AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Le piège est tendu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Saul Ziegler
Normes
avatar

Normes


MessageSujet: Le piège est tendu   Lun 7 Mar - 22:45

Comme un poisson dans l'eau, Saul naviguait entre les groupes humains attroupés au bas d'un énième club. Il posa les yeux sur l'enseigne et lut sans surprise le nom qui s'y détachait. Malgré sa récente arrivée, il avait déjà passé plusieurs de ses nuits libres dans les rues du Quartier Sanglant et s'y repérait dorénavant plutôt bien. Ses discussions avec les... "autochtones", avaient été aussi plutôt instructives. La Nouvelle-Orléans n'était pas une ville où il lui était difficile d'oeuvrer, mais tout en même temps, elle était plus dangereuse pour lui que beaucoup des cités dans lesquelles il avait vécu. Ici, les vampires se réunissaient. Ca impliquait qu'il soit plus facile de trouver des cibles valables et de les détruire, mais ça signifiait aussi qu'on aurait tôt fait de le reconnaître si il négligeait son déguisement.

Il avait donc été très prudent et avait pris grand soin de se rendre parfaitement méconnaissable. Une teinture magique lui avait permis de rendre ses cheveux blond platine, à l'opposé du noir corbeau de Nathan. Il portait des lentilles blanches qui lui donnaient un regard totalement différent. Sa peau poudrée était presque aussi claire que ses pupilles aux couleurs cadavériques, et il avait amplifié ce phénomène en peignant ses lèvres en noir, ainsi qu'en assombrissant le contour de ses yeux. Sur ses vêtements noirs, il portait un manteau en cuir de la même couleur qui s'arrêtait au dessus de ses genoux. Ses jambes fines étaient rentrées dans un slim toujours aussi sombre, lui-même rentré dans des bottes lourdes, qui montaient haut sur ses mollets, et qui ne dépareillaient pas avec sa tenue. Il portait évidemment tout un tas de babioles métalliques sur son visage, son cou, ses bras. Au milieu des autres groupies qu'on trouvait à tous les coins de rue dès que la première étoile du soir pointait le bout de son nez, il paraissait presque totalement invisible.

Les mains dans les poches, les épaules voutées, il adopta une démarche nonchalante et se traîna bon gré mal gré jusqu'à un mur. La lumière des néons comme des lampadaires était bloquée par la paroi, laquelle était donc plongée dans une pénombre qu'on aurait facilement pu qualifier d'inquiétante. Ici pourtant, tout le monde semblait comme attiré par l'obscurité. On voyait des silhouettes originales, colorées ou au contraire parfaitement monochromes, s'agglutiner dans les zones d'ombre pour échanger des mots complices. Certains allaient plus loin que ça. Des objets plus ou moins non identifiés passaient de mains en mains. Des canines s'extrayaient de leur gangue pulpeuse et plongeaient dans des gorges offertes, gémissantes. En public c'était presque indécent. La plupart des vampfans s'en souciait peu. Il suffisait de leur donner une petite dose de ténèbres, accompagnée d'un zeste de charme vampirique, et les plus pudibonds d'entre eux étaient déjà presque prêts à baisser leur pantalon au milieu de la rue, si tel était le souhait de leur maître aux dents longues. Plus jeune, Saul aurait pu esquisser une grimace de mépris face à cette débauche exposée. Néanmoins il en avait vu d'autres et le comportement de ces malades mentaux ne l'étonnait plus depuis longtemps.

Être témoin de ce genre de choses avait pourtant tendance à lui porter sur les nerfs. Il s'installa volontairement à côté de deux "tourtereaux". Il appuya lourdement son dos contre la brique et y posa aussi le plat d'un pied. Un lourd soupir lui échappa et sans-gêne, il tourna les yeux sur le couple, lequel était fort occupé à donner et recevoir un baiser vampirique. Le vampire semblait jeune. Il aurait évidemment pu avoir n'importe quel âge, mais étant donné que son look ressemblait plus ou moins à celui que Saul portait à l'instant même, il lui était difficile de l'imaginer très âgé. Quant à la demoiselle dont il vidait les veines, eh bien... Eh bien, constata t-il suite à un regard plus appuyé, et enfin lorsqu'il se rendit compte que ses gémissements étaient plus rauques qu'il ne lui avait paru au premier abord... eh bien ce n'était pas une demoiselle. Cette constatation piqua son agacement et il décida tout aussi vite que son personnage aurait mauvais caractère. Il n'eut aucun scrupule à les déranger.

"Hey... Il me manque trente centimes pour.. vous savez. Vous auriez pas un peu de monnaie ?"

C'était faux, et c'était gratuit, mais peu importe. Il n'avait encore jeté son dévolu sur personne alors il pouvait bien se défouler. Il était bien décidé à commettre une première délation ce soir, mais il n'avait pas l'intention de s'attaquer aux grosses pointures tout de suite. Il n'avait pas encore acquis suffisamment d'informations sur la recrudescence récente des crimes vampiriques en ville. Il fallait qu'il s'échauffe et enfin, plus il retardait ses gros "coups", plus il aurait l'occasion de purger la ville de ses habitants aux dents longues. Bien sûr il y aurait un moment où on comprendrait que le marchand de mort était ici, et il fallait qu'il soit attentif aux changements d'atmosphère.  Il devait agir tant que la méfiance de la communauté était encore endormie, car lorsque ça deviendrait trop périlleux, il faudrait qu'il s'éclipse.

"... Demande à quelqu'un d'autre !"

Les deux jeunes hommes s'étaient tournés vers lui, abasourdis. Sans surprise ils l'avaient envoyé paître et n'avaient pas caché leur agacement. Saul répondit par un haussement d'épaules ennuyé. Il jugea alors qu'il pouvait se permettre de rester quelques minutes contemplatif. A la recherche de son prédateur.
Revenir en haut Aller en bas
Esmera Yanis
avatar




Identification
Emploi: technicien établissement du sang
Age apparent: 25
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Le piège est tendu   Mar 8 Mar - 10:58

En moto. A pied! En moto! A pied. En moto!A pied ! En moto!A pied ! En moto!A pied j'ai dit ! …

Déjà...j'accepte d'aller dans le quartier sanglant, alors que je n'y ai que des souvenirs passablement agréables...Et Alois alors? J'ai dit passablement ! Alors il est hors de question que j'y aille en moto avec tous ces barjots qui sont fans de vampires, je ne prends pas le risque que l'un d'entre eux relève la plaque et débarque ici un de ces jours. Donc j'irais à pied...Pas d'objection ? Ok  c'est réglé.

J'enfile une petite robe verte à bretelles avec un jupon en voile. Légère peu serrée, exactement ce qu'il me faut pour me déplacer librement. Puisque j'y ais à pied sa veut dire que je vais essayer de d'utiliser volontairement cette vitesse que j'ai acquise... Mais surtout, il faut que je la contrôle...c'est pas gagné. C'est vrai que jusqu'à maintenant, je n'ai pas réussit à vraiment contrôler tout ça, surtout le moment de ralentir. Mais j'ai un bon pressentiment !

Un coup d’œil dans le miroir histoire d'être sûre que tout va bien. Mais bon c'est un peut inutile, j'ai beau ne plus dormir, aucunes cernes à l'horizon. Petit maquillage légé sur les yeux et lèvres carmin, c'est exactement se qu'il me faut pour aller avec cette peau d’albâtre. Je n'aime pas attirer l'attention sur ma bouche, c'est comme mettre un projecteur sur mes crocs. En même temps, je vais dans le quartier sanglant pour tailleur une bavette, si on me prend pour une humaine c'est moi qui risque de me faire mordre et c'est pas vraiment l'effet recherché...passons.

Je ferme la porte en sortant sous le regard sévère de Sergueï. Ce chat... A chaque fois que je sors, j'ai l'impression qu'il me reproche d'avance se que je vais faire. Je devrais peut être lui accorder plus de temps. Je ne m'occupe pas beaucoup de lui ces derniers temps. Bon c'est décidé ! Quand je reviens, mon petit chat noir aura droit à une séance de caresse intensive. C'est pas tout ça, mais il faut que j'arrive jusqu'au ville et si possible sans mettre de vase ou de boue sur mes petites chaussures à talons. Ce serait quand même mieux des bottes. Je dis ça, je dis rien.

Sa y est je me sens conne. Quoi ? Que maintenant? Mince. J'aurais due demander à Bess comment on fait. Mais je ne saurais même pas comment formuler la question. Commençons par le début. Donc je marche tranquillement. C'est pas comme ça qu'on va arriver en ville... Mais pourquoi je me casse le moral sans arrêt comme ça ? J'essaye d'accélérer le pas, mais je n'ai pas l'impression d'aller plus vite que la normale. Ça fait quoi trois kilomètres que je marche ? Houla ! Ça, c'est plus loin que trois kilomètre de la maison. Mince ! Bon t'an pis j'y vais en marchan.

Ma chance ! Des phares. Au point où j'en suis autant faire du stop. Je lève un pouce...Miracle ! Il s'arrête. On est quand même encore dans le bayou et je suis en robe avec des chaussures à talons. Une vitre se baisse...pouah ! Quelle odeur !

« Bonsoir, vous ne pourrait pas déposer une jeune fille en ville par hasard ?

Un sourire charmeur à l'air de suffire, j'entends le bruit de la portière qui se déverrouille. J'entre et m'assoie en arrêtant de respirer. Non mais vraiment on a pas idée de sentir autant. Pourvue que l'odeur ne s'accroche pas sur moi...bon elle a l'air de venir de lui et non des sièges, donc je devrais être épargner. Encore heureux. Une chose est sûre, celui-là il est immunisé aux morsures de vampires. Qui voudrait boire le sang d'une daubeur pareille ?

Enfin la ville ! Je m'empresse de sortir du tacot avec un vague merci pour ce bon et trop con samaritain et je disparais dans la nuit aussi vite que je le peux...heu...bon, maintenant c'est officiel, la super vitesse c'est un réflexe de fuite. Me vola trois rues plus loin.
Me voilà aux portes du quartier sanglant.

Je n'aime pas trop ça. Il y a beaucoup de monde ce soir, je ferais mieux de revenir demain...Stop ! Demi-tour je te pries ! J'ai faim et ce soir je me comporte en vampire adulte et raisonnable comme me la conseiller Blake! C'est vrais ça. Blake va me gronder si je ne suis toujours pas capable de me nourrir correctement. Bon...c'est partit alors. Je relève la tête, menton bien haut pour montrer que c'est moi le prédateur. Mais je ne sais pas où aller. J'aime vraiment pas la boite de nuit où Bess m'a entraîner la dernière fois. Marche. J'ai l'air d'une cruche statique. Je fait quelques pas et petit à petit je prend un peut d'assurance et déambule dans les rues à la recherche d'un coin qui m'inspirerais plus qu'un autre.

Qu'est-ce que Bess m'a dis déjà ? Ah oui, éviter ceux qui qui ont l'air trop déguisé. D'un regard noir je fais déguerpir la jeune fille avec une perruque mal ajustée. E la suis des yeux pour voir où elle va afin de ne pas aller dans la même direction...

Ah ! Si je n'étais pas morte je rougirais comme une vierge. Vite je détourne les yeux ! Je croie que j'ai vue quelque chose que je n'aurais pas due. Non mais sérieusement les gas, vous pouvais pas faire votre échange de salive entre mecs dans un hôtel qu'en pleine rue? C'est dégouttant. Bande exhibitionnistes homo.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3685-esmera-yanis
Saul Ziegler
Normes
avatar

Normes


MessageSujet: Re: Le piège est tendu   Mar 8 Mar - 13:00

C'est qu'il y avait du choix, ce soir... Cette petite lolita qui jouait avec ses anglaises ? Nop. Elle était pâle, mais à son attitude, on devinait qu'elle était très probablement humaine. Ce vampire bruyant qui se donnait en spectacle ? Inutile de courir après la lune. L'énergumène avait déjà son assemblée de spectateurs personnelle et Saul n'avait aucune envie de dépendre de son bon vouloir, ni de perdre son temps dans le cas très probable où il choisirait de passer la nuit avec quelqu'un d'autre. De plus, les deux zigotos qui se bisouillaient à côté de lui avaient fait passer au jeune homme l'envie de jeter son dévolu sur une cible masculine. Ce n'était jamais chose agréable pour lui et il estimait avoir déjà eu suffisamment de contrariété pour ce soir - il ne lui fallait vraiment pas grand chose, il le savait, mais peu importait. Evidemment il ne fallait pas qu'on commence à croire ou plutôt à comprendre que le marchand de mort avait ses préférences, mais comme il n'avait encore fait tuer personne à la Nouvelle-Orléans, peu importait par qui il commençait.

Son regard entraîné dériva rapidement sur une jeune femme qui venait d'arriver. Elle était seule - c'était un bon point. Elle semblait perdue, ou tout du moins hésitante. Elle était à la recherche de quelqu'un ou quelque chose. Elle jeta un regard sombre sur une des groupies qui tentait déjà de l'approcher et Saul sut qu'il avait trouvé sur qui jeter son dévolu. La pâleur naturellement maladive qui régnait sous le voile magnifique de ses cheveux roux ne trompait guère, et si il avait encore eu un doute, il lui aurait suffi de se concentrer sur son ressenti personnel pour comprendre qu'il était sous le charme, et que ce charme n'était pas naturel. Presque sans s'y tromper, la créature hésitante était donc un macchabée. Son expérience lui permit de faire quelques déductions supplémentaires : elle devait être jeune. Probablement toute neuve dans le vampirisme, sans quoi elle se serait déplacée avec plus d'assurance. Néanmoins il ne fallait pas qu'il laisse échapper la possibilité qu'elle fasse semblant, car nombre de sangsues jouaient extrêmement bien la comédie. Celles là étaient les plus dangereuses. Autrement dit sa mission serait soit très facile, soit au contraire très risquée. Un sourire mauvais apparut sur les lèvres de l'exécuteur. Une agréable pique d'adrénaline coula dans ses veines. Il fallait avouer qu'il aimait un peu trop son travail pour que cela soit parfaitement catholique... Néanmoins ses parents n'étaient plus là pour lui faire des remontrances, et il était prêt à s'accorder un soupçon d'indulgence dans le sens où tout ce qu'il faisait, il le faisait pour la bonne cause.

Il effaça l'inquiétante expression de ses lèvres et exerça une pression du pied sur le mur qui lui permit de se redresser. Voyons... La sangsue avait envoyé balader l'autre groupie, mais pour quelle raison ? Une préférence de genre ? Auquel cas il devrait mieux se débrouiller. Quelque chose dans l'attitude de l'humaine qui lui avait déplu ? Il pouvait imaginer quoi. Beaucoup de vampfan étaient désespérément agaçants dans leurs manières serviles, immatures. Si c'était juste à cause de son déguisement alambiqué par contre, Saul partait avec un désavantage malheureux car il n'était pas beaucoup moins grimé. Ça n'aurait pas été la première fois qu'on le repoussait pour ce genre de raisons, mais sauf lorsqu'il portait Nathan, ces soirs où il se contentait juste de reconnaître le terrain, il préférait tout de même qu'on ne puisse pas faire le lien entre le vampfan et son identité "officielle" du moment.

Oh. Elle se détournait, gênée. Est-ce que c'était lui qui...? Il se tourna et se rappela la présence des deux sans gêne baveux. Ah, oui. Timide, effarouchée de surcroît. Ça aurait pu être mignon si elle n'avait pas été un cadavre ambulant. Hésitant, il lui accorda un coup d’œil oblique, puis s'approcha d'elle précautionneusement.

"... J'espère que c'est pas moi qui te dérange à ce point ?"

Un sourire complice accrocha ses lèvres.

"Est-ce que je peux t'aider ? T'as pas l'air dans ton élément..."
Revenir en haut Aller en bas
Esmera Yanis
avatar




Identification
Emploi: technicien établissement du sang
Age apparent: 25
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Le piège est tendu   Mar 8 Mar - 20:10

J'aurais mieux fait de rester chez moi. Non mais c'est pas possible de chouiner autant ! A quoi je m'attendais en même temps ? Ce n'est pas la première fois que je viens et je sais très bien que la plupart des gens échangent des parties de jambes en l'air contre une morsure. Est-ce que c'est une raison pour faire sa en publique ? J'ai beau être une gitane, il y a des limites à la provocation. Là ce n'est même pas de la provocation, c'est juste de l’exhibitionnisme.

« Heu...quoi ? »

D'où il sort celui-là ? Mon dos se crispe. Je ne l'ai pas vue approcher. Mais pour quoi il me demande...Oh ! Il vient de ce coin là. Oh la la, la gaffe.

« Oh non non ! Je ne t'avais même pas vue.»

C'est fou ce que je peux être sexy avec ma voix en panique. Aller ! Reprend toi !

«C'est, disons, que je ne comprend pas ce besoin qu'on certain à mêler le sexe à...
Heu, tu voies quoi. »

Une petite minute...si il vient de cette rue est-ce que sa veut dire que...est-ce que c'est un pervers ? Un voyeur oui. Je secoue la tête et le regarde méfiante. Son allure fait très gothique, si on oublie les cheveux blond. Un gothique, voyeur-pervers avec un sourire avenant...et puis ses yeux sont trop bizarres. Pour quoi les gens mettent ce genre de lentilles dans la vie de touts les jours ? Au moins il ne porte pas de perruque. Un point pour lui. J'autorise mes épaules à se détendre, mais je garde un peut de méfiance.  Pour quoi il m'aborde ? C'est un autre de ces fans de vampire ? Je suis une bombe, voilà pourquoi un mec m'aborde.

Perdue ? Non mais ta vu ta gueul...
Pas besoin d’exploser pour si peut, surtout qu'il n'a pas tout à fait tord. Je suis venue deux fois avant ce soir et je ne connais pas beaucoup le quartier.

« Toi en revanche...Je me force à regarder dans la direction d'où il vient.tu as l'air plutôt à l'aise. »

D'un je ne suis pas prude mais pudique. C'est vrais quoi ! Je n'ai pas envie de faire l’étalage de mes échanges de fluides sur la place publique. De deux...oh misère, j'ai oublié. Où est passé ma super répartie ? Non mais c'est pas vrai ! Misse catastrophe en action. Aller, on arrête le massacre et on reprend tout depuis le début.

« Mais après tout tu fais ce que tu veux de tes soirées.»

Petit clin d’œil, je lui rend le sourire complice qu'il m'a fait plus tôt et lui tend une main amicale.

« Moi c'est Esme. Je l'avoue je ne viens pas souvent ici et je ne sais pas encore où aller.»

On change d'attitude pour paraître plus amicale et surtout plus sûre de moi. On passe de la biche dans les phare de la voiture à la panthère Même si c'est un gothique blond platine avec des goûts extravagants et des lentilles blanches, il n'en reste pas moins qu'il m'a tendue une main amicale. La moindre des choses, c'est de le lui rendre.
[/color]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3685-esmera-yanis
Saul Ziegler
Normes
avatar

Normes


MessageSujet: Re: Le piège est tendu   Dim 13 Mar - 14:56

Un rictus d'amusement carnassier apparut sur les lèvres du faux gothique. Une lueur de compréhension passa dans son regard et il se tourna brièvement vers le couple, lequel semblait prendre un plaisir folichon à partager le baiser vampirique. Il était dorénavant presque certain qu'il avait à faire à une novice. Mais elle devait quand même bien être au courant que la morsure était un acte... singulièrement émoustillant, non ?

"Oh, ça. Mais c'est qu'à vrai dire on peut difficilement faire autrement non ? Je veux dire... La morsure, c'est un acte sexuel en soi, qu'on le veuille ou non."

Restait à voir si elle n'allait pas le fuir maintenant, vu comme elle semblait être effarouchée, mais sa réaction lui en dirait long sur le personnage à qui il avait à faire, et il trouverait bien le moyen de se rattraper. Techniquement, peut-être qu'il s'était trompé sur elle et qu'elle n'était pas si coincée que ça. Autrement dit ça pouvait même lui ouvrir quelques portes. Après tout elle ne s'était pas barrée, et n'avait montré aucun signe comme quoi l'intrusion de Saul dans son espace privé la dérangeait. C'était déjà pas si mal, parce que contrairement aux trois quarts des gens qui sillonnaient le quartier, elle n'avait pas l'air d'être venue ici pour faire des rencontres et encore moins pour se faire aborder.

Ça pour être à l'aise, Saul l'était, mais pas de la manière qu'elle croyait. Elle ne le saurait pas avant d'avoir plongé ses crocs dans sa gorge cela dit, alors en attendant il laissa grandir sur son visage un sourire tentateur, confiant, bien différent des expressions timides de Nathan le serveur. Pour faire ce qu'il voulait de ses soirées... ça ! Il le faisait. Encouragé par le clin d’œil et la poignée de main accueillante de la jeune femme, il devint un peu plus expansif :

"Eh bien je dois dire que ça fait un long moment que c'est devenu mon coin préféré pour.. tu sais. Faire des rencontres, passer le temps en s'amusant. Je suis du genre noctambule. J'adore toute cette agitation nocturne... ça a un côté euphorisant."

Elle se présenta. Esme, nouvelle dans le coin. Pauvre petit bébé vampire, qui allait mal digérer sa première soirée chez les sangsues... Il faudrait qu'il essaie de lui tirer quelques infos avant de se laisser mordre et de taper le scandale habituel. Si elle était si nouvelle que ça, et comme elle donnait l'impression de ne pas avoir de tuteur, elle savait peut-être quelque chose sur les attaques de vampires qui souillaient la Nouvelle-Orléans et laissait sur le pavé de trop nombreux monstres orphelins.

"Appelle moi Caïn. Bah écoute si tu veux bien de moi, je serais ravi de te guider dans le quartier. Mais dis voir, tu avais quoi en tête ? Tu veux danser, boire, ou bien tes désirs étaient plus directs ?"

Il croisa les bras, dans l'expectative. Sa pause et son expression faussement innocente ne trompaient personne. Après tout un vampire qui se pointait dans le quartier sanglant, généralement... C'était un peu l'équivalent pour une personne normale d'ouvrir le frigo pour regarder ce qu'il y a dedans, histoire de calmer sa fringale.
Revenir en haut Aller en bas
Esmera Yanis
avatar




Identification
Emploi: technicien établissement du sang
Age apparent: 25
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Le piège est tendu   Mer 16 Mar - 9:08

« Difficilement faire autrement » ? Non mais il est sérieux ? Hum, hum. Je refuse catégoriquement de me prostituer pour manger ! Une tzigane ne fera pas la pute pour pouvoir se nourrir un point c'est tout. C'est une question de fierté. Nous sommes exclus de la société, nous sommes souvent pauvres, nous sommes des saltimbanques mais on ne fait pas le tapin pour manger. Et puis quoi encore ? Tu veux pas que je fasse de l'équilibre sur un ballon un tutu autour de la taille ? Et puis c'est totalement faux ! La preuve Blake a mis son sang dans un verre. Cette façon me conviens parfaitement.

« Je ne suis pas d'accord avec ton affirmation. Sinon cela voudrait dire que les vampires sont des catins et donnent des faveurs sexuelles en espèrent un peut de pitance et je ne me considère pas dans cette catégorie. Rien ne nous force à mordre pour nous nourrir. »

Je me rend compte que j'ai instinctivement une jambe qui a entamé un pas en arrière, mais le reste du corps ne suit pas. Pas vraiment surprenant, ce type a un quelque chose de dangereux – bonjour les clichés – et en bonne gitane, je suis attirée par les mecs dangereux. Quand on voit où sa m'a mené...

Un fêtard qui adore se faire mordre.
Et un gros pervers ! C'est pas forcément le genre de personne que je devrais tenter pour ma première sortie sans tutrice. Non mais c'est bien beau de m'avoir accompagné manger la première fois mais j'ai appris quoi au juste ? Que le métamorphe c'est super bon, que certains se prennent pour plus fort qu'ils ne le sont et que sans le flingue de Bess je suis pas certaine que je l'aurais lâché avant sa mort. Alors bon. Faire une boulette sur un habitué des lieux c'est pas forcément une bonne idée. Faire une boulette tout court c'est pas une bonne idée. Mais bon c'est pas comme s'il m'avait sauté dessus en me disant « mords moi ! ». Et puis il connaît le coin, c'est pas plus mal.

Je fais une petite moue. Je ne sais pas si ça à un côté euphorisant de vivre la nuit. J'ai pas vraiment choisie. Je dois dire que si c'est le cas, je ne me suis pas bien rendue compte.Stop ! On avait dit qu'on arrêtait de s’apitoyer sur son sort. Je suis comme je suis la roue à tournée, et puis c'est tout.

Sa me me démange, je me racle la gorge et passe une main pour la masser légèrement. Je commence à avoir soif et elle me le fait sentir.
Je suis encore loin de l'état de dénutrition qu'il y a quelques mois, je ne risque donc pas de sauter sur qui que se soit. Mais il ne reste que sa me dérange encore de ressentir cette sensation.

Caïn ? Comme Caïn frère d'Abel premier vampire ? Ça c'est du faux nom où je ne m'y connais pas. Je relève ? Je relève pas ?...Finalement seul un sourcil se lève mais je ne dit rien. Il reste la personne la plus sympathique et la moins fanatique que j'ai croisé pour le moment et c'est quand même un gros point positif. Et ma gorge s’assèche. Ça doit pas mal jouer en sa faveur.

Boire ! Oui sa je veux boire. Mais pourquoi je m'infligerais des liquides qu'il faudra forcément que je vomissent derrière ? Danser ?
J'ai vue la gueule des boites du coin...non merci. J'avais plus l'impression d'évoluer dans un filme porno façon gore qu'autre chose.

« Écoute fais moi un tour rapide du propriétaire puisque tu te sens l'âme d'un guide touristique. »

Je lui donne un sourire complice comme ceux qu'il me fait. Tu veux jouer, alors jouons, j'accepte d'entrer dans ton monde Caïn. Du moment que je repars d'ici, la Soif calmée, je veux bien jouer avec toi.

« Ensuite on verra bien si j'ai envie de quelque chose. »

Je pose sur lui des yeux gourmands. Il n'est clairement pas le type d'homme dont je raffole. Mais je risque de devoir m'en contenter alors autant le bichonner. Je refuse de fréquenter ces espèces de groupies, hystériques et complètements barges.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3685-esmera-yanis
Saul Ziegler
Normes
avatar

Normes


MessageSujet: Re: Le piège est tendu   Lun 21 Mar - 19:11

Saul serra les dents intérieurement. Génial... Une non-assumée. Ceux là, c'était les pires. Non contents d'être difficiles à pincer pour le marchand de mort, ils faisaient preuve d'une hypocrisie que l'humain trouvait à vomir. Ils mentaient au monde entier comme ils se mentaient à eux-même en se croyant trop bons pour leurs propres instincts. Mais il en avait eu la preuve à maintes reprises : c'était inscrit en eux. Ils en avaient tous envie et ils finissaient tous par succomber. Du moins lorsque Saul était suffisamment patient pour aller jusqu'au bout du jeu. Et lorsqu'il n'allait pas accidentellement trop loin. Il était déjà arrivé à quelques reprises qu'il manque une proie parce qu'il l'avait fait fuir. Le personnage qu'il avait choisi d'incarner ne le semblait plus aussi bien adapté à la situation qu'au départ. Il se demandait si il n'allait pas se foirer. Quoiqu'il en soit il ne pouvait décemment pas réagir autrement que mal lorsqu'on insultait son mode de vie théorique.

Ses traits affichèrent une grimace blasée, légèrement dégoûtée. Il haussa les épaules.

"... T'as un problème avec les prostitués ? Puis entre un coup de dents dans une veine et un contact physique plus rapproché tu m'excuses mais sauf si t'es du côté de l'aphrodisiaque il y a une nuance d'implication personnelle. Le vampire prend plus à l'humain que le contraire. Tu sais que certains sont pas fans de la morsure ? Une partie de ceux là se font payer pour accepter qu'on les boive. Dis moi plutôt qui est le client alors hm..?"

Un sourire qui se voulait rassurant suivit cette déclaration un peu rêche.

"Mais en vrai la plupart du temps tout le monde y trouve son compte. C'est plus des coups d'un soir pour les plus volages... L'occasion de faire des rencontres à plus ou moins long terme pour les autres. Désolé si je parais un peu rude mais c'est que parfois y en a un peu marre qu'on nous méprise pour notre mode de vie. J'vois pas en quoi c'est pire qu'autre chose."

Il lui révéla son faux nom et lui demanda où elle comptait aller. Il nota la façon dont elle levait le sourcil, visiblement étonnée par le pseudonyme qu'il avait choisi. C'était vrai que Caïn c'était plutôt rare, même si comme avec tous les noms bibliques, il y avait forcément quelqu'un, quelque part dans le monde pour le porter. Mais Caïn n'était pas le plus populaire de tous... Fils d'Adam et Eve qui avait inventé la notion de fratricide en tuant Abel, c'était un personnage pas très sympa à associer à un nouveau né. Il esquissa une  grimace gênée.

"... Avant que tu demandes, ma mère a un humour un peu bizarre. Mon jumeau est sorti de son ventre mort-né alors elle a trouvé ça super drôle de me refiler ce nom."

Tellement gros et plombant que généralement, les gens évitaient de remettre en question la véracité de ce genre d'affirmations. Il se racla la gorge et d'une main invita Esme à avancer.

"Ce club, l'Inferno, est pas le plus rassurant pour les débutants... Disons qu'ils sont ouverts sur par mal de questions. Dans le genre donjons et compagnie. On devrait plutôt aller par ici, ou ici. Dans ce coin là on trouvera des clubs plus calme genre le Danse Macabre pour citer le plus fréquenté. Mais c'est super select on arrive pas tout le temps à rentrer. Par ici il y a le Cirque des Damnés. Si tu aimes bien les attractions c'est là qu'il faut aller. Ça fait un bout de temps que je m'y suis pas rendu, je sais pas trop ce qu'ils ont en ce moment..."

Il s'arrêta et lui jeta un regard curieux.

"... Juste, tu me permets une question ? Ça fait pas longtemps qu'on t'as initiée, non ?"

Même si c'était une évidence, mieux valait enfoncer trop de clous que pas assez.
Revenir en haut Aller en bas
Esmera Yanis
avatar




Identification
Emploi: technicien établissement du sang
Age apparent: 25
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Le piège est tendu   Ven 25 Mar - 14:26

Eh ! Mais c'est qu'il prend la mouche tout à coup. En plus il n'a vraiment rien compris à ce que je veux dire. Je ne suis en train de comparer qui donne le plus. Je ne veux pas être cataloguer c'est tout. Je l'ai été toute ma vie, alors si je pouvais éviter de l'être à nouveau sa m'arrangerais. Et puis dans le genre vampire originaire des Carpates, je me pose là quand même et ça c'est vraiment trop nul. On dirait une mauvaise adaptation de Dracula.

« Je dis juste que j'ai suffisamment bouffé de stéréotype dans ma vie pour ne pas m'en imposer d'autre. »

Bon c'est vrai que je suis peut être un peu trop sur la défensive. Il faudrait que je lâche du leste de temps en temps. Tout le monde ne me veut pas du mal non plus. Je suppose que s'il m'a aborder, c'est parce que, soit il est dans la catégorie de ceux qui donne leur sang en échange d'un orgasme, soit dans celle de ceux qui le vendent. Dans les deux cas, il veut quelque chose et moi aussi. Alors pour quoi être aussi méfiante et lui compliquer les choses ?

Pour quoi il se sent obligé de me raconter sa vie ? Non sérieusement, je ne lui ai rien demander et je n'allais pas le faire. Il a le nom qu'il veut, moi sa ne me regarde pas. En plus bonjours l'ambiance. Elle a vraiment un humour approximatif sa mère. Décidément je ne comprendrais jamais les gadjos. Nous on ne rigole pas avec un nom. On connaît leur signification et l'influence qu'ils auront sur la vie d'une personne. Appeler son film Caïn s'est le vouer volontairement à une vie sanglante. Non on ne rigole pas avec un nom. Certains sont tabou et Caïn en fait partie. Non vraiment, sans une idée derrière la tête on ne fait pas se genre de chose.

J'avance à ses côtés et écoute attentivement sa description des lieux. Certains me tente plus que d'autres. Le Danse Macabre retient mon attention, surtout s'il est sélect, il faudra que j'essaye d'y entrer un de ces soir. Et voir ce qu'il propose. Je me demande quel genre de personne fréquentant ce quartier peuvent entrer dans un établissement select. Un cirque ? Mouais pas trop mon truc, en plus si je croise une « voyante » je ne pourrais pas garder mon calme. Soit j'explose de rire, soit je l'étripe. Les caricatures de gitane qu'on y croise ont le dont de me mettre hors de moi. Alors autant éviter.

Je le regarde surprise. C'était vraiment pas la question à me poser. Qu'est-ce que ça peut bien lui faire depuis combien de temps je suis comme ça ? Non mais est-ce que je te demande depuis combien de temps personnes n'a vue ta couleur naturelle de cheveux ? Non ! Bon?
On vient pas de se mettre d'accord pour ne pas l'envoyer chier ? Ça fait combien de temps déjà ?...Oh ! Ah oui quand même. Et je suis toujours pas foutue de me comporter comme je devrais. Il faut dire que j'ai passé plusieurs années cachée dans ma cabane à ne pas vouloir sortir. S'il n'y avait pas eu Blake, je ne serais peut être jamais sortie d’ailleurs. Et puis ce mon « initiée » j'ai un rire amer en y pensant.

« Je n'ai pas été initiée. »

Oui bon, c'est vrai que Bess s'est occupée de moi. Mais est-ce qu'on peut dire que c'est suffisant ?Non je ne crois pas.

« Ça fait trois ans que j'ai été assassinée. J'ai passée plus de deux ans à l'écart de tout, c'est quasiment ma première sortie. »

Eh oui, moi aussi je peux plomber l'ambiance. Ce n'est pas ma première sortie, puisqu'il y a eu la mexicaine bourrée de frique et la fête de la musique. Autant dire échec sur échec. Cette sortie c'est le résultat du coup de pied au cul de Blake. Je peux lui dire un grand merci.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3685-esmera-yanis
Saul Ziegler
Normes
avatar

Normes


MessageSujet: Re: Le piège est tendu   Sam 2 Avr - 11:53

Saul préféra ne pas réagir lorsque le vampire tenta de défendre son bout de viande d'une façon toujours plus hypocrite. Il avait mieux à faire que de lui montrer par a+b qu'elle faisait preuve d'ostracisme ordinaire, même si ça aurait été délicieusement ironique de mettre ces mots dans la bouche de Caïn, lorsqu'on savait qu'elles étaient les convictions de la personne réelle qui se cachait sous toutes ces fausses identités. Il se contenta donc de dirige un regard blasé sur la jeune femme et d'émettre : "hm hm" peu convaincu.

Après avoir donné plus de corps à son personnage pour contrer la méfiance qu'il avait vu lire dans l'attitude de sa proie, il se posa en guide et commença à lui dérouler la carte de ce qui se trouvait autour d'eux. Esme ne donna pas l'impression d'être séduite par les idées qu'il lui proposait mais peut-être avait-elle juste besoin de plus de temps pour choisir. Caïn n'ayant pas froid aux yeux il ne lui laissa pas le temps de savourer le goût de ses propositions et il alla plutôt à la pêche aux informations. Son indiscrétion eut l'air d'étonner le vampire. A ce rythme il allait finir par la perdre. Saul décida de réguler un peu son personnage. Il lui fit prendre l'air du doute. Il esquissa un imperceptible mouvement de recul et ajouta précipitamment.

"... Ah. Te sens pas obligée de répondre hein. Je suis juste curieux et j'ai une grande gueule mais..."

Elle répondit tout de même, ce qui eut le don de lui fermer le clapet. Elle n'avait pas été initiée. Ça voulait tout dire. Il eut une grimace de circonstance et se donna un air gêné. Aux antipodes de l'embarras de son personnage, Saul exultait. C'était précisément pour rencontre ce genre de créatures qu'on l'avait envoyé à la Nouvelle-Orléans. Restait à savoir si il arriverait à lui faire sortir la moindre information de plus étant donnée la tournure qu'avait pris la discussion. Il mémorisa soigneusement ce qu'il venait d'apprendre afin d'en informer plus tard sa hiérarchie : un assassinat datant d'il y a quelques années lequel s'était achevé sur une transformation dont il ne savait pas si elle avait été volontaire ou non de la part du tueur. En tous les cas il s'était envolé dans la nature et avait laissé derrière lui un vampire nouveau-né qui visiblement s'était si peu adapté à sa nouvelle condition qu'il avait préféré rester caché deux ans.

... Deux ans sans sortir ? Sérieusement ? Et comment s'était-elle nourrie exactement ? Un nouveau vampire ne pouvait pas tenir tout ce temps sans boire. C'était physiologiquement impossible. Il pétait un câble avant. Quelques mois tout au plus, c'était ce qu'ils pouvaient tenir pour les meilleurs d'entre eux en s'isolant complètement du reste du monde. Il avait eu cette info là de source sûre. Son frangin pouvait lui être utile de temps à autre, même si l'idiot n'en savait rien.

Caïn fronça les sourcils, touché par l'histoire qu'il venait d'entendre.

"... Chaud. Je comprends mieux que tu paraisses si méfiante à l'égard de... tout cet univers. Mais je te promets que c'est pas si mal, généralement. Depuis le temps que je traîne dans le coin je serais mort mille fois sinon."

Il tenta de décocher un sourire encourageant.

"Tu dois avoir méga soif ! Si c'est presque ta première sortie y a intérêt à faire ça bien... J'ai la pression subitement !"

Bon. Elle allait choisir un endroit où aller oui ou merde ? A moins qu'elle veuille le boire direct ? Au moins il aurait plus vite fait de retourner se coucher... Mais il perdrait l'occasion d'en apprendre plus sur ce mystérieux tueur, aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Esmera Yanis
avatar




Identification
Emploi: technicien établissement du sang
Age apparent: 25
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Le piège est tendu   Mar 5 Avr - 20:16

A voir la tête qu'il tire, j'ai fais un sacret effet avec mon histoire de meurtre. Il va peut être partir en courant pour ne pas rester à côté de la personne totalement déséquilibrée à laquelle je doit ressembler maintenant. Ça pour avoir une grande gueule... Oui bref !

Et oui, deux ans. Deux ans a aller au labo au moment des relèves ou des pauses pour récupérer des poches de sang qui ne seront pas transfusées pour cause de défauts. Deux ans que j'ai pris un congé sans soldes. Pour motif de dépression nerveuse. Deux ans à ignorer les appels et les messages de mon couple d'amis et de mon séduisant collègue. Après tout ce temps on pourrait croire qu'ils se sont lassé, mais non. Ils insistent encore de temps en temps. Et puis il y a eu ce métamorphe... Cette personne qui faisant preuve d'un altruisme total m'a offert à manger alors que j'avais faim. A voulut m'aider alors que j'étais perdue. Il m'a donné la force qui me manquait pour sortir de mon troue. Et me voilà dehors, et un peut perdue il faut quand même l'avouer.

Pourtant j'essaye. Je me comporte plus ou moins comme un vampire, je vais dans les lieux où vont les vampires, fréquente les gens qu'ils fréquentes...Mais pour le moment ce n'est pas une franche réussite. Peut que je ne suis pas faite pour être une vampire. Peut être que je ne devrais pas jouer à être, mais juste être moi avec ces besoins qui ne sont plus si nouveaux que ça...

Méfiante ? Encore une preuve que finalement j'ai beau ressembler, sentir et avoir les même besoins, je ne ressemble pas à une vampire. Je suis vraiment nulle en vampirella. Pas si mal ? Pas si mal que quoi ? J'ai un peut perdue le fil de sa conversation. Mais je hoche la tête pour donner le change. Il ne manquerait plus que j'ai l'air de l'ignorer.

Je sourie presque timidement à sa remarque de morts évitées. Il n'a pas tord. Caïn a l'air d'être un habitué des lieux et de sa faune. Si effectivement cette dernière est dangereuse pour les humains, cela fait longtemps qu'il serait mort ou transformé comme moi et ce n'est pas le cas. Je sais très bien qu'il n'est ni un vampire ni un autre outre.

« Méga soif ? » Je le recarde curieuse. Pour quoi ça ? Il ne croit tout de même pas que ça fait deux ans que je n'ai rien mangé ? Au bout quelques mois je devenais folle. Je n'ose pas imaginer dans quel état je serai si j'avais maintenue le jeune aussi longtemps. J'aurais sûrement mis fin à mes jours après avoir vider mon chat.

Je me demande qu'est-ce qu'il veut dire par « ça » ? Il faut vraiment que je face un dessin? Je sourie, s'il se met la pression cela veut dire qu'il est partie pour me bichonner. Le rapport vient de s'inverser. Ce n'est plus moi qui est une demande visiblement. Mais pour autant, je suis contente de ne pas avoir aussi soif qu'il le pense. Bien que ma gorge me gratte de plus en plus. Peut être est-ce due à l’excitation de savoir que je vais bientôt me nourrir. Je passe ma main dessus pour l'apaiser.

« Écoutes, je te laisse seul juge. Je te promet de t'accompagner où tu veux ce soir et de t'offrir un verre pour te remercier de ta gentillesse.  »

C'est vrais que c'est le moins que je puisse faire. Il est très patient avec moi et même plutôt gentil...si on met de côté de ou trois petites choses, qui doivent faire le « charme » du personnage...du moins j’espère.

« Alors où va-t-on ? »

Aller ! Pourquoi pas...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3685-esmera-yanis
Saul Ziegler
Normes
avatar

Normes


MessageSujet: Re: Le piège est tendu   Mer 20 Avr - 11:32

Bon, c'était déjà ça : le poisson était ferré. Saul avait fait en sorte d'endormir une partie de la méfiance du vampire qui, plutôt que de le fuir en courant, lui offrait le privilège de profiter plus longtemps de sa présence mort-vivante. Il eut envie d'émettre un ricanement méprisant, ce dont il se retint évidemment pour éviter de perdre tout ce pour quoi il avait oeuvré durant les dernières minutes. Tous les mêmes... Ces outres étaient d'une arrogance rare. Même une créature aussi timide et peu assurée qu'Esme lui avait paru être au premier abord... Même elle finissait par prouver la façon dont, par nature, elle ne pouvait pas s'empêcher de péter plus haut que son cul. Ils venaient à peine de se rencontrer, et voilà qu'en remerciement de son dévouement factice, elle lui offrait le plaisir de sa compagnie et osait jusqu'à le formuler en ces termes.

Quelque chose lui disait que le verre qu'elle proposait de lui offrir aurait du mal à passer. Néanmoins il était habitué à ce travail et il en avait rencontré, des vampires. Nombre d'entre eux étaient bien pire que cette rouquine. Il ne lui serait pas excessivement difficile de la supporter juste le temps qu'il faudrait pour être en mesure de mettre son plan à exécution.

Elle le laissait choisir leur destination. Cain afficha un sourire pensif, qui fit suite à un hochement de tête traduisant sa gratitude infame. Ah... Il fallait que Saul cesse de s'exprimer et qu'il laisse entièrement place à son personnage, sans quoi la supercherie finirait par être perceptible. Il était encore trop tôt pour ça.

"Je connais un endroit sympa. C'est mieux que le Danse Macabre, y a moins de monde. Enfin... Disons que c'est mieux pour aborder les attractions du quartier plus en douceur, si t'as du mal avec l'ambiance générale..."

Les raisons de Saul étaient évidemment différentes de celles que Cain évoquaient : quitte à traîner Esme dans un traquenard, il préférait que ça soit dans un endroit où il pourrait contrôler ce qui arriverait. Le Danse Macabre et les établissements du centre nerveux du quartier sanglant étaient un peu trop infestés de vampires à son goût, dont certains qui pourraient vouloir l'éliminer dès lors qu'il commencerait à crier au viol sanglant. Mieux valait un lieu plus isolé, sans pour autant qu'il soit vide de témoins. Mieux valait un endroit où la plupart de ces témoins seraient humains et auraient donc tendance à se ranger de son côté, plus que de celui de la sangsue.

"Va falloir un peu marcher par contre, on y sera dans une dizaine de minutes ! C'est un pub sympa. Plutôt rock, mais assez calme et généralement modérément fréquenté. Si y avait pas les lumières noires, la salle enterrée et le style du patron pour dire le contraire, on croirait presque que c'est pas dans le quartier sanglant. Tu vas voir !"

Il engagea la marche, souriant, et lui fit signe de le suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Esmera Yanis
avatar




Identification
Emploi: technicien établissement du sang
Age apparent: 25
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Le piège est tendu   Ven 22 Avr - 19:16

Est-ce que j’ai du mal avec l’ambiance générale ? Dison plutôt que ce qui me dérange le plus c’est plutôt que le quartier tout entier à l’air de reposer sur une espèce de caricature moderne du vampire glamour vendue aux passants. Un vampire ça n’a rien de glamour, ni de sexy. Les légendes qu’on m’a racontées ne font pas état de ce fait. Le chimolo est une créature tout à fait répugnante qui vole le sang pour se nourrir et va par moment jusqu’à tuer des humains. Je me souviens de la légende du nosferatu à la dentition difforme qui s’attaque aux jeunes filles vierges dans leur lit après les avoir violées. De ce monstre qui ne fait que céder à ses sombres pulsions. Ça na rien de glamour. Comme ça n’avait rien de glamour quand j’ai sauté à la gorge de cette dame. Les humains sont vraiment stupides.

Stupides de croire cette soupe qui leur est servie depuis…combien de temps ? Depuis combien de temps les vampires posent le voile de cette mascarade sur les yeux du reste du monde ? Et comment s’y sont-ils prit ? Comment passe-t-on d’un monstre assoiffé de sang à une créature objet de désirs et de fantasme ? La société vampirique doit avoir des chargés de com extraordinaire. Peut être même que la montée populaire fulgurante des vampires que se soit dans la littérature ou dans les filmes avant même la grande révélation avaient ce but en tête. Rendre le vampire glamour si populaire que le jour où on annonce au Monde leur existence, tous on oublié les origines du mythe et les anciennes légendes… Oui ils sont très très forts.


« Je te suis. »

Je sourie doucement. C’est très gentil de sa part de faire attention à moi au point d’adapter le lieu. Il va jusqu’à faire un long déplacement avec une parfaite inconnue pour mon confort.

« Aucun soucie, j’adore les pubs ! »

J’ai de très bons souvenirs dans des pubs. Ce sont des lieux chaleureux et accueillants. Il me tarde d’y être. Enfin une soirée normale. Après trois ans, je vais enfin passer une nuit normale. Je soupire d’aise et de soulagement. La tentions commence à s’estomper.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3685-esmera-yanis
Saul Ziegler
Normes
avatar

Normes


MessageSujet: Re: Le piège est tendu   Lun 2 Mai - 1:23

Elle mordait à l'hameçon. Malgré des débuts chaotiques, Saul semblait avoir enfin réussi à trouver un angle d'attaque potable afin d'attirer le vampire dans son piège sans pour autant modifier le comportement de Cain au point de faire perdre sa crédibilité au personnage. Son sourire engageant cachait un rictus mental, aussi perfide que l'étaient les détails du piège qu'il était en train de faire se refermer sur Esme.

"Parfait !"

Un hochement de tête plus tard, et ils étaient en route. Il prit garde à se concentrer sur le chemin dans lequel ils s'engageaient. Saul savait que les discussions que Cain pouvait avoir ne feraient que mettre sa proie mal à l'aise étant donné que les deux personnages semblaient avoir une vision radicalement opposée de la vie (et surtout de la non-vie). Il ne voulait pas perdre le peu de points qu'il avait réussi à marquer dans son estime. Il meubla le temps à force de banalités distraites, histoire d'éviter que de trop grands silences s'installent et ne fassent plus de dégâts encore que toutes les insanités fanatiques qui auraient pu sortir de la bouche du vamp-fan peroxydé. Dans la plupart des cas, il pointait du doigt les néons d'un quelconque établissement afin de lui décrire les lieux et de lui exposer leur intérêt. Ici, un cabaret où les vampires se servaient de leurs pouvoirs surnaturels afin de donner au spectacle un charme surnaturel et surhumain. Là, un guichet malfamé duquel il valait mieux éviter de trop s'approcher lorsqu'on n'avait pas été invité et lorsqu'on n'avait pas une connaissance précise des échanges qui pouvaient s'y dérouler, quoiqu'il durent être légaux dans une certaine mesure sans quoi la police (ou le BIAS ?) seraient intervenus depuis longtemps. Saul n'avait pas plus de détails à ce sujet. Ici encore, un concept de love hôtel innovant dans cette partie du globe, d'autant plus qu'il était associé à une maison d'hôte, installée sur l'entièreté de son premier étage. Cain dut prendre un air gêné : le quartier sanglant, c'était un de ces quartiers où on vouait assez ironiquement un culte à la vie autant qu'à la non-vie. Les vampires, bien que morts, étaient des créatures de sensations, capables de tout ressentir plus fort que la grande majorité des mortels, sans même parler de la sensualité qu'ils incarnaient, ne serait-ce qu'à cause du charme qui émanait d'eux. Autrement dit, c'était pas très étonnant qu'on retrouve dans les lieux qui leur étaient consacrés des activités digne d'un mini Las Vegas couplé à un Red Light District. Il évita de trop étaler ses pensées à ce dernier sujet, étant donnée la façon dont Esme avait mal réagi lorsqu'ils avaient abordé ce sujet au début.

Les rues devenaient plus étroites, et surtout plus sombres. Ça devenait de plus en plus résidentiel. Il n'y avait presque plus personne. Presque plus de bruit. Saul frissonna. Entre les ténèbres et l'absence d'activité alentours, le pâté de maison dans lequel ils se trouvaient à l'heure actuelle avait tendance à se refroidir bien vite la nuit. Il n'était pas non plus entièrement rassuré. Ou plutôt, il n'était rassuré que parce qu'il avait un vampire avec lui, créature qui par principe ne craignait pas grand chose. Qu'il dût compter sur un des outres qu'il combattait pour assurer sa sécurité en cas de pépin, ça, ça n'était vraiment pas rassurant. Parce qu'elle aurait tout aussi bien pu décider de cesser les mondanités, et le vider de son sang dans la rue aussitôt, sans témoins. Outre la peur viscérale que lui inspirait cette situation, il n'était pas assez habillé pour que l'expérience de la brise nocturne lui soit entièrement agréable. Là-dessus, la crochue avait de la chance : il aurait apprécié pouvoir lui voler, provisoirement, sa capacité à ne pas ressentir le froid. A défaut il eut un rire fébrile. De très légers tremblements secouaient ses bras. Il les remua pour tenter de se réchauffer un peu.

"Brr... Bon par contre ce coin est carrément glauque la nuit. Enfin perso je trouve ça glauque, limite flippant en fait. Tu t'attends presque à voir l'ombre de Freddy Krueger débarquer à l'angle de la rue pour te courir après avec sa démarche ridicule... Quoique ça, ça ferait plus rire qu'autre chose. Bref. Tout ça pour dire que j'aime pas ce genre de rue, ça me déprime. Que des baraques où tout le monde dort et pas un pet de musique ni de vie. Heureusement, on est presque arrivé !"

Il pointa du doigt l'angle de la rue, éclairé par des lueurs violettes intermittentes. Elles faisaient danser des ombres irréelles sur les murs des maisons en face, si bien qu'il était facile, avec un peu d'imagination, d'avoir l'impression de voir des choses bouger dans la nuit. Il sursauta légèrement en remarquant la silhouette de deux personnes en pleine discussion, qui murmuraient en fumant quelque chose de pas très légal, cachées dans la ruelle opaque qu'ils venaient de croiser. Pas de doute... Ils étaient encore dans le quartier sanglant, même si ce coin était vraiment très excentré. Enfin ils tournèrent et purent enfin faire face à la devanture du pub promis. De l'extérieur, tout paraissait très typique : une devanture noire élégante et vieillotte. Des vitres teintées en nuances de gris, séparées par un grillage discret quoiqu'il rappela vaguement des motifs de vitraux. Un pub monochromatique, peut-être un chouilla extravagant. Certes, les néons violets avaient tendance à rehausser de suite l'originalité du lieu lequel ne possédait pas non plus un nom des plus communs : "L'Antichambre". En rentrant à l'intérieur, on avait effectivement presque l'impression d'être dans un pub classique. Les lumières noires qui rendaient fluo toutes les couleurs proches du blanc empêchaient l'ambiance de paraître parfaitement tamisée. Le comptoir qui luisait grâce aux lampes violettes à l'intérieur de ses parois partiellement translucides aussi. La musique était douce, cependant, et les lieux dégageaient une chaleur conviviale et engageante malgré les dominantes de couleur froides. Il y avait quelque chose de vibrant dans l'air. L'ambiance était réglée au poil. Était-ce dû au talent du décorateur, à l'architecture agréable de la pièce, ou bien à une quelconque magie à l'oeuvre ? Difficile à dire. En tous les cas le pub était fréquenté sans trop l'être non plus. Juste ce qu'il fallait pour se sentir bien. La quantité de gens qui peuplait la pièce était d'ailleurs étonnante en vue de la rue désertique dans laquelle il était installé. Et ce n'était que le rez-de-chaussée. Un escalier sur le côté donnait accès à la cave.

"... C'est un peu bizarre ici. C'est assez connu, mais en même temps pas trop. C'est un peu un truc de confirmé. A moins de sillonner le quartier de long en large ou d'avoir de la chance, tu connais l'existence de cet endroit que par le bouche à oreille. C'est pour ça que j'adore ce quartier : y a des perles de ce genre à découvrir... C'est un monde à part entière. Alors, t'en penses quoi ?"

Le barman, dont le style vestimentaire et le maquillage n'étaient pas sans rappeler celui de Cain, leur accorda un sourire aimable et hocha la tête pour les accueillir.
Revenir en haut Aller en bas
Esmera Yanis
avatar




Identification
Emploi: technicien établissement du sang
Age apparent: 25
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Le piège est tendu   Lun 9 Mai - 10:08

Quand il dit que c'est excentré, il n’exagère pas. Ce n'est pas tant que les rues soient sombres le problème, mais bien qu'elles me font un peut trop penser à cette nuit d'il y a trois ans. Les murs de briques sont parfaitement identiques à celui qui fût immaculé de mon sang. Et ces poubelles, on dirait à s'y méprendre celles contre lesquelles ils m'a envoyer d'un revers. En baissant les yeux j'ai l'impression de voir mon sang qui ruisselle entre les pavés. Mais non ! Ce n'est que de l'eau, pauvre gourde.

Je n'écoute qu'à moitié ce qu'il me dit et répond vaguement quand Caïn me fait la conversation. Ce n'est pas qu'il est inintéressant, mais plutôt que je suis plongé dans des souvenirs que j'aurais préféré oublier. Et là de suite, le moindre bruit me fait bouger les yeux à une vitesse folle pour identifier toutes les sources. C'est parfaitement ridicule ! C'était il y a trois ans. Oui c'est vrais. Pas du tout dans ce quartier. Non, ce n'était pas ici. Tu crois quoi ? Qu'il est te guette depuis trois ans ? A l’affût de la moindre de tes sorties pour te passer à nouveau à tabac? Non...je ne crois pas...j’espère que ce n'est pas le cas. Ma gorge me gratte...

Un mouvement ! Du calme, c'est Caïn qui frissonne. Il fait si froid que ça ?

« Est-ce que tu veux ma veste ? »

Pour quoi je dis ça d'une voix timide moi ? Il serait un peut temps de s'imposer merde !

Je ne risque pas de savoir si c'est glauque que la nuit, je ne pourrais jamais plus visiter les coins encore inconnue de la ville en journée...
S'imposer ne veut pas dire être désagréable. Je lui sourie pour tenter de le rassurer et suis des yeux la direction qu'il m'indique. Lumière violette qui fait danser les ombres de la nuit...pas de doute, il y a un établissement pas loin.

La réaction violente de Caïn me fait aussi sursauter. Je suis vraiment trop tendue dans ce genre de rue, c'est pas bon pour mon self-contrôle. De plus ce n'est rien, juste deux personnes qui essayent de ce défoncer avec...à l'odeur chimique je dirais que c'est nocif du bromure peut être et ce relent d'amande c'est sans aucun doute...Mouais, ils fument vraiment n'importe quoi. Je ne suis pas certaine qu'ils sachent avec quoi est couper leur herbe, mais eux, ils ne feront pas long feux.

Effectivement de l'extérieur, on dirait un pub tout ce qu'il y a de plus normal. Un peu fantaisie avec ses lumières violettes mais, même les vitraux aux vitres font penser à certains vieux pubs que l'on peut trouver. ¨Par contre rein que le nom fait de suite oublier le côté irlandais de la chose. Une foi a l'intérieur, l'ambiance est mitigée. J'ai l'impression qu'il y avait bien un pub ici, mais que quelqu'un à voulue y mettre sa touche personnelle, très personnelle sans pour autant toucher à ce qui existait déjà. C'est de la superposition. Mais pour quoi pas ? L'ambiance est des plus agréable à mon sens.

« J'en pense... »

Après avoir embrasser du regard les lieux, je pose un regard ravie sur Caïn,

« ...que j'adore. Merci de m'avoir montrer cet endroit. »

J'avance vers le bar tenue par un homme avec le même « style » que mon compagnon de la nuit...Tout ne pouvait pas être parfait non plus.

« Une bière ambrée s'il vous plaît...Caïn, qu'est-ce que tu veux ? »

J'ai beau savoir qu'elle ne pourra pas rester dans mon estomac, j'entretiens l'habitude de boire et manger de temps en temps. C'est ma manière à moi de rester « humaine ».
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3685-esmera-yanis
Saul Ziegler
Normes
avatar

Normes


MessageSujet: Re: Le piège est tendu   Lun 6 Juin - 9:59

Caïn observait Esme avec dans les yeux ce qui ressemblait à une pointe d'anticipation inquiète. Ce faisant il se frottait les bras pour tenter de les réchauffer - il avait refusé de prendre la veste du vampire, considérant qu'ils étaient presque arrivés et que ça deviendrait donc rapidement superflu. Elle jaugeait l'ambiance en silence, peu préoccupée par le suspens insoutenable qu'elle créait par là-même. Saul commençait à s'ennuyer. Caïn stressait à l'idée d'avoir fait un mauvais choix. Bref. L'éclate totale.

Quand elle se tourna enfin vers lui elle avait l'air radieuse, ce qui obligea Saul à trouver l'énergie d'afficher sur les traits  de Caïn un sourire satisfait. Intérieurement, il grinçait. Cette opération risquait de s'éterniser. A vrai dire il préférait les vamps lorsqu'ils se prenaient moins la tête et ne cherchaient qu'à mordre. Le boulot était alors à la fois plus rapide et moins chiant.

"Ravi d'avoir fait mouche ! Promis, la suite devrait pas te décevoir non plus..."

Cette remarque lui valut un rire intérieur. Si elle avait su, elle aurait eu l'air moins contente. Sur les talons du vampire, il avança et la laissa choisir sa consommation. De la bière... Elle n'avait sérieusement rien de mieux à faire que de boire de la bière ? Le temps qu'elle finisse sa pinte, il allait probablement se dessécher sur place. Il n'avait pas spécialement envie de lui faire la conversation pendant trois plombes. Il avait eu son lot de jeunes vamps transformés sans consentement préalable et leurs jérémiades avaient à la longue tendance à le fatiguer.

"Je vois qu'on a les mêmes goûts... Une autre pinte de la même chose s'il vous plait."

Le barman valida leur commande dans un silence qui, étonnamment, contrastait avec les sourires aimables qu'il envoyait, ainsi qu'avec l'aura affable qui émanait de sa personne malgré la mode lugubre qui régissait sa tenue vestimentaire. Caïn s'accouda au comptoir et tourna les yeux sur l'outre récalcitrante. Que pouvait t-il faire qui ne paraisse pas trop gros et qui lui permette d'accélérer l'affaire ? Se couper "accidentellement" était exclu. Le cliché était tel qu'Esme, méfiante comme elle était au sujet de la communauté des vamp-fans, se demanderait forcément si la chose avait été ou non volontaire. Bon... Est-ce qu'il pouvait tenter une question gênante ?

"Je me demandais... Ah. Si c'est trop indiscret, ne répond pas. Moi et ma grande gueule, tout ça, tu sais. Mais comme vous avez besoin de vous purger après avoir consommé de la nourriture normale... C'est pas gênant pour l'assimilation du sang bu dans la même foulée ? C'est suffisamment rapide pour que vous en arriviez pas à le... bref. C'est crade. Désolé."

Les pintes étaient arrivées. Lui n'eut aucun problème à prendre la sienne et à en aspirer une grosse gorgée, en tous les cas. Il fixait Esme des yeux sans ciller. C'est que Caïn était curieux et qu'il avait tout de même bien envie d'avoir une réponse à sa question... Non, non... Ce n'était absolument pas Saul qui était en train de prendre son pied à mettre la jeune femme mal à l'aise. Absolument pas ! Voyons.
Revenir en haut Aller en bas
Esmera Yanis
avatar




Identification
Emploi: technicien établissement du sang
Age apparent: 25
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Le piège est tendu   Lun 6 Juin - 10:49

La suite ? Hum, j’attends de voir alors. J'affiche un sourire aimable. On verra bien si la suite ne me décevra pas. Bon, et si on arrêté d'être méfiante comme un adepte des théories du complot ? Non parce que là sa devient saoulant.

Nouveau sourire, au moins c'est facile. Et si je n'arrive pas à finir mon verre, je pourrais toujours lui proposer. Au moins je consomme, comme toutes personnes normal dans un bar, mais je ne suis pas obliger de boire pour ensuite me faire vomir. Je sors un billet et paye les deux verres. Il est étrange le barman a faire des sourires bienveillant avec son look de dépressif chronique. Ça donne le même effet qu'un clown qui pleure avec un grand sourire dessiné sur le visage. Je prend mon verre vais pour boire au moins une gorgée, histoire de faire normale...

J'ai l'aire fine, la pinte figée dix centimètres du comptoir.
Qu'est-ce que je fais ? Si je ne me trompe pas, il fait tout ça pour que je le morde. Effectivement il n'a peut pas toute la nuit pour attendre que je veille bien aller vomir la bière que je m’apprête à boire. D'un autre côté, je ne veux pas le mordre. Ni lui ni personne, je préférerais qu'il se coupe et que je récupère son sang dans un verre. Soyons réaliste deux secondes : clairement, il veut être mordue par un vampire, que ce soit moi ou un vampire, mais il fait des efforts pour être patient avec moi. Ça mérite qu'on lui face plaisir non? Finalement je pose le verre et le regarde dans les yeux avant d'arriver à décoincer mon visage pour prendre une mine un peut embêter.

« Heu...Pour te dire la vérité, je ne sais pas. En fait je commande parce que c'est se qu'il faut faire quand on entre dans un bar pour s'y asseoir. »

Autant la jouer jusqu'au bout. Maintenant tu vas me virer cet aire complètement perdue. Reprendre une mine sûre...voilà, une femme. On arête d'être Alice in worderland et on devient la méchante reine de blanche neige, avant la pomme bien sûr.

« A mon tour de te poser une question indiscrète. »

Bien...le ton est sûr voir limite dominateur. Il est temps de se comporter comme je le devrais. Prendre un peu plus exemple sur la tutrice. Non je ne vais pas lui arracher les yeux, ni me jeter sur son ventre. Mais juste paraître comme une adulte et montrer que je sais un minimum se que je fais. Je pose un doigt sur le poignet de Caïn.

« Si tu es gentil avec moi depuis tout à l'heure alors qu'on est clairement pas assortie, c'est bien pour que je me nourrisse sur toi. Tu serais déçu si je t’annonce que je ne mord pas ? »

Je lui adresse un sourire mystérieux. Et pousse négligemment la peinte que je n'ai absolument plus envie de boire. Ma gorge me démange de plus en plus. Signe que je ne pourrais bientôt plus faire attendre la Soif en m'amusant à jouer les humaine normale.

« Pas d’inquiétude. Tu es bien trop aimable avec moi pour que je me permette de te faire perdre ton temps »

Je pose un coude sur le comptoir et love mon cou dans ma main en le regardant presque avec envie.

« Prend ton temps, détends toi et quand tu en auras envie... »

Le fin de la phrase reste en suspend, pas la peine de la finir, je préfère lui laisser le soin de remplir les blancs comme bon lui semble.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3685-esmera-yanis
Saul Ziegler
Normes
avatar

Normes


MessageSujet: Re: Le piège est tendu   Mer 8 Juin - 10:21

Bon eh bien c'est qu'il était plutôt content de son coup. A défaut d'avoir convaincu le vampire de réviser ses choix de boisson, il l'avait empêchée de mettre le nez dans sa pinte et avait même réussi à la faire douter du bien fondé de la chose. C'était un coup de bol qu'elle ne soit pas au courant que non, la consommation de nourritures humaines n'empêchait pas l'assimilation du sang chez le vampire. Que cette dernière était trop rapide pour que l'obligation de vomir tout ce qui ne ressemblait pas à de l'hémoglobine soit un obstacle à quoique ce soit. Maintenant, elle allait devoir peser le pour et le contre. Boire cette bière et perdre du temps ? Ou bien prendre sa dose de sang du soir ? Qu'est-ce qui l'intéressait le plus ?

Saul avait une idée bien arrêtée sur la question. Il était confiant : la discussion prendrait bientôt un tout autre tour.

Mais ils n'en étaient pas encore tout à fait là et il allait devoir continuer de jouer la comédie encore un peu. Il se donna un air intrigué tandis qu'elle annonçait la couleur : à son tour de répondre à une indiscrétion. Caïn adorait quand ça prenait ce genre de tournure, si bien que l'espace d'une seconde, il donna l'impression de jubiler. Un éclat de bonheur sauvage miroita dans ses prunelles. Quoi de mieux que d'aborder les choses qui importaient vraiment ? Celles qu'on sentait dans le ventre et qui nous retournaient les entrailles dès lors qu'on les touchait du bout du doigt ? Il n'était pas pudique pour un sou. C'était peut-être pour ça qu'il avait tendance à manquer de tact, incapable qu'il était d'envisager la gêne que ces sujets de conversation pouvait provoquer chez le commun des gens.

Mais finalement, ce qu'elle demandait n'était pas si indiscret. Caïn en aurait presque été déçu même si il n'en montra rien. Saul quant à lui ricanait en silence. Elle ne mordait pas, qu'elle disait ? Ils avaient déjà eu ce genre de discussions plus tôt et l'avis du marchand de mort n'avait pas bougé d'un poil : un vampire qui ne mordait pas, ça n'existait pas. Ces créatures étaient faites pour être monstrueuses et dangereuses. De tous les outres, c'était probablement les pires et c'était bien pour ça que son travail se concentrait sur eux. Ils pouvaient se leurrer autant qu'ils le voulaient... Penser qu'ils pouvaient vivre comme des humains normaux. Penser qu'ils étaient restés ceux qu'ils étaient avant. Rien n'était plus faux : un instant de tentation suffisait pour dévoiler leur véritable nature, laquelle n'était jamais très loin de la surface.

D'ailleurs Esme était en train de lui en donner la preuve. Son comportement venait de changer radicalement. Il sentit les poils se dresser sur son échine. Il ne s'habituerait jamais totalement à ce job et à ce qu'il impliquait. L'étreinte bien connue du charme vampirique glissait dans ses veines une pointe d'éther maléfique. Il avait la gorge nouée. Dégoût et Effroi se battaient à deux contre le désir écœurant que la créature lui inspirait. Sa main frémit sous le doigt de la rousse. Il résista à l'envie de la retirer brutalement. Il fit passer son malaise pour de la fascination, ce qu'il était de toute façon partiellement. Caïn ne quittait plus Esme des yeux. Il la fixait sans ciller. Sans même penser à répondre.

Et voilà. La transformation avait une fois de plus eu lieu sous ses yeux. La timide jeune femme avait laissé sa place au serpent. A la plante vénéneuse. Tandis qu'il n'avait concrètement rien demandé, elle l'incitait au péché en cherchant à lui faire croire que l'idée venait de lui. Comment les gens pouvaient t-ils être aussi aveugles ? Comment pouvaient t-ils laisser vivre ces fauves vivre sous leurs yeux, au milieu d'eux ? Sous un prétexte d'égalité fallacieux, les hérétiques acceptaient de se laisser duper par le Démon. Saul n'était pas un fervent croyant en réalité, mais il y avait néanmoins des vérités admirables dans ce que la religion leur dictait. Notamment au sujet du Diable qui était capable de mêler mensonge et vérité avec brio pour duper les simples d'esprit. Nul doute que les vampires en étaient l'incarnation, si jamais il existait vraiment. Les informations venues avec la Grande Révélation allaient d'ailleurs dans ce sens. Et même si ce n'était pas le cas, alors ils en restaient symboliquement l'essence et il fallait prendre à leur égard les mêmes dispositions qu'on aurait eues à celle de ces ignominies.

Hors de question de montrer à quel point cette situation le révulsait tandis qu'il avait presque gagné. Il afficha sur les lèvres de Caïn un sourire mutin, mais tout de même pas tout à fait confiant. Esme ne lui avait pas donné l'impression qu'elle allait accepter de boire à ses veines et il s'était fait à l'idée. Ce changement le ravissait mais il était si rapide et si inattendu qu'il n'était pas sûr d'avoir bien compris... Était t-elle prête à lui donner ce qu'il voulait ou bien cherchait t-elle juste à mettre cartes sur table et à lui faire comprendre que "ça" n'arriverait jamais, et qu'elle ne le lui devait pas peu importe les efforts qu'il faisait pour être gentil et serviable.

"... J'avais cru comprendre que ça t'intéressait pas. Cela dit je t'ai jamais caché ce qui me poussait  me balader dans ce coin la nuit..."

C'était probablement le plus gros de tous les mensonges qu'il avait proféré durant la soirée. Il accorda un clin d’œil au vampire puis prit les deux pintes afin d'aller les poser sur une table libre, dans un coin isolé. Il ne pouvait pas laisser la morsure arriver lorsqu'ils étaient au bar. Il y aurait trop de témoins capables de voir qu'il avait été consentant jusqu'au dernier moment.
Revenir en haut Aller en bas
Esmera Yanis
avatar




Identification
Emploi: technicien établissement du sang
Age apparent: 25
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Le piège est tendu   Ven 10 Juin - 10:49

Tien ? Il ne répond pas. C'est bien dommage, mais pour lui comme pour moi la question est rhétorique. On sait très bien pourquoi il est là, et pourquoi il se montre patient avec moi depuis tout à l'heure. Peut importe qui, il veut seulement se faire mordre et prendre son pied. Quelle attitude pitoyable. Il n'est pas bien différent d'un junky prêt à tout pour avoir sa dose. Sa remarque pour m’empêcher de boire ma pinte de bière et de ce fait potentiellement retarder la morsure en est la preuve. Toutes ses gentillesses n'ont pour seul but, la morsure et le plaisir qu'il y prendra. Ce serait vraiment mal poli...voir même un peut cruel de ma part de finir par lui dire qu'effectivement je ne mord pas les humains. Que je préfère qu'ils se coupent la main et qu'ils fassent couler leur sang dans un verre. C'est un fait, je ne suis pas encore totalement sûre de moi pour garantir mon self contrôle sur la frénésie qui peut m'emporter lorsque mes crocs se plantes dans la chaires.

Oh ! Bien envoyé. Je sourie pour répondre à son clin d’œil. Celle-là, je ne l'avais pas vue venir, je dois bien l'avouer. Il a de l'aplomb, et ça aussi je l'avoue j'aime beaucoup. Puisqu'il a comprit plus tôt que je ne mord pas, pourquoi donc est-il resté avec moi ? N'est-ce pas dans l’espoir de me faire changer d'avis ? Il aurait très bien put passer au vampire suivant, beaucoup moins compliqué que moi et le tours était joué. Mais je pense qu'il aime les défit.s Je le voie mal me donner son sang sans attendre sa dose en retour. Bien sûr, je peux me tromper, après tout, je ne le connais pas. Pourtant je suis quasiment certaine qu'il n'est pas du genre donneur bénévole. Non il m'inspire plus le style a avoir un rhésus rarissime et se fait payer très cher la moindre poche.

Bonne idée ! Je le suis jusqu'à une table. Ça tombe bien, car je n'ai jamais particulièrement apprécié boire au bar. On ne peut pas être certain que personne ne cous écoute et je déteste ça. La table en question est plutôt éloignée des autres clients. Ça aussi c'est un bon point. Les bains de foule, très peut pour moi. Surtout maintenant que la Soif me tiraille.
J'aurais due boire au moins un peut avant de sortir.

« Non effectivement, tu ne me l'as pas caché comme je ne t'ai pas caché que je n'ai pas pour habitude de mordre les gens. Pour autant tu es toujours là.  »

J'aimerais être suffisamment forte pour contrôler cette pulsion qui me pousse à boire jusqu'à la dernière goutte de sang qui s'écoule d'une plaie. Un jour ça viendra. Même si la tutrice s'amuse à arracher des yeux et mordre en pleins ventre des métamorphes en publique, je ne suis pas certaine que je m'en sortirais aussi facilement si je tue par mégarde un donneur. Aussi consentant soit-il.

« Je préférerais que tu te tailles la main et que tu laisse couler ton sang dans un verre plutôt que je plonge mes dents ta chaire. Appelle ça de hypocrisie ou du végétarisme mal placé si ça te chante mais c'est comme ça.  »

Je reprend l'attitude que j'avais adopté au bar. Un coude sur la table, et les yeux rivés sur Caïn.

« Pourtant, comme je te l'ai dit, ce ne serait pas sympa de ma part de te faire perdre ton temps. Donc si tu veux que ce soi moi ce soir, je ferais une exception pour te remercier. »

A cheval sur les principe oui, mais la politesse reste la moindre des choses. Surtout quand le principe en question est voué à disparaître au fur et à mesure que le temps s'écoulera. Qui sait ? Peut être qu'une fois habituée je ne m'embêterais même pas à discuter avec le donneur. J'arriverais dans le quartier sanglant, un clin d’œil bien placé, une ruelle, une morsure et ciao.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3685-esmera-yanis
Saul Ziegler
Normes
avatar

Normes


MessageSujet: Re: Le piège est tendu   Lun 11 Juil - 16:38

Une lueur de malice brillait dans les yeux de l'humain tandis qu'il écoutait parler sa proie. On approchait du point culminant de la soirée. Cela dit Saul devait rester concentré sur le rôle de Cain jusqu'au bout car on ne pouvait jamais être sûr qu'un coup allait fonctionner tant que le fait n'était pas accompli. Bâcler la fin au risque de toute foutre en l'air aurait été digne d'un amateur.

"Oui, je suis toujours là... je n'ai pas qu'un seul intérêt dans la vie, tu sais."

Cain avait laissé transparaître une ironie sucrée au travers de sa voix. Rien de méchant ni d'acide : il se contentait d'exprimer l'amusement que les préjugés du vampire lui procurait. C'était à croire qu'elle oubliait que même les vampfans étaient des personnes, qui pouvaient en arriver à s'intéresser à d'autres autrement que pour leurs dents.

Il n'aurait pas été stratégique d'insister trop sur ce point lorsque ce que Saul voulait vraiment, en réalité, c'était effectivement qu'elle le morde afin qu'il puisse refermer sur elle son piège impitoyable. Il afficha une moue incrédule lorsqu'elle lui proposa à mi-mot de se couper dans un verre.

"Hmm je n'ai rien contre passer la soirée avec toi, Esme. T'avais l'air de pas savoir où tu allais et je voulais t'aider. J'aime bien discuter. Mais comme tu dois t'en douter, avec moi c'est donnant donnant : si je te donne, tu me donnes. Si tu ne me donnes pas, alors à ta santé !"

Il souleva sa choppe de bière, la salua sans la quitter des yeux, et en avala une longue gorgée, signifiant par là-même qu'en restant avec lui, Esme ne pourrait pas boire grand chose d'autre que de la bière si elle n'acceptait pas de mordre. Néanmoins il se rendit compte que ses arguments n'avaient pas été foncièrement nécessaires. Il aurait dû s'en douter en vue de son comportement et du rapprochement qu'elle avait initié entre eux : elle avait déjà succombé à l'idée de lui laisser sa marque dans le cou.

C'était écœurant, bien qu'amusant, de la voir se mentir à elle-même en disant qu'elle ferait une exception pour lui. Aucun vampire ne pouvait résister à l'appel d'une belle morsure si elle était correctement proposée. Il y en avait qui résistaient plus que d'autres, mais aucun n'avait assez de volonté pour nier sa nature ad vitam aeternam. Ils finissaient toujours par éveiller le démon en eux, tôt ou tard.

Avec un beau sourire, et des yeux,  en la dévorant lui-même intensément, il répondit à voix basse :

"Il faudrait être fou pour refuser une telle proposition..."

Il se détendit mais n'esquissa aucun geste indiquant qu'il prendrait l'initiative. Seul le lien tissé par leurs regards ancrait, attirait leurs corps et les invitait à s'approcher encore. Il fallait que de loin, ça puisse donner l'impression que Caïn attendait d'Esme un tout autre type de faveur.
Revenir en haut Aller en bas
Esmera Yanis
avatar




Identification
Emploi: technicien établissement du sang
Age apparent: 25
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Le piège est tendu   Sam 6 Aoû - 23:09

c'est ça cause toujours. Comme si tu avais envie d'aborder tes centres d'intérêt avec moi. On ne me la fait pas. Même si je n'ai pas essayé de t'analyser en mode gitane, je sais très bien quel genre de personnes tu es, mais surtout j'ai très bien compris ce que tu cherches et ce n'est pas ma compagne, encore moins ma conversation.

Ah ! Nous y voilà. J'ai peut-être l'air perdu, mais il semblerait que je n'en garde pas mes capacités pour autant.
”Donnant donnant”. Oui je vois très bien où il veut en venir. C'est comme ça que ça se passe dans ma communauté. On ne fait rien ça rien parce qu'il s’agit des gadjos, des étrangers. On a tendance à nous mépriser pour cela mais la vérité c'est que le beau monde déteste se reconnaître dans nos comportements. oh c'est trop mignon ! Le coup de “ Bon, comme tu me donnes pas ce que je veux je me casse, mais je garde un pied en arrière et te laisse une chance de changer d'avis.” pas à moi petit. À ce jeux là, tu ne pourra jamais battre un tzigane. Le bluff et la négoce coule dans nos veines dès la naissance. Je salue la tentative quand même et offre un sourire à moitié amuser tout en lui donnant satisfaction. Allez ! Tu m'as donné et tu vas me donner, alors je veux bien te donner pour te faire plaisir.

Les regards changent et se font plus sérieux. Mais je rêve. Il joue la grande scène du regard de films romantico-vampirique. Le genre, amour impossible, liaisons dangereuses, ados de plusieurs siècles incapable de résister à c'est plussions. C'est tellement cliché que j'hésite à rire. Mais non. Je risque de nous le contrarié. Puisse que j'ai déjà décidé que je me prendrais au jeu, il faut que je m'y tienne jusqu'au bout. De plus, la gorge brûlante me rappelle la dure réalité : le sang de lapin n'est pas très nourrissant et j'ai faim, du sang humain, m’attend juste là, devant moi. Pas dans une poche au frigo, mais bien chaud à température du corps. Il est juste là à porté. Je n'ai qu'à me pencher pour la voir et Caïn, celui qui me l'offre, le fait de bon cœur à une seule et unique condition. Pour reprendre ses mots : il faudrait être fou pour refuser une telle proposition.

”N’est-ce pas ?"

Petit sourire entendeur qu'il va bien et tout et tout.

Visiblement, il ne fera plus aucun mouvement, c'est donc à moi de faire tout le travail.
L'angoisse monte, est-ce que je vais arriver à contrôler la Soif ? Est-ce que je pourrais relâcher mon étreinte avant que cela ne devienne dangereux pour lui ?

Je me penche sur lui tout doucement, sans le quitter des yeux d'abord. Mon regard dévie sur cette gorge qui ne demande qu'à être ouverte par des crocs. Encore un peu et je pourrais apaiser la Soif qui me tiraille. Juste un peu et le délicieux nectar couleurs vermeille se déversera dans ma bouche. Encore un peu juste un peu plus…

D'avance je goûte mon plaisir encore un peu plus loin. Juste un peu plus…


Dernière édition par Esmera Yanis le Mar 30 Aoû - 7:40, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3685-esmera-yanis
Saul Ziegler
Normes
avatar

Normes


MessageSujet: Re: Le piège est tendu   Lun 29 Aoû - 17:15

Le moment de vérité était arrivé. Le poisson était ferré, et Saul n'avait plus qu'à tirer sur la ligne pour que sa proie soit entièrement à sa merci. Evidemment, c'était un acte qui demandait une maîtrise calculée, dont l'expérience l'avait peu à peu doté. Sans quitter Esme des yeux il dévia son attention sur leur environnement. A vue de nez il n'y avait pas d'autres vampires dans la salle. Juste une dizaine d'humains peinturlurés qui pour la plupart n'étaient pas en train de faire attention à eux. Le barman les fixait avec un sourire entendu, ce qui si tout se passait bien ne devrait pas être un souci. Esme ne donnait pas l'air de s'être étonnée de son attitude aguicheuse, si bien qu'il pourrait aller au bout de son idée, laquelle consistait à donner à la scène en cours l'allure de tout autre chose que ce qu'elle était.

Le vampire approchait. Il fit en sorte de participer au mouvement, avec une lenteur lascive qui lui permit non seulement de se donner des airs d'abruti transi, mais aussi de voir arriver l'inéluctable suite. La rouquine baissa les yeux sur sa gorge. Dès lors, il sut qu'elle ne regarderait plus rien d'autre. Il était temps de changer de personnage. L'imposteur afficha une mine décontenancée qui évolua rapidement vers la surprise Ses yeux écarquillés croisèrent ceux du barman, lequel parut ne plus rien comprendre à la situation. Il ne réagit que lorsque les crocs d'Esme percèrent la gorge d'un Caïn qui n'avait plus l'air si consentant que ça.

"... Hey.. !"

Caïn se crispa. Son cœur battait à tout rompre. Dans le fond, Saul craignait toujours que le vampire l'attaque pour de bon, ou pire, qu'un échange de sang ait lieu et qu'il se retrouve lui-même dans la peau d'un de ces monstres. Cette peur, bien que désagréable, était un outil des plus pratiques qui lui permettait de se donner toute la crédibilité dont il avait besoin pour convaincre le BIAS et la justice.

Pour que l'agression soit plus spectaculaire, il fallait qu'elle dure le plus longtemps possible. Il feignit donc d'être figé par l'effroi. Effarée, sa bouche s'ouvrit et se referma plusieurs fois, simulant avec brio son incapacité à réagir. Le plaisir impie lié à la morsure monta dans ses veines, dressa son désir et amena ses yeux à se révulser complètement. Il n'eut pas besoin de falsifier le dégoût rejeté par ses traits distendus, car il détestait viscéralement ce défaut de contrôle, cette vulnérabilité irréductible au venin du Démon, qui chaque fois qu'il le subissait lui donnait une durable impression de saleté.

"Qu... Qu..."

Plusieurs clients s'étaient tournés vers eux. Le gérant quant à lui paraissait hésiter entre une intervention plus directe et un saut en longueur en direction du téléphone. Parfait. Tous les éléments étaient réunis pour que son plan fonctionne avec la plus satisfaisante des efficacités. Ne lui restait plus qu'à signifier un peu plus explicitement son mécontentement.

"AAAAAAAAAAAAAAAAAH !! Arr...Non... Arrête... ARRÊTE ! AU SECOURS ! AIDEZ-MOI !"

Il n'en fallut pas plus pour qu'un tiers de la salle se précipite à leur rencontre (tandis que les deux autres tiers gardaient une distance prudente). Saul put enfin faire ce dont il avait envie depuis le moment où elle l'avait touché : se débattre avec force et sans retenir ses coups, jusqu'à ce que le monstre le lâche.
Revenir en haut Aller en bas
Esmera Yanis
avatar




Identification
Emploi: technicien établissement du sang
Age apparent: 25
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Le piège est tendu   Mar 30 Aoû - 9:00

Ma main passe sur sa nuque effleure sa peau du bout de mes doigts et remonte tout doucement dans ses cheveux. Pendant que le précieux liquide source de vie coule le long de ma gorge pour me donner encore un peu plus de temps à arpenter cette terre.

Heureuse de voir que d'avoir des gestes d'une extrême douceur, me permets d'avoir un certain contrôle sur la sauvagerie qui se débat au fond de moi et me hurle d'arracher la gorge de ce garçon qui ce soir me nourrie.  Elle veut que le sang vienne plus vite, en plus grande quantité. Mais il est hors de question que je lui face du mal. Je me refuse d'être le monstre dans l'ombre. D'agresser pour me nourrir. Ce soir je prouve au monde que je ne suis pas un danger. Ce soir je me prouve que je peux tout à fait m'adapter à ma condition de vampire sans pour autant devoir changer qui je suis tout au font de moi, et sa me remplie de joie. Voilà, j'y arrive. Je ne suis pas un animal...

Non. Pas encore de suite. Pas si vite. J'ai encore soif moi. Arrête de te débattre s'il te plaît. Ma main se fait plus ferme et retourne sur la nuque de Caïn pour lui intimer de ne pas se retirer. Je sais très bien que je n'ai pas bue beaucoup. Je ne sais puisque je me contrôle depuis tout à l'heure. Tu ne peux pas déjà ressentir d'effets négatifs. J'y vais aussi doucement qu'il m'est possible.

Mais...il se débat ? Pour quoi ? Pour quoi est-ce qu'il crie ?

« LACHE LE ! »

Quoi ? Non ce n'est pas à moi qu'on doit parler. Impossible que je donne l'impression de l'agresser, c'est lui qui m'a harcelé pour que je le morde alors que je ne voulais pas au début... Une main se pose violemment sur mon épaule. Caïn se débat. Une deuxiéme main m'attrape l'autre bras et le tire en arrière. Ma réaction est tout aussi vive. Après tout le contrôle que je m'impose depuis que mes crocs ont rencontré sa chaire, la pression sort en réponse à l'agression. Je me retourne sur l'humain qui ose. Un filet de sang coule à la commissure de ma bouche.

« Sssshhhiiii. »

Ce son est loin d'être humain. Il ne fallait pas me déranger.


Mais qu'est-ce que... Pour quoi la moitié de la salle est débout et nous regarde avec autant de colère ? Est-ce que par hasard il est interdit de mordre ici ? Non Caïn me l'aurait dit et il n'aurait pas jouer la scène du « baisé » puisqu'il connaît le lieu. Je ne comprend pas. Mon regarde pleins de question se pose sur un Caïn en panique. Il doit s'agir d'une erreur. Je suis certaine de ne pas avoir pris beaucoup et d'avoir fait extrêmement attention. Il faut que je me défende, puisque visiblement il ne le fera pas pour moi. Pour quoi a-t-il tellement l'air d'avoir peur.

« Non attendez ! Vous vous trompez. Je n'étais pas... »  

Pourquoi a-t-il appelé à l'aide ? Est-ce que je lui aurais fait mal ? Non c'est impossible. Je pose sur lui des yeux suppliant. Mais j'ai cette très désagréable impression qu'il ne viendra pas à mon aide. Qu'est-ce qui se passe ?

Les regard se font sévères. Les deux hommes qui me tiennent resserre leur emprise sur mes membres fins et fragiles. Ils me font presque mal.

« Dis-leur Caïn. »

Un rire nerveux monte dans ma gorge. C'est comme un retour sur les bancs de l'école, quand les autres enfants faisaient semblant d'être mes amis pour mieux se moquer de moi et m’abandonnant.

« Dis-leur que c'est toi qui a voulu. »

Je sens la colère chez ceux qui nous ont encerclé et j’aperçois la crainte sur le visage de ceux qui ne se sont pas levé mais qui ne me quittent pas des yeux. Ils ont peur. Ils sont en colère. Et moi, je sens toute la confiance nouvellement acquise s'effondrer sous la main massive posée sur mon épaule. Mes yeux sont suppliant. D'abord sur Caïn, puis sur mes deux agresseurs.

« Je vous assure, que je n'étais entrain de l'agresser. C'est un mal entendue.

Me voilà, bien. Moi qui ne voulais pas mordre. Me voilà dans le rôle de l'agresseur. Quelle galère. Comment je vais sortir de là ? En plus, si Caïn garde cet air, jamais ils ne me croiront. Il faut absolument qu'il se reprenne et qu'il me donne un coup de main. Parce que là je suis dans la mouise.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3685-esmera-yanis
Saul Ziegler
Normes
avatar

Normes


MessageSujet: Re: Le piège est tendu   Mer 26 Oct - 11:59

On le lâcha brutalement et il fit plusieurs pas en arrière. Il se laissa tomber à la renverse. C'était toujours plus convainquant. De toute façon il n'était pas certain qu'il aurait réussi à tenir sur ses jambes. Elles étaient encore molles faute à l'effet de la morsure vampirique. Ses hormones éveillées de force continuaient de battre violemment dans ses veines . Son cerveau à moitié débranché ne lui permettait qu'une demi-présence, et il savait d'expérience que c'était exactement ce dont il avait besoin maintenant. Si il était trop conscient, trop maître de lui-même, on aurait plus de difficultés à le voir comme une victime, même si dans ce genre de circonstances, on considérait toujours l'outre comme étant l'agresseur. Il gagnerait ce procès mais tant qu'à faire, il le préférait court. Après tout, Karl était en ville. Il n'était pas impossible qu'il le reconnaisse, malgré ses excellentes facultés de grimage. Et ne parlons même pas de son persona "civil", Nathan, qui ne lui fournissait quasi aucun maquillage et marquait dangereusement la ressemblance avec son frère cadet.

Main crispée sur sa blessure, il regardait la scène avec un air abruti. Le vampire était en proie à une assemblée humaine craintive, mais déterminée à le stopper. Si elle souhaitait se venger, néanmoins, aucun d'entre eux ne saurait l'arrêter. Un jour, une de ses proies finirait par comprendre qui il était et par faire fi de tout instinct de préservation. Un jour, ça serait comme ça qu'il mourrait. On lui ouvrirait la gorge ou on lui écraserait la tête pour l'empêcher de continuer à aligner les trophées. C'était du moins ce qu'il craignait, ce dont il était plus qu'à moitié persuadé. Il mettait sa vie en danger chaque fois qu'il atteignait l'instant de sa traîtrise. C'était ce qu'il était prêt à faire pour les idéaux du TPH. C'était la mission d'une vie, et il ne le regretterait jamais. Même au moment où il finirait par payer.

« Dis-leur Caïn. »

Tiens. Elle venait de lui parler. Elle n'avait pas compris ? Elle pensait réellement qu'il allait témoigner à son avantage ? Comme c'était mignon... Il aurait voulu pouvoir laisser le sourire hideux que lui inspirait cette situation s'étirer sur ses lèvres, mais ce n'était évidemment pas une option si il souhaitait que cette assemblée le croie et l'assiste. Il avait choisi un lieu à l'écart du cœur du Quartier Sanglant, certes, et ce bar était principalement fréquenté par des humains, certes. Mais tous restaient pro-vamps pour la plupart, voire vamp-fans pour une grande part d'entre eux. Il n'avait donc pas non plus choisi la facilité, dans le sens où ils seraient plus difficiles à convaincre que la majeure partie de l'humanité, laquelle avait le bon sens de se méfier, au moins un peu, des mort-vivants.

"... Quoi ?"

« Dis-leur que c'est toi qui a voulu. »

Des larmes coulèrent sur son visage qui se déforma sous l'effet d'une fausse terreur. D'une fausse indignation.

"... Comment oses-tu... Comment... Comment est-ce que tu peux me faire une chose pareille ?"

Il était délicieusement agréable de penser à la façon dont ses viscères devaient être en train de se serrer, sous l'effet de cette même indignation, réelle dans le cas du vampire, tandis que chez lui, elle n'était que simulée. Elle devait certainement être en train de se dire que c'était elle, qui aurait dû donner cette réplique. C'était trop tard pour qu'elle puisse s'y essayer tout en paraissant crédible. Mais Esme paraissait avoir compris qu'elle ne tirerait rien de plus de lui. Elle essayait de rallier à elle l'assemblée des clients qui lui étaient de plus en plus hostiles.

"Malentendu ? Mon cul... Il n'a pas l'air d'accord avec ta version."

"Quittez mon bar tout de suite. Le BIAS est en chemin. Quittez mon bar ou bien je devrai faire usage de la violence."

Le barman avait sorti du dessous du comptoir ce qui ressemblait à un petit revolver, probablement muni de balles destinées à ralentir, à blesser les outres dangereux. Quand on tenait un établissement dans un quartier tel que celui-ci, il fallait se prémunir contre toutes les éventualités, dont celle d'un vampire ayant un peu trop abusé du sang de métamorphe ou de faë qui se serait décidé à lancer une bagarre. Ou bien qui réaliserait un viol sanguin dans l'enceinte du pub.

Sans trop rien rajouter de plus, Cain hoquetait, pleurait, toujours choqué. Les mots n'étaient pas ses alliés les plus fiables dans cette situation.
Revenir en haut Aller en bas
Esmera Yanis
avatar




Identification
Emploi: technicien établissement du sang
Age apparent: 25
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Le piège est tendu   Jeu 3 Nov - 19:17

Comment ça ? Comment ça « une chose pareille » ? Mais…mais… Caïn a l’air terrifié. A le voir même moi je croie qu’il est victime d’une morsure sauvage. Pourtant…C’est lui qui a insisté pour que je le morde. Je ne voulais le mordre. Ni lui, ni personne. Je ne voulais plus mordre personne. Plus depuis… Je suis perdue. Qu’est-ce que je dois faire ? Qu’est-ce que je peux dire pour qu’on me croie ? Rien ! C’est ma parole contre la sienne. La parole d’un monstre mort vivant qui suce le sang des humains pour survivre. Et lui…c’est la victime d’un monstre.

« Je…je… »

Je ne comprends pas. Pour quoi ? Ho si, je comprends…très bien même. Je me suis fais piéger. Ce petit con a bien caché son jeu. Il m’a mise en confiance, puis m’a convaincue, pour que je le morde. Je pensais mener la danse, mais en fait c’était lui. Mais pourquoi ? Vas savoir. A-t-on besoin d’une bonne raison pour haïr autrui ? D’une bonne raison pour chercher à détruire par tout les moyens l’objet de sa haine ? Mais c’est tordue. Même si c’est de la haine voué aux vampires. Il pousse à être mordue pour ensuite jouer les victimes… Effectivement il est tordue. Mais je n’ai pas le temps de m’attarder là-dessus...

Sa chauffe. Des larmes coulent sur mon visage. Malgré que je sois apeurée. Peut être même plus que le faux air de Caïn, personne ne croie ma version. Personne ne veut me croire. Ces humains viennent dans ce quartier, se disent tolérants avec les vampires. Mais en fait, ils les craignent et au moindre écart, ils les jugent et les condamnent. Et maintenant ils me mettent dehors en me menaçant à coups de BIAS. Ils m’ont tous vue. Je suis presque sûre qu’il y a des cameras de surveillances. Dans quelques heures je serais fiché comme un monstre dangereux. Un monstre qu’il faut arrêter, mort ou vif. Il faut partir…

En plus, avec mon physique atypique, c’est foutue, je ne pourrais jamais me cacher. Il va falloir que je quitte la ville. Mais pour aller où ? Il faut partir… Mes économies ne me permettrons pas un longt voyage. IL va falloir que je trouve rapidement un moyen de gagner de l’argent…IL FAUT PARTIR MAINTENANT !

Mon regard change. Je plante mes yeux dans ceux de Caïn. S’ils pouvaient parler, et s’il pouvait entendre par-dessus le brouhaha produit par les humains, il entendrait clairement la promesse de mort prochaine qui s’abattra sur lui. La liste des personnes dont je dois m’occuper s’allonge d’un nom ce soir.

D’un bond, je me lève. Pas besoin de chercher, je sais où est la porte. Je m’y dirige si vite que je deviens un courant d’air. Personne n’a le temps de me bloquer la route. De toute façon je plain le pauvre homme qui oserait se mettre en travers de votre chemin. Où est-ce que je peux aller ? Chez moi n’est pas une option. C’est le premier endroit où le BIAS viendra me chercher. Il fauta attendre un peut avant de pouvoir y retourner. Le chat devra se débrouiller tout seul quelque temps.



Les égouts ! Bénie soit la tutrice et son plant des souterrains. Vite une bouche d’égout…là ! Elle ne m’a pas résisté longtemps et j’ai fais un peut trop de zèle vue comment elle vient de s’encastrer dans la porche garé en face. Je soupire. Les relents me rappellent des souvenirs d’il y a trois ans. Pas vraiment agréable. L’odeur surtout.

Un bond et je suis en bas. Bon serte la bouche d’égout fichée dans la portière d’une voiture qui coute plus cher que mon salaire de six mois c’est un gros indice. Mais ils vont chercher longtemps avant de me retrouver. J’ai un avantage, un plan fait par une personne qui a chercher les meilleurs coins pour se cacher sous la ville. Ils vont chercher longtemps. Selon le plan sa devrait…ah !

Une vieille porte en fonte. Même moi je dois pousser fort pour l’ouvrir. Bon sang ! C’est qu’elle se défend…Ah voila. Heureusement que j’ai un téléphone qui fait lampe torche parce que là c’set le noir total. Pourtant…si le plan est juste, je devrais être dans la cave d’un speakeasy et du coup… Bingo ! Table chaise, bougie et alcool frelaté. De quoi m’éclairer et patienter un petit moment.

Coup de bol, je capte. Mes doigts cherche le contacte. Je l’affiche si souvent sans jamais l’appeler. Mais cette fois, j’ai vraiment besoin de lui. Je voie difficilement je pourrais m’en sortir toute seule. Sonnerie…

« C’est moi…J’ai été piégé. J’ai besoin d’aides…Retrouves moi dans les souterrains s’il te plait…c’est grave.

Je raccroche.
Cette fois c’est bon, je peux m’effondrer…Les larmes coulent à la lumière de la bougie. Qu’est-ce que je vais faire maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3685-esmera-yanis
Saul Ziegler
Normes
avatar

Normes


MessageSujet: Re: Le piège est tendu   Lun 14 Nov - 16:10

Saul tremblait, prostré sur le sol en un tas compact dont on voyait à peine le visage émerger. C'est en maintenant cette position qu'il tourna la tête dans la direction d'Esme, intéressé par sa réaction pour plusieurs raisons. La première et la plus évidente était qu'il préférait la garder à l’œil, instinctivement. Il savait qu'il ne pourrait pas faire grand chose si elle décidait de l'attaquer. Sa vitesse et sa force, monstrueuses comme celles de toute engeance de son acabit, auraient raison de lui en moins de temps qu'il ne fallait pour le dire. Elle pouvait lui tordre le cou et le tuer au cours de sa prochaine respiration. Lui briser le crâne. Lui arracher la tête, même. Il était évidemment terrorisé, mais habitué à cette frayeur, qu'il vivait comme un vent d'adrénaline frémissant, bien plus agréable et excitant que n'importe quelle morsure vampirique.

Personne ne les regardait. Il avait le choix entre deux options. Succomber à la tentation d'enfin lui adresser ce sourire de victoire hideux qui flottait dans son ventre comme une effluve acide suave... Ou bien jouer le jeu jusqu'au bout. Cette dernière option pouvait s'avérer être la plus profitable au bout du compte. Il voulait l'imaginer douter. Penser qu'elle pouvait avoir été réellement responsable. Qu'elle avait peut-être mal compris ses comportements. Ça ne marchait pas sur tous, mais il savait que l'idée passait dans le crâne de certains. Dans ses victimes, il y en avait eues qui, rongées par une sorte de culpabilité malsaine pour ces atrocités, en étaient arrivées à se rendre à la justice d'elles-mêmes, persuadées de leur culpabilité.

Que choisir cette fois... La torture à petit feu, ou la victoire tonitruante ?

L'expression de haine qu'elle planta sur lui le décida. Il adorait ce moment, lorsque ces aberrations dardaient sur lui toute la hargne dont ils étaient capables. Il voyait alors leur vraie nature, sans voiles, sans déguisements. Celle d'un tueur sanguinaire qui n'attendait que de pouvoir le saigner à blanc, comme le bétail qu'il représentait à ses yeux.

Son expression branlante se figea donc, coupante et cruelle. Ses yeux jetaient un poison brûlant. Ses lèvres s'étirèrent, incarnations charnues du Diable qu'il disait combattre.

Cela ne dura qu'un instant éphémère et qui pourtant, se cristallisa. L'air se changea en verre. Puis, le vampire brisa l'immobilité de la scène en fuyant. Saul s'effondra sans avoir à simuler son soulagement. Il avait réussi. Il avait survécu une fois supplémentaire.

C'était fini pour ce soir. Enfin, presque. On l'aida à se relever. Il pouvait entendre en retrait le barman qui s'était éloigné et était en train de contacter le BIAS, lequel viendrait bientôt le chercher afin de le soumettre à un solide interrogatoire.
Revenir en haut Aller en bas
 

Le piège est tendu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE I: Le quartier des affaires ¤ :: ║Le quartier Sanglant║-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit