Qui est en ligne ?
Sur Discord, en ce moment.



 

Partagez | 
 

 2 - Les métamorphes et leurs morts

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Voodoo Child
Folle à lier !
avatar

Identification
Emploi: Planteuse d’aiguilles !
Age apparent:
Dangerosité:
30/30  (30/30)

MessageSujet: 2 - Les métamorphes et leurs morts   Mer 18 Juil - 11:29

Les métamorphes et leurs morts

Et leurs prêtresses et prêtres. Proches du vaudou, et pourtant loin...


Lorsque les métamorphes meurent, leur âme n'a pas le même destin que celle du reste des normes, ainsi que des outres d'origine humaine. Il existe de nombreux points mal expliqués, mal compris, mal connus, que les prêtresses et prêtres autant que les spécialistes théoriques n'ont jusqu'à présent jamais réussi à élucider. La découverte de l'existence de l'Outremonde ainsi que des origines supposées des métamorphes leurs offrent des pistes, qui jusqu'à présent n'ont pu être exploitées, faute d'investigation plus poussée.

Certains pensent qu'on pourrait en apprendre plus si les métamorphes et les vodouns formaient une alliance inédite, afin de chercher des réponses de l'autre côté du Voile, où se trouveraient les démons qui ont engendré la population Changelin.


Les Âmes Métamorphes

A leur mort, l'âme des métamorphes quitte leur corps et devient une entité spirituelle qu'on nomme "Munin". Ce qui est étonnant, c'est que le Munin ne garde pas la personnalité du mort. Flux d'énergie à l'identité neutre, le Munin se mêle au flot impersonnel du reste de ses pairs, auquel il reste à jamais attaché.

Ce flot, plus que chacun des Munins qui le compose, possède une volonté propre (là encore, on ne peut pas vraiment parler d'identité).

Les métamorphes sont les seules "créatures humaines" qui perdent toute forme d'identité après leur mort (à l'exception des vamps, qui cependant sont déjà morts, et dont on ne connaît pas le destin de l'âme après "second décès"). Cette différence fait partie des choses qu'on comprend mal à leur sujet.


Les Hugins

Dans de rares cas, notamment en cas de mort très violente, ou suite à un traumatisme intense qui suit le métamorphe jusque dans l'au-delà, son âme ne devient pas un Munin, mais un Hugin.

Un Hugin est un Munin qui a gardé sa personnalité et ses souvenirs. Il ne se mêle jamais au flux des autres Munins. Solitaire, il se contente d'errer à l'instar d'une âme en peine.

La plupart des Hugins sont des créatures pleines de colère. Ils iront souvent hanter les personnes qui sont à l'origine de leur mort, ou qui les "empêchent" d'une manière ou d'une autre de lâcher prise, et de se transformer en calme et apaisé Munin.

On pourrait croire que c'est une chance d'être en mesure de rester soi-même après la mort lorsque la grande majorité des métamorphes en est incapable, mais c'est loin d'être le cas. Un Hugin est une entité spirituelle en souffrance perpétuelle.


Cas du Sachem

Bien que n'y ayant accès qu'à certains moments critiques (tels que la prise d'une décision d'extrême importance), le Sachem d'une Communauté possède en lui la mémoire de tous ceux qui sont passés avant lui (et qui sont morts dans ce rôle). Pourtant, ces anciens Sachem ne sont pas des Hugins. Ces mémoires ne lui viennent pas non plus des Munins, puisque ces derniers n'ont ni personnalité, ni souvenirs.

A ce jour, ce phénomène n'a pas encore trouvé d'explication.



Les Nuzir-ra

Jusqu'à la Révélation, l'existence de ces changelins aux pouvoirs extrêmement rares n'était connue que sur le continent Africain, et même là-bas, elle ne tenait guère plus lieu que de légende dans la plupart des communautés métamorphes. Les experts ont émis l'hypothèse que les Nuzir-ra et les pratiquants originels du vaudou auraient tissé des liens par le passé, voire auraient pu élaborer leurs pratiques - très proches - en commun. Ces liens se seraient brisés très tôt dans l'Histoire, empêchant la propagation de ces légendes en dehors de leur berceau originel.

Pendant très longtemps, les métamorphes qui possédaient le don n'ont jamais rien su en faire. Ils étaient trop rares pour être en mesure de se réunir et d'émettre la moindre hypothèse quant à ce qu'il leur arrivait. Ils étaient donc diagnostiqués à tort de tout un tas de choses allant de la crise de panique au délire psychotique en passant par la fibromyalgie, et incapables d'utiliser leur magie.


La redécouverte d'un don

La Révélation a libéré la parole des outres dans les médias, tout en obligeant certaines communautés isolées à s'ouvrir au monde contre leur gré. C'est grâce à cela qu'Arn Bullet, néo-orléanaise possédant le don en question, a pu prendre contact avec la kenyanne Nahima Larobi, métamorphe qui lui apprit ce qu'elle connaissait des légendes. Pendant quatre ans, Arn et Nahima travaillèrent ensemble afin que la première apprenne à maîtriser son don. Elle retourna ensuite à la Nouvelle-Orléans forte de son apprentissage, et de là, l'information comme la pratique se répandit peu à peu dans tout le reste des USA, puis dans le monde.


Nuzir-ra, Namir-ra, Nekir-ra ?

Le terme Nuzir-ra provient des légendes citées. On ne connaît pas exactement son origine éthymologique, qu'on estime appartenir à un dialecte métamorphe perdu, proche des langues omotiques et plus particulièrement de l'Aari, parlé contemporainement en Ethiopie. Il s'agit en réalité de la forme plurielle (et neutre) qui permet de désigner ces chamanes métamorphes. Au féminin, il se décline en "Namir-ra" et au masculin, en "Nekir-ra".

Lorsque cette position a été inclue à la hiérarchie des communautés métamorphes, par l'initiative première de la Sachem Antufa Ezili à la Nouvelle-Orléans, ces termes ont été conservés comme titres officiels.


Rareté des Nuzir-ra

Pour donner un ordre d'idée, il y a environ 14,7 millions de métamorphes sur le territoire américain. Parmi eux, seulement une centaine de Nuzir-ra, déclarés ou potentiels. Autrement dit, 0.0007% des métamorphes américains déclarent ce don à un moment de leur existence.


Apparition des pouvoirs

Cela peut arriver à n'importe quel moment de l'existence d'un métamorphe. En règle générale, le don se déclarera entre 20 et 30 ans, mais les exceptions sont nombreuses.

L'apparition des pouvoirs est souvent brutale et inattendue. Elle a lieu dans un moment où le métamorphe est en contact avec une situation où les Munins considèrent que leur magie devrait être utilisée. Ils se "ruent" alors sur l'apprenti Nuzir-ra qui, ignorant et sans entraînement, se laisse complètement submerger. Il est malheureusement très rare que dans ce cadre, la tentative des Munins "fonctionne", d'où nombre de mauvais diagnostics par le passé.

Par la suite, tant qu'ils n'ont pas appris à contrôler leurs pouvoirs, les Nuzir-ra en devenir développent des symptômes chroniques tels que des maux de tête, de fortes douleurs d'estomac, des douleurs musculaires dans les épaules et le cou, parfois dans tout le corps, qui paraissent impossibles à soulager et ont conduit, là encore, à de nombreux mauvais diagnostics lorsqu'on n'avait pas notion de leur existence.

Quelques "chanceux" passent directement à cette étape de douleurs chroniques sans avoir subi de crise aigue comme décrite plus haut, mais il est vraiment rare qu'un Nuzir-ra développe ses pouvoirs en douceur. Ces cas sont plus récurrents chez les métamorphes pour lesquels le don se développe tardivement (à 50 ans et plus).


Apprentissage des Nuzir-ra

Depuis quelques dizaines d'années que les pratiques chamaniques des Nuzir-ra ont été "rétablies", des normes concernant leur apprentissage sont apparues par la force des choses. Un métamorphe chez qui le don se déclare va partir à la recherche d'un Nuzir-ra expérimenté (parfois, souvent à l'autre bout du pays, voire dans un autre pays lorsqu'il n'en trouve aucun de disponible plus près).

Il va alors devenir son apprenti, pour une durée de plus ou moins quatre ans selon la vitesse à laquelle il acquiert contrôle et capacités. L'apprenti est nommé "Ithwasa Namir-ra/Ithwasa Nekir-ra/Ithwasa Nuzir-ra". Un Nuzir-ra préfère généralement n'en prendre qu'un seul, car cela représente déjà beaucoup de travail. Certains vont jusqu'à en prendre deux en même temps, mais c'est un maximum.

L'apprentissage comporte une part de transmission orale des coutumes, mais aussi quantité de méditation, et divers entraînements pour améliorer son contrôle, l'acuité avec laquelle on perçoit les Munins, ainsi que la puissance de ses dons. Le contact avec les Hugins arrive en fin de formation : ces cas sont les plus difficiles à traiter. Tout échec peut devenir dangereux pour le Nuzir-ra, qui doit avoir une bonne maîtrise de ses pouvoirs.

Une fois que le maître juge son apprenti prêt, il le libère. Le nouveau Nuzir-ra est alors libre de revenir chez lui, ou d'aller s'installer dans une (autre) communauté demandeuse.


Pouvoirs des Nuzir-ra

Les pouvoirs des Nuzir-ra sont ceux que leur confère leur contact direct avec les Munins. Ils sont de plusieurs types :

  • Guérison : Un Nuzir-ra peut demander l'aide des Munins afin d'aider un métamorphe blessé à guérir plus rapidement, même de blessures très graves. Les capacités de régénération des métamorphes sont de base très efficaces, mais redeviennent similaires à celles d'un norme en cas de blessure à l'argent. Dans ce cas, seul un Nuzir-ra sera en mesure de soigner la plaie à une vitesse surnaturelle (voire de sauver le blessé en cas de blessure potentiellement mortelle).

  • Aide au contrôle des jeunes métamorphes : En dirigeant les Munins sur un métamorphe dont le contrôle est mauvais et en leur demandant de parler à sa bête, un Nuzir-ra est capable d'aider le jeune à se calmer, à retrouver ses esprits. A apprendre, enfin, à atteindre l'harmonie qui lui manque entre l'animal et l'humain. C'est notamment ce pouvoir qui confère au Nuzir-ra son statut de Mère/Père des métamorphes de sa communauté.

  • Forcer une transformation : Toujours en demandant aux Munins de "parler" à la bête d'un métamorphe sur lequel il les envoie, le Nuzir-ra peut forcer ce dernier à passer de la forme humaine à animale, ou vice versa. Ce pouvoir sert surtout lorsqu'un métamorphe a perdu (ou n'a jamais eu) le contact avec l'une des parts de son identité. C'est un traitement brutal, mais parfois nécessaire, lorsque rien d'autre ne paraît fonctionner.

  • Apaiser les Hugins : Tout comme les vodouns peuvent parler à une âme en peine et réussir à la convaincre, d'une manière ou d'une autre, à lâcher prise et à rejoindre l'Outremonde, les Nuzir-ra sont capables d'entrer en contact avec les Hugins. Cela demande beaucoup de tact et d'assurance, d'autant plus que ces créatures sont souvent colériques et particulièrement soupe au lait. Les Hugins peuvent attaquer le Nuzir-ra qui s'y prend mal, ou qui ne se serait pas assez protégé (en réunissant les Munins autour de lui comme un bouclier). L'apaisement d'un Hugin permet à ce dernier de devenir un Munin normal, et d'en rejoindre le flot local.



L'Appel des Munins

Il s'agit d'un événement au cours duquel tous les munins liés à une communauté locale s'animent, en même temps. Les munins, capables de "parler" à la partie animale des métamorphes demandent avec insistance à ce que tous les changelins du périmètre les rejoignent.

Généralement "parqués" dans un lieu de pouvoir local appartenant aux métamorphes (à la Nouvelle-Orléans, il s'agit du Mentis Animalis), les munins dont l'Appel couvre facilement toute la surface d'une grande ville forcent même les plus récalcitrants à se présenter. Si vous dormiez, vous serez réveillé brutalement. Si vous tentez de résister, vous risquez une transformation animale imprévue ainsi qu'une perte de contrôle mental : vous vous retrouverez là-bas avant d'avoir eu le temps de comprendre ce qu'il vous arrivait. Les métamorphes ayant naturellement peu de contrôle sur leur bête peinent généralement à ne pas se transformer en chemin, et l'urgence d'arriver à destination est plus forte pour eux que pour les autres.

Seuls ceux qui ont perdu tout lien avec leur bête, au point d'être devenus incapables de se transformer, de vieillir comme un norme et d'avoir perdu leurs autres facultés de changelin sont en mesure de résister à l'Appel.


Nomination d'un nouveau Sachem

L'Appel des Munins a notamment lieu au moment de la nomination d'un nouveau Sachem. Il arrive sans être provoqué : en même temps que les Munins investissent le Sachem en devenir et lui fournissent ses capacités spéciales de leader, le reste des métamorphes de la ville se voit obligé d'accourir pour l'impromptue cérémonie de "couronnement". Sans gros rocher, et sans Rafiki pour soulever Simba face à ses nouveaux sujets, mais vous avez compris l'idée.


Réunions d'un autre type

Sans posséder le reste des pouvoirs spécifiques aux Nuzir-ra, le Sachem a un lien étroit avec les Munins, qui l'ont choisi. En se concentrant, il est capable de provoquer leur Appel, en cas de besoin.

Tout Nuzir-ra en a aussi la capacité.



Être hanté par un Hugin

Les Hugins sont des créatures rares. Il sera donc tout aussi rare d'être hanté par l'un d'entre eux.

Ils peuvent harceler la personne qui les a tués, ou bien qui est à l'origine de leur manque de lâcher-prise. Très souvent, ils hantent un membre de leur famille. Ils hantent en tous les cas la personne qui peut mettre fin à leur errance.

Contrairement aux âmes en peine qui n'ont aucun pouvoir sur le monde physique, les Hugins qui s'accrochent à une personne ont la puissance nécessaire pour le faire, et ont tendance à se comporter comme un poltergeist.

La personne hantée pourra "sans raison" se mettre à sentir l'odeur du totem du Hugin (même si il s'agit d'un norme). Elle pourra entendre une voix dans sa tête, ressentir une oppression permanente, ou l'impression d'être observée. Autour d'elle, des portes fermées pourront s'ouvrir, ou des portes ouvertes claquer. Des ampoules se mettre à grésiller, des objets tomber sans avoir été poussés... etc.

Le seul moyen de se débarrasser du Hugin est alors de trouver ce qui le chagrine et de le contenter afin de l'apaiser. Par soi-même, c'est très difficile (pratiquement impossible). Il est plus conseillé d’aller se faire “exorciser” par un Nuzir-ra, même si ces derniers sont si rares que ça n'est pas forcément chose évidente.


Déroulement de l'Exorcisme

C'est plus compliqué que pour apaiser un Hugin qui ne hante personne. Le Nuzir-ra doit tenter de prendre le contrôle du Hugin afin de l’amener à devenir un Munin. Cela passe par une communication verbale avec la personne qu’il suivait, puisqu’elle est celle qui détient la clé de ses tourments.

Selon sa personnalité et la violence de ses émotions, le Hugin peut prendre le contrôle du Nuzir-ra qui parlera pour lui. Dans des cas moins intenses le Nuzir-ra parviendra encore à différencier ses paroles et ses émotions de celles de l’esprit.

Au bout du compte une fois que le Hugin a obtenu ce qu’il avait besoin d’entendre, il est apaisé et accepte de laisser sa personnalité s’étioler. Une séance n’est pas toujours suffisante.

Seuls les Nuzir-ra expérimentés, ainsi que les Ithwasa Nuzir-ra en fin de formation sont capables de traiter ces cas difficiles. En effet, les Hugins peuvent les attaquer. Ils peuvent dans le meilleur des cas se retrouver avec quelques bleus suite à des coups sortis de nulle part. Dans les cas plus délicats, le Hugin peut causer des dommages cérébraux irréversibles tandis qu'il envahit le Nuzir-ra.

Il est aussi déjà arrivé qu'un Nuzir-ra se fasse entièrement posséder par un Hugin, au point que celui-ci a pu utiliser son corps pour attaquer/tuer la personne venue pour se faire exorciser. Il faut donc être vraiment sûr de son coup avant de s'essayer à ce genre de rituels.


NB : Les Hugins étant extrêmement rares, ils sont achetables en boutique et limités par le staff. Vous ne pouvez donc pas faire mumuse avec eux sans être passés à la caisse. ;)
Revenir en haut Aller en bas
 

2 - Les métamorphes et leurs morts

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SYNOPSIS ¤ :: ║L'encyclopédie║ :: Ethnologie :: Les métamorphes-