AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Une inauguration inoubliable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Mélanie Abigail
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Orfèvre
Age apparent: 25
Dangerosité:
23/30  (23/30)

MessageSujet: Une inauguration inoubliable   Mer 30 Mar - 23:12

Une fois le mot passé dans tout le Walla Walla, Maébh se jette à corps perdue dans le Bayou. L'eau ne vaut pas les troues d'eau de l'Irlande et encore moins les grandes étendues fraîches et aquatiques du Québec. Mais elle est dans l'eau et c'est tout ce qui peut la rendre heureuse. Elle danse avec les lamantins et course quelques alligators. Elle rie de les voir la fuir. Mais il faut comprendre les gros lézards ; Elle fait la taille d'un cheval et elle se déplace dans l'eau avec l'aisance d'un dauphin. En clair, elle s'amuse comme une folle. La Aegir a laissé tomber les membres de sa harde pour prendre un peut de temps pour elle. Ces moments sont rare et elle en profite. Ce n'est pas parce qu'elle à un millénaire et demi qu'elle ne peut pas se comporter comme une gamine de temps en temps surtout s'il n'y a personne pour la voire faire. Le Bayou à son charme, la voilà charmé. 

De temps en temps elle s'arrête. Reste immobile  jusqu'à se que les animaux aquatiques s'approche d'elle, puis dans une pirouette, les piège dans un tourbillon aquatique. Certains plus joueurs que d'autre s'amuse à lui tourner autour. Et lorsqu'un gros reptile y va d'un coup de dent pour goûter, elle lui échapper d'un arc de cercle et lui passant par dessus et lui montre qu'elle aussi à des crocs et qu'ils n'ont rien à envier aux siens.

Elle sait exactement où elle va. Une fois la fin d'un marias attend elle sorts et au galops traverse la route pour se jeter dans le grand lac qui la mènera jusqu'aux abord du Celtic. Ici l'eau est bien plus claire car non stagnante. Nager dans le lac va lui permettre de se débarrasser des algues qu'elle a récupérer dans les marais du bayou.

Maébh s'ébroue en sortant du lac. Après une longue nage, elle est prête a rentrer et prendre un bain de foule. La lune est belle, son croissant éclaire faiblement le paysage. Après une certaine heure, même l'asile éteindre ses lumières extérieures et tous peuvent admirer les étoiles en extérieur d la ville. La kelpie est heureuse d'avoir finie par céder à son compagnon de harde. Le lieu est excellent. Un domaine composé d'une forêt, la proximité avec une zone naturelle protégé, le Bayou et puis ce lac qui donne sur l'océan. Ajouter à ça l'asile buffet-à-volonté-psychiatrique. C'est vraiment l'endroit parfait pour eux. Elle ne les voyait vraiment pas vivre dans le village au milieux des autres faës. Non pas qu'ils ne veulent pas se mélanger. Mais ils sont une harde. Une communauté à part entière, difficile d'intégrer un comportement de groupe huilé depuis des siècles et des siècles, à une autre communauté.

La faë n'est absolument pas nerveuse, même si c'est la soirée d'ouverture. Elle se paye même le luxe d'être en retard. C'est Socrate qui va faire la tête. Mais l'idée que le mâle réprimande la aegir parce qu'elle n'a pas fait l'effort d'arriver au bon moment, la fait beaucoup rire. Elle a envie de voir ça. Pourtant elle ne se presse pas pour retourner vers leur domaine et elle longe la rive pour que ses pattes profitent encore de la fraîcheur de l'eau avant de s'imposer une nuit enfermée.

C'est bien plus qu'une inauguration, c'est une soirée test. Si tout se passe sans aucuns problème, elle compte bien faire du Celtic un lieu de rencontre pour les faës. Cela lui permettrait de bouger ses pions sur l’échiquier du pouvoir. Ici les faës pourrons s'amuser avec les humains, puis en sortant ils n'auront plus qu'à ramasser les plus paumés ou ceux qui font le mur en sortant de l’asile d'à côté. Enfin, ils leur suffira de disparaître dans le Bayou.

La kelpie ne fait pas vraiment attention, trop occuper dans ses réflexions. Elle ne se rend pas compte que si quelqu'un fait attention il pourrait la voir malgré sa couleur sombre dans la nuit. L'iris de ses yeux sont d'une prédominance jaune orangé font luire une lueur digne d'un bûcher, les contours de ses globes sont d'un bleu ciel qui souligne encore leur intensité. Un "cheval" 1m80 au garrot, une robe noire d’ébène et qui arbore de légers reflets vert. Le stéréotype du kelpie. Une crinière perpétuellement dégoulinante d'eau, une peau totalement lisse et sans aucunes aspérité, comme celle d'un phoque, aussi froide que la pierre humide au contacte. Elle apparaît comme perdue, forte, puissante et d'une beauté à couper le souffle.


Dernière édition par Mélanie Abigail le Lun 7 Nov - 9:59, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3995-melanie-abigail
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Une inauguration inoubliable   Ven 1 Avr - 9:22

On ne parlait plus que de ça en ce moment, la future ouverture d'un nouveau club en périphérie du Bayou, situé juste en face du Lac Pontchartrain, près de la Réserve Naturelle. Bon, ça faisait sans doute un peu loin si jamais on finissait bourré comme un sac et incapable de mettre un pied devant l'autre, mais Cooper s'était juré de venir le soir même de l'inauguration et il ne comptait pas manquer ça, même après une bonne journée de travail. Il avait prit une longue douche délassante et s'était habillé de neuf et de frais, enfilant un jean acheté quelques jours plus tôt ainsi qu'un débardeur blanc mettant en valeur ses tatouages, coiffant en revanche ses cheveux de la même manière que d'habitude et qu'il adorait tant. Un pote fut assez aimable pour le déposer à son association qui se trouvait juste à côté, affirmant qu'il lui faudrait rentrer par ses propres moyens, ce qui ne dérangeait pas le livreur outre mesure. Ils se quittèrent ainsi et le Norme savoura la fraicheur de la nuit déjà entamée, mains en poches et nez au vent. De ce côté-ci, l'accès au lac se faisait par un monticule né de la main de l'Homme qu'une barrière courant tout du long sécurisait assez pour qu'un imbécile ivre mort n'aille pas plonger tête la première dedans par inadvertance. Profitant qu'il n'y ait encore personne, Cooper traversa la route et foula la pelouse pour venir s'appuyer sur le bastingage, ses avant-bras servant d'appuis tandis qu'il savourait le calme des lieux. L'endroit était vraiment parfait pour un club et... Son attention fut attirée vers une silhouette dans l'eau, à quelques dizaines de mètres de là et qui semblait s'agiter à peine, évoluant sans difficulté malgré la profondeur relative au niveau de la rive du lac.

- ... ?

Intrigué, le livreur jeta un regard alentours avant de sauter de l'autre côté de la barrière de sécurité, longeant à petit trot le parapet jusqu'à identifier clairement la silhouette d'un cheval au beau milieu de l'eau. Et merde, est-ce que l'animal s'était échappé de chez son propriétaire et était tombé dans le lac ? A moins qu'il n'ait eu envie de piquer une tête, avec la chaleur qui revenait à la charge, ça n'aurait rien eu d'étonnant. Cooper sourit légèrement, continuant de longer la rive, interpellant l'animal avec une voix tranquille et relativement douce, ne désirant pas l'effrayer.

- Hey-là mon beau, tout doux, tout doux... Ben alors, on a fait le mur pour venir se baigner un peu ? C'est ton maitre qui doit s'inquiéter, une chance que tu n'ai pas rencontré de crocos.

L'homme continuait à s'approcher, jusqu'à-ce qu'arrivé à moins de dix mètres, il ne se fige, son expression passant de l'amusement à une certaine hésitation, voir même une légère inquiétude quand il remarqua la dentition de la créature et ses yeux dont l'éclat fut brièvement révélé par la lumière lunaire. Ça, ça n'était pas un cheval, ou alors il n'était pas un Norme.

- Ow tu... tu es...

Bon, ce n'était pas qu'il soit du genre trouillard, loin s'en fallait, mais il n'était pas non plus un parfait inconscient et avait entendu assez de rumeurs contradictoires pour avoir retenu une chose essentielle : Quand tu ne sais pas ce que tu as en face de toi, mais que ça a l'air dangereux, casse-toi. Et c'était précisément ce que son instinct était en train de lui hurler, tandis que dans la pénombre que seule la Lune éclairait, Cooper voyait le magnifique cheval à la peau brillante tourner sa tête vers lui, reculant de quelques pas jusqu'à agripper la rambarde et sauter machinalement de l'autre côté par réflexe. Pfeuh, comme si une simple barrière allait le protéger d'un Outre.

- Je suis désolé heu... Madame, Monsieur ? J'voulais pas vous interrompre dans votre... activité.

Est-ce qu'il était là pour se baigner ? Est-ce qu'il était là pour chasser ? Pour tuer ?! Ta gueule, répondit la raison à la panique de son cerveau, parce qu'il ne fallait pas céder et laisser la peur l'envahir, pas maintenant, SURTOUT pas maintenant. Cooper s'efforça de sourire, bien que cela fut assez crispé, tandis qu'il s'imaginait déjà déchiqueté vivant et retrouvé en morceaux éparpillés un peu partout dans les tabloïds du journal local dès le lendemain.

- J'vais vous laisser, j'vous souhaite une bonne soirée.

Un bref signe de la main et voilà que notre Norme de service reculait lentement de la barrière sans lâcher des yeux la créature, son sang battant furieusement à ses tempes, son cœur cognant jusque dans sa gorge tandis que son souffle se faisait difficile. Allez, on reste zen, tu vas aller tranquillement jusqu'au club et tu vas passer une BONNE soirée ! Ou te faire rattraper par une espèce de cheval de l'enfer qui va te piétiner à mort, c'était tout comme.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Mélanie Abigail
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Orfèvre
Age apparent: 25
Dangerosité:
23/30  (23/30)

MessageSujet: Re: Une inauguration inoubliable   Mar 5 Avr - 21:13

Un bruit fait sortir la faë de ses réflexions superficielles. Un humain ! Et au vue de sa démarche et du chemin qu'il prend, il l'a vue. Maebh se fige et attend. Si elle lève ne serait-ce qu’une patte, ses griffes seront visibles hors de l'eau et elle n'aura plus le choix. Bondir et tuer, pour dévorer plus tard. L'avantage c'est qu'un kelpie n'a pas besoin de se casser la tête pour cacher un corps car hormis le foie, il ne reste jamais rien de leurs repas. Mais ça mettrait le plant de Scotty en péril si dès l'ouverture une personne disparaissait. Elle se détend un peut en voyant qu'il le prend pour un cheval ordinaire et hennit dans sa direction.

Maébh tend le coup dans la direction de l'homme fort séduisant, elle doit bien le reconnaître, il est tout à fait à son goût ce lapin là. Il fait l'effort d'être plus grand qu'elle dans son illusion, séque comme elle les aime, quelques cicatrice de guerre comme un mâle devrait toujours en avoir et des tatouage faisant de son corps une toile. Ce serait vraiment dommage de le dévorer sans avoir put jouer avec lui. Un tic nerveux retrousse les babines de la faë au plus mauvais des moments et il voit les dents pointues de prédateur qui s'y cachent. Cela n'a duré qu'une fraction de seconde mais c'est amplement suffisant pour couper l'avancée du lapin craintif... Dommage...Maebh ramène sa tête vers son corps pour se préparer à bondir. Elle se prépare et...

Oreilles dressées, elle écoute surprise les paroles qui suivent. C'est bien une première ça. La kepie ne quitte pas des yeux l'humain qui remonte et comme rembobiné, passe de l'autre côté de la rambarde. S'il avait été un kelpie, il aurait entendue dans sa tête résonner le rire de Maebh. Ce petit semble être habitué à être au mauvais endroit au mauvais moment. Tout comme il ne semble pas plus surpris que ça d'avoir vue une créature qui n'existe pas. Un habitué des outres ? Certainement. De là à dire qu'elle n'est pas sa première kelpie il n'y a qu'un pas.

La voilà qui se ramène au triple galop et qui la prend d'assaut. La curiosité légendaire des kelpies. Est-ce que cet humain a déjà vue un faë qui n'a pas eu l'autorisation de se révéler au monde, ou est-il l'homme avec le plus de tripes qu'elle est jamais rencontré ? D'un côté, il faut enquêter et tuer tous ceux qui connaissent le secret. De l'autre elle veut voir jusqu'où peut aller le courage de cet homme dans la carrure n'est pas sans rappeler celle d'un autre mâle qu'elle affectionne beaucoup.

Mais la curiosité n'arrive jamais seule et ceux malgré le millénaire passé de la kelpie. Elle laisse l'humain partir et lui donne même un peut d'avance. Lorsque la distance est suffisante, elle hennit bruyamment et fonce dans l'eau dans la même direction que lui. Elle prend bien garde à ne pas sortir de l'eau. Si elle se met à courir sur le bitume alors l’absence de bruit de sabots ne ferait que la trahir elle et toute sa race. Elle le dépasse tout en étant pas sortie de l'eau. Heureusement qu'elle se trouve en contre bas, sinon elle l'aurait entièrement éclaboussé. Dès qu'elle se sait hors de porté de tous regard, elle sort de l'eau pour entrer dans le domaine appartenant à la harde.

Une fois dans cette foret, elle enfile son illusion portant une robe moulante verte mettant ses formes généreuses en valeur avec un décolleté de dos vertigineux. Les talons n'ont pas besoin d'être hauts, mais ils permettent de remonter les fesses juste se qu'il faut pour que les regard y restent accrocher à tout jamais. Ses cheveux son négligemment relevé par la pince fleurie de vrais fleurs et quelques mèches libres tombes en cascade de boucles sur les épaules. Pas de bijoux, elle n'en à pas besoin pour attirer l’œil. Pas de maquillage, l'illusion est parfaite, il n'y a aucun défaut à gommer.

Elle entre par la porte de service directement dans la plomberie et se dirige directement à la place du DJ. Yuli est là bien sûr, il commence à mettre de l'ambiance. La faë regarde satisfaite la salle se remplir elle passe les bras autour du jeune.

« Yuli mon choux, quand tu verras Socrate en pétard parce que j'ai manqué le début de la fête, dit lui de ma part que j'ai fait passé le mot au village faë, que je passe la soirée avec un humain des plus intéressant, mignon à croqué et que je n'ai pas le temps pour lui. »

Le kelpie tourne un regard pleins d'espoirs. Il est tellement heureux d'avoir une occasion de faire enrager Scotty avec la bénédiction de la aegir qu'il ne demande même pas ce que peut avoir l'humain de aussi particulier. Elle lui fait un clin d’œil s’éclipse après avoir lancé un :

« Et mon choux ! J'ai envie de danser ce soir alors fais moi plaisir et mets quelque chose qui bouge. »

Elle passe derrière l’accueil et évite ainsi le contact avec le kelpie qui doit lui en vouloir à mort. Prend les escalier en se faisant un chemin et trouve Mordhim derrière le bar. Elle remarque que les filles ne sont pas encore là. Elle doivent se préparer avant le shot. Finalement Maebh se dit qu'elle sera sûrement de la partie. C'est son truc ça, décidé au dernier moment. Les filles seront sur les podiums et elle aussi. Mais pas tout de suite. D’abord elle guette. De son repaire elle ne peut pas le manquer. Dès qu'il aura franchi les escaliers, leurs regards se croiseront et le sourire malicieusement engageant suivit d'un détournement de regard pour commander à boire au bar devrait faire le reste. Et si ça ne suffit pas, il apprendra à ses dépend la signification de son surnom.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3995-melanie-abigail
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Une inauguration inoubliable   Mer 6 Avr - 13:24

Cooper n'était pas fou, il s'était suffisamment approché pour voir les dents et les yeux de l'animal qui n'avait d'un seul coup plus du tout l'air d'un cheval à son sens, mais bel et bien d'une créature Outre inconnue. Un Métamorphe ? Ça ne ressemblait pas à ça en temps normal, un cheval avait des dents "normales", droites et faites pour manger de la verdure, des graines et des carottes, pas des gens ! Non parce qu'avec de tels crocs, n'importe qui aurait finit déchiqueté et c'est pour ça que le Norme était repassé de l'autre côté de la barrière, reculant prudemment, jusqu'à voir la bête charger dans l'eau en direction du rivage. Poussant un glapissement effrayé, Cooper partit en courant en direction du club sans même chercher à se retourner, n'ayant pas honte de préférer prendre la fuite plutôt que de vérifier si cette chose aimait avoir le goût de la chair humaine à son menu. Il arrive à proximité de l'entrée et osa enfin se retourner, jetant un regard à la rue parfaitement déserte. Avait-il rêvé ? Non, il était certain que non, pas avec une trouille pareille qui faisait battre son sang dans ses temps et enserrait encore sa gorge d'une adrénaline qui, heureusement, commençait à redescendre tout doucement. Passant une main nerveuse dans ses cheveux, le Norme expira fortement pour décompresser puis rajusta sa tenue avant de s'avancer pour de bon vers l'entrée du Celtics Legends, souriant au videur puis passant la porte avec un certain soulagement. Ici il ne risquait rien. L'ambiance était déjà bonne, la musique résonnait partout autour de lui et Cooper restait en parfaite admiration devant le décor sublime qui donnait au lieu des allures irréelles. On se serait cru dans un autre monde et, passé la dérangeante impression d'être trop à l'étroit une fois arrivé au bas des escaliers, il se dirigea vers le bar et, avisant une beauté au sourire mystérieux dont il croisa le regard, se dirigea droit vers le comptoir pour commander sa première consommation.

- Bonsoir, votre meilleur cocktail s'il vous plait.

Autant commencer avec un mélange d'alcool et de sucre, cela lui permettrait d'être plus vite dans l'ambiance et d'oublier un peu la frayeur qu'il avait eu juste avant d'arriver. Bordel, il avait bien entendu parler de certaines rumeurs concernant des Outres se baladant en liberté dans le Bayou, mais il n'aurait pas cru que ceux-ci viendraient si près des habitations. A moins qu'il n'ai rêvé ? Non, impossible. Secouant brièvement la tête, son attention fut de nouveau attiré vers la jolie jeune femme qu'il avait aperçu et qui ne se trouvait qu'à quelques pas. Décidant de tenter sa chance -on a rien sans rien après tout- il passa une main dans ses cheveux et accrocha son plus beau sourire chaleureux sur ses lèvres, franchissant la distance qui le séparait de la belle inconnue dont il tapota très légèrement le bras à deux doigts, ne désirant pas la faire sursauter.

- Bonsoir. Excusez-moi de vous déranger, mais j'aurais voulu savoir si vous connaissiez le programme de ce soir. Je viens juste d'arriver et j'avoue que je suis un peu perdu.

La carte de la sincérité doublée de la carte de l'homme qui n'a pas honte de demander de l'aide, ça fonctionnait toujours et le Norme n'avait jamais eu besoin de jouer un rôle spécifique, que ce soit rouler des mécaniques ou jouer les Don Juan de bas étage. Il savait qu'il n'avait qu'à être lui, ça passait ou ça cassait, mais au moins il ne risquait pas de se retrouver avec une personne incompatible sur les bras, homme ou femme peu importait. Ainsi Cooper souriait-il sincèrement à la jeune femme, payant le barman en le remerciant pour le verre qu'il déposa devant lui, affirmant qu'il pouvait garder la monnaie puisqu'il s'agissait, à peu de choses près, du pourboire classique. Est-ce que cette beauté aux yeux clairs allait l'envoyer bouler dès la première phase d'approche ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Mélanie Abigail
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Orfèvre
Age apparent: 25
Dangerosité:
23/30  (23/30)

MessageSujet: Re: Une inauguration inoubliable   Mer 6 Avr - 15:34

Le voilà ! Et en plus il mord à hameçon. Il a l'air encore perturber par leur précédente rencontre. La kelpie regarde Mordhim avec un sourire gourmand qui veut tout dire pour le vieux mâle qui la connaît depuis temps de temps. Il lui sert un de ses cocktails favoris un Planteur avec supplément de rhum et la délaisse pour s'occuper des vrais clients de la soirée. Après tout se sont eux les stars normalement. Si seulement la aegir voulait bien ne pas leur piquer la vedette. Mais ça, c'est pas gagné. Je jeune homme. Que Maebh décide de baptiser le lapin japonais – ça ne surprendra personne qu'une kelpie vieille de plus d'un millénaire soit incollable sur les races de lapin – à cause des différentes couleurs de cheveux du mortel. Le léporidé japonais donc approche du bar et commende le meilleur cocktail du Celtics. Sans le regarder, la faë sourie elle sait exactement se qui va lui être servie. La harde n'a jamais été aussi épanouie qu'à La Havane et c'est sans surprise que Mordhim sert :

« Un Cuba Libre pour le Monsieur. »

Mordhim voie la satisfaction sur le visage de Maebh lorsque Lapin japonais établie un contact physique avec elle. Il sourie et se détourne du couple, à partir de maintenant il n'a plus rien à faire dans les alentours de la faë. La satisfaction laisse place à un sourire pétillant et elle se tourne pour faire face au mortel pour le regarder dans les yeux. La technique d'approche est plutôt classique, mais rien qui ne peut faire taire la curiosité qui anime la grande rousse.

« Il ne faut pas, personne ne va vous mordre ici je vous l'assure. N'est-ce pas Matthew ? »

Le barman se tourne et leur hoche la tête avec un sourire délicat qui n'est pas sans lui donner un air de ressemblance avec Maeb. Elle offre au mortel un regard à faire fondre un radiateur et place la paille de son verre dans sa bouche sans quitter ses yeux une seconde. Oh si juste une ou deux pour s'attarder sur les cicatrices qu'il porte. Elle ne les a pas bien vue plus tôt avec l'obscurité. Mais maintenant, elle peut les détailler. Ce coup d’œil n'a rien d'intrusif ni de déplacer, il n'est même pas curieux ou dérangeant. Elle regarde son visage comme elle regarderait n'importe qui, comme pour le détailler.

« Les danseuses ne vont pas tarder à entrer en piste si je ne me trompe pas. Ce sera le début de l'happy hour, ensuite je ne crois pas qu'il y a quelque chose de particulier qui soit prévue. »

Elle regarde la foule de clients. Il n'y a pas à dire, pour une première, elle est réussie. Scoithim a fait un très bon travail de communication sur l'événement. Et la proximités avec l’asile n'a pas l'air d'avoir décourager qui que se soit. Maebh avise le verre qu'il tien comme si elle le découvrait.

« Très bon choix. Vous n'en trouverez pas de meilleur si ce n'est à Cuba même. »

Elle se penche légèrement en avant, prend délicatement la main de lapin japonais qui tien le verre et la dirige à sa bouche pour voler une gorgée. Le soda pétille agréablement dans sa bouche et son sourire illumine son visage. De l'extérieur on la croie charmée d'être en face du jeune homme. Mais en réalité, elle vient de démarrer le Jeu. Son jeu favoris qui consiste à voir jusqu'où elle peut aller avec un nouveau jouer.

Une pensée lui revient. Ah oui c'est vrais, il faut qu'elle sache si cet humain avait déjà vue des kelpie avant ce soir...Oh, mais ça peut bien attendre un peut. Elle peut quand même profiter un minimum de la soirée.


Dernière édition par Mélanie Abigail le Jeu 7 Avr - 19:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3995-melanie-abigail
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Une inauguration inoubliable   Jeu 7 Avr - 9:11

Cooper devait le reconnaitre : il ignorait quasiment tout des Faës et n'avait pas encore de véritable avis à leur sujet, n'en ayant rencontré que trop peu pour pouvoir se permettre de poser ainsi un tel jugement sur ces Outres si particuliers qui avaient désirés rester cachés si longtemps comparés à leurs homologues. Se retrouver dans un club tenu par cette "race" était pour lui une découverte à part entière et, malgré la frayeur qu'il avait eu à l'extérieur, l'ambiance ici commençait à le rassurer et le verre qu'on lui servit acheva de faire revenir son sourire enjoué et chaleureux. Le Norme avait osé aborder la jeune femme dont les traits fort beaux étaient agrémentés d'une voix plaisante à entendre, celle-ci lui annonçant le programme qui, bien que court, ne manqua pas de faire hausser un sourcil à l'humain. Des danseuses ? Ça c'était intéressant, mais pas question de passer pour un pervers obsédé en le faisant remarquer. Quant à l'happy hour, là encore mieux valait éviter de dire qu'on allait en profiter, sinon ce serait la carte de l'alcoolique qui allait sortir sur la table.

- Je vous remercie pour tous ces renseignements, vous êtes bien aimable.

Bon, ça pouvait faire un peu guindé sorti de son contexte, mais vu le sourire charmant et charmeur qu'il avait, on ne pouvait s'y tromper : il pensait avoir l'occasion de développer plus avant une relation pour la soirée et il ne comptait pas se gêner, sans pour autant oublier les bonnes manières. Ayant bu une gorgée, il eut cependant la surprise d'entendre la femme parler de sa boisson, puis de se pencher pour en prélever une gorgée à son tour. What ?! Est-ce qu'elle cherchait délibérément à l'allumer ou... ? A voir son sourire, ça semblait être quelque chose dans ce goût-là et, passé la brève surprise qui pu se lire dans son regard, ce fut un sourire plus canaille qui fleurit au coin de ses lèvres, alors même qu'il riait un peu, amusé de la tournure que prenait la situation.

- Et bien, vous avez l'air d'être une connaisseuse et à vous voir évoluer ici, j'en déduis que soit vous connaissez bien ceux qui tiennent cette boite, soit vous êtes l'une des leurs.

Bien sûr il pouvait donner l'impression de parler des propriétaires des lieux qui avaient su transformer ce terrain en un endroit vraiment fabuleux, mais la vivacité de son regard à l'éclat plus acéré que ce que son expression de visage, enjouée et souriante au demeurant, laissait à penser qu'il parlait peut-être bien des Faës et non juste des propriétaires. Ce qui n'empêcha pas Cooper de reprendre une longue gorgée de son cocktail, savourant le goût et l'intensité de l'alcool avant de soupirer d'aise : la soirée s'annonçait particulièrement mémorable.

- Je vois que vous êtes déjà servie, mais est-ce que je peux réserver pour vous offrir votre prochaine consommation ?

Lui aussi prenait le temps de la détailler et, bien que ce ne fut qu'un rapide coup d’œil discret, son regard ne cessait de demeurer rivé au visage de son interlocutrice, n'étant après tout pas un vulgaire dragueur de bas étage qui cherchait à tout prix à mettre une belle femme dans son lit. Non, lui cherchait surtout des contacts, des relations, éphémères ou non, mais le sexe n'était qu'en option et il préférait surtout sociabiliser que draguer.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Mélanie Abigail
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Orfèvre
Age apparent: 25
Dangerosité:
23/30  (23/30)

MessageSujet: Re: Une inauguration inoubliable   Jeu 7 Avr - 21:24

L’allusion aux bêtes féroces qui pourraient le mordre n’a pas fait mouche. Elle espéré déclencher une réaction en faisant référence à sa précédente mésaventure. Il faut croire que leur encontre de tout à l’heure ne l’a pas si perturber que ça. Maebh n’en est pas déçut pour autant et son intérêt pour lapin japonais reste entier. La grande rousse est comblée en remarquant le changement d’attitude de l’humain après qu’elle est prit les devants. Ses premières actions étaient trop sage, bien trop formelles à son gout. Le petit rire entendue qu’il émet à exactement le top départ qu’elle attendait pour marquer le début de la partie.

« Le rhum n’est pas ma spécialité, mais j’en ai bue suffisamment pour savoir me faire une idée. »

Non, elle est plus connaisseuse de whisky, bien vieux avec du corps qui colle à la bouche et reste dans le sang. Un sourire mystérieux se dessine sur le visage de la faë, techniquement la boîte appartient à Scotty. Il est propriétaire, oui, mais comme il est le répéter souvent à Yuli, ce qui appartient à un appartient à toute la harde. On peut donc dire qu’elle fait partie de ceux qui tiennent la boutique oui, Sans pour autant s’investir a font elle-même. La kelpie sait que ça tien à cœur aux autres de se débrouiller sans elle pour lui permettre de souffler un peut.

Il semblerait que lapin japonais ne soit pas très physionomiste, sinon il aurait remarqué l’air de famille antre le barman et le videur et elle. Tous les membres de la harde ont un petit quelque chose en commun lorsqu’ils sourient. Bon il faut avouer que Scotty ne sourie pas souvent non plus.

« Scotty que vous avez vue à l’entrée est le propriétaire des lieux. Pour les autres nous ne faisons que remplir le décor. Sean aux platines, Mary et Laurenne sur les podiums quand elles ne font pas le service à la place de Matthew et que se dernier dance. »

C’est délibérément qu’elle dit « nous » puis qu’elle oublie de donner son rôle dans cette machine qui s’huile petit à petit. Elle veut piquer au vif la curiosité du mortel pour qu’il s’intéresse à elle. Sans être trop brusque. Il ne faudrait pas l’effrayer le petit lapin japonais.

Au soupir elle devienne qu’il se détend. C’est bien. C’est même très bien. Plus il sera à l’aise lus elle pourra pousser le jeu. Quitte à augmenter elle-même la dose d’alcool dans son sang pour l’y aider. Pourtant, quelque chose lui dit qu’elle n’aura pas besoin d’intervenir.

Un petit rire lui échappe – du moins veut-elle le faire croire – quand il lui propose de lui offrir son prochain verre. Voilà qui la ravie, oh oui vraiment. Elle aime quand se sont les autres qui l’arment. Maebh hoche la tête pour valider la proposition et aspire un peut plus du planteur qu’elle a entre les mains. Autour d’eux, les clients investissent petit à petit les lieux. La plupart s’extasient devant les aquariums muraux et sous leurs pieds. La faë regrette juste qu’ils ne soient pas suffisamment largues pour qu’elle puisse y nager dedans. Parait-il que le volume d’eau serait trop lourd pour la bâtisse.

Puis elle voit Socrate descendre doucement els escaliers. Il a l’air en pétard, même s’il le cache bien derrière une légère contrariété, Maebh le connait trop bien pour se faire avoir. C’est le signal pour elle qu’il vaut mieux qu’elle s’éloigne de bar, car c’est bien là qu’il va se diriger. Lorsqu’elle tourne la tête derrière le comptoir elle voie les filles qui sortent de la réservent en lui souriant. Toutes deux ont leurs costumes pour danser. Un haut de bikini à paillette, une jupe à volant ouverte devant, des bas résilles, des tallons et un stetson sur la tête. Moïdra un peut plus grande que Maebh, son visage doux inspirant l’affection, la fluidité de ses mouvements, ses cheveux blonds et le bleu profond de ses yeux ont fait tourné plus d’une tête. Laëlione est plus petite avec son mètre soixante dix, mais il ne faut pas s’y fier, elle est capable de faire baisser les yeux à n’importe qui rein qu’avec sa verve, les yeux vert et les cheveux auburn rappellent son tempérament de feu. Moïdra tient un morceau d’étoffe dans les mains. Elle avait prévue les changements de programme de Maebh. La belle rousse lui sourie amusée

Sans prévenir Maebh attrape la main libre de lapin japonais et lui met son verre à moitié vide dans la main. Prolongeant le contact elle fait un sourire tendre suivit d’un clin d’œil complice. La musique change et prends des tonalités familières pour la faë. Yuli a très bien comprit les envies de la kelpie et a sortie le grand jeu avec la carte de la nostalgie. La musique est moderne, mais le violon la ramène loin en arrière.

« Est-ce que je peux abuser et vous demander de me garder ça ? »

Heureuse de voir qu’il accepte, elle lâche sa main et le verre. Les filles arrivent à sa hauteur et lui font enfiler une jupe en tout point identique aux leurs en prenant soin de remonter le bas de la robe pour découvrir ses jambe recouvertes de bas résilles qu’elle ne portait pas il y a à peine deux minutes. Une fois ajusté, Maebh fait un pas et entre dans l’espace personnel de l’humain pour lui glisser à l’oreille.

« J’ai réservé cette danse, mais la prochaine est pour vous…Vous devriez regarder du côté de la cascade sa vaux le coup d’œil… »

Les filles font toutes les deux un clin d’œil au lapin japonais en attrapant Maebh par la main et l’entrainant vers la cascade en question où se trouvent les trois podiums. Chacune prend place Maebh au centre. Au même moment, Scotty passe de l’autre côté du bar, attrape un micro et la musique se coupe.

«  Mesdames et Messieurs ! Pour célébrer l’ouverture du Celtics Légends, le night club qui va faire vibrer vos vie et rythmer vos nuits je suis fier de vous offrir à tous un peu de ce doux nectar cadeau de nos ancêtre pendant cette danse. Le reste de la soirée sera en Happy Night. Mais en attendant…TOURNEE GENERALE !!! »



A ces mot Mordhim aligne à une vitesse folle une quantité phénoménale de shooter sur le comptoir, puis les deux garçons débouchent chacun une bouteille de whisky et commencent à servir pendant que la musique reprend. Les trois créatures de rêves se lance dans des mouvements parfaitement synchro entre elles et avec la musique. Quand on les regarde, on jurerait que leurs mouvements sont un moyen de s’exprimer. Presque plus puissant que des mots, se sont des images, des émotions qu’elles transmettent. Le soleil, la fête, l’alcool qui coule à flot. Les mouvements sont tantôt si rapides qu’on ne perçoit que le mouvement dans son ensemble. Tantôt sec et saccadé, comme si elles insistent un point important. Clairement c’est Maebh qui mène cette chorégraphie, pourtant totalement improvisée. Mais c’est ça d’être des créatures qui s’expriment principalement par des danses tribales. Et là les clients ont un parfaite exemple de ballet kelpie. Ce n’est même plus une danse mais une discussion. L’une fait un geste et les autres lui répondent.

Rare sont les moments où quand elle n’a pas le regard sur ces deux sœurs, ses yeux ne sont pas rivés sur Cooper. Certains de ses pas lui sont destiné, mais il ne connait pas le langage kelpie et ne peut donc pas comprendre. La faë a un grand sourire sincère qu’on ne peut lui voir que lorsqu’elle danse. Une expression de bonheur immense. Gunlöd est le nom qu’on lui donne dans ces moments là. « Danse avec les vagues », et elle ne l’a pas volé. La cascade ne tombe  pas directement sur les danseuses mais la bruine finie par rendre leur peau humide.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3995-melanie-abigail
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Une inauguration inoubliable   Ven 8 Avr - 9:32

Ce n'était pas tant que l'allusion aux bêtes féroces était passée inaperçue, mais plutôt que Cooper avait tout fait pour sourire et ne rien laisser paraitre. Son cerveau commençait à lui dire qu'il avait rêvé, même si en vérité son subconscient savait qu'il n'en était rien, mais concédait bien volontiers à son esprit le droit de s'auto-rassurer pour pouvoir profiter au mieux de cette soirée qui s'annonçait, depuis qu'il avait passé les portes du club, des plus intéressantes. Autour d'eux les clients se faisaient plus nombreux, les gens affluaient pour découvrir cette inauguration ce qui, à la Nouvelle Orléans, était toujours un évènement qu'on ne voulait pas manquer. La mention du "on" n'échappa pas au Norme qui observa la jeune femme avec un mélange de sourire avenant et d'un regard piqué au vif de la curiosité. Ignorant encore beaucoup de choses sur les Faës, il songeait davantage à une famille et/ou des amis proches tenant l'établissement plutôt qu'à une confrérie d'Outres, mais au final cela ne changerait pas énormément de choses à ses yeux lorsqu'il en apprendrait davantage, car l'homme ne s'embarrassait pas de se comporter différemment pour paraitre ce qu'il n'était pas. Et alors même qu'il s'apprêtait à demander à sa vis-à-vis si elle voulait lui accorder une danse en entendant la musique changer, il fut surprit de la voir lui tendre son verre encore à demi plein, hochant la tête à sa demande de le garder.

- ... Heu oui, bien sûr.

Bon, là il devait avouer qu'il était brièvement prit au dépourvu, mais ce fut de voir les deux autres femmes -fort belles au demeurant- approcher pour aider à s'habiller celle avec qui il parlait, derrière un paravent de tissu, ne soyons pas indécent quand même, qu'il compris que quelque chose lui échappait et qu'il allait avoir une bien belle surprise. Haussant un sourcil à la vue des bas résilles -est-ce qu'elle en portait quand il l'avait abordé ?- il cligna des paupières lorsque la beauté vint se pencher à son oreille, sentant son instinct lui hurler quelque chose quand elle parla de la danse qu'elle lui réservait. Merde, quelque chose clochait, mais il n'arrivait pas à savoir quoi exactement. Peut-être parce que les seules autres personnes qui tentaient ainsi de lui faire du rentre-dedans étaient Précieuse et Skyler, deux wiccans suffisamment puissants pour qu'il songea à refuser leurs avances et ce depuis sept ans déjà. Est-ce que cette belle femme était du même acabit ? Et voilà que les deux autres aussi lui offraient un clin d’œil aguicheur, à croire que Cooper avait basculé dans une autre dimension et qu'il n'avait plus à essayer de jouer des coudes pour obtenir une soirée inoubliable. Suivant du regard les trois danseuses jusqu'à-ce qu'elles atteignent la cascade, il pivota soudain vers le bar en entendant la voix de Scotty -le fameux Scotty, celui qui se trouvait à l'entrée et qu'il avait salué sans s'attarder, celui qui ne se rappelait sans doute plus de lui, mais qui l'avait agressé sans crier gare durant la soirée d'Halloween organisée par Précieuse aux Plaisirs Coupables, ce Scotty-là oui, Scotty... enfoiré va !- et le Norme l'écouta parler en clignant des paupières, reportant immédiatement son attention sur la scène avec un sourire qui allait grandissant. Une danseuse, une belle et magnifique danseuse, pas étonnant qu'elle n'ai pas eu froid aux yeux, avec une tenue pareille elle devait avoir l'habitude des hommes aguicheurs et de leurs approches plus ou moins lourdes. Est-ce qu'en se montrant correct il avait naturellement gagné des points ou ce... Ah, son cerveau mit le doigt sur un point important : peut-être se fichait-elle de lui. La musique enfla, la danse démarra et possédait quelque chose d'incroyable, de fascinant... d'envoûtant. Cooper laissa ses pensées se perdre dans la contemplation du spectacle et, pour une fois, ne s'occupa pas de la tournée générale pour se concentrer uniquement sur ce qu'il voyait. Si le premier et le deuxième regard que la beauté lui accorda ne furent d'abord prit que pour une simple attention, ceux qui suivirent achevèrent de convaincre le Norme qu'il avait une touche et son sourire en coin parla pour lui tandis que son regard brillait d'une intense satisfaction : on avait beau savoir être plaisant, c'était toujours gratifiant de voir une jolie jeune femme vous lancer de pareilles œillades. A défaut de pouvoir battre des mains en rythme au risque de casser les verres qu'il tenait, il hochait la tête au même tempo et sentait son sang battre la mesure dans ses veines, un vrai plaisir qui, lorsqu'il prit fin, demeura encore gravé dans son esprit alors même qu'il s'approchait de la Faë, lui tendant son verre avec un large sourire joyeux.

- Alors ça, c'était vraiment incroyable ! Vous dansez magnifiquement bien toutes les trois, c'était complètement dingue et pourtant super raccord. Non vraiment, vous êtes douées, de vraies pros digne des meilleurs.

Subjugué, il l'avait été et peinait encore à s'en remettre, trinquant avec la jeune femme avant de finir son verre cul sec, soupirant fortement en souriant de plus belle, le regard brillant. Cette soirée d'inauguration était vraiment parfaite et la nuit ne faisait que commencer.

- Par contre je crains de ne pas être à la hauteur, je sais bien danser, mais pas à ce point, j'espère que ça ne te dérangera pas trop.

L'honnêteté, encore et toujours, mais le Norme n'était pas de ceux qui se vantaient à outrance de ce qu'ils ne possédaient pas et préférait prévenir que guérir, comme disait l'adage. En tout cas il s'amusait déjà follement et avait hâte de profiter de la suite de la soirée.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Mélanie Abigail
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Orfèvre
Age apparent: 25
Dangerosité:
23/30  (23/30)

MessageSujet: Re: Une inauguration inoubliable   Ven 8 Avr - 16:40

Comme toues les bonnes choses ont une fin la musique acheva ses dernières notes. Moïdra et Laëlione restent sur leur podium alors que Maebh prend le partie d'en descendre. Elle sait que le mortel l'attend en bas avec son verre. Ses cheveux sont humides se qui fait s'allonger les boucles sous le poids de l'eau. Elle récupère son verre avec un sourire de gratitude et un « merci » prononcer avec les lèvres mais sans le verbaliser. Le sourire de lapin japonais lui fait dire qu'il a aimé le spectacle. Impression confirmée par les paroles qui suivent. La kelpie prend un air faussement gênée et exécute une révérence sans renverser le contenue de son verre. Elle sait qu'elle danse exceptionnellement bien même pour un kelpie. La danse est vital pour ceux de son espèce. Comme la musique pour les enfants de la lune. Chaque faë a un côté artiste.

Elle trinque et dans un élan d’enthousiasme fini son cocktail. Le passage à un discourt moins formel convient parfaitement à Maebh pour la suite . Bien qu'elle ne réserve le tutoiement qu'aux faës et certaines créatures mortelles très spéciales, elle accepte de faire une exception pour lui. De toute façon, elle se réserve le droit de changer de discourt comme de comportement si ça lui chante.

La réflexion sur les compétences de lapin japonais la fait sourire intérieurement. Le jours où un mortel sera à la auteur d'un kelpie en danse, les gobelins planterons des cerisiers et les monstres des marais sentirons la rose.

« Pas de paniques, je ne danse pas de la même manière avec mes frères et sœurs qu'avec un mortel. Tu n'as pas besoin de te mettre la pression »

C'est pas tout ça mais son verre est vide et elle aimerait bien boire. Un coup d’œil vers le bar lui indique que Scotty s'y trouve toujours et qu'il ne compte pas en partir vue la foule qui s'y presse. Dommage, la soif attendra, elle n'avait qu'a penser à prendre sa flasque. Même si ça fait mauvais genre d'avoir sa propre bouteille dans ce genre d'établissement, elle est du genre à s'en moquer.

Bon il commence à y avoir trop de gens autour d'elle à son goût, elle 'aime pas être coller comme ça. L'habitude de vivre en plein aire à développer une légère claustrophobie ; et là pour le coup la soirée d'ouverture fait salle comble. Elle cherche une solution pour juste respirer normalement mais de là où elle est elle voie bien que toutes les tables sont prises. Une idée germe dans sa tête.

« Il y a un peut trop de monde à mon goût, tu veux pas aller dans le salon privé ? On ressemblera moins à des sardines ? »

Elle ne cherche pas particulièrement à l'attirer à l'écart. La faë essaye de garder à l'esprit qu'elle voulait avant tout discuter avec cet humain pour avoir deux trois informations. Après rien ne l’empêche de joindre l'utile à l'agréable.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3995-melanie-abigail
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Une inauguration inoubliable   Ven 8 Avr - 18:11

Si Cooper avait eu un doute quant à la nature Outre de celle qui lui servait de cavalière pour ce soir, alors celui-ci fut définitivement levé quand elle utilisa le terme de "mortel" en parlant des capacités de danse de sa famille. Le Norme haussa brièvement un sourcil, mais ne sembla pas plus surpris que cela, ni non plus rebuté, offrant au contraire un sourire à la jeune femme que nombre de clients commençaient à approcher pour la voir et la féliciter. La rançon du succès dirons-nous, sans parler de sa beauté qui, il fallait bien le reconnaitre, était digne d'un être surnaturel, bien que l'homme n'ai pour le moment aucune idée de sa race. Peut-être une Vodoun ? Ceux-ci étaient douer pour danser, il en savait quelque chose puisqu'il avait eu la chance de s'encanailler avec La Baronne elle-même durant une soirée qui fut, là encore, inoubliable. Bah, peu importait, il l'apprendrait bien tôt ou tard. Au lieu de ça, il songea que la foule affluait de plus en plus et, à son humble avis, le Celtics Legends faisait sans doute salle comble pour son inauguration, de quoi présager de bonnes rentrées d'argent pour l'avenir. La proposition de la jeune femme d'aller s'isoler dans un coin fut accueillie avec un fort hochement de tête et un sourire en coin.

- Je veux bien oui. J'aime bien quand il y a du monde, mais là on peut à peine bouger, ça craint si on veut danser.

Sans parler du brouhaha qui avait envahit les lieux et qui l'obligeait à hausser de plus en plus la voix pour se faire entendre, chose que Cooper détestait au plus haut point. Suivant son ouvreuse des chemins personnel, ils se frayèrent un passage entre les différents clients jusqu'à atteindre la porte du salon privé, qui en se refermant derrière eux eut le mérite de diminuer drastiquement le volume. Le Norme poussa un soupir de soulagement non feint -et peut-être un peu trop sonore- avant de jeter un regard sur la zone qui s'offrait à sa vue.

- C'est bien aménagé dis donc... magnifique. Est-ce que je suis le premier client à entrer ici ?

La curiosité était une chose très présente chez Cooper et l'idée d'être le premier à inaugurer un salon privé avait de quoi satisfaire l'éternel client fréquentant tous les clubs de la Nouvelle Orléans : quel honneur, quelle chance c'était ! Il ne pouvait s'empêcher de sourire, son égo d'autant plus flatté qu'il était en compagnie d'une belle jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Mélanie Abigail
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Orfèvre
Age apparent: 25
Dangerosité:
23/30  (23/30)

MessageSujet: Re: Une inauguration inoubliable   Ven 8 Avr - 21:51

La proposition de la faë est accepter par le lapin japonais et cela la ravie. Ils seront bien plus à leurs aises dans un espace où elle aurait la place de se retourner même sans son illusion.

« C’est partie alors. »

Maebh prend la main de l’humain pour se frayer un chemin dans la foule. L’avantage quand on est un kelpie qu’on soit dans son illusion ou avec sa véritable apparence, c’est qu’on n’a pas un physique commun. Ça incite le reste du monde à faire place quand on se déplace.

Enfin, ils atteignent le salon privé, et comme la belle rousse l’avait pensé, il est vide de toute présence en omettant les poissons dans les aquariums. Aquariums qui étouffent les bruits des discussions. Un mur recouvert un bassin, puis deux autres qui forent des murs les séparent du reste de la boite. Des bassins sous leurs pieds. Un véritable monde aquatique. Si on ne lève pas les yeux on se croirait sous l’eau au milieu des poissons. Des canapés bleu profond, des lampes aux lumières tamisées pour une ambiance plus intime et une table basse. Sur cette dernière des coupes et un sceau à glace avec une bouteille de champagne. Maebh sourie. Peut être que Scotty a prévue cette bouteille pour quelqu’un…et bien tan pis pour elle. Premier arrivé, premier servie.

La faë observe les réactions de lapin japonais avec intérêt. Elle est toujours curieuse de voir comment réagissent les mortels à se que peuvent créer les siens. C’est certainement de l’orgueil al placé, mais ça, jamais elle ne pourra le reconnaitre.

« J’imagine que nous sommes les premiers à profiter des lieux oui. »

Elle prend place sur un canapé et l’invite d’un sourire à s’assoir à côté d’elle, et le laisse prendre les devant.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3995-melanie-abigail
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Une inauguration inoubliable   Dim 10 Avr - 10:13

Franchement, avait-on déjà vu pareille merveille en dépaysement ? N'eut été le plafond -qui permettait sans doute d'éviter aux gens facilement effrayés de paniquer- l'intégralité des surfaces du salon privé était fait de parois de verre arborant de magnifiques aquariums de l'autre côté, de quoi donner envie de se poser dans l'un des canapés pour ne plus bouger. Cooper devait reconnaitre qu'il n'avait jamais rien vu de tel et, à le voir s'avancer en jetant des regards émerveillés tout autour de lui, à l'image d'un gamin découvrant son premier parc d'attractions, on devinait qu'il était sincèrement subjugué par ce qui s'offrait à sa vue.

- C'est vraiment magnifique.

Réaffirma l'homme en effleurant du bout des doigts l'une des parois de verre où nageaient plusieurs poissons, s'approchant ensuite des canapés et, notamment, de la table basse où reposait une bouteille de champagne et deux coupes encore vides. Sérieusement, avait-elle donc tout prévu, cette belle rousse au caractère si affirmé ? La désagréable sensation de tomber dans un piège effleura son esprit, mais le Norme songea qu'il ne pouvait pas être en danger dans un club qui ouvrait tout juste ses portes : des amis à lui savaient qu'il se rendait ici et sa disparition ferait forcément une très mauvaise publicité à l'établissement. Se rassurant avec cette seule pensée, il décocha un sourire ravit à la rousse et vint s'assoir à ses côtés quand elle prit place sur l'un des canapés, soupirant brièvement d'aise. Tout était calme et tranquille, entre les son produits par les aquariums et la musique qu'on entendait à peine de l'autre côté des murs et parois.

- Si nous sommes les premiers, alors c'est vraiment une chance. Mais dis-moi...

Il désigna la bouteille du menton et d'un vague geste de la main.

- Quand est-ce que tu as eu le temps de commander ça ? Tu attendais quelqu'un d'autre ou bien tu avais déjà prévu de faire une rencontre ce soir et de l'amener ici ?

Cooper n'y allait jamais par quatre chemins, ça n'était pas son genre et il préférait toujours jouer cartes sur table, quitte à prendre quelques risques, ce qui pour un Norme dans un monde contenant pas loin des deux tiers de la population mondiale en Outre, n'était quand même pas rien. Pourtant il souriait, en apparence détendu et amusé par la tournure de la situation, n'étant pas le genre d'homme qui refusait les avances d'une aussi jolie jeune femme, fut-elle potentiellement trop entreprenante. Ça ne pouvait pas être pire qu'une Wiccan, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Mélanie Abigail
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Orfèvre
Age apparent: 25
Dangerosité:
23/30  (23/30)

MessageSujet: Re: Une inauguration inoubliable   Lun 11 Avr - 8:40

Une pointe de méfiance ? Le petit lapin japonais commence peut-être à se poser des questions sur le fait qu'une créature aussi belle que elle, puisse s'intéresser si facilement à lui. Mais qu'il ne s'inquiète pas pour si peut. Maebh est loin d'être omnisciente. Elle préfère ne pas prévoir les choses, car la kelpie trouve que c'est bien plus drôle d’avoir la surprise. Si elle commence à tout prévoir, tout planifier, elle sait que se serait l'ennuie assuré. Il n’y a rien de pire que l’ennuie. La grande rousse regarde la bouteille et les coupes comme si elle attendait qu’elles lui répondent et lui disent qui les à mise là et pour qui ? N’obtenant aucunes réponses, elle reporte son attention sur l’humain.

« Tu me surestimes. Ceci n’est pas de mon fait. Pas plus que je n’avais prévue de m’isoler avec qui que ce soit ce soir. »



Elle sourie à nouveau.

« Sache que je ne prévoie que rarement mon emploie du temps. C'est bien trop ennuie comme façon de vivre.»


Maebh préfère voire comment tourne les choses et ce laisser aller au grès de ses caprices. Cela lui a déjà joué bien des tours, mais pour chaque mésaventures elle a dix bonnes histoires.

«Autant profiter de se qui est là. Une coupe ? »



Elle se penche sur la table et tire le seau vers eux.

« Il ne faudrait pas gâcher. »



Maebh à ce petit sourire de quelqu'un qui fait une”bêtise” et qui le sait.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3995-melanie-abigail
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Une inauguration inoubliable   Ven 15 Avr - 11:24

Cooper écouta la belle rousse lui affirmer qu'elle n'était pas du genre à tout planifier à l'avance, notamment pour ce soir, approuvant d'un hochement de tête et d'un léger sourire satisfait autant que rassuré : lui aussi n'aimait pas tout planifier, il aimait sa liberté ainsi que les avantages qu'elle offrait. Tout prévoir, c'était bon quand on avait une tonne de responsabilités et un emploi du temps surchargé, pas vraiment son genre donc, sans parler du fait qu'il avait délibérément choisit le métier de coursier car cela ne l'obligeait pas à faire l'impasse sur toutes les activités non professionnelles qu'il adorait tant. Acquiesçant à la proposition d'une coupe de champagne, il se redressa dans le canapé et sourit chaleureusement à la jeune femme, la laissant rapprocher le sceau en souriant davantage à son affirmation concernant le fait qu'il ne fallait pas gâcher.

- Oh non, je suis plus pour l'économie, surtout dans ce genre de situation.

Et au pire, si jamais la bouteille s'avérait être à quelqu'un d'autre, il pourrait toujours la lui rembourser ou, à tout le moins, lui en offrir une nouvelle en s'excusant, après tout on ne laissait pas du champagne sans surveillance dans un club. Le Norme entreprit de leur servir une coupe à chacun, tendant la sienne à la rousse avant de plisser légèrement les paupières, l'air complice.

- Avec tout ça, nous ne nous sommes même pas présentés. Je m'appelle Cooper, et toi ?

Quel nom pouvait bien être celui de cette ravissante créature ? Sans doute quelque chose d'aérien et de mystérieux, peut-être un nom fort ou alors encore quelque chose d'ancien, d'original. Il ne la voyait pas avec un nom commun ou même générique, une énième Emily ou Madison, Kylie ou Gabriella. Non il voyait plutôt quelque chose comme... Sorcha ou Melissandre, ou même Viviane, comme dans ce vieux conte là. Un truc classe quoi.

- A quoi veux-tu trinquer ?

Demanda-t-il tout naturellement sans se départir de son sourire, ignorant qu'il était le pauvre de qui il avait véritablement en face de lui.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Mélanie Abigail
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Orfèvre
Age apparent: 25
Dangerosité:
23/30  (23/30)

MessageSujet: Re: Une inauguration inoubliable   Sam 16 Avr - 18:41

Méfiance étouffée dans l’œuf, la faë prend verre qu'on lui tend avec un sourire de remerciement. Les bulles se collent aux parois et remonte à la surface en lignes bien disciplinées, comme les bulles d'airs que souffle les mammifère marins sous l'eau. Lorsqu'elles atteignent la surfaces, de petits remous se forment et pétillent agréablement aux oreilles. Effectivement, il serrait stupide de faire la conversation en ignorant cette bouteille qui les appelle. Si elle est là c'est pour être bue, et pas de chance pour celui qui se l'était réservé, il saura maintenant qu'il ne faut jamais rien laisser sans surveillance dans un lieux où les faës sont autant capricieux que hédonistes.

C'est vais, ils ne se sont pas présenté. Pourtant, elle est très attachée aux règles de politesses élémentaires. Lais pour le moment la kelpie n'a pas jugée qu'il était indiqué de donner un nom pour se définir. Petit lapin japonais lui convenait très bien pour identifier l'humain. Sa connaissance de ces rongeurs la surprendra toujours. Elle ne comprend pas elle même comment elle a put se passionner pour ces créatures aussi insignifiantes qu'elles sont adorables. Et voilà qu'aujourd'hui elle ne peut s’empêcher de faire des parallèles entre la mammifère à fourrure et longues oreilles et les humains qui attirent son attention. Et puis, petit lapin japonais convient quand même mieux que Cooper, au moins on sait de quoi on parle. C'est comme son nom à elle, Maebh « celle qui ennivre les hommes », tout est dit. C'est la pure vérité et en plus cela la désigne à la perfection. Mais bon, on ne peut pas 'attendre à ce que tous les humains se nomment par se qui les définissent. Leur vie est tellement courte et pourtant ils arrivent a changer plusieurs fois au court de celle-ci. Il faudrait qu'ils en changent souvent pour qu'il reste vrais. Effectivement ce serait un véritable bazar.

« Bonsoir Cooper. Appelle moi Mélanie ou Abigail comme il te plaira, se sont les noms que je portent actuellement.»

Intérieurement, elle commence a se lasser de ces noms là. Il serait bon de penser à en changer dans quelque temps. Peut être reviendra-t-elle à des consonance plus éiriennes qui lui rappelleront la terre qui l'a vue naître. Ò Meadhra serait un choix pas trop déplaisant. Il faudra y penser rapidement avant que trop de monde s'habitue à Mélanie Abigail.

« Tu fais parties de ceux qui ont besoin d'une raison pour trinquer. »

Maebh ne comprend pas très besoin qu'on certaines personnes, comme si elles cherchaient une excuse pour avoir le droit de boire ou faire la fête. Pour quoi faudrait-il une bonne raison ? C'est bien le contraire qui devrait être vrais. Il faut une raison pour ne pas faire la fête ou être gaie. Pourtant il n'y a aucunes condescendance dans sa voix et son sourire et toujours aussi sincére. Ce n'est pas un reproche, juste une constatation.

« Et pour quoi pas à la vie et à toutes les bonnes surprises qu'elle nous réserve tout simplement ? »

Elle fait tinter délicatement son verre contre celui de Cooper et boit une petite gorgée en riant doucement.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3995-melanie-abigail
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Une inauguration inoubliable   Lun 18 Avr - 10:03

Bon, s'il est vrai que le prénom de la jeune femme n'était pas celui espéré, à savoir ancien et mystérieux, le fait qu'elle en donna deux avec lesquels l'appeler ne manqua pas de faire légèrement plisser les yeux de Cooper, qui ne se départit pas de son sourire pour autant, hochant la tête avec l'air d'approuver d'avoir le choix.

- Ce sera donc Abigail, si cela ne te fait rien. Par "actuellement", tu veux dire que tu en changes souvent ? C'est ton métier d'artiste qui veut ça ?

Oui parce qu'au vu de la performance qu'elle avait accomplit quelques instants plus tôt sur scène, on ne pouvait nier un talent certain et, par association d'idées, le Norme en avait déduit qu'elle était artiste et que ce club, fondé visiblement par ses proches, était le point de départ de quelque chose de plus grand, probablement aussi de plus stable, ou même tout simplement un renouveau. Il secoua la tête quand la belle songea à voix haute qu'il faisait partie des gens ayant besoin d'une raison pour trinquer, son sourire s'élargissant d'autant plus.

- Pas vraiment non, mais c'est toujours amusant de voir ce que les gens vont dire.

Et la rousse, n'échappant pas à la règle, lui proposa donc des vœux somme toute plaisants et agréables qui lui arrachèrent un acquiescement sincère. Leurs verres s'entrechoquèrent doucement dans un bruit de cristal léger et aérien, yeux dans les yeux, puis Cooper porta la coupe à ses lèvres, savourant le goût du champagne qui, il fallait le reconnaitre, ne faisait pas souvent partie de son ordinaire. Il se retint de tout boire en une fois et reposa avec précautions le précieux récipient sur la table, scrutant à son tour celle dont il ignorait la véritable nature.

- Alors, Mélanie, est-ce que tu veux danser ou bien prendre le temps de parler un peu ? J'avoue que je suis davantage un habitué des pistes de danse ou même d'un comptoir que des salons privés. J'ai une amie qui serait folle en apprenant que je suis dans l'un d'entre eux.

Précieuse et Skyler le tannaient bien assez souvent pour qu'il les rejoignent dans les salles des Plaisirs Coupables, mais il faut dire aussi que ce qui l'attendait là-dedans avait de quoi l'impressionner plus qu'il ne voudrait jamais l'avouer, voir même l'effrayer un peu, ne possédant au final aucun moyen de se défendre si jamais il prenait l'envie à ses amis de dépasser les bornes avec leurs pouvoirs. Bon, bien sûr, le Norme songeait très souvent alors qu'ils ne feraient jamais ça, mais deux précautions valaient mieux qu'une, aussi préférait-il s'abstenir. Tandis qu'ici, c'était une boite dansante, alors ce genre de salon privé magnifiquement bien agencé ne pouvait pas accueillir n'importe quel écart. D'ailleurs à ce sujet, une pensée vint à l'homme qui sourit gentiment à sa vis-à-vis.

- Ne va pas le prendre mal, mais je me demande quand même ce que tu peux bien me trouver. Tu es suffisamment belle et maligne pour pouvoir choisir qui tu veux pour te tenir compagnie ce soir, alors pourquoi moi ? Ne me dit pas que c'est mon look, ça serait quand même un peu réducteur, même si ça joue toujours dans l'histoire.

Un peu de sérieux et de sang-froid, Cooper ne voulait pas se faire gausser, mais il devait reconnaitre que cela l'intriguait assez. Bien sûr il avait déjà eu de nombreuses belles femmes dans ses bras -et même quelques beaux hommes- mais Mélanie était particulièrement belle et envoutante, elle devait avoir une foule de prétendants à ses pieds et, si ce n'était pas encore le cas ici à La Nouvelle Orléans, cela ne saurait tarder, d'où sa curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Mélanie Abigail
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Orfèvre
Age apparent: 25
Dangerosité:
23/30  (23/30)

MessageSujet: Re: Une inauguration inoubliable   Lun 18 Avr - 16:07

Artiste ? La faë penche la tête légèrement sur le côté. En voilà un qui fait des déductions bien trop hâtive. Ce n'est pas parce qu'elle a dansé sur un podium qu'elle gagne sa vie ainsi. D'ailleurs peut on vraiment dire qu'elle fait partie de la catégorie « je fais un métier pour gagner ma vie. » ? Non bien sûr que non, même son activité d'orfèvre n'est qu'un passe temps et surtout un moyen qu'on la laisse tranquille quand on lui demande se qu'elle fait. Il faut dire que les faës n'ont vraiment pas besoin de travailler comme l'entend les mortels pour vivre. Ils peuvent tout à fait se contenter d’airer dans le sidh et de ne sortir que pour récupérer de la nourriture. Partant de ce simple fait, ils n'ont pas besoin d'argents et donc encore moins d'une profession. Mais les mortels ont l'air de se définir en partie pas se qui remplie le plus clair de leur temps c'est à dire un métier, et ils ne sembles pas comprendre quand ce n'est pas le cas de la personne en face d'eux. Bien incapables de la ranger dans une case bien précise ils deviennent plus méfiants.

« La danse n’est pas mon métier, mais une façon de m’exprimer. Ce que tu as vue ce soir n’est d'occasionnel. Je suis orfèvre. »

Fabriquer des bijoux est bien la seule chose qu’elle veut bien faire de façon répétitive. Et là encore elle ne fait pas de journée de travail comme l’entend les mortels. Elle ouvre quand elle veut, elle crée selon ses envies et elle sert un client si elle veut. Dans cette ville il n’est pas arrivé une seule fois où un mortel est entré par hasard dans son atelier et est repartie avec une création exposée. Ah sa non ! Tout ce qu’elle fait c'est à chaque fois pour une personne en particulier. Si la personne en question ne devient pas propriétaire de la parure alors personne ne le pourra.

« Si je change de nom c'est parce que c'est bien plus pratique d’en avoir un qui correspond au lieu et à l’époque. Cela évite de toujours entendre les mêmes questions.»

C'est déjà rare qu’elle donne le choix du nom à son interlocuteur, mais ça l’est d’autant plus qu’elle explique pour quoi elle change de nom. La praticité n’est qu'une partie de la vérité. L’autre étant que les kelpies font partie de ces faës qui se sentent tellement supérieurs aux mortels qu'ils estiment ne pas avoir a leur donner leurs véritables noms. De quel droit une créature inférieur pourrait-elle exiger quelqu’informations que ce soit de leur part ? Forte heureusement pour petit lapin japonais, elle est d'excellente humeur et si elle a jeté son dévolus sur lui ce n’est pas pour le dévorer.

Ah voilà qu'il se rattrape. Maebh sourie complice en constatent un penchant certain et partagé pour la curiosité de ceux qui les entourent. Heureuse de voir que sa proposition plaît à l’humain, elle se laisse aller au goût du champagne de qualité se trouvant dans son verre.
G
C'est avec un sourire lumineux qu'elle lui répond. Les yeux pleins d’une lueur enfantine.

« Je veux toujours danser. »

Puis elle prend un regard un peu plus adulte avec un sourire enjôleur.

« Mais je suis aussi poure satisfaire ta curiosité et tu as l’air bien partie pour me poser tout un tas de questions. Et je retire une certaine fierté à savoirs que je contribue à rendre jalouse une femme que je ne connais pas.»

Si seulement Maebh savait que Cooper parle de Precieuse la fierté se murée en plaisir. Savoir qu’elle a obtenue d’un humain plus que le lapin angora français n’a put avoir, lui arracherait un sourire satisfait qu’elle aurait dû mal à perdre. Non pas que la faë serait surprise d'être meilleur qu’elle, mais elle aime bien sentir cette rivalité aussi petite et bon enfant soit-elle.

Elle a raison de laisser libre court à la curiosité du lapin japonais, car déjà il lui pose une question qui pour lui semble pertinente. Et la kelpie se doute que la simple réponse “parce que j’en avais envie.” ne suffirait pas. Pourtant c'est bien par caprice et curiosité qu’elle a attiré le mortel vers ce petit salon privé. Maebhlui sourie tendrement pour le rassurer. Elle ne prend pas mal la question bien au contraire. Dans le Jeu des conversations. Une questions égale une réponse et une question. C’est un échange de bons procédé et aucunes questions n’est stupide. Quoi que...


« D’abord, je ne comptais pas passer ma soirée en compagnie de qui que se soit jusqu’à ce que je te voie. »

Sous entendue “jusqu'à ce que je te voie au bord de l’eau” il n’a pas eu l’une des réactions habituelles en se rendant compte qu’elle n’est pas un “cheval”.

« Tu as l’air d’être quelqu'un de plutôt habitué à ce qui sort de l’ordinaire, ça a attisé ma curiosité.»

“Je me demande si tu t’es déjà trouver en présence d’un kelpie ou d’un faë tout aussi peut ordinaire et dont tu ne devrais même pas soupçonner l'existence.” Si tel est le cas, Maebh aurait matière à ce faire bien voir des éminences et si en plus elle peut leur apporter le ou la coupable elle serait sûrement dans leurs petits papiers. Voir bonne voie pour une promotion le jour où...

« Le fait que tu me sois plaisant n’est qu’un bonus. Très appréciable serte.»

La kelpie sourie mystérieusement. Elle ne lui donne que des demi-vérités. Juste ce qu'il faut pour répondre. Mais pas tout à fait pour l’obliger à en poser d’autres. Pour c'est bien vrais que le physique du lapin japonais lui est plaisant. Certainement parce qu'il est proche de cette autre personne. C'est sont tour et son regard devient avide.

« Dis moi, d’où te viens cette cicatrice ? »

Elle pose délicatement le doigt sur la tempe de Cooper et suit le trajet de la dite cicatrice.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3995-melanie-abigail
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Une inauguration inoubliable   Mar 26 Avr - 10:42

Elle disait être orfèvre, mais avec un tel talent de danseuse, il ne doutait pas un seul instant qu'elle devait exceller dans plusieurs domaines, à moins que ce n'ai été, comme elle le lui disait, une façon de s'exprimer dont elle avait besoin, un peu comme lui qui ne pouvait vivre sans se battre, choisissant juste ses combats pour ne pas être un vulgaire et énième humain violent parmi d'autres. Cooper se demanda quels pouvaient bien être les tarifs d'un bijou fait sur mesure, non pas qu'il ait l'occasion d'en acheter ou même l'utilité d'en posséder, mais cela faisait partie de sa curiosité concernant tout ce qu'il découvrait et pouvait potentiellement l'intéresser. Sans doute cela valait-il cher, mais il se promit de poser la question à Abigail quand il en éprouverait le besoin, car déjà une autre idée accaparait ses pensées, rapport à ce qu'elle venait de lui dire.

- L'époque ? Dois-je comprendre que tu es une Outre ? De ceux qui peuvent vivre longtemps de surcroit.

Pour parler d'époque, soit il s'agissait d'une Vampire, soit d'une Métamorphe particulièrement ancienne, mais cela ne collait pas vraiment pour le dernier point à son physique, à moins qu'il ne s'agisse d'une toute autre créature, ou bien d'une Wiccane qui aurait trouvé le moyen de rester jeune et belle malgré les affres du temps, façon pierre philosophale. Pour autant, le Norme ne voulait pas commencer à trop cogiter à ce sujet, non pas parce que cela pourrait le faire fuir -il en fallait plus tout de même- mais parce que des questions trop intimes risqueraient de braquer la belle demoiselle et que, tout comme elle, il avait encore envie de danser... Quoique à voir le sourire enjôleur qu'elle lui faisait, peut-être avait-elle d'autres idées en tête. Il sourit en l'écoutant parler d'une femme jalouse, retenant un rire en acquiesçant légèrement.

- En fait je ne sais pas si c'est son genre d'être jalouse, je le suppose juste, parce qu'elle a toujours voulu me trainer dans un salon privé et que j'ai toujours refusé.

M'enfin il faut dire aussi que Précieuse en imposait, autant par son fort tempérament que son autorité, ou encore par ses pouvoirs non négligeables et l'influence qu'elle avait pour ceux qui gravitaient autour d'elle. Cooper s'apprêtait à en dire davantage, mais la réponse de Abigail à sa question précédente eut le mérite de lui faire cligner des paupières, allumant une petite alarme au fond de son esprit trop intéressé encore par la belle rousse pour qu'il n'y prenne réellement garde. Danger ! Danger ! Danger ! Non, elle était si belle, si douce, si avenante, il n'allait pas tiquer juste parce qu'elle parlait de son apparente habitude de l'inhabituel. C'était à cause de ce qu'il venait de déblatérer, voilà tout.

- Hum assez je dirais, oui. Je connais pas mal d'Outres et je suis de cette ville, alors pour moi il n'y a pas vraiment de différences.

En-dehors des pouvoirs, des régimes alimentaires, des comportements selon les saisons ou la météo, des coutumes et des lois... Tout en vérité pouvait être sujet à différencier humains et non-humains, mais pour lui faire de la discrimination n'était même pas logique ou envisageable, tant cette façon de penser lui échappait. Quelque part, il était trop "pur" pour penser à mal de créatures différentes de lui, ce qui était à la fois une force et une immense faiblesse, surtout quand comme ce soir il se jetait dans la gueule du kelpie. Le compliment ne passa pas inaperçu et fit naitre un de ces sourires d'homme fier d'être ce qu'il est, son égo se gorgeant de plaisir alors que dans son esprit une nouvelle alarme se déclenchait, son niveau d'intensité réduit par la faute de son charme qu'il rendait responsable de cette attirance. Imbécile aveugle.

- Tu dis ça, mais une femme aussi belle que toi ne peut qu'attirer l'attention elle aussi. Quand je suis entré dans le club, c'est comme si tu rayonnais au milieu des autres clients.

Le doigt qui se posa sur sa tempe lui fit amorcer un bref mouvement de recul qu'il ne rabroua qu'après-coup, son corps réagissant instinctivement tandis qu'on tentait de toucher cette cicatrice encore fraichement refermée depuis seulement quelques semaines. Le Norme eut un sourire et s'excusa en se forçant à se rapprocher de nouveau, laissant sa tempe libre d'accès aux doigts qui le firent frémir... mais pas de plaisir, constata-t-il, car c'était une sensation de sueur froide qu'il sentait le long de son dos, sans savoir pourquoi. Mettant ça sur le compte du souvenir de la bagarre, il sourit de plus belle à Abigail, haussant les épaules avec une fausse désinvolture.

- Oh ça ? Juste le souvenir d'une altercation de rue, de pauvres types qui tabassaient un professeur qui était venu sauver son élève. Y'en a qu'on vraiment aucune honte de s'en prendre aux gens, moi ça me fout hors de moi et je ne peux pas m'empêcher de m'en mêler.

Cooper était ainsi, pour le meilleur comme pour le pire, quoique ces derniers temps il ait enchainé nombre d'étranges rencontres plus ou moins douloureuses, mais il n'en regrettait aucune. Un bref rire lui échappa alors qu'il souriait plus grandement encore.

- Je sais que certaines femmes aiment les cicatrices, mais si toi c'est pour leurs histoires, elles en ont toute une et j'en ai pas mal qu'on ne voit pas tant que je suis habillé.

L'homme eut un sourire en coin entendu, puis finit par vider sa coupe de champagne, se levant de la banquette pour tendre la main à la belle rousse, l'air heureux et assez fier.

- Should you dance with me ? Nous pouvons continuer de parler en même temps si tu veux.

Non parce que sinon ils allaient discuter toute la nuit et, bien que cette perspective lui soit plaisante, il avait toujours envie de danser et rien n'interdisait de faire les deux à la fois. Une fois la kelpie près de lui, il posa ses mains sur ses hanches sans chercher à descendre plus bas, la regardant dans les yeux et s'étonnant d'éprouver un certain malaise, qu'il tenta de dissimuler au mieux alors que dans son esprit, les alarmes continuaient de hurler.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Mélanie Abigail
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Orfèvre
Age apparent: 25
Dangerosité:
23/30  (23/30)

MessageSujet: Re: Une inauguration inoubliable   Mar 3 Mai - 13:12

La tactique marche, comme toujours et le voilà attirer par la curiosité qui pourrait bien lui coûter la vie si ce n'était pas une Maebh intéressée par ce qu'il a à dire en face. « Outre ». Elle n'aime pas qu'on l'a mette dans ce panier là. Après tout les faës étaient là avant qui que ce soit. Les outre sont soit des morts brisants le cercle de la vie, soit des mortels. Et la communauté de la kelpie n'entre dans aucunes de ces catégories. Et puis se sont les humains qui ont inventés cette appellation sans même savoir ce qu'ils allaient mettre de dans. Cette manie qu'ils ont de toujours tout vouloir cataloguer... « nous c'est nous et les autres c'est pas nous ».

« Si ta question est : est-ce que je suis humaine ? La réponse est non. »

Comme c'est le cas de tous ceux qui « travaillent » ici d'ailleurs. Mais est-ce utile de le dire ? Non la kelpie ne le pense pas. Soit le lapin nain japonais s'en rend compte par lui même soit il passe à côté de ce détaille. Mais Maebh n'ira pas jusqu'à lui donner des informations qu'il ne demande pas.

Alors c'était ça...il fréquente les créatures depuis toujours. Pourtant, ça ne suffit pas pour justifier sa réaction. La preuve ils y a des humains dépourvues de tout pouvoirs qui savaient qu'ils côtoient des outres, comme ils disent, mais qui ne les acceptent pas pour autant. Il n'y a qu'a regarder ceux qui ont formé le TPH pour s'en rendre compte. En revanche, de savoir qu'il considère tout le monde sur un pied d'égalité c'est autre chose. Donc il fait partie de cette minorité qui accepte les différences. Ou qui tente de ce rassurer pour ne pas paniquer au moindre bruit dans son dos.

Je compliment ne fait pas réagir la faë. Elle a bien trop l'habitude pour rougir de ce genre de phrase quelque soit la façon dont on la tourne. Ce n'est pas qu'il ne lui fait pas plaisir, c'est juste que pour elle ce n'est pas suffisamment pertinent pour qu'elle prenne la peine de montrer la moindre réaction. Et puis, ce n'est pas elle qu'il complimente, mais bien l'apparence de son illusion qui chez les kelpie est faite pour attirer le regard des mortels. Tout comme le serpent hypnotise la sourie. Il ne pensait pas la même chose plus tôt au bord de l'eau Son sourire reste avenant et agréable.

Elle affiche un sourire qui se veut rassurant quand il recule sous son geste. Finalement il lui reste une once d'instinct de survie à ce petit. Pour un peut elle s'en moquerait. Mais le contrôle de ses émotions reste son point fort, et elle ne brisera pas le charme pour si peu.

Alors comme ça, petit lapin japonnais est du genre à voler au secours des autres. Un espèce de chevalier blanc en somme. Qui ne juge personne et qui est immaculé comme les premières neiges. Ça par contre ce n'est pas un trait de caractère que le kelpie recherche particulièrement chez les personnes qui l’intéresse. Mais il est toujours bon de noter que Cooper fait partie de la tranche de mortels facilement manipulable sur ce point précis. Maintenant elle sait où appuyer pour en obtenir des réactions tous à fait prévisibles. Dommage, elle préfère l’imprévisible. C'est ça de vivre vieux ; au bout d'un certain temps, le prévisible devient ennuyeux et l'on préfère se compliquer la tâche pour un peut plus de divertissement.

« J'aime les histoires. »

Oh, oui, la faë aime les histoires. Surtout celles qui sortent de l'ordinaire. Alors si les promesses qu'il lui fait sont tenues, il est peut garantit qu'il reste habillé toute la nuit. Car, lorsque Maebh jette son dévolue sur quelqu'un elle n'est jamais rassasiée et veut tout...

A l'évocation des cicatrices cachées à la vues des regards chastes, la belle rousse a les yeux qui pétillent et reprend en cœur le rire de Cooper avec des notes cristallines dans la voie. Elle reste pendant à ses lèvres et ne le quitte pas des yeux une secondes. C'est pourquoi lorsqu'il lui tend la main, celle de la faë se trouve presque aussitôt dans la sienne. Elle finie son verre en se levant et se penche langoureusement pour poser la coupe sur la table avant de se redresser tout aussi doucement.

« Mais avec plaisir. »

Quand la kelpie disait qu'elle s'adapte la personne, ce n'est rien de le dire. Elle se laisse entérinement mener par l'humain, alors que sur les podiums, c'est clairement elle qui dirige la troupe. Elle se laisse aller, ondulant à la manière d'une sirène sur le rythme de la musique. Les yeux se ferment de temps à autres, mais le sourire chaleureux est toujours là.

« Donc tu es du genre à fréquenter les monstres cachés sous le lit sans les craindre ? Tu as due en voir des choses pas banales dans cette ville. »

Évidement, elle ne pouvait pas s'en empêcher, la voilà prise au jeu et il faudrait un monde pour qu'elle s'en éloigne.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3995-melanie-abigail
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Une inauguration inoubliable   Jeu 12 Mai - 8:46

On ne pouvait pas dire que Cooper était un homme compliqué, loin s'en fallait. Il aimait la vie et les choses simples que celle-ci pouvait prodiguer, il n'aspirait pas à de hautes fonctions ni à dominer le monde ou, à tout le moins, une grosse entreprise ou un pays, ni même une région ou une ville. Le Norme était somme toute assez banal, mais c'était dans cette simplicité qu'il se distinguait, car en vérité si beaucoup de gens se voilaient la face et se compliquaient l'existence, lui avait une vision somme toute désuète qui n'était pas sans rappeler certains écrits d'antan. Malgré tout, le voir comme un preux chevalier blanc était une erreur que beaucoup faisaient : preux, ça c'était certain, mais blanc... Pour qui était client Aux Plaisirs Coupables depuis son ouverture, aimait enchainer les rencontres sans lendemain et adorait se battre, le côté immaculé en prenait un coup et pas qu'un peu, même s'il est vrai que, dans le fond à défaut de la forme, l'humain demeurait d'une droiture exemplaire, ne déviant jamais de sa ligne de conduite et se faisant un devoir de la suivre. Est-ce que Cooper pouvait être manipulé ? Oh que oui, par quiconque désirerait le piéger en lui faisant croire qu'on avait besoin de lui pour venir en aide à autrui, le pauvre bougre foncerait sans demander son reste et tomberait irrémédiablement dans un piège. Est-ce qu'il n'avait pas assez de jugeote pour l'éviter ? Oui, mais encore faudrait-il qu'il ait le temps d'y réfléchir, ce qui face à une situation d'urgence pouvait rapidement passer à la trappe, comme lorsqu'il avait pris le parti de venir en aide à Matthew qui luttait, seul contre une douzaine d'ennemis, ne demandant qu'après coup pourquoi ces gars s'étaient ainsi acharnés sur lui. Le Métamorphe aurait très bien pu être un dangereux tueur en série et, auquel cas, le Norme se serait retrouvé complice de ses crimes. Ainsi pouvait-il être aisément piégé, mais hormis une volonté manifeste de lui nuire, rares étaient ceux qui désiraient faire tomber cet homme au demeurant sympathique. Pour autant, une kelpie n'était pas une créature comme les autres et, bien qu'il ignora qu'elle en soit une -sans quoi il aurait déjà tenté de s'éclipser- cela ne l'empêchait pas d'être à la fois attiré et alarmé par tout ce qu'elle incarnait de beau et de fascinant. Ainsi se retrouvèrent-ils debout, dansant au gré de la musique et de leurs envies, l'Outre ondulant contre lui plus qu'il ne l'aurait cru, lui qui gardait ses mains sagement posées sur ses hanches tout en la suivant dans ses mouvements.

- J'en ai vu oui, mais je n'irais pas jusqu'à te dire que je n'ai jamais eu peur, ce serait mentir. Il faudrait être stupide pour ne pas avoir peur, pour ne pas reconnaitre le caractère dangereux de certains Outres.

Cooper sourit légèrement en coin, remontant l'une de ses mains sur l'épaule de la jeune femme aux cheveux roux, lui adressant un regard à mi-chemin entre sympathie et excuse.

- C'est juste que si on ne montre que de la peur et de la défiance, on fait naitre la même chose chez la personne en face, tandis que si on se force à comprendre les autres, on peut instaurer un dialogue. On est pas obligés de s'entretuer pour vivre tous ensemble, enfin c'est mon avis.

Même si en disant cela, il sentait une sueur froide couler de nouveau le long de sa colonne vertébrale, tandis qu'il contenait quelques tressautements nerveux qui tentaient de se manifester malgré lui. Le Norme s'efforçait de sourire, alors que dans son esprit, plus que jamais, les alarmes hurlaient et occultaient partiellement sa vision normale, lui donnant l'impression d'être dans un film d'horreur juste avant que tout ne bascule.

- Enfin on ne parle que de moi là. Et toi dans tout ça ? Tu as du rencontrer des Normes un peu con qui ont du te faire chier aussi, non ? J'ai déjà eu affaire à des dingues qui me prenait pour un pro-outre, ces gars-là sont complètement barges et assez violents.

Soudain il songea que, peut-être, il avait mis les pieds dans le plat et posa sur la jeune femme un regard passablement inquiet, son ton se faisant plus avenant et doux.

- Tu n'as jamais eu d'ennuis, n'est-ce pas ?

Cooper s'inquiéta de l'avoir peut-être blessée, bien que jusqu'à présent elle n'ai rien montré de spécifique allant dans ce sens ou dans un autre, mais la voir aussi souriante et légère ne signifiait pas que, peut-être, elle cachait quelque chose. C'était là son impression, ce qui faisait hurler les alarmes dans sa tête et, l'espace d'un bref instant, il songea que peut-être ces désagréables sensations venaient du fait qu'elle tentait effectivement de dissimuler quelque chose de négatif qu'elle aurait pu éprouver, elle aussi.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Mélanie Abigail
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Orfèvre
Age apparent: 25
Dangerosité:
23/30  (23/30)

MessageSujet: Re: Une inauguration inoubliable   Mar 24 Mai - 15:49

« A leur façon, les humain aussi sont dangereux.»

Il n'y a qu 'à regarder se qu'ils font à Nature. Si les humains n'étaient pas là, les faes seraient moins puissants c'est vrais, mais au moins, le sidh originel ne se serait jamais effondré. A final se sont eux les plus dangereux qui exterminent les autres créatures sans s'en soucier outre mesure. Au moins petit lapin japonais fait preuve d'un certain instinct de survie, couplet à un idéalisme déroutant. Mais bon, pour un fois que la kelpie n'y pense pas vraiment, il faut que se soit un mortel qui mette le sujet sur le tapis. Pourtant, elle n'a pas plus envie aujourd’hui qu'hier de se lancer dans ce débat avec un humain. Aura-t-elle envie un jour ?

C'est marrant qu'il parle de ne pas avoir peur, lui qui devient de plus en plus nerveux. Est-ce qu'il se serait rendue compte de qui est le prédateur ? Ce serait pour cela qu'il dit qu'ils ne sont pas obligés de s'entretuer ? Maebh sourie pour le rassurer. Qu'il se rassure, elle n'a aucune envie de le dévorer. C'est d'ailleurs le cas de tous les humains qu'elle compare à un lapin. Cooper fait partie de ceux qui attise la curiosité de la aegir et de ce fait il n'a rien à craindre. Ni d'elle ni même du reste de la harde, puisqu'ils l'ont tous vue s'isoler. Ah...peut être pas tous finalement.

« Tu dis ça, mais depuis que j'ai verbaliser ma non-humanité tu semble un peu nerveux. »

Pas de reproche dans la voix, juste une pointe de plaisanterie que l'on pourrait confondre sans problème avec l’attitude de quelqu'un qui titille l'autre pour détendre l’atmosphère. Et en même temps, Maebh s’inquiète un peu de voir lui filer entre les doigts le petit lapin japonais. Au pire, elle pourra toujours l'aider à se détendre de force, mais ce n'est pas vraiment la méthode qu'elle a envie d'employer.

Des normes un peu cons ? Oh ça...s'il savait. Des humains qui l'ai mise en difficulté ? Ah, oui sa à due arriver, surtout après l'effondrement des arches. Mais depuis qu'elle s'est remise de la mort de son compagnon, est-ce qu'elle a déjà eu de gros problèmes ? Il y a bien l'histoire avec le séduisant croquemitaine et l'humain avec le morceau de lance dans le ventre qui lui vient en tête. Sa décision de ne plus manger personne portant le nom de Valentin depuis. Oui elle a eu quelques démêlés, mais absolument rien qui est pu la mettre elle ou la harde en danger. Non, ce serait inadmissible de la part de celle qui doit veiller sur eux.

Maebh voie bien qu'il appréhende sa réponse, et elle tarde à la lui donner. Mais elle ne compte pas non plus faire durer le suspense plus longtemps. Cela ne ferait que jouer en sa défaveur.

« Tout dépends de quels genres d'ennuis tu parles. »

Elle désigne le visage de Cooper.

« Toi tu en as bien de temps en temps des ennuis, je suppose. »

Sourire en coin.

« Personnellement, je ne suis pas versée dans la violence, ni dans les trafiques en tout genres. Est-ce que cela te rassures ? »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3995-melanie-abigail
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Une inauguration inoubliable   Dim 6 Nov - 0:45

Cooper ne pouvait qu'approuver l'affirmation de la jeune femme quand elle qualifia les humains de dangereux. Ce n'était pas lui qui la contredirait, pas avec tout ce qu'il avait pu voir et endurer au contact de sa propre race, pas avec tout ce qui se passait dans le monde, toutes les atrocités, les crimes, les ravages que faisait l'Humanité sur leur belle planète bleue. Non, assurément, on ne pouvait pas dire que les humains étaient blancs comme neige, mais hélas on ne pouvait changer le monde si aisément et, à défaut de continuer sur cette lancée, le Norme préféra continuer d'écouter Abigail qui afficha un sourire pour le moins... rassurant. Elle semblait tranquille malgré leur échange, comme si elle n'avait aucune mauvaise intention à son égard, ce qu'il commençait à songer être la vérité, puisqu'elle avait eu maintes fois l'occasion de l'atteindre depuis qu'ils s'étaient isolés tous les deux. Peut-être finalement ces alarmes qui hurlaient dans son esprit n'étaient-elles là que pour lui indiquer que cette femme lui cachait des choses, ce qui dans le fond était le cas de pas mal d'Outres de sa connaissance. Il eut un sourire à mi-chemin entre le désolé et le bienveillant, se reprochant mentalement sa propre nervosité qui venait d'être remarquée par sa partenaire de danse improvisée.

- Apparemment oui, mais j'ignore pourquoi et ce n'est pas voulu. Peut-être aussi que c'est parce que tu me troubles ? Qui sait.

Un peu de charme pour alléger l'instant, un bref rire nerveux qui eut le mérite de lui permettre d'évacuer un peu de ce stress dont il ne voulait pas, puis Cooper respira profondément et sentit un peu de toute cette tension diminuer, bien que ce ne fut véritablement que quand la rousse lui répondit qu'il pu y parvenir. C'était probablement cela, la raison de son inquiétude, l'Outre semblait cacher bien des choses et c'était ces secrets qu'elle faisait, tout ce mystère l'entourant, à la fois envoûtant et effrayant -un peu comme celui entourant Précieuse- qui devait être la cause de son émoi. Allez mon vieux, on se détend un peu, elle ne va pas te manger tu vois bien ! Il sourire à sa propre pensée, semblant enfin se rasséréner un peu. Elle esquivait plus ou moins sa question concernant les ennuis qu'elle avait pu avoir, reportant sur lui cette interrogation, mais il ne chercha pas à creuser plus avant, ça n'aurait pas été correct.

« Toi tu en as bien de temps en temps des ennuis, je suppose. »

- Oh, de temps en temps oui, je crois que j'ai un don pour ça, je les attire tout le temps.

On aurait presque pu croire qu'il en était fier, non pas parce qu'il était masochiste ou suicidaire, mais plutôt parce qu'à chaque fois qu'il avait eu des emmerdes, c'était pour tirer quelqu'un d'autre du pétrin et, bien que parfois il paya un prix un peu fort, il ne regrettait jamais ses interventions musclées. Abigail avait le mérite de le rassurer quant aux ennuis auxquels elle pouvait être exposée.

- Disons qu'au moins je suis sûr de ne pas finir sur une table d'opération à me faire prélever un à un mes organes, c'est déjà ça de pris. Après si ce sont des soucis d'argent, j'avoue qu'un coursier ça ne gagne pas assez bien sa vie pour éponger une quelconque dette, aussi j'espère que si jamais cela devait t'arriver, tu trouveras quelqu'un d'autre pour te tirer de là.

Un sourire en coin, doublé d'un clin d'oeil complice et amusé, le Norme essayait de faire un peu d'humour en comparant l'existence de sa partenaire de danse à celle d'une personne humaine normale, comme si elle n'aurait pas pu avoir de graves problèmes avec des entités magiques, comme si elle n'avait pas pu être mêlée à une espèce de secte d'Outres ou une organisation malfaisante quelconque. Non, non, rien d'aussi compliqué pour Cooper qui préférait la traiter comme une semblable, en quelque sorte. Il la fit tourner sur elle-même en tenant sa main dans la sienne, au-dessus de la tête rousse, avant de la faire revenir contre lui avec retenue, la fixant d'un regard que ses prunelles sombres rendaient plus profond et brillant qu'il n'aurait fallu.

- Mais si jamais un Norme te cherche des crosses juste parce que tu es une Outre, tu n'auras qu'à venir me trouver si tu veux, je m'occuperais de lui apprendre les bonnes manières.

Fidèle à lui-même, il la regardait sans plus de peur à présent, ses alarmes mentales s'étaient tues et il ne la voyait plus comme une menace, mais comme une jeune femme cherchant à vivre au sein de ce monde si étrange, mauvais, fascinant et merveilleux à la fois. Un monde dans lequel humains et non-humains devaient coexister bon gré mal gré, et où un gars comme lui avait bien de la chance d'être encore en vie malgré tout ce qu'il fréquentait de mortellement dangereux.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Mélanie Abigail
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Orfèvre
Age apparent: 25
Dangerosité:
23/30  (23/30)

MessageSujet: Re: Une inauguration inoubliable   Mer 9 Nov - 14:14

A la question rhétorique, la faë ne peut que sourire charmeuse et même charmée. Rare sont les humains qui se sont comportés ainsi avec elle après avoir découvert sa véritable nature. Elle commence à apprécier le lapin japonais et entrevoie des scénarios possibles des plus intéressants. Un humain tel que lui pourrait être apprécié du reste de la harde. A l’image d’une mascotte peut être.

Un don pour attirer des ennuis ? Tiens c’est drôle ça, c’est plus ou moins le cas de Maebh et de toute la harde. C’est amusant de voir un mortel avoir des points communs avec des kelpies. Le mimétisme avec ceux de la race humaine à toujours fasciner la grande rousse.

Maebh se laisse aller à un rire cristallin.

« Excuses moi. Mais m’imaginer moi ou qui que ce soit de ma famille reconvertie en chirurgien qui prélève des organes pour les revendre, c’est tellement....»

La fin de sa phrase ce perd dans son rire. Si Cooper pensait qu’il avait atterrie dans l’antre de trafiquant d’organe, il ne plus se tromper que ça. Si devaient le mettre sur une table, ce ne serait pas une table d’opération mais plutôt celle de la salle à mangé. Au final il ne resterait que son foie… Quand à l’argent, les entrées de la soirée d’ouverture prouvent qu’ils sont plutôt à l’abri de ce genre de problème. Et même si ce n’était pas le cas, ils ne s’attaqueraient pas à un humain pour le dépouiller. Ça ne ressemble tellement pas à la harde.

L’humour du petit lapin japonais, fait mouche. Il fait rire Maebh et c’est un très bon point pour lui. Elle commence à ce dire qu’il serait vraiment dommage qu’on se rende compte qu’il est connaissance de l’existence de certains faës qui celons les mortels n’existent pas. Et encore plus dommage qu’on doive l’éliminer pour cela. Une envie commence à germer dans la tête de la kelpie. Maebh est capricieuse, retord et elle n’accorde que peut d’importance à la vie éphémère des humains. Mais il lui arrive, rarement, de se prendre d’une sincère sympathie pour un humain, et afin de profiter de sa compagnie le plus longtemps possible, elle veille à sa sécurité.

Elle le laisse mener la danse et se soumet aux pas qu’il lui impose. Ses yeux se plonges dans ceux du petit lapin japonais avec une lueur pétillante de malice. Sa proposition de lui venir en aide sonne comme une promesse. Elle se laisse faire dans cette presque étreinte.

« Je garde ta proposition en tête.»

Elle prolonge le contacte. Puis, Maebh s’approche plus de l’humain, juste un peu plus. Suffisamment pour que leurs visages soient si proches que le vide qui les sépare devient dance. La faë dépose un baisé sur les lèvres de Cooper et s’éloigne de deux pas avec un sourire un peut différent. Son expression change et son visage devient sans âge.

« Je vais faire une chose que je n’ai fait que deux fois en presque un millénaire.»

Elle prend place sur le canapé et fait signe à Cooper de la rejoindre.

« Maebh...Maebh Gwenhwyfar »

Elle attend qu’il comprenne se qu’elle lui dit. Révélé son nom est une chose qu’elle fait si rarement qu’elle a l’impression que c’est la première fois qu’elle le dit à haute voix devant un mortel. En vérité, C’est la troisième fois.

« Gwenhwyfar, esprit blanc, c’est le nom que l’on m’a donné à la naissance. Maebh est mon véritable prénom. »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3995-melanie-abigail
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Une inauguration inoubliable   Ven 11 Nov - 11:04

Quelque chose avait changé dans l'air, quelque chose que Cooper n'aurait pas su définir avec exactitude, mais qui avait toute son importance. D'une situation pour le moins étrange et passablement tendue, voilà que les deux protagonistes se retrouvaient à échanger suffisamment pour commencer à percevoir autre chose que de la méfiance ou de l'inquiétude à leur encontre. Lui s'était sentit rassuré par la tournure de la conversation et, elle, avait su comment s'y prendre tout en réalisant que celui qui lui faisait face n'était pas une menace, les deux comprenant qu'ils ne se voulaient nullement le moindre mal. De là tout semblait vouloir s'accélérer : elle avait rit, l'avait fait rire en retour et vice versa, il lui avait promis de venir la défendre si un Norme s'en prenait à elle et elle avait dit retenir cette promesse. Puis il l'avait faite tourner doucement sur place comme dans ces vieux contes qu'on raconte aux enfants le soir pour qu'ils s'endorment et, comme dans ces livres d'un autre temps, elle était venue déposer un baiser sur ses lèvres. La tension de son approche avait fait retenir son souffle à Cooper, qui en recevant le présent avait cligné des paupières, avant de la regarder reculer vers le canapé avec un instant de flottement. Woh, qu'est-ce qui venait de se passer là ?

« Je vais faire une chose que je n’ai fait que deux fois en presque un millénaire.»

L'humain la regarde, fronce légèrement les sourcils sans réaliser d'abord de quoi il s'agit, s'approche par mimétisme plus que par réelle conscience de la situation, prenant place en face de la rousse avec un silence chargé d'attente.

« Maebh...Maebh Gwenhwyfar »

Un blanc, c'est ce qui se fait dans le cerveau de Cooper au moment où l'Outre se présente, car oui il réalise, comprend très nettement qu'elle vient de lui donner son nom, son VÉRITABLE nom. Et ça, quand on a l'habitude de fréquenter des non-humains, on sait à quel point c'est une information vitale qu'on vient de nous donner. Il cligne des paupières à nouveau, enregistrant les syllabes, hochant lentement la tête avec un air grave et songeur à la fois sur ses traits. Pour un peu son apparence extérieure jure avec le sérieux dont il fait preuve à cet instant, comme s'il ne s'agissait là que d'un déguisement censé cacher ce qui se trouve au plus profond de son être.

- Maebh.

Répète-t-il doucement avant qu'un léger sourire ne fleurisse au coin de ses lèvres.

- Ravi de te connaitre alors, Maebh. Si tu veux bien, je continuerais de t'appeler Abigail lorsque nous ne serons pas seuls.

Juste histoire d'éviter les ennuis ou même tout simplement pour ne pas divulguer son identité aux mauvaises personnes, il ne savait que trop bien tout ce que l'on pouvait faire avec le nom de quelqu'un : on la laissait sans défense. Cette marque de confiance le toucha sincèrement, car l'humain était ainsi, considérant la confiance comme quelque chose de précieux qui se devait d'être protégé. Son être tout entier se détendit, toute tension nerveuse ou angoisse inutile avait définitivement disparue et il semblait à présent plus... lumineux ? En tout cas il irradiait d'une bonne humeur renouvelée et beaucoup plus spontanée que ce qu'il avait montré jusqu'à présent. Assis sur le canapé, une jambe repliée sous lui et l'un de ses coudes sur le dossier, il fixait la jeune femme avec entrain.

- Je te remercie en tout cas, mais pourquoi "esprit blanc" ? Ça a quel sens pour les tiens ? Je ne veux pas être indiscret hein, c'est juste qu'on m'a toujours dit que les prénoms étaient très importants, d'ailleurs c'est pour ça que ma mère m'a appelé Cooper.

Et c'était vrai, sa mère avait toujours trouvé essentiel de bien connaitre l'étymologie du nom qu'on donnait à quelque chose ou à quelqu'un, d'autant plus lorsqu'elle avait appris qu'elle attendait un heureux évènement. Elle avait voulu son fils vif et intelligent, mais également avec certaines qualités et une débrouillardise qu'elle espérait lui voir développer en grandissant. Consciente que l'éducation seule ne suffirait pas et étant familière de certaines croyances non conventionnelles, elle avait choisit le prénom selon son sens profond et sa prononciation.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Mélanie Abigail
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Orfèvre
Age apparent: 25
Dangerosité:
23/30  (23/30)

MessageSujet: Re: Une inauguration inoubliable   Sam 12 Nov - 13:42

Cooper semble prendre la mesure de la révélation qu’on vient de lui faire. Satisfaite, Maébh le laisse savourer cet instant. Elle acquiesce quand il lui dit qu'il n’utilisera pas son nom quand ils ne seront pas seuls. C'est la moindre des choses.

«Je n’en attend pas moins de toi.  »

Où irait-on si on se mettait à l’appeler Maébh dans la rue ? Elle reprend suffisamment Yuli comme ça quand il se met à l'appeler par l'un de ses surnoms en public. Sans aller jusqu'à dire que le petit lapin japonais est plus intelligent que la moyenne, au moins on peut dire qu'il n'est pas crétin. La faë lui sourie et tend son verre à Cooper, puis elle prend le sien. Trinquer semble une bonne idée. Elle devra annoncer la nouvelle au reste de la harde, pour éviter une potentielle situation gênante.

Un sourire amusé apparaît. Un remercient, Maebh ne l’oubliera pas c'est un lien et donc un pouvoir qui vient de se créer. Mais quel curieux celui-là, c'est bien. Oh que oui les noms sont importants. S'il bloque sur Gwenhwyfar, attend de savoir quelle est la signification de Maebh – celle qui enivre les hommes - ... Elle se pince la lèvre inférieur. Elle hésite à éviter la question. Mais si elle lui a donné son nom, elle peut bien lui dire ça aussi.

« S'il te plaît, ne m’appelle pas  Gwenhwyfar seulement Maebh. Quand je suis venue au monde mon corps était entièrement blanc comme l'écume, mes yeux y compris. Ça n'a pas duré très longtemps mais la chose est suffisamment étrange pour être noté.  »

Mebh se demande donc pour quoi la mère du petit lapin, japonais l'a nommé Cooper. Pourtant elle ne formule pas son interrogation, bien trop occuper à cogiter sur le comment elle annoncera à la harde que le dit humain est intouchable.

« Tu m'as promis de me protéger, laisse moi te faire une promesse en retour. Si un jour tu as besoin d'aide, que tu es en danger, ou quoi que se soit, tu pourras faire appel à l'un d'entre nous. Mes frères et sœurs seront prévenue. Nous sommes six, il y aura toujours quelqu'un de disponible pour toi. »

La aegir peut engager toute la harde, sans la consulter. Et puis cette promesse ne posera pas de grand problème. Ça pourrait être le cas si seulement Cooper était mal vue d'un des kelpies, mais à la connaissance de Maebh, se n'est pas le cas.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3995-melanie-abigail
 

Une inauguration inoubliable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE IV : Autours de la ville ¤ :: ║En périphérie║ :: Celtics Legends-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit