AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Rencontre au clair de lune

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Baronne
Vodouns
avatar

Vodouns


Identification
Emploi: Gérante du New Orleans Historic Voodoo Museum
Age apparent: 25
Dangerosité:
20/30  (20/30)

MessageSujet: Rencontre au clair de lune   Lun 11 Jan - 1:26

La réponse à sa missive avait eu de quoi piquer la curiosité de la Baronne. Elle avait en effet envoyé plusieurs messages aux divers représentants des Outres, et une des premières réponses qu'elle avait reçu étaient celle des Faës, en la personne de Winruna et sous une forme très particulière. Un poème.
La Baronne n'était pas insensible à l'art, loin s'en fallait, mais elle ne s'attendait pas à trouver des alexandrins dans une réponse à une lettre diplomatique. Et surtout pas sous la forme d'un parchemin comme vieillit par les ans. En ouvrant la lettre, elle avait d'abord cru que c'était un document très ancien. Mais la réponse semblait bien avoir été rédigée pour elle.
La Baronne n'avait jamais eu de contacts avec les Faës. Il n'y en avait pas à Haïti, ou alors ils se cachaient et s'étaient révélés après son départ, et depuis son arrivée à la Nouvelle-Orléans, elle ne les avait aperçu que de loin. Ces êtres la fascinaient autant qu'ils la perturbaient. Elle savait que beaucoup de ses pouvoirs étaient inefficaces contre ces êtres, et cette seule information suffisait à lui donner des frissons. Qui étaient-ils ? Que voulaient-ils ? Et pourquoi les Loas refusaient catégoriquement de les ramener à la vie ?

Avant de se rendre à son rendez-vous, La Baronne avait tenté de se documenter sur son mystérieux interlocuteur, mais cela se révéla impossible. Oh, elle avait trouvé des informations, le problème n'était pas là. Elle en avait simplement trouvé beaucoup trop. Des vieux contes semblaient faire mention d'un être qui ressemblait à Winruna, des articles sur des blogs le référençaient, mais à chaque fois qu'elle trouvait une information qui paraissait fiable, elle en trouvait aussitôt trois autres qui se contredisaient toutes les unes les autres. Au bout d'une demi-journée de recherche, elle avait jeté l'éponge. A la place, elle s'était enfermée dans son appartement, au-dessus du Musée du Vaudou et avait prié. Elle avait appelé Papa Legba, le gardien des mondes, pour qu'il l'aide à trouver son chemin dans la voie obscure qu'elle s'apprêtait à emprunter, et le grand serpent Damballah pour lui accorder la connaissance et la sagesse. Puis, alors que la nuit tombait, elle s'était mise en route pour la Forêt des Ombres.

Les grands arbres touffus et la lumière hésitante qui osait s'aventurer entre les branches, le bruit du vent dans les feuilles semblables à des centaines de lamentations, les formes que l'on croyait percevoir au détour d'un sentier, tout cela n'était déjà pas très rassurant de jour, mais de nuit, tout prenait une allure fantomatique. La forêt se refermait sur ceux qui osaient s'aventurer sur ses chemins recouverts de feuilles mortes, et plusieurs histoires racontaient que beaucoup ne sortaient pas de là vivants. Mais La Baronne avait vécu en forêt pendant une bonne partie de sa vie, et elle trouvait un grand réconfort dans cet endroit éloigné de toute civilisation. Mais il fallait avouer que dans sa conception des choses, une forêt qui ne résonnait pas du son des tambours rituels, et qui n'était pas éclairé des ombres dansantes procuré par un bon feu bien fourni avait quelque chose de pas naturel. Il régnait ici un calme impressionnant. A vrai dire, plus elle s'enfonçait dan la forêt, et plus les sons semblaient disparaître. Même le bruit de ses pas était assourdi par l'épais tapis de mousse.

La lumière de la lune filtrait à travers les arbres, et elle sortit de sa poche la carte que Winruna avait jointe au message. Elle indiquait une clairière qui devait se situer non loin de l'endroit où elle se trouvait.
Elle dû prendre un mauvais tournant à un moment car elle se retrouva sur un chemin particulièrement sombre. Au loin, elle entendit un hurlement. Un coyote sûrement. N'importe qui aurait commencé à avoir sérieusement la trouille d'être perdu de nuit dans une forêt dense et sombre, mais La Baronne n'était pas n'importe qui. Et elle n'était pas seule. Elle n'était jamais seule. Toujours, dans un coin de sa tête, la musique qui l'avait accompagnée depuis l'enfance persistait. Elle s'était habituée à cette constante mélodie qui ne se taisait jamais, résonnait encore et toujours contre les parois de son crâne, et elle en tirait un certain réconfort. Et puis il y avait Samedi. Il était là, et même en ce moment, elle pouvait sentir son étreinte sur elle.

Soudain, sans même savoir comment, elle fut dans la clairière. L'endroit était....magique. Il n'y avait pas d'autre mot pour décrire cette trouée entre les arbres, baignée dans la lumière blanche, presque aveuglante d'une nuit de pleine lune. La mousse luisait d'un éclat vert presque surnaturel, et un rai de lumière tombait sur un énorme rocher, qui semblait posé au centre exact de la clairière. Il n'y avait personne aux alentours. Du moins, personne de visible. La Baronne ne savait même pas si Winruna se montrerait. Le message était pour le moins énigmatique, mais ça valait le coup d'essayer. Ne serait-ce que par curiosité.
Elle grimpa sur le rocher, et s'assit, les genoux contre la poitrine. Le calme régnant dans la forêt était total. Dans ce silence, la mélodie qui jouait dans le secret de son esprit était plus présente que jamais. Elle leva la tête vers la lune et ferma les yeux. Laissant la lumière nocturne caresser son visage, et tenta de saisir les notes qui se formaient dans sa tête.

L'attente serait peut-être longue.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4099-la-baronne
Winruna
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Compositeur des Feux Follets
Age apparent: 26
Dangerosité:
29/30  (29/30)

MessageSujet: Re: Rencontre au clair de lune   Mar 15 Mar - 13:13

Une voix mélodieuse s'éleva doucement sur la gauche de la Baronne, d'abord aussi légère qu'un souffle puis parfaitement réelle, quoique discrète et douce comme un soupir. Winruna apparut comme par magie, assis à côté d'elle au sommet du rocher. Ses pieds battaient l'air comme ceux d'un enfant oisif. Son sourire paraissait tout aussi facétieux, et il chantait toujours. Ce qu'il y avait de troublant, c'était que les notes quittant sa gorge étaient celles, exactement, que l'humaine avait eu en tête tandis qu'elle attendait. Élégamment vêtu, il ne dérogeait pas à ses habitudes des siècles derniers : Au dessus d'une chemise gris perle il portait un costume trois pièces bleu nuit qui trouvait écho dans les couleurs du ciel. Son chapeau haut de forme s'élevait haut, cerné à sa base par des éclats d'argent lunaire. Son sourire dément était large, comme souvent. Quiconque le connaissait aurait pourtant trouvé qu'il était encore plus fou qu'à l'accoutumée. C'était une pleine lune, un soir d'Elpagäa ! Était-ce bien raisonnable, pour un lorialet, de se faire diplomate en un tel soir de fête ?

Sa canne épée bougea. Subitement, au sommet, on put voir briller de brefs éclats de poudre. Mareti la pixie décolla du pommeau et s'approcha en voletant du visage invité. Sans beaucoup de vergogne, elle se percha au bout de son nez et lui fit de grands signes accueillants.

"Bonsoiiiiiir bienvenuuuuue ! Heureux de voir que vous êtes bien venue !"

D'un geste souple, Winruna descendit du rocher. Il atterrit à son pied, où une table pleine était elle aussi apparue comme par magie. Sur une belle nappe blanche des victuailles délicieuses n'attendaient que d'être prises et croquées à pleines dents. Des fruits juteux dans des paniers. Des pâtisseries odorantes sur de mignonnes assiettes et enfin, évidemment, une gigantesque théière au centre, dont s'échappait une fumée prometteuse. Autour de la table, des faës attendaient. Il y avait une femme à l'air rigide. Vêtue d'un tailleur rouge coupé sur mesure, elle aurait mieux trouvé sa place dans les bureaux élevés d'une grande entreprise qu'au fond de la forêt, entourée de napperons. Un homme à l'air très vieux, aux oreilles pointues, observait la Baronne avec bienveillance. Ses yeux brillaient d'intelligence malgré les rides qui les entouraient. Un autre homme aux oreilles pointues se trouvait à côté de son aîné. Sous ses cheveux blonds, coiffés à la perfection, son visage prenait des airs capricieux. Il avait l'air princier. Une fille très jeune souriait à côté d'eux et donnait l'impression de n'avoir rien à faire ici, tant elle contrastait avec l'apparence soutenue des autres. Winruna invita la Baronne à table d'un large geste de main, accompagné d'un semblant de révérence.

"Honorable invitée, veuillez vous installer.
Cette juste lecture qui vous amène à nous
Laisse éclater l'espoir jusqu'au fond du Bayou.
Premièrement, cependant, désirez-vous du thé ?"

Brünhild Von Stahl :

Aux paroles (bien plus intelligibles que d'habitude) du lorialet, la femme en tailleur pousse un soupir qui en dit long. Le visage fermé, l'air décalé par sa sorte de normalité, elle pose sur le reste de l'assemblée un regard lourd, s'arrêtant à peine sur l'humaine qu'ils accueillent.

"Pourrions-nous stopper maintenant cette mascarade ridicule, et passer aux choses sérieuses ?"


Nina :

Un éclat de rire enchanté et enfantin répond.

"Brünhild, ma chère, n'êtes-vous pas trop pressée ? Ce thé est excellent, vraiment, laissons donc cette humaine en profiter !"

Bien que s'adressant à sa compatriote, la jeune fille qui avait pris la parole n'avait pas détourné son regard de leur invitée. Son sourire était aussi franc que la lueur d'intérêt qui perçait dans son regard malicieux.

"Même si j'ai hâte de voir ce que cette soirée va donner !"


Le rire chantant de Winruna décolla comme une bourrasque de vent frétillant entre les hautes branches.

"Nina, Nina, Titanina... Vous m'étonnez !
J'ai l'oreille ravie d'entendre un tel phrasé."

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3674-winruna
 

Rencontre au clair de lune

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE IV : Autours de la ville ¤ :: ║Les plaines alluviales║ :: La forêt des Ombres :: La clairière des lamentations-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit