AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Ozzie Symphor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Ozzie Symphor    Lun 7 Mar - 12:18

État Civil

Nom : Symphor
Prénom : Oswald Lafayette dit "Ozzie"
Race : Vaudoun
Âge apparent : 36 ans


Date de Naissance : ?
Situation de Famille : Le coeur d'Ozzie est à tout le monde, babe, et surtout à lui même.
Profession / Activité : Marchand de Glaces ambulant  "Chez Ozzie&Pearl" (et en vrai "Dealer d'Organes" qui use de son camion réfrigéré comme espace de stockage)

Morphologie

Taille : 1m97
Poids : 81 kg
Corpulence : Dégingandée. Ozzie balance sa grande carcasse toute en jambes et en bras comme un marin qui n'a jamais vraiment quitté le port. Il est  noueux, plus que musclé, bien que carré d'épaules. Tout a l'air pointu chez lui, c'est fou : des genoux aux coudes, des pommettes au sourire.
Couleur de cheveux : noire ("Hey, mec ! T'as vu ma gueule de négro ? Tu pensais quoi ?")
Couleur des yeux : noisette (" Ouaiiis... j'aime être précieux comme ça : Marron ça fait chiasse de caniveau, Noisette c'est tout d'suite plus....")
Allure générale : "Mama qu’est-ce que c'est qu'ce gus !"
Trop grand, l'afro en pétard, vaguement vouté comme ces mecs trop fatigués par l'herbe qui enfument leur poumon, Ozzie chaloupe, roule des épaules, donne l'impression d'être liquide à force d'être trop cool.
Mais ne t'y fie pas.
Ozzie, il te sourit,  là, la lippe charnue et moqueuse, toujours avec un coin, comme si il avait une bonne blague tapie dans l'angle. Il rigole fort, baragouine en argot français et cajole ta sympathie en te faisant croire que tu es son meilleur ami. Il a l'air sympa, c'est vrai, mais quelque chose te dit que tu devrais pas lui tourner le dos. Non. y'a ses petits yeux de fouine - "le regard malin"- toujours plissé, jamais bien franc qui devrait alarmer ton 6ème sens -et tous les autres  avec. La tronche du mec pas fiable mais avec qui t'es obligé de traiter : pas le choix, ce connard semble partout et souvent dans les bons plans.
Allure vestimentaire : Ozzie il a un espèce d'amour incompréhensible pour ce qu'est vieux et fripé : de sa veste militaire en velours élimée façon fanfare municipale à ses chemises criardes froissées, de ses santiags en cuir rouge à ses jeans déchirés, rapiécé de morceaux de tissus imprimé-grand-mère. Ajoute à ça des grigris, des machins qui pendouillent, des osselets qui font "bling" et des bagouses plein les doigts et ce mec est un arbre de noël à lui tout seul.
C’est encore plus drôle quand il retire sa veste porte-bonheur pour enfiler son tablier à rayures roses et sa calotte de gentil vendeur de crèmes glacées.

Particularités éventuelles : Si vous le voyez nu  ( "Les chéries c'est à vous qu'on s'adresse !"), il  a un serpent tatoué en blanc qui part du creux des reins, sillonne  à coté de la colonne pour enrouler sa tête sur l'omoplate gauche.
(c'est l'un des serpents de ce dessin )

Psychologie


Défauts : "Chuis parfait, babe! tu vois pas ? 10/10 qu'on me donnerait !"
Ozzie est un beau parleur et même que parfois il contorsionne un peu la vérité pour ses propres intérêts. De là à le traiter de menteur... T'as une preuve ?
Notre bonhomme est du genre secret, fuyant. Dans le flots de sa conversation, il te noiera de futilités, de détails inutiles, d'anecdotes dont on ne sait pas bien finalement si elles sont vraies ou inventées. Il cause, mais jamais vraiment de lui, de ce qu'il pense, de ceux qu'il aime et de ce qui l'empêche de dormir la nuit. Hormis son frangin de zombie, Ozzie est un solitaire qui ne fait confiance à personne. Et alors ? Il ne fait qu'appliquer  son modèle économique à sa vie de tous les jours : le vrai pouvoir, c’est le Savoir.  Et le Savoir c'est de l'oseille.
Ozzie est vénal au dernier degré. Un bon deal ne peut être brisé... que par un meilleur deal encore. Girouette professionnelle, il va où l'arbre à billets fleurit le plus abondamment. C’est difficile de lui faire de respecter une allégeance, et c'est tout juste si la Baronne arrive à garder sous coupe ce chien fou en lui rappelant les vertus de la Grande Famille Vaudoun - et d'un couteau pointu entre les deux omoplates. Tant que ses intérêts convergent avec les tiens, t'as pas de soucis à te faire , Parole !

Qualités : Intelligent, retors même, c'est un homme prudent, patient et qui calcule souvent à long terme. On dirait pas sous ses airs de camé à la Marie-Jeanne, mais Ozzie est prévoyant.
Il n'est pas friand de violence. Il faut bien bosser, récolter la viande, tout ça. Mais de manière générale, ce n'est pas un adepte de baston : il essaiera toujours de parlementer dans une situation conflictuelle, d'en tirer quelque chose. Il est plus diplomate que ne le laisse deviner son allure. Il cerne plutôt bien la nature humaine et  est doué d'un sens de l'écoute assez rare. C'est aussi ce qui le rend dangereux : on a envie de ce confier à lui.
Croyances : Bosser dans le deal de tripailles l'a étrangement rendu végétarien... Allez comprendre !
Religion : Vaudoun pratiquant, il est affilié à Damballah-wèdo. Mais peu de personne sont au courant, il n'effectue pas ses petits rituels avec public.
Goûts : Les pistaches qu'il grignote à foison en laissant des coques partout, les belles femmes, la musique rock vintage dont il collectionne des trucs qu'on appelle CD, en général les objets anciens ont sa préférence.
Talents, savoirs notables :

  • Il dispose d'une formation médicale et d'un sens chirurgicale de l'anatomie.
  • Il cuisine un gombo louisianais  absolument merveilleux.
  • Ses glaces sont toutes faites maison par Pearl et c'est lui qui lui a montré le tour de main
  • Il est plus cultivé qu'il en l'air, lit beaucoup et a souvent un livre dans la poche.


(+) Espoirs, buts, rêves : LE FLOUZE ! Le reste il faudra le découvrir vous même...

(-) Angoisses, regrets, phobies :  Oswald se pense redevable éternellement auprès de son frère. Il se sent responsable de sa mort et s’est chargé de sa résurrection afin de veiller sur lui au delà de la mort. Il est tripophobe (la peur des petits trous) de manière extrêmement aiguë. Il est tombé amoureux une fois dans sa vie (mais de qui ? mystère...) et ne s’en est jamais remis vraiment.

Si on vous parle des Outres, vous réagissez comment ? "L'argent n'a pas d'odeur, leur possesseur non plus."
Et votre sentiment vis à vis des Normes ? "L'argent n'a pas d'odeur, leur possesseur non ... Hey ! Me fais pas répéter et bouffe ta glace !"
Êtes-vous satisfait de votre existence ?   J'ai pas à me plaindre
Possibles évolutions ou objectifs futurs : Qui vivra verra ! Moi j’aime vivre en tous les cas…

Particularités éventuelles : Ne touchez jamais à mon frère. JAMAIS.

Relations Sociales

Possesseur d'un Zombie ? Oui !

  • Nom du zombie : Pearl
  • Identité de son vivant:  Ange Bonaparte Symphor, le frère ainé d'Ozzie.
  • Description: Pearl est un géant tout en muscles, noir-albinos, qui a l'air sérieusement attardé (ce qui ne s’est pas arrangé avec sa zombification). Heritier bâtard d'une wiccan et d'un vaudoun, il avait hérité des talents de sa mère de son vivant dont une surprenante sensibilité aux faës. Il est tatoué dans le dos, à l'encre rouge avec le même tatouage que son cadet en image miroir (à droite donc).  Il porte éternellement le même marcel et la même salopette. C’est l'âme damnée d'Ozzie.


Relations particulières notables (et lien possible) :

  • Ozzie a pas mal de connexions auprès des hôpitaux et médecins de la ville, pour l'approvisionnement en organes.  Il a travaillé à la morgue de la Nouvelle-Orléans pendant quelques années avant de se « spécialiser » .
  • Il connait la Baronne et son entourage pour être régulièrement dans leur pattes. D’une certaine manière il est à la fois un électron libre et un atout de choix dans la manche de la leader vaudoun : il est un peu ses yeux et ses oreilles en dehors de la Vieille Plantation. Sous ses faux airs de rebelle à l‘autorité,  il est donc, en réalité tout à fait  rangé dans le rang. Tant que le rang fait fructifier ses activités.
  • Il a ses entrées de marque au Walhalla. Le plus gros marché noir de la ville pour le plus gros trafiquant d’organes du coin…
  • Il vit chez sa tante, Marie-Antoinette Symphor, une figure incontournable du Vieux Carré. Elle y a une boutique d’attrape-touristes. Ozzie et Pearl squatte une chambre au-dessus de l’échoppe.
  • Il y a eu une femme. LA femme (Toi peut-être ?). Mais il n'en parle jamais, il en crèverait. Il semblerait qu'il l'ai connu pendant qu'il faisait médecine et que ce soit une wiccane. Elle lui aurait volé quelque chose d'important en plus de son coeur. Il lui écrit régulièrement des lettres sans savoir si elle les reçoit , ni où elle est actuellement.



Antécédents :


Ce que l‘on sait d‘Ozzie Symphor, à peu près

A peu près pas grand-chose, mes agneaux. A peu près trois fois rien.
Un jour il a été là, son zombie de frère sur les talons. La place était libre pour son business alors il a joué des coudes pour se ménager un petit siège en velours au pied du trône des Barons et Baronnes successifs. Il est vendu avec les meubles et la couronne, il semblerait.
On murmure que c’est un ancien médecin marron, ou bien un infirmier qui n’a jamais terminé ses études. On dit aussi qu’il a bossé comme grouillot à la morgue de la ville. C’est peut-être bien un peu tout ça, pour ce qu’on en sait ?
De sur , c’est que sa famille est du coin depuis aussi loin que les premiers pilotis de cette ville de poux on été posés. Par les eaux, elle est venue, esclave puis affranchie, scellée dans la chaux des murs du vieux carré avec les blancs qui les ont exploités. Pieds nus dans le bayou, ils se sont enracinés et il ont vécu comme des damnés. Mambo de mère en fille, Uga de père en fils, par deux toujours ils errent, par les serpents jumeaux tatoués.
Jolie prose, hein ?
N’empêche qu’à part cette poésie on en voit plus trop la couleur des Symphor. La ville a grossi, les Révélations, petites et grandes, se sont succédées mais des Symphor en entend plus beaucoup causer.
Il y a bien Toinette Symphor, « Tatie Toinette » chez qui Ozzie a une piaule miteuse . Mais la vioque est un peu sénile et reste à s’éventer des heures devant sa vitrine de gris-gris à touristes, son gras solidement vissé à son rocking-chair, la même chanson dégeulasse d’une certaine Brittany Spears qui tourne en boucle sur un transistor antique.

« With a taste of your lips
I'm on a ride
You're toxic I'm slipping under
With a taste of a poison paradise
I'm addicted to you
Don't you know that you're toxic »


Pauvre vieille, y’a rien à en tirer.
Pourtant, parfois, si vous prêtez l’oreille et que vous forcez sur le rhum, ce qu’il faut , elle vous racontera une faribole sur son petit frère à propos de malédiction, d’amour interdit et d’imprécations magiques.

Ahahah… Sacrée Toinette ! C’est pas la dernière pour picoler !



Ozzie Symphor, l’histoire un peu plus vraie  :

Une volute de fumée grasse pimente l’air : herbes opiacées, feuilles-rêves, champignons. Le cocktail parfait pour une confession. La belle plante roulée dans les draps plane à pleins tubes. Sa peau de nacre s’est encanaillé pour une nuit avec ce joli petit cul de négro qui, posément, c’est assis au bord du lit. Il fume, le profil songeur.

- A quoi tu penses, chou ?
- Aux vicissitudes du boulot, poupée…
- C’est si dure que ça de vendre de la crème glacée ?
- T’as pas idée.
- Raconte-moi…
- T’sais, dans ma famille on a des règles, des responsabilités, des putains d’traditions. Ça pèse sur le taff.
- Genre comme des recettes de familles ?
-… Ouais on va dire ça, ouais.


Il poursuit après avoir porté la clope à ses lèvres. Tranquillement, il dénoyaute une des pistaches qu’il a piquée dans le ramequin sur la table de nuit.

- On nait par paire chez nous, on fait tout par deux. Au départ c’était des jumeaux, mais avec le temps et le sang qui s’affaiblissait, ça a été moins le cas.  Et puis y’a eu mon vieux. On lui a collé ma mère dans les pattes, mariage arrangé pour préserver la lignée, tout ça… Mais ce couillon il avait le cœur aux bords des lèvres pour une blanche et pas n‘importe quelle poule :  une de ces wiccans,  rouquine enflammée avec la gueule criblée. Il en était dingue.
- Attend une .. Les sorcières là ?
- Ué.. Dis, tu veux pas la fermer ? Je cause. Contente toi d’être jolie à poil …


Il lui claque une fesse tout en mastiquant sa pistache. Elle rit, elle est un peu trop vaporeuse pour vraiment imprimer ce qu’il lui raconte. Elle se laisse docilement aller un peu plus à sa langueur, féline, bercée par ses mots.

- Et tu sais le pire ? C’est qu’il l’a engrossée. J’peux te dire que ma mère a pas aimé, surtout qu’elle, elle avait le bidou vide : j’étais pas encore né. Imagine si j'avais pas hérité de la lignée ? Elle est allée piquer une crise à toute la communauté vaudoun, a invoqué Erzulie Dantor pour une petite malédiction des familles. Elle remplissait tout les QCM pour femmes bafouées, alors la hot-line sacrée lui a accordé sa menue vengeance.

Il renifle.

- Et Ange est né.
-  …Qui ?
- Shhhh… Laisse toi porter par l’histoire, putain ! Ange, donc. Mon frangin. P’pa a arrêté ses conneries quand il a vu la tronche du bestiau. Il a quitté sa rousse, il a turbiné ma reum et pof. J’étais là pour sauver l‘honneur. Mais Ange avait pas disparu et malgré ses trois ans de plus que moi, il avait l’air encore tout frais moulu . Il était blafard, les yeux blanchis et la peau délavée. Il était pas foutu de faire ses lacets à dix piges ni de bouffer seul à treize. Et très vite, j’ai saisi que du statut d’ainé il avait qu’le nom.  Il était pas méchant, ceci dit. : doux comme un cabri, pépiant avec les oiseaux et s’amusant à faire des pâtés dans la gadoue.  Et puis surtout… Surtout il causait à ses propres "esprits" comme si il les voyait de près. Comme ça.. Tac tac ! Sans filtre ! Il avait la magie innée. D'la magie wiccane tu vois ?
- La magie… née.
Elle baille à s’en décrocher la mâchoire et sa tête dodeline sur le lit, irrésistiblement.
- Ouais, la magie. Moi, tu vois j’ai pas vraiment de talent, chuis un vaudoun somme toute lambda. J’avais pas sa magie-douce, en tous les cas. Je besognais mes vévés et quelques invocations maladroites quand lui conversait avec le divin : c’était comme  un baiser de l’autre monde direct sur son front. J'y comprenais rien. Bref... J’ai cru qu’il tiendrai la dragée haute à not’ mère rendue veuve. Je suis partie creuser mon trou comme un norme, à la fac de médecine. J’voulais jouer l’égoïste un peu, tu vois, prendre mes propres chemins de traverse plutôt que de subir la voie familiale toute tracée. Vivre pour moi, un peu : j’avais torché son cul d’albinos toute ma vie. J’avais droit à un peu de temps perso…

Il soupire en secouant la tête, écrasant son mégot dans la même coupelle que les pistaches qui restent.

- J’ai regretté. Je regrette toujours d’ailleurs. C’était pas l’choix à faire.

Il a un rire sans joie, grave et un peu trouble.

- Ma reum l’a butté, sec. Poison. Sa trombine d’attardé au quotidien ça avait été le calvaire d’une vie. J’étais le dernier rempart à sa haine. Le dernier. Et comme un salaud, j’me suis tiré. Elle l’a lentement empoisonné  avec de la mort au rat dans son porridge matinal. La pute vicieuse. Elle a jamais su voir ce qui était beau et gracieux en Ange. Jamais ! J’peux dire que quand chuis rentré, j’étais colère. J’ai rappelé à cette salope qu’elle était juste un utérus et qu’elle avait fait son temps. J’ai d’ailleurs commencé mon biz’ en troquant ses abatis.

- Hum….


Il a un regard désabusé pour la belle ensuquée d’un sommeil tout sauf naturel.

- J’te raconte ma vie et c’est tout l’effet que ça te fait ? T’es pas chiée, dis…

Il se lève, enfile son futal et ouvre la porte. Derrière, sagement assis sur une chaise, les genoux bien d’équerre l’un contre l’autre, attend  « Pearl ». Comme un lévrier bien éduqué, le zombie se dresse d‘un seul tenant, en apercevant son maitre. Il porte un tablier en cuir et des gants de vaisselle en caoutchouc.

- Elle est prête, frangin, tu peux découper.

Ozzie ébouriffe la toison blanche qui orne le sommet de ce crâne de bambin joufflu, format « king size » .

- T’as été bien sage, Pearl. Quand on l’aura réfrigérée, on ira cueillir des pommes au Verger et nourrir tes oiseaux, ok ?

Un instant il s’imagine que le visage de l’albinos s’illumine de cette joie enfantine qui lui était propre . Avant de ce rappeler qu’Ange n’a plus rien de  vivant et que de son sourire plein d’une solide confiance, il ne reste que des coques de pistaches vides. Ozzie allume alors son téléphone portable pour y faire cracher quelques notes d'un blues old school qui couvre bientôt les bruits de scie sauteuse.

Ils ont du pain sur la planche.




Ozzie Symphor, l’histoire secrète  :






Extrait d'une lettre qui s'est perdue... a écrit:
Mon père était un égoïste. Coeur d’artichaut éternel, je n'ai jamais cru à l'intensité de ses sentiments pour la fameuse "rousse" qu'il évoquait, fiévreux, sur son lit de mort. Mon père n'a jamais aimé que lui même, à mon humble avis. Si il avait eut ce genre de sentiments pour d'autres, on en aurait eu quelques miettes mon frangin et moi. Mais non. La "rousse" avait tout aspiré et je l'imagine parfois se pourléchant les babines en suçant la moelle des os de ce pauvre bougre. Foutue sorcière.
Les femmes sont des poisons.
Si je n'avais pas été convaincu de la chose en jalousant cette chimère wiccane, je l'aurais vite compris en observant ma mère. Calculatrice, envieuse, aigrie. Elle aurait pu être jolie si ce cancer sentimental ne la rongeait pas depuis toujours. Au bout d'un moment, ta gueule marque, c'est forcé. Le "vrai toi" imprime la chair, déforme la peau tendue : tu pourris, tu te flétris de l'intérieur. Tu ne peux plus faire illusion.

Et pourtant, toi,  tu y parviens sans mal.

Ta laideur intérieure est arrivée à un tel point d'expression qu'elle nourrit ton ineffable beauté. T'es belle à crever, ma douce, mon parfum de cimetière, Ma Jolie-Mort. Et je crève encore de t'avoir cédée. Tu sais tout de moi, Tout. Et moi je suis nu, faible et désemparé. Il faut croire que les rouquines blafardes, c'est notre point faible dans cette famille. Tu sais tout et moi je n'apprends rien. Je subis ta présence et ton absence de présence comme un drogué dépendant de sa dose. Je suis à ta merci, comme un chien de zombie. Je te hais, je te hais si fort ! Tu m'as approché avec toute la patience de la mante-religieuse, tricotant ton piège, prenant ton temps. J'y ai cru à tes sourires, ton humour débile, tes drôles de fossettes quand tu ris. J'ai cru à tes larmes, à tes doutes, à tes bras pelotonnés contre mon torse. J'ai cru à ta normalité, si naturelle, si réconfortante, si loin de mon monde. Séduisante.
J'éspère que tu profites bien de ce que tu m'as volé.
Crois-moi, ma douce, tu m'as baisé une fois mais grâce à toi, personne n'y arrivera jamais plus. L'enseignement est cher payé : j'ai le coeur en poudre. Déshydraté. Sec. Et l'esprit au clair. Il parait que nos deux "familles" sont plus proches que tu ne le crois. C’est la Grande-Grande Révélation qui le dit : Vaudouns et Wiccans, une poignée de trous-du-cul pour faire face aux démons. On est des irradiés pareils, mon amour. On est des cartes faussées. Tu vaux pas mieux que moi, catin mirifique.
Jamais je ne souhaiterais remplacer la place que tu as noirci dans mon coeur avec ton brasier. C’est mort, rien ne repoussera. Jamais.

Bien à toi Salope Immonde.
Je t' Haime.
Ne crève pas avant que je te retrouve. Le plaisir de te tuer me revient.

Ton Magicien d'Oz'





Pearl, L'histoire inconnue :



J'ai compris votre présence bien avant que vous ne veniez à nous. Heureux sont les prophètes ! Parfois je me pose dans le Verger et j'écoute vos murmures. Vous n'êtes pas des esprits, pas des loas, ni des fantômes. Vous êtes mes amis. Vous écoutez mes propres silences pendant que je cueille mes pommes et entretiens les arbres du Verger. Inutile de savoir parler.
Ma parole à moi n'a jamais touché les êtres. Je suis resté muet. Je n'ai pu qu'observer : mon père et son regard d'enfant perdu, ma mère s'abîmant sur sa haine et mon petit frère. Mon petit frère si prudent, si inquiet, qu'il s'est toujours empêché de rêver trop fort. Son amour brusque et dévoué, sa culpabilité, qui l'enchaine à moi et le fait sombrer dans les marais d'une bien étrange vie. J'aurais voulu autre chose pour ce petit garçon toujours trop sérieux. Un gâteau à la banane spongieux sur la table du gouter. Une balançoire dans le jardin. Une femme pour l'aimer avec sincérité. Un verger bien à nous. Une existence plus simple.
Je n'ai pas pu le lui exprimer. Mes mots sont resté gourds, informulés sur ma langue.
Ma clairvoyance aurait sans doute été dangereuse pour le monde ordinaire. Les Loas m'ont entravé à dessein, pour un plus juste équilibre, je le sais. Vivant, comme mort, j'accepte mon sort de Témoin. Je ne suis plus en mesure d'influer sur rien, tout juste à calmer les froides suées d'Oswald, lorsque sa conscience le rattrape trop vite.
Mon petit frère, je l'aime, tu sais.


La pixie assise sur le bout du nez du zombie pousse une petit soupir. En guise de réponse, elle s'étire langoureusement comme si elle sortait d'une sieste. Pourtant c'est avec douceur qu'elle lui embrasse le bout du nez avant de s'envoler.

Dans le dos de Pearl, les broussailles s'agite sous le pas de bottines en cuir.

- Allez frangin, on décolle ! Lève ton gros cul d'pachyderme ou tu vas t'enraciner comme tes arbres !


Pearl se lève avec lenteur tout en ramassant le panier de pommes qu'il vient de cueillir. Ozzie en attrape une qu'il croque sans ménagement.

- Un jour on se fera gauler en flagrant délit d'jardinage ! On aura l'air bien cons !

Ses éclats de rire se perdent dans l'air frais qui fraichit en cette fin de journée. Le zombie suit son frère, sans un regard en arrière. Il sait où retrouver ses confesseurs.







- Bas les Masques -


Derrière l'écran, vous êtes : Nephyla
Vous serez souvent là avec nous ? Aléatoirement mais de manière régulière (plus flou tu meurs XD). Tout dépend de mon travail qui parfois m’amène à me retirer d’internet pendant plusieurs semaines. Ce qui est sur c’est que je ne m’engagerais que sur ce que je peux jouer régulièrement.
Comment avez-vous connu Voodoo Child ? En suivant une vile tentatrice métamorphe.
Avez-vous déjà un double/multi compte ? Les dieux m’en préservent (j’dis ça et dans quelques mois….)
Avez-vous des suggestions, des questions, des compliments ou des tomates à nous jeter à la figure ? C’est touffu, on s’y noie un poil, mais le contexte est inspirant ! Je n’ai point l’habitude de fiche aussi précise (dans le sens avec autant d‘informations), ça m’a demandé un peu plus de travail que mon habituel « tout au feeling ». Néanmoins je me laisse le choix de garder certaine zones d’ombres, j’espère que ça ne coincera pas ^^

Vous attestez avoir lu le règlement, et vous engagez à l'appliquer à-la-lettre ? Croix de bois , croix de fer, si je mens… ah bah.. En fait on est déjà en Enfer !


Dernière édition par Ozzie Symphor le Jeu 14 Avr - 22:40, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Ozzie Symphor    Sam 12 Mar - 10:23

Bonjour !
Je préviens simplement le staff que je bouclerais ma fiche plutôt la semaine prochaine. Qu'ils ne s'inquiètent pas (ni ne me suppriment), j'ai une IRL un peu copieuse en ce mois de mars ^^
Revenir en haut Aller en bas
Ailin Dyce
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Maîtresse Vampire, ex-strip-teaseuse aux Plaisirs Coupables
Age apparent: 21 ans
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: Ozzie Symphor    Sam 12 Mar - 10:25

C'est bien noté pas de problème :) bon courage !
_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3339-ailin-dyce
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Ozzie Symphor    Ven 18 Mar - 23:52

Je crois que j'en suis venue à bout ! j’espère que je suis allée assez dans les détails. Je corrigerais mes fautes demains avec l'esprit un peu reposé^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Ozzie Symphor    Mar 22 Mar - 18:51

Je préviens juste que je disparais loin de mon ordinateur de mercredi soir au 29 dans l'après-midi. Je ne sais pas si ma fiche aura été lue ou validée d'ici là. Si il y a des modifications à effectuer ce sera donc pour après le 29 mars !^^
Revenir en haut Aller en bas
Bess Butler
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Tutrice
Age apparent: Trentaine
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: Ozzie Symphor    Mar 22 Mar - 22:46

Yo !

On s'est posés sur ta fiche (que j'ai beaucoup aimée d'ailleurs Very Happy) et il y a quelques petits trucs à changer avant de procéder !

Il nous manque un petit quelque chose sur la Grande Révélation, le Coming Out des Faës, mais aussi sur cet "amour" qui l'a laissé malheureux. Y'a du mystère, mais s'il y avait une mention dans l'histoire ça serait bien (on assume tout de même que ça l'a beaucoup perturbé n'est-ce pas ?).

Allez mon grand on y est presque ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3661-bess-butler
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Ozzie Symphor    Mer 23 Mar - 10:17

Bonjour Jolie Mamezelle !
(Et merci d'avoir aimé cette fiche ^^)

Je me mets aux corrections sous peu (pour "La" femme je souhaite laisser sa nature floue à dessein. Ce sera pour qui souhaite s'engouffrer dans ce lien ^^. Mais je vais ajouter un petit quelque chose sous forme d'anecdotes comme pour les deux "morceaux " des antécédents.)

J'ai hâte de vous rejoindre *0*//
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Ozzie Symphor    Jeu 31 Mar - 12:07

Eeeeeeet , finalement après un bon petit mois de badinages... C'est BON ! J'ai fini, j'ai corrigé et j’espère que ça vous conviendra ^^
Revenir en haut Aller en bas
Ailin Dyce
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Maîtresse Vampire, ex-strip-teaseuse aux Plaisirs Coupables
Age apparent: 21 ans
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: Ozzie Symphor    Jeu 31 Mar - 13:07

Yay gg ! /o/

Alors une petite précision tout de même : les faës (sauf les goules) n'aiment pas du tout les mort-vivants à la base. Ils les dégoûtent viscéralement comme ce sont des êtres "contre-nature". Après ta pixie pourra toujours être un peu bizarre (question faës marginaux on a pas mal d'exemples sur le forum), mais il faut tout de même prendre en compte ce détail. Rien qui m'empêche de te valider cela dit !

Donc c'est tout bon et il te faut maintenant :

  • Créer ton Carnet Mondain, ton Inventaire et tes Correspondances.
  • Générer ta fiche d'identification dans ton profil (n'oublie pas de compléter ton profil avec les liens vers ta fiche, carnet mondain et inventaire).
  • Une fois la fiche générée, tu peux faire une demande de niveau de dangerosité, dans le topic correspondant de la section Carnet Mondain.
  • Tu peux te faire de l'oseille en votant pour nous sur les topsites. Pour savoir comment gonfler son porte-monnaie virtuel, il y a un topic dédié dans la section de l'Inventaire.
  • Si tu le souhaites tu peux aussi créer ton profil Tour de Jeu en indiquant que tu joues chez nous.

Tu pourras demander un accès au groupe skype.

Pense à t'abonner à la newsletter via ton profil et au topic suivant (obligatoire) : Le Journal du Forum. Cela te permettra de t'informer facilement des dernières nouveautés !
_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3339-ailin-dyce
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Ozzie Symphor    Jeu 31 Mar - 13:14

Merci pour cette validation !
(je pense qu'Ange "parle" aux Faës depuis sa plus tendre enfance de par sa nature mêlée. Je pense que ce sont des liens établis bien avant sa mort)

Plein de chose à écrire encore !!! *0*//
Revenir en haut Aller en bas
 

Ozzie Symphor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ DISTRIBUTION ¤ :: ║Registre║ :: Le recensement :: Questionnaires validés :: Outres-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit