Qui est en ligne ?
Sur Discord, en ce moment.



 

Partagez | 
 

 "How Could I Help You ?" - Pv Zénon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Louise Lowell
Métamorphes
avatar

Identification
Emploi: Detective et Libraire
Age apparent: 24
Dangerosité:
0/0  (0/0)

MessageSujet: "How Could I Help You ?" - Pv Zénon   Sam 16 Juin - 11:14


Délicate journée.

Louise venait de rentrer de sa journée de travail à la librairie, venant ouvrir l’Agence de détective. Celle-ci ne payant pas vraiment de mine quand on y regardait, il y aurait eu besoin d’un bon coup de peinture ici est là, de retirer les multiples affiches que certains s’évertuaient à coller sur les palissade, ou même de retirer les tags qui commençaient à se multiplier. Mais non, Louise aimait son Agence telle qu’elle fut, la trouvant un peu plus magique et fabuleuse chaque jour.

Elle avait couru depuis la librairie de la « Plume Bleue » pour ne pas être en retard, ne manquant pas de tomber à plusieurs reprises de maladresse. Il était donc dix sept heure précise quand elle ouvrit au public l’Agence, tournant la petite pancarte de la porte, avant de soupirer de soulagement. La pièce principale avait toujours cet ordre minutieux, et la lapine veilla à ne rien déplacer. Cassian lui en aurait diablement voulu d’avoir mis une fois de plus du bazar.

Ni lui, ni Zélia n’était d’ailleurs là ce jour-là, tous deux pris par leurs propres obligations, rendant bien calme l’Agence pour le coup. Louise entrepris d’aller déposer ses affaires derrière le rideau qui séparait l’Agence, retrouvant bien planqué son fabuleux capharnaüm. Elle ne prit pas la peine de ranger quoi ce soit, hormis quelques papiers qui trainait encore sur le sol. Venant se faire chauffer un peu d’eau pour profiter d’un instant avec du thé.

Elle hésita un moment sur le parfum qu’elle prendrait aujourd’hui optant après moult réflexion pour vanille caramel, l’odeur emplissant bien vite la pièce alors qu’elle revenait s’asseoir au bureau. Louise n’aimait que peu la solitude, la fuyant généralement à grande enjambée dès qu’elle le pouvait, mais l’Agence avait été son lieu de vie pendant tellement de temps après sa vie de sans-abris qu’au final rare furent les angoisses quand elle fut ici.

Sauf quand évidemment Zélia faisait mumuse à zombifier des poulets. Elle eut un frisson de dégout et de peur à cette idée, sirotant calmement son thé, se demandant quel genre de personne passerait la porte aujourd’hui. Quelle histoire allait-on lui raconter ? Peut-être une histoire d’amour, où les deux acteurs principaux se sont perdus de vue et ne cherchent qu’à se retrouver, alors l’un des deux sonnerait à la porte de l’Agence en quête d’aide et de soutien. Et après des recherches acharnées, ils se retrouveraient, s’aimant autant qu’au premier jour. Louise adorait les histoires comme cela, son côté bien trop fleur bleue exacerbée de romantisme.

Louise portait ce jour là aussi une de ses tenues hors du temps, une de ses tenues en accord avec la campagne reculée de laquelle elle venait. Un assortiment de choses loin d’être à la mode mais dans lesquelles elle se sentait juste parfaitement bien. A savoir une jupe en pas moins de quatre pans allant d’un vieux rose à du beige avec un rajout de dentelle, cousue par sa mère, assortie d’un haut bleu gris lui aussi duquel la dentelle dépassait, réhaussé d’un gilet blanc cassé assorti à des bottes marrons, proche de celles que pourraient porter un enfant. Et son collier, celui de sa mère décédée toujours fièrement autour de son cou.

Louise n’avait rien de ses femmes fatales au combien elle les enviait, ses longs cheveux blonds retombant sur ses épaules. Elle n’osait pas porter de telles tenues, d’aussi belles tenues, la lapine manquant cruellement de confiance en elle.
Et c’était bien sans le savoir qu’au final cela avait un peu fait sa réputation, car peu de personne de la Nouvelle Orléans ne se baladait avec des tenues si peu au gout du jour. Elle allait parfaitement avec son Agence au final, décalée, hors du temps, et à prendre tel quel.

Elle tira le bras, pour laisser un petit air de musique envahir lentement la pièce, comme l’odeur de son thé le faisait déjà.

Quelle Surprise lui réserverait donc aujourd’hui ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4636-louise-lowell-is-ok-to-be-st
Zénon Petitpas
Métamorphes
avatar

Identification
Emploi: Peintre et tatoueur
Age apparent: 28 ans
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: "How Could I Help You ?" - Pv Zénon   Dim 17 Juin - 23:37

Ils sont là. Encore. Ils le traquent. Le vieux barbu au regard fou, avec sa crinière de neige et son faux air respectable. Il s'était d'abord senti suivi, puis Zen l'avait croisé deux fois en une semaine il y a quelques temps. Deux fois où sans comprendre il se retrouvait avec en main un papié glissé par l'autre énergumène. La première fois, c'était pour une soirée coquine "Baguettes et Carottes", et la seconde fois une carte cadeau dans un magasin chocolatiers pour retirer un paquet "Mon coeur pour toi", avec des chocolats fourrés et une décoration romantique déguoulinante où de petits coeurs s'entassaient pour visiblement voir comment inonder le packaging le plus possible. Le pire avaient été les chocolats, en forme de lièvres ou de lapins. Sage, ou endormis, ou bondissants.. Mais entre ça et la première soirée.. Y avait une thématique, non ? C'était le mois dernier, et depuis le vieux ne l'avait plus abordé directement. Jusqu'à aujourd'hui.

- Bonjour, monsieur. Auriez-vous l'heure ?

Il avait dit ça en le fixant, avec une air faussement distingué qui avait fait plisser les yeux à Zen. Celui-ci avait eu presque envie de lui feuler à la figure, mais avait été pris de court par l'odeur de vieux et les taches sur le pull. De la bave, hein ? Ouais, on aurait bien dit de la bave, ou du yaourt. Distant, poker face en plein, l'artiste avait gardé sa réserve. On se demande bien pourquoi.

- Pas de montre, téléphone déchargé. Mes excuses, bon courage, au revoir.

Et de passer son chemin, en sentant sa nuque brûler sous le regard de l'autre stalker creepy. Entre lui et la donzelle aux fleurs.. Oui parce qu'ils étaient deux. A tour de rôle. Au début Zénon avait cru que c'était un hasard, juste un karma poisse comme ça arrive parfois. Mais il avait un jour surpris la zombie des fleurs -y avait des taches de pourriture  sur sa main et l'odeur ne permettait pas de s'y tromper, zombie en plein- à parler avec le vieux libidineux. Zen avait vite passé son chemin mais avait vu la demoiselle le suivre à quelques reprises. Autant dire qu'il avait fait moults détours pour la semer avant de rentrer. Et même là.. Elle l'avait retrouvé. Lui avait donné des roses à plusieurs reprises non loin de chez lui, en commentant sur le langage des fleurs. En lui offrant des rouges pour la passion, lila pour le désir, orange pour l'attraction. Alerte creep.

Il avait prévenu Finn que deux gens chelous le suivaient et trainaient dans le coin. Au cas où Fox les croiserait, pour qu'il passe son chemin. Et pendant quelques temps, ça s'était calmé. Jusqu'à aujourd'hui, donc. 11 heures 38 minutes 25 secondes précisement. Zen s'en souvient très bien.

Alors en rentrant de sa course, il avait cherché comment régler ça et qui pourrait l'aider. C'est comme ça qu'il est tombé sur une vieille carte oubliée de l'ALED. Et le chat s'était dit que pourquoi pas.

C'est pour cela que vers six heures il toque à la porte de l'agence, qu'il a un peu peiné à trouver. Ou plutôt, il ne s'était pas arrêté devant, parce que ça avait l'air fermé. Mais les graph était beaux.

Le Chat toque, le Chat entrouvre la porte, le Chat regarde s'il y a quelqu'un. Un bref coup d'eil derrière pour vérifier qu'il n'y a aucun des deux pervers bizarres, et le voilà qui rentre. Quand il contemple à nouveau dans la pièce en formant derrière lui, il te voit. Te regarde. Et se rappelle que c'est à lui de se présenter et d'expliquer pourquoi il est venu.

- Bonjour. Hmmm. L'ALED, c'est bien ici ? Je ne me suis pas trompé ?

Manquerait plus que ça, tiens. Ca serait le pompom. Parce que sans vouloir te vexer, mademoiselle, il ne s'attendait pas vraiment à ce genre de personne, pour l'agence de détective.

Mais faut pas juger.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4678-zenon-petitpas
Louise Lowell
Métamorphes
avatar

Identification
Emploi: Detective et Libraire
Age apparent: 24
Dangerosité:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: "How Could I Help You ?" - Pv Zénon   Lun 18 Juin - 19:01

Louise entendit la vieille porte s’ouvrir, jetant un œil dans la direction de ladite porte, déposant sa tasse de thé, se connaissant assez pour savoir qu’elle était très largement capable de se la reverser dessus et de se bruler. On ne se refait pas comme on dit. Louise déposa donc sa tasse un large sourire au visage, se levant pour aller accueillir le visiteur, la lapine manquant comme toujours de tomber se faisant pour ainsi dire un croche patte à elle-même. La blonde se rattrapant comme elle put, se remettant droite, un peu gênée d’avoir eu l’air stupide à peine quelqu’un fut entré.

« Excusez-moi, Oui vous êtes bien à l’Aled, je suis Louise enchanté ! »

Elle se rapprocha du jeune homme, tendant sa petite main pâle vers lui, un sourire joyeux aux lèvres. Il était bien plus grand qu’elle, au moins une tête de plus. Après ce n’est pas bien compliqué d’être plus grand que Louise si on peut dire, la blonde n’atteignant qu’avec difficulté si on puit dire le mètre soixante. Il était bien habillé, tellement plus actuel que Louise. Il lui semblait peut-être un peu angoissé sans qu’elle ne sache véritablement pourquoi. Peut-être avait-il eu du mal à trouver l’Agence ? Ou avait-il des problèmes. En tout cas pas trop de doute sur un point. C’était un métamorphe, après quant au totem ça Louise n’en avait aucune idée.

« Mais je vous en prie, installez-vous-en quoi puis-je vous aider ? Je peux vous débarrassez de vous veste peut-être ? C’est pour une affaire ou pour un emploi ? »

Elle l’invita à s’asseoir en face de là où elle était installée précédemment, lui attrapant une chaise confortable, veillant toujours à ne pas une nouvelle fois tomber, et à ne surtout rien déplacer pour de plus pour ne pas se faire tuer par Cassian quand celui-ci passerait. La voix de Louise ne portait pas beaucoup, mais elle essayait de ne pas paraitre complètement inaudible non plus. On fait avec ce qu’on a comme dit le dicton.

« Je peux vous proposer quelque chose à boire ? J’ai du thé, du café, ou bien de l’eau ? »

Elle attendit sa réponse pour le servir ou non, avant de revenir à sa place, sortant un carnet pour prendre des notes, attentive au jeune homme. Enfilant ses lunettes, qu’elle ne se permettait de mettre que lorsque que Cassian fut absent. Bigleuse et Lapin Nain, il y a déjà assez de honte comme ça à gérer dans la tête de notre maladroite de Louise.

« Afin de pouvoir faire le dossier, il va me falloir déjà votre nom et votre prénom. Les moyens de vous contacter et ensuite que vous me racontiez tout dans les moindres détails. Généralement, vous recevez des nouvelles très rapidement, on est une équipe efficace ! Les autres ne sont pas là aujourd’hui mais c’est parce qu’ils travaillent. Je vous donnerais mon mail de toute façon et mon téléphone personnel si vous avez le moindre soucis où la moindre angoisse. Je m'occupe de vous.»

Elle sourit largement prête à écrire la moindre chose. Le premier entretien c’est toujours le plus important. Celui qui permet de démarrer l’enquête, mais aussi de découvrir encore et toujours une nouvelle histoire, une nouvelle aventure. Une nouvelle chance d’aider.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4636-louise-lowell-is-ok-to-be-st
Zénon Petitpas
Métamorphes
avatar

Identification
Emploi: Peintre et tatoueur
Age apparent: 28 ans
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: "How Could I Help You ?" - Pv Zénon   Dim 24 Juin - 23:16

Un sourire. Blonde, jolie. Bon, bon, bon. Foutue saison, ça déconcentre un peu.

Nerveuse aussi, un peu. Comme lui, mais pas pareil. Tu as failli trébucher en venant l'accueillir, et il te sourit un peu pour montrer que c'est pas grave. Tu as un peu l'air gênée. Si tu dois l'aider, il n'a pas envie de t'avoir à dos. Ce serait très con, hein ? Tu t'avances, lui tend la main pour la serrer. Il est sage, Zénon, et te la serre volontier. Poli, bien dressé le chat. Il a un micro sourire, quand il note que tu es une méta. Lapin. Lapin, c'est bizarre et ça ne veut rien dire, mais ça lui donne confiance. Peut-être de savoir que tu es de son espèce, et pas d'un animal plus imposant que lui.

Il te suit ensuite et s'installe sur une des chaises, hoche la tête en remerciement, te tend sa veste sans trop suivre et il.. Oh tu vas vite, avec tes questions. Vive, ouais. Il te regarde l'espace d'un instant, un peu perplexe, et incline la tête sur le côté. Emploi ?

- Huuuuuh..

Wow. Là, Zénon s'épate lui même devant un tel manque d'éloquence. Il se reprend cependant, alors que tu t'agites partout et qu'il sent par moment de discrètes effluves de ton odeur. Lui, il se remet doucement dans le bain. ALED c'est bon, il a trouvé. Quelqu'un à qui causer, c'est bon aussi. Qui cause bien d'ailleurs, fouh.

- A moins que vous ne cherchiez un tatoueur ou un peintre, je doute pouvoir postuler à quoi que ce soit.

C'est dit avec un demi sourire de chat, et des yeux qui pétillent. Une "affaire", donc. Il se demande combien de cas vous avez, comme ça. Peut-être que vous avez déjà entendu des deux fous pervers ? Si ça se trouve, ça va se croiser avec une autre affaire. Si ça se trouve, c'est du rien du tout comparé à d'autres trucs que vous gérez et ça sera réglé simplement. A cette pensée, le chat se calme un peu et parvient mieux à se concentrer sur la suite.

- Oh, un café ce serait parfait. Noir sans sucre, si c'est possible ? Mais sinon c'est pas un problème, je m'adapte.

Tranquille, le chat. Et en deux deux, tu le sers, tu t'installes. Ca fait rodé, et le chat s'en amuse un peu : il se sent un peu comme dans un film. C'est presque amusant, au fond. Mais à peine fait-il ce constat que tu reprends la paroles, et tu parles, parles, parles. Parles.

Bon bah. Allons-y. Zneh se concentre un peu pour se remémorer toutes tes questions. Essayer, du moins.

- Zénon Petitpas,  p e t i t p a s  tout attaché.

Il épelle au cas ou, parfois les gens ne mettent pas le "t" muet. Ensuite il te donne numéro de téléphone, et -après un très court moment de réflexion- son adresse perso. Ulthar ou LittleSteps, ça ne serait pas adapté. Et enfin.. Il te raconte. Tout, tout ce dont il se souvient. Les premières fois qu'il remarque le vieux fou l'observer il y a un bon mois, ses approches et présents bizarre, puis la zombie aux fleurs, la fois où il les avait vu ensemble, la période de calme puis eux vers chez lui.. Tout. Il raconte tout ce qu'il peut trouver, y compris l'apparence des deux stalkers, parce qu'il se doute bien que tu en auras besoin. Après avoir dit tout ça, il soupire un peu, réfléchit pour voir s'il a oublié quoi que ce soit. Ne trouve rien, comme ça, alors termine son café qui est maintenant froid. Et finit par conclure, un peu mal à l'aise.

- Ils ne m'ont rien fait de mal au fond. Mais c'est juste très.. Malaisant. D'instinct, ils me hérissent.

C'est une façon de parler, puisqu'il n'a pas de pelage. Mais l'idée est tout de même assez littéralement juste.

- Est-ce que c'est moi qui psychote et devient parano ?


Ca, il se l'est beaucoup demandé, quand même.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4678-zenon-petitpas
Louise Lowell
Métamorphes
avatar

Identification
Emploi: Detective et Libraire
Age apparent: 24
Dangerosité:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: "How Could I Help You ?" - Pv Zénon   Lun 25 Juin - 21:32

La jeune blonde attrapa la veste du jeune homme, l’accrochant concieusement au porte manteau pour que celle-ci ne soit pas froissées. Elle se stoppa un peu en entendant qu’il est tatoueur et peintre de surcroit. Cela fait réfléchir Louise en instant, elle s’en souviendrait pour un autre moment probablement. Tout était toujours bon à noter.

Louise lui servit ce café noir sans sucre avec un sourire.

« Je prends toujours gare à avoir ce qu’il faut. Parce que les gouts et les couleurs c’est différent en fonction de chaque être. »

Louise reste attentive et prends note de chaque élément qui lui sont transmis, pour que le dossier soit le plus complets possible. Parce que notre chère Louise elle en a vu des dossiers où elle n’avait même plus de quoi recontacter le client…Faute d’organisation dira-t-on, ou peut-être défaut de jeunesse. Zénon, elle sourit au prénom, l’appréciant. Ce n’était pas véritablement courant.

« Vous avez un bien joli prénom, ce n’est pas courant. »

La Lapine écoute, sérieuse ton histoire, elle en a entendu bien des aventures dans cette toute petite pièce en dix ans. Toutes plus folles les unes que les autres, toutes plus réelles que jamais. Au point qu’il devenu naturel pour elle de voir tout ce qu’on lui raconte, tel un rêve. Louise s’imagina parfaitement la scène, veillant à ce que ces émotions ne soient pas trahis par son visage. Peine perdue. La lapine était un sacré livre ouvert.

« Mais c’est affreux ! »

C’était sorti plus vite qu’elle n’avait pu le réfléchir. Son visage inquiet et offusqué prenant parfaitement sa place. Une peureuse comme elle, ne pouvait que frémir de la situation dépeinte par Zénon à cet instant, mais qui pouvait bien faire ça sérieusement. Elle hocha doucement la tête, consternée et résignée.

« Je vous assure Monsieur Petitpas que nous sommes bien loin de la parano. »

Louise était on ne peut plus sérieuse. Tout ceci n’avait rien à voir avec de la parano, personne ne se comportait comme cela dans la vie de tous les jours. Non mais sérieusement. Même si elle voyait le bon partout, Louise ne doutait que l’on puisse perdre parfois pied, ou bien se tromper de voie l’espace d’un temps.

« Vous vous sentiriez de les dessiner ? Ou de les décrire en détails pour que je puisse en faire un portrait ? »

Elle avait de la compassion et de l’inquiétude pour Zénon et par-dessus tout elle voulait l’aider. Elle lui laissa le temps de répondre et de réfléchir aux deux propositions, sortant seulement ensuite du bureau de quoi dessiner.

« Qu’attendez vous de moi. Je veux vraiment vous aider. Vous souhaitez qu’ils stoppent leurs agissements, ou souhaitez vous des preuves pour en référer à la police ? Une protection peut être ? »

Louise était toute ouie. Elle l’aiderait envers et contre tout, refusant de les laisser dans une telle situation stressante et inquiétante par-dessus le marché ! Qui sait sur quel genre de stalker ce pauvre jeune homme était tombé. Peut-être était-ce une secte cherchant à l’enrôler ? Ou des personnes peu scrupuleuses voulant l’exploiter. PIRE un de ses gangs, Louise en ayant lu un article hier dans le journal. Elle en eut des frissons rien que d’y penser.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4636-louise-lowell-is-ok-to-be-st
Zénon Petitpas
Métamorphes
avatar

Identification
Emploi: Peintre et tatoueur
Age apparent: 28 ans
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: "How Could I Help You ?" - Pv Zénon   Mar 3 Juil - 20:45

Tu prends soin de sa veste comme si elle était faite de soie.. Et ça l'amuse un peu. Oui, son blazer il y tient. Mais tout de même, pas la peine de trop t'en soucier. Il en a vu d'autres, même si le chat en prend soin. Le café noir qui arrive ragaillardit le félin, et ça se voit : il se redresse un peu, et enveloppe bien vite la tasse de ses mains. Un grand bonhomme noir, avec des fringues noir, qui peletonne ses paluches aux longs doigts fins autour d'une petite tasse.. De café noir. Y a un thème, non ? Il hoche docilement de la tête quand tu parle des goûts de tout un chacun, mais ne voit pas quoi ajouter de plus. C'est vrai, ce que tu dis. Très vrai. Et puisque vous êtes d'accord, pas besoin de trop en faire une dissertation.

Tu souris beaucoup, tu le sais ? Il aime bien, le chat, les gens comme ça. C'est simple et agréable. Reposant. Tin compliment sur son prénom lui arrache un sourire également, et pour ceux qui connaissent son totem on pourrait presque deviner un ronronnement. Heh, y a pas de petit plaisir, et c'est toujours agréable d'avoir des compliments. Zénon ne crache jamais dessus, son égo lui en voudrait. Et justement, il le bichonne quand il le peut. Peut-être un peu trop.

- Je n'en ai pas trop croisé d'autres pour l'instant, et ça me va bien comme ça.

Il préfère rester unique, ou en tout cas un spécimen rare. Il y a plus de chance de marquer les esprits, et de ressortir du lot. Contrairement à Fox, le Sphynx aime l'attention. On l'a bien vu à l'appel des Munins il y a quelques temps..

Tes expressions lui plaisent. Elles sont franches, sincères et directes. Pour un peu, il pourrait avoir envie de les croquer à la va-vite. Juste pour jouer avec le temps, juste pour capturer l'instant. Le Peintre en lui n'est jamais bien loin, et il mémorise sans trop de peine quelques jeux d'attitudes. Peut-être s'en resservira-t-il plus tard, qui sait ? Et même si ce n'est pas le cas, c'est de toute façon un passe-temps trop habituel, qu'il fait presque par réflexe. Mais ça l'amuse de te voir si impliquée, oui. Pour un peu, il pourrait presque croire que c'est à lui de te rassurer et de te dire que tout vas bien, les deux autres ne sont pas là. Mais à cette pensée, il laisse échapper un reniflement nerveux. Espérons qu'on effet ils ne sotn pas là.

Au moins, tu es d'accord avec lui : il ne délire pas et n'est pas en réaction abusive. C'est déjà ça.

Quand tu lui demandes s'il pourrait les dessiner, là le chat revient en plein. Un sourire espiègles aux lèvres, il te jette un regard amusé avec un air de te demander si tu es sérieuse. C'est pas méchant, mais un peu taquin quand même. Les dessiner ? Oh, oui il peut ! Mais en même temps, quand tu offres de les dessiner, il hésite. C'est toujours intéressant, de découvrir de nouveaux artistes. Il aime bien, Zénon. On ne se refait pas. Sauf que ce serait sans doute moins précis, et plus long de les décrire.

- Pas de soucis, je peux les croquer. Vous dessinez aussi ? J'ai presque envie de les décrire pour voir votre coup de crayon, mais ce serait sans doute moins pratique. Une prochaine fois, qui sait ?

Un clin d'oeil mutin, et il saisit le matériel pour commencer à se mettre au travail. Tout en commençant l'esquisse du vieux libidineux, Zénon hausse légèrement des épaules à tes questions suivantes. Qui faire ? En voilà, une bonne question ! Il n'avait pas réfléchit jusque là.

- Je ne sais pas trop ce qui est possible. Si la police pourra ou même voudra faire quoi que ce soit. Je ne sais pas s'ils se dérangeront pour un Outre, ils diront sans doute qu'ils ont d'autres chats à fouetter.

Un rictus amusé à sa propre bêtise, Zénon continue.

- Personnellement, je voudrais qu'ils me fichent la paix, et que ça ne retombe pas sur mon coloc. Et si ça peut empêcher qu'ils fassent des crassent à d'autres, c'est pas plus mal. Je ne vois pas pourquoi je serais le seul à qui ils font ça, après tout.

Sous ses croups de crayons, un visage apparaît au fur et à mesure. Un homme âgé, sans doute la soixantaine ou un peu plus. Cheveux blancs, de grandes boucles folles un peu dégarnies sur le frond. Un bouc, des pommettes un peu saillantes.. Mais Zénon digresse un peu d'un simple portrait descriptif, parce qu'il se rend compte avec un temps de retard qu'il a aussi croqué le sourire un peu sale, la fente entre les deux incisives, et le regard légèrement par en dessous. Même comme ça, en simple esquisse, Zneh a envie de lui feuler dessus.

Avec une mine embêtée, il redresse la tête vers toi.

- Huuuh. .. C'est gênant si c'est un peu expressif ?

Il pourrait recommencer, au pire. .. Et garder cette esquisse pour un tableau ou une illu.
Herm. C'est peut-être un peu glauque, comme idée.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4678-zenon-petitpas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: "How Could I Help You ?" - Pv Zénon   

Revenir en haut Aller en bas
 

"How Could I Help You ?" - Pv Zénon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE I : Le quartier des affaires ¤ :: ║La zone portuaire║ :: Agence Louisiane d'Enquêtes Divinatoires-