AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Entre mystère et mystique, la nuance est vague

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Esmera Yanis
avatar




Identification
Emploi: technicien établissement du sang
Age apparent: 25
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Entre mystère et mystique, la nuance est vague   Lun 7 Mar - 18:48

Dans le Bayou des Allemands, vous suivez la route du Bayou Gauche jusqu'à sa toute fin. Là, vous êtes obligez d’abandonner votre voiture, seul un deux roue pourrait passer sur le chemin entre les arbres, au bout du quel, vous tombez sur une toute petite clairière au bord de l'eau. Là, une moto rouge est garé devant une maison en boit style mobile-home avec de grandes fenêtres. Sur les murs de la maisons des gris-gris pendants et tintant au grès du vent sont accrochés. Un peut à l'écart l'emplacement d'un feu qui est bien souvent allumé.

Pas la peine d'essayer de voir à travers les fenêtres, de lourds et épais rideaux empêche toute lumière du jour de passer. Sur la porte, cinq branches de pains forment une étoile. L'intérieur tranche un peut, de grands tapis prennent la poussière au sol trois grands canapé forment un demi cercle autour d'une table basse où trône une boule de cristal, un fauteuil ferme le cercle. La maison est un charmant aux allures mystiques nid douillet avec comble du luxe l'eau chaude en plus de l'électricité.

C'est un trois pièces : une grande chambre, une autre transformé en atelier et bric à brac où l'on peut trouver tous ce qui fait d'Esmera une tzigane. Une salle de bain avec baignoire et un lavabo, et toilettes séparées. Le reste de la surface et un salon et une cuisine ouverte.

Partout sur les murs des photos de familles aux couleurs jolies. On y voie des gens faire la fête autour d'un feu, dans un camps de roulottes. Le tout dans des décors variés des Carpates ou aux États-Unis. Des gris-gris pendent un peut partout, mais surtout aux abords des fenêtres et des portes, des fleurs et des herbes séchées, des pattes de lapins ou de volatils, des carillons de toutes formes...

Ici, c'est chez la tzigane. Venez vous faire lire les lignes de la main, vous faire tirer les cartes, danser nu autour du feu au son de son violon un soir de pleine lune, user de la magie ancestrale des gitans ou vous faire sucer le sang (nouvelle spécialité de la maison). Mais n'oubliez jamais : tout est illusion dans ce monde.

Mais c'est à l'extérieur que ça ce passe.



C'est une belle lune gibbeuse ce soir, la soirée idéale pour jouer du violon. Devant mon feu je commence les première notes puis la suite viens toute seule. Une musique russe qu'un oncle m'a appris il y a quelques années de ça. L'air est gaie et la musique entraînante, puis se fait plus langoureuse. De mémoire c'est une histoire d’attelage lancé à toute vitesse dans la campagne russe. Je part en pizzicato pour imiter les sabots des chevaux au trot puis je frotte vigoureusement l'archet car maintenant ils sont au galops et accélèrent encore.

Je me laisse allé à quelques pas de danse. Et me surprend même à sautiller de temps à autre pour appuyer mes notes. C'est fou ça, avant je serrais tellement essoufflée que je devrais faire une pose, mais oui c'est vrais...je n'ai plus besoin de respirer à présent. Ça fait combien de temps maintenant ? Une année ? C'est fou comme ça s'est écoulé. Temps à autre je me nourrie sur les animaux, quand je n'arrive pas à ramener de poches du travail. Mais là j'ai de quoi tenir un petit moment. Et puis les pauvres bêtes, c'est pas pour les accabler, mais elles ont vraiment un goût atroce. Et pour me donner bonne conscience je les faire cuire et je les mange. Et après quelques heures je vomis comme une idiote! Oui bon, c'est vrai. Mais je n'y peut rien, je n'ai pas demander à être comme ça. C'est repartie le bureau des pl...

Sergueï vient se frotter contre mes jambes. C'est étrange qu'il n'est pas déguerpie depuis que je suis devenue un chimolo. Ce chat ne résiste vraiment pas à l'appel du ventre...il faut croire.

Tien ? Il faudra que je pense à envoyer un message à Blake de temps en temps pour prendre des nouvelles. Oui et à Bess aussi. Mince c'est vrais ça, il ne faut pas que j'oublie la tutrice. Il ne faudrait pas qu'elle s’inquiète. Enfin, il ne faudrait pas surtout que je lui cause des problèmes. Elle a était gentille avec moi...mouais c'est son boulot aussi.

La robe légère et colorée que je porte vole à la moindre de mes pirouettes. Tout comme mes cheveux, révélant la roue de chariot sur ma gorge. Ils sont rare ces moment où je suis sereine comme maintenant, pour vue que ça dure...au moins un petit peu.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3685-esmera-yanis
Rose Allen
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Oogie Boogie Club
Age apparent: Vingtaine
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Entre mystère et mystique, la nuance est vague   Mar 8 Mar - 20:01

Cela ne faisait que quelques mois que Rose était venue s'installer à la Nouvelle Orléans, mais les choses s'étaient enchainées si vite durant ce laps de temps qu'elle n'avait pas eu le temps de faire le point sur son avenir ni sur ce qui l'attendait dans cette ville, avec sa population cosmopolite et un emploi dans l'un des clubs les plus réputés qui ne ferait sans doute jamais faillite. Était-ce vraiment ce qu'elle voulait ? Oui et non, elle se plaisait dans son travail de serveuse et s'entendait déjà à merveille avec les autres membres du personnel, admirant un peu et secrètement sa patronne qui avait une allure folle et le sens des responsabilités. Et puis il y avait aussi une certaine personne aux cheveux rouges qu'elle venait tout juste de rencontrer et qui avait su la troubler, mais en même temps elle songeait qu'avoir un diplôme en Arts et ne pas s'en servir était un peu criminel sur les bords, il lui faudrait lui trouver une saine utilité dans cette ville, mais comment ? C'est donc avec toutes ces questions et une tonne d'autres en plus qu'elle s'était renseignée à l'aide du bouche à oreille, cherchant une diseuse de bonne aventure, prétextant auprès des plus curieux que c'était pour faire une expérience amusante. Non, la Métamorphe ne pouvait pas avouer qu'elle croyait à ces choses-là, même dans cette partie du monde ça pouvait encore prêter à sourire et elle préférait éviter de dévoiler cette crédulité qui était sienne. L'adresse n'avait pas été facile à trouver et l'endroit peu aisé d'accès, surtout lorsqu'on était pas véhiculé. Un collègue accepta de l'emmener en voiture jusqu'à la zone la plus inaccessible, affirmant qu'il repasserait plus tard la chercher, ce qu'elle accepte de bon cœur. Pas que cette partie du bayou soit spécialement dangereuse, avec les habitations disséminées ça et là, mais Rose savait que certains braconniers arpentaient les marais en dépit des lois et qu'une femme seule pouvait toujours attirer l'attention de gens aux mœurs peu recommandables. Ce fut la musique qu'elle entendit en premier, bien avant de repérer le toit de la jolie petite maisonnette -car oui à ses yeux cela ressemblait plus à une maison qu'à la roulotte qu'elle s'était attendue à trouver- et qu'elle s'approcha lentement, le pas aussi silencieux que ce que sa nature de Daine le lui permettait, écartant avec précautions un branchage sur son chemin pour découvrir la scène presque surréaliste. Là, dansant et jouant du violon à la fois se tenait une femme, belle et mince, aux cheveux roux-rouges voletant au rythme de ses pas, un chat tentant de se frotter à ses jambes, la robe qu'on aurait pu qualifier d'été et colorée suivant ses mouvements presque aériens. L'ensemble ressemblait à une sorte de rêve éveillé, de songe surréaliste que Rose demeura planté sur place à scruter de ses yeux d'ambre, fascinée et admirative d'une telle prouesse artistique. Elle fit un premier pas en avant pour s'approcher et sa chaussure, de marche et montante, craqua une brindille qui lui sembla résonner violemment à son oreille, troublant la magie de l'instant. Se le reprochant mentalement, elle se redressa et sortit du couvert de la végétation environnante, ajustant son sac de toile en bandoulière, son jean et sa veste un peu ample, ses longs cheveux roux relevés en une queue haute, accentuant sa vêture décontractée et un peu simple, sans prise de tête ni désir de suivre une mode quelconque.

- Excusez-moi, je ne voulais pas vous interrompre.

Dit-elle à l'intention de la femme qui avait cessée de jouer, prenant un air sincèrement embarrassé jusqu'à-ce qu'elle ne stoppe à quelques mètres de celle à qui elle s'adressait, lui faisant un petit signe de tête.

- Je m'appelle Rose et je suis à la recherche d'une... personne qui vivrait par ici et je n'ai vu que cette maison.

Elle désigna du menton l'habitation dans le dos de la violoniste, puis fit encore un pas, presque hésitant, pour mieux s'arrêter de nouveau, la scrutant d'un regard où tremblait l'incertitude et la douceur.

- Est-ce que c'est vous, Esmera ?

La seule tension qui pouvait se faire sentir pouvait être attribuée à une volonté de ne pas faire d'erreur, car tout chez la Métamorphe dégageait une impression de douceur et d'absence de menace. On l'imaginait mal, à la voir ainsi, faire preuve de la moindre violence ou même ne serait-ce que crier après quelqu'un. Les mains, longues et fines, serraient fortement la bandoulière du sac dans l'attente d'une réponse, tandis que le regard clair et franc fixait la femme en robe, comme prête à attendre le temps qu'il faudrait.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4186-rose-allen-termine#69603
Esmera Yanis
avatar




Identification
Emploi: technicien établissement du sang
Age apparent: 25
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Entre mystère et mystique, la nuance est vague   Mer 9 Mar - 10:51

Chantes mon violon chantes la joie de mon peuple. Pendant ce temps je danse et je danserais pour l'éternité si le Destin m'en donne l'occasion. Pied nue dans l'herbe, mon feu, mon violon et la Lune comme témoin, c'est tout ce dont j'ai besoin pour me sentir encore vivante...

Blake ? Un sourire sur mes lèvres, j'ai l'impression de rejouer une scène du passé. La fête du printemps. Je jouais du violon, accompagné pour le vieux tourne disque de mon père et soudain je l'ai sentie qui m’observait. Je hume l'air pour m’imprégner de l'odeur de mon ami...Une petite minute...je fronce un peut les sourcils. Ce n'est pas l'odeur de Blake ça. Par contre ça ne fait aucun doute, c'est bien un métamorphe qui s'approche de chez moi. Faisons comme si de rien. Je continue mon morceau tout en me concentrant sur l’intrus. Pas de chance pour lui, il est dans le vent, son odeur vient me mettre l'eau à la bouche, mais heureusement je n'ai pas soif ce soir. Par contre lui ne peut pas encore sentir mon odeur de vampire. A condition qu'il ne le sache pas déjà. Vue qu'il continue à s'approcher il va vite être fixé.

Un bruit. Je lève l'archet de mon instrument et regarde dans sa direction...elle est belle ! Tout chez elle me fait penser à la douceur. Cette fille, c'est l'opposée de Blake. On dirait une biche. Je me suis inquiétée pour rien. De nous deux c'est bien moi la plus dangereuse. J'ai peur de l’effrayer, je n'ose pas bouger. Je dois avoir l'air d'une cruche les bras écartés du corps devant un feu. D'un côté mon archet de l'autre mon violon. Mais je ne bouge pas et je l'écoute.

Elle s'excuse, je sourie. J'ai déjà joué cette scène avec Blake, mais là ce n'est pas un prédateur qui me donne la réplique.

« Ne vous inquiétez pas, je savez que vous étiez là. »

Oui c'est pas comme si elle m'avez ininterrompue. Si je ne me suis pas arrêter de jouer c'est pour éviter de paraître menaçante.

« Je n'ai que trop rarement de visite à l'improviste pour que cela me dérange.»

A peut de chose prêt il me semble que c'est ce que je lui ai dit. Je lui aussi dis que je ne mordais pas, mais ça c'était avant qu'il m'explique que les métamorphes sentent les vampires. Il m'a aussi prévenue que la saison n'était pas favorable au calme. Mais il s'est comporter de façon plus civiliser que la majorité des hommes que j'ai rencontré dans ma vie.

Elle me cherche ? Pour quoi un métamorphe chercherait un vampire ? Et pour quoi moi en particulier ? A moins que ce ne soit Esme la vampire mais Esme la tzigane qu'elle cherche. Oh ! Depuis combien de temps on ne m'a pas considéré comme autre chose qu'un chimolo ? En même temps j'ai échangé une discrimination contre une autre...en fait non je ne l'ai pas échanger, puisque je suis toujours une tzigane. Oh misère je cumule en fait.

En la regardant attentivement, quelque chose me dit qu'elle n'est pas venue pour me stigmatiser. Après réflexion est-ce qu'elle est seulement capable de faire quelque chose de mal comme insulter, ou discriminer ? Je n'en ai pas vraiment l'impression.

« Oui c'est bien moi. Que puis-je pour vous ?»

Si c'est un piège, je me fais avoir comme une bille. J'ai un sourire amicale et avenant. Maintenant elle n'est certainement pas au courant que j'ai été transformé. J'ai peur qu'elle s'enfuie en courant quand elle va le voir. Je ne sais pas comment aborder le sujet sans lui faire peur. C'est un casse tête ! Et tout se que je peux faire c'est rester fiché sur place.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3685-esmera-yanis
Rose Allen
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Oogie Boogie Club
Age apparent: Vingtaine
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Entre mystère et mystique, la nuance est vague   Mer 9 Mar - 12:45

Rose ignorait encore la nature vampirique de celle à qui elle rendait visite, ce qui n'était pas plus mal car sinon elle n'aurait pas été certaine de venir, en tout cas pas toute seule assurément. Avoir dérangé la violoniste l'embarrassait, mais elle ne pouvait revenir en arrière et, de toute façon, qui sait pendant encore combien de temps elle aurait continué à jouer ? Pourtant la rousse l'aurait bien écouté encore un peu, c'était un son qu'elle n'avait pas l'habitude d'entendre et elle aurait aimé savoir comment se terminait la musique : en une explosion éclatante s'interrompant brièvement ou en une finition toute en douceur languissante jusqu'à extinction ? S'arrachant à cette pensée, la jeune femme ouvrit des yeux surpris quand Esmera lui affirma qu'elle savait déjà qu'elle était là, papillonnant des cils avant d'entrouvrir la bouche, puis de la refermer, ne voulant pas paraitre sotte. Pourquoi demander à une personne comme elle si elle savait faire son travail ? A moins que... Tandis qu'elle lui affirmait ne pas avoir souvent de visite, la Métamorphe ouvrit grand son odorat et renifla l'air en redressant imperceptiblement la tête, sentant une odeur de sang et de mort qui fit soudain lumière en elle. Ah oui, une vampire, ça expliquait bien des choses. Est-ce que cela altérait aussi ses dons de divination ? Probablement pas, sinon elle ne continuerait pas à exercer, mais l'attitude de Rose se modifia légèrement, une tension qui n'était pas là jusqu'à présent se fit sentir dans la crispation de ses muscles et leur raidissement. Son cœur s'accéléra sensiblement et son souffle se fit lui aussi un peu plus rapide, tandis que son regard fixait à présent celle qu'elle était venue voir et qui semblait pourtant chaleureuse au premier abord. Pas de panique, vampire ne veut pas forcément dire mauvais, elle se devait de ne pas l'insulter en la prenant pour ce qu'elle n'était sans doute pas.

- On m'a dit que vous pratiquiez l'art des tarots divinatoires et celui des lignes de la main. J'aurais besoin de voir un peu plus clairement les chemins qui s'ouvrent devant moi ces derniers temps et je me suis dit que vous pourriez peut-être m'aider avec vos dons.

Pigeon, dirons certains, mais la vérité était qu'à la Nouvelle Orléans, il n'y avait pas forcément que des charlatans, bien au contraire, cette ville possédait de loin une sacrée réputation de véritables praticiens en tous genres et on ne pouvait reprocher à une jeune femme comme la Métamorphe de vouloir juste quelques précisions sur son avenir, sans pour autant demander des détails au millimètre près. La rousse eut d'ailleurs un sourire légèrement crispé, sans pour autant oser avancer davantage, son regard cherchant malgré lui à repérer d'éventuelles canines chaque fois que Esmera ouvrait la bouche. Les gens qui lui avaient indiqué cet endroit auraient quand même pu la prévenir... quoiqu'ils n'étaient pas au courant de sa nature de Daine, alors peut-être qu'ils ne savaient pas non plus, à moins qu'ils n'aient pas jugés cette information importante... à moins que ce ne soit pour cela que son collègue ait dit qu'il reviendrait la chercher ? Pour qu'elle ai un argument à fournir au cas où il y aurait danger ? Rha c'était trop compliqué pour elle tout ça et elle secoua la tête pour chasser le cours de ses pensées, soupirant avant de relever ses yeux ambres sur ceux de l'Outre qui lui faisait face.

- Excusez-moi de vous poser cette question, mais... est-ce que vous avez déjà... mangé ?

Sa voix mourut de honte sur les derniers mots tandis qu'une légère rougeur s'emparait de ses pommettes à l'idée que la vampire puisse se sentir insultée. C'était plus fort qu'elle pour le coup, la rousse avait sentit comme un besoin irrépressible de poser la question, juste au cas où. Est-ce que la tzigane allait la chasser de chez elle pour cet affront ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4186-rose-allen-termine#69603
Esmera Yanis
avatar




Identification
Emploi: technicien établissement du sang
Age apparent: 25
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Entre mystère et mystique, la nuance est vague   Mer 9 Mar - 17:30

Maintenant c'est certain elle sait. C'est fou ce que je peux « voir » maintenant. J'ai toujours été doué en observation – pour une tzigane c'est la moindre des choses, sinon comment pourrions-nous prédire quoi que se soit ? - mais maintenant je ressens encore plus de choses qu'avant. Et là, je sens son rythme cardiaque qui s’accélère. Elle vient donc de me mettre à jour. J'ose encore moins bouger. Cette fois c'est sûr au moindre mouvement brusque, elle déguerpie en quatrième vitesse. Ici c'est moi le prédateur et elle la proie. Ce qui est extraordinaire, c'est que pour une foie ma gorge ne me pique pas, mais alors pas du tout, c'est bien la preuve qu'elle ne craint rien.

C'est donc bien la vrai moi qu'elle vient voir. La gitane. Les gadjis croient tout savoir sur nous : « se sont des voleurs », « des menteurs »... Pourtant il y en a toujours pour venir nous voir pour écouter nos mensonges. Mais est-ce que j'ai envie de jouer mon ancien rôle ? Non parce que la dernière fois où j'ai essayé, j'ai finie par attaquer la dame et j'étais à deux doigts de la dévorer. Je secoue légèrement la tête. C'est passé ça, je ne suis plus comme ça. Blake m'a aidé à changer et j'ai changé ! Je sourie de plus belle.

« Je peux allumer une lumière qui vous montrera la direction des chemins de votre avenir, mais je ne peux vous dire où ils finissent. »

Car quelque soit le chemin que tu prends ils finissent tous au même endroit : dans la tombe. Mais ça on ne le dit jamais à un gadji, car se n'est pas ce qu'il veut entendre. Je la regarde avec un œil neuf. Jeune, avec les métamorphes, ils paraît qu'on ne peut pas se fier à leur âge physique, alors il faut que je me base sur le reste. Un rien de manque d'assurance. C'est le cas de la la moitié de ceux qui viennent pour qu'on leur lise leur avenir. L'autre moitié étant composé de ceux qui viennent pour me pourrir la vie, de paris, ou de simple curiosité. Vêtements simples et plus confortables que jolis. On dirait presque une étudiante, mais je pense qu'elle vient de les finir plutôt. Ses mains n'ont aucunes traces de stylo. Lançon les paris : Elle ne vient pas pour résoudre un dilemme sinon elle aurait parlé de choix, ou d'options. Là elle a dit chemin. Donc elle est dans un nouvel environnement et elle se sens un peut perdue. « On m'a dit » Le bouche à oreille à fonctionné. Premier paris : sa ne fait que peut de temps qu'elle est en ville. Deuxième pari...

le son de mon archet touchant le sol. C'est la seule chose qui me sors de mon choc. Celle-là, je ne m'y attendais pas. On m'a souvent, pour pas dire toujours posé des questions à la limite du racisme ou de la décence. Je m'étais blindée. Toute ma vie je me suis blindée et je savais faire comme si je n'entendais rien. Me gaussant de leurs âneries. Mais c'est la première fois que sa concerne autre chose que mes origines. Et c'est bien parce que c'est la première fois que je peux pas faire comme si sa ne me touché pas. Mon sourire tombe et une expression de profonde tristesse apparaît sur mon visage. Je me force à me contrôler pour ne pas m'agripper à mon violon, je risquerais de l'écraser. Doucement je m’accroupis pour poser mon instrument au sol car je n'y tiens plus.

J'inspire profondément avant d'oser à nouveau poser mon regard sur elle, mais je ne me relève pas. Je me fais violence pour sourire tristement, mais sourire quand même.

« Je me doutais bien que vous n’étiez pas au courant, et je ne savais pas comment aborder la chose... »

Tout me reviens. L'agression, les coups, le viol, le sang. Mon sang. Son sang. Et ma mort, non désirée, non programmée. A sa tête je devine qu'elle à honte de sa question, mais elle m'a blessé. Au lieu de lui sauter à la gorge, je garde pourtant mon calme. Je suis comme terrassée par ses mots. Ma mère le disait souvent, les mots sont les couteaux les plus tranchants.

« C'est très récent et peut de personnes le savent. Mais ne vous inquiétez pas, je n'ai nullement envie de me nourrir, et même si s'était le cas je ne vous attaquerais pas. »

Voilà c'est dit. D'une main je caresse doucement l'herbe. Son contacte humide me réconforte un peut. Sergueï vient se frotter de nouveau à moi et je lui offre les caresses qu'il réclame. Lui au moins il n'a pas peur de moi, pas plus maintenant qu'avant. Est-ce qu'elle va partir maintenant ? Et me laisser à ma solitude après m'avoir mise à terre ?


Dernière édition par Esmera Yanis le Mer 16 Mar - 9:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3685-esmera-yanis
Rose Allen
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Oogie Boogie Club
Age apparent: Vingtaine
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Entre mystère et mystique, la nuance est vague   Mer 9 Mar - 17:52

Rose était davantage en quête d'un chemin convenable, d'un chemin qui ne s'achève pas trop tôt, que du "bon" chemin, car tous apportaient leur lot d'expérience et de maturité, sans parler des rencontres et des souvenirs qu'on se forgeait. Pour autant elle voulait croire que la tzigane saurait lui indiquer les différentes possibilités, comme par exemple s'il fallait ou non conserver la voie qu'elle venait d'emprunter ou bien si un grand danger la guettait dans l'ombre, ou bien s'il y avait d'autres possibilités qu'elle n'avait pas encore repérées et qui pourraient peut-être convenir davantage, bien que son travail actuel lui plaise particulièrement. La preuve, elle souriait beaucoup depuis quelques semaines, c'était là un signe qui ne trompait pas malgré le deuil qui l'accablait encore par moment. Esmera lui répondit avec ce qui lui sembla être une grande sincérité, parlant de la direction des chemins et non pas de l'endroit où ils terminaient, ce qui était à son sens beaucoup plus réaliste que si elle avait osé prétendre tout savoir sur tout. Et pourtant, malgré ça, la Métamorphe n'avait pas pu s'empêcher de poser la question qui lui brûlait les lèvres et qui blessa immédiatement la vampire qui la reçut. L'archet tomba au sol et le sourire disparu, remplacé par une expression de tristesse que Rose ne pouvait que reconnaitre tant elle l'avait vu dans son propre miroir durant des mois. Ses yeux d'ambre suivirent l'accroupissement de la silhouette puis, voyant qu'elle ne se relevait pas malgré les réponses qu'elle lui apportait, la rousse finit par l'imiter, s'accroupissant à son niveau avec un air de profond regret sur les traits.

- Pardonnez-moi, je... je ne voulais pas vous blesser ni vous insulter, je suis désolée. J'imagine que ça ne doit pas être facile d'endurer tout ça... et je ne pense pas qu'on m'aurait laissé venir si vous aviez été dangereuse.

Elle esquissa un faible sourire à cette affirmation, le regard humide de compassion que certains pourraient trouver déplacée, mais qui n'était que le reflet de sa nature. La Daine soupira et se redressa finalement sur ses jambes, serrant la sangle de son sac à s'en faire blanchir les jointures, lèvres pincées et air hésitant à présent.

- Je comprendrais si vous ne... voulez pas de moi, comme cliente. Mais vraiment, je suis sincèrement désolée.

Non, elle n'avait pas la mordre, mais est-ce qu'elle ne risquait pas de lui dire qu'elle ne pouvait rien pour elle, ou quelque chose dans ce genre-là ? Après tout on racontait que les tziganes étaient aussi fiers que superstitieux et qu'il leur arrivait de refuser certaines personnes selon des critères propres à chacun d'entre eux. Le chat se frottait aux jambes de sa maitresse et la Métamorphe porta son attention sur lui, se sentant l'envie de le caresser sans même oser bouger d'un cil pour autant. Ça n'était jamais évident de rattraper une bourde de cette ampleur.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4186-rose-allen-termine#69603
Esmera Yanis
avatar




Identification
Emploi: technicien établissement du sang
Age apparent: 25
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Entre mystère et mystique, la nuance est vague   Mer 16 Mar - 10:38

Elle se met au même niveau que moi. Du moins elle essaye. Mais si physiquement elle est à ma hauteur, psychologiquement je suis bien plus bas. A des lieux d'ici. L'attaque de l'hispanique e reviens en tête. J'ai presque tué cette femme parce que j'étais incapable de me contrôler et de me nourrir correctement. Je ne suis pas encore certaine d'être maître de moi-même quand j'ai vraiment soif, mais je n'attaque plus personne. Il faut dire que je ne sors plus beaucoup non plus. Et depuis Blake elle est ma première visiteuse. Elle est surtout la première personne qui viens voir la tzigane.

Mes yeux verts ne quittent pas les siens. Je ne perds rien de se qu'elle me montre. Elle a vraiment l'air sincère dans ces regrets. Je remarque l'humidité dans son regard. C'est aussi une preuve, mais égoïstement, je n'ai pas envie de lui rendre la tâche facile et de passer l'éponge sur ses mots comme ça. Je suis blessée et je veux qu'elle culpabilise. Peut être pour tous les autres aussi. Ce n'est ni gentil, ni charitable. Mais j'ai envie qu'elle paye pour tous ceux qui m'ont blessé au court de ma vie. Mais non, je ne suis pas comme ça et je ne lui ferais pas subir le poids de leur culpabilité.

Un sourire cynique suivit d'un début de rire étouffé tout aussi cynique me fait reconnecter avec la réalité. Tien je commence à ressembler à Blake pour le coup. Les personnes qui t'ont parlé de moi ne savent pas que je suis devenue une vampires. Les seules personnes au courant se compte sur les doigts d'une main. La tutrice, l'espagnole et Blake. Il y a peut de chance pour qu'ils fassent partis de mon cercle d'habitués un jour. Alors non personne ne sait pour moi. Personne ne sait si je suis dangereuse ou non. Et c'est très bien comme ça.

Elle se relève et propose d'elle même de partir pour que je n'ai pas à la chasser. C'est vrais que j'en ai renvoyer pour moins que sa avec une promesse de malédiction en plus. Mais je ne suis pas d'humeur à la colère ce soir. Je n'ai pas envie de faire peur à qui que se soit. Et puis quelque chose me dit que ma seule apparence fait bien plus peur maintenant qu'une hypothétique malédiction tzigane. J'attrape mon chat et me relève.

« Non restez ! »

Ma voix est presque suppliante sur la fin. J'aime l'idée qu'elle soit venue me voir pour une consultation. J'ai presque l'impression de redevenir normale à peut de chose prêt, bine sûr. Mais sa me fait n'est en moins plaisir. La blessure est toujours là et elle ne partira pas de si tôt. Mais ce n'est pas cette jeune femme qui me l'a provoquée et ce n'est pas elle qui à le pouvoir de la faire disparaître non plus. Alors, rien ne sert de la haïr pour une chose pour laquelle elle n'y est pour rien et sur laquelle elle n'a aucune influence.

J'ose faire un pas vers elle. Mes gestes sont calmes pour ne pas l’effrayer. Je sens que je vais prendre des pincettes avec elle. Je lui offre un nouveau sourire d'où je chasse la douleur.

« Vous avez fini vos études depuis peu, n'est-ce pas ? »

J’abats une de mes cartes. Technique habituelle pour piquet l'attention et la curiosité d'un gadji. Mais cela fait une carte en moins pour la séance. J'ouvre un bras en direction de mon chez moi.

« Venez, nous allons discuter autour d'un bon thé. S'il vous plaît. »

Maintenant que j'ai fait un pas c'est à elle de décider si elle veut passer outre la blessure infligée ou si elle reste sur sa faim.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3685-esmera-yanis
Rose Allen
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Oogie Boogie Club
Age apparent: Vingtaine
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Entre mystère et mystique, la nuance est vague   Mer 16 Mar - 11:02

Telle une Daine prête à prendre la fuite au moindre signe de danger ou de rejet, la jeune femme se tenait immobile, tendue et crispée dans l'attente de la décision que prendrait la tzigane à son égard. Allait-elle la chasser pour de bon ? Allait-elle la maudire ? On racontait tant de choses sur ces personnes aux dons étranges que Rose ne savait pas ce qu'elle pouvait ou non croire, ou redouter, mais ce fut pourtant une toute autre réponse qui lui fut faite. Se redressant avec son chat dans les bras, la vampire lui demanda de rester et, immédiatement après la surprise passée, tout le corps de la Métamorphe se détendit visiblement, son expression s'apaisant en même temps qu'un faible sourire accompagnait un bref hochement de tête. Non, elle n'allait pas s'enfuir, pour elle et bien qu'elle n'en connaisse pas personnellement, les vampires étaient des Outres comme les autres, avec juste un régime alimentaire un peu particulier, voilà tout. Le pas amorcé dans sa direction la fit cependant se figer, la phrase qui suivit amorçant un battement de cils surpris. Est-ce que ça se voyait à ce point qu'elle semblait sortir depuis peu de ses études ? Enfin, cela faisait quand même un peu plus de six mois, mais ça restait assez récent.

- O-Oui, en effet.

Rien à voir avec un quelconque pouvoir, de cela Rose en était certaine, mais cela dénotait malgré tout d'une excellente capacité de déduction vu l'absence d'encre sur ses mains. A moins que ce ne soit les petites cales là où elle tenait son stylo au travail pour prendre les commandes ? Possible, possible, mais son look avait toujours été également assez particulier et nombreuses étaient les fois où on la prenait encore pour une étudiante. Esmera de son côté semblait bien plus à l'aise à nouveau et lui désigna d'un geste sa maison, l'invitant à prendre un thé, ce qui acheva de convaincre la rousse.

- Je veux bien oui, merci.

Et sans plus aucune méfiance ni inquiétude, la jeune femme se dirigea tout naturellement vers la petite demeure assez mignonne à son goût, même si singulière avec tous les gris-gris qui y pendaient et autres choses qu'elle n'était pas certaine de reconnaitre au premier coup d’œil sans s'approcher. Bah, qu'importe, c'était une tzigane non ? Et les tziganes avaient forcément des habitudes qui leur était propre, voir même nécessaire. Rose pénétra à l'intérieur de la maison sitôt qu'on le lui permis et s'avança avec un air ravit allant crescendo sur son visage, son regard ambre s'éclairant à la vue de l'agencement du mobilier et de la décoration. Elle qui s'était attendu à trouver une roulotte plongée dans la pénombre, voilà qui cassait le mythe des diseurs de bonne aventure, pour son plus grand bonheur.

- C'est très beau chez vous, j'aime beaucoup.

La Métamorphe s'y sentait étrangement à l'aise et les crispations qui l'habitaient disparurent au profit de sa curiosité qui ne souffrait d'aucune gêne à l'heure actuelle tant le plaisir de la découverte prenait le pas sur tout le reste.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4186-rose-allen-termine#69603
Esmera Yanis
avatar




Identification
Emploi: technicien établissement du sang
Age apparent: 25
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Entre mystère et mystique, la nuance est vague   Mer 16 Mar - 11:24

Bien J'ai tapé juste pour l'étudiante. Parfait. Quand le première affirmation est juste, les autres le sont souvent aussi. C'est comme un match l'équipe qui marque le premier point a un avantage sur l'autre. Aller, on oublie ce qui vient de se passer et on se concentre sur le reste. Je passe devant pour lui ouvrir la porte, même si elle n'est pas fermée à clef et touche un grigris pour qui tinte à son passage. Un de ceux qui empêchent les mauvais esprits qui s'accrochent aux gens d'entrer. Ce n'est pas une purification, car bien souvent ils les récupèrent en sortant, mais je n'en veux pas chez moi merci.

J'écoute et apprécie le compliment. Mon intérieur à deux vocation, la première pour mon confort personnel, ça c'est normal, mais la deuxième c'est de distraire les gens qui viennent pour des séances. Il y a tellement de chose, tellement d'exotisme et de curiosités qu'ils baissent leur garde laissant la curiosité l'emporter et ils ne se rendent pas compte de tout se qu'ils dévoilent en faisant ça.

« Merci. »

Je lui montre les canapés.

« Vous pouvez vous asseoir. »

Je l'observe du coin de l’œil. Voir où elle décide de s'installer en étant prise de court m'en dira long sur elle. Je passe dans la cuisine et mes une casserole sur le feu. Pendant que je prépare deux tasses et deux boules à thé je regarde ses réactions à l'univers qui l'entoure. Sur la petite table la boule de cristal et le tarot sont bien en évidence. Va-t-elle les toucher par curiosité ? Ou seulement se contenter de détailler tout se qui pend aux murs ? Peut être va-t-elle être obnubilée par les photo. L'eau frémis et je la verse dans les deux tasses.

Je reviens vers elle.

« Au vue de l'heure j'ai fait un thé blanc pour ne pas être trop excité. »

Je ne la voie pas sortir faire la fête juste après une séance. Elle a plutôt l'air du genre à rentrer pensive et y réfléchir toute la nuit. Je vais essayer de ne pas trop la perturber. Je lui tend les deux tasses pour qu'elle puisse choisir. Dans l'une se trouve une thé aux fleurs et dans l'autre un avec des relent de fruit rouges. Mais dans les deux se trouve quelques feuilles de sauge. Je sais bien que sa ne lui fera aucuns mal, le but étant de la détendre et de l'ouvrir à se qui va suivre. Et puis c'est une métamorphe, il faut une dose bien plus forte pour la mettre dans les vapes. Quoi qu'il en soit je boirais l'autre thé.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3685-esmera-yanis
Rose Allen
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Oogie Boogie Club
Age apparent: Vingtaine
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Entre mystère et mystique, la nuance est vague   Mer 16 Mar - 14:11

L'intérieur est chaleureux et accueillant, la multitude de photos qui se trouve dans la pièce attirent toutes une à une son attention, son regard survolant l'ensemble pour n'en retenir que des impressions à la fois agréables et nostalgiques : tant de gens, de visages souriants, de corps dansant autour d'un feu, de musique qu'on devine avec les instruments et les mouvements capturés l'espace d'une brève seconde... Rose se laisse guider jusqu'au canapé et choisit de s'assoir contre l'un des bords, posant son sac à son côté sur la place du milieu, serré contre sa cuisse, tandis qu'elle dégrafe machinalement le premier bouton de sa veste pour anticiper la différence de température. Esmera se dirige déjà vers la cuisine et la jeune femme en profite pour observer avec plus d'attention le décor autour d'elle, ses yeux d'ambre passant rapidement sur le tableau représentant des ruines, le fuyant presque même en se plissant brièvement : les couleurs autant que les formes la dérange et elle ne désire pas s'y attarder ne serait-ce qu'une seconde. Il y a, sur un autre mur parmi les photos, un grand tableau représentant des tziganes ou des bohémiens -elle ne connait pas bien la différence hélas- dans une scène de tous les jours. Pourtant, leurs mines ne lui font ressentir qu'un peu de peine et de langueur, comme une fatalité déplaisante qui lui fait là encore détourner le regard : elle a l'impression de devoir les aider face à quelque chose et, faute de pouvoir le faire puisqu'il ne s'agit que d'un tableau, préfère regarder ailleurs. Les photos sont nombreuses, si nombreuses qu'elles font naitre un sourire lorsqu'elle voit un visage éclairé par une expression similaire, comme si ces gens allaient sortir de leurs cadres pour venir s'assoir avec elle... Et puis il y a ce tableau, coloré et lumineux aux teintes presque pastelles malgré leur vivacité, un léger effet de flou artistique laissant deviner une multitude de détails laissés à la libre interprétation de l'imagination de celui qui le regarde. Le sourire de la Métamorphe s'estompe, remplacé par un calme songeur, presque rêveur en vérité. Il doit faire un peu frais sous les arbres en fleurs, elle peut presque sentir la rosée dans l'herbe souple dans laquelle elle s'allongerait. Même si aucun papillon n'est visible, il doit sans doute y en avoir un ou deux, tout comme des abeilles venant butiner ce qui se trouve dans la prairie. On devine un sous-bois, des collines et, un peu plus loin, des montagnes avec d'impénétrables forêts, teintées de sécurité comme de danger. Là-bas l'Homme ne doit pas s'y aventurer souvent, là-bas seuls les prédateurs naturels pourraient être un danger pour une Daine. Et puis il devrait y avoir des hardes qui vivent et se déplacent en groupes plus ou moins grands selon leur nombre. On doit pouvoir courir au loin là-bas, sentir le vent sur son pelage, les odeurs qui nous parviennent, l'herbe haute des prairies qui fouettent nos flancs puis les sabots qui bruissent sur les feuilles mortes et la végétation lorsque l'Automne approche... Le retour de la vampire fait presque sursauter Rose qui reporta immédiatement son attention sur elle, un sourire encore vaguement rêveur aux lèvres. Elle n'avait pas osé se lever, n'étant pas chez elle et n'ayant pas pour habitude d'explorer ainsi le domicile des gens sans avoir été invitée à le faire. L'odeur des thés lui parvint et la jeune femme sembla revenir un peu plus à l'instant présent, observant les deux tasses en fronçant légèrement les sourcils : chacun semblait avoir une saveur différente. Est-ce qu'elle devait choisir ? Non, c'était un thé blanc d'après Esmera, donc il lui fallait prendre la tasse de son choix.

- Ça sera parfait oui, merci beaucoup.

Ça ne faisait pas de mal de se coucher un peu plus tôt, d'autant plus lorsqu'on était de repos le fameux soir en question, alors un thé qui n'était pas trop fort ferait l'affaire. Rose se pencha légèrement en avant, papillonnant des cils alors que les différentes odeurs lui parvenaient. Ici des fleurs et là... des fruits rouges, il lui semblait. Elle sourit légèrement et tendit sa main pour se saisir délicatement de la tasse contenant sa préférence en matière de boisson, ramenant le récipient vers elle pour le poser sur ses genoux, le tenant à deux mains, dont la droite dans l'anse pour prévenir tout risque de chute. On était jamais trop prudent.

- J'aime beaucoup les photos que vous avez. Est-ce que ce sont des membres de votre famille ? Ou des amis ? Ils ont tous l'air libres et heureux.

Comme le vent, comme une Daine courant à travers bois, sautant par-dessus un petit ruisseau pour mieux disparaitre dans les fourrés. Rose leva la tasse, souriant à la vampire avant de souffler sur le liquide brûlant et fumant, plusieurs fois, jusqu'à finalement le porter à ses lèvres. Elle prit une première gorgée, souffla encore sur le thé, puis en reprit quelques autres qui lui firent échapper un soupir de contentement.

- C'est très bon, je vous remercie, par contre je suis désolée mais ça n'est pas du thé blanc. On dirait plutôt un thé aux fruits rouges ou quelque chose du genre.

La jeune femme n'avait pas voulu paraitre grossière ni ingrate, aussi avait-elle prononcé ces mots avec autant de douceur et de diplomatie que possible, avec une légère appréhension au fond des yeux. La vampire allait-elle mal le prendre ? Après tout, ça arrivait de confondre les sachets, surtout si on on achetait du fait-maison en gros et non ce qu'on trouvait dans les centres commerciaux. Elle-même ne se soignait-elle pas avec des herbes médicinales qu'elle achetait chez un vieux monsieur chinois ? Alors du thé, forcément. En tout cas cela ne l'empêcha pas de reprendre quelques autres gorgées, le liquide la réchauffant de l'intérieur et lui faisant un bien fou, au point qu'elle commençait doucement à se détendre un peu plus.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4186-rose-allen-termine#69603
Esmera Yanis
avatar




Identification
Emploi: technicien établissement du sang
Age apparent: 25
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Entre mystère et mystique, la nuance est vague   Mer 16 Mar - 16:50

Les photo, c'est ce qu'elle regarde en premiers. Elle doit être très attachée aux souvenirs. Peut être que quelqu'un est mort dans son entourage quand elle était petite et les souvenirs, c'est tout ce qu'il lui reste aujourd'hui.

Elle s'assoit sur un bord de canapé, son sac bien serrer contre sa cuisse. Elle ne laisse pas la possibilité aux inconnue de prendre place prêt d'elle. Peur de l’inconnue ou peur de l'autre ?

Tien ? Le tableau de papa ne lui plaît pas. Ou il la met mal à l'aise. Elle doit avoir un problème, soit avec la destruction. Soit se sont les couleurs irréalistes qui la perturbe. J'avais remarqué que se tableau dérange les métamorphes. Du moins, certains. Ah cette aquarelle c'est un oncle éloigné qui me l'a rapporter d'Europe. Il illustre parfaitement la vie qu'est celle d'entre nous qui tout le temps sur les routes. Je l'aime tout autant que celui de mon père. Quand je le regarde une grande fierté s'empare de moi. Pourtant chez la métamorphe cela ressemble à de la tristesse... elle a vécut dans la misère ? Pas sûr, sinon elle devrait pouvoir la reconnaître et se n'est pas se qui se trouve sur ce tableau. Mais peut être la peur de la misère. En tout cas je sens une grande sensibilité à la peinture. Elle est très réceptive à la peinture.

Encore les photos...et un sourire. Elle est empathique. Selon la façon qu'on a de gérer cette facette de la personnalité, cela peut être un atout ou un très gros handicap.

Là c'est moi qui sourie. Elle reste sur ce tableau et se projette à l'intérieur. Celui-là c'est particulier, c’est la seule toile de moi que j'accroche aux murs.

Je décide de revenir vers elle. La métamorphe n'a touché à aucun des objets sur la table. A croire que la divination ne l'intéresse pas tant que ça.

« Celui-là est de moi. Je l'ai fait à partir des souvenirs de mon père de sa Valachie natale. »

Elle choisie les fruits rouges. Elle aime donc ce qui est frais. Je sourie. Elle ne sentira pas la sauge divinatoire que j'y ai mis. Et la quantité est trop petite pour déclencher des hallucinations à une métamorphe. Ça va juste la détendre un peut. Les effets ne seront pas trop long non plus. Mais détendue, elle sera plus réceptive à la séance.

Bingo ! C'est sûrement un membre de sa famille qu'elle a perdue étant enfant.

« Ils sont tous de ma famille, même si je ne les connais pas tous. »

Je les regarde ne souriant. Oui ils sont libre est heureux sur ces photo. La plupart date d'avant la seconde guerre mondiale. Avant que les nazis ne les enferment dans des camps d'extermination. Après ça, ils étaient toujours libre, mais les pays ont fermés les frontières. Ils se sont retrouvé à ne plus pouvoir jouir de leur choix de ne pas intégrer la société. Et le voyage était plus ardue.

Je sourie à nouveau à sa remarque. Une connaisseuse semble-t-il.

« Je puis vous assurer que les feuilles de thé qui sont dans votre tasse n’exciteront pas votre esprit, ni votre organisme. »

J'attends un peut avant de reprendre la parole et bois avec elle un thé bien chaud. Que malheureusement je ne peux plus apprécier et que je devrais vomir plus tard sous peine d'être malade.

« Alors...comment voulez-vous procéder ? Pour une première séance je préconise les lignes de la main. Votre corps est le gardien de votre destiné et vos mains ne demandent qu’à la révéler. Mais si vous désirez une autre divination je peux m'y risquer. »

Les lignes de la main c'est très bien pour un début. Pas de grands effets, donc pas de risque d’effrayer. Les lignes de la main, le premier tour de passe passe que m’a appris ma mère.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3685-esmera-yanis
Rose Allen
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Oogie Boogie Club
Age apparent: Vingtaine
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Entre mystère et mystique, la nuance est vague   Jeu 17 Mar - 16:05

Le tableau qui lui avait tant plu était donc tiré d'un véritable paysage, loin, très loin d'ici. Le regard de Rose se porta de nouveau vers les couleurs éclatantes et son expression s'adoucit plus encore, son regard à la fois songeur et rêveur se perdant sur l'horizon où l'on devinait et pouvait imaginer tant de choses. La Valachie... Elle n'avait jamais quitté la Louisiane, se rendait-elle compte, elle n'avait même jamais pensé à le faire. Peut-être qu'un jour elle devrait faire le tour du monde ou quelque chose comme ça, mais pas toute seule, ça non, plutôt avec une amie ou quelqu'un de plus proche encore.

- Ça a l'air merveilleux là-bas.

Reportant son attention sur Esmera, elle lui sourit chaleureusement en l'écoutant parler ainsi de sa grande famille : bonjour les grandes réunions annuelles ! Ça devait être un sacré challenge que d'essayer de rassembler tout le monde quelque part, à moins que ce ne soit pas le genre de choses qui se fasse. la Métamorphe bu à nouveau une longue gorgée du thé assortit du goût fruits rouges, puis cligna des paupières en entendant la suggestion pour leur entretien. Ah oui c'est vrai, c'est pour ça qu'elle était venue à l'origine. Reposant doucement sa tasse sur la table basse, la rousse sourit sans crainte malgré cette démarche qui était la première en son genre qu'elle faisait.

- Non, non, je préfère suivre votre conseil et commencer par les lignes. J'avoue ne pas connaitre grand-chose, mais je sais que c'est une pratique plus fiable que d'autres.

Comme ceux qui déposaient dans votre boite aux lettres un papier avec un numéro sur lequel ils affirmaient pouvoir vous révéler l'intégralité de votre avenir, faire revenir l'être aimé ou vous rendre riche, le genre de papier que Rose déchirait et jetait à la poubelle sans y accorder plus d'un bref regard. Franchement, avec tout ce qui existait de réel et de scientifiquement prouvé depuis la Révélation, comment pouvait-on encore croire qu'une telle publicité avait encore ne serait-ce qu'une once de crédibilité ? Impensable et pourtant, certains essayaient encore, bien qu'en nombre réduit grâce aux véritables pratiquants qui, eux, faisaient presque la chasse à ces imposteurs leur faisant si mauvaise réputation. La jeune femme sourit à cette pensée, puis tendit naturellement sa main à Esmera, confiante et étrangement détendue. Elle ignorait si cela venait de la vampire ou bien si c'était cet endroit dans le bayou, ou même la décoration, mais elle n'éprouvait ni crainte ni inquiétude, au point qu'elle aurait presque pu se croire dans un cabinet de relaxation. Si elle avait su, elle serait venue plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4186-rose-allen-termine#69603
Esmera Yanis
avatar




Identification
Emploi: technicien établissement du sang
Age apparent: 25
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Entre mystère et mystique, la nuance est vague   Ven 18 Mar - 9:14

Avec un sourire aimable, je prend sa main dans les miennes. Ses mains ont la chaleur de la tasse mêlée à celle de sont corps. Alors que les miennes n'ont qu'un chaleur résiduelle qui va finir par s'estomper.  Mais cela ne devrait pas la mettre mal à l'aise. « Une pratique plus fiable que d'autres » ? Disons plutôt que comme la première chose qu'on nous apprend c'est décrypter les gens pour survivre, les lignes de la mains contrairement aux cartes ne nous obligent pas à dire n'importe quoi. Là nous sommes maître de notre discourt.

« Très bien. »


Je me concentre un peut. Caresse du bout du doigt une ligne invisible tout en observant ses doigts. Je voie clairement la cale qui me confirme l'étudiante pas si lointaine. Ses doigts sont fin, mais ce n'est pas une musicienne. Je suis a peut près sûre qu'elle aurait fait des commentaires sur ma façon de jouer et sur le morceau en particulier. Les musiciens ne peuvent s'en empêcher. Comme pour pouvoir se reconnaître les uns les autres. Avec son empathie et sa sensibilité à l'art, ce serait un crime qu'elle ne soit pas un minimum artiste. Le dessin peut être...

« Avant de parler du futur, je dois d'abord regarder votre passé. »

Oui avant de me perdre dans le présent ou ses potentiels choix d'avenirs regardons le passé. Qu'est-ce que je me suis dis déjà ? Ah oui ! Grande incessibilité. Très attachée à ce qui symbolise des souvenirs. Fuite de représentation de la destruction. Mon doigt s'arrête sur un point dans sa main, juste à la base du pouce et mon visage devient triste. La petite actrice que ma mère a entraîné à pleurer sur commande entre en scène. Mes yeux se posent sur elle.

« Vous avez perdue quelqu'un de vraiment proche...un parent. Il y a très longtemps et vous êtes attaché aux souvenirs qui vous relie à lui. »

Un air sincèrement désolé, car la mort n'est jamais réjouissante, je retourne à la main. Passons à cette histoire de ruine. Je fronce les sourcil et fait mine de ne pas comprendre. Il faut que je face attention à mon discourt, ne pas être trop précise, mais pas trop évasive non plus. Son cerveau comblera les trous, à conditions qu'ils ne soient pas trop gros et que mes mots soient comme des amorces.

« J'ai l'impression que vous avez fuie quelque chose, pour mieux reconstruire ailleurs. »

Les cartes s’abattent unes par une. Je jettes un de mes paris les plus risqué en disant ça. Mais rare sont ceux qui n'ont pas refait leur vie ailleurs. Le mot fuite est fort c'est vrais et il est là mon paris. Soit elle a vraiment fuie -ce qui pour une outre ne serait pas quelque chose d’exceptionnel – soit elle a juste déménagé et il faudra que je brode mon discourt.

Je lui laisse le choix de répondre, de rétorquer, démentir, affirmer. C'est elle qui décide. Si je vais trop vite, je risque de l'effrayer.

« Est-ce que vous voulez que je continue ? »

Toujours laisser le choix. Ça met en confiance et en position de domination. S'ils se sentent maîtres de la situation, ils se livrent plus et font tomber leurs barrières. Si je tape juste dans le passé. Tout ce que je pourrais lui dire sur son avenir n'en sera que plus facile à concevoir pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3685-esmera-yanis
Rose Allen
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Oogie Boogie Club
Age apparent: Vingtaine
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Entre mystère et mystique, la nuance est vague   Ven 18 Mar - 9:38

Sa main était plus fraiche que la sienne, pourtant Rose n'en éprouva aucune gêne. N'était-ce pas une vampire après tout ? Elle s'était attendu à un contact plus glacial, quelque chose de froid comme la mort, comme cette maison après le passage du TPH et les marques de dévastation qui en avaient résultées. Esmera se fait presque caressante et la jeune femme frémit malgré elle, aussi sensible au toucher qu'elle ne l'est en émotions. Pour autant sa main demeure parfaitement immobile sous les doigts de la tzigane, qu'elle écoute avec la plus grande des attentions. L'idée de regarder son passé était un peu déplaisante, mais cela semblait être un incontournable. Les yeux ambres se fixèrent au visage concentré, puis lorsque la première phrase tomba, les cils papillonnèrent et une vive émotion passa dans son regard. En plein dans le mille, ça faisait presque mal d'entendre une quasi parfaite inconnue révéler cette vérité et la Métamorphe se contenta de hocher légèrement la tête, silencieuse. L'air désolé de la vampire était bienvenu, il en l'enfonçait pas, au contraire il apportait ce petit réconfort qui fait qu'elle ne retirait pas sa main. Pas comme cet homme en blouse blanche qui avait dit à sa mère de quelle façon les balles avaient achevées son époux, au point de la faire fondre en larmes. Le souvenir, un peu trop vif, fut chassé d'un bref soupir juste avant que la seconde affirmation ne tombe. Un vrai couperet qui fit se figer Rose dont la gorge se serra malgré elle. Damned, pourtant son deuil avait été fait depuis longtemps, elle ne voyait pas pourquoi cela la touchait à ce point. Est-ce qu'elle avait cru à une approche moins directe ? Sans doute et ce fut un nouveau frémissement qui la secoua, alors que son regard se baissait sur leurs mains.

- Oui, oui ce n'est rien...

Allez, on inspire un grand coup et on relève la tête, on se redresse un peu et on s'efforce de sourire, même si cette fois le sourire n'atteint pas ses yeux ambres légèrement embués par l'émotion.

- Nous avons du déménager quand mon père a été assassiné par des extrémistes anti-Outres quand j'étais enfant, c'est peut-être ça que vous avez vu.

C'était encore bien loin de la situation présente et la suite risquait d'être toute aussi douloureuse que le passé éloigné, mais après tout elle avait le choix, n'est-ce pas ? Sauf qu'elle voulait savoir quels chemins s'offraient à elle, quels choix étaient à sa portée et ce qu'elle pourrait en faire. Ce deuxième décès, ce déménagement, presque un abandon de tout ce qu'elle avait connu, par deux fois, avaient eu un fort impact sur son mental et son sentiment de sécurité, la rendant plus vulnérable qu'elle ne l'aurait voulu. Qu'est-ce que Esmera allait "voir" à présent dans les lignes de sa main ? Inspirant un grand coup, parvenant à rester relativement calme malgré tout, sa main libre vint pourtant saisir la tasse pour finir de la boire, appréciant le liquide tiédit qui lui fit du bien. Il était vraiment bon ce thé.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4186-rose-allen-termine#69603
Esmera Yanis
avatar




Identification
Emploi: technicien établissement du sang
Age apparent: 25
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Entre mystère et mystique, la nuance est vague   Lun 21 Mar - 20:31

Ah mince. J'ai touché quelque chose de vraiment douloureux. Il semblerait que je sois loin d'avoir perdue la main. Je la laisse reprendre son souffle et décider de la suite. Veux-t-elle arrêter ou continuer ? Elle me parle et son histoire est tristement célèbre. Ce n'est pas la première et ce ne sera pas la dernière à vivre cette tragédie. Avant la Révélation, les humains s'en prenaient déjà à des minorités. Le fait que les outres se soient révélés cela n'a fait qu'élargir le champ des potentielles victimes.

Elle a l'air d'en avoir vue d'autre, mais je ne tiens pas à déterrer d'autres drame plus récent que celui-là. Souvent quand les gens viennent me voir, c'est comme une thérapie, ils se libèrent de tous ce qui les font souffrir. Ce confier à une inconnue qu'aucunes connaissances ne risque de croiser dans la rue à quelque chose de rassurant. Ils sont en confiance et déballent beaucoup. C'est bien moins cher qu'une thérapie et ils peuvent revenir autant de fois qu'ils le désirent.

« Je suis désolée. Je voies bien que c'est encore douloureux et ne m'étendrais pas plus sur votre passer. »

Parlons de chose plus gaie...je l’espère. Outre le fait qu'elle a très peut de confiance en elle. Il y a quelque chose qui me revient. « On ne m’aurait pas laissé venir. ». Ce « on »...soit c'est une personne, soit c'est son cercle. Dans touts les cas c'est une entité qui veille sur elle. Je me replonge dans sa main et « démêle » les lignes pour mieux les déchiffrer. Un sourire illumine mon visage.

« Je suis soulager de voir que vous êtes entourée par des personnes qui prennent soin de vous. Surtout faites en sortes de toujours pouvoir compter sur elles, comme actuellement. »

Le présent, c'est bien le présent. Maintenant que je l'ai rassurer sur le fait que je ne fouillerais pas plus, il faut que je passe à la phase la plus parieuse. Je lâche sa main et bois doucement le thé. Posant doucement ma tasse, je la regarde dans les yeux.

« Bien, parlez moi un peut de vous, de vos désirs, de vos projets et de vos angoisses. C'est beaucoup plus simple quand on sait quoi chercher. »

C'est surtout beaucoup plus simple pour ensuite broder. Mais en même temps c'est tout aussi logique que sans un minimum d'information, on ne peut pas savoir ce qu'il faut chercher.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3685-esmera-yanis
Rose Allen
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Oogie Boogie Club
Age apparent: Vingtaine
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Entre mystère et mystique, la nuance est vague   Mer 23 Mar - 10:07

Le passé avait le don de marquer profondément les gens qui en avaient souffert, mais Rose était venue ici en connaissance de cause, elle se doutait qu'il serait question de son vécu et malgré tout son désir de s'assurer de la voie qu'elle empruntait lui était nécessaire. Peut-être justement parce qu'elle voulait éviter de revivre des choses trop douloureuse. Esmera sembla le comprendre, elle semblait de toute façon y voir plus clair qu'elle ne voulait bien le dire et à ses excuses, la Daine secoua légèrement la tête avec un faible sourire. Ce n'était pas sa faute, son métier le voulait et c'était ainsi, en revanche la proposition d'arrêter là pour le passé fut accueillie avec un acquiescement un peu trop empressé. Sa main fine aux traits relativement marqués fut de nouveau l'objet de l'attention de la Tzigane et la Serveuse se laissa faire, battant des cils à la vue de son sourire et à l'écoute de ses affirmations qui la confortaient dans son ressentit actuel : elle était bien, là où elle était, entourée de personnes prêtes à lui rendre service, jusqu'à sa Patronne même. L'expression et l'attitude de Rose se modifièrent, celle-ci semblant se détendre de nouveau et sourire avec plus de douceur. Puis la Vampire lâcha sa main et la Métamorphe cligna des paupières, avisant sa propre tasse qu'elle avait terminée un peu plus tôt, avant de reporter son attention sur sa vis-à-vis. Lui parler d'elle ? Mais est-ce que ce n'était pas plutôt à elle de tout deviner ? A moins qu'il ne s'agisse d'une façon de l'aider, après qu'elle eut l'air si perturbée, pour mieux chercher donc.

- Et bien...

Ses mains se retrouvèrent sur ses jambes et elle les tritura pensivement, son regard ambre fixant brièvement la table devant elle avant de remonter au visage de Esmera, son expression à la fois grave et un peu plus sereine, comme rassurée.

- Je suis serveuse au Oogie Boogie Club et La Baronne est vraiment très gentille avec moi, elle m'a aidé quand je suis arrivée ici il y a quelques mois, parce que je n'avais personne vous voyez et...

Un haussement d'épaules, un bref éclat triste qui fut chassé par un sourire plein d'espoir et une lueur au fond des yeux clairs.

- Je me plait beaucoup là-bas, mes collègues sont formidables et je me sens en sécurité. J'aimerais bien vivre un jour de mes études d'Art, notamment le Théâtre, mais pour l'instant ça n'est pas à l'ordre du jour et je préfère me construire une vie ici, à la Nouvelle Orléans.

Et son sourire s'épanouit un peu plus, alors qu'elle songeait à ce que pourrait un jour donner le fruit de son travail, aux contacts qu'elle allait forcément se faire, aux idées qui germaient chaque soir pendant qu'elle assurait son service, à tout ce qu'elle pourrait glaner comme informations pour mettre en place un projet qu'elle soumettrait ensuite à la ville. Oui, un jour elle se lancerait dans le théâtre, mais pour le moment ça n'était pas à l'ordre du jour, d'autant qu'il y avait désormais un nouveau facteur.

- Et puis il y a cette... personne que j'ai rencontrée.

Regard qui dévie de côté, léger haussement d'épaules non pas nerveux, mais songeur, yeux qui se lèvent vers le tableau arborant un paysage coloré d'un pays trop loin d'ici pour le moment. Quelques brèves secondes de rêverie, puis l'attention qui revient à la tzigane et un sourire paisible, de ceux qui ne trompent pas sur la force des sentiments, alors que la voix douce et tranquille de Rose s'élève à nouveau.

- Je me sens bien avec cette personne, troublée aussi, profondément,mais bien. Je ne sais pas ce que ça va donner, mais voilà... j'aimerais faire un bout de chemin avec elle, peut-être plus si ça se passe bien, je ne sais pas.

Non, elle ne savait pas, elle ne savait pas ce que demain lui réservait, elle ignorait tout de cette relation qui s'instaurait, de son entourage appelé à se modifier, de l'agitation qui couvait derrière le décor et de ce qui risquait d'arriver prochainement au petit nouveau du club.

- Est-ce que ça vous aide, tout ça ? C'est utile ?

C'était un peu lâché à mi-mot, mais la jeune femme n'était pas du genre à s'étendre sur ses sentiments avec autant de facilité et, n'eut été la douceur du cadre, de son hôtesse et de ce thé savoureux, elle aurait pu se sentir plus crispé et alerte, moins prompte à la confidence.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4186-rose-allen-termine#69603
Esmera Yanis
avatar




Identification
Emploi: technicien établissement du sang
Age apparent: 25
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Entre mystère et mystique, la nuance est vague   Lun 16 Mai - 21:27

Bien, elle se détend à nouveau. J'ai bien fait de lui parler de ceux qui sont eu près d'elle. Elle a l'air soulager. C'est une bonne chose de pouvoir compter sur un entourage amical. Je n'ai pas beaucoup connue ça ces derniers temps. De mon vivant j'avais ma communautés et mes deux amis, cela me suffisait amplement, je n'ai jamais cherché à avoir plus. Et maintenant mon entourage sympathique se limite à deux personnes, dont la première est un peut obligée par son statut à l'être.

J'ai comme un tic nerveux qui fait tressaillir ma lèvre supérieur. Avec un peu de chance, elle ne l'a pas vue. Qu'elle idiote ! Perdue dans mes pensées, j'ai laissé mes yeux se balader aux grès de leurs envies. Et bien sûr ils ont finie leur course sur la jugulaire de la métamorphe qui se soulève au rythme de ses pulsations cardiaques. Maintenant ma gorge est comme asséchée. Je me racle la gorge comme pour passer à autre chose, mais je ne me leurrerai pas aussi facilement...je n'ai pas un chat dans la gorge.

Le Boogie Club, si je me souviens bien c'est un établissement dirigé par les voodoo. Je me méfie d'eux. Leur magie est puissante et elle fait appel aux morts, et ça c'est un grand tabou chez nous. On ne touche pas à la Mort et on laisse en paix sont qui l'ont embrassé. Mais bon...si elle ça lui convient... Pourtant je reste convaincue qu'il ne peux rien ressortir de bon à fréquenter ces personnes à long terme.

J'avais raison, elle a fait des études dans l'art. Sur ce coup là j'aurais due parier, même si je n'avais pas la bonne branche. Ma main passe sur ma gorge je me masse la carotide pensant que cette démangeaison va passer. Cette douce démangeaison qui me harcèle sans cesse. Et qui promet un moment de sublime extase quand je vais me la gratter. Elle m'appelle. Elle veut que je la soulage. Pour le moment elle est exquise, jusqu'au moment où elle deviendra une torture insupportable. Je sais que lorsque j'y aurais cédée, elle ne disparaîtra pas pour autant. Elle sera toujours là, comme la plus fidèle des compagne. Cruelle amante. Une capricieuse maîtresse que l'on ne peut se permettre de faire attendre. Et voilà que j'ai perdue le fil de son discourt.

Elle s'est arrêtée de parler et me regarde en souriant. Je lui rend son sourire aimablement. Dans son regard il y a beaucoup d'émotion. Des émotions que j'ai l’habitude de voir dans les yeux des personnes qui débute une relation avec des espoirs pleins la tête. C'est sans surprise qu'elle me parle de quelqu'un qui vient d'entrer dans sa vie et avec qui elle veut faire un bout de chemin voir plus.

Mon sourire est suspendue et ne bouche pas. Je hoche la tête. Normalement ce qu'elle a dit devrait me suffire mais là. Je n'ai qu'une envie...et il est hors de question que j'y cède. Mais bon sang ! Pour quoi maintenant ? Pas alors que ça avait si bien commençait, et encore moins après avoir pris mon air blesser quand elle s'est méfiée de moi justement pour la raison qui fait que j'aimerais la voir déguerpir de chez moi en vitesse !

Je lâche ma gorge à contre cœur et lui tend la main. Je me plonge à nouveau dans sa paume. Ma bouche est si sèche que je n’ose passer ma langue sur mes lèvres de peur de les sentir de profonde crevasses. J'ai beau savoir que c'est une illusion, ma bouche en reste quand même sellée. Se qui ne va pas être pratique si je dois lui parler de son futur. Qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire pour la mettre à la porte sans que sa n'est l'air de ce que c'est vraiment ?

Je me fige. Mes yeux tressaute comme de terreur. Je me lève d'un bond sans la regarder.

« Je..heu... »

J'essaye de camoufler la panique dans ma voix en empressement tout en me dirigeant vers un meuble. J'ouvre frénétiquement un tiroir et fouille aussi vite que si j'avais le diable en personne aux fesses.

« Il faut que je face appel à... »

Enfin, je le trouve ! Je reviens vers elle avec mon trophée et lui colle dans les mains.

« Gardez la toujours sur vous ! Les pierres œil de tigre renverrons le mauvais œil, la plume de corbeau fera office de messager et la médaille bénite de St Benoit vous protégera contre les démons... Maintenant, vous devez partir, j'ai des choses à faire pour retenir le mauvais œil qui vous suit. Et je dois faire vite. »

En parlant je me suis dirigée vers ma porte et l'ai ouverte avec une vitesse déconcertante. Je me racle à nouveau la gorge et caresse désespérément une patte de lapin qui pend juste à côté de moi. Pourvue qu'elle comprenne l'urgence et qu'elle file vite.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3685-esmera-yanis
Rose Allen
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Oogie Boogie Club
Age apparent: Vingtaine
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Entre mystère et mystique, la nuance est vague   Dim 6 Nov - 10:31

Tout était allé si vite en vérité que c'est à peine si Rose avait eu le temps de comprendre, n'eut été les derniers mots de Esmera qui lui avaient indiqué ce qu'il se passait exactement. Elle n'avait jamais été du genre à se confier facilement quant à sa vie privée et encore moins à révéler le fond de sa pensée. Après ce qui était arrivé à sa famille, à son père notamment, mais également après toutes les épreuves qu'elle avait traversé, parler ainsi presque librement avec une quasi inconnue tenait du miracle, mais à aucun moment la jeune femme n'avait songé qu'il s'agissait du thé ou d'une disposition du cadre destiné à la mettre en confiance et à la faire parler. Ainsi scrutait-elle la vampire avec attention, presque insistance après lui avoir demandé ce qu'elle pensait de tout cela. L'hésitation qu'elle vit sur ses traits lui fit légèrement froncer ses sourcils, puis la voir tressauter de terreur ne manqua pas de provoquer une réaction miroir chez elle, ses mains se crispant sur ses jambes alors qu'elle la regardait se lever avec un début de peur au fond de ses prunelles claires. Et voilà que la diseuse de bonne aventure s'en va farfouiller dans ses tiroirs, faisant se lever une Rose qui serre son sac contre elle comme pour s'en faire une armure, ses yeux alarmés par ce revirement de situation cherchant à déterminer quel objet sa vis-à-vis venait de tirer du meuble.

- Qu'est-ce que vous... ?!

On lui colle l'objet dans les mains, on lui donne des instructions simples, mais à une telle vitesse que dans sa panique c'est à peine si elle parvient à les enregistrer, écarquillant les yeux telle une biche affolée, reculant vers la porte en fixant la vampire comme si le danger eut pu venir d'elle, alors qu'apparemment il en était tout autre selon ses dires.

- Le mauvais œil ?! Mais qui ? Pourquoi ? Je ne comprends pas, je...

Ses mains se resserrèrent non pas sur la sangle de son sac, mais sur l'amulette protectrice qu'on venait de lui donner, son regard allant de la porte à Esmera, son souffle rapide trahissant son inquiétude autant que l'humidité naissante dans ses yeux. Elle était venue pour apprendre quelques modestes choses sur son avenir au sein de la Nouvelle Orléans et voilà qu'on lui disait qu'elle avait le mauvais œil sur elle, qu'il lui fallait une amulette pour la protéger des démons... De quoi faire basculer votre vision des choses au sein de cette nuit noire. Déglutissant à grande peine, la serveuse aux cheveux roux clair passa rapidement la porte de l'endroit, glissant une parole furtive teintée de sa panique grandissante.

- Je vous remercie, je... je ferais attention.

Ni une, ni deux, la voilà qui déguerpit déjà en direction de là où elle était venue, ses pas rapides, légers et inquiets ne faisant presque aucun bruit, symbole de son signe qui lui conférait une discrétion plus que bienvenue en cas de danger. Car en danger, Rose était persuadée de l'être, si bien qu'elle passa sans attendre l'amulette autour de son cou, la glissant sous son vêtement hors de la vue de quiconque et fouillant dans son sac en quête de son cellulaire pour appeler le collègue qui l'avait amenée ici. Nul doute qu'il serait étonné que cela soit allé si rapidement, mais la métamorphe était sûre d'une chose : il allait lui falloir trouver quelqu'un pour l'aider contre le mauvais œil.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4186-rose-allen-termine#69603
 

Entre mystère et mystique, la nuance est vague

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE IV : Autours de la ville ¤ :: ║Les plaines alluviales║ :: Les marécages de l'oubli :: Chez la Tzigane-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com