AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Suivra-tu jusqu'au bout?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bess Butler
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Tutrice
Age apparent: Trentaine
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Suivra-tu jusqu'au bout?   Lun 14 Déc - 18:28

Pour une fois que la vie de Bess n'était pas remplie d'une grande soupe d'antagonisme, de sauvetage, de musique chaotique et de balles volantes, elle croqua cette occasion à pleine dents pour se poser dans un petit café dans un style parfaitement Anglais Victorien avec une tasse d'Earl Grey à présent vide (rentré et sortit assez vite d'ailleurs, se purger n'était en aucun cas un problème quand il s'agissait tout simplement de titiller ses papilles gustatives) et un livre de Charles Dickens dans ses mains. La Tutrice relisait pour la énième fois les ''Grandes Espérances''. C'était le tableau le plus Britannique pour ceux qui la connaissaient, elle aimait revenir dans cet établissement pour décompresser et passer du temps à bouquiner. Le staff la connaissait et lui réservaient un petit fauteuil prés de la cheminé. Le trenchcoat sur un porte-manteau, c'était un des seuls endroits où elle s'en séparait sans se sentir dénudé. De loin, les gens qui passaient voyaient une femme avec le visage couvert par des cheveux corbeaux et dans sa tenue de tous les jours: long pull gris avec leggins et des bottines noires.
19h. Elle avait finalement décidé de poser le bouquin dans son sac et de contempler le bois bruler dans la cheminée.
Les éventements étaient en mouvement et les cartes étaient posés. Sa patte pouvait presque chatouiller la position de Maître Vampire dans la ville, mais elle avait besoin de support dans la hiérarchie. Depuis fort longtemps elle trouvait Camille bien molle dans son rôle et elle ne prenait plus autant de temps pour renforcer la communauté vampirique. Bess se sentait stagner dans son rôle de Tutrice et les nouveaux qu'elle entrainait étaient ''de couilles molles'' à ses yeux, elle sentait que tout commençait à partir en vrille. La force vampirique d'antan fanait depuis quelques années, les médias et l'art faisait une moquerie de ce qu'ils sont...Bref, le vampire est devenu un symbole sexuel et un petit chaton qui veut que des câlins pour les petits jeunes alors qu'un vampire était au final un être qui aimait bouffer du vivant. N'importe qui pouvait être transformé avec le consentement du BIAS, ce qui la dérangeait.

Elle voulait du changement. Bien entendu elle comprenait qu'au final si elle allait devenir Maître, ses choix seront à la merci du conseil, mais aux moins elle voulait se faire entendre par Mina ainsi que les autres abrutis sur leur trône qui au final n'étaient que des statues en marbre; là pour faire joli et pour apaiser le public vivant.
Bess voulait le support de ses confrères, aux moins la volonté d'instaurer un peu de changement et de faire comprendre à la populace que les vampires n'étaient pas des Edward Cullens (rien qu'en y pensant elle eut un relent du reste du thé). Pour ce qui en était de sa sœur d'arme, Mia Magnusson, elle savait qu'elle pouvait compter sur elle, mais elle avait un doute, car au final elle allait contre la volonté du Maître Vampire en voulant prendre sa place. Peut-être allait-elle comprendre son point de vue? Allait-elle la suivre et lui faire confiance que ses choix allaient être bons? Les deux faisaient parti de Stigma depuis très longtemps, pourquoi allait-elle se tourner contre elle maintenant alors qu'elle a pu le faire auparavant vu qu'elle avait mise la communauté en danger pendant la Seconde Guerre mondiale?
Elle repensa à Walter Butler; c'était différent à présent. Il était pour l'ouverture au monde alors qu'au final le point de vu de Bess avait beaucoup changé. La Révélation était une erreur qui ne pouvait pas être corrigée, il fallait aller avec et s'adapter. Bess a réussit, mais elle était lasse de l'attitude de beaucoup de ses confrères.

C'était décidé. Il valait mieux parler à Mia plus tôt que plus tard. La fuite d'Esteban et sa recherche l'avait laissé un peu boudeuse. Will ne pouvait absolument pas tomber sur lui, il fallait que ça soit elle, sinon ses plans allaient tomber à l'eau. Le traqueur était bon, mais si elle arrivait à trouver avec ses contacts où le jeune s'était terré... Pour son bien comme pour celui du jeune garçon. Le cœur de Bess était peut-être une flaque noir et dégueulasse, mais quant elle pensait par quoi le petit était passé et que son père  avait posé ses pattes immonde sur lui...Elle voulait le castrer et lui arracher les yeux. Avec un homme pareil en vie, elle ne savait pas ce qu'il allait advenir du jeune Luz-Descalzo si son père le retrouvait ou s'il apprenait ce qu'il était devenu. Depuis longtemps elle pensait que cet homme faisait partit du TPH, mais sans avoir de preuve précise, personne ne pouvait faire quoi que ce soit. Aux yeux de la loi ce n'étaient que des spéculations.
Bref, que sera sera. En retrouvant Esteban il faudrait le convaincre de collaborer. Avec elle et Mia, mais aussi avec Précieuse. Convaincre Mia de travailler avec sa rivale aussi? Elle avait beaucoup de boulot. BEAUCOUP.

Bess se leva du fauteuil pour récupérer son trenchcoat; en l'enfilant elle laissa un billet sur le comptoir pour payer son thé et elle passa par la porte vers le froid qui pouvait facilement piquer un être vivant. Ce petit café dans la rue principale n'était pas très loin du quartier sanglant, à cette heure-ci le Danse Macabre allait lentement ouvrir ses portes pour la masse de monde enivré depuis l'après-midi, bien entendu il était encore trop tôt, mais elle imaginait qu'il y aurait déjà les préparations en cours.
N'ayant jamais l'habitude de rentrer par la porte principale, elle pouvait tout à fait prendre sa voie favorite par les égouts. Cette ville était hallucinante vu que la grande majorité des immeubles étaient anciens et que beaucoup d'endroits étaient reliés par les sous-sols puants. Elle ne voulait pas avoir d'odeur putride sur soi, surtout si la Vampire allait rendre visite à Mia, même si par passé Stigma avait sa base en dessous de la cathédrale de St. Paul qui était une fois de plus relié par les couloirs des égouts. En allant de côté de l'établissement elle frappa à la porte en métal pour passer par l'entrée du staff, elle entendit les pas de l'autre côté et avant que la personne ne lui adresse la parole elle dit discrètement à qui la personne avait à faire et qui elle voulait voir.

Le membre du staff semblait nouveau et hésitait à lui ouvrir la porte, mais finalement elle entra sans se soucier que la jeune fille avait peut-être fait une bourde dans son boulot. Elle alla à l'étage pour atteindre le ''bureau'' de Mia; son hésitation avait soudainement atteint l'apogée, sa main ne voulait pas au départ frapper à la porte, mais sans demander à sa sœur d'armes elle n'allait pas savoir. Elle fronça vite fait des sourcils et secoua sa tête de droite à gauche. Bess lui faisait confiance, donc elle frappa à la porte avec sureté.

- Magnusson – l'appela-t-elle par son nom de famille, chose qu'elle faisait souvent avec les gens qu'elle aimait bien – c'est Butler. T'as le temps pour faire causette? Je t'aiderais avec de la paperasse s'il le faut et si t'en a. Je me fais absolument chier.

Là, elle exagérait, mais c'est vrai que son état de quelques mois pouvait se résumer à un gros ''ennui''. Son ton était humoristique, elle essayait de garder un sens de l'humour, surtout avec le sujet qu'elle allait aborder. Elle passa sa main sur ses cheveux corbeaux pour les réarranger, après tout cela faisait depuis un moment qu'elles s'étaient pas vus en dehors des très rares “réunions” de travail. Chacun son petit train quotidien.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3661-bess-butler
Mia Magnusson
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Gérante du Danse Macabre et Bourreau
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
24/30  (24/30)

MessageSujet: Re: Suivra-tu jusqu'au bout?   Mar 15 Déc - 21:18


L’ennui était certainement le pire ennemi des immortels. Se retrouver sans rien avoir à faire c’était comme mourir à petit feu. Chasser, s’ennuyer, chasser, s’ennuyer, puis finir par même perdre le goût pour la chasse… Autant aller faire un tour au soleil et en finir rapidement plutôt que de tomber si bas. Naturellement, l’ennui était également nocif pour Mia qui faisait en sorte de ne jamais le ressentir. Elle occupait ses nuits sans relâche, le Danse Macabre étant au centre de ses préoccupations permanentes. Il y avait toujours quelque chose à faire, un problème à régler, un fournisseur à appeler, un chèque à signer, de la paperasse à remplir, des employés à engueuler. De quoi être toujours très occupée même quand elle ne pouvait décemment pas quitter la noirceur de son domicile.

Depuis les dernières heures, elle avait presqu’emménagé dans la boite. Accueillir et former les nouveaux n’était jamais de tout repos, sans compter que Mia avait ce côté perfectionniste qui faisait que personne ne convenait jamais pleinement. Il y avait toujours quelque chose qui n’allait pas et qu’il fallait corriger séance tenante. Comme cette nouvelle barmaid qui, bien que très douée dans la confection des cocktails, n’était pas foutu d’aligner correctement les verres qui venaient d’être lavés. Ce n’était pourtant pas compliqué. Alors, certes, elle était peut-être un peu pointilleuse et les 3mm d’écart ne devaient déranger personne d’autre qu’elle, mais qu’importe, c’était elle la responsable ici et si quoique soit n’allait pas, c’était sur elle que ça retomberait. Donc elle décidait des écarts entre les verres, du positionnement des bouteilles et de tout le reste. Et si ça ne plaisait pas, ils pouvaient prendre la porte. Sauf qu’elle ne le formulait jamais de la sorte puisqu’elle s’était déjà retrouvée avec une porte dégondée sur les bras. Elle détestait les plaisantins contrariés.

Assise à son bureau, elle détaillait une demande de devis, histoire de voir si ses fournisseurs lui faisaient toujours les meilleurs prix du marché, quand on frappa à sa porte. Elle releva la tête et grommela un entré pour finalement voir la tête d’un de ses employés apparaître timidement derrière le battant. Le pauvre était toujours celui qu’on chargeait de lui apporter les mauvaises nouvelles. Et à sa tête, Mia su tout de suite qui était en train de faire des siennes. Elle grogna en refermant le dossier qu’elle avait sous les yeux et quitta son bureau pour se rendre au bar. Elle était là, la barmaid, debout derrière le bar et lui tournant le dos, une main sur les hanches, un doigt sur la bouche, en train de réfléchir à une meilleure organisation pour le mur de bouteilles. Mia prit sur elle ne pas hausser le ton immédiatement et s’accouda patiemment au bar.

”Est-ce que je peux savoir ce que tu fais ?”

Sa voix était posée, presqu’enjouée, alors que derrière ce masque amicale se cachait un volcan près à entrer en éruption. Elle se retourna et pointa un pouce derrière elle, l’air pensif.

”Je pensais qu’on pouvait réorganiser les bouteilles de façon plus harmonieuses.” Harmonieuse ? Mia fronça les sourcils, sa patience s'effritant déjà lentement. ”Un tri par couleur pourrait nous permettre de créer un dessin, de faire ressortir une image.”

Un dessin, une image. Mia conservait son air surprit sans montrer son profond agacement.

”Les bouteilles sont organisées de façon pratique. Les alcools forts, les liqueurs, les whisky, les bourbons et autre. Tout est regroupé de façon logique pour être facile à trouver. Il n’est pas question que tout ça soit chamboulé pour créer je ne sais quoi.”

La barmaid la fixa un moment avant de se retourner et de partir dans de grandes explications sur comment rendre ce mur plus attractif et en quoi son idée était merveilleuse.

”Si tu déplaces une seule de ses bouteilles je te ferais récurer les toilettes à la brosse à dent jusqu’à ce que tes doigts soient en sang. Et tu devras remettre chacune de ses bouteilles à leur place précise, au millimètre près.”

C’était ça ou elle la noyait dans les dits toilettes. La barmaid la regarda, les yeux grands ouverts et tenta de bredouiller quelque chose.

”Je ne te paye pas pour jouer les décoratrices d’intérieures et il vaudrait mieux pour toi que je n’ai pas à le répéter.”

Visiblement, elle était ici depuis trop peu de temps pour avoir fait connaissance avec son caractère de merde. Et bien le problème était résolu maintenant. Mia la fixa le temps de la voir acquiescer puis s’en retourna à sa paperasse. Le temps fila tranquillement et elle avait fini par ranger le devis pour vérifier le listing de la commande qui devait partir le lendemain quand une main visiblement assurée frappa à sa porte. Bess s’annonça avant que Mia est eu le temps de dire quoique se soit.

”Butler ! Quel plaisir, entre donc !”

La visite d’une amie de longue date allait la changer des crises artistiques de sa barmaid et de la suite de noms d’alcool qui finiraient par manquer si la boite n’était pas réapprovisionnée.

”Ça fait toujours plaisir de te voir. Tu veux quelque chose à boire ?”

Elle écarta son siège de son bureau et se leva. Recevoir une amie façon entretien d’embauche, ça n’était pas son genre et elle indiqua le canapé à Bess d’un signe du menton tandis qu’elle-même se dirigeait vers son mini bar, prête à dégainer n’importe laquelle de ses bouteilles.

”Quoi de neuf ? Des petits nouveaux à chapeauter en ville ?”

Mia s’intéressait bien plus à tout ceux qui enfreignaient les règles et qui risquaient de se voir condamner à mort qu’à ceux qui venaient de rejoindre leur camp et devaient tout apprendre.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4066-mia-magnusson
Bess Butler
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Tutrice
Age apparent: Trentaine
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: Suivra-tu jusqu'au bout?   Mer 16 Déc - 19:51

La Vamp devant elle semblait occupée, mais elle se doutait qu'une pause n'allait pas faire de mal. Leur envie de bosser et de tuer l'ennui était similaire, sauf que Bess ne trouvait plus beaucoup de plaisir dans son travail, a part quand elle jouait dans son big band. Le doute d’auparavant fut effacé a la vue de l’enthousiasme de Mia et de sa satisfaction à la vue de sa consœur ; de toutes les manières, qu'avait-elle à perdre? Elle se faisait 'chier' et si quelque chose tournait mal, la mort serait un peu plus intéressante dans ce cas qu'un suicide ennuyant.  Mia semblait s’en sortir mieux qu’elle dans la non-vie, elle gérait le club de Camille et était son Bourreau. Enfin… En y pensant, Bess se demandait combien de fois la Maitresse de la Nouvelle-Orléans a dû faire appel au Bourreau ces dernières années. C’était dérangeant pour elle de voir que le Bourreau avait bien plus de travail en tant que gérant du club que dans la hiérarchie vampirique. Qu’importe, elle n’allait pas juger les choix de Camille, d’ailleurs elle avait bien fait de garder Mia : elle était douée et versatile.
Bess rentra dans le bureau, main dans les poches de son trenchcoat et voilà que la rouqine rangea sa paperasse entière et alla lui proposer un petit verre au bar. A chaque fois qu’elle lui rendait de rares visites dans son club, elle se sentait presque comme-ci elle rentrait dans la demeure d’un Don et qu'elle était son ''consigliere''.

- Ca y est, je suis arrivée que tu peux maintenant repousser le travail de quelques heures, fainéante ! - rit-elle - Je prendrais bien un vin rouge si t'en a… Français ?

La Tutrice alla se vautrer sur le canapé comme un gros sac, sans même avoir enlevé son trenchcoat en cuir. Il n'y avait que la Suédoise pour la voir dans toute sa splendeur de sac a patate, c'était bien la seule personne (à part Jean-Louis, mais il est présumé mort) devant laquelle être exposée de cette manière ne lui posait aucune gêne. Pour le présumé mort, la manière dont Bess se comportait avec les gens était trop Anglaise, même devant lui quand elle faisait ce qu'elle faisait, son label était digne du titre de la 'vache coincée' (entre temps, devant un homme aussi psychopathe et ouvert à "l'alternatif" c'était normal qu’elle passe pour une sainte).
Elle faisait déjà comme chez-soi, maintenant il lui fallait juste la TV pour se vider le cerveau; ce symptôme de l'ennui était embêtant. Quand le Bourreau lui demanda la question sur son chaperonnage, elle poussa un son qui pourrait être comparée à un miaulement et passa sa main lentement sur son front vers le bout du menton, lui donnant un air d’yeux déformés.

- M'en parle pas, j'ai l'impression de faire partie de la SPA
– dit-elle irrité, elle sortit une cigarette et un briquet de sa poche - On a une masse de petits cons qui s'amusent à transformer des petits jeunes et de les violenter, puis t'imagine, il s'en sortent en douce et personne ne semble faire quoi que ça soit. - elle alluma sa cigarette et en lâchant la fumée par son nez, elle continua- Dis-moi si je n’ai pas raison et que quelque chose m'échappe? Combien de fois a-t-on fait appel à ta hache ces derniers temps? Avec le nombre de jeunes en détresse que je reçois je pourrais les envoyer dans des sweatshops en Chine, l’Insoumise serait heureuse!

Elle rit, mais c'était trop proche du réel hélas. Depuis un temps elle se trouvait dans des situations à sauver des chatons coincés en haut des arbres. Un coup de chance, dirait-t-on, mais dans son cerveau peut-être un signe qu'il fallait s'activer et faire quelque chose ; les Vampires perdaient lentement contrôle de la situation et ça pouvait exploser en plein dans la face des morts-vivants. Bess savait qu'elle et Mia, peut-être d'autres personnes avec un passé plus hostile s'en sortiraient sans beaucoup de dégâts s'il y avait des bagarres en vue. Pendant plus de 250 ans les deux devaient survivre et ne pas se faire attraper; la Tutrice était une vieille qui plaignait les nouveaux nées d'aujourd'hui de n'avoir aucune idée de ce que ça voulait dire d'être Vampire avant la Révélation. De ce fait, elle posa un regard nostalgique sur sa consœur et elle prit une nouvelle bouffée de fumée et d'un ton rêveur et peu pensif elle recommença a parler:

- On n'avait pratiquement pas le temps pour l'ennui, tu te souviens?


Elle marqua un temps et ne continua pas, même si le début aurait pu indiquer un monologue nostalgique sur leur vie d’antan en France. La Tutrice voulait planer dans ses souvenirs pour un petit temps et remémorer à Mia qu'au final même si les Outres étaient cachées aux yeux des humains, ils croquaient tous la vie a pleine dents (poétiquement et littéralement parlant). Bess se rappelait ses missions ou elle chassait de l'humain avec Fontaine, Walter Butler... Mia. Ce danger constant de se faire repérer par des gros dangereux, des chasseurs, les caméras...Tout ce qui faisait que Bess se sentait respirer une fois de plus ne faisait plus autant parti de son emploi du temps. La Tutrice se redressa et s'assit sur le canapé comme une lady devait s'assoir, prête à recevoir son verre et en taffant, sa cigarette au bec. Cet air de sérieux mélangé à une petite once d'excitation pouvait se voir dans ses yeux  bleu marines et dans ce petit sourire de peste. Cela ne lui arrivait pas souvent, mais quand il s'agissait de cancanier avec sa consœur, elle s'en léchait les babines.

- J'arrête de me plaindre car ce n’est pas pour ça que je suis venue t'emmerder.
- elle prit une dernière taffe de sa cigarette avant de continuer - As-tu entendu parler des Luz-Descalzo en fait? Bien entendu tu connais le senior, mais le junior plutôt? Esteban? Mince, cheveux longs, a un air un peu malade, mais toujours fière de gueule dans les medias?

Bess ne savait pas jusque quel point Mia suivait les nouvelles ou le détritus qui se trouvait dans les journaux pour curieux. La Tutrice voulait lui déballer l'information dès le départ, mais elle voulait aussi savoir si le Bourreau était au courant sans qu’elle n’en parle, car si c'était le cas, les traqueurs seraient aux trousses du jeune garçon et son temps serait limite. Si elle ne parlait pas beaucoup à Camille ces derniers temps, les chances étaient qu'elle ne savait rien au sujet de la vampirisation de l'un des membres les plus réputes de la Nouvelle-Orleans. Il ne lui restait qu`a espérer que les nouvelles de sa vampirisation ne se soient pas répandues comme la peste.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3661-bess-butler
Mia Magnusson
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Gérante du Danse Macabre et Bourreau
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
24/30  (24/30)

MessageSujet: Re: Suivra-tu jusqu'au bout?   Dim 20 Déc - 17:16


Elle se mit à rire, effectivement, la venue de Bess lui permettait de reporter le travail à faire à plus tard. Mais la brune ignorait depuis combien de temps elle était assise à passer de papier en papier, de tâche en tâche et de coup de fil en signature. Elle avait eu plusieurs fois envie d’arrêter avant l’ouverture de la boite mais avait refusé de s’écouter. Mieux valait tout boucler avant qu’on vienne la déranger pour des soucis divers et variés avec les clients et autre barmaid névrosée. Les nuits étaient toujours bien remplies et celle-là ne ferait certainement pas exception. Quoique si Bess s’attardait, il y avait fort à parier que la rouquine donne des ordres pour interdire qu’on vienne les déranger. Elle avait horreur qu’on vienne l'interrompre pendant une conversation intéressante et celles qu’elle avait avec Bess l’était toujours, quelque soit le sujet.

Elle posa ses deux mains sur ses hanches, en pleine réflexion. Du vin français, elle devait en avoir une bouteille quelque part. Restait à espérer qu’elle ne l’avait pas déjà bu et qu’elle n’allait pas devoir aller en chercher à la cave parce qu’elle n’avait aucune envie que ses employés la voit. Ils risquaient de l’alpaguer pour un oui ou pour un non et de lui faire perdre son temps, voir de la détourner de son amie. Elle quitta le bar pour ouvrir sa mini cave à vin et sortie bouteille après bouteille. Farfouillant jusqu’à ce qu’un sourire apparaisse sur son visage. Saint-Emilion. Voilà un cru français digne de ce nom.

Elle posa la bouteille sur son bureau en questionnant Bess sur son travail. La voir ainsi affalée sur son canapé ne la choquait pas une seule seconde. Elles se connaissaient depuis tellement longtemps que plus rien ne pouvait les choquer venant de l’autre. Il y avait une aisance paisible entre elles qui leur permettaient de  relâcher sans crainte leur attention. Elle alla récupérer deux verres à vin et un tire bouchon puis revint vers son bureau et les posa près de la bouteille. Elle médita la question de son amie en débouchant le vin d’une main assurée.

”Ma hache est en train de rouiller, ça devrait répondre à ta question.”

Une éternité en somme. Camille était laxiste à ce niveau-là et elle ne faisait pas grand chose contre tous ces merdeux qui transformait à tour de bras. Mia ne disait rien, se contentant de faire ce qu’on lui disait. Mais si le respect et la loyauté dont elle faisait preuve envers le titre de Maître ne faiblissait pas, celui dont elle était capable de faire preuve vis à vis de Camille ne cessait d’aller en diminuant. Il était peut-être temps qu’elle passe la main, de gré ou de force. Mia ne lèverait pas le petit doigt pour lui venir en aide dans tous les cas. Elle aimait les gens vifs et réactifs, or Camille l’était de moins en moins.

A la question de Bess, elle resta debout, la bouteille dans une main et le tire-bouchon avec le morceau de liège piqué dedans dans l’autre. Évidemment qu’elle se souvenait. La vie était à la fois plus simple et plus compliquée. Ils ne devaient pas se faire prendre, rester dans l’ombre, tout faire pour que leur existence reste un secret bien gardé. Et dans le même temps, ils tuaient qui ils voulaient, de la façon qu’ils voulaient et autant qu’ils le voulaient. Tant qu’ils prenaient leur précautions et qu’ils couvraient leur traces, tout allait bien. Et puis il y avait eu Stigma, tuer des Normes pour protéger leur existence et ce, sans aucune retenue, c’était le pied. Mais c’était du passé tout ça et Mia haussa les épaules. Oui elle se souvenait, avec nostalgie en prime, mais le passé était le passé, ils ne pouvaient plus retourner dans l’ombre et reprendre leur ancienne vie. Mais l’ennui n’avait pourtant pas sa place dans le quotidien de Mia. Le club occupait la majeure partie de son existence et elle n’avait pas vraiment le temps de voir le temps passer. Néanmoins, elle aurait préféré devoir être un peu plus active au sein de la communauté et un peu moins entre les murs du Danse Macabre. Son rôle de Bourreau semblait être devenu un passe-temps non régulier plutôt qu’une tâche importante.

”Comment oublier, c’était le bon temps !”


Mia posa finalement le tire-bouchon et s’empara des deux verres. Il était temps de passer aux choses sérieuses, boire ! Elle alla rejoindre Bess sur le canapé et versa du vin dans les deux verres avant de lui en tendre un. Elle garda le sien en main et laissa un sourire amusé fendre son visage. Elle aimait quand Bess faisait cette tête-là et ça arrivait souvent quand elles étaient ensemble. Elle s’adossa au canapé et croisa nonchalamment les jambes en attrapant son propre paquet cigarettes pour s’en allumer une. Une cigarette et un bon verre de vin, le tout accompagné d’une conversation prometteuse avec une amie de longue date… Que demander de plus franchement. La vie devrait toujours ressembler à ça.

”Vaguement, je l’ai aperçu deux ou trois fois, comme tout le monde. Mais tu sais comme les Normes me laissent indifférentes quand qu’ils ne finissent pas entre mes crocs ! Et ce quelque soit leur statut.” Elle afficha un sourire, tout crocs dehors et les remballa avant de continuer. ”Pourquoi, est-il devenu une nuisance pour nous ?”

Elle était tout à fait prête à piquer le job du traqueur et à pourchasser n’importe qui tant que ça lui permettait de quitter un peu le club et de renouer avec son statut originel. Mais elle avait dans l’idée que ça n’était pas de ça que Bess voulait lui parler. Elle avait hâte d’entendre la suite et ce fait se lisait dans son langage corporel. A moitié tournée vers elle, la tête penchée sur le côté, un regard interrogateur sur le visage.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4066-mia-magnusson
Bess Butler
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Tutrice
Age apparent: Trentaine
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: Suivra-tu jusqu'au bout?   Mar 29 Déc - 1:09

La Tutrice était ravie de voir cette belle bouteille de St. Émilion dans la main du bourreau. Bien entendu, étant Vampires elles ne pouvaient pas assimiler l’alcool comme les êtres humains et il allait falloir se purger et c’était un look moins glamour (pour certains êtres vivants, se purger après l’alcool était chose faite). Elle prit le verre qui lui a été offert et continua après qu’elle ait mentionné que sa hache rouillait.

- On se comprends, toutes les deux - dit-elle avec complicité - on a donné corps et âme au conseil, aux maitres vampires qui avaient Stigma en leur possession. Flute! On avait risqué notre éternité tant de fois pour maintenant être pratiquement à la retraite.

Une pincée d’irritation se faisait entendre, elle avait bien appuyé sur le mot “retraite” pour accentuer la manière dont elle se sentait. Ce n’était en rien une insulte au travail de Mia, mais il était vrai qu’avec le manque d’action au sein de la hiérarchie, le boulot du bourreau était devenu un mi-temps. Pour la Tutrice c’était différent, elle avait du pain sur la planche avec la masse de jeunes qui se faisaient vampiriser sans consentement. Il n’y avait qu’à regarder Esmera qui s’est fait violer puis transformé violemment sans aucune raison. Il était évident que la jeune gitane allait être chamboulé, à croire qu’il y avait une conspiration à transformer les jeunes en choc pour pouvoir après les modeler à leur manière ou leur faire faire de grosses bourdes. Rien qu’à y penser elle soupirait d’exaspération, la Tutrice avait peut-être un passé de soldat, mais elle n’était pas stupide; pour survivre il fallait s’adapter, ils étaient à l’œil des humains, mais il s’étaient raplatis jusqu’à ressembler à des chatons et uniquement leur “racaille” faisait des siennes.

- Je sais que tu es occupé avec le club, d’ailleurs bon boulot même si cette musique n’est pas en mon gout - elle prit une petite gorgée de vin, approuvant du choix de Mia - que ton travail soit à mi-temps et le mien à temps plein je trouve cela tout de même étrange. Le nombre de jeunes abandonnés a augmenté ces derniers temps et à ce que j’entends les ¾ d’eux sont transformés sans le vouloir.

Bien entendu beaucoup avant la Révélation n’ont pas eu la chance au consentement, mais les temps étaient différents. Il fallait faire les yeux de biches aux autorités humaines pour ne pas se faire harceler ou même sanctionner, Dieu l’en protège.
Elle éteint sa cigarette dans le cendrier qu’elle avait trouvé et ne dit pas un mot avant que la fumé s’arrête. Ainsi Mia n’était pas au courant non plus, c’était rassurant. Il aurait pu y avoir des chances à ce que Camille sache qui et où est le gamin, sauf que la communauté allait parler au moment où les Traqueurs allaient se mettre en route. Après, peut-être que la Maitresse voulait le garder pour ses propres fins et c’est là où il lui aurait fallu de l’aide extérieure.

- Nous le verrons bien, si c’est une nuisance ou pas. - la dernière bouffée de fumée s’échappa de ses narines - On dirait que quelqu’un a dérapé, junior Luz-Descalzo est maintenant l’un des nôtres. Je l’avais, mais ce petit con m’a échappé et maintenant je vais galérer à le retrouver. Il faut agir très vite avant que cette bombe à retardement explose.

Elle soupira en prenant une nouvelle gorgée du vin rouge. Bess se demandait si Mia savait ce qu’elle voulait dire par là. Non seulement c’était une fenêtre d’opportunité, mais aussi une opération délicate. Certes, en tant que bonne citoyenne elle aurait pu directement informer Camille de la situation, mais le mécontentement général dans la communauté lui a aussi donné une bonne raison de changer les choses. Pour la situation délicate, on parle bien d’un scandale qui risquait d’exploser dans la face des vampires si on réalisait que junior avait subi un viol sanglant et que quelqu’un de la communauté à daigner toucher à la “famille royale” de la Nouvelle-Orléans. Bess voulait agir vite, mais aussi avoir le support de la hiérarchie. Les situations stressantes ne lui faisaient pas de mal, c’était même au final agréable de retrouver un peu d’activité.

- J’ai besoin de ton aide. Si je le retrouve je veux savoir que j’aurais ton support et ta coopération, je réalise que je ne fais rien en la volonté de madame Laroche, mais j’en ai ma claque de rien faire.


Un peu plus ouverte avec elle, ce n’était pas à son habitude avec d’autres, mais en plus elle savait que Mia allait bien finir par comprendre ce qui passait dans sa tête. Les deux avaient beau être séparés pendant des années, au final sa relation avec la rouquine était pratiquement égal à Jean-Louis. Aux moins elle, elle était encore en vie et là!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3661-bess-butler
Mia Magnusson
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Gérante du Danse Macabre et Bourreau
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
24/30  (24/30)

MessageSujet: Re: Suivra-tu jusqu'au bout?   Dim 14 Fév - 11:59


A la retraite, le mot fit tiquer Mia qui acquiesça en grimaçant. Il y avait un moment maintenant qu'elle se sentait moins Bourreau que gérante du Danse Macabre. La chose ne la réjouissait pas particulièrement. Elle avait vécu des années glorieuses et amusantes à trancher tête après tête, parfois pour bien peu de chose il fallait l'avouer, mais au moins, elle s'était toujours sentie utile dans son rôle. Mais depuis quelques temps, ça n'était plus le cas. Elle aurait tout aussi bien pu mettre sa hache au placard et l'y oublier pour l'éternité que ça n'aurait pas changé grand chose.

"C'est triste à pleurer d'avoir vécu tant de choses et de se retrouver là comme deux vieilles choses désabusées."

Elle esquissa un sourire avant de porter son verre à ses lèvres. Il n'y avait rien de tel qu'un grand cru pour vous remonter le moral, jusqu'au moment ou il faudrait faire ressortir le tout par là ou s'était entré. Son sourire disparu au profit d'un profond soupir. Son travail de Bourreau ne relevait même plus du mi-temps mais de l’intérim. On faisait appel à elle en de très rares occasions et si elle n'avait pas eu le Danse Macabre pour s'occuper, elle serait certainement avachie dans un coin de son appartement à dépérir. Alors qu'à contrario, le travail de Bess était sans fin. Des jeunes transformés à la pelle sans leur consentement, on croyait rêver. Et que faisait Camille pendant ce temps-là ? Rien du tout. Mia aurait dû avoir du travail par-dessus la tête avec tous ces abrutis qui transformaient à tour de bras. Un bon coup de hache en travers du cou aurait eu vite fait de régler le problème. Seulement voilà, le Bourreau qu'elle était n'inspirait plus la crainte puisque leur Chef - pardonnez l'expression - n'en branlait pas une et laissait tous ces pauvres cons vivre paisiblement leur vie. Ils ne se sentaient pas menacés pour deux sous et c'était pour ça qu'il y avait autant de jeunes transformé de la sorte.

Si Mia avait le pouvoir de décider de ça seule, elle les chopperait et ferait sauter leur tête comme un bouchon de champagne. Ça calmerait tous ceux qui nourriraient le désir de créer de nouveaux orphelins. Seulement cette décision ne relevait pas de ses compétences et la traque elle-même n'était pas non plus de son ressort. Elle regrettait parfois de ne pas avoir préféré le job de Traqueur à celui de Bourreau, ça aurait été un peu plus excitant. Voir même, elle aurait pu cumuler les deux, ressentir le plaisir de la chasse ET celui de la mise à mort, voilà qui l'aurait efficacement divertie.

Elle remercia Bess d'un signe de tête et en levant son verre. A défaut de pouvoir exercer son métier premier, elle voulait au moins que le second soit une réussite. Le Danse Macabre se portait très bien et elle pouvait au moins être fière de ça.

"Camille est bien trop laxiste. C'est pour ça qu'ils se croient tout permis et transforment sans penser aux conséquences. Tu sais Bess, quand j’entends ça, ma hache me démange de plus en plus. Et pas forcément uniquement pour couper la tête de tous ces crétins."

Il n'était pas conseillé de le dire ouvertement, mais elle ne serait par contre l'idée d'être la main qui tiendrait l'épée qui décapiterait Camille pour laxisme aggravé. Bess et elle se connaissaient suffisamment et la brune n'aurait aucun mal à comprendre ce qu'elle sous-entendait. Jamais Mia ne lèverait le petit doigt si quelqu'un renversait Camille, par contre en cas d’exécution... Elle était Bourreau, c'était la tâche qui lui incombait et elle ne rechignerait jamais à obéir aux ordres.

Tout était tellement plus simple de leur temps. Ils pouvaient transformer qui ils voulaient et personne ne les auraient blâmé pour ça. Mais les choses avaient changé, d'une façon qui les avait réduits à devoir demander des autorisations. Comme s'ils n'étaient pas au-dessus de tout ça dans le fond. Mais bon, son opinion personnelle importait bien peu, les faits étaient là, les transformations non consenties étaient interdites et il y avait de plus en plus de Vamps criminels.

Puis le cas du rejeton Luz-Descalzo fut abordé et Mia accorda toute son attention à son amie. Un gosse de riche et surtout de sénateur qui se faisait vampiriser sans consentement, c'était soit très prometteur, soit une bombe à retardement. Tout dépendait qui l'utilisait et de quelle façon. Pour le moment, il penchait plutôt du second côté et Mia haussa un sourcil.

"Je tendrais l'oreille et garderait les yeux bien ouverts. On ne sait jamais, on entend tant de choses dans un Bar à Vamp. Il serait dommage qu'il tombe entre la mauvaise paire de main."

Mia se leva du canapé et se dirigea vers son bureau pour y attraper son propre paquet de cigarettes. Elle le ramena avec elle en retournant s’assoir et s'en alluma une, pensive. Ce petit était un pion qu'il fallait jouer prudemment et de la bonne façon. Or Camille ne méritait pas de se retrouver avec un tel atout dans sa manche. Surtout que celui-là risquait fort de lui péter au nez et de leur porter préjudice à tous. Il fallait la jouer finement et si Mia était plus du genre à éxécuter les ordres sans trop poser de questions, elle savait que Bess saurait y faire.

Elle la regarda quand elle lui demanda son appui et posa sur elle un œil faussement dubitatif avant d'afficher un large sourire.

"Évidemment que tu as mon soutient ! Ne pas agir comme le voudrait Camille est certainement la chose la plus intelligente à faire. Et je ne vois personne d'autre que toi pour mener ce genre de mission à bien."

Bess avait toute sa confiance et tout son soutien, qu'elle n'en doute pas une seconde. Et si ça pouvait faire bouger les choses chez les Vamps, elle l'avait même plutôt deux fois qu'une.

"Dis-moi ce que je dois faire Betsy, et je le ferais avec plaisir et assiduité. Tu me connais."

Elle avala une longue gorgée de vin puis tira sur sa cigarette. Les choses bougeaient et elle se sentait plus vivante qu'elle ne l'avait été ces dernières années. C'était grisant de savoir que des choses se tramaient dans l'ombre et qu'elle allait y prendre part.

"Comment veux-tu procéder pour le retrouver ?"

Elle était peut-être Bourreau mais ces années à Stigma lui avait permis de développer ses talents de Traqueuse. Elle pouvait se montrer aussi efficace que William si elle y mettait du sien.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4066-mia-magnusson
Bess Butler
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Tutrice
Age apparent: Trentaine
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: Suivra-tu jusqu'au bout?   Lun 29 Fév - 18:06

Elle sentait l'approbation de Mia, ce qui était un signe absolument merveilleux pour la Tutrice. Bess l'observait attentivement, décidément la vie calme n'était pas pour elle non plus. Pour Bess, la fin de Stigma a été un coup violent, il fallait s'adapter à la vie un peu plus calme. Moins de chasses, plus de... calme. Difficile à expliquer par ce que Bess est passé, mais elle se doutait que Mia n'a pas eut la transition facile, même si elle avait quitté Stigma avant la chute. Quoi qu'il en soit, leur mode de vie était toujours en harmonie, elles avaient un but, une mission...

Bess hocha de la tête lentement et elle leva son verre pour trinquer de loin avec le Bourreau. Qu'elle le sous-entende de cette manière c'est qu'elle en avait marre elle aussi. Mia avait beau être à la tête d'un club aussi exclusif, elle s'en sortait bien dans les deux domaines. Bosseuse ! Bess sentait ses oreilles rougir presque, même si cela était impossible, du moins la sensation était là. Parler de cela, même le sous-entendre pouvait s'avérer dangereux et si quelqu'un les entendait... Bah, ça serait décapitation directe par leur maîtresse. Pour le moment elles avaient encore le dessus, du moins Bess savait qu'elle pouvait compter sur sa consœur dans les mois à venir.

- Je vois que l'on se comprends.

Bess eut un sourire en coin, c'était agréable de la retrouver, comme toujours.
Elle regarda en silence le verre rempli de ce liquide écarlate, décidément un verre de vin était toujours la bienvenu. Le bar a vamp pouvait être frequenté par plein de monde... Allant des businessman aux groupies et par la hiérarchie elle-même. Trouver le jeune garçon ne sera pas chose facile, un lapin apeuré comme lui se cachera dans son terrier et ne sortira que quand il sentira que le danger est très loin. Enfin... son danger à lui est le plasma d'un être vivant, donc il n'en sortira pas vite. Du tout. De toute manière, elle savait qu'il ne pourra pas rester cacher toute sa vie, un moment donné il allait déraper et Bess sera là pour le cerner. Après il lui faudra de l'aide, car si elle le trouve, c'est que Camille et le reste de la bande pourrait le trouver. Parfois la Tutrice se demandait à quel point Mia la suivrait, certes elles étaient sur la même longueur d'onde, mais le Bourreau devait bien avoir des ambitions elle aussi ? Elle lui titillerait ces ambitions, car ces deux-là n'ont pas été aussi actives avant la révélation pour croupir dans de l'ennui (l'une innondée, l'autre à mi-temps).

- Merci darling, c'est motivant, je dois l'admettre. Il faut réveiller cette adrénaline dormante, sinon...- elle fit une pause, rien que de penser aux conséquences elle fronça du nez – Je veux savoir jusqu'où tu irais. Les événements ont été mis en place, je ne peux qu'imaginer que Camille a déjà des idées. Garde les oreilles ouvertes, dans ton club tu as de tout genre de personnes. Il doit bien y avoir quelqu'un qui sait comment trouver ce petit lapin. Après je ne peux qu'imaginer ta banque de contacts; vois si tu peux tirer quelques faveurs ici et là et si par hasard tu pourrais réussir à convaincre d'autres êtres de confiance pour notre cause...Oui, ça serait vraiment la bienvenu.

Elle prit quelques secondes de réflexion et se leva avec une sorte de fainéantise pour aller vers le bureau, sans vraiment toucher à rien, mais en regardant plutôt sa boisson. Verre en main, elle fit tournoyer lentement le liquide rougeâtre, presque comme-ci elle pensait trouver des réponses dedans.

- Il faudra considérer un autre problème. Peut-être pas, remarque. - pensive, elle fit finalement face à Mia, restant toujours debout, un penché sur la table – Tu connais le traqueur Delacroix ? Un... ami. Je le vois mal nous rentrer dans le tas, mais il est loyal à Camille. Du moins c'est ce que j'ai cru comprendre, j'ai toujours eu l'impression que ce garçon était...proche d'elle. Je peux me tromper – Bess haussa des épaules avec un air au visage qui ne pouvait qu'être décrit de « eh » - mais dans le cas où il trouvera le terrier du jeune Luz-Descalzo, je veux que tu l'arrêtes. Que tu le dissuade. Qu'importe ! Ce n'est que dans le cas où je ne peux pas le faire moi-même. Je le jure sur Stigma, si tout va comme il faut, tu pourra reprendre ton vrai boulot à plein-temps. Le fera-tu?

Bess finit le vin rouge d'un seul coup finalement et posa le verre sur la table. L'idée lui déplaisait de devoir penser à arrêter William. Il n'était pas méchant, il faisait son devoir et elle comprenait très bien son sens de conviction. La Tutrice voulait néanmoins poser toutes les cartes sur la table, elle ne voulait plus rien cacher à Mia et si par hasard la Suédoise changait d'avis pour quelconque raison... M'enfin, il fallait prendre des risques pour arriver à quelque chose. Et puis, Mia y verrait un gain aussi. Bess s'en chargerait.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3661-bess-butler
Mia Magnusson
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Gérante du Danse Macabre et Bourreau
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
24/30  (24/30)

MessageSujet: Re: Suivra-tu jusqu'au bout?   Ven 18 Mar - 14:38

Évidemment qu’elles se comprenaient, elles s’étaient toujours comprises. Elles s’étaient toujours suivit et soutenues, n’avaient jamais perdu le contact et, maintenant qu’elles vivaient de nouveau dans la même ville, pouvaient retrouver leur complicité d’antan. Il n’était pas question de passer à côté de ça et si cette complicité passait par quelques manigances bien organisées, cela ravirait la rouquine.

”Avec toi, j’irais jusqu’au bout et tu le sais.”

Elle ne l’avait jamais lâché et ça ne commencerait pas maintenant. Leur passé commun était parsemé de toutes sortes d’évènements, des plus jouissifs au plus sombres, et jamais l’une n’avait abandonné l’autre à son sort. Mia comptait bien que les choses restent ainsi et n’avait pas l’ambition de trahir sa meilleure amie après tant d’années. Si les choses prenaient la tournure que Mia entrevoyait, leur aventures allaient prendre un nouveau départ et elles pourraient presque se croire en train de revivre la grande époque de Stigma. Presque, parce que les nouvelles lois leur mettrait quand même de sacrés bâtons dans les roues.

Quand au jeune Luz-Descalzo, il ne serait pas facile à débusquer, ce genre de gosse de riche pourrait très bien vivre juste sous leur nez sans que personne ne le sache. Les riches gardaient leur secret bien enfouis et leur lieux de résidence était rarement facile à trouver, peu de chance de trouver son adresse dans un annuaire en somme. Et quand bien même un de ses clients saurait où il avait posé ses valises, pas dit qu’il est décidé d’aller se planquer chez lui. Il pouvait tout aussi bien être en train d’errer au milieu des égouts, en compagnie des rats, des sangsues et de tout ce que la Nouvelle Orléans pouvait recéler de pire dans le genre êtres plus ou moins humains. Pas le lieux idéal pour un gosse habitué au luxe, mais pour un nouveau vamp en cavale, ça se tenait.

Sans compter qu’elle ne pouvait tout simplement pas déambuler dans le Danse macabre en posant ouvertement des questions sur lui. Il fallait la jouer fine pour ne pas éveiller les soupçons et amener discrètement le sujet sur le tapis, l’air de ne pas y toucher. En tout cas, il y avait fort à parier qu’un tel gosse de riche devait s’être offert un pied à terre à la hauteur de son compte en banque. Et plus l’endroit serait grand et visible de tous, plus il serait difficile à trouver.

Faisant tourner le liquide dans son verre, elle médita sur la suite, trouver d’autres êtres de confiance pour soutenir leur cause. Là non plus, les choses ne seraient pas simple, il faudrait que chaque protagoniste y trouve son compte. Et surtout qu’ils soient tous prêts à s’opposer à Camille. Il ne faisait aucun doute que son comportement devait en importuner plus d’un. Aucun vampires ne pouvaient ignorer que sa gestion de leur communauté était désastreuse et, surtout, qu’elle leur était plus nuisible qu’autre chose. Ils étaient des êtres fiers qui se retrouvaient à vivre comme de bons toutous bien obéissants. Peu d’entre eux devaient avoir une réelle envie de continuer à vivre comme ça.

Évidemment, quand on parlait de rallier des membres à leur cause, la première personne qui venait dans l’esprit de Mia, c’était Ailin. Nul doute que la blonde trouverait son compte dans une opposition à Camille. Il faudrait néanmoins la jouer extrêmement fine vu la surveillance dont elle était l’objet, mais elle ne devait pas envisager de ne pas la mettre dans la confidence. Oui, la blonde ferait un excellent atout et il faudrait qu’elle lui en touche un mot dès que possible.

”Je sais déjà qui je pourrais rallier à notre cause. Il faudra que je lui parle et que je te la présente si elle décide de nous suivre.”

Inutile d’en dire plus pour le moment, il faudrait déjà voir avec Ailin et après seulement, elle pourrait envisager de la présenter à Bess. Mais il y avait fort à parier que ce trio-là devrait bien s’entendre.

Elle regarda cette dernière se lever et aller rôder du côté de son bureau. Elle semblait pensive, il devait y avoir un autre problème et Mia aurait parié qu’elle n’allait pas tarder à en prendre connaissance. Le regard fixé sur le contenu de son verre, elle prit enfin la parole et se tourna vers elle. William le traqueur, fidèle à Camille jusqu’au bout des ongles. Effectivement, il pourrait poser un problème. Mais de là à songer à l’arrêter, Mia n’avait pas autorité sur lui et à moins de s’opposer à lui, hache en main, elle ne voyait pas trop quels arguments logiques elle pourrait faire valoir pour qu’il accepte de laisser l’héritier à leurs bons soins. Quoique, en réalité, il paraissait logique de laisser la Tutrice s’occuper d’un nouveau né, mais ces arguments auraient nettement plus de poids dans la bouche de Bess que dans la sienne. William n’était pas stupide, il saurait que quelque chose se tramait si c’était elle qui s’interposait pour l’arrêter. Elle était le Bourreau, les histoires de nouveaux vampires et de la paire de mains qui en prenaient soin, ça ne figurait absolument pas dans son registre d’affectation ou de compétences.

”Ça sera plus simple si c’est tu arrives à t’en occuper. Il va trouver bizarre que je me mêle d’une histoire de nouveaux vampires. Mais tu sais que tu peux compter sur moi. J’espère juste qu’une conversation civilisée suffira à lui faire entendre raison…”

Mia n’avait pas vraiment envie que la situation tourna mal avec le traqueur. Et encore moins qu’il aille raconter des trucs gênants à Camille. Il faudrait la jouer fine, discrète et, surtout, rapide. Et si les choses devaient mal tourner, elles n’auraient plus qu’à croiser les doigts.

”Quelle question ! Évidemment que je le ferais ! Et avec un plaisir non dissimulé !”

Mia avala une gorgée de vin et décroisa les jambes pour les recroiser dans l’autre sens. Reprendre son vrai boulot à plein temps, son ancien boulot même tant il ne semblait plus d’actualité. La perspective la réjouissait d’avance et un sourire satisfait étira le coin de ses lèvres.

”Tu sais comme je peux aimer ce poste, partout où je suis allée, j’ai tout fait pour devenir Bourreau. Je suis pas du genre à vouloir diriger la communauté ou à vouloir m’occuper des jeunes vamps. Mais tenir ma hache et l’abattre d’un coup sec, c’est presque toute ma vie ! Après, je ferais tout ce que tu as besoin que je fasses et tu le sais.”

Elle ferait un bras droit efficace pour Bess, mais la situation ne se prêtait pas à ce genre de projet. L’important c’était de mener la recherche de l’héritier à son terme le plus rapidement possible.

”Je vais essayer de te dénicher l’adresse de ton héritier, pas dit qu’il y soit, mais ça sera toujours le début de quelque chose !”

Elle se redressa, décroisant les jambes, pour se saisir de sa bouteille et quitta le canapé pour aller remplir l’espace vide de leur verres. Ce soir, ça serait chasse aux informations au Danse Macabre.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4066-mia-magnusson
Bess Butler
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Tutrice
Age apparent: Trentaine
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: Suivra-tu jusqu'au bout?   Mar 29 Mar - 13:08

Bess eut un petit sourire agréable, les yeux baissés en fixant le liquide rougeâtre qui se terminait lentement. Il était agréable d’entendre que votre consœur allait vous suivre jusqu'au bout des enfers, mais où étaient placés ces enfers? Ce jeu était vraiment dangereux et ses mésaventures du passés avaient appris à Bess quelque chose : il faut garder ses alliés nourris et blanchis. Elle se ferait beaucoup d’ennemis, c’était certain, mais sans prendre de risques elle n’aboutirait à rien et voir les vampires dégringoler ainsi était difficile. En gardant ses proches près d’elle et ses ennemis encore plus près, sa route vers le succès porterait ses fruits.
Ainsi Mia avait déjà une idée sur qui pourrait les rejoindre? Elle en était très curieuse et espérait que cette voix additionnelle pourrait potentiellement se rajouter sur leur voix hiérarchiques. De toutes les manières, même si le personnage n’avait pas de rang elle ne froncerait pas du nez à une aide potentielle. Après tout, le pire des cas voulait dire l’exécution, mais le pire des cas était loin.

Elle comprenait les réservations du Bourreau au cas où le Traqueur se mêlerait de leurs affaires, mais une fois de plus cela faisait partit du cas où tout partirait en sucette.

- Les chances sont minimes - elle précisait avec un geste de main en se retournant - Camille peut-être encore dans le noir au sujet du môme, du coup il n’y a encore aucun traqueur à ses trousses. Je te le demandais au cas où mes mains seraient liées. Autrement je sais comment m’y prendre et je serais là.

Oh que oui elle serait là. En tant que Tutrice elle s’était mêlée d’une affaire un peu plus grosse ; c’était pire que de se fritter à un délinquant et accidentellement l’achever et devoir s’expliquer auprès de Camille. Urgh, Laroche St. Pierre…Rien que de penser qu’un jour elle devra lui faire face devant le conseil vampire la met dans un état hors d’elle. Aux moins le conseil comptait l’ancienne Maitresse de la Nouvelle-Orléans avec laquelle elles étaient en bon termes donc c’était déjà une voix…L’Insoumise ? Bah, elle était sûre qu’elle faisait des choses pas nettes et gardait des liens proches avec la Triade, ça pouvait passer en douce avec elle aussi. Le reste était à deviner… Pour l’instant elle vit Mia se lever et se pointer à côté d’elle pour remplir leurs verres. Bess aurait pu l’arrêter, car boire autant voulait dire vomir encore plus, mais la gourmandise était bien son plus grand péché et elle n’allait pas rater l’occasion de titiller ses papilles gustatives! La pouvait être son plus grand échec. Quand elle eut fini de verser le liquide écarlate dans le verre en cristal, Bess leva le verre pour trinquer avec elle en faisant un petit clin d’œil complice suivit du son d’un petit claquement avec sa langue, ce son très similaire a un « kh kh ». La Tutrice faisait confiance au Bourreau, après tout, elles avaient eu pratiquement un entrainement d’agents avec leur passé commun et deux têtes valaient mieux qu’une. En avalant une nouvelle gorgée elle décida de se rallumer une cigarette, car le cancer n’allait surement pas l’emporter vu son état mort. Autant en profiter! Elle regarda de trois-quarts, sans vraiment prêter attention à ce qu’elle regardait, mais ses pensées la ramenèrent vers le présent et sa curiosité la démangeait.

- Je ne te demande pas de m’étaler le portrait de la personne que tu as en tête – précisa-t-elle au départ – mais me donner une idée sur notre « potentielle » recrue serait la bienvenue. Pourquoi cette personne se joindrait-elle à nous, sachant que si cette affaire est un échec complet on pourrait y passer? Il faudrait être soit suicidaire, soit vraiment avoir une dent contre la maitresse actuelle.

Il fallait bien le vocaliser. Bess était certaine que Mia le savait, mais sans le dire et en tournant autour du pot cela ne pouvait jamais être officialisé. Il fallait mettre le tampon dessus, comme sur une lettre officielle qu’elle devra d’ailleurs se mettre à rédiger si la situation restait civile. Dans un autre cas… Elle prit une première taffe sur sa cigarette et elle rajouta très vite.

- Et merci – dit-elle en relâchant la fumée, car elle avait oublié ses manières pendant une seconde - pas tout le monde aurait fait la même chose et si tout va bien, on pourra revenir à un boulot de grandes filles. Non-retraitées bien entendu! L’âge n’est qu’un numéro, n’est-ce pas?

(HRP: Désolée du temps de réponse. J’étais un peu shmoo ces derniers temps, mais ca devrait aller maintenant !)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3661-bess-butler
Mia Magnusson
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Gérante du Danse Macabre et Bourreau
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
24/30  (24/30)

MessageSujet: Re: Suivra-tu jusqu'au bout?   Jeu 26 Mai - 12:55


Il fallait en effet espérer que Camille soit encore dans l’ignorance au sujet du gamin fraîchement vampirisé. Non pas que Mia rechignerait à tout faire pour détourner le traqueur de sa cible, mais elle doutait juste qu’il soit sensible à ses arguments. Trop proche de leur maîtresse pour ça. Malgré tout, l’exercice serait amusant, tout faire pour le convaincre tout en évitant qu’il se doute de ce qui se tramait derrière. Un vrai challenge que la rousse serait prête à relever même si une solution plus discrète était de meilleure augure. Il valait mieux agir rapidement et, pour ça, Mia ne pouvait qu’espérer que Bess retrouverait l’héritier le plus rapidement possible.

”Je me tiens prête dans tous les cas.”

Un signe de Bess et elle se mettrait immédiatement en travers du chemin de William. A la limite, il lui suffirait de le retarder un moment, de l’envoyer à la chasse au dahu pour laisser plus de temps à son amie de toujours. Elle eut l’air pensive un moment, réfléchissant au bâteau qu’elle pourrait monter au traqueur pour le détourner de la chasse à l’héritier. les choix étaient multiples, mais le sien devrait être judicieux, cohérent et reposer sur des faits tangibles. En même temps, il se passait tant de choses dans leur magnifique ville, elle n’aurait aucun mal à détourner un évènement de sa véritable cause pour servir efficacement la sienne.

Elle se leva pour aller remplir leur verre et reposa la bouteille sur son bureau. L’endroit était si calme, difficile en cet instant d’imaginer que la salle du bas serait bientôt remplie de monde. Bourrée de personnes en tout genre au milieu desquelles elle pourrait peut-être dénicher celle capable de lui fournir des informations sur le fuyard. Là encore, il faudrait la jouer tout en finesse, aborder le sujet innocemment pour, peut-être, faire avancer les choses du côté de Bess. Elle trinqua avec elle et l’écouta tranquillement. Elle voulait en savoir plus sur la personne à laquelle elle avait fait allusion, celle qui pourrait se joindre à elles dans l’entreprise de sa meilleure amie. C’était normal et même si Bess lui disait ne pas avoir besoin d’un portrait détaillé, Mia ne voyait finalement pas pourquoi elle ne pourrait pas lui dévoiler son identité. Après tout, ça n’engageait à rien,

”C’est Ailin. Ailin Dyce, qui travaille pour Précieuse. Je ne sais pas si ça l’intéressera de se joindre à nous, mais j’ai plutôt un bon pressentiment à ce sujet.”

Et pour cause, voir Camille être poussée vers la sortie et remplacée par Bess pourrait arranger ses intérêts. La punition infligée par le conseil ne changerait pas, mais changer de Maître pourrait l’aider à retrouver une place digne de ce nom dans leur monde. Après tout, une fois passée Maîtresse de la Nouvelle Orléans, Bess pourrait peut-être contribuer à améliorer sa situation. Bref, c’était une situation à creuser, mais avant toute chose, il faudrait qu’elle puisse communiquer avec elle, ce qui allait être compliqué vu sa situation. Rien n’était jamais simple avec Ailin, elle avait mit un temps considérable à entrer en contact avec elle, laissant la blonde se tenir à l’écart et l’éviter. Même à la Thriller Night, là où elle aurait bien aimé venir apporter son soutien à Bess, elle était restée à l’écart en voyant Ailin se mêler à la rixe. Une vraie frustration mais elle avait prit sur elle. Et maintenant qu’elle pouvait de nouveau se parler, c’était la situation de son amie qui rendait les choses compliquées. Parler librement avec Ailin, c’était comme essayer d’attraper son reflet dans l’eau, mission impossible. Il lui faudrait néanmoins trouver une solution pour pouvoir la mettre dans la confidence.

”L’âge n’est rien pour nous autres vampires.” Elle se ralluma une cigarette à son tour et recracha lentement la fumée. ”Tu n’as pas à me remercier. Ce que je fais pour toi, je ne le ferais pour personne d’autre.”

Elles se connaissaient et étaient amies depuis si longtemps, impossible de tourner le dos à Bess quand celle-ci venait quérir son soutien. Et puis les projets de la brune étaient pile poils ce dont elle avait besoin pour renouer avec ce qu’elle était réellement, un Bourreau. Tenancière d’établissement c’était bien, mais c’était surtout censé occupé son temps libre, pas devenir son unique emploi.

”Si tu savais comme j’ai hâte d’y revenir !”

Sa hache la démangeait et il y avait tant de fauteurs de trouble qui méritaient de perdre la tête qu’elle en jubilait d’avance. Elle avala une gorgée de vin avant de tirer sur sa cigarette, cette conversation lui donnait l’impression d’être remontée dans le temps, à l’époque ou les choses n’étaient pas désespérément statiques, voir sur une perpétuelle pente inclinée. C’était agréable de se sentir revivre de la sorte et elle avait hâte que la Tutrice mène son projet à bien.

”Qu’est-ce que tu feras de ton héritier une fois que tu l’auras retrouvé ? Je suis curieuse d’en savoir plus sur la suite des évènements.”

Pour le peu que Bess ait déjà une idée précise de ce qu’elle voulait faire. Mia n’en doutait pas mais quand un plan reposait sur des éléments hasardeux, tel la récupération d’un héritier en fuite et la possible intervention d’un traqueur, les choses pouvaient prendre des tournures inattendues.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4066-mia-magnusson
 

Suivra-tu jusqu'au bout?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE I: Le quartier des affaires ¤ :: ║Le quartier Sanglant║ :: Danse macabre-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit