AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Eden Brewster
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Trick O'Clink
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
12/30  (12/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Lun 18 Avr - 16:05


Il lui avait ébouriffé les cheveux et elle avait rit comme une enfant particulièrement heureuse de se trouver là où elle était et pas ailleurs. Puis il avait choisi vanille-fraise pour sa glace et elle avait tendu son petit billet avec fierté, comme une enfant qui irait seule à la boulangerie pour la première fois. Ce n’était pas tant pour le fait de payer d’ailleurs, elle était contente qu’il n’ait pas, comme certains hommes, fait son macho et ne se soit pas débrouillé pour l’inviter une nouvelle fois. Elle l’aurait plutôt mal prit et n’aurait d’ailleurs certainement pas voulu prendre de glace. Elle aurait fait sa mauvaise tête, persistant à rester enfermée dans une phase de bouderie, ce qui, chez elle, pouvait durer assez longtemps. Elle n’y avait jamais de méthode miracle mais avec elle, le mieux dans ces moments-là, c’était d’essayer de la faire rire ou de la laisser dans son coin sans plus s’en occuper.

Elle rangea la monnaie dans son petit pochon - il faudrait qu’elle pense à l’enlever en rentrant, les pièces étaient beaucoup trop lourde pour son petit cou d’écureuil et alourdissaient son vol plané - et récupéra son dessert. Marcher en mangeant une glace, sous un ciel encore ensoleillé et en bonne compagnie, il n’y avait rien de tel pour la rendre heureuse. Elle s’arrangea d’ailleurs pour tenir son propre cône dans la main qui n’avait pas sa place derrière le bras de Cooper et l’y repassa avec naturel. Il lui semblait de plus en plus inconcevable de marcher à ses côté sans le tenir comme ça. C’était qu’il prenait ses aises et ses petites habitudes le rongeur volant.

”J’adore marcher ! Et je suis habituée. Alors tant que tu vas pas trop vite et que mes courtes jambes sont pas obligées de courir pour suivre le rythme, je peux faire ça pendant des heures !”

Courir pour suivre le rythme, elle pouvait aussi le faire pendant des heures mais c’était moins agréable et elle aurait du mal à s’empêcher de se transformer pour changer radicalement le rythme et prendre plus de plaisir. Pauvre Cooper, s’ils avaient de se voir souvent, il comprendrait vite qu’Eden passait une grande partie de son temps libre sous forme animale, elle aimait tellement ça. Seul problème, ça déplaisait parfois aux gens qui pensaient qu’elle préférait s’isoler ou qu’elle ne se plaisait pas en leur compagnie, ou même qu’elle les snobait façon “Regarde, moi je peux me transformer et pas toi !”. C’était ridicule comme façon de penser, elle vouait juste une véritable passion à son totem et à tous les plaisirs que pouvait lui procurer une balade dans les arbres. Pour autant, même transformée, elle n’oubliait jamais qu’elle n’était pas seule, jamais.

A grands coups de langue gourmand, elle commença sa glace. Praliné et pistache avaient toujours été parfum préféré bien qu’elle en changea parfois, pour noix de macadamia par exemple. Et tandis que leur pas les menaient tranquillement vers leur prochaine destination, elle songea comme elle était bien là et comme la compagnie de Cooper lui était plaisante. D’ailleurs, il lui fit part de la qualité de son jeu, bonne mais pas au niveau des pro et, enchaîna sans prévenir sur le fait d’être content qu’elle lui soit rentrée dedans. Elle était bien d’accord sur ce point et son sourire immense aurait pu suffire à parler pour elle.

”Et moi donc, je passe un moment génial et je suis vraiment ravie d’être avec toi !”

Dans la tête d’Eden, il n’y avait aucun moyen que les paroles de Cooper puissent être mal interprétées. Déjà parce qu’elle ne cherchait pas le double sens et que les plus flagrants lui échappaient parfois totalement, ensuite parce qu’elle n’avait vraiment pas envie de le chercher. Elle était bien là, la compagnie de Cooper était plus qu’agréable et elle voulait juste profiter de l’instant présent sans se demander s’il avait quelque chose derrière la tête. Alors elle continua à marcher avec lui, bras dessus bras dessous, en avalant sa glace et en regardant les magasins qui défilaient autour d’eux. Son regard s’attarda d’ailleurs plus longtemps sur l’un d’eux et une certaine convoitise naquit dans ses yeux.

C’était un magasin d’instruments de musique et l’écureuil volant avait repéré un saxophone dans le fond, il lui fallait un nouvel embout et des cordes, elle savait maintenant ou venir les chercher.

”Tu joues d’un instrument de musique ? Moi je fais du violon et du saxophone ! J’aime les sons jazzy et celtique même si j’écoute de tout.”

Elle l’invitait au passage à lui faire part de ses goût musicaux et chassa son embout et ses cordes dans un coin de sa tête. Son après-midi était réservée à Cooper et même sa passion pour la musique ne parviendrait pas à l’en détourner.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4098-eden-brewster
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Mar 26 Avr - 11:41

Eden pouvait prendre toutes les aises qu'elle voulait, car en vérité Cooper s'était déjà habitué à l'avoir ainsi à son côté, à lui tenir le bras et à conserver cette proximité bienfaisante. Habitué aux Métamorphes et à leur contact physique toujours très développé, il n'était pas du genre à s'offusquer de celui-ci, mais présentement avec la jeune femme cela lui apparaissait comme très différent, sans qu'il ne se l'explique. Il voulait qu'elle se tienne à son bras et il voulait qu'on les voient ensemble ainsi, avec une fierté démesurée qu'il mettait sur le compte de la beauté près de lui. Quel homme à sa place ne serait pas heureux d'être accompagné par une telle jeune femme, sincèrement ? Qui plus est aussi douce et gentille, lui-même se sentait heureux et serein, mangeant sa glace avec appétit tout en savourant son goût, sa joie se faisant plus grande encore quand elle répondit à sa confession par une affirmation de réciprocité chaleureuse. Le Norme sourit et continua de marcher en sa compagnie, terminant son cône avec la vitesse de tout gourmand qui se respecte, soupirant d'aise tandis qu'ils arpentaient les rues de la ville sous le soleil printanier. Ils passèrent près d'un magasin d'instruments de musique et le pas fut ralentit tandis que Eden observait brièvement sa devanture, reprenant leur marche au rythme des questions de la jeune femme.

- Pas vraiment je le crains. Je suis plus un accroc au BMX, mais j'aime bien le jazz et le celtic aussi, entre autres choses comme le rock, le métal ou le classique, même si j'écoute un peu de tout, comme toi.

Il sourit en coin, profitant d'avoir terminé son dessert pour venir tapoter doucement le bras de la Métamorphe. En tant que serveuse au pub, elle pouvait se douter que de son côté Cooper aussi pouvait aimer ces genres musicaux, vu que c'était ce que Alice passait dans son établissement.

- Je t’emmènerais faire un tour de BMX un de ces jours. Je te mettrais dans la poche de mon sweat et je ferais quelques cascades, tu verras c'est génial. Toi tu peux voler ou planer non ? Ben moi j'ai toujours rêvé d'être un oiseau, du coup j'essaye toujours de décoller le plus haut possible quand je suis sur mon vélo. Et tu verras que j'y arrive presque.

Il rit un peu, heureux rien qu'à l'idée de l'emmener en balade avec lui, de lui montrer ce qui le passionnait et qu'il adorait tellement, persuadé qu'elle allait apprécier le vent qui fouettait le visage avec la vitesse, la sensation d'apesanteur quand il arrivait au point le plus haut de son saut, comme si l'espace d'une fraction de seconde, il possédait ce réel pouvoir que de flotter dans l'air. Quel drôle d'Outre il aurait fait, franchement, mais parfois il se sentait plus proche d'eux que des Normes, ce qui ne le dérangeait pas, lui permettant au contraire de savourer des instants comme celui-ci, à se promener avec Eden à qui il souriait gentiment, presque tendrement en vérité. Elle lui ressemblait tellement, c'était très apaisant et une grande sérénité l'envahissait à mesure que le temps passé en sa compagnie s'allongeait.

- Tu voudras boire quelque chose au bowling ? Les consos sont un peu chères, mais ils ont de très bons cocktails de fruits, avec ou sans alcool, comme on veut.

Loin de lui l'envie de la saouler, ça non, mais lui-même étant à pied présentement, il songeait qu'un petit cocktail ou deux ne serait pas un crime et il s'amusait déjà tellement que profiter un peu plus ne lui semblait pas exclus. Un verre ou deux ne l'empêcherait pas de réfléchir posément une fois à la librairie.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Eden Brewster
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Trick O'Clink
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
12/30  (12/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Mar 24 Mai - 14:21


Cooper semblait heureux d’être avec elle, au-delà de ses mots, elle le ressentait dans sa façon d’agir et de sourire. Et elle, elle était tout simplement comblée qu’il se sente bien à ses côtés. Elle se sentait le coeur léger, sautillant à son bras en savourant une glace qui ne fit pas long feu. Peut-être pas habituée à faire des gros repas mais suffisamment gourmande pour ne pas écouter son estomac qui était bien déjà assez rempli. Elle attaquait seulement la fin du cornet que son compagnon avait déjà fini et se fut à ce moment là que son regard tomba sur le magasin de musique.

Le norme ne jouait d'aucun instrument mais semblait avoir des goûts musicaux en accord avec les siens. Encore un point commun qui la fit sourire jusqu’aux oreilles. Ils étaient fait pour s’entendre et elle ne cachait pas le plaisir que ça lui procurait. Et puis, elle pourrait toujours essayer de lui apprendre, ou juste jouer pour lui S’il en avait envie. Ça serait une idée à creuser !

”Si t’as pas peur d’apprendre le solfège, je pourrais jouer les profs ! Je suis très patiente, même si j’ai un peu la bougeotte…”

Un peu… Bonjour l’euphémisme. Elle ne tenait jamais en place bien longtemps et ce quelque soit son occupation. Même quand il lui prenait l’envie de lire un bouquin, elle était incapable de se poser avec une tasse de thé et un plaid, non, il fallait sur elle le fasse en tournant, en virant, voir même en marchant. Les activités calmes et immobiles, ça n’était clairement pas son fort. Même quand elle jouait à un jeu vidéo, il fallait qu’elle se lève, qu’elle saute, qu’elle agité dans tous les sens et ce de façon presque incontrôlable. Et apparemment ça n'était pas le fort de Cooper non plus. Il lui proposait de faire un tour en BMX avec elle sous forme animale et de faire des cascades. A l’annonce de la proposition, elle avait bondit à son bras et avalé le reste de son cône d’une seule bouchée.

”Ça serait trop bien ! Mais pourquoi la poche ? Je pourrais me mettre dans ta capuche !” Elle s’était mise en travers du chemin, marchant à reculons pour poser ses mains sur son torse et serrer doucement ses doigts sur lui. ”J’ai des petites griffes mais t’inquiète, elle s’accroche bien !” Puis elle avait reprit sa place près de lui, de l’autre côté, et avait passé ses deux bras autour du sien. ”J’adore ce genre de sensation ! Pour ça aussi que je fais de la moto !”

Sa moto, c'était son bébé, le seul objet qu'elle était incapable d’abandonner pour prendre sa forme animale. D’ailleurs, elle mûrissait chaque sortie pour être sûre qu’il n’y aurait aucun incident et qu'elle pourrait la ramener sans soucis. Hors de question pour elle de la laisser dans un coin pour partir faire une balade dans la nature, sans compter que la clé de son engin pesait bien trop lourd pour son petit cou d’écureuil.

”Je suis pas très alcool, ça me tourne vite la tête, mais sans alcool, ça sera avec plaisir !”

L’air de rien, ils marchaient depuis un petit moment déjà et Eden aperçu de qui pouvait ressembler à leur objectif.

”Ça serait pas ça ton bowling ?”

Elle trépignait sur place comme une enfant, impatiente d’aller s’amuser.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4098-eden-brewster
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Sam 5 Nov - 23:11

Apprendre à jouer d'un instrument n'était pas dans les projets immédiats de Cooper et pour cause : il avait déjà son BMX et il ne cessait jamais d'expérimenter de nouvelles choses, de s'entrainer et de tenter de repousser certaines limites, tout du moins quand il n'était pas amoché suite à une quelconque altercation plus ou moins violentes. Pour autant la proposition de Eden ne tomba pas dans l'oreille d'un sourd et, à défaut d'accepter sans attendre, il haussa légèrement les épaules et acquiesça d'un bref signe de tête, accompagné d'une moue de réflexion allant de concert. Si la jeune femme avait "un peu la bougeotte", lui peinait toujours à rester en place autrement que pour jouer au jeu vidéo ou pour se restaurer, boire un verre ou se reposer. Il n'y pouvait rien, il était ainsi et il y avait fort à parier qu'il faudrait encore de très nombreuses années avant que quoi que ce soit ne changea de ce côté-là. Cela avait certains avantages, comme le fait de pouvoir suivre les Outres les plus agités lors de leurs sorties, mais quand il s'agissait de sociabiliser avec des Normes, c'était déjà nettement plus problématique et le coursier ne s'étonnait même plus d'avoir davantage d'amis non-humains que l'inverse. Au moins la proposition qu'il fit en retour sembla plaire davantage à la serveuse qui alla même jusqu'à suggérer de se mettre dans sa capuche plutôt que la poche ventrale de son sweat, accompagnant ses dires d'une gestuelle pour le moins... intéressante, pour ne pas dire troublante. Les ongles avaient à peine effleurés la peau à travers son vêtement, mais Cooper imagina fort bien ce que cela pouvait donner dans d'autres circonstances -hey, on était un homme ou on ne l'était pas- et il retint un frémissement alors qu'Eden reprenait son sens de marche normal à ses côtés, son regard glissant brièvement sur la frêle silhouette à portée de main avant qu'il ne secoue la tête. Pas de ça avec les amies voyons ! Les métamorphes étaient toujours très tactiles, il n'allait quand même pas commencer à prendre cela pour des avances, sans quoi ils n'en finiraient pas.

- De la moto ? J'avoue c'est cool, peut-être un peu trop rapide à mon goût, on a aucun contrôle sur la mécanique d'une bécane et j'avoue que je préfère tout gérer à la force de mes bras et de mes jambes plutôt que de laisser le moteur décider à ma place. Et puis ça manque de maniabilité je trouve... Mais j'avoue que c'est génial question vitesse, c'est difficile à battre.

Pour ne pas dire impossible quand on était sur un BMX, mais même certaines voitures ne pouvaient égaler un bon bolide et en cela il fallait reconnaitre que certaines motos étaient des petits bijoux de technologie. Le coursier était peut-être un peu trop "simple" dans sa façon d'appréhender les choses, mais l'on ne changeait pas un cheval de course, comme disait l'expression, alors autant passer à autre chose. La conversation dériva sur les consommations à venir et, sans surprise, la serveuse n'était pas très portée sur l'alcool, ce qui vu son petit gabarit et celui de son animal totem n'était guère étonnant. Saouler un petit écureuil serait tellement facile qu'il valait mieux éviter de prendre le moindre risque, aussi Cooper eut-il un sourire en coin, à la fois amusé et compréhensif, alors qu'il acquiesçait à cet état de fait.

- Va pour un cocktail sans alcool alors, je resterais sobre aussi histoire que tu ne te sentes pas seule.

Ça n'était jamais très drôle d'avoir quelqu'un d'un peu ivre à ses côtés, capable de partir dans des délires plus ou moins élaborés, sans que l'on puisse le suivre ni même le comprendre, faute d'être dans le même état d'ébriété que lui. Pour avoir déjà été sobre au milieu d'une fête alcoolisée, le punk savait que c'était loin d'être enviable et, s'il voulait de toute façon pouvoir assurer à la fois au bowling puis à la bibliothèque, mieux valait éviter de boire pour boire, sans réel plaisir ni personne pour vous suivre. D'ailleurs en parlant de cela, voilà que se profilait leur destination de l'après-repas, un bâtiment à étage qui portait une gigantesque enseigne lumineuse faite de néons colorés, lesquels décrivaient en lettres stylisées le jeu auquel il s'apprêtait à jouer : Bowling.

- Si c'est ça. Allez viens, entrons !

Bras dessus, bras dessous, voilà nos deux zozos qui passent les portes vitrées des lieux, se retrouvant dans un grand hall à moquette rouge, avec une vue dégagée sur l'accueil, avec son comptoir en faux bois lustré où l'on payait à la fois par avance les parties, mais où l'on réservait également sa paire de chaussures. Le bruit caractéristique de ce genre d'endroit résonnait à leurs oreilles, celui des boules qui roulent sur les pistes, des quilles qui volent et s'entrechoquent, des avertissements sonores des scores, des rires et des cris d'amusement, le tout saupoudré des musiques passant à la radio en fond sonore. L'odeur de l'huile des tapis ramenant les boules à la zone de lancer emplissait l'air, autant que le popcorn proposé dans les machines sur l'un des côtés du bar où s'alignaient des bouteilles d'alcool et de jus en tous genre, des tireuses à bière et des percolateurs pour différentes sortes de café, de quoi tenir toute l'après-midi et même toute la nuit si l'envie leur en disait. Visiblement ravi, Cooper affichait un large sourire victorieux, comme s'il était arrivé au bout d'un long périple où l'attendait enfin sa récompense.

- Bienvenue au Bowling de la Nouvelle-Orléans !

Lança-t-il à Eden, avant de l'entrainer droit vers le comptoir de réservation, demandant sa pointure en chaussures et sortant son porte-feuille pour payer d'avance trois parties pour deux personnes, bien décidé qu'il était à s'amuser longuement malgré le prix que cela coutait. Bah, il fallait bien que sa paie parte dans quelque chose d'autre que les Plaisirs Coupables ou le Trick O’Clink. Et puis une petite part de lui avait envie d'en mettre plein la vue à Eden, juste histoire que cette après-midi soit inoubliable et qu'ils en profite pleinement.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Eden Brewster
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Trick O'Clink
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
12/30  (12/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Dim 6 Nov - 12:34

Cooper trouvait les motos trop rapides à son goût et pas assez maniables. C’était vrai mais la vitesse grisait Eden d’une façon qu’aucun autre engin motorisé ou non ne saurait le faire. Elle ne supportait plus de se retrouver dans un habitacle perché sur quatre roues depuis l’accident et puis, il ne fallait pas se leurrer, elle n’avait jamais ressenti la vitesse de la même façon dans une voiture. Mais le BMX s’était cool, surtout pour l’écureuil minuscule qu’elle était et qu’elle n’aurait jamais été assez inconsciente pour coller sur une moto. Elle aimait planer, certes, mais décoller et se crasher contre le bitume le museau en premier, nettement moins. Il y avait des limites à ce qu’on pouvait faire quand on ne pesait que 123g et Eden en avait parfaitement conscience.

Dans tous les cas, l’Outre avait hâte de se poser dans la capuche de Cooper en mode passager clandestin et de ressentir les sensations des acrobaties. Elle risquait fort de lui faire une petite frayeur à un moment ou à un autre, mais ça faisait parti des risques quand on voulait l’embarquer dans une balade sportive. La seule forme de peur qu’elle aimait, c’était l’adrénaline et cesser de s’accrocher alors que Cooper serait en plein saut risquait foet de lui donner vraiment très envie, qu’importe les conséquences. En contrepartie, il faudrait qu’elle l’emmène faire une virée à moto et pas le genre ou on respecte scrupuleusement les limitations de vitesse… D’ailleurs son petit sourire en coin montrait bien qu’elle avait quelque chose derrière la tête.

Aaaah l’alcool et ses effets sur le petit gabarit qu’était Eden. C’était marrant d’ailleurs parce que la vitesse à laquelle elle devenait ivre semblait avoir plus de lien avec la taille de son totem que la sienne. Le fait qu’elle n’ait jamais été une grosse buveuse jouait aussi un rôle important, mais le fait était là, un verre et elle commençait à faire n’importe quoi… Plus que d’habitude, c’était dire s’il fallait à tout prix éviter de la faire boire. L’avantage pour qui croyait qu’elle n’était qu’une vieille gamine, c’était qu’on pouvait enfin découvrir ce qui se cachait derrière cette immense joie de vivre et ses sourires à n’en plus finir. Et oui, l’alcool avait tendance, dans un premier temps, à dévergonder le petit écureuil et, dans un second, à le rendre assez malade pour avoir envie de se jeter sous un train. Si ça amusait les autres de la voir comme ça, ça avait tendance à l’agacer après coup et, bien qu’elle s’énerve très rarement, à lui occasionnée une petite crise de mécontentement.

Pas de raisons que tout ça se produise aujourd’hui puisque Cooper semblait comprendre ses raisons et avoir décidé de rester sobre lui-même. Un grand sourire amusé étira ses lèvres. Les autres s’étaient différents, jamais elle ne pousserait à la consommation et chacun était responsable de ses propres débordements, mais voir les autres bourrés la faisait toujours rire, quand bien même il lui était impossible de rentrer dans leur délire. Elle aimait particulièrement ceux qui se lançaient dans des délires compliqués et ceux qui étaient convaincus de pouvoir cacher leur ivresse. On ne pouvait jamais cacher son ivresse et chacun le savait, sauf que quand l’alcool prenait le dessus, on perdrait toute notion de réalisme au profit d’une logique d’ivrogne dont les lois de la physique n’existaient que dans le monde des gens bourrés.

Le bowling apparut enfin et Eden sautilla bras de Cooper en y pénétrant. Elle était toujours de bonne humeur mais en cette après-midi au temps incertain c’était particulièrement… Visible. L'accueil était spacieux et les bruits du lieu ravissait Eden qui n’avait plus fait de bowling depuis longtemps. Elle était beaucoup restée chez elle après l’accident et ne s’était mise à sortir que pour aller travailler, ce qui lui suffisait en terme de dose quotidienne de regards compatissants et pleins d’encouragements. Ici personne ne savait rien de sa vie et elle pouvait se rendre où elle voulait sans croiser ces regards en coin déprimant. Résultat, elle avait envie de s’amuser et de faire tout ce qui lui plaisait, quand ça lui plaisait. Tout ce qui devait composer leur après-midi la ravissait au plus haut point, tout était parfait ! Le restaurant, le bowling, la librairie, Cooper… Son coeur faisait des bons de joie qui la faisait sautiller comme un cabri un peu trop heureux de la vie.

”Il est génial ! Je suis trop contente !”

Elle en couinait presque de bonheur et son sourire semblait vouloir réussir l’exploit de s’étirer jusqu’à ses oreilles alors qu’elle se retenait de se mettre à courir partout comme une gosse qui aurait débarqué dans l’atelier du Père Noël. Elle trépignait au bras de Cooper et tremblait légèrement à force de se retenir d’exprimer le trop plein de joie qui la faisait tressauter de façon inattendue. Au comptoir, elle ne cessait de s’agiter en demandant son petit 36 et attrapa Cooper pour le forcer à se pencher, histoire qu’elle puisse lui claquer un énorme bisou sur la joue pour avoir payé les trois parties. La personne derrière le comptoir haussa un sourcil avant qu’Eden se retourne pour lui adresser ce fameux sourire contagieux dont elle avait le secret. Elle irradiait tellement de joie qu’il fallait vraiment être blasé ou insensible pour ne pas décocher au moins une esquisse de sourire en réponse.

Ses chaussures aux pieds, elle prit la direction de la piste qui leur était destinée après avoir attrapé la main de Cooper pour l’entraîner dans son sillage et s’offrit le luxe de ne même pas demander à Cooper avant de commencer. Honneur aux dames non ? C’était dans la lignée du coup d’oeil du restaurant et l’écureuil s’en amusa même en lui tirant la langue.

”C’est moi la preum’s !”

Elle opta pour une boule par trop lourde et qui ne la déséquilibrerait pas et se mit en position. Se placer, viser, s’élancer et lancer. Ce premier lancé était à l’image de sa pratique du bowling ces dernières années… Nul. Elle ne fit tomber que deux quilles ce qui ne manqua pas de l’air rire. Son second lancé fut mieux ajusté mieux ajusté mais elle trois quilles parfaitement immobiles sur la piste. Elle s’en retourna vers Cooper en riant et posa son front contre son torse en tentant de feindre le chagrin.

”Mon dieu je suis devenue nulle !”

Elle riait bien trop pour réussir à feindre quoi que se soit et lâcha finalement le Norme pour qu’il puisse jouer à son tour.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4098-eden-brewster
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Dim 6 Nov - 19:11

Elle irradiait de bonheur et en distribuait à travers ses sourires et ses expressions à quiconque posait les yeux sur elle. Eden trépignait au bras de Cooper et ce dernier avait envie de rire, un large sourire fier et amusé à la fois sur les lèvres, tandis qu'ils s'approchaient du comptoir pour commander le nombre de parties et prendre leurs chaussures. Cela devait faire bien longtemps qu'elle n'avait pas eu une telle sortie pour être aussi surexcitée, mais ce n'était pas lui qui allait s'en plaindre, bien au contraire. Quand la petite main lui intima de se baisser et qu'il obtempéra par réflexe, le Norme reçu un bisou sur la joue qui eut le mérite de l'étonner agréablement, tandis que le gars derrière son comptoir semblait presque attendrit de les voir de la sorte. Ressemblaient-ils à une espèce de jeune couple ? Probablement pas, même si l'on aurait pu penser que cela risquait d'être le cas à voir comme ils étaient proches en cet instant. S'éloignant en direction des pistes une fois les chaussures enfilées, le punk rit de bon cœur en voyant la serveuse s'emparer d'une boule très légère et hocha la tête, mimant une petite courbette en lui désignant la piste d'un ample geste du bras.

- Très bien, très bien. Honneur aux dames alors.

Il en profita pour aller prendre une seconde boule identique à celle choisie par la métamorphe, la déposant près d'elle dans le circuit servant à cet effet, avant d'aller chercher les siennes qui étaient nettement plus lourdes et d'une couleur différente. Il vit du coin de l’œil la première boule finir pratiquement dans la rigole et retint un rire, se raclant la gorge à la place et observant le second tir. Mouais, elle manquait visiblement de pratique, mais ça aurait pu être pire et au moins le prenait-elle avec humour, il suffisait de l'entendre rire pour ne pas en douter. Sa tête vint cependant s'appuyer contre son torse et le coursier haussa les sourcils, étonné, pris de court par cette soudaine proximité. Sa main se leva avec hésitation, puis vint tapoter doucement le sommet du crâne de Eden, à qui il adressa un sourire qui se voulait encourageant.

- Bah, c'est pas si mal... et puis tu n'l'as pas envoyé sur la piste d'à côté, c'est déjà bien crois-moi. J'en ai même vu la balancer au plafond alors bon...

Petit clin d'oeil complice, sourire au coin des lèvres, il s'écarta doucement pour aller prendre sa boule et se placer correctement, vérifiant rapidement son pied de départ avant d'inspirer profondément pour se calmer, se concentrer... pas question de se louper devant elle. Un pas, deux pas, trois pas, on suspend son mouvement, on lance son bras, on lâche la boule qui roule, roule, roule... Il y avait mis de la force, avait l'habitude de venir jouer de temps en temps, assez pour que sa boule vienne frapper avec force la première quille, légèrement de biais, envoyant valdinguer l'intégralité des éléments blancs qui disparurent à l'arrière de la piste du premier coup.

- STRIKE !

Cria-t-il de joie en serrant son poing devant lui, tout fier de sa performance et pivotant vers la jeune femme avec un large sourire lui étirant les lèvres. Il s'approcha vivement d'elle, leva ses deux mains et, sitôt qu'elle eut fait pareil, frappa dans les siennes d'un claquement sonore, peut-être un peu trop fort, mais c'était bien parce qu'il était fier de lui.

- Tiens j'te l'passe ! Tu veux que je t'aide à te replacer ? Je crois que tu fais un demi-pas de trop, ou de moins, ça dépend d'où tu veux partir et de ton pied d'appel.

Quitte à s'amuser, autant redonner goût à la métamorphe de jouer au bowling, qui sait si ça ne sera pas l'occasion de l'inviter à sortir de nouveau ? Et puis ce ne serait pas drôle si elle ne retrouvait pas son niveau d'avant, qui ne devait pas être si mal que ça au vu de ce qu'il avait compris. Ainsi Cooper et Eden entamèrent-ils cette première partie à deux, entre rires et plaisanteries, lui-même ne faisant pas toujours des strikes, se retrouvant parfois avec des spares aussi, qu'il loupa lorsqu'il était trop occupé à songer à la jeune femme ou quand celle-ci venait d'avoir un geste attentionné à son égard, eut-il paru anodin importait peu. Dans le fond, réussir ou échouer, faire des scores ne comptait pas, c'était de ne pas savoir si l'on allait se planter qui les amusa le plus durant ce début d'après-midi et, quand Eden réussit à faire des strikes plusieurs fois d'affilée, elle eut même droit à être soulevée de terre par un Norme un peu trop joyeux qui la faisait alors tourner sur place avant de la reposer, riant de bon cœur et buvant des cocktails sans alcool en sa compagnie. Parfois, il en fallait peu pour être heureux.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Eden Brewster
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Trick O'Clink
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
12/30  (12/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Dim 6 Nov - 21:03

Eden qui riait déjà toute seule s’était mise à rire encore plus après les paroles de Cooper. Tout de même elle n’avait pas perdu la main au point d’en arriver là. Louper des quilles oui, lancer sur la piste d’à côté ou au plafond ça non ! Ca ne lui était même jamais arrivé et elle comptait bien que ça perdure ainsi. Après tout, elle se débrouillait plutôt bien à la base, il fallait juste qu’elle retrouve la main et elle comptait bien profiter de ces trois parties pour y parvenir rapidement.

Elle laissa Cooper jouer son tour et le scruta avec attention, se mettre en position, avancer, bloquer balancer et… Elle sauta de joie quand toutes les quilles tombèrent du premier coup et cria en même temps que lui. Avec son sauveur pour l’aider à se remettre dans le bain, nul doute qu’elle arriverait très vite à retrouver son niveau d’antan. Elle leva les mains en même temps que lui et il claqua avec force sans qu’elle ne s’en plaigne le moins du monde. Il avait tout pour être fier et aurait eu tord de se priver de le montrer.

Puis il lui proposa de l’aider à se replacer et elle commença par regarder ses pieds l’air pensive avant se redresser, un grand sourire accroché aux lèvres. Oh oui elle voulait et plutôt deux fois qu’une même. Il lui fallu plusieurs lancé pour retrouver une position correcte et quand elle retrouva à peu près son niveau d'avant, elle se sentit soulevée dans les airs par les bras du Norme. Se retrouver ainsi contre lui la déconcentra un instant durant lequel elle songea qu’il pouvait recommencer autant de fois qu’il le voulait. Cette pensée-là engendra un sourire un peu moins joyeux et un peu plus… Tenté. Mais elle reprit vite ses esprits et leur moment bowling se poursuivit. Chacun des deux faisaient de son mieux et les lancés furent entrecoupés de rires, de cocktails, de petits sauts dans les airs et de cris de victoire. Ils s’amusaient ensemble et s’était bien tout ce qui comptait au final, qu’importe qui avait fini par gagner ou par perdre.

Les trois parties s’achevèrent sur un strike chacun et Eden tira la langue à Cooper qui avait finalement gagné haut la main.

”Je te battrais la prochaine fois !”

Et oui, la prochaine fois, Eden comptait bien revenir ici avec lui et s’amuser encore et encore. Elle aimait ça dans le bowling, un jeu sympathique et qui pouvait rapprocher les gens tout en faisant travailler leur esprit de compétition. Eden était de ceux qui s’en fichait de perdre et qui considérait qu’un bon moment passé ensemble valait toutes les victoires du monde. Quand ce moment avait, en prime, l’avantage de se passer avec Cooper, elle accordait encore moins d’importance au résultat final.

Elle regarda la piste une dernière fois, sourire aux lèvres et pas peu fière d’avoir presque totalement retrouvé son niveau. Puis elle avala la dernière gorgée de son cocktail avant d’aller entourer le bras du Norme des deux siens.

”Si je me trompe, maintenant c’est librairie !”

Se poser cinq minutes pour faire la transition ? Pourquoi faire ! Eden entraînait déjà Cooper pour aller rendre les chaussures de bowling et récupérer les leur avant de sortir. Elle était incapable de tenir en place ou de s’arrêter, c’était plus fort qu’elle, surtout quand le temps était compté que l’orage s’approchait. il fallait juste espérer que Cooper ne penserait pas qu’elle se dépêchait pour expédier les choses, loin, très loin d’elle cette idée-là. Au contraire, elle aurait voulu que cette après-midi dure encore très longtemps, vraiment très longtemps. Mais il y avait une heure à chaque chose et Eden voulait juste profiter à fond de chaque seconde qui les rapprochait de la fin de leur rendez-vous.

Le ciel avait commencé à s’assombrir quand ils sortirent et Eden renifla l’air.

”Ca sent la pluie qui approche.”

Elle fit quelques pas dehors pour s’assurer qu’ils avaient encore du temps et retrouva rapidement le bras de Cooper.

”Elle est où ta libraire ?”

De là-bas ils pourraient garder un oeil sur le temps tout en étant à l’abri de la pluie et du reste. Et là-bas encore, il ne manquerait pas de constater qu’elle était incapable de se tenir tranquille.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4098-eden-brewster
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Dim 6 Nov - 21:37

Les trois parties s'étaient enchainés sans qu'aucun des deux ne voit le temps passer. Ils avaient rit, crier leur joie ou leur déception selon les tirs qu'ils faisaient, avait savouré leurs cocktails, échangés avec bonne humeur et plus d'une fois ils avaient frappés dans les mains de l'autre en se regardant avec des yeux brillants, criant un "strike !" sonore et amusé qui ne manquait pas d'attirer l'attention. Bah, cela ne faisait qu'ajouter à l'ambiance des lieux et quand finalement tout ceci toucha à sa fin, Cooper rendit son tirage de langue à Eden avec une grimace exagérée, se faisant aussi gamin qu'elle pour le coup, sans aucune gêne ni honte.

- Tu peux toujours essayer, mais à mon avis il faudra plus d'une prochaine fois avant que t'y arrives.

Il n'y avait pas que la jeune femme qui espérait réitérer l'expérience et ce fut avec entrain que les deux allèrent récupérer leurs chaussures, songeant à la librairie qui n'attendait plus qu'eux. Hélas au-dehors, le ciel s'était déjà assombri et, si cela ne sembla guère déranger la Métamorphe, le Norme lui marqua un temps d'arrêt en levant les yeux vers le ciel, sourcils froncés tandis qu'il scrutait les nuages noirs qui s'amoncelaient non plus à l'horizon, mais qui était désormais à mi-chemin, précédés par une grisaille n'annonçant rien de bon.

”Ca sent la pluie qui approche.”

Il frémit malgré lui, puis reporta son attention sur la jeune femme qui lui demandait où se trouvait la librairie, lui permettant ainsi de reprendre contenance malgré la crainte qui commençait à lui nouer l'estomac. Un sourire à peine forcé, puis il indiqua une direction du menton, l'entrainant avec lui dans la rue en savourant le contact de ses bras autour du sien, allant même jusqu'à brièvement tapoter sa main de la sienne. Le fait que Eden soit incapable de tenir tranquille ne le dérangeait pas et, vu l'urgence de la météo, cela lui convenait très bien qu'ils ne perdent pas trop de temps à flâner entre deux activités, au contraire. Il ne leur fallu pas plus d'une dizaine de minutes de marche avant d'arriver devant une devanture relativement neuve vu de l'extérieur, mais dont la grande vitre laissait voir à l'intérieur une série d'étagères en bois stylisées, bardées de livres et faisant office de rayonnages en lieu et place des habituels mobiliers en métal qu'on voyait partout désormais. Cooper jeta un regard complice et légèrement mystérieux à celle qui se tenait à son côté, puis entra en sa compagnie, saluant le libraire qui l'appela par son prénom et vice versa.

- Et bien les jeunes, on se promène ? A moins que vous ayez besoin d'un nouveau livre ? J'ai justement reçu un nouveau roman fantastique qui m'a l'air bien écrit et pas trop barbant, ça te dirait mon grand ?

- Pourquoi pas, ça fait au moins deux mois que je n'ai rien lu. Il est où ?

- Troisième étagère à droite, dans les "D". C'est celui avec le petit fanion du livre du meilleur bestseller du moment.

- Okay merci !

Et le Norme entraina la Métamorphe à sa suite, sourire en coin et le regard pétillant comme un enfant à qui l'on viendrait de promettre un beau cadeau, s'éloignant jusqu'à trouver ce qu'il cherchait, un roman écrit par une femme connue et qui semblait préférer les Outres aux humains dans ses histoires. Le coursier entreprit de feuilleter l'épitaphe, plissant les yeux avec une certaine concentration, parcourant rapidement les quelques lignes résumant la trame du livre avant de relever les yeux sur la jeune femme, sourire en coin.

- Un punk norme qui lit des romans d'outres, ça fait un peu cliché non ? Il parait qu'avant qu'on révèle l'existence des non-humains, les gens comme moi étaient considérés comme des dingues de croire à toutes ces histoires et qu'on se foutaient de leur gueule.

Il sembla décider de garder le livre qu'il cala entre son bras et son flanc, puis d'un signe de tête désigna le reste de la boutique, comme pour laisser libre cours à la curiosité de Eden. La pauvre n'allait quand même pas resté collée à lui tout du long.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Eden Brewster
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Trick O'Clink
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
12/30  (12/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Lun 7 Nov - 20:48

Plus d’une fois avant d’y arriver… Eden avait formé un grand O avec sa bouche et enfoncé ses doigts dans les côtes de Cooper. Non mais quel vil brigand celui-là, il allait voir la prochaine fois, il se prendrait une pâtée digne de ce nom. Elle reprenait rapidement ses vieilles habitudes et comptait ne pas rester sur une défaite. Bon, dans le fond elle s’en fichait mais c’était la réaction du Norme qui titillait son esprit de compétition. Le O de sa bouche s’étira en un sourire et elle l’entraîna pour quitter les lieux. Le ciel s’assombrissait lentement et l’orage approchait plus vite qu’elle ne le pensait. Il ne fallait pas que la météo gâche le reste de leur après-midi et, pour ça, ils semblèrent presser simultanément le pas sans avoir besoin de se concerter.

Ils mirent à peine une dizaine de minutes à arriver à la librairie et à peine entrée, Eden adressa un immense sourire au libraire avant de l’écouter discuter avec Cooper, toujours pendue à son bras. Elle aimait l’odeur de bois et de papier qui régnait ici et regarda tout autour d’elle. Il y avait des livres partout. Elle n’avait pas acheté de bouqins depuis longtemps et ne lisait d’ailleurs pas aussi souvent qu’elle l’aurait voulu. Elle avait trop la bougeotte pour réussir à se poser et préférait généralement passer du temps dehors. Néanmoins, même en faisant les cent pas dans son appartement, elle aimait bien lire et vivre les aventures qui défilaient sous ses yeux.

Elle se laissa entraîner et observa le livre qu’il tenait entre ses mains, le laissant se faire une idée sans dire un mot.

”Pourquoi ça ferait cliché ? Chacun ses goûts !”

Son grand sourire montrait toute la tolérance dont elle pouvait faire preuve. Elle-même ne s’intéressait que très peu à ce genre de bouquin, le fait d’être une méta jouait un grand rôle dans ce fait. Elle n’avait pas particulièrement envie de lire des affabulations sur sa race ou les autres races d’Outres. Elle était plus attirée par les thrillers et les romans d’amour.

”Franchement, on s’en fout de ce que les autres pensent !”

Que ça soit maintenant ou avant, quelle importance que les intolérants ne comprennent pas. S’ils avaient envie d’être bornés et étroits d’esprit, libre à eux. Elle préférait être ouverte d’esprit et en apprendre un peu plus tous les jours sur tous les sujets même ceux qui ne l'intéressait pas spécialement.

Elle suivit le regard de Cooper et regarda le reste de la boutique avant de lui sourire largement et d’aller vagabonder entre les rayons. Chacun de ses pas la faisait sautiller et elle attrapa des livres au hasard pour les feuilleter. Si elle avait pu, elle aurait acheté tous les livres qui passaient entre ses mains. Mais Eden étant ce qu’elle était, elle n’avait que très peu d’argent sur elle. Il y avait des risques qu’elle n’était pas prête à prendre, comme perdre des économies en se transformant sans prévenir. D’un naturel prévoyant (parfois), elle ne prenait une quantité significative d’argent que quand elle prévoyait de faire des courses ou des achats en tout genre. Le reste du temps, elle prenait seulement quelques billets qu’elle pourrait facilement transporter autour de son cou d’écureuil.

Elle continua pourtant, arpentant les allées et ne pouvant s’empêcher de marcher en survolant les ouvrages. Elle faisait la même chose chez elle que ça soit pour lire, regarder la télé ou jouer. Elle faisait tout en marchant et en tournant en rond. Il était très rare de la voir rester sagement assise et Cooper pouvait s’estimer heureux qu’elle soit rester sur sa chaise au restaurant. Mais après tout, agitée ou pas, elle savait se tenir quand il le fallait, ça nécessitait juste qu’elle se dépense un peu après pour compenser.

Elle reposa un énième livre et revint vers Cooper.

”Elle est sympa cette boutique !” Elle passa ses deux bras autour du sien de façon naturelle. ”Tu viens souvent ?”
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4098-eden-brewster
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Lun 7 Nov - 21:08

On s'en fichait de ce que les autres pensaient, Cooper ne l'aurait pas mieux dit lui-même, d'autant plus qu'il suffisait de jeter un coup d’œil à son look pour s'en douter : on arborait pas un air de punk tatoué sans assumer complètement et personne jusqu'à présent n'avait pu le faire se sentir honteux de quoi que ce soit. Le fait que Eden ne déconsidère pas son goût pour les romans fantastiques mettant en scène de façon imaginaire des Outres le rassura cependant, car après tout il avait déjà connu des Wiccans ou même des Métamorphes qui n'appréciaient pas certaines descriptions données dans certains bouquins, il se souvenait même d'un prédateur qui avait piqué une crise en lisant certains détails farfelus d'un univers de jeux vidéos très connus. De quoi donner envie de garder ses lectures pour soi. D'un regard le Norme fit comprendre à la jeune femme qu'elle était libre d'aller faire un tour et, bien qu'il s'appliqua à lire quelques autres synopsis, il ne manqua pas de la suivre du coin de l’œil tandis qu'elle virevoltait entre les rayonnages, telle une grande enfant incapable de tenir en place et qui semblait trouver son bonheur un peu partout dans la boutique. Le libraire pour sa part observait ses deux clients de l'après-midi de son regard bienveillant, ayant cette aura de calme et de sérénité qui semblait laisser à penser qu'il en avait vu d'autres et que tout cela l'attendrissait plus qu'autre chose. Cooper pour sa part avait choisit deux romans, le premier qui lui fut conseillé ainsi qu'un autre plus ancien, mais tout aussi épais, souriant à Eden qui revenait s'accrocher à son bras. Cela devenait une habitude fort plaisante à son goût.

- J'essaie d'passer une fois par mois au moins, parfois plus pour discuter, mais parfois j'ai trop de boulot.

Il désigna les deux livres calés sous son bras et sourit en coin, complice.

- Tu ne prends rien du coup ? J'peux t'en offrir un si tu veux.

Se dirigeant vers le comptoir, il posa les ouvrages devant le libraire qui observa les titres des romans, hochant la tête d'un air appréciateur. Il scanna les produits, puis les glissa dans un sac en papier kraft à l'ancienne portant un tampon de la boutique. Ne restait plus qu'à voir si Eden voulait en voir davantage ou même entamer une discussion avec l'homme.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Eden Brewster
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Trick O'Clink
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
12/30  (12/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Lun 7 Nov - 21:32

Eden sembla réfléchir longuement. Accepter la proposition de Cooper lui donnerait l’impression de profiter de sa gentillesse. D’un autre côté, ça lui permettrait d’avoir toujours, chez elle, quelque chose qui lui ferait penser à Cooper. Autre cas de conscience, si jamais elle acceptait, quel bouquin choisir ? Elle regarda autour d’elle et se détacha de son sauveur pour regarder dans les directions où se trouvaient les livres qu’elle avait survolé. Il y avait celui sur un serial killer, celui sur des disparitions d’enfants ou encore deux ou trois romans d’amours qui lui pourraient lui faire bien envie.

Elle le suivit jusqu’à la caisse, toujours pensive et disparue brusquement entre les rayons pour en revenir avec le livre sur le serial killer. Elle le posa devant le libraire et lui adressa un grand sourire.

”J’adore votre boutique !” Elle huma profondément en fermant les yeux et sautilla sur place en les rouvrant. ”J’adore le mélange d’odeur du bois et des livres ! Les rayonnages en métal sont froids et désagréables.”

Elle laissa le libraire scanner son livre et Cooper payer le tout en s’agitant sur place, un peu gênée. Elle repassa finalement ses bras autour de celui de Cooper et se colla à lui en souriant un peu plus timidement que d’habitude.

”Merci beaucoup. C’est adorable. Je pourrais te le rembourser si tu veux ! C’est juste que je sors avec peu d’argent en général.”

Ou alors ils pourraient revenir ici et se serait elle qui lui paierait un livre. Il y avait aussi la possibilité qu’il refuse purement et simplement et elle savourerait son livre en pensant à lui. Finalement, elle avait bien fait de choisir un thriller, un roman d’amour l’aurait mise dans tous ses états si elle avait pensé à Cooper en même temps.

”Est-ce que vous prendrez autre chose ?”
”Ah bah non, je vais pas abuser !”

Elle avait sourit largement au libraire avant qu’il range son livre avec ceux de Cooper dans le sac en papier kraft.

”On dirait bien que l’orage va gronder plus tôt que prévu ! Vous devriez vous dépêcher d’aller vous mettre à l’abri !”

Eden se retourna et scruta le ciel à travers la vitrine. Oula oui, de lourds nuages noirs parsemaient le ciel et l’orage semblait pouvoir éclater à tout moment.

”Effectivement, la météo s’est trompée de quelques heures dans ses prédictions.”

Elle garda un bras autour de Cooper tandis qu’il payait et qu’elle récupérait le sachet. Ils n’allaient pas pouvoir étirer encore cette merveilleuse après-midi.

”Ca sonne la fin de notre après-midi. J’ai plus qu’à te ramener chez toi !”
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4098-eden-brewster
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Ven 11 Nov - 10:04

Cooper avait vu Eden hésiter et il n'avait pas pu s'empêcher de sourire avec un certain attendrissement : est-ce qu'elle n'était pas mignonne aussi, avec sa petite bouille d'ange, à réfléchir sur la question de savoir si oui ou non elle allait accepter son offre ? Et puis finalement, telle une fusée, elle avait foncé entre les étagères en bois odorant pour en ramener un livre de son choix qu'elle posa sur le comptoir, tout en complimentant le libraire sur sa boutique. L'homme sourit, à la fois flatté par le compliment et attendrit par ce qu'il pensait avoir en face de lui soit un futur couple, soit de très bons amis qui ne se lâcheraient jamais. Ah, c'était beau la jeunesse ! Il scanna le livre en hochant la tête d'un air de connivence et sourit grandement à la Métamorphe, un sourire qui le rajeunissait de plusieurs années et faisait briller son regard.

- Merci mademoiselle, c'est ainsi que j'ai voulu cet endroit : tout l'inverse de ce que l'on trouve de nos jours dans tous ces magasins. La seule chose de vraiment métallique ici, c'est ma vieille caisse enregistreuse.

Laquelle datait d'au moins une vingtaine d'années, mais n'empêchait pas de tenir des comptes ni de scanner les codes barres, preuve que la technologie se contentait fort bien de ce niveau-là et que certaines nouvelles améliorations faites depuis lors servaient surtout à contenter certains accros au modernisme qu'à véritablement changer le quotidien des gens. Le Norme pour sa part tourna la tête vers celle qui se collait à lui en souriant légèrement, haussant les épaules pour se donner un air faussement décontracté tandis qu'il songeait avoir bien eu raison de choisir cet endroit.

- T'en fait pas va, c'est un cadeau, t'as pas besoin de me le rembourser.

Il rit de bon cœur lorsque le tenancier demande s'ils prendraient autre chose, un rire presque léger tant le coursier se sentait bien, mais le sourire qui venait d'apparaitre disparu aussitôt lorsqu'on leur fit remarquer que l'orage n'allait pas tarder à éclater. L'expression de Cooper devint grave, presque inquiète en vérité, alors qu'il tournait vivement la tête vers la baie vitrée donnant sur l'extérieur où toute lumière semblait vouloir disparaitre, étouffée par les lourds nuages noirs au-dessus de la ville. Un frémissement de terreur le parcouru, presque imperceptiblement tant il était habitué à se contrôler en public et c'est à peine s'il sentait le bras de Eden autour du sien désormais.

- Oui, on y va, merci beaucoup et on reviendra, promis.

Ce fut dit d'une voix blanche, presque mécaniquement, tandis que les yeux sombres de l'humain ne se détachaient plus de l'obscurité envahissant tout. Le libraire était habitué, il avait par le passé déjà récupéré Cooper au fond de sa boutique, tremblant de trouille comme un gamin venait de faire le plus horrible des cauchemars, aussi se contenta-t-il de hocher la tête et lui tapoter l'épaule d'une main encourageante. Le Norme reporta brièvement son regard sur lui, acquiesça en silence, puis entraina Eden vers la porte en serrant fortement le sac de papier kraft de son bras libre. La pauvre se retrouva embarquée sans autre forme de procès et, sitôt dehors, le coursier partit d'un pas rapide en direction de son domicile, trainant presque la pauvre Métamorphe à sa suite. Oublié la promenade, oubliées les flâneries, il lui fallait à présent rentrer le plus vite possible avant que le pire n'arrive et sa peur, entêtante, l'entourait tel un parfum détestable envahissant tout autour d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Eden Brewster
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Trick O'Clink
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
12/30  (12/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Ven 11 Nov - 12:44

Le temps s’était gâté bien plus vite que prévu et Eden avait commencé par être seulement déçue du fait de devoir écourter cette superbe après-midi. Néanmoins, en se sentant extirpée du magasin à toute vitesse et sans que Cooper dise le moindre mot, sa déception se mua en crainte. Quelque chose clochait et elle devait presque courir pour se maintenir à la hauteur du Norme.

Elle n’osa tout d’abord rien dire, se contentant de garder son bras autour du sien et de maintenir l’allure pour ne pas se faire semer. Elle était perplexe devant ce brusque changement d’attitude et jetait des regards en coin à Cooper pour essayer de comprendre ce qui se passait. Il avait changé quand le libraire avait parlé du temps, est-ce que c’était à cause de ça qu’il semblait s’être refermé comme une huître ?

”Cooper, est-ce que ça va ?”

Réellement inquiète, son coeur battait plus vite que d’habitude et elle avait l’impression d’être parcourue par une espèce de raideur qui rendait compliqué le fait de devoir trottiner à ses côtés. Peut-être aussi qu’elle avait fait quelque chose de mal sans s’en rendre compte mais dans ce cas-là, il se serait sûrement contenté de lui filer son bouquin et de la planter sur place. Ou pas. Il ne semblait pas être ce genre d’homme, ni le genre à changer brusquement d’attitude; Quelque chose était en train de se passer et elle ne savait absolument pas quoi ce qui la rendait extrêmement nerveuse.

Les premières gouttes de pluie commencèrent à tomber et elle regarda le ciel sans lui porter grand intérêt. Sa joie de vivre naturelle avait disparue et se serra un peu plus contre Cooper avant de regarder le sol.

”Finalement t’as raison de te dépêcher, ça serait bête qu’on finisse trempé et que nos livres soient abîmés.”

Il fallait bien trouver un côté positif à ce brusque revirement de situation.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4098-eden-brewster
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Ven 11 Nov - 14:01

Il n'avait pas desserré les dents après avoir quitté la boutique, non pas qu'il sembla particulièrement hargneux ou en colère, mais son visage s'était fermé et il marchait d'un pas si rapide qu'il sentait bien que Eden peinait à le suivre. Le petit pas trottinant de la jeune femme le suivait de côté et quand lui-même sentit les premières gouttes de pluie, il tressaillit visiblement, seule réaction que même la première question n'avait pas su faire naitre. Cooper tourna la tête vers celle qui ne comprenait rien à ce qui se passait, baissa son regard vers les sachets en papier kraft, avant de le relever vers le ciel qui commençait à laisser échapper une pluie qui promettait de bientôt devenir diluvienne.

- Oui c'est... ce serait dommage.

La voix blanche, encore, il reporta malgré tout son attention sur la Métamorphe en se forçant à sourire, sans parvenir pourtant à effacer l'inquiétude qui se lisait dans ses yeux sombres. Sa main vint saisir celle à portée et il la serra, peut-être un peu trop fort, comme s'il ne voulait pas qu'elle lui échappe.

- Ça te dérange si on court ? On en a pour quelques minutes si on se dépêche et j'veux pas qu'l'orage nous surprenne.

Il tremblait malgré lui et son sourire crispé tenait davantage du rictus qu'autre chose, si bien que lorsque Eden lui donna son feu vert, il partit à toute vitesse, l'entrainant à sa suite avec toute l'énergie dont un sportif comme lui disposait, prenant garde malgré tout à ne pas la faire tomber faute de lui avoir laissé le temps de poser le pied au sol. Pas un mot ne fut prononcé, le grondement du tonnerre roulait dans le lointain et semblait se rapprocher, mais Cooper courait comme s'il avait le diable à ses trousses et son visage, concentré, exprimait encore cette crainte de voir quelque chose se passer. Il fallu moins de cinq minutes, pourtant ce fut un instant aussi long qu'éprouvant qui les laissa essoufflés dans la grande rue principale, le cœur battant à tout rompre, le sang pulsant aux temps et leurs souffles sonores résonnant à leurs oreilles. Debout devant la maison, le coursier cherchait ses clefs d'une main tremblante, presque agitée de spasmes.

- J'suis désolé, j'aurais voulu qu'on finisse cette après-midi autrement, mais j'voulais vraiment rentrer et éviter qu'on finissent détrempés. J'vais te filer un parapluie, tu me le rendras la prochaine fois qu'on se verra.

Sa main tremblait tellement qu'il peinait à introduire la clef dans la serrure de la porte de sa maison, une petite bicoque en bon état, idéale pour un homme seul ou un couple sans enfant, avec une allée moyennement entretenue et un petit jardin à l'arrière avec une table, quatre chaises en plastique et un parasol fermé sur une terrasse bétonnée. Le Norme semblait excessivement pressé, il venait de griffer le bois autour de la serrure et avait lâché un juron étouffé, avant de réussir à introduire la clef, poussant un "ahhh !" victorieux, avant que le premier éclair, accompagné de son coup de tonnerre, n'éclate dans le ciel au-dessus d'eux.

KA-BLAAAAM !

Une fois passé le bref aveuglement que pouvait procurer la vive lumière électrique, l'on pu voir un Cooper complètement recroquevillé contre la porte, à genoux face à celle-ci, la main tenant encore la clef dans sa serrure tandis que le reste de son corps était replié sur lui-même. Un tremblement violent le secouait de toutes parts et sa respiration, bruyante et terrifiée, ressemblait à celle de ces enfants cachés sous leur couette après avoir cru apercevoir un monstre à travers la porte de placard entrouverte.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Eden Brewster
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Trick O'Clink
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
12/30  (12/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Ven 11 Nov - 15:10

Il n’avait d’abord pas réagi, comme s’il ne l’avait pas entendu ou qu’elle n’était même pas présente à ses côtés. Elle lui avait parlé et il avait continué à marcher comme si rien ne s’était passé. Les choses avaient prit une tournure perturbantes et l’écureuil se demanda un moment, si elle ne devait pas le forcer à la regarder pour lui parler. La façon qu’il avait de l’ignorer la rendait nerveuse et la proximité de l’orage, qui rendait le fond de l’air plus électrique que d’habitude, n’arrangeait pas les choses. Le moindre bruit suspect la faisait sursauter et elle peinait à trier correctement ses idées. Tout s’embrouillait dans sa tête et elle n’arrivait même plus à trouver les mots qui pourraient leur permettre de communiquer.

Les premières gouttes de pluie firent réagir Cooper qui tourna enfin la tête vers elle. Sans être soulagée, elle parvint à esquisser un sourire, heureuse de cette impression qu’elle avait de ne pas être la source de ce malaise. Il parlait d’une voix étrangement plate et vide, pour lui qui s’était montré si joyeux durant les dernières heures, c’était tellement étrange qu’elle en frissonna, une chair de poule bien visible recouvrant brusquement ses bras. Elle serra ses doigts autour des siens, incapable de comprendre ce qui le perturbait autant. Elle voyait bien l’inquiétude dans ses yeux, elle voyait les efforts qu’il faisait pour la raussrer et elle se sentait d’autant plus impuissante qu’elle ne comprenait strictement rien à ce qui se passait. Ca n’était quand même pas la pluie qui lui posait problème ?

Le fil de ses pensées fut interrompu par la question de Cooper. Courir ? Ensemble ? Elle commença par pencher la tête sur le côté en se demandant s’il se rendait compte de ce qu’il lui demandait. Non pas qu’elle n’était pas capable de courir vite, au contraire, mais il apparaissait évident que c’était également son cas, or la différence de taille entre eux était suffisante pour qu’elle se montre hésitante avant de répondre. Elle entrouvrit la bouche, incertaine, mais en le sentant trembler, un sourire forcé étirant ses lèvres, elle se contenta de hocher la tête. Courir, mais quelle bonne idée voyons ! Et puis, avec un peu de chance, même si elle se retrouvait déséquilibrée, elle arriverait à ne pas s’éclater la tête par-terre.

Parvenir à suivre son rythme en restant accrochée à lui avait tenu du miracle et elle était certaine qu’il avait fait en sorte de ne pas la faire tomber malgré son empressement. La course effrénée avait semblé durer une éternité durant laquelle Eden avait eu la sensation de ne plus contrôler son corps. Elle avait couru à perdre haleine sans jamais perdre la cadence pour ne pas ralentir Cooper. Ses cheveux battait contre ses tempes et étaient plusieurs fois venus lui boucher la vue mais qu’importe, elle les avait repoussé de sa main libre sans cesser une seule fois de courir à ses côtés.

L’arrêt fut brutal et elle se courba un instant, les mains appuyés sur ses cuisses, le temps de reprendre son souffle. Elle ne comprenait toujours pas ce qui passait mais la sensation d’urgence qui s’était brusquement emparée d’elle l’avait rapidement poussée à se redresser pour trépigner sur place sans sans savoir quoi faire, quoi dire, ni où aller. Les battements de son coeur ne parvenaient pas s’apaiser et ses tempes palpitaient douloureusement.

L’écureuil recula d’un pas pour observer la maison devant laquelle le Norme les avait conduit et elle le regarda récupérer ses clés sans savoir quoi faire pour l’aider à se calmer. Si encore elle savait ce qui le mettait dans cet état, mais à part la météo, elle ne voyait rien qui pourrait perturber quelqu’un à ce point. Or un coursier à vélo qui aurait un problème avec la pluie, ça paraissait un peu étrange de son point de vue. Et puis… Il mettait un peu trop tout ça sur le compte de cette fameuse pluie pour que ça lui paraisse crédible. Sans compter que son excuse ne tenait pas vraiment la route. Quand on passait un bon moment, qu’importe la pluie, au contraire, pouvoir jouer à Chantons sous la pluie avait quelque chose de sympathique.

Elle n’avait pourtant rien répondu, l’observant attentivement tandis qu’il peinait à viser le trou de la serrure et éraflait le bois de la porte. Puis la clé trouva enfin le bon chemin et il lâcha un son victorieux avant que le premier coup de tonnerre retentisse au-dessus d’eux. Instinctivement, Eden tourna la tête vers le ciel à temps pour apercevoir la fin de l’éclair et quand elle reporta son attention sur Cooper son sang ne fit qu’un tour dans ses veines. Il était prostré sur son perron, la main toujours sur la clé.

”Oh…”

A l’instar de l’éclair aveuglant, la lumière s’était faite dans son esprit et elle s’était rapidement approchée de Cooper pour s’accroupir près de lui et poser ses mains sur ses épaules.

”Tu aurais dû me dire que tu avais peru de l’orage, j’aurais été plus attentive à l’approche de l’orage…”

Pas de critique dans sa voix, juste de la compassion. Elle avait un besoin pressant de l’arracher à la rue et à l’orage qui menaçait de s’intensifier. Elle se redressa rapidement, prenant délicatement sa main dans la sienne pour l’inciter à lâcher la clé tandis qu’elle la faisait pivoter dans la serrure de sa main libre. Elle ouvrit la porte à la volée et aida Cooper à se relever pour l’obliger à rentrer et à se mettre en sécurité. D’un coup de pied bien placé, elle fit claquer la porte dans leur dos et ne le lâcha que quand elle l’eut laissé près du canapé.

Faire le tour de la pièce pour fermer tout ce qui pouvait l’être et les isoler de l’extérieur lui prit plus de temps qu’elle ne l’aurait cru mais, finalement, elle retourna vers le Norme et passa ses bras autour de lui.

”Ca va aller d’accord ? C’est un mauvais moment à passer.” Elle lui caressa doucement le dos, se voulant le plus rassurante possible tandis que les battements de son coeur reprenaient lentement un rythme normal. ”Je suis là Cooper, je te laisse pas.”

Savoir ce qui se passait, ce qui avait provoqué tout ça, même si ça n’avait rien d’amusant, la rassurait et lui permettait enfin de savoir ce qu’elle devait faire.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4098-eden-brewster
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Ven 11 Nov - 15:28

L'orage éclate, l'orage est là et Cooper, recroquevillé contre la porte de sa maison, tremblait si fort que son épaule cognait contre le bois là où l'os saillait le plus. Sa main était restée accrochée à la clef coincée dans la serrure, son bras tendu et le reste de son corps formant une boule de trouille qui s'agitait et respirait difficile à l'autre bout. Pitoyable. Le Norme entendait encore résonner le bruit du tonnerre et les roulements que faisait l'orage, préparant sa prochaine attaque au-dessus de leurs têtes, le terrifiaient d'autant plus. La main de Eden le fit sursauter et lâcher un bref son étranglé, instinctivement il refusa d'abord de laisser libre accès à la clef, son salut, le seul petit objet qui lui permettait de se mettre à l'abri dans ces moments-là, mais finalement il compris ce qu'elle cherchait à faire et il lâcha prise, s'engouffrant à l'intérieur presque à quatre pattes quand la porte s'ouvrit. Si la jeune femme le laissa près du canapé pour aller tout fermer, ce ne fut pas sur celui-ci qu'elle le retrouva, mais tapis au sol contre la partie la plus large, recroquevillé avec les bras autour de ses jambes, le visage enfoui contre ses genoux. Le contact de la Métamorphe le fit de nouveau sursauter, avant qu'il n'entende sa voix et acquiesce mécaniquement sans cesser de trembler des pieds à la tête. Une certaine personne de sa connaissance aurait alors vu très nettement sa ressemblance avec un lapin effrayé tant la comparaison étant facile à faire en cet instant.

”Je suis là Cooper, je te laisse pas.”

- G-Go... Tu peux y aller si tu veux, ça va l'faire.

Un bruit de déglutition étranglé, difficile, un gémissement ravalé et les bras qui se resserrent un peu plus autour des genoux, comme si l'humain avait voulu se fondre dans son propre corps. Elle n'allait quand même pas rester là à le regarder crever de trouille, non ? Ce n'était pas un spectacle qu'il aimait donner, c'était tellement éloigné de tout ce qu'il était, de tout ce qu'il incarnait aussi, ça le rendait malade rien que de penser à l'image de héros qu'elle avait eu de lui qui devait en prendre un sacré coup.

- C'juste un mauvais moment à passer, on s'revoit la semaine prochaine.

Oui, voilà, lui dire que ça n'était rien et qu'elle pouvait partir, c'était encore le mieux. Le parapluie était en vue, près de la porte d'entrée que l'on pouvait claquer sans avoir besoin de fermer depuis l'extérieur, rien qui ne posa problème en somme. Cooper pour sa part savait déjà très bien ce qu'il comptait faire et attendait juste que Eden s'en aille pour foncer se planquer dans un coin pour attendre la fin de l'orage. Seule la présence de la jeune femme l'empêchait de ramper vers son abri habituel, il y avait des limites à l'humiliation.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Eden Brewster
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Trick O'Clink
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
12/30  (12/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Ven 11 Nov - 15:50

Non ça n’allait pas le faire, pas de son point de vue à elle en tout cas. Elle l’avait retrouvé recroquevillé contre le bas de son canapé, les bras autour des jambes et la tête dans les genoux. Quand on avait à ce point peur de l’orage, ça ne pouvait pas aller, rien ne pouvait aller et elle resta contre lui, les bras autour de ses épaules et le nez contre sa nuque. Qu’il parle tant qu’il le voulait, si elle avait décidé de ne pas bouger, la faire changer d’avis serait des plus compliqué et à moins de la chasser violemment, au risque de lui faire peur, il y avait peu de chance de la voir coopérer gentiment. Encore, avec de bons arguments, pourquoi pas, mais évoquer un mauvais moment à passer, ça ne la satisfaisait pas du tout. S’il avait au moins aussi peur de l’orage qu’elle des chats et sachant que l’orage était parti pour durer, ça ne pouvait pas être qu’un mauvais moment à passer.

Un nouveau coup de tonnerre résonna et, par réflexe, elle posa ses mains sur les oreilles de Cooper. Peut-être que s’il entendait moins les grondements, il aurait un peu moins peur.

”Non.” Doux mais catégorique à la fois. ”Déjà parce que c’est demain qu’on est censé se revoir.” Séance de jeux vidéo, mais la peur lui avait peut-être fait oublier ce détail. ”Et puis je peux pas partir et te laisser comme ça. Je peux pas faire cesser l’orage, mais je peux au moins être là pour te rassurer…”

Collé contre lui et aussi calme et rassurante que possible, elle prit le temps de la réflexion. Elle non plus, à part quand elle voulait qu’on la sauve, n’aimait pas quelqu’un essaye de lui forcer la main pour la faire réconforter. Il y avait des choses qu’on préférait vivre en restant seul et elle ne voulait pas que Cooper la trouve trop envahissante.

Elle se redressa, gardant tout de même une main sur son épaule, l’autre sur son bras.

”Tu préfères vraiment que je te laisse tout seul ?”

Il était clair qu’elle n’avait vraiment pas envie de le laisser comme ça et qu’elle paniquait d’avance à l’idée de partir et de ne pas savoir comment il allait. Mais si c’était son choix, elle ne pouvait pas le forcer, ce n’était pas dans sa nature d’obliger les gens à faire ce qu’ils ne voulaient pas, surtout dans des moments ou l’instinct prenait le pas sur tout le reste.

”J’aime pas l’idée d’abandonner mon sauveur, mais si c’est vraiment ce que tu veux…”

Elle n’attendait plus que le verdict sans être réellement pressée qu’il tombe et l’orage en profita pour se rappeler une nouvelle fois à leur bon souvenir. Ca allait vraiment être une soirée de merde...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4098-eden-brewster
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Ven 11 Nov - 16:05

Elle ne voulait pas partir apparemment, elle continuait de le serrer de ses petits bras menus, continuait de lui faire partager sa présence, sa chaleur à ses côtés et, quand le tonnerre gronda de nouveau, ce furent ces deux minuscules mains qui vinrent se plaquer sur ses oreilles dans l'espoir d'atténuer le son qui brisèrent une partie de sa volonté. Eden lui rappelait que c'était demain qu'ils étaient censés se revoir, et non pas dans une semaine, ce qui le fit jurer intérieurement de sa méprise : la peur lui faisait penser que demain ce ne serait pas finit, que demain et pendant des jours l'orage allait perdurer, le terroriser, lui faire oublier jusqu'à manger même. Une fois il y avait eu une tempête telle, que durant trois jours et trois nuits il n'avait rien pu avaler à part de l'eau et n'eut été la visite d'un ami, qui sait dans quel état il aurait terminé. Tout homme a des faiblesses, mais le Norme pouvait assurer sans hésiter que celle-ci était la plus grande et pourtant...

”Tu préfères vraiment que je te laisse tout seul ?”

La peur revint à la charge, accompagnée d'une terreur nouvelle, celle de rester seul. Non pas qu'il n'en ai pas l'habitude, cela faisait des années qu'il gérait seul cette phobie et il y avait belle lurette qu'il avait quitté le nid familial alors... Pourtant cette fois quelqu'un était là, quelqu'un l'avait surpris pendant qu'il mourait de trouille et non pas une fois que tout était terminé. Sans aller jusqu'à comparer la Métamorphe à une attention maternelle, le fait est que sa mère avait été la seule présence féminine à assister jusqu'à présent à ce phénomène et que Eden était en train de casser tout ce qu'il avait toujours connu. Ne disait-on pas que la première femme capable de remplacer votre génitrice était forcément celle de votre vie ?

”J’aime pas l’idée d’abandonner mon sauveur, mais si c’est vraiment ce que tu veux…”

La panique s'empara soudain de lui, Cooper sentit sa gorge se nouer, ses yeux brûler sous l'afflux d'une vive émotion supplémentaire alors qu'il relevait la tête, lançant un regard désespéré à celle à qui il avait demandé de partir un peu avant. Non, elle n'allait quand même pas le laisser là tout seul ?! Et si l'orage entrait ?! Et s'il venait pour détruire sa maison et l'emporter ?! Autant de pensées irraisonnées qui tourbillonnaient dans son esprit alors qu'il entrouvrait la bouche pour parler, juste avant que le nouveau coup de tonnerre n'explose au-dessus de leurs têtes. Le Norme se jeta sur elle, ou plutôt sur ses jambes qui étaient à portée, la faisant malgré lui tomber à la renverse sans que cela ne l'arrête. Il remonta contre elle, s'accrochant comme la Métamorphe l'avait fait dans le parc au moment de leur rencontre et ne s'arrêtant contre son buste que pour enfouir son visage contre son épaule et trembler de plus belle, le corps secoué de sanglots étouffés, difficilement contenus. Ah, il avait fière allure le punk, assurément.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Eden Brewster
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Trick O'Clink
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
12/30  (12/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Ven 11 Nov - 16:49

S’il y avait bien une chose dont Eden avait horreur, c’était de voir les gens souffrir. Elle aimait les sourires, les moments heureux et les éclats de rires, elle aurait voulu que tous les gens qui évoluaient autour d’elle, qu’elle les connaisse ou pas, soient heureux en permanence. C’était impossible évidemment et elle le savait, ce qui ne l’empêchait pas, à chaque fois, d’être malheureuse comme les pierres quand elle se sentait impuissante.

Elle ne pouvait rien faire pour empêcher Cooper d’être terrifié par l’orage. Une peur moins violente aurait peut-être pu être contenue, ou détournée. Mais à le voir prostré, tremblant et muet, il apparaissait clairement que tenter de détourner son attention ne serait qu’un échec cuisant. Sa présence était la seule chose qu’elle pouvait réellement lui apporter sauf qu’il ne semblait pas en vouloir. Il lui avait proposé de partir, assurant que ce n’était qu’un mauvais moment à passer et elle avait dû se faire violence pour ne pas camper sur ses positions en refusant purement simplement de le laisser. Elle comprenait qu’on puisse avoir besoin de solitude. A vrai dire, elle pouvait tout comprendre si on se donnait la peine de lui expliquer les choses. Cette fois, Cooper n’avait pas besoin d’expliquer quoi que se soit, il avait juste besoin de lui dire ce qu’il voulait. Qu’elle reste, qu’elle parte, qu’elle arrête de le toucher, qu’elle oublie ce qu’elle avait vu…

Il avait relevé le visage vers elle et ce qu’elle y avait vu l’avait brusquement fait paniquer. Ses yeux s’étaient arrondis et elle avait commencé à s’agiter sur place en enfonçant légèrement ses doigts dans sa peau.

”Me regarde pas comme ça, je ferais tout ce que tu veux d’accord ?”

Partir, rester, danser la gigue, faire un strip-tease même, qu’importe ce dont il avait besoin tant qu’elle n’avait plus à le voir si désemparer. Elle avait vraiment cru qu’il voulait la voir partir, alors pourquoi la regarder comme ça quand elle avait été à deux doigts d’accéder à sa requête ? Il avait changé d’avis ? La panique était si puissante dans les yeux de Cooper qu’elle avait failli aller hurler au ciel de fermer sa grande gueule et de le laisser tranquille. Sauf que quand bien même elle aurait vraiment voulu le faire, elle n’en aurait pas eu le temps puisqu’il se jeta littéralement sur elle, la faisant chuter en arrière.

Prise par surprise, elle fut incapable de se rattraper à quoi que ce soit et l’arrière de son crâne heurta le sol dans un bruit mat. Rien de bien grave mais suffisant pour l’abrutir pendant quelques secondes. Elle porta une main à la bosse qui se formait et pesta intérieurement. Ah non. Non non et non ! C’était pas le moment de se plaindre d’une migraine ! L’important c’était Cooper qu’elle sentait remonter le long de son corps se lover contre elle, la tête dans le creux de son épaule, tout tremblant. On aurait dit un enfant apeuré et elle referma ses bras autour de lui, caressant doucement ses cheveux et sa nuque.

”Un simple reste aurait suffit tu sais.” Elle se tourna légèrement vers lui pour pouvoir le serrer plus fort contre elle et déposa un doux baiser sur son front avant d’y coller sa joue.”Je suis là. Tout va bien se passer, je te le promet.”

Les mots n’étaient que des mots mais ils étaient sa seule arme pour lutter contre la violence des éléments qui terrifiaient Cooper. Ca et ses bras autour de lui qui se voulaient aussi rassurant que possible. Ca et sa jambe qui se glissa autour des siennes parce qu’elle aurait voulu pouvoir l’envelopper tout entier pour le protéger du reste du monde.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4098-eden-brewster
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Ven 11 Nov - 17:27

C'était à peu près l'idée que Cooper s'était faite lorsqu'il avait sauté sur Eden pour se serrer contre elle, ses bras passés autour de la taille de la jeune femme : se cacher. Il avait instinctivement cherché à s'abriter de l'orage, à oublier sa terrifiante présence qui grondait et tonnait au-dessus de leurs têtes, là dans le ciel couleur nuit au-delà du toit de la maison. Peut-être qu'en se serrant assez fort contre la Métamorphe, le Norme pourrait essayer d'oublier les éléments qui se déchainaient ? En tout cas c'est ce qu'il essaya de faire, tremblant de tout son long malgré l'étreinte qui se voulait rassurante autour de lui, malgré cette petite jambe qui s'enroula aux siennes comme pour l'absorber, un peu comme lorsqu'il se recroquevillait sur lui-même pour échapper au monde extérieur. Ainsi l'homme se lova-t-il contre la femme, ainsi chercha-t-il à repérer le battement de son cœur dans sa poitrine contre laquelle il se tenait, écoutant la respiration de celle qui cherchait à le protéger, essayant de se calquer dessus pour apaiser son propre souffle agité. De longues minutes s'écoulèrent ainsi, entrecoupées de plaintes étouffées chaque fois que le tonnerre éclatait de nouveau, les minutes devinrent dizaines, mais progressivement les choses semblèrent partiellement s'apaiser. Les tremblements perdirent en intensité, la crispation des muscles disparue peu à peu et la respiration de Cooper sembla finalement retrouver un rythme normal. Tel n'importe qui après une crise, ses yeux se fermèrent à demi alors qu'il se ramollissait contre Eden et que sa prise diminuait. Chaque bruit d'orage s'éloignant au-dehors le faisait se crisper de nouveau, mais à mesure que le temps passait et que l'on approchait d'une heure de toute cette histoire, la sensation perdurait moins longtemps au même titre que la tempête passait. Ce devait être un soulagement pour celle qui avait pu sentir la poigne des mains de son héros desserrer leur prise par trop douloureuse, à cause de la force qu'il possédait, après tout ce temps resté collé à elle. Ce fut après une bonne heure et demi, alors qu'on entendait guère plus grand-chose à l'horizon, que le Norme se décida à parler.

- ... Tu veux bien rester ?

Sa voix était rauque et sa gorge sèche le brûlait atrocement, l'obligeant à se racler la gorge avant de continuer. Conscient que la façon dont il venait de formuler la question pouvait prêter à confusion, au même titre que ses yeux rouges et gonflés pouvaient faire croire au choix qu'il avait soit pleuré, soit fumé quelque produit illicite plus que de raison, il compléta sa question par souci d'il ne savait quelle façon bienpensante.

- J'veux dire, pour cette nuit.

Et puis le lendemain aussi, puisque après tout ils avaient déjà prévus de jouer aux jeux vidéos une fois le matin arrivé, mais là n'était pas la question. Redressant la tête, Cooper prit soudain conscience qu'il devait écraser Eden depuis trop longtemps déjà et, bien qu'il amorça un geste pour se relever, il stoppa en sentant s'éloigner sa chaleur et la fixa avec incertitude, l'esprit encore embrumé et embrouillé par l'orage qui était passé.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Eden Brewster
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Trick O'Clink
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
12/30  (12/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Ven 11 Nov - 18:16

Ils étaient bien calés, lovés l’un contre l’autre. Cooper avait ses bras fermement refermés autour de sa taille, s’en était presque douloureux mais elle ne disait rien, elle-même ne pouvant s’empêcher de resserrer sa propre étreinte à chaque nouveau coup de tonnerre. Le temps commença à s’écouler, lentement, rythmé par le bruit de l’orage qui perdurait. Elle entendait la respiration rapide de Cooper, ressentait les battements affolés de son coeur et la contraction de ses muscles autour d’elle. L’apaisement n’arriverait pas avant que le temps ne commence à changer mais ils avaient tout le temps qu’ils voulaient, ce qui comptait c’était que Cooper se sente le mieux possible. Elle lui murmurait des paroles réconfortantes à chaque fois qu’un nouvel éclair amenait un nouveau grondement et, régulièrement, ajustait sa position pour essayer de le serrer un peu plus contre elle.

Les minutes devinrent une heure et elle le sentit qui commençait à se détendre légèrement au fur et à mesure que l’orage s’éloignait. Son étreinte se resserra, son souffle ralenti et les battements de son coeur se firent moins frénétiques. Elle le sentait plus lourd contre elle et moins crispé ce qui lui permis d’esquisser un discret sourire. Au même titre que l’orage, la crise passait, lentement mais sûrement. Bientôt, ils pourraient penser à autre chose, peut-être faire le point s’il voulait en parler ou aborder un tout autre sujet. Peut-être qu’il la mettrait gentiment dehors comme un mâle qui peinerait à accepter qu’une femme l’ait vu dans un tel moment de faiblesse. Son passé lui avait apprit que les faiblesses faisaient parties intégrantes des gens. Elle avait une peur panique des chats, son frère ne supportait pas les piqûres, quant à son père, il avait la phobie des fonds marins et avait fait une crise monumentale la première fois qu’ils avaient tous mis les pieds au bord de la mer. Il n’avait pas paru faible, peureux, ni n’avait perdu de sa splendeur aux yeux de sa fille, il lui était juste apparu sous un nouveau jour, plus humain.

Alors si Cooper voulait la chasser parce qu’elle l’avait vu dans cet état, elle accepterait, mais pas sans lui avoir d’abord fait part de ce qu’elle en pensait. Mais le moment n’était pas encore venu d’y penser. L’orage s’éloignait mais ils pouvaient encore entendre des grondements sourds au loin. Ils affectaient moins son sauveur qui demeura silencieux et immobiles encore un moment après que l’orage se soit tû. Elle ne chercha pas à bouger et attendit, patiemment, qu’il parvienne à reprendre le contrôle. Sa main caressait tendrement ses cheveux et elle s’était même offert le luxe de fermer les yeux quand il avait finalement prit la parole.

Les paupières d’Eden s’étaient relevées sur un regard d’abord surprit, puis attendrit. Après un moment pareil, la confusion n’avait pas sa place dans son esprit. Elle était juste surprise qu’il lui demande ça, surprise que son ego de mâle ne l’ait pas poussé à lui demander tout l’inverse. Une part d’elle était vraiment convaincue qu’il la mettrait dehors avec le plus de tact possible et cette part fut bien contente de s’être trompée. Il précisa sa question et un sourire sincère étira les lèvres de l’écureuil qui observa la chair de poule qui avait brusquement envahi sa peau au moment ou Cooper avait commencé à se redresser.

Le voir s’éloigner après l’avoir eu si longtemps contre elle eu deux effets contradictoires. Elle ressenti une espèce de soulagement au niveau de son flanc, mais ce soir soudain la poussa à resserer ses bras autour de lui pour qu’il revienne contre elle. Qu’importe qu’une légère douleur la tiraille un peu, elle préférait de loin restée lovée contre lui.

”Evidemment que je veux.” Elle l’embrassa sur la tempe avant de le regarder. ”Comment tu te sens ?”

C’était quand même le sujet le plus important du moment. Plus important que son flanc, sa bosse ou l'ambiguïté de sa question.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4098-eden-brewster
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Ven 11 Nov - 18:35

Bon, c'est vrai qu'avoir précisé qu'il voulait qu'elle reste pour la nuit pouvait laisser croire qu'il tentait sa chance, mais il fallait reconnaitre qu'après avoir été dans un tel état, Cooper ne se sentait pas vraiment l'âme d'un séducteur, loin s'en fallait. Enfin loin, c'était sans compter sur Eden qui choisit de ne pas le laisser s'écarter et qui l'attira contre elle avec douceur, le gardant ainsi entre ses bras avec une douceur surprenante, y compris pour le captif. Avait-il loupé un passage durant sa crise ? Le baiser sur sa tempe acheva de l'éveiller davantage et il hocha légèrement la tête à la question qui suivit. Bon, fallait quand même reconnaitre que la jeune femme était confortable, mais est-ce qu'elle n'avait pas mal depuis tout ce temps ?

- Ouais, ça va mieux maintenant, hum...

Oh allez, le Norme savait que si cela s'était passé ainsi quelques heures plus tôt, il n'aurait pas fait tant de chichis et aurait profité de l'occasion pour tenter sa chance, alors pourquoi hésiter ? Il la fixa en face, sourcils froncés sous un air songeur, puis sourit légèrement en coin alors que revenait soudain à la charge sa personnalité habituelle qui le caractérisait tant.

- Tu sais que j'pourrais en profiter là ?

D'ailleurs pour appuyer ses dires, il fit remonter l'une de ses mains le long du flanc de la Métamorphe, un sourire amusé et provoquant au coin des lèvres, se voulant joueur, presque taquin. Un coup à se prendre une claque assurément, mais avoir un aussi beau brin de fille qui le tient collé contre elle, c'est quand même tendre le bâton pour se faire battre, fallait le reconnaitre. Pour autant le coursier stoppa son mouvement et fixa la serveuse avec un regard brillant, une touche de sérieux au fond de ses prunelles sombres.

- Je te remercie de... de pas m'avoir laissé comme ça. D'habitude j'me démerde tout seul, mais je dois dire que c'est mieux quand y'a quelqu'un pour... enfin tu vois quoi.

Le rassurer, le serrer étroitement, caresser ses cheveux ? Il y avait tellement de choses qui pourraient passer pour dérangeantes si jamais certaines personnes l'apprenaient que Cooper était bien content que ça ait été Eden avec lui durant l'orage plutôt que n'importe qui d'autre, encore qu'il était à peu près sûr que certains de ses amis auraient pu comprendre. Mais moins les gens étaient au courant, mieux il se porterait dans sa fierté d'homme, fierté qui étrangement se tenait plus ou moins en berne pour l'instant en compagnie de la jeune femme, comme s'il savait instinctivement qu'il pouvait lui montrer ce genre de faiblesse.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Eden Brewster
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Trick O'Clink
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
12/30  (12/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Ven 11 Nov - 19:06

Si la crise ne lui avait pas fait perdre en réactivité, loin s’en fallait même, il était redevenu plus attentif à ce qui n’était ni brillant, ni bruyant et il avait répondu à sa question après avoir hoché la tête. Ca faisait plaisir de le voir comme ça et un sourire illumina son visage d’un seul coup. Dans le même temps, elle commença à s’agiter doucement, de façon presque imperceptible. Même pour la bonne cause, plus d’une heure sans bouger hors période de sommeil, pour quelqu’un comme elle, c’était un exploit et elle avait une brusque envie de sautiller un peu partout en riant. La joie de voir Cooper redevenir lentement lui-même n’était d’ailleurs pas étrangère à tout ça.

Le retour à la normale fut d’ailleurs bien plus flagrant quand il reprit la parole. Sa tête bascula sur le côté et son sourire joyeux se mua en un sourire mutin.

”Tu pourrais en effet…”

Mais est-ce qu’il oserait, c’était une autre question. Sa main remonta le long de son flanc et… Titilla les fourmis qui la taquinaient depuis qu’ils avaient esquissé un changement de position. Elle ne put s’empêcher de se trémousser comme un asticot et de rire aux éclats.

”Pardon, j’ai des fourmis tant tout le corps, ça me rend encore plus chatouilleuse que d’habitude.”

Elle arrêta de s’agiter quand la main de Cooper se stoppa. Ses bras quittèrent le cou de son sauveur et vinrent se croiser derrière sa tête pour la surélevée, lui tirant au passage une légère grimace. Sa bosse était plus grosse et douloureuse qu’elle ne l’aurait cru. Mais qu’importe, elle en avait vu d’autre, restait à espérer qu’elle pourrait se relever sans problème quand le moment serait venu.

Une touche de sérieux avait finalement fait son appartion et Cooper l’avait remercié de ne pas l’avoir laissé. Elle s’était tout d’abord contenté de hocher la tête en signe d’approbation mais plus elle le regardait et plus elle avait envie de le serrer contre elle. Ses bras avaient alors quitté l’arrière de sa tête pour qu’elle puisse prendre appui sur le sol et se redresser en position assise. La pièce avait quelque peu vrillée autour d’elle mais elle avait fermé les yeux et attrapé Cooper pour le prendre à nouveau dans ses bras - qu’il se méfie d’ailleurs, les habitudes, bonnes ou mauvaises, s’intallaient vite chez elle. Elle avait posé son nez dans son cou, le temps pour la pièce de se stabiliser et avait relevé la bouche vers son oreille.

”Y’a pas de problèmes. C’est quand tu veux, si t’as besoin, je suis là, ok ?”

Puis elle l’avait relâché et son sourire mutin était revenu. D’un doigt, elle appuyait sur son torse tandis qu’elle se penchait quelque peu en avant - pas trop néanmoins vu que la pièce n’avait jamais vraiment céssée de tourner autour d’elle.

”Au fait, je sais me défendre contre ceux dont je ne voudrais pas… Qu’ils en profite. Je mords très fort…” Elle lui avait fait un clin d’oeil avant de se redresser et de hausser les épaules, au revoir ambiguïté, bonjour réalisme. ”Enfin je cours surtout très vite et je peux me faufiler dans des endroits inattendus.”

Elle avait rapproché son index de son pouce, preuve qu’elle parlait d’elle sous sa forme animale plutôt que sous forme humaine. Et sa main avait rejoint le sol pour se stabiliser parce que sa tête qui tournait, même si c’était relativement léger, avait tendance à la faire tanguer. Or après ce qui venait de se passer, elle n’avait pas envie que Cooper se rende compte qu’il l’avait légèrement amochée et pire encore, elle n’avait pas envie qu’il croit qu’elle lui en tenait rigueur.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4098-eden-brewster
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Ven 11 Nov - 23:14

Plus chatouilleuse que d'habitude fut l'information que retint immédiatement Cooper en entendant Eden se plaindre gentiment du geste qu'il venait d'avoir et de la petite agitation que cela avait fait naitre chez elle. La grimace qu'elle fit cependant n'échappa pas à celui qui la surplombait encore, mais il se contenta d'abord de plisser les paupières sans rien dire, avant de la voir se redresser pour venir lui attraper de nouveau le cou, se collant à lui pour enfouir son visage dans le creux de celui-ci. Est-ce qu'elle n'était pas merveilleuse, franchement ? Un vrai p'tit ange qui venait de dévoiler quelques sourires mutins fort appréciés et qui à présent le mettait en garde sur les morsures qu'elle pourrait lui infliger si d'aventure il lui prenait l'envie d'essayer de lui forcer la main. Un sourire amusé et joueur revint à la charge sur les traits du Norme, lequel perçu néanmoins un tangage évident chez la Métamorphe qui continuait malgré tout comme si de rien n'était, se rattrapant malgré tout d'une main fermement plaquée au sol qui acheva de l'inquiéter pour de bon.

- Je te crois, mais hey... ça va pas ?

Demanda-t-il gentiment, se mettant à genoux avant de prendre le visage de Eden en coupe dans ses mains, la forçant à le regarder en face et fronçant les sourcils tandis qu'il scrutait ses yeux, trouvant rapidement ce qu'il cherchait : un signe de vertige. Il en avait trop souvent observés, que ce soit à cause de l'alcool ou d'un mauvais coup reçu précédemment, pour ne pas reconnaitre ce genre de flou au fond des yeux et il se rappela soudain la façon dont il avait plaqué la jeune femme au sol plus tôt dans la soirée et le bruit qu'avait fait sa tête en heurtant le parquet. Et merde, si ça se trouve c'était ça, à moins qu'elle ne soit tombée malade d'une façon ou d'une autre, mais ses joues n'étaient pas brûlantes de fièvre.

- Viens, on va aller s'boire un bon verre d'eau fraiche et s'assoir dans le canapé plutôt que de rester par terre.

Il se leva le premier puis, voulant vérifier sa théorie, tira par les bras la jeune femme qu'il fit se relever presque dans un bond, se préparant à la rattraper si besoin était.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Eden Brewster
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Trick O'Clink
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
12/30  (12/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Ven 11 Nov - 23:51

Il s’inquiétait pour elle. Et merde, elle n’arrivait visiblement pas à masquer totalement les signes de vertiges. Normal, elle ne pouvait pas tout faire en même temps. Déjà elle parvenait à ne pas remuer, ni masser sa tête pour soulager la douleur à l’arrière de son crâne, mais les vertiges, elle ne pouvait pas faire grand chose pour lutter contre eux. Il fallait pourtant qu’elle prenne sur elle et qu’elle parvienne à donner le change. Si elle voulait pouvoir lui cacher ça, elle ne pouvait pas se permettre de tanguer comme une barque en pleine tempête.

Tout ça nécessitait un peu de concentration mais Cooper semblait décider à ce qu’elle soit incapable de penser à autre chose que lui. Agenouillé devant elle, il avait prit son visage entre ses mains et elle n’avait pas pu s’empêcher d’ouvrir de grands yeux surpris en se mordillant la lèvre inférieure. Elle la regarda bien en face mais elle n’eut pas le temps de rougir qu’il la lâchait pour parler de boire un verre et d’aller s’installer sur le canapé. Pas de problème, elle devait juste se lever tranquillement mais… Cooper avait décidé d’attraper ses bras et de la relever sans ménagement.

Le bond vers le haut la désorienta complètement et la pièce lui donna l’impression d’avoir pivotée à 180°. Le sol se déroba sous ses pieds et elle se sentit partir dans une direction totalement indéterminée. Se rattrapper instinctivement à Cooper fut sa seule solution de secours et, quand la pièce reprit à peu près sa place et bien que tanguant toujours, elle était blottie contre le Norme. Passablement gênée par tout ça elle commença par bredouiller bêtement avant de lâcher un soupir vaincu. Elle porta une main à l’arrière de son crâne et sentit l’impressionnante bosse sous ses doigts. Elle avait une bonne constitution et son statut de métamorphe voulait qu’elle n’ai plus rien demain, néanmoins, elle restait une petite chose qu’il valait mieux éviter de trop malmener et la rencontre entre le sol et son crâne ne s’était pas faite sans douleur.

”Ok… Je me suis cognée la tête, j’ai une grosse bosse et l’impression que ta maison navigue sur des eaux déchaînées.” ELle lui colla tout de même une petite tape dans le torse. ”C’était pas gentil de me relever comme ça… J’ai failli tomber dans les pommes… Et me recogner la tête…”

Avec la pièce qui bougeait de façon archaïque, elle avait l’impression que Cooper lui échappait et qu’elle n’allait plus jamais pouvoir se rattrapper à lui. Elle emprisonna donc son vêtement dans ses doigts et le serra si fort que ses jointures devinrent livides.

”Me lâche pas… S’il te plaît me lâche pas…”

Elle ouvrait et fermait les yeux sans savoir ce qui était le mieux. Les yeux ouverts, elle voyait la pièce bouger et se sentait tomber, les yeux fermés, elle avait l’impression d’être prise dans une tornade. Le tout commençait doucement à lui donner la nausée… C’était une idée en fait de s’installer sur le canapé...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4098-eden-brewster
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE I: Le quartier des affaires ¤ :: ║Le Centre ville║ :: Weston Park-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit