AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Le naufrage du capitaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Judith Sinclair
Vodouns
avatar

Vodouns


Identification
Emploi: Propriétaire du Cadavre Rieur / Guérisseuse
Age apparent: 27 ans
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Le naufrage du capitaine   Sam 2 Avr - 20:03

Une dérouillée pluviale venue droit de la gueule béante des Loas affligeait la ville ce soir-là. Cela rendait Mrs. Sinclair morose. Peu de clients allaient venir ce soir-là et le groupe qui était censé jouer avait pris congé de ses responsabilités. Encore heureux, payer ces rats pour trois clients, quelle joie. Peut-être plus tard, lors du rush des insomniaques, une ou deux danseuses iront s'amuser sur scène. Elle l'espérait, elle n'aimait pas du tout ces moments creux. Laissant son barman s'occuper du bar, elle avait prévu de simplement s'asseoir à une table et jouer aux échecs avec Vera Keyes, sa demoiselle d'honneur, tout en terminant un repas à base de viande crue. Ou presque, elle a quand même fait survoler sa délicieuse salade de viande au-dessus du grill pour la chauffer un peu.

Cette dernière avait des facultés mentales plutôt détériorées mais Judith pourrait parier son corps décharné que personne dans ce cabaret ne pourrait l'abattre. A part elle. Mâchonnant tranquillement sa viande, elle laissa sa Zombie jouer en  la regardant patiemment. Un individu, sous un manteau de cuir, débarqua dans le cabaret. Il retira son chapeau, le mit sur l'espèce de truc bizarre au nom imprononçable où on met les chapeau, regarda autour de lui et fit un sourire avant d'annoncer à tous :

- Eh bien, c'est calme ce soir. Bonsoir mes amis.

Elle leva la tête, la bouche pleine de masse organique rouge, cligna des yeux et leva son bras droit vers le ciel :

- Salut, machin.

C'était un habitué qui venait souvent ces derniers temps. Elle n'avait pour le moment pas spécifiquement cherché pourquoi, mais elle était sûre qu'il y avait une bonne raison derrière cela. Un homme de taille moyenne, moustachu, l'air triste, probablement une affaire familiale. Son barman, qu'on nommera Josef en attendant qu'il décline officiellement son nom, accueillant chaleureusement le nouveau venu, lui servit une Pabst Blue Ribbon. Sa bière préférée.

Sa demoiselle Zombie finit de jouer et se prit un bon échec et maths dans la gueule, puis, après avoir haussé les épaules, salua le nouveau venu qui vint s'installer à leur table avec sa bière fraîche. Puis il s'adressa à Vera.

- Comment vas-tu, ma fille ?

Elle tiqua, soupira. Avant de lancer une pique.

- Elle risque pas de pouvoir te répondre, elle passe sous un tunnel - enfin elle est en mode avion - depuis qu'on lui a fait fermer sa gueule trop fort. Mais elle va bien. Tu as l'air de bien aimer venir ici, c'est quoi ton petit nom ? Histoire que je l'écrive sur le tableau des clients à ne pas embêter en sabotant leurs plats avec des glaires ?

Cela fit rire le moustachu qui simplement répondit :

- Oh, on m'appelle Randy.

Il prit un air plus sérieux et demanda, d'un air pas convaincu.

- Vous crachez vraiment dans des plats ?

Auquel elle rétorqua :

- Non. Après c'est sûr que si tu commandes des tripes marinées dans des glaires tu devrais t'attendre à ce que ce soit fait. Mais ne t'en fais pas, personne ne crache sur nos délicieux burgers végétariens. Peu importe, quel bon vent t'amène ici, Randy ?


L'homme, plutôt rassuré, hésita à parler et finalement vint se confier :

- Pas grand-chose, j'ai perdu mon job, pour ça que je viens ici, y a souvent des annonces affichées sur les murs.

Elle eut un sourire et proposa :

- Eh bien écoute, si tu es prêt à être sous-payé et à être traité comme un chien et à te faire draguer par des meufs qui sont MORTES alors que tu tétais encore ta mère toute la journée, tu peux tenter de postuler ici. Pour ma part...

Elle se leva et pour se détacher de ses grippes elle lui fit son coup spécial préféré pour qu'elle la laisse tranquille :

- Je vais voir dans mon laboratoire d'astronomie personnel si la terre tourne tout bien comme il faut pendant que tu écoutes ma camarade Zombie chanter sa p'tite chanson, elle meurt d'envie que tu l'écoutes. On se revoit plus tard. Évite de clamser avant que je revienne, on est déjà sous surveillance, ça va faire chier tout le monde.

Elle se leva, salua en souriant, et pendant qu'il sembla passionné à écouter la muette chanter, elle s'éloigna et alla voir en cuisine si tout fonctionnait bien, avant de retourner à son bar pour accueillir les nouveaux clients.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4258-judith-sinclair
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Le naufrage du capitaine   Ven 15 Avr - 13:01





Sale temps pour la crème glacée. Il valait mieux qu'elle se languisse dans son pot. Ozzie regardait la pluie battante s'écraser à gros tonneaux sur son pare-brise. Il renifla dédaigneusement en  écossant une pistache, d'un mouvement de dents que la grâce avait oublié de bénir. La coquille fut recrachée sans douceur sur le sol de l'habitacle, rejoignant ses sœurs disséminées. Une complainte rock oubliée crachait sur l'auto-radio pendant que Pearl nettoyait consciencieusement les bacs. Son chiffon faisait couiner les glaçons comme une catin fébrile, par à-coups réguliers.
Métronome de l'ennui.

- On s'fait chier... proféra le Dealer d'organes.

Avec ce genre de crachin à ne pas mettre un loup-garou dehors -sous peine de s'infliger une fragrance de chien mouillé- le business tournait court. Alors bon, on pouvait toujours compter sur le petit meurtre occasionnel, celui passionnel qu'on n' a pas prémédité, le coup de folie sous l'orage, mais ça restait tout de même des exceptions. Les assassins professionnels s'évitaient ce genre d'intempéries. Butter un gars demandait de la précision, la pluie ça rendait toujours tout glissant, poisseux, et aléatoire. Fallait pas occire des gars dans un grain comme celui-là, trop de bordel à éponger.

- Bon... On s'arrache. Mets ta ceinture frangin !

Le Zombie albinos vint docilement s'assoir à la place du mort - place logique si il en est - et mit un temps infini à trouver la boucle de sa ceinture. Ozzie poussa un petit grognement d'agacement avant de la lui attacher lui même, à ce gros bébé. La clé tourna dans la serrure, le starter donna l'impulsion au moteur qui fit quelque peu sa sucrée avant d'accepter la passe. Le moteur ronronna façon vieux lion sorti de sa sieste. Les pneus s'agitèrent sur les flaques du pavé avant de faire le job.Et bam ! Démarrage.

- T'occupes....
répondit Ozzie à la question silencieuse de son zombie.

Et ils s'engouffrèrent hors de la ruelle pour embrasser la lumière des néons. Juste pour la blague, le vaudoun actionna la musique annonçant sa venue aux enfants qui devaient se planquer au sec de leur lit, à cette heure. Le plus vieux quartier de l’Orléanaise ouvrit ses cuisses pour mieux les happer. Ce fut sur sa rue principale qu’il firent halte, devant une enseigne criarde où s'étalait le doux nom de "Cadavre Rieur".
Nouveau reniflement.
Celui pour l'apnée lui permettant de traverser le mince morceau de trottoir entre lui et le lieu de perdition. Insensible aux grandes eaux, Pearl le suivait de son pas d'éléphant.

Ozzie fit une entrée remarquée, ouvrant les bras comme un Monsieur Loyal en plein show :

- Mes amiiiiiis ! Mes amiiiiies ! Vu que l'humidité est la thématique de cette festive soirée, j'me suis dit : "heyyy si j'allais tester la moiteur des dessous de notre Mama Loca préférée !"


Nonchalant, Ozzie se coula jusqu’à l'ouvreuse, lui servit un "salut poupée!" au charme capiteux, serra quelques mains d'inconnus et tapa dans quelques dos au nom d'amitiés pas encore forgées, et vint se planter devant Judith, s'accoudant au bar comme une baudruche qui se dégonfle.
Il la gratifia d'une pichenette amicale sur le nez.

- Salut, Sinclair... Alors, tu portes quoi aujourd'hui ? Cuir , dentelle, ossements d'amant périmé ?


Il claqua la langue sur son palais, un brin de provoc' à la clé.

Revenir en haut Aller en bas
Judith Sinclair
Vodouns
avatar

Vodouns


Identification
Emploi: Propriétaire du Cadavre Rieur / Guérisseuse
Age apparent: 27 ans
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: Le naufrage du capitaine   Lun 25 Avr - 12:04

Tout fonctionnait bien. Sérieusement. Bien qu'il faille de temps en temps abattre des ingrédients qui commencent à se réveiller sans trop de raison où à calmer le monstre de chair auto-régénérant qui fournissait viande à volonté enchainé au fond de la chambre froide... Oh, à quoi elle pensait. Si seulement un tel truc existait.

Dans tous les cas elle se sentait plutôt satisfaite que sa présence ici ainsi que sa non-présence les faisaient travailler. Même s'il n'y avait pas grand-chose à faire compte tenu qu'il n'y avait peu de clients à cette heure. Mais ça allait venir, beaucoup de gens se lèvent la nuit pour prendre leur repas nocturne ici et profiter de toutes les autres activités que l'établissement a à leur offrir.

Elle les salua calmement et revint ensuite au cabaret pour voir le camarade rencontré plus tôt tenter de s'infliger une commotion cérébrale avec un mur après avoir entendu la chanson de la Zombie muette. Elle eut un léger sourire de coin.

C'est alors qu'elle entendit de la musique dehors. Elle n'y prêta pas spécialement attention mais garda tout de même une oreille là-dessus. Jusqu'à ce que la porte finit par s'ouvrir dans un fracas. Une entrée spectaculaire d'un ami formidable. Elle passa sa main devant sa bouche et ne put se retenir d'avoir un grand sourire bête alors que son camarade salua tout le monde. Sa Zombie en profita même pour se lever et lui faire un câlin affectueux ainsi qu'au gros Pearl, qui semblait-il n’avait pas sa vivacité et sa joie de vivre une seconde fois.

Il vint s'accouder droit devant elle qui essayait de réaliser ce qui se passait. Une pichenette sur le nez la fit revenir à la raison. Elle plissa les yeux, fronça les sourcils, vit un grand sourire se creuser sur son visage et elle lâcha un bien gras :

- HEYYY. OZZIE, VIEILLE COUILLE, ÇA VA ? Comment va ton âme depuis le temps ? Toujours aussi noire ?

Elle avança son visage à son oreille et susurra d'un ton très confidentiel mais surtout très sensuel :

- J'ai ça et même plus, j'ai de la peau écorchée si tu aimes le latex. Et toutes sortes d'autres trucs qui transcendent ton imagination dans mon donjon.

Elle se retira un peu et rajouta pour ponctuer :

- C'est très bien isolé si ça te rassure.

Vint conclure un sourire carnassier. Qu'elle était sérieuse ou non ne changeait rien, elle lui lâcha ce sourire et vint joindre ses mains :

- Je suis impolie, j'aurais dû te demander en premier ce que tu souhaitais boire ce soir ! Comme toujours ? J'ai des yeux frais de ce matin et j'ai commencé à étiqueter mes liqueurs organiques de l'an dernier, si tu veux tester avant tout le monde mes cocktails de saison de cette année c'est tout à ton honneur.

Elle pointa Pearl du doigt :

- J'ai des versions plus corsées dont raffolent les poids morts. Tu peux demander à Vera, elle confirmera. Enfin, pas verbalement depuis qu'elle a fermé sa grande gueule elle ne l'a plus jamais ouverte. Faudrait je consulte un psy pour zombie. Ça existe ?

Elle revint ensuite vers Ozzie :

- Alors dis-moi mon chou, comment vont les affaires ?

Elle alla lui servir ce qu'il lui avait commandé avant de venir s'accouder devant lui et le regarder avec plein d'attention.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4258-judith-sinclair
 

Le naufrage du capitaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE III : Les vieux quartiers ¤ :: ║La rue principale║ :: Le Cadavre Rieur-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit