c'était à la princesse de choisir -et il avait raison.

Pourtant, quand Mademoiselle Thérèse prit enfin la parole, la multimilliardaire n'apprécia pas du tout ce qu'elle entendit. Pas que le constat n'eut été dépourvu de bienveillance, mais elle était bien placée pour savoir quand une phrase un peu trop directe heurtait son fils de plein fouet. Luisa soufflait le chaud et le froid avec lui de cette manière depuis qu'il avait appris à parler. Le message de Thérèse partait d'une bonne intention, mais il était terriblement indélicat.

Sourire de circonstance aux lèvres, Olivia fit de son mieux pour garder une expression neutre. La seule chose qui prouvait qu'elle avait entendu le message -et compris son impact sur son fils- fut la main qu'elle posa doucement sur le bras d'Esteban. Un signe de soutien, qu'elle espérait indéfectible, à présent.

Olivia était loin d'être une idiote. Ça, c'était ce que son mari pensait et avait voulu faire croire au monde entier. Evidemment elle ne possédait pas non plus l'intelligence manipulatrice de Darian, mais elle était capable d'un certain niveau de déduction, surtout lorsque l'on s'adressait à son domaine de spécialité : son fils.

Si Esteban avait pris la peine de demander à la princesse de le rejoindre ici avant de sortir, et non pas à l'endroit lui-même, c'était parce que le penthouse n'était pas sous son vrai nom et que personne ne faisait (pour le moment) le lien entre les deux identités. Mais il avait parlé de sortie. Au vu de ce qu'il venait d'annoncer, néanmoins, il était bien conscient qu'il faudrait éviter un lieu où Thérèse et lui seraient reconnaissables. Olivia se sentit intérieurement soulagée de savoir qu'il allait éviter une débâcle comme celle de Las Vegas. Il avait vraisemblablement pris ses précautions. Il était donc inutile de les empêcher de profiter de leur soirée.

C'était la conclusion à laquelle la mexicaine était venue, cependant elle sentait sous ses doigts une certaine objection à cela : sous sa veste de costume, la peau d'Esteban était froide. D'une manière qui dépassait la fraîcheur naturelle de la peau d'un être humain. Bien qu'elle fasse de son mieux pour oublier tout ce qui pouvait avoir attrait à la nature vampirique de son enfant -et elle était particulièrement douée pour faire l'autruche- Olivia savait ce que cela signifiait : il ne s'était pas nourri depuis un moment. Et n'avait pas l'intention de le faire durant cette soirée -du moins l'espérait-elle. Était-il vraiment capable de tenir aussi longtemps ?


"Mademoiselle de Cambridge."

Olivia jeta un coup d’œil à Esteban avant de revenir sur Thérèse, à qui elle répondit avec une petite révérence digne de celle qu'elle venait d'exécuter. Sur ses traits, on pouvait distinguer une certaine résignation au-delà du sourire doux, presque maternel, qu'elle offrait à la princesse. Bien qu'il soit en réalité destiné à apaiser la peine de son fils plus qu'autre chose.

"Personne ne souhaite causer de torts à personne, c'est une évidence. Et bien loin de moi l'idée de prétendre le contraire. Si mes craintes vous interpellent, sachez qu'elles ne sont que celle d'une mère qui s'inquiète bien trop pour son enfant. Cela ne vous est probablement pas inconnu."

La princesse de Cambridge était plutôt aimée de ses parents, de ce qu'elle savait. Sa douceur de caractère appelait à la protection plutôt qu'à la défiance. C'était une fois encore un schéma que la brune connaissait plus que bien.

"Mon fils est néanmoins capable de prendre en charge bien des responsabilités. Et je ne doute pas que la sortie qu'il ait mis en place ce soir ait été savamment étudiée pour ne provoquer aucune polémique, et encore moins vous porter préjudice, à vous ou à votre famille."

Son sourire s'agrandit.

"Je vais donc m'éclipser pour vous permettre d'en profiter comme la bienséance le suggère. Si vous voulez bien m'excuser, Princesse Thérèse."

Avec une nouvelle révérence dans la direction de la jeune femme, Olivia tourna légèrement les talons afin de faire à nouveau dos aux invités, le temps de s'assurer d'un échange de regard que son fils n'allait pas se laisser entièrement emporter par sa crise, puis de poser ses lèvres sur sa joue en guise de bonsoir. Elle en profita cependant pour lui glisser un message dans l'oreille, à voix très basse comme elle savait qu'il n'avait besoin que de peu de décibels pour l'entendre -genre d'informations qu'elle effaçait allègrement de son cerveau dès lors que cela ne lui était pas utile.

"...J'espère que tu es bien préparé malgré tout, Niñito."

Sa joue était aussi froide que le reste de son corps. Et la réponse qu'il lui adressa, murmure hispanique, la fit frissonner. Il n'y avait pas que sa peau, que son ton, qui étaient froids. Cette mention, ce "pire"... Olivia s'y retrouvait trop bien. L'accusation n'était probablement ni volontaire, ni voulue, mais la mexicaine l'interprétait très facilement ainsi.

Trop facilement, faute à la défection qu'elle avait eue et qui avait coûté à son enfant une bonne partie de son équilibre psychologique.

Elle s'en voudra toujours, de cette réaction instinctive, de ce qui les avait séparés bien trop longtemps et qui, des années plus tard, n'était pas tout à fait réparé. A la lueur de ces petites piques irréfléchies, des années plus tard, elle se demandait si leur relation pourrait un jour retrouver son état normal.

Choisissant de faire comme si de rien n'était, la riche héritière se tourna vers le garde du corps d'Esteban, à qui elle demanda à voix basse de faire en sorte qu'Esteban reste joignable le temps de cette soirée. Il avait laissé son téléphone quelque part dans le penthouse, et il était indispensable qu'il le prenne avec lui pour sortir. Ne serait-ce que s'il ne sortait pas de cette crise seul, il allait peut-être avoir besoin d'aide.

...Même s'il ne voulait pas de la sienne.

Lentement, Olivia se tourna à nouveau, attendant poliment de recevoir d'éventuelles réponses à ses salutations avant de prendre l'ascenseur pour aller rejoindre sa sœur. Un nouveau thé ne serait pas de trop.

_________________
Grand luxe et Mississipi 160501035808131258Grand luxe et Mississipi 160501035809163644
Grand luxe et Mississipi 160604104804728414


Dernière édition par Olivia Luz-Descalzo le Mer 25 Sep - 8:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3680-olivia-luz-descalzo
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi Icon_minitimeMer 25 Sep - 1:03

Esteban n'avait pas proposé cette porte de sortie à Therese uniquement pour se montrer poli... Non. Sa mise en garde était sincère et il savait qu'il était possible qu'elle le prenne au sérieux et qu'elle finisse par se raviser. Cependant, il espérait secrètement que ça ne serait pas le cas. Il appréciait l'invitation et avait envie de l'accepter. Dans le pire des cas, se disait-il, la princesse se contenterait de ne pas réitérer sa proposition. Elle omettrait de leur donner la date et l'idée sombrerait dans l'oubli sans causer plus de heurts.

... Il ne s'attendait certainement pas à la brutalité de son revirement. Elle ne souriait plus. Elle se montrait froide et, plus glacial encore, son changement d'avis. La vitesse de sa décision était blessante. Non... Ça allait bien au-delà.

Quelque part, elle lui avait laissé penser qu'elle se moquait bien de savoir si il était norme ou non. Elle s'était comportée avec lui indifféremment. Elle lui avait brièvement donné l'impression d'être retourné en arrière, à une époque plus heureuse où on ne le remettait pas constamment en cause dans sa légitimité en tant que personne humaine.

Il avait bêtement cru qu'elle prendrait son parti. Ce n'était pas quelque chose qu'il pouvait lui demander et pourtant, il l'avait cru. Après tout, elle pouvait, si elle le souhaitait, assumer publiquement son indifférence par rapport au statut mort-vivant d'Esteban. Ce n'état pas une véritable prise de position politique. Pas au sens de ce qui était interdit à la famille royale, tout du moins. Il restait un Luz-Descalzo, le convier n'était pas totalement hors de propos, à condition de se moquer des "on dit". Quant aux rumeurs de romances peu convenables, elles pouvaient être tues avec la bonne justification. Surtout si Olivia l'accompagnait.

Il tomba des nues et fut incapable de le cacher entièrement. La stupeur envahit ses traits. Poignant, son regard clair croisa celui de Therese un bref instant, puis il cacha sa blessure en baissant les yeux. Le souffle coupé, il eut l'impression que ses jambes allaient se dérober sous lui. Il se sentait partir : la tête lui tournait légèrement, il avait l'impression d'être en train de reculer vers l'arrière alors qu'il était immobile. Il tombait en chute libre et pourtant, il ne bougeait pas. Sa gorge lui fit instantanément mal. Il retint une subite envie de pleurer.

Chez Esteban, l'expérience du rejet était devenue pathologique depuis plusieurs années maintenant. Il avait vécu des situations très dures et dans ce genre de moments, tout remontait. Même alors qu'Olivia était dorénavant à ses côtés. Son trauma réactivé, c'était maintenant Therese qui prenait le rôle de cette présence aimable qui d'un coup d'un seul lui devenait étrangère et l'abandonnait sans remord.

Envolée, cette brève complicité qu'il avait eu l'impression de sentir entre eux lors de leur première rencontre. Retour à la position qui lui revenait depuis bien trop d'années : celle du paria. Celui dont on ne savait pas quoi faire et dont on ne voulait pas. L'embarras ambulant. La honte de la famille, qu'on ne pouvait décemment pas sortir en public si l'on ne voulait pas ternir son image.

... Il avait besoin de partir. De s'isoler. La seule chose qu'il avait envie de faire, maintenant, c'était de se rouler en boule dans un coin et d'évacuer la peine qui était en train de le déchirer de l'intérieur. Cela dit il était très conscient qu'il ne pouvait pas le faire : se débiner était hors de question à ce stade. A défaut, il avait les yeux vides et peinait à garder conscience de ce qui l'entourait. Du contact de la main de sa mère sur son bras, comme de ce qu'elle était en train de répondre pour entretenir la conversation qu'il était devenu bien incapable d'avoir.

"...je ne doute pas que la sortie qu'il ait mis en place ce soir ait été savamment étudiée pour ne provoquer aucune polémique, et encore moins vous porter préjudice, à vous ou à votre famille."

Malheureusement, c'était aussi dans ce genre d'instants que l’ouïe pouvait devenir très sélective. Esteban avait parfaitement entendu ce passage, et c'était encore pire lorsque ce n'était pas lui qui le disait. Il avait très froid. Un hurlement intérieur l'assourdissait. Un sentiment de révolte lui retournait l'estomac, il avait réellement envie de crier. Comment pouvait-il porter préjudice à qui que ce soit en se contentant d'exister ? C'était absurde ! Et si ça ne l'était pas ça aurait dû l'être... Il avait le droit de vivre. Merde. Il avait envie de devenir malpoli : Il méritait autant que n'importe qui d'autre ! Cette ségrégation était parfaitement ridicule, au moins en ce qu'elle concernait de simples rapports amicaux. L'impossibilité de romance, il pouvait comprendre : de l'espérance de vie trop disparate jusqu'à l’impossibilité d'avoir des enfants, l'incompatibilité était là.

... Mais de là à ce qu'il ne soit pas assez bien pour figurer parmi les connaissances de Therese, sous prétexte qu'il avait des crocs ? C'était lui qui en avait fait la remarque : certaines personnes pensaient ainsi. Voulait-il leur donner raison, cependant ? Non. Il l'avait fait pendant trop longtemps. Et cela l'avait détruit.

La rage aurait été salvatrice (et tout en même temps malvenue). (Mal)heureusement, ce n'était qu'une pointe de colère faiblichonne qui flottait au travers d'un océan d'affliction et d'hébétude. Esteban s'anima à nouveau quand Olivia se tourna vers lui pour l'embrasser. Pour un bref moment, il faisait dos à la princesse. Inconsciemment, il relâcha quelques tensions. Olivia eut donc l'occasion de constater que sous son silence se cachait un tourment plus profond qu'il ne voulait le montrer. Son visage était crispé. Dans son regard, on lisait quelque chose de métallique : de l'horreur à l'état pur. Celle là même qui avait accompagné ses pires moments. Cela dit il grimaça, jusqu'à réussir à recouvrir une contenance. Fortement chamboulé, il n'avait cette fois pas compris le sous-entendu :

"... Ça ira. J'ai vu pire."

Un murmure, en espagnol et à l'insu de Therese. C'était moins élégant que sa façon habituelle de faire, mais à ce stade, il faisait ce qu'il pouvait. Il avala sa salive puis se tourna vers ses invités, tentant de se montrer aussi souriant qu'il l'aurait fallu. Le résultat n'était encore que partiellement probant.

"Nous aussi, nous devrions certainement y aller, nous sommes attendus."

Il fallait qu'il tienne le coup. Ça finirait par aller mieux... Quelques minutes, et il se sentirait mieux. Il le fallait.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi Icon_minitimeMer 25 Sep - 11:43

Dans sa panique elle fit ce qu'elle faisait automatiquement et ce qu’elle pensait était le bon choix, du moins celui que son père l'a encouragé à prendre : en cas de doute, reste posé et officielle, ne montre pas ta faiblesse. Cette habitude devenue mantra l'obligeait à se renfermer sur soi, incapable de s'exprimer correctement car dans le passé quand elle commençait à exprimer ses sentiments et aller dans une tirade venue du cœur son frère se moquait d'elle. À force, quoi qu'elle fasse dans les situations sociales ce n'était jamais assez.

De toute évidence, cette fois c’était assez pour créer un gouffre potentiellement irréparable. Pire encore elle vit à quel point elle a causé de peine à son hôte. Tess ne savait plus vraiment où se cacher, se mettre en boule devant eux et expliquer sa dynamique familiale était hors de question. Ils étaient tous heureux, un point c'est tout. S'expliquer à ce stade là n'allait qu'empirer les choses et causer plus de soucis. Elle ne pouvait qu'imaginer ce qui se passait dans la tête du jeune héritier, pendant que Tess était coincée dans sa propre tête. Elle se sentait comme une garce.

Ce qui rendait la situation encore plus vexante était qu'Olivia n'as pas bien comprise d'où elle venait exactement et sa phrase fut mal interprété. Ses parents l'aimaient, certes, mais elle sentait le favoritisme et elle ne pouvait qu'à moitié comprendre le sentiment d'une mère qui se faisait énormément pour son enfant, comme Olivia se faisait pour Esteban. Sa langue la grattait et elle voulait absolument s'expliquer, cependant le mal a été fait et le bref échange entre mère et fils ne l'étonnait pas. Elle ignorait ce qui était dit, mais elle se doutait que ce n’était pas pour faire remarque à quel point son tact était impeccable et qu'il allait passer une excellente soirée en sa compagnie.

Tess ne pouvait pas s'empêcher de se sentir comme un monstre, mais alors comment pouvait se sentir le jeune héritier à qui l'on a si soudainement arraché toute humanité ? Son attitude officielle l'a complètement déboussolé et elle aurait dû faire plus attention aux sentiments de celui-ci au lieu de confondre protocole et ses propres sentiments. Quand Olivia se dirigea vers la sortie elle fit une petite révérence et sourit faiblement ou du moins autant qu'elle le pouvait.

'Merci, Madame Luz-Descalzo. Au plaisir de vous revoir.'

Ce sentiment n'était sûrement pas partagé. Elle serait grandement étonnée si cette famille voulait avoir quoi que ça soit à faire avec elle vers la fin de la soirée. Maintenant c’était un autre problème qui pointa son nez : Olivia avait à faire à un de ses cousins, James Viscount Severn, qui était en contact régulier avec l'héritière où ils s'entraidaient avec leurs fondations respectives. Son angoisse grandit à l’idée qu’elle a pu ruiner une sorte de partenariat à cause de ses bêtises. C'était irrationnel, car elle savait que les relations professionnelles ne se mêlaient pas au personnel, néanmoins c'était un autre nuage noir qui venait faire son domaine au-dessus de sa tête.

Elle était de dos à Esteban et quand Olivia se dirigeait vers l'ascenseur elle ne put s'empêcher de penser à quel point elle voulait se tourner vers le jeune vampire et le prendre dans ses bras. Non, encore une fois ce serait un mauvais choix à prendre, il était peut-être mieux de laisser le jeune homme se composer. La dernière chose qu’elle voulait était de faire un nouveau pas qui allait être interprété comme de la pitié. Mieux valait justement de se renfermer.

Ils ont raison, je ne mérite pas la couronne, je ne mérite absolument rien. T’as autant de sensibilité qu’un éléphant dans le rayon porcelaine et t’es horriblement cr…-


Tess était tellement plongée dans son dégoût de soi qu'elle avait à peine entendu l'homme qui devait la détester lui rappeler qu'ils sont attendus.

'Oui, monsieur... Je vous suis.' Enthousiaste, mais peut être un peu moins qu'elle ne l'était.

La descente vers le garage paraissait aussi longue que Paris-Moscou. Patrick était toujours de marbre, mais elle se doutait de ce qu'il pouvait penser d'elle et de ses singeries. Le cœur dans la gorge, elle ne pouvait s'empêcher de continuer à angoisser. Elle ne voulait pas qu’il se fasse à l’idée qu’elle est terriblement malpoli et qu’elle a honte qu’ils soient vus en publique. En soi, elle ne le faisait que pour préserver sa famille d’un scandale, mais à la longueur elle commençait à se sentir péniblement chargée par son titre. Son souhait était de jeter toute convention par la fenêtre et pouvoir s’exprimer librement sans penser aux répercussions à chaque fois qu’elle adressait la parole.

Finalement le “ting” se fit entendre et elle alla en silence vers la limousine d’Esteban. Soudain elle sentit une grande main se poser sur son épaule et c’était Patrick. Il ouvrit la porte pour elle sans rien dire, sans vraiment la regarder non plus, mais après avoir senti un petit pressement de sa paume sur son épaule elle savait ce que cela voulait dire : il voulait lui dire qu’il était là et que tout irait bien. Sa loyauté dépassait la loyauté que Tess avait envers la couronne, cet homme se comportait comme un père depuis la mort de John Cardwell, parfois même quand elle était particulièrement en détresse il arrivait à la consoler.

Ce n'était peut-être pas le meilleur moment pour lui de le faire, mais il devait sentir ce besoin. Autant qu'elle sentait le besoin de lacher des larmes, mais elle se retint. Il fallait sourire, c'était obligé. Esteban a fait tant d'effort pour qu'elle puisse passer une bonne soirée, peut-être elle aura l'occasion de s'ouvrir un peu. Elle tenait absolument à lui prouver qu'elle tenait beaucoup à lui et que son vampirisme ne le définissait pas.

Mais comment allait-elle le faire?

Elle était à présent dans la limousine, sa main passa sur ses bouclettes et elle prit l’occasion de se regarder discrètement dans la réflexion de la vitrine teintée.

Ça ne te sert pas à grand-chose d’être mignonne et sur ton trente-et-un quand tout ce qui sort de ta bouche n’est que serpents et grenouilles. Pauvre idiote.
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi Icon_minitimeMer 25 Sep - 14:15

Dire qu'Esteban n'en voulait absolument pas à Therese pour ce qui venait d'arriver aurait été un mensonge éhonté. Le jeune homme avait été à bonne école : il avait une idée précise des obligations qui venaient avec le respect du protocole royal. Le fait était qu'il n'interdisait absolument pas d'inviter un vampire, de bonne famille qui plus est, à un quelconque événement social.

Penser autrement, c'était faire un choix d'interprétation. La jeune femme avait donc choisi de donner raison aux anti-outres en l'évinçant, qui plus est de façon aussi radicale. Ce qui évitait un scandale selon certains en aurait provoqué un pour d'autres, si la rumeur avait eu le malheur de se propager. "Effrayée par les crocs du jeune Luz-Descalzo, La princesse Therese de Cambridge se froisse avec les alliés de la famille royale."

Bien sûr, c'était peut-être juste qu'elle avait pris peur à l'idée de devoir affronter certaines langues de vipère, qui tenteraient de la décrédibiliser pour n'avoir pourtant rien fait qui aille à l'encontre des règles établies. Esteban avait jugé bon de la mettre en garde car le risque était là. C'était bien la brutalité du refus de la jeune femme qui l'avait mis dans un tel état. Aurait-elle été plus subtile, ne se serait-elle pas fermée comme elle l'avait fait derrière une façade officielle qui formait la pire des justifications possibles à son changement d'avis, il ne l'aurait pas aussi mal pris. Mais là... Eh bien, la pilule avait du mal à passer.

Après avoir salué sa mère comme il se devait - et laissé Octavio partir à la recherche de son téléphone - il fit de son mieux pour se comporter correctement. Il était hors de question d'annuler leur soirée. Il fallait donc qu'il donne le change, et ce jusqu'à ce que la tempête émotionnelle qui se cachait sous son apparente apathie se calme. Il invita la princesse à sortir et ils prirent tous ensemble l'ascenseur, en direction du garage.

Le trajet n'avait pas été beaucoup plus bruyant la première fois qu'ils l'avaient fait ensemble - dans l'autre sens - mais cette fois, c'était bien plus flagrant : le silence paraissait assourdissant. Pas une mouche ne volait... Les seuls sons audibles, même aux oreilles du vampire, étaient le doux roulement de l'ascenseur qui glissait dans son rail et les respirations plus ou moins paisibles de ses compagnons de descente.

Lui aussi avait le cœur dans la gorge. L'impression qu'il risquait de vomir à tout moment. La douleur lancinante ne le quittait plus. L'air sombre, il fixait un point lointain sur sa gauche entre le sol et le mur. Il avait en réalité les yeux dans le vague... La vague à l'âme, ça ne faisait aucun doute. Lèvres pincées, Octavio le détourna brièvement de ses pensées noires en lui tendant son téléphone. Esteban le remercia et plaça l'appareil dans sa poche. Le chauffeur sortit son propre smartphone, et se mit à écrire un message à l'intention d'une certaine conversation de groupe...

Les portes s'ouvrirent. Esteban se tourna vers la princesse pour l'inviter à sortir la première, accompagnée par son garde du corps. Il fit de son mieux pour sourire avec l'amabilité qui était de mise, mais ce n'était que partiellement réussi. Son expression évoquait un pâle rayon de soleil qui cherchait à percer au milieu d'une averse violente. On attendait encore l'arc en ciel.

Autre indice quant au fait qu'il n'était toujours pas remis de la porte qu'il s'était prise dans le nez : il restait désespérément muet. Il ne trouvait rien à dire. Il n'avait pas non plus envie de parler. Il n'était pas certain d'en être capable, tant sa gorge lui faisait mal. Il avait l'impression que la moindre tentative se solderait sur l'émission d'un grincement pitoyable.

Le garde de la princesse prit les devants et lui ouvrit la porte du véhicule. Octavio fit de même avec Esteban, du côté opposé. Son attitude se lisait moins facilement que celle du métamorphe, pourtant, il tentait lui aussi de contribuer à panser les plaies qu'il pouvait. Esteban capta le regard insistant de son employé, et le lui rendit. "Est-ce que ça va vraiment aller ?", semblait-il lui demander silencieusement. Esteban répondit par un nouveau sourire de pluie ensoleillée. Ça irait, il le fallait. L'idée d'avoir Octavio avec lui tout au long de cette sortie le soulagea soudainement d'un poids. Depuis qu'il était entré à son service, le colombien s'était montré un soutien indéfectible. Maintenant que sa mère était repartie - probablement chez Luisa, pensait-il - sa présence n'était pas de trop. Il n'avait pas vu la baffe arriver la première fois... Il n'était pas encore certain qu'il ne s'en prendrait pas d'autres d'ici la fin de cette rencontre. A ce stade, il s'attendait à tout.

Le moteur de la limousine démarra. L'engin se mit en action, et Esteban prit immédiatement la direction du mini-bar. Cette fois, ce n'était pas pour Therese, mais bel et bien pour lui. Ce soir, il était hors de question qu'il se prive. Il avait plus que jamais besoin de se sentir humain. De se donner le droit de se faire plaisir, comme n'importe qui. Au diable les conséquences : il se purgerait en rentrant.

Puis il avait besoin d'un verre. Métabolisme vampirique faisant, cela ne le rendrait pas ivre, cela dit qui sait... Peut-être sentirait-il un effet placebo. Il aurait probablement dû se procurer une fiole de sang de faë. Il s'en vendait à prix d'or sur le marché. C'était bien le seul type de sang qu'il était capable de boire dans un récipient : il était tellement fort, tellement odorant, qu'il le considérait dans son esprit comme une substance tout à fait différente. Une drogue capiteuse par laquelle il aurait été bien heureux de perdre son esprit à cet instant précis.

"Je serais bien tenté par un verre de tequila... Puis-je vous servir quelque chose ?"

On se demandait bien qui lui avait fait prendre goût à cet alcool en particulier, tiens. Selon la réponse de la princesse, il commencerait par la servir en premier. Qu'elle souhaite le suivre ou non, il se verserait ce verre. Il lui fallait bien ça pour se remettre.

... Et sans sangrita, s'il vous plaît. La symbolique en aurait été malvenue. Partiellement inconsciemment, ce qu'il cherchait aussi à faire, c'était à montrer par A+B à Therese qu'il était une personne comme les autres.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi Icon_minitimeMer 25 Sep - 17:18

La Princesse était aussi tendue comme si elle devait passer au tableau à son cours de mathématiques. Elle ne savait pas que lui dire, mais elle le vit se précipiter vers le bar, juste au moment où le moteur avait démarré. D’un côté elle était soulagé qu’il passe à autre chose, de l’autre elle ne savait plus comment se comporter. Sa famille ne lui a jamais parlé de comment aborder les Outres, elle avait beau chercher des réponses elle-même, ses proches ne savaient pas grand chose non plus. Les sites internet avaient un peu d’information, mais sans être confronté devant des Outres à la longueur, elle avait du mal à comprendre.

‘Oui!’ il avait à peine fini sa phrase qu’elle s’exclama ‘Je veux dire… Oui s’il vous plaît. Je n’ai jamais bu de tequila, je serais ravie de vous rejoindre.’

Finalement un sourire un peu plus honnête se dessina sur son visage. Tristement, l’alcool était la chose qui lui permettait de se détendre et de pouvoir se comporter un peu plus en être humain dans des situations sociales tendues. C’était un très bon lubrifiant social et mon Dieu, elle en avait bien besoin aussi. Peut-être qu’avec cela ils allaient finalement retisser des liens. Oui, peut-être… sauf que Tess n’avait aucune idée de quel sorte de réaction il aurait en buvant. Elle n’allait plus faire allusion à quoi que ça soit, mais elle ne voulait pas non plus qu’il se force… Sauf s’il le voulait.

Respire, c’est le même garçon que t’as vu au Danse Macabre. Il est tout aussi charmant, comporte toi correctement. Arrête de trop y penser.

Elle récupéra le verre de sa main qui était un peu au toucher. De toutes les manières elle a senti sa peau froide sur ses lèvres quand elle lui déposa un baiser sur la joue l’autre soir. Sauf que la tension était là, elle eut un sourire timide et elle baissa les yeux. Même dans cette tension il arrivait à la faire réagir, son coeur battait et elle voulait à tout prix qu’ils arrivent à des points communs. Aussi bien qu’elle était prête à essayer de la tequila pour la première fois.

‘À votre santé.’
elle le regarda droit dans ses yeux verts et prit une petite gorgée, à ce stade là elle aurait prit le verre cul sec, mais elle ne savait pas à ce qu’elle avait à faire.

La vapeur d’alcool lui monta au nez, au moment où le tequila passa par sa gorge une toux l’attrapa ce qui fit que l’alcool est allé totalement de travers. Elle ne s’attendait aucunement à ce que ça soit plus fort que le gin en terme de goût et de pourcentage. C’était bon, mais cela l’a définitivement prit par surprise.

‘Excusez-moi!’ elle finit tout juste de tousser et une larme coula de son oeil, heureusement son mascara était waterproof ‘Je ne m’attendais aucunement à cela! C’est bon en tout cas, de ce que j’ai pu goûter.’

Elle reprit une petite gorgée, cette fois elle savait à quoi s’attendre. Sa réaction n’était plus aussi brutale qu’au départ. Elle favorisait toujours le gin, mais décidément le tequila n’était pas mal du tout! La princesse pencha sa tête de côté et elle observait son hôte avec attention. Une fois de plus son coeur lui disait d’aller vers lui et de ne pas rester officiellement crispé. Vu qu’elle n’avait pas beaucoup mangé dans l’après-midi et que l’alcool à près de 50% lui a donné un peu de courage, elle s’était dit qu’elle n’avait plus grand chose à perdre. Peut-être que parler en tant que Tess et non Princesse Therese allait être plus accueilli? Son père avait beau dire qu’en cas de doute c’était mieux de rester officielle, mais il soulignait qu’il fallait montrer de la compassion et de la douceur pour ceux qu’on aime. Chose qu’elle avait souvent du mal à jongler. Qu’importe, elle voulait qu’ils avancent avec leur relation et qu’ils puissent recommencer de bon pied. Tess ne pouvait pas faire encore un plus gros faux pas que chez lui, si? C'est bien pour cela qu'elle avait toujours un porte-parole avec elle.

‘Écoutez’ dit-elle en plongeant sa main dans le sac Prada qu’elle a prit avec elle, timidement elle continua ‘je ne suis pas bonne avec les mots. À vrai dire, j’ai un mal fou à… m’exprimer correctement. Je veux dire… La raison pourquoi je… Non… Ah.’ elle soupira et sortit un tout petit sac qui n’avait aucun label dessus et le tendit à Esteban, décidément c’était comme une conversation téléphonique à la campagne ‘Je… voulais vous remercier pour tout ce que vous avez fait et plus. Vous n’étiez pas dans l’obligation et je vous en suis absolument reconnaissante. Il est traditionnel d’offrir un cadeau comme une bouteille de vin, mais je voulais ajouter une touche personnelle car une bouteille comme les autres paraissait un peu ordinaire pour une soirée qui ne le sera pas. Je voulais vous offrir quelque chose qui puisse vous… rappeler de moi. Quand je serais de retour en Angleterre.’ elle se mordit la lèvre, c’est sortit tout seul et elle ne pouvait pas re-manger ses mots ‘Ça sonne moins bien maintenant que devant mon miroir, je dois vous l’avouer.’

Si Esteban choisissait de sortir la petite boite qui se trouvait dans le sac il y trouverait l’épinglette d’environs 8cm de longueur: une rose en rubis bien travaillé avec d’excellents détails, le réceptacle floral quant à lui était en émeraude pendant. La tige était fine et en or blanc pendant que les toutes petites épines étaient recouvertes de diamants. Elle omit le fait qu’elle n’arrivait pas à trouver exactement ce qu’elle voulait dans chaque magasin et qu’elle était allé dans un endroit qui pourrait le créer spécialement pour elle sous son oeil critique. Ce détail n’était pas important, ce qui était important pour elle c’est qu’il aillent de bon pied finalement.
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Luz-Descalzo
Normes
Olivia Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Présidente d'une association de protection des animaux
Age apparent: 43 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi Vote_lcap12/30Grand luxe et Mississipi 160125120054759347  (12/30)

Grand luxe et Mississipi Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi Icon_minitimeMer 25 Sep - 18:48

Olivia n'avait pas pris la peine de répondre aux ultimes salutations de la princesse. Il n'aurait pas été très logique qu'elle ajoute quoi que ce soit alors qu'elle avait fait ses adieux un peu plus tôt, mais elle aurait pu se le permettre sans le moindre problème. Le fait qu'elle refuse, sciemment, d'ajoutait quoi que ce soit montrait qu'elle n'était pas particulièrement impressionnée par le comportement de la britannique.

La descente en ascenseur ne lui parut pas très longue, mais uniquement parce qu'elle ruminait sans pouvoir s'en empêcher. Esteban allait-il réussir à retrouver un semblant de bonne humeur ? Il avait eu l'air d'attendre ce rendez-vous avec une certaine impatience et sa mère espérait pour lui qu'il allait bien se passer, même si elle connaissait assez bien son fils pour savoir que la propension au dérapage était... inévitable. Seulement, la scène qui venait de se dérouler sous ses yeux allait peut-être permettre d'éviter le pire... C'était un mal pour un bien, probablement.

La riche héritière se dirigea vers l'appartement de sa sœur dès les portes de la machine ouverte et n'eut même pas besoin de frapper : Gael lui ouvrit avant qu'elle ne le fasse, ayant probablement entendu le bruit caractéristique de ses talons résonnant dans le couloir. Sans un mot, la mexicaine s'installa dans l'un des confortables fauteuils de sa sœur et prit la tasse de thé que cette dernière lui tendait avec des sourcils froncés. Si Olivia revenait si tôt et avec cette tête, c'était que quelque chose ne s'était pas passé comme prévu.

Après une gorgée, l'aînée posa la tasse sur la soucoupe prévue à cet effet et rédigea un message à l'adresse de son fils.


"Je serai chez Luisa jusqu'à demain. N'hésite pas à me faire signe si tu le souhaites. Je t'aime, Niñito."


Sa sœur lui avait déjà proposé de passer la nuit de toute manière. Enfin, elle releva la tête vers les deux autres normes de la pièce, qui l'observaient avec plus ou moins d'attente. Elle soupira.


"Vous ne devinerez jamais qui j'ai croisé..." Il n'était pas rare qu'Olivia inclue Gael dans ses conversations. Après tout, il n'était pas un employé comme les autres, c'était avant tout son meilleur ami. Et lorsqu'ils n'étaient qu'avec Luisa, c'était cette casquette là que l'argentin possédait, bien plus que l'autre. "...Esteban était avec la Princesse Thérèse Catherine Elisabeth de Cambridge."

Les réactions furent disparates. Luisa eut un moment de flottement, probablement le temps de remettre Thérèse dans le cadre des relations diplomatiques et de se rappeler de son visage, avant d'ouvrir grand les yeux et de fixer sa sœur avec une expression proche de l'étonnement le plus profond.

"Naaaaaaaaaan... la Princesse anglaise ?!"

Gael, lui, ne réfléchit pas avant de parler, ce qui ne lui arrivait que lorsqu'il était extrêmement fatigué ou qu'il baissait beaucoup trop sa garde (quand il participait à une discussion entre amis, par exemple).

"...Encore ?!"

Ce fut instantané. Les têtes des deux mexicaines se tournèrent d'un même mouvement vers le seul homme de la pièce qui ferma brièvement les yeux avec une moue pincée, prenant conscience un peu trop tard de ce qu'il venait de dire. Il soupira avant de compléter, certain que les deux Selva Moreno ne le laisseraient pas s'en sortir ainsi.

"...Octavio m'a informé qu'ils l'avaient croisée au Danse Macabre quelques jours plus tôt.
-Pardon ?"


La réaction d'Olivia avait été immédiate. Après tout ce qu'elle venait d'entendre plus tôt, et la façon dont cette jeune femme s'était fermée à l'annonce de l'évident parti-pris qu'était inviter un vampire à un événement public, on lui annonçait qu'elle se promenait de nuit dans le Quartier Sanglant ? C'était un peu fort !

Gael entreprit alors de raconter ce qu'il savait (c'est-à-dire beaucoup) de cette soirée, et principalement le caractère tout à fait incongru de la présence de la princesse en ces lieux, ce qui fit quelque peu décolérer sa patronne. Luisa, elle, s'en amusa ouvertement.


"Vouloir se balader chez les vampires en n'ayant pas pris les précautions les plus basiques... Voilà qui leur fait un point en commun ! Ne me dis pas qu'il va encore s'amouracher d'une pimbêche...
-...Je doute que la soirée ait la dose de romantisme requise..."


Cette fois, c'est vers Olivia que se tournèrent les regards interrogateurs. Elle entreprit donc de leur raconter l'épisode qu'elle venait de vivre quelques étages plus haut, tandis que Gael recevait un message qui -au vu de la discussion- ne l'étonnait guère. Il répondit rapidement par un message de soutient à son collègue avant de revenir dans la conversation.

"La Princesse de Cambridge n'est pas connue pour ses discours flamboyants... Plutôt pour ses prouesses physiques."

Ce n'était pas parce qu'il n'était qu'un garde du corps qu'il ne se tenait pas au courant des affaires politiques. Au contraire, tout ce qui concernait les puissants et la royauté le passionnait. Probablement parce qu'il vivait dedans, à sa façon.

"Ce n'est pas une raison pour se montrer si...froide. D'autant plus si la compagnie d'Esteban ne lui déplaisait pas ! Je suis bien consciente d'avoir moi-même sous-entendu les risques de mésentente encourus mais...
-Liv, elle n'a pas l'habitude, c'est tout. Elle fait partie de ces gens qui ont toujours quelqu'un pour penser à leur place.
-N'est-il pourtant pas essentiel pour quelqu'un de son rang de penser par elle-même ?
-...
-Tu te rends compte que tu étais exactement pareil quelques années plus tôt ?
-Alors ça, c'est complètement faux ! Absolument pas ! Et d'ailleurs dois-je te rappeler que c'est toi qui..."


Le garde du corps secoua la tête avec un sourire discret. Les disputes de ce genre entre les deux sœurs ne cesseraient jamais de l'amuser. Et heureusement pour lui, car il y avait droit presque à chaque rencontre. Elles se calmèrent quelques minutes plus tard, chacune convaincue d'avoir fait entendre raison à l'autre. Olivia retourna son attention sur son thé, Luisa quant à elle sortit son téléphone, pianotant rapidement sur l'écran.


"Ne sois pas triste Tebi, elle ne te mérite pas si elle n'est pas capable de voir quelle personne fantastique tu es !"

"De toute façon, les soirées de princesse c'est beaucoup trop convenable. ;)"

"Tiens d'ailleurs, il y a une soirée "Grandeur et Décadence" aux Plaisirs Coupables dans quelques jours, tu veux m'accompagner ?"

"...Non, mauvaise idée. Je vais plutôt demander à Sky."

"Par contre, j'ai entendu dire que le Carrousel avait reçu une tequila digne de ce nom ! Tu viendras vérifier avec moi après-demain soir ?"

"(Le point d'interrogation n'est que pure politesse, et tu le sais. Nous sortons après-demain soir.)"

"Bonne soirée Tebi, et si elle n'est pas aimable, tu peux toujours la renvoyer chez elle et dire à Octavio de passer nous prendre !"

";) <3"


Luisa, dans toute sa demi-mesure et sa délicatesse.

_________________
Grand luxe et Mississipi 160501035808131258Grand luxe et Mississipi 160501035809163644
Grand luxe et Mississipi 160604104804728414
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3680-olivia-luz-descalzo
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi Icon_minitimeJeu 26 Sep - 11:48

Un sujet de conversation léger rendait tout de même l'acte de faire semblant, peu naturel chez lui, plus facile. Il pouvait se reposer sur les automatismes qu'il avait acquis à force de réunions mondaines. Sa langue se déliait donc progressivement, ce même si il n'était pas encore pleinement disponible, et encore moins fonctionnel. Il haussa des sourcils poliment étonnés. Therese était jeune mais de ce qu'il savait, l'âge légal à partir duquel on pouvait boire de l'alcool était plus bas en Angleterre qu'ici. Et la tequila, un alcool plutôt populaire, même Outre-Atlantique. Il était donc relativement surpris que Therese n'y ait encore jamais goûté.

"Vraiment ? Eh bien vous voilà dans des conditions idéales pour faire cette découverte... Si l'on en croit ma tante, la plupart des bars de ce côté de la frontière ne servent que de l'eau de toilette. Enfin... En réalité elle ne le dit pas exactement comme ça, mais je préfère vous épargner les détails."

A les entendre gazouiller gaiement, on aurait pu penser que l'orage était passé et que tout allait déjà mieux. Cependant, le regard fuyant d'Esteban ne trompait pas. Il sortit la bouteille de Gran Patron Burdeos du bar et en versa deux petits verres. Le premier, qu'il tendit à la princesse. Le second qu'il leva avec déférence lorsqu'elle porta un toast passablement ironique pour qui savait exactement ce qu'il en était de la "santé" d'Esteban.

Entre son état mort-vivant qui rendait le concept caduque, et la leucémie qui avant sa transformation avait failli l'emporter, il était excessivement rare qu'on trinque encore "à sa santé". Il n'en prenait pas ombrage. C'était anecdotique. Presque amusant, si on le voulait bien, et même si il lui était encore très difficile de rire de ce qui lui était arrivé. Ça n'avait rien de comparable au soufflet qu'il  s'était pris dans le hall du penthouse, en tous les cas.

"Santé."

Esteban porta le récipient à ses lèvres. Il en sirota une petite quantité mais releva bien vite la tête, alerté. La princesse était en train de s'étouffer dans son alcool. Son téléphone vibra. Il préféra l'ignorer : question de politesse, même si depuis sa récente déconvenue, il se sentait obligé à faire preuve de moins de courtoisie qu'il en avait eue jusqu'à présent. Le manque de tact de Therese l'avait efficacement refroidi, réduisant l'envie qu'il avait de faire des efforts à son encontre. Bien sûr, il y avait un minimum à maintenir. Comme éviter de rire devant sa mine congestionnée ou se moquer de son ignorance, par exemple. Toujours avec le même sourire pâle, Esteban jugea bon d'ajouter :

"Oh, je vous prie de m'excuser... J'aurais sans doute dû vous prévenir."

Un nouveau sms arriva. Il fut suivi d'une salve impressionnante qui lui donna l'impression d'avoir caché un énorme bourdon dans sa poche. Esteban fronça des sourcils intrigués. Qu'est-ce que c'était que ça, encore ? Habituellement, il ne regardait pas ses messages lorsqu'il était en rendez-vous, mais cette insistance l'inquiétait. S'était-il passé quelque chose ?

"Un instant s'il vous plaît..."

Il sortit l'appareil de sa poche, et constata qu'il avait reçu un message de sa mère et... Beaucoup trop d'autres messages, de la part de Luisa. Ah. Oui. Évidemment. Il aurait dû s'en douter. C'est à ce moment précis qu'il aurait du cesser de lire : il était accompagné et n'avait incidemment pas le temps pour les bêtises de sa tante. Mais c'était sans compter la déception et le tourment auquel il était encore en proie, même s'il ne le montrait plus.

Il avait une idée relativement précise du genre de contenu qui l'attendait : un soutien qui ne serait pas de trop, s'il voulait s'assurer d'être à la hauteur du rendez-vous qu'il avait promis à la princesse. Elle attendrait donc qu'il ait fini de lire.

Et effectivement, il avait bien deviné. Les mots de ses deux aînées  le consolèrent efficacement. Ceux de Luisa parvinrent même à lui arracher un court gloussement, et un sourire en coin. Franchement... C'était un clown. Si elle n'existait pas, il  faudrait l'inventer.  Ce n'était vraiment pas convenable de parler de Mademoiselle de Cambridge de cette façon, mais il fallait admettre que la princesse l'avait un peu cherché. Et qu'elle n'en saurait jamais rien : incident évité.

Il n'allait pas pousser le bouchon au point de répondre. Il rangea plutôt son smartphone, et il tourna vers Therese un visage déjà légèrement plus lumineux. Rien de miraculeux, mais tout de même... C'était une petite victoire en soi.

"Rien de grave, finalement. Ce n'était que ma tante... Celle-là même dont je vous parlais plus tôt."

Il prit une nouvelle gorgée de tequila, sans s'attendre au changement d'atmosphère drastique qui allait presque immédiatement suivre.

‘Écoutez. Je ne suis pas bonne avec les mots. À vrai dire, j’ai un mal fou à… m’exprimer correctement. Je veux dire… La raison pourquoi je… Non… Ah.’

Le visage d'Esteban s'assombrit à nouveau. Instinctivement, il tourna un regard craintif sur la princesse. Elle ne voulait tout de même pas ramener le précédent sujet sur la table.. ? Il ne l'espérait pas. Ses justifications ne l'intéressaient guère, d'autant qu'il en avait une idée assez précise. Autant ne pas se faire plus de mal que nécessaire.

Mais ce ne fut pas par là qu'elle orienta la discussion. Elle rappela plutôt leur précédente soirée et la façon dont Esteban était venu à son secours. Il le lui avait déjà dit : selon lui, il n'avait fait que son devoir. Il n'attendait donc aucun remerciement. Il comprenait malgré tout qu'elle puisse se sentir redevable. Jusqu'à là, tout paraissait assez normal.

... Jusqu'à là, oui.

"je voulais ajouter une touche personnelle car une bouteille comme les autres paraissait un peu ordinaire pour une soirée qui ne le sera pas. Je voulais vous offrir quelque chose qui puisse vous… rappeler de moi. Quand je serais de retour en Angleterre."

.. Et là, c'était le moment où il ne comprenait plus rien. Confus, il continuait de fixer la jeune femme, avec au fond des yeux une pointe de douleur. En plus d'être profondément perplexe, il était aussi un peu méfiant. Où voulait-elle en venir, à la fin ?! D'abord elle l'envoyait sur les roses comme on n'avait pas osé le faire depuis longtemps et ensuite, elle lui tenait ce genre de discours ? Qu'elle l'ait répété d'avance était une chose... Mais elle devait bien sentir que de le garder inchangé après ce qui venait de se passer était profondément incohérent, non ? Que devait-il croire ? Il n'avait pas le capital émotionnel nécessaire pour supporter ces montagnes russes.

Réservant son jugement à plus tard, Esteban prit la petite boite des mains de Tess et ne tarda pas à l'ouvrir. Il y découvrit une magnifique pièce d'orfèvrerie. Habitué au grand luxe, Esteban n'était pas impressionné par la profusion de matériaux précieux qui constituaient ce cadeau. Il remarquait en revanche la virtuosité de l'ouvrage et, il devait l'admettre, il était plutôt touché par le geste. Il restait pourtant sur ses gardes, s'interdisant tout attendrissement exagéré. Si elle devait encore changer d'avis à la minute suivante, il voulait rester préparé, histoire de ne pas se prendre le coup de plein fouet, cette fois.

"Vous n'auriez pas dû... C'est un magnifique cadeau, Mademoiselle. Je suis très touché."

Il était probablement de bon ton qu'il l'accroche dès maintenant à son costume, pour prouver qu'il appréciait réellement l'attention, autant que l'objet en lui-même. Il s'attela donc à la tâche.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi Icon_minitimeVen 27 Sep - 11:50

'Je vous tiendrais vous et votre tante sur parole !' elle sourit à la réplique.

Ce n'est que quand elle s'était dit de ne pas trop y penser qu'elle se rendit compte bien trop tard que "à votre santé" est la phrase la moins approprié pour trinquer avec quelqu'un qui en fin de compte n'avait plus de santé du tout. C'était bien une autre raison pour laquelle elle venait de s'étouffer. Ça et la vapeur alcoolique.

Elle hocha de la tête quand celui-ci commençait à lire le contenu de son téléphone. C'était une bonne occasion pour elle d'évaluer la situation: en gros, la princesse allait passer la soirée avec quelqu'un qui était à deux doigt de la détester et de l'envoyer dans les roses comme elle l'a fait par accident. Ou peut-être non... Dans sa petite tête elle espérait qu'ils auraient le temps d'apprendre à se connaître et qu'elle allait pouvoir lui montrer qu'elle n'est pas malsaine et cruelle, juste...

Idiote.


Autant vérifier son téléphone vu qu'il faisait de même, cela faisait depuis deux ou trois jours qu'elle n'a pas eu de contact avec sa mère qui avant ne se faisait que du souci pour elle. Elle avait beau passer la majorité de son temps dans l'ombre de son frère, elle était toujours la favorite de son grand-père, le Roi William. Sa mère en revanche la prenait pour une cruche, elle l'aimait comme chaque mère se doit d'aimer ses enfants, mais le favoritisme était là. En sortant son téléphone elle vit plusieurs appels en absence justement d'Edward, son frère. Elle leva un sourcil, sa relation était tendue depuis son apparition au programme de "Danse avec les stars" en 2054 dû à la "relation" qui était finalement inexistante avec le vampire danseur, mais depuis 2055 (ou la mort de leur père) il ne lui adressait plus la parole du tout. Pourquoi maintenant? Avait-il besoin de quelque chose ?
Aux moins une trentaine d'appels en absence depuis le début de la journée jusqu'à l'arrivé au penthouse d'Esteban. Un e-mail aussi et un message...

Je sais très bien ce que tu es en train de faire. Ci-dessous vos nouveaux billets d'avion, demain à 20h de l'aéroport Louis Armstrong.

Si tu choisi de ne pas prendre ce vol, je serais obligé d'informer la famille. Tu es prévenue.

Passe une bonne soirée.


La jeune princesse n'était pas sûre si c'était le manque de nourriture mêlé à l'alcool de presque 50% ou le fait qu'une fois de plus son frère avait contrôle de la situation et de sa petite personne. Que savait-il au juste? Qu'elle était avec Esteban et que c'était comme une répétition de cet évènement en 2054? Ou est-ce qu'il était au courant pour ses recherches sur les Cardwell ? Elle n'avait aucune idée et cela la laissait bougrement mal en point. Le pire: quelqu'un avec qui elle a collaboré l'a rapporté. Un des Wiccans? Elle ne pensait pas qu'Artémis ait voulu avoir quoi que ça soit à faire avec la famille royale, Précieuse avait d'autres chats à fouetter tout comme Skyler Skinner qui n'était que là pour de la rigolade. Elle ne voulait pas croire que ça soit Patrick, mais c'était en fin de compte la seule personne qui aurait pu informer quelqu'un de la famille...
Heureuse d'être assise, elle faillit tomber de très haut (oui, avec son petit mètre 55, 58 avec les talons de chez Jimmy Choo), elle avait l'impression de voir double et soudain elle entendit la voix d'Esteban qui l'avait directement ramené à l'intérieur de la limousine, loin de Buckingham et de son frère aka la mauvaise langue qui essayait de la manier comme une marionnette. Lui en parler? Non, ça n'avait rien à voir avec lui et de toutes les manières ça ne changerait rien. Cette fois elle allait y faire face toute seule comme une grande fille. Ce serait entièrement injuste vu sa maladresse précédente.

'Je vois'
elle tourna sa tête avec un triste sourire, qu’elle essayait de masquer avec un ton un peu plus joyeux 'c'est bien que vous êtes aussi proche de votre famille. '

Elle avait un grand mal à cacher son malaise, mais elle essayait autant qu'elle pouvait. Cette fois elle finit le verre pour tenter de se reprendre en main. Autant lui offrir son cadeau maintenant vu qu'elle n'avait plus grand chose à perdre et que de toutes les manières elle n'allait plus le revoir avant sa prochaine visite qui, on dirais, n'arrivera probablement jamais. Quelque chose commençait à s'effondrer en elle et elle ne savait pas poser le doigt dessus. Horriblement stressé, elle remarqua qu'il était confus par son geste, mais elle ne se laissa pas décourager. D'ailleurs quand elle le vit ouvrir la boîte, elle eut une once d'espoir qu'au final tout allait bien se passer.

'Je vous en prie, je suis heureuse que cela vous plaise. Puis-je?'


La princesse presenta la paume de sa main afin de récupérer l'épinglette. Quand le bijou fût placé délicatement dans celle-ci elle se rapprocha un petit peu plus du Vampire pour avoir une meilleure vue sur le revers de sa veste et pour être un peu plus à l'aise. Non seulement il était bien habillé, mais il sentait extrêmement bon. Clive Christian? Oui c'était ça, elle a déjà senti cette belle odeur. Tess n'était pas dans la catégorie de beaux parleurs aux discours flamboyants, mais elle était sûrement la plus habile des mains. Passer de longues heures à faire de la crochetterie dans la volière royale avec une petite radio qui jouait de la musique était ce qu'elle trouvait de plus relaxant.

En ayant fini ce qu'elle faisait, elle s'éloigna pour avoir meilleure vue sur Esteban. Le vert émeraude n'était pas la chose la plus proéminente de l'épinglette en comparaison avec la rose, mais cela rendait ses yeux encore plus intenses et elle était fière de son choix. Elle remarqua qu'elle le regardait d'un air bien trop familier, de ce fait elle s'arrêta, mais pas avant de faire un commentaire:

'Parfait, la rose anglaise vous va à merveille.'


Elle reposa ses mains sur ses genoux et tourna sa tête brièvement vers le miroir pour voir le reflet de Patrick qui lui était de marbre comme toujours.

Non, je vais arrêter d'y penser. C'est un problème pour demain, aujourd'hui je vais passer une bonne soirée. Il le faut. [/color]
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi Icon_minitimeVen 27 Sep - 22:30

"Je vois. C'est bien que vous êtes aussi proche de votre famille."

Même à ce jour, Esteban pouvait se montrer occasionnellement très naïf. Cela dit il aurait probablement remarqué le changement d'humeur de son interlocutrice si la déclaration qu'elle venait de lui faire n'avait pas donné naissance à un nouveau moment d'embarras profond.

Son sourire se décrocha légèrement, sans qu'il s'en rende vraiment compte. Il était encore trop tourneboulé pour être parfaitement capable de masquer les émotions qui le traversaient. Une légère crispation, donc. Un sentiment de décalage étrange vis-à-vis de la réalité quasi contraire qu'il vivait tous les jours.

De ce qu'il savait, les affaires houleuses auxquelles il était bon gré mal gré lié avaient fait parler la presse à l'internationale... Sans même citer la politique particulièrement anti-outre que sa famille répandait partout où elle décrochait un mandat. Il était donc plutôt étonné que Therese ignore l'incongruité de son constat. Il était en procès contre son père depuis 2051 après avoir dévoilé publiquement les attouchements dont il avait été victime enfant. Suite à sa transformation, ses familles maternelles comme paternelles l'avaient renié. Il avait dû se cacher pendant cinq ans car les Luz-Descalzo le traquaient et l'auraient fait tuer sans l'ombre d'une hésitation s'ils avaient réussi à le retrouver. Pour les mêmes raisons, il avait dû s'exiler hors du pays pendant un an et demi.

Les relations qu'il entretenait avec sa famille étaient donc loin d'être au beau fixe, à deux exceptions près... Heureusement, il y avait Luisa et Olivia. Et c'était encore sans compter la période horrible qui avait suivi sa transformation, où sa mère l'avait littéralement considéré comme mort. Si les choses allaient mieux, maintenant, elles n'étaient jamais entièrement revenues à la normale. Et il n'était pas certain que tout puisse jamais être réparé, ne serait-ce que parce qu'Olivia était incapable de regarder parfaitement en face les changements qui s'étaient opérés en lui.

Il baissa les yeux et chercha quelque chose à répondre qui ne soit ni un mensonge, ni une vérité plombante et particulièrement mal venue dans la discussion. La princesse avait mieux à faire que de l'écouter se plaindre.

"Sans ma tante... puis ma mère, je n'aurais certainement pas tenu le coup jusque là."

Il se retint d'ajouter quoique ce soit, malgré le "j'ai coupé tout contact avec les autres" qui lui brûlait la langue. Le sujet ne tarda donc pas à mourir, et c'était certainement mieux ainsi. Ou ne l'était-ce pas.. ? La princesse enchaîna sur un monologue perturbant à l'issue duquel elle lui offrit un très beau cadeau.

Esteban ne savait plus sur quel pied danser. Il voulut attacher l'épingle à son costume, mais Therese arrêta son geste en se proposant de le faire pour lui. Il fixa la main de la jeune femme pendant une microseconde de silence gêné.

... A quoi jouait-elle, décidément ?

Il aurait été impoli qu'il le lui refuse. Il ne lui restait donc que peu de choix, même si il était persuadé qu'il s'agissait (encore) d'une mauvaise idée. Il déposa l'objet dans sa main.

"Oh ! Bien sûr, je vous en prie..."

Relation de cause à effet, la jeune femme se rapprocha de lui. Cette nouvelle proximité ne manqua pas de le rendre mal à l'aise. Ne sachant pas trop quoi faire de ses mains - ni du reste de son corps à vrai dire - le vamp se dressa aussi droit qu'il le pouvait dans la banquette de la limousine et attendit qu'elle ait fini de jouer avec sa veste. A cette distance, impossible pour lui de faire abstraction de la douce odeur qui se dégageait de la jeune femme... Et ce n'était pas son parfum qui le perturbait. Il entendait le sang battre dans ses veines avec une précision de plus en plus inquiétante. Soudain, sa bouche lui paraissait asséchée. Il loucha sur la jugulaire de la princesse, mais se rendit très rapidement compte de ce qui était en train d'arriver. Cherchant à être le plus discret possible, il leva les yeux au plafond et cessa entièrement de respirer.

Il fixait le côté opposé au garde du corps de Therese. Il n'avait pas envie de croiser son regard : de quoi cette scène pouvait-elle bien donner l'air ? Leurs frasques allaient finir par alerter.

... Il aurait suffi d'un coup de frein un peu violent pour qu'elle lui atterrisse sur les genoux et qu'il soit obligé d'amortir sa chute en servant d'airbag. Pitié, pour diverses raisons, il fallait qu'il n'y ait aucun coup de frein... Ils avaient eu leur lot de situations embarrassantes/indécentes. A partir de maintenant, il fallait que tout se passe mieux sinon... Les souvenirs qu'ils garderaient de cette rencontre seraient tous tristement connotés.

Elle s'éloigna bien vite et il put souffler, avant d'admirer le nouvel ornement. Il n'était pas habitué à porter des bijoux au-delà de la chevalière de sa famille et de la croix en or blanc qu'il avait autour du cou, mais il fallait admettre qu'en contraste avec le tissu sombre de ses vêtements, l'objet était du plus bel effet. Il répondit au compliment de la princesse par un sourire :

"... Car vous avez choisi avec beaucoup de goût. Je vous remercie encore."

Il sentit la limousine ralentir (... toujours pas de freinage brutal, ouf). Quelques secondes plus tard, les amortisseurs et les sons extérieurs, particulièrement métalliques, indiquaient qu'ils venaient de monter sur une plateforme. Ne restait donc plus qu'à s'engouffrer dans la cale et à se garer.

"Nous arrivons !"

Il n'attendait que ça, et ça s'entendait : les distractions du bateau auraient tôt fait, il l'espérait, de faire disparaître la gêne entre eux... Et il l'espérait encore plus, la fébrilité de ses nerfs, et la boule douloureuse qu'il avait dans l'estomac.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi Icon_minitimeSam 28 Sep - 11:24

La princesse était au courant pour sa famille, mais que récemment. Le jour après sa rencontre fortuite avec le jeune héritier elle eut l'occasion de vérifier quelques informations à son sujet, mais comme à son habitude elle ne fit pas beaucoup attention à ce qu'elle venait de dire, pensant qu'à sa famille immédiate... Sa mère et la tante dont il fit allusion déjà deux fois. Bien trop préoccupé par ses pensées et le chantage dont elle était victime maintenant.

'Elles vous aiment et vous soutiennent. C'est le plus important.'

Elle se rappelait à quel point elle s'entendait avec son père et il fût un temps avec son grand frère. Elle n'avait que son grand-père pour soutenir ses choix ("que", l'homme était roi d'un pays !), pendant que son grand frère se montrait hautain, critique et finalement complètement indifférent. Edward était toujours sur le spot light, quoi qu'elle fasse et quoi qu'il arrive : "faire des galipettes" tous les jours de 6 h du matin jusqu'au soir avec des pauses pour manger n'était finalement rien comparé à ses recherches scientifiques. Maintenant qu'elle essayait de faire quelque chose pour finalement mettre l'âme de son père au repos, il venait fourrer son nez. Ça, elle ne pouvait plus supporter.

Tess sentait qu'Esteban était tendu. Elle ne savait pas si c'était parce qu'il ne voulait plus passer une seconde de plus avec elle ou si c'était son parfum qui était trop fort vu qu'il s'arrêta de respirer ? Pourtant, elle avait bien choisi et le jasmin avait toujours une odeur magnifique, du moins c'était son opinion... Comme à son habitude, elle ne savait pas à quoi leur scène ressemblait, pour elle c'était un simple geste qui se faisait entre homme et femme surtout si ceux-là devaient sortir ensemble à une soirée. La femme fait le nœud de la cravate, elle lui met une rose dans la poche de sa veste...

Tess. Ce n'est pas ton mari, arrête avec ce comportement.

Son compliment est bien passé, ça se voyait : il lui a répondu avec un beau sourire. Ce sourire qui fit ses genoux trembler, sa respiration aller un peu n'importe où, son petit cœur se lever... Qu'est-ce que c'était, au juste ? Tess rougit, heureusement qu'elle portait du fond-de-teint, mais elle ne pouvait s'empêcher de passer ses bouclettes entre ses doigts et les faire tournoyer comme une jeune gamine de 10 ans qui venait de recevoir le meilleur compliment de sa vie.

'Oh, je... Merci !'

Elle voulait bien prendre une douche très froide, possiblement un verre de tequila avec, mais voilà que la voiture ralentissait et elle n'eut pas le temps de se verser un nouveau verre. Peut-être c'était pour le mieux ? Ceux qui suivaient les news sur la royauté savaient peu sur Tess, mais savaient assez qu'elle avait l'éloquence de son arrière-arrière-grand-père le Duc d'Edinburgh et mari d'Elizabeth II, ainsi que le foie de la Reine Mère. Il ne lui restait que de commencer à fumer, comme le dit arrière-arrière-grand-père, Philip, paix à son âme. En regardant par la fenêtre, elle voyait qu'ils étaient tout juste en train d'entrer dans la cale. Quel bon plan pour ne pas se faire repérer, décidément ce garçon pensait à tout !
Tess ne savait pas ce qu'elle voulait faire au début et elle allait laisser le choix à Esteban, c'était le hôte et elle était certaine que quoi qu'il choisisse elle allait bien s'amuser.

'J'ai hâte !' Elle s'exclama avec un gros sourire de gamine en tapotant dans les mains.

Bon, il fallait se calmer un peu, après tout le jeune homme était à un niveau différent du sien, surtout que ce niveau était à cause de sa maladresse verbale. Cacher sa joie était difficile, pour une fille aussi enthousiaste qu'elle qui ne faisait que travailler de l'aube au crépuscule. Quand la voiture s'arrêta, elle était prête à sortir, en laissant son le sac Prada dans la voiture car elle ne voulait surtout pas l'oublier quelque part sur le bateau avec la robe qu'elle avait empruntée. En sortant elle jeta un bref coup d'œil sur Patrick, sauf que celui-ci ne voulait pas rencontrer son regard ; il était de marbre comme toujours. L'angoisse recommençait à prendre le dessus, Tess était presque certaine que Patrick avait informé son frère, mais pourquoi lui et personne d'autre ? Il aurait pu aller directement vers le roi. Curieux... Et décevant.

Qu'importe, ils montèrent tous les escaliers et elle avait hâte de commencer la soirée. N'ayant pas des masses sur soi, la brune n'avait que besoin d'aller gambader. Elle espérait voir une salle de sport, peut-être jouer à quelque chose avec Esteban ? La princesse fût soudainement excitée par l'idée de connaitre les hobbies du jeune héritier. Est-ce qu'il aimait le sport comme elle ? Ou peut-être qu'il préférait passer son temps dans un spa ? Ou bien il aimait aller au casino ? Quel que soit son hobby, elle allait surement aimer ! Peut-être quelque chose qu'elle n'a jamais eu l'occasion de faire?
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi Icon_minitimeSam 28 Sep - 14:04

'Elles vous aiment et vous soutiennent. C'est le plus important.'

Il ne releva pas les yeux, en proie à une émotion plus violente qu'il ne l'avait prévu. C'était encore trop tôt pour parler de ça. Il était à deux doigts de s'effondrer en pleurs, ce qui était fondamentalement inadapté. D'autant plus qu'Esteban n'était pas à l'aise à l'idée d'évoquer les soucis familiaux provoqués par sa nature vampirique face à celle qui l'avait rejeté quelques minutes plus tôt, par facilité, et justement à cause de ladite nature.

Il inspira une longue goulée d'air et se contenta donc d’acquiescer, soucieux de mettre fin à la discussion. C'était vrai : leur soutien était ce sur quoi il devait se concentrer. Ce qui lui avait permis de remonter doucement la pente, et depuis, de se maintenir au dessus du niveau de l'eau.

Seulement voilà : Oui, il avait menacé la presque entièreté de sa famille dans l'espoir d'être enfin laissé tranquille... Et oui, il était en profond désaccord avec leur philosophie et leurs agissements. Ça ne signifiait pas pour autant qu'il ne les aimait pas - à l'exception évidente du monstre qui lui servait de père. Le fait qu'il ne se soit pas tout bonnement contenté de rendre l'implication des Luz-Descalzo avec le TPH publique dès qu'il avait eu des preuves solides en sa possession en était une preuve parlante. Leur haine n'était donc pas quelque chose qu'il vivait bien tous les jours.

La princesse lui offrit un cadeau inattendu. Le geste - et surtout les explications - laissèrent Esteban perplexe. Il la laissa attacher l'épingle à sa veste, profondément gêné par leur proximité : ce n'était pas tout à fait convenable compte-tenu de ce qu'était (ou de ce que devait être) leur relation. Et ça l'était d'autant moins qu'Esteban n'avait pas eu le temps de se nourrir ce soir, comme il avait donné rendez-vous à Therese le plus tôt possible, soit dès le coucher du soleil, afin qu'ils puissent profiter de cette croisière le plus longtemps possible. Fort de cinq ans d'expérience, il n'allait pas se jeter sur elle si facilement que ça - du moins l'espérait-il... l'odeur du métamorphe juste à côté lui rendait la tâche plus ardue - mais c'était atrocement gênant. Il craignait qu'elle finisse par remarquer quelque chose. Ce serait une humiliation de plus.

Heureusement, rien de tel n'arriva. Ils s'échangèrent des compliments, et Esteban se fit la réflexion que la princesse paraissait... Nerveuse. Il n'eut pas le temps de s’appesantir sur ce détail comme des perceptions extérieures leur indiquaient qu'ils étaient en train de monter sur le paquebot.

'J'ai hâte?!'

Un peu de cette glace qui s'était brutalement immiscée entre eux fondit brutalement. Comme Esteban l'observait frapper dans ses mains avec l'impatience d'une enfant, il eut un sourire attendri. C'était adorable... Soucieux de ne pas la vexer cependant, il ne le lui ferait pas remarquer. On n'avait pas forcément envie d'être "adorable" passée la barre des dix ans.

Reste qu'il était heureux de voir que la soirée programmée l'inspirait à ce point. Après tout, son but premier avait été de lui faire plaisir. Puis il était toujours agréable de voir qu'on avait fait de bons choix.

Les portes claquèrent derrière eux et les deux jeunes gens furent accueillis par un cortège constitué de membres de l'équipage du M/S Louisiana Prestige. On s'inclina bien bas pour les saluer, et ce qui ressemblait à un sous-capitaine s'approcha d'eux afin de leur présenter la suite directe des événements :

"Votre Altesse... Monsieur. Je suis le premier officier, David White. Au nom de tout l'équipage, je vous souhaite la bienvenue sur le M/S Louisiana Prestige. Nous allons sans attendre nous mettre en route en direction de Bâton-Rouge. Nous devrions arriver vers minuit, puis nous ferons demi-tour pour la Nouvelle-Orléans où nous devrions être de retour aux alentours de 5h du matin. Il est dès à présent possible de se restaurer. A 22h, une représentation aura lieu au Café Monarch. Comme vous le souhaitiez, le quartet Vivaldi est à votre disposition toute la nuit sur demande. Si vous voulez bien me suivre, je vais vous conduire aux chambres où vous pourrez déposer vos affaires et vous délasser au besoin. Ensuite de cela le navire sera à votre disposition. Sur le pont, la ligne d'horizon sera encore visible une demi-heure, si vous souhaitez profiter de cette fin de coucher de soleil. Tout est fléché de telle sorte à faciliter la visite, mais en cas de doute n'hésitez pas à solliciter le personnel, nous sommes à votre service."

Esteban remercia le marin d'un signe de tête poli, mais il baissa bien vite les yeux sur le sol métallique, qu'on n'avait pas pris la peine de couvrir alors qu'il leur fallait marcher dessus jusqu'à atteindre les escaliers. Il claqua légèrement de la langue et son visage prit son habituel air pincé. ce n'était pas sérieux... Qu'il furent obligés d'arriver par ce parking métallique hideux était une chose, mais on aurait au moins pu faire en sorte de rendre cela moins flagrant.

"Nous vous suivons... Le plus vite sera le mieux."

Pendant ce temps, Octavio observait discrètement le manège entre la princesse et son garde du corps. Il ne savait pas ce qu'il se passait mais il comprenait qu'il était arrivé quelque chose, contrairement à Esteban, qui paraissait n'avoir rien remarqué. C'était plutôt Esteban qui le préoccupait pour le moment, à vrai dire, ce pourquoi il fit en sorte d'avancer jusqu'à lui et de lui glisser quelque chose dans l'oreille. La réaction du jeune homme ne se fit pas attendre. Piqué, il eut soudain l'air encore plus vexé qu'avant, et il tourna sur son chauffeur un regard incendiaire.

"Non. Ce n'est pas nécessaire, Octavio. Si cela devait le devenir, je vous le ferai savoir."

Discrètement, tandis qu'il revenait au second plan, le colombien s'autorisa un soupir et sortit son téléphone, probablement pour laisser un nouveau message dépité sur cette conversation de groupe. Esteban revint à Therese et d'un coup, son air dur fondit comme neige au soleil. Il lui adressa un sourire charmant, indiquant la direction des escaliers :

"Laissons nous guider, si vous le voulez bien..."

Esteban aurait bien fait un tour sur le pont, mais il n'était pas convaincu que de le faire tout de suite soit une brillante idée. D'une part on ne pouvait déjà plus voir grand chose du coucher de soleil... De l'autre, c'était prendre le risque que d'éventuels photographes sur le port les identifie et les piège. C'était très improbable car il faisait bien sombre, mais on ne savait jamais.

Ils grimpèrent sur l'équivalent de plusieurs étages avant que l'officier White ne s'arrête, au milieu du couloir le plus luxueux qu'ils avaient traversé jusqu'à présent.

"Voici vos quatre suites. Ce sont les plus grandes du navire. Ces deux là sont pour vos employés."

Probablement les moins grandes des plus grandes suites du M/S Louisiana Prestige, du coup.

"Si d'aventure quelque chose ne vous satisferait pas, cependant, je vous en prie, avisez-en l'équipage... Nous ferons de notre mieux pour régler le problème. Il suffit de remonter ce couloir et de prendre un dernier escalier pour parvenir au niveau principal. Avez-vous la moindre question ?"

"Pour ma part non, officier White... Je vous remercie pour ces informations précises. Nous devrions pouvoir vous libérer... A moins que Mademoiselle de Cambridge ait quoi que ce soit à ajouter ?"

Il se tourna vers la jeune femme pour lui laisser la parole.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi Vote_lcap0/0Grand luxe et Mississipi 160125120054759347  (0/0)

Grand luxe et Mississipi Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi Icon_minitimeDim 29 Sep - 0:35

Tess écoutait David White avec beaucoup d'attention. Son sourire était toujours aussi gai, l'idée d'arriver à Bâton Rouge l'excitait énormément et voir la capitale de la Louisiane serait surement très intéressant, mis à part le fait qu'il allait faire très sombre. Elle adorait les spectacles et concerts en tout genre, n'ayant pas toujours le temps de sortir, c'était l'occasion idéale pour se détendre. Bien trop préoccupé par le discours de David White, par l'idée d'être à côté de son "prince charmant" potentiel et de la soirée qui allait venir, la Princesse ne remarqua même pas qu'ils marchaient sur le sol métallique. Elle entendait les claquements de ses talons dessus, mais de là à y faire vraiment attention ? Non, trop de choses se passaient.

Tout en avançant elle remarqua brièvement la réaction très froide d'Esteban envers son chauffeur. Elle n'avait aucune idée de ce qui s'était passé et elle était bien curieuse de savoir. Il ne serait pas convenable de demander et dans tous les cas il allait lui en parler s'il le souhaitait, quand il se retourna vers elle une nouvelle fois avec ce sourire charmant elle sentait son cœur faire un ou deux sauts, oubliant la scène qui devait passer en toute discrétion. Peut-être que le gouffre commençait à se fermer, ils allaient passer une bonne soirée après tout ?

Quand David White finit son discours et leur montra les suites prestigieuses, Esteban se tourna une fois de plus vers elle pour demander si elle avait quelque chose à ajouter. Hésitante à dire quoi que ça soit pour ne pas faire de faux pas vu qu'elle était complétement sous le charme du moment, elle alla tout de même le remercier.

'Merci monsieur pour cet accueil aussi détaillé, mais pour ma part je n'ai rien d'autre à ajouter. Par où vers tout ce qui est activité en tout genre ?' Elle attendit que David lui explique et avec un hochement de la tête elle le remercia poliment.

Elle attendait que tout le monde ai quitté les lieux, à part leurs chaperons et elle tourna sur ses talons en faisant la jupe de son vêtement virevolter. Excité comme jamais.

'On va explorer ? J'ai hâte de voir ce que l'on peut faire avant de manger et assister au spectacle !'

Sans plus attendre, Therese passa son bras autour du sien et le tira vers la sortie des suites. Elle jeta un bref coup d'œil en coin sur Patrick qui ne l'a pas remarqué, pendant qu'il se frottait les yeux avec son pouce et sont index, l'air de dire 'j'y crois pas'. Elle se disait que le protocole n'avait pas énormément d'importance pendant les visites entièrement sociales, ergo non-officielles. Il fallait rester quelque peu correct, mais pas non plus complétement démuni d'humanité. Si elle allait faire plus ample connaissance de l'héritier, autant y aller sans trop de remords. D'autant plus que son séjour venait de raccourcir énormément, elle voulait passer un maximum de temps possible à s'amuser avec le potentiel ami qu'elle allait se faire... Peut-être plus ?

Sa rêverie prit fin quand ils s'étaient trouvés dans le hall où il y avait plusieurs endroits où ils pouvaient s'aventurer. Elle s'arrêta brièvement, posant son doigt sur sa lèvre, elle faisait mine de chercher et quand elle vit le board électronique elle se dépêcha de l'approcher, Esteban toujours sous le bras. Elle finit par le libérer quand elle "naviguait" la carte électronique.

'Alors, alors...' Elle passa ses doigts sur la carte afin de la voir en entier 'Bon, on est au niveau 3, il n'y a que des chambres, des cafés...bar...mmm... Niveau 4 - spa. J'aimerais visiter d'ailleurs, j'ai encore plein de nœuds après mon entrainement... Mais plus tard. Ah, voilà !'

Elle agrandit le niveau 2 qui avait une grande carte avec une salle de tennis, une salle de musculation, une gym avec la possibilité de faire de l'escrime ou de l'escalade, une piscine, une énorme salle de jeu, quelques salles de détente, une salle de tir à armes à feu, tir à l'arc, laser tag, trois casinos, plusieurs bars... Bref, il y avait assez pour se détendre toute une nuit on dirait. Ses yeux s'illuminèrent à la vue de la salle de gym et du tir. Elle allait bien lui proposer une petite compétition de tir, mais elle ne savait pas ce qu'il aimait et elle voulait d'abord le mettre à l'aise vu qu'elle l'était déjà. Une fois de plus elle tourna sur ses talons pour faire face à son hôte.

'Vous avez organisé la soirée. Si vous voyez quelque chose qui vous intéresse, on le fera en premier. J'insiste !'
Elle était pratiquement aux anges, si ce n'était que cette petite voix qui la narguait à propos de son frère et de Patrick qui l'a potentiellement jeté dans les fraises.
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
Grand luxe et Mississipi Vote_lcap14/30Grand luxe et Mississipi 160125120054759347  (14/30)

Grand luxe et Mississipi Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi Icon_minitimeDim 29 Sep - 11:50

L'officier White se baissa pour saluer la princesse.

"Il suffit de suivre ce couloir puis de monter un escalier. Vous arriverez dans un grand hall et de là, toutes les activités à votre disposition vous seront indiquées précisément. Si vous avez le moindre doute le personnel de bord à cet étage pourra vous donner plus d'informations."

Il venait de répéter ce qu'il avait dit plus tôt en ajoutant juste quelques détails supplémentaires, mais l'officier savait qu'il n'avait aucun intérêt à le faire remarquer. Après quelques dernières courbettes, il tourna les talons et retourna à ses responsabilités.

Esteban s'orienta vers Therese, qui fut plus rapide que lui à proposer. Il eut un nouveau sourire en la voyant tournoyer sur elle-même. Ce n'était certainement pas très conventionnel, mais c'était encore une fois très touchant. Lorsqu'il la voyait agir ainsi, elle lui évoquait vraiment cette idée d'une enfant coincée dans un corps d'adulte. Son enthousiasme était en tous les cas communicatif, si bien qu'il retrouvait peu à peu sa motivation perdue.

Ça ne signifiait pas que tout était réglé dans sa  tête, ni entre eux. Mais ils étaient assurément sur la bonne voie.

"Bien sûr ! Mettons nous en route sans attendre."

Surpris, il ouvrit des yeux ronds en la voyant fondre sur lui. Il esquissa un mouvement de recul avorté : elle lui avait déjà happé le bras. Si il ne suivait pas le rythme soutenu qu'elle imposait, il n'allait pas tarder à se faire traîner derrière elle, et ça, ce n'était pas envisageable.

"M...Mademoiselle.. ? Êtes-vous certaine que c'est bien correct.. ?"

Oh, il avait la réponse à cette question : "Non, absolument pas". Elle brisait le protocole sans sourciller. Était-ce parce qu'elle savait que personne ne la verrait faire, ici, à l'exception d'Esteban, de leurs deux gardes/chauffeurs qui resteraient muets comme des tombes, et du personnel que l'héritier Luz-Descalzo avait généreusement payé pour que rien ne sorte de ce navire ? Probablement. Cela dit, voilà qui lui évoquait à nouveau la scène du hall du penthouse, et le contraste saisissant qu'il y avait entre son comportement d'alors et de maintenant. A cette pensée, il ne pouvait s'empêcher d'être un peu amer...

Enfin. Ce n'était pas comme si il allait lui arracher son bras brutalement afin que les conventions soient respectées à la lettre indépendamment de ce qu'elle souhaitait... Ça aurait été terriblement violent, terriblement mal élevé de sa part. A défaut, il lui laissait la responsabilité du choix, car après tout c'était elle que cela concernait... Esteban n'avait aucune interdiction de toucher qui que ce soit.

En revanche, la façon dont elle se collait à lui avait quelques conséquences indésirables. Pour la seconde fois en trop peu de temps, l'odeur capiteuse de son hémoglobine lui chatouillait le nez et lui faisait prendre conscience du point auquel il avait le gosier asséché. Il avait quasiment l'impression d'avoir mal aux crocs, et ça, c'était une mauvaise nouvelle : il fallait vraiment qu'il soit assoiffé pour avoir cette sensation. Tout ça, c'était la faute du garde métamorphe. Il lui avait bien trop ouvert l'appétit, quand il aurait fallu qu'il limite au maximum les tentations.

Peut-être n'aurait-il pas dû envoyer Octavio paître sans réfléchir, finalement... Sauf que maintenant c'était trop tard.

Il espérait que la princesse ne remarquerait pas la froideur de sa peau au travers du tissu, et si elle le faisait, qu'elle ne comprendrait pas ce que cela signifiait. Il se mordillait un côté de la langue dans l'espoir d'atténuer ses pulsions, le tout sans que cela ne se remarque trop - le plus efficace aurait été qu'il se morde la lèvre, mais Therese l'aurait vu tout de suite.

Ils furent rapidement devant un grand tableau d'affichage électronique. Soulagé, Esteban s'éloigna discrètement d'un pas, alors que la jeune femme s'approchait de l'écran. Il la laissa en charge d'explorer virtuellement le navire à sa guise. Lui-même connaissait déjà la plupart des activités mises à disposition puisqu'il s'était évidemment renseigné au moment de la location. Il avait choisi le bateau qui lui semblait proposer le plus de services intéressants.

Niveau 4 - spa. J'aimerais visiter d'ailleurs, j'ai encore plein de nœuds après mon entrainement...

Il tiqua légèrement. La présence de ce spa était effectivement intéressante et c'était une des raisons pour lesquelles il avait choisi le M/S Louisiana Prestige, mais cela lui faisait penser...

... Jet privé, jacuzzi...

NON. Il fallait vraiment qu'il parvienne à séparer dans sa tête cette situation et le séjour paradisiaque qu'il avait fait avec Erin à Las Vegas, des années plus tôt. La princesse était hors limite. Il s'occuperait autrement quand elle visiterait le spa, c'était la seule façon que cela reste décent.

Elle venait de trouver l'un des deux étages principalement dédiés aux distractions. Celui-ci disposait d'un nombre indécent de salles de sport... Et il fallait bien dire que ce n'était pas ce qui l'intéressait le plus. Il n'avait jamais été très doué pour les activités physiques, même si son vampirisme avait largement amélioré les choses. Bien sûr, il n'était pas étonnant que Therese se focalise là-dessus... Elle était gymnaste après tout.

Elle lui demandait son avis. Oh... Voilà qui le mettait mal à l'aise. Il aurait préféré qu'elle choisisse, quitte à s'adapter à ce qu'elle voudrait faire... De cette manière, il était certain de lui faire plaisir. N'était-ce pas ainsi que cela fonctionnait lorsqu'on invitait quelqu'un, normalement ?

"Oh non, je vous en prie allons là où il vous plaira..."

"J'insiste?!"

... Difficile, à ce stade, de le lui refuser. Embarrassé, il prit place devant le tableau et chercha ce qu'il pourrait bien lui proposer qui les satisferait tous les deux. La salle d'arcade lui faisait évidemment de l’œil, mais jusqu'à présent, son goût des jeux vidéos ne lui avait pas porté chance lors de ce genre de sorties. Le laser game le laissait perplexe pour des raisons similaires, et aussi parce que tout aussi maladroit qu'il était, ses réflexes surhumains rendraient le jeu beaucoup trop déséquilibré. La salle de réalité virtuelle, le cinéma 5D ? Peut-être... Mais la princesse semblait vouloir de l'action. La piste de danse ? Non. Pitié, non. Il ne savait pas danser, peu importe les efforts de sa mère et de Luisa pour qu'il apprenne - depuis trois ou quatre ans, dates non anodines, cette dernière affirmait qu'il était de mauvaise volonté, et elle n'avait pas tort. Il n'avait jamais cherché à se donner l'air du contraire. C'était aussi qu'il n'aimait PAS danser. Le karaoke ? Même pas en rêve. Le casino ? Oui... Non ? Cela lui faisait bien trop penser à Vegas. Que le parallèle puisse encore grandir en pertinence l'effrayait. Eh puis il y avait les boutiques évidemment...

"Eh bien.. Je.. Voyons. Que pensez-vous... de cette attraction cinématographique.. Ou du casino... Ou de visiter l'aquarium... ? Mais je crois qu'il est au même niveau que le spa."

Voilà... Si il lui laissait le choix parmi trois activités très différentes, peut-être cela serait-il moins risqué ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Contenu sponsorisé


Grand luxe et Mississipi Vide
MessageSujet: Re: Grand luxe et Mississipi   Grand luxe et Mississipi Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Grand luxe et Mississipi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE I : Le quartier des affaires ¤ :: ║La zone portuaire║ :: Les Quais-