Qui est en ligne ?
Sur Discord, en ce moment.



 

Partagez
 

 Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Vote_lcap0/0Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle 160125120054759347  (0/0)

Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Vide
MessageSujet: Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle   Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Icon_minitimeJeu 19 Sep - 22:00

Les jours passèrent sans trop de tribulations, la jeune princesse se concentrait tant bien que mal sur son entraînement et les séminaires à la Nouvelle-Orléans. L’annonce était telle qu’il y aurait un show pour les amis et proches des jeunes gymnastes et elle avait déjà fait un choix précis de qui elle allait inviter. La presse se posait des questions étant donné le manque de famille royale dans le pays, connaissait-elle quelqu’un de local à la Louisiane pour venir la voir en “avant-première” des jeux Olympiques qui ont été exceptionnellement repoussées pour cause de scandale?
Deux semaines à travailler, 4 jours passés et elle avait “congé”. Le téléphone n’a pas sonné durant ces derniers jours, mis à part sa mère, Princesse Charlotte qui voulait savoir si elle était sage et si elle profitait du jazz.

Plus rien du jeune héritier ces 4 derniers jours. Avait-il changé d’avis ? Est-ce qu’elle l’a intimidé d’une manière ou d’une autre ? Elle ne voyait pas comment elle aurait pu l’intimider, elle était une jeune humaine sans défense, mis à part sa bonne œille en tir à armes à feu, mais jamais elle n’aurait pu se décider de lever une arme contre qui que ça soit. Voilà qu’elle commençait à diverger et repenser à sa soirée avec Esteban. Ce jour de congé était pour faire des recherches: où était son arrière-grand-parent terré ? La Nouvelle-Orléans était son domaine pendant longtemps, elle avait trouvé une adresse qui correspondait à Bess Butler, mais en jetant un bref coup d'œil il n’y avait plus rien du tout. C’était devenu un sous-sol à vendre.

Tess était seule dans sa chambre, ayant demandé à Patrick d’aller chercher son costume pour le show final à la fin du séminaire. En robe de chambre, elle fouillait le web comme une fouine afin de trouver un moyen d’attraper la vampire. Elle cherchait partout sous Magdalene Cardwell, Bess Butler, Vampire tutrice… Tout ! Un site a suggéré de se mettre dans la peau du meurtrier et de penser comme lui. La jeune brune n’avait aucune idée de ce que cela voulait dire, mais finalement ses pensées se sont dirigés vers la caisse blanche sous son lit. Elle fronça des yeux et se baissa pour la récupérer, puis sans tarder elle s’enferma dans la salle de bain. En soulevant le couvercle du carton elle vit les habits qu’elle n’avait pas encore touché : voilà qu’elle enfilait les leggings noir de la vampire, le pull-robe gris et dispersa du parfum sur ses poignets. La salle de bain avait un miroir qui allait jusqu’au plafond et elle restait fixé sur soi. Les habits étaient d’une taille trop grande, les leggings étaient trop longs et le pull semblait trop grand dans la cage thoracique et le derrière. La forme était un peu plus grande, mais l’idée était là : si cet habit était plus petit, il lui irait comme un gant. Le style, les couleures...

Tess était confuse par ce qu’elle venait de faire : sa famille entière soulignait à quel point elle ressemblait à son père et à en voir les photos elle avait un air de ressemblance avec son ancêtre. Était-elle vraiment proche en ressemblance à ce monstre ? Quelque chose dans son estomac venait de faire une pirouette et elle sentit la nausée la prendre dans un torrent. Aussi vite qu’elle pouvait, elle se libéra de tout ce qu’elle portait et en jetant les habits violemment à la poubelle elle rentra dans la douche se “décontaminer”. Se sentant toujours malade d’avoir fait quelque chose d’aussi stupide, elle frottait son corps aussi fort que ses mains pouvaient.

‘Se mettre dans la peau du meurtrier, quelle idée monstrueuse’ dit-elle à voix haute en se retenant de vomir, avec le plus grand des dégoûts ‘Garce de vampire, que le diable emporte cette… Cette…’

Elle s'arrêta et comme par hasard une idée lui vint en tête. Peut-être qu’après tout cela avait fonctionné ? Si la vampire allait se terrer quelque part ce serait dans un endroit où personne n’irait chercher et où il n’y avait aucune chance de rayons de soleil ? Les égouts? Une usine abandonnée...?

‘Votre altesse’ Patrick l'interpella et elle se ressaisit immédiatement ‘j’ai ramené votre costume.’

‘Oui, merci beaucoup Patrick’ répondit-elle poliment avec un sourire, tout le monde pouvait entendre un sourire donc elle se força ‘vous pouvez le poser sur mon lit.’

Sortie de la douche, elle enfila sa robe de chambre et alla fermer la caisse en carton quand son œil fut attiré par les quelques cartes de visites ici et là.

Des clubs... Des coiffeurs… Des restaurants ? Mais je croyais qu’ils ne pouvaient pas manger, pourquoi aurait-elle des cartes pour les restaurants… ? Non, je ne veux pas savoir. Passons… Les Plaisirs Coupables ? Est-ce... Non, je ne veux pas savoir non plus !

Elle arrivait vers la fin et elle vit une carte toute bleue avec une plume dessus. À l'arrière de la carte elle trouva des détails : Artémis Cyan, propriétaire de la bibliothèque sur la Rue Principale. Elle vit aussi une petite boite en carton et en l'ouvrant elle vit une résine. Ne sachant aucunement ce que c'est, elle décida de le garder sur soi, l'élément pouvait être magique et cette idée lui était excitante. En sortant de la salle de bain, elle se précipita vers son lit et remit la boîte à sa place, à l’écart des yeux curieux. Une recherche rapide sur sa tablette et elle trouva qu’Artémis Cyan était Grand Mage de la ville et elle avait énormément d’espoir qu’il allait l’aider. Son sens de l’aventure la reprit en coup de tonnerre, mais en se rappelant des péripéties avec le jeune héritier elle retourna sur terre.

‘Patrick, préparez-vous. Nous allons sortir, je dois acheter un ou deux bouquins et une collègue m’a recommandé une librairie.’

‘Bien sûr, votre altesse.’

La princesse s’activa : brushing, produit sur les cheveux pour les rendre lisse et soyeux, robe ivoire en crêpe de chine de chez Paco Rabanne à longues manches qui découvrait à peine ses genoux mais cachait son décolleté, des collants beiges, des chaussures marron de chez Jimmy Choo et un sac à main de la même couleurs dans lequel elle a placé tous ses essentiels : téléphone, portefeuille et clé de la chambre d’hôtel. Elle avait un sentiment particulier pour l’objet qu’elle avait trouvé dans la boîte et elle le cacha dans son sac aussi. Juste avant de sortir elle mit son maquillage habituel et fit un 360 sur soi pour voir si tout était dans l’ordre. Sans plus attendre, elle enfila sa veste et voilà que Patrick et elle se dirigeaient vers la Plume Bleue.

Cette fois elle fit en sorte d’avoir des lunettes de soleil et elle demanda à son garde du corps de faire profil bas, c’est-à-dire ressembler à un touriste de base. Ils marchèrent un moment sur la rue principale et pour ne pas sembler louches elle alla faire quelques boutiques dans le coin. Après une heure de shopping elle se dirigea vers ce qui semblait être la Plume Bleue. De l’autre côté elle vit les Plaisirs Coupables dont elle a vu la carte, ébahi par le grand contraste de toutes les boutiques, elle se hâta de rentrer dans la librairie car si quelqu’un la reconnaissait… Elle ne voulait pas imaginer les ragots.

‘Patrick’
dit-elle poliment en offrant son portefeuille ‘j’aimerais que ma conversation reste privée. Il doit bien y avoir un rayon qui vous intéresse, j’en suis certaine. Je ne bougerais pas du comptoir.’

Il hésitait à la laisser, mais il hocha poliment de la tête et s’éclipsa vers le fond en gardant toujours un œil d’aigle sur sa protégée, prêt à bondir si quelque chose allait lui arriver.
Une fois qu’il était à une distance correcte, la jeune femme alla vers le comptoir. Ne voyant personne, elle interpela poliment :

‘Bonjour ? Il y a quelqu’un ?’
Revenir en haut Aller en bas
Artémis Cyan
Wiccans
Artémis Cyan

Identification
Emploi: Libraire/Grand Mage de la Nouvelle Orléans
Age apparent: Une petite soixantaine
Dangerosité:
Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Vote_lcap19/30Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle 160125120054759347  (19/30)

Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Vide
MessageSujet: Re: Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle   Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Icon_minitimeSam 21 Sep - 19:02

Cyan verrouilla le placard vitré après avoir posé son livre. « Les contes de ma mère l’Oye » lui avait gracieusement été « prêtés » par les descendants d’un vieux collectionneur de livre. Il avait souhaité que sa collection – du moins la partie qui n’intéressait pas ses enfants – soit vendue à de véritables amoureux des livres. Les descendants étaient venus demander de l’aide à Cyan, qui avait proposé de se charger de la transaction et de leur rapporter l’argent (pour un pourcentage négligeable de la somme).
Le vieil homme jeta un regard satisfait aux multiples couvertures qui s’étalaient sous ses yeux : des livres d’occasions, plus ou moins abîmés, successions de tranches de cuir ou de papier formant une banderole apaisante. Leur nombre augmentait de jours en jours, et fluctuait au fil du temps. Il appréciait l’ambiance de l’arrière-boutique : peu de clients, sinon les avertis ou les amoureux des lettres, s’aventuraient jusque là. L’air était tranquille, comme si les livres faisaient paresseusement la sieste sur leurs étagères de bois. Le parquet était lustré, et la lumière de la rue entrait tranquillement par la fenêtre, auréolant l’endroit d’une lueur dorée.

Un éclat de voix tira le vieil homme de sa rêverie, qui prit le chemin de la boutique principale. Il ne prit pas la peine de d’annoncer son arrivée : le bruit de sa canne, sur le parquet, ferait amplement l’affaire. Il n’y avait qu’une poignée de gens dans les rayons, comme d’ordinaire. Les bruits de la rue étaient étouffés, et des rayons de lumière douce venait percer l'obscurité des rayonnages à intervalles réguliers.  La boutique était calme, minimalement dérangée par l'occasionnel bruit de page ou chuchotement amusé dans une aile ou l'autre du bâtiment. Le wiccan contourna un jeune homme d’un vingtaine d’année farfouillant au milieu des manuels d'Histoire avant de se présenter au comptoir.

Une jeune femme attendait patiemment de l’autre côté du meuble de bois. Une femme étrangement familière : il parcourut brièvement du regard ses traits à demi-mangés par une paire de lunettes de soleil, la couleur de ses cheveux, sa tenue. Elle lui rappelait quelqu’un, vaguement, sans qu’il ne sache trop pourquoi. Elle n'avait pas les cheveux de la bonne couleur et il ne voyait pas ses yeux. Cyan se montra rien et maintint ses observations à un niveau discret, avant de la saluer poliment d'un signe de tête.

-Madame. Que puis-je pour vous?

On pouvait, néanmoins, entendre l'accent que Cyan cherchait dans sa voix. Il lui aurait parut hautement improbable qu'une Princesse de Cambridge se présente dans sa librairie. Ce genre de chose était difficile à établir : il n’avait jamais approché la famille royale anglaise, si ce n’était par des photos – et encore. Il n’avait, lors de ses séjours en Grande Bretagne, présenté que très peu d’intérêt pour la politique du pays et la famille sur la tête de laquelle tenait encore à peu près une couronne. Il avait porté son intérêt sur des choses bien plus pratiques – quoi qu’il avait, à l’occasion, fréquenté un ou deux Lords, Wiccans de leur état.
Sa cliente ressemblait certainement à une figure royale. Il aurait été bien incapable de dire laquelle. De là à dire que c’était, effectivement, une princesse, il y avait tout un monde. Et il était bien trop poli pour faire part de ses soupçons à voix haute.

Le regard du Wiccan dévia un bref instant sur la droite. A défaut, le fait que sa cliente soit quelqu’un d’important expliquait pourquoi le cinquantenaire penché sur le rayon cuisine leur jetait des regards discrets mais appuyés. Il espérait. Autrement, si sa librairie devenait un endroit comme un autre où les gens pouvaient paisiblement continuer à traquer les gens qu’ils suivaient dans la rue, il serait bien obligé d’intervenir.

Cyan porta sa deuxième main à sa canne, attendant patiemment la réponse de la jeune femme. Il y avait quelque chose qui le dérangeait, qui le picotait juste à la base de sa nuque. Il était parfaitement incapable de dire quoi.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4627-artemis-cyan#75742
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Vote_lcap0/0Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle 160125120054759347  (0/0)

Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Vide
MessageSujet: Re: Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle   Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Icon_minitimeDim 22 Sep - 11:27

Tess était plongée dans ses pensées pendant qu'elle attendait que quelqu'un vienne lui parler. Elle était à deux doigts de changer d'avis, jeter le tout par la fenêtre et revenir à sa petite vie de princesse. Ses doigts passaient sur un bouquin qui était en vente et elle allait l'acheter, sortir et tout oublier. Quand soudain elle vit le vieil homme devant elle. Ça devait être le grand mage, elle n'avait aucun doute. Les photos étaient claires et il avait cet air de grand mage, plein de sagesse et de savoir. Du moins les magiciens qu'elle avait en tête étaient Merlin l'Enchanteur et ceux qui sortaient des lapins de leur haut-de-forme. Celui-ci n'était pas exactement comme Merlin, mais assez proche du stéréotype pour elle.

'Ah... Je vous demande pardon. Vous êtes exactement la personne que je cherche.'

Elle s'excuse poliment tout en revenant de sa rêverie. Ne voulant pas se retourner pour ne pas alerter son garde du corps, elle faisait comme si de rien n'était mais jeta un bref oeil à droite et à gauche. En ouvrant son sac elle sortit une photo qu'elle plaça sur le comptoir, celle de Bess Butler avec sa contrebasse.

'Je suis à la recherche de cette femme et je comprends qu'avec votre... Expertise j'ai des chances de la retrouver. J'ai moyen de vous rémunérer pour votre discrétion ainsi que votre assistance généreusement.'

Elle hésitait énormément, mais ce qui a été dit a été dit. La princesse était tellement éloigné du monde des Outres qu'il lui était très étrange d'aller demander leur aide. Elle ne savait pas comment même demander de l'aide aux Outres et ne savait pas s'il y avait un protocole à suivre ou pas. Le jeune héritier, à part les différences biologiques, semblait tout à fait normal et suivait le protocole qui se devait. Alors que dire du reste de la population? C'est quelque chose qui lui faisait un peu peur et la laissait vulnérable plus qu'elle ne l'était.

'Je m'excuse' elle bredouilla 'je ne veux en aucun cas vous importuner, mais c'est très important pour moi de la retrouver.'

Patrick était toujours au rayon cuisine, il essayait d'être discret, mais ça se voyait qu'il commençait à se poser des questions. Il était impossible pour Tess de lui dire qu'elle le faisait pour John Cardwell, son père. Il avait droit à reposer en paix et voir sa meurtrière derrière les barreaux. Voudrait-elle la voir morte? Elle y avait pensé et elle hésitait. N'étant pas en faveur de la mise-à-mort, il lui était tout de même très difficile de séparer ses convictions de ses émotions brutes.

Cyan ne pouvait peut-être pas le voir, mais ses yeux étaient pleins d'espoir. Dans sa tête il ne fallait qu'un coup de baguette magique.
Revenir en haut Aller en bas
Précieuse
Wiccans
Précieuse

Identification
Emploi: Gérante des Plaisirs Coupables - Dealeuse de Sorts W
Age apparent: 36
Dangerosité:
Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Vote_lcap25/30Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle 160125120054759347  (25/30)

Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Vide
MessageSujet: Re: Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle   Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Icon_minitimeDim 22 Sep - 16:48

Lorsqu'on travaille dans une industrie qui vous prend la part belle de vos nuits, il est plutôt rare d'être capable de faire quoi que ce soit en journée. Sauf lorsqu'il s'agissait du jour hebdomadaire de fermeture et qu'on était la patronne de sa petite entreprise.

Précieuse profitait peu de ces jours de congés, néanmoins. En tant que femme d'affaires avertie, cette fermeture lui servait généralement à s'occuper de toute la bureaucratie inhérente à la tenue d'un bar-cabaret tel que les Plaisirs Coupables : bilans comptables, achat de fournitures, réapprovisionnement, paiement des employés... tout ce qui permettait à l'établissement de fonctionner correctement.

Si ce n'était pas le bar, c'étaient ses autres activités qui la retenaient. Son rôle au sein de la Mafia W l'amenait à devoir très régulièrement remettre ses réserves d'ingrédients et de sorts à jour, et le temps qu'elle ne passait pas dans les papiers était investi dans son grenier, réarrangé pour permettre l'usage de la Wicca dans toutes les formes que la blonde maîtrisait.

Aujourd'hui, cependant, rien ne l'avait retenue. Les comptes des Plaisirs Coupables étaient à jour et ses stocks magiques également. Elle avait donc décidé de profiter de cette journée pour faire ce qu'elle avait envie de faire, pour une fois.

Aussi étonnant que cela puisse paraître pour qui ne connaissait pas la sorcière au chapeau, ses pas l'avaient mené tout près de chez elle. De l'autre côté de la rue, en réalité. La Plume Bleue était une librairie agréable et avait l'avantage, en plus de posséder bon nombre d'ouvrages de qualité, spécialisés ou non, un coin lecture particulièrement agréable.

C'était là qu'elle se trouvait depuis quelques heures. Calée dans un fauteuil, un roman historique à la main, Précieuse ressemblait à n'importe quel client de la boutique. Excepté qu'avec son tailleur-pantalon de couleur sombre, son Borsalino assorti et ses talons aiguilles rouge, elle était parfaitement reconnaissable.

Elle avait perdu intérêt dans son roman quelques pages plus tôt. Au moment où une jeune femme et un homme d'âge mûr étaient entrés dans la librairie, en réalité. Au départ, rien d'étonnant, si ce n'était le penchant de la jeune femme pour les lunettes de soleil aussi larges que son visage. Non, l'intérêt de Précieuse avait commencé à être happé lorsque la mouche avait parlé à celui qui ne pouvait être que son garde du corps. On ne demandait pas à un ami de se tenir à l'écart pendant qu'on faisait affaire. Par contre, lorsqu'on était une personne d'importance qui cherchait des informations personnelles, il était fréquent que l'on demande à la personne qui nous surveillait 24 heures sur 24 (...en vous protégeant, certes) de nous laisser un peu tranquille.

Vraisemblablement, cette personne assez importante pour avoir une garde du corps cherchait le Grand Mage. Pas le propriétaire de la Plume Bleue, non, mais le wiccan qui la tenait. Comment Précieuse pouvait-elle en être certaine alors que le Grand Mage en question n'était pas encore arrivé ? Eh bien parce que la célébrité n'avait même pas tenté de jeter le moindre œil aux différents rayonnages avant de s'approcher du comptoir. Elle connaissait cette attitude pour l’expérimenter régulièrement au travail. Certains clients des Plaisirs Coupables avaient des envies... particulières, qui faisaient qu'ils ne s'arrêtaient jamais sur les différentes scènes de la salle principale. Une attitude qu'elle avait appris à reconnaître avec les années.

Sa curiosité de wiccane attisée, Précieuse ferma son livre et se mit de profil sur son fauteuil, passant ses jambes croisées par dessus l'accoudoir. Son regard bleu-vert se posa sur la silhouette au comptoir. Cette figure athlétique, ces cheveux lisses, cette tenue droite et raffinée et cet accent traduisant son appartenance à la mère patrie du Commonwealth lui disaient quelque chose. Avec ces lunettes, incapable de correctement voir son visage, néanmoins.

Puis le Grand Mage arriva, et le point crucial fut évoqué. La jeune femme voulait localiser une autre femme. Et elle pensait avoir recours à la magie pour cela. Ce pourquoi elle faisait appel au Grand Mage de la Nouvelle-Orléans. Précieuse posa les pieds au sol et se leva, histoire de jeter un coup d’œil au comptoir. Une photo ? Et elle pensait vraiment que c'était possible ? Ah, ces normes et leur ignorance... Car elle ne pouvait être que Norme, c'était certain.

S'approchant comme si elle avait été invitée à le faire, Précieuse s'appuya dos au comptoir et tourna la tête afin d'avoir accès aux profils des deux autres membres de la conversation. Car elle avait bien l'intention de s'en mêler.


"Vous savez, Mademoiselle... traquer des êtres plus ou moins vivants à partir d'une simple photo est une discipline magique qui n'appartient qu'à la science-fiction. Il y a des limites à la Wicca, même chez les meilleurs."

Oui, elle savait reconnaître le talent d'Artémis Cyan, tout de même. Elle avait voté pour lui après tout. Son regard à demi-caché sous son chapeau se porta sur la photo en question... ce qui l'amena à soulever un sourcil intrigué.

"Oh... Bess Butler. Voilà une figure que je ne m'attendais pas à revoir de sitôt."
_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3637-precieuse
Artémis Cyan
Wiccans
Artémis Cyan

Identification
Emploi: Libraire/Grand Mage de la Nouvelle Orléans
Age apparent: Une petite soixantaine
Dangerosité:
Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Vote_lcap19/30Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle 160125120054759347  (19/30)

Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Vide
MessageSujet: Re: Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle   Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Icon_minitimeLun 23 Sep - 14:44

'Je suis à la recherche de cette femme et je comprends qu'avec votre... Expertise j'ai des chances de la retrouver. J'ai moyen de vous rémunérer pour votre discrétion ainsi que votre assistance généreusement.'

Cyan ne dit rien, jetant un coup d'oeil attentif à la photo. Il ne la toucha pas, mais la décortiqua rapidement du regard. Le visage ne lui parlait pas. Il ne fit aussi aucun commentaire sur la rémunération promise: la vente de sortilèges était, après tout, un service proposé par la librairie (quoique largement désuet et tombant progressivement dans l'oubli). Il avait des tarifs, pas besoin de lui promettre monts et merveilles.
Le vieil homme ouvrit la bouche pour proposer à sa cliente de passer dans un endroit plus discret pour détailler l'aide qu'il pouvait lui apporter. Une simple photo (et, l'espérait-il, un nom) été une bien maigre piste à suivre, même pour la Wicca.
Il n'eut pas l'occasion de formuler un mot.

Cyan l'avait vu se lever du coin de l'oeil, mais il s'avéra un peu surpris de voir Précieuse s'adosser tranquillement contre le comptoir de bois.

"Vous savez, Mademoiselle... traquer des êtres plus ou moins vivants à partir d'une simple photo est une discipline magique qui n'appartient qu'à la science-fiction. Il y a des limites à la Wicca, même chez les meilleurs."

L'intervention était passablement intrusive, mais relativement à propos. Le vieil homme ne semblait pas spécifiquement choqué par l'arrivée de la propriétaire des Plaisirs Coupables dans la conversation - mais à dire vrai, il était difficile de faire vaciller son air tranquille, ces temps-ci. Cyan s'inclina discrètement devant la wiccane. Il lui avait déjà dit bonjour plus tôt, lorsqu'elle s'était installée dans un fauteuil pour lire, aussi remerciait-il ici son explication. Le magicien se tourna vers sa cliente.

-J'en ai malheureusement peur. Même avec toute la bonne volonté du monde, je serais bien en peine de vous aider avec la simple photo d'une étrangère.

"Oh... Bess Butler. Voilà une figure que je ne m'attendais pas à revoir de sitôt."

Cyan lança un regard en coin à Précieuse.

- Un nom est un bon ajout à la recherche. Si vous le souhaitez, nous pouvons discuter un peu plus en détail de ce qui vous préoccupe dans un endroit un peu plus privé, pour voir si je peux vous aider d'une quelconque façon que ce soit. Mais peut-être des moyens de recherches un peu plus orthodoxes et un peu moins magiques peuvent s'avérer plus indiqués.
Comme, par exemple, demander des renseignements à des gens qui connaissent la personne que vous recherchez.


Le magicien avait gardé une voix douce, tranquille, et surtout basse. Sa cliente souhaitait apparemment garder leur échange discret, et si l'intervention de Précieuse avait prouvé quelque chose, c'est qu'ils parlaient encore un peu trop fort - mais après tout, "parler fort" était un concept très relatif au bruit ambiant, dans une librairie.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4627-artemis-cyan#75742
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Vote_lcap0/0Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle 160125120054759347  (0/0)

Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Vide
MessageSujet: Re: Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle   Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Icon_minitimeLun 23 Sep - 16:57

Elle attendait la réponse du Grand Mage avec impatience, mais le son qui sortit de la bouche n'était pas le sien, plutôt d'une femme qui s'est pointé de but en blanc dans leur conversation discrète.

Tess ne s'attendait pas à ça et c'était tombé pile-poil quand elle reajustais ses lunettes de soleil.

Flûte.

Le dommage a été fait, ses yeux ont scintillé comme deux belles noisettes en une demi-seconde. Il était important de faire comme si de rien n'était, mais elle sentait ses oreilles rougir. D'ailleurs, cette dame était bien trop prés et elle fit un pas de côté pour s'éloigner. Ce n'était pas assez discret pour que son garde du corps ne le remarque. Le métamorphe était prêt à intervenir, mais d'un coup de main discret, sans lever son bras, elle lui fit signe d'arrêter. Elle ne savait pas combien de fois elle pourrait le faire avant qu'il ne vienne et demande des explication, mais pour l'instant il s'arrêta à un rayon un peu plus proche.

Tess regardait la femme qui était habilé en costume ave un borsalino sur la tête. Elle avait l'air... particulière. Quelque chose en elle l'a fit frissonner, une sorte de froideur, mais une chaleur aussi qui émanait, elle ne pouvait pas spécialement placer son doigt dessus. Son instinct faisait alerte rouge, mais elle savait que cette mission personelle était dangereuse. Les talons aiguilles rouges étaient particuliers, elle ne savait vraiment pas pourquoi la Wiccane les portait alors que des moccassin noirs iraient mieux avec cette tenue.

La princesse commençait à perdre espoir quand soudain ce nom fût mentionné une fois de plus: Bess Butler. Décidement elle était connue de la ville, mais à en croire les tons de voix et les réactions ils étaient tous contents de ne plus l'avoir en ville. Qu'avait-elle donc fait pour être si impopulaire avec la communauté Outre de la Nouvelle-Orléans?

'Oui j'ai... j'ai un nom.' elle se racla la gorge, ne voulant pas trop dévoiler elle fit tout de même un effort pour donner un peu plus d'informations avec ce qu'elle avait reçu d'eux 'Je me suis renseigné, mais aparemment elle s'est volatilisé. C'est bien pour cela que j'ai besoin de votre aide.'

Elle se tourna finalement un peu plus vers Précieuse pour l'inclure dans sa conversation avec Artémis, si la sorcière au borsalino connaissait cette meurtrière, il serait bon de demander son aide aussi. Le prix finalement n'avait pas d'importace, la princesse voulait à tout prix retrouver cette femme qui lui a pourri potentiellement le reste de sa vie.

'S'il vous plait' elle hocha de sa tête, poliment 'il est impératif que je la retrouve et je ne sais plus où me tourner. C'est la première fois que je demande de l'aide qui est... moins traditionelle. Dites-moi ce dont vous avez besoin, je vais peut-être pouvoir vous aider et si je dois vous rémunérer je le ferais sans problème. Si vous avez plus d'information sur cette... sur Bess Butler je vous saurais gré de les partager avec moi.'

Il suffit!

Son ton était honêtte et sincère, comme à son habitude. Sauf que cette fois elle semblait aussi désespéré. Dans tous les cas, elle ne voulait pas leur mentir et si ils allaient commencer à poser plus de questions elle devrait leur répondre. Surtout si ça l'aiderait dans la recherche.

Patrick était toujours dans les parages, elle le voyait du coin de l'oeil, mais il ne bougeait pas encore. Sa patience semblait à bout par contre, il était tendu.
Revenir en haut Aller en bas
Précieuse
Wiccans
Précieuse

Identification
Emploi: Gérante des Plaisirs Coupables - Dealeuse de Sorts W
Age apparent: 36
Dangerosité:
Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Vote_lcap25/30Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle 160125120054759347  (25/30)

Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Vide
MessageSujet: Re: Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle   Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Icon_minitimeJeu 26 Sep - 22:32

Son arrivée eut l'air de déranger les deux protagonistes. trois, si elle comptait le garde du corps dont elle avait parfaitement capté le mouvement, étant donné qu'elle l'avait repéré un peu plus tôt. Apparemment, il n'aimait pas que l'on s'approche de trop près de sa protégée... Peut-être était-il interdit de la toucher ? Si ce n'était pas ça, c'était qu'il avait une relation avec cette jeune femme qui frôlait la perversité...

Un regard en direction de la petite brune, juste assez pour voir disparaître ses billes noisette derrière ses lunettes de mouche. A bien y penser, elle lui disait quelque chose...

Le Grand Mage le remercia d'un signe de tête avant de confirmer ses dires. La Sorcière lui rendit un clin d’œil amusé. Elle a-do-rait se jouer des plus crédules, c'était l'un de ses passe-temps favoris. Elle n'avait donc pas pu louper l'occasion alors qu'elle se présentait si facilement sous ses yeux.

Par curiosité, le regard vert d'eau de la wiccane descendit sur la photo. Elle reconnut instantanément la vampire, Tutrice de son état et qui avait failli accéder au titre de Maîtresse Vampire de la ville la plus outre des Etats-Unis. Dommage pour elle, elle était passée aux abonnés absents depuis bien longtemps. Si c'était elle que la gamine cherchait à retrouver, Précieuse lui souhaitait bien du courage...

La blonde haussa un sourcil en écoutant l'échange entre les deux autres d'une façon qui paraissait tout sauf intéressée. Voilà que le vieux proposait de discuter des détails dans son arrière-boutique (tout en suggérant à la gamine de demander des informations directement aux personnes qui semblaient en avoir... donc elle)... et cette petite idiote se contentait de supplier de l'aider, toujours en demandant l'usage de la Wicca. Ma foi, si elle ne posait pas de question directe, ce n'était pas Précieuse qui allait lui répondre, peu importe qu'elle apprécie ou non son petit numéro.

Elle choisit donc d'ignorer totalement l'intervention de la princesse et de se tourner vers le propriétaire de la boutique.


"Voyons, Cyan... Je respecte votre expertise, mais même quelqu'un de votre envergue ne pourra rien faire seul. Et vous le savez. Un sort de géolocalisation de cet acabit n'est à la portée d'aucun individu qui joue cavalier seul."

Un léger regard en coin, demi-sourire amusé aux lèvres.

"Nous avons cependant une connaissance commune qui n'est jamais contre un bon défi, encore plus lorsqu'il est magique... Et si c'est une vampire renégate recherchée par le Conseil des Vampires lui-même -et assez maligne pour lui avoir échappé pendant plusieurs années- qu'il vous faut trouver, nous ne serons pas trop de trois."

Non, elle ne leur laissait pas vraiment le choix. Ceci dit, c'était une fleur qu'elle leur faisait : Précieuse n'était d'origine pas si prompte à proposer son aide, aurait-on dit. Pourtant, elle était elle-aussi avide de défis, lorsque ceux-ci étaient assez intéressants et/ou amusants.

Pratiquer un rituel d'une telle envergure avec son collègue dealeur de sorts et le Grand Mage de la ville rassemblait certainement les deux critères.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3637-precieuse
Artémis Cyan
Wiccans
Artémis Cyan

Identification
Emploi: Libraire/Grand Mage de la Nouvelle Orléans
Age apparent: Une petite soixantaine
Dangerosité:
Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Vote_lcap19/30Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle 160125120054759347  (19/30)

Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Vide
MessageSujet: Re: Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle   Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Icon_minitimeSam 28 Sep - 13:07

Un mouvement de main, sec, est un moyen de communication relativement efficace. Il peut vouloir dire plusieurs choses, en fonction des contextes et des relations, mais peut s’avérer plus révélateur encore du point de vue d’un observateur extérieur. A fortiori, lorsque qu’un première personne fait un signe de main discret à une seconde personne, qui (quoique prête à se précipiter au secours de la première) est stoppée nette dans son élan.

Cyan vit la main de sa cliente, et remonta son regard un court instant sur le cinquantenaire du rayon cuisine avant de revenir à la conversation. Le Norme (quand bien même il serait en vérité métamorphe) ne présentait pas de menace véritablement sérieuse pour Précieuse ou lui : si Cyan devait, à un moment, se risquait à intervenir, ce serait probablement pour éviter d’avoir à faire sortir un cinquantenaire de sa boutique en brancard.
Quoi que soit l’actuelle relation entre sa cliente et l’amateur de « La cuisine du Curry : milles et un un mantras du bon chef », elle ne mettait pas sa cliente en danger.

Le vieil homme écouta la supplique de cette dernière – sans vraiment savoir si elle s’adressait à lui, à Précieuse, ou aux deux. Son cerveau, de son côté, travaillait tranquillement à mettre le doigt sur la familiarité que dégageait la jeune femme. Elle lui disait quelque chose, surtout depuis qu’il avait vu ses yeux. Il était bien incapable de dire quoi.

Le Grand Mage tenait, plus ou moins, une posture confortable de spectateur. Il ne semblait ni spécifiquement agacé, ni profondément intéressé, ni tout à fait inclus dans la conversation. Il se contentait d’écouter, avec une attention polie et toute la courtoisie dont il était capable, les deux jeunes femmes à son comptoir. Par la force des choses, lorsque Précieuse ignora royalement sa cliente pour se tourner vers lui, il suivit le flot de la conversation et n’intégra pas la Norme de suite.

Il y eut une bref étincelle, au fin fond de ses yeux bleus, tandis que la sorcière au Borsalino parlait. C’était rapide, et vite étouffé, mais Cyan était intéressé. Le magicien (comme les deux potentiels comparses qui s’annonçaient) n’était pas du genre à éviter les défis ou les essais un peu foireux voir dangereux, a fortiori lorsque l’on traitait de magie Wiccane. Au contraire, à vrai dire : explorer des falaises sans garde-fou était la façon dont il avait découvert la Wicca et dont il l’avait toujours pratiqué. C’était ce qu’il l’attirait, dans la magie. Une géolocalisation de cette envergure était impossible seul : il le savait, et lorsqu’il avait proposé de discuter de l’aide qu’il pouvait apporter, il envisageait surtout de voir si il lui était possible d’aider la jeune femme sans passer par la case « géolocalisation ».

Cyan marqua un minuscule temps de silence, lorsque Précieuse eut fini, puis sourit légèrement.

- Votre aide serait grandement appréciée, et nous permettrait d’aller beaucoup plus vite, si vous voulez bien nous l’apporter. Auriez-vous l’amabilité de l’appeler ? Pour voir si il est disponible, et si il est partant.

La fin de sa phrase était servie avec une légère pointe d’ironie. Cyan envisageait mal que le russe ne soit pas partant, mais il n’était jamais entré dans sa tête. Il n’était pas sûr de vouloir, d’ailleurs. Le vieil homme se tourna légèrement vers sa cliente.

- Un sortilège de géolocalisation est envisageable, mais pas sans une aide conséquente. Si vous ne voyez pas d’objections au fait de traiter avec plus d’un seul Wiccan, puis-je vous offrir une tasse de thé, ou autre chose, en patientant ? Discuter rémunération serait relativement peu productif, tant que l’on ignore combien nous serons.

Cyan ne regarda pas le cinquantenaire aux livres de cuisines, mais y pensa très fort.

- L’offre s’étend à votre chevalier servant, si vous jugez que cela puisse le détendre un minimum.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4627-artemis-cyan#75742
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Vote_lcap0/0Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle 160125120054759347  (0/0)

Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Vide
MessageSujet: Re: Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle   Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Icon_minitimeSam 28 Sep - 16:31

Tess avait un air pincé. Quel culot de ne pas l'inclure dans cette conversation, même si en soi elle ne comprenait pas grand-chose. À deux doigts de réclamer de se faire adresser correctement, elle se contenta de mordre sa lèvre inférieure. Ils n'avaient pas vraiment remarqué grand-chose et c'était l'avantage. Par contre le ton de Précieuse n'était en aucun cas discret et elle sentait la présence de Patrick, qui était à deux doigts de venir la récupérer ou même de questionner son jugement. Ça, elle n'aurait pas apprécié du tout.

Vampire renégate ? Conseil vampirique ? Elle était complètement embrouillée, mais le point principal de la conversation était qu'elle semblait recherché par la communauté Outre et si elle arrivait à trouver les quelques preuves suffisantes pour la lier au meurtre de son père, la communauté Norme l'aurait aussi. C'est tout ce qu'elle voulait finalement, mettre l'esprit de son pauvre père au repos.

'Je vais alors faire confiance à votre expertise'
elle hocha poliment de la tête vers la jeune sorcière et le Grand Mage 'une tasse de thé ne serait pas importune. Un peu de lait et sans sucre s'il vous plaît.'

Vu qu'elle était de dos à Patrick, elle n'avait aucune idée que celui-ci était présent et prêt à la faire sortir. En se retournant elle vit son visage quelque peu inquiet.

'Votre al...-'

'Patrick !' Tess l'a interrompue comme une malpolie, mais elle voulait garder un minimum d'anonymat.

'Je ne suis pas sûr de ce que vous êtes en train de faire, mais...-'

'Monsieur' elle se retourna brièvement vers le Grand Mage 'Patrick prendra une tasse de thé, 3 sucres s'il vous plaît. Pouvez-vous nous montrer où nous pouvons attendre ?'

Quand celui-ci leur montra un endroit où se poser, Tess y alla sans attendre Patrick qui de toutes les manières ne la quitta pas d'un cil cette fois. Une fois assis confortablement à attendre la tasse de thé, Tess pensait pouvoir s'expliquer, mais Patrick semblait un peu plus nerveux par cette situation :

'Est-ce en relation avec votre père ?'

'Oui' son visage était figé, elle n'allait pas s'effondrer, pas aujourd'hui 'je ferais ce qui est juste. Avec ou sans vous. Il le faut.'

'Votre... Ekhm... Mademoiselle. Je ne crois pas que ça soit une bonne idée, ces gens là peuvent être opportunistes et au moment où vous allez leur ouvrir la porte ils ne ressortiront plus jamais. Pensez à votre famille.'

'Ils ne pensent à rien d'autre qu'à eux, une personne en moins ne fera aucune différence' cette fois elle forçait, elle n'était pas entièrement au courant du risque, mais elle n'allait pas abandonner si facilement 'je le fais avec ou sans vous. Si vous décidez de partir je ne dirais rien à personne. Je compte aussi sur vous pour rester discret.'

Peine perdue, au fond elle savait que cet homme était avant tout loyal à la couronne et qu'il devait informer la famille si parfois elle dérivait vers ces histoires à dormir debout. Son visage semblait retenir une douleur et la princesse n'était pas entièrement sûr de ce qu'il lui arrivait, néanmoins ça n'a pas duré très longtemps.

'Mademoiselle' il se redressa sur sa chaise 'je ne vais pas vous laisser sans protection. Vous pouvez compter sur moi, je suis comme toujours à votre disposition.'

C'était assez pour elle. Savoir qu'il n'allait pas l'abandonner avec des gens qu'elle ne connaissait pas était un grand plus. Tess apprit à ne faire confiance qu'à sa famille, mais il fallait qu'elle fasse confiance que ces magiciens aient suffisamment d'expérience pour retrouver Magdalene Cardwell pour elle. Cette fois plus la possibilité de tourner en arrière, elle y est allé de son corps entier et entrainé son garde du corps avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
Précieuse
Wiccans
Précieuse

Identification
Emploi: Gérante des Plaisirs Coupables - Dealeuse de Sorts W
Age apparent: 36
Dangerosité:
Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Vote_lcap25/30Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle 160125120054759347  (25/30)

Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Vide
MessageSujet: Re: Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle   Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Icon_minitimeDim 6 Oct - 17:16

La gamine avait l'air vexé. Peu lui importait. Si elle souhaitait qu'on lui accorde plus d'attention, elle n'avait qu'à poser les bonnes questions. Précieuse était d'ailleurs beaucoup plus intriguée par son garde du corps que par la jeune fille elle-même. Ou par ce qu'elle cherchait à faire. Que pouvait-elle bien lui vouloir, à Bess Butler ?

Sachant que Cyan venait de proposer son aide, et qu'il était parfaitement impossible qu'il parvienne à localiser la vamp seul, Précieuse fit part de son propre accord. On ne voulait probablement pas vraiment d'elle, mais on ne disait jamais non à une entreprise réussie, même lorsqu'elle impliquait de pactiser avec des personnes qui ne nous plaisaient pas tout à fait, n'est-ce pas Mademoiselle ? Quant au Grand Mage, Précieuse n'avait rien contre lui et elle était convaincue que la réciproque était vrai. Après tout, si cela avait été le cas, il lui aurait certainement fait comprendre lors de ses visites précédentes.

De plus, elle devait avouer que l'idée de pratiquer en compagnie du membre le plus influent de sa communauté à a Nouvelle-Orléans avait quelque chose d'excitant... et elle était persuadée que la personne qu'elle s'apprêtait à contacter penserait la même chose.

Le propriétaire de la Plume Bleue lui répondit, acceptant son aide et faisant preuve d'une ironie qu'elle apprécia d'un demi-sourire amusé. Ils savaient l'un comme l'autre que Skyler était toujours partant pour à peu près n'importe quoi. Elle pointa du doigt le téléphone de l'autre côté du comptoir.


"Je peux ?"

Une fois un accord obtenu, qu'il soit verbal ou un simple signe de tête, la sorcière passa derrière la Princesse pour accéder au téléphone, tandis qu'Artémis lui expliquait les raisons de ce coup de fil. Elle était probablement passé un peu trop près... Assez pour que le garde du corps -qui paraissait jouer à "1, 2, 3, soleil !", s'avançant peu à peu tout en se figeant quand il sentait que sa maîtresse risquait de se retourner- prenne la parole.

'Votre al..-'

Venant de décrocher le combiné, Précieuse haussa un sourcil intéressé. Al... Il n'y avait pas des tonnes de titres honorifiques qui commençaient par cette syllabe. Si l'on se fiait à l'accent de la jeune femme et à la façon dont elle prenait son thé, ne restait plus beaucoup d'hypothèses. Sourire en coin, Précieuse ne fit pas part de ses déductions, se contentant de taper le numéro de la Red Square Pharmacy tout en répondant à son tour.


"Je me contenterai d'un thé noir, sans sucre, si l'offre s'étend également à moi, Grand Mage."

Quitte à prendre de la place, autant le faire bien. Dans le combiné, cela commença à sonner. Précieuse n'avait pas tenté d'appeler Skyler via leur artefact télépathique commun car elle savait très bien qu'il était hors de portée de l'objet : il bossait à la pharmacie aujourd'hui. Elle savait aussi que rien ne l'ennuyait plus que cela parmi toutes ses activités, si ce n'était les moments où il pouvait se moquer des patients par des répliques cyniques en observant l'ordonnance qu'ils tendaient.

Elle savait aussi qu'il prenait un malin plaisir à laisser sonner ce téléphone le pus longtemps possible pour voir qui, de lui ou de son interlocuteur potentiel, aurait le moins de patience. Ce pourquoi elle se contentait d'attendre qu'il daigne décrocher.

Suite à un temps d'attente interminable, donc, Skyler prit enfin l'appel. La voix traînante, c'était à peine si il prenait la peine d'articuler les mots. Ça en disait long sur l'état d'ennui dans lequel il était probablement plongé, à attendre des clients qui ne voulaient pas arriver, ou à s'occuper de ses stocks "vanilla". Il avait probablement terminé tout ce qu'il avait à faire pour le Talion, la W ou son trafic d'hormones personnel, si bien qu'il n'avait plus rien d'autre à faire que de jouer au "gentil" pharmacien. C'était rare, mais ça arrivait parfois.


"Red Square Pharmacy mouiii j'écoute ?"

On entendit l'amusement dans la voix de Précieuse lorsqu'elle répondit. Les trois autres étaient partis à l'étage. Elle n'avait donc aucune crainte que ses paroles soient mal interprétées.

"Père Castor, laisse-moi te raconter une histoire..."

Maintenant, il était intéressé. On l'entendit se redresser avant qu'il ne réponde :

"Ooooh ma Mère l'Oye, le son de ta voix n'a jamais été aussi doux. Raconte moi, j'ai HÂTE."

La wiccane sourit de son côté du combiné. Elle ne s'était pas attendu à moins de la part de son camarade.

"Figure-toi que je profitais d'une journée de calme pour lire tranquille à la Plume Bleue, quand une jeune fille est entrée, accostant le propriétaire pour demander un service qui ne se trouve pas au niveau des livres... Elle a l'air royal, l'accent de ceux qui vivent de l'autre côté de l'Atlantique, et est à la recherche de Bess Butler. Assez intéressant pour le moment ?
-Naaaaaaan... Tu te paies ma tête ? Une fesse-couronnée ?"


Pour Skyler, c'était le niveau encore au-dessus "cul-bétonné". Il avait pris son plus bel accent de York pour répondre, et l'avait même un peu exagéré.

"Oh my Queen... Bess Butler, carrément. Tu sais quoi ? J'arrive. C'est pas comme si... HEY ! Je ferme je viens de dire, du balai ! ... Quoi ? Mais je m'en FOUUUS que mamie soit en fauteuil roulant, bon sang, il y a une autre pharmacie à deux rues d'ici, sortez-vous les doigts du cul ! Nan mais c'est pas possible ça... Faut tout leur dire."

Précieuse hocha la tête avec un sourire satisfait, bien que consciente que son interlocuteur ne pouvait pas la voir. Elle savait que cela allait finir comme ça.

"N'oublie pas ton petit bijou télépathique. Cela risque d'être très intéressant. Je t'attends à l'intérieur de la librairie.
-Tu me connais."


Il n'aurait jamais oublié son artefact de télécommunication quand il savait que Précieuse était dans le coin.

"J'arrive dans quinze minutes, le temps de virer ces clampins et de faire le trajet.
-Parfait. A tout de suite."


La wiccane n'attendit pas plus longtemps pour raccrocher. Avec un soupir de contentement, elle entreprit de s'installer sur le comptoir en attendant l'arrivée de son acolyte. Oui, sur le comptoir, c'est à dire en posant ses fesses sur le bois et en croisant les jambes l'une sur l'autre, faisant tourner l'un de ses talons aiguille rouge dans les airs. D'une main, elle reprit son livre qu'elle avait posé non loin. Ne restait plus qu'à attendre l'arrivée de Skyler avant de monter rejoindre le Grand Mage, la Princesse et son Chevalier Servant. Cette journée s'annonçait tout bonnement passionnante.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3637-precieuse
Artémis Cyan
Wiccans
Artémis Cyan

Identification
Emploi: Libraire/Grand Mage de la Nouvelle Orléans
Age apparent: Une petite soixantaine
Dangerosité:
Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Vote_lcap19/30Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle 160125120054759347  (19/30)

Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Vide
MessageSujet: Re: Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle   Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Icon_minitimeSam 12 Oct - 20:20

"Je peux ?

-Je vous en prie, répondit le vieil homme avec un geste en direction du combiné, avant de se retourner vers sa cliente pour lui expliquer en deux mots pourquoi ils avaient besoin de l’aide de Skyler.

-Je vais alors faire confiance à votre expertise. répondit-elle avec un hochement de tête poli. 'Une tasse de thé ne serait pas importune. Un peu de lait et sans sucre s'il vous plaît.'

Cyan hocha la tête. Il passa en revue les thés qu’il avait à l’étage (une étagère entière de bocaux de verre remplis de feuilles séchées, à l’occasion aromatisées de pétales de fleur), sélectionnant rapidement un candidat. Il tourna la tête, cherchant apparemment quelqu’un parmi les rayonnages. Son attention fut rapidement ramené à la conversation.

'Votre al...-

-Patrick !'

Le libraire garda un visage de marbre. Le cinquantenaire avait a peine murmuré, mais suffisamment fort pour qu’il l’entende (et Précieuse aussi, sûrement). Il ne dit rien, et ne sembla même pas avoir entendu, mais un observateur attentif aurait probablement remarqué l’ombre d’un début de sourire et le frémissement de sourcil.
Soudainement, il devenait bien plus curieux. Il se serait bien risqué à un regard plus appuyé à sa cliente, mais ne souhaitait pas la gêner outre mesure.

'Monsieur.'

Cyan tourna immédiatement les yeux vers sa cliente. Il en profita pour graver le plus vite possible ses traits, et essayer de trouver une correspondance avec les têtes couronnées à l’accent correspondant.

'Patrick prendra une tasse de thé, 3 sucres s'il vous plaît. Pouvez-vous nous montrer où nous pouvons attendre ?

-Par ici, fit Cyan en indiquant du bras le fond de la boutique.

Il nota la commande de Précieuse en la gratifiant d’un hochement de tête, avant de prendre les devants pour mener sa cliente et son gardien (au vu des récentes conclusions, cela paraissait l’option la plus plausible) jusqu’à l’étage. Il s’arrêta néanmoins sur le trajet pour murmurer deux mots à un trentenaire aux traits un peu fatigué et aux cheveux châtains clairs, lequel hocha la tête. Cyan ne pouvait pas laisser la boutique vivre sa vie pendant qu’il était à l’étage à s’essayer à des rituels complexes : il lui fallait quelqu’un pour tenir la librairie.
Poussant une porte , le vieil homme accéda à la cage d’escalier en colimaçon. A peine eut-il posé le pied sur la première marche qu’il cessa de s’appuyer sur sa canne et grimpa au premier étage d’un pas souple. Il ne repris son bâton qu’une fois arrivé sur le pallier.

Il poussa une nouvelle porte, qu’il tint ouverte pour laisser entrer ses deux compagnons dans son appartement. L’endroit tout entier avait un style indubitablement vieillot, quoi qu’impeccablement tenu. Quelqu’un avait vaguement commenté avec humour que semblait avoir été refaite en 1920, mais l’affirmation ne semblait pas trop absurde à considérer (quoique l’aménagement en question ne datait que de quelques mois). Des lattes de bois du parquet aux étagères couvertes de livres, paperasse et bibelots divers, en passant par les flacons, fioles, alambics et plantes séchées, l’endroit semblait un véritable nid à Wiccan des années 30. C’était parfaitement au goût de Cyan, néanmoins.
Gelt surgit de derrière une bibliothèque et vint trotter jusqu’au libraire, qui le gratta affectueusement entre les oreilles. Il s’approcha des nouveaux arrivants, reniflant à distance respectable ces intrus. Une fois qu’il eut jugé qu’ils ne représentaient pas de curiosité ou de menace immédiate, il se mit à suivre le libraire comme son ombre. Ignorant la table à alchimie et les tabourets amassés autour ou dessous, le vieil homme les guida jusqu’à son bureau. Poliment, il leur indiqua le canapé avant de s’éclipser dans la cuisine.

Il était suffisamment loin pour ne pas pouvoir épier leur conversation, et pour leur être invisible. C’était mieux comme cela. Le vieil homme s’affaira à son comptoir, réfléchissant à ce qui était effectivement en train de se passer. Il mit l’eau à chauffer, et fureta parmi ses bocaux. Sa vie n’avait jamais été spécifiquement ennuyeuse, ou particulièrement normale. Mais il fallait admettre que lancer un sortilège de géolocalisation à la Nouvelle-Orléans, pour ce qu’il supposait très fortement être une princesse d’Angleterre, en compagnie d’une gérante de bar-cabaret et d’un pharmacien à l’humour sardonique, était une première.
Le vieil homme tira une cuillère, un filtre à thé métallique et un bocal rempli de thé d’un haut placard aux portes vitrées. Pensivement, il s’interrogea sur la raison de la venue de ladite princesse. Qu’est-ce qui pouvait bien nécessiter le déplacement d’une héritière du trône d’Angleterre (spécifiquement une des moins connues) dans un anonymat somme toute relatif à la Nouvelle Orléans ? Cyan passa en revu les derniers évènement ayant trait à la famille royale. Il n’en trouva aucun qui lui paraisse justification suffisante.

Lorsque les tasses furent prêtes, il les mit sur un plateau de bois. Tirant une aiguille de sa manche, presque sans y penser, le vieil homme laissa tomber une goutte vermeil de son pouce sur l’acessoire de bois, lequel s’éleva à peu près à hauteur de coude, flottant à ses côtés alors qu’il rejoignait ses clients. Le support se posa tout seul sur la petite table basse, devant le canapé avec un petit bruit. Cyan entreprit de remplir chaque tasse, et d’ajouter sucre ou lait en fonction des demandes. Il avait ajouté deux tasses pour l’instant vides et laissé du thé dans la théière fumant doucement, en attendant Précieuse et Skyler. Le libraire tira la chaise de son bureau avant de s’asseoir. Gelt vient docilement s’allonger à ses pieds, tête sur les pattes avant.

De toute évidence, elle ne pouvait pas être sous une quelconque mission officielle. La couronne d’Angleterre avait de quoi dépêcher d’autres agents que ceux à qui ont s’adressait pas « Votre Alt(esse) », spécifiquement à la Nouvelle Orléans, point de tension notable entre Normes et Outres. Cyan ignorait la raison de sa présence, et ce pourquoi elle cherchait la personne qu’elle cherchait. Mais visiblement, son gardien n’était pas particulièrement heureux à l’idée d’être là, ou de demander de l’aide au Grand Mage – le regard fermé et froid qu’il lui lançait en disait suffisamment long.

Cyan se pencha et prit sa tasse, sans sucre ni lait. Il souffla sur le liquide encore un peu fumant, avant d’en prendre une gorgée. Il lança un regard à sa cliente, l’air de rien. Quelques instants passèrent, puis le libraire reposa sa tasse.

-Du temps où mon étiquette était encore convenable, il me semblait que lorsque l'on s'adresse à une princesse, il faut attendre que la princesse choisisse le sujet de conversation.

Le ton était poli. L'ombre d'un sourire planait dans le coin de son sourire et dans ses yeux. Il était rare qu'il endosse la bonhommie de grand-père, mais c'était un trait qui pouvait à l'occasion ressurgir. Le vieil homme avait lâché sa phrase à la manière de ceux constatant le passage du temps, comme on remarque que les échecs et les voitures ne sont plus faits pareil. C'était une façon comme un autre d'annoncer en une phrase qu'il ne savait pas trop comment s'adresser à sa cliente, qu'il savait qu'elle méritait de se faire appeler Altesse et de vérifier leur réaction à tous les deux si il l'annonçait de but en blanc.
Cyan ne cherchait pas spécifiquement à cacher le fait que l'anonymat de la demoiselle était somme toutes relatif. Au mieux, il souhaitait à lui expliquer que ce petit morceau d'identité révélé était un fait, et qu'il faudrait composer avec.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4627-artemis-cyan#75742
Tess Cambridge
Normes
Tess Cambridge

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Vote_lcap0/0Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle 160125120054759347  (0/0)

Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Vide
MessageSujet: Re: Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle   Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Icon_minitimeLun 14 Oct - 16:37

La princesse ne savait pas vraiment à quoi s’attendre, cet environnement lui était complètement inconnu et sa connaissance en tout ce qui était Wiccan venait des séries télévisés ou des dessin-animés. Après que le Grand Mage ait laissé la voie libre, Tess hocha de la tête poliment et se trouva dans l’appartement. Elle se sentait à l’aise. Cet endroit qui était rempli de livres, de bibelots en tout genre et tout un tas de choses qu’elle ne pouvait qu’imaginer étaient des ingrédients pour les sortilèges donnaient une certaine excentricité à un appartement d’un vieil homme.

La brune vit le chien noir apparaître de derrière la bibliothèque, ne s’attendant pas à ça elle prit une inspiration brusque avant d’analyser qu'en fait ce chien n’était pas un Cerbère. Juste une sorte de vieux pépé qui était comme son maître : calme et à première vue sympathique. Il ne s’approcha pas de plus et Tess ne baissa pas son regard pour l’examiner. Les chiens n'appréciaient jamais qu’on les fixe, c’était quelque chose que son père lui avait appris quand il était encore vivant. Il n’avait pas l’air d’être un chien ultra territorial, elle ne se faisait pas autant de souci, mais un chien restait un chien.

Patrick remercia le Grand Mage pour son invitation à s’asseoir sur le canapé. Tess et son garde du corps échangèrent des mots assez animés et elle espérait qu’ils étaient assez discret. La Princesse était déterminée à trouver celle que l’on appelait Bess Butler, cette horreur qui devait à tout prix faire face à la justice pour la mort de son père et qui sait, pour la mort de plusieurs autres personnes. Sa mémoire retraça le moment où elle se regarda dans le miroir, dans les habits de cette femme… Elle était entièrement perturbée par ce qu’elle avait fait et cette image ne pouvait pas quitter son cerveau. Elle s’accouda et posa sa main délicatement sur ses lèvres, une envie de vomir l’avait prise après s’être rappelé l’odeur sur les vieux vêtements de la Vampire et l’odeur de son parfum sur ses poignets qui était resté depuis ce matin. La princesse reposa sa main sur l’accoudoir, comme si de rien n’était, mais elle était verte. Ce thé était la bienvenue, le plus vite possible.

‘Oh ciel !!!’

Elle s’exclama en s’enfonçant dans le canapé quand elle remarqua le plateau de bois léviter juste à côté du vieil homme. Patrick quant à lui ne bronchait pas, il semblait bien trop préoccupé à garder un œil vigilant sur les alentours et garder un regard ferme et froid. Il n’était pas particulièrement préoccupé par Artémis qui lui semblait être “réglo”, mais plutôt par les associés qui allaient les rejoindre. Le garde du corps ne voulait pas rentrer dans des conflits inutiles, ce n’était plus à son habitude, mais il allait protéger la jeune femme car il l’avait promis à la couronne. Le cinquantenaire savait que sa protégée n’avait aucune idée des problèmes dans lesquelles elle fourrait son nez.
Tess se calma assez vite, vu que Patrick ne semblait pas pour autant préoccupé. Elle récupéra assez vite sa tasse de thé avec un petit sourire nerveux.

‘Je vous remercie.’

À la première gorgée, elle sentait ce liquide chaud traverser son gosier et finalement arriver dans son estomac. C’était comme un calmant immédiat, sa nausée allait après tout se calmer. Ils étaient tous assis calmement jusqu’au moment où le Grand Mage prit la parole.

Quelque chose se brisa en elle une fois de plus. Son garde du corps n’était en aucun cas étonné qu’il ait deviné sa nature, que ça soit le fait qu’elle passe son temps avec quelqu’un qui devait garder un œil sur elle, ses lunettes de mouches, son accent royal, ou les plusieurs bourdes commise… Tess n’avait pas l’habitude de mentir, ni de garder des cachotteries et mentir par omission était à la même longueur d’onde que mentir tout court.
Était-ce nécessaire de continuer cette mascarade ? La princesse tourna sa tête vers Patrick pour un signe d’approbation car elle n’était pas entièrement sûre de son prochain pas. Ses yeux en disaient beaucoup, il ne voulait pas être dans cet endroit, mais semblait laisser les rênes à sa patronne. C’était tout bonnement pathétique, de ce fait elle enleva ses lunettes avec un grand soupir. À part Précieuse et son nouvel invité, elle doutait qu’il y ait d’autres personnes dans les alentours.

‘Votre étiquette est toujours convenable, monsieur’ elle hocha la tête et le fixait de ses yeux noisette ‘Cependant la mienne est particulièrement lamentable à ce moment. Permettez-moi de me présenter... Therese Catherine Elizabeth de Cambridge. Patrick O’Malley, mon assistant de longue date et garde du corps.’ elle tendit la main vers Patrick, qui lui hocha de sa tête poliment vers le Grand Mage.

En reposant sa tasse elle reposa une fois de plus la photo de la meurtrière sur la table basse.

‘Cette… Femme. Tout le monde ici la connaît sous le nom de Bess Butler, je ne sais pas si cela peut vous aider un peu plus, mais son vrai nom est Magdalene Cardwell. Mes recherches ont indiqué qu’elle était né en 1750 à Bristol. Présumé morte à York en 1775 dans la demeure de son mari à York. Je ne sais pas si cela va vous aider beaucoup à la retrouver, mais si vous avez besoin d’autres informations, je ferais tout mon possible…’

La mort de John Cardwell à New York en 2055 avait fait la une des journaux. Cependant elle ne savait pas à quel point ces gens suivaient les histoires de la famille royale et si Cyan allait vraiment aller faire un peu plus de recherches à ce sujet. Quoi qu’il en soit, Tess n’avait rien à cacher à présent, la main sur le cœur elle était prête à dire si quelque chose lui déplaisait et s’il y avait des sujets qu’elle ne voulait certainement pas aborder. Oui, garder le silence ou demander de ne pas aborder certains sujets était la meilleure chose à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Vide
MessageSujet: Re: Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle   Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Chroniques de la Princesse: Flora, Pâquerette et Pimprenelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE III : Les vieux quartiers ¤ :: ║La rue principale║ :: La Plume Bleue-