Qui est en ligne ?
Sur Discord, en ce moment



 
Partagez | 
 

 De révélations en célébration

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Ailin Dyce
Vamps
avatar

Identification
Emploi: Maîtresse Vampire, ex-strip-teaseuse aux Plaisirs Coupables
Age apparent: 21 ans
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: De révélations en célébration   Dim 28 Jan - 17:33

Ailin ne manqua pas le lien que Jesse venait de faire entre elle et ses parents, considérant qu'ils entraient dans la large liste de ceux qui devaient trouver la force d'être eux-même malgré la pression exercée par les normes établies. Cela restait dans la logique qu'elle avait entrevu plus tôt : si l'étudiant était si bien renseigné et paraissait si compréhensif, c'était au moins en partie parce qu'il était issu d'un milieu qui l'avait rendu sensible à beaucoup de questions.

Pour autant, elle n'était pas certaine d'être entièrement concernée par le commentaire dans le sens où elle avait longtemps fait en sorte de cacher qu'elle était transgenre pour ne pas avoir à subir le regard des autres. Elle savait que certains l'assumaient ouvertement, voire en tirait une forme de fierté grâce à laquelle ils parvenaient à se battre, à survivre dans ce monde. Elle ne savait pas comment ils faisaient. Ailin se contentait d'en avoir honte.

Plutôt que de répondre à cette invitation, elle préféra donc baisser les yeux. Elle changea rapidement de sujet, revenant aux parents de Jesse et aux décisions qu'ils avaient dû prendre au moment d'avoir leur enfant. Par quel biais étaient-ils passés ? Avaient-ils dû avoir recours à certaines branches retorses des lois pour obtenir satisfaction ? Étaient-ils passés outre ?

Il s'avéra finalement qu'ils n'avaient pas laissé le hasard choisir. Jesse expliquait ce choix par un souci de le protéger du racisme ambiant dans le pays. C'était un sujet qu'elle n'abordait que peu, comme elle n'avait jamais vraiment été concernée. Bien sûr, même encore à son époque, les anglais n'étaient pas forcément tendres avec les écossais, même si on commençait à leur associer une image romantisée largement répandue par la reine Victoria, qui lui avait rendu la vie plus facile. Reste qu'en descendant vivre sur leurs terres, elle avait été discriminée tant pour sa provenance que pour son accent, au point où elle avait finalement pris pour habitude de cacher l'un et l'autre, et qu'elle n'était jamais revenue sur cette décision.

Mais elle restait blanche. Elle vivait aux Etats-Unis depuis suffisamment longtemps pour avoir eu l'occasion d'assister, de son point de vue certes privilégié, aux batailles qu'avaient dû mener ceux qui ne l'étaient pas au cours du XXème siècle pour obtenir ne serait-ce qu'une once de dignité humaine. La situation s'était peut-être arrangée, mais on était encore très loin du compte. Tout comme elle se faisait encore régulièrement insulter pour son homosexualité supposée par ceux qui la prenaient pour un homme. Tout comme elle était encore une source de plaisanterie brutales faute à sa non-conformité de genre. Tout comme les outres n'avaient toujours pas obtenu le droit de vote alors qu'ils étaient au milieu du XXIème siècle. On gagnait de petites ou de grandes victoires et on faisait avancer le front. Parfois, on devait résister aux violentes régressions qui venaient comme des tempêtes pour balayer les armées de la justice sociale. Mais rien n'était jamais terminé.

C'était une des raisons pour lesquelles elle avait longuement préféré ne pas s'impliquer là-dedans. Insensible et égoïste, elle avait largement mieux trouvé son compte à régler uniquement ses propres soucis en faisant l'autruche et en cachant ce qui ne lui plaisait pas, avec l'aide de Sigmund pour y parvenir. Bien sûr la situation était devenue très différente maintenant que ses secrets avaient été éventés et qu'elle était obligée de vivre dans la réalité nue. Mais suite à toutes ces décennies de cécité volontaire, il était bien difficile pour elle de savoir ne serait-ce que comment établir un lien entre elle et tous ces concepts évolués que Jesse évoquait à mi-mots.

Elle ne poserait probablement aucune question de vocabulaire. Son intelligence fine faisait qu'elle n'en ressentait pas le besoin. Du mot, elle était immédiatement capable de tirer le sens. Elle n'avait jamais entendu parler de white-passing, mais l'idée qu'il y avait derrière lui paraissait limpide, d'autant plus qu'elle était passée spécialiste de plusieurs formes de "passing" (c'était donc le terme à la mode, pouvait-elle imaginer) différents.

On pouvait voir les rouages tourner dans son esprit alors qu'elle ajustait finement sa compréhension aux informations que lui fournissait Jesse. Elle opina discrètement pour indiquer qu'elle avait entendu et assimilé, puis elle pencha légèrement la tête, prise d'une nouvelle pointe d'interrogations non-formulées.

Jesse utilisait à nouveau ce pronom qui lui était inconnu avant qu'il l'utilise, au club. "Iel". Visiblement il y avait un pluriel "iels". Était-ce une façon d'annuler la domination du masculin, afin de rétablir une égalité symbolique, ou bien cela allait-il plus loin ? Elle aurait aimé qu'il revienne sur ces questions de non-binarité de genre auxquelles elle ne connaissait rien, mais elle n'avait pas envie de le demander aussi crûment. C'était embarrassant pour elle de se montrer si ignorante alors qu'elle aurait dû être la première à connaître ces sujets. Elle regrettait son manque de curiosité passé. Mais comment aurait-elle pu deviner que Sigmund serait condamné, et qu'on l'obligerait à se dévoiler à moins qu'elle ne veuille connaître le même sort ?

"Alors... Tu les appelles par leur prénom ?"

Voilà une façon subtile d'orienter la discussion où elle le souhaitait. Puisqu'ils étaient trois, les termes "mère" et "père", "maman" et "papa" devaient ne pas être d'actualité chez eux, à moins qu'ils en aient conçu un autre pour compléter. Mais Jesse utilisait leurs prénoms depuis le début. Quoiqu'il en soit, si le sujet était pertinent pour au moins l'un d'entre eux, ils ne tarderaient pas à orienter la discussion sur les questions de genre qui l'intéressaient.
_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3339-ailin-dyce
Jesse Coleman
Normes
avatar

Identification
Emploi: Chargé de cours/ Doctorant
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: De révélations en célébration   Dim 28 Jan - 17:38

Il ne s'agissait pas de conversation ouverte, donc il n'aurait pas pu lui exposer plus avant son point de vue, mais pour Jesse, toute personne réalisant d'une façon ou d'une autre qu'iel ne rentrait pas dans les carcans sociétaux, peu importe ce qu'iels en faisaient ensuite, faisait déjà preuve d'un courage immense. Bien sûr, l'appui d'une communauté (ou même d'une seule personne) pouvait aider, éviter les regards malsains et les jugements qui faisaient que l'on préférait se cacher d'une façon ou d'une autre, mais pour s'assumer soi-même, avant de le faire face à d'autres, il fallait déjà beaucoup de courage, à son avis.

L'étudiant sentit que son invitée allait éviter le sujet, mais il ne fit rien pour l'en empêcher. Il n'était pas là pour la mettre dos au mur ou dans l'embarras, au contraire. Il se contenta donc de suivre le cours qu'elle souhaitait donner à leur conversation. De toute façon, en parlant de ses parents ils finiraient bien par y revenir. Inutile donc de précipiter les choses.

Ailin lui demanda le point auquel sa naissance avait été réfléchie, et il lui répondit de bonne grâce. C'était une question qu'on lui posait souvent, une fois le concept assimilé du trio amoureux et parental, et de l'absence de jalousie associée, concept sur lequel la vamp n'avait d'ailleurs pas cherché à l'interroger, ce qui en disait long sur l'ouverture d'esprit qui était la sienne, et que Jesse appréciait particulièrement. Témoin quotidien de la relation et de l'amour profond qui existait entre ces trois-là, il n'aimait pas vraiment qu'on cherche à les remettre en question ou tenter de le convaincre qu'il était impossible "d'aimer" plus d'une personne à la fois de la même manière. C'était quelque chose qui lui avait toujours paru ridicule, et qui s'expliquait certainement par son éducation.

Le jeune homme lui répondit sans ambages, lui fournissant les mêmes informations que celles qu'on lui avait données. Il avait d'ailleurs compris très jeune cette décision, car il lui était souvent arrivé de subir ces attaques alors qu'il se baladait avec Len, ou que ce dernier venait le chercher seul à l'école. Enfin, Len les subissait, il ne faisait qu'être présent, mais il les ressentait de la même façon. Cela aussi, peut-être, avait façonné son côté ironique et son ouverture au monde.

Il voyait qu'Ailin était en train d'assimiler ce qu'il lui disait. Il savait aussi que, aurait-elle eu le moindre doute, elle n'aurait pas hésité à lui demander d'éclaircir ses propos : il la savait assez fière d'elle pour parfois refuser, mais il connaissait également sa redoutable intelligence et savait qu'elle pourrait faire d'elle-même des liens avec les nouveaux concepts qu'il mentionnait.

La vamp hocha la tête, signifiant qu'elle avait saisi ce qui venait d'être dit, mais son langage corporel laissait penser à Jesse qu'elle avait encore une question à poser. Elle semblait relativement réticente à le faire, mais Jesse ne doutait pas qu'elle finirait par trouver un moyen de contourner le "problème".

Ce qu'elle fit avec talent, en lui posant une question qui avait directement trait à ce qu'ils cherchaient tous deux à aborder depuis plusieurs minutes. Il lui sourit calmement, ses yeux pétillants d'un amusement tendre, comme s'il avait vu clair dans son jeu mais se contentait de faire comme si de rien n'était.

"La plupart du temps, oui. C'est plus simple quand je parle d'elleux à quelqu'un d'autre. Le concept est encore difficile à saisir pour bien des gens."

Il eut un sourire ironique qui en disait long sur ce qu'il pensait des gens en question, et des expériences qu'il avait pu subir à ce sujet.

"Quand j'étais enfant, on avait nos codes. Certainement parce que j'avais été influencé par l'école maternelle et tous ces gens qui me demandaient qui était ma "maman", mon "papa", et mon "autre papa". Cameron était devenu "Paman", Dylan "Mapa", et comme je parle Hopi avec Len, il avait hérité de "Na", qui est le mot pour "père". C'est le seul que j'utilise encore, parce que c'est le seul surnom qui correspond vraiment à l'un d'elleux."

Jesse s'interrompit un moment, semblant réfléchir à la meilleure façon de présenter les choses. Sa main s'était inconsciemment perdue dans les cheveux d'Ailin, l'autre faisant tourner du pouce sa chevalière en argent, signe qu'il n'était pas totalement serein. Ce n'était jamais très simple, de parler de ce genre de choses à d'autres. Et il avait beau faire confiance à Ailin, déplacarder ses parents n'était pas quelque chose qu'il appréciait faire. Même si ces derniers avaient toujours été très ouverts et l'avaient toujours autorisé à le faire lorsqu'il en exprimait le besoin. C'était comme se mettre à nu lui-même, il n'en avait pas vraiment l'habitude. D'autant qu'il avait récolté son lot de mauvaises réactions, bien qu'il n'en montre rien.

"Cam' est bigenre. Iel se sent aussi bien homme que femme, mais chez ellui, c'est plutôt fluide. C'est à dire qu'un jour il va être en total accord avec le genre qu'on lui a assigné à la naissance, et un autre se sentir complètement de l'autre côté du spectre et vouloir être genrée au féminin. Souvent, iel est entre les deux, ou plutôt les deux à la fois, ce qui fait que l'un comme l'autre des genrages fonctionne, mais le neutre est idéal pour lui montrer que l'on respecte l'entièreté de son identité de genre. Iel aimait bien ce surnom "mélangé" au départ, mais dans ses périodes de dysphorie cela lui faisait plus de mal qu'autre chose."

Le regard de l'étudiant s'était fait lointain alors qu'il s'était à nouveau posé sur le portrait qui ornait le bar de la cuisine.

"Dy', pour sa part, est agenre. Ne se considérant ni homme, ni femme, iel avait beaucoup de mal à adopter un surnom qui lui donnait "un peu des deux" plutôt que "ni l'un ni l'autre". D'autant que c'est un.e activiste qui lutte pour la reconnaissance des les droits des MOGAI en général. Iel a essayé au départ, parce qu'iel songeait que c'était une bonne chose pour mon équilibre personnel et mon adaptation à la communauté, mais iels se sont vraisemblablement vite aperçu.e.s que je ne faisais que peu de cas de ce genre de chose."

Le jeune homme haussa imperceptiblement les épaules, un vague sourire aux lèvres. Il se souvenait d'anecdotes datant de son époque en maternelle, ou de celles que ses parents avaient pu lui raconter, qui montraient que son flegme légendaire faisait partie de son identité depuis bien longtemps. On en arrivait à la dernière personne.

"Len est cisgenre. Il n'a donc jamais été difficile de l'appeler par ce surnom, bien qu'il ait de lui-même évincé le "Papa" que l'on aurait pu attendre, trop conscient de ce que cela allait demander : un papa sans maman, qu'il s'agisse d'un couple ou d'un.e ex, c'est étrange. Le Hopi était un choix naturel, la langue étant si méconnue que chacun autour de nous pouvait bien se faire sa propre idée sans que cela ne nous touche vraiment."

Enfin, son regard sous verre retrouva celui d'Ailin et il eut un air amusé.

"En conclusion, oui, je les appelle par leurs prénoms."

Ou des surnoms affectueux qui venaient de ces derniers, toujours.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4467-jesse-coleman
Ailin Dyce
Vamps
avatar

Identification
Emploi: Maîtresse Vampire, ex-strip-teaseuse aux Plaisirs Coupables
Age apparent: 21 ans
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: De révélations en célébration   Dim 28 Jan - 17:40

Un unique regard échangé avait permis à Ailin de savoir que Jesse avait suivi avec une finesse rare, pour ne pas dire impossible, le fil de ses réflexions. Cette intelligence déductive acérée avait été la première chose qu'elle avait remarqué chez lui. Il ne se laissait pas prendre, comme la plupart des autres. Elle ne parvenait pas à le manipuler avec autant de brio, parce qu'il voyait bien souvent où elle voulait en venir, et ce avec une acuité impressionnante car, comme c'était le cas à l'instant, elle ne laissait pourtant aucun indice valable et se contentait de préparer ses pions à de nombreux coups d'avance.

Il fallait dire qu'il commençait à très bien la connaître. Cette pensée aurait dû l'effrayer, et dans le fond c'était peut-être encore un peu le cas, mais elle ne pouvait s'empêcher de ressentir une forme de ravissement étrange, vaguement malsain, à l'idée qu'ils partagent un tel lien.

Le sujet lui restait difficile à aborder, et elle ne tenait pas à rendre plus évident le stratagème qu'elle avait déployé pour y venir sans trop de questions qui l'auraient mise mal à l'aise. Elle ne laissa donc aucune évidence qui aurait permis à Jesse de valider ses hypothèses. Elle l'observait avec un regard que tout deux savaient faussement ingénu, malgré la sincérité qu'elle savait si bien feinter. Et elle s'accrocha à ses réponses aussi efficacement, aussi éperdument qu'un poisson l'aurait fait sur un hameçon.

Le sujet tapait très près de la maison, et ce dès les premières explications. Malgré ses quelques soupçons, elle ne s'était pas attendue à ce que le sujet des genres revienne si vite sur la table, ni dans de telles proportions. Respectant un silence religieux, elle buvait les paroles de Jesse sans en perdre une seule miette.

Elle avait toujours été isolée. Parfois, elle avait eu l'impression d'être seule au monde à vivre cette singularité. Entendre quelqu'un parler de connaissances directes qui étaient elles aussi concernées par ce qu'elle vivait, et l'en entendre parler avec une telle liberté, une telle décomplexion, comme si ces nombreux termes faisaient partie de son vocabulaire quotidien, lui procurait de puissantes émotions qu'elle n'était pas encore tout à fait certaine de comprendre.

Il y avait quelque chose de grisant. Quelque chose de libérateur. Mais, tout en même temps, cette fête explosive qui se jouait dans sa psyché s'approchait dangereusement d'une boîte de Pandore, tourneboulée par les secousses conséquentes.

Jesse se tut un moment, mais ce fut comme si ça n'avait pas été le cas. Ailin restait suspendue à ses lèvres. Elle se contentait d'attendre patiemment la suite, trop émue pour avoir envie de réagir avant.

Les concepts qui suivirent ne manquèrent pas de nourrir son étonnement autant que son douloureux émoi. Elle ne fit aucun effort pour ouvrir ses yeux moins ronds, même si elle savait qu'elle devait avoir l'air idiot, ainsi choquée par ces découvertes. Elle avait l'impression de découvrir un autre monde, large, riche et immense, et d'en avoir tout ce temps fait partie sans se rendre compte qu'il était autour d'elle. Qu'elle n'était pas étriquée dans un sordide cagibi de marginalité, avec les rares autres monstres de foire. Son expérience lui avait malheureusement appris à si peu considérer ce qui rendait son existence différente qu'elle devait l'ignorer pour ne pas en avoir honte. Pour ne pas se sentir sale, et indigne.

Bigenre, agenre, fluide. Des termes que Jesse lui expliquait dans le détail pour décrire le ressenti de ses parents, et qui lui parlaient plus qu'elle ne l'aurait pensé possible. Quoique très féminine, probablement trop pour qu'elle se soit jamais d'elle-même posé la question des identités hors de la binarité, il lui était arrivé de vivre des passages fluctuants. Cela lui arrivait encore, à vrai dire, surtout depuis qu'elle travaillait aux Plaisirs Coupables car la situation se prêtait aux interrogations et à la confusion. Elle avait toujours fait de son mieux pour en ignorer la réalité, car elle les vivait comme des passages d'invalidation cuisante et qu'elle en avait peur. Entendre la façon dont certaines personnes vivaient et assumaient des ressentis similaires et même encore plus forts brisait sa vision des choses étouffantes en mille morceaux et la laissait ahurie au milieu des morceaux.

Enfin elle détourna les yeux, car il avait fini, mais elle mit du temps à réussir à fermer la bouche. Elle songea qu'elle n'avait pas autant prêté attention à l'histoire de Len qu'il aurait fallu, trop occupée à découvrir tout ce qu'elle aurait déjà dû savoir, si elle s'était renseignée. Soit, si elle avait jamais eu la force d'accepter de ne pas... être "cisgenre", donc. Cela paraissait être le mot pour parler des personnes qui n'étaient pas transgenres. Il était étonnamment agréable de découvrir qu'il y avait aussi un terme pour cela, et qu'on ne se contentait pas de nommer la singularité pour la distinguer de la norme.

"Je..."

Il fallait qu'elle réponde quelque chose, et il faudrait aussi que ce soit mieux que cette tentative misérable. Toujours émue, elle glissait sa main serrée dans le creux de sa gorge.

"Je n'avais aucune idée du fait que cela pouvait aussi se décliner de telles façons."

C'était une évidence, et tout le monde le savait. Cela dit, il lui faudrait encore quelques instants supplémentaires pour assimiler tout ce qu'elle venait d'entendre, tant cérébralement qu'émotionnellement. Voilà qu'elle retrouvait une envie de pleurer encore différente de celle qui l'avait faite s'épancher autant avant que ne reprenne la discussion. Cette fois, elle la retint, principalement parce qu'elle ne savait pas quoi en faire.
_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3339-ailin-dyce
Jesse Coleman
Normes
avatar

Identification
Emploi: Chargé de cours/ Doctorant
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: De révélations en célébration   Dim 28 Jan - 17:43

Jesse n'avait de toute façon pas l'intention d'en rajouter. Il savait que l'instant allait être précieux pour Ailin, et peut-être le savait-il plus qu'elle encore puisqu'il était en possession des réponses à ses questions et savait ce qu'elles pourraient déclencher. Il ne lui serait jamais venu à l'idée d'insister sur le fait qu'il avait parfaitement compris ce qu'elle tentait (avec brio, d'ailleurs) de cacher. Dans une autre configuration, sur un autre sujet, dans une atmosphère plus propice à la plaisanterie, peut-être. Mais là, aucune des conditions n'étaient réunies.

Au contraire, il fit comme si de rien n'était, et entreprit de fournir des réponses les plus détaillées possibles. Après tout, c'était bien pour cela qu'ils étaient là cette nuit.

L'étudiant remarqua rapidement que la blonde dans ses bras semblaient passionnée par ce qu'il était en train d'expliquer. Cependant, il ne fit aucune remarque, et se perdit lui-même dans ses pensées tant il se plongeait dans ses explications.

Il avait envie de lui faire part de ce qu'il savait dans les plus grands détails pour lui offrir une plus ample vision des choses mais, en tant que non-concerné, il lui était compliqué d'y mettre autant de nuances qu'on aurait pu l'attendre d'une personne qui vivait la chose pleinement. Néanmoins, son environnement et son éducation, ainsi que son intelligence vive et ses capacités d'observation et de compréhension sur-développées lui permettaient d'avoir un portrait mental extrêmement précis, même si gardant une part d'extérieur.

C'était cette sensation d'illégitimité qui l'amena à faire une pause et à faire montre d'un léger dérangement qu'il ne montra qu'inconsciemment avant de se mettre à parler plus avant de ses parents. La vamp semblait si prise dans ses explications qu'elle ne le remarqua pas non plus, ce qui n'était pas plus mal.

Aux yeux ronds qu'il captait au coin de son regard, les termes qu'il explicitait atteignaient pour la première fois les oreilles pourtant acérées de l'employée des Plaisirs Coupables. Jesse ne s'appesantit pas sur cette réaction, tout entier à ses explications. Il ne voulait pas faire d'erreur, cherchant à rendre au mieux les sentiments et sensations qu'éprouvaient ses parents, particulièrement Cameron et Dylan, qui seraient ceux qui parleraient le plus à Ailin. Pour des raisons évidentes, il était plus proche de Len à ce niveau-là, qui avait été un appui considérable lorsqu'il s'était lui-même longuement questionné sur la vision de son genre. Mais il comprenait aisément que la blonde prête moins attention à cette partie du récit.

Une fois qu'il eut terminé, il ajouta une réplique sur un ton vaguement amusé, comme s'il se moquait de sa propre digression pour terminer sur une réponse très courte. Digression qui était pourtant la partie la plus importante de la discussion.

Ailin avait détourné le regard, et Jesse finit par réaliser qu'il jouait avec sa chevalière, et que celle-ci était en argent, métal qui pourrait poser problème sans qu'il le souhaite. Il la poussa donc agilement du pouce pour s'en défaire, et se redressa brièvement le temps de la poser sur la table basse qui se trouvait devant eux. Il eut un nouveau sourire amusé.

"Et moi qui avais promis de ne pas sortir l'argenterie..."

Pour sa défense, celle-ci avait toujours été à son doigt, et il la portait depuis si longtemps qu'il en oubliait parfois sa présence. Mais tout de même.

L'universitaire tourna son regard gris perçant sur Ailin lorsque cette dernière reprit la parole. Elle semblait hésitante, mais son hôte pouvait aisément le comprendre : il venait plus ou moins de la bombarder d'informations (auxquelles elle ne s'attendait pas forcément par ailleurs), et même quelqu'un d'aussi intelligent et vif d'esprit qu'elle avait besoin de temps pour ingurgiter toutes ces informations. Il lui sourit aimablement, lui laissant le temps de trouver la formulation qui exprimait ce qu'elle ressentait. Une fois ceci fait, une étincelle de douceur dans le regard, l'étudiant compléta.

"Si on sort de l'idée de binarité homme-femme, et que l'on imagine le genre sur un spectre qui va de l'un à l'autre, en passant par des multitudes de déclinaisons différentes, on pourrait presque aller jusqu'à dire qu'il existe autant de perceptions de genre que de personnes présentes sur cette Terre. Mais c'est peut-être un peu exagéré."

Il avait gardé un ton un peu joueur, non pas moqueur, mais cherchant simplement à alléger un peu l'atmosphère. Il reprit.

"Cependant, malgré mon environnement, mes études et mon éducation, je reste extérieur à tout ce que je viens de t'expliquer, parce que je ne le ressens pas moi-même. Si tu as des questions plus pointues, tu devrais essayer de parler avec Skyler Skinner. Je suppose que tu le connais. On ne dirait pas quand on le voit comme ça, surtout quand on sait avec qui il passe le plus clair de son temps, mais lorsqu'on aborde ces questions, il sait se montrer extrêmement pédagogue. Et safe. Tu peux lui parler sans crainte."

Il eut un rictus.

"Du moins, tant que c'est loin des oreilles de la Patronne, je suppose."
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4467-jesse-coleman
Ailin Dyce
Vamps
avatar

Identification
Emploi: Maîtresse Vampire, ex-strip-teaseuse aux Plaisirs Coupables
Age apparent: 21 ans
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: De révélations en célébration   Dim 28 Jan - 17:45

Perdue dans ses réflexions et dans ses émotions, Ailin rata une occasion de sourire et de plaisanter finement, offerte pas Jesse qui retirait une bague qu'il avait au doigt, et qui devait être en argent. Vulnérable à ce matériau, la vamp avait remarqué le bijou mais n'avait rien dit, confiante que Jesse était suffisamment réfléchi pour éviter de la brûler avec si effectivement, elle était fondue dans le métal en question.

Elle se fit la vague réflexion qu'il était étrange qu'il l'enlève maintenant et pas avant, et s'interrogea sur ce que ce geste pouvait signifier, ou permettre. Néanmoins l'idée resta au stade embryonnaire. Elle n'avait aucune ressource mentale à y consacrer, et incidemment pas l'envie non plus d'essayer de tirer parti de la situation pour le moment.

Elle avoua enfin ce qu'elle n'avait pas voulu dire avant, même si tout le monde l'avait déjà compris : pour elle, ces concepts étaient nouveaux. Elle n'avait jamais été aussi loin car le sujet était bien trop douloureux (et à une époque dangereux) à explorer. Elle s'était contentée de frôler la surface, et n'avait jamais pensé qu'elle pouvait cacher un si riche contenu.

L'image du spectre entre lesquels les genres se seraient trouvés, allant d'un pôle à l'autre en passant par une infinité de positions, faisait sens. C'était d'autant plus vrai que, psychologue, elle avait compris qu'il en allait de même avec beaucoup d'autres caractéristiques. L'introversion et l'extroversion, par exemple. Ou encore certaines dispositions mentales atypiques. Elle s'interrogeait beaucoup sur son orientation, depuis quelques temps, car elle avait l'impression de ne pas être aussi hétérosexuelle qu'elle l'avait longtemps crue. Certaines expériences récentes, loin des souvenirs difficiles de Londres qui avaient longuement écarté d'elle ces envies, lui avaient fait remettre tout cela en question. Elle s'était rendue compte que ce qui lui déplaisait durant ces expériences, c'était moins la nature de ses partenaires que le rapport qu'elle avait avec son corps, et que l'image qu'elle renvoyait, et qu'elle se renvoyait à elle-même. Ainsi, elle pouvait aisément imaginer l'orientation sexuelle présente sur un spectre, elle aussi. Ailin continuait à préférer les hommes, mais elle ne se trouvait pas à l'extrême de ce pôle ainsi qu'elle l'avait toujours cru.

Qu'il en soit de même avec les genres était finalement très logique.

Elle opina en silence, rendue muette par l'émotion. Il était bien rare qu'elle ne trouve pas quoi dire.

Jesse admit finalement n'être pas le mieux placé pour lui parler de tout cela. Il lui parla de Skyler, et elle lui jeta un regard en coin, indiquant qu'elle n'était pas surprise.

Cela faisait longtemps qu'elle avait ses doutes, concernant le wiccan à la hyène. Et des regards qu'il lui jetait, elle était certaine que cela faisait tout aussi longtemps qu'il avait les siens. Ce n'était pas qu'une question de "radar", car Ailin savait de source sûre que le fameux radar pouvait être trompeur. L'un et l'autre avaient vu et entendu des choses à propos de l'autre et de l'un qui les avaient conforté dans leur hypothèse.

A vrai dire, Skyler avait déjà tenté de venir lui parler, lorsque Précieuse n'était pas aux aguets. Il avait posé des questions qui avaient réussi l'exploit de n'être pas intrusives, tout en lui laissant très largement entendre qu'elle pouvait, si elle le voulait, se confier à lui sur ce sujet.

Elle avait refusé d'ouvrir la discussion pour plusieurs raisons. D'abord, elle s'était persuadée que cela ferait pire que mieux, surtout tant qu'elle serait obligée de travailler aux Plaisirs Coupables. Oublier son identité était bien moins douloureux que de la revendiquer quand elle ne pouvait pas l'exprimer. Ensuite, Skyler était très ami avec Précieuse et Ailin avait de bonnes raisons de douter pouvoir lui faire confiance. Il était revenu plusieurs fois, sans non plus trop insister, comme si pour une fois il souhaitait faire preuve de tact dans quelque chose. Il lui avait même laissé entendre qu'il entrait en désaccord avec Précieuse sur le traitement qui lui était infligé, et que oui, vraiment, elle pouvait se confier à lui, et qu'il l'aiderait dans la mesure de son possible et de ce que la santé de sa relation avec la patronne du club tolérerait. Pour tout dire, Ailin avait fini par hésiter. La dernière fois qu'il était venu vers elle, elle avait failli s'ouvrir.

Avec ce que Jesse lui disait maintenant, elle comprenait que la prochaine fois, ce serait-elle, qui initierait la rencontre. Si Skyler était véritablement sincère, alors elle était en quelque sorte flattée des efforts qu'il avait continué à faire malgré sa réluctance. Elle savait du personnage qu'il était presque aussi peu prompt qu'elle-même à s'attacher, ou à se soucier de qui que ce soit, et elle savait donc quelle valeur mettre à l'intérêt qu'il lui avait porté.

Jesse acheva sur une pique qui la fit sourire. Elle décida de lui révéler un peu de cette non-relation qu'elle avait déjà avec le sorcier russe.

"Etant donné qu'elle était toujours absente, ou occupée, lorsqu'il a essayé de m'arracher les vers du nez, j'en suppose tout autant que toi."

Ça y était. Elle commençait à se remettre à fonctionner normalement. Les révélations qui venaient de lui être faites lui paraissaient toujours aussi incroyables et elle en était encore au stade où elle les avait intégrées sans réussir à les considérer réelles, mais elle était au moins libre de cette charge émotionnelle handicapante.
_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3339-ailin-dyce
Jesse Coleman
Normes
avatar

Identification
Emploi: Chargé de cours/ Doctorant
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: De révélations en célébration   Dim 28 Jan - 17:46

Le norme avait l'impression d'énormément parler, ce qui n'était pas tout à fait son genre. Cependant, c'était commun quand il discutait avec Ailin, car il leur arrivait de se perdre dans de longues conversations sur de nombreux sujets différents. Mais d'habitude, la vamp lui répondait avec la même verve. Ici, il était le seul à s'exprimer, l'éclairant sur de nombreux points d'un sujet qu'ils n'avaient, étrangement, jamais abordé jusqu'à présent.

La blonde hochait la tête en silence, et le jeune homme ne s'en offusqua pas, conscient qu'ils avaient abordé un sujet lourd et complexe, d'autant plus qu'il n'était pas assez bien placé pour répondre à toutes les questions qu'elle aurait pu avoir. Ce qu'il lui signifia à la fin de ses explications, tout en lui donnant le nom d'une personne plus concernée que lui et qu'il savait apte à répondre à ses questionnements et à la présenter à la communauté existante à la Nouvelle-Orléans si elle le souhaitait.

Le regard en coin qu'elle lui jeta lui prouva qu'il avait eu raison de penser que la personne de Skyler lui était familière. Connaissant le personnage, et si il avait eu au moins autant de doutes que Jesse à l'époque, le wiccan avait certainement déjà essayé de s'approcher d'Ailin d'une façon ou d'une autre.

Pour sa part, il avait rencontré le coloré russe lors d'une soirée mixte organisée par un collectif que Dylan lui avait conseillé (iel connaissait presque toutes les associations du pays) et ils avaient rapidement eu de longues discussions sur le sujet. Son éducation non-genrée, particulièrement, avait passionné tous ceux à qui il avait pu parler ce soir-là.

La réponse d'Ailin le sortit de ses pensées et il sourit à son tour avec un amusement piquant, pas particulièrement ravi de savoir qu'il avait vu juste concernant Précieuse, mais content de voir qu'il ne s'était pas trompé concernant le wiccan. L'un de ses traits principaux étant son imprévisibilité, le doute aurait été permis.

"Je ne suis pas étonné qu'il ait déjà cherché à t'aborder. Je suis certain qu'en prime, il te trouve tout à fait à son goût."

Qui n'était pas au goût de Skyler, ceci dit ? Et oui, Jesse lui offrait volontairement une porte de sortie sur un autre sujet. Peut-être tout aussi dangereux, qui allait potentiellement l'amener à en dire un peu plus sur lui-même, cette fois... Mais il était prêt à prendre le risque : au vu du cours que prenait la soirée, cela faisait partie du jeu.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4467-jesse-coleman
Ailin Dyce
Vamps
avatar

Identification
Emploi: Maîtresse Vampire, ex-strip-teaseuse aux Plaisirs Coupables
Age apparent: 21 ans
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: De révélations en célébration   Dim 28 Jan - 17:48

Jesse venait d'aborder un sujet qui, de sa part, aurait pu paraître totalement inattendu à Ailin si quelques minutes plus tôt il n'avait pas lourdement insisté sur des sous-entendus tournant autour des pratiques BDSM. Cela dit il lui avait laissé entendre que les dites pratiques pouvaient l'émoustiller, et qu'il n'aurait pas été contre s'y essayer avec elle. Tandis qu'ils étaient dans ce cadre intime et qu'elle était encore collée contre lui sans donner l'impression d'avoir envie de bouger, il devenait presque naturel pour la discussion de prendre ce tournant, même si Ailin, sans savoir exactement pourquoi, le pressentait particulièrement glissant, pour ne pas dire périlleux.

L'étudiant était resté bien trop insensible à ses tentatives de séduction jusqu'à présent, et elle doutait que ce soit juste parce qu'il cachait extrêmement bien les envies qu'elle faisait naître en lui. Était-ce parce qu'il la prenait pour un homme, avant ? La vérité avait-elle changé quelque chose entre eux ? C'était possible, mais elle n'était pas sûre. Quelque chose ne collait pas. Elle avait l'impression qu'il lui manquait une infime bribe d'information, pour qu'elle puisse mettre le doigt dessus.

Dans ce cadre, il était donc bien plus prudent, et bien plus avisé selon elle, de continuer d'user d'un leurre et d'explorer à tâtons les zones que cet artifice leur permettait de découvrir sans se mettre en danger. Elle devrait aussi remercier Skyler plus tard pour cela : il faisait un très bon leurre.

Elle se cala malgré tout plus confortablement contre Jesse et ajusta la main qu'elle avait laissé dans le creux de son épaule, avec aux lèvres un sourire mutin qui prolongeait le suspens. Répondra, répondra pas ?

Après avoir bien ménagé son effet, elle accepta enfin d'en dire plus.

"Oui. Cela aussi, il me l'a largement fait entendre. Mais il n'a pas obtenu satisfaction."

Elle glissa à demi dans la mélancolie, comme on aurait du bout du pied touché l'eau glacée d'un fleuve dans lequel on rechignait à plonger, puis qu'on y aurait finalement mis les mollets jusqu'au pli du genou. Avec ce qu'il savait maintenant d'elle, Jesse devait avoir une idée précise des sources de cette chasteté jugée surprenante par tous les autres clients du club, étant données la sensualité, la lascivité dont elle débordait en permanence, et qui laissaient facilement penser qu'elle était au contraire bien facile à convaincre, lorsqu'il s'agissait de participer à une quelconque sauterie.

"J'ai de multiples raisons d'entretenir un rapport difficile à ce genre de propositions. Tu en as déjà eu la liste, je ne te ferai pas ronfler en la répétant."

Alors... était-il temps pour elle de prendre un risque ? De faire un pas dans l'inconnu ? Avait-elle vraiment envie que la situation prenne un tel tournant avec Jesse ? La réponse à cette question n'avait rien d'anodin, parce qu'Ailin malgré la façon dont elle s'amusait à séduire, à ensorceler, dans le cadre de son travail, n'avait en temps normal jamais réellement envie de s'impliquer physiquement. Elle y avait été plus ou moins forcée depuis son arrivée à la Nouvelle-Orléans, et elle avait parfois réussi à y trouver son compte. Jamais, cependant, elle n'avait plus eu réellement envie d'initier ce genre de rapprochement depuis Sigmund. A l'exception de quelques relations de domination qu'elle entretenait en même temps, mais quand Sigmund n'était pas impliqué, elle était toujours celle qui menait la danse, et son propre corps restait tout à fait habillé, à l'abri de la fête qu'elle administrait.

"Cela dit... Tu sais ce qu'on dit des règles, pour les confirmer."

La perche était lancée. A Jesse de voir ce qu'il voulait en faire. Elle savait qu'il y avait un risque non négligeable pour qu'il ne soit pas intéressé. Elle-même n'était toujours pas certaine de l'être. Il était rare qu'elle soit si peu sûre de ce qu'elle cherchait.
_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3339-ailin-dyce
Jesse Coleman
Normes
avatar

Identification
Emploi: Chargé de cours/ Doctorant
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: De révélations en célébration   Dim 28 Jan - 17:51

Beaucoup se seraient étonné.e.s du sujet lancé par Jesse, plus encore avec autant de flegme, bien que ce dernier soit sa marque de fabrique. Néanmoins, la vampire possédait des indices qu'il ne donnait qu'à de très rares occasions, et ce pour une excellente raison : il n'était que rarement d'humeur à jouer de ses préférences. Il jugeait donc inutile de les partager lorsque ce n'était pas le cas.

Ailin ne répondait pas, ce qui ne dérangeait pas vraiment l'étudiant : il n'était pas de ceux qui s'impatientaient, et elle le savait bien. Il pouvait attendre des semaines avant d'obtenir la réponse à l'une de ses questions. C'était en partie grâce à cela qu'il était devenu si fin observateur.

Son invitée se réinstalla et il laissa échapper un frisson bien involontaire lorsque sa main glissa à nouveau le long de sa clavicule. Cette fois, il était bien improbable qu'elle ne le remarque pas, comme son esprit d'analyse et son intelligence fine semblaient être revenus au galop maintenant qu'elle avait dépassé l'émotion et la surprise. Plutôt que de faire comme si de rien n'était, Jesse décida d'en jouer et se para d'un léger rictus amusé allié à un sourcil haussé. Libre à Ailin de supposer s'il s'agissait d'une réponse au geste ou au sourire futé qu'elle était en train de lui adresser. Ou les deux.

Quelques instants plus tard, la blonde sembla se satisfaire de son effet et entreprit de répondre à la question sous-entendue. Resserrant sa prise sur la taille de la vamp, il laissa échapper un éclat de rire amusé.

"Voilà qui a dû ajouter à sa frustration habituelle."

En réalité, il imaginait assez bien la scène et la réaction induite chez Skyler. Cependant, il comprenait également les raisons qui avaient pu pousser Ailin à refuser les avances du wiccan, plus encore à la lumière de tout ce qu'elle lui avait révélé ce soir. Elle le fit elle-même remarquer et il hocha la tête, le regard adouci et compréhensif. Il prit tout de même la peine de faire un peu d'humour.

"Quand bien même je serais effectivement prompt aux ronflements, je doute qu'un jour ta compagnie puisse les provoquer."

Il faisait bien sûr référence aux nombreuses et passionnantes conversations qu'ils avaient eues depuis leur rencontre. Mais ce serait bien naïf d'ignorer le double-sens que cette phrase laissait échapper. Tout comme la réponse d'Ailin, qui amena le jeune homme à tourner sur elle un regard perçant, où l'on pouvait néanmoins distinguer une légère trace d'étonnement.

Jesse n'était pas sans ignorer que la relation qu'il entretenait avec la vamp était particulière, selon bien des critères, et confirmé par des personnes qui la connaissaient bien mieux que lui (avant cette soirée, du moins). Cependant, il n'aurait pas été jusqu'à penser que son invitée le considérait ainsi. Il n'était pas aveugle, et avait bien remarqué ses diverses tentatives de séduction, mais n'y avait jamais prêté une attention particulière car Ailin agissait de cette façon avec tout le monde.

A la lumière de cette soirée, il était probablement plus avisé qu'il révise son jugement, mais de là à se considérer comme une exception... Il restait surpris. Positivement, réalisait-il.

Il lui restait cependant un détail à éclaircir, qui était la raison pour laquelle il avait cherché à lancer ce fil de discussion. Peut-être cela lui permettrait-elle également de mettre au jour une partie de son caractère, et mieux appréhender son comportement.

"Tu m'en vois flatté. Ma gray-sexualité fait que je n'éprouve que très peu d'attraction de ce type, et encore, principalement lors des circonstances que nous avons évoqué plus tôt."

Il s'interrompit un instant, se posant intérieurement la question de savoir s'il continuait ou non. En cette soirée extrêmement particulière, ils étaient partis pour se faire bien plus de confidences qu'on en aurait attendu d'eux. Était-ce vraiment une bonne idée de se mettre ainsi à la merci de la vamp ? Probablement que non. D'un autre côté, il y avait un équilibre entre les révélations qu'ils échangeaient depuis de longues minutes. Jesse se décida avant de faire marche arrière.

"...Peut-être avons-nous tous deux notre exception."
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4467-jesse-coleman
Ailin Dyce
Vamps
avatar

Identification
Emploi: Maîtresse Vampire, ex-strip-teaseuse aux Plaisirs Coupables
Age apparent: 21 ans
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: De révélations en célébration   Dim 28 Jan - 17:53

Le long frisson qui avait secoué Jesse n'avait pas échappé à Ailin, laquelle avait bien eu du mal, au cours des mois précédents, à lui arracher la moindre réaction de ce type. Cependant les réactions de l'étudiant restaient contradictoires et difficiles à analyser dès que cela concernait ce type de sujet et elle ne voulait pas trop présumer de ce que cela pouvait réellement signifier. Elle se contenta donc de ranger ces informations dans un petit compartiment de son esprit où elle pourrait les récupérer lorsque le moment serait venu, et si le besoin s'en faisait sentir.

La main contre sa taille ne la laissait pas non plus indifférente, et ce fut à son tour d'être prise d'un frémissement évident. Son regard se gorgeait d'intensité alors qu'elle ne lâchait plus l'étudiant des yeux. Il devenait difficile de rester concentrée sur la conversation. Le "leurre Skyler" aurait bientôt terminé d'être utile.

"Oui et non... Il n'a pas trop insisté. On pourrait juger cela étonnant, mais comme je te l'ai déjà dit, je crois qu'il en avait compris plus qu'il n'en disait."

Tirée de la passion handicapante qui ruait dans ses veines, à défaut que le sang en fut encore capable (surtout lorsqu'elle ne s'était pas nourrie depuis si longtemps), Ailin donna de brèves précisions sur les raisons de cette chasteté qui collait si mal à l'image qu'on avait d'elle en temps normal. Jesse enchaîna sur une plaisanterie mêlée d'un compliment. Tout à fait typique de lui, tout autant que cela aurait pu être typique d'Ailin, laquelle était elle aussi très friande de ce genre de trait d'esprit. Au risque de le répéter une fois supplémentaire, c'était ce qui les avait rapprochés. L'écossaise émit un rire d'agrément discret.

"Monsieur Coleman... Dois-je comprendre que vous me tenez en haute estime ?"

Le temps d'une plaisanterie sucrée elle revenait au vouvoiement et à cette fausse distance, très aristocratique. La question était évidemment rhétorique. Ils n'auraient pas été ici, dans cette position, et en train de déballer l'un à l'autre le récit sans fard de leurs existences si il n'y avait pas eu quelque chose d'important entre eux. Quoique plus jeune et par conséquent moins ancré dans cette habitude qui définissait en grande partie l'existence d'Ailin, Jesse était tout comme elle très difficile à atteindre vraiment.

Cela avait aussi été une manière détournée de lui laisser entendre que le sentiment était réciproque, chose qui n'aurait pas été évidente à comprendre pour le commun des mortels étant donné la subtilité du sous-texte, mais qu'elle était certaine que le jeune homme aurait discerné.

Mais il y avait eu dans les mots de Jesse un sous-entendu clair, aussi. Un sous-entendu dont elle ne savait toujours trop que faire, comme les signaux restaient contradictoires. Elle en fit un à son tour, admettant à mi-mot son attirance, et son ouverture à l'idée d'un éventuel échange charnel. Elle était la première étonnée de s'entendre parler. Le second étonné était Jesse, qui visiblement ne s'y était pas entièrement attendu. Elle esquissa un léger sourire amusé. Il était toujours rafraîchissant de réussir à tirer de lui autre chose que ces légendaires expressions flegmatiques, qu'il aurait réussi à garder même si l'Apocalypse avait été en train de leur tomber sur le coin du nez.

Puis, il se remit à utiliser des termes qu'elle ne connaissait pas, pour évoquer des concepts dont elle n'avait jamais entendu parler. Ce fut à son tour de laisser naître une fleur d’étonnement sur son visage. On sentit dans son attitude une brève hésitation, comme si elle avait cherché à résister au courant qui cherchait à la rapprocher de Jesse, de plus en plus. Gray-sexualité ? Ici le terme portait à confusion, même si elle comprenait qu'il faisait en partie allusion à cette absence d'envies qu'elle avait remarqué, et qui l'avait tant troublée. Il aurait bien évidemment fallu qu'elle demande des précisions, même si elle avait compris que Jesse avait besoin d'un contexte très particulier pour se laisser aller à ses envies. Mais n'était-elle pas bien placée pour comprendre, au moins en partie ? Elle n'avait jamais laissé personne d'autre que Sigmund la toucher, après Londres, et avant la Nouvelle-Orléans. Même ainsi, leurs ébats n'avaient eu lieu que dans des conditions précises qui permettaient à Ailin de bien vivre l'échange. Il y avait une similarité, malgré des sources différentes.

Il aurait bien évidemment fallu qu'elle demande des précisions, mais l'instant s'était gorgé d'une tension très réelle qui l'empêcha de parler en ce sens, car elle aurait risqué de tuer dans l’œuf la magie qui opérait. A force d'"exceptions", il devenait évident que Jesse était tout aussi prêt qu'elle à s'aventurer plus loin. Dans quel cadre, néanmoins ?

Qu'était-il prêt à faire ou à ne pas faire, que pouvait-il avoir envie d'échanger lorsque ce n'était pas dans le cadre précis d'un échange BDSM ? Outre le fait qu'ils risquaient de manquer de matériel, quoiqu'elle soit toujours prompte à improviser, Ailin n'était pas certaine d'être en phase avec l'idée de passer à ce genre de choses sans transition, ici, maintenant, et surtout si elle devait tirer les ficelles d'un scénario. Il était rare qu'elle soit aussi franche et authentique, et elle n'avait pas envie de revenir tout de suite à l'interprétation. Surtout qu'elle tâtonnait encore, pas tout à fait certaine de ce qu'elle ressentait, ni de ce qu'elle avait envie.

La main sur la clavicule de Jesse tourna. Elle se posa dans sa nuque. Ses yeux papillonnant traduisaient comme un trouble, une légère hésitation. Déjà, il était évident que Jesse n'avait rien contre un rapprochement physique chaste mais indéniablement affectueux, puisqu'ils en profitaient depuis plusieurs minutes déjà. L'index de sa main libre monta doucement, jusqu'à se poser sur la pulpe de ces lèvres généreuses qui lui faisaient de l’œil, et qu'elle aurait voulu pouvoir embrasser.

"... Alors jusqu'où puis-je exceptionnellement défier tes penchants ? Comme ta sollicitude, cela reste t-il aussi hors du forfait... Qui, je tiens à le préciser, pourrait tout à fait m'intéresser dans des circonstances plus adéquates ? Ou bien suis-je en train de m'imaginer ce qui arrive, et suis-je la seule à sentir ce que je sens ?"

Le doigt glissait avec douceur contre les lèvres du jeune homme, en quête d'une autorisation explicite. La même main glissa ensuite contre sa mâchoire, délicate, innocemment affectueuse. Avec Sigmund il était bien courant que les échanges ne se résument pendant de longues périodes qu'à des manifestations de tendresse similaire, notamment quand Ailin n'était pas d'humeur à assumer sa réalité physique. Mais Jesse était-il intéressé par ces douceurs, ou bien y était-il aussi indifférent ?
_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3339-ailin-dyce
Jesse Coleman
Normes
avatar

Identification
Emploi: Chargé de cours/ Doctorant
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: De révélations en célébration   Dim 28 Jan - 17:56

La conversation avait pris un cours différent. Recherché, mais dont le résultat n'était pas exactement attendu. Du moins pas de cette façon. Il avait toujours pensé les tentatives de séduction d'Ailin à son égard agréables et subtiles (c'était bon pour l'égo), mais jamais réellement sérieuses. Il mettait son attitude sous le coup de sa nature lascive et séductrice, l'ayant vue agir de cette façon avec bien des clients. Bien sûr, leur relation était différente, mais l'étudiant considérait que c'était l'amitié qui les liait qui faisait cette différence, et non pas le reste.

En croisant le regard argent intense de la blonde entre ses bras, il se rendait compte qu'il s'agissait probablement d'un peu des deux.

La discussion continuait cependant, tournant pour le moment autour de Skyler et de ses réactions au refus de ses avances. Jesse n'était pas réellement étonné d'entendre que le wiccan, contrairement à d'habitude, n'avait pas énormément insisté. Le russe était extrêmement intelligent, il avait eu l'occasion de s'en rendre compte lui-même, et il avait certainement réalisé qu'insister serait taper dans des traumas invisibles. Aussi insensible qu'il pouvait être, Skyler était très attentif quand il s'agissait de ce genre de choses.

Aux précisions que la vampire lui adressa, l'étudiant hocha la tête, compréhensif, et se permit même de faire un peu d'humour pour détendre l'atmosphère (et avouer certaines choses à demi-mots). La réponse acidulée d'Ailin lui arracha un sourire, mais il ne répondit pas par les mots, se contentant d'accepter ce qu'il entendait. Il savait que la fausse distance que les paroles de la blonde impliquaient était là pour marquer la haute estime dont elle faisait mention et qu'il ne contredisait pas. Par ailleurs, tous deux savaient à quel point la présence de l'autre pouvait être stimulante : ils se seraient lassés bien avant, si cela n'avait pas été le cas.

Un autre aveu, qui le surprit plus qu'on ne l'aurait pensé. Et pourtant, comme dit plus tôt, Jesse ne s'était jamais pensé "exceptionnel" au point que ce degré d'échange charnel puisse être envisagé. Il ne sut pas exactement si le sourire amusé qu'elle lui adressa était face au sentiment qu'il laissait apparaître ou du côté presque ingénu qu'il symbolisait.

Ce n'était néanmoins pas le moment de se soucier de cela. Il avait l'intention d'éclaircir certains points, non seulement parce qu'il souhaitait s'ouvrir à Ailin, mais également parce qu'il n'était que trop conscient que sa sexualité influait sur les relations qu'il pouvait entretenir. Même si, au vu de ce qu'il avait appris ce soir, il ne pensait pas qu'Ailin réagirait aussi mal que d'autres.

Il capta l'étonnement sur son visage, à l'entente d'un nouveau terme inconnu. Cette fois, l'explication fut brève, bien que Jesse soit prêt à s'expliquer plus avant à la moindre demande. Mais le moment paraissait mal choisi. L'atmosphère n'était plus propice aux longues explications et découvertes intellectuelles sur tous ces concepts qui pouvaient paraître obscurs pour certains. L'universitaire s'était décidé et avait signé d'une seule phrase la fin (provisoire) de cette discussion.

Son regard gris étrangement teinté de lavande ne quittait pas le visage de la vampire. Il étudiait ses réactions, comme cela lui arrivait bien souvent lorsqu'il parlait avec quiconque, mais il y avait quelque chose de différent, cette fois-ci. Une attente, peut-être un peu d'appréhension.

Et puis, la main qui avait élu domicile dans le creux de son épaule bougea, se glissant dans sa nuque. Son regard dans le sien dériva sur la seconde main qui bougeait, suivant le chemin qu'elle prenait jusqu'à atterrir sur ses lèvres. Il la laissa faire sans un mot, extrêmement docile, avant de rediriger son regard doux dans le sien, l'écoutant parler.

Il appréciait la façon dont elle prenait des pincettes, pas pour se protéger, mais pour s'assurer de ce qui était possible ou non, et selon quelles circonstances. Bien sûr, il y avait une légère distance, mais Jesse ne pouvait que la comprendre : ils étaient toujours passés par des chemins de traverse, pourquoi être soudainement directs ?

L'étudiant sourit tendrement alors que l'index quittait ses lèvres pour caresser sa mâchoire. Sa main libre, et maintenant sans la moindre trace d'argent, glissa jusqu'à sa joue pâle et remonta afin de capturer une mèche de cheveux presque blancs qu'il passa derrière son oreille, laissant traîner sa main le long de son cou. Ses yeux ne quittaient plus les siens, cherchant à rassurer mais également à convaincre de sa sincérité.

"... Je ne mettrai pas en doute tes capacités imaginatives dans bien des domaines, mais je puis t'assurer qu'à cet instant précis tu n'inventes rien."

Resserrant son emprise sur la taille d'Ailin, il plaça le pouce de son autre main sous son menton, qu'il poussa à se lever légèrement tandis qu'il décidait de combler l'espace qu'ils restait entre leurs visages par un baiser tendre, mais qui pourrait facilement gagner en intensité selon les envies.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4467-jesse-coleman
Ailin Dyce
Vamps
avatar

Identification
Emploi: Maîtresse Vampire, ex-strip-teaseuse aux Plaisirs Coupables
Age apparent: 21 ans
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: De révélations en célébration   Dim 28 Jan - 17:58

Il y avait de l'appréhension des deux côtés. Jesse venait de lui expliquer qu'il éprouvait en règle générale peu de désir, et cela expliquait le manque de réactivité dont il avait fait preuve durant ses précédentes tentatives de séduction. Cela expliquait aussi qu'elle ait l'impression de marcher sur des œufs. Avec n'importe qui d'autre, un rejet lui aurait fait une belle jambe, de même que d'accidentellement froisser la sensibilité de son interlocuteur.

Mais ce n'était pas n'importe qui, ce dont elle se rendait compte avec de plus en plus d'acuité. Jesse éveillait en elle des émotions qu'elle avait crues définitivement mortes. Il réveillait l'unique parcelle d'humanité qu'elle avait jamais possédé, et cela la terrifiait, parce que ça la rendait vulnérable.

Tout en même temps qu'elle était terrorisée, elle refusait pourtant de faire marche arrière car cette même vulnérabilité lui offrait aussi un chemin vers des paysages intérieurs détonants. Des gerbes de couleur, de joie, de vie, dont elle avait oublié jusqu'à ce que cela pouvait faire de les accueillir en soi. Des fluides doux amer, délicieusement sucrés, couraient dans sa poitrine. Son cœur mort se gonflait comme une voile, comme au bord de se remettre à battre.

Elle ne gardait plus ses distances que pour une seule raison : elle refusait de le forcer à faire quoique ce soit allant contre sa volonté explicite. Elle avait vécu tant de situations où, d'une façon ou d'une autre, cela avait fini par lui arriver, qu'elle se serait détestée de le reproduire sur l'unique personne vivante dont elle se souciait réellement. Abasourdie, elle se repassa cette phrase mentale au ralenti, pour en goûter les impressions, et la profonde signification : "L'unique personne vivante dont elle se souciait réellement". A quel moment était-ce devenu si puissant ? Comment cela avait-il pu arriver sans qu'elle s'en rende compte de la moindre manière ?

Ses yeux n'était plus que deux billes de métal en fusion. Elle frissonna sous ses doigts, qui caressaient sa joue et cherchaient à dompter ses cheveux. Chaque instant supplémentaire qu'elle passait immobile correspondait à celui d'une violente lutte interne. Puis le jeune homme rompit le suspens en répondant à sa question, et ce fut comme si un barrage rompait et qu'un ras de marée brutal et brûlant s'était déversé en elle, tout en même tant qu'à l'extérieur d'elle.

Elle qui cachait si bien ses émotions en temps normal n'essaya même plus. Elle n'en avait pas envie, et n'était même pas certaine de se contrôler assez pour en être encore capable. Dans l'infime moment qui passa, et durant lesquels ils furent encore séparés, de puissantes émotions traversèrent son regard : la terreur tout d'abord, glaciale et éclatante, mais qui était directement suivie de l'acceptation de cette même terreur. Ailin en comprenait l'origine et était capable de la mettre en cage, sans vraiment savoir si l'idée était sage, car elle prenait de réels risques à permettre que cette histoire aille... où qu'elle irait. Puis ils furent si proche qu'elle sentait le souffle chaud de l'étudiant contre sa peau. L'onde tiède que produisait son épiderme humain irradiait contre le sien, comme de douces vagues s'écrasant contre un rocher lissé par le temps. A ce stade, elle n'était plus que passion et qu'abandon béni.

Leurs lèvres se touchèrent avec tendresse et langueur. Ailin ne chercha pas à rendre le baiser plus fougueux, pas immédiatement, car elle appréciait à sa juste valeur la douceur du moment. Elle aurait voulu être capable de l'enregistrer sur un quelconque support de stockage d'instants de vie afin de le rendre impérissable, et de pouvoir l'expérimenter à nouveau chaque fois qu'elle l'aurait voulu. Mais ce n'était pas possible, et à défaut, elle se concentrait pour en tirer le plus, le meilleur, car elle savait que c'était ce genre d'instants qu'on ne vivait qu'une fois, et qui dans une vie même aussi longue que la sienne étaient extrêmement précieux. Comme des petites gemmes que le cœur produisait, et qu'il fallait bien prendre garder à protéger par la suite. Elles définissaient ce que l'existence avait eu de meilleur, et il ne fallait pas les oublier.

Elle se rendit compte qu'elle n'avait pas écouté ce conseil. Suite à Atlanta, et suite aux PC, elle avait enfermé toutes ces perles dans une boîte scellée au ciment, et les avait jeté dans un sombre étang intérieur, dans l'espoir qu'elles ne feraient plus jamais surface, parce qu'elle n'était pas capable d'en soutenir l'éclat qui la blessait autant qu'aurait pu le faire le soleil. Mais quel dommage... De quoi avait-elle donc presque réussi à se priver ? Comment avait-elle pu se faire tant de mal, seule ? Elle avait l'impression de s'être mutilée, et que le membre rampant avait enfin réussi à la rattraper pour venir se recoller tardivement à son emplacement d'origine, qu'il n'aurait jamais dû quitter.

Sans rompre l'échange, Ailin se redressa délicatement. Elle passa son second bras dans la nuque du jeune homme. Une main contre sa joue, puis jouant dans ses cheveux délicats, à l'arrière de sa tète. Elle s'écarta juste un peu, parce qu'elle savait que Jesse contrairement à elle avait encore besoin de respirer, et qu'elle jugeait que cette minuscule pause leur permettrait de profiter encore mieux du moment. Elle plongeait dans ses yeux en même temps que leurs nez se frôlaient, et qu'une pointe interrogatrice émergeait de la mer grise chaotique. Ses doigts avaient encore bougé, caressant affectueusement le visage à proximité d'une oreille. Ailin avait ses propres limites mais ils ne les avaient pas encore atteintes. Pour le moment, c'était celle de Jesse qui risquaient d'être plus aisément rattrapées. Pour cette raison, elle considérait que pour le moment, il était celui qui devait donner le signal, que ce fut pour continuer l'échange sans rien y modifier, pour y mettre fin, ou pour le rendre plus charnel et plus passionné. Elle retourna embrasser ses lèvres onctueuses, tout en lui laissant l'embarras de ce choix.
_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3339-ailin-dyce
Jesse Coleman
Normes
avatar

Identification
Emploi: Chargé de cours/ Doctorant
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: De révélations en célébration   Dim 28 Jan - 17:59

Les yeux d'Ailin lui donnaient l'impression de plonger dans une mer d'argent en pleine tempête. Jesse ne savait pas exactement ce que cela signifiait, mais les divers indices qu'ils avaient échangés étaient trop parlants pour que rien ne soit tenté. D'autant qu'au vu de ce qu'il venait d'avouer à la vamp, il y avait cette possibilité qu'elle attende de lui une autorisation quelconque, qu'elle soit verbale ou gestuelle.

Il opta pour les deux, et faillit suspendre son geste lorsqu'il nota la terreur dans les yeux de la blonde. C'était une émotion qu'il n'aurait jamais pensé apercevoir chez elle, et l'idée d'en être potentiellement la cause le dérangeait sans qu'il puisse l'exprimer. Cependant, elle fut aussitôt suivie par une sorte d'acceptation silencieuse, qui le convainquit de terminer le mouvement qu'il avait entamé. Bien qu'intérieurement il se promettait déjà de faire son maximum pour que cette angoisse n'apparaisse plus jamais par sa faute dans ces billes en fusion.

Le baiser était doux, comme une fleur éclot peu à peu aux lueurs du soleil. Fragile, mais volontaire. Le pouce de Jesse suivait l'arrête de la mâchoire de la vampire pour retourner le long de son cou, avant de glisser dans ses cheveux. Chacun de ses gestes témoignait d'une tendresse presque timide, contrastant avec son attitude flegmatique habituelle. C'était bien là la différence entre la vision qu'il donnait au monde et la personne que l'on pouvait découvrir en y mettant du sien, comme Ailin avait si bien su le faire, attisant sa curiosité, son intérêt, sa recherche de connaissances et ses envies de partage, et finalement, une passion délicate, qui s'exprimait à peine.

Les mains de la jeune (d'apparence) femme jouaient avec ses cheveux, lui arrachant un nouveau frisson. Il était conscient de chaque parcelle de sa peau qu'elle frôlait de ses doigts froids, mais le ressentait comme un contact agréable, pour ne pas dire électrique.

L'espace d'un instant, leurs lèvres se séparèrent et les yeux de l'étudiant se rouvrirent pour tomber à nouveau sur la tempête qu'il appréciait particulièrement. Profitant de l'occasion pour reprendre sa respiration, Jesse sourit, les yeux se fermant à demi sous les caresses d'Ailin, à la manière d'un chat qu'on s'attendait presque à entendre ronronner. Il n'avait rien contre les démonstrations d'affection de ce type. Au contraire, il pouvait lui-même, dans un cadre plutôt privé, se montrer extrêmement attentif et peu avares en gestes de tendresse, comme il l'avait montré un peu plus tôt en prenant place aux côtés d'Ailin sur le pouf qu'ils partageaient depuis.

Et souvent, dans ses diverses relations, le problème avait été pour ses partenaires de faire la différence entre cette tendresse, cette affection romantique, et les gestes plus charnels voire sexuels qu'il n'avait que très peu souvent envie d'engager hors de limites bien définies. Néanmoins, dans ce cas précis, non seulement était-il dans une période où cette envie pouvait se faire un peu plus importante, mais en plus, et surtout, Ailin faisait preuve d'une ouverture et d'une considération exemplaire.

Il le voyait dans ce regard gris qu'il ne quittait plus depuis quelques instants. Elle interrogeait, posait la question, attendait son autorisation. Et cela signifiait bien plus qu'on ne pourrait le penser pour Jesse, qui n'avait pas toujours été si bien reçu et compris. Cette acceptation elle-même parvenait à lui donner envie de repousser quelque peu ses propres limites.

Ce fut pour toutes ces raisons que, lorsque Ailin prit l'initiative d'un second baiser, l'universitaire n'hésita pas très longtemps avant d'approfondir de lui-même ce baiser, tandis que la main qui n'avait pas quitté sa taille finissait par remonter le long de son dos, le caressant du bout des doigts au travers du pardessus. Son autre main, elle, était partie chercher celle qu'Ailin avait glissé sur sa joue pour la prendre dans la sienne et la poser sur le haut de sa chemise, invitation subtile si elle le souhaitait ainsi. Il n'irait pas beaucoup plus loin, mais il tenait également à lui faire part de ce que oui, il pouvait lui offrir si elle le voulait.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4467-jesse-coleman
Ailin Dyce
Vamps
avatar

Identification
Emploi: Maîtresse Vampire, ex-strip-teaseuse aux Plaisirs Coupables
Age apparent: 21 ans
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: De révélations en célébration   Dim 28 Jan - 18:02

Jusqu'à présent, les gestes de Jesse avaient été si doux qu'on aurait presque pu les trouver hésitants sans l'être. Manquant d'assurance, tout en n'en manquant pas. Cette sorte de pudeur contrôlée lui était si peu habituelle qu'elle en devenait troublante, mais pas dans le mauvais sens du terme. Ailin lui avait révélé des failles, des faiblesses qu'elle ne montrait jamais à personne, et c'était comme si dans cet instant où il perdait son flegme, il lui rendait la pareille. Il se rendait plus proche d'elle encore en acceptant cette perte de contrôle partielle.

Ailin non plus n'était pas tout à fait certaine de ses gestes, dans son cas parce qu'elle ne savait pas ce que l'étudiant était prêt à faire avec elle, ni ce qu'exactement elle était prête à faire avec lui. Ils devaient le découvrir par l'expérimentation, à tâtons, doucement et sans trop forcer le destin. Une question muette passa à l'occasion d'une pause, suivie d'un second baiser.

Et dans ce baiser, l'humain glissa une réponse aussi passionnée qu'elle était éloquente. Ailin eut l'impression de plonger dans l'échange comme elle l'aurait fait dans un bain brûlant. Elle retint un hoquet et s'accrocha fort au cou de Jesse tandis que sans l'ombre d'une hésitation, elle répondait à sa fougue avec autant d'énergie.

Les yeux fermés, emportée par une forte vague de désir mêlé d'affection, elle agit sans réfléchir. Elle prit l'initiative de passer au dessus de Jesse et, plutôt que de rester assise à côté de lui, elle s'installa à cheval sur ses genoux, où elle continua ce qu'ils venaient de commencer sans se lasser, consciente malgré tout qu'il lui fallait faire attention à laisser le jeune homme respirer de temps à autre, car il existait toujours cette différence entre leurs besoins vitaux. Elle se rendit compte qu'il avait pris sa main et la posait sur son torse, au niveau de l'ouverture de sa chemise. Elle ouvrit les yeux et le dévisagea un moment. Un autre message silencieux passa.

Ce que l'un autorisait l'autre à faire devait être réciproque, si ils souhaitaient s'en sortir, et Ailin pendant quelques brèves secondes se demanda si elle était prête à se laisser dévêtir autant. C'était ironique lorsqu'on savait qu'elle faisait de la nudité son métier et qu'elle terminait dans des tenues plus légères encore à longueur de soirées, face à un large public. Mais c'était différent. Jesse était différent. Elle-même se sentait différente en sa présence, surtout maintenant qu'elle lui avait révélé la vérité et qu'elle était si proche de cette identité bafouée par Précieuse, qu'elle avait préféré boucler à double tour quelque part dans sa tête pour éviter de trop mal vivre les spectacles qu'elle donnait.

D'autre part, elle avait peur d'aller trop loin. De finir par froisser la sensibilité de l'étudiant en se montrant trop osée, faute à ce désir bouillonnant qui faisait naître en elle des envies, des idées, qu'elle peinait à contrôler. Elle n'hésita pourtant que très peu de temps, consciente d'une part qu'elle avait envie que les choses aillent plus loin même si cela devait être émotionnellement difficile pour elle. Consciente que de retirer quelques couches de vêtements n'engageait finalement à rien qu'à des révélations encore assez chastes, et éventuellement qu'à quelques échanges tendres qui restaient très proches de ceux qu'ils avaient déjà. C'était une étape qu'ils pouvaient se permettre de franchir. La suite dépendrait de ce qu'ils en feraient.

Sans quitter Jesse des yeux, elle détacha la ceinture de son trench-coat afin de lui rendre la tâche qui viendrait plus facile, et de lui faire comprendre qu'il était libre de jouer avec elle autant qu'il lui permettait de jouer avec lui. Puis sans plus de manière, elle fondit sur lui.

Abîmée dans un autre baiser, elle glissa donc les doigts dans le col de la chemise de Jesse et joua un instant avec la peau douce et chaude qui se trouvait en dessous, avant de descendre jusqu'à un premier bouton et de détacher le vêtement étape par étape. Elle écarta les pans de tissu. Ses paumes glissèrent contre les reliefs agréables de son torse, une main occupée à en explorer le détail, tandis que l'autre préférait glisser autour d'un rein et caresser son dos avec une douceur passionnée.
_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3339-ailin-dyce
Jesse Coleman
Normes
avatar

Identification
Emploi: Chargé de cours/ Doctorant
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: De révélations en célébration   Dim 28 Jan - 18:03

En aurait-il eu le temps, Jesse aurait probablement laissé échapper un léger éclat de rire face à la réaction d'Ailin. La façon dont elle s'accrochait à lui était si différente de l'image qu'elle donnait habituellement, témoignant une fois de plus de cette tendresse qu'elle cachait si bien, mais aussi d'une passion qu'il avait déjà vu brûler, mais jamais d'aussi près.

En aurait-il eu le temps, donc, il aurait laissé passer l'amusement tendre que lui inspirait cette situation, mais la réponse de la vamp fut aussi vive que fougueuse et coupa court à toutes envies autres que celle de se perdre dans cet échange et de resserrer son étreinte autour de la blonde.

Il n'était d'ailleurs pas le seul semblait-il, car Ailin prit une initiative qui aurait pu le faire grincer des dents dans un autre contexte. Sans couper le contact sinon pour des moments infiniment courts mais essentiels lui permettant de reprendre sa respiration, la blonde changea de position, s'asseyant à cheval sur ses genoux. Cela aurait pu lui faire perdre le peu de désir qu'il parvenait à entretenir, mais les gestes d'Ailin n'allaient pas dans une direction qu'il aurait pu craindre, ce qui ne fit qu'ajouter à l'intérêt qu'il lui portait.

Là où d'autres auraient aussitôt profité d'un changement de position pour entamer des gestes qui détourneraient la situation, la vamp se contentait de continuer ce qu'ils avaient commencé, avec toujours autant de ferveur et de passion, lui laissant le temps de réfléchir lui-même à ce qu'il était prêt à faire et à laisser arriver.

Aussi reconnaissant qu'il était à Ailin de comprendre ce qu'il pouvait ressentir, il ne pouvait pas lui-même ne pas prendre ses émotions en considération. Il voyait sa passion, son ardeur, et comprenait ce qu'elle pouvait attendre. Il voulait lui offrir un maximum dans les conditions actuelles, même si pour bien des gens cela correspond à un "pas assez". C'est pourquoi il avait glissé sa main dans la sienne pour la poser sur sa chemise, l'autorisant implicitement à l'ôter si elle en éprouvait l'envie.

Le baiser cessa et l'étudiant plongea son regard gris dans celui de la vamp. C'était un autre moment où la communication importait, bien qu'elle soit silencieuse. Il voyait qu'elle réfléchissait, probablement hésitante. Jesse lui sourit doucement, sans un mot, lui faisant part de son soutien et de sa considération. En réalité, il n'attendait pas d'Ailin qu'elle lui "rende la pareille", pour ainsi dire. Mais cela ne l'empêchait pas d'apprécier énormément ce développement. Un étonnement bref passa dans les yeux de l'universitaire, suivit d'une étincelle qui en disait beaucoup. Ils étaient (pas si) étrangement en accord à cet instant précis, chacun conscient des limites de l'autre mais aussi de leurs envies respectives. C'était terriblement agréable de ne pas craindre les actions de l'autre, et Jesse réalisait avec une surprise et peut-être une légère peur de l'inconnu la confiance qu'il éprouvait envers cette femme.

Cette fois, un léger éclat de rire passa ses lèvres alors que la vamp fondait à nouveau sur lèvres. Il avait presque l'impression d'être une proie face à un prédateur féroce... et il devait s'avouer que cette sensation ne lui déplaisait pas. Au contraire.

Ses propres mains avaient glissé sous le trench-coat, caressant la peau au travers du pull, enserrant la taille d'Ailin pour la rapprocher un peu plus de lui tandis qu'il sentait ses mains défaire un à un les boutons de sa chemise. Sentir ses mains fraîches sur son torse enfin dénudé lui procurait une sensation agréable, tant qu'il ne regretta pas d'avoir permis à la situation de prendre ce chemin. Il espérait simplement qu'il en était de même pour la vampire, alors qu'il faisait remonter une main sous le vêtement d'extérieur pour remonter jusqu'à sa nuque qu'il caressait doucement, et que l'autre glissait sur sa taille et la chute de ses reins, jouant avec le bas de son pull à col roulé pour frôler la peau claire du bout des doigts, remontant peu à peu le vêtement sans pour autant chercher à le remonter très haut. Son autre main redescendit, et les deux glissèrent sur sa taille, dans le bas de son dos, dessinant le contour d'un nombril...

A l'occasion d'une reprise de respiration, Jesse éloigna son visage juste assez pour pouvoir poser son front contre celui de la vamp. Sa voix était un souffle brûlant quand il reprit la parole, pour la première fois depuis de longues et délicieuses minutes. Ses mains ne cessaient pas ses gestes, ce qui permettait probablement d'expliquer ses paroles.

"Tu es gelée..."

L'étudiant commençait à réaliser que la fraîcheur du corps de la blonde ne tenait pas uniquement à son statut de vampire, mais peut-être à une absence de sustentation prolongée. S'il prenait la peine de le mentionner, ce n'était probablement pas pour rien. Ailin le connaissait assez bien pour le savoir.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4467-jesse-coleman
Ailin Dyce
Vamps
avatar

Identification
Emploi: Maîtresse Vampire, ex-strip-teaseuse aux Plaisirs Coupables
Age apparent: 21 ans
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: De révélations en célébration   Dim 28 Jan - 18:06

Jesse répondait à son invitation non pas en la déshabillant ainsi qu'il aurait pu le faire, puisqu'elle l'y avait invité, mais en se contentant pour le moment de passer ses mains en dessous de certaines couches de vêtements de sorte à la caresser en réduisant peu à peu l'épaisseur de tissu qui séparait leurs corps. Elle poussa un soupir langoureux qui en disait long sur le soulagement qu'elle éprouvait face à ses gestes doux. Face à la prudence avec laquelle il avançait pour ne pas la froisser. Ailin éprouvait facilement du désir mais là où elle avait l'impression que Jesse et elle avaient un point commun, c'est qu'il y avait des conditions particulières pour qu'elle puisse vraiment en profiter, certaines erreurs étant passibles de lui couper toute envie au profit de rappels douloureux à son passé, ou à ce qui dans son présent continuait de la déranger à propos d'elle-même.

Elle appréciait donc qu'il navigue en entretenant l'illusion qu'elle était exactement comme elle aurait voulu l'être. Il faisait attention à ne pas toucher les zones de son corps qu'elle ne supportait pas et elle lui en était reconnaissante, car même si dans le feu de l'action il lui arrivait de passer outre ces blocages, il fallait qu'elle soit bien plus "échauffée" pour commencer à éprouver l'envie de le faire. Sigmund, si il avait encore été vivant, aurait longuement pu lui en parler. Néanmoins Jesse ne paraissait pas avoir besoin d'être débriefé à ce sujet : il trouvait naturellement la marche à suivre, ce qui était à la fois étonnant, et pas du tout. Il avait toujours été plus doué que le reste de l'humanité pour la cerner.

Elle frissonnait donc tandis que la main du jeune homme courait contre son dos, par dessus le pull. Le contact était agréable et il aurait pu sans souci se débarrasser de la couche de laine afin d'éliminer le dernier obstacle. Puis ses doigts chauds prirent la décision de passer sous le pull afin d'explorer la peau de son ventre et de ses hanches. Sa fébrilité alla en grandissant. Elle adorait ce contact qui allumait en elle une flamme de plus en plus difficile à contenir, et qu'elle domptait toujours en faisant passer sa passion dans le baiser. A sa respiration, on comprenait qu'elle se donnait du mal pour rester aussi sage qu'elle se montrait, ce qui prouvait le point auquel Jesse avait bien sélectionné ses gestes, qui auraient facilement pu ruiner son humeur si mal exécutés.

Elle se détacha à contrecœur de ses lèvres, tandis qu'il reculait la tête, visiblement pour parler. Elle aurait été capable de continuer longtemps ainsi, sans chercher à rien modifier à l'échange, qui en soit était extrêmement profitable et lui rappelait certains des plus beaux jours de son existence. La question que posa Jesse, néanmoins, lui arracha un sourire amusé, car elle savait parfaitement ce qu'il sous-entendait. Voire, ce qu'il était probablement en train de proposer.

"Est-ce que ça te dérange.. ?"

Se nourrir de lui était une suite directe potentielle qui leur serait profitable à tous les deux d'une façon différente. Était-ce leur meilleure option, cela dit ? Tout dépendait de ce qu'ils comptaient faire ensuite. Du point auquel ils avaient vraiment envie de pousser l'expérimentation.

"... Parfois... Souvent. Je préfère ce genre de conditions. L'absence de sang peut aussi être une aubaine, lorsque bien exploitée. Mais après..."

Elle laissa sa phrase en suspens, car après tout c'était à lui de décider de ce qu'il voulait faire avec elle. Si il n'avait pas l'intention d'ouvrir de quelconques festivités plus ardentes encore, elle supporterait probablement mieux que le sang puisse gorger certaines parties de son anatomie, même si elle appréciait qu'elles ne le soient justement pas en ce moment malgré le fort désir qu'elle ressentait. Et si il acceptait d'être son calice, au moins pour un soir... Eh bien cela ne lui serait pas entièrement inutile non plus. Une main continuait à dessiner des motifs sur le torse du jeune homme. L'autre faisait de même sur sa clavicule, près de la jugulaire. Ses lèvres comme de légers papillons vinrent lui prendre un très léger baiser. Ses yeux interrogatifs le fixaient sans ciller.
_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3339-ailin-dyce
Jesse Coleman
Normes
avatar

Identification
Emploi: Chargé de cours/ Doctorant
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: De révélations en célébration   Dim 28 Jan - 18:08

Si Jesse était capable de prendre aussi facilement en considération le ressenti d'Ailin, c'était parce qu'il avait été élevé dans un milieu très attentif à ce genre de choses. Comme il l'avait révélé plus tôt, deux de ses parents avaient un rapport complexe à leur corps, et même s'il n'avait jamais évidemment eu ce genre de relation intime avec l'un d'entre eux (ils laissaient ça aux avocats de richissime famille qu'il ne nommerait pas), cela ne l'avait pas empêché d'apprendre, d'observer et de recevoir une éducation très importante à ce niveau. Il était donc bien plus conscient de ces choses-là que la moyenne, ce qui expliquait aussi qu'il arrive à taper dans le mille aussi facilement.

Néanmoins, l'universitaire n'était pas mécontent d'entendre les réactions de la vamp. Cela le confortait dans un terrain qu'il ne maîtrisait clairement pas, non pas par manque d'expérience (quoique...), mais par peur de mal faire. Etant de ceux qui réussissent tout ce qu'ils entreprennent, on pouvait s'étonner de cette réserve, mais Jesse n'avait pas cette confiance en lui surdimensionnée dont d'autres faisaient preuve. Il connaissait ses limites et ses possibilités, et bien qu'il s'amuse régulièrement à les dépasser, il éprouvait un peu plus de mal à se laisser aller sans peur des conséquences dans cette situation. Il y avait, réalisait-il, des conséquences qu'il préférerait éviter.

S'il se fiait aux réactions d'Ailin, cependant, il avait peu de chances d'arriver à une malchanceuse conclusion. Il n'aurait pas dû s'en étonner. L'alchimie qui existait entre eux depuis bien des mois ne faisait que prendre tout son sens et il aurait été bien étrange qu'elle cesse d'un coup, alors qu'ils s'étaient toujours si bien compris.

Malgré tout, une part de l'étudiant craignait que la blonde ne s'ennuie. Oui, elle répondait à chacun de ses gestes, mais tous restaient très chastes, et il ne serait pas surprenant qu'elle souhaite passer à autre chose. De ce qu'il savait d'Ailin, elle dépréciait l'ennui presque autant que lui, ce qui n'était pas peu dire. Semblant finalement réaliser que la fraîcheur de la peau sous ses doigts n'était pas due qu'à un statut de mort-vivant, Jesse fit l'effort d'éloigner ses lèvres de celles de la vamp pour lui adresser quelques mots qui, comme toujours, en disaient bien plus long que ce qu'ils exprimaient pour qui savait lire entre les lignes. Le sourire amusé qu'il reçut en échange lui montra que, bien évidemment, son invitée avait fait preuve de cette double lecture avec succès.

Il hocha très légèrement la tête en signe de négation à la question d'Ailin, sans que son front ne quitte le sien. Non, cela ne le dérangeait pas. C'était surprenant au départ, peut-être, mais pas désagréable. D'ailleurs, cela ne le dérangeait tellement pas qu'il continuait de faire glisser ses mains sous le pull, remontant à présent dans son dos en caressant sa colonne vertébrale du bout des doigts.

Ailin semblait vouloir lui donner des précisions, et Jesse l'écouta attentivement. Bien qu'il n'y ait pas exactement pensé auparavant, les explications prirent presque aussitôt sens dans l'esprit de l'universitaire, qui hocha tout aussi doucement la tête que précédemment, de bas en haut cette fois. Il comprenait ce qu'elle essayait de lui dire, et il comprenait également que c'était à lui de choisir le chemin que prendrait la suite des événements. Cette peur de conséquences désastreuses revint faire un tour dans son esprit, mais fut rapidement reléguée au dernier rang face aux gestes doux de la vampire. Le toucher presque évanescent sur sa clavicule lui arracha un long frisson. Celle qui dessinait sur son torse le rendait étonnamment plus conscient encore de la situation dans laquelle ils se trouvaient... et de l'envie qu'il éprouvait de la voir continuer, et éventuellement d'évoluer.

Il n'eut pas le temps de répondre à ce baiser qu'elle lui vola, aussi léger qu'une plume. Le regard argent dans le sien était interrogateur, et il se sentait à la fois fondre et brûler, conscient que ce désir qu'il était si peu capable d'entretenir persistait à vouloir se faire une place ce soir. Conscient qu'il avait envie de voir jusqu'où pourraient évoluer les choses. Conscient que le désastre pouvait toujours arriver, mais qu'il avait déjà eu bien des occasions de survenir et ne l'avait pas encore fait.

Sourire joueur aux lèvres, le regard pétillant, Jesse se redressa suffisamment pour que leurs nez se touchent avant de répondre dans un souffle.

"Gardons cela pour plus tard, alors..."

Sans lui laisser énormément de temps pour réagir, il s'empara à nouveau de ses lèvres pour un baiser passionné, mordillant affectueusement sa lèvre inférieure tout en cherchant à la plaquer un peu plus contre lui grâce aux mains qui jouaient toujours dans son dos. Ils grimpaient un nouvel échelon, et doucement, il commençait à sentir son corps répondre, faiblement, là où d'autres seraient déjà bien plus lancés que lui.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4467-jesse-coleman
Ailin Dyce
Vamps
avatar

Identification
Emploi: Maîtresse Vampire, ex-strip-teaseuse aux Plaisirs Coupables
Age apparent: 21 ans
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: De révélations en célébration   Dim 28 Jan - 18:10

Elle eut un sourire énigmatique. Bien. La fraîcheur de son corps ne le dérangeait donc pas. L'information n'avait été ni triviale ni acquise d'avance. De nombreuses personnes étaient repoussées par cette caractéristique typique des mort-vivants. Certaines étaient d'ailleurs tout simplement incapables d'avoir le moindre rapport avec un vampire, car elles s'accrochaient à l'idée qu'elles touchaient un cadavre, et cela leur retournait systématiquement l'estomac, même si on était en réalité loin du compte (la chair des vampires restant tout aussi fraîche que celle de leur homologues mortels, grâce à la magie qui les habitait et rendait leur organisme fonctionnel, bien que différent).

Il était évident que Jesse ne faisait pas partie de ceux là, sans quoi ils n'auraient pas été aussi loin. Mais il y en avait d'autres, encore plus nombreux (qui correspondaient en réalité à la grande majorité des gens) qui supportaient mal le contact trop frais de la peau d'un vampire mal nourri. Cela leur rappelait qu'ils n'étaient pas aussi "vivants" qu'ils le paraissaient ou bien, en tous les cas, cela les rafraîchissait à leur tour. Elle était heureuse que Jesse ne soit d'aucun de ces genres car cela leur ouvrait des possibilités appréciables. Certaines d'entre elles qui, si ils allaient finalement plus loin, lui permettraient d'encore mieux profiter de l'échange, selon des critères qui lui étaient très personnels.

Elle décida de le lui expliquer en des termes succincts et détournés. La façon dont il acquiesça laissait entendre qu'il avait cerné sans mal où elle voulait en venir et elle n'en doutait pas, car c'était ce qu'il faisait en règle générale.

Elle frissonnait sous ses doigts qui caressaient son dos nu depuis quelques instants. Il colla leur nez l'un à l'autre et leurs yeux pétillèrent de concert alors qu'elle s'amusait de la posture qu'il décidait de prendre. Elle n'eut guère de temps pour plus qu'un rictus ravi esquissé et qu'un flamboiement gris dans son regard, aussitôt noyé dans la passion d'un nouveau baiser qui devenait plus fougueux encore que le précédent.

Il venait d'accepter implicitement qu'ils embraient sur quelque chose de plus soutenu, et peut-être de moins innocent. Bien sûr à ce stade il ne lui avait pas fait comprendre à quoi exactement il acceptait de se soumettre, si bien qu'elle ne prendrait aucune initiative osée sans qu'il les lui permette bien plus ouvertement.

Cela lui laissait tout de même une large marge de manœuvre. Son désir montant en flèche elle se plaqua contre l'étudiant aussi fort qu'il se plaquait contre elle. Elle caressa son torse, écartant progressivement les mains pour terminer de lui retirer sa chemise, puis d'un geste souple marqué par l'expérience elle se débarrassa à son tour du trench-coat qui vint rejoindre son collègue bout de tissu sur le sol. Elle s'abandonna dans le baiser tout en enserrant le corps de Jesse de ses bras, ses ongles rentrant dans, et griffant oublieusement la peau au niveau de ses omoplates. Un gémissement étouffé lui échappa.

Lorsque le baiser cessa, elle descendit immédiatement pour en déposer un autre sur son menton. Puis, lentement, elle se mit à descendre dans son cou, sur son torse, toujours légère et toujours plus chaste qu'elle ne l'aurait pu, testant peu à peu les limites où pouvait encore s'étendre cette situation.
_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3339-ailin-dyce
Jesse Coleman
Normes
avatar

Identification
Emploi: Chargé de cours/ Doctorant
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: De révélations en célébration   Dim 28 Jan - 18:10

Pour dire l'entière vérité, ce contact frais était même agréable. Il contrastait avec son corps chaud et avait quelque chose d'électrisant pour l'étudiant, qui se contenta pourtant d'une réponse succincte. Il comprenait qu'il puisse s'agir de quelque chose de dérangeant pour certains, mais ce n'était pas son cas, ce qui les arrangeait visiblement tous les deux, pour diverses raisons.

Ailin prit la peine de lui expliquer plus avant les raisons pour lesquelles elle préférait l'absence de sang dans ce type de situation, et bien qu'il ne pouvait pas exactement se mettre à sa place (d'ailleurs, assez ironiquement, Jesse était presque dans une situation complètement opposée) il comprit facilement où elle voulait en venir et pouvait comprendre ce qu'elle ressentait.

C'est sciemment qu'il décida donc de repousser sa proposition à plus tard et de tenter de prolonger l'expérience aussi loin qu'ils le pouvaient. Le fin sourire qu'il reçut en réponse avant de voler à nouveau les lèvres de la blonde pour un baiser passionné lui prouva que, pour le moment, la décision n'était pas mauvaise.

Il sourit intérieurement en sentant Ailin chercher à se rapprocher plus encore qu'il ne l'avait initié et la laissa bien volontiers lui ôter définitivement sa chemise, ses mains quittant -à regret- le dos de la vamp l'espace d'un instant. Une fois le vêtement au sol, il reprit ses gestes, posant ses mains sur les cuisses de son invitée, remontant langoureusement jusqu'à ses hanches, se glissant à nouveau sous le pull pour caresser sa taille, et en laissant une dans le creux de ses reins tandis que l'autre remontait dans son dos.

La sensation de griffure l'amena à approfondir un peu plus le baiser, une main appuyée dans sa nuque. Bien que toutes les conditions n'étaient pas remplies, voilà de genre de gestes qui, à coup sûr, éveillaient en lui des envies bien cachées et amenaient son corps à réagir un peu plus, ce qu'Ailin ne manquerait certainement pas de remarquer étant donné leur position.

Puis, le baiser prit fin et le souffle légèrement rauque de l'étudiant se fit entendre. Il n'eut pas le temps de croiser le regard de la blonde avant de sentir ses lèvres sur son menton, puis tracer un chemin léger dans son cou et continuer à descendre. La respiration de l'universitaire s'était accélérée depuis la scène précédente, ce qui devait se voir assez facilement. Sa main remonta dans les cheveux de la vamp, jouant doucement avec les mèches folles qui glissaient entre ses doigts tandis qu'il s'enfonçait un peu plus dans le pouf, lui laissant clairement la main concernant la suite des opérations.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4467-jesse-coleman
Ailin Dyce
Vamps
avatar

Identification
Emploi: Maîtresse Vampire, ex-strip-teaseuse aux Plaisirs Coupables
Age apparent: 21 ans
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: De révélations en célébration   Dim 28 Jan - 21:37

La situation s'était jusqu'ici développée lentement mais sûrement. Puis, à l'instant, elle avait pris subitement en ampleur comme une voile se serait déployée en claquant sous l'effet d'une bourrasque inattendue, et c'est sur ce mode surprenant qu'elle était visiblement vouée à s'étendre, du moins pour les quelques prochaines secondes, lesquelles seraient celles d'une tourmente imprévue probablement pour l'un comme pour l'autre des protagonistes, malgré le don que l'un et l'autre avaient à deviner toujours bien à l'avance ce qui allait arriver.

Ailin avait coupé court au baiser et était passée à autre chose. Des baisers doux, déposés contre la mâchoire, dans le cou, puis contre le torse du jeune homme, qui se laissait entièrement faire. Cela aurait dû être encourageant, non ?

Et pourtant, alors qu'Ailin descendait peu à peu, elle sentit sans prévenir ses épaules se crisper ainsi qu'une force invisible, qui lui interdisait de continuer ce mouvement. La terreur contenue qu'elle ressentait depuis le début de l'échange se manifesta avec une violence telle qu'elle ne parvint plus ni à la masquer, ni à la contrôler.

Elle savait ce qui était censé arriver ensuite, dans ce genre de situations. Les signaux étaient clairs. Avec n'importe qui d'autre, elle ne se serait posé aucune question et se serait contentée d'aller au bout de sa proposition implicite. Cela ne lui posait aucun problème : elle en avait envie. Rien de personnel ne la bloquerait.

Et pourtant, quelque chose clochait profondément. Malgré leur récente prise de vitesse, il y avait un gouffre entre ce qu'ils avaient été en train de faire jusqu'à maintenant, et ce qui aurait en toute logique dû arriver juste après. La marche était trop importante. Était-il possible qu'elle ait mal compris ? Cela ne lui arrivait jamais. Cependant, cela ne lui arrivait jamais non plus d'être émotionnellement perturbée, d'être effrayée, ou de douter, et c'était autant de choses qu'elle expérimentait ce soir. De façon plus générale, qu'elle expérimentait avec Jesse depuis qu'elle avait appris à le considérer autrement que comme un énième mortel inintéressant.

C'était peut-être, d'ailleurs, ce pourquoi il n'était pas inintéressant. Cela dit, elle se serait cette fois bien passée de cette issue.

Le souffle coupé par la violence de l'émotion, elle soupira et prit appui d'un bras contre le pouf avant de redresser un visage incertain. La peur panique au préalable étouffée était de retour dans les prunelles grises.

Elle ne voulait pas que cette soirée tourne à la catastrophe. Elle voulait qu'ils continuent, malgré l'instant de doute, malgré, peut-être l'impasse... Alors, elle prit une décision. Celle de faire un pas en arrière, pour pouvoir plus tard plus facilement en faire d'autres en avant.

Elle boucla en elle ses doutes et son insécurité. Elle remonta rapidement jusqu'à ce que leurs deux visages se touchent presque, et elle glissa une main autour de son oreille, pour en caresser le contour, avec aux lèvres un sourire doux et un peu malicieux.

"Tu formes pour moi une véritable énigme... Je n'aurais jamais cru pouvoir à nouveau dire cela d'un mortel un jour. Ils sont tous si prévisibles... Mais toi ? Tu es décidément tout le contraire..."

Avec un petit rire, elle glissa ses bras autour du cou du jeune homme et déposa un bref baiser sur ses lèvres avant de continuer à mi-voix :

"... Et je suis bien désolée de rompre ainsi le charme, mais mes habitudes et les tiennes semblant hautement différer, je crains que nous n'ayons besoin d'un peu plus de communication verbale qu'il le faudrait en temps normal pour être sûrs de bien nous entendre... J'ai cru comprendre que tu comptais te laisser faire. Si je passe à cette suite, nous allons changer de registre. Pour de bon."

Elle était prête à changer de plans si il le demandait. Pas à subir son rejet si elle réalisait accidentellement le moindre geste de trop.
_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3339-ailin-dyce
Jesse Coleman
Normes
avatar

Identification
Emploi: Chargé de cours/ Doctorant
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: De révélations en célébration   Lun 29 Jan - 20:37

Il était effectivement évident qu’un nouveau palier se trouvait face à eux, bien plus haut que les précédents. Et on pouvait comprendre qu’il amène avec lui certaines hésitations, notamment au vu de la discussion qui avait eu lieu un peu plus tôt. Jesse, pour sa part, avait décidé de les faire taire, tout d’abord parce qu’il se savait dans des dispositions plus agréables qu’à l’accoutumée concernant ce genre de choses depuis quelques jours, mais aussi parce qu’il souhaitait savoir jusqu’où il était capable d’aller. Il avait toujours été de ceux qui repoussaient leurs limites, spécialement face au danger. Et quelle situation était plus dangereuse qu’une mise à nu, dans plusieurs sens du terme, d’ailleurs  ?

C’était pourquoi il n’avait pas bougé, l’avait laissée faire, se concentrant sur ses sensations et essayant d’anticiper au maximum la moindre chose qui pourrait lui faire comprendre qu’il ressentait l’envie de faire marche arrière. Parce qu’il se connaissait assez pour savoir que c’était possible. Il aimait jouer avec le feu, de bien des façons, mais il n’avait pas envie de le faire aux dépends d’Ailin. Il l’appréciait trop pour cela. Son silence était à la fois un moyen de se concentrer sur ce qu’il éprouvait réellement face à toutes ces sensations, et une autorisation. Timide, car peu assurée, mais présente.

Aussi, quand il la sentit se crisper, il rouvrit les yeux pour la regarder et fut surpris par la peur qu’il lisait chez la vampire. Que se passait-il donc, cette fois  ? Jesse n’était pas certain de comprendre, et c’était tellement rare pour lui qu’il en éprouvait une frustration intellectuelle intense. Il n’en montra cependant rien, se contentant d’une lueur interrogatrice. L’universitaire se moquait bien qu’ils «  s’arrêtent en si bon chemin  » comme diraient d’autres. Il préférait de loin savoir ce qui torturait à ce point la jeune femme pour qu’elle laisse à ce point transparaître ses émotions. Il la connaissait assez pour savoir qu’elle ne faisait pas semblant (qui le ferait, dans cette situation  ?) et l’inquiétude qu’il avait cru dissipée plus tôt était de retour. La main qu’il avait posée dans ses cheveux glissa le long de son bras avant de redescendre et d’entourer sa taille, laissant la vamp approcher à nouveau son visage du sien.

Un fin sourire se dessina sur les lèvres de l’étudiant à l’entente de sa première phrase. Énigmatique, c’était un adjectif auquel il avait souvent eu droit quand on devait le décrire. Il n’était pas contre. Il préférait de loin être capable de lire le monde comme un livre ouvert que l’inverse, pour être tout à fait honnête.

«  Tu sais pourtant bien des choses... Je serais prêt à fournir un décodeur, avec le temps.  »

C’était beaucoup d’implications pour peu de mots, mais n’était-ce pas là le signe de la soirée  ? C’était comme si tout avançait horriblement vite, alors qu’il n’y avait eu qu’une sorte de langueur affectée auparavant. Était-ce cette marque de confiance, dans ces confidences échangées, qui faisait qu’il se laissait aller dans de telles proportions  ?

L’étudiant-chercheur n’eut pas le temps d’y accorder plus de réflexion, car Ailin prenait à nouveau la parole après un changement de position et un léger baiser qu’il lui accorda de bonne grâce. Il l’écouta attentivement, et son regard s’adoucit alors qu’il comprenait enfin la raison de cette pause. Il leva l’une des mains qui entourait la taille de la blonde pour la poser sur sa joue et la caresser doucement.

«  ...Je sais.  »

Ce fut à son tour de soupirer légèrement. Les explications concises données un peu plus tôt n’étaient pas suffisantes, et c’était bien normal. Il valait mieux qu’elles arrivent maintenant que trop tard, même si c’était toujours un peu étrange d’expliciter ce genre de chose.

«  Je te l’ai dit, en dehors de certaines scènes bien définies je n’éprouve que très peu d’envies de ce type. C’est fluctuant, hautement imprévisible et parfois si peu intense que cela ne vaut pas la peine d’être mentionné. Je ne peux pas te garantir des périodes, ou un calendrier, ça ne fonctionne pas comme ça. Crois-moi, par moments je préférerais.  »

Par moments, car s'il y avait effectivement un moyen de planifier il se sentirait probablement encore plus obligé de satisfaire saon partenaire lors de ces périodes bien arrêtées. C'était quelque chose qu'il avait déjà ressenti dans de précédentes relations, même s'il avait eu la chance de ne jamais tomber sur quelqu'un qui avait pu voir clair dans ce sentiment de culpabilité et le faire jouer contre lui.

...Il avait également fait son possible pour que l'occasion ne se présente jamais. Jusqu'à présent.

Il plongea son regard dans celui d'Ailin, lui laissant libre accès à sa propre appréhension. Pas de ce qui (ne) pourrait (pas) se passer, mais parce qu'il n'avait pas terminé. Il n'était pas certain de ce qu'il voulait exactement voir arriver. Il savait simplement qu'il ne voulait pas que cette soirée devienne une fin, au lieu de la continuation prometteuse sur laquelle elle avait commencé, et c'était ce qu'il tenta de faire passer dans son regard sous verre, qui était bien souvent aussi intense, mais rarement aussi expressif.

Il avait laissé tomber sa main sur sa cuisse et commença à approcher son pouce de son majeur avant de réaliser qu'il avait enlevé sa chevalière et ne pouvait donc pas s'adonner au tic qui traduisait généralement sa nervosité, quand il ne s'agissait pas d'une intense réflexion.

«  Je ne t'aurais pas laissé faire, ... je suppose que je n'aurais même pas lancé ainsi la conversation, si je n'avais pas été dans une période propice, comme je pense que tu l'avais déjà plus ou moins remarqué.  »

Même s'ils n'avaient jamais connu un tel rapprochement physique auparavant, Ailin s'était certainement rendu compte des frissons et sensations diverses qu'elle avait provoqué ce soir, et de leur rareté.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4467-jesse-coleman
Ailin Dyce
Vamps
avatar

Identification
Emploi: Maîtresse Vampire, ex-strip-teaseuse aux Plaisirs Coupables
Age apparent: 21 ans
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: De révélations en célébration   Lun 29 Jan - 22:37

Un rapide sourire éclaira le visage d'Ailin, qui n'allait pas dire le contraire : Oh. Oui. Elle savait bien des choses, elle en était bien consciente. Mais elle en savait toujours moins qu'au sujet d'individus avec lesquels elle avait pourtant été bien moins en contact. Ils étaient beaucoup plus facile à cerner. Le monde entier lui paraissait à vrai dire bien plus facile à cerner que l'univers que formait la seule existence de Jesse. Jesse, et ses multiples satellites, concepts innovants qui venaient détruire une vision de l'existence qu'on lui avait pourtant ancré dans la tête depuis presque deux siècles.

Voulait-elle d'un décodeur ? Cela dépendait. La surprise était rafraîchissante. Elle faisait naître en elle un intérêt ingénu à un endroit dont elle avait oublié l'existence, ou du moins qu'elle avait pensé définitivement mort et impossible à réactiver. Pour les mêmes raisons, pourtant, elle refusait toute possibilité d'échec. Il était trop tard pour s'étonner de l'attachement qui avait grandi sans qu'elle s'en rende vraiment compte entre Jesse et elle. Le constat était là : elle était rendue terriblement vulnérable aux aléas de leur relation, et il y avait des échecs qu'elle ne supporterait guère.

Elle les sentait déjà en elle. Eux, et leurs conséquences. Tapis dans l'ombre. Créant en elle une peur et une angoisse nouvelle, qu'elle n'avait jamais ressenties, pas même avec Sigmund. Peut-être parce qu'avec Sigmund, aucun geste n'avait jamais été de trop. Elle n'avait jamais été autrement que désirable à ses yeux. Il l'avait entièrement mise en confiance, à tous les sujets, et lui avait permis de s'épanouir dans son identité.

Ce que Jesse essayait de faire, en un sens plus que Sigmund ne l'aurait jamais pu, car il en savait bien plus que son créateur sur ce sujet de la transidenté qui lui était si personnel. Mais, bien indépendamment de leurs deux volontés, il existait une incompatibilité entre leurs sensibilités, qu'elle cernait de mieux en mieux au fur et à mesure que Jesse essayait d'expliciter la façon dont il vivait leur rapprochement.

Ailin pouvait être très vite lassée de ceux auxquels elle ne portait aucun intérêt, mais elle pouvait aussi se montrer extrêmement patiente, lorsqu'elle jugeait cela opportun et lorsqu'elle en avait envie. Pour cette raison, elle fixa Jesse sans rien dire tandis qu'il s'exprimait, caressant doucement sa  tempe. Il ne lui apprenait rien : elle avait déjà compris qu'il éprouvait peu d'envies sexuelles hors d'une certaine configuration et se doutait bien qu'il ne pouvait pas prévoir ces instants comme on faisait la météo. C'était après tout pour cela qu'ils y avaient été lentement, à tâtons, progressivement : ils ne savaient pas d'avance ce qui fonctionnerait ou non. L'idée était donc de découvrir la limite sans forcer.

Elle se tut, donc, attendant la suite. Son absence de réaction était une réponse suffisamment éloquente : faire remarquer qu'elle savait déjà tout ça aurait été désagréable de sa part, et il aurait été trivial de l'inviter à reprendre avec un "Et maintenant ?" qu'elle savait fondamentalement inutile depuis qu'elle avait lu la lueur affolée dans les yeux du jeune homme. Elle n'était pas la seule à appréhender ce qui était en train d'arriver, et la façon dont cela pourrait mal tourner. Malheureusement, cette pensée n'avait rien de consolant. Cela ne faisait que renforcer l'impression qu'elle avait d'être en train de marcher sur des œufs.

A vrai dire, juste avec cette lueur, juste avec cette expression, terriblement inhabituelle sur le visage traditionnellement flegmatique de Jesse, elle avait compris ce dont il en retournait. Les mots ne lui étaient plus vraiment utiles. Un sourire pâle, presque mélancolique, apparut sans crier gare. Elle se repositionna, mal à l'aise, et glissa nerveusement une main dans ses cheveux de sorte à les coincer derrière son oreille.

"Autrement dit, tu ne sais toujours pas."

Il l'avait laissée prendre un risque conséquent en la laissant faire, sans savoir comment il réagirait à ses caresses. Elle se félicitait d'avoir eu assez de jugeote pour s'arrêter à temps, et demander des précisions. Bien sûr, malgré toute la finesse d'esprit dont Jesse faisait preuve, Ailin était elle aussi loin d'être facile à lire, et il était normal que certaines choses de son côté à elle aussi dussent être précisées verbalement. C'était d'autant plus normal qu'elle découvrait ces choses en même temps que lui, en réalité. Ce qui ne l'aidait pas à trouver comment en parler.

"Jesse... Je suis certaine que tu te rends compte qu'il existe un gouffre entre ce qu'il se passe au club en permanence et... cette situation. Il suffit de voir les précautions que tu as prises. Ne va pas croire que je n'ai pas conscience de ça. Seulement... Cela va peut-être plus loin que tu ne l'imagines. Ce genre d'enjeux... Je ne l'ai vécu qu'une seule autre fois dans ma vie, et je n'étais alors que très peu active dans ce qui arrivait avec cette personne. C'est terriblement embarrassant et je te prierai de garder cette information pour toi à l'avenir, mais à cet instant précis, je navigue dans l'inconnu avec presque autant d'assurance qu'une pucelle."

Allait-elle regretter ces aveux plus tard ? Elle s'était mise à nu, ce qui ne lui arrivait jamais, et elle devait se l'admettre : elle éprouvait une forme de panique ténue à cause de cela. Une panique, qui explosait silencieusement dans sa gorge sous la forme d'une douleur sourde. Cette même douleur, mêlée à une autre encore plus profonde, percèrent le regard du norme lorsqu'elle redressa enfin le sien.

"Je comprends ta situation. Pour des raisons différentes, je fonctionne sur un mode très semblable : malgré certaines limites radicales, je ne sais jamais vraiment où va s'arrêter ce que j'aurai envie de faire, ce que je supporterai sans mal, sur le coup, ou bien après. Cela dépend de nombre de critères complexes, et le désir que j'éprouve n'est que l'un d'entre eux."

Elle marqua une courte pause, hésitant avant de livrer ce dernier morceau :

"... Mais je ne peux pas me lancer dans le vide comme ça avec toi. Pas à ce point, pas sans indications. Si tu ne me guides pas, je... Si quelque chose va de travers... Ce serait insoutenable."

Elle tremblait légèrement, et luttait contre le sentiment de dégoût qu'elle avait toujours ressenti à l'égard d'elle-même enfoui très profondément sous tout le reste de ce qui faisait d'elle une personne fière, égoïste, très sûre de son intelligence, de son charisme, et de tout le reste de ce qu'Ailin était qui n'était pas compatible avec le dit dégoût. C'était encore pire depuis qu'elle travaillait aux Plaisirs Coupables. Elle avait lutté contre et fait de son mieux pour le masquer, mais Précieuse avait indubitablement brisé le peu de ce qu'elle avait réussi à recoller depuis l'époque de misère crasse qui avait signé la fin de ses années d'humanité.

Et maintenant, malheureusement, Jesse avait ce résultat sous les yeux.
_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3339-ailin-dyce
Jesse Coleman
Normes
avatar

Identification
Emploi: Chargé de cours/ Doctorant
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: De révélations en célébration   Mar 30 Jan - 0:23

La conclusion d'Ailin était vraie. Il ne savait toujours pas exactement comment il réagirait. Cependant il était certain d'une chose, ce qu'il aurait voulu lui répondre aussitôt mais il se retint, parce que la blonde avait encore des choses à dire et que c'était à lui de l'écouter, à présent.

Il écoutait ses paroles dans un silence religieux. Elle ne le voyait pas, mais son regard arborait de nouveau ce sérieux qui lui était propre, alors qu'il engrangeait ce qu'elle lui disait et tentait de comprendre ce qu'elle ne disait pas, ou qu'à moitié. C'était un exercice auquel ils s'étaient toujours adonnés, même si les conversations qu'ils avaient eues depuis qu'ils étaient arrivés chez lui avait été les plus limpides qu'ils aient pu avoir jusqu'à présent.

Il était à la fois étonné et non de l'entendre dire qu'elle n'avait été sentimentalement (car c'était bien de cela dont il était question) proche que d'une seule personne dans sa vie. Ailin n'était pas de celles qui se laissaient aisément approcher mais étant fait du même moule, il ne pouvait que la comprendre.

Et puis, il fit un lien. Peut-être était-ce les mots qu'elle avait utilisé, la façon dont elle avait tourné sa phrase... Mais il réalisa instantanément que la personne dont elle parlait ne pouvait être que le fameux Sigmund. Cela expliquait de nombreuses choses, y compris la façon dont elle avait craqué un peu plus tôt dans la soirée. Et il était plus évident encore que, si les deux vampires n'étaient pas ensemble à présent, ce n'était guère de leur volonté. Elle en parlait au passé. Jesse avait ses hypothèses à ce sujet.

Ce n'était pourtant pas le moment de se pencher sur ce nouveau "problème". L'aveu d'Ailin faillit lui retirer un léger sourire mais il n'en fit rien, pleinement conscient qu'elle l’interpréterait mal, si jamais elle relevait la tête. Et pourtant, quelle ironie... Il se contenta donc d'appuyer doucement la main qu'il avait laissée dans son dos, comme pour lui signifier son accord. Il n'avait aucunement envie de livrer les secrets que la vamp lui avait confiés ce soir, et celui-ci ne ferait pas exception à la règle.

Ailin releva enfin la tête, et la douleur qu'il vit dans son regard gris le prit aux tripes. Jamais il ne l'avait vue ainsi, et il n'aurait jamais pensé que ce soit un jour possible. Ce à quoi il avait assisté plus tôt avait déjà été impressionnant, mais elle se montrait là à un autre niveau encore, qui le perturbait autant qu'il le rendait humble. Il avait mal, de la voir ainsi. Mais tout à la fois, il était ému de savoir qu'elle lui faisait confiance à ce point.

...Et qu'elle voulait construire quelque chose. C'était ce qu'il comprenait -entre autres- en filigrane dans l'appel de sa dernière phrase... Ca, et le fait qu'il était temps qu'il réponde, et qu'il agisse.

Se redressant doucement, il prit la jeune femme dans ses bras pour la serrer contre lui, glissant sa tête dans le creux de son cou. Il resta ainsi quelques secondes, en silence, juste le temps d'essayer de calmer les tremblements de la vamp. Mais il ne bougea pas d'un pouce quand il commença à parler.

"Ailin... Je ne sais toujours pas, mais je suis certain d'avoir envie d'essayer."

Il se décala enfin pour pouvoir la regarder, sans pour autant cesser son étreinte.

"Je ne sais toujours pas parce que je n'ai jamais été dans cette situation auparavant. Chaque fois que j'ai pu ressentir du désir pour quelqu'un, et éprouvé l'envie de passer à l'acte, j'ai toujours fait en sorte que cela se fasse dans ces fameuses conditions, pour être certain du résultat. Je n'ai jamais voulu me mettre en danger."

Jesse bougea pour prendre le visage d'Ailin en coupe, caressant ses joues du bout des pouces.

"Avec toi, je ne me sens pas en danger. C'est pour ça que je n'ai rien dit, malgré l'appréhension inhérente à la chose. Mais j'aurais dû te dire tout cela avant. Je suis désolé."

Il posa son front contre le sien et ferma les yeux quelques secondes avant de les plonger à nouveau dans l'abîme grise si près de lui.

"Tu es une femme exceptionnelle, Ailin. Au charisme éclatant, à l'intelligence vive, aux réparties et à la langue élégantes, à la culture étendue, à la beauté enivrante et à tellement d'autres choses encore que je ne pourrais en faire la liste complète sans y passer la nuit. Et tu es une femme désirable. Extrêmement désirable."

Ce n'était pas parce qu'il n'éprouvait que rarement ce genre de choses qu'il n'était pas capable de le reconnaître, et de l'affirmer lorsque c'était le cas. C'était ce qui était complexe avec le spectre de l'asexualité : la plupart des gens ne comprenaient pas qu'on pouvait porter un jugement en étant détaché de l'acte en lui-même. Et encore, ce n'était pas toujours le cas.

Replaçant une main autour de sa taille et l'autre caressant la nuque de la jeune femme, Jesse posa à nouveau ses lèvres sur les siennes dans un baiser aussi tendre que l'avait été le premier. Il ne cherchait à rien forcer, uniquement à rassurer la blonde. La suite potentielle lui importait peu, tant qu'elle n'avait plus cette douleur insoutenable dans les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4467-jesse-coleman
Ailin Dyce
Vamps
avatar

Identification
Emploi: Maîtresse Vampire, ex-strip-teaseuse aux Plaisirs Coupables
Age apparent: 21 ans
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: De révélations en célébration   Mar 30 Jan - 10:50

Sans se faire prier, elle s'effondra dans l'étreinte du jeune homme. Elle était glacée, et ce n'était pas physique. Elle avait besoin de ce contact fort. De ce point de repère, qui l'ancrerait à quelque chose de tangible et lui permettrait peut-être de retrouver une once de contrôle et de confiance en ce qu'elle était en train de faire.

Elle le savait.
N'aurait-il pas eu envie d'essayer, il aurait répondu autrement à sa proposition, lorsqu'elle lui avait laissé le choix d'effectivement expérimenter la morsure vampirique, ou bien d'attendre pour cela la fin de leur premier échange, si il avait l'intention qu'il aille plus loin que quelques caresses et baisers échangés.

Ne l'aurait-elle pas su, d'ailleurs, elle n'aurait certainement pas cherché à avancer sur cette voie hasardeuse. Pas après ce que Jesse lui avait révélé de ses envies, ou de leur absence. Il aurait été inacceptable qu'elle le force, de la moindre manière, ni qu'elle le braque involontairement.

Ailin n'avait généralement strictement rien à faire de forcer ni de braquer ceux avec lesquels elle jouait. Au contraire, elle adorait ce rapport de force dans lequel elle pouvait aller jusqu'à briser les âmes malheureusement pour elles parsemées sur son chemin. Jesse était différent : avec lui, elle ne faisait pas semblant. Elle n'était dans aucune forme de rôle. Comme Sigmund à une époque, il faisait remonter les seules parcelles d'humanité que l'écossaise avait jamais eu en elle.

Ailin n'était pas la dernière lorsqu'il s'agissait de ne pas avoir envie de passer à l'acte. De multiples façons - elle lui avait parlé des premières - elle avait été violée, ce qui rendait leur situation plus délicate encore : indépendamment de ce dont elle était capable avec le reste du monde, avec Jesse, elle ne voulait pas se faire l'effet d'être à l'image de ces porcs qui avaient abusé d'elle.

Elle avait noué ses bras dans le dos de Jesse. L'une de ses mains étaient fermement ancrée contre sa nuque. Son visage reposait dans son creux. Elle goûtait contre ses lèvres les pulsations de sa peau encore si chaude et si vivante et cherchait à y trouver le réconfort qu'il essayait de lui donner. Le souci était qu'il y arrivait avec brio, et que de ce fait, il n'y arrivait pas du tout.

C'était une étreinte qui lui rappelait bien trop de choses qu'elle avait perdues. La lame froide de la nostalgie perçait son cœur cruellement. Tous les bons sentiments que les souvenirs amenaient se déversaient à l'extérieur d'elle par ce trou sans qu'elle puisse, donc, les goûter à leur juste valeur. Ses tremblements, plutôt que de se calmer, prenaient de l'ampleur. Sa respiration devenait aussi folle que celle d'une personne qui aurait été sur le point d'éclater en sanglots, ou bien de céder à une crise de panique.

Il se décala juste assez pour la regarder. Il était encore en train de parler. Elle fit un effort surhumain - mais c'était bien ce qu'elle était - pour contenir ses émotions et pour se focaliser sur Jesse, dans la direction duquel elle tourna donc un regard fébrile, mais concentré.

Il lui apprenait donc qu'elle était la première personne avec laquelle il avait envie d'essayer de passer à l'acte sans utiliser une mise en scène. Cela n'était pas anodin, et elle était flattée, vraiment. Mais ce n'était malheureusement pas ce qui allait régler le problème qui se présentait à eux. Elle frissonnait au contact de ses doigts qui tenaient maintenant son visage en coupe. Elle leva une main pour caresser ces derniers, emportée par une vague d'émotions bien étrange. De la culpabilité ? Avait-elle jamais éprouvé la moindre émotion similaire par le passé, pour qu'elle fut en mesure de la reconnaître ? Le visage de son plus jeune frère passa brièvement par les yeux de son esprit. Oui. Une fois peut-être. Au moins une. Elle avait hésité à lui laisser la vie sauve. Par la suite, elle avait éprouvé un vague remord pour avoir choisi la solution de facilité. C'était un frère qu'elle avait bien aimé.

"Oh Jesse... C'est moi qui suis désolée. Quelle triste ironie que je te mette ainsi en confiance quand au contraire, cette proximité me paralyse d'effroi. Peu importe ce qu'ils pensent. Peu importe ce que je fais avec, ou ce que l'on me force à faire. Peu importe qu'ils soient blessés ou mécontents, ou qu'ils me haïssent, ou qu'ils me méprisent. Peu importe la cruauté qui produit l'amusement. Je me fiche bien d'eux, et personne n'a vraiment de prise sur moi, alors, peu importe..."

Elle cilla brièvement, sous la force d'une émotion brutale qui l'amena à glisser ses doigts dans les boucles douces qui recouvraient la tête du norme.

"... mais face à toi, je n'ai plus aucunes défenses. Tu es le vrai danger... Je l'évite par principe comme la peste, mais impossible, ici, de ne pas sauter dans le vide éperdument... Je suis désolée. Mais tu dois comprendre : c'est ici que je prends des risques, rien qu'en laissant ces choses se faire."

Elle frémit en sentant le front du jeune homme s'approcher du sien, et le toucher. Sa tignasse indisciplinée chatouillait ses tempes agréablement. Jesse lui fit alors une déclaration touchante. C'était la chose la plus gentille qu'on lui ait jamais dite depuis longtemps, et elle sentit les larmes lui monter aux yeux. Sa gorge se serra. Un fort élan d'affection s'échappa d'elle, en avant : on le sentait dans la tension de ses muscles. On le voyait dans les yeux brûlants qu'elle avait ouverts. On le touchait au bout des doigts qui caressaient la mâchoire du jeune humain.

Et pourtant, elle n'était pas plus en confiance qu'au préalable. Pas plus rassérénée. Il était vrai que ces dernières années au service de Précieuse lui avaient rendu lointaine cette assurance d'être désirable qu'elle avait très longtemps cultivé. Pourtant, elle en jouait dès qu'elle travaillait, et c'était ce qui la rendait si douée dans ce qu'elle faisait. Oui, mais voilà : Aux Plaisirs Coupables, personne ne voyait une femme, lorsqu'elle retirait ses vêtements, ni lorsqu'elle aguichait le public à force de danses suggestives. Cette perception qu'on lui renvoyait d'elle faisait partie des choses qui avaient perverti son image. Il était donc indubitablement agréable que Jesse lui offre le moyen de se rapprocher d'elle-même. Son identité bafouée lui paraissait alors légèrement plus proche de la surface.

Ceci dit, ce n'était pas ainsi qu'il parviendrait à lui faire surmonter l'émotion dormante qui lui faisait tant craindre son rejet. Ce n'était pas quelque chose de rationnel, ni qu'elle pouvait contrôler. C'était plutôt comme une grenade à l'intérieur d'elle dont la goupille risquait à tout moment de partir, menant à une explosion qui répandrait en elle l'hideuse dysphorie qu'elle essayait la plupart du temps d'oublier en évitant de la regarder en face, ou en la bouclant à l'intérieur d'une minuscule boite qu'elle laissait ensuite sombrer dans les couches les plus profondes de sa conscience.

Un souffle saccadé lui échappa tandis que Jesse glissait ses doigts contre sa taille : pour sa part, et ce malgré cette coupure qui venait d'avoir lieu, la seule raison qui justifiait que son désir ne se manifeste pas plus que cela était le manque de sang dans son organisme. Elle répondit au baiser de Jesse avec une ardeur contenue qui paradoxalement renforçait la tendresse de l'échange. A son tour, elle passa ses mains contre ses flancs, puis dans son dos, pour caresser doucement sa nuque et ses épaules.

Prise au piège, ensorcelée, elle ne pouvait tout simplement pas s'arrêter. Même si elle n'avait aucune idée d'où cette nouvelle tentative les mènerait, et qu'elle était toujours terrorisée.
_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3339-ailin-dyce
Jesse Coleman
Normes
avatar

Identification
Emploi: Chargé de cours/ Doctorant
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: De révélations en célébration   Mar 30 Jan - 22:36

Ailin avait accepté son geste de bonne grâce, et pourtant il ne semblait pas avoir l'effet escompté. Il en fallait cependant plus pour que Jesse se décide à abandonner, mais il ne pouvait nier que, quelque part, tout cela le perturbait. Il faisait de son mieux pour ne pas le montrer (le connaissant, il y arrivait donc plutôt bien), mais il était frustré de ne pas parvenir au résultat attendu. Non pas envers Ailin, ce n'était absolument pas de sa faute, mais envers lui-même. Il était généralement bien meilleur juge de caractère et réussissait beaucoup plus facilement à atteindre les objectifs qu'il s'était fixé.

Mais ça, c'était avant de rencontrer la blonde, qui avait apparemment mis bon nombre de choses sans dessus-dessous, sur ce qu'il savait de lui-même, de ses capacités, et de sa vision du monde. Elle l'avait qualifié d'énigme, mais il pouvait aisément en dire autant sur son compte. C'était probablement ce qui avait contribué à les rapprocher.

Sentant que la vamp était sur le point de fondre en larmes plutôt que de calmer ses tremblements comme il l'avait espéré, Jesse se décala et commença à parler. Elle faisait de son mieux pour l'écouter malgré la bataille de ses émotions, mais il fut surpris de voir dans le tourbillon de celle-ci un sentiment qu'il n'aurait pas cru pouvoir apercevoir chez Ailin un jour, et surtout, dont il ne comprenait pas la provenance.

Elle parla à son tour et il l'écouta sans rien dire. Enfin, une étincelle de compréhension passa furtivement dans ses prunelles, mais il ne répondit pas de suite, ne sachant que faire de l'incertitude qui venait à nouveau de l'envahir, pour des raisons totalement différentes.

Il faisait entièrement confiance à la jeune femme qui, de son côté, avait peur de faire quoi que ce soit de travers. Serait-elle capable de s'éloigner, après tout cela, par peur de ce qu'il pourrait arriver ? ...Non. Elle venait de le dire, de dire quelque chose qui leur parlait à tous les deux : impossible à présent de ne pas sauter dans le vide.

Son front posé contre le sien, l'universitaire entreprit alors de répondre pas à pas à ce qu'il avait entendu. Il lui déclara ce qu'il pensait d'elle, sans ambages, presque avec candeur (quelque chose qu'il ne faisait jamais lorsqu'il s'agissait d'une opinion aussi positive) parce que cela importait, contrairement aux autres.

Il sentit la vague de chaleur aussi fortement que si elle avait été réelle. Dans le regard qu'elle avait ancré au sien, dans les gestes qu'elle avait envers lui... Il n'avait pas terminé, mais ne contrôla pas l'impulsion qui l'amena à l'embrasser à nouveau. Jesse frissonna quand il sentit les mains d'Ailin bouger, électrisant tout sur leur passage.

Il lui fallut un effort de volonté pour mettre fin au baiser, mais il avait bien compris qu'aucun doute n'avait été levé. Il continuait de dessiner des formes abstraites dans son dos quand il reprit la parole, s'étant éloigné juste assez pour le permettre.

"Jamais je ne te haïrai ou te mépriserai, et rien de ce que tu as pu dire ou faire ce soir ne m'a blessé, ou mécontenté. Rien de cruel, rien de blessant. Je te l'assure et pourrai continuer de le faire aussi longtemps que nécessaire."

Au-delà des deux premières affirmations, il ne pouvait pas parier sur l'avenir. Même pas sur celui de cette soirée. Mais il était convaincu que quoi qu'ils entament, ce ne serait pas aussi catastrophique que ce qu'elle craignait. Ne serait-ce que parce qu'il était conscient de bien des choses, à présent. Il posa brièvement ses lèvres sur les siennes, avant de se décaler sur sa joue pour continuer à mi-voix.

"Je crois que... j'appréhendais l'idée de ne pouvoir te contenter. Mais il n'y a rien de forcé, Ailin. Absolument rien."

Légères, les lèvres tracèrent un sillon le long de la mâchoire de la vampire blonde, jusqu'à atteindre le bas de son oreille, qu'il embrassa à son tour.

"Tout à l'heure... Tes ongles... Recommence..."

A son ton, on comprenait qu'il s'agissait d'une demande bien plus que d'un ordre. Elle lui avait demandé de la guider. C'était ce qu'il essayait de faire à présent.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4467-jesse-coleman
Ailin Dyce
Vamps
avatar

Identification
Emploi: Maîtresse Vampire, ex-strip-teaseuse aux Plaisirs Coupables
Age apparent: 21 ans
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: De révélations en célébration   Jeu 1 Fév - 14:43

Ailin accrocha un nouveau faible sourire. Il était amusant de les voir mettre en mots des faits qu’ils auraient habituellement trouvés triviaux. Inutiles à préciser. C’était ce genre d’instants où l’on ne racontait rien d’innovant, mais qu’on le formulait pour y mettre de la force, et parce qu’il était agréable d’entendre certaines vérités.

Elle n’avait pas imaginé que Jesse puisse se mettre à la haïr ou la mépriser sur la base d’une erreur de jugement. Il devait s’en douter. C’était plutôt une forme de déclaration qu’il était en train de lui faire. C’était plus simple que de le dire autrement. Elle trouvait qu’ils allaient déjà diablement vite : quelques instants au préalable il fallait encore qu’ils prennent conscience de ce qu’ils ressentaient, et qu’ils l’acceptent. Chose qui n’était aisée pour aucun d’entre eux comme ils étaient tous les deux dans le contrôle, et de grands habitués du détachement émotionnel, dans lequel se trouvait une part de leur identité.

Voilà qu’ils en étaient déjà à s’avouer leurs sentiments. Cette situation toute entière était… foudroyante. Littéralement.

Ce qu’Ailin avait essayé de dire, c’est qu’habituellement, elle se moquait bien de l’issue de ses « relations ». Ce n’était que du jeu. Mais ici, c’était important, et cela la rendait fragile et hésitante. C’était un appel à l’aide. Une façon de lui demander un filet de sécurité via sa guidance. Parce qu’elle n’avait pas la force d’échouer. Pas avec lui. Alors qu’ironiquement, le risque d’échouer existait parce qu’il s’agissait de lui.

Elle le fixait en silence, attentive à ses caresses mais consciente qu’il n’avait pas fini de parler, et soucieuse de connaître tout de ce qu’il pouvait avoir envie de partager dans ces circonstances, car le moindre indice était susceptible d’aider, voire de faire pencher la balance.

Elle cligna des yeux avec une forme de légère surprise. Cela semblait logique, si il éprouvait si peu de désirs en temps normal, qu’il s’inquiète de frustrer ses compagnons. Il était possible que cela lui ait causé plusieurs fois des problèmes. Néanmoins, Ailin ne craignait pas tant cette issue : contrairement aux impressions qu’on pouvait avoir d’elle, elle n’éprouvait qu’un intérêt restreint pour la satisfaction de ses besoins physiques. Lorsqu’elle manipulait un norme pour boire son sang notamment, elle n’allait jamais jusqu’au bout de ce qu’elle donnait l’air de proposer. Le rapport qu’elle avait à son corps faisait qu’elle n’avait jamais envie de faire quoique ce soit avec quiconque, à de très rares exceptions.

Le fait était qu’avec Jesse, elle avait envie de dépasser ces limites, même si ses propres spécificités rendaient ça compliqué. Cela dit, ce n’était pas quelque chose qui lui était absolument nécessaire. Leurs échanges préalables lui offraient une satisfaction tout aussi vive. Elle aurait largement préféré continuer sur ce mode, et que la soirée se passe bien, plutôt que d’essayer d’aller trop loin, que cela coince, et qu’elle s’effondre sous le poids de ses multiples mal-êtres. Elle passa une main légère contre sa mâchoire, les yeux changeant rapidement de repère, sur son visage. Comment lui faire comprendre ?

« Je suis déjà satisfaite. Je n’ai pas besoin que les choses prennent systématiquement une autre tournure… Diable. J’aurais de nombreuses fois préféré qu’elles ne le fassent pas, car je me suis déjà sentie si mal ensuite... »

Ellle risquait de paraître contradictoire, alors après une pause, elle ajouta :

« J’ai envie d’aller plus loin avec toi. Cependant si ça n’arrive pas, ce sera aussi très bien. Mais j’ai besoin de savoir clairement, si cela doit arriver, ce que tu es prêt à faire ou à recevoir, et cela avant de commencer. C’est malheureux, j’en ai bien conscience, et c’est irrationnel… Mais c’est moins une demande qu’un constat. Je pensais peut-être que nous parviendrons à nous croiser sur ces chemins… Mais ce n’est peut-être pas possible. Peut-être… la prise de risques n’est peut-être pas une option. »

Peu à peu, elle était sortie du dialogue et s’était mise à réfléchir tout haut. Elle arrêta lorsqu’elle sentit les lèvres du jeune homme courir contre sa mâchoire, provoquant en elle une bouffée de désir violente : la chaleur était montée brutalement. Elle était déjà pantelante.

La question qui restait était la suivante : le résultat attendu valait-il vraiment cette prise de risque, sachant qu’ils étaient déjà tous les deux satisfaits par l’échange sensuel ? Et était-elle encore en mesure d’avoir cette réflexion ?

"Tout à l'heure... Tes ongles... Recommence..."

Un trait de douleur passa rapidement dans ses yeux. Oh, Ailin n’avait rien contre, mais pour une fois qu’elle avait envie d’être authentique, revenir à de la mise en scène la dérangeait. Cela lui donnait l’impression que ce n’était pas elle qui l’intéressait, mais plutôt la situation qu’ils créaient. Elle n’avait rien contre les fétiches mais ce soir, ils apprenaient à se découvrir et elle n’était pas dans le bon état d’esprit. Ce n’était pas pareil de le griffer dans l’intensité de l’action, et de le faire sans élan. Quelque part, cela lui rappelait de mauvais souvenirs.

Il fallait qu’elle fasse abstraction. Ce n’était pas la réalité qui parlait. C’était ses peurs, et ses traumatismes. Ils avaient le même objectif. Il lui donnait juste des indices sur ce qui pourrait aider à les y mener. Ce n’était pas si compliqué : elle était très prompte à utiliser ses ongles. C’était juste qu’à force de parler et de réfléchir, ils n’étaient plus aussi lancés qu’avant.

Déterminée, elle fondit sur son visage pour l’embrasser profondément, en même temps qu’elle coulait ses mains dans son dos. Il ne manquerait plus que ses réponses, qui seraient forcément électrisantes. Alors, les gestes pertinents deviendraient naturels.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3339-ailin-dyce
 

De révélations en célébration

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE I : Le quartier des affaires ¤ :: ║Le Centre-ville║-