AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Les braises de la Mort [PV Evie] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rose Allen
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Oogie Boogie Club
Age apparent: Vingtaine
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Les braises de la Mort [PV Evie] [Terminé]   Jeu 3 Mar - 8:33

Le Oogie Boogie Club, le lieu de prédilection des Vodouns de la Nouvelle Orléans ainsi que de leurs sympathisants, propriété de La Baronne qui veille farouchement sur son bien, ici l'on vient pour danser et faire des rencontres, souvent inoubliables à l'exception de ce que vous pourriez consommer et qui vous ferait oublier jusqu'à votre nom. Cela faisait déjà plusieurs mois que Rose y travaillait comme serveuse à plein temps, alternant d'une salle à l'autre selon les besoins et un planning minutieusement réglé. Ce soir elle avait droit au Blues Brothers qui était à ses yeux la salle "intermédiaire" entre ceux qui aspiraient à danser et ceux qui espérait pouvoir faire bien plus, un bon compromis avec son ambiance chaude et ses lumières tamisées, ses barres transversales, ses cages et, surtout, sa piste où les corps dansaient en collé serré, moites de sueur passé une certaine heure de la nuit. Tout cela aurait pu paraitre oppressant au premier abord, mais très vite on se laissait gagner par cette sensation étrange que tout ici était normal, on plongeait en quelque sorte dans une autre époque, transporté dans un lieu différent, là où chacun pouvait laisser aller certaines pensées et certains gestes sans se retrouver avec une plainte au cul. Rose s'y était vite faite et ce soir elle était ravie d'y être de service, allant et venant entre le comptoir du bar et les clients éparpillés un peu partout. Son agilité et son sens de l'équilibre, prodigués à la fois par son animal totem et des années de perfectionnement, lui permettent d'esquiver tous les dangers quand ils arrivent à proximité. Hélas, il arrive parfois qu'à cause de sa vue passablement mauvaise en ambiance tamisée -comme c'est le cas dans cette salle- elle ne voit que trop tard un obstacle et seuls ses réflexes lui permettent alors d'éviter le pire. Il y a du monde ce soir, le barman est passablement bien occupé et la piste déborde presque, l'ambiance est déjà en place et tout le monde semble s'amuser. Quelques couples roucoulent ici et là dans les coins, d'autres s'en donnent à cœur joie dans des danses que la morale pourrait réprouver et les clients n'ont de cesse de savourer leur bonheur d'être vivant et de pouvoir s'amuser comme ils l'entendent. Dans toute cette agitation presque organisée, une couleur pourtant se fait remarquer plus vivement que les autres, peut-être parce que c'est l'une de celles qui se remarque en premier, que l’œil capte en priorité, mais en tout cas la rétine de la serveuse ne peut qu'accrocher cette silhouette et la suivre brièvement du regard. Un nouveau client ? Non, une, même si cela parait difficile à déterminer, la finesse des traits et de légères courbes permettent de s'en assurer, la silhouette longue et élancée ajoute à une sorte de majesté, de présence qui en impose sans le vouloir, semble-t-il. Rose cligne des paupières, ses yeux ambres suivant les cheveux rouges au point de presque rêvasser au milieu du passage. On claque des doigts à quelques mètres de là, on l'appelle par son nom, choses qui ont le don de lui faire immédiatement tourner la tête. Le barman a besoin d'elle, un dernier regard à la silhouette qui approche par ici et voilà notre serveuse qui s'éloigne rapidement, direction le comptoir pour aller assurer le service.

Dernière édition par Rose Allen le Dim 6 Mar - 18:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4186-rose-allen-termine#69603
Evie Methali
Vodouns
avatar

Vodouns


MessageSujet: Re: Les braises de la Mort [PV Evie] [Terminé]   Jeu 3 Mar - 18:41

Il n'y a rien de mieux qu'une bonne soirée arrosée pour fêter son premier salaire. Enfin, si réel salaire il y avait, elle aurait été ravie de tout dépenser dans la minute. Sauf qu'étant chez son paternel, difficile en effet de garder soigneusement les fruits de son travail. Le con lui faisait payer le loyer, l'électricité et l'eau, ainsi que toutes ses fournitures. Alors oui, elle travaillait dans le grenier, mais elle se servait plus de bougies que de la pitoyable lampe électrique qui l'aveuglait plus qu'autre chose lorsque allumée.
Non, son père avait décidé de prendre plus de la moitié de ce qu'elle gagnait, parce qu'il avait eu la bonne volonté de l'accueillir sous son toit. Salaud. Enfin bref. Ce soir, l'heure était à la fête, du moins, elle le souhaitait grandement. Elle travaillait depuis maintenant trois semaines dans le grenier de son père, et avait eu quelques clients. Ce qu'il lui restait d'argent gagné, elle l'avait en poche. Maintenant, plus qu'à sélectionner le bar.

Ce soir n'était pas comme d'habitude. Elle traînait déjà beaucoup au Trick, mais n'avait pas soif de la bonne bière qu'on y servait... Ce soir, elle voulait aller dans un endroit qu'elle n'avait pas encore fréquenté. Ce soir, elle avait l'intention de marquer son territoire là-bas, que ce soit avec urine ou vomi, elle finirait cuite comme la dinde de thanksgiving. Le fait que le bar soit aussi distant du centre ville lui donnerait aussi une excuse pour sauter sur le, la ou lae premier.e venu.e pour se voir hébergée le reste de la nuit... Enfin, en théorie ça ne serait pas désagréable. De plus, elle serait plus dans son élément qu'entourée d'autres Outres qui n'aimaient pas forcément la présence de réanimateurs dans le coin; soit par dégoût ou snobisme, c'était toujours un peu pareil. Une fois qu'on apprenait qu'elle n'était pas une banale norme, les comportements avaient tendance à changer. Pas avec tout le monde, mais quand même.

Elle planta fermement ses doc martens dans le sol, mains sur les hanches, et tête dressée. Voilà, l'Oogie Boogie club. Territoire inconnu, et pourtant elle se sentait déjà à l'aise avant même de rentrer. Pour l'occasion, elle avait un peu exagéré sur la tenue. Les docs jusqu'aux mollets, les bas résilles et la mini-jupe en vinyle rouge... Ouais, ce soir elle se lâchait. Elle ajusta le col de sa chemise noire et resserra les mitaines en cuir qui ornaient ses mains... Plus qu'à s'y mettre.

Elle n'avait pas fait un pas à l'intérieur qu'elle avait été assaillie par de la fumée... Ca, et des paillettes. Elle ne pu s'empêcher de rire en voyant des corps se mouvoir frénétiquement aux sons qui faisaient palpiter ses veines. Des néons colorés ornaient les murs, des décorations lumineuses attiraient ses yeux, alors que les corps de nombreux individus bougeaient devant elle, anarchiques et sublimes. Pourquoi n'avait-elle jamais mis les pieds ici avant?
Elle se glissa dans la foule, dansant en avançant, regardant la configuration des lieux. Toute cette agitation la rendait euphorique. Et l'endroit était si grand! Elle n'avait aucune idée que les dires sur ce lieu n'étaient pas exagérés! Mais il y avait encore d'autres salles à explorer! Mais avant tout... Première boisson de la soirée.
Elle demanda deux verres du cocktail le plus fort qu'ils aient. Elle bu le premier goulûment, et se retourna en sirotant le second. "Un pour moi et un pour la route" dira-t-on. Elle observa la foule et le décor, se sentant tout de même assez dans son élément. Mais il y avait encore beaucoup de choses à voir dans ce club; inutile de tout voir en une soirée, cependant elle demeurait curieuse quand à la prochaine salle.

Elle s'extirpa non sans mal de la piste une fois son verre fini, afin de se diriger vers une autre salle. Là, c'était... Autre chose. Son sourire monta jusqu'à ses oreilles. Lumières tamisées, chaudes, sensuelles? Cages? Barres verticales... Avait-on créé cette salle pour elle?
Elle fit un pas, puis un autre, et là voilà entourée de corps mouvants avec une sensualité bien différente de la salle précédente. Ici, les gens n'hésitent pas, et savent ce qu'ils veulent. Des regards se tournent vers elle, des sourires l'invitent, et voilà qu'elle danse. Le contact est là, on répond à sa main qui se pose sur une hanche, à un rire et à un murmure. En voilà une belle découverte: une jeune femme bien en chair, dans des vêtements amples mais élégants, brillants de petites pierres colorées autour du col. Elles dansent ensemble un bon temps, se tiennent, se collent, s'éloignent, se rapprochent. Puis elles prennent la main d'un autre, et il rejoint la danse... Puis un autre, puis une autre... Jusqu'au point où elle à l'impression d'être au centre d'un harem. Elle tourne et danse, rit et laisse les pieds la guider contre les corps qui l'encerclent.
Il n'y a pas d'ordre, ni de clarté dans ses gestes; elle se laisse porter par l'euphorie suave qui a rejoint les autres danseurs. Ils ne sont peut-être qu'une poignée dans la foule, mais avec eux, elle se sent comme au centre du monde.

La musique passe, et elle se rapproche de la première jeune femme. Elle lui glisse un mot dans l'oreille et se détache du groupe qui a déjà reprit une nouvelle danse, se divisant, se mêlant au reste des danseurs, comme si leur instant n'avait jamais existé. Au jour le jour, comme il le fallait! Elle reprit son souffle, se sentant transpirer légèrement. Elle devait avoir les joues aussi rouges que ses cheveux, et pourtant elle n'avait bu que deux verres. Etait-ce l'atmosphère et l'euphorie qui lui avaient fait un tel effet? Et d'ailleurs... Combien de temps venait-elle de danser? Elle n'avait pas la moindre idée, mais elle était sûre d'une chose : elle avait soif!
Se pointer au comptoir ne fut cependant pas la meilleure idée qu'elle ait jamais eu. Il y avait du monde. Vraiment beaucoup de monde. Le barman servait à plein temps visiblement, et des serveuses marchaient d'un pas rapide à droite et à gauche, évitant les foules dansantes. Plus qu'à faire la queue pour la vodoun alors. Elle observa la piste, toujours le sourire aux lèvres, sentant l'euphorie baisser petit à petit. Elle contempla les couples s'éloigner des autres danseurs, leva les yeux vers les cages avec un sourire envieux.

Une main sur son postérieur la secoua de sa rêverie. Se tournant, elle fit face à un homme assez fin, élégant, portant une chemise bien ouverte sur ses poils de torses. Hm, elle se sentait pas de côtoyer des poilus ce soir... Ni même des hommes tout court d'ailleurs. Elle lui tapota l'épaule amicalement en secouant sa tête. Si le geste n'avait pas suffit, son regard un peu plat aurait dissuadé n'importe qui de le refaire. Oui on pouvait presque tout oser ici, mais le consentement restait primordial, n'est-ce pas.
Elle réalisa alors qu'elle ne connaissait rien des boissons proposées dans le bar, et avait juste demandé (en bonne soiffarde qu'elle était) qu'on lui serve un cocktail fort... Et vu le nombre de gens qu'il y avait, elle ne pouvait pas attendre la dernière seconde pour se décider. Passant encore un oeil sur la salle, elle repéra une serveuse qui faisait le tour, et qui revint vers le bar. Elle se glissa vers elle sans pour autant trop s'éloigner de sa place dans la file d'attente. Doucement elle tapota son épaule et lui demanda :

"Excusez-moi? Je ne suis pas encore familière avec les boissons que vous servez ici... Puis-je juste demander le nom du cocktail le plus fort que vous avez? Que je ne me trouve pas à chercher pendant vingt minutes une fois mon tour arrivé?"

Elle lui sourit, la requête étant tout à fait sincère. Oui elle voulait boire quelque chose de fort, et aurait pu demander cela au barman... Mais elle avait aussi envie de se familiariser avec les employés - après tout, elle deviendrait sans doute une cliente régulière. Cela dit elle dû se retenir d'être trop familière avec la serveuse; bien qu'ici tout le monde soit de bonne humeur, elle savait ce que c'était de se faire draguer à longueur de service.

"Si ce n'est pas trop demandé, bien sûr."
Revenir en haut Aller en bas
Rose Allen
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Oogie Boogie Club
Age apparent: Vingtaine
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Les braises de la Mort [PV Evie] [Terminé]   Jeu 3 Mar - 19:53

Il y avait un monde fou ce soir, le club allait probablement faire salles combles et c'était une excellente chose, mais cela demandait également au personnel de redoubler d'ardeur au travail et de se montrer plus réactif et rapide à s'exécuter. Rose se dirigeait vers le comptoir d'un pas vif et mesuré, lorsqu'une main lui tapota l'épaule, la faisant se retourner et ouvrir des yeux surpris. C'était la femme aux cheveux rouges qu'elle avait repéré l'instant d'avant, peut-être n'avait-elle pas appréciée de se faire ainsi fixer par une employée ? La cliente rassura pourtant la serveuse en lui demandant le nom de leur cocktail le plus fort, ce qui ne manqua pas de faire sourire la Métamorphe : ça sentait la bonne vivante qui a envie de s'éclater ça. Vu le monde au comptoir, Rose ne pouvait que comprendre son désir d'anticiper sur le temps que risquait de prendre sa commande, mais le barman était heureusement un rapide et il aurait contenté tout le monde en moins de dix minutes malgré la foule qui s'agglutinait autour de lui.

- Non ce n'est pas trop demandé voyons, c'est tout à fait normal comme question.

La jeune femme sourit en retour à celle aux cheveux rouges, appréciant sa tenue relativement provocante, le genre qu'elle-même ne mettrait jamais sous peine de rougir de gêne et d'en perdre ses moyens. Elle entendit qu'on l'appelait et fit un bref signe en direction du bar avant de reporter son attention sur la cliente, lui décochant un sourire aussi chaleureux que doux.

- Tout dépend de vos goûts pour le cocktail, mais on dit que le Kalachnikov est excellent pour sentir tout de suite l'alcool monter. Venez avec moi, je vais vous servir avec les autres.

Et voilà la Métamorphe qui tourne les talons, l'enjoignant d'un signe de tête à la suivre, contournant la masse de clients amassés le long du comptoir en indiquant à la femme où venir se placer, à savoir près du battant de bois qu'on relevait pour permettre aux employés de passer. Rose s'excusa auprès du barman et entreprit de l'aider à faire le service aussi vite que possible, encaissant l'argent et déposant les commandes au fur et à mesure que l'homme les préparait, un véritable spectacle tant il allait vite et s'en donnait à cœur joie, décochant des sourires et des clins d’œil autant aux hommes qu'aux femmes : pas de jaloux avec la clientèle, il fallait contenter tout le monde. Il s'occupa de la commande de Evie en découpant une rondelle de citron qu'il saupoudra de sucre en poudre, puis y fit couler quelques gouttes d'absinthe, piqua la tranche avec une fourchette pour ensuite le faire flamber. Tandis qu'il flambait il saupoudra de cannelle, ce qui provoqua une pétarade ou un crépitement ressemblant au bruit de l'arme à feu du même nom que le cocktail... laissant une trace de goût sur le citron. Une fois le citron éteint, Rose revint vers "sa" cliente et déposa devant elle le cocktail, lui donnant le montant pour ensuite l'encaisser, non sans ajouter une précision.

- Il faut boire la vodka cul-sec et ensuite manger la tranche de citron dès que le verre est vide sans perdre une seconde. Effet garantie.

La Métamorphe eut un sourire amusé, elle ne buvait pour ainsi dire jamais d'alcool et voir les gens capables d'en absorber des quantités sans rouler sur la table l'impressionnait toujours autant.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4186-rose-allen-termine#69603
Evie Methali
Vodouns
avatar

Vodouns


MessageSujet: Re: Les braises de la Mort [PV Evie] [Terminé]   Jeu 3 Mar - 22:10

Si on avait dit que juste réclamer le nom d'une boisson forte lui vaudrait de se faire guider par la serveuse et d'aller vers un allé simple d'observation de l'art du barman, elle aurait rit, mais elle y aurait cru, sans doute.
Alors comme ça c'était normal comme question? Elle avait l'impression d'être une novice, et pourtant, malgré son jeune âge elle en avait vu des bars et des tavernes... Bien que normalement elle aurait arboré une tenue moins osée, et se serait limitée à une quantité astronomique de bière et rien d'autre. Enfin, il fallait bien fêter son salaire correctement. Kalachnikov? Ca lui disait quelque chose, mais d'où? Aucune idée, en voilà une bonne chose! Si l'effet était tel qu'elle le disait, alors il était logique qu'elle ait un trou noir quand à sa dernière consommation de ce cocktail. Elle ne pu se retenir d'hocher la tête avec un large sourire.

Suivant la serveuse aux yeux intrigants, elle se laissa porter par la musique et son parfum, se posant au bout du comptoir où les employés passaient avec le battant. Elle contempla alors que la jeune femme se mise au travail pour aider le barman. Ses yeux glissèrent inévitablement sur les mains du dit barman. La dextérité et l'agilité dont il faisait preuve c'était... Excitant. Elle ne pu s'empêcher de donner un coup de coude à son voisin de comptoir, indiquant d'un mouvement de tête le barman.

"Jaloux hein?"

Elle se lécha les lèvres sous le regard intrigué de l'homme, qui lui sourit en réponse. Tant de potentiel en ce lieu! Elle pourrait se faire n'importe qui, en n'importe quel nombre! C'était génial! Son attention fut détournée vers son verre lorsqu'il arriva. Elle avait vu du coin de l'oeil ce que le barman avait fait à la tranche de citron. Voilà qu'elle se souvenait de ça, du son lui-même, mais pas des événements qui avaient suivis. Bon signe.

Elle paya sans attendre, et hocha la tête aux instructions. Elle se souvenait de ça au moins. Elle fit comme suggéré et bu le verre sans en rater une goutte, puis mordit dans le citron. Eh bien voilà pourquoi elle ne s'était pas souvenue de sa dernière soirée cocktails. Elle avait la gorge en feu, et avait l'impression d'être invincible. Elle pointa du doigt la serveuse avec un sourire carnassier féroce.

"Vous... Êtes une très bonne conseillère pour boire! Je reviendrais reprendre la même chose dans quelques minutes... D'abord..."

Elle se tourna vers la salle et repéra sans mal la jeune femme bien en chair qu'elle avait côtoyé avant. Son sourire s'élargit alors qu'elle vit qu'elle dansait avec l'homme velu de tout à l'heure. Hors de question qu'elle laisse faire.

"J'ai une requête à faire auprès d'une sublime jeune femme."

Elle se retourna vers la serveuse avec un clin d'oeil puis disparut dans la foule. Elle avait l'impression d'être dans un océan de corps, chauds, humides, blindés d'hormones... Il y avait des choses très simples en ce monde : la nature humaine en faisait partie. Tout tournait autour du cul depuis des millénaires, ce n'était pas ce soir que ça allait changer.

Elle ne dansa pas deux minutes avec la jeune femme de tout à l'heure qu'elles s'étaient isolées du reste des danseurs, dont le velu qui partit bredouille. Ha! Prends ça l'hétéro!
Elles restèrent dans la nuée quelques temps, à danser, rire, s'enlacer, s'embrasser. Avec Evie, tout allait généralement très vite. Ce ne fut pas surprenant qu'elles disparaissent quelques temps, hors de la foule.
Une fois revenues, la jeune femme l'embrassa, et la repoussa avec un sourire. Au jour le jour, comme il le fallait. Evie se lécha les babines, le goût encore si particulier encré dans ses papilles. En voilà une relation qui fut plaisante! Maintenant elle avait soif, et plus de cypri- enfin bref.
Impossible de savoir combien de temps s'était écoulé depuis qu'elle avait bu son shot, mais elle avait de nouveau soif, et elle devait retrouver cette serveuse. Où était-elle? Elle se dressa sur la pointe des pieds et regarda au-dessus de la foule. Où était cette rouquine adorable? Adorable avait-elle pensé? Oui on dirait bien. Il fallait croire qu'elle appréciait cette serveuse. En même temps, difficile de ne pas faire ainsi!

Elle devait voir trouble, parce qu'elle se trouvait dans l'incapacité de la retrouver. Bon... Un peu triste, elle retourna vers le bar et se posa au comptoir où elle avait été servie avant. Elle demanda au barman un nouveau verre de la même chose, bien qu'elle dû réfléchir à deux fois avant de dire le nom. Il y avait moins de clients au bar, et elle fut servie assez rapidement. Il y avait bien plus de personnes sur la piste de danse à présent, l'atmosphère s'était réchauffée, la sueur pouvait se sentir dans toute la salle. Une odeur bien amusante qui rappelait bien des souvenirs... Ah, l'époque des orgies... Enfin, elle avait été jeune, cela avait été bien drôle.

Se retournant après avoir finit sa boisson, elle cru voir la silhouette de la serveuse. Etait-ce elle? Elle n'était pas sûre, mais c'était maintenant ou jamais avant qu'elle perde la raison et conscience de ce qu'elle faisait. Elle s'élança en avant, esquivant de justesse quelqu'un avec un verre plein, trébucha sur ses pieds, ou les pieds de quelqu'un d'autre, elle ne savait même pas, et tomba en avant. Elle se chuta donc sur la personne devant elle, qui chuta à son tour. La seule chose qu'elle entendit fut le bruit de verre cassé. Elle regardait le plafond et les cages au-dessus de sa tête, allongée sur le dos, au sol, comme une vulgaire loque. Elle se mise à rire. Décidément, la serveuse avait de bon conseils. Ah tiens, parlant du loup, n'était-ce pas elle qui l'aidait à se lever? Peut-être, peut-être pas, elle n'était pas sûre, mais elle ne put retenir un sourire niait.

"Vous avez de très beaux cheveux vous savez."

Elle fronça alors les sourcils. Elle savait encore parler, elle n'avait donc pas assez bu. Se mettant sur ses pieds avec l'aide d'autres danseurs, elle posa pointa vers le comptoir.

"Il me faut encore à boire. Tant que j'ai de quoi payer, je vais BOIRE!"

Si Evie ne finissait pas raide, alors elle aurait raté sa soirée. Se tournant vers la personne aux cheveux roux, elle sourit.

"Vous voulez bien m'accompagner? Si vous pouvez prendre une pause pour discuter, bien sûr."

Evie tituba très légèrement.

"Je m'en retourne au comptoir si vous voulez bien papoter!"

Elle devait boire. Encore. Encore. Encore.
Revenir en haut Aller en bas
Rose Allen
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Oogie Boogie Club
Age apparent: Vingtaine
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Les braises de la Mort [PV Evie] [Terminé]   Ven 4 Mar - 10:18

On voyait de tout à la Nouvelle-Orléans, c'était même une sorte de routine pour qui était né et avait grandit dans cette ville incroyable. Pour Rose qui y avait juste passé une partie de ses études et n'y vivait vraiment que depuis quelques mois, les gens la surprenaient encore et la femme aux cheveux rouges ne faisait pas exception, loin s'en fallait. A la voir ainsi s'emparer du verre sans une seule hésitation, le buvant cul sec avant de mordre à pleines dents dans le citron, elle cligna des paupières en se demandant comment elle faisait pour avoir une telle résistance. La Nature avait une bien drôle de manière de dispenser ses bienfaits aux uns et aux autres, mais pour sa part la Métamorphe ne comptait essayer de se forcer et préférait laisser les habitués s'occuper de se saouler. Elle eut d'abord l'air admirative en voyant cette femme rester debout, puis sursauta presque quand elle la pointa du doigt, avant de sourire grandement, flattée par ce compliment qui émanait pourtant d'une soularde. Son regard ambre suivit son départ durant plusieurs secondes, puis le barman lui rappela qu'il avait encore besoin d'elle et elle retourna vaquer à son travail de serveuse, allant porter des commandes qui se faisaient de plus en plus nombreuses.

- C'est un sacré phénomène.

Glissa-t-elle au barman qui se contenta de hausser les épaules avec un léger sourire amusé. Pour lui qui faisait le service au comptoir, ce genre de personnage haut en couleur était monnaie courante et il lui expliqua qu'à la longue elle aussi ne serait plus aussi impressionnée, quand bien même elle ne buvait pas d'alcool. Le Oogie Boogie Club faisait salles combles et la fête battait son plein tout autour d'eux, dans un certain respect où aucun problème ne se faisait jamais sentir, où chacun respectait autrui et où nombre de clients repartirent bras dessus, bras dessous, parfois à deux, parfois à bien plus, sans parler de ceux qui s'isolaient dans les coins ou dans l'autre salle destinée à des actes plus intimes. Le service était rapide et nécessitait une concentration de chaque instant, les heures tournèrent sans qu'aucun employé ne s'en aperçoivent, chacun vaquant à ses occupations, jusqu'à-ce que les premiers éméchés ne commencent à se manifester. Aux commandes de boissons alcoolisées se succédèrent les appels pour nettoyer les dégâts de ceux qui avaient trop forcés, le plateau fut temporairement mit de côté et remplacé par un seau et une serpillère. Pourquoi fallait-il toujours que les gens en arrivent à ces extrémités ? Rose secoua la tête tout en nettoyant la dernière flaque de vomi au sol, à quelques pas du comptoir, s'empressant de rincer puis d'essuyer le revêtement afin d'éviter tout risque de chute, allant nettoyer et ranger le tout, puis se laver les mains pour mieux revenir prendre son plateau de serveuse. Les commandes étaient à présent moins nombreuses malgré la masse des clients toujours compacte, l'heure était au ramassage des verres vides abandonnés ici et là sur les tables basses. Et alors même qu'elle revenait à proximité du comptoir, esquivant avec habileté les danseurs en bordure de la piste qui débordaient un peu sur la zone de passage. Elle ne vit que trop tard la silhouette qui fonçait vers elle, vit comme au ralenti ses pieds trébucher en arrivant à proximité d'elle et, bien que tentant de reculer pour l'éviter, ne pu le faire à temps. La femme aux cheveux rouges la percuta, tombant à la renverse avec elle, son plateau allant valdinguer sur le sol dans un bruit de verres explosant à l'atterrissage malgré leur solide résistance. On se retourna immédiatement tout autour d'eux, des mains solides empoignèrent ses bras pour l'aider à se relever tandis que la cliente éclatait de rire au sol sous le regard désemparé de la serveuse. Ça allait en faire de la casse sur sa paie. Elle soupira, puis se pencha pour aider à son tour, avec l'aide d'un client diligent, la femme à se relever, recevant le compliment avec un sourire hésitant.

- Je crois que vous avez assez bu au contraire.

Le barman, de là où il était, héla un collègue pour qu'il aille aider à ramasser le verre pendant que Rose étendait les bras en demandant aux gens de ne pas s'approcher, jetant de fréquents regards malgré tout à la cliente qui lui demandait de l'accompagner, toute sourire, n'ayant visiblement plus assez conscience de tout ce qui se passait autour d'elle.

- Plus tard peut-être, j'ai encore à faire.

Quoique à la voir tituber de la sorte, la Métamorphe s'inquiétait de son devenir et de la façon dont elle risquait de rentrer d'une telle soirée. Remerciant le collègue qui venait prendre le relai au niveau des débris de verre, elle lui demanda si elle pouvait le laisser et rattrapa la femme aux cheveux rouges, la prenant doucement par le bras pour mieux se placer face à elle.

- Vous devriez peut-être rentrer, Mademoiselle, vous risquez de vous blesser si vous perdez encore l'équilibre.

Et même en étant pas bien épaisse, elle risquait fort de faire mal à quelqu'un d'autre, bien que les légères éraflures aux avant-bras de Rose soient déjà refermées grâce à sa nature Outre. Cette dernière guida donc la cliente non pas vers le bar, mais vers des banquettes situées à quelques mètres sur le côté, tentant de l'assoir avec précautions en se demandant s'il fallait ou non appeler un taxi.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4186-rose-allen-termine#69603
Evie Methali
Vodouns
avatar

Vodouns


MessageSujet: Re: Les braises de la Mort [PV Evie] [Terminé]   Ven 4 Mar - 18:23

Evie n'était pas ivre à proprement parlé, pas de la façon dont elle voulait l'être du moins. Elle voulait se retrouver dans un état lamentable, et ne plus pouvoir parler... Mais la réaction de la dite serveuse lui mis un coup de froid. Ah? Mais non elle était pas assez bourrée, et ce n'était pas de sa faute si elle avait trébuché... Bon d'accord, elle n'aurait pas dû se précipiter vers elle pour une raison inconnue, mais elle avait eu peur de la perdre à nouveau dans la foule. Il y avait quelque chose avec cette serveuse. Qu'était-ce? Ses cheveux superbes? Ses yeux magiques? Elle n'en savait rien, elle savait juste qu'elle voulait discuter avec elle.

Sauf que bah... Visiblement la vodoun venait de casser des verres en lui tombant dessus, et n'avait fait aucun effort pour s'excuser. Bon, okay, elle était ivre quand à sa notion d'espace et sa compréhension de ce qu'il se passait autour d'elle, mais autrement son cerveau marchait parfaitement, si bien qu'il était à nouveau enclenché dans une phase "cul". Décidément être entourée de corps faisait un coup à sa libido, qui avait, là maintenant, très envie de s'exprimer. Mais la serveuse n'avait pas l'intention de la laisser faire tranquillement; chose qu'elle comprenait quelque part, mais bon, elle avait pas encore assez bu!

Elle se laissa guider après le commentaire de la rousse, qui lui fit un pincement au coeur. C'était tellement mignon dit comme ça, on pourrait croire qu'elle était véritablement inquiète, c'était adorable. Evie se laissa guider vers la banquette sur laquelle la serveuse la posa, puis elle croisa les bras, lèvre inférieure en avant, faussement boudeuse. Oui la vodoun aimait avoir l'air d'une gamine merdeuse; généralement ça énervait les gens, et elle adorait ça.

"Vous savez, je suis pas vraiment ivre hein. D'accord ma notion d'espace chie un peu, mais je n'ai pas l'intention de partir avant d'avoir inauguré vos toilettes. Promis, je vomis proprement."

Bon, ça n'allait pas rassurer la serveuse, alors elle essaya une autre approche.

"Ou sinon dès que je sens que ça va moins bien, je file dehors et j'inaugure le trottoir. Je veux juste fêter ma première paye, et passer du bon temps."

Elle soupira, tête un peu embrumée.

"Au pire... Si vous avez si peur que je me fasse mal, je veux bien rester assise ici à boire continuellement, ça ne me dérange pas! Et puis écoutez, je balbubube même pas."

Oui le mot "balbutier" ne faisait pas partie de son vocabulaire là, et elle venait peut-être de creuser sa propre tombe pour rien. Soupirant, elle se pencha en avant sur ses genoux, tête dressée vers la serveuse. Elle avait l'impression qu'il fallait qu'elle plaide non-coupable; sauf que l'alcool ne faisait jamais un bon avocat.

"Je suis sérieuse. J'ai bien l'intention de dormir ailleurs que chez moi ce soir, alors laissez-moi au moins draguer quelqu'un pour ça... A moins que vous soyez preneuse? Bon je sais que vous êtes en service et tout, mais je suis patiente."

Evie était maintenant full libido. Elle ne savait toujours pas pourquoi la serveuse lui faisait cet effet, mais elle voulait tenter le tout pour le tout. Au pire elle passerait pour une autre soiffarde libidineuse, ça ne changerait rien à sa réputation - et elle n'était pas à un râteau près. Tant que la jeune femme la prenait au sérieux; ça serait con de faire tout ça pour rien!
Oui elle aurait pu s'excuser pour les verres cassés, au moins proposer d'aider, mais son cerveau se trouvait bien plus bas dans son anatomie que normalement. D'un geste contrôlé (un peu trop) elle tapota le siège à côté d'elle pour l'inviter à s'assoir. Evie, insistante et pénible? Jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Rose Allen
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Oogie Boogie Club
Age apparent: Vingtaine
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Les braises de la Mort [PV Evie] [Terminé]   Ven 4 Mar - 19:19

Rose donnait parfois cette impression d'être un peu trop "bien pensante", ne désirant jamais prendre de risques inconsidérés ou de se placer dans une position inconfortable et/ou dangereuse. Ainsi quand ceux de son groupe en sortie buvaient jusqu'à plus soif, elle se contentait de boissons sans alcool et s'assurait que tout un chacun puisse rentrer sans encombre, endossant en quelque sorte le rôle de la raison pour tous les autres. Non pas qu'elle ne sache pas s'amuser, bien au contraire, mais il fallait souvent un certain temps avant qu'elle ne se déride et nombre de prétendants s'étaient déjà heurtés à cette fausse distance qu'elle imposait presque sans s'en rendre compte. A l'heure actuelle, en voyant la femme aux cheveux rouges peiner à garder son équilibre impeccable, elle s'inquiétait de sa fin de soirée et demeura donc à ses côtés pour papoter un peu et voir de quoi il retournait exactement. On aurait pu dire que ça ne la concernait pas et qu'elle devait continuer son travail, mais ici au Oogie Boogie Club, on préférait éviter les faits divers macabres et autres joyeusetés du genre, question de bonne publicité et aussi de fidélisation de la clientèle : la meilleure excuse que Rose ait jamais pu fournir pour les quelques autres fois où elle avait prit le temps de parler avec quelqu'un durant son service. Celle qui se tenait à présent assise sur la banquette avec une moue boudeuse parfaitement adorable -et qui faisait frémir ses lèvres d'une vive envie de sourire- affirmait ne pas être à ce point ivre qu'elle ne le paraissait et expliquait ses projets pour la nuit, non sans faire hausser un sourcil à la Métamorphe. Baptiser le trottoir ou les toilettes du club ? En voilà une drôle d'idée, ça ressemblait presque à une sorte de défi ou de challenge à réussir, avec pour objectif final de dormir dans le lit de quelqu'un d'autre. Le mot "balbubube" acheva de faire tomber les derniers maigres remparts de sérieux de la rousse qui éclata de rire, sincèrement amusée, avant de plaquer vivement sa main sur ses lèvres pour se forcer à arrêter, ouvrant grand les yeux avec l'inquiétude d'avoir vexé sa cliente. Elle secoua la tête et abaissa sa main, ne pouvant s'empêcher de sourire malgré tout, le regard brillant de gaieté.

- Excusez-moi, je ne sais pas si c'était fait exprès, mais c'était mignon comme mot : "balbubule". J'aime beaucoup.

Rire surtout, faisait un bien fou et chassait les courbatures d'une soirée de travail déjà très avancée, on avait dépassé minuit et les danseurs commençaient justement à s'éclipser avec un ou plusieurs partenaires, même si l'ambiance demeurait encore sur la piste. La femme aux cheveux rouges de son côté changea de position d'appui et lui affirma être sérieuse, chassant le sourire du visage de la Métamorphe pour ne laisser qu'une expression interdite et songeuse. La proposition, sans avoir fait mouche, avait au moins eu le mérite de la surprendre et ses longs cils papillonnèrent au-dessus de ses prunelles ambrées, avant qu'un mélange de gêne rougissante et d'hésitation marquée ne s'emparent de ses traits. La serveuse jeta un regard rapide au barman puis à son collègue qui s'éloignait avec les débris de verre, puis revint à la silhouette assise sur la banquette, seul un haussement d'épaule un peu trop bref trahissant sa nervosité.

- Je finis tard et je ne sais pas si j'ai le droit de ramener quelqu'un là-haut, mais en tout cas tant que vous payez et que vous restez lucide, je peux continuer à vous servir. En attendant.

Rose ne pouvait pas se permettre de proposer quoi que ce soit et elle n'était de toute façon pas vraiment certaine de vouloir ce genre de chose. Au pire un taxi pourrait toujours ramener cette femme chez elle ou même un potentiel prétendant qui viendrait la réquisitionner, qui sait ? Un léger sourire fut adressé à la cliente aux cheveux rouges, suivit d'un hochement de tête destiné à s'auto-convaincre, puis la main fine aux longs doigts délicats se tendit en direction de la vodoun.

- Je m'appelle Rose.

Après avoir autant parlé avec elle, la moindre des choses n'était-il pas de se présenter ? Et même si elle lui était littéralement tombé dessus, il y avait quelque chose chez cette femme, de provoquant et d'attirant, d'un peu effrayant aussi sans qu'elle ne sache pourquoi. Elle avait l'air aussi libérée que la plupart des clients habituels du club, de quoi impressionner et même donner des complexes à celle qui réservait ce genre d'énergie aux planches de théâtre et non pas au privé.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4186-rose-allen-termine#69603
Evie Methali
Vodouns
avatar

Vodouns


MessageSujet: Re: Les braises de la Mort [PV Evie] [Terminé]   Dim 6 Mar - 12:46

Evie n'était pas quelqu'un de très fier; et en même temps, quand on a son record de coups d'un soir, de réveils dans des situations embarrassantes et d'insultes fréquentes quant à son habitude de draguer tout ce qui bougeait... elle ne se prenait plus vraiment trop au sérieux. Qu'on se moque d'elle était une chose quotidienne avec son père, et l'avait été avec l'une de ses petites amies qui n'aimait pas son principe d'amour libre et polyamour. Elle-même se moquait pas mal des couples dits "ordinaires" composés de deux individus seulement. C'était tellement limité, les gens se mettaient des chaînes pour rien, et finissaient toujours par s'engueuler pour divers sujets. Passer trop de temps avec la même personne, c'était malsain. Voir ailleurs était chose commune, même pour ces dits couples; d'où les emmerdes qui suivaient. Si les gens pouvaient comprendre à quel point la lassitude d'amour était une horreur à vivre... Bref, les gens faisaient ce qu'ils voulaient, alors qu'on ne lui reproche pas son habitude d'avoir moultes compagnons à la fois.
Eh bien, son cerveau avait sacrément dévié à cause du fait que la serveuse éclate de rire... Bon, elle se moquait pas d'elle à proprement parler visiblement, vu ses yeux larges et la façon dont elle cacha sa bouche pour cesser de rire. Oh qu'elle ne se cache pas va, Evie était source de divertissement régulier, et elle le savait. Elle écouta avec un sourire patient la phrase de la serveur qui suivit. Elle était tellement mignonne quand elle disait qu'elle aimait le mot que la vodoun avait dit par mégarde. Cette dernière haussa les épaules en secouant la tête. Elle n'avait pas à s'excuser après tout, pas quand elle avait l'air si adorable.

Elle observa les battements de cils un peu nerveux de la jeune femme, suivit par le rougissement léger qui réchauffa le coeur d'Evie. Oui, la fêtarde avait un faible pour les gens comme la serveuse... Ces personnes mignonnes étaient juste trop... mignonnes. Le regard qu'elle jeta au barman ne passa pas inaperçu. Hm, de l'hésitation? Un point pour elle alors, si elle arrivait déjà à la faire réagir ainsi!
Un haussement d'épaule suivit, un peu bref sans doute, mais elle ne dit rien et la laissa continuer. Oh mais alors elle y songeait vraiment? Aaaaah c'était trop bien. Bon, elle avait quand même l'air de pas être à l'aise et d'hésiter, mais Evie n'était pas du genre à s'inquiéter comme ça - si les choses se faisaient, tant mieux, sinon, tant pis, elle n'était pas à a ça prêt.
La jeune femme aux cheveux rouges contempla la main qu'elle étendit, se présentant. Rose? En voilà un nom bien beau, qui lui allait à merveilles d'ailleurs. Sans hésitation, elle prit doucement sa main et pencha sa bouche dessus dans un baise-main. Levant les yeux à nouveau vers Rose, elle sourit sincèrement. Evie, exagérer? Jamais.

"Me voilà ravie et enchantée d'avoir cueilli une telle fleur. Je me prénomme Evie, vodoun et chevalière servante, pour vous servir."

Bon, là, si Rose ne partait pas en courant, elle gagnerait un point. Si elle se moquait ouvertement, elle en gagnerait un autre. Elle ne faisait pas dans la demie-mesure, et n'avait pas l'intention de se cacher. Evie était comme ça; on la prenait telle quelle, ou on la laissait. Si on le supportait pas ainsi, on ne la supporterait jamais autrement. Ivre, même légèrement, même énormément, elle n'avait aucun scrupule à se révéler, d'une façon ou d'une autre. Au moins, on pouvait dire qu'elle était honnête.

"Vu que vous ne m'avez pas virée immédiatement du club, je saurais être patiente, et je pense que je vais vous prendre sur votre offre. Je vais m'en tenir aux cocktails un peu moins forts que les précédents... Après tout, si vous revenez me parler, il serait bête que je balbubule encore."

Elle ne pu retenir un clin d'oeil et un sourire sur la fin. Même si cette soirée ne finissait pas comme elle l'aurait souhaité, elle aurait au moins pu discuter un peu avec une charmante et adorable serveuse, et ça, c'était toujours quelque chose de gagné qui lui donnerait envie de revenir.
Revenir en haut Aller en bas
Rose Allen
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Oogie Boogie Club
Age apparent: Vingtaine
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Les braises de la Mort [PV Evie] [Terminé]   Dim 6 Mar - 13:08

Elle n'aurait pas cru qu'une femme puisse faire un baise-main en-dehors d'une pièce de théâtre où elle aurait été grimée en homme, mais apparemment ce n'était pas ce genre de pensée classique qui traversait l'esprit de la femme aux cheveux rouges, dont les lèvres effleurèrent à peine sa peau en un baise-main qui eut un effet des plus saisissants. Les joues de Rose s'embrasèrent d'un coup, prenant cette teinte rose foncée qui trahit le grand trouble dans lequel ce geste la plongea, sa main libre remontant jusqu'à son visage, fermée en un poing qui se plaqua sur le bas de celui-ci pour ne cacher qu'à moitié sa bouche entrouverte sur un souffle passablement coupé. Elle ne se rappelait pas qu'on lui ai jamais porté ce genre d'attention et, pour le coup, Evie pouvait se targuer d'avoir fait mouche malgré des propos qu'on aurait pu qualifier de "clichés". La Métamorphe n'eut même pas conscience de l'exagération d'une telle démarche et, retirant doucement sa main sitôt qu'elle le pu, hocha la tête comme pour retrouver un peu de contenance, enregistrant le prénom étonnement beau lui aussi de celle qui lui faisait face et écoutant ses dires avec un léger sourire irrépressible. Ça n'était pas sérieux, de prendre ainsi le temps de se faire courtiser par une cliente du club, mais il fallait avouer que cela changeait des approches habituelles et avait le don d'ajouter un peu de folie dans un quotidien relativement paisible malgré la ville où ils se trouvaient.

- Et bien je... Je vais aller vous chercher un cocktail sans alcool alors, nous en avons de très bons vous verrez. Et si jamais ça ne vous plait pas, je vous en choisirais un autre.

Un premier pas en arrière sans pour autant quitter Evie des yeux, Rose sentit la rougeur de ses joues refluer partiellement malgré le feu qu'elle y sentait encore. Elle esquissa un autre sourire, puis lui fit un petit signe nerveux avant de tourner les talons pour se précipiter vers le comptoir, faisant le tour sous le regard amusé et gentiment moqueur du barman qui lui lança une petite plaisanterie sur son batifolage. La Métamorphe lui mit une tape sur le bras en protestant vivement, mais le rouge à ses joues s'embrasa de plus belle jusqu'à atteindre ses cheveux roux, faisant ressortir de très légères tâches de rousseur ordinairement invisibles. La Daine alla servir à Evie un cocktail sans alcool comme promis, puis profita que le barman lui donna une pause pour s'éclipser rapidement en direction des toilettes afin d'aller se rafraichir au lavabo. Son reflet ruisselant d'eau glacée semblait enfin concéder à lui montrer moins de couleur sur son visage, mais son regard troublé et sa moue tremblante l'énervèrent passablement. Elle se fustigea mentalement en se tapotant les joues à plusieurs reprises, marmonnant à voix basse quelques encouragements à garder la tête froide. Ça n'était pas professionnel tout ça et si la patronne passait par là, ça risquait fort de lui couter un rappel à l'ordre.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4186-rose-allen-termine#69603
Evie Methali
Vodouns
avatar

Vodouns


MessageSujet: Re: Les braises de la Mort [PV Evie] [Terminé]   Dim 6 Mar - 15:02

Visiblement, elle avait fait son effet à Rose. Elle ne pu empêcher un large sourire lorsqu'elle vit la rougeur de plus en plus marquée de la serveuse. Avec ce genre de comportements, elle allait finir par beaucoup aimer la jeune femme - c'était toujours très agréable de voir ses avances reçues d'une telle façon. Ce n'était pas souvent sa manière de procéder pour draguer, pas les personnes qu'elle draguait d'ordinaire surtout. Généralement lorsqu'elle cherchait bien quelqu'un, la personne était déjà à moitié dans ses draps, intéressé.e d'une façon ou d'une autre. Boîtes et autres bars étaient toujours pleins de gens qui cherchaient des coups d'un soir ou des relations parfois plus longues, bien que généralement basées sur des rapports sexuels, alors il était facile de trouver un arrangement. Là, pour une fois, Evie ne voulait pas d'un arrangement banal comme elle l'avait avec d'autres coups d'un soir. La serveur n'avait pas l'air d'être du genre à se laisser faire facilement, et encore moins assumer et apprécier une drague pendant son service.
Evie avait déjà dragué des serveurs et serveuses - il avait toujours quelques cas qui se laissaient tentés, mais la majorité préféraient être sûrs de garder leurs postes. Loin de la vodoun de vouloir faire renvoyer qui que ce soit, et la majeure partie du temps elle ne les draguait pas sur un coup de tête; dans chaque personne qu'elle draguait il y avait quelque chose qui l'intriguait, qui l'intéressait, qui piquait sa curiosité. Elle n'avait pas l'intention de jouer avec qui que ce soit si iels n'étaient pas volontaires et consentants.
Ce n'avait pas été son intention de gêner la jeune femme, loin de là. Rose l'intriguait, d'une façon qu'elle ne pouvait pas décrire. Certes son physique était agréable, mais son jugement et intérêt n'était jamais basés sur l'apparence. Il y avait quelque chose dans son regard, dans son sourire, dans la rougeur qui semblait faire ressortir d'adorables tâches de rousseur. Elle semblait être le genre de personne qui, lorsqu'elle sortait avec des ami.e.s, se contenait de trop boire, ou boire tout court, pour pouvoir faire attention à ceux qui l'entouraient, prendre soin d'eux, les ramener s'il le fallait. Elle n'était pas comme Evie, elle semblait avoir cette distance et cette empathie qui faisait qu'elle mettait le bien-être et le bonheur des autres devant le sien. Une personne comme ça pouvait aller longtemps sans qu'on fasse attention à elle en retour, et ça, c'était moche. Peut-être était-ce pour cette raison qu'Evie voulait qu'elle sourit encore, qu'elle rougisse d'autant plus, qu'elle ressente quelque chose comme du bonheur face à la bêtise de la vodoun... Elle voulait que cette jeune personne soit heureuse, d'une façon ou d'une autre. Pourquoi spécifiquement elle? Aucune idée, ça lui était tombé dessus, comme ça aurait pu être un autre serveur ou un autre client. Ce soir, elle n'avait d'yeux que pour Rose. Si rien ne fonctionnait, tant pis! Elle aurait fait de son mieux.

C'est pour cela qu'elle ne commenta pas lorsque Rose dit lui prendre un cocktail sans alcool. En d'autres circonstances, elle aurait prit ça comme une insulte. Elle avait dit moins fort, pas sans alcool tout court! Enfin, la jeune femme avait l'air certaine, et elle n'avait pas l'intention de la mettre mal à l'aise d'une façon ou d'une autre. Si ça lui faisait plaisir qu'elle calme sa boisson, elle le ferait, mais juste ce soir. Evie n'était pas du genre à mettre les intérêts des autres devant les siens pour n'importe qui. Et puis comment peut-on refuser une voix qui trahissait tant d'embarras? Même si son visage n'avait pas été si rouge elle aurait comprit qu'elle lui avait fait un effet.

Elle observa la serveuse s'éloigner sans qu'elle ne la lâcher des yeux. Quoi, elle avait peur qu'elle lui saute dessus si elle lui tournait le dos? Peut-être, en tous cas la jeune femme lui fit un sourire et un bref signe de la main, un peu saccadé par la gêne. Cela fit énormément sourire la jeune femme aux cheveux rouges. Et puis le fait qu'elle court quasiment jusqu'au comptoir d'autant plus. C'était agréable d'avoir quelqu'un de réceptif en face, mais pas de la façon traditionnelle de "tu m'as fait rire alors je te saute dessus sans vergogne." Parfois, une situation lente à aboutir était plus intéressante, et laissait venir l'anticipation, multipliant les émotions lorsque tout avançait, bien que pas à pas. Foncer dans le tas avait ses bons côtés, mais ça n'allait pas à tout le monde, et Evie pensait comprendre que si elle faisait ça avec la serveuse, elle se braquerait et la rejeterais, avec ou sans coup de pied au cul... Et elle n'avait pas l'intention de se faire botter les fesses ce soir. Même si ça n'aboutissait à rien, elle préférait se sentir encore civilisée aux yeux de la serveuse. Le consentement avant tout.

Elle regarda de loin Rose, au bar. Elle cru la voir donner un tape au barman. Oh, qu'il ne se moque pas! Ca ne faciliterait pas le travail qu'elle avait l'intention de faire sur la jeune femme - pénétrer (sans mauvais jeu de mot) une armure de timidité était la chose la plus complexe à faire. De la gêne occasionnée par l'extérieur pouvait être un gros pas en arrière. Evie se mordit l'intérieur de la joue. Elle ne voulait pas voir la serveuse comme un objectif à atteindre ou un jouer à utiliser, loin de là... Elle s'était mal exprimée dans ses pensées : elle voulait voir la serveuse heureuse, vraiment, d'une façon ou d'une autre. Le "travail" qu'elle voulait faire sur elle se limitait à ça comme fondement. Si les choses pouvaient aller plus loin, tant mieux!

Son esprit divagua jusqu'à ce que la serveuse revienne avec un cocktail sans alcool avant de repartir à une vitesse fulgurante. Oh... En avait-elle trop fait? Le barman l'avait-il trop gêné? Ou l'avait-elle braquée sans faire exprès? Evie n'était pas toujours douée pour jauger ses réactions, et surtout n'était pas devin; elle ne savait pas quel effet ses mots pouvaient avoir sur d'autres. Yeux suivants la serveuse du regard, elle bu le cocktail servit. Pas mal pour un truc sans alcool. Parfois un truc sucré comme ça faisait du bien pour s'énergiser. Elle attendit quelques temps avant de boire le reste de son cocktail, regardant vaguement dans la foule, yeux flous et détachés. Elle ne voyait rien concrêtement, juste des corps s'agitant, des amas de chair, de sang et d'eau, imbibés dans de l'alcool, flottant dans une euphorie dansante. Etonnemment, elle n'enviait pas les danseurs à l'heure actuelle. Normalement elle aurait été au milieu d'eux... Là, son attention était portée bien ailleurs.

Elle nota alors les cheveux roux dans la foule, et vit la silhouette de Rose entrer dans les toilettes du club. Avalant le fond de son verre, Evie se leva. Pourquoi elle avait décidé de la suivre? Elle n'était pas certaine, mais elle voulait savoir si elle avait fait quelque chose de mal, et discuter au calme dans les toilettes n'était peut-être pas une mauvaise idée. Bien sûr son cerveau lia les toilettes à rapports sexuels plus ou moins intenses... Elle secoua la tête pour éloigner la pensée.

Elle glissa par la porte discrètement pour trouver Rose devant l'évier. Elle n'annonça pas sa présence et se contenta de garder ses distances, restant près de la porte. Elle avait passé de l'eau sur son visage visiblement. La vodoun regarda dans sa direction sans vraiment la voir; elle ne voulait pas la fixer, c'était malpoli et gênant en plus - et puis on pourrait croire qu'elle l'espionnait. Bon, elle le faisait un peu, mais c'était pas à 100% volontaire. Elle la regarda tapoter ses joues et murmurer quelque chose qu'elle ne comprit pas, mais au ton, ça avait l'air d'être un micro speech d'encouragement. Bon, là, il était peut-être temps de se signaler.

Evie se râcla la gorge, regardant ses pieds. Là c'était le moment gênant où elle ne savait pas trop quoi dire, où elle sentait ses joues rougir mais pas de timidité. Tout son être lui hurlait de la prendre dans ses bras, de l'embrasser, de la déshabiller. Vieilles habitudes de merde qui ne voulaient pas la lâcher dès qu'elle entrait dans des chiottes de club. Elle inspira profondément, elle releva les yeux verts vers Rose.

"Merci beaucoup pour le cocktail, il était vraiment pas mauvais et... Désolée d'être... Un peu soudaine quand je t'ai abordé. Quand on dit que les vodouns sont de bons vivants, on ne ment pas à moitié. Depuis toujours j'ai prit l'habitude de faire les choses vites et clairement, pas perdre de temps qui pour nous est si court par rapport aux autres Outres. Mais je ne voulais pas te faire peur, ni t'embarrasser."

Elle détourna à nouveau le regard vers ses pieds; si elle la regardait trop longtemps, elle risquait être tentée de la prendre dans ses bras et la soulever en l'air. Oui son imagination faisait des tours. Pas facile pour une personne aussi impulsive de rester calme, surtout quand il fallait se retenir pour le bien de quelqu'un d'autre.

"Quoi qu'il en soit, je n'ai pas l'intention de lâcher l'affaire. Je ne sais pas ce qu'il y a chez vous qui me plaît autant." Faux, sa timidité était juste trop adorable. "Mais je ne veux surtout pas vous brusquer."

Et là, la pulsion soudaine la prise, et c'était loin d'être la chose la plus dite dans les toilettes d'un bar ou club.

"Je veux vous inviter à manger, où que vous voulez, quand vous voulez."

Ah ça faisait longtemps qu'Evie n'avait pas ressentit l'envie ou le besoin d'être romantique à un certain degré, mais elle voulait faire plaisir à la jeune femme. Après, elle pouvait s'attendre à un rateau, mais ça faisait partie de la vie! Les déceptions n'étaient pas choses inconnues dans la vie libidineuse d'Evie.
Elle dressa une dernière fois le regard avec un sourire. Essayant de ne pas trop se fixer sur elle au risque de vraiment lui sauter dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Rose Allen
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Oogie Boogie Club
Age apparent: Vingtaine
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Les braises de la Mort [PV Evie] [Terminé]   Dim 6 Mar - 15:53

L'inconvénient quand on se préoccupe plus de son état en se tapotant les joues qu'en prenant garde à son environnement immédiat, c'est qu'on pouvait ne pas percevoir une présence autour de soi et, si les cabinets de toilette étaient tous déserts à cette heure-ci -chose ô combien étonnante quand on voyait les quantités de boissons vendues- le bruit de la porte s'ouvrant discrètement ne fut pas perçu par Rose qui gardait fortement serrées ses paupières closes tout en se fustigeant mentalement et à voix basse. Puis il y eut un raclement en périphérie de sa vision, provoquant un bref sursaut et un vif mouvement qui la fit pivoter sur ses pieds en direction de la porte... Et d'une Evie occupée à zieuter ses pieds comme s'ils avaient soudain un intérêt particulièrement prononcé. Le feu remonta à l'assaut de ses joues et elle inspira en même temps que la femme aux cheveux rouges, l'écoutant s'excuser pour un comportement qui, s'il avait de quoi surprendre lorsqu'on était pas habitué, n'avait en rien été spécialement désobligeant ou irrévérencieux. Bon, d'accord, elle lui avait quand même littéralement sauté -tombé- dessus, provoquant une certaine agitation autour d'elles dans la salle, mais au final il n'y avait eu aucun blessé et c'était tout ce qui importait. Alors pourquoi est-ce que les mots que la rousse entendait lui faisaient autant plaisir ? Pourquoi est-ce que ces yeux verts qui se détournaient d'elle, comme craignant quelque chose, étaient-ils si captivants ? Elle affirmait ne pas vouloir la brusquer, exposant ainsi plus ou moins clairement ses intentions de se rapprocher de Rose d'une manière particulière et celle-ci en fut touchée, presque flattée en vérité, elle qui ne se grimait pas spécialement pour plaire. A moins que cela ne vienne de la jupe et du chemisier de serveuse qu'elle portait ?

- Je ne sais pas ce qui peut vous plaire ou non, mais peut-être qu'entre Outres il y a une sorte... d'instinct, qui nous pousse les uns vers les autres.

Cela fonctionnait entre Métamorphes, de cela elle était certaine, mais la jeune femme se demandait parfois si c'était également le cas pour les autres races. Une vodoun pouvait-elle sentir la magie ? Sans doute, même si peut-être pas de la même manière ni avec la même intensité. Elle-même possédait un excellent odorat et de bonnes oreilles, mais surtout de bonnes capacités physiques qu'elle exploitait au mieux. Peut-être était-ce une sorte d'instinct plus développé chez une Vodoun que chez un Norme. La proposition de sortir manger quelque part tomba alors même que Rose était absorbée par ses pensées et parvint à l'en arracher, lui faisait redresser la tête avec un air parfaitement surpris. Depuis combien de temps au juste n'était-ce pas arrivé ? Oh bien sûr il y avait eu des prétendants random, du genre qui vous aborde et vous invite à aller boire un verre ou sortir ici et là... Mais prendre la peine d'une rencontre, d'une vraie rencontre, d'une proposition qui transpirait la sincérité et la volonté de bien faire ? La rougeur de ses joues diminua alors même que son regard s'adoucissait et qu'un léger sourire fleurissait sur ses lèvres, éclairant son visage comme un rayonnement intérieur. Cette fois elle en était certaine, c'était touché en plein dans le mille et tant pis si elle venait à peine de rencontrer la personne qui le lui proposait.

- ... Ça me ferait vraiment plaisir.

Elle essuya l'humidité restant sur son visage, puis frotta machinalement ses mains sur sa jupe, la tirant un peu vers le bas par souci de la garder bien en place, puis s'avança lentement vers Evie, une légère hésitation marquant sa démarche. Arrivée à deux pas à peine, elle stoppa face à la femme aux cheveux rouges et la fixa attentivement, les cils papillonnant à peine sous son regard ambre attentif.

- Normalement on a pas le droit de s'afficher avec un client, c'est normal puisqu'on est en service, mais rien n'interdit d'aller manger avec l'un d'entre eux pendant son temps libre... comme dans deux jours par exemple, surtout s'il parait qu'il va faire très beau dehors.

Sa voix, douce et posée, s'était teintée d'un peu de malice au même titre que son regard, sa main s'avançant pour prendre celle de Evie, un tressaillement la parcourant comme si elle avait craint de se brûler à son contact. Observant son geste, elle inspira puis franchit la distance qui les séparait, son visage à quelques centimètres de celui de la Vodoun, son regard moitié alarmé avec l'envie de s'enfuir, moitié tenté par cette proximité aux accents d'interdit.

- Je ne fais jamais ça tu sais, je n'accepte pas les demandes de rendez-vous ou de... toutes sortes de choses. Jamais.

Son sourire trembla et elle vint déposer un baiser sur ses lèvres, un baiser léger, presque chaste malgré une chaleur évidente et le souffle qui s'échappa, traitre brûlant entre leurs deux peaux, avant que Rose ne s'écarte et recule de deux pas, un peu vivement, comme si elle avait commis là quelque chose de répréhensible. Son regard allait et venait entre les lèvres et les yeux de Evie, son cœur battant à tout rompre tandis qu'elle songeait au fait que sa pause allait prendre bientôt fin. Elle haussa nerveusement les épaules, passant une main sur sa nuque pour en dégager quelques mèches rousses.

- Voit ça comme... une sorte de promesse. Que je ne me défilerais pas dans deux jours.

Oui, voilà, c'était ainsi qu'il fallait voir ce baiser et non pas comme une transgression du règlement. La Métamorphe eut un sourire crispé tandis qu'elle essayait de se convaincre de cette excuse, jetant un regard passablement nerveux à la Vodoun. Elle n'en parlerait pas, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4186-rose-allen-termine#69603
Evie Methali
Vodouns
avatar

Vodouns


MessageSujet: Re: Les braises de la Mort [PV Evie] [Terminé]   Dim 6 Mar - 17:47

La première phrase de Rose marqua Evie, sans pour autant la déranger. La vodoun avait côtoyé beaucoup de gens, et eu de nombreuses relations avec Outres et Normes confondus, et ne s'était jamais posé la question de ce qu'elle préférait entre les races. Pour elle, tout le monde était égal tant que les comportements étaient adéquats. N'importe qui, Outre ou Norme pouvait devenir inhumain à ses yeux en faisant quelque chose d'horrible. Après tout, ils étaient tous des bipèdes globalement composés des mêmes matières organiques, certains avec plus de magie que d'autre. Mais dans l'ensemble, l'égalité était quelque chose que prônait Evie, et n'avait pas l'intention d'en changer de sitôt. Alors elle sourit au commentaire. Le fait que Rose était une Outre ne changeait rien à la donne, ni à son attirance pour elle.
Elle ne rata pas le regard doux et sincère que lui jeta la serveuse. Bon sang elle était trop... Trop. Tout chez elle transpirait l'honnêteté, et bien qu'il lui arrivait de se tromper, elle se doutait que ce soit le cas ici. Le sourire qu'elle lui montra lui fit faire un bond intérieur. Il lui fallu toute la volonté du monde pour ne pas l'enlacer là maintenant. Et les mots qui suivirent déclenchèrent un sourire automatique, vif et réel, faisant monter de plein fouet son adrénaline. Oh il fallait qu'elle se calme. Son coeur palpitait dans son torse, vibrant dans ses tympans.

La serveuse la prit cependant de court. Elle ne savait pas si elle l'avait trop embarrassée avant, mais le fait qu'elle s'avance plus vers elle pour parler fit glisser de l'anticipation dans ses intestins. Combien de temps pourrait-elle retenir ses pulsions de lui caresser la joue ou lui prendre la main? Ses yeux luisaient de sincérité alors qu'elle annonça qu'il n'y avait rien qui les empêchait de prendre un repas ensemble. C'était presque trop beau pour être vrai! La vodoun aux cheveux rouges ne rata pas le changement d'intonation et le regard presque malicieux qui s'affichait dans les yeux d'ambres de la serveuse. Oh elle aimait vraiment ce regard. Sans qu'elle s'y attende, la jeune rousse lui prit la main et s'avança pour qu'elles finissent nez à nez. Son coeur battait à plein régime, les connexions neuronales de son cerveau fusaient comme un feu d'artifice. Ses yeux étaient plongés dans les siens, admirant les reflets clairs qui se faisaient sur ses iris. Elle tremblait légèrement, l'adrénaline au summum de ses capacités. Ne lui saute pas dessus, ne lui saute pas dessus. La chose qui la retint le plus était l'hésitation dans son regard... Un regard qu'elle avait vu chez quelqu'un d'autre... Chez un métamorphe, qui lui avait eu peur lors de leur relation, peur de perdre le contrôle de lui faire du mal... Un regard qui jonglait entre l'hésitation de suivre ses instincts ou fuir... Etait-ce qu'elle était, une métamorphe? C'était possible, après tout. Il était même possible qu'elle soit bien plus âgée qu'elle, elle n'en savait rien vu que ces Outres gardaient une apparence jeune coûte que coûte. Quelque part elle ne savait pas, mais quelque chose lui disait, dans ce regard, dans cette sincérité, qu'elle devait tout de même être assez jeune; pas que cela ne changeait quoi que ce soit à son intérêt pour elle.

Lorsqu'elle ouvrit à nouveau la bouche, elle écouta avec une certaine euphorie le timbre de sa voix, et n'ignora rien au fait qu'elle venait de la tutoyer. Elle serra légèrement sa main, comme par réflexe, comme si elle avait peur de lâcher et qu'elle ne la regarde plus jamais de cette façon.
Son sourire trembla un peu, et Evie ne pu que le miroiter avec plus d'assurance. Avec la proximité, tout son être lui hurlait de s'avancer, de poser les lèvres sur les siennes et de savourer la joie qui prenait son coeur. Mais elle ne voulait pas la faire fuir, agir d'une façon qui la braquerait, qui la ferait réfléchir à deux fois...

Elle n'eut pas le besoin de s'inquiéter. Rose fit le premier pas, et ferma les quelques centimètres qui les séparaient, pour poser un instant ses lèvres sur les siennes. Un instant... Bien trop court. La serveuse recula de deux pas, l'instant terminé. Le coeur d'Evie se serra à la réalisation que ça s'arrêterait là. Elle ne lâcha pas la rousse des yeux, bien que les siens avaient tendance à retomber sur ses lèvres. Maintenant qu'elle y avait goûté, il était difficile de ne pas en demander plus. Sa main attira son attention alors que la rousse se gratta la nuque, haussant un peu nerveusement des épaules. Pourquoi fallait-il qu'elle soit serveuse, et en service? Enfin, le hasard faisait déjà bien les choses, elles s'étaient trouvées au même endroit et au même moment, et ça, c'était déjà un miracle.

Les mots qui suivirent firent sourire Evie, pas euphorique, mais sincère, bien qu'avec une certaine angoisse latente du relan de sa libido qui ne serait pas satisfaite ce soir. Pour le coup, elle n'avait pas l'intention de repartir avec un ou une inconnue pour la nuit. On aurait dit que c'était un peu exagéré de sa part, vu son admission pour l'amour libre, mais l'émotion qui se retirait de tout ça n'était pas quelque chose qu'elle voulait écarter rapidement.

Voyant déjà l'embarras dans lequel l'avait mis le baiser, elle retint encore ses pulsions, réussissant à leurs mettre plus fermement des rennes, et se contenta de déposer un baiser sur le bout de ses doigts et les poser sur la joue de la serveuse avec un sourire.

"Et ça, c'est un mot d'ordre pour dire que j'y serai aussi, et qu'il me faudra rentre ce baiser volé."

Elle prit rapidement un papier et un stylo de sa poche. Oui elle avait toujours les deux sur elle, surtout quand elle sortait au bar. Elle nota très rapidement son numéro et le lui donna.

"Pour que tu me préviennes de l'heure à laquelle tu es disponible. Je ne te retiendrais pas plus longtemps. Je crois qu'il est temps pour moi de rentrer finalement, l'inauguration sera une prochaine fois! Prends soin de toi, jolie rose."

Et avec ceci elle disparut par la porte, courant presque vers la sortie pour prendre de l'air. Il fallait qu'elle respire un bon coup, ou elle finirait dans les pommes à force de se retenir! Une fois à l'extérieur, elle courut en direction du centre ville; courir jusqu'à chez son père devrait la fatiguer un peu, parce que là, elle avait de l'énergie à revendre! Elle serra ses poings, sourire euphorique aux lèvres. Elle avait rendez-vous avec Rose! Elle avait rendez-vous avec Rose!
Revenir en haut Aller en bas
Rose Allen
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Oogie Boogie Club
Age apparent: Vingtaine
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Les braises de la Mort [PV Evie] [Terminé]   Dim 6 Mar - 18:51

Ce baiser avait été à la fois si court et si intense que Rose avait l'impression que ses lèvres brûlaient et crépitaient encore d'un feu intérieur qui leur était propre, alors même qu'elle dévorait Evie des yeux à chaque fois qu'elle osait porter son regard dans sa direction. Il y avait quelque chose d'électrique dans l'air, comme une tension bienvenue qui ne demandait qu'à exploser, mais ce furent au final les doigts posés sur sa joue pour transmettre un baiser indirect qui la firent de nouveau fixer la Vodoun, ses cils papillonnant tandis qu'elle l'écoutait parler de rendre le baiser volé, une légère rougeur revenant à l'assaut de ses pommettes. La Métamorphe hocha pourtant la tête, un léger sourire fleurissant sur ses lèvres quand elle vit sa vis-à-vis noter son numéro et le lui tendre, prenant le papier dans un geste précautionneux, comme si elle craignait de le déchirer rien qu'en le tenant dans sa main. Lisant rapidement le numéro, elle porta de nouveau ses yeux d'ambre sur les éclats émeraudes de Evie et acquiesça plus vivement cette fois.

- Je le ferais, promis. Prend soin de toi aussi et sois prudente sur le retour.

Qui sait sur quels dingues on pouvait bien tomber en pleine nuit à la Nouvelle Orléans, surtout quand on était aussi bien habillé et sulfureuse que notre protagoniste aux cheveux rouges. Rose la regarda disparaitre dans l’entrebâillement de la porte et resta immobile au beau milieu des toilettes de cette partie du club, serrant à deux mains le papier en se perdant brièvement dans certaines pensées qui lui donnèrent de quoi rougir furieusement. Ce ne fut qu'après avoir rangé précieusement le numéro et s'être rafraichie de nouveau qu'elle revint prendre son poste, souriant de manière énigmatique au barman quand il lui demanda si elle avait conclu avec la cliente, haussant les épaules sans vouloir dire de quoi il retournait exactement. Seul son sourire jusqu'à la fin de son service prouva qu'elle espérait déjà être au jour du rendez-vous, s'imaginant une infinité de scénario dans lesquels, à chaque fois, elle l'embrassait au moins un milliers de fois.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4186-rose-allen-termine#69603
 

Les braises de la Mort [PV Evie] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE IV : Autours de la ville ¤ :: ║En périphérie║ :: La vieille Plantation :: Le Oogie Boogie Club-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com