Qui est en ligne ?
Sur Discord, en ce moment.



 

Partagez | 
 

 Luisa, ou l'intuition crochue... pointue. Pardon.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
Luisa Selva Moreno
Normes
avatar

Identification
Emploi: Gérante d'entreprises
Age apparent: 38 (ou moins)
Dangerosité:
17/30  (17/30)

MessageSujet: Re: Luisa, ou l'intuition crochue... pointue. Pardon.   Dim 20 Mai - 22:59

Et Karl eut bien fait de se retenir, car si Luisa l'avait vu sourire ainsi elle se serait effectivement certainement vexée de s'être fait avoir comme une bleue... ce qui n'aurait fait que renforcer l'impression de ressemblance plus que flagrante entre la tante et le neveu. Bien entendu, l'une comme l'autre s'en défendait, mais quiconque les côtoyait suffisamment pouvait se rendre compte qu'il était impossible pour eux de nier leur lien de parenté, que ce soit par le physique ou leurs caractères bien plus proches qu'ils ne l'admettraient. Mieux valait donc se contenter d'en sourire intérieurement, et ce même quand la cheffe d'entreprise intrépide à la poigne de fer laissait se fissurer le masque qu'elle gardait en permanence entre le public et le privé. Non pas que cette soirée n'entre pas dans la seconde catégorie mais... Et bien, Luisa était ainsi, tout simplement. Ce n'était pas son genre d'admettre ses faiblesses. Et le fait qu'elle le fasse aussi facilement en disait en réalité bien plus long sur son état qu'elle ne le voudrait.

C'est également pour cette raison qu'elle finit par présenter des excuses à haute voix, chose qui n'arrivait absolument jamais, comme Gael le signifia immédiatement après. Elle savait que c'était sa façon à lui de lui dire que ce n'était pas un problème. L'argentin avait toujours été dévoué à la famille Selva Moreno, ou plutôt à Olivia, Luisa et Esteban. Il ferait n'importe quoi pour l'un d'entre eux, comme il l'avait encore prouvé ce soir en frôlant la mort (n'ayons pas peur des mots) pour nourrir un jeune vampire n'ayant rien ingurgité depuis des semaines. L'important pour lui était qu'à présent ils avaient une chance concrète d'aider Esteban, peu importe les moyens par lesquels ils avaient dû procéder.

Il s'avéra que Karl pensait à peu près la même chose, comme il le signifia en prenant à son tour la parole. Luisa n'avait pas relevé la tête de son assiette en l'entendant ricaner (...elle l'avait mérité, et le fait qu'elle le pense montrait encore une fois le stade de fatigue auquel elle se trouvait) mais le fit lorsque l'étudiant commença à parler. La brune sourit légèrement et hocha brièvement la tête. La conversation était terminée, ce qui n'était pas plus mal, car elle n'était pas à l'aise avec ce genre de discussions. Les sentiments, ce n'était pas vraiment son truc, beaucoup plus celui d'Olivia.

Cependant, la mexicaine ne put s'empêcher de remarquer une fois encore à quel point les caractères des autres deux humains présents étaient proches. Elle eut un léger rire : en fin de compte, elle ne devrait pas s'en étonner. L'un était le meilleur ami de la mère, l'autre du fils, et quand on connaissait la ressemblance entre ces deux-là il était plus que logique de voir qu'ils s'entouraient du même type de personne.

Le garde du corps haussa un sourcil interrogateur dans sa direction auquel elle ne répondit pas, se contentant de retourner à son assiette avec un sourire mystérieux sur le visage. L'homme ne s'en préoccupa pas plus que cela. Tout d'abord, parce qu'il n'avait pas les capacités physiques ou psychiques de le faire pour le moment, mais aussi parce qu'il connaissait assez Luisa pour savoir que quelle que soit la réflexion qu'elle venait de se faire, elle finirait bien par la partager à un moment ou un autre. Il préféra donc se concentrer sur sa nourriture, bien plus compliquée à ingurgiter que dans des circonstances habituelles. En réalité, ses yeux papillonnaient et il sentait que la terrible fatigue qui lui avait laissé un instant de répit un peu plus tôt refaisait surface...

"Tu devrais manger un peu, Karl."

La prise de parole soudaine dans le calme et silencieux penthouse eut le mérite de capter l'intérêt du garde et donc de le réveiller assez pour jeter un oeil à la scène qui se déroulait en face de lui. Luisa avait relevé la tête de son assiette entre deux bouchées pour prendre une nouvelle gorgée d'eau et remarqué le regard que l'étudiant posait sur son ami. La fatigue dans ses yeux avait laissé place à une certaine forme de tendresse. Il était clair que les deux jeunes tenaient énormément l'un à l'autre, comme elle avait pu en être témoin dans la salle de bain, malgré la façon dont Esteban niait avec plus ou moins de véhémence. Franchement, la mexicaine ne comprenait pas ce que sa soeur avait contre le jeune Ziegler. Il était intelligent et intuitif, adaptable et supportait les frasques de son imbécile de fils sans se plaindre... Il avait tout pour plaire !

Ou presque, évidemment. C'était donc avec un sourire compréhensif et une voix si calme qu'elle en était presque douce que Luisa avait conseillé au jeune homme de manger à son tour. Ce n'était pas parce qu'il n'avait pas donné son sang qu'il n'allait pas avoir besoin de forces. Après tout, ils avaient encore du pain sur la planche, même si -normalement- le pire était passé.

Luisa allait ajouter autre chose quand elle sentit brusquement un poids sur son épaule. Elle tourna la tête pour tomber nez à nez avec celle de Gael qui, les yeux fermés, semblait perdre la bataille contre le repos qu'il avait également bien mérité. Elle fit la moue (oui, celle-là) et tourna à nouveau le regard vers Karl.

"A ton avis, vaut-il mieux qu'il essaie de manger encore un peu ou qu'on le laisse dormir ?"

Il avait avalé quelques bouchées et bu un autre verre, ce qui n'était pas si mal mais toujours minuscule comparé à la quantité de sang qu'il avait donnée. Néanmoins il était également épuisé, et le forcer à manger quoi que ce soit de plus pourrait être plus contre-productif qu'autre chose... Le choix n'était pas si aisé.

Dans son demi-sommeil, l'argentin grommela des paroles inaudibles.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4341-luisa-selva-moreno
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
avatar

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: Luisa, ou l'intuition crochue... pointue. Pardon.   Lun 21 Mai - 10:38

La réaction de Karl à la proposition formulée fut relativement immédiate, il n'avait pas eu besoin de réfléchir. La spontanéité réflexe de sa décision fut trahie par la façon dont il commença à bouger avant que Luisa ait entièrement fini sa phrase. Avec un léger sourire, il leva les mains en signe de refus poli :

"Merci, mais je vais bien."

Ce n'était pas entièrement vrai : il commençait effectivement à avoir faim. Il était tard et la soirée avait été lourde en émotions. Cependant il était selon lui hors de question qu'il pioche dans la nourriture de Luisa, et encore moins de Gael. Ils en avaient bien plus besoin que lui, qui pourrait se nourrir en rentrant, et qui n'était pas au bord de l'anémie.

Il s'en serait voulu de les priver d'une part utile à leur convalescence, et puis cette subite mise en avant le mettait mal à l'aise. Ils n'étaient pas ici pour s'occuper de lui, lequel pouvait d'ailleurs très bien le faire tout seul, compte-tenu du fait que son état était loin d'être critique, contrairement à celui des trois autres protagonistes présents. L'intérêt de Luisa était flatteur, mais un peu gênant. Karl n'avait jamais aimé être au centre de l'attention. Esteban était en cela le meilleur meilleur ami qu'il aurait pu avoir : son exubérance, autant que sa célébrité, attiraient à lui tous les regards, laissant au jeune norme la place à l'ombre qu'il préférait largement. Même si parfois, cela signifiait aussi supporter les maladresses et le manque de respect d'un adolescent multimilliardaire qui n'avait pas toujours le sens de la décence dans ses relations.

Sauvant (provisoirement) Karl, que Luisa n'allait très certainement pas laisser s'en tirer à si bon compte, Gael tomba comme une pierre sur l'épaule de la mexicaine, et attira immédiatement à lui les regards inquiets des deux normes encore conscients. Aucun d'entre eux n'était médecin. Ils pouvaient difficilement affirmer quoique ce soit de façon certaine.

Luisa cherchait à se rassurer en lui demandant son avis sur la question, mais le fait était qu'il n'en savait pas plus qu'elle. Il hocha la tête de droite à gauche, et haussa les épaules, impuissant.

"En toute franchise, en l'absence de l'expertise d'Esteban pour nous prévenir d'une urgence à venir, je serais d'avis de faire appel à un professionnel."

Il n'était tout de même pas normal que Gael s'évanouisse à plusieurs reprises de cette façon. Il était épuisé, ce qui par contre l'était, normal. Mais dans ces proportions, un avis médical, et peut-être une surveillance en hôpital, auraient probablement été le choix avisé. On ne pouvait pas faire venir n'importe qui ici, et il faudrait inventer une explication qui n'implique pas Esteban. C'était compliqué. Mais pouvait-on risquer la vie de Gael sous ce prétexte ?

"... En attendant, je suppose que ça n'aiderait pas énormément qu'il s'étouffe en avalant de travers."

Si Gael était encore suffisamment conscient pour les entendre, il allait détester cette discussion. Karl en était bien désolé : il n'aurait pas aimé non plus. Cependant, il leur fallait être un minimum prudents et réalistes.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Luisa Selva Moreno
Normes
avatar

Identification
Emploi: Gérante d'entreprises
Age apparent: 38 (ou moins)
Dangerosité:
17/30  (17/30)

MessageSujet: Re: Luisa, ou l'intuition crochue... pointue. Pardon.   Ven 27 Juil - 17:12

Luisa haussa les sourcils en direction de Karl avant même qu'il ait fini de s'exprimer. Car si sa réponse était spontanée, elle était également prévisible : la mexicaine connaissait bien ce genre de caractère qui restait dans l'ombre et refusait qu'on s'occupe de lui lorsqu'il estimait qu'il y avait plus important (c'est-à-dire tout le temps) : l'homme à ses côtés était fait du même bois. Elle n'aurait pas dû s'en étonner. Ce n'était pas un regard de reproche pour autant. Plutôt un "Tu crois vraiment t'en sortir comme ça ?", qui prouvait que la cheffe d'entreprise avait retrouvé un peu de son éternelle énergie.

Cependant, elle comprenait également qu'il puisse considérer son état comme secondaire, dans ce contexte précis. Il n'était pas un vampire à la psyché visiblement éreintée s'étant nourri pour la première fois depuis des semaines, ni les personnes ayant brisé le jeûne dudit vampire en servant de casse-croûte au-delà des limites du raisonnable. Bien qu'il minimise son rôle et/ou ses problèmes la plupart du temps, c'était cette fois probablement justifié.

Mais quand même. Luisa était fatiguée et sa faim avait partiellement été à l'origine de cette commande. Néanmoins, elle savait parfaitement que la part que constituait sa commande allait être trop importante pour elle : elle n'avait pas l'appétit de moineau d'Olivia, mais n'était pas non plus une grande mangeuse, il était rare qu'elle finisse son assiette en-dehors des grands restaurants gourmets qu'elle fréquentait lors de ses repas d'entreprise, où l'esthétisme de l'assiette était généralement privilégié à la quantité de son contenu.

Elle s'apprêtait donc à lui expliquer qu'il ne la priverait en rien en prenant un peu du contenu de son assiette, ne serait-ce que pour ne pas risquer de se sentir mal à son tour, quand elle sentit un poids sur son épaule et tourna la tête pour trouver celle d'un argentin luttant difficilement contre le sommeil (ou l'évanouissement, le doute était permis).

Dans un autre contexte, Luisa aurait secoué la tête avec un amusement faussement agacé. C'était tout à fait le genre de Gael de trouver un moyen de détourner l'attention de ceux qui ne la souhaitaient pas, quitte à passer lui-même provisoirement sous les feux de la rampe alors que c'était quelque chose qu'il détestait. C'était le type de petits sacrifices qu'il était prêt à faire pour les personnes qu'il appréciait. Mais la mexicaine savait parfaitement que le geste ici n'avait absolument rien de calculé. Le garde du corps était dans un état déplorable et n'arrivait pas à le cacher malgré ses tentatives successives de minimiser la situation au cours de la soirée.

Plus inquiète qu'elle ne l'avouerait ou le montrerait jamais -nouvel indice signifiant qu'elle avait repris du poil de la bête, puisqu'elle s'était montrée bien plus vulnérable que d'habitude ces dernières minutes- Luisa se tourna à nouveau vers Karl pour lui demander son avis. Ils étaient à présent dans une sorte d'impasse où aucun des choix qui se présentaient directement à eux ne paraissait bon, ce que la réponse de l'étudiant ne fit que lui confirmer.

A la mention d'Esteban, elle tourna prudemment la tête vers son neveu. Ce dernier était toujours profondément endormi -ou en "veille", puisque les vampires ne dormaient jamais vraiment- et paraissait bien plus paisible qu'éveillé. ...Ce qui, vu son état, n'était pas vraiment un critère, mais il était hors de question de le priver de ce repos psychique pour lui demander de les assister concernant Gael. La proposition de Karl était donc plus logique et plus raisonnable.

Cependant, elle allait s'avérer difficile à mettre en place : il était évident que Gael ne pourrait pas se conduire lui-même à l'hôpital (il était hors de question que cette possibilité soit ne serait-ce qu'évoquée), et faire venir quelqu'un ici allait être un risque de plus... mais le cheminement de pensées de Luisa suivait celui de Karl : était-ce vraiment un prétexte pour mettre la vie de Gael en danger ?

Les sourcils froncés en signe de réflexion, la mexicaine hocha distraitement la tête en entendant la nouvelle réplique de l'étudiant. Evidemment, il valait mieux éviter de...

"Mhm... Vous êtes insupportables."

Luisa haussa un sourcil en direction du garde du corps qui s'était exprimé d'une voix pâteuse, sans bouger la tête ni même ouvrir les yeux.

"Parce qu'on s'inquiète de te voir t'évanouir et t'étouffer en plongeant la tête dans ton assiette ? Je tiens à te signaler que je ne suis pas un coussin, dans ce cas."

La cadette Selva Moreno ne fit cependant pas le moindre mouvement montrant qu'elle attendait effectivement de l'argentin qu'il s'éloigne. Par ailleurs, malgré ses paroles, son ton était bien plus doux et amusé que vexé et montrait indirectement qu'elle comprenait le sens que Gael avait voulu donner à ses paroles, sans pour autant l'accepter : elle voulait bien que le garde du corps estime qu'il ne soit pas nécessaire de s'intéresser à lui 98% du temps, mais s'il y avait bien un moment où il fallait le faire, c'était quand il s'évanouissait à tout bout de champ après une très importante perte de sang ayant déclenché des hallucinations passagères.

Ce ne fut qu'après quelques dizaines de secondes que Luisa claqua des doigts, se rappelant de quelque chose.

"Quand j'ai parlé avec les voisins... Il me semble que celui du 15C est un ancien spécialiste à la retraite. Lui ou sa femme, je ne sais plus exactement. Je peux peut-être les convaincre de t'examiner ? On pourrait aviser ensuite s'ils estiment qu'il te faut quelque chose de plus formel."

Et il serait plus facile de convaincre deux de leurs voisins de se taire plutôt qu'un éventuel médecin qu'ils choisiraient dans l'annuaire. Voire de se rendre chez Luisa pour procéder à tout cela, mais déplacer le garde n'était absolument pas une bonne idée pour le moment (...peut-être serait-il possible de le faire avec Esteban cependant, ne serait-ce que pour qu'on ne le reconnaisse pas), d'autant que Gael n'avait toujours pas bougé et ne s'exprimait que par des bruits de gorge plus ou moins distincts. La cheffe d'entreprise se tourna vers Karl.

"Tu le côtoies plus que moi dernièrement... A ton avis, ça veut dire qu'il est d'accord ?"

Cela ne la dérangeait pas d'aller chercher le couple une fois qu'elle tiendrait sans problème sur ses jambes : elle faisait amplement confiance à l'étudiant, d'autant que pour le moment il n'y avait plus (trop) de danger.[/color]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4341-luisa-selva-moreno
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
avatar

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: Luisa, ou l'intuition crochue... pointue. Pardon.   Jeu 9 Aoû - 23:15

Karl crut bien un instant que Luisa allait finir par lui enfoncer une part de curry dans le gosier indépendamment de sa volonté, mais l'intervention involontaire de Gael changea la donne.

Ce n'était pas une excellente nouvelle pour autant : son état, malgré les propos rassurants tenus par Esteban plus tôt, était extrêmement inquiétant. Le garde du corps n'était certes pas très loquace en temps normal mais là, il paraissait avoir des moments où il perdait entièrement contact avec la réalité et ne les entendait/écoutait même plus. Et puis évidemment, il y avait cet autre souci : il n'arrêtait pas de s'évanouir.

Lorsqu'il fit preuve de suffisamment de lucidité pour râler sur Karl et Luisa, l'étudiant ne put empêcher un large sourire - en coin malgré tout - de déformer ses lèvres. Il était soulagé de voir Gael suffisamment conscient pour réagir, qui plus est avec humeur, comme on aurait pu l'attendre de sa part dans ces circonstances. Cela prouvait qu'il les avait écoutés, et aussi qu'il n'avait pas encore entièrement le pied au bord de la tombe.

Discret, tel qu'à son habitude, Karl laissa Luisa répondre à l'entêté sans prendre la peine d'y rajouter quoique ce soit : elle avait été suffisamment éloquente. En revanche, il redressa la tête et l'écouta attentivement quand elle ouvrit la parole pour faire part d'un plan qui venait de lui apparaître.

Les sourcils froncés, les lèvres pincées, Karl convenait qu'il s'agissait de la meilleure option à leur disposition. Mais les faire monter jusqu'ici ? Voisins ou pas , discrets ou pas... Cela paraissait à Karl extrêmement imprudent. Fallait-il vraiment choisir entre la sécurité de Gael et celle - à long terme - d'Esteban ?

Coupé dans ses réflexions par une amusante question de Luisa, l'étudiant se reprit à sourire compulsivement, et il haussa les épaules : selon lui, Gael n'était pas d'accord pour grand chose, mais devait tout de même avoir conscience de la nécessité de toute cette opération. Son grognement était probablement... un signe d'assentiment, de mauvaise grâce et à contrecœur, mais tout de même. Aussi peu soucieux de sa santé fut-il, le garde du corps était un homme raisonnable et il se doutait bien qu'il n'allait pas les aider longtemps si il passait l'arme à gauche en plein milieu du penthouse d'Esteban, faute à trop d'imprudence.

"A mon avis, je pense que nous sommes tous d'accord pour dire qu'aucun autre choix n'est envisageable... Que cela soit agréable ou non. Par ailleurs..."

Karl leva les yeux sur Esteban. Puis sur le plafond de verre, qui commençait doucement mais sûrement à s'éclaircir. Demander au jeune vamp d'utiliser ses pouvoirs pour déplacer Gael n'était - psychologiquement parlant - pas la meilleure idée du siècle. Cependant, accueillir quiconque d'étranger dans le penthouse non plus. Il leur fallait de toute façon faire en sorte de déplacer le vamp jusqu'à l'appartement de Luisa avant que le jour ne se lève. Ils avaient pensé à l'excuse du coiffeur, mais celle-ci fonctionnerait aussi. En plus d'assurer l'anonymat du jeune vamp de bien des façons.

Là encore, c'était une solution imparfaite, mais probablement la seule valable qu'ils avaient.

"Malheureusement, je pense qu'il nous faut le réveiller. Ça ne peut pas se passer ici. Et il faut de toute façon le faire descendre avant qu'il ne commence à faire jour."

Cette fois, il se tourna vers Luisa. Luisa n'était pas Olivia, mais si il existait quelqu'un à qui cette tâche devait être laissée, c'était probablement elle. Esteban avait besoin de ses amis, mais dans un cas pareil, c'était sa famille qui primait. Quitte à ce que cela contrarie encore quelqu'un d'autre, cette fois de servir de substitut à une personne qui n'était pas ici...

... c'était de toute façon la soirée des solutions imparfaites.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Luisa, ou l'intuition crochue... pointue. Pardon.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Luisa, ou l'intuition crochue... pointue. Pardon.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE I : Le quartier des affaires ¤ :: ║Le Centre-ville║ :: L'Offensive :: Penthouse d'Esteban Luz-Descalzo-