Qui est en ligne ?
Sur Discord, en ce moment.



 

Partagez | 
 

 De révélations en célébration

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Jesse Coleman
Normes
avatar

Identification
Emploi: Chargé de cours/ Doctorant
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: De révélations en célébration   Sam 3 Fév - 3:49

Il était évident que l'évolution avait été extrêmement rapide. Plus encore pour des personnes telles que ces deux-là, qui étaient aussi prompts à s'ouvrir et à se laisser approcher qu'à être souriants et aimables envers le premier venu sans la moindre arrière-pensée. Et pourtant, ils étaient là, à avoir une discussion à coeur aussi ouvert qu'il était possible de l'avoir pour eux, quand un peu plus tôt dans la soirée ils admettaient ne pas être certains de ce qu'ils ressentaient. C'était inattendu, et potentiellement effrayant.

Malgré tout, Jesse ne s'en inquiétait pas. Oh, bien sûr, une partie de lui se demandait si tout cela était une bonne idée, d'autant qu'il connaissait plutôt bien les capacités de la vamp en face de lui à simuler et à manipuler pour s'octroyer ce qu'elle voulait. Mais les événements l'avaient jusqu'à présent incité à lui faire confiance.

Et de toute façon, il n'aurait pas pu s'en empêcher. Ailin l'avait toujours attiré, de bien des manières, très tôt après leur rencontre. Il le lui avait dit, d'ailleurs : son intelligence et sa verve vives et acérées, notamment, avaient fait qu'il avait rapidement recherché sa compagnie. Et tout ce qu'il avait découvert chez elle lui avait plu. Même ce danger qu'elle représentait en permanence (ou presque), et par lequel il se sentait attiré comme un papillon l'aurait été par la lumière. Ce n'était pas en soi quelque chose de nouveau pour lui. Ce qui l'était, c'était que tout cela soit présent chez une seule et même personne. Et cela faisait partie des raisons de cette évolution rapide, selon lui.

Du moins, c'est ce qu'il se dirait lorsqu'il aurait le temps de réfléchir à tout cela à tête reposée. Car pour le moment, la discussion en cours ne lui permettait pas de mettre en place tout ce système de pensées, plus encore quand il était celui qui prenait la parole et dévoilait des choses qu'il ne se souvenait pas avoir énoncées à voix haute auparavant.

L'universitaire distingua la surprise dans le regard gris de la vampire et ses lèvres s'étirèrent contre sa joue en un très léger sourire. Jusqu'à présent, elle avait semblé savoir, ou s'attendre à tout ce qu'il lui avait dit. Il ne savait pas si ce changement était une bonne ou une mauvaise chose, mais rien ne l'empêchait de s'en amuser un peu, non ?

Il ferma un instant les yeux en sentant sa main sur le bas de son visage, s'abreuvant des sensations. Cela ne voulait pas dire qu'il n'écoutait pas ce qu'elle disait : au contraire, il était extrêmement attentif à ses paroles. Il comprenait ce qu'elle voulait dire. Pour des raisons totalement différentes, et -il en était convaincu- dans de bien moindres proportions, il lui était également arrivé d'être dans une position similaire. Il n'eut pas le temps de faire le moindre commentaire, cependant, car Ailin enchaîna, et il rouvrit les yeux pour la regarder en biais, sans changer de position. Ils se posaient autant de questions l'un que l'autre. C'était évident, sinon la blonde n'aurait jamais initié cette discussion.

Néanmoins, ils restaient sur la même longueur d'onde. C'est pourquoi Jesse ne répondit pas verbalement, laissant une étincelle éclairer son regard pour tout indice. Il n'avait rien à ajouter, parce qu'il avait déjà mis en mots tout cela : la situation étant nouvelle, il ne savait pas exactement ce qu'il était prêt à faire, ou à recevoir. Il savait ce dont il avait envie, et il était conscient de vouloir tester ses limites. Tout comme elle. Malheureusement, pour le moment, il leur fallait se contenter de cela.

Il partageait son point de vue. Et ses hésitations. Et pourtant, il chercha à l'arrêter quand il comprit qu'elle était en train de penser à voix haute, et de se laisser embourber dans ses réflexions. C'était un cercle vicieux, preuve en était : ils étaient de retour à l'interrogation de départ. Alors, la prise de risque était un danger, c'était certain, mais ils n'auraient jamais les réponses à leurs questionnements s'ils n'essayaient pas.

Plutôt que de répondre par la voix, le doctorant choisit d'utiliser les actes, et reprit son chemin le long de la mâchoire de l'outre jusqu'à atteindre son oreille. Une étincelle de malice pétilla dans son regard sous verre lorsqu'il entendit sa réaction qui, quelque part, le faisait lui aussi réagir. Leurs chemins parviendraient peut-être à se croiser (un peu) plus facilement qu'ils ne le pensaient...

A cette fin, il prit soin de lui murmurer quelque chose. Et heureusement qu'il n'avait plus accès à son regard à présent, car y aurait-il déchiffré la douleur, il n'aurait pas cherché à continuer ses gestes et aurait probablement définitivement signé la fin de leurs tentatives pour la soirée.

Il n'était pas question de mettre en scène, à cet instant précis, ni du fétiche en soi (bien que c'en était un, il n'y avait ni doute ni honte là-dessus), mais bel et bien de cette communication qu'il leur était nécessaire d'avoir. Jesse ne savait pas jusqu'où il pouvait aller exactement, mais il savait ce qui, à coup sûr, permettrait d'aller plus loin dans cette exploration. Et c'était pour cela, qu'il lui avait glissé ces quelques mots.

Heureusement, Ailin était entrée dans une réflexion similaire, ce qui rendit la suite un peu plus simple. Il la serra plus fort contre lui lorsque leurs lèvres se rejoignirent et il répondit à sa passion sans se faire prier. Rapidement, ses mains retrouvèrent le chemin du bas de son dos, sous son pull, qu'elles remontèrent doucement en glissant le long de la taille de la blonde, jusqu'au bas de ses côtes, qu'il frôla du bout des doigts. Son souffle était de nouveau plus rapide, et l'une de ses mains était remontée dans la nuque de la vamp pour jouer avec ses cheveux tandis que l'autre courait sur le ventre plat à présent dénudé.

L'universitaire avait, à un moment, ouvert les yeux pour la regarder. Il voulait la voir, étudier ses réactions, apprivoiser ce qu'il se passait entre eux avec le plus de précision possible. Accessoirement, la lueur qui perçait doucement mais sûrement dans son regard gris étrangement lavande devenait dès lors difficile à manquer.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4467-jesse-coleman
Ailin Dyce
Vamps
avatar

Identification
Emploi: Maîtresse Vampire, ex-strip-teaseuse aux Plaisirs Coupables
Age apparent: 21 ans
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: De révélations en célébration   Sam 3 Fév - 12:37

La situation était excessivement compliquée. Il y avait une incompatibilité entre les fonctionnements de Jesse et d'Ailin qui semblait vouloir se moquer de tout ce qui, autrement, les rapprochait au point de briser toute retenue.

L'absence, ou en tous les cas le manque de libido de Jesse au delà de certains schémas qui faisaient qu'elle n'était pas dirigée sur elle, mais sur un acte précis, refroidissait une partie d'elle sur laquelle elle n'avait aucun contrôle. Et cela s'ajoutait au fait que le moindre accident de parcours briserait le peu d'équilibre qui lui restait. Ce peu d'équilibre qu'elle avait jusqu'à présent réussi à sauver, malgré la maltraitance de Précieuse, grâce à la distance inhumaine qu'elle parvenait à tenir par rapport aux gens et aux événements.

De son côté, Jesse ne pouvait pas faire grand chose de plus : il ne maîtrisait pas plus ses orientations qu'elle ne maîtrisait ses traumatismes ou la façon dont elle vivait son genre. Ailin le savait parfaitement et elle ne le tenait pas responsable. Cette épreuve qu'ils étaient obligés d'affronter n'était le fait de personne, si ce n'est d'un destin cruel.

Fait inhabituel chez elle : elle se répétait. Il y avait dans ce qu'elle venait de dire des informations qu'elle avait déjà formulé autrement. Seulement, elle n'était pas sûre de s'être bien fait comprendre. Jesse ne lui avait pas répondu directement la première fois, selon elle, il avait préféré éluder le problème pour continuer sur un mode qui, elle venait pourtant de l'expliquer, lui convenait mal.

Son silence était pourtant plutôt éloquent, cette fois : il considérait avoir déjà donné son point de vue sur la question. Pourquoi, dans ce cas, restait-elle frustrée, terrorisée, insatisfaite ? Était-elle donc subitement devenue si peu capable de transmettre ses émotions ? Ne comprenait-il pas la gravité de la crise qu'elle traversait ? Elle avait l'impression d'être dans l'océan, naufragée accrochée à une planche, d'apercevoir une barque passer, d'appeler à l'aide et de ne recevoir qu'un sourire agréable et qu'un salut de la main de la part de celui qui la dirigeait.

Là encore, ce n'était la faute de personne. Il était évident que chacun faisait de son mieux. Les incompréhensions allaient dans les deux sens, mais ils luttaient pour refermer ce gouffre qui de façon tout à fait inattendue s'était ouvert entre eux. Elle se demandait vraiment si l'issue recherchée valait la peine qu'ils continuent. Une partie d'elle en était convaincue : ils auraient probablement mieux fait de revoir leurs ambitions à la baisse et de se contenter de ce qu'ils appréciaient tous les deux à coup sûr.

Pourtant, il restait quelque chose d'incompréhensible qui les poussait vers l'avant malgré le vent contraire.

A cause de ses dispositions internes, la vamp avait initialement souffert de la demande formulée par Jesse et cela s'était vu, dans ses yeux. C'était une chance qu'il ne l'ait pas remarqué car la réaction qu'il aurait eu aurait provoqué une dangereuse réaction en chaîne. Celle qu'elle craignait et qu'elle tentait d'expliquer depuis un bon moment maintenant. Leur première soirée se serait soldée sur une crise de nerfs impressionnante. Cela aurait été un gâchis sans nom, dont il n'était pas sûr que cette relation naissante se serait aisément relevée.

Elle usa de tout le self-control qu'elle possédait (c'était à dire beaucoup) pour ignorer la tempête qui juste au dessous de son épiderme menaçait de l'emporter, ce qui lui permit notamment de cacher la force des tremblements qui s'étaient mis à la secouer, de sorte à ce qu'on puisse penser qu'ils ne faisaient qu'un avec le désir non moins frémissant qui la secouait de partout, surtout lorsque Jesse l'embrassait ainsi qu'il le faisait.

Elle était brûlante et glacée. Surexcitée et morte d'effroi. Bougeante et figée. Volontaire et récalcitrante. Autant d'émotions qui n'auraient absolument pas dû aller ensemble et qui pourtant lui semblaient couler de source à cet instant précis, sans pour le moment que cela ne fasse obstacle à la suite de ce qui adviendrait. Il ne faudrait pas grand chose pour que la donne change. Il ne restait plus qu'à croiser les doigts pour que cela n'arrive pas.

Ce qui était certain, c'est que les doigts de Jesse qui couraient sur sa peau partout où leur présence était bienvenue, tout en évitant les endroits qui auraient pu être gênants, lui faisaient un effet considérable. Il n'allait plus manquer grand chose pour qu'elle plante ses griffes dans son dos oublieusement, ainsi qu'il le lui avait conseillé.

Cela arriva au moment où il porta la main à l'arrière de sa tête de sorte à jouer avec ses cheveux. Si il l'ignorait encore, Jesse allait bientôt découvrir qu'il s'agissait là d'un des points sensibles de la vamp : elle se crispa d'un coup, retint sa respiration, et puis s'enflamma brutalement. Le baiser se renforça un bref instant, en même temps que ses ongles rentraient dans l'épiderme qui recouvrait les épaules du jeune homme.

Le temps d'une respiration qui leur serait à tous deux nécessaire pour des raisons différentes, elle éloigna son visage, mais rien qu'à peine. Son nez glissa contre celui du norme. Sa bouche entrouverte appelait à plus. Ses yeux brûlants nageaient en dessous d'une forêt blanche échevelée. Une main dessina des sillons rouges dans le dos de Jesse tandis que l'autre ne pouvait s'empêcher d'embrasser sa nuque avec délicatesse. Elle aimait ce qu'elle lisait dans ses yeux, mais restait incapable de se laisser entièrement emporter par cette émotion.

La glace et le danger étaient toujours là.

C'est probablement pour cette raison qu'elle choisit de ne prendre aucune initiative, cette fois. C'était à Jesse de le faire, ou du moins de lui indiquer clairement qu'elle pouvait. C'était lui qui ne savait pas ce qu'il voulait, et ainsi qu'elle le lui avait expliqué, elle ne pouvait pas gérer cela pour lui. Elle n'avait pas le capital émotionnel pour ça.
_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3339-ailin-dyce
Jesse Coleman
Normes
avatar

Identification
Emploi: Chargé de cours/ Doctorant
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: De révélations en célébration   Dim 4 Fév - 2:30

Ce problème d'incompatibilité n'était pas une première pour le doctorant. Le contexte, cependant, toute la situation qui l'entourait l'était, et c'était pour cela qu'il était bien plus complexe qu'en temps normal. Il aurait préféré avoir déjà les réponses à ses propres questions. Ainsi, il aurait été bien plus simple de répondre à Ailin, de la rassurer, et de s'assurer (ou presque) que cette soirée ne tournerait pas à la catastrophe.

Mais ce n'était pas le cas, et ils se retrouvaient comme deux novices dans une situation complètement inédite. La raison aurait voulu qu'ils s'abstiennent de réessayer : il était évident que cette catastrophe avait plus de chance d'arriver que le contraire. Et pourtant , n'arriverait-elle pas plus vite encore s'ils s'interrompaient brutalement ainsi ? Le doute était permis. Une décision avait été prise et il fallait s'y tenir, car jouer les girouettes aurait été bien pire. De cela, Jesse était convaincu.

C'était du moins ce qu'il s'était dit sans voir la réaction de la vamp à ses paroles, car s'il l'avait vue, il aurait plus qu'hésité à poursuivre, malgré ses résolutions. Soyons donc heureux que ce ne fut pas le cas, et que le naufrage se soit éloigné l'espace d'un instant, à défaut de complètement disparaître.

Il fallait bien l'immense capacité de contrôle d'Ailin pour que ses tremblements échappent aux perceptions du brun, qui ne manquait jamais ce genre de choses, et encore moins avec une telle proximité. Mais c'était aussi ce qui l'avait attiré chez elle, cette impossibilité de pouvoir la lire totalement, contrairement au reste du monde.

Il y avait également le fait que, présentement, il tâchait de se connecter un peu plus à ses propres ressentis pour éviter que tout parte à vau l'eau. Son incroyable don de lecture dans le comportement d'autrui en était un peu impacté.

Il réalisait que le contact de la peau froide sous ses doigts était toujours aussi agréable. A ce stade, Jesse chercha à déterminer si c'était le manque de chaleur ou sa (non-)propriétaire qui lui plaisait le plus, ce qui était terrible à penser, mais ce détachement lui était paradoxalement nécessaire pour se définir, et pouvoir donc ensuite répondre correctement aux attentes de la vamp.

Les réactions qu'il sentait dans chacun de ses gestes lui donnèrent rapidement la confirmation qu'il souhaitait. C'était Ailin, là, sous ses doigts, et c'était bien ce qui importait. Quelques secondes plus tard, il glissait sa main dans les cheveux blonds, à l'arrière de son crâne. La réaction de la vamp, cette fois, ne passa pas inaperçue et l'universitaire eut même un léger sourire le long des lèvres de sa partenaire. Son amusement ne se montra cependant pas longtemps, happé par la passion avec laquelle le baiser se renforça, puis cette autre sensation dans son dos, toute aussi brutale, toute aussi agréable, qui contribuait à l'apparition de cette lueur dans ses yeux gris.

Ils s'éloignèrent le temps d'une respiration, et celle de Jesse s'était sensiblement accélérée. Ils se fixaient sans un mot, et il frissonna sous la caresse à l'arrière de son cou, qui tranchait avec ce qu'il sentait dans son dos. Plusieurs sensations l'assaillirent, et elles étaient toutes liées à cette paire d'yeux voilés qui pourtant l'observait sans ciller, dans l'expectative.

L'étudiant l'avait bien compris : c'était à lui maintenant de choisir ce qui devait se passer, ce qu'il était prêt à laisser arriver. Sa main dans la nuque d'Ailin bougea, passant devant son visage pour replacer les mèches qu'elle avait devant les yeux, avant de reprendre sa place pour combler à nouveau la distance entre leurs deux visages avec une passion renouvelée. Il lui mordilla la lèvre inférieure, sa main reprenant ses jeux capillaires tandis que l'autre glissait de son ventre à sa taille, de sa taille à ses hanches, de ses hanches à ses cuisses. Il ne se lassait pas de son contact. Qu'était-il prêt à voir arriver maintenant ? A peu près n'importe quoi, et c'était ce qui l'avait déjà frappé plus tôt : à l'heure actuelle, il aurait pu suivre Ailin quoi qu'elle décide de faire. Cela l'effrayait un peu, au bas mot.

Sauf que c'était à lui de décider. Il pouvait donc s'habituer à cette sensation, l'apprivoiser pour pouvoir adapter l'allure.

Le souffle rendu rauque par leurs activités autant que pas les diverses réalisations, l'étudiant s'éloigna à nouveau juste assez pour se permettre de respirer. L'une de ses mains alla chercher celle de la vamp et entrelaça ses doigts aux siens, avant de lui voler un bref baiser. Il posa leurs mains entre eux, au niveau de la ceinture, puis les dénoua.

Le doctorant n'était pas fait pour exprimer ses sentiments au quotidien, alors dans une telle situation il préférait laisser faire les gestes. Mais cela n'avait pas très bien fonctionné auparavant, alors il fit un effort. Il la serra contre lui, de manière à ce qu'elle ne puisse pas ignorer le désir qu'elle provoquait en lui, même s'il était toujours peu prononcé par rapport à ce que d'autres auraient pu montrer. Cela ne voulait pas dire que ce qu'il éprouvait était moins fort. Juste plus lent.

Ses mains remontèrent le long de son dos et appuyèrent sur sa nuque tout en la caressant du bout des doigts. Ses lèvres avaient repris le chemin de la mâchoire de la blonde, qu'il mordillait plus qu'il ne l'embrassait à présent. Enfin, il prit la parole.

"J'ai envie... de te sentir contre moi, de toutes les manières que nous estimons possibles. Je ne me lasse pas de ton contact, quel qu'il soit. Tu m'enivres, Ailin."

"possibles" signifiait ici ce qu'elle acceptait également, mais il espérait qu'elle l'avait compris. Sa voix était devenue un peu plus profonde, alors qu'il laissait une énième parcelle de contrôle tomber avec ces aveux. Allié aux gestes précédents, il n'y avait plus grand doute sur ce qu'il était prêt à voir arriver. Il se décala à nouveau pour pouvoir la regarder et répéta à mi-voix.

"Tu m'enivres, d'une façon que cette fameuse bière n'y parviendra jamais."

Car les mots qu'ils avaient partagés à ce sujet n'avaient pas été oubliés, et que leurs doubles-sens prenaient une toute autre dimension à présent.

Cette fois, ce fut lui qui fondit sur elle pour l'embrasser passionnément, une main fixée dans sa nuque, continuant de jouer avec ses cheveux maintenant qu'il avait repéré l'effet du geste. L'autre redescendait le long de son bras dans une douce caresse, mais prêt à la guider si elle faisait preuve d'hésitation. Dans le cas contraire, elle rejoindrait certainement le dos dénudé pour continuer ce qu'elle y avait commencé.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4467-jesse-coleman
Ailin Dyce
Vamps
avatar

Identification
Emploi: Maîtresse Vampire, ex-strip-teaseuse aux Plaisirs Coupables
Age apparent: 21 ans
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: De révélations en célébration   Dim 4 Fév - 14:19

Son corps était en feu. Elle se félicitait décidément de ne s'être pas nourrie avant de venir chez Jesse, ni d'avoir cédé à sa précédente proposition de morsure, car si elle l'avait fait, les choses seraient probablement devenues à la fois gênantes et insupportables. Il était évident que sa libido montait bien plus rapidement que celle du norme, et toutes ces façons dont il la touchait avaient changé le feu sage grondant dans la cheminée en brasier incontrôlable en moins de temps qu'il ne le fallait pour le dire.

Elle n'était pas d'humeur à s'adonner à des jeux violents car le moment s'y prêtait mal, mais cela ne signifiait pas qu'elle n'y était pas sensible. Elle l'avait signifié plusieurs fois dans la soirée : tout comme Jesse, elle avait un goût prononcé pour certains types de brutalités. La façon dont il lui mordit la lèvre la fit donc hoqueter, puis frémir, sans qu'elle ne l'ait vu venir. Pourtant, il ne serrait pas fort. Il n'aurait plus manqué qu'à ce qu'il lui tire les cheveux avec cette main qui glissait contre l'arrière de sa tête pour qu'elle perde entièrement pied.

Ce n'était pourtant toujours pas quelque chose qu'elle souhaitait. C'était la même différence qu'entre une bonne soirée, et une soirée un peu trop bonne dont on ne se souvenait presque plus : il y avait des subtilités qu'ils manqueraient, à ne pas faire assez attention.

Ce genre d'échanges, Ailin en avait couramment, avec des gens dont elle n'avait rien à faire, voire même qu'elle détestait cordialement. Preuve en était : elle avait  eu ce type de rapports avec Précieuse elle-même, alors que cette femme la maltraitait et que malgré le respect qu'elle avait pour son machiavélisme et son intelligence acérée, elle ne souhaitait qu'une chose : sa plus profonde et complète déchéance.

Elle appréciait tout de même mieux se trouver à la place de celle qui recevait, car au moins, cela lui rappelait aussi des moments passés avec Sigmund. Jamais elle n'avait dominé son créateur. Non... Cela, elle l'avait réservé à des êtres dont elle était entièrement détachée émotionnellement et que pour la plupart, elle méprisait - pas à cause de l'acte en lui-même, malgré les humiliations qui pouvaient en faire partie, mais parce qu'elle méprisait presque tout le monde.

Et ça ne signifiait pas qu'elle n'avait pas envie de changer ses habitudes. D'apprendre, ou de réapprendre à vivre ce genre d'expérience dans ce contexte particulier, dans cette nouvelle puissante relation. Il aurait été dommage qu'ils se privent alors qu'ils étaient tous les deux attirés par les mêmes jeux. Mais pour le moment, ce n'était pas pertinent. Elle avait besoin de marquer ce jour d'une pierre différente. Elle ne voulait pas que ce premier échange soit terni par les trop nombreuses expériences qu'elle avait eues, et qu'elle avait encore, et qui - cerise sur le gâteau - n'étaient pas vraiment consenties ces derniers temps.

Heureusement, Jesse avait le sens de la retenue. Peut-être n'avait-il pas plus envie qu'elle de rendre ce moment moins spécial : n'avait-il pas dit qu'il voulait essayer d'aller plus loin, et que c'était la première fois qu'il avait envie d'essayer sans le contexte en question ? Elle lui fit confiance pour ne pas abuser de ce qu'il avait pu lire chez elle à l'instant, et continua donc de se donner sans retenue.

Soudain, elle sentit les doigts du jeune homme se glisser dans les siens afin de prendre sa main en otage et de la guider plus bas. C'était à croire qu'il était impossible d'entièrement se défaire de ses schémas, même lorsqu'on essayait : se sentir ainsi à la merci de cette volonté affirmée l'électrisait complètement. Ses frissons devinrent plus longs, plus intenses. Sa respiration plus courte. L'acier de ses yeux fondit encore un peu plus, jusqu'à atteindre le point d'incandescence.

C'était peut-être aussi cela : d'une part, elle ne connaissait que cette position dans la seule autre relation réelle qu'elle avait eu par le passé. D'autre part, elle avait peur. Elle avait besoin d'être guidée. Autant de choses qui la poussaient d'un côté plutôt que de l'autre de ses tendances, malgré leur équilibre habituel, dans sa personnalité. Savoir ce qu'on l'autorisait à faire l'enveloppait dans un nuage de sécurité qui, étant donné son état de presque-crise actuel, n'était pas un luxe, mais une nécessité.

Le nuage était de coton chaud, et il aidait, doucement, à dégeler son organisme. Cela commençait par ses extrémités, mais elle sentait la vague remonter peu à peu tout du long de ses membres, et se diriger tranquillement vers le cœur du problème.

"J'ai envie... de te sentir contre moi, de toutes les manières que nous estimons possibles. Je ne me lasse pas de ton contact, quel qu'il soit. Tu m'enivres, Ailin."

Elle le fixait avec une intensité telle qu'elle aurait facilement pu percer son crâne et faire fondre son cerveau faute à la chaleur qui émanait de ses yeux. Cependant, ils se gorgèrent d'une nouvelle nuance de doute. Elle avait bien saisi les sous-entendus et de toute façon, elle s'en serait rendu compte sans qu'on lui précise : il fallait être juste. Elle ne pouvait pas demander à Jesse de formuler exactement ses limites si elle ne faisait pas de même, et elle ne lui avait à l'heure actuelle pas donné les informations en question. Parce qu'elle non plus n'avait pas su exactement ce qu'elle était prête à faire. Il était probablement temps qu'elle prenne une décision. Elle avait été incapable de se jeter à l'eau lorsqu'il avait été question d'essayer sans savoir des choses qui plairaient peut-être ou non à Jesse. Choisir pour son propre corps, néanmoins, était quelque chose qu'elle pouvait assumer, sans risquer la fameuse crise de nerfs qui commençait seulement à s'éloigner du direct océan des possibles.

"Tu m'enivres, d'une façon que cette fameuse bière n'y parviendra jamais."

Le rappel à cette conversation qu'ils avaient eue au club plus tôt fit naître un rire intérieur léger comme un cri d'oiseau, qui ressortit dans son sourire et dans la lueur malicieuse qui parvint à remonter à la surface de son regard malgré tout le reste de ce qui était déjà. Elle n'échappa qu'un ricanement ravi, mais son expression restait éloquente :

"Ne t'avais-je pas prévenu ?"

Elle n'eut pas le temps de dire ce qu'elle aurait pu avoir à dire, même si elle commençait à avoir une idée plutôt claire sur la question, son esprit enroué ayant été efficacement désembourbé par le trait d'esprit que Jesse venait de faire. Le norme avait happé ses lèvres pour un baiser passionné de plus, dans lequel elle se laissa encore emporter.

Elle appréciait la manière dont sa main ne l'abandonnait pas : il lui indiquait, en silence, qu'elle pouvait aller jusqu'au bout de ce geste suggéré plus tôt. Ailin ne se fit donc pas prier, enfin rassurée. Elle commença par glisser ses doigts par dessus le tissu et par caresser son contenu sans chercher à passer la barrière de vêtements. Aller trop vite n'avait pas été une bonne idée la première fois. Il était hors de question de recommencer. Et puis, pourquoi se priver de ces préliminaires ? Surtout sachant qu'ils lui permettaient de formuler ses propres exigences sans avoir à utiliser des mots qu'il lui aurait été désagréable de prononcer ? Elle éloigna son visage, enfin prête à faire cette déclaration :

"Je partage ce sentiment. J'ai envie de te sentir entièrement contre moi... Sauf à cet exact endroit là. Mais tout le reste... Je crois que finalement je porte trop de vêtements, Jesse."

Elle était prête à le rejoindre dans son actuel stade de nudité. Son torse plat la complexait. Elle n'aurait pas accepté de le dénuder dans tous les cas, mais ici, elle avait un tel désir de sentir leurs peaux plaquées l'une à l'autre que ça n'avait plus d'importance. Jesse lui avait fait comprendre qu'il la voyait telle qu'elle était. Qu'il ne la jugerait pas, ni se mettrait à la considérer autrement avec plus de "preuves" sous les yeux. Des preuves qu'il avait d’ailleurs maintes fois eu l'occasion de contempler au club.

Même avec Sigmund, les rapports ne se passaient pas tout le temps nus. Il lui arrivait très souvent de garder tout ce qui cachait ce qu'elle n'aimait pas chez elle. Mais voilà : ce soir, c'était si fort qu'elle n'en avait plus rien à faire.
_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3339-ailin-dyce
Jesse Coleman
Normes
avatar

Identification
Emploi: Chargé de cours/ Doctorant
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: De révélations en célébration   Ven 16 Mar - 21:25

Jesse n'avait pas anticipé la réaction d'Ailin, mais ce n'était pas pour autant qu'il n'y était pas sensible. Au contraire, sentir la façon dont elle réagissait à ses gestes, qu'ils soient doux ou plus brutaux, le confortait dans ses actions et le rendait un peu plus assuré. C'était loin d'être une question d'ego (même si c'était évidemment fortement appréciable). Il s'agissait plutôt du fait que cette situation était une première et que, comme il l'avait déjà signifié, il n'avait pas été rare que ses partenaires ne puissent se contenter de ce qu'il avait à offrir. Ce n'était pas le cas ici, et cela lui retirait une assurance qui lui donnait paradoxalement envie de repousser ses limites.

Pas celles de la vamp, néanmoins. Tout d'abord parce qu'il n'avait pas à le faire, c'était son choix à elle, mais aussi parce qu'il ne voulait pas que cette soirée tombe dans quelque chose qui se rapprocherait dangereusement de la banalité d'autres relations vécues. A bien des égards, ce soir était spécial. Il comptait le garder ainsi.

Le doctorant ne chercha donc pas à se montrer plus entreprenant dans la nuque de la blonde, mais il prit sa main pour lui indiquer qu'il était prêt à passer un échelon supplémentaire. Il ne manqua pas sa réaction, qui lui retira ce léger sourire, un brin moqueur, qui était sa marque de fabrique.

Il aurait pu s'arrêter là et attendre qu'elle réagisse. Cependant, ce n'était pas loin de la façon dont il avait agi la première fois, et cela n'avait mené qu'à une discussion qui avait failli être houleuse. Encore maintenant, le jeune norme était plus que conscient qu'ils étaient sur une corde raide sur laquelle il leur fallait avancer à petits pas pour pouvoir garder l'équilibre. Contrairement à un peu plus tôt, néanmoins, il savait ce qu'il voulait et était capable de le formuler à voix haute.

Ce n'était pas si aisé : tout comme Ailin, Jesse était constamment dans le contrôle. De lui-même, et de tout ce qui l'entourait, car il était si simple pour lui de déchiffrer le monde qu'il pouvait facilement le mener où il le souhaitait sans avoir à énoncer le moindre de ses désirs. En mettant en mots ce qu'il ressentait, c'était une part de ce contrôle qu'il jetait aux orties.

Ou plutôt, c'était une part de contrôle qu'il offrait à la splendide femme qui lui faisait face, connue pour son machiavélisme et ses hautes capacités de manipulation. Il n'en éprouvait pas le moindre regret, mais le constat n'en était pas moins effrayant.

Son honnêteté fut également l'occasion d'une nouvelle plaisanterie à base de houblon, qui fut reçue avec la malice correspondante. Jesse eut un très léger sourire. Il était agréable de voir Ailin se détendre, loin de la tristesse qui avait précédé cette situation. Sa réponse acidulée l'amena à prendre à nouveau possession de ses lèvres, non sans lui signifier qu'elle pouvait continuer ce qu'ils avaient commencé. Ce qu'elle fit.

La main d'Ailin ne le touchait pas directement, et pourtant la décharge électrique le parcourut aussi efficacement que si cela avait été le cas. Il eut une aspiration, puis un soupir plus profond qu'à l'accoutumée, qui traduisaient l'effet que cette caresse provoquait en lui. L'éclat dans ses yeux quand il laissa la vamp s'éloigner était tout aussi limpide. Éclat qui s'intensifia peut-être un peu plus lorsqu'il comprit les paroles de la blonde. Une part de son esprit se rendait compte qu'ils commençaient à trouver un chemin sur lequel ils pourraient effectivement se rejoindre. L'autre n'avait qu'une envie, qui était de répondre à l'invitation à demi-formulée.

"...En ce cas, je suis ton obligé..."

Tout comme elle avait retiré sa chemise un peu plus tôt, il souhaitait pouvoir lui rendre la pareille. Pas sans son autorisation, cependant, ce pourquoi il attendit un regard, un geste, ou tout autre type de réponse avant de glisser à nouveau ses mains sous le pull de la jeune femme. Il les fit remonter avec langueur, passant toujours ses mains aux endroits qui n'étaient pas problématiques, avant d'arriver aux épaules de la vamp. Il termina alors de lui retirer le vêtement en le passant par-dessus sa tête, avant qu'une main ne le jette au sol tandis que l'autre passait dans les cheveux malmenés pour les remettre en place, s'amusant de l'électricité statique qui s'était brièvement installée. Le doctorant caressa sa joue de sa main avant d'approcher la tête pour la glisser dans le cou de l'écossaise, jusque là rendu inaccessible par l'usage du col roulé. Il inspira profondément, s'enivrant de son odeur, avant de se décider à prendre à nouveau la parole contre sa gorge.

"Est-ce que tu es à l'aise, ici ?"

Il ne faisait pas référence à la toute nouvelle configuration. Elle lui avait révélé quelques bribes de son passé, et il l'avait assez vue agir aux Plaisirs Coupables pour savoir que la position dans laquelle ils se trouvaient, qu'il s'agisse d'un pouf au lieu d'une chaise, pouvait être inconsciemment comparée à des souvenirs très récents et désagréables. Néanmoins, pour des raisons similaires bien que plus anciennes, le lit qui se trouvait derrière eux n'était probablement pas plus agréable. Dans le doute, et bien qu'Ailin n'ait jusque là par réellement fait montre de gêne à ce sujet, il préférait demander. Il était important qu'ils essaient, au maximum de leurs capacités, d'être sur la même longueur d'onde.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4467-jesse-coleman
Ailin Dyce
Vamps
avatar

Identification
Emploi: Maîtresse Vampire, ex-strip-teaseuse aux Plaisirs Coupables
Age apparent: 21 ans
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: De révélations en célébration   Lun 23 Avr - 16:53

Evidemment, le changement du rythme de la respiration de Jesse était un signe encourageant, mais Ailin en savait maintenant assez pour comprendre qu'il ne fallait pas qu'elle l’interprète de la même manière qu'elle l'aurait fait avec n'importe qui d'autre. Elle ne doutait pas une seconde que d'une manière ou d'une autre, dans des proportions ou d'autres, le jeune humain avait envie d'elle. Mais ça n'était pas une raison pour chercher à aller trop vite, trop loin, car cette envie n'était pas un acquis stable. Tout comme ses propres envies et ses propres limites n'étaient pour d'autres raisons pas tout le temps stables.

Plutôt que de laisser la machine s'emballer, et cela même si le bruit que l'étudiant produisait avait un effet monumental sur ses hormones, elle continua tranquillement au rythme qu'ils s'étaient fixés plus tôt. Et qui n'était déjà pas si mal.

Elle retira sa main lorsque son partenaire donna l'impression de vouloir l'aider à se débarrasser de ses vêtements, ainsi qu'elle le lui avait proposé à l'instant. Il commença par faire passer au dessus de sa tête les dernières couches qui entravaient son torse. Entre l'acte et la posture en elle-même, cela aurait pu lui faire penser aux Plaisirs Coupables, mais ce n'était pas le cas. Rien de ce qui se passait ici n'avait à voir avec ses prestations au club, peu importe l'apparente ressemblance qu'on aurait pu trouver entre ces situations.

Et ce n'était pas juste parce qu'elle était généralement celle qui retirait ses vêtements seule, sur les genoux des clients ou pas, car ils n'avaient aucun droit de la toucher autrement qu'avec les yeux. Le contexte aurait a priori pu être entièrement copié qu'elle aurait toujours ressenti un gouffre entre ce qu'elle faisait pour son travail et cet instant d'intimité.

Au travail, elle n'était pas émotionnellement vulnérable. Elle risquait moins, mais elle ressentait moins aussi. Ailin était subjuguée par ce qui était en train de se passer, ce qui expliqua probablement qu'elle ne ressente qu'une gêne minime lorsque l'air se mit à passer contre le haut de son corps désormais nu. Elle ressentit un pincement de dysphorie, mais n'y fit pas attention.

Le doctorant ne la regardait ni ne la touchait où cela aurait pu lui poser problème. Elle était simplement heureuse de pouvoir être avec lui sans barrières, et ce soir, cela valait bien ce léger sacrifice.

Immédiatement, il passa les doigts dans ses cheveux, ce qui provoqua en elle une crispation agréable. Elle eut un hoquet silencieux, et ne put s'empêcher d'entamer un rapprochement. Son regard en fusion plongea dans celui qui lui était opposé alors qu'elle glissait un bras autour de son cou et amenait leurs peaux préalablement séparées par trop de tissu à se toucher l'une l'autre. La chaleur de Jesse était (presque) partout contre elle. Elle espérait qu'à l'inverse, sa fraîcheur continuait à ne pas le déranger, voire à lui plaire.

Elle frissonna encore lorsqu'il toucha sa joue. Et encore, et plus fort, quand ses doigts rejoignirent son cou dorénavant nu. En réaction, elle pencha la tête de son côté et rapprocha leurs visages. Ce n'est qu'à ce moment qu'elle se rappela de ce qu'elle était en train de faire avant de se dévêtir un peu plus, et qu'elle recommença, le geste doux et régulier, car même si ils étaient voués à, peut-être, changer de configuration très bientôt, il aurait été malheureux de s'interrompre en si bon chemin.

La question que posa Jesse fit naître un sourire malicieux au coin de ses lèvres. A ses réactions, il devait au moins en partie savoir d'avance ce qu'elle allait lui dire. Cela dit, ils l'avaient vu plus tôt, c'était une situation telle qu'ils ne pouvaient se contenter de leurs habituels sous-entendus. L'un comme l'autre n'étaient pas assez confiants pour cela.

"Avec toi, n'importe où... Tes désirs seront les miens."

Bon il ne fallait pas rêver non plus : on parlait d'Ailin et Jesse. Même lorsqu'ils décidaient d'être aussi précis et premier degré que possible, on ne pouvait pas échapper à certains sous-entendus quand même. Cependant elle avait été plutôt claire : tout allait bien pour elle, et tout continuerait à aller bien, ici ou ailleurs. Si il avait une préférence, quant à lui, il était temps qu'il la prononce, avant qu'ils ne décident ensemble de la prochaine étape directe.
_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3339-ailin-dyce
Jesse Coleman
Normes
avatar

Identification
Emploi: Chargé de cours/ Doctorant
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: De révélations en célébration   Lun 21 Mai - 3:48

Il se prit à regretter les mouvements de sa main, mais cela ne dura qu'une seconde. Assez pour qu'il s'en aperçoive et s'en étonne car, une fois encore, c'était un sentiment nouveau dans ces circonstances. Ceci dit, ces dernières étant elle-même nouvelles, peut-être aurait-il dû s'y attendre.

Ce ressenti disparut cependant rapidement au profit d'autres, alors qu'il ôtait le vêtement de la vampire. Jesse ne voulait pas que cette expérience ait quoi que ce soit de plus déplaisant que ce qu'ils avaient traversé jusqu'à présent. Il était parfaitement conscient que le fait de se dévêtir ainsi, même si Ailin en était à l'origine, pouvait lui être pénible. Il fit donc de son mieux pour que ce ne soit pas le cas, prenant garde à ses gestes.

Une fois le tissu envoyé au sol, Jesse passa une main dans la chevelure à présent désordonnée de la vamp. Il avait bien remarqué qu'elle n'était pas insensible au geste, et il n'était pas insensible au regard brûlant qu'elle lui jeta en contrepartie. Ou à la main qu'elle glissait dans son cou. L'étudiant eut un soupir en sentant leurs peaux entrer en contact avant de passer sa main libre dans le dos de la blonde. Le manque de chaleur d'Ailin ne le dérangeait pas, mais il mettait en lumière sa propre température corporelle, plus importante qu'en temps normal.

Il fit descendre ses mains, l'une dans le bas de son dos tandis que l'autre passait de ses cheveux à sa joue, puis dans son cou, où son visage finit par la rejoindre. Le doctorant tourna la tête vers celle d'Ailin en la sentant s'approcher et lui glissa un sourire et une question. Ce n'est qu'une fois qu'elle lui répondit qu'il entreprit ensuite de se déloger du cou de la vamp en l'embrassant, de sa clavicule à l'angle de sa mâchoire, avant de poser ses lèvres sur les siennes dans un baiser beaucoup plus tendre que les précédents.

Les réactions de la blonde avaient laissé peu de doutes concernant sa réponse, mais la configuration particulière de cette soirée demandait qu'il pose la question. Ailin avait cependant encore trouvé le moyen d'en dire plus en peu de mots, un jeu qu'ils maîtrisaient tous deux et qu'il leur était vraisemblablement difficile d'abandonner.

"Continuons sur notre lancée alors."

Jesse n'avait personnellement pas de préférence, il aurait donc été dommage de faire une pause dans ce qui était en train de se passer pour changer de configuration. C'était également une façon de faire comprendre à sa partenaire qu'elle pouvait continuer les activités qu'elle avait reprises depuis peu.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4467-jesse-coleman
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: De révélations en célébration   

Revenir en haut Aller en bas
 

De révélations en célébration

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE I : Le quartier des affaires ¤ :: ║Le Centre-ville║-