AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Rencontre de minuit [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mia Magnusson
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Gérante du Danse Macabre et Bourreau
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
24/30  (24/30)

MessageSujet: Rencontre de minuit [TERMINE]   Mer 9 Déc - 21:56


Ce soir, Mia était de bonne humeur, le Danse Macabre tournait correctement, la Nouvelle Orléans continuait d’être un lieu où il faisait bon vivre malgré les dernières révélations et elle s’était octroyée sa première vraie nuit de repos depuis des semaines. Portable chargé à fond pour que n’importe qui à la boite puisse la joindre n’importe quand, elle avait quitté son chez elle en quête de quelque chose à se mettre sous le croc. Ce soir, elle avait faim, il était donc logique de la voir déambuler en leggings court noir, talons hauts et pull fin et ample. Attirer le regard sur ses jambes était essentiel quand tout était petit chez vous et elle savait y faire pour que le regard des hommes se portent là où elle le désirait. Les cheveux lâchés et parfaitement brushés, elle s’était parée du minimum en terme de maquillage, un trait sous les yeux histoire de faire ressortir son maquillage et un gloss léger. Une touche de parfum. Inutile d’en faire trop.

Elle avait commencé par déambuler tranquillement dans les rues du vieux quartiers français, histoire de se mettre en appétit et de prendre un peu l’air. Elle avait parfois l’impression de passer sa vie enfermée entre les quatre murs de son bureau. Les fournisseurs, les factures, les employés et les clients mécontents… Elle n’était que gérante mais c’était du boulot quand même. Quoiqu’elle avait une façon assez personnelle de gérer les employés. Après tout, ils n’étaient pas réellement à plaindre alors quand elle perdait patience, elle désignait purement et simplement la porte du bout d’un index autoritaire. Tous savaient depuis maintenant pas mal de temps ce que ça signifiait : ”Si tu es si malheureux que ça ici, part je ne te retient pas.”. Certain le faisait et elle se retrouvait à jouer les barmaid pour la soirée mais la plupart se faisait une raison et retournait à leur poste. Elle était suffisamment patiente pour pouvoir entendre toutes les plaintes justifiées, mais sa tolérance avait tout de même des limites et elle n’avait jamais supporté ni les geignards, ni les fainéants.

Elle marcha encore un peu, l’innocence de son air naturel faisant s’épanouir de discrets sourires en coin sur les lèvres de quelques hommes qui devaient la penser naïve à souhait. C’était l’effet recherché et elle avait toujours cultivé cette capacité à paraître bête comme ses pieds. Les hommes étaient plus faciles à amadouer quand ils étaient convaincus de se trouver en face d’un être inférieur. Sa gestuelle était en harmonie avec le reste, des mouvements doux et mesurés, une démarche délicate, presque aérienne, elle semblait presque effleurer le monde qu’il l’entourait plutôt que d’en faire réellement partie. Sa petite taille et l’absence de monde au balcon avait souvent été handicapant et elle avait longtemps détesté la façon dont on la traitait, comme si elle n’était toujours qu’une enfant. Puis elle avait découvert tous les avantages de son physique et qu’avec la bonne attitude, elle pouvait bien plus facilement parvenir à ses fins qu’en jouant les brutes épaisses.

Ses pas la menèrent finalement dans la rue principales des vieux quartiers et elle alla de terrasses en terrasses, choisissant l’endroit où elle s’installerait. Plutôt métamorphes, plutôt normes, elle ne savait pas trop ce qu’elle voulait ce soir. Les métamorphes étaient parfois compliqués à boulotter et, pour une fois, elle voulait un repas facile. Une fois n’était pas coutume, sa faim réclamait plus de quantité que qualité. Et puis, une soirée de liberté, il fallait la fêter dignement et ne pas perdre des heures à se trouver le repas parfait. Elle ne ferait pas le fine bouche même si elle n’était pas pour autant prête à se jeter sur le premier venu. Un homme attira son regard, grand, bien fait, des cheveux bruns, des yeux bleus, une odeur appétissante. Il était assit à la terrasse du Trick O'Clink.

Un sourire étira ses lèvres et elle alla s’installer souplement à une table vide, non loin de celle du jeune homme. Il devait avoir environ 25 ans, habillé de façon décontractée. Il était avec des amis et sirotait un verre de ce qui semblait être un simple whisky-coca. Elle quitta son sourire pour reprendre son habituel air détaché et balança ses cheveux derrière son épaule d’un geste précis. Elle croisa les jambes, s’installant confortablement et posa un regard innocent sur la serveuse qui vint prendre sa commande.

”Un Manhattan.”

Elle ne le boirait certainement pas, mais il fallait bien qu’elle ait une bonne raison de se trouver là et d’attirer le jeune homme dans ses filets. Quoi de mieux que de passer pour une pauvre jeune femme en mal de compagnie et obligée d’aller boire un verre toute seule.


Dernière édition par Mia Magnusson le Jeu 26 Mai - 13:49, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4066-mia-magnusson
Monomen
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Feu Follet
Age apparent: 23
Dangerosité:
26/30  (26/30)

MessageSujet: Re: Rencontre de minuit [TERMINE]   Jeu 10 Déc - 1:17

Le studio était en foutoir, les tapisseries des murs à moitié arrachées, puis laissées à l'abandon, tombant à moitié des murs. Une odeur de tabac flottait dans l'air comme une brume; plus d'un aurait dit que l'endroit était un aquarium de fumée... Mais ça ne dérangeait pas le brownie, pas aujourd'hui. Il faisait assez tiède pour avoir une fenêtre ouverte, mais il n'avait pas envie de respirer l'air là maintenant. Ce soir, Monomen était un peu agacé.
Dans la journée il avait commencé à arracher la tapisserie pour la changer, la trouvant lassante, avant de s'arrêter en plein milieu, prit d'une lassitude extrême. Ce n'était pas de l'ennui qui le guettait; le Faë ne connaissait pas l'ennui. Il était plutôt hanté par une fatigue de tout... Une période creuse, où il n'arrivait pas à produire les sons qu'il voulait. C'était en soit embêtant, lui qui avait un grand projet pour des carillons de clefs! Non, l'humeur faisait qu'il n'arrivait pas à voir les sons, comprendre les échos de ses instruments, ou capter la tonalité parfaite d'une tige en métal contre une autre.

Assit sur le bord de sa fenêtre, il regarda au-dehors. D'où il était il pouvait voir des gens marcher dans la rue sous la lueur des lampadaires. Il inspira la fumée de sa cigarette avant de la recracher. Il regarda l'objet qui se consumait l'espace d'un instant; il ne fumait pas souvent, et n'avait pas fait de cela une habitude depuis quelques années, mais aujourd'hui cela lui avait semblé propice de voler ce paquet à un passant. En même temps, l'individu en question ne demandait que ça, avec le paquet déjà à moitié hors de sa poche!
Eh oui, pensa-t-il, un vague sourire aux lèvres.
Du bout de l'ongle de son annulaire il gratta le coin de sa bouche d'un air pensif. Il regarda autour du studio, le bazar de son nid, les vêtements étalés de partout, les instruments délaissés. Non, il ne pouvait pas laisser les choses comme ça.

D'un coup il était sur ses pieds, nouvellement revigoré. Si l'inspiration ne venait pas à lui, il irait à l'inspiration! Sans hésiter il enfila une son pull favori, de couleur marron, et son manteau gris par dessus. Il prit la peine de relever le col, se donner une allure un peu propre tout de même. D'une main il enfila ses chaussures, de l'autre il attachait une dreadlock autour des autres pour faire une espèce de queue de cheval. En quelques instants il avait ses rangers enfilées, datant de sa période punk en Grande Bretagne, à l'apogée du style musical.
Il vérifia qu'il avait ses baguettes chinoises et son carillon de clefs, et il était sortit!

Mais où aller? Où trouver l'inspiration? Il ne savait pas, mais ses bottes frappant le sol et les plaques d’égout le guidèrent rapidement aux Vieux Quartiers. Il aimait bien cet endroit; avec les Plaisirs Coupables d'un côté, d'autres établissements moins surprenant de l'autre. D'ailleurs, il cru voir quelques personnes entrer et sortir du club de strip-tease! Les clients étaient parfois des gens aux morales douteuses, qui étaient facilement manipulables... Mais il n'était pas d'humeur pour ça. De quelle humeur était-il finalement? Quelle inspiration cherchait-il?
Une traque. Voilà ce qui éveillait toujours sa bonne humeur; la recherche d'un humain de compagnie, ou juste un repas... Quoi qu'il en était, il lui fallait trouver un humain digne de ce nom!

Ses pas le guidèrent plus loin sur la rue principale, et là il retrouva le sourire. Le pub irlandais, bien sûr! Comment renier ce signe envoyé par personne en particulier! Un pub vendant de la bière de sa terre natale, comment refuser? Nouvellement réchauffé par la vue du Trick'o'Clink, il entra directement, passant à côté d'une table pleine de jeunes hommes en pleine fleur de l'âge. Ah les humains à cet âge-là étaient toujours divertissants. Il vit d'ailleurs, parmi eux, un qui attira son attention. Grand; toujours un point positif pour une proie, un peu rondelet mais la graisse donnait généralement plus de saveur, et ça évitait d'utiliser trop d'huile... Mais c'était ses cheveux qui l'intriguèrent de suite; ils étaient teints d'une couleur rouge sombre; et il fallait le dire, Monomen et les teintures, c'était une vraie histoire d'amour. La couleur paraissait tellement naturelle! Oh il fallait qu'il le stalke un moment, voir comment était cet homme.
Distrait, il commanda une pinte de bière ambrée, pour bien commencer la soirée, ne lâchant pas sa proie des yeux. Il remercia chaleureusement la personne qui le servit, paya, et fila de suite en terrasse où... Oh, la table qu'il visait était occupée maintenant? Il allait s'en offusquer lorsqu'il contempla la créature en question; assise élégamment, petite stature mais posture qui avait tout de séducteur... Il ne bougea pas un instant, le temps d'analyser la créature de loin. Si sa peau semblait aussi pâle que le commun des mortels autour, alors ses yeux trahissaient autre chose... Quelque chose que Monomen connaissait bien : la jeune demoiselle avait une proie en vue. Il ne pouvait en être certain, mais il avait côtoyé suffisamment de vampires pour reconnaitre ce regard, et puis tout dans son physique attirait la sympathie, le regard... Une technique que le brownie lui-même utilisait, sans le côté séducteur de la chose. Peut-être, si ce n'est sans doute, une vampire.
Soudainement sa curiosité était attisée. Si c'était bien le cas, que venait-elle faire, assise sur la terrasse d'un bar tenu par des métamorphes? Et puis assise ainsi, à la vue de tous? Elle voulait attirer l'attention des hommes, elle voulait qu'on l'aborde, elle voulait être vue; et en standards humains, elle était attirante. Elle était donc pêcheuse là où il était chasseur. A attirer ses proies vers elle, là où il les suivait dans l'obscurité.
Maintenant, il était vraiment curieux. Sortant sur la terrasse, Monomen fit bien en sorte d'être bien en vue de la jeune femme, c'est à dire, devant le groupe qu'elle semblait observer à l'heure actuelle. Il bu une gorgée, faisant comme si de rien n'était, puis se tourna vers elle visiblement, et s'approcha.

"La place est libre?" sourit-il de façon parfaitement innocente.

Sans attendre de réponse il était assit de l'autre côté de la table. Il la fixa un instant, admirant le léger maquillage, cherchant encore et toujours dans ses yeux une preuve irréfutable de son appartenance à la race des vamps. Et puis cette tenue... Ah la la... Ca lui rappelait le bon temps des Caraïbes tout ça! Draguer les pauvres hommes ivres avec une vue sur sa fausse poitrine et ses cuisses élégantes... Que de souvenirs. Il posa sa bière sur la table et sortit le paquet volé, sortant une cigarette. Il tendit ensuite le paquet à la jeune femme, ses yeux plus froids qu'ils l'auraient été face à un humain... Un regard, si on l'interprétait correctement, était une mise en garde. Peut-être ne se rendait-elle pas bien compte que chasser sur le territoire de métamorphes était bien chose bien mal venue?

"Cigarette?" demanda-t-il, sa voix bien moins innocente.

Inutile de faire jouer les apparences avec les vampires, et il était temps de tester sa théorie. Ils faisaient parti des Outres qui aimaient s'attaquer aux Faës pour leur sang, et qui pouvaient sentir qu'ils en avaient un devant eux... Maintenant plus qu'à voir si elle allait réagir comme tel.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4019-monomen#67462
Mia Magnusson
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Gérante du Danse Macabre et Bourreau
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
24/30  (24/30)

MessageSujet: Re: Rencontre de minuit [TERMINE]   Jeu 10 Déc - 19:58


Nonchalamment installée, Mia gardait son regard fixé sur le grand brun, ignorant totalement la présence de ses amis ou des gens autour. Elle se laissa aller à imaginer tout ce qu’elle pourrait lui faire ou le laisser lui faire avant d’enfoncer ses crocs dans sa gorge pour se délecter à longues gorgées. Un sourire bien peu innocent passa sur ses lèvres et elle se mit à jouer avec son briquet en or blanc qu’elle faisait tourner entre son pouce et son majeur, le tapotant régulièrement sur la table pour réajuster sa position. Elle aurait pu rester ainsi des heures à fixer l’homme en laissant vagabonder son esprit, sauf que quelque chose s’interposa dans son champ de vision. Vu de dos, c’était un manteau gris avec une paire de rangers dépassant en bas et des cheveux étrangement coiffés et colorés dépassant en haut.

Son regard se fit plus vif, son sourire disparu et elle se redressa légèrement, cessant de jouer avec son briquet pour l’enfermer dans sa paume. Elle n’appréciait pas qu’on s’interpose entre elle et son repas potentiel, pour autant, elle n’allait pas sauter à la gorge de ce nouveau venu. Et il y avait deux raisons à ça. La première c’était que ça n’était pas son genre d’agir aussi imprudemment et de façon aussi agressive. La seconde, et bien qu’en temps normal ça n’aurait pas été le cas, était la plus importante des deux. Ses yeux se plissèrent très légèrement quand l’odeur de l’obstacle vint titiller ses narines. Elle aurait pu bondir de sa chaise et le mordre sans prévenir, là maintenant, au milieu des noctambules, si elle n’avait pas été suffisamment âgée pour avoir un parfait contrôle d’elle-même. Faé, elle aurait parié tout ce qu’elle possédait sur cette terre que la source de ce délicat fumet appartenait à cette espèce. Elle n’avait senti cette odeur qu’une seule fois mais ça avait été bien suffisant pour que son esprit d’analyse arrive à cette conclusion. Elle connaissait bien le parfum des différentes espèces d’Outres et celle des Normes, il lui avait donc paru logique que cette odeur nouvelle ne pouvait appartenir qu’à la fameuse nouvelle espèce.

Le Faé se retourna et elle put voir son visage. Certainement un mâle, surtout vu sa tenue et son absence de forme, mais assez efféminé. Elle fixa ses yeux jaune et arrêta là son inspection puisqu’il semblait évident que c’était à elle et à personne d’autre qu’il faisait maintenant face. Elle arqua un sourcil quand il la questionna et n’eut même pas le temps de répondre qu’il était déjà installé devant elle. Ses yeux l’avait suivi alors que son visage avait à peine bougé. Son cerveau tournait à toute vitesse et les pensées s’enchaînaient. Elle n’avait jamais vu de Faés d’aussi près et lui aurait volontiers posé mille question, seulement prudence était mère de sûreté et puisqu’elle ignorait tout de ce qu’il lui voulait, elle se devait de rester méfiante.

Elle fit finalement pivoter légèrement son corps pour se retrouver en face de l’individu, posant son index sur ses lèvres et continua à le fixer sans rien montrer de l’intérêt qu’elle lui portait. Ce qu’elle savait des Faés se résumait à… Et bien à rien en fait. Ils dégageaient une odeur capable de lui faire sortir les crocs en toutes circonstances mais en dehors de ça, elle ne savait absolument rien de leur espèce. Ce qu’ils mangeaient, où ils vivaient, comment ils vivaient, comment ils pensaient, y’avait-il plusieurs espèce de Faés. Avaient-ils tous une apparence humaine, était-ce seulement leur véritable apparence. Quels étaient leur pouvoir, combien de temps vivaient-ils. Tant de questions qui se bousculaient dans sa tête sans qu’aucune ne passe la barrière de ses lèvres closes.

Son regard quitta celui du Faé pour se porter à sa chope puis au paquet de cigarettes. Il en sorti une pour lui-même avant de le tendre vers elle. Ses yeux croisèrent alors à nouveau les siens et elle y décela quelque chose qui l’incita d’autant plus à la méfiance et qui la convainquit qu’il savait ce qu’elle était. Néanmoins, son index quitta ses lèvres pour aller piocher dans le paquet.

”Volontiers, c’est très aimable à vous.”

Elle la porta à ses lèvres sans cesser de fixer le Faé de ses grands yeux gris et l’alluma d’un geste souple de son autre main. Elle tendit ensuite, du bout des doigts, le briquet ouvert. Il fournissait le tabac, elle fournissait de quoi l’allumer.

Tirant une grande bouffée qu’elle recracha lentement, elle se fit la réflexion qu’il y avait bien longtemps qu’elle n’avait pas paru si sérieuse durant une nouvelle rencontre. Son habituel air détaché était assombri par la méfiance et de nouvelles questions avaient germé dans son esprit. Pourquoi ce regard ? Qu’est-ce qui pouvait bien poser problème au Faé… Est-ce que son espèce avait, tout comme les métamorphes, un soucis de territorialité ? Était-ce sa nature qui posait problème ? Ou bien le simple fait de sa présence ici ? Chaissait-elle sa proie ? Ce qui voudrait dire qu’il mangeait des humains. Elle avait écarté d’office la possibilité que l’un des humains, ou tout le groupe soient des amis à lui, tout simplement parce que si ça avait été le cas, au moins l’un des hommes assit à table aurait remarqué et salué le Faé, il ne passait pas exactement inaperçu après tout. Toutes ces questions rebondissaient entre les parois de son crâne et elle ne trouverait pas de réponse en se torturant l’esprit, c’était sa seule certitude absolue.

Elle décroisa tranquillement les jambes et s’accouda à la table au moment ou la serveuse revenait avec son Manhattan et le posait devant elle. Elle la remercia avec un grand sourire et reporta immédiatement son attention sur celui qui l’intriguait tant. Elle ne pensait plus du tout à sa potentielle proie pour le coup. Sans compter que même si elle avait décidé de jeter définitivement son dévolu sur lui, elle aurait dû attendre son départ pour tenter quoique se soit puisque le Trick était la sous l’entière protection de sa propriétaire qui ne tolérait pas de voir des Vamps chasser dans son établissement. Elle le savait en venant ici mais comme tout bon Vampire de son âge, elle avait la patience de son côté. Elle fit donc abstraction de sa faim malgré l’odeur si alléchante du Faé et afficha son air le plus innocent.

”Que me vaut l’honneur de votre présence à ma table ? Ma présence en ce lieu ne vous dérange pas au moins ?”

Elle s’était exprimée à voix basse, penchant légèrement la tête sur le côté en ouvrant de grands yeux interrogateurs. Puis elle la redressa rapidement, semblant se rendre compte qu’elle avait oublié quelque chose.

”J’en oublie mes bonnes manières, je m’appelle Mia, et vous ?”

Elle afficha un sourire aimable et appuya tranquillement son menton dans le creux de sa main en portant à nouveau la cigarette à sa bouche. Mia ne savait que penser de cette irruption et sa méfiance se percevait au fond de ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4066-mia-magnusson
Monomen
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Feu Follet
Age apparent: 23
Dangerosité:
26/30  (26/30)

MessageSujet: Re: Rencontre de minuit [TERMINE]   Jeu 10 Déc - 23:52

Il avait bien attiré son attention. La jeune femme le contempla, ses yeux gris cherchant quelque chose sur son visage; son expression plus neutre, plus fermée... Pas de doute, elle savait ce qu'il était. Elle avait beau le cacher, on ne la faisait pas à Monomen; il était dans le monde depuis bien trop longtemps pour se laisser berner par une quelconque expression faciale! Il ne laissa pas son sourire paraitre sur son visage à la satisfaction soudaine d'avoir eu raison à son égard. Il fallait croire que ces millénaires à vagabonder sur Terre s'étaient montrées utiles au développement de son instinct! Mais il n'était pas encore l'heure de festoyer, la vamp était encore bien là, et sur ses gardes! Elle se contrôlait bien, étant sans doute assez âgée pour le faire. Le contraire aurait été agaçant; il n'avait pas envie de faire une scène au beau milieu de la rue tout de même, ça ne serait pas convenable! Elle finit par pivoter sur son siège pour le contempler face à face. Au moins la voilà détournée des humains.

Mais voilà qu'elle se méfiait de lui, posant distraitement un index fin sur ses lèvres, portée entre une hésitation et une profonde curiosité. Il se demanda si, comme tant d'autres, elle ignorait tout ce qu'il y avait à savoir sur les faës. Tant de secrets bien gardés, grâce aux feux follets souvent. Ils avaient beau être révélés au monde, peu de gens étaient mis au courant de leurs habitudes et modes de vie. Si elle avait su ce sont était capable Monomen, elle aurait peut-être agit bien différemment. C'était à son avantage; le brownie n'avait aucunement l'intention de se bagarrer pour un vulgaire humain, surtout maintenant que ce dernier avait perdu de l'intérêt au profit de la vampire devant lui! Il ne pouvait dire qu'il avait côtoyé suffisamment d'individus de cette race; ceux qu'il avait connu avaient été bien différents, bien moins civilisés; cela avait été un tout autre temps!

Enfin elle détourna le regard; au moins une preuve d'un peu de détente, les choses n'avaient pas besoin d'être hostiles! Elle prit une cigarette, faisant attention à ne pas le remercier. Dommage, il aurait aimé voir comment les choses se seraient déroulées si elle s'était laissée prendre. S'il voulait que la situation tourne à son avantage, il lui faudrait être bien plus subtile. C'était étrange d'avoir en face de lui quelqu'un qui connaissait un peu la musique, qui savait user et manipuler les autres... c'était comme se retrouver face à un lui plus jeune. Maintenant elle était au centre absolu de son attention; une chose rare ces derniers temps, étant souvent distrait par un rythme inaudible qui flottait jusqu'à son oreille et le forçait à sortir ses baguettes pour jouer.
Elle tendit son briquet argenté encore allumé vers lui. Souriant, il ne lâcha pas ses yeux alors qu'il alluma sa cigarette. Il voyait le reflet de la flamme vascillante dans les yeux gris de la vamp. Une fois le bout de la cigarette incandescent, il inspira profondément la fumée avant de la recracher, se détendant, s'appuyant au dossier de sa chaise avant de croiser les jambes nonchalamment. Il regarda un instant le ciel, puis ses yeux retombèrent sur elle. Elle cachait bien ses émotions, il était difficile de déceler autre chose dans son regard que ce qu'il avait déjà compris... Elle était méfiante et curieuse. Oui, mais curieuse de quoi? Oh c'était un jeu qu'il aimait bien ça, lire les regards. Qu'est-ce qu'elle cherchait à comprendre chez lui?

Finalement elle s'accouda à la table, s'approchant là où lui s'éloignait par sa posture. Intéressant. Il prit une nouvelle bouffée de fumée, laissant ses yeux s'adoucir par rapport à avant. Il avait apprit à se méfier des vampires, mais à cause de situations datant d'il y a longtemps; les vampires étaient peut-être toujours des suceurs de sang, mais ils n'étaient pas plus coupables que les Wiccans pour leur chasse aux fourrures de métamorphes! C'était dans leur nature d'être prédateurs, tout comme c'était dans la nature des faës. Ils étaient des individus civilisés à présent. Cela ne l'empêcha pas de s'attendre à une attaque à la moindre seconde, mais ça, c'était juste une mauvaise habitude.
La serveuse posa un verre sur la table; Monomen ne put même pas la regarder, c'était trop intriguant de maintenir le regard gris de la vamp. C'était comme un jeu, un jeu auquel il aimait jouer. Finalement elle ouvrit à nouveau la bouche, et un murmure purement innocent en sortie une fois de plus.
Il observa sa tête se pencher, ses yeux larges de curiosité... Il ne put s'empêcher de sourire lorsqu'elle se reprit et se présenta. Mia. Intéressant. Il ne rata pas l'éclat presque nerveux au fond de ses yeux. Oui, pourquoi était-il là?
Il sourit, plus innocemment cette fois-ci, avant de boire trois bonnes gorgées de bière. Une fois cela fait, il soupira de satisfaction.

"Enchanté, Mia." Dit-il d'une voix légère, douce. "Je m'appelle Morgan."

Il savait bien que c'était ce qu'il y avait sur ses papiers, inutile de donner son nom proto-celtique pour le moment. Il croisa ses bras, se détendant toujours plus contre le dossier de son siège. C'était amusant de voir qu'elle croyait que c'était lui qui faisait irruption dans sa petite traque, alors qu'il fallait le dire, Monomen avait été là avant. Mais passons, à présent il avait perdu tout intérêt pour l'humain aux cheveux rouges.

"Ce que je fais là..." soupira-t-il, regardant les passants marcher en discutant bruyamment à côté de lui. Le son le fit froncer les sourcils un instant, puis il se concentra à nouveau sur Mia. Il tourna la tête sur le côté, mimant un peu le propre geste de la vamp lorsqu'elle lui avait posé la question. "Je venais chercher de l'inspiration. Au début je pensais en effet que vous étiez une gêne pour moi, à vous assoir à la table que je convoitais... Mais qu'est-ce que je peux dire... J'ai l'impression d'avoir trouvé exactement ce que je voulais."

Il laissa paraître un sourire carnassier; pas que cela avait été son intention. Loin de lui l'idée de lui faire peur, mais il avait tellement envie de le faire! Mais voyons, il fallait être civilisé! Il avait besoin de s'occuper, et il n'avait pas l'intention de faire fuir la petite vamp de sitôt, la soirée ne faisait que commencer! Soudainement un mouvement attira son attention, et il vit que le groupe d'individus humains se levaient pour partir. Ah, voilà une opportunité pour voir ce que voulait la vampire à présent! Se laisser porter par sa faim et poursuivre le groupe d'humains, ou rester, et discuter avec le faë.

"Vous sembliez intriguée par ces gens. Ou ne sont-ils plus le centre de votre intérêt actuel?" Dit-il à voix basse en avançant le haut de son corps vers elle.

Il donna un petit coup de tête pour indiquer le groupe qui partait maintenant, s'éloignant doucement dans la rue.

"Loin de moi de vouloir vous faire fuir... Mais j'ai l'impression que nous avons encore tant à nous dire, non?"

Un sourire apparut sur son visage. Pour une fois peut-être, un sourire honnête, curieux, amusé. Il avait besoin d'une distraction, d'un divertissement, et il avait décidé que cette petite vamp était cette distraction.

_________________
"For we may or might never all meet here again."

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4019-monomen#67462
Mia Magnusson
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Gérante du Danse Macabre et Bourreau
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
24/30  (24/30)

MessageSujet: Re: Rencontre de minuit [TERMINE]   Sam 12 Déc - 15:56


Elle ne le lâchait pas du regard, scrutant chacun de ses gestes et chacune de ses expressions. Il avait l’air très détendu, comme s’il maîtrisait totalement la situation. Et ça devait sûrement être le cas puisque ce qu’il savait des Vamps devait être proportionnel à ce qu’elle ignorait des Faés, autant dire qu’il était nettement avantagé et qu’elle avançait à l’aveugle. Elle n’avait pas peur pour autant, elle restait seulement sur ses gardes, normal quand on se retrouvais face à une créature dont on ignorait tout sauf le nom de sa race. Elle essaya bien de jauger son ancienneté mais il semblait évident que seul les Normes faisaient réellement leur âge. Les autres espèces vieillissaient différemment, ou ne vieillissaient plus du tout, comme elle. Alors il y avait fort à parier que quelque soit son apparence, elle n’allait certainement rien lui apprendre. A part peut-être qu’il lui était moins hostile. Il semblait s’adoucir sans qu’elle comprenne pourquoi. Ce nouveau venu soulevait beaucoup de question et dans beaucoup trop de domaines.

Elle se contenta de hocher poliment la tête quand il se présenta à son tour. Morgan, était-ce seulement son vrai nom… Elle ne le saurait peut-être jamais. Dans tous les cas, ce n’était pas dans sa traque que le Faé avait fait irruption, c’était uniquement dans sa vie, en face d’elle, comme ça, sans prendre de gant et sans crier gare. Il s’était soudainement imposé avec sa bière à la main, son paquet de cigarette et son air de plus en plus détendu. Normal. Toujours accoudée à la table, elle tira longuement sur sa cigarette, recrachant une fumée légèrement bleuté qui fila en direction de la rue. La main au-dessus du cendrier, elle tapota le mégot du bout de l’index pour en faire tomber la cendre et ne laisser que la partie incandescente. Il l’intriguait énormément, ça allait au-delà de sa nature. Pourquoi… Pourquoi avait-il jeté son dévolu sur elle ?

Il la quitta regard pour suivre un groupe qui passait près d’eux. Elle n’en avait que faire, qu’importe le bruit ou le monde, elle ne voulait plus le quitter du regard, elle ne devait pas courir le risque de rater un changement d’expression qui pourrait être aussi fugace qu’essentiel. Avait-il un soucis avec les grands bruits ? Une ouïe plus fine que la normale ? Bah ça ne voulait rien dire, ce groupe là était passablement bruyant, il ne fallait pas se leurrer, leur vacarme aurait pu déranger et faire se retourner n’importe qui. Finalement, Morgan reporta son attention sur elle et un sourire discret étira un coin de sa bouche quand il pencha la tête à sa façon. Moquerie ou simple effet mimétisme, qu’importe, elle trouvait ça amusant. C’était un peu comme se regarder dans un miroir qui aurait un temps de retard.

Elle fronça les sourcils en écoutant sa réponse. Inspiration, gêne, convoitise, trouvaille. Ne rien savoir de son espèce ne l’aidait pas à analyser correctement les bribes d’infos qui lui parvenait. Elle allait être obligé d’en tirer des conclusions triviales, de se contenter de rester basique dans ses déduction et en faisant abstraction de ce qu’elle savait des autres espèces. Trouver l’inspiration, comment, dans quoi ? La vue ou le contact avec les gens peut-être, il avait jeté son dévolu sur un bar après tout. Elle avait été vu comme une gêne, pourquoi ? A cause d’une simple table ? Improbable puisqu’il avait fini par s’y installer quand même. Il avait finalement trouvé ce qu’il voulait ? L’inspiration ? Là encore, pourquoi ? Il parlait d’elle visiblement, mais de quoi précisément, sa nature ? Son activité du moment ? S’il l’observait aussi bien qu’il en avait l’air, il devait presque voir les rouages de son cerveau tourner à toute allure. Un peu plus et elle n’aurait pas été surprise de voir de la fumée lui sortir par les oreilles. Elle devait faire abstraction de 300 ans de connaissances et d’avis préconçus sur chaque race pour laisser de la place à de nouveaux éléments. Alors tant qu’à faire, elle préférait que ça soit de vraies informations et pas des déductions foireuses.

Son sourire carnassier ne lui échappa pas et son regard migra de façon très nette de ses yeux à sa bouche. Qu’est-ce que ça pouvait bien vouloir dire. Est-ce qu’il essayait de lui faire peur ? Il fallait un peu plus qu’un sourire pour ça. D’ailleurs, ce genre de chose avait plutôt l’effet inverse et sa propre bouche se fendit d’un sourire amusé. S’il était du genre à aimer effrayé les gens, il avait choisi la mauvaise personne. Il fallait se montrer un peu plus radical que ça pour émietter le self-control de Mia dont les iris retournèrent se nicher au fin fond de celle de Morgan, une lueur d’intérêt commençant à remplacer la méfiance, lentement mais sûrement.

”Et en quoi est-ce que je pourrais vous aidez à trouver l’inspiration ?”

A moins qu’essayer de tuer un Vamp soit pour lui source d’inspiration - essayer oui, parce que ça n’était tout de même pas si facile, de son point de vue en tout cas - elle commençait à envisager la possibilité de se détendre. Il ne montrait pas de signe d’agressivité, se détendait bien plus qu’elle et, malgré ce sourire de prédateur, était d’apparence plutôt sympathique. Calme et avenant. Comme elle, ce qui n’était pas l’aider à se détendre. Elle faisait pourtant l’effort d’éviter les amalgames mais c’était plus fort qu’elle. Elle avait l’impression de se retrouver un peu quand elle l’observait. D’apparence paisible et dont les pensées profondes étaient impossibles à déchiffrer. Et tout comme c’était le plus souvent son cas, il ne dégageait rien d’hostile.

Elle se redressa, croisant ses bras sur la table, ainsi le grand brun quittait la terrasse. Elle persistait à fixer Morgan et qui s’était avancé et afficha un sourire amusé.

”J’ai la sensation qu’ils vous intéressaient aussi. Est-ce que je me trompe ?”

Après tout, il s’était interposé entre elle et le groupe, la voyait comme une gêne, convoitait cette table. Peut-être sa source d’inspiration se trouvait-elle parmi ces hommes. Ça expliquerait son hostilité première s’il avait pensé qu’un Vamp voulait jeter son dévolu sur sa proie. Bien qu’elle ne sache pas dans quel sens employer le mot “proie”. Elle ne suivit pas la direction indiquée par son coup de tête, elle avait l’ouïe suffisamment fine pour savoir exactement dans quelle direction le groupe s’éloignait. Et puis, elle était plus ou moins passée à autre chose. Ce choix vite fait laisserait sa place un autre, plus tard, ailleurs.

”Effectivement, Vous m’intriguez énormément.” Un sourire amusé étira ses lèvres. ”Et puis, bien que j’ai toujours eu un faible pour les bruns aux yeux bleu, ça n’était qu’un homme, ils sont nombreux à la Nouvelle Orléans, j’en trouverais un autre.”

Elle capta ce nouveau sourire et le sien s’élargit en réponse avant que son visage redevienne brusquement sérieux. Elle espérait voir une quelconque réaction à sa petite allusion, rien que pour savoir s’ils couraient après le même gibier ou pas. Elle regretta brusquement de s’être mise en chasse ce soir. Si vraiment Morgan en avait un de ces humains, ou tous même, en ligne de mire, elle aurait vraiment voulu voir ce qu’il allait faire et comment il allait le faire. Parce qu’elle doutait fortement qu’il lui dévoile si facilement les petits secrets des Faés. Elle allait devoir la jouer fine, surtout concernant ses propres réponses. Il ne serait pas de bon ton de se dévoiler alors qu’il était probable que lui n’allait rien lui dire d’important. En même temps, Mia avait tendance à se confier sur des choses inutiles, l’essentiel restant à son entière discrétion.

”Je ne sais même pas par ou commencer. Il est si rare de rencontrer quelqu’un comme vous. Êtes-vous à la Nouvelle Orléans depuis longtemps ?”

C’était un début en douceur, presque risible, mais il fallait bien commencer quelque part et ne pas s’attaquer directement aux questions potentiellement existentielles.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4066-mia-magnusson
Monomen
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Feu Follet
Age apparent: 23
Dangerosité:
26/30  (26/30)

MessageSujet: Re: Rencontre de minuit [TERMINE]   Lun 14 Déc - 1:44

C’était agréable cette façon où il pouvait être tout à fait honnête avec la vamp devant lui. Enfin, dans sa façon de paraître. Il avait passé sa vie à se faire passer pour quelqu’un de faible, qu’il fallait protéger, à cacher sa véritable nature pour mieux s’intégrer. Là il ne se faisait aucune illusion ; prendre une apparence tout à fait innocente ne lui ferait que défaut. Il était aussi arrogant de cette façon, où il voulait montrer qu’il avait toutes les cartes en main. Ce n’était pas dans son habitude de se soumettre à cet aspect fier de sa personnalité. Bien sûr qu’il était un individu très fier ; il aimait avoir l’avantage, et surtout savoir que la personne en face de lui n’en n’avait pas la moindre idée. Là il avait lâché le masque, et se laissait paraître tel qu’il était. Du moins, autant que possible devant une personne inconnue. Il n’avait pas envie de faire peur à Mia, mais en même temps, il avait très envie de lui faire comprendre qu’elle n’était pas au niveau.

Elle était curieuse, et il était content qu’elle puisse être une distraction momentanée. En revanche, il fallait bien se mettre en tête : une fois lassé, elle ne serait plus rien pour lui. Il serait tenté de manger la personne en face si cela avait été un humain, mais Monomen ne voyait pas l’intérêt de tuer la vamp si elle ne se montrait pas pénible. Et ce n’était pas comme si le brownie était jeune ; il avait apprit à s’adapter aux temps, et c’était mal vu quand même de tuer un autre outre sans raison. Et puis ça lui était passé ; un millénaire avant et il se serait peut-être fait un plaisir de tester ses techniques de combat… Là, il n’y avait pas d’intérêt.

Il vit que ses mots la rendirent confuse. En même temps, en dehors des feux follets, il était difficile de comprendre ce qu’il se passait dans la tête du brownie. La réponse était pourtant simple. Mais c’était bien plus drôle de la voir se méfier et hésiter, cherchant à décortiquer ses mots et savoir ce qu’ils signifiaient. Elle fronça les sourcils, ses yeux cherchant les siens. Elle n’y trouverait bien sûr, et c’était bien là le but du jeu. Jusqu’où allait la réflexion de cette créature alors ? Son sourire ne lui échappa ; encore une chose qui devait la faire réfléchir. Oh mais quelles déductions allait-elle faire ? Il la regarda en silence, ne laissant pas l’amusement pur et simple paraître sur son visage. Il maintenu son sourire sincère, bien que celui-ci perdit rapidement de sa sincérité au profit d’une forme figée de sourire, comme une photo plus qu’autre chose.

Sa première question fut de demander en quoi elle pourrait l’aider à trouver de l’inspiration. A cela il ne pu empêcher de cligner des yeux ; seul signe distinctif qui ne pourrait être interprété, naturellement. Il souleva sa pinte et bu, gardant ses yeux fixés sur elle. Elle était en pleine réflexion, et c’était tout de même un bon signe. Mais encore, difficile de dire si elle avait l’intention de se détendre un peu – elle paraissait à l’aise pour le moment, mais il savait bien que les apparences étaient trompeuses. Il la regarda se redresser, voyant encore et toujours les rouages de ses pensées avancer d’idées en idées. Finalement elle se redressa pour croiser les bras sur la table. Les prochains mots qui sortirent de sa bouche le firent sourire. Cette fois-ci, impossible d’y échapper ! Elle était maligne, et ça, c’était tout à son honneur. En revanche ce n’était pas comme s’il allait acquiescer ouvertement ce fait ! En même temps, après réflexion, son agressivité au départ n’avait pas été très intelligente. Il avait laissé paraître le fait qu’il avait été agacé, si ce n’est troublé par la présence d’un autre prédateur. Quelque chose qu’il avait bien l’intention de prendre en considération pour plus tard. Il avait été à fleur de peau, beaucoup trop ; sa frustration avait laissé une fissure dans sa façade calme. S’il avait été de meilleure humeur, cela ne se serait sans doute pas passé. Ou alors, est-ce qu’il avait volontairement essayé de la provoquer ? Après tout il était curieux de ses agissements ! Ne pas connaître le fond de sa propre pensée… Tellement atypique comme situation !

Lorsqu’il lui signala que le groupe partait, elle ne les regarda pas. Etait-ce parce qu’elle était nerveuse de se détourner de son regard, ou parce qu’elle n’avait tout bonnement pas envie de jouer les apparences, se moquant de montrer qu’elle avait une ouïe pointue ? A moins que, comme Monomen, elle était autrement plus intéressée par autre chose, comme sa propre personne par exemple ?
Alors oui, la dernière suggestion était la bonne. Au moins ils étaient sur la même longueur d’onde, c’était un bon début. Il avait attiré son attention, attisé sa curiosité, et ça, c’était toujours à double tranchants. Son commentaire sur le fait que sa cible n’avait été qu’un homme le fit naturellement sourire. Encore plus sur la même longueur d’onde ! Oh il appréciait cette petite vamp ! Mais encore une fois cela n’avait pas grand-chose de surprenant ; quand on a toute une ville comme terrain de chasse, il n’y a pas de difficultés à se trouver des proies à chaque coin de rue. De plus, si ses cibles étaient en effet toutes grandes et brunes, elle n’aurait absolument aucune difficulté à se procurer un repas digne de ce nom en moins de quelques heures. Mais l’idée de l’imager sucer le sang d’un humain ne l’amusa pas tant. C’était un défaut avec les vamps ; ils gâchaient tout le reste de la viande, c’était triste. Pas que Monomen n’accepterait de manger n’importe qui bien sûr, mais il pensait au reste de ses congénères.

Il écouta son prochain commentaire avec un sourire neutre. Oh mais il y avait quand même une petite communauté faë dans le coin, bien que ce n’était pas connaissance commune à tous. Rien qu’avec l’arrivée des feux follets en ville, ainsi que la descendance de Gemno, et d’autres qu’il n’avait pas encore eu l’occasion de rencontrer. Mais Monomen n’était pas quelqu’un de toujours très sociable, il aimait sa tranquillité pour créer de nouveaux sons et rythmes, sans parler du travail important que présentait la création d’instruments nouveaux.
Il sourit à la dernière question, et se laissa boire quelques gorgées de sa pinte avant de reprendre une bouffée de fumée. Il laissa un temps d’attente, en silence, un sourire pensif aux lèvres. Il avait envie de jouer. Il laissa le sourire sur ses lèvres et fronça les sourcils, donnant l’impression d’y réfléchir sérieusement, détournant le regard en grattant sa lèvre inférieur avec l’ongle de son pouce. Alors que véritablement, non, il n’avait aucun doute et savait exactement quels mots sortiraient de sa bouche ensuite.

« Pour ce qui est de ce groupe d’humains… Vous ne vous trompez pas. J’étais intéressé, bien sûr. J’aimais bien la couleur rouge des cheveux de l’un deux. Ca faisait tellement naturel, c’était impressionnant ! J’aime beaucoup quand les choses sont bien faites. »

Il sourit de façon enthousiaste en disant les mots, sortant une sincérité totale… En apparence. Ce n’était pas un mensonge, mais ce serait la seule information qu’elle aurait au sujet de ces humains. Il fit mine de réfléchir aux autres choses qu’elle avait dit, laissant encore un temps. Jouer les mous du cerveau était amusant jusqu’à un certain point ; il voulait tout de même se donner une apparence plus humaine que sa véritable personnalité. Il évita volontairement de parler de l’inspiration pour le moment, voulant la laisser anticiper un peu.

« Et non, je suis arrivé récemment à la Nouvelle-Orléans. Le lieu est tellement vivant et plein d’outres, il fallait que je vois cela de mes propres yeux. Et puis musicalement, ce lieu est plein d’histoire ! Cela fait partit des raisons pour lesquelles je me trouve ici… Pour trouver l’inspiration. »

Il sourit en coin, mais pas de façon menaçante, tout en la fixant dans les yeux. La couleur lui rappelait un peu celle d’Andele, c’était la seule chose qu’il trouvait déstabilisante chez elle. Il mit la pensée de côté et décida de mettre les dés en jeu. Temps de tester les limites de tout cela.

« Est-ce si surprenant de trouver de l’inspiration chez une si jolie demoiselle ? Pour de nombreux musiciens, la romance est une grande source d’idées… »

Ses mots n’avaient rien d’anodins, mais cachaient un sens bien autre pour lui. Il ne la trouvait pas attirante, il ne la trouvait pas jolie, il n’y avait rien physiquement chez elle qui l’intéressait. Mais elle avait un esprit agréable, une façon de penser qui l’amusait, une curiosité un peu malsaine en soi… Chercher à connaître un faë en posant des questions simples, c’était un jeu dangereux quand les véritables questions attendaient derrière. Elle devait vouloir lui soutirer des petites informations sur la race, comme n’importe quel individu finalement. Ils étaient un mystère pour le monde depuis leur révélation, et c’était naturel de chercher à en savoir plus… Tout comme il était naturel pour un papillon de nuit de s’approcher d’une lueur brûlante pour y mourir.

« Et pour votre honnêteté quant à votre chasse à l’humain grand aux cheveux bruns, je tiens à faire un commentaire tout aussi honnête : je vous trouve admirable. »

Pas un seul mensonge, mais un sous-entendu discret, qu’il ne laissa, bien sûr, pas paraître. Son sourire était doux alors qu’il la regarda, mais n’alla pas jusqu’à la reluquer. Il n’avait pas envie de lui faire croire qu’il était attiré par elle, mais il était curieux de comment elle allait réagir à cela. Toute question de relation était comme jouer avec du fer pour Monomen. Il détestait ça, et ça lui était nuisible, si ce n’est mortel ! Mais dans le cas présent, il trouvait qu’emprunter ce chemin pourrait le divertir bien d’avantage. En effet sa curiosité avait quelque chose d’admirable, son toupet aussi, de continuer par soif de connaissance, au péril de sa propre vie. Monomen savait très bien qu’il ne pourrait jamais laisser quelqu’un partir avec la connaissance d’un secret faës sous le bras.

Il y avait des chances qu’elle ne se laisse pas prendre au piège, mais le flirt était toujours une façon d’avoir ce qu’on voulait, non ? Et n’était-il pas connaissance commune que le sang faë était particulièrement appétissant, si ce n’est dangereusement enivrant ?

« Et vous… ? Commença-t-il d’une voix mielleuse. Vous êtes ici depuis longtemps ? Qu’est-ce qui vous amène dans cette ville ? »

Certes le changement de comportement pouvait paraître étrange, mais là le jeu se jouait encore ; quels éléments étaient réels là-dedans ? Quelle était sa véritable personnalité ? Le prédateur agressif ? Le chercheur d’inspiration ? Son sourire carnassier ne l’avait pas laissée blême… Et maintenant, le flirt ? Eh oui petite vamp, qui suis-je ?

_________________
"For we may or might never all meet here again."

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4019-monomen#67462
Mia Magnusson
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Gérante du Danse Macabre et Bourreau
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
24/30  (24/30)

MessageSujet: Re: Rencontre de minuit [TERMINE]   Lun 14 Déc - 20:24


Morgan répondait en prenant son temps, pour choisir ses mots avec soin peut-être, ou pour faire durer un quelconque suspense, la mettre mal à l’aise ou l’inverse, aménager ses effets. Il pouvait y avoir tant de raisons différentes et, quelque part, Mia ressentait une certaine frustration à ne pas savoir ce qui se passait dans sa tête. C’était le jeu certes, mais elle était curieuse de savoir comment se formaient, s’organisaient, s’entremêlaient et se délitaient les pensées d’un Faé. Comment il gérait ses priorités, qu’est-ce qui motivait ses choix. Avec tous ces questionnements, elle en oubliait presque de profiter de l’instant présent et devait paraître bien distante malgré ses efforts pour simuler le contraire. Son cerveau tournait à plein régime et à ce rythme-là, elle se demanda un court instant si elle n’allait pas se le luxer. Cette brève pensée fit frémir ses lèvres sans pour autant qu’elle se laisse aller à sourire réellement. Il aurait été clairement malvenu qu’elle se mette à rire sans raison aucune.

Le Faé semblait réfléchir. Réelle réflexion ou petit jeu d’acteur, Mia n’en savait strictement rien. Malgré ça, elle suivit tout de même ses gestes du regard, observant sa main qui grattait sa lèvre. Qu’allait-il donc lui dire qui nécessitait autant de préparation ? Réfléchissait-il à ce qu’il pouvait ou ne pouvait pas dire ? C’était fort probable et elle attendit patiemment qu’il est trouvé ses mots en tirant une nouvelle fois sur la cigarette. Elle allait recracher tranquillement la fumée quand il répondit enfin. Un véritable nuage se forma entre eux tellement la fumée ressortie brutalement de sa bouche. Elle pencha la tête sur un côté, puis l’autre.

”Vous m’avez détournée de ce groupe à cause d’une couleur de cheveux ?”

La voix était posée, limite amusée, mais tout le reste de son être, de l’expression de son visage à sa gestuelle, semblait hurlé ”EST-CE QUE VOUS ME PRENEZ POUR UNE CONNE ?!”. Une couleur de cheveux qui faisait naturelle… Et elle était vraiment censée gober ça ? Faé ou pas, il y avait quand même des limites à tout. Et cette façon qu’il avait eu de se mettre entre le groupe et elle, de s’inviter à sa table et puis cette lueur dans son regard… Mais qui pourrait croire que c’était à cause d’une couleur de cheveux qui faisait naturelle ? Elle parti dans un grand éclat de rire, son stress semblant s’être brusquement fait la malle, et reprit d’une voix amusée.

”Vous comptiez le scalper et vous faire une perruque avec ces cheveux ? En faire votre muse, votre amant, votre... Je ne sais pas… Jouet ? Esclave ? Repas ? Divertissement ? Quelque chose qui explique ce que j’ai perçu dans votre regard.”

C’était bien plus cash que tous leur échanges jusqu’à présent et Mia était très clairement aussi interloquée qu’amusée. Une couleur de cheveux ne suffisait pas comme explication. Bien sûr, le Faé était libre de ne rien lui dire de plus et elle en prendrait son parti mais il fallait tenter le coup. Il en avait soit trop dit, soit pas assez et elle espérait que ça soit pas assez, même si elle en doutait fortement. Personne ne savait rien sur les Faés et celui-là n’avait absolument aucune raison de lui dévoiler quoique se soit. Pire même, elle faisait parti des prédateurs de son espèce et il aurait été totalement stupide qu’il lui confie la moindre chose. C’était fort dommage, après tout Mia était une tombe en terme de secret quels qu’ils soient et même ceux du Faé seraient bien gardés, mais, déjà, il ne pouvait pas le savoir et, en plus, ça ne changerait certainement rien du tout.

Le pire dans tout ça, c’était qu’il avait eu l’air parfaitement sincère. Mais, franchement, ça ne cassait pas trois pattes à un canard ce genre d’explication. Elle voulait en savoir mais même si ça n’était pas le cas, tout ça avait au moins eu un effet positif, Mia se sentait nettement plus détendue brusquement. Son surplus de stress s’était dissout dans son cri intérieur et elle pouvait maintenant reprendre son air le plus innocent, tête légèrement penchée sur le côté et sourire léger accroché aux lèvres. Elle porta le mégot à sa bouche, bien décidée à ne pas gâcher bêtement cette bouffée là et porta son regard sur son verre toujours intact. Elle doutait de plus en plus d’avoir une quelconque envie de le boire. Le breuvage l’attirait mais les inconvénients qui allaient avec ne lui donnaient pas plus envie que ça.

Son regard reprit le chemin du visage de Morgan quand il reprit la parole. Ah la musique… Elle avait envie de jouer du piano tout à coup, de faire courir ses doigts sur les touches et d’émettre une mélodie en accord avec son ressenti du moment. Quelque chose de léger et puissant à la fois, de cristallin et de sombre. Un mélange d’été et d’hiver de Vivaldi serait parfait et ses doigts pianotèrent sur la table par réflexe.

”Vous vous intéressez aux Outres ? Et à la musique. Êtes-vous musicien vous-même ?”

La musique, quel genre de musique aimait les Faés ? Avaient-ils tous des goûts différents comme n’importe qui ? Ou étaient-ils tous attirés par un style spécifique ? Son cerveau se remettait en marche mais elle restait détendue, ne laissant rien de son nouveau questionnement passer sur son visage. Elle n’en aurait pas eu le loisir de toute façon puisqu’il reprit la parole et la coupa dans ses réflexions. Romance… Comment ça romance ? Elle haussa un sourcil interloqué sans prononcer un mot. Il aurait certainement fallu le remercier pour le compliment mais son cerveau s’était focalisé sur ce mot. Romance. Qu’est-ce que c’était que ce changement d’attitude ? Une migration logique dans leur conversation ? Possible mais ça la prenait de court pour le coup. La suite la laissait d’ailleurs tout aussi perplexe. Admirable ? A se demander s’il ne se payait pas simplement sa tête. Aucun des deux n’étaient dupes quand à l’identité de l’autre. Sachant ça, quelles raisons logiques pouvait-elle avoir de cacher la raison de sa présence ici ?

Elle ne se démonta pas pour autant et la surprise sur son visage se mua naturellement en un sourire flatté et amusé. Entrer dans son jeu ou pas ? Telle était la question. Le jeu en valait-il la chandelle ? Elle ne pouvait pas se permettre de se laisser bêtement aller. L’odeur du Faé attisait suffisamment sa faim sans en rajouter avec un quelconque rapprochement. Bah, ça ne coûtait rien d’essayer, pour le moment, mais il y aura des limites à ne pas dépasser.

”Vous savez ce que je suis alors pourquoi cacher la raison de ma présence ici ?” Elle arbora un regard faussement chagriné et continua. ”J’aimerais pouvoir en dire autant de vous mais à part que vous aimez les couleurs au rendu naturel et la musique, je ne sais pas grand chose de vous.”

Elle écrasa sa cigarette après en avoir recraché la dernière bouffée et posa ses coudes sur la table, joignant ses mains pour poser son menton dessus. Elle ne savait en fait strictement rien de lui et ce qu’il lui avait montré ne l’aidait pas du tout. Il changeait de visage au fil de la conversation et elle ne savait pas ce qu’elle devait en penser. Y avait-il seulement quelque chose de vrai dans tout ça ? Elle-même maniait le mensonge avec brio pour arriver à ses fins, voir à ses faims. C’était un comportement de prédateur et il lui avait montré une telle facette. S’il en était réellement un, il y avait fort à parier que tout ce qui avait suivi découlait naturellement de ce fait.

Elle-même haussa un sourcil et sembla pensive. Les raisons de sa présence ici…

”J’ai aimé l’ambiance de la ville quand j’y suis venue il y a des années. J’ai voulu venir vérifier si elle me plaisait toujours autant. Et il semblerait que oui. Pour le moment.”

Elle ne disait rien sur la durée de son séjour actuel. Quelle importance qu’elle soit là depuis 4 ou 40 ans. Elle y était et semblait partie pour y rester, c’était tout ce qui comptait réellement. Elle porta finalement la main à son verre, le soulevant devant elle pour faire tourner le liquide. Boire ou ne pas boire… Elle porta le verre à ses lèvres et avala une longue gorgée dont elle pu suivre le trajet. Puis elle se pencha en avant, un sourire délicat accroché aux lèvres;

”Qu’aimez-vous donc en dehors des choses bien faites ?”

En son for intérieur, elle cherchait juste à en apprendre plus sur lui seul pour le moment et un peu moins sur les Faés. Il ne laisserait certainement rien filtrer de toute façon alors autant changer de sujet.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4066-mia-magnusson
Monomen
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Feu Follet
Age apparent: 23
Dangerosité:
26/30  (26/30)

MessageSujet: Re: Rencontre de minuit [TERMINE]   Dim 27 Déc - 3:06

La petite vamp écoutait ce qu’il avait à dire, ne montrant rien de dubitatif quant à sa réflexion prolongée et son temps de réponse exagéré. Il ne savait pas s’il l’embêtait un peu en prenant tout son temps, mais en tous cas, ça l’amusait de réagir et paraître comme un humain. Déjà s’il avait été avec les siens, surtout avec les feux follets, il n’aurait, d’une part, jamais été aussi sérieux ; et d’autre part, il aurait certainement été en train de jouer une farce quelconque aux membres du groupe au lieu de parler. Il n’avait pas l’habitude de se sentir d’humeur joueuse comme celle-ci. Ce n’est pas souvent qu’on se sent comme un chat en train de jouer avec une souris quand cette dernière à connaissance de tous les faits.

Lorsqu’il daigna lui expliquer pourquoi il s’était interposé, il observa sa réaction. Oh sa voix était stable, tranquille, mais ses yeux un peu plus larges, ses épaules un peu plus tendues. Oui la réponse ne devait pas être celle qu’elle attendait, ou du moins elle n’était absolument pas satisfaisante ! Puis elle changea légèrement de comportement, d’abord en se détendant, puis riant aux éclats assez soudainement. Il ne put s’empêcher de sourire au son. Elle avait un rire agréable, un peu rythmé… S’il avait été un peu plus innocent il lui aurait peut-être rappelé celui d’Andele dans ses meilleurs moments.

”Vous comptiez le scalper et vous faire une perruque avec ces cheveux ? En faire votre muse, votre amant, votre... Je ne sais pas… Jouet ? Esclave ? Repas ? Divertissement ? Quelque chose qui explique ce que j’ai perçu dans votre regard.”

Monomen la fixa un instant, yeux larges, avant d’exploser de rire. Au moins elle ne tournait pas autour du pot ! Il se permit quelques bonnes gorgées de bière ; plus que quelques gorgées comme celles-là et il aurait finit sa pinte. Après cela il y avait deux alternatives : en racheter une ou partir. Tout dépendrait de l’évolution de leur conversation. Tout en se laissant aller dans la continuité, il répondit assez rapidement :

« Vous avez une de ces imaginations ! »

Il pouffa encore de rire sans pouvoir se retenir. C’était drôle toutes ces théories, mais surtout la première était particulièrement intéressante ! Il n’avait jamais vraiment songé à ce genre de chose ; honnêtement c’était une idée drôle, mais pas particulièrement quelque chose qu’il avait envie de réaliser. Après tout il avait déjà eu une phase avec des cheveux rouges, et optait quand même pour le bleu-gris qu’il portait maintenant. L’idée n’en restait pas moins marrante… Un mur entièrement décoré de cheveux colorés ? Hm, pas très hygiénique tout ça, et puis il s’en lasserait vite. Il continua de sourire en laissant la cendre de sa cigarette tomber dans le cendrier. La jeune vamp, elle, maintenait un air souriant, détendu.

« Les divertissements peuvent se trouver dans tous les récipients ! J’optais pour un humain à la base pour m’inspirer, et je voyais bien qu’il risquait de se retrouver dans des filets. Ils sont tellement naïf ; une belle paire de jambe et ils en oublient qu’ils ont un cerveau. »

Il ne put s’empêcher de rire sombrement un instant, détournant le regard vers la table.

« Comme des animaux dira-t-on. »

Il redressa soudainement les yeux avec un sourire éclatant, tout sérieux disparut de ses yeux. Il haussa les épaules avant de continuer :

« J’avais en effet peur que vous ne l’attiriez dans vos filets. Maintenant… »
Il agita ses mains de façon distraite. « Il fera bien sa vie comme il veut, courant les risques qu’il veut avec qui il souhaite. S’il est assez bête pour se laisser piéger, tant pis pour lui ! Je préfère votre conversation à celle que j’aurais pu avoir avec lui. »

Il sourit sincèrement, tirant une des dernières lattes sur sa cigarette. Il la contempla alors qu’elle continua à l’interroger. Il aimait bien cette curiosité… Bien qu’elle ne devait pas réellement savoir quels genres de risques elle courait à trop lui en demander. Et il vit clair comme le jour que ses yeux s’illuminèrent à la notion de musique. Il glissa son indexe sur le bord de son verre, faisant des cercles légers et lents, ses yeux cherchant son visage. Soudainement elle sembla interloquée par ses mots. A nouveau il ne put s’empêcher de rire jusqu’aux oreilles. Le terme de romance lui avait fait dresser un sourcil. Sa façade se fissura un peu, confuse, avec les rouages de son esprit en train de tourner à plein régime. Oh même si elle ne jouait pas au jeu, elle donnait un sacré divertissement pour lui. Il aimait bien perturber les gens, les faire faire un pas en arrière et réfléchir un peu à la situation dans son ensemble. Bien sûr que le changement de comportement posait question, mais là c’était délicieux d’observer sa réaction. Il décida d’enfin répondre à sa question sur les Outres, et la musique.

« Les Outres sont comme le commun des mortels, pour la plupart. Généralement ils ont un peu plus de cervelle que la moyenne, mais ce n’est pas dit pour tous. Bien sûr qu’ils m’intéressent ; nous partageons le monde, et certains ont des histoires intéressantes. D’ailleurs oui, ces histoires sont souvent une bonne inspiration pour des chansons. Je suis membre d’un groupe, peut-être que vous le connaissez de nom ? Will’O-the-Wisp. Je suis percussionniste. Je vis pour les sons et les rythmes que l’on peut trouver à chaque coin de rue. »


Le choc de la notion de romance s’estompa petit à petit, et la surprise fut remplacée par un sourire flatté. Sincère ou non, il n’était pas certain, mais il trouvait ce changement d’expression intéressant. Etait-elle au courant de son jeu, ou pensait-elle qu’il était tout a fait sincère ? Quoi qu’il en était, elle se glissait dedans avec l’apparence aisée et détendue. Elle continua sur une lancée fluide, répondant à sa question par une autre question. Oui elle ne savait rien de lui, et c’était bien là tout l’intérêt du jeu. Et encore, maintenant elle savait tout de même un peu pour sa « profession », notamment le groupe de musique que formait les feux follets. Ce serait à elle de se renseigner un peu si elle ne savait rien de leur existence ! Et puis qu’en savait-on, peut-être qu’elle aimerait cette musique produite par les faës. Restait à savoir si elle supporterait l’odeur alléchante de tant d’individus de cette race au même endroit ; encore une chose à tester. L’ivresse apportée par leur sang le rendait tout de même curieux. Cela avait-il vraiment tant cet effet-là ? Quels sensations étaient apportées en plus ? Bon il fallait être honnête, il y avait fort peu de vampires dont il pouvait supporter la compagnie, mais cela ne l’empêchait pas d’être un peu curieux à leur égard. Mais Mia n’était pas sotte, elle n’allait rien dévoiler de cela, tout comme lui ne dirait pas un mot sur les faës.

Il la regarda écraser sa cigarette et poser les mains sous son menton. Elle dressa un sourcil, pensive, choisissant ses mots. Il l’observa en silence, finissant par la même occasion sa propre cigarette. Suite à cela, le temps qu’elle se décide à prendre la parole, il but une nouvelle gorgée. Plus que deux, et son verre serait vide. Allait-il prendre son temps, ou les finir d’un coup ? A voir, à voir.

Elle annonça avoir été venue il y a quelques années, et que la ville lui avait plu. Selon la période, il y avait beaucoup de choses appréciables qui s’étaient passées ici. Puis elle prit enfin son verre qui avait été intact jusque là. Intriguant. Les vampires n’avaient pas la capacité d’absorber l’alcool facilement, ou tout autre liquide à part le sang. Pourquoi buvait-elle ? Il avait conscience que s’assoir à une terrasse sans verre aurait été une scène fort étrange, mais il n’y avait rien qui la forçait à jouer son rôle jusqu’au bout. Etait-ce par plaisir ? Ou pour mieux se fondre dans le paysage autour ? Une fois une bonne gorgée descendue, elle se pencha en avant sur la table, sourire aux lèvres. La question le fit sourire tout autant, peut-être sans la délicatesse que la vamp miroitait. Alors finit les questions pour tourner autour des faës ? Elle passait aux questions plus personnelles ? Intéressant. Etait-ce pour ensuite retourner à des détails sur sa race ? Pour ce qu’il en savait, Monomen n’était vraiment pas un exemple typiquement faë, ni typiquement brownie d’ailleurs. Il n’en saurait pas plus avant que la conversation n’avance, alors il décida de continuer sur la lancée actuelle.
Et puis après tout, c’était une bonne question. Qu’aimait-il en dehors des choses bien faites ? Quand on a trois millénaires, c’est assez difficile de définir ce qu’on aime réellement. Il avait eu le temps de faire tant de choses avant, mettre le droit sur ce qu’il aimait spécifiquement n’était pas non plus chose facile ; et puis ce n’était pas comme s’il pouvait faire une énumération totale qui en dévoilerait un peu plus sur son âge. Là n’était pas l’intérêt du jeu. L’intérêt était de la voir cogiter et s’agiter intérieurement à essayer de percer la coquille du brownie. Mais elle n’était pas trop sotte, alors il n’obtiendrait pas facilement ce qu’il voulait.
Il gratta le bas de sa pinte d’un doigt distrait tout en fixant son geste des yeux. Hm… Qu’aimait-il donc en dehors des choses bien faites ?

« Eh bien… » il regarda autour de lui avec un sourire. « J’aime bien l’ambiance de la vieille ville et les gens qui la peuple. On peut trouver tant d’individus divers et variés, tant de sons et de mélodies dans l’air… Rien que l’autre jour en passant j’entendais le son d’un violon provenant d’une fenêtre au-dessus de la rue. Je me suis dit que c’était bien significatif de l’ambiance globale de ce lieu. Calme mais vivant. »

Il ne pu s’empêcher de rire un instant.

« Enfin, pas quand on remonte trop la rue et qu’on arrive aux Plaisirs Coupables. Là, l’atmosphère change subitement, avec profusion d’hormones et pulsions bestiales. Vous y avez déjà mis les pieds ? J’ai cru comprendre qu’il y avait une de vos congénères qui y travaillaient. Certes, pas que tous les vampires ne se connaissent, mais il y en a qui valent le coup d’être rencontré.e.s. Bien sûr le lieu n’est pas propice à toutes les rencontres. »

Il dressa un regard un peu en coin à la vampire. Un regard aguicheur qu’il avait copié sur Gemno, lui qui avait eu tant de conquêtes. Pourquoi ne pas continuer sur la voie de la drague, surtout quand on parlait des Plaisirs Coupables. Au plus loin il s’éloignait de son agressivité, au mieux il se porterait. C’était tellement plus simple de s’éloigner de sa nature véritable.

« Et vous très chère, qu’aimez-vous en dehors des grands bruns ? J’espère tout de même que votre regard sait se porter au-delà des apparences… Sans parler de goût. »

Il observa sa réaction avec un calme… Surhumain. Bien sûr qu’il était calme. Il jouait. Il n’y avait pas meilleur moment pour être parfaitement détendu, à l’affût de possibilités.


_________________
"For we may or might never all meet here again."

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4019-monomen#67462
Mia Magnusson
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Gérante du Danse Macabre et Bourreau
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
24/30  (24/30)

MessageSujet: Re: Rencontre de minuit [TERMINE]   Lun 11 Jan - 20:49


Mia ne put retenir un sourire en coin en attendant Morgan parler d’une belle paire de jambes. Elle ne chercha d’ailleurs même pas à savoir s’il parlait pour elle ou plus simplement en général. Le fait était qu’il avait raison, sinon elle ne se donnerait pas la peine de jouer de son physique pour attirer les hommes dans ses filets. Elle capta sans peine son rire sombre et le fait qu’il détourna momentanément le regard sans en comprendre pleinement la raison.

”Ce n’est pas comme s’ils étaient réellement plus que ça.”

Elle jeta un regard circulaire autour d’eux, ses iris virevoltant de visages en visages. Certains étaient en groupe et riaient aux éclats, d’autres étaient en couple et se murmuraient des mots doux, d’autres encore étaient seuls et marchaient plus ou moins vite en fonction de ce qui les amenaient à passer ici. Flâner, chercher un endroit où se poser, rentrer chez soi, se rendre à un rendez-vous tardif. Le nombre de raison qui poussaient toutes ces personnes à se trouver là étaient aussi élevés qu’elles. Et parmi tous ces gens, très peu devaient avoir conscience des dangers qu’ils courraient à se trouver à proximité d’une Vamp en mal de sang. Et c’était sans compter le Faé dont les intentions restaient inconnues de tous. Un groupe de femmes en grande conversation passa tout près d’eux

”Du bétail.”

Mia reporta immédiatement son attention sur Morgan et son sourire étincelant, il aurait pu faire de la pub pour une grande marque de dentifrice. Elle l’écouta, un sourire léger accroché aux lèvres. Elle accueillait ses paroles avec beaucoup de recul, ne sachant pas si elle devait y croire ou pas. Elle se contentait de faire comme d’habitude, prendre ce qu’on lui donnait sans le garder ou lui donner de réelle importance.

”Trop grassouillet pour moi, ça rend le sang trop… Huileux.” Mais ça, c’est un goût personnel, chaque Vamp avait ses propres préférences. ”Vous m’en voyez flattée. Et je ne peux que vous rendre le compliment, je trouve votre compagnie des plus agréables.”

Pour le moment en tout cas. Il viendrait certainement un moment ou sa faim surpasserait le plaisir de sa compagnie et, à ce moment-là, elle retournerait simplement à sa vie, conservant un souvenir agréable de cette soirée. De toute façon, il semblait évident, au vue de leur discrétion respective, qu’il ne se passerait rien de bien marquant ce soir. Et puisque Mia avait prit son parti de ne pas en apprendre plus sur les Faés en général mais de se concentrer sur celui qui lui faisait face, elle avait également accepté l’idée que rien de transcendant ne ressortirait de leur échange. Non pas que tout ça ne serait pas intéressant, mais ça ne changerait pas son quotidien, voilà tout.

Cette histoire de romance devrait néanmoins restée présente dans son esprit durant quelques heures, peut-être moins, ou plus, selon le tour que prendraient les choses. Pour le moment, elle était juste surprise et quelque peu déstabilisée. Or il fallait bien l’avouer, s’il y avait bien une chose que Mia détestait, c’était d’être prise de court de la sorte. Elle savait qu’on ne pouvait jamais maîtriser tous les tenants et les aboutissants d’une situation, mais elle n’aurait pas pour autant cru qu’il réussirait à la désarçonner de la sorte. Heureusement qu’elle avait une bonne capacité à se reprendre à rebondir, sans quoi, elle se serait retrouvée à balbutier bêtement, se ridiculisant au passage. Si tel avait été le cas, elle aurait risqué de perdre patience et leur petite entrevue aurait rapidement tourné court. Mais ça n’était pas le cas et elle reprit rapidement contenance, s’intéressant enfin plus à lui seul qu’aux Faés.

Quand il parla des Outres, elle ne montra rien mais son cerveau ne put s’empêcher d’analyser chaque paroles. Qu’est-ce qui pouvait les différencier à ce point d’eux pour qu’il les mette tous au même niveau que le fameux commun des mortels. En tout cas, ça ne devait pas être un détail, mais elle ne chercha ni à en savoir plus, ni à faire remarquer qu’elle avait horreur d’être mise au même niveau que le bétail dont elle se nourrissait. Une fois de plus, son regard passa sur eux, leur naïveté, leur nonchalance, leur courte vie.

”J’espère avoir plus de points communs avec un réverbère qu’avec eux.”

Bien qu’elle ne l’ait pas voulu au départ, elle n’avait pas pu s’en empêcher. Ils étaient trop incivilisés pour qu’elle accepte d’être mise à leur niveau sans protester un minimum. Et puis, elle avait effectivement plus de points communs avec un réverbère. Tout deux étaient droits, froids, mort le jour et vivant la nuit, ils servaient les autres - de façon bien différente heureusement - tout en ce contrefichant royalement de qui était ces autres en question… Avec une nuance pour Mia qui s’intéressait à tous ceux qui osaient mettre le souk au club. Oui, elle se sentait plus proche d’un vulgaire réverbère que de tous ces humains et leur manie d’accorder de l’importance à des choses qui n’en aurait jamais aucune.

”J’en ai entendu parler, mais je vous promet de combler mes lacunes !”

Il serait intéressant de voir ce quel genre de musique produisait un, voir plusieurs, Faés. Ainsi son truc à lui c’était les percussions. Le côté sec et froid qu’on pouvait adapter à tout peut-être, bien que lui-même ne soit pas montré particulièrement froid jusque-là. Elle avait toujours préféré le piano, on pouvait en faire sortir autant de notes douces et légères que sombres et violentes. Rien de tel qu’un piano pour exprimer la joie, la tristesse ou la colère. Le seul problème, c’était qu’on ne pouvait pas en jouer à tous les coins de rues. A ce niveau-là, il était effectivement plus simple d’être attiré par les percussions; Tout objet avait un son propre après tout, plus ou moins aigu, plus ou moins mat, avec plus ou moins de résonance dans l’air. Il devait pouvoir se renouveler à l’infini ou presque, ça avait un côté magique.

Son sourire flatté accroché aux lèvres, elle décida qu’entrer dans son jeu n’aurait pas de conséquences désastreuses. Elle avait le goût du jeu mais savait quand il fallait le stopper. Ce soir, c’étaient ses propres limites qui déterminerait quand mettre fin à la mascarade. Serait-ce une décision réfléchie venant d’elle ou un réflexe de défense venant de lui, c’était encore à déterminer par contre. Elle s’engagea physiquement dans leur échange, s’accoudant à la table comme pour montrer que le jeu ne lui faisait pas peur et qu’elle n’avait pas l’intention de reculer. Elle était maintenant suffisamment détendue pour avoir une vue d’ensemble perpétuelle sur la situation. Sans compter que sa résignation personnelle quand au fait d’en apprendre plus sur les Faés lui permettait de vivre le moment présent sans se poser mille question à la minute à leur sujet. Évidemment, elle continuerait de s’en poser, mais uniquement concernant son interlocuteur et le petit jeu auquel il semblait vouloir jouer.

Il but une gorgée, le contenu de la chope se réduisant comme peau de chagrin. La fin d’un verre marquait généralement un seuil, on en reprenait un ou on s’arrêtait là. Il y avait aussi la possibilité de continuer à converser sans consommer, mais c’était assez mal vu généralement. Que ferait-il quand il aurait avalé sa dernière gorgée ? Si elle se fiait à ses paroles, il n’avait rien d’autre de prévu, ou rien qu’il n’ait laissé sous-entendre jusque-là. Elle était curieuse de savoir jusqu’ou leur échange allait se poursuivre, lequel y mettrait fin en premier et surtout pour quelle raison, bien qu’aucun d’eux ne soit contraint d’en donner une.

Elle lui parla de la raison de sa présence ici sans entrer dans les détails et avala une longue gorgée de son propre verre. Mia détestait devoir se faire vomir, mais elle avait toujours adoré l’alcool, c’était un péché mignon depuis de très très longues décennies. Et puis, il était normal d’accompagner une si bonne compagnie, elle n’allait tout de même pas le laisser boire seul. Elle enchaîna ensuite sur une question résolument plus personnelle et le regarda cogiter en jouant avec une mèche de ses cheveux, la tête légèrement penchée sur le côté, dans l’attente.

Il lui parla une nouvelle fois de musique, bien qu’il s’agisse cette fois plus des bruits de la ville. il avait vraiment un lien profond avec tout ce qui touchait à cet art on dirait. C’était un trait qu’elle appréciait. Elle garda le silence, se contentant d’afficher un sourire amusé quand il se laissa aller à rire, sourire qui s’accentua quand il poursuivit. Les Plaisirs Coupables. Précieuse. Ailin. Elle connaissait tout ce beau monde, mais ce fait ne le concernait en rien. Au contraire, il serait même sûrement plus sage de garder ça pour elle, rester évasive et mystérieuse.

”Allez savoir, je gère moi-même un club, je connais beaucoup de monde. J’y ai mis les pieds lors d’une grande soirée, mais il y avait tant monde et nombre de mes congénères, comment distinguer les clients des employés.”

Elle arborait son habituel air innocent couplé à un sourire des plus énigmatiques, ce qui rendait difficile de savoir ce qui se cachait derrière. Tout était possible, soit elle connaissait effectivement Ailin et ne voulait pas qu’il le découvre. Soit, au contraire, elle ignorait tout de celle dont il parlait mais elle voulait fait planer un doute qui ferait croire le contraire. En réalité, qu’il apprenne ou pas la vérité n’aurait certainement pas d’incidence, mais elle aimait à entretenir le mystère.

Son sourire mua naturellement en réponse à son regard, passant d’amusé à charmé. Son regard se fit moins innocent, plus délicat, pour accentuer l’effet global. Qu’importe la sincérité tant que l’instant présent était divertissant. Puis il lui retourna sa question et elle replongea dans le mystérieux, haussant les sourcils comme pour sous-entendre que tout n’était pas bon à dire. Est-ce que son regard savait se porter au delà des apparences…

”J’aime les gens instruits, ceux qui peuvent soutenir une conversation de plus de trois minutes sans placer un Euh entre chaque mot prononcé. J’aime les gens qui ont des avis inverses aux miens et avec lesquels il est possible de débattre autant que ceux-là avec lesquels je peux partager mes petits travers.”

Elle adorait parler du mal qu’on pouvait ou pas faire à telle ou telle personne. Se demander quel humain aurait le meilleur goût, quelle paire de chaussure irait le mieux avec telle robe ou quelle épice relevait le mieux le curry. Les choses que Mia pouvait partager avec les autres étaient diverses et variées.

”J’aime quand les choses bougent. Le calme et la monotonie sont certainement mes pires ennemis. C’est pour ça que j’aime cette ville, il s’y passe toujours quelque chose. Un concert dans un bar, une bagarre au coin d’une rue, un crime dans une autre. Avez-vous déjà été présent ici lors de la fameuse saison des amours des métamorphes ?” Elle mordilla légèrement l’ongle de son pouce, une étincelle séductrice brillant dans ses yeux. Elle reprit néanmoins un peu plus son sérieux avant d’annoncer la suite. ”Si ce n’est pas le cas, il faut que vous voyez ça ! Tout le monde est dans tout ces états et il ne se passe pas une journée sans que quelque chose ne se produise. Ca peut aller de la simple exhibition au viol. Ça n’est pas très joyeux pour qui le vit mais croyez-moi, ça annihile toute possibilité de s’ennuyer.”

Elle avait l’air amusée en prononçant ces mots, laissant ainsi son côté cruel transparaître. Ça ne devrait pas choquer le Faé plus que ça, elle était une Vamps et ça faisait bien longtemps que les petits tracas des mortels n’avaient d’autres intérêts à ses yeux que celui de la divertir.

”Que dire de plus sans trop en dévoiler. Tout n’est pas bon à dire leur d’une première rencontre.”

Est-ce qu’il y en aurait une seconde ? C’était peu probable, à moins que le hasard ne décide d’aller en ce sens.

”Je ne vous cache pas que je ne m’attendais pas à faire une telle rencontre ici. Comme quoi, tout peut arriver quand on ne s’y attend pas.”

Même le plus improbable comme se faire aborder par un Faé pendant une chasse. Quelles étaient les chances pour qu’ils jettent tous les deux leur dévolu sur le même groupe et se retrouve assit à la même table, partageant un verre et des détails superflus sur eux-même.

”Vous avez presque fini votre pinte. En reprendrez-vous une autre ?”

Jouant avec son propre verre, elle ne laissait rien paraître quand à la réponse qu’elle préférait obtenir. Le fait de prendre les choses comme elles venaient avait ça de bien qu’elle apprécierait autant de poursuivre leur conversation que de pouvoir retourner à sa chasse.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4066-mia-magnusson
Monomen
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Feu Follet
Age apparent: 23
Dangerosité:
26/30  (26/30)

MessageSujet: Re: Rencontre de minuit [TERMINE]   Jeu 31 Mar - 18:58

Monomen aimait bien contempler la vamp. Pas pour un intérêt particulier, ni par curiosité, mais juste parce que ses réactions l'amusaient. Elle avait l'air d'être quelqu'un de très fier, ce qui se confirma par la suite. Il aimait les gens fiers, car ils étaient toujours ceux qui tombaient le plus bas lorsqu'ils réalisaient leur petitesse dans le monde.

Il hocha la tête aux paroles de Mia, suivant vaguement son regard autour d'eux, et ne pu retenir un léger rire lorsqu'elle contempla le groupe d'individus de la gente féminine passer à côté de leur table. Il les regarda passer, mais son attention ne pu être retenue plus qu'une seconde. Elles parlaient et riaient trop fort, le son était désagréable à ses oreilles. Il retourna son attention vers Mia avec un sourire satisfait, qui vint à miroiter celui de la vamp. Comme quoi, il était possible de passer une bonne soirée, même en présence d'un être qu'il aurait longuement trouvé méprisable s'il avait été un peu plus jeune. Son racisme des vamps n'était pas réellement fondé, mais il avait tellement prit l'habitude de faire attention à eux que c'était devenu un automatisme. Tourner le dos à l'une de ces créatures pouvait s'avérer dangereux, et il avait déjà vu un vampire après avoir bu du sang faë... c'était pathétique.

Malgré cela ses mots ne semblèrent pas faire réagir la vamp devant lui. Il dressa une main vers son menton avec un regard dans le vide lorsqu'il entendit sa description du sang, donnant mine d'y réfléchir. Quelque part il comprenait; les humains n'avaient jamais le même goût, même si la plupart des faës n'y faisaient pas réellement attention. La fascination de Monomen était une chose rare pour son espèce, surtout quand elle était portée sur de vulgaires Normes, qui étaient certes vu comme du bétail par les faës et d'autres Outres.
Il hocha nonchalamment la tête lorsqu'elle dit trouver sa compagnie agréable. Bien sûr, qui ne serait pas ravit en sa compagnie. Il rit intérieurement de sa propre bêtise. Qu'elle soit intéressée ou non, contente ou non avait peu d'incidence ou même d'importance pour lui... Tant que lui était amusé, c'était tout ce qui lui importait. Monomen était comme ça après tout, une créature pour laquelle la seule importance était son propre amusement... Ca et les feux follets, naturellement. Mais autrement, il était une créature singulièrement égoïste, qui n'avait que faire des bêtises des autres, Faës, Outres et Normes compris.

Il rit ouvertement, un son mélodieux et doux, lorsque Mia leva la voix ensuite. Oui, en effet, elle était une créature très fière... Pas de doute. Il compta subitement sur ses doigts, l'air totalement moqueur ouvert sur le visage.

"Alors les réverbères et vous... Vous êtes froids, vous n'êtes remarquablement là que la nuit, et vous grésillez et perdez vos moyens quand vous n'avez plus d'électricité, ou de sang. Oui en effet, vous faites pareils."

Il ne perdit pas la moquerie dans ses yeux, mais son sourire devint plus chaleureux alors qu'il observa Mia. Il espéra lui donner l'impression de l'admirer d'une façon ou d'une autre, et imitait à la perfection le regard de quelqu'un qui flirt.

Que la vamp confirme qu'elle comblerait ses lacunes le fit sourire. Il nota cependant le changement dans ses yeux. Elle venait de prendre une décision, les rouages de son cerveau calmés. Il n'était pas sûr de ce qu'il avançait, mais avait observé assez de gens pour reconnaitre cette lueur dans les yeux. Il la contempla en silence alors qu'elle se pencha en avant pour mieux l'écouter. L'approche physique lui fit dresser très légèrement un sourire. Ah, serait-elle plus docile? Ou s'était-elle lancée dans le jeu en pleine connaissance de cause? Il n'était pas sûr, mais il aimait bien ce développement. Le jeu est toujours plus drôle quand la sourit sait se mouvoir entre les pattes du chat, et sait quels risques sont encourus.

Son sourire était amusé lorsqu'il continua à parler de musique et sons de la ville, mais surtout lorsqu'il se permis lui-même de rire. Ah c'était drôle d'être ici, de parler avec une vamp ainsi comme s'ils avaient réellement une discussion civilisée sans arrières pensées. Mia avait bien fait de cesser de poser des questions, Monomen aurait détesté partir sans avoir eu sa dose de rigolade. Elle répondit à sa question d'un air un peu las, comme si le fait de parler des Plaisirs Coupables l'importait peu. Ah, alors elle tenait un club? Il sourit à la pensée. Il ne réfléchit même pas au fait qu'elle puisse les connaitre et qu'elle veuille garder cette information pour elle; il s'en moquait assez ouvertement pour le coup. Il la regarda sourire et le lui répondit tout aussi agréablement.
Elle lui donna un regard qui l'amusa subitement, entre le snob et le blasé - la réponse qui suivit ne l'étonna pas des moindres, mais il trouva cela agréable qu'elle sache au moins ce qu'elle aimait. Après tout, Monomen n'avait pas pour habitude de juger sur le physique plus que sur le reste; n'importe quoi pouvait attirer son regard et attention, et il était curieux de savoir ce qu'aimaient les autres... Chez les faës ils ne faisaient jamais de distinction, et le brownie était persuadé qu'il y avait un manque à cela, qu'ils perdaient beaucoup à juste manger l'humain en question sans se poser de questions. En apprenant plus sur une personne, il était possible de découvrir de nouvelles saveurs chez eux, de comprendre d'où venait ce côté un peu épicé, ou ce goût sucré... Chaque personne avait une histoire, et les goûts étaient toujours absorbés par toutes les expériences de la vie. Goûter sans se poser de question n'avait naturellement aucun intérêt, puisqu'il n'y aurait qu'une sensation fade et lassante...
Et la lassitude, Monomen détestait ça.

Il leva donc son verre à ça.

"Aux gens instruits, intéressants et qui ont des choses à redire alors!" Et, étonnamment, il le pensait sincèrement.

Bien sûr une sourit inconsciente était facile à manipuler, c'était drôle de jouer avec... Mais ça devenait vite lassant. Une sourit consciente, apte à se sauver des manipulations, là c'était plus drôle. Généralement les gens qui se posaient des questions étaient ceux qui avaient la capacité à survivre plus longtemps, juste de part le fait que s'ils disaient des choses intéressantes, ils pouvaient gagner en patience de sa part.

Il dressa un sourcil mais ne montra pas son amusement; il se contenta de porter une expression perplexe. Il était l'heure de tenter une autre approche, juste pour changer les choses. Il nota avec une certaine satisfaction son regard très légèrement séducteur; la sourit en était-elle vraiment une ? Il n'en savait rien, mais c'était sacrément divertissant... Et Mia avait bien plus de choses en commun avec Monomen qu'elle ne savait. Tous deux aimaient quand les choses bougeaient, comme regarder un combat entre deux fourmis pouvait être divertissant. Il se voyait presque à trinquer avec elle, sur les toits de la ville à regarder la bêtise des autres au-dessous. Elle était remontée dans son estime, si bien qu'elle avait maintenant une place dans son imagination. C'était drôle ces rencontres tout de même... Mais il ne laissa rien paraitre de sa satisfaction, et se contenta de prendre un air plus las.

"Oh oui j'ai déjà assisté à la saison des amours... Pas seulement ici par ailleurs, mais oui, c'est généralement un peu drôle..."

Ses mots ne refletaient pas du tout l'amusement dont il parlait, comme s'il n'était pas du tout impressionné par la question... Comme s'il n'était pas intéressé par les métamorphes, mais plutôt par autre chose... Mais il n'en donnait que vaguement l'impression, il y avait bien d'autres façon d'interpréter ce regard. Enfin, vu qu'il trouvait juste les rapports sexuels dégueulasses, impossible pour lui de mentir sur ce sujet; tout était ouvert à l'interprétation.
Tout ce qui touchait aux rapports que ces gens pouvaient avoir les uns avec les autres était une vision plus ou moins d'horreur. Bien sûr certaines situations pouvaient être divertissantes, mais pour la plupart, c'était juste du cul, et ça, ça l'intéressait pas. Pire encore quand ces rapports avaient de réelles émotions derrière... Ugh, "l'Amour", avec un grand A. Quelle différence sérieux? Ugh. Tellement de gens s'étaient tués autour de cette notion qu'il avait du mal à en voir l'intérêt.

Il ne laissa pas paraitre la pensée et rebondit plutôt sur les mots de Mia, regard nouvellement intéressé. Elle n'avait pas tort, tout n'était pas bon à dire, surtout lors d'une première rencontre avec des témoins autour, n'est-ce pas? Il ne se voyait honnêtement pas partir à la recherche de la vamp plus tard, mais le hasard pouvait faire qu'ils se croiseraient vite-fait... A voir si Monomen était d'humeur à discuter avec elle. Souvent les rencontres suivantes étaient plus lassantes que la première, alors il préféra en rester sur les bons souvenirs.

"C'est bien là la beauté de cette ville... A chaque coin de rue il peut y avoir de nouvelles choses, et on peut les attraper au vol uniquement lorsque notre esprit est ouvert à la possibilité d'une nouvelle rencontre."

Il fit un clin d'oeil discret, certain qu'elle l'ait vu. C'était juste tellement drôle d'être là, dans l'inattendu. Lorsqu'elle commenta sur sa pinte, il sourit, la finit totalement et s'apprêta à dire autre chose quand il s'arrêta net, subitement, tout signe d'amusement disparut de son visage pour être remplacé par un masque de neutralité. Que Mia l'observe ou non n'avait plus aucune importance, car c'était à présent la voix dans son oreille qui avait toute son attention. Mareti était là, invisible près de lui, lui chuchotant un seul mot dans l'oreille : "Nelurin."

C'était un mot, et un signe suffisant pour que Monomen se lève subitement, mais sourit à Mia, ignorant totalement la réponse qu'il avait songé à faire.

"Navré, mais je dois y aller. Bonne soirée à vous, et... Bon appétit."

Il disparut en courant une fois sa veste sur les épaules, visage neutre, mais tordu entre deux émotions. Qu'on l'appelle au Carillon pouvait signifier deux choses, et deux choses opposées : soit le moment tant attendu était arrivé, soit il n'y avait plus aucun espoir. Quoi qu'il en était, l'attente serait terminée.
_________________
"For we may or might never all meet here again."

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4019-monomen#67462
Mia Magnusson
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Gérante du Danse Macabre et Bourreau
Age apparent: 23 ans
Dangerosité:
24/30  (24/30)

MessageSujet: Re: Rencontre de minuit [TERMINE]   Jeu 26 Mai - 13:48


La conversation était allée bon train et Mia avait décidé d’entrer dans le jeu du Faé. Cela n’avait rendu l’instant présent que plus intéressant et ils s’étaient découverts l’un l’autre sans pour autant dévoiler quoique se soit d’importance capitale. Au final, ils n’auraient, l’un comme l’autre, rien apprit de particulièrement pertinent et repartiraient chacun de leur côté sans en savoir beaucoup plus qu’à leur arrivée. C’était plutôt une bonne chose, une petite voix soufflait à Mia qu’il ne fallait pas trop jouer avec cet individu et elle ne comptait pas dépasser les limites du raisonnable. Cela lui aurait, de toute façon, été impossible puisqu’il avait filé comme le vent après lui avoir fait un clin d’oeil. Son départ précipité avait quelque peu chamboulé les neurones de la Vamp qui avait laissé échappé un ”Bonne année...” bien involontaire avant de se reprendre.

”Euh, bonne soirée… à vous aussi.”

Il n’était déjà plus là quand elle avait rectifié le tir et resta là, un sourcil haussé à regarder dans la direction où il avait disparu sans demander son reste. Elle s’était bien douté que leur entrevue pourrait s’achever en même temps que la pinte du Faé, mais elle n’aurait pour autant pas pensé qu’il se sauverait si vite et après avoir perdu toute expression faciale. il avait dû se passer quelque chose, mais quoi, ça serait une question qui ne trouverait jamais de réponse. Son verre a moitié vide, elle se demanda comment rebondir sur cette fin étrange pour reprendre le fil initial de sa soirée. Elle avait toujours faim mais son envie de chasser ne semblait pas décidé à lui revenir. Peut-être que quitter les lieux et arpenter les rues de la ville l’aiderait à se remettre dans le bain. C’était qu’elle était là pour ça à la base et qu’elle ne comptait pas rentrer chez elle le ventre vide.

”Bonne année hein ?”

Son regard glissa lentement et innocemment vers l’homme qui souriait en coin en la regardant et elle sentit ses lèvres s’étirer lentement. Finalement, son envie de chasser était revenue plus vite qu’elle ne l’aurait cru.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t4066-mia-magnusson
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Rencontre de minuit [TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre de minuit [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE III : Les vieux quartiers ¤ :: ║La rue principale║ :: Trick O’Clink-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit