AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Ven 1 Avr - 10:18

Ah le Printemps, le début d'une belle saison sous un soleil radieux et un ciel bleu à faire des envieux. C'était une journée de repos et Cooper le savourait d'une manière toute particulière, puisqu'il arpentait à pied les zones verdoyantes de Weston Park, s'étant éloigné de la route qui le traversait de part en part, n'empruntant les ponts que lorsqu'il rencontrait un cours d'eau et évitant soigneusement la zone où les golfeurs aimaient à venir jouer. Non ici il y avait de grands arbres et quelques étangs bienvenus, des gens qui pique-niquaient encore bien que l'heure du repas soit passée, mais comment le leur reprocher ? Ici on vivait, on respirait, on batifolait et on s'amusait. Le Norme avait beau être un urbain, il aimait venir ici pour savourer le calme de la Nature sans les dangers du Bayou, regardant les uns et les autres s'activer selon leurs préférences. Là-bas un homme promenait son chien tandis qu'une femme croisant sa route en faisant son jogging, ici et là des enfants jouaient sous la surveillance de leurs parents tandis qu'un petit couple roucoulait à l'ombre d'un grand arbre. Non vraiment, tout était si calme et si tranquille que Cooper savourait cette journée dont la météo affirmait qu'elle ne serait pas troublée avant ce soir, où l'on annonçait un orage conséquent pour la nuit. Mains dans les poches, nez en l'air et cheveux au vent, l'homme soupirait de bien-être lorsqu'un cri retentit à deux pas de là et qu'une silhouette se jeta sur lui pour le plaquer à terre. Ne s'attendant pas au choc, le Norme tomba à la renverse et heurta le sol en grognant, sentant s'agiter sur lui un corps aux gestes visiblement paniqués et qu'un bref coup d’œil lui permit d'identifier comme... une jeune femme en train de crier, effrayée et cherchant à échapper à quelque chose. Quoi, un violeur ? Un détrousseur de bourses ? Un tueur en série ?! Un Outre carnivore fou furieux ?! MAIS QUOI A LA FIN ?!!!

- Vas-t'en le chat ! N'approche pas !

Cooper eut quelques secondes de flottements avant que son regard n'accroche la silhouette d'un chat de taille moyenne, à l'air très quelconque et ronronnant à leur intention, cherchant à venir se frotter aux jambes de la jeune femme qui poussa un cri aiguë, cherchant à grimper sur le Norme comme pour échapper à la menace, celui-ci étant en train de se redresser quand il manqua de tomber de nouveau, lâchant un grognement mécontent avant de soulever la donzelle du sol en pestant, l'air mi-furieux, mi-affligé. Sérieusement, un chat ?

- Hey on se calme beauté, sinon j'te lâche.

C'est vrai qu'elle était belle tiens, il venait de lâcher ça par habitude et réflexe, mais à la voir de près, elle était plutôt agréable à regarder et son poids n'était pas bien élevé non plus. Si les femmes se mettaient à lui tomber dans les bras maintenant sans qu'il ne fasse rien... Oui, bon, d'accord, il se faisait des films, mais on parlait de Cooper quand même et ça, ça ne devrait étonner personne. Poussant un lourd soupir, il agita la jambe en direction de l'animal qui prit cela pour un jeu, sortant les griffes pour s'accrocher à la jambe du Norme, miaulant en levant les yeux vers lui. Rhaaa non le jean tout neuf ! Bordel !

- Aaaaah non pas de ça avec moi !

Déposant la jeune femme sur le côté, il se pencha pour ôter les griffes de son vêtement et sentit la tête de l'animal venir frotter contre ses mains, accompagnée d'un ronronnement significatif. Et à voir le collier autour de son cou, il y avait sans doute un propriétaire qui appelait son chat quelque part. La main de Cooper vint grattouiller entre les deux oreilles alors qu'un léger sourire revenait enfin sur ses lèvres.

- Et ben mon minou, on est perdu ?

Puis tournant la tête vers celle qui avait manqué de le blesser en le percutant, il lui fit signe d'approcher d'un geste de la main, accroupit devant la bête.

- Vous pouvez venir, je ne crois pas qu'il morde, d'ailleurs je crois même qu'il a fait une petite fugue ce coquin.

Et vas-y que le chat fait le dos rond contre sa main et frotte sa tête contre son genou, visiblement très demandeur question câlins. Tiens, c'est ça qu'il lui faudrait, un petit animal de compagnie pour quand il se sent seul, ça pourrait être une idée.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Eden Brewster
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Trick O'Clink
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
12/30  (12/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Ven 1 Avr - 14:22


En ce début d'après-midi, Eden était dans le parc, pour ne pas changer. Quand elle n’était pas sur son lieu de travail, c’était la qu'elle passait le plus clair de son temps. Qu’il pleuve, qu’il neige, qu’il vente ou qu'il fasse grand soleil, elle aimait se promener entre les arbres, se trouver un coin tranquille et se transformer pour partir en exploration. Pour grimper aux arbres, chasser les noisettes, trouver des cachettes ou juste pour se sentir en accord avec la nature, elle aimait se rendre dans cet espace de verdure.

Il y en avait d’autres bien entendu, mais l’écureuil volant les affectionnait nettement moins. Que ça soit la forêt ou le bayou, elle ne s’y rendait que rarement. Trop de risque de tomber sur un animal potentiellement capable de n’en faire qu’une bouchée. Elle n’avait aucune envie de finir entre les crocs d’un alligator affamé ou de déranger maman ourse pendant une balade digestive. Le parc était un endroit plus sûr. Moins de prédateurs et plus de chiens en laisse. Quelques chats parfois mais elle arrivait à les éviter sans se faire remarquer, ou alors elle s'enfuyait à toutes jambes en poussant des cris stridents.

Ce jour-là elle marchait, le nez en l’air, la moitié de son cerveau était perdue dans ses pensées, pendant que l'autre observait les branches pour repérer de belles noisettes. Le printemps était là et annonçait le début de la saison des amours. Pas une période désagréable en soit mais Eden n’appréciait pas toujours de voir son attitude guidée par ses plus bas instincts. Au plus fort de la saison, elle pourrait à peine se retenir de se jeter sur le premier venu. Ça promettait toujours de très bons moments mais, ça promettait aussi de, parfois, reprendre ses esprits à côté d’un être parfaitement répugnant. Par chance, la brunette ne s’attachait que très peu aux événements passés et du moment que c’était fait, elle se faisait une raison et passait à autre chose. Seulement sur le coup, ça n’était pas toujours très agréable de se sentir comme une dévergondée dépourvue du moindre sens moral.

Elle en était là de ses réflexions quand un bruit parasite vint l’arracher à ses pensées et la força à se concentrer sur son environnement. Elle se stoppa net, à l’affût de ce son qui lui avait fait dressé les poils de la nuque et à cause duquel son  coeur battait la chamade. Est-ce que c’était un miaulement ? Elle scrutait les alentours à la recherche de son ennemi mortel, l'objet de sa plus grande phobie, quand une pression contre son mollet la fit sursauter et lui arracha un cri strident. En voyant le chat emmêlé entre ses jambes elle fit un bond en arrière à la façon d’un clown pathétique qui aurait écrasé la queue d'un chien et poussa un cri étouffé mais strident.

La bête ne semblait pas méchante pour deux sous mais la phobie d’Eden ne souffrait aucun compromis et elle partie en courant dans un grand couinement terrorisé. Elle s’enfonça entre les arbres, courant aussi vite que ses courtes jambes le lui permettait et zigzagua jusqu’à émerger sur une voie adjacente. Elle ralentie le pas en émergeant et reprit une marche normale. Autant éviter de passer pour une folle furieuse. Mais comme une phobie ne s’apaise pas si facilement, elle jeta un bref coup d’oeil en arrière pour s’assurer que le chat n’était plus là… Et repartie en courant dans un grand cri en constatant qu’il était toujours à ses trousses, l'air joyeux et la queue en l’air.

Il lui fallait quelqu'un, n’importe qui pourvu qu’on la débarrasse de cette sale bête. Et là, elle le vit, sur le chemin, celui que son esprit désigna, de façon totalement unilatérale, comme étant son sauveur. Alors elle couru et se jeta purement et simplement dans ses bras, le percutant de plein fouet et les faisant basculer tous les deux. Le choc la laissa de marbre tant sa peur prenait de place dans son esprit. Elle avait un truc avec ces animaux, à chaque fois qu'elle en croisait un, il ne voulait plus la lâcher.

”Vas-t'en le chat ! N'approche pas !”

Elle agita vaguement une jambe se voulant menaçante vers lui mais quand il fit mine de venir s’y frotter, elle lâcha un nouveau cri de panique et tenta de grimper sur l'inconnu comme s’il était un îlot en pleine mer. Elle avait l’impression que son coeur allait exploser et les choses ne s’arrangèrent pas quand elle quitta brusquement le sol pour s’élever dans les airs. Un couinement apeuré remonta du fond de sa gorge et elle s’accrocha au cou de l'inconnu en regardant autour d'elle comme si c’était le sol qui venait se dérober sous ses pieds plutôt que lui qui venait de la soulever.

Son sauveur prit enfin la parole et Eden se retrouva brusquement frappée de mutisme. Plus de cris, plus d’agitation, plus rien, c’était à peine si elle respirait encore. Elle était calmée… Il n’allait pas la lâcher hein ? Parce qu’elle n’avait aucune envie de se retrouver nez à nez avec le félin. Elle se força à jeter un coup d’oeil quand il agita vaguement la jambe à son tour et si elle sursauta quand le chat planta ses griffes dans son pantalon, elle ne put, par contre, pas s’empêcher de pouffer légèrement quand son sauveur reprit la parole.

Elle se laissa déposer au sol sans rien dire et recula d’un bon pas, mettant l’homme entre le chat et elle. Il n’avait visiblement aucune peur de l'animal, ça se voyait qu’aucun de ses congénères n’avaient un jour essayé de le croquer. L’écureuil, elle, serrait ses bras contre elle et fit plusieurs tours sur elle-même, hésitant entre se sauver et rester sur place. Partir loin de ce chat de malheur aurait été une délivrance mais laisser son sauveur et disparaître comme une voleuse, ça n’était pas franchement son genre. Elle décida finalement de rester et ne bougea plus jusqu’à ce qu’il l’invite à approcher. Elle ouvrit soudain de grands yeux paniqués et secoua la tête en s’en faite mal au cerveau.

”Ah non je peux pas ! Il va essayer de me bouffer !”

Elle avait, bien entendu, conscience de l’absurdité de sa réaction. Sous forme humaine, il était peu probable qu’un chat parvienne à n’en faire qu’une bouchée, ou alors ça serait un très gros chat et aux dernières nouvelles, ce genre de félin ne vivait pas à la Nouvelle Orléans, ou pas à l’état sauvage en tout cas.

”Oui, enfin non… Je sais bien que… Il ne peut pas…”

Perdue dans le propre fil de ses pensées, elle finie par s’avouer vaincue et haussa vaguement les épaules avant de poser un regard suppliant autant qu’apeuré sur son sauveur.

”Pitié, faites-le partir…”

Elle serra de nouveau ses bras contre elle et recula encore d’un pas. Les chats, moins elle les voyait, mieux elle se portait.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4098-eden-brewster
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Ven 1 Avr - 14:45

La pauvre jeune femme avait l'air terrorisée et, à la voir ainsi s'agiter et secouer vivement la tête, il comprit à sa réaction que ce n'était pas juste un simple rejet des félins, mais bien une véritable peur assez sérieux. La manger, sérieusement ? Lui la mangerait bien, mais pas de la manière à laquelle elle pensait, ce qui lui valut de rire de bon cœur sans laisser le temps de se demander pourquoi, attribuant ainsi son hilarité à la demande de l'inconnue.

- Très bien, très bien. Ne me faites pas une syncope.

Cooper caressa encore un peu l'animal, puis profita qu'il le regardait pour lui parler comme il l'aurait fait à un Outre sous sa forme non-humaine, souriant légèrement en coin.

- Tu as entendu la dame ? Je crois que tu lui fait peur malgré ta beauté, alors zou, va rejoindre ton humain de compagnie.

Il sourit un peu plus, adorant cette formulation qu'il utilisait toujours quand il s'agissait des animaux, ne voyant pas pourquoi eux aussi ne les considéreraient pas comme des créatures à leur service, vu tout ce que les bipèdes faisaient pour leurs bêtes préférées. L'amusement le gagna plus encore quand il vit le chat miauler, puis tourner les pattes, présentant son arrière-train en direction de la jeune femme avant de s'éloigner, fier et hautain, drapé dans sa dignité. Le Norme se retint de rire pour ne pas vexer l'animal, mais une fois celui-ci assez éloigné, se releva pour faire face à Eden, le regard brillant de bonne humeur.

- Et voilà, vous êtes sauvée, mais je voudrais savoir... ça vous arrive souvent de sauter sur les gens comme ça ? Non pas que c'était si désagréable que ça, encore que mes côtes vont s'en souvenir, mais vous auriez pu vous blesser.

Ou tomber sur un sale type libidineux aux mains baladeuses, ou pire encore, mais on allait éviter de ressortir tous les cas de figure des mauvaises rencontres potentielles. Cooper profita de l'apaisement de la situation pour détailler attentivement la jeune femme au minois fort joli, lui offrant un sourire qui se voulait apaisant par sa légèreté.

- Vous avez l'air un peu secouée, je vous offre un remontant ? A moins que vous n'ayez pas encore mangé, mais alors là ça tiendrait de l'urgence vu la peur que vous avez eu.

Il n'osa poser la question, de peur de la vexer, mais il y avait fort à parier que vu la démesure de sa réaction, cette inconnue devait avoir une belle phobie des chats, le genre qui vous fait pousser des cris stridents... ah ben un peu comme elle venait de le faire tiens, justement. Bon, au moins pouvait-il espérer obtenir son numéro ou même un rendez-vous, ça serait déjà un bon début.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Eden Brewster
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Trick O'Clink
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
12/30  (12/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Ven 1 Avr - 18:42


Son sauveur s’était mit à rire. Est-ce qu’il se moquait ? Il pouvait, ça n’était pas Eden qui lui en voudrait, elle savait que sa peur était partiellement irraisonnée et bien trop prononcée. Son propre frère s’était souvent moqué de son ailurophobie, il lui avait aussi souvent conseillé de se faire soigner, ce qu’elle avait toujours refusé. Elle ne cesserait pas d’être un écureuil volant et tant qu’elle en serait un, les chats serait son prédateur principal… Avec tous les autres carnivores plus gros qu’elle et dont elle n’avait absolument pas peur... Mais dans le fond, elle était utile cette peur, elle la rendait particulièrement vigilante, un peu trop même, sans compter que cette vigilance n’était réellement utile que sous sa forme animale, hors sa phobie la suivait partout. Oui non… Elle n’avait aucune excuse pour ne pas se faire désensibiliser… A part celle de ne pas en avoir la moindre envie. En tout cas, elle ne tiendrait pas rigueur aux gens de se moquer, elle savait qu’elle avait l’air ridicule à avoir peur de se faire dévorer par un animal qui pesait 10 à 20 fois moins lourd qu’elle. Surtout quand les gens en question ignoraient qu’elle était un minuscule écureuil volant et, qu’au final, c’était bien elle qui pesait 20 à 30 fois moins lourd que n’importe quel chat.

Au final, pas de syncope pour l’Ezo-momonga qui avait regardé le jeune homme renvoyer le chat vers son humain de compagnie, l’expression l’avait fait sourire d’ailleurs. Elle aurait bien rit joyeusement mais tant que le chat était encore dans les parages, et même s’il s’éloignait, elle était incapable de se détendre complètement. D’ailleurs, quand il lui parla, elle avait les yeux rivés sur l’arrière train du félin et suivait son chemin , l’air méfiante, allez savoir, d’ici à ce qu’il décide brusquement de faire demi-tour pour revenir la harceler, il n’y avait pas des kilomètres. Il fut donc logique qu’elle réponde comme si elle n’avait rien écouté à ce qu’il avait dit.

”Oui…” Le chat était de plus en plus loin. Sauter sur des inconnus. ”Non !” Elle apercevait encore à peine une silhouette mouvante qui s’approchait d’un buisson. Sauter sur des inconnus. ”Si…” Le chat n’était plus là, elle put enfin détourner les yeux et regarda en tout sens, faisant un tour sur elle-même pour s’assurer qu’il n’y avait pas d’autre danger immédiat. Sauter sur des inconnus ! Elle se retourna vers son sauveur, ouvrant enfin de grands yeux innocents et alertes. ”Ça dépend des circonstances ! Là, j’avais besoin que quelqu’un chasse le chat pour moi… Et je me fais rarement mal !”

C’était d’ailleurs très égoïste de sa part d’avoir ainsi jeté son dévolu sur lui et d’avoir décrété que c’était lui qui ferait partir le chat et personne d’autre. Seulement il s’était trouvé sur sa route et il n’était alors pas question pour elle d’aller voir ailleurs et de courir le risque de se faire rattraper. Et puis c’était vrai, il était rare qu’elle se fasse mal, même quand elle se jetait ainsi et finissait par tomber, son sens de l’équilibre lui permettait d'atterrir sans trop de dommage. Et tout ça, c’était sans compter qu’elle avait la tête plus dure qu’il n’y paraissait au premier abord, il fallait bien ça quand on passait sa vie à chasser les fruits à coque et à s’en prendre sur le coin du nez. Alors, évidemment, ça rendait surtout sa tête d’écureuil plus dure, sa tête d’humaine, elle n’irait pas essayer de casser des briques avec.

Brusquement, son attitude changea et l’inquiétude se peignit sur son visage. Son cerveau avait enfin finit d’analyser les paroles dans son intégralité.

”Mais attendez…” Elle s’approcha de lui et posa le bout de ses doigts sur ses côtes. ”Je vous ai fais mal ? Oh je suis vraiment désolée, je voulais pas !” Elle se passa une main dans les cheveux en reculant d’un pas, affichant une grimace sincèrement navrée. ”Cette phobie me fait faire n’importe quoi. J’aurais mieux fait de me transformer et de me sauver.”

Eden n’était pas du genre à cacher sa nature de métamorphe et libre à son sauveur de lui poser toute les questions qu’il voudrait après ce qu’elle venait de dire. Le résultat de tout ça, c’était quand même qu’elle avait fait mal à un parfait inconnu alors qu’une autre solution s’offrait à elle. Seulement voilà, à force de se transformer n’importe où et de voir ses affaires disparaître, il commençait à manquer de fringues l’Ezo-momonga et elle n’avait pas vraiment eu le temps de trouver une friperie pour se refaire une garde-robe. Il était temps de placer cette tâche en tête de sa liste de priorité, laquelle se retrouverait tout de même derrière “trouver à manger” et “aller courir dans la nature”, autrement dit, elle n’était pas prête de remplir son armoire.

Au sourire de son sauveur, elle répondit par un autre, large et enjoué, la frayeur était passée, Eden était donc quasi instantanément redevenue une femme joyeuse et sociable.

”Ah non j’ai pas mangé ! Je suis venue ici pour chercher un en-cas !” Elle pointa logiquement un doigt vers le haut, indiquant les branches au-dessus de sa tête avant de relever le visage et de se raviser. ”Ah oui, non, c’est un chêne, ça va pas ça, je préfère les noisettes !” Elle recentra son attention sur son sauveur et le fixa une seconde de ses grands yeux avant que son sourire ne s’élargisse et qu’elle aille se poster près de lui. ”Ce sera avec plaisir ! Mais vous êtes pas obligé vous savez. C’est même plutôt à moi de vous inviter pour me faire pardonner !”

Eden étant un être particulièrement tactile, elle passa innocemment son bras derrière celui de son sauveur en lui offrant un sourire lumineux. Elle avait un bon instinct en temps normal et ne se sentait pas en danger avec lui, elle avait peut-être tord, tout comme elle aurait pu se tromper sur le compte d’Evie, mais elle le sentait bien cet homme-là.

”Je m’appelle, Eden, et vous ?” Elle regarda autour d’elle avant de poser à nouveau ses yeux sur lui. ”Où est-ce que vous voulez aller ?”

Elle eut un brève pensée pour la saison des amours et l’effet qu’elle commençait déjà à avoir. Par chance, c’était encore faible et parfaitement maîtrisable.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4098-eden-brewster
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Sam 2 Avr - 10:23

En voilà une qui ne manquait pas d'être surprenante et Cooper ne pu s'empêcher de hausser un sourcil quand, à sa première question, elle répondit par l'affirmative, l'air carrément ailleurs, fixant le chat qui s'éloignait au loin. Il tourna la tête en direction de l'animal qui semblait bien décidé à disparaitre de leur vue, puis reporta son attention sur la jeune femme qui finit par se contredire à deux reprises, visiblement perturbée par tout ce qui venait d'arriver. Il éclata d'un bref rire amusé sans méchanceté aucune, comprenant aux explications qui suivirent qu'un arbre ou même une porte pouvant fermer auraient pu faire l'affaire, quoique pour chasser un chat, mieux valait effectivement une autre personne. Il s'apprêtait d'ailleurs à le lui dire quand elle s'approcha soudain, l'air inquiète et les sourcils froncés. Quoi, il avait dit une connerie ? Des doigts vinrent effleurer ses côtes et il s'esquiva d'un petit bond de côté avant de secouer la tête, chassant ce réflexe qui n'avait pas lieu d'être. Elle avait voulu vérifier son état, pas le blesser, rhaaa franchement, quel imbécile.

- Vous en faites pas, il en faut plus pour me casser quelque chose qu'une jolie jeune femme ne pesant pas bien lourd, sans vouloir vous vexer.

Un vrai poids plume, si aisé à porter que s'en avait été amusant, mais il avait cependant réponse à la question qu'il n'avait pas posé : c'était bel et bien une phobie et la pauvre semblait en souffrir, sans doute quotidiennement d'ailleurs vu que les chats courraient littéralement les rues. A son sourire franc et sympathique, elle répondit par le sien, parfaitement attendrissant, lui expliquant la raison de sa présence ici qui ne manqua pas de faire cligner des paupières le Norme, tout du moins jusqu'à-ce qu'elle expliqua être elle-même une Outre. Attendez une minute... Des noisettes ? Une Métamorphe qui sous sa forme animale grimpait aux arbres... Ooooohhhhh ! La lumière se fit dans l'esprit de Cooper qui hocha la tête avec une expression de pure compréhension sur les traits, suivit d'un regard presque attendrit à l'égard de celle qui lui faisait face.

- Aaahhh mais je vois pourquoi vous avez peur des chats, pas étonnant ! Vous êtes une Méta de type rongeur ou quelque chose du genre, c'est ça ?

Et en plus de ça elle voulait l'inviter, la pauvre si elle savait à quel point il était un ventre sur pattes, elle s'abstiendrait sans doute, ce serait risquer de la désargenter en moins de deux. Et alors même qu'il s'apprêtait à répondre autre chose, elle passa son bras derrière le sien avec un sourire absolument radieux qui ne manqua pas de faire battre un peu plus fort le cœur du Norme. Bordel elle possédait une telle présence, une telle joie de vivre... Et soudain toutes envies de séduction en lui se muèrent en un vif désir de protéger cette pureté qu'il avait sous les yeux, cette innocence qu'il sentait émaner de la jeune femme au nom qui lui allait comme un gant.

- Enchanté de te rencontrer Eden, moi c'est Cooper.

Soufflé le Don Juan de service, ne restait qu'un type avec un sourire gentil et un regard attendri. Où est-ce qu'il voulait aller ? Et bien ils avaient l'embarras du choix, mais il connaissait un lieu en particulier qui pourrait faire l'affaire.

- Y'a un petit restaurant bien sympa qui fait de tout pour des prix raisonnables et, avant que tu protestes, c'est MOI qui t'invites, parce que je te jure que vu comme je dévore, tu vas te ruiner. T'auras qu'à payer les glaces.

Lâcha-t-il, suivit d'un rire de bon cœur, trouvant très amusante cette rencontre avec la jeune femme qui avait l'habitude de tomber sur les gens sans crier gare. Et à voir la façon dont elle ne s'était pas enfuie, elle ne devait avoir encore jamais fait de mauvaises rencontres. La gardant à son bras tel un chevalier, il la mena vers la sortie du parc d'un pas tranquille, détendu et souriant, assez fier en vérité d'avoir une si jolie personne à ses côtés.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Eden Brewster
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Trick O'Clink
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
12/30  (12/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Sam 2 Avr - 20:07


Eden sursauta, il lui en fallait peu, mais que Cooper lui échappe avec un petit saut inattendu, ça l’avait surprise et elle avait rapidement ramené ses mains vers elle avant de reculer et de poursuivre son geste. Il découvrirait assez vite à quel point elle pouvait être peureuse et que les mouvements trop brusques engendraient des réactions instinctives de repli sur elle-même. C’était paradoxal d’ailleurs quand on savait avec quelle facilité elle allait vers les gens qui lui faisait bonne impression. Mais Eden était comme ça, elle savait qu’une jolie dose de courage se cachait sous la couche de peur, qu’une dose de méfiance perçait parfois sous son épais manteau de confiance et qu’une pointe de doute venait parfois perturber son assurance naturelle, mais pour ce dernier point, ça passait généralement très vite.

”Me vexer ? Pourquoi ?” Elle pencha légèrement la tête sur le côté, affichant une bouche en coeur interrogative. ”J’ai jamais pesé bien lourd, ça me vexe pas de me l’entendre dire. Et puis…” Elle redressa la tête et afficha un grand sourire. ”Ça me rend plus facile à porter en cas de besoin !”

Heureusement que son air innocent était comme une seconde peau car il ne muait que rarement, ne montrant pas ce qui pouvait parfois lui passer par la tête. Une chance, car il aurait été dommage que certaines pensées lui donne un air vicieux alors que même quand les images les plus dépravées lui passaient par la tête, elles étaient toujours enveloppé d’une sorte de halo de douceur et d’innocence. Comme si se retrouver transpirante, haletante et gémissante contre un mur n’était absolument pas incompatible avec la présence autour d’un champ de fleur rose, de papillons bleu, du pépiement des oiseaux et d’une douce brise printanière. Parfaitement, dans l’esprit d’Eden, les deux n’étaient pas incompatibles et on pouvait du beau même de les choses les plus hideuses.

Elle expliqua ensuite la raison de sa présence ici et Cooper sauta aux conclusions, comme n’importe qui l’aurait fait. Et il faisait bien car il avait presque tout bon à un petit détail près. Les images lui revinrent en tête, le chat, elle était la proie, elle avait peur et elle pensait sa dernière heure venue. Elle gardait des cicatrices devenues presque invisibles, de fines, très fines lignes là où le chat l’avait frappé. Mais ça ne la dérangeait pas, il fallait le vouloir pour les voir. En tout cas, elle joignit nerveusement ses mains l’espace d’un instant. Eden ne vivait pas dans le passé, elle le laissait derrière et continuait d’avancer, perpétuellement, elle ne se retournait jamais. Seul cet évènement, celui qui avait ancré cette phobie en elle, parvenait encore parfois à la rendre nerveuse. Pour éviter ça, elle tâchait de ne pas jamais y penser, mais aujourd’hui, il le fallait bien puisque c’était cet évènement et pas sa nature qui était la source de son ailurophobie.

”En fait, j’ai été attaqué par un chat quand j’avais 17 ans. J’étais sous forme animale, il m’a assez méchamment blessée et depuis, les chats, je peux plus.” Elle cessa de se triturer les mains et relégua les images loin au fond de sa tête, le passé ne devrait jamais revenir dans le présent. ”C’est à peu près ça en tout cas ! Je suis un écureuil volant japonais ! Un Ezo-momonga, même si je pense que ça ne doit pas vous parler. Je fais 13cm de haut, je pèse 123 grammes, je suis grise et blanche, j’ai de grands yeux ronds et noirs, un queue touffue et aussi longue que mon corps et un patagium. Mais c’est vous avez un portable c’est plus facile de chercher, moi j’en ai pas.”

Pourquoi elle se décrivait avec autant de précision ? Parce que son espèce était assez méconnue et que le seul autre moyen de lui faire savoir à quoi elle ressemblait, s’était de se transformer. Hors, pour une fois, elle n’en avait pas envie. Elle était en charmante compagnie et elle ne comptait pas le planter là pour aller grimper à un arbre. Bien sûr, elle aurait pu juste rester près de lui et le laisser la regarder mais ça impliquait de se transformer dans un sens, puis dans l’autre, de se retrouver toute nue - ce qui ne lui posait pas le moindre problème en réalité mais engendrait parfois des réactions violentes chez les autres - de devoir se trouver un coin isolé, de se rhabiller et de revenir. Bref, pas envie. Après, si son sauveur le voulait, elle le ferait sans rechigner, ça n’était pas un soucis, mais elle n’agirait pas d’elle-même.

Et cette histoire de portable. Non, elle n’en avait pas. Pourquoi faire ? Elle passerait son temps à le perdre ou à se le faire voler avec sa manie d’abandonner ses vêtements partout ! Et si porter une clé et une petite bourse autour du cou passait encore, se trimballer un téléphone plus lourd qu’elle, non merci. Elle laissait donc ce genre de technologie aux autres et se contentait de se déplacer, d’envoyer des lettres ou d’utiliser des téléphones publics.

Son bras autour de celui de Cooper, elle avait tout l’air d’une enfant qui avait reçu ses cadeaux de Noël avant l’heure et ne pourrait jamais être plus heureuse. Ce qui était totalement faux, Eden avait cette capacité naturelle à pouvoir être toujours plus heureuse et ce, sans aucune limite. Elle pouvait s’émerveiller ou s’amuser d’un rien aussi, ça aidait beaucoup.

”Cooper, je suis ravie !”

Et elle en avait vraiment l’air avec ses yeux brillants, son sourire ravageur et sa façon de garder son bras autour du sien. Il avait l’air gentil et elle se sentait chanceuse de l’avoir choisi lui plutôt qu’un autre pour s’occuper du chat. Elle aurait pu tomber sur un vrai con, c’était déjà arrivé. Quand on avait son comportement, on ne faisait pas que de belles rencontres et Eden avait eut son lot d’enfoirés à fuir. Sauf qu’étant égale à elle-même en toute circonstances, elle était toujours passée à autre chose et avait choisi de ne pas apprendre de ses erreurs, elle sauterait toujours sur les gens et trouverait toujours un moyen de s'accommoder des conséquences.

Elle se mit à rire quand il lui parla d’un endroit sympa et de son appétit. Et avant de prendre la parole, elle arbora un air plus solennel et tapota son bras avec douceur.

”Ton argument n’est pas valable.” Elle lui annonçait la chose avec une espèce de tact inutile et naturel, comme si c’était important et qu’il risquait réellement de mal le prendre. Puis, brusquement, un sourire plus large encore que les autres fendit son visage en deux et elle laissa un échapper un rire léger. ”Je peux inviter tous les estomacs sur pattes que je veux tu sais… Je mange trois fois rien ! Un bol de fruits et je suis gavée ! Je dépense peu en fringues, peu en loisir, peu en tout en fait. Y’a que mon loyer et ma moto qui me font dépenser un peu ! Donc je peux t’inviter !” Elle le regarda une seconde avant de lui donner un coup d’épaule si léger qu’il avait à peine dû le sentir et d’arborer un air taquin. ’Mais je m’en voudrais de te vexer alors… Va pour les glaces !”

Sans savoir par où elle devait aller, elle commença tout de même à marcher d’un pas presque sautillant, bien accrochée à son bras. Si l’on omettait les inconvénients de la saison des amours, le retour du printemps avait toujours quelque chose qui la mettait en joie. Bon d’accord, un rien la mettait en joie, mais ça ne lui faisait pas moins aimer cette saison et elle leva le nez en l’air, humant les odeurs ambiante toujours tout sourire. Elle allait se payer tellement d’heures de gambadage et d’escalade, ça allait être merveilleux.

”Rassures-moi, t’avais rien d’autre de prévu ? J’ai pas fait foirer un plan quelconque ?”

Comme pour le fait de l’avoir blesser, elle semblait réellement soucieuse de savoir si elle n’avait rien fait de mal, si elle n’était pas une gêne plus qu’autre chose. Elle savait qu’elle pouvait parfois se montrer envahissante et casse-pied avec son bavardage incessant et sa bonne humeur trop expansive. Elle n’aurait pas voulu que la bonne impression qu’elle avait en sa compagnie repose sur quelque chose de négatif.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4098-eden-brewster
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Dim 3 Avr - 22:43

Une femme qui ne s'inquiétait pas de son poids, c'était quelque chose qu'il ne rencontrait pas toujours, quoique la plupart du temps il n'ai pas spécialement le temps de discuter d'une telle chose avec celles qu'il mettait dans son lit ou qu'il avait en amies. Eden possédait cette légèreté et cette sorte d'innocence qui lui plaisait beaucoup, l'écoutant parler de l'attaque du fameux chat en grimaçant un peu, s'imaginant déjà les dégâts que pouvait faire un tel animal sur un pauvre petit rongeur ne faisant même pas la longueur complète de sa propre main. Ne connaissant d'ailleurs pas ce genre d'écureuil, il fit comme elle le suggérait et alla voir sur internet via son portable, s'arrêtant pour taper la recherche qui s'afficha en quelques secondes.

- ... C'est toi ça ?!

S'exclama-t-il avec un air parfaitement surpris, clignant des paupières avant de la fixer, son esprit tentant de faire le lien entre l'adorable jeune femme à son côté et le petit animal parfaitement craquant qu'il avait sur son écran. Mouais... en vérité, c'était pas si difficile que ça, à voir les grands yeux qu'ils avaient, cette petite bouille qui donnait envie de tirer les joues comme dans les vieux films avec les personnes âgées.

- Tu peux me tutoyer tu sais.

Lança-t-il en guise de répartie, rangeant l'appareil à l'abri dans l'une des profondes poches de son jean neuf, l'écoutant rire avec un sourire détendu : sa voix avait un son clair et net, très agréable. Elle le tutoya finalement et ils tombèrent d'accord pour qu'il paye le repas et elle les glaces, s'amusant de la situation tandis qu'ils quittaient le parc, elle sautillant à son bras et lui assez fier de l'avoir ainsi avec lui. Un bref regard vers le ciel bleu et un coup d’œil prudent vers les lourds nuages au loin, puis il reporta son attention sur la Métamorphe, secouant la tête face à son interrogation.

- Non t'en fait pas, j'avais juste prévu de me balader, mais avoir de la compagnie me fait toujours plaisir.

Surtout une jolie fille aussi pétillante de vie, y'avait de quoi mettre n'importe qui de bonne humeur et le Norme songea brièvement que son ami Asch aurait bien besoin de quelqu'un comme ça dans son entourage, lui aussi. Mettant cette idée dans un coin de sa tête, Cooper entreprit de guider Eden à travers les rues en les lui nommant toutes au fur et à mesure.

- Je travaille comme coursier pour la Mairie donc je connais toute la ville sur le bout des doigts. Et toi, tu as un travail ou tu fais une activité précise ?

Il l'imaginait assez en bénévole aidant les plus démunis, leur offrant son sourire et ses encouragements ainsi que de la nourriture et un peu d'espoir. Ou alors s'occupant d'enfants dans une crèche ou à l'école maternelle, lisant des histoires pour les aider à s'endormir à l'heure de la sieste. Oui, Cooper était un peu trop imaginatif parfois, un peu trop dans son monde aussi.

- Qu'est-ce que tu voudras manger du coup ? Des fruits ou des noisettes ? Peut-être les deux ? Ou autre chose ?

Ça mangeait quoi d'ailleurs, une Métamorphe dans son genre ? Il connaissait pas mal de prédateurs, mais en-dehors de Stephan, il n'avait pas tellement de vegan dans son entourage, proche comme éloigné. Il se promit alors mentalement de faire des recherches à ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Eden Brewster
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Trick O'Clink
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
12/30  (12/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Lun 4 Avr - 17:04


C'était elle oui, cette petite chose grise avec de grands yeux noir. Elle s’était arrêtée près de Cooper le temps qu’il fasse la recherche sur son téléphone et le fixait en souriant, amusée. Même si elle avait quelques petits points commun avec la boule de poils, il était tout de même difficile d’imaginer qu'elle puisse se retrouver réduite à devenir une chose si minuscule. Et pourtant, Ezo-momonga elle était, Ezo-momonga elle resterait jusqu’à sa mort. Et ça lui convenait très bien, elle adorait son totem, ce petit rongeur planant ainsi que sa nature lui convenaient parfaitement et, pour rien au monde, elle ne l’aurait échangé contre un totem plus puissant.

Ah les carnivores, les animaux pourvus d’une grande force physique, ils étaient craint et apprécié en même temps. Mais elle ne les enviait pas pour autant. Être un grizzli comme Alice, c’était classe à n’en pas douter, mais elle préférait la discrétion que lui conférait sa propre nature. Et puis elle détestait la viande, la violence et le simple fait de prendre trop de place. Elle, elle pouvait sans problème se transformer dans son sommeil, pas de risque que ça crée des perturbations ou qu’elle casse le lit. Elle se demandait d’ailleurs s’il existait des méta éléphant… Ou pire… Baleine ! Impossible de se transformer en intérieur, elle réduirait n’importe quel bâtiment en miette ! Et puis bon, si ce genre de méta existait, ça devait être au bord de la mer plus qu'en pleine ville ou dans leur bayou.

”Tant mieux, je n’aurais pas aimé gâcher quelque chose. Et en même temps…”

Elle n’en dit pas plus, se contenant de mordiller brièvement sa lèvre inférieure avant de lui offrir un grand sourire innocent et un rire bref et léger. Il était plutôt très charmant en réalité, le look punk ne lui déplaisait pas et les tatouages encore moins et elle préférait que sa soit elle qui soit pendue à son bras plutôt qu’une autre. Et oui, on pouvait être d’apparence parfaitement innocente et, pour autant, jeter son dévolu sur une personne. Même si l'expression était un peu forte, disons, pour le moment, qu’Eden était ravie de se trouver ici et pas ailleurs.

Elle se laissa guider sagement, hochant sérieusement la tête à chaque nouvelle rue qu’il lui désignait. Ça tombait bien, elle n’avait pas réellement prit le temps de faire connaissance avec sa ville. Alors sortie du Trick, de son appartement et du parc, elle ne savait rien de la ville. A part qu’elle ne devait pas se rendre aux Plaisirs Coupables, ce qu’elle n’aurai pas pu faire même si elle l’avait voulu puisqu’elle savait pas où ce trouvait cet endroit, ni ce quel genre d’établissement ça pouvait être. C’était franchement cool cette visite improvisée, en plus d’être sympa, Cooper faisait un bon guide.

”Ça tombe bien, je suis là depuis à peine trois mois, je ne connais presque pas la ville. Et je suis serveuse au Trick ! Alors c’est pas là que je vais apprendre à connaître le coin !”

Les gens du coin oui, elle en voyait d’ailleurs de toute sorte et elle adorait ça, mais le coin en lui-même par contre, pas du tout. Puis vint la question de ce qu’elle voudrait manger et elle haussa un sourcil surprit. Des fruits, passait encore, mais des noisettes, ça n’était ce qui se faisait de plus courant dans les restaurants. Elle n’aurait pourtant rien eu contre un petit bol de fruits à coque dans lequel elle aurait pu piocher à loisir.

”Je suis pas certaine que les noisettes face parties d’aucun menu. Une salade ça ira très bien ! Je suis pas difficile, juste que j’aime pas la viande ni les oeufs. Par contre tout ce qui est fruits, légumes, graines ou même insectes, c'est parfait.”

Et oui, des insectes, les écureuils en mangeaient et ça ne la dérangeait donc pas de s’en boulotter une bonne fricassée. Mais en dehors de ça, elle était plutôt végétarienne. La viande, très peu pour elle sauf si elle n’avait pas le choix et les oeufs… Beurk, ça lui faisait le même effet mais en pire. Après, quand on avait que ça a manger, on ne faisait pas la fine bouche, ce qui ne l’empêchait pas de grimacer.

”Dis-moi, toi qui connaît la ville. Tu pourrais me parler des Plaisirs Coupables ? On m’a fortement déconseillé d’y aller et donc, forcément, je suis curieuse de savoir ce que s’est comme genre d’endroit.”

Ah la curiosité, c’était un vilain défaut contre lequel luttait rarement Eden. Ça finirait par lui jouer de très mauvais tour.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4098-eden-brewster
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Lun 4 Avr - 17:38

Elle n'avait pas terminé sa phrase et il ne lui avait pas demandé quelle pensée avait bien pu lui traverser l'esprit, préférant se concentrer sur la suite de leur discussion qui tourna autour des rues qu'ils empruntaient d'un pas tranquille, savourant l'après-midi ensoleillée avec un sourire tranquille sur les lèvres. L'évocation du métier de Eden, pourtant, lui fit tourner vers elle un regard surpris.

- Le Trick vraiment ? Je connais les patrons et j'y passe de temps en temps. Ah, faudra que tu me donnes tes horaires alors, que je choisisse mieux mes visites.

C'est vrai qu'il n'y était pas énormément allé depuis quelques temps, les horaires s'étiraient un peu et il avait tendance à faire un peu trop la fête, dormant plus que de raison et négligeant un peu ses virées au pub. Le Norme se promit mentalement d'y retourner saluer les uns et les autres, prendre des nouvelles voir comment chacun allait, puis reporta son attention sur le régime alimentaire de la jeune femme qui ne manqua pas de le surprendre un peu. Des insectes ? Brrr ! Il eut un bref frémissement, puis haussa les épaules pour chasser cette sensation. Après tout pourquoi pas ? On faisait bien des grillades de criquets et des salades de certains petits insectes, parait-il que c'était bon.

- Va pour une salade alors et on verra ce qu'ils ont d'autre en stock.

Apparemment la glace ça passerait, donc sans doute que les laitages ne la dérangeait pas, en même temps cela ne faisait de mal à aucun animal aux dernières nouvelles. Puis au pire y'avait toujours le lait de soja et autres trucs du genre.

- Moi j'avoue, j'adorais manger des noix quand j'étais gamin, ça m'est un peu passé, mais j'aime toujours ça.

Souriant en coin au souvenir de l'arbre planté chez feu son grand-père dans son immense jardin, avec le ramassage qu'il faisait à chaque nouvelle saison, il écouta la Métamorphe parler des Plaisirs Coupables et eut un bref rire amusé, secouant la tête en se demandant ce que penserait Précieuse de tout ça.

- Je pourrais t'en parler oui, je suis un de leur plus fidèle client depuis plus de sept ans. Ce n'est pas un endroit aussi terrible qu'on le dit, mais la Patronne gère son affaire d'une main de maitre et elle déteste qu'on cause des ennuis dans son établissement. C'est une ambiance assez adulte, de la musique, des stripteases et des spectacles. Les employés sont sympas, certains plus que d'autres d'ailleurs, y'a même un Méta vegan c'est te dire.

Bon y'avait aussi des Faës et des vampires, des Métas prédateurs et pas mal de magie pour bien agrémenter l'ensemble. Le Norme vint tapoter la main de Eden, sourire aux lèvres.

- J'habite dans la même rue que le club, si tu veux je t'emmènerais un jour. Si t'es avec moi, tu risqueras rien.

Même si une petite voix lui disait qu'on risquait fort de le taquiner ou d'essayer d'embarquer la jeune femme dans une combine quelconque ayant trait aux salles à l'arrière. Soupirant un peu au souvenir de ce que lui-même ne cessait de refuser à chaque fois, il désigna l'enseigne d'un restaurant à portée de vue.

- Tiens regarde, on arrive.

Cooper sourit et accéléra le pas, lui ouvrant la porte en faisant son galant, le regard brillant d'amusement en mimant un serviteur qui s'incline.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Eden Brewster
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Trick O'Clink
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
12/30  (12/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Lun 4 Avr - 19:08


Visiblement Cooper connaissait mieux ses patrons qu’elle-même, ce qui n’était pas très compliqué dans le fond puisqu’elle avait tendance à imposer une distance respectueuse entre elle et ceux qui l’employait. Elle pouvait fraterniser avec beaucoup de gens, même avec ses employeurs, mais pour ça il lui fallait du temps et elle était là depuis trop peu de temps pour que le statut employée/patron ne puisse laisser place à quelque chose de plus conviviale. Sans compter qu’Alice était la Combattante, ça en imposait et ça poussait Eden à mettre d’autant plus de distance. Ce genre de respect la poussait à ne pas fraterniser outre mesure.

”Pas de soucis, je te dirais ça ! Et je serais ravie de te voir !”

Son sourire était plus que sincère, ça serait réellement un plaisir de le retrouver au milieu des clients. Eden, dans sa ville natale, adorait voir ses amis, ou les habitués avec lesquels elle avait le plus sympathisé, débarquer pour passer un bon moment. Alors, bien sûr, elle aurait préféré se retrouver de l’autre côté de la carte des boissons, mais c’était toujours mieux que rien et elle ne boudait jamais son plaisir, essayant toujours de trouver 5 minutes pour s’asseoir avec eux et échanger quelques mots. Ici c’était différent, elle ne connaissait encore presque personne, ça lui ferait donc réellement plaisir de retrouver un visage amical à une table.

”Toi ça serait sûrement pas le cas, mais moi j’aurais rien besoin d’autre. Sauf la glace bien entendu !”

La gourmandise était un vilain défaut qui frappait même là où on s’y attendait le moins et Eden raffolait de certains desserts. Pas tous et d’ailleurs les glaces ne figuraient même pas en tête de liste. Aussi étrange que ça puisse paraître, elle préférait les gâteaux secs. Elle ne comptait pourtant pas bouder son plaisir, surtout que c’était elle qui allait se faire un plaisir de les offrir.

”Ah les noix ! C’est tellement bon ! En fait j’adore tous les fruits à coque, noisettes, noix, amande, noix de cajou, noix de macadamia, je pourrais me nourrir que ça ! D’ailleurs, y’a un noyer dans la forêt, faut que je te ramène une de ses noix, elles sont trop bonnes ! Bon t’en goûtera qu’une parce que vu ma taille sous forme animale et celle d’une noix, je pourrais pas en ramener plus, mais promis tu goûteras !”

Tout cet entrain pour une noix, elle avait presque bondit à son bras en y pensant et marchait en se mettant limite en travers de son chemin pour pouvoir le regarder en face. Heureusement qu’elle se tenait toujours à lui sans quoi elle aurait bien pu finir les quatre fers en l’air en buttant sans quelque chose. Quoi qu’en réalité, c’était peu probable vu que son équilibre et sa faculté à se rattraper étaient excellent, mais bon, quand on manquait de choir, on se retenait au premier truc qui venait et ce truc serait le bras de Cooper.

Puis elle parla des Plaisirs Coupables et ne loupa pas le moindre mot à leur sujet. L’endroit n’avait, en effet, pas l’air si terrible qu’on le disait et elle ne comprenait pas pourquoi il lui était si déconseillé de mettre les pieds. Ce qu’elle savait en revanche, c’était que sa patronne n’apprécierait sûrement pas qu’elle s’y rende.

”C’est vrai ? Un Vegan ? Et il est gentil ? Il s’appelle comment ? C’est quoi son totem ?”

Les yeux d’Eden pétillaient de curiosité. Un méta vegan, c’était trop la classe ! Elle avait bien envie de le rencontrer et sa curiosité était plus que jamais piquée au vif, ce qui lui donnait l’air d’avoir 12 ans brusquement. Elle avait vraiment quelque chose d’enfantin dans ces moments-là et sa façon de poser mille question encore plus. Puis Cooper lui proposa de l’emmener de le fameux club et l’entrain d’Eden retomba brusquement, laissant place à une grimace.

”Je pense que ça plairait pas à ma patronne. Donc même avec toi, vaut sûrement mieux que je m’abstienne… Mais... “ Elle se colla presque à lui, à défaut de pouvoir lui parler au creux de l’oreille - 20cm d’écart ça se compensait pas si facilement - pour reprendre la parole sur un ton mêlant confidence et conspiration. ”Si on devait décider de se voir et que tu veuilles me faire la surprise de la destination, je pourrais pas être tenue pour responsable d’y être allée…”

Elle se mit à rire de sa propre bêtise et secoua la tête en se replaçant normalement pour lui laisser un peu de place pour marcher sans problème. Une chance d’ailleurs puisqu’il accéléra le pas en approchant du restaurant. Elle lui offrit un large sourire amusé et plia légèrement les genoux en abaissant la tête, improvisant une médiocre révérence en réponse à son propre geste. Elle laissa un serveur les conduire à une table pour deux et prit la carte tendue avant de pousser un soupir d’aise.

”J’avais oublié à quel point ça pouvait être agréable de se retrouver du côté payant de la carte. Tu bois quelque chose ?”

Elle jeta un bref coup d’oeil à sa propre carte, décidant d’un coup d’oeil de ce qu’elle allait choisir. Elle garda tout de même en main, faisant mine de réfléchir longuement.

”Y’a longtemps que tu vis ici ? J’ai l’impression que tu connais tout et tout le monde ici, quoique je ne voudrais rien affirmer d’erroné pour le second point.”

En même temps, elle était pareille quand elle vivait dans son trou paumé. Elle aurait presque pu appeler chaque habitant par son prénom tellement tout le monde connaissait tout le monde là-bas.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4098-eden-brewster
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Mer 6 Avr - 13:43

Cooper fut passablement attendrit par la sincérité et la joie de vive de Eden. La jeune femme parlait de lui ramener une noix comme s'il s'agissait là d'une grande expédition et, à voir la taille qu'elle faisait une fois transformée, ça devait sans doute l'être, mais le sérieux et la bonne volonté qu'elle mettait dans cette idée avait quelque chose de vraiment mignon qui lui arracha un tendre sourire ainsi qu'un hochement de tête approbatif. Oui, il gouterait cette unique noix et il prendrait le temps de la savourer pour pouvoir remercier la jeune femme avec la plus grande des sincérités. La discussion virant sur les Plaisirs Coupables, le Norme fut assez étonné que la Métamorphe puisse ne pas pouvoir se rendre de sa propre volonté au club et se rappela, un peu tardivement il est vrai, que Alice et Précieuse ne s'entendaient pas. Ah oui, lui voguait au gré de ses rencontres, mais il oubliait parfois que tous ceux qu'il connaissait ne s'entendaient pas forcément entre eux. Préférant d'abord réponse à ses premières interrogations, il continua son avancée d'un pas tranquille.

- Il s'appelle Stephan et si je ne me trompe pas, son totem est celui de la chèvre.

Ou du bouc, il ne savait plus vraiment. Est-ce qu'un homme pouvait avoir le totem différent ?

- Et oui, il est très gentil, peut-être un peu trop pour son propre bien, mais c'est vraiment un ami formidable.

Car pour Cooper, Stephan l'était, son ami. Il l'estimait sincèrement et ne manquait jamais une occasion de prendre de ses nouvelles ni de parler avec lui de tout un tas de choses. Nul doute que si le Métamorphe avait un jour un problème, le Norme répondrait présent pour l'aider, sans hésiter. Reportant son attention sur le reste de la conversation, il avait hoché la tête quand il fut question d'emmener secrètement Eden avec lui au club, un sourire canaille montant à l'assaut de ses lèvres à cette seule idée. Chassant celle qui vint s'imposer à son esprit -à savoir la Métamorphe dansant sur scène- ils se retrouvèrent bien vite dans le petit restaurant dont il avait été question, cartes en main et cul vissé sur leurs chaises.

- Oui, je vais prendre un jus d'orange, c'est pas l'heure pour boire.

Ni le lieu non plus d'ailleurs, il préférait réserver ça aux PC ou même au pub d'Alice. Son regard parcouru la carte et il sentit son estomac grogner de protestation face à tant de lenteur pour le remplir. Cooper rit un peu, puis reposa le carton plastifié sur la table, s'étirant un peu tout en écoutant les nouvelles questions de la jeune femme.

- Je suis né ici pour être exact alors forcément je connais cette ville comme ma poche. Et puis avec mon métier, les gens sont habitués à me voir un peu partout et j'en ai rencontré tellement que je serais incapable de te faire la liste de tous leurs noms.

Cooper lui sourit gentiment, désignant ensuite la carte de Eden d'un signe du menton.

- Moi je vais prendre une pizza marguerita et toi ?

Il mourrait de faim, l'inconvénient quand on pratiquait autant d'activités physiques en tous genres que lui, il n'avait d'ailleurs pas grand-chose à envier à ces sportifs de haut niveau et, bien qu'il ne s'en vanta pas souvent, possédait un métabolisme qui brûlait les calories à une vitesse folle, de quoi faire enrager n'importe quel diététicien ou médecin qui tentait de le convaincre de se restreindre sur la nourriture.

- Je suis content que tu m'ais sauté dessus, t'es vraiment quelqu'un de super sympa Eden et j'espère vraiment qu'on pourra être amis.

Une petite voix dans sa tête lui souffla que ce qu'il voulait c'était être bien plus qu'ami avec ce joli petit bout de femme, mais sa conscience la rabroua et la renvoya dans les limbes du déni avec pertes et fracas. Non mais, pas question de mal se conduire avec la Métamorphe, elle était bien trop douce et gentille pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Eden Brewster
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Trick O'Clink
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
12/30  (12/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Mer 6 Avr - 21:36


Eden adorait les chèvres ça s’était vu dans ses yeux qui s’étaient soudain agrandi et rempli d’un bonheur enfantin. Elle en avait vu des tas pendant son enfance puisque son leur voisin le plus proche possédait un élevage. Elle avait passé des heures à leur courir après pour les câliner et avait dû arrêter de compter le nombre de fois ou leur propriétaire l’avait chassé parce qu’elle faisait tourner leur lait. Mais les biquettes avait fini par s’habituer et elle avait mit un point d’honneur à conditionner tous les chevreaux pour qu’ils soient habitué à sa présence. Elle allait même souvent assister aux mises bas.

”J’aime tellement les chèvres ! J’aimerais bien être son amie aussi, tu me le présenteras ?”

La faculté d’Eden à vouloir et à réussir à se faire des amis était incomparable, elle ne devait avoir son pareil nulle part ailleurs. Elle aimait tout le monde, souriait à tout le monde, avait toujours un mot gentil et des petits moments de folies adorables, des idées parfois farfelues ou qui l’était pour elle. Elle avait le contact facile et une joie de vivre communicative, ça aidait beaucoup. Comme avec Cooper, elle lui avait sauté dessus et l’avait fait tomber, mais il s’était montré gentil plutôt que de la jeter sans ménagement. Un homme adorable qu’elle comptait bien tout faire pour garder parmi ses proches, même si, en réalité, ça consistait surtout à rester elle-même quitte à pousser quelque peu sa douceur naturelle en avant si la situation semblait l’exiger. Et oui, elle savait jouer de son côté doux et innocent quand ça l’arrangeait et c’était très rare.

Après leur arrivée au resto, elle avait fini par reposer sa carte, faire mine de continuer à choisir alors qu’elle avait décidé de ce qu’elle voulait en un clin d’oeil, c’était ridicule. D’ailleurs, il était aisé de deviner ce qu’elle allait prendre, c’était parfaitement prévisible. il voulait un jus d’orange et elle opterait pour un coca bien sucré et calorique, quand on passait son temps à avaler des fruits et des graines, on pouvait se permettre de consommer ce genre de boissons.

”Oula, c’est pas ce que je te demande heureusement !”

Elle était partie dans un grand rire amusé. Toute façon, connaître les noms de ses connaissances ne lui servirait pas à grand chose si elle ne pouvait pas mettre un visage dessus. Par contre, qu’il les lui présente au fur et à mesure, ça serait un réel plaisir et puis ça lui donnera un peu moins l’impression d’être une étrangère dans cette nouvelle ville. Car il ne fallait pas se leurrer, aussi avenante qu’elle soit, débarquer de sa campagne natale n’était jamais chose aisée.

”Ça sera une salade aux noix pour l’écureuil qui dort en moi ! Et un coca !”

Elle le disait sur un ton tellement logique, comme s’il avait été impossible qu’elle puisse décider de manger autre chose. Pourtant, il y avait de très bonnes pizzas végétariennes, mais elles étaient toujours trop grosses et elle n’en atteignait jamais le bout, c’était de l’argent jeté par les fenêtres. Alors qu’une salade, ça passait tout seul. Puis Cooper reprit la parole et le sourire qui étira les lèvres d’Eden sembla plus lumineux que jamais. Et il fallait le coupler à la rougeur de ses joues et à sa façon de rentrer sa tête dans les épaules. La demoiselle était flattée et elle posa finalement ses coudes sur la table pour appuyer sa tête dans ses mains, toujours rougissante et souriante.

”Évidemment qu’on va l’être ! Regarde comme on est en bonne voie ! Et on a presque déjà des plans de prévus !”

Oh oui, elle comptait bien être amie avec le Norme, voir plus, mais là, c’était la saison des amours qui modifiait son jugement… Ou pas. Elle préférait de pas y penser pour le moment, il serait toujours temps quand ses hormones cesseraient de lui jouer des tours. Elle commença d’ailleurs à appréhender et un léger voile d’inquiétude passa sur son visage. Elle avait passé les deux dernières saisons cloîtrée chez elle, loin de toute tentation. Sa perte l’avait trop remuée pour qu’elle puisse vouloir faire quoi que se soit avec qui se soit. C’était du passé maintenant, mais ça allait aussi être la première fois en trois ans qu’elle se retrouvait entourée de monde avec ses hormones qui la mettrait dans tous ses états. Elle avait peur de ce qu’elle pourrait faire et, même si elle ne s’attachait pas aux évènements passés, elle n’avait pas envie de commettre l'irréparable. Surtout que ça pourrait être avec Cooper… Elle avala sa salive de travers, songeant qu’elle devrait peut-être l’éviter pour le reste de la saison.

Son attitude redevint normale quand le serveur vint prendre leur commande. Elle avait si faim qu’elle ne put s’empêcher d’annoncer la commande dans son intégralité sans laisser le temps à Cooper d’ouvrir la bouche. Puis, une fois le serveur reparti, elle lui offrit un sourire amusé et lui tira la langue.

”Je t’ai pas laissé parler, désolée, j’ai assez faim au final.”

Elle s’accouda de nouveau à la table et croisa ses mains sous son menton, enfin entièrement concentrée sur lui. Ressasser le passé et s’inquiéter du futur, ça n’était vraiment pas son genre, il arriverait ce qui devait arriver et elle parviendrait à vivre avec, comme elle le faisait avec tout le reste. Restait à espérer qu’elle arriverait à se contrôler un minimum, parce que bon, saison des amours ou pas, elle avait du respect pour ça propre personne et comptait bien le conserver.

”Qu’est-ce que tu veux qu’on fasses après ? En dehors de manger une glace évidemment.” Elle coula un regard vers l’extérieur et son ciel encore bleu mais qui n’allait pas le rester longtemps, avant de reporter son attention sur Cooper. ”Je suis dégoûtée du temps prévu ce soir, je voulais aller faire un tour en forêt. Tu va faire quoi toi ?”

Elle n’aurait rien eu contre le fait qu’il lui propose un plan B. Voir la météo l’avait dépitée, mais bon, elle ne rechignerait pas non plus, loin de là, à passer une bonne soirée entre copines avec Evie.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4098-eden-brewster
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Jeu 7 Avr - 8:56

L'écureuil qui dormait en elle... C'était tellement vrai et mignon à la fois que Cooper ne pu s'empêcher d'éclater de rire, gentiment amusé par cette façon d'assumer pleinement ce qu'elle était de la part d'Eden, étant à ce stade persuadé qu'effectivement, ils allaient être de très bons amis rien qu'à voir comme ils s'entendaient déjà. Bien sûr le Norme était ainsi, très sociable et avec le contact facile, ce qui venait à la fois de son tempérament très affirmé et de cette propension qu'il avait à s'intéresser à autrui, pour différentes raisons. Même dans son travail il arrivait à nouer contact et, hormis les cons de service et ceux trop prompts à poser un jugement sans savoir, il ne rencontrait quasiment jamais de difficultés avec autrui. Ses qualités d'observation, enfin, lui servaient bien plus que ce que les gens croyaient. Habitué à faire le pitre et à jouer les imbéciles, l'homme n'en demeurait pas moins vif et attentif aux plus petits détails et, s'il faisait toujours comme s'il ne voyait ni n'entendait rien, c'était loin d'être le cas. Était-il important pour autant de le faire remarquer ? Non, car si les autres ne lui parlaient pas de ce qui occupait leur esprit, alors c'est qu'ils n'étaient pas prêts ou ne le voulait tout simplement pas. Ainsi vivait Cooper et ainsi, quand il remarqua le bref changement d'expression chez la Métamorphe, attendit-il de voir si elle émettait quoi que ce soit à ce sujet ou bien si au contraire elle se contentait de chasser le fil sombre de ses pensées. Bingo, ce fut bien la deuxième option et le Norme eut un sourire gentil à son intention, fidèle à lui-même en toute occasion comme durant celle-ci, laissant Eden commander en retenant un sourire, hochant la tête quand le serveur lui jeta un coup d’œil pour s'assurer que c'était bien cela qu'il désirait aussi. Un regard entendu entre hommes et l'employé s'éloigna, tandis que le vis-à-vis de la jeune femme haussait les épaules.

- Je crois aussi oui, t'en fait pas bientôt on va se remplir le ventre.

Elle avec une belle salade et lui avec sa bonne pizza, de quoi contenter chacun d'entre eux. Cooper la vit s'accouder sur la table pour le fixer dans une expression entre l'intérêt et la mignonnitude, souriant avec amusement sans pouvoir s'en empêcher : elle était vraiment craquante quand elle s'y mettait. Il s'apprêtait à répondre quelque chose pour la suite de leur programme, mais la mention du temps qu'il ferait en soirée ne manqua pas de faire mouche et il lui fallut tout son self-control pour ne pas frémir et conserver son sourire, quoique celui-ci ait perdu en intensité.

- Je pensais m'enfermer chez moi et jouer aux jeux-vidéos. Pas très athlétique, mais comme tu l'as dit, il va faire mauvais temps alors forcément...

Il haussa les épaules, se souvenant de l'annonce de l'orage et coulant un regard vers le ciel encore bleu, quoique les nuages lourds s’amoncèlent de plus en plus vite à l'horizon. Un peu trop à son goût en vérité. Reportant cependant son attention sur Eden, il lui sourit de nouveau plus intensément, imitant sa posture avec ses avant-bras et calant son menton sur ses mains croisées devant lui.

- Pour le reste de l'après-midi, on a le choix de nos activités, mais on pourrait aller faire les imbéciles au bowling du coin. L'air de rien nos amis canadiens ont été très futés en inventant ce jeu. Y'a aussi une jolie petite librairie qui possède des livres de toutes sortes et qui fait aussi les BDs, les comics et les goodies, y'aurait de quoi s'occuper là-bas aussi. Ou alors on peut même faire carrément les deux dans l'ordre qui te plait, ou trouver d'autres occupations. Comme tu voudras.

Après tout pourquoi se restreindre ? Ils avaient encore au moins trois heures devant eux avant que le temps ne se dégrade et qu'il soit obligé de battre en retraite en direction de son domicile pour s'abriter de l'orage, ce qui était largement suffisant pour faire l'intégralité de ces activités. Tout du moins s'ils ne trainassaient pas.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Eden Brewster
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Trick O'Clink
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
12/30  (12/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Jeu 7 Avr - 17:48


Ce petit regard d’homme à homme n’avait pas échappé à la méta. Elle avait haussé un sourcil avant de lâcher un bref ”Tsss”. Ah ces hommes. Elle aurait parié que si c’était Cooper qui avait passé la commande, jamais le serveur n’aurait coulé un regard vers elle pour avoir une confirmation. Mais bien loin de s’offusquer, son sourire en coin indiquait bel et bien qu’elle s’amusait de la situation.

”C’est vraiment un truc de mecs ce genre de petit regard. Mon fiancé le faisait aussi quand je commandait avant qu'il ait eu le temps de le faire.”

Un sourire un brin nostalgique étira ses lèvres avant de disparaître. Elle n’avait vraiment aucune envie de penser à lui, c’était déprimant et elle n’aimait pas déprimer. Et puis, parler de son fiancé, c’était déjà indélicat mais en parler sans le rajout “ex”, c’était peut-être encore pire. Elle n’en avait pas vraiment conscience, il était, avec le temps, devenu un sujet de conversation comme un autre. Et puisqu’ils n’étaient plus ensemble pour cause de décès et non de séparation, elle n’aimait pas le qualifier d’ex. La mémoire de Kevin, même si elle ne l’entretenait pas du tout, ne méritait de se retrouver au même rang qu’un homme avec qui ça aurait juste mal fini. Elle eu juste une brève pensée pour Cooper, espérant qu’il ne serait pas choqué de la voir parler d’un fiancé au passé sans rien montrer de plus que son habituelle tranquillité.

Elle se contenta de hocher la tête à sa phrase suivante, pas la peine de répondre puisque son estomac avait choisi ce moment très précis pour gronder comme si une bête sauvage se cachait en elle. Et il passa momentanément sur sa question pour répondre à la suivante. Une soirée jeux vidéos...

”Tu joues à quoi ? Je peux venir ?”

Ses paroles avaient été bien plus rapides que ses pensées et elle s’était mordue la lèvre inférieure, regrettant son manque de réflexion en amont. Elle rentra la tête dans les épaules en esquissant un sourire désolé mais, là où elle aurait logiquement dû revenir sur ses paroles et lui dire d’oublier, elle se redressa et son sourire s’élargit. Elle maintenait sa question et s’invitait purement et simplement chez Cooper. Du Eden tout craché quoi. Si elle l’avait dit, c’était qu’elle en avait envie, alors même si c’était une mauvaise idée en plus d’être malpoli, autant tenter le coup.

Puis il proposa enfin son plan d'action pour les heures suivantes et Eden pencha légèrement la tête sur le côté.

”Bowling, bouquins ?” Elle sembla pensive un moment, pinçant les lèvres en signe de réflexion, puis son grand sourire revint et elle hocha la tête. ”Ça me va ! Y’a des siècles que j’ai pas joué au bowling ! Y’en a un là d’où je viens, mais comme c’est petit et que tout le monde se connaît, je passais plus de temps à dire bonjour et discuter qu’à jouer…” Aaaaah, les joie de Worland, son petit patelin ne lui manquait plus depuis qu’elle avait découvert la Nouvelle Orléans et ses nombreuses richesses. ”On commence par le bowling et après on va à la librairie ? Ça sera plus facile de savoir si le temps se dégrade.”

On voyait assez rarement l’extérieur depuis une piste de bowling, alors que dans une librairie, un coup d’oeil par la vitrine et ils seraient renseignés. En tout cas, cette après-midi était prometteuse. Si on lui avait dit, quand elle était sortie de chez elle, qu’elle allait sauter sur un parfait inconnu et passer quelques heures en sa compagnie… Eh bien elle l’aurait certainement cru malgré l’improbabilité de la chose. Elle se pencha en avant et haussa un sourcil amusé.

”Dites-moi Monsieur Cooper, est-ce qu’il vous arrive souvent de prévoir un programme de plusieurs heures avec une parfaite inconnue qui vous a sauvagement sauté dessus ?”

Elle se retenait de sourire, tentant, en vain, de se montrer suspicieuse. C’était très dur pour elle et, en réalité, elle était juste curieuse, se demandant si elle était une parmi tant d’autre ou si son statut était privilégié.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4098-eden-brewster
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Ven 8 Avr - 8:52

Fiancé, action au passé, les yeux de Cooper se plissèrent alors même qu'il entendait Eden parler de cet homme qui, visiblement, ne faisait plus partie de sa vie. Est-ce que c'était un ex avec qui elle avait gardé un bon contact ? Probablement, vu comme elle l'évoquait, mais ne voulant pas être indélicat, il s'abstint de toute question déplacée et se contenta d'acquiescer, haussant légèrement les épaules comme s'il s'agissait là d'une chose entendue entre les hommes et qu'on y pouvait rien. La mention des jeux vidéos ne manqua pourtant pas d'intéresser la jeune femme qui, visiblement, possédait cette qualité d'avoir envie de tout découvrir.

- Oh ben... J'avais pensé au dernier jeu d'aventure qu'est sortit le mois dernier, il avait l'air sympa alors je l'ai acheté, mais je n'ai pas encore prit le temps d'y jouer.

Trop de boulot, trop de sorties aussi, le Norme avait songé à se faire un weekend devant la console à ne faire que jouer, manger, dormir, jouer, jouer et jouer encore. Est-ce qu'il voulait que Eden vienne ? Pourquoi pas oui, sa demande avait été si spontanée, si dépourvue de toute mauvaise intension autant dans la voix que dans le regard... Mais ce soir, il y aurait de l'orage et l'homme retint une grimace de justesse, haussant les épaules.

- Et bieeeeen... Disons que ce soir, ça risque d'être compliqué, mais pourquoi pas demain ? On pourra commencer le jeu ensemble comme ça.

Ouhla, mais quelle idée il avait là ! Ça avait tout de la proposition amicale avec forte probabilité de dérapage toute cette histoire, mais il n'allait quand même pas risquer de tout faire foirer sous prétexte qu'elle était jolie à en tomber. Secouant la tête pour chasser ce fil malsain et intéressé de ses pensées, il reporta son attention sur la Métamorphe au moment même où elle parlait de son ancien bowling et des gens qu'elle y connaissait. Il la comprenait tant et s'imaginait tellement à sa place qu'il éclata de rire, amusé et touché par ce que la jeune femme racontait. Et en plus de ça, elle lui proposait de surveiller le mauvais temps grâce aux vitrines de la librairie, en somme une attention qui avait de quoi le toucher.

- Alors banco, va pour le bowling et la librairie.

Puis soudain, elle se pencha par-dessus la table en affichant une mine faussement inquisitrice qui ne tromperait personne, posant une question qui ressemblait en tous points à celle qu'il lui avait posé lorsqu'ils s'étaient rencontrés, il y avait un peu moins d'une heure de ça à présent. Souriant en coin avec un amusement certain, Cooper se pencha à son tour, mains à plats sur la table et yeux plissés en une mimique de conspiration assez comique, baissant la voix pour être dans le ton.

- En vérité c'est assez rare qu'une femme me saute dessus de la sorte, je crois même que c'est la première fois qu'on me fait tomber à la renverse comme ça dans un lieu public.

Il lui fit un clin d’œil et se redressa sur sa chaise, étouffant un bref rire avant de secouer la tête, posant ses mains sur son débardeur en feignant une moue superficielle à souhait, prenant une voix snob avec l'air qui allait bien.

- Et pourtâââânnnt Madâââââmeuh, quand on voit ce corps d'APPolon. Il manqua postillonner sur le "P" accentué et eut bien du mal à ne pas rire. On se demande comment elles font pour résister.

Trouvant que la comédie avait assez durée, il se figea dans cette posture grotesque, coulant vers elle un regard en biais alors même que ses yeux pétillaient d'amusement... Puis éclata de rire en relâchant sa posture, riant de bon coeur en passant une main dans ses cheveux pour reprendre bonne contenance, se servant un verre d'eau qu'il engloutit d'une traite, toussant et se raclant la gorge, très fier de sa connerie.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Eden Brewster
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Trick O'Clink
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
12/30  (12/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Ven 8 Avr - 11:30


Les jeux d’aventures, Eden n’était pas une fine connaisseuse, mais grâce à son frère, elle avait des bases solides et se débrouillait plutôt bien. Après, toutes les consoles du domicile familial appartenait à son cadet donc elle n’avait pas pu en emmener en partant et, pour le moment, elle n’avait pas les moyens de s’en acheter une. Mais ça viendrait. Ça occupait bien par mauvais temps où quand elle n’aurait juste pas envie de mettre le nez dehors. En attendant, jouer avec Cooper lui paraissait être une très bonne idée.

Elle pencha la tête sur le côté plissant les yeux. Quelque chose ne collait pas dans ce qu’il disait. D’un côté, il prévoyait de passer la soirée sur la console, de l’autre elle ne pouvait pas s’incruster le soir même. Son air circonspect s’effaca aussi vite qu’il était apparu et elle hocha la tête.

”Va pour demain alors ! Je te raccompagnerais tout à l’heure comme ça je saurais ou t’habites !”

Il devait avoir une bonne raison pour ne pas vouloir qu’elle vienne ce soir et elle n'avait pas envie de lui demander laquelle. S’il avait jugé utile de lui dire, ça serait déjà fait. Elle se contenta donc d'afficher un nouveau grand sourire. Demain c’était bien aussi et elle avait déjà hâte d’y être. Quoique ça impliquait que la journée se termine et qu’elle n’était pas pressée. Elle voulait profiter d’être en sa compagnie, la séparation viendrait bien assez tôt.

La suite de leur conversation consistait d’ailleurs à préparer leur après-midi et Eden ne put s’empêcher de rire en même temps que lui. On ne pouvait jamais vraiment être tranquille dans les petits coins et ça avait toujours quelque chose de cocasse. Impossible de faire trois pas sans tomber sur quelqu’un, sans devoir faire la bise ou agiter la main.

”On va bien s’amuser !”

Elle débordait d’entrain, trépignant sur sa chaise et gigotant comme une gamine trop pressée. Puis elle se calma, s’accoudant pour lui poser sa fameuse question avec son air mal fabriqué. Leur rencontre était tout de même bien étrange et, personnellement, si ce n’était pas la première fois qu’elle sautait sur le premier venu pour se protéger d’un danger, c’était en revanche la première fois que ça la conduisait au restaurant. Et c’était sans compter la suite de leurs projets et ceux qui avait vu le jour pour le lendemain.

”J’ai toujours eu une façon bien à moi d’aborder les gens !”

Elle s’amusa de sa propre bêtise puis le regarda faire, la bouche entrouverte. Il aurait été difficile de savoir ce qui se passait dans sa tête et se ne fut que quand il acheva son numéro qu’il le sut. Ses lèvres entrouvertes se fendirent d’un immense sourire et elle éclata de rire en même temps que lui. Quand elle-même retrouva son calme, se fut pour afficher un air vaincu en posant ses mains sur son coeur.

”On se le demande oui ! La preuve, moi je n’ai même pas essayé, j’ai tout de suite abandonné en comprenant que ma seule option était de te tomber dans les bras !”

Le pire c’était que le physique de Cooper avait réellement joué un rôle dans son choix. Il était grand et il avait l'air rassurant, ça avait grandement influencé son choix. Et puis, elle ne pouvait se mentir, il était beau garçon et ça n’avait échappé à aucune partie de son cerveau,de la plus consciente à la plus inconsciente.
Elle-même finit par reprendre une attitude normale et son air vaincu se mua en curiosité.

”D’ailleurs en parlant de ta grande beauté. Tu es célibataire ?”

Elle demandait ça de façon si anodine, comme si elle parlait du ciel qui s’assombrissait de plus en plus ou de leur boisson, que le serveur venait à l'instant de leur amener. Difficile de dire si elle posait la question pour faire la conversation ou si la réponse l'intéressait vraiment. En tout cas, ses grands yeux innocents posés sur Cooper, il était évident qu’elle attendait la réponse.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4098-eden-brewster
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Ven 8 Avr - 11:45

Rares étaient les personnes qui s'ennuyaient en compagnie de Cooper. Soit il s'agissait de blasés ne s'amusant jamais de rien, soit de chieurs qui trouvaient toujours à redire sur tout et notamment l'humour parfois très simple de l'homme qui, pourtant, avait fait ses preuves en matière de comique, fut-ce volontairement ou non. Voir Eden rire aux éclats en même temps que lui fit bondir son coeur de joie et il fut soulagé de voir qu'elle aimait son sens de l'humour, même si ça avait été assez grotesque et surjoué. Ils allaient vraiment bien s'amuser et, l'air de rien, leur complicité faisait plaisir à voir, y compris aux membre du personnel du restaurant qui avait tourné la tête en les voyant rire. Que la jeune femme ait sa façon d'aborder les gens, l'homme n'en doutait pas, cependant il était encore à peu près persuadé que ça n'avait pas été le but de la manœuvre, riant encore un peu quand la Métamorphe en rajouta une couche en affirmant ne pas avoir eu d'autre choix que de lui tomber dans les bras.

- Oui je sais, je sais.

Fit-il en se faisant faussement vantard, ricanant encore et se servant un autre verre d'eau en même temps qu'à sa vis-à-vis, lui souriant avec bienveillance et amusement, son regard brillant d'un éclat d'intelligence quand elle posa sa question. Se rencognant dans son siège, il écarta les bras, un large sourire aux lèvres.

- Libre comme l'air !

S'exclama-t-il avant de lever son verre à son intention, puis le portant à ses lèvres pour boire une bonne rasade d'eau. c'est que ça donnait soif de faire le pitre, mais ils passaient un trop bon moment pour regretter quoi que ce soit.

- Et toi alors ? Une foule de prétendants à tes pieds ou juste un petit-ami possessif et jaloux façon garde chiourme ?

Il n'y avait pas de raison que les taquineries aillent dans un seul sens et, de l'avis de Cooper, une aussi jolie jeune femme ne pouvait pas être célibataire, pas avec un minois aussi adorable et une attitude aussi craquante. Elle donnait envie de veiller sur elle, de la prendre dans les bras et de la protéger du monde entier et de ce qu'il pouvait receler de mauvais et de dangereux. Non, vraiment, Eden n'était pas ce genre de fille que le Norme détestait ou, en tout cas, se méfiait grandement.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Eden Brewster
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Trick O'Clink
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
12/30  (12/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Ven 8 Avr - 19:34


L’humour de Cooper était très agréable à entendre. Il détendait l'atmosphère et lui donnait encore un peu plus la joie de vivre. Eden n’avait jamais été dure à faire rire, mais il y parvenait tout de même très facilement. Ils étaient sur la même longueur d’onde et visiblement capable d’avoir les même délires, c’était tellement agréable et Eden était de plus en plus ravie d’avoir fait sa connaissance.

En prime, il y avait bien une chose qu’elle aimait entendre quand elle rencontrait un homme et qu’ils sympathisaient rapidement, c’était qu’il était célibataire. Pas par convoitise ou parce qu’elle faisait prématurément des projets dans sa tête, ça n’était pas son genre, elle laissait les choses se faire naturellement. C’était plutôt par précaution. Car s’il y avait bien une chose dont la méta avait horreur, c’était qu’une petite amie jalouse lui tombe sur le coin de la figure. Elle avait déjà vécu le cas. Elle se promenait tranquillement dans la rue, mains dans les poches quand une folle l’avait agressé en l’accusant de vouloir lui voler son mec. Ridicule. Seulement voilà, ce genre de femme ne se laissait pas facilement raisonner et Eden n’avait eu d’autre choix que s’enfuir en décidant qu’elle se tiendrait le plus éloigné possible de l’homme en question.

Alors quand Cooper lui avait dit être libre comme l’air, elle n’avait pu retenir un soupire de soulagement. Un sourire était même venu ponctuer le tout, ce qui lui donnait l’air d’être exagérément soulagée. C’était plus fort qu’elle, elle savait qu’elle donnait une tout autre impression mais elle ne pouvait pas s’empêcher de l’exprimer. Il aurait été mal venu que Cooper se fase de fausses idées, mais, au pire, elle dissiperait les doutes et lui expliquerait le fond de sa pensées. Et quand il lui retourna la question, à sa façon, elle fit mine de regarder sous la table, autour de ses pieds puis se redressa et haussa les épaules.

”Je vois personne !” Elle lui tira brièvement la langue avant de reprendre. ”Et pas de jaloux possessif non plus ! Ça fait un moment d’ailleurs.”

Elle était aussi célibataire que lui et ne cherchait pas spécialement à se caser pour le moment. Si ça devait venir, ça viendrait, mais elle ne courrait pas après les hommes, elle ne l’avait jamais fait d’ailleurs. Elle les laissait venir à elle et le temps faisait généralement efficacement son oeuvre. Après, elle leur sautait parfois dessus, mais c’était toujours sans aucune arrière pensée. Elle s'appuya contre le dossier de sa chaise et sembla pensive un instant.

”J’ai eu un fiancé, comme je l’ai brièvement dit. Il est mort en même temps que ma mère dans un accident de voiture, je suis la seule à en avoir réchappé.”

Elle ne lui disait pas ça pour susciter sa pitié. La preuve, elle en parlait tranquillement, sans tristesse dans le regard, sans nostalgie. Mais ça expliquait son long célibat, peut-être aussi son arrivée récente et le fait qu’elle n’avait pas encore noué de lien avec un homme. Ça n’était pas ce qu'elle cherchait en venant ici. Pas en priorité en tout cas. Elle voulait changer de vie et ne plus être forcée à vivre avec les souvenirs douloureux. La Nouvelle Orléans était sa bouffée d’oxygène et si elle parvenait à y construire sa vie, ça serait parfait.

”Je suis partie de ma ville parce qu’à force de vivre entourée de souvenirs et de regards compatissants, je devenais folle ! J’ai une très grande capacité à laisser le passé derrière moi, mais les autres pas visiblement.” Elle poussa un soupir et recommença à sourire. ”Juste pour dire que j’ai plus débarqué ici en espérant me faire des amis qu’autre chose. Je le précise parce qu’on m’a déjà trouvé bizarre à dire que j’étais seule depuis plus de 2 ans… Et je voudrais pas que tu me trouve bizarre !”

Elle arborait un air blasé, les gens sautaient tellement vite aux conclusions, c’était désespérant.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4098-eden-brewster
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Dim 10 Avr - 10:38

Cooper réalisa que la conversation prenait une bien étrange tournure, même si en vérité cela ne le dérangeait pas plus que cela, sans doute parce que malgré tout Eden demeurait fidèle à ce qu'elle avait montré jusque-là. Ils se demandèrent naturellement s'il y avait quelqu'un dans leurs vies respectives, la mimique de la jeune femme qui vérifia ses pieds ne manqua pas de faire rire un peu l'homme qui hocha la tête, s'amusant de cet humour qu'ils avaient en commun, car c'était exactement le genre de choses qu'il faisait lui aussi. Ainsi on avait deux hurluberlus libres comme l'air en train de passer une après-midi en tête à tête, bien que lorsque la Métamorphe parla de son fiancé, le sourire du Norme disparu pour laisser place à un visage grave et compatissant de circonstance. Il fut tenté de poser des questions, mais préféra s'abstenir par égard pour Eden qui lui expliqua d'elle-même plusieurs choses, assez pour que son interlocuteur comprenne que c'était quelque chose de récent et ne laisse un léger sourire revenir sur ses lèvres. Comme il la comprenait ! Bien sûr il était natif d'ici et n'avait jamais perdu personne d'aussi proche, surtout de cette façon, mais à la fin de son discours, il se contenta d'abord de secouer légèrement la tête, passablement touché.

- Non, tu n'es pas bizarre, t'es juste quelqu'un qu'a une grande force de vie en elle c'est tout.

Lui-même était le genre d'homme à toujours aller de l'avant, il vivait, riait, s'amusait, se battait aussi, se blessait, se soignait, travaillait, vivait intensément et parfois à deux cent à l'heure... Mais il ne laissait pas la vie avoir assez de prise sur lui pour l'atteindre au-delà d'un certain degré de souffrance, n'encaissant pas, mais laissant couler au contraire sans que les choses ne s'agrippent à lui pour le retenir, le ralentir, le mettre à terre. Cooper se retrouvait dans ce que lui disait Eden et ce fut avec un doux sourire qu'on ne lui voyait presque jamais qu'il tendit le bras pour venir poser sa main sur le haut du sien, le regard brillant d'intensité et de chaleur.

- J'te le redis alors : Bienvenue à la Nouvelle Orléans, là où tout est possible et où les mecs comme moi invitent les jolies filles comme toi à manger après qu'elles leur ai sauté dessus pour échapper à un chat.

Son sourire s'élargit alors qu'il ôtait sa main de son bras, puis il éclata d'un rire léger avant de secouer la tête, levant les yeux vers le serveur qui arrivait pile à cet instant précis avec leurs plats respectifs. Cooper le remercia et, une fois l'homme repartit, se pencha pour humer sa pizza en prenant une grande inspiration sonore et comique à la fois. Il expira bruyamment, comme en extase devant celle-ci, un rictus de bonheur à l'idée du bon repas qu'il s'apprêtait à faire.

- Aaaahhhh ça a l'air tellement booooooon !

Cooper, cet accroc aux pizzas. Il rit de bon coeur, puis sourit à Eden, se penchant un peu pour regard la tête qu'avait sa salade, acquiesçant comme pour approuver, sentant l'odeur qui arrivait jusqu'à lui et qui laissait présager un plat de qualité.

- Toi aussi d'ailleurs, ça a l'air bon. Tu voudras qu'on échange une bouchée de nos plats pour voir ? Je n'ai jamais pris de salade ici, même si tout ce qu'ils font est toujours délicieux.

Retour du sourire en coin façon canaille, mais le Norme était ainsi et il ne pouvait s'empêcher de s'amuser follement, malgré les propos graves échangés l'instant d'avant. La présence de Eden le mettait particulièrement en joie et il se sentait survolté, débordant d'énergie et avec l'envie de bondir dans tous les sens en faisant des cascades. Seuls son estomac criant famine et son éducation qui disait que cela ne se faisait pas l'empêchaient d'agir.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Eden Brewster
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Trick O'Clink
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
12/30  (12/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Dim 10 Avr - 14:11


Elle lui avait offert ce qui devait être son plus grand et son plus beau sourire. Il ne la trouvait pas bizarre et, au contraire, pensait qu’elle avait une grande force de vie. C’était vrai, elle vivait les choses sur le coup mais ne se laissait jamais retenir dans le passé, elle avançait coûte que coûte, malgré les intempéries et les obstacles imposés par la vie. Elle avait sûrement déjà bien plus souffert que certaines personnes de son âge, mais n’avait pas laissé la morosité ou la noirceur envahir son coeur. Elle restait elle-même malgré les évènements, conservant toujours la même ligne de conduite et la même joie de vivre. C’était important pour elle de rester positive et de ne jamais se laisser aller à la déprime et puis, ça n’était pas dans son caractère de toute façon.

Elle posa sa main sur celle qu’il avait mise sur son bras. Il était vraiment gentil, joyeux et agréable à vivre. Pas besoin de le connaître depuis des jours ou des semaines pour s’en rendre compte. Il agissait comme un parfait gentleman depuis le début et ne semblait pas enclin à porter le moindre jugement, ni à laisser des idées préconçues orienter ses pensées. Il la prenait comme elle se présentait et, en prime, ne se montrait pas du tout curieux. C’était visiblement un défaut qu’il ne partageait pas avec elle. Et quand bien même il l’aurait été, elle n’avait rien à cacher et pouvait parler de tout sans problème, même des choses qui avaient être si douloureuse à un moment ou un autre.

”Tu me trouve vraiment jolie ?”

Elle avait légèrement penché la tête sur le côté en posant la question, un sourire délicatement curieux étirant ses lèvres. Elle-même le trouvait charmant, le look punk et les tatouages ne la rebutaient pas le moins du monde, au contraire, ça lui donnait un petit côté rebelle et rassurant en même temps. Elle n’aurait pas vraiment pu l’expliquer, elle aimait ça, voilà tout.

Quand le serveur vint déposer leur plat devant eux, Eden le remercia en lui offrant un sourire radieux, elle était morte de faim et il sauvait son estomac d’une auto-digestion certaine. Elle-même huma son assiette et poussa un soupir de satisfaction avant d’aller attraper une noix du bout des doigts et de la poser sur le bout de sa langue qui se chargea de l’amener à l’intérieur de sa bouche.

”Je suis bien d’accord ! Cette salade n’a qu’une envie, se faire dévorer !”

Ou du moins, elle n’avait qu’une envie, la gober d’une seule bouchée. Les feuilles de salades étaient bien vertes, les noix bien fraîches et le tout brillait sous l’effet de la vinaigrette. C’était difficile pour elle de résister à l’envie de se jeter dessus dans la seconde et de tout dévorer. Mais elle avait tout de même un minimum d’éducation et attendit un peu avant de donner le premier coup de fourchette. Elle piocha pour prendre une autre noix en laissant son regard glisser vers la pizza de Cooper. Là, aussi, il y avait vraiment de quoi donner envie et elle hocha la tête à l’affirmative quand il lui proposa d’échanger une bouchée. Elle n’attendit d’ailleurs pas et attrapa sa fourchette pour piquer dans son assiette. Quelques feuilles, une belle noix et elle mit sa main en dessous pour la tendre vers le visage du Norme.

”Je pense que tu vas adorer !”

Elle affirmait ça sans avoir, elle-même, réellement goûté mais son odorat ne la trompait pas. La qualité du contenu de son assiette était indéniable et elle était ravie de partager avec lui.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4098-eden-brewster
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Dim 10 Avr - 14:41

Elle était quand même terrible pour un aussi petit bout de femme. Elle arrivait autant à le toucher qu'à le faire rire et, en prime de ça, s'accordait le luxe de réussir à le perturber suffisamment pour qu'il faille attendre plus d'un battement de coeur avant qu'il ne réponde, chose qui pour le spontané qu'il était ne représentait pas rien. Il lui avait souhaité la bienvenue en ville et Eden avait trouvé le moyen de tirer du feu le seul marron qui importait vraiment : il la trouvait jolie. A la question qu'elle posa donc pour s'assurer de cette affirmation, Cooper cligna brièvement des paupières, haussa les épaules d'un air faussement nonchalant, puis acquiesça avec un sourire au coin des lèvres.

- Évidemment. Même un aveugle verrait combien t'es jolie.

L'homme songea que d'ordinaire c'était le genre de choses qu'il ne lâchait pas de cette façon, choisissant ses mots et tournant la phrase avec un peu plus de tact et de charme, chose qu'il faisait notamment quand il était en soirée dans un club ou ailleurs. Le fait que cela sorte spontanément sans que son sourire ne vire canaille le surprit passablement, mais il préféra songer à des choses plus essentielles... comme l'arrivée du repas sur la table, par exemple. Heureusement la conversation dévia immédiatement sur ce qu'il y avait dans leurs assiettes et le Norme commença à découper sa pizza, taillant une minuscule part à peine plus grosse qu'une bouchée, avant de voir la Métamorphe le précéder en lui tendant une petite portion de sa salade. Bon, okay, elle était aussi vive que lui si ce n'est plus encore, mais passé la seconde de surprise, il se pencha un peu par-dessus la table et prit la fourchette en bouche, reculant en emmenant uniquement la nourriture avec lui qui glissa délicieusement sur sa langue : salade fraiche, noix, vinaigrette, léger assaisonnement... un régal. Il prit cependant le temps de mâcher, expirant fortement par le nez pour éviter d'exposer le contenu de sa bouche à la vue de la jeune femme, puis avala tout rond, visiblement satisfait.

- C'est super bon ! Tiens vas-y, goûte ma pizza tu vas voir, ça va te plaire aussi.

Et les voilà qui tels des gamins s'échangeaient des morceaux de leurs plats respectifs, Cooper achevant de découper la mini part de pizza qu'il souleva dans les airs, se retenant de faire trop le con en mimant un avion, tenant la pizza à deux doigts avec un troisième en-dessous pour l'empêcher de piquer du nez vers le sol, avec son fromage et sa sauce tomate bien coulants à souhait. Il laissa Eden mordre dedans et la récupérer, puis éclata d'un rire franc et amusé, prenant lui-même une bouchée qui lui arracha une mimique de plaisir exagérément surjoué.

- Hmmmm c'est trop boooooooon !

Pour un peu il serait partit dans les aiguës, ses mains se serrant autour de ses couverts alors qu'il ressemblait à ces personnages d'animés qui goûtaient le meilleur plat au monde pour la première fois de leur vie, ce qui quand on connaissait Cooper s'avérait totalement faux, puisqu'il faisait ce genre de mimique pour à peu près tout ce qu'il adorait. Autant dire que le Norme était parfaitement irrécupérable.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Eden Brewster
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Trick O'Clink
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
12/30  (12/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Dim 10 Avr - 16:25


Eden, malgré sa jovialité, était le genre de personne qui recevait les compliments avec une adorable timidité. Elle n’avait jamais trop su comment il fallait réagir quand on lui en faisait et elle n’était pas du genre à bomber le torse pour montrer sa fierté. Cooper, en réponse à sa confirmation, eut donc droit à l’attitude la plus naturelle de la métamorphe qui se mit à se dandiner sur sa chaise en rentrant légèrement la tête dans les épaules. Ses joues avaient viré au rose et le sourire qui étira ses lèvres avait quelque chose d’enfantin. Elle bredouilla un merci et ça aurait pu en rester là, mais Eden étant ce qu’elle était, le geste suivant fut en total désaccord avec son attitude de gamine rougissante. Elle se leva purement et simplement de sa chaise pour contourner la table, déposer un rapide baiser sur la joue de Cooper et lui murmurer quelque chose à l’oreille.

”Tu es adorable.”

Avant de se rasseoir comme si de rien n’était pour accueillir les plats avec l’entrain qu’ils méritaient. Elle avait agit sur un coup de tête et rien ne lui ferait regretter son geste. Elle pensait ce qu’elle avait dit et Cooper était si gentil. Et puis, un baiser sur la joue, ça ne voulait rien dire, pour elle tout du moins, c’était juste un geste d’affection basique et elle n’avait aucun raison de se priver d’en faire. Bon, après, elle n’en faisait pas à tout le monde, loin de là, mais c’était plus courant chez elle que chez beaucoup d’autre, ça lui venait naturellement. Et comme pour tout le reste, elle passa immédiatement à autre chose et partagea un bout de son repas avec son sauveur. Il trouvait visiblement la salade à son goût et elle profita de ce qu’il soit en train d’avaler ce qu’il lui avait donné pour, elle-même, goûter son plat. Vraiment bon, l’assaisonnement était parfait et la saveur en bouche était exquise.

”Hmmm, c’est vrai qu’elle est délicieuse !”

Elle les percevait du coin de l’oeil, les regards des gens qui les voyaient faire et ne pouvait s’empêcher de sourire. Ils étaient adorables dans leur attitude respective, complice dans leur rires et leurs sourires et cette façon de faire goûter son plat à l’autre… Eden aurait pu en soupirer de contentement si elle n’était pas si occupée à aller croquer dans la pizza de Cooper. L’onctuosité du fromage, l’abondance de la tomate et la finesse de la pâte. Du bout du doigt, elle récupéra une goutte de tomate qui avait tenté de fuir par le bord de ses lèvres et la ramena à sa place avant de d’extasier.

”Elle est trop boooonne !”

Si elle avait de revenir ici, elle savait ce qu’elle commenderait. Au revoir salade aux noix, bonjour pizza marguerita ! Et elle lâcha un rire, constatant que Cooper et elle avait eu une réaction similaire au même moment. C’était très amusant cette façon qu’ils avaient, totalement indépendante de leur volonté, d’être synchro. C’était très plaisant pour Eden qui avait rarement eu l’occasion de voir une telle complicité se développer si rapidement. En temps normal, il fallait du temps ce genre de choses, rires ensembles, partagez la nourriture, se sentir tellement à l’aise. Mais là, avec lui, ça lui paraissait tellement naturel, c’était comme si ils étaient fait pour se rencontrer.

Eden attaqua finalement sa salade et en perdit le sens de la parole. Elle avait faim et quand Eden avait faim, Eden mangeait et sans prendre son temps. Elle prenait de grosses part, mâchait vite et respirait peu entre deux bouchées. Un vrai glouton qu’on aurait oublié de nourrir pendant des semaines. Elle avala sa dernière bouchée à peu près en même temps que Cooper, raccord même dans la vitesse à laquelle ils engloutissaient le contenu de leur assiette, ce qui, forcément, la fit rire, manquant de s'étouffer avec sa dernière feuille de salade. Elle toussa pour faire passer la gêne et vida son verre de coca d’une traite, ce qui ne manqua pas de la faire grimacer quand les bulles vinrent lui chatouiller le nez. Elle s’ébrouha comme un petit animal qui éternue puis lâcha un soupir d’aise en s’appuyant contre le dossier de sa chaise et tapotant son estomac.

”C’était TROP bon !”

Elle attrapa du bout des doigts le dernier morceau de noix qui traînait sur le bord de son assiette puis se redressa.

”T’as assez mangé ? Parce que juste une pizza, pour quelqu’un qui se veut gros mangeur…”

Elle afficha une moue taquine, détournant le regard de façon amusée, faisant comme si elle n’avait rien dit. Mais franchement, s’il pouvait se contenter d’une pizza, il apparaissait de plus en plus évident qu’elle pouvait sans problème payer la note.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4098-eden-brewster
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Ven 15 Avr - 11:08

Cooper s'était attendu à bien des choses, mais pas à ce que Eden, passé cette petite mimique de dandinement sur sa chaise, ne se lève pour venir embrasser sa joue en le qualifiant d'adorable, retournant s'assoir aussi vite qu'elle était venue, laissant l'homme passablement abasourdi. Wow ! Qu'est-ce qui venait de se passer là ?! Il cligna des paupières, puis sourit légèrement alors que les plats arrivait, la suite se faisant avec autant de légèreté et de complicité que s'ils avaient été des amis de longue date, s'amusant de leurs réactions respectives face au goût de leurs plats, chacun s'accordant sur le fait que la salade et la pizza étaient toutes les deux très bonnes, avant de se mettre à dévorer. Ils gardèrent le silence, n'échangeant par moment que des regards complices et amusés, savourant cette sensation de faim qu'on rassasie, jusqu'à-ce qu'il ne resta plus rien dans leurs assiettes. Levant le nez une énième fois, le Nome constata que la Métamorphe avait finit en même temps que lui, la regardant commencer à rire et manquer de s'étouffer avec sa dernière bouchée, ricanant en sourdine en prenant garde de son côté à ne pas subir le même sort, y parvenait comme un as et, une fois le tout avalé goulument, bu une gorgée d'eau avant de soupirer de contentement.

- J'avoue, c'était délicieux !

Appuya-t-il en entendant Eden s'exclamer, puis rit un peu en l'entendant le taquiner sur son appétit gargantuesque avant de se pencher vers elle, l'air complice.

- Je pourrais encore en manger une, mais ça serait de la gourmandise et je ne pense pas qu'un petit bout comme toi veuille encore d'une autre salade, si ? A moins que tu ne veuilles tester leurs spaghettis ? Ils en font avec une sauce délicieuse sans aucune viande dedans.

Une gentille provocation alors qu'il espérait quelque part la voir abdiquer, même s'il n'était pas certain que ce soit une bonne idée de trop se charger avant d'aller jouer au bowling. Bah, au pire ce serait eux qui rouleraient sur les pistes et cette idée le fit rire légèrement alors qu'il se redressait sur sa chaise, prenant son jus d'orange qu'il bu d'une traite, soupirant d'aise. Si jamais Eden n'avait plus assez faim pour manger de nouveau, Cooper savait qu'il ne reprendrait rien lui-même, car manger en tête-à-tête avec quelqu'un qui avait l'assiette vide le gênait atrocement. C'était un peu comme venir s'assoir devant un SDF et manger sous son nez un bon sandwich alors que lui-même crevait de faim : ça ne se faisait pas. La comparaison pouvait sembler violente, mais pour le Norme la culpabilité était presque au même niveau, la faute à ses principes et à son éducation. Est-ce que la jeune femme allait relever le défi ou bien allaient-ils aller s'acheter des glaces ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Eden Brewster
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Trick O'Clink
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
12/30  (12/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Sam 16 Avr - 14:36


Il lui lançait un défi ? D’ordinaire elle aimait ça et tentait de les relever, mais celui-là concernait la capacité de son estomac à contenir une grande quantité de nourriture. Elle aurait pu tenter le coup mais si c’était pour se rendre malade, c’était tout simplement ridicule. Elle secoua donc vivement la tête en riant, levant les mains en signe de reddition.

”Sans moi ! Je peux faire une douzaine de repas par jour si je veux, mais que des petites quantité !”

Elle se nourrissait un peu de la même façon que ces personnes qui portaient un anneau gastrique et devaient cumuler les repas microscopique. Sauf qu’elle, elle n’avait rien pour contraindre son estomac, elle avait toujours fait comme ça, mangeant peu mais très souvent et avec peu d’espace entre chaque en-cas. Avec un métabolisme normal et vu qu’elle engloutissait masse de graine bien dosées en lipides, elle serait obèse à n’en pas douter, sa mère le lui avait d’ailleurs souvent fait remarquer. Mais, par chance, elle avait un corps formidable et se dépensait tellement qu’elle ne prenait pas un gramme. Heureusement, parce qu’avec sa petite taille, le moindre kilo en trop se voyait tout de suite.

Elle hela le serveur quand il passa à proximité de leur table et demanda l’addition.

”Non pas que je sois pressée, mais on a un planning chargé ! Et avec les nuages qui commencent à s'amonceler, si on veut tout faire avant que le temps se dégrade, on a intérêt à ne pas traîner !”

Eden se fichait royalement du temps au final. Elle évitait de sortir quand il faisait déjà mauvais temps, mais il lui était arrivé un bon nombre de fois de se payer un orage ou de se prendre une bonne saucée. Aucun soucis pour elle, les creux étaient fait pour ça au final, abriter les petits êtres du méchant ciel crachoteur. Elle adressa un sourire enjoué à Cooper et le regarda payer après que le serveur est déposé l’addition sur leur table. Elle lança ensuite un grand au revoir quand ils quittèrent leur table et le restaurant. Elle avait repéré un glacier pas loin en arrivant et se fut tout naturellement qu’elle passa son bras autour de celui de Cooper pour l’emmener dans cette direction.

”C’est mon tour de payer si je ne m’abuse !”

Un sourire amusé plus tard et ils arrivaient déjà devant le glacier.

”Tu prend quoi ? Moi ça sera praliné et pistache !” Puis elle rajouta en parlant moins fort, sur le ton de la fausse confidence et avec un sourire taquin. ”Surprenant comme choix n’est-ce pas ?”

Il y aurait eu de la glace à la noisette, elle se serait littéralement jetée dessus. En tout cas, elle était prête à dégager son petit billet, elle ôta son bras de derrière celui de Cooper et décrocha le petit pochon qui pendait près de ses clés. Cette petite chose à peine capable de contenir un billet prenait une place folle autour de son cou quand elle se transformait. Mais il fallait bien avoir un peu d’argent si elle ne voulait pas se faire arrêter pour vagabondage, déjà qu’elle n’avait jamais aucun papier d’identité sur elle. Et puis bon, les prisons, c’était pas fait pour elle, trop de gens bizarres, trop sale, et surtout, trop facile et trop tentant pour elle de se transformer et de se faufiler entre les barreaux pour se tirer.


Dernière édition par Eden Brewster le Lun 18 Avr - 15:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4098-eden-brewster
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   Lun 18 Avr - 10:56

Elle était géniale, à la fois honnête et amusante, sincère et touchante. Eden ne chercha pas à faire preuve de fierté mal placée ou d'arrogance, elle n'essaya pas non plus de le rabaisser ou quoi que ce soit d'autre, confiant au contraire qu'elle ne mangeait pas beaucoup à chacun de ses repas, qui eux en revanche étaient nombreux. Cooper sourit et enregistra soigneusement l'information dans un coin de son esprit, acquiesçant en la voyant appeler un serveur pour qu'il apporte l'addition. La mention des nuages noirs encore à l'horizon ne manqua pas de faire tressaillir imperceptiblement l'homme qui, cependant, continua de sourire.

- Oui c'est vrai, une après-midi ça passe vite.

Aussitôt la note réglée, les voilà dehors à marcher d'un pas tranquille, la jeune femme reprenant son bras avec un naturel qui le surpris autant qu'il le toucha. Son contact n'était pas celui de ces aguicheuses qui minaudaient auprès du premier bellâtre venu dans l'espoir de lui soutirer quelque chose, peu importait quoi. Non, chez la Métamorphe, c'était un geste emprunt de complicité et de douceur, de positivisme et de spontanéité qui faisait chaud au coeur, si bien que le Norme sentit sa cage thoracique se gonfler de fierté et de joie alors qu'ils approchaient du glacier. Elle lui avait dit vouloir payer et la laissa donc choisir en première, l'écoutant prendre un ton de fausse confidence qui le fit irrépressiblement éclater d'un rire chaleureux et amusé. Elle avait vraiment le don de le faire se sentir bien. Sa main vint gentiment ébouriffer le sommet du crâne de sa vis-à-vis avant qu'il ne pivote vers le chargé de vente.

- Je vais prendre vanille-fraise s'il vous plait.

Pour que rien ne change, lui souffla une petite voix au fond de son crâne. Laissant Eden régler la note, il réceptionna les cônes et lui tendit le sien, désignant du menton une direction qu'ils empruntèrent d'un pas léger, sourire aux lèvres et bonne humeur évidente sur leurs traits.

- Va falloir marcher un peu pour le bowling, mais ça va nous laisser le temps de manger nos glaces et de digérer un peu.

Rien qu'une banalité, mais toute pensée vile avait complètement déserté l'esprit de Cooper qui soupira discrètement en songeant à combien il se sentait bien. Un calme étrangement salvateur l'habitait et, lui qui débordait toujours d'énergie et ressentait souvent le besoin de bouger en tous sens, parvenait à ne pas sentir de nervosité s'accumuler alors qu'en temps normal, trop de calme finissait par avoir raison de son côté sage. Il jeta un bref regard indescriptible à Eden, puis haussa nonchalamment les épaules, rengageant la conversation.

- Je te préviens, je sais jouer sans être trop mauvais, mais je ne suis pas non plus un pro du bowling, je manque d'entrainement comparé aux pros et... Je suis content que tu me sois rentré dedans, en fait. Ma journée aurait été plus calme, mais je me serais sans doute ennuyé au bout d'un moment, tandis que là, c'est juste parfait.

Il n'aurait su le formuler autrement et, après un sourire à la jeune femme, ne pensa pas le moins du monde que cela puisse être mal interprété, marchant à son côté en atteignant le côté craquant de la glace, faisant le tour du cône avec ses dents, minutieusement, afin de ne rien laisser s'échapper ou se renverser. Une vie simple sans prise de tête, voilà ce qu'il aimait et ces instants y correspondaient parfaitement, de quoi rendre n'importe quel homme heureux.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un drôle de concours de circonstances [PV Eden]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE I: Le quartier des affaires ¤ :: ║Le Centre ville║ :: Weston Park-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit