AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Guiness terre de légende

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alice Mewryan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Patronne et barmain du Trick O'Clink
Age apparent: 20ans
Dangerosité:
20/30  (20/30)

MessageSujet: Guiness terre de légende   Mer 24 Fév - 15:21

Je me frotte els mains de satisfaction. C’est rare un lundi soir qui marche autant. Il faut dire que le groupe d’hier soir a vraiment mis l’ambiance. Ceux-là, il faudra que je les fasse revenir. Peut être même que je vais leur proposer un contrat. Si à chaque fois qu’ils passent je me retrouve le lendemain avec autant de monde, sa peut valoir le coup. Bon on est pas non plus sur le monde qu’on peut avoir en week end, mais plus de vingt personnes en même temps un lundi soir, c’est un lundi exceptionnel.

Je regarde le font de la salle un petit escalier de quatre marches guide les clients sur la scène où les instruments sont déjà sur place, prêt à être utilisés. Une batterie, deux guitares, une basse et un clavier sont à dispositions de ceux qui ont la fibre musicale. Un peut plus en retrait sur une étagère les instruments traditionnels sont exposés : une harpe irlandaise et un fiddle (violon à cordes métalliques) dans son étui, une cornemuse, un bodhrán, une flute traversière, ainsi que deux flutes à bec en bois et un concertina (petit accordéon hexagonal) ; sont là pour les groupes. Patrick ne laisse pas n’importe qui toucher à ses instruments.

Patrick n’est pas là ce soir, trop de travail à la mairie. J’aime bien quand il est là, mais j’avoue que je préfère être seule aux commandes de pub. Cela e laisse plus de liberté, surtout concernant la musique. Bien sûr, pour faire plaisir aux habitués, j’intercale la musique irlandaise qui est si chère à leurs yeux. Foutus joueurs de cornemuse, de violon, de flute et de harpe. Un soir je leur passerais de la musique traditionnelle de mes ancêtres sa leur fera bizarre. Mais j’avoue que passer du rock me donne de petits frissons de nostalgie.

« Oh ! C’est pour qui la Guiness ?»

Un grand barbu apparait presque comme par magie devant le comptoir, il me sourie et prend sa pinte. Je le regarde s’éloigner et rejoindre ses compagnons de biture à sa table. Les habitués aiment que la barman soit une outre, leur enfance est bercée par les histoires du Petit Peuple, ils se sentent donc comme à la maison et tan pis si elle ressemble plus à une amérindienne qu’à une rousse sulfureuse. L’ambiance est rarement mauvaise, les clients boivent et chantent la musique qui passe. Je sais bien que passée une certaine heure, la Guiness laissera place au whisky, les voix se feront plus fortes, et ceux qui ne connaissaient pas les paroles des vieilles chansons qui passeront à ce moment ne se tromperont plus sur aucuns mots. Dans cette ambiance agitée, la moindre étincelle peut faire éclater une bagarre, mais je sais que même s’il n’y a pas de videur, je suis à la hauteur pour calmer tout le monde. Je n’ai besoin de personne pour mettre un soulard à la porte et ce même s’il est beaucoup plus grand et gras que moi. Et ça arrive bien plus souvent qu’on pourrait le croire

Pour le moment la soirée est bonne et l’ambiance est bonne enfant. Les serveuses ne se font pas embêter, et le ton ne monte pas encore. Bref, une super soirée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3502-alice-mewryan#58026
Rose Allen
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Oogie Boogie Club
Age apparent: Vingtaine
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Guiness terre de légende   Jeu 25 Fév - 13:45

On était au début de l'année 2051 et les températures avoisinaient la dizaine de degrés au coucher du soleil, à peine de quoi nécessiter de se couvrir, mais pas assez pour qu'on soit forcé de s'emmitoufler comme on le faisait dans les autres États situés au Nord de la Louisiane, ceci grâce au climat océanique dont ces terres étaient pourvues, pour le plus grand bonheur des habitants de la Nouvelle Orléans. Un Lundi soir comme un autre pourrait-on dire, mais quand votre diplôme de fin d'études approche et que vous préférez vous détendre plutôt que bûcher bêtement jusqu'à avoir le cerveau en compote, rien ne vaut une sortie en ville dans les vieux quartiers, là où tout ou presque peut se dégoter, pourvu qu'on sache où chercher. Bien sûr certains n'oubliaient pas que deux ans auparavant on avait fait brûler un club dans la rue principale, parait-il lieu de débauche en tout genre, mais cette histoire remontait à loin et on parlait même d'une réouverture prochaine. Les esprits s'étaient apaisés concernant les Outres, même si une nouvelle "race" venait de se faire connaitre, ouvrant une fois de plus le débat concernant ces êtres surnaturels qui peuplaient le monde. Au milieu de tout ce bordel ambiant, Rose avait décidé de passer une soirée de détente et avait jeté son dévolu sur un pub qu'on lui avait vivement recommandé et qu'on disait tenu par une Métamorphe : le Trick O'Clink. Vêtue d'un pantalon marron et d'un chemisier blanc surmontés d'une veste beige aussi longue que confortable, ses chaussures de marche montante claquèrent à peine sur le sol de l'établissement sous son pas plus que léger, seule sa chevelure rousse claire et ses yeux ambre pouvant éventuellement attirer l'attention, bien que sa silhouette menue se faufila à l'intérieur avec une certaine prudence, presque comme si elle n'aurait pas du s'y trouver. Elle avait beau être âgée de vingt-deux ans, sortir seule n'était pas ce qu'elle faisait le plus, préférant la compagnie d'un groupe d'amis et de camarades avec qui interagir, par instinct de rassemblement. Elle jeta un regard sur la salle relativement bondée pour un Lundi, appréciant avec un air légèrement surpris la décoration intérieure, souriant un peu avant de repérer le comptoir. Se faufilant entre les tables avec la grâce de son animal totem, elle effleura le bois du bar avant de lever les yeux sur la tenancière.

- Bonsoir.

Rien qu'un bref coup d’œil, histoire de voir à quoi ressemblait son visage avant que ses yeux ne se détournent pour chercher la carte des yeux, sa voix baissant de quelques octaves pour éviter d'attirer inutilement l'attention.

- Vous avez des cocktails sans alcool ?

Bon, d'accord, venir dans un pub et demander ce genre de consommation pouvait peut-être détonner un peu avec l'ambiance, mais pour appuyer sa question, la jeune femme offrit un sourire un rien intimidé à la barmaid. Au pire, un simple jus de fruit pourrait suffire... ou alors la bière la moins forte ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4186-rose-allen-termine#69603
Peter MacConnor
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Strip Teaser
Age apparent: 18
Dangerosité:
22/30  (22/30)

MessageSujet: Re: Guiness terre de légende   Jeu 25 Fév - 15:18

Si la colocation avec Ailin était des plus détonantes et étranges qu'il puisse paraître, le trouble initial avait laissé place à une certaine quiétude, rythmé par les étranges farces douloureuses que les deux protagonistes se laissaient à intervalles réguliers dans les pièces communes. Une légère inquiétude planait néanmoins en arrière plan dans le crâne presque en permanence vide de Peter, comme une brume légère du mois de Mars dans sa plaine irlandaise natale. Son alimentation n'était pas des plus variées et il lui fallait trouver un moyen d'entreposer plus de viande plus aisément. Les mains autour d'une tasse de thé, (directement venu de Chine bien sur, il pouvait bien se le permettre) Peter passait en revue les différents cours de la Bourse dans le salon, appréciant sa richesse virtuelle qui s'accumulait comme les rides chez un caniche (ou une vieille dame au choix, bien que les deux soient fort ressemblant passé un certain stade, était-ce pour cela que le caniche constituait l'accessoire à la mode indémodable des vieilles personnes ? Histoire de respecter l'adage qui voulait "qui se ressemble s'assemble" ?) Comme à son habitude il avait dédaigné s'asseoir sur les différents canapés qu'il y avait d'installé pour être sur l'énorme meuble de famille qui prenait une bonne partie d'un mur.

Vérifiant l'heure et naviguant pour savoir où allait le diriger sa soirée de congés il nota un autre bar que celui qu'il avait déjà visité, lui aussi soi disant tenu par un métamorphe mais dont la spécialité le fit sourire d'avance. Un pub métamorphe Irlandais. Autant dire qu'il avait tout pour lui plaire celui là. Caressant d'une main distraite le bois massif dans un geste qui semblait presque affectueux Peter éteignit son ordinateur et attendit patiemment que celui indique un arrêt total du système avant de refermer le clapet et de glisser le tout dans le meuble. Se téléportant en bas du meuble, il entreprit de monter les escaliers afin de rejoindre sa chambre forestière et ce faisant passa devant Ailin qui lisait comme à son accoutumée dans la salle commune. Ne résistant pas à l'envie soudaine il lui tira la langue et reçut un sourire "bisous!" en échange. Le genre de sourire qui venant d'Ailin pouvait symboliser une crasse à venir ou déjà effectuée mais attendant d'être découverte. Ou simplement rien. Mais c'était assez pour se montrer suspicieux. Même si autant l'avouer, la suspicion entre eux deux était en permanence présente. Il n'y avait pas de place pour une confiance totale et l’honnêteté entre la vampire manipulatrice née et le Faë qui ne pouvait pas mentir. Gloussant légèrement à cette idée de danger permanent (que lui prenait plus pour "jeu permanent") il enfila les escaliers quatre à quatre, ne s'arrêtant qu'une fois dans sa chambre, une idée précise de ce qu'il allait mettre en tête.

Une dizaine de minute plus tard il ressortit et passant dans la pièce d'à côté il choisit une paire de chaussures adéquate. Ou du moins tenta de trouver la paire adéquate. Autant dire que 20 minutes après avoir changé de pièce, il fut enfin fin prêt pour son excursion, la tenue traditionnelle Irlandaise qu'il avait enfilée lui venait tout droit d'un aïeul qu'il n'avait pas connu mais lui allait pourtant comme un gant. A croire que les deux étaient jumeaux dans un autre vie. Gloussant une nouvelle fois, il redescendit les escaliers et ouvrant la porte d'entrée il laissa s'échapper un "Bonne soiréééééée" à l'encontre du vampire qui n'avait pas bougé de place. Comme quoi ils pouvaient tenter de s'empoisonner la vie l'un, l'autre mais faire preuve de politesse néanmoins.

Vagabondant dans les rues il attira tout les regards à lui, il fallait dire que c'était peu conventionnel comme portrait, d'autant plus à la Nouvelle Orléans où la communauté Irlandaise n'était pas aussi développée que dans d'autres villes des USA, le port de Kilt semblait détonner un minimum. Même s'il aurait pu être un tartan rouge mais cela aurait plus été du demeurant d'Ailin. D'ailleurs il faudrait qu'ils aient une conversation à ce sujet, d'autant plus avec les Scots présent à Ulster, peut-être vampiromonstre faisait partie de ces premiers colons à s'installer et à chasser les irlandais de leurs terres. Arrivant en vue du pub qui était sa destination finale Peter fit en sorte de récupérer son accent naturel, bercé par les intonations celtiques de la langue qu'il avait appris en premier.

Souriant alors qu'une idée lui traversait l'esprit, il se rendit invisible et pénétra dans le pub où le monde s'accumulait petit à petit. Un lundi qui marchait plutôt bien pour la froide saison (même si le terme froid était légèrement inapproprié à l'atmosphère de la Louisiane.) Ouvrant des yeux ronds quand il regarda la scène Peter sourit et s'approcha d'un pas décidé, toujours invisible. Soupirant d'aise il se saisit de la harpe qui reposait là et retourna sur ses pas avant de se téléporter au bar, ou du moins derrière le bar assis sur le comptoir et regardait l'endroit où la patronne s'affairait petit à petit. Derrière était une jeune femme qui semblait vouloir commander et il se poussa un peu histoire de pas se faire découvrir de suite. Le groupe qui était là s'arrêta de jouer un instant et se saisissant de l'occasion le Lutin commença à jouer un air traditionnel sur la harpe en parfait état qu'il venait d'emprunter, toujours invisible, attendant de voir les réactions des uns et des autres, surtout de l'amérindienne qui venait de servir une guiness.


(P.S: http://i59.servimg.com/u/f59/18/84/80/13/kilt_810.jpg La tenue en question que vous puissiez apprécier par vous même l'ensemble.)
_________________
" Lord, what fools these mortals be! "


Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3601-peter-macconnor
Alice Mewryan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Patronne et barmain du Trick O'Clink
Age apparent: 20ans
Dangerosité:
20/30  (20/30)

MessageSujet: Re: Guiness terre de légende   Jeu 25 Fév - 16:32

Une odeur me fait lever la tête. J’ai l’impression d’être en foret tout à coup. Un coup d’œil à la porte et je la voie…la proie approche du bar, comme d’un point d’eau pour se désaltérer, sans aucunes méfiance pour les prédateurs qui pourraient roder aux alentours. Elle ne semble pas apeurer, elle doit donc savoir de qui elle s’approche ou alors les odeurs ambiantes l’empêchent de me repérer. Je ferme les yeux et hume l’air…une biche peut être. En tout cas c’est de la même famille ou pas loin. Tiens, sa me fait penser que ça fait longtemps que je n’ai pas chassé le gros gibier. D’habitude je fais joue- joue avec les alligators qui traine trop prêt des habitations, mais j’avoue que là une partie de chasse sa me détendrait bien. J’en proposerais une à Patrick demain.

Je ne l’avais pas quitté des yeux, du coup quand elle m’interpelle, je suis déjà toute concentrée sur elle. Elle est jeune ça ne fait aucun doute, et…je ne l’ai jamais vue encore. Nouvelle ? Ça fait toujours plaisir de voir de nouvelles têtes dans la ville.

Un cockt…La musique s’arrête et au lieu des guitares et du violon le son d’une harpe s’élève à côté de moi. Qu’est-ce que c’est ? Je détourne la tête de la femme-brave en lui faisant un geste de main pour qu’elle patiente et regarde dans la direction du son…rien…sa vient juste de là pourtant…Je renifle bruyamment et ferme les yeux. Ils ne me servent à rein dans un pub à la lumière tamisée. Une odeur, oh sa oui j’en sens une et le bruit que j’entend c’est pas celui d’un CD. J’entends les doigts glissés sur les cordes. J’ouvre les yeux mais mon regard est porté ailleurs. D’un geste machinale j’attrape la carte que je pose sur le comptoir tout en cherchant des yeux…

Pas de doute ! La harpe de Patrick n’est plus là ! Et cette odeur…Il y a quelqu’un sur mon comptoir qui joue avec la harpe de Patrick et qui est…invisible et son odeur est vraiment étrange. Je n’ai encore jamais sentie un truc pareil. Qu’est-ce que c’est ?

J’approche la tête encore un peut. Mes yeux perdent le bleu italien de ma mère pour arborer l’ocre du grizzly de mon père, dont j’ai moi aussi hérité.  Quatrième génération de grizzly. L’ursidé en moi remue. Il a l’impression qu’on se moque de lui et il déteste ça. Il veut balancer ses griffes dans le vide et voir si elles se tintent de rouge. Mais je l’apaise. Je ne risque rien ici. Ici c’est chez moi et personne ne peut me mettre en difficulté sur mon territoire.

«Qui est là ? »

Un sorcier ? Non ! Aucun wiccan ne serait suffisamment stupide pour venir me narguer jusque chez moi. Il faudrait vraiment être un gros crétin suicidaire pour venir défier la Combattante dans son pub alors qu’il est de notoriété publique qu’elle les déteste cordialement.

Ma voix est calme et j’arrive même à ne pas grogner. Je tend une main dans le vide comme si j’allais serrer la main de quelqu’un.
_________________


Dernière édition par Alice Mewryan le Jeu 10 Mar - 8:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3502-alice-mewryan#58026
Rose Allen
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Oogie Boogie Club
Age apparent: Vingtaine
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Guiness terre de légende   Jeu 25 Fév - 16:52

Il y avait tant de bruits alentours que baisser la voix n'avait sans doute pas été le plus judicieux, pourtant à mesure qu'elle s'était approchée du comptoir, l'instinct de Rose n'avait eu de cesse de déclencher une alarme puis de la faire aller grandissante dans ses hurlements intérieurs. Il y avait un danger ici, mais son premier réflexe avait été de songer au fait qu'il s'agissait d'un lieu inconnu remplit de nombreuses personnes différentes. Y avait-il des Outres ici ? Sans doute, mais à moins de se concentrer précisément sur quelqu'un, il serait difficile d'en deviner la nature, offensive ou non. La femme derrière le comptoir a tout d'une amérindienne semble-t-il, peut-être métisse, difficile à définir, mais elle exhale une autorité qui semble naturelle, quelque chose d'imposant qui ne donne pas du tout envie d'essayer de la défier. Le regard de daine se fait un peu plus fuyant tandis qu'on la dévisage, puis le soudain changement de musique manque de la faire sursauter tant il est inattendu, interrompant une chanson en son milieu pour laisser la place à quelque chose de plus aérien et enchanteur. De la harpe, en tant qu'artiste Rose ne peut que le reconnaitre et cela semble venir du comptoir lui-même. Des enceintes camouflées ? Se penchant un peu en arrière, ses mains en appui sur le bois, elle scrute le devant du bar en cherchant la sortie audio, en vain. La carte posée à sa portée attire de nouveau son attention et elle s'en empare avec un sourire chaleureux, l'ouvrant pour commencer à chercher la boisson qu'il lui faudrait.

«Qui est là ? »

Un frisson remonte le long de sa colonne vertébrale et la jeune femme peut sentir les poils de ses bras se hérisser tandis qu'elle redresse vivement la tête pour fixer la barmaid derrière son comptoir. Quelque chose a changé dans l'air, l'alarme dans sa tête hurle à pleine blinde, tous gyrophares allumés tournant à toute vitesse tandis qu'elle amorce un premier pas en arrière, ses doigts crispés sur la carte encore entre ses mains. Bon, d'accord, peut-être qu'elle aurait mieux fait de ne pas sortir sans ses camarades d'études ou bien insister auprès de ceux qui auraient pu céder pour l'accompagner ce soir. La tenancière a pourtant parlé calmement, mais le palpitant de sa cliente ne semble pas être au courant et s'affole jusque dans sa gorge, la faisant respirer un peu plus vite tandis que ses yeux ambre se fixent à sa silhouette. Tel une daine venant de repérer un danger, elle se fige, immobile à deux pas du comptoir, partagée entre l'envie de s'enfuir et celle de continuer à trembler sur place. C'est stupide, elle est en pleine ville, il n'y a pas de raison de penser qu'il puisse arriver quelque chose... si ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4186-rose-allen-termine#69603
Peter MacConnor
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Strip Teaser
Age apparent: 18
Dangerosité:
22/30  (22/30)

MessageSujet: Re: Guiness terre de légende   Mer 9 Mar - 14:50

Le lutin ne s'était pas amusé autant depuis un bon moment. Il fallait dire qu'entre son boulot et sa colocation ses différentes farces n'avaient plus le même impact. L'habitude s'installait doucement laissant place à une certaine monotonie là où auparavant subsistait la surprise et l'effarement. La dure vie d'un lutin sédentaire. La spontanéité et la fraîcheur des nouvelles victimes avait un goût sucré, ravissant les papillons aussi surement qu'une glace pilée. Avoir des victimes qui jouaient le jeu et n'avaient en aucun cas l'air d'être au courant des habitudes faësques (malgré le fait que ce soit un bar Irlandais) c'était comme un dépucelage. Et il était celui qui le pratiquait (cette comparaison fut sponsorisée par les Plaisirs Coupables.) D'ailleurs sans le vouloir il avait aussi inclus la jeune femme qui s'était installée au comptoir au nombre de ses victimes. Quel Don Juan, non seulement courrait-il après une femme Ours mais en plus il voulait la jeune fille Biche. Si ça n'était pas un coureur de jupons l'on se demande bien comment pourrait-il être qualifié? Il les sentit toutes les deux renifler et se retint de justesse de faire un commentaire sur le fait qu'il avait déjà pris sa douche mais qu'il pouvait volontiers partager la marque de son shampooing si elles étaient si intéressées que cela.

L'atmosphère se voila l'espace d'un instant emplie d'une tension soudaine. Peter n'avait jamais été devant un Grizzly sinon il aurait pu juger que cela y ressemblait fort. Il se contenta néanmoins de trouver cela juste drôle comme à son habitude. Au final il ne se voyait pas en danger dans le bar, il n'avait certes pas vu de videur mais de là à se faire agresser en public, ce n'étaient tout de même pas des sangsues. Quoique... Il faudrait qu'il recontacte Bess, la coincée du cul et qu'il voit pour passer une soirée à boire avec elle dans un fou jeu du "tu te souviens de l'époque où" qui viserait à savoir lequel des deux était le plus âgé. Bien sur ça ne serait pas précis mais l'idée restait là. Une question vint enfin, destinée au lutin bien entendu. Eclatant de son rire de clochette il devint visible en face des deux métamorphes. Avant d'enchainer dans un Irlandais parfait.

-Dia dhuit! Peter is anm dom! Is Leprechaun mé! (Bonjour, Je m'appelle Peter, Je suis un Leprechaun.)

Il sourit de plus belle, totalement conscient que l'irlandais n'était pas parlé.
_________________
" Lord, what fools these mortals be! "


Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3601-peter-macconnor
Alice Mewryan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Patronne et barmain du Trick O'Clink
Age apparent: 20ans
Dangerosité:
20/30  (20/30)

MessageSujet: Re: Guiness terre de légende   Jeu 10 Mar - 9:14

D'un bond je me retrouve dos collé avec l’étagère de bouteille d'alcool. Non mais c'est quoi ce truc ? Un grondement moitié bestial, moitié humain sort de ma gorge. Quelques clients lève un regard interrogateur sur moi, mais ne voyant pas de danger évidant, ils retournent à leur verre. D'où il sort ? Je suis certaine de n'avoir rien vue et tout à coup, il est apparue en se foutant de ma gueule!Il veut mourir c'est ça ? Et puis c'est quoi cette langue ? J'ai compris que deux choses « Peter », ce dont être son nom et « leprechaun »...

Une petite minute...Il a dit quoi ? Leprechaun ? Pour de vrai ? Ce petit mec tout sourire serait...un faë ? Alors ils existent vraiment ! C'est pas juste une rumeur lancée par un groupe écolo. Ça explqiue l'odeur. Deux secondes...je sais plus où j'en suis là. Et puis c'est quoi son problème ? Je suis passée à deux doigts d'avoir une crise cardiaque. Il est pas bien ce mec...lutin...trucchaun...merde ! Je sais plus quoi ! Et si en plus il parle pas la langue, on est pas rendue.

J'inspire plusieurs fois une main sur la poitrine pour apaiser mon cœur, qui a rarement battue aussi vite et n'a pas l'habitude. Je me reprend, mais je ne garantie pas encore que mes yeux sont redevenues humains. Ba les clients réguliers ont l’habitude, les autres feraient mieux de s'y faire s'ils veulent revenir souvent. Je finie par retrouver mon aplomb habituel et m'approche de lui avec u ne légère méfiance. S'il est apparue d'un coup il peut sûrement disparaître aussi vite.

« Bonsoir...Peter ? Je suis Alice Mewryan. »

Se présenter avec le sourire c'est quand même la moindre des choses. Surtout que c'est le premier faë que je rencontre officiellement. J'aimerais que mes relation avec cette communauté soit amicale. Je luis sors une carte et la pose devant lui.

« Par contre si te parles ni anglais, ni italien, ni navaho, on va avoir du mal a se comprendre. Tu m'excuses ? »

Je me retourne vers la cliente homme-brave qui été là avant lui...heu...je crois. Elle est plus tendue qu'une ficelle de string sur le point de rompre. Je lui offre un sourire maternel et réconfortant.

« On est à la Nouvelle-Orléans, il faut s'y faire. Je suis Alice la Combattante de la Nouvelle-Orléans, ravie de voir une nouvelle tête. Si tu as le moindre soucie n'hésites surtout pas a venir me voir, je suis là pour ça.»

Normalement savoir que le prédateur en face de soit est le Combattant du territoire ça à tendance à rassurer les hommes-braves dont l'Odem est une proie, ou du moins qui est du genre un peut faible. Après tout, c'est justement le rôle du Combattant de protéger les hommes-braves qui ne sont pas fait pour le combat. Et moi, j'aime ce que je fais. Tan que je serais en ville ils pourront toujours compter sur moi pour leur venir en aide.

On peut dire que les ancêtres l'ont conduite pîle au bond endroit. C'est important quand on arrive sur un nouveau territoire de prendre contact avec la communautés. Je garde un sourire chaleureux à son attention, et un coin en coin sur le faë au cas où il disparaisse à nouveau.

« Qu'est-ce que je te sers jeune fille ? »

Oui je me permets de l’appeler ainsi, car je me comporte comme une maman avec tous les hommes-braves que je sens plus jeune que moi. Après tout en âge humain je pourrais être une arrière grand-mère.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3502-alice-mewryan#58026
Rose Allen
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Oogie Boogie Club
Age apparent: Vingtaine
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Guiness terre de légende   Jeu 10 Mar - 10:14

Il y eut un rire, aussi léger et clair qu'un tintement de clochettes, presque surnaturel, puis soudain un homme apparut sur le comptoir du bar, faisant sursauter Rose qui poussa un glapissement effrayé avant de reculer de plusieurs pas, butant contre un tabouret haut en manquant de le renverser, serrant la sangle de son sac en bandoulière comme si celui-ci avait pu le protéger d'un quelconque danger. Ses yeux d'ambre virèrent au noir de son totem et son souffle se crispa douloureusement dans sa poitrine tandis qu'elle peinait à respirer, les sens affolés tandis que l'Outre farceur semblait se présenter dans une langue qu'elle ne connaissait pas, ne retenant elle aussi que deux mots distincts à savoir le prénom et la nature de l'individu : un Leprechaun. Ce fut la gérante des lieux qui se remit la première et se présenta à l'homme qui possédait une certaine jeunesse et une beauté particulière, pivotant ensuite vers la Daine qui sursauta encore à ce seul geste, rentrant la tête dans les épaules, à deux doigts de s'enfuir en effet face à de telles démonstrations de pouvoirs. Le sourire de la dénommée Alice et ses paroles eurent cependant un effet passablement apaisant. La Combattante de la Nouvelle-Orléans ? La Métamorphe se rappelait ce qu'on lui avait expliqué à ce sujet, catégorie prédateur, là pour régler les conflits et protéger les plus inoffensifs... Et vu son aplomb, sans doute un fort tempérament qui avait de quoi intimider. En tant que Daine "de la ville", Rose peinait un peu à se faire à toutes ces choses, mais elle s'efforça de sourire -avec encore un peu d'hésitation il est vrai- et s'approcha prudemment du comptoir, lançant un regard incertain à l'homme encore perché dessus et à qui elle adressa un petit signe de tête timide.

- Moi c'est Rose.

Dit-elle d'une voix douce et encore un rien serrée, avant de reporter son attention sur Alice, presque à contrecœur tant elle craignait de quitter le dénommé Peter des yeux. Est-ce qu'il allait encore disparaitre ? Est-ce que les Leprechaun étaient aussi farceurs que certains lutins comme dans les vieux contes ? Est-ce qu'il pouvait être méchant ? La musique venait-elle de lui ? Est-ce qu'il allait en rejouer ? Autant d'interrogations qui ne franchirent jamais la barrière de ses lèvres alors qu'elle fixait de nouveau son ainée, ses yeux reprenant lentement leur couleur ambre en même temps qu'elle se forçait à inspirer profondément pour calmer les battements de son cœur.

- J-Je voudrais un jus de fruit, s'il vous plait.

Bon, le dilemme de commander une boisson sans alcool dans un pub revenait à l'assaut dans son esprit, lui permettant au moins de se focaliser sur autre chose que la peur que lui avait fait Peter et son apparition surprise. Rose expira un peu plus fortement, puis sourit avec un peu plus d'assurance, se redressant en lâchant finalement la bandoulière de son sac en tissu.

- Est-ce qu'il y a d'autres clients qui font... ce genre de choses ?

Et irrépressiblement, son regard était de nouveau attiré vers l'homme aux cheveux blonds. Est-ce que c'était l'un de ces Faës dont on avait parlé à la télévision ? Est-ce qu'ils étaient vraiment vrais ? A choisir, la Métamorphe aurait préféré le rencontrer dans de meilleures circonstances, mais si celui-ci était comme dans les légendes, à moins de vouloir lui voler son or, il n'y avait rien à craindre... n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4186-rose-allen-termine#69603
Peter MacConnor
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Strip Teaser
Age apparent: 18
Dangerosité:
22/30  (22/30)

MessageSujet: Re: Guiness terre de légende   Mar 15 Mar - 22:55

Les réactions ne se firent pas attendre longtemps. Elles furent pour ainsi dire en parfaite harmonie avec la réapparition de Peter, les deux métamorphes reculant toutes les deux d'un bond. Une synchronisation dont peu de gens étaient capables d'ailleurs. Mais de sa place Peter n'en loupait pas une miette, les joies d'une vision périphérique exemplaire. Entre la patronne Alice qui se mit à gronder façon animal et les yeux de la jeune fille dénommée Rose qui se prit un tabouret Peter avait de nouveau touché le jackpot. Deux métamorphes pour le prix d'une. Il ne put s'empêcher de rire de nouveau pendant les présentations qu'il écouta d'une oreille (des années de pratique avec Winruna lui permettait facilement de diviser son attention entre plusieurs choses) tout en se demandant l'âge, les hobbys etc. jusqu'au goût de ses deux interlocutrices (un carnivore restera toujours un carnivore, et à certains moments Peter se voyait presque égérie de certaines marques de steaks ou encore gérant d'une immense chaîne de boucheries; quoique les deux avaient déjà dû être faits par des membres de sa race... Il lui fallait vraiment redoubler d'ingéniosité et innover s'il voulait laisser sa place parmi les siens, mais le voulait-il vraiment ?)

Toujours est-il que les présentations étaient faites. Même que Peter était légèrement déçu. Il était dans un bar Irlandais mais personne ne parlait irlandais. C'était presque triste mais le lot commun des bars irlandais. Peut-être qu'en revenant à la St Patrick il pourrait converser dans l'une de ses deux langues natales (la première étant le faë lutin bien entendu, étonnamment proche du traditionnel irlandais néanmoins.) Mais ce n'était pas un problème, des trois langues qu'Alice avait cité Peter en parlait deux couramment et il apprendrait le navajo assez vite une fois que Winruna aura décidé de lui apprendre. Après différents dialectes en araméen et en sumérien tout en passant par le grec ancien et le latin, il fallait dire que le lutin avait une certaine expérience en apprentissage des langues. Il s'agissait plus là d'un challenge comme un autre. Riant de nouveau il laissa volontiers la carte se glisser devant lui mais ne prit pas la peine de la regarder, sachant quelle boisson prendre pour faire hommage à sa patrie. Il se contenta d'observer ce qu'il se disait entre les deux  (très fortement supposées) métamorphes. Une fois la commande de la jeune Rose passée il se permit d'ouvrir la bouche, laissant son accent irlandais prendre le dessus.

-Et je prendrais bien une guinness pour ma part, dois-je vous présenter ma carte d'identité ou vous pensez pouvoir me faire confiance concernant mon âge ?

Il ajouta un clin d’œil à Alice, espiègle comme toujours.

-Et si possible laissez moi vous offrir votre jus de fruit Mlle.Rose, à charge de revanche pour vous avoir effrayée peut-on dire. Quand à votre question sur si d'autres Faës sont dans l'établissement laissez-moi répondre à la place de Mme. Mewryan, avant de se tourner vers la concernée un sourcil élevé en guise d'interrogation, Madame ou mademoiselle ? ; n'attendant pas une réponse il continua sur sa première lancée, je crains d'être le seul représentant de ma race en ce lieu ce soir... Et vous ?

Il déclencha sa Trace qui rendait ses yeux si non humains et se détourna enfin de Rose pour vérifier ses dires. Qui étaient tout vérifiés, pas l'ombre d'un elfe ou d'un brownie, bref pas l'ombre d'un Faë. Enfin il fit résonner la harpe.

-Voyez-vous un inconvénient si je me permets de continuer ? C'est plus fort que moi l'on peut dire et je n'ai décidément pas pu m'en empêcher, la tentation était trop forte.

Son sourire colgate était rayonnant. Le leprechaun avait un public qui ne savait pas à quel point il ne fallait pas lui faire confiance pas comme Ailin et Précieuse. C'était l'heure de sortir le grand jeu.
_________________
" Lord, what fools these mortals be! "


Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3601-peter-macconnor
Alice Mewryan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Patronne et barmain du Trick O'Clink
Age apparent: 20ans
Dangerosité:
20/30  (20/30)

MessageSujet: Re: Guiness terre de légende   Mer 16 Mar - 16:00

« Aucun soucie. »

Puis qu'elle n'a pas précisée, je suppose que n'importe quel fruit lui conviendrait. Du coup je prépare un des cocktails sans alcool qu'on a sur la carte et que j'ai trop rarement l'occasion de faire. Je remplis un verre à moitié de glaçons et j'ajoute du jus d'orange, de citron, d'ananas et une touche de sirop de grenadine. Avec le froid des glaçons, le sirop reste dans le bas du verre et un dégradé du rouge vers le jaune se fait jusqu'en haut du verre. Fière de mon œuvre je pose le verre devant Rose.

« Un fruit cup pour la demoiselle. »

Ah ! Il parle il parle anglais. Soulagement. Je le regarde en diagonale. Les faës ont des cartes d'identités ? Je me demande à quoi elles ressemble ? Lieu de naissance : triffoui les oies qui à disparut en moins quelque chose. Date...n'en parlons même pas. Finalement je rie de bon cœur. Il fait très jeune c'est vrais mais avec mon super physique de 25 ans j'en ai en fait 64, alors....Je me demande si c'est pas moi qui devrait lui montrer une carte d'identité. Un sourire entendue répond à son clin d'oeil.

« Une Guiness, ça marche ! »

J'attrape deux verres. J'ai envie de boire avec eux. Dans uns je tire un liquide noir et épais avec juste un petit trait de mousse ambrais. Patrick m'a suffisamment engueulé pour que je sache maintenant qu'il ne faut surtout pas mettre trop de mousse dans une pinte. Un soir j'étais tellement sur les nerfs que j'ai lancé son verre à la figure d'un client mécontent de l'absence de 5 cm de mousse. Ça a fait rire tout le monde. Je remplis le mien de cidre et j'y mes un glaçon.

Est-ce qu'il y a d'autre clients qui font se genre de chose ? Heu...apparaître comme ça, c'est mon premier. Mais si elle veut du client qui sort de l'ordinaire il y en quelques un. Après il faut prendre en compte le fait que la patronne se transforme en grizzly et son mari en loup. Ah ! Il y a mon voodoun préféré aussi qui est pas mal. Surtout quand il vient pour se fritter avec moi après une tourner des bars. Mais des faës, c'est le premier qui se révèle.

Je vais pour répondre mais Peter prend la parole et en bonne tenancière de bar je laisse les clients discuter entre eux avant de parler. Il est gentil de lui offrir son verre pour l'avoir effrayer. En plus il se propose de répondre. Les faës doivent être comme les hommes-braves ils doivent se reconnaître entre eux.

J'ouvre la bouche mais encore une fois je n'ai pas le temps de dire quoi que se soit. Je sourie, il est rigolo et pleins d'énergie. Je comprend pourquoi les irlandais aiment ce genre de créature.Elles sont vraiment rigolotes. J’avoue qu'il me plaît beaucoup. Pas physiquement, non les gamin de 18 ans c'est pas vraiment mon truc. Mais il y a quelque chose de charmant chez lui, quelque chose qui met en confiance.

« Nous sommes quatre. »

Enfin, j'ai réussit à en placer une. Avec un sourire je désigne un homme entouré de filles à une table. Lui je le connais que trop bien. C'est un paon. Il va faire mumuse toute la soirée et repartir avec seulement une d'entre elles. Et une femme à l'air un peut espiègle qui mange avec son époux. Elle si ma mémoire est bonne, il me semble que c'est une renarde. Je garde pour moi les odems des hommes-braves, cela reste quelque chose de plutôt personnel.

L'instrument résonne à nouveau. Ah ça c'est compliqué. La harpe en question vient d'Irlande et Patrick y tien beaucoup. Il ne laisse pas beaucoup de gens toucher à ses instruments favori.

« Elle appartient à mon maris. »

Je levé une main, avec un sourire, où il peut voir une alliance en or blanc. Un cœur en émeraude tenu de chaque côtés par une main et surmonté d'une couronne.

« Il y tien beaucoup comme la plupart des instruments ici. Mais vous avez l'air de savoir ce que vous faite. Alors je fais une exception.  »

Je ferme les yeux pour cette fois et si Patrick débarque, j'en assumerais les concéquences.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3502-alice-mewryan#58026
Rose Allen
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Serveuse au Oogie Boogie Club
Age apparent: Vingtaine
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Guiness terre de légende   Mer 16 Mar - 17:22

Si on avait dit à Rose qu'un jour elle se retrouverait dans une situation aussi cocasse, elle ne l'aurait certainement pas cru et aurait pensé à une plaisanterie. Et pourtant. La Nouvelle-Orléans recelait bien des mystères et les dernières révélations faites à propos des Outres n'avaient de cesse de faire sortir de l'ombre tout un tas de créatures, comme par exemple ce "jeune homme" aux cheveux blonds qui semblait d'humeur joyeuse et qui, après leur avoir joué un tour, semblait enclin à se faire pardonner et à entamer un dialogue plus conventionnel.

- M'offrir un verre ? Oh heu... c'est très gentil merci, j'accepte volontiers.

Quelle gentille attention lui sembla-t-il, ignorante qu'elle était quant à la règle qui voulait qu'on ne remercie jamais un Faë, encore que pour si peu, pour l'instant, il n'y ai pas encore de gros risque immédiat. C'était sans compter cependant sur son éducation, un léger sourire effleurant ses lèvres.

- J'offrirais le vôtre au prochain tour si vous voulez.

Échange de bon procédé lui semblait-il, constatant que la tenancière se servait également un verre pour les accompagner, ce qui acheva de la détendre pour de bon alors qu'elle la remerciait elle aussi pour la boisson. La conversation semblait vouloir tourner autour des races présentes et si le dénommé Peter était le seul en son genre, Alice de son côté affirma qu'il y avait quatre Métamorphes en tout dans le pub. Interloquée, Rose papillonna des cils avant de pivoter en direction de la salle et des clients qui s'y trouvait, ses sens en alerte et son odorat en action. Il y avait bien quelque chose et elle se demandait comment le stress et la peur avaient pu à ce point lui occulter tous ces détails qu'à présent elle remarquait. Elle était parfaitement incapable de deviner la nature profonde des autres Outres, mais elle "sentait" qu'ils n'étaient pas humains, ce qui était déjà beaucoup à son sens.

- Nous sommes donc tant que ça...

Souffla-t-elle dans ce qui fut presque un murmure agréablement surpris, sa silhouette pivotant de nouveau pour faire face au comptoir, au moment même où la harpe était sur le point de résonner à nouveau. Ainsi la tenancière était-elle mariée ? La rousse eut un sourire plus doux et en profita pour admirer la bague qu'elle trouvait magnifique, très romantique dans sa forme autant que dans ses teintes. Elle s'écarta un peu et porta le verre à ses lèvres, savourant le goût du cocktail sans alcool avec un plaisir évident : l'air de rien, elle mourait de soif et le liquide était aussi frais qu'on pouvait l'espérer. Son regard ambre finit inévitablement par se porter de nouveau sur Peter lorsque Alice donna son accord.

- J'ai beaucoup aimé ce que vous avez joué tout à l'heure. Est-ce que vous auriez quelque chose de votre pays natal ? Il parait qu'il y a de très belles musiques.

Tant qu'à écouter un Leprechaun jouer d'un instrument, autant pousser l'exotisme jusqu'au bout et voir ce qui en résulterait.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4186-rose-allen-termine#69603
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Guiness terre de légende   

Revenir en haut Aller en bas
 

Guiness terre de légende

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE III : Les vieux quartiers ¤ :: ║La rue principale║ :: Trick O’Clink-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit