Qui est en ligne ?
Sur Discord, en ce moment.



 

Partagez
 

 Autour d'une seule et même table ronde...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Matthew Williams
Métamorphes
Matthew Williams

Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
Autour d'une seule et même table ronde... Vote_lcap18/30Autour d'une seule et même table ronde... 160125120054759347  (18/30)

Autour d'une seule et même table ronde... Vide
MessageSujet: Autour d'une seule et même table ronde...   Autour d'une seule et même table ronde... Icon_minitimeMar 31 Juil - 14:21

L'organisation lui avait pris un temps considérable, mais, à force de patience, il avait réussi par finir à en voir le bout. Il avait fallu contacter les différents responsables de toutes les Communautés et, malgré la chance qu'il avait eu de rencontrer Jesse Coleman, le reste n'avait pas nécessairement été une partie de plaisir. Sur les conseils du Vampire, Matthew s'était tout d'abord consacré à contacter un certain Skyler Skinner. Le pharmacien était vraisemblablement un Wiccan qui lui servirait de point de contact avec la hiérarchie Wiccane que le Sachem ne connaissait pas. Ce petit tour des communautés lui fit d'ailleurs réaliser à quel point il n'était pas au courant des identités de ses homologues et que la réunion qu'il organisait aurait au moins le mérite de tous les présenter. Avec l'aide du Wiccan, il put faire passer son message au Grand Mage qui lui répondit, en un message particulièrement bien tourné et politiquement correct, laissant entrevoir une certaine... passivité. S'il répondait présent, il n'allait probablement pas faire beaucoup plus, mais peut-être ne fallait-il qu'une concertation commune pour motiver les plus pacifistes ? Certains de ses étudiants, versés dans l'art du Vaudou, le dirigèrent vers un dénommé Lincoln Greenwater que le Métamorphe entreprit d'aller voir en personne. Ils eurent une petite discussion, permettant à ce dernier de laisser également un message à l'attention de ceux qui dirigeaient la communauté Vaudou, puisqu'il fallait croire qu'il n'y avait, pour le moment, plus de Baron, ou de Baronne. La communauté Vampire fut la plus simple de toute, puisqu'au travers de Jesse, le message était passé de la manière la plus limpide qu'il soit. Tout au plus Matthew s'était fendu d'une visite auprès de la Maîtresse de la Ville, Ailin Dyce, pour confirmer le lieu et la date du fameux sommet extraordinaire. Le plus difficile avait été les Faës. Ne connaissant absolument rien à cette catégorie d'Outres, le professeur de géographie s'était laissé aller au conseil du Vampire : passer par Andèle, l'une de ses étudiantes, mais qui, au demeurant, n'était pas plus plus... pratique pour avoir une discussion des plus... constructives. Non pas qu'elle soit difficile, bien au contraire, mais, pour avoir eu l'occasion de parler avec elle de pays divers et variés, bien qu'elle demandait souvent des informations au sujet de l'Amérique du Sud et principalement de l'Equateur, avec une discussion... étonnante, dirons-nous, sur des papillons. Bien que la jeune femme semblait particulièrement charmante, se faire comprendre et la comprendre, semblait avoir été une épreuve particulièrement éprouvante. Et si elle était partie avec, entre les mains, un message rédigé de la main du Sachem à l'attention de l'autorité des Faës, il n'était pas clair, pour Matthew, que celui-ci parviendrait à destination...

Néanmoins, toutes les parties avaient été – normalement – conviées et il ne restait plus qu'à espérer qu'elles se montreraient en nombre. Car s'il avait l'assurance que deux d'entre elles répondraient à l'appel, il restait à espérer que la table ronde ne serait pas entourée de chaise vide. S'ils devaient décider d'actions communes, mieux valaient qu'ils soient tous présents pour avoir un certain poids dans le futur de la ville, voire davantage. En parallèle à ses tentatives de communication, plus ou moins efficaces, avec les dirigeants des différentes communautés, Matthew avait fait ce qu'il avait dit à Jesse en allant voir le Doyen de l'Université afin de lui demander s'il était possible d'organiser une telle réunion sur son Campus, lieu neutre par essence. Il n'eut pas particulièrement de réticence de la part du Doyen, si ce n'est une réserve sur la discrétion d'un tel événement pour éviter de créer d'inutiles vagues polémiques qui pourraient porter atteinte à l'établissement. Ce à quoi Matthew lui assura que, même si ce n'était pas une réunion secrète, les seuls concernés étaient au courant et qu'il n'y avait pas lieu de le crier sur les toits. Il fut donc décidé qu'une salle serait à disposition lors d'une nuit de la fin de ce mois de Juin. Salle que le Sachem investit lui-même en fin de journée le jour-même. La pièce, qui se situait au rez-de-chaussée d'un bâtiment légèrement à l'écart du Campus, offrait une discrétion tout à fait efficace et était suffisamment grande pour accueillir les participants et quelques uns de leurs accompagnants. Le Jaguar observa avec plaisir la grande table ronde qui se trouvait en son centre, autour de laquelle se trouvaient des chaises, qui, à défaut d'être des trônes, semblaient suffisamment confortables. On était loin d'un événement mondain, mais, pour parler du futur des Outres, au-delà du solennel, il fallait de l'efficace. Au pire, on le mettrait sur le compte du côté simple des Métamorphes... Le Doyen avait fait demandé à ce que l'on prépare un petit buffet le long d'un des murs de la salle, avec de quoi boire, de quoi grignoter et ce, à la grande surprise de Matthew, pour toutes les Outres. Aussi, il y avait une espèce de glacière avec, à l'intérieur, quelques sachets de sang de groupes divers, notamment. Au moins, il n'y aurait pas de quoi avoir la gorge-sèche. Il soupira doucement et, voyant que tout était prêt, décida d'attendre tranquillement, mais non sans nervosité, que les  principaux intéressés n'arrivent. Wiccans, Vaudouns, Vampires, Faës, Métamorphes... Beaucoup d'horizons et de cultures différents seraient autour de cette même table. Il fallait espérer que les manières resteraient cordiales.

Après un énième tour à l'extérieur pour prendre l'air, Matthew constata que le Campus s'était vidé. La nuit tombait. L'heure approchait. Quels allaient être les premiers ? Arriveraient-ils tous plus ou moins en même temps ? L'heure précise avait été donnée mais certains préféraient toujours s'annoncer avec de l'avance, d'autres, en revanche, se fendaient toujours de l'un ou l'autre retard. Sans compter qu'il y aurait sûrement des présentations à faire. S'il avait des noms en tête, il ne connaissait pas nécessairement les visages de toutes et tous... Il laissa sa Combattante gérer les arrivées de leurs invités respectifs, dont il lui avait donné les noms, tout en lui précisant que s'il y avait quoi que ce soit, elle devait venir le chercher, et rentra à l'intérieur. Dans la salle, il jeta un œil à la pendule. C'était l'heure.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
Artémis Cyan
Wiccans
Artémis Cyan

Identification
Emploi: Libraire/Grand Mage de la Nouvelle Orléans
Age apparent: Une petite soixantaine
Dangerosité:
Autour d'une seule et même table ronde... Vote_lcap19/30Autour d'une seule et même table ronde... 160125120054759347  (19/30)

Autour d'une seule et même table ronde... Vide
MessageSujet: Re: Autour d'une seule et même table ronde...   Autour d'une seule et même table ronde... Icon_minitimeMar 31 Juil - 18:56

La nuit tombait. L’heure approchait. Dans les rues de la Nouvelle Orléans, alors que la ville passait doucement de vie diurne à vie nocturne et que le soleil laissait lentement le ciel à la lune, Cyan avançait tranquillement. Il n’était pas encore en retard, et pouvait voir d’ici les bâtiments de l’Ambassade pointer au-dessus des toits. Sa canne, sur le bitume, émettait un bruit régulier et sec. Celui du fer contre l’asphalte, et du bois vibrant qui suivait. Il n’avançait pas très vite, même pour un infirme, déambulant tranquillement dans les rues. Main dans la poche, vêtu de sa veste bleue et sortant de chez le coiffeur, le vieil homme semblait pensif. Ses yeux froids ignoraient les gens qui passaient l’air pressé, rentrant chez yeux ; ils passaient outre les boutiques se fermant (ou s’ouvrant, en fonction de la marchandise proposée) progressivement, ignoraient les lumières filantes des voitures sur la route ; a vrai dire, ils semblaient captivés par le passage de macadam sous les pas du sorcier. De temps en temps, Cyan redressait la tête vers quelques visages qu’il ne voyait pas, ou surveillait de manière automatique le feu vert avant de traverser. Le magicien était ailleurs, perdu dans ses pensées et pourtant parfaitement capable de marcher sans se prendre un poteau.
Majoritairement, les gens avançaient dans la direction opposé, mais le flot se tarissait peu à peu (au fur et à mesure que se couchait le soleil).

Patientant à un passage piéton, le magicien jeta un regard rapide à l’oeil blanchâtre de la lune, qui commençait son ascension. Le Dieu laissait sa place à la Triple Déesse : c’était une bonne chose. Si quelque chose serait nécessaire à son rendez-vous, c’était la sagesse et la clairvoyance de la Déesse. Cyan reporta son attention sur la route.

La Triple Déesse avait de très nombreux noms. Dans le pays natal du magicien, elle était connue sous celui d’Hécate, déesse de la magie et des carrefours. Les diverses communautés Outres de la Nouvelle Orléans étaient sur le point de choisir quel embranchement de leur avenir suivre, et il était a espérer que la Déesse leur soufflerait le bon chemin si ils n’avaient pas la sagesse de le choisir eux-même. Distraitement, il toucha un bracelet couvert de runes à son bras gauche, censé porté chance dans la compréhension et la discussion. Autour de son cou, il avait aussi ajouté une amulette pour le succès dans les entreprises. Et il avait prié les dieux avant de partir. Au cas où.

Peu après son élection, Hansel lui avait appris avoir été contacté par le Sachem. Matthew Williams, chef de la communauté Métamorphe de la Nouvelle Orléans, avait organisé sur le campus une réunion entre les diverses hiérarchies Outres. Ce qui était une excellente chose, et plus précisément une chose nécessaire.
De là a dire que c’était une chose facile qui se passerait sûrement très bien, il y avait un sacré gouffre.

Le nouveau Grand Mage était très, très curieux. Il n’était en poste que depuis peu de temps, et n’avait rencontré presque aucune des têtes des communautés de la Nouvelle Orléans. Ce serait l’occasion de les voir en chair et en os, et surtout d’aviser qui mènerait tel politique et qui pourrait se faire allié ou ennemi potentiel. Hypothétiquement, une majorité ou une totalité d’alliés seraient un avantage non-négligeable.
Et puis ce serait l’occasion de rencontrer des Faës (peut-être pas aussi anatomiquement et scientifiquement que voulu, mais c’était déjà un début). Cyan était toujours très curieux de cette espèce passablement secrète d’Outres, et aurait aimé trouver un instant pour poser peut-être quelque questions à l’un d’entre eux.

Mais l’heure ne serait probablement pas aux frivolités ou aux questions de l’ordre de la science (… ou de la simple curiosité). L’heure serait aux discussions graves, aux calculs et aux plans. Cyan inspira rapidement. Bref.

L’Ambassade. Il n’y avait que très très rarement mis les pieds, ayant trouvé plus passionnant l’étude et la pratique de la magie à l’enseignement et la recherche de l’Histoire. Mais il fallait admettre que le bâtiment possédait une certaine superbe. C’était un bon choix, pour un lieu de réunion. Pas nécessairement très orthodoxe, mais tout de même.
Le magicien passa le portail du Campus, et s’avança sur les terrains de l’Université. Il était un peu perdu, mais supposa à raison qu’on avait laissé quelqu’un en arrière pour guider les nouveaux arrivants (quelqu’un, ou quelque chose. Il espérait jusque que ce ne serait pas les ballons qu’il voyait d’ici : rose à bois turquoises, attachés à une poubelle avec quelques rubans dorés). Aussi fut-il légèrement soulagé lorsqu’on l’aborda. Elle se présenta sous le nom d’Alice Mewryan. Il avait potassé autant que possible les noms importants des Communautés Outres, et oublier la Combattante aurait été… peut-être légèrement insultant.

-Bonsoir. Artémis Cyan, enchanté.

C’était à vrai dire à peine si il avait besoin de se présenter ou de développer la raison de sa présence dans l’université. Il fut emmené un bâtiment un peu à l’écart des autres et laissé devant la porte. Passant le seuil et avisant le Sachem qui attendait seul dans la pièce, le magicien nota la table ronde. En espérant qu’il n’y ait pas de siège périlleux autour de celle-ci.
Il s’avança, sa canne frappant le dallage, et tendit la main.

-Mr Williams je présume. Artémis Cyan, Grand Mage de la Nouvelle Orléans. Enchanté de vous rencontrer.

Le libraire se tendit légèrement. C’était assez… intriguant. Le visage du métamorphe lui disait terriblement quelque chose. L’alchimiste marqua un temps d’arrêt, et se mit à réfléchir à toute vitesse. Étrange. Il s’était déjà croisé. Sûrement. Restait à savoir où, et quand, puisque Cyan n’avait aucun souvenir d’avoir jamais rencontré le Sachem en personne.


Dernière édition par Artémis Cyan le Dim 5 Aoû - 22:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4627-artemis-cyan#75742
Ailin Dyce
Vamps
Ailin Dyce

Identification
Emploi: Maîtresse Vampire, ex-strip-teaseuse aux Plaisirs Coupables
Age apparent: 21 ans
Dangerosité:
Autour d'une seule et même table ronde... Vote_lcap25/30Autour d'une seule et même table ronde... 160125120054759347  (25/30)

Autour d'une seule et même table ronde... Vide
MessageSujet: Re: Autour d'une seule et même table ronde...   Autour d'une seule et même table ronde... Icon_minitimeSam 4 Aoû - 15:09

Ailin, depuis quelques années qu'elle était devenue Maîtresse Vamp, avait beaucoup à faire. C'était un travail à temps plein, qui demandait non seulement une veille politique et économique permanente, mais aussi d'organiser nombre de rendez-vous diplomatiques, de gérer des affaires, de régler des problèmes entre puissants mort-vivants, de nouer des alliances dans l'Ombre - ce qui était le principal travail de Jesse - et puis bien sûr aussi, de tenir la bride d'une communauté particulièrement prompte aux "bêtises". Le Conseil n'aurait pas apprécié que tout parte à nouveau à vau-l'eau en ce qui concernait la hausse passée des crimes vampiriques dans la ville. C'était pour cette raison précise qu'elle avait obtenu ce statut, et qu'elle n'était plus en train de danser chaque soir, dénudée face à la clientèle lubrique des Plaisirs Coupables. Il lui fallait donc aussi jouer le rôle d'assistante sociale - avant de déléguer ce qu'elle pouvait au tuteur, dont c'était le travail premier - d'enquêtrice, et d'inquisitrice implacable.

Ailin connaissait bien ces rôles. Elle avait été l'Ombre du Maître d'Atlanta pendant des décennies, si proche de lui qu'elle prenait souvent les décisions en sa compagnie. Sigmund avait toujours écouté ses avis, qu'il trouvait pertinents. Ils s'étaient montrés efficaces. Sans les manigances qui leur avaient valu ce qu l'on nommait dorénavant "la Débâcle d'Atlanta", ils auraient conservé titre, statut et réputation. C'était aussi pour cela que le Conseil avait choisi Ailin, malgré la punition qu'elle subissait encore au moment de cette décision inattendue. Elle avait l'expérience, les qualifications, et la diligence nécessaires pour tenir ce rôle.

Tout cela pour dire qu'Ailin ne se montrerait certainement pas en retard au rendez-vous : elle avait un emploi du temps chargé, qui ne souffrait pas d'être bêtement dérangé par des négligences inutiles. Cette rencontre avec les autres communautés était d'une importance majeure : il faudrait faire comprendre à certaines que leurs rôles dans cette histoire, bien que complémentaires, différaient. Il faudrait en convaincre d'autres qui s'étaient montrées particulièrement mollassonnes jusqu'à présent d'agir plutôt que de se laisser faire, par peur des représailles. Elle pensait notamment aux vodouns.

... Et aux faës, qui cependant lui laissaient une très étrange impression. Peut-être était-ce à force d'en côtoyer, et  de constater leur hypocrisie, le danger naturel qui émanait d'eux alors mêmes qu'ils n'étaient pas censés savoir mentir.

Depuis le récent changement de tête des Wiccans, de ce point de vue, la vamp était rassurée. Elle n'était d'ailleurs pas la seule : du peu qu'elle avait eu le temps de croiser Précieuse et Skyler depuis, les deux lui avaient exprimé leur satisfaction quant au remplacement d'Hansel par un nouveau venu un peu plus dynamique. Artémis Cyan. Elle s'était bien évidemment renseignée sur lui aussi vite qu'elle avait pu et de ce qu'elle avait pu comprendre du personnage, elle pressentait de bien meilleurs résultats que prévu, du côté des mages de la nature.

En ce qui concernait les mages de mort, par ailleurs, ce ne serait pas Lincoln Greenwater le problème. L'homme n'était là que pour servir de porte-parole à une sorte de Conseil qui le tenait - soyons poli - par la peau du cou. Pour des raisons évidentes, c'était quelque chose qu'elle concevait très bien, et c'était peut-être l'un de leurs majeurs soucis : Lincoln n'allait pas pouvoir faire grand chose tout seul. Surtout si son avis n'était pas majoritaire. Ce qu'il leur fallait réellement, c'était court-circuiter le pouvoir de ce Conseil incompétent en tentant, peut-être, d'inciter les vodouns à se doter d'un nouveau Baron, plus ouvert d'esprit que cette bande de couards décérébrés - c'était à croire qu'ils avaient oublié les années  2010, puis celles qui avaient suivi.

Elle avait fait toute cette réflexion en amont, partageant avec Jesse ses déductions, afin de recueillir son avis toujours très pertinent et très rafraîchissant. Sa vive intelligence était une bénédiction. Sa jeunesse en était une autre : non seulement cela leur permettait d'être sous-estimés, et de ce fait, de bénéficier d'un avantage stratégique, mais Jesse lui permettait de voir et de comprendre des choses sur cette société nouvelle qu Ailin, trop ancienne, n'était pas capable de voir ou de comprendre avec la même acuité. En cela, il modérait ses manières parfois inadaptées au monde actuel. C'était exactement ce que Sigmund avait fait avec Ailin à l'époque, quand les rôles étaient inversés. Ils avaient été obligés de changer d'équipe, mais le dicton restait presque inchangé : on ne changeait pas une stratégie qui gagne.

La Maîtresse Vamp s'était glissée dans une voiture de fonction plus discrète que certaines qu'elle utilisait lors de sorties bien plus médiatisées. Son principal garde du corps, Vincent, était au volant. Elle jugeait n'avoir besoin de personne d'autre et comme à son habitude, évitait de mêler ce Gauthier au plus gros de ses affaires. Elle préférait faire sans lui plutôt que de risquer d'être espionnée, ou de le laisser mettre en place un quelconque plan d'assassinat. Par ailleurs, quand elle le pouvait, elle le faisait étroitement surveiller par Ludwig afin de s'assurer que ce parasite ne fasse rien de fâcheux en son absence. Et c'était sans compter les moyens qu'elle avait déployés pour être certaine de n'être sous aucune surveillance d'ordre magique.

Arrivée sur le campus, Ailin ouvrit sa porte elle-même : Il était question d'une réunion discrète. Nul ne savait encore ce que serait son issue, et les communautés outres comme normes étaient déjà suffisamment échauffées en l'état. Autant que possible, il leur fallait éviter de se faire remarquer. Pour cette raison elle avait demandé à Vincent de s'arrêter aussi près du bâtiment qu'il en était capable. Ses longs cheveux blonds étaient laissés libres sur ses épaules, mais elle n'avait aucunement pris la peine de les décorer. Elle ne portait d'ailleurs aucun maquillage, comptant sur l’ambiguïté de ses traits pour lui fournir une certaine forme d'anonymat. Il était tard, le campus était relativement vide... Mais il ne fallait pas oublier que l'Université  mettait à disposition de ses étudiants vamps des cours de nuit. Une population tout autre n'allait pas tarder à déambuler dans les couloirs des facultés. Justement de ce genre de population qu'il lui fallait absolument éviter de croiser.

... Sans compter qu'il suffisait d'un étudiant un peu trop perspicace, qu'il fut norme ou outre, pour qu'une rumeur fortuite s'étende en quelques heures au-delà de tout contrôle. Certains avaient la chance d'être peu représentés sur la scène médiatique néo-orléanaise, et/ou d'avoir une bonne raison de se présenter à l'Université. Ce n'était pas le cas d'Ailin. D'autant plus que la Conférence de Presse concernant le Bonbon Soleil approchait à grands pas, et qu'on avait tendance à trop parler d'elle en ce moment pour qu'il lui soit aisé de sortir sans être reconnue.

Malgré tout, sous son trench-coat beige unisexe, elle aurait aimé être en mesure de porter ses habituelles robes, dans lesquelles elle se sentait bien mieux. Le manteau ne traînant pas jusqu'au sol, il lui avait fallu abandonner cette idée et se contenter plutôt de la garde robe qu'elle gardait de ses années passées aux Plaisirs Coupables. Sur la fin, grâce à Skyler et à Jesse, c'était devenu nettement moins désagréable, et elle s'était même montrée prête à faire des apparitions surprises sur la scène de son ancien travail, une fois son statut de Maîtresse pris en main, et bien entériné. L'arrivée de Gauthier avait évidemment retardé ces petites séances d'amusement...

... Et le contexte était ici très différent. Elle portait donc un pantalon noir très sobre, à la coupe parfaite mais qui soulignait exactement tout ce qu'elle cherchait à masquer en temps normal. En dessous, on trouvait l'un de ses anciens pulls à col roulé crème. Seule touche de folie qu'elle s'était permise : la bague en diamant si "généreusement" offerte par le Comte Honoré Duhamel lorsqu'il avait essayé de la soudoyer pour qu'elle ferme les yeux sur ses crimes. Celui là-même qui s'était retrouvé privé de sa tête en fin de cérémonie, obligeant Léonard - son ancien Majordome - à nettoyer les dégâts causés par la hache aiguisée de Mia, encore Bourreau de la Nouvelle-Orléans à l'époque.

Elle cachait actuellement cette main dans une poche et le ferait jusqu'à être arrivée à destination. Ses choix prudents eurent l'effet escompté : personne ne se retourna sur son passage. Pas même un ancien client des PC - ce qui à ce stade était le risque majeur.

Elle fut accueillie par une vieille connaissance. Alice, la Combattante, lui jeta un regard noir, mais elle était bien obligée de se tenir calme étant données les circonstances. Mewryan et elle avaient un passé commun très houleux et la métamorphe avait de bonnes raisons de lui tenir certaines rancœurs, mais elles n'étaient pas ici pour régler leurs querelles personnelles. Ailin lui décocha son plus beau sourire d'ironie polie, et puis rien d'autre que le silence : Alice la conduisit jusqu'à la pièce où attendaient déjà deux personnes.

Ailin les dévisagea brièvement. Le Sachem, évidemment, et puis ce fameux Cyan. Le pas souple, et sans quitter son sourire de politesse, Ailin s'approcha des deux autres et sortit enfin de sa poche la main ornée du fameux bijou, qu'elle tendit afin de saluer correctement les deux autres chefs de Communauté.

"Matthew, enchantée de vous revoir. Vous connaissez déjà mon second, Jesse Coleman. Il devrait arriver d'ici peu. Comme vous devez le savoir, Jesse est actuellement occupé par un cours qui devrait s'achever bientôt... si ce n'est pas déjà fait."

Puis elle offrit son attention à Cyan, qu'elle salua à son tour d'un bref mouvement de tête.

"Vous devez certainement être Artémis Cyan... J'ai entendu parler des élections récentes au sein de votre communauté. Toutes mes félicitations pour votre accession au statut de Grand Mage... Et pour avoir réussi à si bien discourir dans des circonstances avec lesquelles ils paraissait pour le moins délicat de composer."

Le regard rieur, elle précisa presque immédiatement :

"Ailin Dyce, actuelle Maîtresse Vampire de la Nouvelle-Orléans. Enchantée de faire votre connaissance."

Son apparence laissant actuellement plus que planer le doute - même si tout le monde était censé savoir que le chef Vampire du moment était une Maîtresse, pas un Maître - elle préférait éviter que quelqu'un l'appelle accidentellement "monsieur" sous prétexte qu'elle avait décidé de jouer la carte de la discrétion.
_________________
Autour d'une seule et même table ronde... 160501035808612313Autour d'une seule et même table ronde... 16050103580851784
Autour d'une seule et même table ronde... 160501035807273952Autour d'une seule et même table ronde... 160501035809753002
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3339-ailin-dyce
Lincoln Greenwater
Vodouns
Lincoln Greenwater

Identification
Emploi: Maître des Poupées
Age apparent: 52 ans
Dangerosité:
Autour d'une seule et même table ronde... Vote_lcap14/30Autour d'une seule et même table ronde... 160125120054759347  (14/30)

Autour d'une seule et même table ronde... Vide
MessageSujet: Re: Autour d'une seule et même table ronde...   Autour d'une seule et même table ronde... Icon_minitimeSam 4 Aoû - 23:14

Le moins qu'on puisse dire, c'était que Lincoln était stressé. Et il n'était pas dans ses habitudes d'être stressé. Ce n'était d'ailleurs pas dans les habitudes de la majorité des Vodouns et vaudouisants d'être stressé...

Mais voilà, l'heure approchait, et avec elle un rendez-vous auquel le vieil homme hésitait encore à se présenter.

Quelques semaines en arrière, il avait été approché par un jeune homme d'une vingtaine d'années qu'il ne connaissait pas. Il s'était présenté comme Matthew Williams, le "Sachem" (Ce que Lincoln supposa être le chef) de la communauté Métamorphe néo-orléanaise. Sans doute possible le regard de Williams trahissait une sagesse qui démentait son âge et, Lincoln le savait, les Métamorphes ne vieillissaient pas de la même façon que les Normes.
Quoi qu'il en était, le Sachem lui avait parlé d'une réunion qu'il souhaitait organiser, avec toutes les têtes pensantes des divers Outres de la Louisianne. Lincoln lui avait calmement expliqué qu'il n'était en charge de rien du tout si ce n'était de ces propres oignons, et qu'il n'était pas en mesure de prendre une telle décision seul. Ne pas avoir de Baron ou de Baronne rendait tout plus compliqué. Ils avaient constitué ce "Conseil provisoire" majoritairement pour rassurer les Vodouns et vaudouisants qui ne savaient plus trop à quel Loa se vouer. Mais le fait était que ni lui ni aucun des autres membres, pourtant tous des Houngans ou Manbos illustres, n'avait jamais eut l'ambition de diriger. Malheureusement pour lui, les autres conseillers s'étaient visiblement tous mit d'accord pour pratiquement la politique facile de l'autruche, en ne prenant que les décisions les moins susceptibles de les obliger à réfléchir.
Des décisions de trouillards et de paresseux...
Il avait donc remonté au "Conseil", mais comme il s'y attendait aucun ne souhaita prendre lui-même la responsabilité d'intervenir dans une telle réunion. Aussi la tâche échoua-t-elle à Lincoln. Il n'en était pas particulièrement ravi, mais au moins aurait-il peut-être la possibilité de faire entendre un son de cloche différent de celui que prônait le "Conseil". Encore fallait-il tâter le terrain, et s'assurer que des paroles plus véhémentes ne feraient pas tâche autour de la table...

Lincoln avait petit à petit pris conscience du fait qu'il était quelqu'un de bien insignifiant au vu de ceux qui seraient ses interlocuteurs. Grand Mage Wiccan, Maîtresse Vampire, Membre du Conseil Faë, et enfin Sachem Méta. Que des titres avec des majuscules, mais surtout les responsabilités qui vont avec.
Oui Lincoln était de temps en temps encore appelé par son titre de Maître des Poupées, mais la plupart du temps c'était Lincoln ou monsieur Greenwater. On lui donnait rarement du vous, les salutations se résumaient à un hochement de tête entendu, et généralement on se contentait simplement de l'ignorer. Ce qui lui allait très bien!

Encore peu rassuré par ce qui l'attendait là-bas, il prit néanmoins l'initiative de lever le camp, il n'aurait pas fallut faire attendre les grands pontes des Outres de la Nouvelle-Orléans.

L'Université de l'Ambassade était un bâtiment majestueux, et alors que l'heure approchait et l'obscurité s'emparait de ses murs, son ombre semblait écrasante. Il passa les grilles, et s'avança le long des allées, jusqu'à croiser une jeune femme qui semblait l'attendre. Elle se présenta comme étant Alice Mewryan, et le fit entrer dans le bâtiment où il pu constater la présence de déjà trois personnes.
La première était sans conteste Williams, le Sachem. La seconde était à peu près de son âge semblait-il, mais paraissait en bien meilleure forme physique que lui. Il hésita quelques instants, mais pencha finalement pour le Grand Mage, n'ayant pas encore été saisi par cette étrange sensation dont il avait fait l'expérience en présence des Faës.
Enfin la dernière était probablement la plus singulière. Il eut un moment d'hésitation, une légère confusion venant troubler son jugement. Il semblait que la Maîtresse Vampire (Car son teint ne faisait aucun doute) ait d'autres secrets que de simples intrigues vampiriques.
Un peu perdu quant au protocole attendu pour les différents représentants, il se contenta d'une petite courbette pleine de raideur.


"Madame" Dit-il à l'attention de la Maîtresse Vampire, qu'il avait décidé d'appeler par le titre et le genre qu'elle semblait vouloir qu'on utilise. "Messieurs" enchaîna-t-il pour le Grand Mage et le Sachem.
"Je me présente, Lincoln Greenwater, humble Vodoun et émissaire du Conseil provisoire de la communauté de Louisiane."

Il hésita un instant, mais voyant que le silence s'éternisait, il sortit une pipe de sa poche et jetant un regard interrogateur à ses trois interlocuteurs, enchaîna: "La fumée dérange-t-elle quelqu'un?"

Pas terrible comme phrase d'accroche, mais il était tendu comme un string et tirer quelques bouffées de ganja lui permettrait de se remettre les idées en place...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3722-lincoln-greenwater
Jesse Coleman
Vamps
Jesse Coleman

Identification
Emploi: Chargé de cours/ Doctorant
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
Autour d'une seule et même table ronde... Vote_lcap14/30Autour d'une seule et même table ronde... 160125120054759347  (14/30)

Autour d'une seule et même table ronde... Vide
MessageSujet: Re: Autour d'une seule et même table ronde...   Autour d'une seule et même table ronde... Icon_minitimeLun 6 Aoû - 0:22

La réunion avait finalement été arrêtée.

Ayant plus ou moins participé aux prémices de son organisation, Jesse ne fut pas surpris quand Ailin lui confirma que Matthew Williams était passé pour l'informer du lieu, du jour et de l'heure  de la réunion. Certaines des informations lui avaient arraché un sourire ironique. Le lieu, notamment.  il semblait que le Doyen avait effectivement décidé d'aider, mais dans une discrétion qui, somme toute, était plus coupable qu'autre chose.

Il s'était rapidement rendu compte ensuite que l'horaire prévu débordait sur l'un de ses cours. Puisque le mot d'ordre de cette réunion était la discrétion, hors de question qu'il l'annule. Il serait donc présent, comme le souhaitait Ailin, bien qu'un peu en retard.

Il n'était pas tout à fait certain que Matthew ait compris quel était son rôle au sein de la hiérarchie vampirique... mais si la réalisation se faisait ce soir, nul doute que la Maîtresse saurait la lui raconter dans les moindres détails.

"Ce sera tout pour ce soir. La semaine prochaine nous nous intéresserons aux relations interpersonnelles. Cathy et Leo, vous nous présenterez votre exposé sur le sujet, puis nous débattrons ensemble. Bonne soirée."

Le bruit des chaises tirées se firent entendre, comme à toute fin de cours qui se respecte. En tant qu'assistant-professeur, Jesse était en charge de plusieurs cours, notamment ceux d'introduction aux sciences comportementales. C'était ce qui lui permettait de poursuivre ses recherches.

"Monsieur Coleman ?"

Une fois répondu aux questions de dernière minute, le vamp se dirigea tranquillement vers le bâtiment. Inutile de perdre du temps à se changer ou déposer ses affaires, il portait donc un pantalon droit noir et une chemise lavande dont il avait ce soir remonté les manche sur ses avant-bras, non pas à cause de la chaleur, mais parce qu'il lui arrivait régulièrement d'effacer le tableau avec ses mains et qu'il détestait tâcher sa chemise avec ce tic. Sac en bandoulière, il frotta ses mains l'une contre l'autre pour nettoyer rapidement ses mains, avant d'arriver en direction du bâtiment. Une silhouette paraissant faire le guet, attendant les invités pour les guider à travers le campus. Le doctorant l'arrêta d'une main levée lorsqu'elle s'avança vers lui.

"Je connais le chemin, je vous remercie."

Inutile qu'Alice Mewryan perde du temps à le guider, il connaissait probablement le coin mieux qu'elle. Il arriva donc sans encombre devant la porte de la salle à laquelle il frappa avant d'entrer.

Son regard se posa tout d'abord sur Ailin, à qui il adressa un imperceptible haussement de sourcil : il n'avait presque plus l'habitude de la voir ainsi vêtue. Jesse salua ensuite Matthew d'un signe aimable de la tête, puis les deux autres, qu'il reconnaissait comme le Grand Mage récemment élu dont le visage avait fait la Une des journaux et le représentant de la communauté vodoun -il n'avait pas l'odeur caractéristique des faës. Il leur tendit la main à chacun.

"Je vois que je ne suis même pas le dernier arrivé ! Jesse Coleman, second de la Maîtresse Vampire, enchanté."

Ne manquait donc plus que le(s) représentant(s) faë(s). Mais allait-on vraiment les attendre pour commencer ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4467-jesse-coleman
Matthew Williams
Métamorphes
Matthew Williams

Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
Autour d'une seule et même table ronde... Vote_lcap18/30Autour d'une seule et même table ronde... 160125120054759347  (18/30)

Autour d'une seule et même table ronde... Vide
MessageSujet: Re: Autour d'une seule et même table ronde...   Autour d'une seule et même table ronde... Icon_minitimeMer 15 Aoû - 12:17

Matthew était quelque peu anxieux. D’abord parce qu’il allait rencontrer tous ses homologues – ou presque – et qu’il n’en connaissait pas la plupart, exception faites, assez ironiquement d’Ailin Dyce. Même le Grand Mage de la Communauté Wiccane avait changé à la dernière minute, même si on lui avait fait transmettre un message du nouvel élu qui lui confirmait qu’il serait bien présent, conformément à ce qu’avait initialement prévu l’ancien Grand Mage. Une légère angoisse à la lecture de l’annonce dans les journaux qui s’était finalement levée mais qui n’avait pas eu le mérite de lui apaiser l’esprit. Qui plus était, s’il avait initié cette rencontre, il espérait ne pas se retrouver à en être le seul moteur. Cette consultation commune était l’occasion de croiser les différents points de vue ainsi que les ressentis par rapport aux nouvelles législations en vigueur à la Nouvelle-Orléans ainsi que, dans le meilleur des mondes, de prévoir un projet commun afin de lutter contre elles et d’essayer de regagner leurs droits, actuellement bafoués. Malheureusement, le Sachem n’avait pas particulièrement réponse à tout et comptait sur ses confrères pour apporter de nouveaux points de vue sur la question et apporter leurs pierres à l’édifice dont il avait fait l’effort de préparer les fondations. S’il avait des amorces de suggestions, il n’avait pas grand espoir de pouvoir mener les débats sans que les participants n’y mettent du leur. Et c’était ce qui l’inquiétait le plus. Allaient-ils participer ou simplement se contenter d’observer ? Attendraient-ils un signe de bonne volonté commune avant de s’engager ou feraient-ils un pas en avant en bonne foi ? Le Métamorphe espérait que sa propre initiative pousserait les autres à faire de même, mais il ne pouvait pas les forcer. Malheureusement, l’heure n’était plus à la réflexion intensive, ni au doute.

Les premiers pas se firent entendre dans le couloir. A l’ouïe, une canne accompagnait les bruits de pas. Prenant une inspiration tandis qu’il jetait un dernier regard aux préparatifs, Matthew se tourna vers le premier arrivant qu’il n’avait personnellement pas croisé avec cette réunion, lui indiquant qu’il s’agissait soit d’un Faë, soit, ce qui semblait le plus… logique si l’on se fiait aux apparences, au Grand Mage. Mais au-delà de cela, le Sachem eut comme une mauvaise impression de déjà-vu. Néanmoins, il s’en affranchit rapidement, rompant la distance entre son invité et lui, sa main tendue rejoignant celle de son homologue dans une poignée franche et sans faux-semblants. « Le plaisir est pour moi, Mr Cyan. Mes félicitations pour votre élection et merci d’avoir accepté d’honorer les engagements de votre prédécesseur. » Il n’arrivait pas à se défaire de son impression mais tâcha de garder cette remarque pour lui. Ils auraient tout le temps d’éventuellement évoquer cette bizarrerie une fois la réunion terminée. « En attendant, il y a quelques rafraîchissements sur le côté, si vous le désirez. » Mais ils n’eurent pas particulièrement besoin d’attendre longtemps avant qu’une nouvelle personne se présente. Le Sachem reconnut rapidement la seule tête connue de la soirée : Ailin Dyce, la Maîtresse Vampire. Il serra sa main dans un sourire franc, particulièrement soulagé de sa présence. « Enchanté également Ailin. » Matthew avait eu du mal à s’habituer à appeler la Maîtresse de la Ville par son prénom, pour des raisons évidentes de politesse et des raisons plus… personnelles, mais l’habitude avait fini par l’emporter. Il nota l’information au sujet de Jesse sans en prendre ombrage, il aurait été malvenu de soudainement s’absenter, d’autant que, s’il était présent sur le Campus pour un cours, il ne serait probablement pas tellement en retard. Ce fut finalement Lincoln qui se présenta ensuite. Comme convenu, les Vaudouns n’ayant pas de Baron – ou de Baronne – officiellement, le pouvoir était maintenu par un conseil provisoire dont il faisait partie et où, visiblement, il faisait figure de porte-parole, ou du moins c’était ce que l’un de ses élèves lui avait expliqué. « Enchanté, Mr Greenwater. C’est un plaisir de vous avoir parmi nous au nom de votre communauté. »

Voilà, il ne restait plus que les Faës. A supposer, bien entendu, qu’ils viendraient. Sans réponse spécifique de leur part, il n’était même pas certain d’avoir réussi à faire passer le message correctement. Néanmoins, il était inutile de se presser. « Je n’ai personnellement pas de problème avec la fumée. » Le Sachem avait répondu avec politesse au Vaudoun, mais ne pouvait pas lui permettre de fumer sa pipe si ses deux homologues n’en appréciaient pas l’odeur qui en découlerait. « Il y a également quelques rafraîchissements sur la table, contre le mur, si vous en éprouvez le besoin, en attendant. » Nerveux ? Peut-être un peu. Après tout, ils n’allaient pas attendre éternellement et peut-être pouvaient-ils commencer ? Il jugea bon de laisser encore quelques minutes, pendant lesquelles Jesse montra le bout de son nez. Le Sachem lui serra la main et lui souhaita la bienvenue, comme à tous les autres, puis il décréta qu’ils avaient assez attendus. « Madame, Messieurs, nous attendons encore nos amis Faës, mais, en toute honnêteté, n’ayant eu aucune réponse de leur part et n’ayant pas la certitude que mon message ait été transmis, je vous propose de commencer. Au mieux, leur arrivée tardive sera l’occasion de faire un point sur ce dont nous aurons déjà parlé. » Il fit alors un geste de la main, les invitant à prendre place autour de la table ronde. Il s’installa à son tour, prit une inspiration. « Avant de commencer, je voudrais vous remercier d’avoir répondu présents à cette réunion. Maintenant, sans avoir besoin d’aller plus en détail sur les raisons pour lesquelles nous sommes ici, peut-être pourrions-nous entamer le vif du sujet. A moins, bien entendu, que quelqu’un d’autres ne veuille prendre la parole avant de commencer ? »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
Artémis Cyan
Wiccans
Artémis Cyan

Identification
Emploi: Libraire/Grand Mage de la Nouvelle Orléans
Age apparent: Une petite soixantaine
Dangerosité:
Autour d'une seule et même table ronde... Vote_lcap19/30Autour d'une seule et même table ronde... 160125120054759347  (19/30)

Autour d'une seule et même table ronde... Vide
MessageSujet: Re: Autour d'une seule et même table ronde...   Autour d'une seule et même table ronde... Icon_minitimeDim 19 Aoû - 15:58

-C'était tout naturel. C'est une excellente idée, il aurait été mal avisé de ma part d'ignorer cette réunion.

Cyan était toujours perturbé par le visage de Matthew. Il était certain qu'il le connaissait, même un peu, mais il ne savait pas d'où. Peut-être avait-il juste vu sa photo, quelque part. C'était sûrement ça, et pourtant ce raisonnement sonnait faux. D'autant plus qu'il y avait un peu plus embarrassant: il ignorait comment il devait appeler le métamorphe. Votre Sachemté ? Sa Royale Majesté des Animaux ?

-Merci, pour l'instant je me passerais d'une boisson.

Le ton n'étais pas hostile, accompagné d'un petit sourire (le même, ou peu s'en faut, qui avait spontanément pris place sur ses lèvres et s'était accompagné d'une légère inclinaison de la tête lorsque le Sachem l'avait félicité pour son élection). Lorsque la Maîtresse Vampire entra, il lui rendit ses salutations et salua son compliment de la même façon. Il ignorait, concrètement, si ces remarques vis-à-vis de son élection étaient fondées sur de vraies félicitations, pour le métamorphe comme pour la suceuse de sang, mais il s'en moquait. Qu'elles soient simples politesses ou actuelles reconnaissances, il s'en fichait royalement.

-Tout le plaisir est pour moi, Madame.

Puis entra le Vaudoun, et Cyan se fit posément la remarque que pendant un court instant, il se trouvait face aux deux représentants des communautés les plus en désaccords avec la mentalité de sa Religion. Ça ne lui faisait ni chaud ni froid, mais Ailin Dyce parlait au nom de morts défiant l'ordre naturel pour l'éternité et l'autre au nom de vivants passant leur temps à jouer avec les règles du monde. C'était... disons une heureuse circonstances qu'il ne soit pas un Wiccan plus extrême dans sa philosophie de vie.
Et puis bon il y avait Matthew Williams, porte-parole et leadeur d'une espèce que son peuple avait autrefois (... et encore maintenant) chassé pour leurs peaux. Cyan marqua un bref temps d'arrêt. Pour leurs peaux. Il jeta un regard au Sachem. Leurs peaux ?

-Ravi de vous rencontrer, Mr Greenwater. Fumez autant que vous le souhaitez, ça ne me dérange pas non plus.

"Fumez autant que vous le souhaitez" en fonction de l'avis de Mme Dyce, certes, mais l'intention était là. Une fois que le second de la Maîtresse Vampire, a qui il se présenta avec un sourire, eut pointé le bout de son nez, il rejoignit Matthew à la table ronde (... dont la symbolique le faisait presque souhaiter un Graal quelconque pour améliorer la vie de tous), prenant place a sa droite. Il posa sa canne entre ses jambes, ses deux mains sur la poignée et attendit que tout le monde soit installé. Il observa le Sachem un très court instant, prit une courte inspiration...

Et ne dit rien. Ce soir, il n'était pas décidé à prendre la parole en premier: écouter pour mieux parler lui semblait une tactique plus adaptée et plus prolifique à la réflexion, d'autant plus en tenant compte du profil apparent de ses interlocuteurs. Tous, que ce soit dans leurs yeux ou dans leurs gestuelles, semblaient avoir aiguisé leurs instruments rhétoriques par des réflexions poussées. Son regard glissa doucement vers Coleman: celui là portait presque sur son visage les fruits de sa réflexion. Dans son attitude, dans le ton de sa voix, et notamment dans le fait, révélé un peu plus tôt, qu'il donnait des cours, le second vampirique présentait des caractéristiques notables d'un bon orateur. Et d'un homme intelligent.

D'autant plus qu'il soutiendrait Ailin Dyce. A deux, ils brillaient presque d'une assurance éloquente. Ce qui était toujours bon à avoir si ils étaient du côté du bien-être général des communautés, et pas uniquement du côté du bien-être vampirique. Matthew semblait lui un peu plus nerveux, moins assuré: pour autant, ses yeux brillaient d'une certaine détermination. Et il était la personne qui les avaient réunis ici. On aurait dit, à vrai dire, un professeur menant un débat avec ses élèves. Cyan sourit intérieurement: quelle classe ce serait, si ils avaient du être ses élèves.

Restait Lincoln Greenwater. Les yeux du Grand mage revinrent vers lui. Il ne semblait pas particulièrement à l'aise. Ou détendu. Ou même sur de lui. Peut-être n'était-il pas sûr des conclusions de cette soirée ? Il semblait à la fois très légèrement intimidé et plein de retenue. Cyan plissa les yeux. Certes, il n'avait pas l'air ouvertement hostile à la réunion: juste très tendu. Peut-être légèrement nerveux.

Chaque observation qu'il avait faite, le magicien l'avait faite sans animosité. Peut-être juste avec une ardente curiosité dans le regard, comme si il décortiquait chaque tressaillement de paupière chez ses collègues, chaque mimiques de leurs visages, chaque regard. Son analyse s'était faite suivant un air froid et détendu. Peut-être légèrement perçant voir inquisiteur, mais tant pis.
Et outre le fait de préciser son opinion sur les têtes hiérarchiques de la Nouvelle Orléans, ça lui permettait d'entraîner un peu ses récents pouvoirs de Grand Mage (qu'il pratiquait... et bien peu. Et qui étaient donc soumis à un nombre remarquables d'erreurs, aussi tiendrait-il peu rigueur de ces observations pour le reste de la discussion).
Cyan releva la tête de quelque millimètres. Il aurait été dommage de rater une prise de parole en étant plongé dans ses pensées.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4627-artemis-cyan#75742
Ailin Dyce
Vamps
Ailin Dyce

Identification
Emploi: Maîtresse Vampire, ex-strip-teaseuse aux Plaisirs Coupables
Age apparent: 21 ans
Dangerosité:
Autour d'une seule et même table ronde... Vote_lcap25/30Autour d'une seule et même table ronde... 160125120054759347  (25/30)

Autour d'une seule et même table ronde... Vide
MessageSujet: Re: Autour d'une seule et même table ronde...   Autour d'une seule et même table ronde... Icon_minitimeJeu 11 Juil - 23:12

C'était déjà ça de pris : ses interlocuteurs s'étaient montrés charmants, tous autant qu'ils étaient. Elle n'avait été l'objet d'aucun regard torve ni d'aucune réflexion maladroite. C'était très loin de représenter son quotidien depuis les Plaisirs Coupables, et elle devait admettre que cela la mettait d'une belle humeur. Restait à savoir, maintenant, si le débat en lui-même se déroulerait aussi bien que les politesses qui le précédaient.

Lincoln Greenwater voulait fumer, et ce n'était pas elle qui allait l'en empêcher. Elle était probablement la moins bien placée de tous pour se plaindre. En bonne mort-vivante qu'elle était, sa santé n'était pas en danger.

"Faites donc, je vous en prie."

Son regard courut distraitement tout du long des "rafraîchissements" promis par le Sachem, disposés sur la table. Il n'y avait là probablement rien qui fut à son goût. Ailin était de ces vampires qui avaient entièrement perdu l'envie de consommer de la nourriture humaine. Il lui arrivait, rarement, de le faire tout de même, mais la plupart du temps, elle considérait que le jeu n'en valait pas la chandelle. Elle détestait devoir se purger.

Elle n'était de toute façon pas ici pour manger ni pour boire. Tout ce qui l'intéressait, c'était l'issue de ce débat. Qui n'avait par ailleurs toujours pas commencé. Il manquait Jesse, mais c'était prévu. C'était surtout le représentant faë, qu'ils attendaient. Si cela durait trop, il allait falloir faire sans. Ce n'était pas comme si les faës avaient donné l'impression de vouloir faire front commun avec le reste des outres. Au contraire, ils s'étaient montrés très silencieux. Passablement désintéressés. Ils pouvaient très bien avoir décidé de ne pas participer, et ne s'être pas non plus sentis obligés de prévenir.

Jesse n'aurait donc rien manqué. Le voilà qui arrivait alors que rien n'avait encore commencé. La réflexion qu'il fit à ce sujet la fit sourire, mais moins que le regard discret qu'il venait de lui adresser. Elle le connaissait trop bien pour en ignorer la signification. Cependant, il n'était pas temps de se plonger dans des souvenirs qui déjà, commençaient à devenir anciens.

... Mais de quoi était-il temps, exactement ? Le silence retomba encore. Il commençait à devenir gênant. Ailin pouvait se montrer patiente, mais elle n'appréciait pour autant pas de perdre son temps inutilement. Si le Sachem n'avait pas décidé d'agir en leur proposant de s'asseoir et d’entamer la discussion, elle en aurait probablement elle-même fait la suggestion. Elle s'installa non sans saluer l'initiative d'un signe de tête approbateur.

Elle voyait mal l'intérêt de tourner autour du pot plus longtemps. Après quelques secondes d'un silence relatif, elle eut l'impression que personne n'allait prendre spontanément la parole. Elle décida donc d'accélérer ce processus :

"Il me semble que nous sommes prêts. Nous devrions probablement commencer par lister les décisions et les stratégies qui ont été adoptées indépendamment par chacune de nos communautés. Si lacunes et incohérences il y a, elles apparaîtront d'elles-mêmes et nous pourrons commencer à réfléchir à des plans d'action communs... Qu'ils concernent le devant de la scène ou les coulisses."

Elle attendit un bref instant. Elle comptait goûter à sa propre médecine, mais pas avant d'avoir obtenu l'assentiment du groupe.

"Vous avez dû l'apprendre. Les vampires ont été sommés d'obéir aux nouvelles règles et je me suis engagée à coopérer avec le gouvernement. Mais notre but n'est pas d'obéir aveuglément à des lois que nous jugeons évidemment scélérates. Notre popularité auprès des normes est cruciale. Nous misons beaucoup sur nos porte-paroles. Quant à ceux qui n'ont pas ces moyens, on leur a vivement conseillé de se joindre aux efforts futurs. Au-delà des limites médiatiques décrites, sachez que nous sommes tout à fait enclins à apporter notre aide aux projets qui, je l'espère, verront le jour à l'issue de cette réunion."

Révéler sommairement ses plans ne l'inquiétait guère, elle en disait trop peu pour se mettre en danger, et personne ici, de toute façon, ne profiterait d'une trahison. Quant à sa proposition... Elle avait de nombreux leviers - pécuniaires, diplomatiques, médiatiques - à disposition et elle n'hésiterait pas à s'en servir.
_________________
Autour d'une seule et même table ronde... 160501035808612313Autour d'une seule et même table ronde... 16050103580851784
Autour d'une seule et même table ronde... 160501035807273952Autour d'une seule et même table ronde... 160501035809753002
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3339-ailin-dyce
Lincoln Greenwater
Vodouns
Lincoln Greenwater

Identification
Emploi: Maître des Poupées
Age apparent: 52 ans
Dangerosité:
Autour d'une seule et même table ronde... Vote_lcap14/30Autour d'une seule et même table ronde... 160125120054759347  (14/30)

Autour d'une seule et même table ronde... Vide
MessageSujet: Re: Autour d'une seule et même table ronde...   Autour d'une seule et même table ronde... Icon_minitimeSam 7 Sep - 23:09

Lincoln accueillit d'un hochement de tête l'approbation de tous ses interlocuteurs et alluma sa pipe sans plus attendre et avec un empressement qu'il aurait voulu moins évident.

Alors que la première goulée descendait le long de ses poumons, il s'autorisa enfin une petite détente musculaire bienvenue. Un peu plus plus et il aurait claqué un ulcère sur place.
Rien de mieux qu'un peu d'herbe pour passer outre l'angoisse de se retrouver au milieu de personnes bien plus âgées que vous et donc aucune n'a l'air réellement plus vieille.

Le Vodoun avait ce sentiment paradoxal de se sentir comme un vieillard tout en ayant la désagréable impression d'être vu comme un enfant.
Il se sentit d'ailleurs légèrement soulagé à l'arrivée d'un jeune homme qu'il ne connaissait ni d'Eve, ni d'Adam et qui se présenta comme le second de la Maîtresse Vampire.

Il se fit la réflexion qu'il ne serait probablement jamais suffisamment important pour avoir un second, ou un assistant. Fondamentalement s'il arrivait ne serait-ce qu'à avoir un stagiaire à la boutique, ce serait Byzance!

Il n'eut qu'un regard rapide pour le buffet, bien qu'il n'ait rien avalé depuis le midi, il avait encore une boule au ventre trop importante pour envisager de porter quoique ce soit de solide à sa bouche sans se sentir pris d'une nausée malvenue.
Il ne se fit donc pas prier pour rejoindre la table ronde et s'assit sans vraiment faire attention à la chaise la plus proche. Il ne réalisa qu'une fois assis qu'il se trouvait entre la Maîtresse Vampire et le Grand Mage Wiccan, les représentants de communautés ancestralement rivales, pour ne pas dire ennemies.

Les Vampires avaient fourni de tout temps du sang pour les rituels (pas volontairement la majeur partie du temps) et les Wiccans ont toujours été condescendants et intolérants vis-à-vis de la magie Vodoun. Enfin tout cela c'était avant. Avant que les mentalités évoluent, avant que la Révélation viennent chambouler toutes les certitudes et tous les à-priori.

Lincoln n'avait jamais ressenti la rancœur dont certains de ses aînés (morts désormais) avaient pu faire preuve pour les Wiccans. Quant au Vampires, eh bien, désormais ils avaient compris la combine et revendaient leur sang, ce qui était devenu bien plus rentable pour eux. Il était lui-même commerçant, il savait ce que c'était.

Ailin Dyce fût la première à prendre la parole, d'une voix assurée et forte. Forcément, elle n'avait pas à questionner sa légitimité pour la participation au débat, elle avait été choisie pour diriger et se comportait donc en dirigeante. La même remarque s'appliquait au Sachem et au Grand Mage.
Le vieux Vodoun lui avait juste décidé de venir parce que personne d'autre ne voulait. Il repensait encore à la tête de ses confrères lorsqu'il leur avait fait passer le mot.
Certains avaient tout simplement perdu leur couleur, à tel point qu'il s'était même demandé si la simple évocation ne les avaient pas zombifiés.
Visiblement l'idée de se retrouver à distance de coude de la Maîtresse Vampire avait suffit à mouiller quelques couches.

En ce qui le concernait, bien qu'il devait reconnaître être un peu impressionné d'avoir une personnalité de cette importance à côté de lui, il ne la craignait pas pour autant, toute dangereuse qu'elle pouvait être réellement.
Il ne serait pas allé boire des coups avec pour autant ceci dit.

A l'inverse du Grand Mage, qui malgré un âge apparent proche du sien, démontrait une vigueur et un intérêt qu'il trouvait appréciable. Ce n'était certes qu'une première impression, mais il devait bien reconnaître qu'il était curieux de découvrir le personnage.
Quant à Williams, eh bien, disons qu'il ne savait pas encore trop sur quel pied danser...

Alors que la Maîtresse Vampire se taisait, Lincoln se sentit pressé de prendre la parole par un consensus silencieux.
Ce qu'il fit, non sans avoir d'abord tirer une nouvelle longue taffe sur sa pipe:


"Comme le dit si bien Madame Dyce, nous sommes ici pour déterminer si des actions communes peuvent être engagées par les communautés Outres.
Dans un premier temps pour apaiser les relations avec nos concitoyens Normes et dans un second pour affirmer nos positions au sein de l'Humanité, et non pas à part comme le gouvernement souhaiterait visiblement nous voir relégués."


Il avait volontairement placé le bien des Outres en second, curieux de voir si certains réagiraient à l'ordre de priorité.

"En ce qui concerne la communauté Vodoun, nous avons, au même titre que la communauté Vampire, appelé à la conciliation et au respect des mesures dictées par la Mairie. Bien entendu, vous n'êtes pas sans connaître le caractère impétueux imputé à nos camarades Vaudouns, aussi nous attendons-nous à quelques coups d'éclats.
Coups d'éclats que nous souhaitons utiliser au bon moment et à bon escient."

Bon ok, là c'était un peu du bluff, au vu de la tendance actuelle du Conseil en matière de décision, il doutaient qu'ils soient capables de canaliser quoi que ce soit.
L'annonce de l'abdication n'avait pas plu à tout le monde, loin de là, et certains des membres les plus jeunes n'étaient pas du genre à rester les bras croisés.
Finalement ce n'était qu'une question de temps avant qu'un incident éclate, il faudrait simplement savoir rebondir dessus correctement tout en essayant de sauver le plus de miches possibles.


"Néanmoins, si je suis ici parmi aujourd'hui, c'est parce que le Conseil Vaudoun à bon espoir de trouver des compromis suffisant pour éviter ce genre d'incident qui pourraient être regrettables, voir tragiques."

Il ne voulait pas voir des enfants blessés, ou pire. Mais le tempérament des Vodouns n'était pas réputé excessif pour rien, et un accident allait fatalement finir par arriver.

Il tira une nouvelle latte de sa pipe, laissant s'échapper un nuage épais aux senteurs florales et se renfonça dans son siège pour signifier qu'il laissait la parole à quelqu'un d'autre, curieux de savoir ce qui allait se dire.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3722-lincoln-greenwater
Matthew Williams
Métamorphes
Matthew Williams

Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
Autour d'une seule et même table ronde... Vote_lcap18/30Autour d'une seule et même table ronde... 160125120054759347  (18/30)

Autour d'une seule et même table ronde... Vide
MessageSujet: Re: Autour d'une seule et même table ronde...   Autour d'une seule et même table ronde... Icon_minitimeLun 23 Sep - 13:50


Les choses commençaient à devenir sérieuses. Les dirigeants faisaient leur entrée, les uns après les autres et, il allait falloir commencer à mettre les points de l’ordre du jour sur la table. Chacun d’entre eux avait probablement mille choses à régler, et cette réunion, bien qu’importante, ne pouvait non plus se permettre de leur faire perdre leur temps à toutes et tous. Qui plus était, en étant son principal instigateur, Matthew Williams n’avait pas particulièrement envie qu’un échec monumentale de cette tentative ne l’empêche de nouer des liens respectables avec ses alter egos. Une fois autour de la table, chacun put prendre place, les chaises étant normalement suffisamment nombreuses pour que chaque faction puisse y être représentée par deux ou trois personnes, laissant, tout naturellement, un espace plus vacant que les autres, destiné à leurs amis Faës. Le Sachem ne savait aucunement s’ils allaient se montrer ou non. Son message était resté lettre morte et il se pouvait même qu’il n’eut pas été transmis du tout. Raison pour laquelle il avait décidé de commencer malgré tout. Faire un résumé ne serait pas difficile et si l’on devait leur reprocher de ne pas avoir attendu, le Métamorphe prendrait la responsabilité de ce léger manque de respect – à supposer, bien entendu, que le retard lui-même n’en était pas un. Après le court balai des chaises, une fois le silence revenu, ce fut Ailin Dyce qui décida de lancer les discussions. Une excellente initiative. Le Sachem l’écouta donc avec attention. Il fallait dire qu’il était plutôt en bons termes avec la hiérarchie Vampirique, qu’il s’agisse à la fois d’Ailin et de Jesse. Bien entendu, cela pouvait être uniquement de faux-semblants, mais, de son côté, ce n’était pas quelque chose dont il était capable. Un avantage comme un inconvénient, probablement. Il approuva en silence la proposition faite et ne fut pas surpris d’apprendre que la politique adoptée par les Vampires était celle que lui-même avait tenté de prêcher. De mémoire, c’était probablement le cas de tous les dirigeants autour de cette table, car le contraire se serait très certainement fait entendre. Le représentant Vaudoun, une certain Lincoln Greenwater que Matthew ne connaissait que très peu, eut à peu près le même discours, précisant néanmoins que, la communauté Vaudoun étant ce qu’elle était, il y avait peut-être à parier que quelques coups d’éclats seraient à prévoir dans les semaines à venir. Malheureusement, selon la nature de ces fameux coups, il y aurait peut-être de bonnes comme de mauvaises choses à en retirer. Toutefois, personne ne pouvait contenir intégralement une population, même avec la meilleure volonté du monde, probablement même pas lui, Munins ou pas.

« J’ai également adopté cette position similaire, poussant les miens à respecter les nouvelles lois en vigueur pour le moment. Nous sommes tous d’accord, je pense, pour dire qu’il est inconcevable de laisser faire, à long terme, ce qui est en train de se jouer actuellement. Malheureusement, l’annonce a été rapide et il semble difficile de ne pas faire le dos rond le temps de trouver la solution adéquate. » Le Sachem semblait plutôt calme, mais, après tout, il n’était pas difficile de parler devant des gens, aussi important étaient-ils, lorsqu’on avait l’habitude de se faire écouter d’un amphithéâtre de personnes parfois particulièrement agitées. L’exercice était différent, certes, mais Matthew évitait de se mettre une pression inutile. « J’ai proposé à ma communauté de ne pas rester inactive et de proposer des idées pour nous permettre de rallier l’opinion publique à la cause des Outres, et je suis d’avis qu’en combinant les forces de nos Communautés respectives nous pourrions probablement essayer de renverser la vapeur. Si les gens se rendent compte qu’il ne faut pas nous craindre, nous aurons peut-être une chance de faire annuler ces lois, car je crains que le seul levier juridique ne soit suffisant. » Car si les Outres avaient obtenus des droits depuis la Révélation, leur situation précaire ne les protégeait probablement en rien de ce qui venait de se jouer à la Nouvelle-Orléans. La LEDO était probablement sur le dossier depuis les différentes annonces télévisées, et elle se battrait probablement pour essayer de faire annuler les textes, mais le Sachem n’y croyait pas énormément. Dans cette situation-là, seul une petite révolution où la majorité des Normes se joindrait aux Outres pourrait permettre de forcer la main aux politiques. Malheureusement, c’était bien plus facile à dire qu’à faire.

« Je pense également qu’il est dans notre intérêt à tous de collaborer ensemble, de défendre une cause commune, celle des Outres, et non simplement de prêcher pour sa paroisse auprès des Normes. C’est pourquoi je vous ai également convié à cette table ronde. Il y a l’effet de masse, d’abord, bien entendu, puis la mutualisation des moyens, mais également l’unicité du message passé aux Normes. Si nous prêchons chacun pour notre paroisse, il y a bien moins de chance nous arrivions à notre but. Et même si certains d’entre nous devaient y parvenir, les différences finiraient par entraîner des conflits, ce que je souhaite personnellement éviter, voire pousser les Normes à revenir sur leurs décisions si leur affection devenait changeante suite à l’un ou l’autre évènement. » Il espérait que chacun ne se montrerait pas trop égoïste. Bien entendu, certains avaient un peu d’avance en matière de popularité ou de moyens, mais Matthew croyait dur comme fer dans l’absence d’intérêt à ne pas faire cause commune et il espérait qu’il n’était pas le seul à cette table à le voir de cette façon.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
Artémis Cyan
Wiccans
Artémis Cyan

Identification
Emploi: Libraire/Grand Mage de la Nouvelle Orléans
Age apparent: Une petite soixantaine
Dangerosité:
Autour d'une seule et même table ronde... Vote_lcap19/30Autour d'une seule et même table ronde... 160125120054759347  (19/30)

Autour d'une seule et même table ronde... Vide
MessageSujet: Re: Autour d'une seule et même table ronde...   Autour d'une seule et même table ronde... Icon_minitimeSam 28 Sep - 23:41

Cyan écouta avec attention chacun des trois portes paroles. Si l'assurance avait été matérielle, elle aurait probablement rayonné d'Ailin Dyce avec la tranquillité d'un soleil de fin d'après-midi - comparaison au demeurant hautement paradoxale, qui amusa suffisamment le libraire. Il y avait quelque chose de quasiment régalien, dans sa posture, son ton ou son propos. Ils n'étaient, après tout, pas rassemblés ici dans une logique d'affrontement: les évènements qui les avaient poussés à se réunir les avait chacun poussés un petit peu plus près du pied du mur, à plus ou moins forte raison. Si les discours de chacun révélait quoi que ce soit, c'est que tout le monde envisageait de coopérer avec tout le monde.
La confiance calme de la réanimée se disloqua légèrement lorsqu'elle se transmis à Lincoln, son voisin. Il semblait moins stressé que lorsqu'il était entré dans la pièce, mais n'atteignait pas encore la composition de quasi-sphïnx de Dyce, son assurance se dessinant en arabesques de fumées. Elle était présente, quoique moins absolue que celle de la vampire. Il ne semblait pas épouser aussi bien le trône du dirigeant, de l'ordonnateur et du commandant: mais son soucis des Outres et des Vodouns était crédible, sinon authentique.
Williams était quand à lui plus posé que ses prédécesseurs. Ses mots n'avaient ni le charisme de la Maîtresse Vampire, ni l'inquiétude toute particulière du Maître des Poupées, mais les inflexions calmes du raisonnement et de la logique.

Cyan les écouta les uns après les autres, et nota la politique globale qui se dégageait des décisions de chacun. Tous souhaitaient améliorer les relations avec les Normes, tous cherchaient la réconciliation. Greenwater le disait bien: se mettre les humains dans la poche était l'objectif premier, sans qu'il ne vienne pour autant éclipser celui des Outres.
Le libraire se sentait légèrement mal à l'aise à suivre ce schéma de pensée. Le Vodoun avait effectivement évoqué de possibles éclats au sein de sa communauté, que le Conseil chercherait à canaliser. Cyan redoutait aussi des éclats, mais il avait peur de quelque chose d'un peu plus gros qu'un ou deux Wiccans mécontents.

- Nous avons aussi fait le choix de suivre, pour l'instant, les directives des récentes lois et de nous plier aux demandes du gouvernement. Aller à l'encontre direct de leurs projets serait du suicide, pour l'instant. Néanmoins, nos plans dans le futur concernent surtout l'intégrité de la communauté Wiccane. Les décisions prises (et imposées aux Wiccans) au cours des derniers mois, à la fois par mon prédécesseur et par notre Etat, ont créé des remous ayant partiellement fragilisé la communauté Wiccane.

Concrètement, Cyan pensait à la W. La mafia était profondément enraciné dans la ville, et son influence était bien trop grande pour être simplement ignorée: si tous les Wiccans ne partageaient pas ses opinions, elle avait une influence notable et de nombreuses personnes déçues ou se sentant abandonnés dans l'oreille desquels murmurer. Le vieil homme aurait été bien mal-avisé de supposer qu'elle n'avait pas joué un rôle (même minime) dans la récente démission d'Hansel.
Il ne pouvait pas simplement faire des courbettes et profil bas face à la Mairie et aux lois anti-outres, privilégiant la communication avec les Normes au détriment apparent de sa communauté. Le magicien ne prendrait pas le risque d'écarter plus les fractures qu'avaient laissé les lois récentes: il marchait sur des oeufs. Et il ne pouvait pas véritablement courir le risque d'un attentat magique organisé contre un quelconque personnage important des groupes Normes.

- Je comprends tout à fait l'idée de regagner l'opinion publique, et de défendre nos intérêts sur la scène de l'Humanité. Mais les dernières réformes ont été un coup dur pour nous tous: outre le recensement, la durée de nos licences magiques a été réduite, et cela place plusieurs Wiccans dans une situation relativement précaire ; la nouvelle sanction de démagification, elle, est une attaque directe au moral et la philosophie religieuse de la plupart d'entre nous. Nombreux sont ceux qui se sentent abandonnés, perdus, trahis.

Plusieurs étaient ceux qui se raccrochaient à de vieilles philosophies wiccanes et à des croyances passées, espérant trouver dans les maximes des magiciens d'antan la sagesse qui faisait défaut à leur époque. Et nombreux étaient ceux qui se tourneraient vers la moindre aide possible. A la charge de la hiérarchie Wiccane de les canaliser et de ne pas les laisser dans les bras d'organisation qui ne ferait qu'envenimer les choses.
Cyan ne comptait nullement partir en guerre contre la Mafia W, mais il jugeait clairement que son idéologie n'était pas un atout dans le conflit de valeurs qui se jouait depuis quelques mois. Si il pouvait les maintenir hors du cadre, ou à défaut ne pas leur donner trop de bûches pour leurs fournaises, il s'estimerait satisfait.
Il ne les mentionna pas, cela dit. Il s'agissait de politique intérieur Wiccane, rien qui ne concerne directement les autres dirigeants Outres.

-Ma priorité, et a fortiori celle de la Trinité, est de s'assurer que notre communauté ne se divise pas plus qu'elle ne l'est déjà. Gardant cela en tête, nous apporterons notre aide à la mesure de nos moyens aux initiatives des Communautés Outres: l'unification de nos communautés est aussi nécessaire qu'appréciée.

Cyan avait joué, à peu près, cartes sur table. Il avait effectivement quelques idées de réformes en tête, encore trop nébuleuses pour être présentées comme des réformes à proprement parler. Mais il avait cherché à clarifier ce point, au minimum: la communaUté Wiccane était sa priorité. Il n'y avait nulle duplicité dans sa voix, sinon le soucis de ne peut-être pas pouvoir aider autant qu'il l'aimerait.
Le libraire était aussi honnête qu'il espérait qu'on puisse. Quelque part, il croisait les doigts pour que personne ne prenne ses mots comme un aveux de retrait: ils n'étaient, après tout, qu'un aveux de faiblesse.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4627-artemis-cyan#75742
Winruna
Faës
Winruna

Identification
Emploi: Compositeur des Feux Follets
Age apparent: 26
Dangerosité:
Autour d'une seule et même table ronde... Vote_lcap29/30Autour d'une seule et même table ronde... 160125120054759347  (29/30)

Autour d'une seule et même table ronde... Vide
MessageSujet: Re: Autour d'une seule et même table ronde...   Autour d'une seule et même table ronde... Icon_minitimeDim 6 Oct - 19:00

Oh, quelle belle soirée ! La lune quasiment pleine promettait une elpagäa splendide dont Winruna sentait déjà la lumière semer les notes. Argent ! Or !  Heureuses, elles couraient dans l'avenir en l'invitant à marcher. Plus vite, plus vite !

On l'attendait.

Non, pas là. Cet endroit, il savait. Ses pas l'y menaient bien assez rapidement. Le visage levé en direction du ciel assombri, l'Ancien voyait déjà la prochaine de ses folles soirées. Andele tournoyante et Boka basculant. Neama léviterait sur le fil mélodique et Monomen frapperait dans sa dentelle lyrique. Sagrara, bien sérieuse, tiendrait son instrument. Mareti dénudée sauterait sur sa sœur et tornade amusante, grise, rose, grise, rose...

Ici, maintenant. Le gris et le rose étaient un accident. "Attention", forma t-il sur ses lèvres sans sortir aucun son.

Tension. Des freins brutaux, mais il était intact - ou ne l'était-il pas ? Il avait eu le temps de boucher ses oreilles. Seul son regard brillant et son trop grand sourire prouvaient que les crissements avaient bien existé.

"Boum !"

Fit-il, en même temps qu'une vieille femme volait sur une voiture. L'engin alla en trombe, soucieux de s'enfuir plutôt que d'assumer. Quant au vieux lorialet, il avait dit ce mot. Simple, terriblement tombant : "Boum". Où étaient la musique, les vers ?

Perdus, sans doute, là où l'intensité des sons avait fait éclater son esprit. Il n'était pas intact - ou l'était-il ? Il chantonnait, sans paraître gêné. Yaseeja s'approcha de l'humaine esseulée. Grise... Qu'elle était vieille ! Rose. Quels drôles d'habits. Il souleva son chapeau... En sortit Mareti.

"Ma très chère, aurais-tu tant d'amabilité
Que tu irais trouver nos amis qualifiés.
Ils trouveront quoi faire, et sauront partager."

"Mais j'ai faim aussi, moi !"

"Ne sois pas difficile, tu as déjà mangé !"

Les feux follets n'étaient pas les derniers à savoir se nourrir... D'autres faës en revanche trouvaient ça difficile. Grignoter, et que ça ne se sache pas, était devenu toute une affaire !

Sans sa pixie, mais avec son chapeau, il était reparti. Voilà qu'il était sur le campus, n'était-ce pas ce qu'on voulait de lui ? Ils étaient allés loin, ces humains. Très méfiants.

Un air de déjà-vu, peut-être. Un parapluie ? Non. Rien de tel, mais une fenêtre. Celle la même devant laquelle il s'était arrêté.

Il frappa trois coups avec la tête de sa canne.

Toc. Toc. Toc.

Des visages. Fermés ? Blasés ? Ahuris ? Des visages en rond, des jambes repliées. Bien sûr, qu'ils avaient commencé. Sinon, où aurait été l'intérêt ?

Ayant stoppé les tergiversations de ses pairs bien brutalement, Winruna posa son front contre le verre de la fenêtre. Sourire dément sous billes dépareillées. Coucou ! De la main, il les saluait.
_________________
Autour d'une seule et même table ronde... 160501035810379808Autour d'une seule et même table ronde... 160501035809444928
Autour d'une seule et même table ronde... 160604104804452986
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3674-winruna
Jesse Coleman
Vamps
Jesse Coleman

Identification
Emploi: Chargé de cours/ Doctorant
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
Autour d'une seule et même table ronde... Vote_lcap14/30Autour d'une seule et même table ronde... 160125120054759347  (14/30)

Autour d'une seule et même table ronde... Vide
MessageSujet: Re: Autour d'une seule et même table ronde...   Autour d'une seule et même table ronde... Icon_minitimeSam 26 Oct - 19:31

Une fois qu'il se fut présenté auprès des autres personnes présentes, Jesse s'assit à la droite de la Maîtresse Vampire. Bien droit sur sa chaise, bras croisés, il faisait l'effet d'un garde du corps plus que d'un véritable conseiller. Son regard, cependant, laissait transparaître son sérieux et cette intelligence acérée par laquelle il avait obtenu son rang. Il détaillait tous les participants les uns après les autres, en silence.

Le Grand Mage paraissait faire de même. Un homme prudent, à n'en point douter. Au vu des quelques membres de sa communauté qu'il connaissait, Jesse ne pouvait qu'approuver ce tempérament apparent. Le représentant vodoun, quant à lui, ne semblait pas particulièrement à l'aise. On sentait qu'il n'avait pas l'habitude de ce genre de réunions de pouvoir. Matthew, lui aussi, paraissait nerveux. Plus qu'à l'accoutumée disons. Le californien se demandait si c'était parce qu'il se rendait compte de la machinerie qu'il avait mise en route et qu'il n'était à présent pas certain de savoir diriger.  

Le californien accueillit la prise de parole du Sachem d'un air neutre. Il n'était pas particulièrement convaincu par l'entrée de jeu : quel utilité de dire qu'il ne voyait pas l'intérêt de s'appesantir sur des détails si c'était pour proposer à ses invités de commencer à parler ? Ils ne pouvaient pas avoir quelque chose de précis en tête, c'était à l'instigateur de cette réunion de mener la danse.

Enfin, ce n'était pas son rôle que de faire une remarque. En cette réunion, comme en toute heure et en tout lieu, il était là pour observer et prendre des notes mentales sur ce qui pourrait éventuellement échapper à Ailin, qui devrait elle poursuivre le fil de la conversation. Elle ne ratait généralement que de menus détails, habituée qu'elle était à tenir le rôle qu'il occupait à présent, mais si elle estimait que sa présence à ses côtés était de mise, c'est qu'elle souhaitait son expertise. Et il se faisait un plaisir de la lui donner.

En attendant, la proposition du métamorphe n'avait pas particulièrement fait d'émules. Le wiccan semblait décidé à observer et attendre, le vodoun à fumer sa pipe, et le métamorphe à hésiter sur la suite des événements. Jesse ne fut donc pas étonné d'entendre la voix d'Ailin s'élever la première, dans laquelle il était le seul à avoir l'ouïe et la connaissance suffisante du sujet pour y percevoir un léger agacement. Un très léger sourire, fantôme, s'étira sur ses lèvres l'espace d'une demi-seconde, tandis qu'elle s'exprimait. Oui, lister les différentes approches qu'ils avaient adoptées et prônées auprès de leurs ouailles respectives ne serait pas de trop, bien qu'il était évident, au vu des files d'attentes devant la Mairie, qu'ils avaient tous été d'accord sur un point.

Bien qu'il connaissait déjà ce qui allait se dire, il fit attention à la manière dont Ailin tournait ses phrases concernant les actions vampiriques. Plus que ce qu'elle disait, c'était la façon de le faire et ce qu'elle taisait qui lui permettrait d'obtenir sa propre marche à suivre. Vraisemblablement, la blonde n'avait pas l'intention de cacher leurs plans à court et moyen terme, et Jesse ne pouvait qu'être d'accord avec le fait qu'ils pourraient jouer de leur popularité médiatique, ainsi que de leurs influences dans plusieurs "mondes" pour mettre en action les propositions qui seraient découvertes aujourd'hui.

Pour un peu qu'il y en ait.

Il n'allait évidemment pas prendre la parole lors de ce tour de table, ce serait ridicule. Mais cela ne l'empêchait pas d'écouter les dires de ses non-concitoyens. Le porte-parole vodoun fut le suivant à intervenir, et Jesse posa sur lui un regard poliment intéressé. Son expression ne changea pas d'un pouce lorsque l'homme plaça l'intérêt des normes avant celui des outres. L'Ombre était doctorant en sociologie et anthropologie, et les cours qu'il avaient suivis et donnaient actuellement incluaient l'art de la communication. Il savait l'importance de la place de chaque mot au sein d'une phrase et de chaque phrase au sein d'un discours. Tout était travaillé, millimétré, afin de permettre de faire passer un message que les mots ne pouvaient pas forcément transcrire seuls. Certes, Greenwater voulait potentiellement signifier là qu'il se souciait plus des normes que du reste des outres. Mais aurait-ce été réellement le cas, il n'aurait pas pris la peine de venir à cette réunion. D'autant qu'il n'était pas le représentant officiel de la communauté vodoun, mais simplement un homme qui avait décidé de se pointer parce que des choses devaient être faites. S'il plaçait les normes si haut dans sa hiérarchie personnelle, il ne serait pas assis à cette table.

A nouveau, un mince sourire sur les lèvres du californien. Un point pour l'effort.

L'annonce suivante ne rentra également pas dans l'oreille d'un sourd : si certains vodouns envisageaient de réagir à base de "coups d'éclats", il serait aisé de tourner cela à l'avantage de toutes les communautés... Mais le soufflé retomba aussitôt que l'homme annonça qu'il souhaiterait utiliser cela "au bon moment et à bon escient". Dans l'esprit de Jesse, il s'agissait soit d'un aveu de faiblesse (à savoir, il n'avait aucune idée de ce en quoi ces coups d'éclat allaient résider, et était donc incapable de s'en servir correctement), soit d'une nouvelle forme de défiance à l'égard des autres communautés présentes. Il s'agissait de la seconde en l'espace de quelques minutes, ce qui ne présageait rien de bon. Peut-être allait-il devoir faire jouer son propre réseau pour en savoir plus. Certains de ses étudiants étaient vodouns, après tout.

Un imperceptible haussement de sourcil. Il voulait donc éviter "ce genre d'incidents", arguant qu'ils pourraient être regrettables à tragiques. Intéressant. Greenwater ne savait peut-être pas ce que ses camarades prévoyaient de faire, mais il était cependant presque certain que cela allait leur causer du tort... ce qui signifiait que l'annonce des nouvelles lois n'avait pas plus plu chez eux qu'ailleurs, et que cette histoire "d'apaiser les relations" avec les normes n'était bien que du vent. Il ne semblait pourtant pas prêt à la moindre action concrète. Que voulait cet homme exactement ?

L'Ombre aurait peut-être l'occasion de le lui demander directement plus tard. Pour le moment, Matthew Williams avait pris le relais. Un certain ennui commençait à se faire sentir chez le doctorant, ennui qu'il ne laissa cependant pas transparaître dans son attitude. Quel était l'intérêt de partir de l'évidence que tout le monde avait enjoint les siens à suivre les lois ?! C'était évident ! Ce qui était réellement intéressant, c'était ce qu'ils avaient prévu de faire ensuite. La façon dont ils avaient décidé de lutter -ou non- contre ces lois. C'était bien dans cette optique que le Sachem les avaient réunis, non ?

De fait, l'annonce que ce dernier ait demandé à sa communauté de proposer des solutions lui paraissait plus censée, mais Williams restait flou. Y'avait-il seulement eu des propositions de faites ? Des propositions acceptées ? Des choses mises en place, comme le fait qu'Ailin ait demandé aux vampires les plus connus d'user de leur poids médiatique pour donner une image de ces lois aussi liberticide qu'elles l'étaient réellement ?!

...Apparemment non. Simplement de se montrer aimable et transigeant, afin de prouver que non, les outres n'étaient pas des monstres. Jesse retint de peu le gros soupir de dépit qui menaçait de pointer le bout de son nez. Cette discussion était bien trop proche de celles qu'il avait plus avoir plus jeune, lorsqu'il avait du défendre sa famille et son appartenance à un certain nombre de minorités. D'où fallait-il prouver que l'on était "les gentils", lorsque clairement la majorité abusait de son pouvoir pour mettre en place des choses qui ne l'arrangeait qu'elle et laissait le reste dans une situation déplorable ? Les métamorphes n'avaient pas à prouver qu'ils n'étaient pas à craindre. Pas plus que n'importe qui d'autre. C'était extrêmement frustrant.

Bien décidé à rester de marbre, et excellant dans le domaine, Jesse n'eut pas de mal à garder un visage neutre le long de la troisième partie du discours de Williams, même si une part de son esprit avait purement et simplement envie de se rebeller contre ce qu'il entendait et de renverser la table. Evidemment, faire jouer la LEDO était une bonne idée, nul doute que ses membres y avaient pensé seuls, mais il n'était pas certain qu'ils aient le poids nécessaire. Mais cette histoire de rester dans les petits papiers des normes ? En faisant quoi, en cessant de vivre ? Quels "conflits" avaient-ils initié pour que ce recensement voit le jour ? Absolument aucun. Williams pensait-il vraiment qu'en continuant de jouer au "bon petit outre", rien n'allait leur tomber dessus ? C'était d'un ridicule affligeant. Il n'irait évidemment pas de front contre une idée de conciliation si c'était là ce qui faisait la majorité ce soir, mais il ne faudrait pas compter sur lui pour attendre sagement que le temps passe et que les choses se tassent. Il savait déjà comment cette histoire là se terminait.

Enfin, le dernier dirigeant présent prit la parole. Jesse ne fut pas étonné. De la même façon qu'il n'avait pas été étonné de voir Ailin se lancer après la défection de leur hôte, il n'était pas surpris que l'homme qu'il avait déjà identifié comme réflexif -et calculateur, à un certain degré- soit le dernier à s'exprimer. Il s'était probablement déjà fait une opinion des divers discours, à l'instar du vampire, et adaptait ses paroles à ce qu'il avait entendu. Il y avait chez lui quelque chose de professoral, ce qui n'étonnait pas le californien le moins du monde. Il lui prêta la même attention que celle qu'il avait donnée aux précédents.

Il était vrai que, parmi les outres, les wiccans étaient ceux qui avaient été le plus durement touchés par ces nouvelles lois. Nouvellement arrivé au pouvoir, Artémis Cyan n'avait pas d'autre choix que de celui de faire rapidement quelque chose d'efficace pour le bien de sa communauté, au risque de se voir déchu de son titre aussi rapidement qu'il y avait été élevé. C'était pourquoi, au vu de tout ce qu'il venait d'entendre, le californien portait à son tour quelques espoirs envers le Grand Mage : allait-il faire part d'un plan quelconque, de quelque chose de lancé afin de convaincre sa communauté et les autres de travailler de concert pour faire obstacle à ce qui pouvait décemment être considéré comme un abus de pouvoir à l'échelle nationale ?

...Et bien non. Le vieil homme ne faisait que répéter ce que tout le monde ou presque avait dit : pas de vagues, pas de vagues, pas de vagues. La nécessité de garder le cap, de garder sa place, mais éventuellement d'apporter son aide aux autres initiatives, sans prendre la peine de trop se mouiller néanmoins, histoire de pouvoir garder sa place en gardant ses ouailles bien à l'abri dans un bateau fuyant à tout va. Peut-être estimait-il ne rien pouvoir faire de plus. Mais en cela, aux yeux du doctorant, il avait bien tort.

Tout le monde avait parlé, et pourtant personne n'avait rien dit. C'était pire qu'une réunion de travail à laquelle personne n'avait fait d'ordre du jour : l'ordre était bien établi, mais personne ne prenait la peine de se mouiller. Jesse était sur le point de faire une remarque à ce propos -étant le seul à n'avoir pas pris la parole- quand il la sentit.

Une odeur entêtante, enivrante même, qui aurait facilement pu faire tourner la tête au plus entraîné des vampires s'il n'avait pas bu récemment. Une odeur qui avait quelque chose de familier, sans l'être totalement. Jesse fut incapable de mettre immédiatement le doigt sur qui cela lui rappelait, mais il en comprit bien vite la source : lae représentant.e faë était arrivé.e.

Aussi, il n'eut pas la moindre réaction de surprise en entendant frapper au carreau de la fenêtre. Il se tourna tranquillement pour apercevoir la grande silhouette aux cheveux blancs et aux yeux vairons qui leur faisait à tous un signe de la main. Réagissant plus rapidement que la majorité, l'Ombre se leva souplement de sa chaise pour se diriger vers la fenêtre : pour avoir devisé avec plusieurs faës dans le cadre de sa thèse, il savait pertinemment qu'il était inutile de dire à Winruna de faire le tour pour passer par la porte. Cette créature ne faisait rien comme tout le monde. D'une main, le californien déverrouilla le loquet et agrandit l'ouverture ainsi engagée tandis que de l'autre il faisait signe à l'être pluri-millénaire de les rejoindre.

"Je vous en prie, entrez, vous n'avez rien manqué."

Le ton du jeune homme était parfaitement aimable, et pourtant quiconque le connaissait suffisamment serait capable d'en saisir la contrariété. Quiconque ne le connaissait pas suffisamment était cependant capable de déduire par ses paroles qu'il n'était pas des plus impressionnés par ce qui venait d'être dit.

Laissant la fenêtre ouverte pour le moment -on ne savait jamais si les faës venaient seuls ou en bande- Jesse entreprit de se rasseoir avant de continuer sur sa lancée.

"En résumé, nous avons tous dit à nos camarades outres de se présenter à la Mairie sans rechigner. Les barrières instaurées à cet effet et le temps d'attente que nous avons probablement tous dû endurer pour se plier à cette loi aussi ridicule que liberticide nous l'avait déjà appris."

Le regard gris sous verre se posa sur chacun de ses compatriotes, tour à tour.

"Nous avons également tous décidé de faire front commun, dans la limite de nos moyens. Très bien. Mais quels sont ces moyens ? La Maîtresse Dyce a évoqué la notoriété assumée des vampires et leur place dans la culture populaire, dont nous sommes prêts à jouer pour garder une auréole auprès d'une partie des humains et la faire rayonner sur nos pairs outres. Ainsi que la possibilité de jouer sur d'autres tableaux tenus par divers protecteurs des droits des outres."

A ce stade, il n'y avait pas grande possibilité quant à ce que pouvaient être les tableaux dont Jesse parlait. Il n'y avait pas non plus des tonnes d'organisations qui œuvraient à voix haute pour les droits des outres sur leur territoire. Elles étaient au nombre de deux : la LEDO -dont Williams avait reconnu l'efficacité réduite un peu plus tôt- et le Talion.

"Corrigez-moi si je me trompe, mais Monsieur Greenwater, Monsieur Williams, n'avez-vous pas dit vouloir prioritairement garder des relations affectives", il reprenait là un terme de la famille de celui utilisé par Matthew, "avec les normes, point qui reste votre priorité ?" Là, c'était les mots de Lincoln, qu'il mettait en exergue. "Et pensez-vous vraiment que cela va fonctionner ? Je veux dire, qu'avions-nous fait pour nous attirer un désamour qui amène l'Etat à nous recenser comme du bétail ? Qu'avaient fait les wiccans pour se voir aussi directement et impunément amputés de leur droits et avec une épée de Damoclès telle que la privation de ce qui fait leur particularité au-dessus de la tête ?"

Il s'interrompit brièvement, assez pour signifier qu'il variait de sujet mais pas assez pour laisser à quiconque la liberté de lui répondre pour le moment.

"Je n'ai pas vécu la Semaine Noire, mais il me semble que vous, si. Qu'aviez-vous fait à ce moment-là, si ce n'est revendiquer un droit d'exister ? Pensez-vous vraiment qu'en se montrant compréhensifs et affectueux envers les normes, nous allons faire reculer les plus radicaux ? Ils sont déjà au pouvoir, et vous ne les ferez pas descendre à grand coups d'amour et de compréhension."

Il s'arrêta à nouveau quelques secondes, posant un regard sur chaque membre de l'assemblée. Son ton n'avait pas varié en hauteur, il ne s'était pas emporté non plus. Il n'avait fait qu'adopter le ton le plus factuel possible, car tout n'était que cela : des faits, des constats, qu'il fallait se mettre bien en tête afin de proposer quelque chose de constructif et d'efficace.

"De fait, quelqu'un a-t-il autre chose à proposer ? Y'a-t-il vraiment des actions vodouns en cours, si oui, quelles sont-elles et comment pouvons-nous les appuyer ou les rediriger au besoin ? Les métamorphes ont-ils apporté des idées et des réactions concrètes, si oui, lesquelles et que pouvons-nous en faire ? Quant aux wiccans, ne pensez-vous pas que, malgré les divisions ambiantes, une alliance provisoire sur ce thème particulier nous serait utile ? Bien qu'elle prône la supériorité wiccane, il me semble que la Mafia W a tout autant intérêt que le reste d'entre vous à ce que la sentence de démagification disparaisse. Ils sont, après tout, les premiers visés."

L'Ombre n'avait pas pour habitude de parler autant, ni d'enfoncer autant de portes ouvertes. Mais si sa soirée devait se dérouler dans cette salle de réunion, autant qu'elle soit productive.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4467-jesse-coleman
Contenu sponsorisé


Autour d'une seule et même table ronde... Vide
MessageSujet: Re: Autour d'une seule et même table ronde...   Autour d'une seule et même table ronde... Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Autour d'une seule et même table ronde...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE I : Le quartier des affaires ¤ :: ║Le Centre-ville║ :: L'Université de l'Ambassade :: Le Campus-