Qui est en ligne ?
Sur Discord, en ce moment.



 

Partagez
 

 L'heure du thé (encore)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Olivia Luz-Descalzo
Normes
Olivia Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Présidente d'une association de protection des animaux
Age apparent: 43 (ou moins)
Dangerosité:
L'heure du thé (encore) Vote_lcap12/30L'heure du thé (encore) 160125120054759347  (12/30)

L'heure du thé (encore) Vide
MessageSujet: L'heure du thé (encore)   L'heure du thé (encore) Icon_minitimeDim 1 Sep - 12:01

Le temps avait passé depuis sa dernière venue dans cette demeure. Olivia n'avait pas remis les pieds à la Mente Santísima depuis son rendez-vous avec Madame de Cléophase, qui s'était formidablement bien déroulé mais dont elle n'avait pas eu de nouvelles depuis. En un sens, cela l'arrangeait. Elle n'aimait pas particulièrement être tenue au courant des affaires du TPH.

Depuis que son fils en était devenu une cible particulière, néanmoins, ce non-intérêt typique de la méthode de l'autruche avait quelque peu changé. A présent, lorsqu'on lui demandait de faire quelque chose de plus pour l'organisation que de signer quelques chèques, elle faisait en sorte de tendre l'oreille, de prêter plus attention à ce qu'il se passait, au cas où elle entendrait une quelconque information concernant la traque personnelle que Juan et Darian menaient sur son fils. Ils étaient cependant bien trop futés (et conscients de la préférence "néfaste" qu'Olivia avait pour Esteban) pour laisser filtrer la moindre information sensible. Cela donnait au moins à la mexicaine une raison de venir sans trop se plaindre.

Car Juan continuait de faire appel à ses services en qualité d'hôtesse assez régulièrement pour qu'elle ait plusieurs fois eu envie de lui dire qu'elle n'avait pas que cela à faire. Mais c'était d'Olivia dont on parlait, pas de Luisa. Et Olivia finissait toujours par faire ce qu'on lui demandait. Sa dévotion à la famille Luz-Descalzo était peut-être légèrement égratignée par les divers événements, mais elle n'en restait pas moins fidèle. Elle avait été élevée pour cela, après tout.

Quand son beau-frère lui avait donc demandé d'accueillir un "ami de la cause" dans ce qui était considéré comme l'un des terrains du TPH à la Nouvelle-Orléans, la richissime héritière avait donc accepté. Elle ne connaissait pas cet ami. On ne lui avait donné que son nom, et quelques informations essentielles. Elle savait donc qu'il s'appelait Brandon Reed, qu'il arrivait d'un long voyage et qu'il souhaitait communiquer avec des membres de la branche. Cette dernière partie ne concernait pas Madame Luz-Descalzo, mais il n'y avait personne de meilleur qu'elle pour accueillir des invités, Juan le savait.

Elle s'était donc installée dans un des nombreux petits salon de la demeure, qui tenait aussi lieu de bureau. Le sol était recouvert d'un immense tapis persan dont le prix devait sans problème dépasser les quatre zéros. Le mobilier était d'époque, de style Louis XV. Des banquettes à la soie pastel attendaient sagement, autour d'une table basse, qu'on daigne se réunir et s'asseoir sur leur coûteux tissu. Des portraits austères, ronds et pleins de volutes, dardaient leurs yeux fantomatiques sur les nouveaux arrivants. On les aurait presque entendus murmurer leur jugement silencieux, non moins austère, et surtout impitoyable. Quant à l'horloge impressionnante posée sur une colonne dans un coin de la pièce, elle tiquait doucement, au rythme des secondes calmes et rangées. Elle semblait vouloir donner son accord permanent à la foule des visages impassibles qu'elle aidait à peupler la pièce. Il y avait également un immense bureau de bois massif, dont la chaise assortie était sagement posée contre le mur non loin. Personne ne devrait faire l'usage de ce mobilier aujourd'hui.

Sur la table basse se trouvait une théière en fonte prête à l'emploi, parmi une sélection de carafes en verre contenant des boissons de diverses couleurs. Olivia attendait également la venue de petits fours et autres mignardises, qui ne devaient cependant pas arriver avant leur invité : cela faisait mauvais genre, et impossible pour lui de savoir combien de temps la nourriture aurait passé à l'air libre. Il ne manquerait plus qu'il pense qu'il s'agisse de produits de mauvaise qualité !

Assise sur la banquette qui faisait face à la porte, Olivia attendait sagement qu'on lui annonce l'arrivée de son invité. Elle avait pour l'occasion revêtu une robe longue de couleur vert pomme, mettant en valeur sa peau mate et faisant ressortir ses cheveux noirs comme la nuit, dont elle avait élégamment attaché quelques mèches par une barrette en or massif, dégageant son visage. Les manches de la robe descendaient jusqu'au coude et ses poignets étaient ornés de plusieurs bracelets très fins, en or jaune également. Le seul bijou qui dénotait était probablement la croix en or blanc qu'elle portait autour de son cou, cadeau de son fils, et qui ne la quittait jamais. Elle était d'ailleurs présentement en train de jouer avec, ayant délaissé son livre quelques minutes plus tôt.

Dans un léger soupir, Olivia se leva et entreprit de faire un nouveau tour de la pièce, quand on frappa à la porte. Elle se dirigea donc vers celle-ci avec un sourire agréable sur le visage, pour ouvrir à une personne qu'elle reconnaissait comme l'un des gardes de l'entrée du domaine, qui avait dû accompagner leur invité jusqu'à elle. Elle le remercia d'un signe de tête poli. L'homme fit de même avant de faire demi-tour et de retourner à son poste, et Olivia se tourna vers celui qui était resté, souriante et se décalant légèrement pour lui permettre d'entrer dans la pièce.


"Monsieur Reed, je suis enchantée de faire votre connaissance. Je suis Olivia Luz-Descalzo. Je vous en prie, entrez et mettez-vous à l'aise."

Il ne pouvait pas avoir loupé toutes les histoires autour de leur famille. Darian, Esteban, les accusations et le procès en cours, la demande de divorce d'Olivia et la transformation subite d'Esteban, tout ce qui faisait les choux gras des magazines people depuis des années... Elle espérait simplement qu'il n'allait pas en faire mention. Ce serait particulièrement désagréable pour elle.
_________________
L'heure du thé (encore) 160501035808131258L'heure du thé (encore) 160501035809163644
L'heure du thé (encore) 160604104804728414
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3680-olivia-luz-descalzo
 

L'heure du thé (encore)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE IV : Autour de la ville ¤ :: ║En périphérie║-