AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Knock, Knock ! Who's there ? Knuckles !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Knock, Knock ! Who's there ? Knuckles !   Lun 18 Avr - 10:32

Il n'aurait su dire pourquoi en vérité, mais les paroles de Matthew lui firent énormément plaisir et le gonflèrent de fierté. Bien sûr l'homme semblait un peu plus âgé que lui et l'était sans doute de part sa nature, mais il dégageait quelque chose de fort et d'apaisant à la fois, à l'image même de quelqu'un qu'on voudrait écouter et suivre, parce qu'il est juste et bon, parce qu'il dit et pense comme nous, parce qu'il inspire le courage et l'abnégation. Cooper le ressentait ainsi et, s'il avait été Métamorphe, il aurait immédiatement compris pourquoi il éprouvait de telles choses en compagnie de celui qui n'était autre que le Sachem. Au lieu de ça, il songea plus simplement qu'il adorait ce grand type, ce professeur qui avait roulé sa bosse avant de se poser ici à la Nouvelle Orléans, se confirmant mentalement qu'il n'hésiterait jamais à lui prêter main forte, peu importe pour quoi. Puis les pizzas arrivèrent et le monde du Norma bascula complètement, réglant son cerveau sur "Besoins Primaires", le reste se résumant à un bourdonnement cognitif sans importance, bien que la mention du tirage d'oreilles ne soit pas passé dans l'oreille d'un sourd. La chaleur brûlante de la pizza ne fit que ralentir le destin de la part que l'homme avait prélevé dans le premier carton ouvert, la bière étant bienvenue pour apaiser le feu sur sa langue, avant qu'il ne reparte à l'assaut de son repas comme le bon petit glouton qu'il était. Il attendit d'ailleurs d'avoir terminé cette première portion et d'avoir bu une nouvelle gorgée d'alcool avant de répondre à Matthew, sourire aux lèvres. C'est qu'il venait de mettre le doigt sur un truc et pas des moindres.

- Ah ben, tu as trouvé ton homme alors ! J'adore jouer au bowling, je me démerde pas trop mal même si je suis plus habile sur une piste de danse. Je t'avouerais que j'ai l'habitude de sortir très souvent pour aller aux Plaisirs Coupables, mais ce jeu je l'adore alors tu peux compter sur moi pour tes prochaines escapades.

Le bowling, il s'accordait au moins une petite série de partie tous les deux mois, quand il le pouvait et qu'il n'était pas trop fatigué. Il ignorait encore que dans quelques temps il ferait la connaissance d'une petite boule de poils adorable qu'il emmènerait au Bowling de la ville, mais en attendant, l'idée d'y aller avec un ami l'enchantait particulièrement. Cooper préleva une nouvelle part de pizza, prit le temps de souffler convenablement dessus cette fois, puis mordit à pleine dents, soupirant d'aise avec l'air d'avoir un début d'orgasme. Affamé va.

- Bordel j'ai tout le temps faim, mais là j'sens que je vais battre un reccord.

Affirma le Norme en relevant sur le Métamorphe un regard brillant d'intensité, tandis qu'il continuait de manger avec appétit, ne parlant qu'entre deux bouchées histoire de demeurer correct malgré tout.

- Tu joues pour le plaisir ou tu fais des compèt' parfois ? J'en ai jamais fait perso, mais j'ai vu des gens y jouer en mode sport intensif, c'est dingue comme ils ont de la technique, ça demande une grande concentration. Moi je fais ça avec mon BMX, un vrai cascadeur sans vouloir me vanter, mais c'est pas vraiment comparable.

Même si des fois il était capable de quasiment s'envoler sur son deux roues tant il possédait de la détente et de la technique, lui aussi. Souvent il devait sauter par-dessus des barrières ou des escaliers, rebondir contre un mur pour esquiver la petite vieille du coin qui avait choisit ce moment pour s'arrêter dans un angle mort, ou tout un tas de mauvaises surprises qu'un coursier pouvait rencontrer. Il ne cessait de parfaire son talent, apprenant en permanence selon les situations qui se présentaient à lui, mais là il fallait quand même avouer qu'il avait atteint un niveau de type international. Tout du moins était-ce ce qu'il pensait.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Matthew Williams
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: Knock, Knock ! Who's there ? Knuckles !   Lun 18 Avr - 12:30

Dans un coin de sa tête, Matthew réfléchissait encore à la possibilité de dire la vérité à son invité. Après tout, il lui avait sauvé la mise et il s’en voulait un peu de passer sous silence certaines choses. Certes, il avait toutes les raisons du monde de les cacher, ou du moins de ne pas s’en vanter trop ouvertement, mais, après ce qu’il venait de se passer, il n’y avait pas particulièrement besoin de davantage de preuves pour faire confiance à cette personne. On pouvait bien entendu douter encore, mais le Jaguar n’avait jamais été du genre à prendre beaucoup de précautions. C’était peut-être aussi l’une des raisons pour lesquelles il lui arrivait autant de mésaventures, mais, à défaut d’être en adéquation avec l’ère du temps, il était plutôt du genre à faire confiance facilement, à penser que la majeure partie des personnes de ce monde étaient finalement plus enclines à faire le bien que de nuire à autrui. Cooper faisait décidément partie de ces personnes-là et lui mentir, même par omission, n’était pas, pour ainsi dire, la meilleure façon de le remercier. Il n’avait pas l’air de s’en formaliser et pour cela, le Métamorphe lui en était très reconnaissant, mais cela n’empêchait pas ce dernier de se sentir un peu mal à l’aise à ce sujet, surtout en renvoyant l’état dans lequel il se trouvait, par sa faute, même s’il ne l’avait pas directement obligé à se joindre à la bagarre. Enfin, la soirée était encore jeune et ils auraient peut-être l’occasion d’y revenir, ou peut-être à l’occasion d’une autre soirée, plus paisible, puisque, visiblement, ni l’un, ni l’autre, ne semblait ennuyé à l’idée qu’ils puissent se revoir, dans des conditions plus joviales, même si, et il ne l’aurait jamais avoué ouvertement, cela avait fait du bien au professeur de se défouler un peu de cette façon. Peut-être était-ce un trop plein qu’il avait eu bonheur à évacuer contre des personnes avec lesquelles il n’avait pas eu besoin de se retenir ? Allez savoir…

Le Sachem fut amusé, et agréablement surpris, de savoir que Cooper appréciait également le bowling. Non pas qu’il était rare de tomber sur des personnes qui aimaient taquiner les quilles, mais cela augurait peut-être une bonne soirée en perspective. Et, maintenant que cela venait sur le tapis, il se rendit compte qu’il n’avait jamais proposé à Arn de faire une soirée de ce type. Peut-être serait-elle intéressée également ? Il se promit de lui soumettre l’idée, après tout, dans ses souvenirs, on passait aussi de très bons moments à jouer. Il haussa un sourcil à l’évocation des Plaisirs Coupables. Il en avait entendu parler, souvent par ses étudiants, mais n’y avait jamais mis les pieds. « Partenaire de bagarres et de bowling, je crois qu’on va finir par devenir inséparables ! » Il esquissa un sourire amusé. Il plaisantait, enfin un peu. A vrai dire, il ne comptait pas monopoliser l’attention du jeune homme sous prétexte qu’il aimait lui aussi le bowling et, pour être honnête, il savait pertinemment qu’une personne comme lui devait passer le plus clair de ses nuits à s’amuser avec des personnes de son âge, probablement du sexe opposé, à profiter de sa jeunesse. Ces choses-là n’étaient pas étrangères à Matthew, mais, il devait l’admettre, il s’était peut-être un peu trop assagi. L’occasion de changer un peu la donne ? Peut-être, ils auraient tout le temps de voir cela. Il acheva en quelques bouchées sa part de pizza, tandis que le coursier s’extasiait sur sa deuxième part, il semblait réellement apprécier son repas et son enthousiasme faisait plaisir à voir. Profiter des choses simples était un plaisir et qu’il s’agisse d’un paysage au clair de lune ou au crépuscule, voire d’un morceau de pizza, il n’y avait finalement aucune différence, pour peu que l’on en tire du bonheur.

« Si tu sens que les pizzas ne suffiront pas, on peut toujours en commander d’autres. J’imagine déjà la tête du livreur. » Le Sachem se sentait en appétit lui aussi et il ne doutait pas de sa capacité à engloutir des tonnes de pain, tomates et fromage, mais si Cooper voulait battre un record, ce n’était pas lui qui allait s’y opposer. Achevant une autre part, le Métamorphe ferma le premier carton pour ouvrir le second avant de prendre une part supplémentaire. « J’ai fait quelques compétitions de ça, de là, rien de bien fantastique, des tournois plus amateurs que professionnels. J’étais plus le larron qui profitait de l’occasion, découvrant qu’il y avait un tournoi dans le coin et qui s’y inscrivait pour le plaisir. Mais je ne me débrouille pas trop mal, enfin, si je n’ai pas trop rouillé depuis le temps. » Un nouveau sourire, le temps d’amener la part de pizza jusqu’à ses lèvres et d’en engloutir une bouchée. « Tu fais du BMX depuis longtemps ? J’ai essayé une fois, avec une bande de jeunes en Allemagne. Je crois que je n’ai jamais été plus ridicule de toute ma vie, mais bon, on s’est bien amusés. Surtout eux. En tout cas, vu comment tu en parles, il va falloir que je te voie en action, ça risque d’être époustouflant ! » Le professeur se souvenait très bien de ce moment, un peu gênant, où il avait tenté de faire quelques trucs avec un BMX, pour le grand bonheur de quelques jeunes qui avaient bien rigolé. Heureusement, Matthew n’avait jamais eu peur du ridicule, bien au contraire, et puis, cela avait été un moment agréable malgré tout. Et s’il avait bien une chose qu’il avait du apprendre pour survivre en ce monde, c’était de ne pas avoir peur d’être ridicule, sans quoi, il n’aurait probablement pas fait grand-chose de tout ce qu’il avait pu faire jusque là. « Dans un tout autre registre… Qu’est-ce que te plais dans la Nouvelle-Orléans ? Tu n’as jamais eu envie d’aller voir un peu ailleurs ? De voyager ? » Simple curiosité, d’avoir l’avis de quelqu’un de local, quelqu’un qui avait la ville dans son sang, pour avoir un autre point de vue. Le Métamorphe connaissait ses raisons, mais elles n’avaient pas forcément quelque chose à voir avec la ville, enfin, pas la raison principale.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Knock, Knock ! Who's there ? Knuckles !   Mar 26 Avr - 11:07

L'idée que lui et Matthew puissent devenir des potes inséparables était assez plaisante en soi et Cooper rit de bon coeur avec lui, grimaçant dans la foulée en se rappelant ses côtes, toussant doucement pour reprendre son souffle avant de soupirer de frustration. Bordel si c'était comme ça tout le temps, il allait finir par devenir dingue avant la fin de son temps de repos. Pour autant le fait que son nouvel ami soit aussi compréhensif pour tout ce qui avait trait à la nourriture ne manqua pas de lui tirer un large sourire enjoué, imaginer la tête du livreur ajoutant à son amusement. La conversation dériva finalement sur le bowling et le Norme écouta le Métamorphe tout en dévorant la part de pizza qu'il avait dans la main, hochant la tête à intervalles réguliers pour lui montrer qu'il suivait avec attention ses dires, jusqu'à-ce que le professeur ne tourne ses questions vers lui. Avalant goulument la dernière bouchée, le coursier sourit grandement, tout heureux d'avoir l'occasion de parler un peu de sa passion, chose qu'étrangement il ne faisait que trop rarement.

- J'en fais depuis que j'ai l'âge de tenir sur un vélo de ce genre et je n'ai jamais cessé de me perfectionner depuis. Au début je m'amusait à monter et descendre des trottoirs, puis à sauter les obstacles. J'en ai pris des gamelles à me rétamer sur le bitume, mais j'adorais la sensation de vitesse et de légèreté que ça procurait, alors j'ai persévéré. Et plus je m'améliorais et plus j'avais l'impression d'être comme un oiseau, j'avais la sensation que si je sautais assez haut et assez fort, je pourrais toucher les nuages.

Il ricana à ce vieux souvenir, tiré d'une époque où il avait tenté de sauter du toit d'une maison et avait finit à l'hôpital, petit casse-cou qui avait été persuadé de pouvoir réussir à atteindre le toit de la maison voisine, ayant omis qu'il lui fallait un tremplin pour y parvenir. Loin de le décourager, cette expérience l'avait au contraire conforté dans l'idée qu'il devait apprendre les sciences et les mathématiques pour calculer des trajectoires de saut, faisant de lui un élève appliqué et très curieux à l'école.

- Tu n'as pas du me voir arriver tout à l'heure, mais j'ai sauté par-dessus toi tu sais, pour envoyer les autres crevards au tapis. Avec un bon élan et une bonne pente ascendante, je peux sauter par-dessus un mur de deux à trois mètres et, sans élan ou presque, par-dessus un homme de taille moyenne. Je te montrerais tu verras, c'est génial ! Et si tu veux t'y remettre, ça peut aussi s'arranger.

Regard entendu et léger rire complice, mais avec le gabarit de Matthew, Cooper songeait que le combat lui correspondrait mieux que l'agilité, encore que sous sa forme animale il doive être redoutable. Tiens, ça aussi à l'occasion il lui demanderait à son tour de lui montrer ce que ça donne. Les questions sur la Nouvelle Orléans lui donnèrent l'air interdit quelques secondes, durant lesquelles il préleva une nouvelle part de pizza, songeur, prenant le temps d'une brève réflexion avant de répondre tranquillement.

- Je ne pourrais pas te dire exactement, en fait... Ça ne vient pas seulement de sa diversité ou de son ambiance, j'adore les gens qu'on y trouve, les activités super nombreuses qu'il y a aussi, mais... Je ne sais pas, il y a quelque chose d'autre, quelque chose que je n'arrive pas à décrire, comme une sensation...

Le Norme cligna des paupières, s'arrachant à ce début de méditation pour sourire gentiment au Métamorphe.

- Je crois que j'aime ma ville, tout simplement. Je suis déjà allé voir de la famille dans d'autres États, mais je n'éprouve pas vraiment le besoin de voyager. J'aime bien ma vie ici, c'est un peu comme dans un rêve, étrange et passionnant, dont on aurait pas envie de se réveiller.

Il regarda sa pizza, presque absent.

- Un peu comme si tout était suspendu.

Puis reporta de nouveau son attention sur Matthew, sourire aux lèvres.

- Et toi alors, pourquoi être venu vivre ici ? L'appel de l'instinct ou bien le poste à l'Université ? A moins que ce ne soit pour une femme ?

Ou pour un homme, ou toute autre genre, peu importait dans le fond. Cooper songea qu'il avait rencontré bien des gens dans sa vie, mais que hormis quelques flirts perdurant au-delà d'une nuit ou deux, mais n'excédant pas les six mois, il n'avait pas vraiment de référence en matière de stabilité, ignorant que dans quelques temps il ferait une rencontre qui allait bouleverser sa vie. Au lieu de ça, il adorait écouter ses amis, en couple ou non, lui raconter leurs existences et leurs déboires amoureux, c'était toujours digne des grands films et il ne s'en lassait jamais.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Matthew Williams
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: Knock, Knock ! Who's there ? Knuckles !   Mar 26 Avr - 18:12

Les pizzas fondaient à vue d’œil, et, étonnamment, c’était probablement le seul indicateur temporel de cette discussion, car Matthew prenait suffisamment de plaisir pour ne pas imaginer à ce que pourrait être la suite de la soirée, bien au contraire. Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas parlé aussi franchement et cela lui faisait du bien de pouvoir simplement se poser, sans prise de tête. Ses soirées avec Arn étaient loin d’être désagréables, mais, il y avait toujours une différence majeure entre passer une soirée en tête à tête avec la femme qu’on aime et la passer avec un pote et, pour la première fois depuis longtemps, le Sachem se rendait compte qu’il n’avait pas forcément pris le temps de se trouver quelqu’un qui tomberait uniquement dans cette catégorie là, quelqu’un avec qui il pourrait parler de tout mais surtout de rien, et avec qui il n’aurait en commun que des passe-temps, des centres d’intérêts et une franche complicité. C’était l’occasion ou jamais, maintenant que la chance, d’une certaine façon, avait placé Cooper sur son chemin. Bien entendu, il n’allait pas forcer son nouveau compagnon, mais, au moins, avec quelqu’un comme lui, il y aurait probablement toujours un peu d’animation lors des sorties et personne ne viendrait lui faire la morale s’il devait se retrouver dans une bagarre, au contraire, il aurait très certainement quelqu’un pour protéger ses arrières. A cette idée, le Métamorphe ne put s’empêcher d’esquisser un sourire, avec leur chance respective, ils devaient s’attendre à vivre quelques évènements intéressants, surtout s’ils se mettaient à trainer ensemble. Pour une fois, il était même curieux de savoir à quoi il allait devoir s’attendre et il se demanda même si, avec un peu de chance, leurs guignes respectives finiraient peut-être par s’annuler. Enfin, cette dernière possibilité serait tout de même assez décevante car, même s’il préférait ne pas revivre un scénario comme celui de cette soirée, surtout pour la santé du jeune homme.

Ce fut avec un plaisir non dissimulé que le Jaguar écouta son compagnon parler de ce qui se révélait être, véritablement, une passion. Ce n’était pas désagréable du tout, et même si quelques uns de ses mots semblaient être plus un doux rêve qu’une réalité, il pouvait saisir à quel point Cooper appréciait ce qu’il faisait, ce qui lui rappelait un peu les premières années de son voyage autour du monde. Oui, ils avaient quelque chose en commun tous les deux, et ce n’était pas les pizzas, l’appétit vorace, les bagarres ou même le bowling, c’était un peu plus que ça, c’était une passion qui les animait. Ils vivaient tous les deux pour autre chose que pour eux-mêmes, ou plutôt, ils vivaient en étant eux-mêmes, tout simplement. En faisant attention, Matthew tapota l’épaule de son compagnon. « Continue d’essayer, on ne sait jamais, tu pourrais bien finir par y arriver. » C’était un doux rêve, impossible à ne pas en douter, après tout, la science l’aurait démontré en quelques équations, personne ne pouvait sauter jusqu’aux nuages avec un simple vélo, mais là n’était pas la question. Au-delà d’une simple réalité physique, il y avait derrière ses mots une réalité toute autre, une image, une métaphore, mais, qui pouvait réellement savoir ? Peut-être un jour Cooper arriverait-il vraiment à toucher les nuages. Il esquissa un sourire avant d’engloutir une nouvelle part de pizza tandis que son sauveur lui racontait quelques détails sur son entrée en scène avant de rire en s’imaginant sur un vélo à essayer de faire des acrobaties. « Crois-moi, je suis un cas désespéré, ne perds pas ton temps. Par contre, je ne serais pas contre une démonstration, mais vu ce que tu m’en dis, je vais avoir de sacrées attentes alors le spectacle devra être à la hauteur, jeune homme. » Il lui fit un clin d’œil et ouvrit un autre carton avant de se resservir allègrement, tendant une portion à Cooper.

Ils passèrent ensuite à la Nouvelle-Orléans, son charme, et, plus précisément, ce qui avait, en quelque sorte, retenu le coursier dans sa ville natale. Tout le monde ne décidait pas de parcourir le monde, mais, généralement, il fallait un petit quelque chose pour être retenu et, visiblement, le Norme ne semblait pas réellement pouvoir mettre des mots dessus, ce qui, d’une certaine manière, était bon signe. Quand on portait de l’affection pour quelque chose, il n’était pas possible de faire une liste complète et exhaustive de pourquoi on l’appréciait. C’était toujours une somme de choses, parfois très petites, mais qui finissaient par créer notre attachement. Cooper aimait la Nouvelle-Orléans et la façon dont il en parlait suffisait probablement pour convaincre n’importe qui qui aurait pu l’écouter. Quant à Matthew, c’était une autre histoire. « Pourquoi je suis venu ici ? Probablement l’instinct, ou simplement la chance. » Il esquissa un sourire, non sans un semblant de fierté. « Je suis un globe-trotter. Et je dois pouvoir affirmer sans me tromper que j’ai voyagé dans tous les pays que tu pourrais me citer, et même plus encore. » Il n’était pas peu fier de cet état de fait, mais, surtout, cela faisait écho à autre chose. « Et, parce que je me doute que tu dois te poser la question « Pourquoi tu es resté à la Nouvelle-Orléans ? ». » Il resta pensif, un léger sourire au coin des lèvres, puis reposa son regard sur Cooper. « Parce que je pense avoir trouvé ce que je n’avais cherché jusqu’à maintenant. » Et que je ne veux pas le perdre… Il y avait un petit air mystérieux dans ses propos, mais c’était voulu. Après tout, il fallait en garder un peu pour plus tard, non ? Il eut un petit sourire malicieux pour Cooper et mordit avec entrain dans sa part de pizza.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Knock, Knock ! Who's there ? Knuckles !   Jeu 12 Mai - 8:19

Il avait du mal à croire qu'il puisse un jour atteindre les cieux sur son BMX, mais Cooper apprécia sincèrement les propos de Matthew à ce sujet. Les gens qui comme lui encourageaient les autres à poursuivre leurs rêves, aussi fous soient-ils, même impossibles, encourageaient ainsi autrui à continuer d'espérer et de croire en quelque chose de meilleur, ce qui manquait parfois cruellement dans ce monde qui était le leur. L'apparition des Outres avait parait-il remis en cause bien des perspectives, mais l'homme était né et avait grandit entouré par ce mysticisme devenu réalité et, ainsi, il songeait parfois que rien n'était impossible et que seul son coût devait être élevé, quoi que l'on désira. Le coursier n'attendait ainsi rien de plus de la vie que son cours normal -ou presque- et n'avait pas de grandes aspirations inutiles. Une soirée comme celle-ci, à savoir une bonne pizza, quelques bières et un pote, un futur ami, avec qui discuter, voilà qui lui suffisait amplement pour être heureux. Une journée radieuse et ensoleillée, ou même pluvieuse avec des accalmies permettant d'observer un arc-en-ciel, la neige qui tombe à gros flocons... seul l'orage en vérité posait problème, mais mieux valait ne pas y penser. Écoutant avec attention le professeur, il sourit en coin à la mention du cas désespéré et hocha la tête quand il fut question de faire une démonstration.

- Tu peux compter sur moi, je te montrerais ce que "voler" signifie pour un Norme.

Même s'il ne doutait pas que l'homme qui lui faisait face pourrait l'impression de bien des façons avec son animal totem. La discussion tourna ensuite autour de la Nouvelle Orléans, de ce que lui-même en pensait et, ensuite, des raisons ayant poussées Matthew à venir s'installer ici. Pourtant le motif mystérieux l'ayant conduit à rester ici, dans cette ville, fit naitre un léger sourire au coin des lèvres de Cooper qui retint un rire pour préserver ses côtes douloureuses.

- Si tu le dis, moi je trouve que ça ressemble à une histoire d'amour ou quelque chose dans le genre. T'as l'air d'avoir trouvé ta place, tout simplement, mais c'est tout ce qui importe au fond dans la vie : trouver sa fichue place.

Lui-même n'avait jamais voyagé bien loin et, si d'aventure il ne refuserait pas d'aller voir un peu du pays, le fait est qu'il avait la certitude que sa propre place était ici, à la Nouvelle-Orléans et nulle part ailleurs. Finissant sa propre part de pizza -et de ce fait la pizza toute entière- il se rencogna dans le canapé et soupira d'aise, sentant son corps plus lourd que ce qu'il aurait du, mais également sa tête qui dodelina un peu, avant qu'il ne se reprenne et se redresse de force, sentant malgré tout son estomac le trahir en envoyant des signaux de satiété à son cerveau.

- Va falloir qu'on échange nos numéros en tout cas, qu'on puisse se programmer quelques sorties à l'occasion, mais sans l'option baston contre douze la prochaine fois.

Cooper eut un large rictus amusé, puis étouffa un bâillement involontaire, sentant ses paupières s'alourdirent et luttant contre la sensation de fatigue qui n'avait pas lieu d'être : il n'était même pas encore vingt heure bordel ! Il sourit en coin à Matthew, jetant un regard à son carton de pizza pour constater que lui aussi avait terminé. Est-ce qu'il avait encore faim ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Matthew Williams
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: Knock, Knock ! Who's there ? Knuckles !   Jeu 12 Mai - 14:05

Spoiler:
 

Pour avoir vécu son rêve pendant plusieurs années, Matthew n’avait jamais été du genre à décourager les autres de poursuivre leurs propres aspirations. Ses parents avaient été particulièrement enclin à le laisser voler de ses propres ailes assez tôt, un comportement qu’il mimait, simplement parce qu’il pensait que c’était probablement la meilleure des choses à faire. Pourquoi vouloir tuer dans l’œuf les espoirs des gens ? Il le voyait bien avec ses élèves. Ceux qui poursuivaient un but, même utopique, avaient davantage de motivation et de persévérance que les autres, même lorsqu’ils savaient que leurs espoirs étaient inatteignables. Après tout, pourquoi s’empêcher de viser haut sous le simple prétexte que c’est impossible ? Le raisonnement pouvait paraitre stupide, le professeur aurait pu en convenir, mais, de son expérience, il valait mieux viser beaucoup trop haut que pas assez. A la fois pour sa propre satisfaction personnelle, mais également pour le développement de soi. Cooper n’arriverait probablement jamais à voler sur son BMX, mais, qui pouvait savoir ? Quelques modifications, un peu d’entrainement… Ce rêve ne semblait pas si impossible, à quelques petites interprétations près. Il eut un sourire pour lui-même, se souvenant qu’il avait eu l’occasion de « voler », lui-aussi, lors de ses pérégrinations, même si cela s’apparentait plus réellement à une chute libre. Néanmoins, la sensation n’était pas éloignée et ces quelques plongeons du haut de quelques chutes du continent sud-américain avaient été particulièrement mémorables. Engloutissant une nouvelle bouchée de pizza, le Jaguar eut un large sourire entendu lorsque son nouvel ami lui affirma qu’il lui en mettrait plein la vue. Le pari était pris et le Métamorphe avait conscience qu’il ne serait pas déçu, pas par Cooper. Car pour le peu de temps qu’il avait passé avec lui, il avait déjà pris conscience que ce garçon était un homme de parole.

« Je sais que je peux compter sur toi. » Il avait dit cela dans un large sourire avant de retourner à sa part de pizza. Oui, il n’avait aucun doute là dessus. Lorsque la discussion dériva sur la Nouvelle-Orléans et ses raisons pour rester sur place, Matthew avait espéré éluder un peu la question, sans aller en détails dans les réelles causes qui avaient causé la prolongation de son séjour sur place, mais il fallait croire qu’il n’était pas le seul à pouvoir faire quelques déductions correctes. Posant son regard sur le jeune homme, le Jaguar ne mit pas longtemps à comprendre que son camarade pensait avoir deviné ce qui se cachait entre les lignes. Mais il n’avait pas tort, au fond. Peut-être que le Métamorphe avait trouvé sa place, même s’il ne l’avait pas vraiment cherchée. « Perspicace et philosophe. Tu vas finir par avoir plus de qualités que moi ! » Il esquissa un sourire et retint une tape sur l’épaule, conscient qu’il n’apprécierait peut-être pas, pour l’heure. Plus sur un plan physique que théorique, bien entendu, compte-tenu de son état actuel. « Je n’ai pas vraiment cherché ma place. J’ai voyagé pour découvrir le monde, m’émerveiller devant ce qu’il pouvait m’offrir, donner de moi-même pour dénicher ses recoins secrets. Et après avoir fait une fois et demie le tour du monde, c’est bien une femme qui m’a retenu ici. » Il n’avait aucune raison de lui mentir après tout, n’est-ce pas ? Il n’y avait rien de secret dans la vie de Matthew, même s’il n’était pas spécialement du genre à s’épancher et se confier de manière directe. Cooper méritait bien un peu plus de vérité que des demi-mots. « Mais, dans le fond, tu as peut-être raison, c’est peut-être ma place. » Il resta silencieux un court instant, songeant à Arn, à sa position de Sachem, à ses doutes, aux propos de Cooper. Peut-être que le gamin avait raison, finalement. « On verra bien, n’est-ce pas ? »

Il esquissa un sourire, haussa les épaules et s’évita des réflexions trop intenses en remettant les bouchées doubles, littéralement, pour finir sa part de pizza qui refroidissait dans sa main. Alors que les cartons vides s’empilaient sur la table basse, Matthew finit également la dernière pizza avant de rejoindre Cooper contre le dossier du canapé dans un long soupir. Son estomac était relativement plein, même s’il y avait encore un peu de place, mais recommander aurait peut-être été pêché. Il eut un rire franc quand le jeune homme évoqua d’autres sorties, sans bagarres comme celle dont ils étaient sortis un peu plus tôt dans la soirée. « Je suis d’accord, point trop n’en faut. Il faut garder les bonnes choses pour les occasions spéciales. » Il esquissa un large sourire et se frotta un peu l’estomac. « Alors Champion ? Tu abandonnes déjà le combat, ou je dois faire revenir le livreur ? » Le Jaguar avait gardé un air taquin, conscient qu’il ne pourrait probablement pas avaler autant de pizza que ce qu’ils avaient déjà englouti tous les deux. C’était plus une fanfaronnade qu’une réelle proposition. « Plus sérieusement, je crois que j’ai assez de pizza pour ce soir, donc ne te sens pas forcé de relever le défi, sauf si, bien entendu, tu as encore faim, dans ce cas-là, j’attrape le téléphone tout de suite ! » Personne ne pourrait dire que Matthew laissait mourir de faim ses invités, non mais ! « Si tu as besoin de quoique ce soit, n’hésite pas à demander, j’ai encore des réserves dans le frigo. » Il faisait référence à la bière, qui finirait sans doute surement par finir à manquer. Une fois l’intendance gérée, le Métamorphe prit ses aises sur le canapé et soupira de contentement, profitant du calme soudain de la pièce. « Envie de faire quelque chose ? Ou tu préfères que je te laisse récupérer ? » Il eut un petit sourire et acheva sa bouteille de bière de quelques dernières gorgées.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
Cooper Lancaster
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Coursier
Age apparent: 27
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Knock, Knock ! Who's there ? Knuckles !   Jeu 12 Mai - 16:49

Ils étaient plutôt d'accord tous les deux et relativement sur la même longueur d'ondes, le plus jeune étant malgré tout capable de prouver au plus âgé qu'il savait philosopher, même si au final il s'agissait à son sens d'une logique que la vie elle-même suivait toujours : on naissait, on mourrait et, au milieu, il y avait tout un tas de choses merveilleuses à faire et qui n'attendaient qu'eux. Cooper songea brièvement qu'un jour il achèverait de trouver sa place, tout en étant persuadé qu'elle était ici, à la Nouvelle Orléans et pas ailleurs. Mais ce soir, il fallait reconnaitre qu'en-dehors de son estomac repu et de la somnolence qui commençait à le gagner, il ne voyait pas vraiment quoi faire d'autre, si ce n'est continuer de parler encore un peu avec Matthew, souriant légèrement lorsqu'il le provoqua gentiment concernant les pizzas. Le Norme eut un de ces soupirs en gonflant les joues, de ceux qui veulent tout dire et rien dire à la fois, mais heureusement le Métamorphe affirma qu'il n'avait plus faim et lui-même y alla d'un léger signe de tête d'approbation.

- Je t'avouerais que moi non plus, sinon c'est de gourmandise que j'vais me péter les côtes.

Et ça ne devait certainement pas être très agréable ni très glorieux comme raison pour aller à l'hôpital. Se calant un peu plus dans le trop confortable canapé, le jeune homme sentit ses paupières s'alourdir et lutta contre le sommeil qui gagnait de plus en plus de terrain, étouffant un bâillement contre son poing fermé. Il n'avait pas envie d'une autre bière, ni même de quoi que ce soit d'autre, aussi laissa-t-il le Professeur terminer avant de répondre d'une voix qui trahissait sa fatigue.

- J'avoue que je pensais être capable de rentrer chez moi tout à l'heure mais... Je crois que je vais être obligé de te demander si tu as une petite place pour moi sur ton canapé.

Il sourit en coin, tournant vers son nouveau pote des yeux se fermant à demi et qui lui donnaient l'air ridicule à lutter contre le sommeil.

- N'empêche que c'était une sacrée baston. J'en avais pas fait une comme ça depuis un bail, ça défoule bien je trouve.

Cooper étouffa un nouveau bâillement, secouant la tête pour lutter encore un peu. Il avait passé une si bonne journée et la soirée, bien que mouvementée et promettant de belles douleurs et courbatures le lendemain, n'en demeurait pas moins excellente. Il avait la chance d'avoir rencontré un Métamorphe Jaguar et, de surcroit, s'entendait à merveille avec lui. Dormir maintenant serait un crime, pourtant sa tête dodelinait déjà contre les coussins et ce n'était plus qu'une question de minutes, voir de secondes, avant qu'il ne s'écroule.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4163-il-court-il-court-le-furet-t
Matthew Williams
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: Knock, Knock ! Who's there ? Knuckles !   Ven 13 Mai - 16:16

Le Métamorphe n’avait pas manqué de remarquer que son compagnon commençait sérieusement à fatiguer, ce qui était plutôt compréhensible si on prenait en compte le fait que la journée avait été probablement longue et sportive pour lui, bien avant cette bagarre, qui leur avait demandé beaucoup d’énergie elle aussi. Matthew lui-même ne tarderait pas à s’endormir s’il prenait le temps de se coucher, il en était convaincu. Content de savoir que le repas avait été suffisamment copieux, pour le moment, mais l’idée de se casser les côtes par gourmandise lui arracha un sourire, même s’il souhaitait sincèrement que cela n’arrive pas au jeune homme. La dernière chose qu’il voulait, c’était l’emmener à l’hôpital. Conscient qu’il était peut-être plus honnête d’appeler cela une soirée et de laisser aux corps l’occasion de se reposer, le Jaguar s’était néanmoins proposé de poursuivre celle-ci selon la manière dont que préférait Cooper. Si le Norme donnait l’impression qu’il allait bientôt s’endormir, cela ne signifiait pas pour autant qu’il le voulait, même si, dans son état, il aurait presque été criminel de le pousser à la fatigue. Mieux valait peut-être le laisser se reposer, ils auraient tout le temps de passer du temps ensemble durant les semaines à venir, au moins pour une partie de bowling, maintenant qu’il avait annoncé qu’il appréciait ce jeu également. « Parce que tu pensais que j’allais te laisser rentrer dans cet état ? » Certes, le Sachem n’aurait pas fait des pieds et des mains pour qu’il reste, mais il aurait protesté si son sauveur s’était mis en tête de retourner à son domicile, après tout, il pouvait risquer de se mettre encore plus mal au point qu’il ne l’était déjà et, même s’il n’était pas médecin, Matthew savait que, dans la situation actuelle, il était davantage conseillé de bouger le moins possible.

Regardant le Norme sombrer petit à petit, le Métamorphe soupira doucement. Il était peut-être temps de baisser le rideau, oui. Alors que Cooper vantait les mérites d’une bonne bagarre, Matthew se redressa rapidement, se donnant l’énergie de faire quelque chose avant de sombrer. « Si je les recroise, je leur demanderais s’ils veulent remettre ça à l’occasion. » Il esquissa un sourire et s’étira un peu, non sans grimacer. Ses muscles lui faisaient mal et il aurait besoin d’une bonne nuit pour se remettre un minimum d’aplomb, métamorphe ou pas. Reposant son regard sur son invité qui sombrait entre les coussins, il jugea qu’il n’était néanmoins pas très bon pour lui de dormir sur un canapé. « Allez la belle aux bois dormants, on va te mettre dans un vrai lit. Ca vaut mieux pour ce qu’il te reste de côtes. » Il esquissa un sourire et se pencha vers l’avant, offrant toute son aide à Cooper afin de l’aider à se relever sans trop de mal, mais, surtout, pour l’empêcher de protester. Il dormirait dans le lit, de gré ou de force. « J’ai l’habitude de bien pire, ne t’en fais pas. » Il attrapa le jeune homme et le redressa avant de le conduire tranquillement vers la chambre à coucher avant de l’aider à s’installer sur le bord du lit. Se redressant il pointa la salle de bain, dont la porte donnait sur la chambre à coucher. « Là, c’est la salle de bain, au cas où. » Il se tourna, décidant de laisser le Norme à ses affaires et prendre ses aises, puis avant de retourner dans le salon, il se retourna. « Si jamais tu as besoin de quoi que ce soit… » Il sembla hésiter un instant et eut un large sourire. « Tu te débrouilles ! » Matthew esquissa un clin d’œil avant de se retourner et d’aller dans le salon. Bien entendu, au ton employé, Cooper n’avait pas besoin de se demander si le Jaguar plaisantait ou non. Au moindre besoin, ce dernier ne manquerait pas de se lever pour l’aider, sans l’ombre d’un doute. Poussant les cartons et les cadavres en verre sur la table basse, le Sachem se laissa tomber en soupirant dans le canapé. Quelle soirée… Il esquissa un sourire pour lui-même et s’allongea dans une position semi-confortable avant de se laisser sombrer dans l’inconscience du sommeil.

[HRP:On peut laisser les choses se terminer ici, ou alors jouer le matin, comme tu préfères ! On aura surement l'occasion de faire un autre RP à l'occasion ! Il y a de la matière sous le pied, là ! =P]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
 

Knock, Knock ! Who's there ? Knuckles !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE I: Le quartier des affaires ¤ :: ║Le Centre ville║ :: L'Université de l'Ambassade :: Le Campus-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit