Qui est en ligne ?
Sur Discord, en ce moment.



 

Partagez | 
 

 Mort de rire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Riley Thompson
Normes
Riley Thompson

Identification
Emploi: Secrétaire de la LEDO
Age apparent: 25 ans
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Mort de rire.   Lun 4 Fév - 14:16

Depuis que Riley vivait dans son propre appartement, seule, elle avait à faire face à tout un tas de choses, la principale étant l'ennui. Grâce à son travail, plusieurs heures de sa journée étaient comblées. Le dimanche, la messe lui en prenait quelques autres. Si elle se débrouillait bien, elle arrivait à aller à deux voire trois rendez-vous autour d'un thé dans le week-end, et au moins deux dîners en semaine. Ce qui laissait tout de même trois soirées de libre. Son congélateur commençait à déborder puisqu'elle y mettait les repas que lui apportait le cuisinier de sa famille. Elle pourrait peut-être les apporter à un sans-abri, au lieu de les entasser pour rien ici. Peut-être même qu'à force, comme un chien que l'on dresse, le sans-abri lui apprendrait deux trois trucs intéressants.
Elle n'aimait pas la télé, se contentant de regarder les informations, allait courir plusieurs fois par semaine, et même cela aurait pu devenir ennuyant si son esprit ne s'était pas envolé, une fois de plus, vers son travail. Ça avait commencé comme ça. Libre de toute contrainte, elle s'était aperçue que son esprit était capable de tentative d'humour – enfin, qui la faisait rire elle, mais qu'elle se gardait bien d'évoquer à voix haute. Humour noir sans doute, un brin pervers, lorsqu'elle s'était rendue compte qu'elle s'imaginait un test permettant de savoir de quelle race pouvait être l'homme avec qui sa mère aurait... Couché.

Réponse a... C'était un métamorphe. Pourtant votre fille a une pilosité normale. Réponse b... C'était un vampire. Pas sûre que ça fonctionne du coup.

Après une douche rapide, elle avait passé plusieurs heures à travailler sur ce stupide test, auquel seule sa mère aurait pu répondre, mais qui soulagea légèrement son humeur, sans qu'elle ait pu déterminé si elle avait été triste, maussade ou en colère. D'autres idées lui étaient par la suite venues à l'esprit. Des trucs stupides, mais qui avaient le bon goût de lui faire passer le temps et de la dérider un peu. Elle pouvait être ironique, se moquer des préjugés ou en inventer. Elle était libre de faire et d'écrire ce qu'elle voulait, parce que personne ne lirait jamais tout ça. Au départ, elle n'avait effectivement pas souhaité faire lire ses conneries mais, en lisant l'Organe, elle s'était dit que ça pourrait amuser d'autres gens. Alors elle avait envoyé un test exemple et sa candidature, tout en demandant l'anonymat si d'aventure le journal décidait de la publier. Pas sûre que sa famille apprécie ce qu'elle pouvait avoir à dire.

Depuis, elle prenait toujours son petit déjeuner en lisant le journal. Elle avait l'impression de ressembler à son grand-père et à son père sur ce point. La vie en solo avait ceci d'agréable, finalement, qu'elle pouvait passer première en tout, au lieu d'attendre les miettes que les autres laissaient. A son tour de laisser des miettes. Ou du thé. Le journal s'en retrouva aspergé. Elle dû remettre à plus tard la lecture de l'article qui avait manqué la faire s'étouffer. Lorsque les dégâts furent réparés, elle déchira la page du journal et parti au travail.
Toute la matinée, elle fut distraite, regardant dès qu'elle en avait l'occasion l'annonce. « Pompe funèbre du quasi vivant » ? Exactement le genre de choses qui soulevait la curiosité de Riley, maintenant qu'elle était en contact direct avec des Outres. Elle profita de sa pause pour faire son cv et expliquer pourquoi elle était intéressée par le poste. Tant pis pour son repas, ça lui donnerait l'occasion de mettre en œuvre son plan « apprivoisons un sdf ».

Faire des sloggans ne semblait pas être bien compliqué... Avec un bon stock de préjugés, elle devait pouvoir faire des merveilles. Et au besoin, un petit tour dans les étages inférieurs à observer les Outres venus à la LEDO, et elle aurait sûrement toute l'inspiration qu'il faudrait. Restait à voir si la propriétaire acceptait que Riley travaille en dehors des heures de son job officiel. Et sans que son nom ne soit cité aussi. Elle s'était inventé un pseudo pour l'Organe, même si elle n'avait pas de nouvelles pour le moment, elle pouvait bien prendre le même. Voilà qui permettrait de tromper l'ennui quelques heures de plus ! Et puis, qui sait ce qu'elle apprendrait grâce à ce job ? Évidemment, elle garderait pour elle que l'ennui avait une grande part dans son envie de trouver un autre travail, surtout pour sa famille. De toute façon, étaient-ils obligés de savoir ce genre de choses ? Elle allait simplement postuler quelque part. Rien de plus.


Citation :
Riley Thompson    
4538, St Ann St    
Nouvelle-Orléans
rilesbigne@gmail.com
Tél : 345-989-4545

A l'attention de Mme Velvet Blake
Pompes funèbres du Quasi Vivant
13 rue St Louis

Objet : candidature pour un poste de responsable de communication.
PJ : CV


Madame,

Votre offre dans l'Organe pour un.e responsable de communication dans votre entreprise de pompes funèbres m'intéresse fortement.

Actuellement secrétaire à la Ligue pour l'Émancipation et les Droits des Outres, je cherche à diversifier mes activités, et à développer ma plume. Pour exemple, un petit slogan pour vos clients Métamorphes : « Faite feu de tous poils ! ».

J'ai eu l'occasion de mettre en œuvre des stratégies de communication lors de mes différentes activités caritatives, et saurais m'adapter aux particularités de votre entreprise.

Je me tiens à votre disposition pour parler de tout cela de vive-voix (en-dehors des horaires de bureau si possible).

Riley Thompson.

Spoiler:
 


Dernière édition par Riley Thompson le Lun 4 Fév - 18:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4923-riley-thompson
Velvet Blake
Vodouns
Velvet Blake

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
16/30  (16/30)

MessageSujet: Re: Mort de rire.   Lun 4 Fév - 14:48

- Velvet, était une femme relativement occupée. Le travail dans l'industrie du cadavre lui prenait tout son temps il fallait l'avouer. Heureusement qu'elle aimait bien ça, sinon c'était elle qui aurait finit sur lune de ces tables en métal froid. Et la connaissant, elle se serait arrangé pour amocher son corps à tel point qu'une reconstruction traditionnelle aurait été impossible.
Mais heureusement pour elle, et celui qui s'occupera un jours de son cadavre, elle était passionnée par son travail !

Mais cela lui posait un problème. Comme chaque entreprise, il fallait faire de la communication... et sur ce point il y avait un problème. La communication n'était pas spécialement son fort, même si à l'oral elle était doté d'une éloquence sans pareille. De plus, son travail lui prenait beaucoup trop de temps. Donc rare les moment où elle s'ennuyait. ( Il était à noter que ces fameux jours tombaient très souvent les lundi, à croire que le dimanche était un jours tellement sacré que personne ne mourrait. Tout du moins à la Nouvelle-Orléans.) Rajoutez à cela son rôle de Mama Loca au sein de la communauté vodoun et c'était terminée.

Afin d'alléger un peu sa liste des tâches, elle avait donc posté une annonce dans le journal de L'Organe. Ainsi elle pouvait offrir un taf à quelqu'un qui en avait besoin... et qui serait motivé pour faire de la com' pour des pompes funèbres et là, ça devenait un peu plus compliqué fallait l'avouer.
Comme elle s'y attendait, peu de personnes répondirent à l'annonce... voir pas. Ce n'était pas étonnant. Faire des slogans pour des pompes funèbres ! Ah ! Quelle bonne blagues. Que pouvait-on faire d'attirant sur des pompes funèbres hein ?
Elle avait donc complètement oubliée l'annonce, jusqu'au jours où, en allant à sa boite aux lettres, toujours en peignoirs et un morceau de croissant à la bouche, elle reçut la lettre de cette fameuse Riley.

Au départ, elle n'y croyait pas elle même, mais que voulez-vous, l'improbable est toujours possible ! Et il fallait avouer que le petit slogan pour les métamorphe l'avait bien fait rire, cette personne était un génie, elle-même n'y avait pas penser. A cause de ça, elle avait bien faillit s'étouffer avec son reste de croissant... comme quoi la mort pouvait arriver à tout moment. C'en était même ironique. Le profil de la jeune femme était intéressant qui plus est... et n'aillant personne d'autre, elle décida de lui donner rendez-vous vers 19h à la morgue.

C'était hors du temps de travail de la jeune femme, ce qui était parfait normalement ! Elle-même n'avait rien à faire à cette heure ci... à part faire une dernière beauté à Jean-Claude Delcourt qui attendait dans le pseudo frigo réservé au cadavre. Mais elle avait toute la nuit pour s'en occuper, donc ce n'était qu'un petit détail, rien de plus. De toute façon, le pauvre homme était seulement mort d'un infarctus, rien de bien méchant en somme.

Il était presque 19h et elle était donc assise sur sa chaise de bureau, bouquin en main et clope au bec. Personne ne venait à cette heure ci, donc elle pouvait facilement se permettre ce genre de fantaisie. Enfin... tu parle d'une fantaisie ! Mais qu'importe, elle attendait cette fameuse jeune fille les jambe croisées sur son bureau. Elle était curieuse de voir à quoi elle pouvait bien ressembler.. tout en priant pour qu'il ne s'agisse pas d'une norme... par pitié pas une normes... Mais elle allait vite être déçue lorsque celle-ci fera son entrée au QUASI VIVANT...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4917-fiche-de-velvet-blake-surpri
Riley Thompson
Normes
Riley Thompson

Identification
Emploi: Secrétaire de la LEDO
Age apparent: 25 ans
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Mort de rire.   Lun 4 Fév - 19:00

Pas d'heures sup' pour aujourd'hui. A peine six heures avaient-elles sonné que son ordinateur s’éteignait pour la nuit. Elle enfila son manteau en descendant les escaliers, son sac changeant de main pour passer les manches. Elle jeta ici et là des « Bonsoir ! » sans attendre de réponses et se retrouva enfin dehors. Elle slaloma entre les passants jusqu'à atteindre l'arrêt de bus, à peine deux minutes avant que celui-ci n'apparaisse. Elle n'avait pas de montre pour vérifier l'heure et s'efforçait de ne pas sortir son portable de son sac. Elle avait tout calculé, s'il n'y avait aucun problème sur la route, elle aurait le temps de se changer avant que le taxi n'arrive devant chez elle pour l'amener dans le quartier français. Sinon tant pis, elle irait comme elle était, sauf qu'elle n'avait aucune envie d'aller en robe là-bas, surtout le soir. Elle savait s'esbigner uniquement si rien ni personne ne la retenait, et puis, vu comme en parlait son grand-père... Mieux valait passer inaperçue.

Enfin le bus arriva non loin de chez elle. Avec vivacité, elle sauta sur le trottoir et parti en courant. Tant pis si elle s'attirait quelques regards, elle avait rendez-vous ! Son appartement était parfaitement rangé. On aurait dit un appartement témoin plutôt qu'un lieu de vie. Parvenue dans sa chambre, elle enleva sa robe et la posa sur une chaise avant de farfouiller dans son armoire pour prendre le seul pantalon noir qu'elle avait, ainsi un haut et un pull blanc, sur lequel elle mettrait ensuite son manteau vert. Un chignon bas pour ses cheveux, et ça ferait affaire. Suffisamment habillée pour un entretien d'embauche – qu'il se déroule dans des pompes funèbres ne changeait rien au sérieux demandé – et suffisamment passe-partout pour ne pas attirer l'attention dans la rue.

Il était bientôt l'heure. Avant de sortir, elle retourna dans sa chambre afin de vérifier si ses vêtements cachaient bien ses livres. Savait-on jamais que quelqu'un de sa famille décidait de venir voir comment elle se débrouillait seule... Un klaxon l'averti que son taxi était là. Sac à main sur l'épaule, elle ferma à clé sa porte et s'installa. Avait-elle bien fait de conserver son téléphone ? Elle ne savait pas si quelqu'un la suivait constamment. Que penseraient-ils en voyant qu'elle allait dans le quartier français? Combien de temps leur faudrait-il pour comprendre qu'elle était allée dans une morgue ? Bah, elle verrait bien.

Le taxi s'arrêta une dizaine de minutes plus tard devant une jolie maison jaune. Impossible de le garder indéfiniment devant la porte à l'attendre – quoi qu'elle aurait pu se le payer, mais elle ne voulait pas retenir l'attention des habitants du coin. Si l'entretien durait cinq minutes, elle aurait l'air maligne, mais tant pis. La mine neutre, elle poussa la porte, ses yeux se posant immédiatement sur la femme installée au bureau. Elle referma lentement la porte puis s'avança, un léger sourire montant sur ses lèvres. « Bonsoir. Je suis Riley Thompson. » Elle tendit ensuite la main vers sa vis-à-vis et attendit la suite.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4923-riley-thompson
Velvet Blake
Vodouns
Velvet Blake

Identification
Emploi:
Age apparent:
Dangerosité:
16/30  (16/30)

MessageSujet: Re: Mort de rire.   Hier à 11:16

Ah... une norme. Du moins d'apparence, mais elle était sûre d'une chose, c'est que cette jeune fille n'était clairement pas vodoun. Elle se contenta donc de lever un sourcils parfaitement taillé en regardant au dessus de son bouquin. Elle était rousse, plutôt mignonne... et quelque chose dans son regard démontrait une certaine vivacité d'esprit.

D'un mouvement lent, mais non moins gracieux, elle décroisa le jambe et déposa son bouquin. Elle prit ensuite une dernière taffe qu'elle souffla vers le plafond puis déposé ses yeux vert anis sur la jeune femme. Ses lèvres charnue étaient étirées en un jolie sourire pendant qu'elle se leva enfin de sa chaise de bureau.

De sa démarche presque féline, elle se dirigea vers la rousse, suivie de près par le claquement de ses talons contre le parquet de la pièce.

"Velvet Blake, appelez moi V (prononcé en anglais). Je dois avouer que je m'attendais voir tout sauf une norme ici... à moins que je ne me trompe ?"

Elle fit signe à la jeune femme d'aller s'asseoir en face du bureau, où une chaise assez vieille trônait glorieusement avec son bois laqué de noir et son rembourrage jaune pastel. Le bureau en lui même était aussi sombre que l'assise, et ne parlons pas du siège de la patronne... noir de jais.

En un roulement de hanche, la belle femme de couleur retourna s'asseoir et prit dans sa main droite le CV et la lettre de motivation de la jeune femme.

"Donc vous vous battez pour nos droits... plutôt noble de votre part. Mais j'ai aussi vu que vous avez grand nombre de qualifications... j'ai bien peur que vous ne perdiez votre temps ici. Vous savez, travailler pour une morgue c'est pas l'feu et généralement vous avez une certaines image qui vous colle à la peau ensuite. "

Etait-elle entrain de tester la jeune femme ? Assurément. Elle voulait tester sa volonté. Mais il fallait avouer qu'elle ne mentait pas en disant qu'une image négative collait à la peau des croque-morts. Vous étiez forcément associés aux vodouns. Et pour un norme, ce n'était clairement pas un compliment.
Son regard avait un air sérieux, transperçant, comme si elle pouvait directement voir "l'âme" de la jeune femme. C'était perturbant quand on avait affaire à elle pour la première fois. Mais que voulez-vous, on s'y habitue après.

"Mais si vous êtes toujours motivée, je serai curieuse de voir quels autres slogans vous seriez prête à me proposer."

Sa voix, avait ce timbre profond qui était à la fois doux et mystérieux. Mais dans le cas de Velvet, sa voix était aussi tranchante qu'une lame... peut être était-ce dut à son regard semblable à celui d'un prédateur...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4917-fiche-de-velvet-blake-surpri
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Mort de rire.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mort de rire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE III : Les vieux quartiers ¤ :: ║Le vieux carré Français║ :: Les maisons du vieux carré-