Qui est en ligne ?
Sur Discord, en ce moment.



 

Partagez | 
 

 3 - L'Art de la Réanimation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Voodoo Child
Folle à lier !
avatar

Identification
Emploi: Planteuse d’aiguilles !
Age apparent:
Dangerosité:
30/30  (30/30)

MessageSujet: 3 - L'Art de la Réanimation   Sam 7 Juil - 13:41

L'Art de la Réanimation

Difficile, vous le saviez... Dangereux ? Vous le saviez... Mais à quel point ?

Les arts vodouns comprennent de très multiples applications mais, comme l'aide des loas ne leur permet pas d'agir sur le monde physique et qu'ils n'ont en réalité de pouvoir que sur celui des esprits, la plus mémorable et la plus impressionnante de leurs capacités reste la Réanimation.

Cette même Réanimation qui, pour des raisons inexplicables et jusqu'à présent inexpliquée des spécialistes agit justement quant à elle sur ce fameux monde physique : il s'agit tout de même de remettre l'âme d'un mort dans son cadavre et de le rendre capable de bouger. Et de l'empêcher de pourrir (plus qu'il ne l'est déjà comprenons). Dans certains cas où le corps est très vieux, très abîmé, les rituels de réanimation sont même capables de reconstituer de façon plus ou moins réussie le cadavre du défunt, le ramenant à un moment de sa mort où il était encore à peu près frais. Ne parlons même pas des reconstitutions automatiques, pouvoir inhérent aux zombis, qui suivent des explosions corporelles telles que celles, volontaires, auxquelles on peut s'adonner dans un endroit tel que le Zombiland Club, où les "jeux" de ce type font légion.

Appuyant encore l'idée que la pratique est loin d'être anodine : le nombre de zombis qu'un vodoun peut ramener est loin d'être illimité et dépend directement de sa puissance, ainsi que du type de macchabée remis sur pattes.

En cela, la Réanimation est un pouvoir vodoun très différent des autres, dont on ne sait finalement que peu de choses à cela près qu'elle implique un contrat avec l'un des loas les plus importants (le Baron Samedi), ainsi qu'un rituel compliqué qu'on ne vous détaillera pas à nouveau ici : ce n'est pas le but. Revenons plutôt sur ce qui est possible, impossible... Et puis sur les risques inhérents à ces pratiques.


Sommaire



Dernière édition par Voodoo Child le Sam 7 Juil - 14:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voodoo Child
Folle à lier !
avatar

Identification
Emploi: Planteuse d’aiguilles !
Age apparent:
Dangerosité:
30/30  (30/30)

MessageSujet: Re: 3 - L'Art de la Réanimation   Sam 7 Juil - 13:46

La Réanimation de zombis cadavres

Moche, dégueu, plus con qu'un balai, mais bien pratique.

La base. Le plus "simple". Ça ne reste pas anodin, mais disons qu'il n'y a pas besoin d'être une pointure pour réussir à faire d'un macchabée dénué de toute forme d'âme ou de personnalité son serviteur personnel. La créature ne peut pas réellement être considérée comme un être vivant ni même mort-vivant puisqu'elle se contente d'obéir aux ordres de son vodoun comme un robot. C'est juste un corps, qui bouge sur demande. Et qui ne possède par ailleurs aucun des pouvoirs qu'il pouvait avoir avant sa mort, peu importe son espèce d'origine.

On peut ramener sous cette forme

  • Les normes, évidemment : ceux là ne posent jamais de souci, on peut toujours en faire ce qu'on en veut du moment qu'on possède le pouvoir suffisant.
  • Il est aussi possible de ramener un wiccan ou un vodoun sous forme de zombi cadavre sans problème.
  • Même les métamorphes, par ailleurs impossibles à relever autrement, peuvent voir leur enveloppe charnelle utilisée à cet escient.

On ne peut pas ramener sous cette forme

  • Les faës. Ces créatures venues d'on ne sait où sont complètement incompatibles avec les arts vodouns. Les loas, l'outremonde, n'ont aucun pouvoir sur eux, ni sur leurs restes mortuaires.
  • Malgré leur lien avec l'outremonde, les vamps ne peuvent être relevés, même sous forme de zombi cadavre : leur corps mort-vivant a déjà été perverti par une autre magie de l'outremonde. Les loas n'ont plus aucun pouvoir sur eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voodoo Child
Folle à lier !
avatar

Identification
Emploi: Planteuse d’aiguilles !
Age apparent:
Dangerosité:
30/30  (30/30)

MessageSujet: Re: 3 - L'Art de la Réanimation   Sam 7 Juil - 14:07

Zombis astraux et originaux : les réanimations impossibles

Deal with it !

Ce sont là deux types bien différents de zombis, et tout comme pour le zombi cadavre, vous en apprendrez plus sur eux dans l'ethnologie qui leur est consacrée. On rappelle que ce sujet est d'ailleurs voué à évoluer lui aussi en fonction des nouveautés apportées en ce moment, informez-vous, mais ne prenez rien pour entièrement acquis, et en cas de doute questionnez le staff. Néanmoins, ils ont une chose en commun qui les différencie des dits zombis cadavres : ici, ce n'est pas (juste) le corps qui est rappelé. Il se trouve que dans certains cas, pour des raisons qui restent encore une fois obscures même pour les spécialistes, ça ne fonctionne pas.

Cas des faës, des vamps et des métamorphes

Avec eux, c'est radical : de toute façon, il était déjà impossible de ramener à la (non)-vie le corps d'un faë ou d'un vamp. Avec l'âme, ça ne marche toujours pas.

La surprise provient surtout des métamorphes : autant on est capable de ramener leur dépouille sous forme de serviteur décérébré, autant il est totalement impossible de contacter leur âme, et encore moins de la ramener, après leur mort. Ce qui rend impossible tout zombifiage astral ou original, évidemment. Pour les métamorphes, les raisons à cela sont claires : tout s'explique par l'existence des munins/hugins, restes de leur esprits trop différents, qui ne rejoignent jamais l'Outremonde, et qui d'expérience n'ont jamais été relevables. Certains (complotistes) pensent, depuis la Grande Révélation et malgré cette théorie solide, que cela pourrait avoir trait à leurs origines "démoniaques". Peu de théories crédibles (et encore moins documentées) ont pour le moment été émises sur la question.


Cas de certains wiccans

Cela tient plus de la légende que des faits car à l'heure d'aujourd'hui, faute à certaines interdictions de pratique ainsi qu'à la perte des savoirs liés aux arts wiccans les plus sombres répertoriés, on n'a pas réellement pu tester cette théorie. Il n'en reste donc que des bribes d'Histoire mal traduites depuis des langues presque entièrement perdues. Si des cas existent à notre époque contemporaine, ils se cachent bien. Visiblement, il serait impossible de relever les wiccans qui ont poussé la pratique de la magie du sang (type honni de magie minérale) jusqu'au point d'entièrement perdre leurs capacités magiques. Des cas similaires semblent avoir existé parmi les pratiquants de la magie de combat. Les points communs qui existent entre ces deux arts font que, là encore, les théories fusent facilement


Cas de certaines âmes mortes depuis très longtemps

Un vodoun (très) puissant est capable de ramener à la vie même une personne morte depuis des décennies. Voire depuis quelques siècles, pour les plus doués. Cependant, même dans les cas qui "devraient" fonctionner sans souci, il arrive que l'âme du mort reste injoignable, genre ligne téléphonique coupée, rendant toute réanimation impossible.


Cas de vodouns particuliers

Réanimer un vodoun mort est chose courante, ne serait-ce que parce qu'ils ont toute leur vie été habitués à cotoyer la mort : devenir zombis ne les dérange généralement pas autant que le reste de la population. Parfois, pourtant, ces réanimations deviennent impossibles.

Cas des prêtres et prêtresses anciens et expérimentés

La plupart du temps, ces impossibilités concernent des vodouns anciens, très sages et très puissants, qui ont pratiqué leur art toute leur vie sans grande modération. On dit que plus un vodoun pratique, plus il s'éloigne des réalités matérielles. Plus son tempérament devient difficile à cerner. Il a tendance à devenir insensible, ou du moins peu concerné par les relations humaines les plus superficielles. Certains deviennent imprévisibles, donnant l'impression d'un jour sur l'autre (ou d'une heure sur l'autre) d'être une personne entièrement différente, tant leur caractère peut varier. Nombre de grand.e.s Mambos/Houngans n'ont jamais pu être relevés, sans qu'on comprenne pourquoi, et cela malgré de nombreuses tentatives pour les rappeler à la non-vie.


Cas des Prodiges

Contrairement à ce qu'on pourrait penser, l'utilisation de ce mot chez les vaudouns est très rarement méliorative. Par "Prodiges", on parle ici d'enfants vodouns naissant avec des personnalités très particulières : Très vifs et intelligents dès le plus jeune âge, ils sont capables depuis la toute petite enfance d'entendre avec clarté la voix des morts. Ils se font chevaucher par les loas avec une facilité exacerbée, ce qui peut être un souci lorsque ce n'est pas volontaire : ils perdent facilement le contrôle de leurs énormes capacités. Ils ont donc en général des dons d'une puissance impressionnante. En revanche, un peu comme les ancien vodouns (beaucoup d'entre eux deviennent de toute façon ce genre de vétérans en vieillissant), ils éprouvent de grandes difficultés sociales et ont un tempérament souvent changeant et imprévisible. Certains se désintéressent entièrement de leur prochain. D'autres développent une incompréhension totale des divers codes sociaux. D'autres encore s'ennuient tout simplement, dans ce monde qu'ils jugent trop tourné sur le matériel. Bref. On parvient en relever certains. Beaucoup d'autres, en revanche, restent indubitablement morts une fois qu'ils le sont devenus une première fois.


Indisponibilités momentanées

Parfois, un vodoun lambda devient inexplicablement impossible à rappeler pour une période de temps plus ou moins longue, pouvant aller jusqu'à une centaine d'années. Contrairement aux cas cités précédemment, cette impossibilité n'est que momentanée : des cas documentés existent d'anciens vodouns qui, malgré plusieurs tentatives, n'ont pas pu être relevés par leurs amis de l'époque ou leur famille. En revanche, la chose a fini par redevenir possible au bout de plusieurs décennies, sans qu'on sache vraiment pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voodoo Child
Folle à lier !
avatar

Identification
Emploi: Planteuse d’aiguilles !
Age apparent:
Dangerosité:
30/30  (30/30)

MessageSujet: Re: 3 - L'Art de la Réanimation   Sam 7 Juil - 14:21

Zombis astraux et originaux : les réanimations possibles

Heureusement qu'il y en a qui sont plus jouasses !

Puis dans plein d'autres cas, ça marche. L'âme de la personne réanimée est rappatriée dans le monde humain, sur autorisation du Baron Samedi qui la "libère" et lui permet de passer le Voile.

Dans certains cas particuliers, le rituel est beaucoup plus facile : Il arrive qu'une âme peine à rejoindre l'Outremonde. Cela arrive lorsque le défunt n'accepte pas le fait d'être mort, reste trop attaché au monde matériel ainsi qu'à ce qu'il a perdu, ou encore dans le cas de décès brutaux (accidents, assassinats). Les vodouns sont capables d'entendre ces âmes en peine plus clairement que les autres. L'âme n'étant pas passée "de l'autre côté", elle n'est sous le joug d'aucun loa et aucune autorisation n'est à demander au Baron Samedi pour la Réanimation du mort.

Cependant, il n'est pas bon qu'une âme morte reste trop longtemps dans le monde des vivants sous forme de "fantôme" : au bout de quelques mois, parfois quelques années, elle s'étiole et son entière existence disparaît à tout jamais. Les vodouns peuvent aider les âmes en peine à rejoindre l'Outremonde en les amenant à accepter leur condition, puisqu'ils peuvent communiquer avec elles par la "pensée". Ils peuvent aussi, comme dit, et à condition de trouver leur corps, chose qui n'est pas forcément aisée selon les situations, les réanimer. En ce cas ils doivent se dépêcher, car une fois l'âme disparue, l'opération devient évidemment impossibie (sauf zombi cadavre).


Les cas "faciles"

Entendons nous bien : réanimer un zombi (surtout astral, et encore plus original), ce n'est pas, et ça ne sera jamais le club med. Cependant il existe des cas plus simples que les autres. Tout d'abord il y a évidemment la question de l'espèce : un norme, un wiccan (normal), et (généralement) un vodoun, ça se relève sans "soucis".

Le deuxième paramètre à prendre en compte, qui ne l'est que dans le cas des zombis originaux, c'est l'état du corps. Si il est tout frais, mort à l'instant, depuis quelques heures ou quelques petits jours et qu'il n'y a pas besoin de "reconstituer" le moindre bout de peau ou d'organe explosé, ou nécrosé, ou pire, la réanimation demandera moins de pouvoir de la part du vodoun qui l'effectue, ainsi que des sacrifices moindres.

Le troisième paramètre a déjà été cité : dans le cas d'une âme coincée dans le monde humain vous n'aurez pas besoin de négocier son droit de sortie avec Samedi et ça rendra donc les choses BEAUCOUP plus faciles et BEAUCOUP moins dangereuses.

Et avec ce bref résumé, vous avez la recette parfaite pour réanimer votre zombi astral/original sans trop vous prendre la tête. Évidemment parfois, on veut réanimer quelqu'un de bien précis, et ça n'est pas aussi aisé qu'on l'aurait bien voulu.


Réanimer un corps mort depuis longtemps ou très abîmé

Cette section ne concerne plus que les zombis originaux, le détail de ce qui arrive aux vieux zombis astraux étant déjà expliqué dans le sujet d'ethnologie dont on rappelle une seconde fois le lien. On rappelle que ce sujet est d'ailleurs voué à évoluer lui aussi en fonction des nouveautés apportées en ce moment, informez-vous, mais ne prenez rien pour entièrement acquis, et en cas de doute questionnez le staff.

Cas des cadavres pas très très frais.

Si on attend un peu trop longtemps, le cadavre peut commencer à montrer des signes de nécrose un peu sales et moches. Alors soit, on peut décider de le laisser en l'état et que le zombi n'aura qu'à faire avec, mais si on est un peu sympa (ou perfectionniste), on essaiera probablement de procéder à une petite reconstitution du corps. Samedi devient plus exigeant que pour une réanimation standard, mais si il ne s'agit que de quelques petites nécroses par ci par là à éliminer, bien qu'il vous fera attendre un peu plus longtemps que "d'habitude", vous donnant l'impression de vous mettre sur écoute pour parler à quelqu'un d'autre, il aura peu d'exigeances supplémentaires. Il en aura quand même : un peu plus de sang de vampire par ici, un ou deux poulets de plus par là, quelques minutes ou heures de rituel supplémentaires passées à le prier... Mais ça reste light.

Selon la puissance du vodoun, et dans les cas où les sacrifices n'auraient pas été suffisants au goût de Samedi, il arrive néanmoins que les zombis concernés par ces réanimations ne perdent pas toutes leurs nécroses. Tout est question de proportions.


Cas des cadavres très moches à voir (... qui ont du bol si on arrive encore à les reconnaître).

Parlons maintenant du cas des morts dont le décès brutal a laissé de très grosses séquelles au cadavre : accident de la route, chute d'une très grande hauteur, assassinats sales avec éventuels bouts en moins, broyage accidentel dans une machine industrielle, ou passage tout aussi accidentel en dessous d'un tram en route... Bref, vous voyez l'idée. Ici, pas de Réanimation possible sans (grosse) reconstitution du corps. Dès qu'il y a (grosse) reconstitution du corps, le Baron Samedi se montre toujours (beaucoup) plus tatillon. Déjà, il met (beaucoup) plus de temps à prendre sa décision (encore une fois, cela peut donner l'impression qu'il vous a mis sur attente et est en train de discuter du problème avec quelqu'un d'autre). Ensuite, il demande généralement des sacrifices bien plus importants que lors d'une Réanimation classique.

Selon la puissance du vodoun, et dans les cas où les sacrifices n'auraient pas été suffisants au goût de Samedi, il arrive là encore que les zombis concernés par ces réanimations ne redeviennent pas aussi joli qu'aux premiers temps de leur mo... Disons plutôt qu'au moment précis précédant leur mort.


Cas des morts de longue date

Parfois, le mort est si vieux qu'il ne reste plus de lui que des os. La Réanimation reste possible, mais vous comprendrez aisément que question pouvoirs et sacrifices, on passe encore au niveau supérieur, car cela correspond à une reconstitution de corps MASSIVE. Samedi vous fera attendre très longtemps. Vous devrez probablement réaliser ce rituel à plusieurs à moins d'être très puissant. Ca va vous coûter très cher en sacrifice, à compter que grand-grand-grand-grand maman soit encore "joignable", puisqu'on a vu que certaines âmes anciennes paraissent comme disparaître de la circulation.

Une réanimation, donc, encore plus coûteuse que celle d'un cadavre en sale état suite à mort violente. Du reste, on ne répétera pas ce qui a déjà été dit plusieurs fois : si Samedi n'est pas entièrement satisfait, le corps reconstitué ne sera pas forcément aussi frais que son propriétaire aurait pu le souhaiter.

A partir du moment où le cadavre est si vieux que ses os sont devenus poussière, ces réanimations deviennent impossibles. Il faut donc vous référer... au pire. Comprenons l'encadré du dessous.


Cas des incinérés et des morts en poussière

Il est presque impossible de ramener ces morts à la vie. Comprenons d'abord que c'est un exercice encore plus difficile que ce qui a été cité au dessus (et donc pratiquement irréalisable, sauf par les meilleurs, et souvent en groupe car il n'existe presque aucun vodoun capable d'effectuer un pareil rituel tout seul).

Mais, surtout, il y a un hic. Dans ce cas précis, Samedi n'acceptera la Réanimation qu'à la condition qu'une clause très spéciale soit rajoutée au contrat (et donc à la liste des sacrifices consentis par les contractants). Ces réanimations nécessitent un sacrifice humain. Une vie pour une vie. Vous comprenez maintenant pourquoi généralement, on évite : tuer quelqu'un, c'est moralement questionnable, puis c'est un peu vaguement interdit par la loi.

Par un accord commun, la communauté vodoun entière a décidé de garder cette information secrète aux autres espèces (surtout aux normes). Ils se sont dits à juste titre que si les Normes savaient, ça serait la fin des haricots. Vu que l'Histoire nous a montré que ça a été la fin des haricots même alors que les normes n'étaient pas au courant de l'existence de cette possibilité, on ne peut que féliciter les vodouns d'avoir su taire juste ce qu'il fallait de leurs capacités.

De nos jours, on cache cette information même aux nouveaux vodouns et vodouisants, ce qui signifie que seuls ceux qui ont vécu avant la Révélation sont au courant. Pour que le savoir perdure, une personne par génération et par famille est choisie, nommée "Le Confiance", et informée de l'existence de ce type de rituels. Du côté de la loi norme, une incinération est considérée comme le moyen sûr de ne jamais se voir ramener sous forme de zombi.
Revenir en haut Aller en bas
Voodoo Child
Folle à lier !
avatar

Identification
Emploi: Planteuse d’aiguilles !
Age apparent:
Dangerosité:
30/30  (30/30)

MessageSujet: Re: 3 - L'Art de la Réanimation   Sam 7 Juil - 14:25

Empêcher une réanimation

Figurer dans le clip de "Thriller" n'étant pas le trip de tout le monde.

Pour des raisons qui leur sont propres (et on peut en imaginer des tas), certaines personnes souhaitent n'être jamais réanimées sous forme de zombi. Elles peuvent en émettre le souhait légal et, normalement, la loi leur permet en effet de s'assurer une tranquillité mortuaire à long terme. Cependant, ça ne suffit pas à tout le monde.

Beaucoup de ceux qui veulent avoir une assurance plus "tangible" de rester mort, et qui ne sont pas au courant qu'il existe un moyen gardé secret par la communauté vodoun de réanimer des cendres passent par l'incinération. Cependant, il y a ceux qui savent que ça ne suffit pas. Il y a aussi ceux qui ne savent pas, mais pour qui la crémation n'est pas une option.


Un Pacte de Longue Mort avec Samedi

Cette option est destinée aux vaudouisants normes. Le Baron Samedi semble avoir trop de "respect" (si on peut appeler ça comme ça) pour les vodouns et n'acceptera jamais de passer ce pacte avec l'un d'entre eux.

Généralement, les vaudouisants qui ont recours à ce pacte ont vécu avant la Révélation puisque ceux qui sont venus après sont tenus hors du secret, si bien qu'ils choisiront généralement d'être incinérés après leur mort. Et qu'aucun vodoun au courant de l'existence du Pacte (les anciens, et les Confiances) n'ira leur proposer par des biais détournés : ce serait immoral, et ça ne serait probablement pas leur vouloir du bien.

Les vodouns respectent généralement le choix des membres de leur communauté. Il est donc très rare que ce rituel soit pratiqué, puisqu'il est très rare qu'il soit nécessaire. D'autant plus qu'il n'est pas sans conséquences pour celui qui en fait l'objet. Samedi ne requiert pas moins qu'une obédience spéciale de ces contractants, après leur mort. On en connaît trop peu sur l'Outremonde pour savoir de quoi il est exactement question, mais on peut être sûr que ça n'est pas anodin (de là, on peut se demander si ce Pacte vaut réellement le coup, ou bien si on se destine à pire que mieux).

Il existe aussi des conséquences directes, du vivant du contractant : ceux qui s'y sont essayés décrivent comme une sensation de recevoir un énorme coup sur le dessus du crâne, une migraine terrible qui se déclare immédiatement, et puis la sensation que quelque chose est en train de sortir d'eux. Par la suite, il se trouve qu'ils ont effectivement perdu une partie de leurs capacités mentales, qui diffère selon les cas : certains perdent tout ou partie de leurs souvenirs. D'autres perdent la capacité de calculer, de ressentir des émotions, d'apprécier la musique, de parler, ou même de comprendre leur propre langue maternelle. D'autres types de facultés peuvent être perdues dans l'opération, les exemples cités ici ne sont pas exhaustifs.


Lorsque solutions et religions s’entendent mal

Parmi ceux qui pensent qu'une crémation suffirait à ce qu'ils soient tranquilles définitivement, certains ne sont pas prêts à y recourir. Généralement, leurs raisons sont religieuses : il existe en effet un certain nombre de religions qui "interdisent", ou du moins déconseillent l'incinération du corps, pour des raisons diverses qui ne sont pas le sujet de ce paragraphe.

Certains renoncent à toute assurance.

Il existe néanmoins un compromis auquel ces personnes font parfois appel : on se contente de leur sortir le cerveau de la boîte crânienne et de n'incinérer que cette partie de leur corps... qu'on remet ensuite en place comme on peut, généralement dans une urne métallique en forme de cortex. Cette solution rend la réanimation tout aussi impossible/compliquée qu'une incinération complète.

Elle soulève néanmoins de nombreux débats et est très controversée. Certains pensent que cette incinération partielle ne vaut spirituellement/théologiquement parlant pas mieux qu'une crémation complète.


Sujet en cours de construction. Des informations vont être ajoutées rapidement, ainsi que plus de détails concernant le type/l'échelle des sacrifices requis selon chaque degré de difficulté de réanimation. Tout comme pour les wiccans, la puissance du vodoun et son effet sur les sortilèges et réanimations réalisés sera détaillée dans l'ethnologie étendue qui est elle aussi en cours de construction. Malgré tout, nous souhaitons partager avec vous ces informations en l'état, même incomplètes, conscients qu'elles vous seront déjà utiles afin de mieux comprendre l'espèce vodoun et de mieux jouer votre personnage/écrire votre histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: 3 - L'Art de la Réanimation   

Revenir en haut Aller en bas
 

3 - L'Art de la Réanimation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SYNOPSIS ¤ :: ║L'encyclopédie║ :: Ethnologie :: Les vodouns ou réanimateurs-