AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Premier contact

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lukumi
Vodouns
avatar

Vodouns


MessageSujet: Premier contact   Jeu 8 Déc - 12:31

Pieds nues, jean délavé, chemise crème en lin, veston violet et chapeau fétiche. Lukumi arrive aux abords du temple, comme à la maison. Une clairière, des arbres perchoirs, un bassin et un poteau mitan. Tout y est. Oh bien sûr, les oiseaux ne sont pas aussi colorés que chez lui et la chaleur pas aussi étouffante. Mais il n’est pas mécontent de pénétrer dans un lieu qui lui rappelle la maison. Même si en vérité, il ne se rend pas souvent à l’hounfor ces derniers temps. Avec ce qu’il a fait, il y est même plus vraiment le bienvenue. Le mambo n’apprécie pas beaucoup, ceux qui jouent des deux mains et font appel aux loa petro. N’importe où, la vue d’un portail en fer forgé avec le vévé de Papa Legba est réconfortante.

Clope de coca au bec, ici papa Zaka veux bien communiquer avec lui. Le loa lui chuchote à l’oreille si bas qu’il ne l’entend pas le nom des plantes qu’il voie pousser et leurs utilisation. Mais la fumée verdâtre n’est pas suffisamment concentrée pour que le vaudoun puisse prêter attention aux divagations du ministre de l’agriculture. Il est ici pour une raison bien précise. Il veut apprendre. Apprendre tous ce qu’il peut sur toutes les sortes de vaudouns possibles avant avent que sont temps ne soit écoulé. Avant de passer le contrat avec papa Legba et jouer au poker avec le Baron.

Le caraïbien tousse et attrape sa cigarette avant de la faire tomber .Il ne faudrait pas que fâcher les loa à cause des restes du cancer devienne une habitude. La quinte de toux se calme et il crache un mélange de salive et de sang. Sa gorge est bien irritée aujourd’hui. Il faut dire que depuis qu’il est en ville il ne lâche quasiment jamais ses cigarette de coca. Comme un gamin dans un lieu inconnu qui ne veut pas lâcher la main de ses parents. Il se sent plus rassurer de sentir la présence de loa prêt de lui à tout moment. Il sait que sa consomme beaucoup d’énergie. Après tout il dormira quand il sera mort. Lukumi remet la clope au bec et le brouillard verdâtre se reforme autour de lui.

Habillé ainsi, le tatouage n’est visible que sur le coup et la partie de l’avant bras qui n’est pas recouvert de tissus, tout comme la brûlure. Un mélimélo de vévé, signes vaudouns et représentations de saints. Tantôt passant sur les brûlures tantôt les subliment. Lalie a vraiment fait un travail extraordinaire. De plus une vaudoun tatoueuse c’est vraiment sexy. Pourtant, jamais il n’a tenté quoi que se soit avec elle. Même quand elle était imbibée. Le risque de provoquer un jour sa colère, est beaucoup plus terrifiant que la colère de Mama Brigitte elle-même.

Lukumi pose le pied sur le sol consacré du hounfor et se laisse imprégner de l’ambiance. Les loa, les esprits, les ondes, tous ici poussent à la méditation. Il ne rêve que de s’assoir devant le poteau mitan et d’entrer en transe pour se faire chevaucher par tout se qui peut passer ici. Pourtant le mulâtre va briser cette atmosphère.

« B’jour. »

La voix du vaudoun, râpeuse et pourtant tinté d’une douceur étrange mêlée à son accent, s’élève dans le temple.
Revenir en haut Aller en bas
Lincoln Greenwater
Vodouns
avatar

Vodouns


Identification
Emploi: Maître des Poupées
Age apparent: 52 ans
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: Premier contact   Dim 11 Déc - 18:48

Le fond de l'air était frais en cette soirée, une douce brise faisait danser et tourbillonner les flammes des braseros dont la fumée âcre fit froncer le nez de vieil homme, adossé à l'un des arbres entourant la clairière. Il n'approchait plus trop du poteau mitan dernièrement. Il sentait que quelqu'un ou quelque chose l'attendait là, et il sentait bien cette force invisible qui l'invitait à y poser la main. Mais il était vieux, son corps n'avait plus la vigueur de ses jeunes années, et il n'était pas certain de survivre à une nouvelle transe. D'autant plus que sa dernière remontait à une bonne dizaine d'années.

De là où il était il pouvait embrasser toute la clairière du regard, et il avait une vue d'ensemble sur la cérémonie qui se déroulait. Le houngan et les fidèles psalmodiait les prières à Legba, alors qu'aux pieds du prêtre un officiant se tordait convulsivement, un sourire extatique figé sur le visage. Lincoln murmurait lui aussi les mots, même s'il ne participait pas à la cérémonie. Il était venu en pensant ne trouver que quelques dévots en prière, il était mal tombé.

Alors qu'il s'apprêtait à rebrousser chemin, il sentit quelque chose. Quelqu'un était entré dans le cercle des arbres, mais le vieil homme l'avait ressentit avant même de le voir. Le nouveau venu s'immobilisa à l'orée des arbres, à quelques mètres de Lincoln, ce qui lui permit de bien le détailler. Cet homme était dans un sale état, et la quinte de toux qui le prit subitement n'en était qu'un des symptômes. L'aura qui l'entourait était puissante, une véritable pompe à énergie. Peu importe celui qui "accompagnait" le visiteur, il était gourmand. Le houngan balbutia quand il sentit l'aura et tourna la tête vers l'intrus, deux ou trois autres têtes firent de même dans l'assemblée.

Alors que l'homme lâchait un bonjour désinvolte, le chevauché encore en pleine transe se releva soudainement, et se tint tout droit, son visage avait finit de sourire et n'affichait plus désormais qu'un air livide, ses yeux révulsés ne tremblaient plus et son regard blanc était tourné vers le nouveau-venu. L'espace d'un instant on eut dit qu'une ombre s'était abattue sur l'hounfor, alors même que le silence s'était fait.
L'officiant en transe leva un bras tremblotant et pointant du doigt l'inconnu marmonna des imprécations dans la langue des Loas, avant d'ouvrir grand la bouche et de lâcher un hurlement inhumain. Alors que Lincoln pensait que ce hurlement ne s'arrêterait jamais, tout s'arrêta soudainement. Les braseros reprirent de leur vigueur, l'ombre se dissipa et le chevauché s'effondra, inerte.

Alors que les fidèles autour de lui, ainsi que le houngan se précipitaient pour vérifier son état, Lincoln fit volte-face et s'avança d'un pas pressé vers l'inconnu. Lui attrapant le bras sans ménagement, il le traîna hors du cercle des arbres.


"On peut savoir ce que c'était que ça?" Lui dit-il d'un ton furieux, quand il s'estima suffisamment loin de la scène du drame. Il n'était peut-être que maître des poupées, mais il restait l'un des garants de la communauté et de la sécurité des fidèles. Il se devait de trouver des explications, car on allait bientôt lui en demander...

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3722-lincoln-greenwater
Lukumi
Vodouns
avatar

Vodouns


MessageSujet: Re: Premier contact   Mar 20 Déc - 11:53

Lukumi n'avait pas spécialement envie de déranger. Il se serait bien vue comme simple spectateur de la cérémonie. Mais il faut croire que les loa ne le voyaient pas comme ça. Il semblerait que Lukumi se soit incrusté pendant une possession et visiblement ce n'était pas la meilleure de ses idées. D'un autre côté, il ne pouvait pas savoir. Il serait chez lui il saurait les lundi, jeudi et dimanches il ne doit pas mettre les pieds au temple. Mais ici il ne connaît pas encore. Déjà est-ce qu'il y a des jours de la semaines qui sont dédiés aux possessions ? Se sont des choses qu'il devra très vite apprendre pour éviter les situations comme celle-la.

Le chevauché le pointe du doigt et se met émettre un son à la limite de se que sa gorge est capable de supporter. Ça c'est du comité d’accueil. Un sourire carnassier fugace apparaît sur le visage du vaudoun, il sait à quoi s'en tenir. Papa Zaka est trop absorbé par les plantes pour lui dire quoi que se soit, même le crie ne capte même pas son attention. Lukumi ne se sent pas en danger, il sait juste que se n'est pas le moment de s'approcher du poteau mitan. Les loa qui y sont actuellement ne sont pas ses plus grand fan. Peut être Erzulie ? Le caraïbien n'ira pas vérifier. Il est téméraire, souvent à la limite de l’inconscience, mais pourtant, il n'est pas suicidaire. Il n'est pas suffisamment puissant pour se frotter à un loa en colère. Est-ce qu'un l'est seulement ? Il ne se souvient pas que Papa Zaka est d'ennemis ou des loa qui ne l'aime pas, c'est donc que la colère est bien tourner sur le jeune vaudoun.

Quelqu'un attrape violemment le bras de Lukumi. Surpris, il regarde l'ancêtre. Ancêtre c'est peut être exagéré, mais quand même, le mulâtre voie bien qu'il y a un écart certain avec celui qui le traîne loin du temple. Lukumi se laisse faire, en même temps ce n'est pas le ministre de l’agriculture qui l’aiderait à opposer une grande résistance physique et il n'est pas lui même un modèle de musculature.

Il sent une certaine puissance émaner du type. Un confrère donc... puissant en plus. Voilà qui pourrait ravir Lukumi si on ne lui parler pas sur un ton furibond. Pourtant, il n'a rien fait lui. Pas ici et pas encore, serte mais pour le coup, il n'a vraiment rien fait.

Lukumi récupère son bras et lève les mains comme pour montrer qu'il n'a rien. Il offre son sourire spécial vaudoun, celui du charmeur qui t'entourloupe.

« He ! »

Sa voix est calme et son ton absolument pas pas menaçant. La situation l'amuserait presque. Il ne s'est pas encore présenté qu'on le classe dans la catégorie nid à embrouille. Il baisse les mains en faisant de grand geste lent.

« Pour l'coup, moi j'ai rien fait. P'être q'ma trombine revient pas à celui là. C'est vrai q'j'en ai fâché quelques uns, mais quand même.. »

Il pointe le temple du doigt pour appuyer ses dire. Pour une fois qu'il ne vient pas pour créer des problème.

« Écoute mon frère. J'suis pas venue foutre l'merde au Hounfor. J'suis là pour apprendre. »

C'est qu'avec lui, difficile de savoir s'il est sincère, mais pour une rare fois c'est le cas. Lukumi est venue dans cette ville pour apprendre tout se qu'il pourra avant son dernier voyage.

« Moi c'est Lukumi. »

Il tend une main à la personne en face de lui et lui offre un sourire qui se veut chaleureux. Mais sur la face d'un cancéreux avec des aires de chapelier fou, ça ne rend pas très bien.
Revenir en haut Aller en bas
Lincoln Greenwater
Vodouns
avatar

Vodouns


Identification
Emploi: Maître des Poupées
Age apparent: 52 ans
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: Premier contact   Mer 25 Jan - 10:35

[HRP: Bon je suis vraiment désolé du temps de réponse, mais entre les fêtes de fin d'année et un début d'année plutôt mouvementé, j'ai malheureusement un peu négligé le RP, je te prie de m'en excuser...]

Le ton du nouveau venu fit vaciller la colère de Lincoln l'espace d'un instant. Etait-il à ce point inconscient de ce qui venait de se passer? Ce n'était pas une excuse!
Le Vodoun face à lui ne savait peut-être pas ce qu'il avait provoqué, mais il en était quand même responsable. Un jeune était peut-être mort à cause de lui, ou pire, rendu complètement fou par un Loa furieux. Et tout ça pour quoi?

Maintenant qu'il l'avait en face de lui, la puissance qui émanait du Vodoun lui provoquait une sensation de picotements, et lui donnait une furieuse envie de se gratter. Il connaissait ce genre de sensation, même s'il ne l'avait expérimenté que rarement. Quoi que ce soit qui accompagne ce jeune homme, c'était suffisamment puissant pour avoir énervé Samdi. D'un autre côté le Baron n'était pas vraiment réputé pour aimer partager la vedette quand il faisait son show, ça aurait pu expliquer sa réaction. Ou alors le Loa qui accompagnait celui qui se présenta sous le nom de Lukumi, n'était pas un Loa très apprécié.

Face à la désinvolture du Vodoun, Lincoln n'eut d'autre choix que de se calmer. Rester énervé n'aurait de toute façon servi à rien, et ce n'était visiblement pas en brusquant son interlocuteur qu'il en tirerai quelque chose.

L'homme était jeune, mais paraissait avoir vieillit précipitamment, son corps était visiblement sur le déclin, ce qui s'expliquait facilement quand on se traînait un Loa toute la journée. Bien qu'encore un peu remonté, le vieil homme serra la main de Lukumi.


"Je suis Lincoln. Si tu viens pour apprendre Lukumi, il va déjà falloir t'enseigner qu'on évite de se pointer à une cérémonie accompagné d'un autre Loa. Les Ghédés n'aiment pas partager la scène, tu devrais le savoir."

Sortant sa pipe d'une de ses poches, il jeta un regard inquiet vers le poteau mitan dont s'élevait des exclamations qui ne semblaient pas hystériques. Le chevauché avait dû reprendre connaissance. Alors qu'il bourrait son instrument d'herbe à fumer, son regard retomba sur Lukumi.

"Ton accent me dit que tu n'es pas du coin, qu'est-ce qui t'amène à la Nouvelle-Orléans? Il n'y a pas de communauté là d'où tu viens?"

Etant l'un des guides de la communauté, Lincoln se devait connaître un tant soit peu ses fidèles, et puis il devait bien le reconnaître, le jeune homme l'intriguait...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3722-lincoln-greenwater
Lukumi
Vodouns
avatar

Vodouns


MessageSujet: Re: Premier contact   Lun 3 Avr - 9:47

« Enchanté Lincoln. »

Pour le savoir, on peut lui faire confiance. Lukumi a souvent eu l'occasion de découvrir se que les loa n'apprécient pas et une bonne palette de la façon qu'ils aiment de le faire savoir. Pour autant peut-on lui reprocher d'être venue foutre la merde, alors qu'il ne savait pas que justement il y avait une cérémonie au temple et que justement la cérémonie en question était une séance de possession ? … On peut dire que oui. Avec lui, on est jamais sûr de rien. Dans le doute l'accuser c'est souvant taper juste et il ne se plaint pas de ce rôle.

« Désolé. Je t'avoue qu'si j'avais sue, j'serai venue une autre fois, j'veux pas mettre la pagaille moi. »

En signe de bonne volonté, le mulâtre écrase sa cigarette dans sa main et remercie de quelques mots inaudibles le ministre de l'agriculture pour avoir partager ses pas. Très vite la fumées verte persistante se dissipe.

Au ton autoritaire, Lukumi se demande sur qui il a bien pue tomber ? Cette personne lui fait penser au grand prête de son village et à la façon qu'il avait de parler juste avant de lui flanquer une punition dont il ne se relevait pas avant plusieurs jours. Il était dur mais son enseignement inestimable, c'est lui qui lui a tout apprit sur les grigris. Il était capable de jetter la malédiction sur tout un village avec seulement une chèvre. Un sacret vaudoun.

Lukumi sourie quand son interlocuteur fait remarquer qu'il est un étranger sur ces terres. A moins que ce ne soit ses terres... Lukumi a mise toutes ses dernières forces et ses derniers sous dans ce voyage de la plus haute importance pour lui. La fin avec un grand F est proche pour lui, mais il se refuse à partir sans un grand final. Il lui faut plus de connaissances, plus de pouvoir, plus de temps...à non ça c'est vrais, il n'en à presque plus. Rare sont ceux qui peuvent dire avec certitude qu'ils savent combien de temps ils leur reste.

« Non M'sieur, j'suis pas d'ici... »

Une quinte de toux secoue Lukumi qui attrape son mouchoir imbibé et se le colle contre la bouche. La brûlure passe et il reprend son souffle.

« Chez moi y'a autant de communauté que d'île et crois moi, des îles y'en a trop. J'veins des Caraïbes pas loin d’Haïti. J'te l'ai dit, j'suis là pour apprendre. On m'a dit qu'le voudou s'pratique pas pareil ici. Alors j'suis venue voir »

La quête perpétuelle de l'Homme verts le savoir. Que tu sois norme, métamorphe, wiccan, vaudoun, vampire et peut être même certains zombies... nous avons tous le même but, le savoir.

« Écoutes, j'me sens mal pour s'qui vient d'arriver. D'autant qu'sais p'être ma faute. J'en ai fâché certains au pays. Suffit juste de m'dire les jours où vous faite ça, et on m'verra pas.»

Pleins de bonnes volonté ce Lukumi. D'un autre côté, se mettre à dos les vaudouns puissants dès son arrivé ne fait pas parties des bonnes idées à avoir, il faut l'avouer.

« Et j'suis pas venue les mains vides. J'apporte des plantes du pays et des recettes bien utiles. »

Le mulâtre est partie avec pas grand chose, mas il a bourré ses valises de feuilles séchées et de graines. Il se moque pas de Lincoln, il est vraiment venue avec des "cadeaux" pour la communauté de la Nouvelle Orléans.
Revenir en haut Aller en bas
 

Premier contact

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE IV : Autours de la ville ¤ :: ║En périphérie║ :: La vieille Plantation :: L'hounfor-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit