AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 L'eau ça mouille [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mélanie Abigail
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Orfèvre
Age apparent: 25
Dangerosité:
23/30  (23/30)

MessageSujet: L'eau ça mouille [TERMINE]    Mer 2 Déc - 9:16

Ah ! Ça, c'est le bonheur ! La kelpie  profite d'un de ces rares moments de solitude pour danser avec l'eau. Son corps noir d’ébène fille à toute vitesse, fondant les eaux qui ne sont pas celles stagnantes du bayou. Vive les grandes étendues d'eau ! Même si c'est un peu risquer de faire ça aussi prêt de la côte, elle brave le danger comme le prédateur joueur qu'elle est. Jouant à contre courant. Gunlöd est en pleine récréation, ça on peut le dire. Elle s'autorise même quelques sauts au dessus de l'eau, créant d'immenses gerbes au passage. Il faut dire qu'un « cheval » de 1m80 au garrot pour plus de huit cent kilos ça fait de sacrées éclaboussures quand sa retombe. Pourtant loin d'autre aussi gauche qu'on pourrait s'attendre de la part d'une telle créature, elle évolue avec grâce dans l'élément aquatique qui est son domaine.

Consciente qu'elle ne pourra pas jouer éternellement, elle se rapproche de la zone portuaire petit à petit. Les sauts sont beaucoup moins fréquents. Elle aperçoit un petit bateau de pêche et ne peut s’empêcher de s'enfoncer dans les abysses pour remonter juste en dessous et heurter la coque violemment pour ébranler l'embarcation et provoquer elle l’espère une sacrée frousse à ses occupants. Plus elle se rapproche du port, plus ses jeux solidaires deviennent sages, pourtant elle joue avec le feu en nageant juste sous la surface de cette eau trouble et laisse sa crinière plus noire que la nuit flotter, telle la chevelure d'une sirène, pour qui elle s'est fait passé un temps afin de se nourrir.

Les environs ont l'air plutôt désert, mais on ne sait jamais quand un humain peut arriver. Avec des naseaux pleins d'eau elle ne peut pas flairer leur odeur. Le jours commence à peine à décliner, il doit rester bien une heure avant que le soleil ne disparaisse totalement. Et donc pas beaucoup plus avant qu'elle ne doivent retourner à ses obligations. Elle aimerait bien les faire retourner dans l'océan avec elle tout à l'heure, mais elle se doute que chacun aura une chose plus importe à proposer. Pour, il ne faudrait pas que certains de la harde oublient qui ils sont et que c'est dans l'eau qu'ils ont vue le jour et c'est aussi dans l'eau que doit être leur vie.

La faë n'est pas téméraire au point d'oublier les règles. Elle sait qu'on ne doit pas savoir se qu'elle est vraiment, en passant entre deux bateaux, elle crée son illusion et s'y glisse. Pour finir à la brasse de se diriger vers une échelle qui lui permettrait de sortir, mais voilà, après s'est autant défoulé sous sa véritable apparence, nager avec deux bras et deux jambes devient quelque peu ardue. Elle se débat comme elle peut pour avancer dans le liquide qui maintenant l'entrave, alors que tout à l'heure il symbole de sa liberté.

A cinq mètres de l'échelle elle abandonne. Après tout, elle ne risque pas de se noyer bêtement comme un humain, alors autant rester sur place et se reposer encore un peut. Elle se met en position de place et attend un peut. Ses cheveux roux flottent autour de sa tête comme un halo de lumière tendis que les vêtements dont elle vient de s'affubler, un chemisier rose avec un jolie décolleté en cœur et un pantalon de lin crème lui collent à la peau d'une façon qui lui rappelle des algues un peut trop tactiles. Comme ça elle pourrait presque avoir froid...en fait si, elle commence à avoir un peut froid. Ce n'est pas vraiment un soucie ça, elle n'aura qu'a boire un peut du liquide qui se trouve dans sa flasque.

S'il y en a une qui est en pleine forme c'est bien sa trace. Comme l'opale qui rajeunit dans l'eau elle déborde de coloris irisés, profonds et chatoyants qui restituent toutes les nuances du prisme. Magnifique spectacle à n'en pas douter pour les faës qui passerait par là.

Vue de l’extérieur, après avoir entendue toute l’agitation provoquée par un corps qui se débat dans l'eau, on pourrait croire qu'elle vient de se noyer et qu'elle flotte au grès des clapotis maintenant. Ses yeux bleus pâles grand ouvres et fixes n'arrangent rien à l'affaire. Elle reste immobile, c'est à peine si sa poitrine bouge pour indiquer qu'elle respire. Et avec le froid du moi de décembre qui commence, si elle ne vient pas de se noyer c'est l’hypothermie qui guette.

Grâce au courant et à tous ses efforts pour n'offrir aucunes résistances à l'eau, la kelpie s'est rapprochée de l’échelle, peut être même qu'elle l'est suffisamment pour s'y agripper, mais tant qu'elle n'aura pas tourner le regard, elle le verra pas. Et pour le moment son regard est fixe dans la contemplation d'un nuage sur lequel le soleil couchant joue dans une palette de roses et d'oranges.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3995-melanie-abigail
Camille de Briene
Wiccans
avatar

Wiccans


Identification
Emploi: Accordeur/ Agent de l'Ordre
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: L'eau ça mouille [TERMINE]    Mer 2 Déc - 11:27

Le bateau voguait lentement à quelques kilomètres de la côté, un petit bateau de pêche. Avec une cale évidemment et une petite cabine ouverte. Le genre de navire qu'on n'emmène certainement pas très loin en mer sans quoi la mort vous est quasi assurée. La question était de savoir ce que faisait le Wiccan à bord d'un tel navire. Camille n'aimait pas du tout les avions, il supportait plus les bateaux mais ne les portait pas non plus dans son cœur. Seulement, le travail c'est le travail... Camille suivait l'équipe de pêcheur, il la protégeait plus exactement. Ils en étaient à leur deuxième homme par dessus bord ce qui était bien des plus étranges.

Le Wiccan semblait privilégier la piste d'un infiltré Outre dans l'équipage. Pas de Vampire, surement pas en mer avec tout ces rayons de soleil qui se reflètent sur l'eau bleutée. L'Irlandais s'imaginait alors que ce devait être un métamorphe, ou " quelque  chose " mais à vrai dire jusque là aucune présence magique ne s'était faite sentir. Mais si l'Ordre le dit...c'est que quelque part c doit être vrai ? Ou qu'au moins ils veulent vérifier, ce ne serait certainement pas que Camille et l'Ordre feraient choux blanc.

Les gars, un peu apeurés  à l'idée de la nuit tombante s'étaient reclus dans la cale. Le capitaine avait décidé de rester ici toute la nuit. Bon après tout, ils n'étaient qu'à quelques kilomètres de la côte. Pas de quoi s'affoler, hein ? C'est alors que Camille faisait des rondes, pas du tout inquiet. Son fourreau en main et son pistolet dans son étui dans son dos à sa ceinture.L'ennui commençait à le prendre, et son hypothèse de métamorphe semblait petit à petit à " tomber à l'eau".

Sa clope au bec, fumant une bouffée, il s'approchait de l'échelle, par simple curiosité. S'il voulait profiter des rayons de soleil pour inspecter l'eau c'était le moment parce qu'après la nuit n'allait certainement pas l'aider. Le froid mordait et le vent soufflait. Raison pour laquelle Camille portait un manteau de pêche gris très chaud. Mains dans les poches, il se penchait pour regarder au niveau de l'échelle. Il eut un moment d'arrêt et en perdit même sa clope qui tomba à ses pieds :

- Titania , fuck dom nó hang mé dom ... < Titania, baise moi ou je me pend...>

La sur)prise était grande. C'était la première fois qu'il ressentait cela. La première fois qu'il le voyait aussi. Camille en avait entendu parler, mais jamais pu constater réellement en vrai. Un peu comme ces stars qu'on voit à la télévision, qu'on connais mais que l'on n'a jamais croisé en vrai. La magie affluait, le Wiccan avait conscience qu'elle était vivante, mais il avait aussi son côté " humain". Empathique. Il descendait l'échelle tout en tendant la main à celle qui se trouvait face à elle :

- Vous m'entendez ?


Flash révélateur. Et si c'était elle qui faisait disparaitre les marins ? Trop tard pour y penser, Camille improviserait, après tout elle était peut-être en danger. Son regard se relevait, au loin un second bateau passait par là. Cet Outre se trouvai entre deux bateau avec la discrétion... Avec la discrétion dont pouvait faire preuve Camille quand il s'y mettait. Finalement ses yeux revenaient à elle, elle était habillée normalement. Enfin... Humainement serait plus le terme, sa tenue vestimentaire était à la croisée des mondes et des époques. Des doigts il effleurait ses vêtement, mais si elle ne tendait pas le bras il faudrait qu'il mette les pieds à l'eau...

- Attrapez ma main.
Revenir en haut Aller en bas
Mélanie Abigail
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Orfèvre
Age apparent: 25
Dangerosité:
23/30  (23/30)

MessageSujet: Re: L'eau ça mouille [TERMINE]    Mer 2 Déc - 13:13

Une voix la fait sortir de sa rêverie d'un battement de cils. Une langue qu'elle connaît, ça c'est certain, un froncement de sourcils, et les mots ne lui plaisent pas plus que ça. Qui ose ?  Maébh hésite entre se retourner et arracher la tête de la misérable larve qui ose proférer de tels propos et la nostalgie qui la ramène à une époque de quiétude. Se faire baiser par Titania ? Rien que ça. A n'en pas douter c'est un fantasme que peuvent avoir beaucoup d'humains mais cela reste un fantasme qu'ils ne toucheront pas même du bout de l'ongle. Finalement la faë cède à la nostalgie. Ah l'Irlande... cette terre fut des plus hospitalière pour les kelpies. Même après la grande catastrophe. Les humains y étaient accueillants. Ses frères dansaient sur leur musique et buvaient avec eux avant d'en ramener quelques un dans le Sidh où ils avaient de véritables festins. A cette époques ils débordaient tous de magie. A cette époque Nature leur offrait ce qu'elle avait de plus beau.

La langue change, et voilà que Maébh revient dans le présent. Ah oui c'est vrai...Elle est aux Etat Unis et le Sidh n'existe plus...Pendant une seconde la grosse dépression qu'elle a subie des siècles plus tôt menace de s'emparer d'elle à nouveau. Mais il faut se ressaisir. Elle est la aegir de la harde, c'est à elle d'être un roc. Elle ne peut plus se payer le luxe de déprimer. Et puis, là maintenant, tout de suite, il n'y a vraiment pas matière à déprimer. Elle a trouver une ville qui lui plaît, à elle et à toute la harde. Même si pour l'ambiance Cuba reste sa préférence elle préfère le climat d'ici. Bon elle aurait peut être due choisir une autre tenue pour son illusion car là elle cadre pas vraiment avec la saison, elle s'en rend compte maintenant.

Il insiste en plus ! Non mais vraiment on ne peut plus se noyer tranquille dans ce pays ! Heureusement qu'il parle une langue chère au cœur de la faë. Sa vie ne tien qu'à ça.

Elle ouvre la bouche pour répondre d'une voix agacée mais l'inspiration brusque déséquilibre sa position et de l'eau salée entre dans sa bouche. Elle tousse pour l’expulser avant de se remettre ne position verticale.

Tien ? Qu'est-ce qu'un sorcier fait ici ? Maébh attend un peut avant de lui tendre la main comme il lui invite, hésitant à le tirer à elle plutôt que se faire tracter à lui comme il semble vouloir le faire. La mauvaise humeur vient d'être totalement étouffée par de la curiosité. Rare sont les occasions où elle se frotte à un outre et celui-là à un petit quelque chose de dangereux au font du bien qui fini de faire céder la kelpie. Elle n'y peut rien, le danger sa l'a toujours fait frissonner. Et puis il faut avouer qu'il est loin d'être moche.

La grande rousse offre au sorcier son plus beau sourire de jeune femme avenante comme elle si bien le faire pour faire opérer la magie.

« Je vous entend. »

La voix est chantante, parfait pour rester sur l'image d'Arielle qu'elle avait en tête un peut plus tôt. On dirait une scène de filme genre le titanic quand cette gourde prend la main d'un non moins crétin pour être hissée sur une porte. A cette pensée Maébh sourie de plus belle et se laisse entraîner vers une nouvelle rencontre des plus intéressante.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3995-melanie-abigail
Camille de Briene
Wiccans
avatar

Wiccans


Identification
Emploi: Accordeur/ Agent de l'Ordre
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: L'eau ça mouille [TERMINE]    Mer 2 Déc - 14:28

Une fois prise en main, il la tire doucement à lui comme il peut. Tachant de ne pas tomber et de ne pas être trop brusque avec l'eau faisant rempart à une traction aisée. Le Wiccan hochait à sa réponse, certes il était emballé et curieux. Mais ça ne changeait pas la nature de celle qui était en face de lui. Et de ça, il devait être prudent. Jugeant bon de ne pas prévenir les autres, il la tirait sur le pont du bateau. Son expérience des Faës n'était pas assez grande pour anticiper quoi que ce soit, mais il devait avouer qu'elle semblait tout de même perdu.

L'air chantonnant lui rappela celui des sirènes, peut-être parce qu'il était sur une affaire de marins disparus ? Il se retînt de soupirer. L'homme est comme ça, toujours à trouver des sens et des explications très rapidement par rapport à ce qu'il voit. Mais cette fois il tachait de ne pas tirer de conclusions hâtives. Que faisait-elle ici ? A se laisser voguer au gré de la mer ? Camille l'invitait à s'installer derrière des caisses.

- Il fait froid pour se laisser à faire trempette. Vous ne trouvez pas ?

Camille esquissait un sourire fin. Presque confiant. Même si c'était en apparence, il essayait tout de même de faire preuve de professionnalisme. En tant que Wiccan en tout cas. Le Capitaine remettait le navire en route. Et par chance, il n'avait rien vu non plus. Tant mieux, il préférait mesure la nature de l'Outre qui se trouvait face à lui avant de l’exposer à des normes. Après tout on ne sait jamais. Camille ôtait son manteau et le tendait. Cette femme était trempée et le vent soufflait plutôt pas mal, combo fatal.

Tout en se redressant il fouilla dans ses poches puis extirpa un bon mentholé fishman. Appréciant la fraicheur que procurait le bonbon contre l'air salé, il se remettait accroupis puis se présentait à elle:

- Je me nomme Camille.  Il vous est arrivé quelque chose pour voguer ainsi au gré des vagues ?

Le jeune Wiccan était un peu mal à l'aise de voir une espèce d'ambivalence caractérielle. Son air perdu, choqué, sinon perdu. Puis maintenant un grand sourire, elle n'était pas paniquée, ni même apeurée. De ces faits on pouvait conclure que la " sirène" n'était pas perdue, ni même hors de son élément. Mais Camille ne voyait pas comment engager autrement la conversation. Puis parfois, faire l'ignorant permet d'avoir un peu d’avance. Certain qu'elle connaissait son origine, il fit comme si pour sa part tout n'était pas établi.
Revenir en haut Aller en bas
Mélanie Abigail
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Orfèvre
Age apparent: 25
Dangerosité:
23/30  (23/30)

MessageSujet: Re: L'eau ça mouille [TERMINE]    Mer 2 Déc - 17:06

La faë se laisse monter à bord et docilement s’installe là où il l'invite à le faire. Ce je ne sais quoi de dangereux continue de titiller la kelpie, qui ne peut s’empêcher de le sonder, mais rien à faire, ce n'est pas un faë et il n'a pas de trace. Par contre elle ne cache pas la sienne, toujours aussi imprudente à ce sujet, elle attend le moment où un sorcier sera en mesure de la voir. Ce jour là et ce pauvre être se verront teinté d'un rouge carmin. C'est mignon, plutôt certaine qu'il sait, il fait quand même attention au bien être de Maébh, geste qu'elle trouve adorable au demeurant. D'autre l'aurais pris de façon insultant. Est-elle créature à craindre le froid ? Elle accepte le manteau, dommage pour lui mais il ne le récupérera pas sec. L'élément liquide à tendance à s'accrocher sur elle.

« J'ai connue saison plus fraîche sur d'autres continents. Pas vous ? »

S'il vient bien de là où il prétend, aucun doute qu'il a connue des froids plus violents. Mais pour lui donner raison, elle sort la flasque en argent gravé d'un « cheval », elle l'a dévisse et bois une longue gorgée. Le liquide brûlant glisse le long de sa gorge pour se lover tel un chat dans son ventre ?

Maébh se prête avec plaisir au jeu de « je ne sais pas, je n'ai rien vue. », elle ne veut surtout pas que la conversation démarre mal comme ça a été le cas avec le réanimateur qu'elle a rencontré dans le bayou. Il a prit peur et du coup, il s'est fermé. Résultat, la faë s'est trouvée privée d'une conversation divertissante. Elle refuse de refaire les mêmes erreurs...un petite minute...est-ce sa faute si le lapin à pris conscience de sa nature inférieure face au prédateur ? La kelpie chasse cette idée de sa tête, pour reporter son entière attention sur le sorcier en face d'elle. Son sourire ne faiblit pas, elle est vraiment ravie d'être face à lui.

Lui au moins, il est polis. Pas besoin de lui faire remarquer que c'est mieux de se présenter pour qu'il le face. Déjà il marque un point de plus que l'autre. Même s'il reste un humain qui dénature la magie pour s'en servir. Mais bon, on ne va pas non plus en tenir rigueurs à tous et à chaque fois, ça serait un ppeu trop redondant.

« Vous pouvez m’appelez Mélanie pour le moment. »

Quelque chose ? Oui elle est naît... Voila ce qu'il lui est arrivé, elle est naît avec des crocs pour déchirer les chaires et des sabots fait pour fendre l'eau et les vagues. Mais cela ne répondrait pas à la question de Camille pas beaucoup plus que sa réponse qui est pourtant vrai.

« J'ai voulue faire une pause, mais il semblerait que je me soit un peu laissé dériver et puis j'ai entendue votre voix. »

La faë bois à nouveau et tend l'objet. Une flasque tout ce qu'il y a de plus normal avec à l'intérieur un bon whisky irlandais. Boisson dont elle n'a jamais put se passer. Il est clair qu'avec un liquide pareil, il ne risque pas de s'enrhumer dans les heures qui viennent. Une boisson vraiment forte même pour le gabarie de la grande rousse. Mais quand on a l’habitude de boire, on fini par avoir un foie à toutes épreuves ? De plus si elle sent que l'alcool l’enivre elle n'a cas s'en délester sur quelqu'un.

« Il me fâcherait que vous attrapiez froid à cause de moi, surtout que je ne vous rendrez pas votre manteau sec, je le craint. »

La voilà charmeuse, même si elle essaye de ne pas en faire trop, elle ne peut refréner se qu'elle est. Et c'est comme ça qu'elle parle aux personnes qui sont dignes de son attention.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3995-melanie-abigail
Camille de Briene
Wiccans
avatar

Wiccans


Identification
Emploi: Accordeur/ Agent de l'Ordre
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: L'eau ça mouille [TERMINE]    Mer 2 Déc - 17:31

- Enchanté Mélanie.

Cette Faë semblait être assez communicative. Le jeune Wiccan se détendait un peu mais n'oubliait pas une chose. Personne ne comprend vraiment les Faës et la nature parfois malicieuse de certains n'est pas là pour les aider. Camille s'étirait, puis engageait alors un peu plus la conversation. Les Faës sont sensibles, bien plus sensibles que ce que serait un Wiccan. Peut-être pourrait-elle l'aider involontairement, ou volontairement. Quoiqu'il en soit pour le moment il n'avait pas de raison de mettre fin à cette conversation. Il répondait alors, assit en tailleur:

- C'est sur. Ici, il fait meilleur qu'en Europe par exemple. Oh...Et ne vous en faites pas. Je suis bien des choses mais pas frileux.

La température était certes fraiche, mais Camille y survivrait pour sur. Le soleil couchant commençait à s'écraser au loin contre l'horizon. Les quittant petit à petit dans un spectacles de rayons de soleils mourant. L'orangé et le violet venaient s'écraser contre la mer reflétant un tableau des plus appréciable. Il posa alors ses yeux verts dans ceux de son interlocutrice. Comme pour être sur de ne pas être dérangé par tout ce qu'il y avait autour, se fixer un point stable où regarder.

- Faire une pause ? Vous étiez occupée ? A voyager peut-être, par de là les continents ?

Il avait au moins sa bonne bouille et son air sympathique pour lui. La question sous-jacente était simple. Que faisiez vous ? Et avez vous beaucoup voyagé ? Quelque part au fond de lui il se demandait quel âge avait cette Faë. Qu'avait-elle vu sur les hommes, les outres qu'il pourrait apprendre. Puis, si possible...Pourquoi ne pas lui donner des infos sur ce qu'elle ressent sur l'équipage. Ça serait dans l’idéal, c'était ce que son instinct demandait, après tout on ne rencontre pas tout les jours un tel être. Mais bon... Pour ça il attendrait encore un peu. Espérant qu'elle lui pose des questions, qu'il puisse amener les siennes, après tout la conversation est un échange et on ne peut pas venir à ce que l'on veut tout de suite...Surtout quand on prend des pincettes avec l'inconnu.

Camille retournait la tête vers le soleil couchant. Happé par ces couleurs, parce spectacle qui lui réchauffait la peau et le cœur. Il ne pouvait pas s'empêcher de faire le rapprochement avec l'être qui se trouvait face à lui. Faire le rapprochement avec l'énergie qu'elle dégageait. Le ressentit qu'avait Camille entre ce coucher de Soleil et elle était similaires. Une infinité de choses, un peu comme quand ces rayons de soleils transportent une infinités de détails dans leur couleur. Et bien Mélanie semblait dégager la même intensité, les mêmes détails de magie. Sa sensibilité à la magie était comme happée par ce ressentit. Comme quand on regardait le flamme, on est de suite hypnotisé.
Revenir en haut Aller en bas
Mélanie Abigail
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Orfèvre
Age apparent: 25
Dangerosité:
23/30  (23/30)

MessageSujet: Re: L'eau ça mouille [TERMINE]    Jeu 3 Déc - 20:47

« Prenez.quand même, cela ne peut pas faire de mal vue sa provenance. »

Scotty fait souvent venir son alcool d'Irlande, il possédé maintenant un cave plus que généreuse où la aegir se sert sans vergogne régulièrement. Son geste est amical et, chose rare pour les faë, sincère. Car soyons sérieux deux secondes. Si elle voulait l'enivrer comme signifie son nom (Maebh, celle qui enivre les hommes), elle ne lui ferais pas ingérer de l'alcool. Elle boirait elle-même comme un troue et transférerait l’alcool directement dans le sang du mage. Hors toujours dans l'optique de le mettre en confiance, elle use des conventions qu'elle connaît et partager une boisson en fait partie.

«Oh ! Cela fait quelques années que je suis devenue sédentaire. Mais oui j'ai traversé plusieurs continents et plusieurs âges aussi. »


Ah oui elle en a vue la kelpie. Des âges et des continents. A commencer par la se qu'ils appellent aujourd'hui la Grande Bretagne, l’Égypte ancienne, l'Amérique du Nord au moment de la colonisation, puis l’île de Cuba...

Elle sent bien qu'il veut lui demander quelque chose de plus précis, mais il semble choisir le chemin de la courtoisie et de l'échange. Chemin qui convient très bien à la faë. Donc elle s'y soumettra avec joie. La conversation commence donc bien malgré la situation que les humains appelleraient d'incongrue dans laquelle il l'a trouvé.

« Pour répondre un peut plus à votre question, je nageais, et prise d'une petite lassitude j'ai décidé de ne plus opposer de résistance aux courants...je constate avec plaisir que j'ai eu bien raison »

Charmante, charmeuse, presque mielleuse, Maébh sourie au sorcier avec malice comme elle sait si bien le faire. Jouant avec ses mèches de cheveux dorées afin qu'elles capturent au mieux les rayons fuyant du soleil couchant.

Il y a tellement de question qu'elle veut lui poser, toutes liées à son état de sorcier. Mais la dernière foie qu'elle a fait remarquer à un outre sa nature, il s'est fermé comme une huître. Et ce lapin là, elle ne veut pas l'effaroucher ; Il faut donc qu'elle prenne des pincettes, chose qu'elle ne fait pas d'ordinaire ; ni avec les humains et rarement avec les faës.

« Est-ce que je peux vous poser une question à laquelle vous vous réservez le droit de ne pas répondre ? »

C'est très alambiquer comme phrase, mais la faë n'est pas la dernière pour manier l'art de la langue. C'est la moindre des choses pour une race qui se sert de ses charmes pour attirer une proie. Séduire, attirer, séduire encore, se faire désirer, se laisser approcher, isoler et dévorer....

Elle a déjà hâte de poser la question suivante qu'elle n'écoute même pas la réponse, bien qu'elle est attendue que Camille l'est formulé.

« Êtes vous un wiccan ? »

La tête penchée sur le côté, elle se met dans la meilleure des dispositions pour écouter la réponse. Le caractère curieux des kelpie à encore frapper, et au mépris de la délicatesse dont elle voulait faire preuve, il y a un brin d’excitation dans sa voix qui reste au demeurant parfaitement contrôlé.

Après tout pour quoi aurait-elle peur ? Elle est à quelques mètres au dessus d'une grande étendue d'eau, son lieu de vie. Une fois à l'intérieur et sans l'illusion, il est impossible de la suivre et encore moins de tenter de la blesser. C'est son domaine, tout son corps est fait pour se mouvoir rapidement et avec force dans l'élément liquide. Non vraiment, elle ne ressent aucunes peur pas même une inquiétude ? Droite et fière, telle qu'elle est toujours.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3995-melanie-abigail
Camille de Briene
Wiccans
avatar

Wiccans


Identification
Emploi: Accordeur/ Agent de l'Ordre
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: L'eau ça mouille [TERMINE]    Jeu 3 Déc - 21:46

Camille regardait la gourde qu'on lui tendait. D'abord craintif, car ne sachant pas ce que renfermait le liquide il décidait de se jeter à l'eau. Si on peut dire. Ses lèvres vinrent au goulot puis se délectèrent du gout alcoolisé. Un gout d'une rare finesse venait lui être offert par la Faë. Le liquide, lentement, passait par son œsophage jusqu'à son gosier réchauffant tout son corps par la même occasion. L'odeur lui avait indiqué la nature du liquide alors il ne se fit pas surprendre. Puis Camille était un amateur de bons " jus". Pas un alcoolique, mais un amateur de bonne choses.

Sédentaire ? Depuis peu. De cela Camille tirait plusieurs conclusions, rares sont les êtres nomade à voyager seuls. En fait Camille n'en voyait aucun qui lui venait en tête. Et même si les Faës sont des êtres exceptionnel ils ne sont pas dénués de liens. De ça, le Wiccan se dit que d'autres êtres " comme elle " devait se trouver non loin. Une sorte de communauté. Il remerciait alors Mélanie pour la boisson.

- Merci pour la saveur.

Au vu des réponses, le Wiccan conclut aussi que Mélanie était un être pragmatique et une personne naturelle sinon " simple". Simple étant à prendre avec des guillemets, car ce Camille pensait par là était plus complexe. Cette Faë semblait chercher à vivre au gré de ses envies, sans pour autant aller calculer plus loin. Sans pour autant conclure qu'elle était un être simpliste, il se dit qu'il y a des futilités dont elle ne devait pas du tout avoir besoin. Des questions qu'elle ne devait pas se poser. En somme, elle n'est pas humaine.

- Ravi alors de pouvoir faire votre connaissance, je suis toujours enchanté à l'idée de rencontrer quelqu'un qui a une expérience de vie. Cela permet de s'enrichir soit même.

Évidemment, le Wiccan ne communiquait pas avec elle comme avec un Humain. IL y avait une sorte de respect, un peu comme si la barrière de la race venait de s'installer. Vous êtes un être plus ancien, plus puissant alors je vous respecte car je suis en dessous dans la chaîne alimentaire. Ce qui n'empêchait pas pour autant le dialogue entre les deux.

- Posez votre question je vous en prie.

Si il y a bien une question à laquelle il ne s'attendait pas c'était bien celle là. Un large sourire se dessinait sur ses lèvres, s'il savait définir sa race ne serait-ce qu'en la ressentant. Il était persuadé que la réciproque était vraie, mais il se plia au jeu. Car si elle posait cette question, ce n'était pas tant la finalité, la réponse qui l'intéressait. Mais peut-être le moyen, soit le cheminement et la réflexion.

- Je ne savais pas que les Wiccans avaient le pouvoir de cacher leur nature aux Faës.


Il tirait la langue avec un petit aire amusé, complice aussi. Camille avait préféré encore une fois de jouer la carte de la sympathie. De la complicité car après tout c'est ce qu'il était. Sa réponse était simple, elle lui permettait de tisser des liens par la sympathie, l'humour. Mais surtout de dire, oui vous avez raison vous savez que je suis. Et c'est réciproque. Camille n'aimait pas outre me sure les Outres, certes. De part sa nature, il avait vocation, à protéger le plus faible et donc généralement les normes. Et si souvent il se disait " humain" c'était plus pour travailler tranquillement sans suspicion qu'autre chose. Cacher sa nature quand on peut est avantage...Mais quand on ne peut pas, aucun problème pour assumer ce que l'on est.
Revenir en haut Aller en bas
Mélanie Abigail
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Orfèvre
Age apparent: 25
Dangerosité:
23/30  (23/30)

MessageSujet: Re: L'eau ça mouille [TERMINE]    Ven 4 Déc - 9:16

Et un lien qui ce crée. Oh il n'est pas très puissant, mais ce « merci » sincère permettra à la faë de demander un petit service si elle en a besoin un jour. Le sorcier est en pleine analyse de la kelpie et ne voie pas forcément qu'elle fait de même avec lui. Elle voudrait profiter de leur curiosité mutuelle pour en apprendre d'avantage sur les sorciers en général. Les hautes sphères ont l'air de dire qu'ils sont susceptibles représenter une menace. Qu'ils seraient capable de voir la Trace. Et alors ? Même s'ils pouvaient la voir, qu'est-ce que cela changerait ? Ils ne comprendraient pas pour autant ce qu'ils voient. Maébh s'en fiche, du moment qu'on ne lui pose pas un collet sur le museau, rien ne lui fait peur. Alors autant en apprendre d'avantage sur la « grande menace ».

Oh ! Il s'est comment flatter la grande rousse. Elle apprécie le compliment et retient son envie d'apprendre. Comme c'est sympatrique. Un mortel qui voudrait qu'un être millénaire lui enseigne des choses. Le pauvre, si l'envie lui prenait de lui faire le récit de sa vie, lui-même perdrait ne bonne partie de la sienne. Ou la sienne tout court. Puisqu'elle fait partie des faës dont l'existence est tenue au secret. Les faës ont beau prendre les humains pour des crétins, si on commençait à leur montrer des kelpies avec des crocs aiguisés et des griffes, ou des croque-mitaines voir des banshies, ils finiraient par comprendre que certain, à défaut de tous, faës ne leur veulent pas que du bien. Dans le genre herbivores tranquilles on à fait mieux.La kelpie sourie en se remémorant un instant de son passé. Ce jeune garçon au Canada qui l'a surprise sous sa véritable apparence en train de galoper dans le lit d'une rivière. Irrésistiblement attirer par l'être qu'il voyait. Car oui le pouvoir irrésistible d'attraction des kelpies est bien plus fort quand ils ne revêtent pas leur illusion. Elle l'a laissé la toucher. Comme dans les légendes elle s'est même montrée docile lorsqu'il a voulu monter sur son dos...erreur fatale. Une fois perché, elle a retroussée les babines d’excitation et il a put voir les crocs...la suite n'est qu'une habitude parmi tant d'autre et ne mérite pas d'être ressassé.

Elle sourie de plus belle à la complicités espiègle qui s'installe entre eux, un sourire entendue. Heureuse de constater que celui-là elle ne le fait pas fuir. Ou alors c'est la petite lueur de menace qu'elle a ressentit au premier regard qui fait qu'entre prédateur – pas du même niveau serte – on peut accepter la présence de l'autre. Un image lui vient en tête : un chat et une lionne. Voilà à quoi la scène lui fait penser. Elle a beau avoir actuellement le physique d'une magnifique jeune femme séduisante à souhait et à l'allure inoffensive. Cette impression de faiblesse ne fonctionne pas en général lorsque la personne en face s'attend à être attaquer. Mais elle peut tout de même s'en servir pour induire de la sympathie et faire tomber les défenses.

« Et moi je ne savais pas que les wiccans exercent des métiers tel que la pêche.»

Maébh, reste ce qu'elle est et ne peux empêcher son caractère brusque de refaire surface. Fort heureusement il n'entame en rien son capital sympathie quand une discutions commence aussi bien que celle-ci. Elle n'a pas le même amour que Scotty pour les humain et elle ne l'aura probablement jamais. Elle se voie plus comme essayant d'apprivoiser certain d'entre eux. Camille fait pour le moment partie du lot. Tan qu'il se montre courtois et coopératif. Si elle se lasse elle le délaissera dans le meilleurs des cas pour lui.

« Certains d'entre vous prennent la mouche quand je leur fais remarquer leur nature et ils fuient. Pourtant vous venez de le faire pour moi et je n'en suis pas vexée pour autant. Quand une chose est évidente je ne voie pas où est le mal de la prendre pour acquise.»

Pourtant elle avait été courtoise avec lui : « C'est la première fois que j'approche d'aussi près d'un sorcier. » le tout emballé avec un grand sourire...où est l'insulte ? Non franchement, les mortels ont une fâcheuse tendance à tout prendre mal... A moins que se soit là un instinct de survie. Tout prendre comme potentiellement une menace leur permet de fuir le prédateur. Cette pensée fait une nouvelle fois échos au côté peut être dangereux de Camille. Qu'est-ce que sa peut être ?

« Que savez-vous des faës ? »

Le sourire devient légèrement avide. La curiosités...ce vilain défaut que possédé touts les kelpies, au même titre que la témérité d’ailleurs. Ces deux facettes les ont souvent mis dans des situations telles qu'ils n'avaient pas d'autres choix que de fuir.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3995-melanie-abigail
Camille de Briene
Wiccans
avatar

Wiccans


Identification
Emploi: Accordeur/ Agent de l'Ordre
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: L'eau ça mouille [TERMINE]    Ven 4 Déc - 11:09

Le ciel s'assombrissait et ce qui était plus tôt une mer de couleur devenait petit à petit un point à l'horizon. Un point qui semblait aspirer tout les rayons de lumière. Le soleil se couchait récupérant avec lui de plein droit sa douce chaleur. La température chutait aussi petit à petit mais c'était encore vivable pour le moment. Quelques vagues venaient agiter le bateau, mais rien de bien méchant et le ciel n'était que peu nuageux pour le moment. Mais le Wiccan n’excluait pas une potentielle pluie plus tard dans la soirée, sinon nuit.

La pêche ? Pour un Wiccan...Et bien après tout pourquoi pas ? Bon Camille n'était pas idiot et il avait comprit la question détournée de la Faë. Mais pour le moment, il lui répondait juste avec un petit sourire taquin, un sourire peut-être même complice.

- Il est vrai que nous autres sommes susceptibles... Les relations humaines ont au moins le mérite d'êtres compliquées. Nous ne savons pas où nous allons, souvent même nous ne savons pas vraiment d'où nous venons. De ça, selon moi en tout cas, naissent beaucoup de complexes. Entre Outres et Normes souvent.

Camille ne jetait la pierre à personne pour le coup. Il avait des points communs avec les Normes. Et ce qu'il venait de dire valait quelque part aussi pour lui. Camille ne blâmait pas les autres d'autant plus qu'il était un peu comme les autres. Une sorte de Xénophobie naturelle chez l'Homme que Camille essayait de combattre. Jusque là il s'en sortait même plutôt bien. Incapable de fuir pour autant, il était quand même capable de se figer et de fixer une chose inconnue pour analyser.

- Je ne sais que ce que j'ai lu sur les Faës. Quelques légendes, puis des choses qu'on ne peut nier. Il est amusant, du moins pour moi d'entendre dire que nous autres Wiccans auraient pu apprendre la magie de vous. Entre autre en tout cas.

Lentement le Wiccan se relevait puis faisait un petit tour pour regarder la capitaine qui voguait toujours le long de la côté au gré des vagues et du vent grandissant. Une fois assuré qu'ils avaient encore du temps devant eux Camille reprenait, répondant cette fois à la question sur la pêche.

- On peut dire ça oui.  * sourire * J'ai entendu dire que des pêcheurs disparaissent dans le coin. Curieux, je suis venu me renseigner. Je suis avare d'histoires et de légendes.


Pour le coup, Camille n'aurait pas pu mieux camoufler son réel métier et être plus clair en même temps. Car il ,'avait certainement pas mentit, il n'avait pas juste précisé qu'il venait stopper voir éliminer la menace que pesait sur le pêcheurs. Et si il y a bien chose que Camille avait apprit, des disparitions répétées sans jamais aucun indices ne pouvaient qu'être fausse, ou à l'origine de quelque chose qui n'est pas Norme.
Revenir en haut Aller en bas
Mélanie Abigail
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Orfèvre
Age apparent: 25
Dangerosité:
23/30  (23/30)

MessageSujet: Re: L'eau ça mouille [TERMINE]    Ven 4 Déc - 17:30

Maébh a entendue aussi cette histoire. Ce qui est sûre, ce que elle, en tout cas, elle n'y est pour rien. Quelle idée d'apprendre la magie aux humains. Surtout que celle qu'ils pratique est quand même pas mal différence de la sienne. Il y a une différence entre plier la Natrure à sa volonté pour la dénaturer et l'utiliser sous forme brute pour qu'elle face ce pour quoi elle existe. Non vraiment, si elle avait appris la magie aux humains, ils ne la pratiqueraient pas ainsi en vénèrent je ne sais quelle déesse.

Sa y est il commence à faire noir. Seules les lumières du bateau permettent à Camille de discerner le sourire angélique sur le visage de la faë. Pourtant à l'évocation des disparitions de pêcheurs le grand sourire tombe peut à peut, le regard se détourne pour se placer en bas à gauche presque comme si elle regardait du coin de l’œil au dessus de son épaule, la voilà perdue dans ses pensées.

Est-ce qui peut s'agir de l’œuvre d'un des siens ? La harde n'est sensée se nourrir que des humains qui vivent dans l’hôpital psychiatrique dans la même rue que la boite de nuit, ou alors des chasses qu'ils font. Mais jamais il n'a été question de s'en prendre aux marins. Bien au contraire, se serait catastrophique si eux créatures aquatiques commencent à se nourrir que des humains qui passent par le port. Les rumeurs sur des monstres marins se rependraient à trop grande vitesse. Des humains trop curieux débarqueraient et sonderaient constamment les eaux autour du port. Résultat : comme pour le Loch ness, ils devraient fuir l’étendue d'eau pour se rabattre seulement sur les eaux stagnantes du bayous ou à la limite les mangroves. Non ils ne sont pas stupides à se point, elle a confiance en sa harde et donc elle ne leur posera même pas la question. C'est aussi ça être une aegir.

Alors quoi ? Un monstre des marées qui aurait fait son trou dans le coin ? Non ! Elle l'aurait sentit, dans touts les sens du terme d'ailleurs. Il y aurait une petite réplique de sidh, mais surtout il y aurait son odeur. Après avoir passé du temps avec l'un d 'entre eux, elle connaît le plaisir discutable de leur odeur.

Et d'abord pour quoi se serrait un faë ? Ils ne sont pas les seuls prédateur des hommes. Il y en a pleins à commençait par eux-même. Ils ont une expression pour ça. La faë en est certaines... « l'homme est un casse croûte pour l'homme » ou quelque chose comme ça avec une histoire de majuscule et de minuscule.

A nouveau elle porte les yeux sur le weecan, qui maintenant qu'elle y pense, n'a pas l'air d'avoir tout dit.

« De légende ? Vous pensez donc que c'est une créature non-humaine qui serait la cause de ces disparitions ?»

Sur ce genre de conclusion, Maébh à une idée très arrêté. Elle pense que depuis que les humains savent pour les outres, ils ont tendances à les accuser en premier lieux. Peut être un autre instinct de conservations. Où les proies se disent que comme il y a des prédateurs c'est forcément eux qui s’en prennent au troupeau et qu'il faudrait qu'ils disparaissent. Préfèrent se dire que personne dans le troupeau n'est capable de faire ça, car sa ne ferait que diminuer leurs chances de survivre, donc rejetant touts comportement illogique.

« Vous venez braver le danger pour voir par vous même se qui se passe...Vous êtes plutôt courageux ou confiant...»

Faire mine de réfléchir à haute voix fait aussi partie du jeu dans lequel elle excelle. Souvent cette façon de faire pousse les autres à donner plus de détails sans avoir à poser les questions. La faë commence à se faire une petite idée sur la personne qu'elle a en face d'elle et par la même à entre apercevoir ce qu'elle a ressentit au font de lui. Ses intention envers elle ne sont, pour le moment pas hostiles, mais elles pourraient changer du tout au tout, s'il éprouve le moindre doute. Et pourtant, pour une fois, ce n'est ni elle ni sa harde qui sont responsables de qui se passe dans ses eaux.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3995-melanie-abigail
Camille de Briene
Wiccans
avatar

Wiccans


Identification
Emploi: Accordeur/ Agent de l'Ordre
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: L'eau ça mouille [TERMINE]    Ven 4 Déc - 20:55

La question était bonne. Que pensait Camille vis à vis à vis de ces histoires de disparitions ? Le jeune homme commençait à croire à de la foutaise, en général après plusieurs heures quelqu'un aurait au moins témoigné de quelque chose. Ou Camille aurait moins remarqué quelque chose de louche...mais là rien, des marins qui disparaissent sans aucun rapport de poids, d’ethnie ou même de race. Alors, Camille tout d'un coup se remit à réfléchir à la question, essayant du plus profond de lui même de trouver des indices. Des choses qu'il aurait pu voir, ou ne pas voir. Mais rien...L'instinct de Camille semblait lui dire qu'un des marins pouvait bien être un métamorphe...Puis d'un coup une idée lui vînt en tête, et si jamais l'équipage était dans le coup. Et si celui qui disparaissait n'était pas dans le coup ?

Voilà qu'il partait dans tout un film, avant de se reprendre et de relativiser. c'était un scénario des moins probables et puis quel aurait pu être la motivation d'un tel acte ? En bande organisée qui plus est. Camille soupirait, signifiant qu'il était bien au pied du mur.

- Je n'ai pas vraiment d'idée. Mon instinct me laisse croire qu'un métamorphe pourrait être dans le coup. Surement un outre en rapport avec quelque chose de marin et qu'il ferait partit de l'équipage...Mais ce n'est que pure imagination, spéculation. Je n'ai aucune preuves, rien qui ne puisse concrètement me laisser entrevoir cette piste. J'en suis à la phase ou je déborde d'imagination et que j'essaie de deviner le déroulement de l’œuvre.

L’œuvre étant une référence aux images précédentes. Les histoires et les légendes. Oui, Camille en était juste à imaginer, à tâtonner pour trouver quelque chose car il faut bien commencer quelque part pour éliminer des pistes. Éliminer des pistes pour finalement trouver ce que l'on cherche. Le jeune Wiccan reposait sa tête contre la caisse, le capitaine ? Cette Faë ? Cela restait quelque part le plus probable. Du moins le plus plausible mais il ne l'accuserait pas, et ne lui laisserait même pas entrevoir qu'il pensait que ce serait peut-être elle à ses yeux. Tout en riant à voix basse il répondit:

- Je pense être plutôt idiot si vous voulez mon avis. Quel être, quel qu'il soit cherche à aller au devant des ennuis ?

Ce n'était pas faux non plus. Camille était assez allumé dans son crâne pour aimer chasser des outres. Pour aimer achever ce qu'il considère être des parasites. Pas spécifiquement les Outres, mais ceux qui usent de leurs pouvoirs pour abuser de la faiblesse d'autrui. C'est là que Camille se situait moralement.Il tirait alors la langue.

- Je ne serais pas contre une idée. Mon histoire semble vouloir tourner en rond.

Il fallait bouger de toute les manières il avait passé assez de temps à rêvasser, à discuter. Camille allait s'occuper d'elle, la mettre au chaud et retourner dans le navire sans même expliquer la nature de Mélanie. Ces gens ne comprendraient pas de toute les manières et puis ce serait surement une occasion pour les marins de l'accuser un peu trop belle à ses yeux. Une fois planté sur ses deux pieds, il tendait la main avec cette grâce qu'on pouvait avoir en Grande-Bretagne avec les dames.
Revenir en haut Aller en bas
Mélanie Abigail
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Orfèvre
Age apparent: 25
Dangerosité:
23/30  (23/30)

MessageSujet: Re: L'eau ça mouille [TERMINE]    Sam 5 Déc - 0:31

« Oh si seulement vous saviez... »

Une pointe de mystère dans la voix, la faë se délecte de ces êtres qui justement vont au devant des ennuis et qui lui offre souvent des proies de choix. Le sourire enjôleur est revenu. Elle reprend le jeu de la séduction maintenant qu'il lui a donné les informations qu’il juge pertinentes. S’il y a un métamorphe parmi l’équipage, la faë le repérerait dès qu’elle le verra, mais est-ce qu’elle ira jusqu’à le dénoncer ? S’il y a un méta qui prend une forme aquatique, elle a très envie de le voir en action. C’est la première fois qu’elle entend ce genre d’histoire. La curiosité l’invite à aller au bout de cette enquête. Est-ce qui pousse un métamorphe à faire disparaitre des humains ?

On aura tout vue, une faë qui joue les enquêtrices pour le bien des humains. Décidément, on aura tout vue. Yuli va beaucoup rire lorsqu’il apprendra ça. Mais voilà, la kelpie vient de prendre sa décision et même si elle est capable de changer d’humeur aussi vite d’une météo chaotique, lorsqu’elle veut quelque chose, il est difficile de lui faire lâcher prise. Et là elle veut savoir qu’est-ce qui est à l’origine des disparitions. Si en plus elle fait équipe avec un sorcier plutôt agréable à regarder et disposer à papoter avec elle, alors c’est tout bénef pour Maébh.

Elle regarde la main tendue du sorcier. Sa manière de ce tenir ravive des souvenirs agréables chez la kelpie. L’Ecosse, l’Irlande, c’est vrais que mles humains là bas avaient une autre classe que sur le nouveau monde.

« De mieux en mieux… »

Elle boit une longue gorgée histoire de faire le plein on ne sait jamais, elle en aura peut être besoin, plutôt qu’elle ne le pense. Un soupire de satisfaction lui échappe et dans un rire cristallin elle prend la main de Camille.

« Ça promet d’être amusant. C’est décidé, je me joins à l’enquête ! »

Elle le suit dans le bâtiment, même si elle est loin d’avoir besoin d’être placée au chaud, ce faire passer pour plus fragile qu’elle ne l’est fait aussi partie du Jeu. En chemin dans le couloir ils croisent des marins. Les hommes sont un peut lent à la détente mais finalement ils réalisent que la belle rousse n’a rien à faire sur le bâteau.

« Eh ! Une petite minute, d’où elle sort ? »

Amusée, la faë laisse Camille prendre les choses en main. Ça l’intéresse beaucoup de voir ce qu’il va leur dire. Si ça ne tenait qu’à elle, la kelpie leur servirait une vérité totalement biaisais.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3995-melanie-abigail
Camille de Briene
Wiccans
avatar

Wiccans


Identification
Emploi: Accordeur/ Agent de l'Ordre
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: L'eau ça mouille [TERMINE]    Dim 6 Déc - 1:06

Une fois debout, il conduisait alors la jeune femme dans le bâtiment. En premier lieu, Camille voulait passer par la case " Capitaine" mais le bateau n'avait personne dans la cabine principale et donc il sautait cette étape pour se diriger directement au " vif " du sujet. Ravi que la Kelpie accepte de lui filer un coup de main il allait alors essayer d'organiser une grande rencontre. Au mieux en tout cas. Ils descendaient donc les escaliers pour accéder à la cale et très vite ils tombaient sur un membre de l'équipage.

Ah oui...Que faisait-elle là ? Quoi raconter. Camille eut un blanc d'abord ne sachant pas trop quoi répondre...Ses yeux verts se posaient sur le marins habillé d'une grande cote verte. On pouvait sentir d'ici là son étonnement et peut-être même sapeur. Une femme sur un bateau ? Une rousse ça porte malheur. Une femme sur un bateau ça porte malheur. Et on peut en citer des tonnes comme ça qui pouvaient se coller facilement à Mélanie. Alors le jeune Wiccan décidait de dire la vérité, mais pas trop...

- Je l'ai vue dériver au gré des vagues...J'ai vu un autre bateau au loin je conclus qu'elle est passée par dessus bord...Mais vu son état c'est peut-être un peu trop tôt pour poser les questions..Trouvons lui de quoi se réchauffer, si vous pouviez prévenir le Capitaine ça m'arrangerait aussi.


- Une femme ça porte malheur...

Eeeeeeet bingo! Pour le coup il se félicitait intérieurement plutôt fier de lui. Mais une chose le tracassait quand même. La réaction de la Faë alors il décidait de couper court à toute éventuelle réponse de cette dernière. Pour éventuellement arranger une pilule qui ne passerait pas.

- Oui, enfin on parle de sauver une Dame de la noyade, pas de superstitions de marins...C'est plus grave.


Ce n'était pas une lumière ce marin...Mais pour le coup il venait d'être raisonné et décidé à emmener la dame dans les quartiers où les trois autres marins devaient se reposer ou attendre que l'un d'entre disparaisse ou non la boule au ventre. Pour ce qui était du Capitaine, Camille n'avait absolument aucune idée d'où ce dernier pouvait bien être. Le marin reprenait alors la parole avec son air béat. Peut-être la première fois de sa vie qu'il prenait une initiative sur e bateau sans demander au Capitaine quoi que ce soit.

- ban..Oui. Ok ok...Scuzez moi m'Dame, appelez moi Nicolas. Par ici je vous prie.

Le marin ouvrait alors la marche tout en se grattant la tête. Le charme de ce dernier était douteux mais au moins ce n'était certainement pas un mauvais bougre...Mais quand même sur la liste de Camille en terme de suspect, oh oui. Le bateau tanguait au rythme des vagues tandis qu'ils avançaient dans un couloir plutôt étroit jusqu'à l'écoutille des quartiers. La porte grinçait affreusement avant qu'ils puissent entrer dans la pièce.

A demi éclairée pour ceux qui voulaient dormir, sur le centre une table fixée laquelle était creusée pour éviter au maximum aux objets de tomber. C'était du travail fait main, mais au moins les dés et le paquet de carte étaient encore à leur place sur la table. Un des marins semblait dormir. l'un était sur son téléphone et l'autre en train de lire, mais là pour le coup tout le monde se tournait vers eux.
Revenir en haut Aller en bas
Mélanie Abigail
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Orfèvre
Age apparent: 25
Dangerosité:
23/30  (23/30)

MessageSujet: Re: L'eau ça mouille [TERMINE]    Lun 7 Déc - 10:54

Fière et droite la faë laisse le sorcier répondre. Puisque de toute façon les questions lui sont adressées. Oh le mensonge que voilà... Comme tout ceux de sa race, Maebh ne ment jamais. Beaucoup disent que les faës en sont incapables, elle ne voie pas les choses de cette façon. A quoi bon mentir quand la vérité est toujours bien plus efficace ? Elle si manipulable, qu'elle soit biaisée, demi, ou détournée... La vérité fait partie des armes des faës. Il faudra se lever de bonne heure pour piéger un faë à ce jeu là. Mais elle ne laisse échapper aucunes protestation, pas plus que son ne visage ne laisse trahir la moindre expression autre que celle d'une créature fragile qu'elle affiche depuis son arrivée sur le bateau. Chose qui n'est pas un mensonge non plus si on considère la quantité de fer qui se trouve autour d'elle.

Chose qui pourrait la rendre mal à l'aise. Mais après réflexion...non pas vraiment. Car ce n'est pas sa vie qui sera en danger si son illusion est brisée. Elle ne pourra plus se cacher ? La belle affaire. Pas de témoins, pas de problème. Sans son illusion elle est bien plus forte. D’abord elle pourchassera touts les humains sur le bateau pour les tuer, puis il ne lui restera plus qu'à faire passer le bateau par le font. Enfin elle cacherait les corps, ou plutôt ferait un sacré festin avec les autres, ainsi aucunes traces. Elle pense avec suffisamment de confiance en elle qu'elle s’occuperait du sorcier, même si elle en sortirait avec des blessures, rien qui ne lui serait fatale. Alors non, le fer en milieux clos et aussi isolé, n'est pas une source de soucies pour elle.

Ah la superstition légendaire des marin ! Si elle n'était pas autant dans son rôle elle en rirait. Pauvre créature qu'ils sont, les marins ont toujours eu conscience de leur état de proie sur la mer. Les kelpies n'en sont pas toujours la cause, mais c'est drôle de les voir comme ça. Cet instinct de survie encore plus développé chez eux est toujours très divertissants.

Là encore, elle ne dit rien et reste docile et suit les deux hommes jusqu'à une pièce des plus crasseuse. Les odeurs d'humains transpirants et enfermés en lieu clos agresse son nez qui peut se révéler si sensible parfois. Trois hommes de plus. A son entrée dans la pièces les trois furent subjugué par la beautés humide de la faë. Toujours satisfaite de l'effet qu'elle produit en entrant dans un lieu, Maebh secoua un peu les cheveux comme pour les débarrasser de l'eau qui s'y été résolument accrochée. Puis elle enleva le manteau de Camille pour mieux se dévoiler et le tendis à son propriétaire.

« Bonsoir messieurs. »

Voyons voir ce que nous avons là : humain, humain pervers, humain déprimé...bingo ! Un métamorphe. Pas encore certaines de ce qu'il était. En tout cas pas un prédateur. Même dans cette situation de stresse dans laquelle tous baigne plus ou moins, un prédateur ne montrait pas autant de crainte que celui-là.

Encore une fois Maebh reste impénétrable sur sa découverte. Ne lui reste qu'un léger sourire et un regard qui se balade sur toute la pièce. Le métamorphe quand à lui est comme tous les autres, sous le charme de l'illusion et reste béa.

"Je...je vais chercher la capitaine..."

Le fameux Nicolas eu du mal à se résoudre a partir, mais finalement il tourne les talons et disparaît dans les couloirs.

Toujours curieuse, Maebh laisse Camille mener la danse.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3995-melanie-abigail
Camille de Briene
Wiccans
avatar

Wiccans


Identification
Emploi: Accordeur/ Agent de l'Ordre
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: L'eau ça mouille [TERMINE]    Mar 8 Déc - 20:27

Camille récupérait ses affaires que lui tendait Mélanie pour les poser sur un porte manteau non loin de la porte de sortie de la pièce. La nouvelle arrivante venait tout à coup d'illuminer le lieu de vie des marins qui jusque là semblait totalement inanimé, vide de vie. Celui qui lisait se redressait et laissait échapper un petit bonsoir avant de faire un bon se retrouver sur ses deux pieds. De la bande c'était le plus altruiste et de suite il avait compris la situation. Pas fou pour autant, il gardait ses distance avec la Faë. Peut-être avait-il une intuition, mais le marin laissait Camille aux côtés de la Faë. Ce dernier proposait tout de même de se réchauffer:

- Si vous voulez, nous avons un peu de café au jus de chaussette ou du thé. Qui est selon moi plus appréciable.

- Un thé fera l'affaire pour moi.

Pas gelé mais pas réchauffé pour autant, un bon thé chaud ne lui ferait certainement pas de mal. Camille tirait une chaise à Mélanie tandis que le marin proposait une boisson à cette dernière. Ceci fait, l'irlandais se posait à la table prêt à discuter. Cette fois, il voulait poser des questions aux marins. D'un coup rapide il jetait un coup d’œil à son téléphone dépassé pour voir l'heure. 18H37.  Une fois le thé servi, il en prit une petite gorgée pour commencer à se réchauffer. Ses doigts de pianiste faisaient tourner la tasse entre ses doigts, puis sa langue se déliait.

- Dites moi, l'heure des disparitions est approximativement vingt-heures c'est ça ?

- Oui à peu près.

- Pourquoi pêcher de nuit ?

- Certaines espèces se pêchent de nuit, c'est aussi pour le coup un marché plus rentable...Du moins c'était un marché plus rentable...

- Pourquoi s'obstiner ?


- C'est notre boulot...On a que ça...

- Ouaip. Je comprends, mais ce sont des risques inutiles et la pêche de jour semble toujours possible...


Camille commençait à se faire un autre scénario. Scénario dans lequel le danger premier n'était pas dans le bateau mais en mer. Mais que quelque part, un des membres devait être lié d'une manière ou d'une autre...La Faë ne semblait pas réagir aux membres de l'équipage. Avec un petit sourire, il lançait un regard complice à Mélanie tandis que le marin apportait des couettes.

Le Wiccan commençait à croire que le Capitaine était dans le coup...Après tout c'était lui le responsable de ces hommes pourquoi s'obstiner à persister dans cette voie ? Ils devraient encore attendre...Peut-être ne se passerait-il rien. Peut-être devraient-ils attendre plusieurs jours mêmes...Il se doutait même que si ça en arrivait là, la Faë retournerait à l'eau avant. Puis alors qu'il était dans ses pensée, ils entendirent des coups dans la coque, et un cri. Camille se levait de sa chaise interrogeant tout le monde dans la pièce.

Déjà ? Une attaque si tôt ? Les coups se répétaient un peu puis le silence. Une voie criait, certainement de douleur, la voix d'un jeune homme. Camille conclut que ce devait être le marin de tout à l'heure, celui qu'ils avaient croisé dans les escaliers. Ses yeux se posèrent sur Mélanie, il l'interrogeait du regard.
Revenir en haut Aller en bas
Mélanie Abigail
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Orfèvre
Age apparent: 25
Dangerosité:
23/30  (23/30)

MessageSujet: Re: L'eau ça mouille [TERMINE]    Mer 9 Déc - 10:50

Café et thé, boissons plus ou ignobles inventé par l’homme pour se réchauffer et se tenir éveiller. Maebh exècre la première et reste mitiger sur la deuxième. Tantôt et dégage un parfum fleurie ou fruité des plus agréable, tantôt elle n’est qu’eau tiède. Dans ce cas précis, la faë ne doute pas que c’set la seconde qui prime.

« Merci j’ai se qu’il faut. »

La grande rousse montre sa flasque et en profite pour boire une nouvelle fois. La chaleur de l’ivresse commence à se faire sentir dans son ventre. Même s’il en faut bien plus pour engourdir une pratiquante des soirées plus qu’alcoolisées, ne serait-ce qu’avec  les membres de la harde qui se lance des défit pour voir qui peut boire le plus avant de devoir se décharger sur un humain, la quantité d’alcool qu’elle a en elle suffira à faire tituber un grand gaillard bien costaud. Il lui suffirait d’un battement de cils pour que la magie face son office.

Camille lui lance un sourire complice auquel elle répond par un autre sourire. Assise sur la chaise qu’on lui a offerte, elle reste droite et digne. Quand le marin propose une couverture, elle veut la refuser poliment, avant de souvenir, qu’elle est trempée et qu’one st en décembre. Serte elle n’essaye pas non plus de passer pour une humaine, mais elle sait que si elle montre trop de différences avec eux, elle ne fera qu’attirer sur elle la méfiance. De plus cela casserait l’image de la jeune créature fragile qu’elle s’évertue à renvoyer.

S’ils pouvaient juste se douter…

Le sorcier pose des questions et la kelpie, suit son résonnement. Ce disant que c’est justement parce que les proies sont capables de prendre des risques pour boire au point d’eau que le prédateur sait qu’à ce point d’eau il y aura toujours des proies et qu’il pourra manger à sa faim. Heureusement que les proies mesurent les risques pour savoir si elles peuvent le prendre. Sinon elles resteraient bien cachées et certains mourraient de faim.

Un bruit sur la coque tu bateau  interpelle Maebh. Jusqu’à maintenant, l’idée que ce soit l’un de son engeance qui soit responsable de la disparition de ces humains ne l’avait pas effleuré, car elle s’en serait rendu compte. Mais tout à l’eau elle n’avait croisé, aucuns restent humains qui puisse lui mettre la puce à l’oreille. Et pourtant ce bruit. C’est tellement leur style de faire ça. Les kelpies sont trop joueurs pour se priver du plaisir de flanquer une frousse de touts les diables aux humains. Une autre harde peut être ? Elle sait que jamais l’un des siens n’irait en l’encontre des décisions prise de façon collégiale…sauf peut être…

«Yuli… »

Le nom du plus jeune de la harde sort de sa bouche dans un soupir de désespoir profond. Aurait-il dépassé les limites à se point pour s’opposer de façon dangereuse à l’aegir et toute la harde ? Le jour fatidique serait-il arrivé ? Le masque de femme fragile de la kelpie tombe un court moment révélant la puissante créature qu’elle est en réalité, un visage fermé et sans âge, des traits impénétrables, un regard résolue dans lequel on peut lire tout le poids de sa fonction. Un conseiller, un chef, quelqu’un que l’on suit naturellement pour sa sagesse et sa force. Le pilier de toute une communauté, aussi petite soit-elle devenue au fil des âges. Bref  une eagir.

Maebh se rend compte que Camille la regarde et l’interroge d’un regard. Elle remet le masque sans honte ni gène d’avoir été vue par lui. Les autres étant bien trop occupés à rester tétaniser ou à se précipiter dehors. La faë fait un sourire innocent comme pour dire « Ce n’est pas moi, regarde je n’ai pas bougée ». Puis elle pose un doigt sur ses lèvres, mime le « chut » et fait un clin d’œil tout en se levant.

«Nous devrions aller voir. »

Absolument pas inquiète par les cris, elle s’engage dans le couloir en prenant garde a ne pas se faire bousculer par les humains. Serte, se serait très drôle que, par contact avec le fer des murs, elle perde son illusion, sa ne ferait que rajouter à la panique générale, mais du cou ils seraient tellement occupés à l’accuser et elle a les tuer pour supprimer les témoins, elle ne connaitrait pas le fin mot de l’histoire. Car si c’est bien Yuli, il faudra qu’elle prenne des mesures punitives et cette fois, la clémence excessive dont elle fait preuve envers lui, ne le sauvera pas. S’il met toute la harde en danger et qu’en plus il attire sur eux les foudres des éminences grises, la aegir ne pourra pas laisser passer. Ils réclameront un châtiment pour la aegir car c’est el le la responsable de la harde.

Sur le pont elle se dirige d’un pas rapide vers la rambarde pour se pencher par-dessus bord et scruter les eaux à la recherche d’une forme chevaline noire. L’odeur du sang humain est présent dans l’atmosphère elle le sent. Mais voilà, il fait déjà nuit. Les yeux de la kelpie ont beau être habitués a regarder dans els eaux sombres elle ne voie pas dans le noir pour autant. Pourtant elle voie… Et pars dans un rire cristallin.

Là dans l’eau quatre formes se massent, leurs têtes sortent de l’eau dans la pénombre qu’offre le spot du bateau, on les confondrait avec des silhouette humaines, mais Maebh les connait que trip bien pour se tromper. Alors c’est eux qui fessaient tout se raffut contre la coque du bateau. Ils ont due la suivre tout à l’heure sous sa vrai forme et la voyant foncer sous un bateau pour le percuter, ils se sont pris au jeu et l’ont imité. Les faës attirent naturellement les animaux sauvages, à tel points qu’ils n’y font pas toujours attention.

«Alors s’est vous les sirènes qui font tant peur aux humains ? »

La faë s’adresse au groupe de lamantins qui font des pirouettes dans l’eau et percute de tant à autre la coque. La voilà soulagé, Yuli n’est pas responsable. Ils la regardent et même l’appelle. Ces créatures paisibles adorent nager avec elle.

Pourtant cela n’explique pas l’odeur du sang humain qui sature son odorat.

En l’entendant rire, les humains se tournent vers la rousse penchée par-dessus. Sur leur  visage on peut lire un mélange de peur, de suspicion, de colère, d’incompréhension, bref tout se que l’on peut trouver sur le visage de quelqu’un qui la peur au ventre prend le large et se demande s’il n’est pas en présence de sa peur, personnifiée sous ses yeux dans les traits d’une magnifique créature, telle une sirène attirant les marins à elle pour mieux les noyer.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3995-melanie-abigail
Camille de Briene
Wiccans
avatar

Wiccans


Identification
Emploi: Accordeur/ Agent de l'Ordre
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: L'eau ça mouille [TERMINE]    Mer 9 Déc - 21:03

D'un pas pressé Camille avançait suivant de près la Faë, le rythme de cette dernière étant bien trop lent pour lui qui avait envie de courir. Lui qui avait envie de monter par quatre les marches en acier qui menaient sur le pont. après d'interminables secondes ils atteignaient enfin le pont. Camille d'instinct voulait prendre sur sa droite, mais voilà que Mélanie prenait à gauche. Il décidait donc de la suivre, car elle était bien plus sensible que lui à nombre de chose. Son sabre était dégainé, le fourreau lâché sur le pont.  Camille était debout sur la rambarde du bateau se tenant à une corde de la main gauche sabre en main droite à chercher dans l'eau avant de voir un spectacle peu commun. D'abord il cru à des humains, puis très vite cette première impression se dissipait au fur et à mesure que son inquiétude augmentait.

- Nochtann an mbealach !( Montre moi le chemin )

Vif, le Wiccan se retournait et cherchait des yeux sur le bateau. Mais voilà, il ne voyait rien d'anormal. D'un bond il revenait sur le pont, il se mit alors à chuchoter et des runes de couleurs violettes commençaient à se dessiner sur son Katana. Des runes qui s'illuminaient intensément avant de s'éteindre petit à petit. Camille tendait sa main libre vers le ciel et au fur et à mesure que la magie du sabre se dissipait, sa main s'illuminait avant de lancer une boule violette dans le ciel. Cette dernière explosait silencieusement en centaines de petits flocons violets luminescents permettant ainsi d'éclairer le bateau et les eaux alentours.Cette lumière fluorescente était semblable à ce que l'on pouvait trouver avec des néons lumière.

Son regard changeait du tout au tout à la vue de ce spectacle. Une grande trainée de sang sur le bateau. Ses sourcils se fronçaient et son air aimable avait laissé place au regard de quelqu'un horrifié et prêt à en découdre. lentement, il suivait la trace. Où pouvait bien être le Capitaine ? Tout d'un coup il était persuadé qu'il était dans le coup... Si cette scène s'était répétée plusieurs fois, il aurait bien fallu effacer les traces à un moment ou à un autre ! Puis, il se dit que tout l'équipage serait dans le coup...Peu probable...Ce soir cela avait du déraper.

Au fur et à mesure qu'il avançait il regardait en arrière pour jeter un coup d’œil à Mélanie et aux marins. Mais voilà, il se devait d'avancer. Au bout de quelques secondes, il se rendit compte que c'était calme, bien trop calme et que ce qui devait apparaître apparaitrait dans les secondes suivantes. De prédateurs à prédateurs, tout le monde se comprenait ici. Ne manquait plus qu'à savoir qui chasserait qui.

- Allez vous mettre dans la soute!

Un fracas se fit entendre, une chose assez lourde venait de " tomber " sur le bateau. Alors que la panique montait et que les cris se firent entendre Camille se retournait et pu enfin se trouver face au "problème". Un ours polaire au pelage violet. Bon, son pelage était blanc mais les particules du sort de Camille lui donnaient une couleur violet fluorescent. Ce qui fit hésiter Camille une seconde. La créature avançait puis se dressait sur pattes pour le frapper d'un coup. Agile, le Wiccan s'échappa de se coup de justesse. Ses yeux entrevoyaient la Faë à sa droite. Et les marins qui s'engouffraient dans les cales pour se cacher. Cette saloperie savait nager, sinon il l'aurait bien noyé...Mais voilà, il aurait bien aimé une idée de génie là pour le coup.
Revenir en haut Aller en bas
Mélanie Abigail
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Orfèvre
Age apparent: 25
Dangerosité:
23/30  (23/30)

MessageSujet: Re: L'eau ça mouille [TERMINE]    Jeu 10 Déc - 9:59

Quel acrobate ce sorcier ! Maintenant la faë sait d'où venait cette impression de danger en voyant le sabre à la main de Camille. Nul doute que cette lame est capable de lui procurer milles douleurs.

« Taobh thiar duit ! » Derrière toi

Elle n'était pas certaine que son gaélique soit parfait depuis le temps, mais c'est un réflexe chez elle, lorsqu’on lui parle une langue qu'elle connaît elle répond dans cette langue. C'est un pli qu'on pratiquement tous les kelpies, et qui est très facile à prendre quand on a pas de langage parlé.

Sans bouger, elle suit du regard Camille et regarde avec attention son petit manège. Plutôt esthétique en tout cas. La magie qu'il pratique n'est pas désagréable à regarder. Les flocons violets donnent une assez bonne vision de la scène de violence qui s'est dérouler ici. Un petit claquement de langue suivit d'un sifflement de serpent désapprobateur s'échappe de la faë. Elle est maintenant certaine qu'il ne s'agit pas de Yuli, pas plus d'un autre kelpie voir même d'un faë. Il n'y a ici que sa propre magie et celle du sorcier. De plus jamais l'un d'entre eux ne ferait un festin aussi...voyant.

Alors que Camille regarde partout sauf là où il devrait et exhorte les marins à rentrer dans la soute, Maebh suit ses sens et remarque bien avant tout le monde l »'ours » polaire qui s’apprête à sauter du toit du bâtiment pour atterrir lourdement sur le pont. Est-il nécessaire de préciser qu'il s'agit là d'un métamorphe ?

Quel imbécile, tel un papillon de nuit, il se jette sur la source de lumière sans se rendre compte qu'il est passer à côte du seul être vraiment dangereux sur ce bateau. Son manque de perspicacité vexe la faë. Si on ne peut même plus faire confiance aux animaux pour reconnaître les vrai prédateurs où va le Monde ? Parlons en du Monde... ah non ce n'est pas vraiment le moment. Mais vraiment...

La faë regrette de ne pas avoir pris avec elle un flacon de méthanol avec ça, elle l'aurait littéralement allonger la bête. Au lieu de ça elle ne dispose que d'un bon whisky. On fera avec... D'une traite elle fini le contenue de sa flasque et s'approche d'un mage. Pour lui chuchoter gaiement à l'oreille :

« Si je t'aide à terrasser le nounours tu me devras une faveur ? »

Elle n'attend pas la réponse à sa question rhétorique et appelle à elle la magie de la Nature qui l'a fait naître il y a bien longtemps. Le lien se créer, relient son sang à celui de l'ours. Elle sait très bien que les métamorphes sont plus résistant que les humains, même à cette arme là. Mais soyons honnête une telle quantité d'alcool en une seule fois, surtout que la faë fait bien en sorte de garder toute l'eau du liquide ambré en elle... Un flot d'éthanol pur apparaît dans les veines de l'ours polaire alors qu'il quitte le corps de Maebh. Bien sûr l'action n'a pas de manifestation physique, sinon il serait bien compliqué de chasser les humains. Seuls ceux qui peuvent ressentir la magie, sont à même d'entrevoir se qui vient de se passer.

Le métamorphe qu'en à lui retombe sur ses pattes, incapable de tenir « debout », il titube un peut. Ah l'alcool... Il fut un temps où Maebh aurait lancé une malédiction et l'aurait noyer avec l'eau qui compose son propre corps, mais voilà aujourd'hui tout ce qu'elle est capable de faire. Rapide comme l'éclair, la faë se retourne à côté de lui. Ça se n'est pas de la magie, ce n'est que du muscle. Moins rapide que dans sa véritable apparence, mais plus rapide qu'un humain athlétique. Pareille pour la force.

Satisfaite et toujours avec un sourire innocent, la grande rousse emprisonne de ses bras le coup de la bête et commence à serrer. Oui la scène peut paraître ridicule, une grande perche au physique celtique d'un autre temps qui tente une prise de catch sur un ours polaire complètement bourré. Et pourtant ça à l'air de fonctionner. Le métamorphe tente de se débattre mais son organisme n'a pas encore éliminé le poison et ses mouvements sont lents et maladroits. Si bien qu'ils finissent à terre, mais Maebh ne lâche pas. Elle ne s'est pas souvent battue dans sa vie, se son les mâles qui apprennent à se battre, mais elle s'est déjà frottée à Scotty et Yuli, alors un ours polaire sensible à l'alcool, ne lui fait pas si peur même dans son illusion. Et puis au pire il reste le sorcier.

La faë regarde Camille pour voir se qu'il va faire. S'il la laisse faire, elle relâchera sa prise lorsqu'il manquera d'oxygène et tombera dans les vapes. La kelpie ne le tuera pas. N'étant pas une adepte du meurtre gratuit, elle ne tue que dans deux situations : nourrir et protéger.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3995-melanie-abigail
Camille de Briene
Wiccans
avatar

Wiccans


Identification
Emploi: Accordeur/ Agent de l'Ordre
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: L'eau ça mouille [TERMINE]    Jeu 10 Déc - 22:03

On lui chuchotait à l'oreille. Étrangement, ce n'était pas le moment pour du chantage, encore moins quand cela semblait être de l'humour. En tout cas aux yeux de Camille, ce dernier ne répondit pas serrant juste plus fort son sabre. Ce qu'il ne savait pas c'est qu'il resterait sur le cul dans les secondes suivantes, oui. " L'univers " de la magie n'offrait que peu de limite à ses yeux, mais là pour le coup il était quand même étonné. Peut-être par l'absurdité de la chose ? Camille était gêné, de quoi ? De peut-être trop bien comprendre l'état dans lequel se trouvait le métamorphe actuellement.

Une chose est sure, l'ours était maîtrisé même si Camille restait assez incrédule face à la scène qui se présentait à lui. Mais quoiqu'il en fut, il ne perdait pas à l'esprit le contrôle de la bête. Ses yeux verts cherchaient partout le Capitaine mais il n'était nul part. Rapidement, en trottinant il fit le tour du pont mais rien. Le Wiccan concluait alors que ce dernier devait être le métamorphe. La victime devait quand à elle être déjà par dessus bord. La colère le prit quelques secondes, et alors qu'il s'approchait de l'ours pour lui enfoncer sa lame dans la gorge il se retînt hochant à la Faë lui faisant signe de continuer pour le mettre KO. Calme cette fois-ci, il extrayait son téléphone et composait un numéro.

- Allo. Oui. Il va me falloir de quoi transporter un métamorphe Ours Polaire. Oui. Je ne vois que ça. Non, je ne sais pas ramener un bateau... Je vais voir ce que je peux faire.


Camille raccrochait puis soupirait. Il leur fallait ramener le bateau sur le port pour que ses " collègues " viennent extraire la cible. Voyant que l'ours faisait un peu trop de résistance, le Wiccan tendit sa paume vers l'Ours. Si ses sorts marchaient sans son sang, c'était parce qu’il avait préalablement trempés ses talismans dans le sang. Cela lui évitait des manipulations trop longées.

- Shock.


Ses mots étaient à peine chuchotés, mais la violence du sort était notable. De l’énergie s'accumulait dans le creux de sa paume, cette énergie aspirant avec elle plusieurs particules luminescente se concentrant jusqu'à obtenir une charge assez importante. Une fois chargée, la vague d'énergie partit comme l'effet d'une balle à pleine puissance sur l'Ours l'assommant pour sur. Lentement, il soupirait puis se tournait et criait à un marin de venir pour ramener le bateau sur la berge. Le Capitaine n'était pas le seul à savoir naviguer, heureusement pour eux.

- C'est bon! Quelqu'un doit ramener le bateau! * Il se tournait ers la Faë * Il faudra le donner à des autorités compétentes.


Il parlait évidemment du métamorphe. Des membres de l'Ordre attendrait sur le port pour venir chercher l'Ours. Ils feraient surement ce qu'ils avaient à faire. Ses ordres étaient de trouver la raison des disparitions. c'était fait, il n'avait aucune obligation de le tuer. Alors, autant éviter. Un marin remontait lentement apeuré, Camille faisait barrage à ce dernier pour qu'il ne vienne pas vers l'Ours et lui montrait la cabine de navigation pour que celui-ci les ramène à bon port. Quelques secondes plus tard. Le bateau prenait la route vers la côte laissant les particules lumineuse derrière retomber lentement dans l'eau avant de s'éteindre.
Revenir en haut Aller en bas
Mélanie Abigail
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Orfèvre
Age apparent: 25
Dangerosité:
23/30  (23/30)

MessageSujet: Re: L'eau ça mouille [TERMINE]    Ven 11 Déc - 9:15

Maebh commence à se lasser de ce petit jeu. Elle regarde Camille faire le tour du pont. Mais qu'est-ce qu'il cherche à la fin ? S'il y avait un autre outre elle l'aurait sentit mais à part celui qui faire partie de l'équipage, il n'y a qu'eux. Ah ? Il revient vers l'ours, il est prêt à le transpercer de sa lame. Maebh appréhende un peut l’instant sans rien laisser paraître. Plus par excitation que par crainte d'être touchée. Mais finalement il renonce et lui fait signe de continuer.

Mais la faê ne l'entend pas de cette manière. Le métamorphe commence à reprendre des force, son corps élimine peut à peut l'alcool le rendant plus fort d'instant en instant. Imperceptiblement, la kelpie relâche un peut sa prise pour laisser à l'animal plus d’amplitude de mouvement. Sa témérité lui vaut une estafilade sur l'épaule. Remarquant l’agitation, le sorcier assomme l'ours polaire. Avant de sommé un matelot de ramener le bateau au port.

Tout ça sans décrocher un mot à la faë. L'aurait-elle effrayé ? Elle lui donne un coup de main, lui évite un combat dangereux et l'utilisation de magie qui elle le sait plus ou moins fatigue les humains et lui il l'ignore. Voilà ce que l'on gagne à vouloir aider des humains. La « chasse » au métamorphe n'était qu'une excuse pour créer un lien avec un mortel qui promettait d'être intéressant, une fois débusqué, il devenait un obstacle. Maebh est d'un naturel patiente pour une kelpie et pourtant, ce soir il s'est calée sur le rythme des humains et a voulue accélérer les choses.

Elle s’assoie sur le ventre de la bête, une petite mine boudeuse sur le visage. Même comme ça, elle reste d'une beauté à couper le souffle. Il y a des moments comme ça où elle maudit son illusion, toujours impeccable toujours immaculée. Elle voudrait de temps en temps inspirer un peu plus de crainte, au moins les humains ne serait pas surpris quand elle passe de la douceur et la violence. Mais bon, la Grande Nature l'a ainsi faite.

A des autorités compétentes ? La faë a un sourire ironique sur le visage. Il veut remettre le métamorphe à des autorités, alors qu'il y a quelques minutes à peine il était sur le point de le tuer sans aucunes hésitation dans le regard. Mais bon, si ça lui fait plaisir de se mentir à lui même, Maebh ne dira rien et le laissera tranquille. De toute façon son intérêt a diminué maintenant qu'il ne lui accorde plus d'attention. Et oui, les kelpies sont capricieux. Elle aurait bien sautée à l'eau pour rejoindre le port, bien plus vite que ce bateau si lent, mais elle est lasse et donc accepte de se laisser porter jusqu'à la terre. Pour ce qui est du métamorphe, elle n'y porte aucuns intérêts. Celui-ci était bien trop stupide.

Maebh se lève pour s'approcher de l’arrière du bateau et regarde les étincelles violettes disparaître au loin. C'est très beau et lui rappelle des souvenirs lointains. Est-ce que ces résidus ne sont-ils pas nocif pour la Nature et ses enfants ? Elle serre les points. Il faudra qu'elle revienne plus tard pour vérifier que Camille n'a rien abîmé. Si tel est le cas, elle possède deux liens sur liens, l'un est très faible serte, mais c'est suffisant pour lui jouer des mauvais tours. Elle reste là, tourner vers le grand large, le vent fait voler ses cheveux faiblement.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3995-melanie-abigail
Camille de Briene
Wiccans
avatar

Wiccans


Identification
Emploi: Accordeur/ Agent de l'Ordre
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: L'eau ça mouille [TERMINE]    Sam 12 Déc - 19:58

Reprenant son souffle et son calme, Camille revenait petit à petit à lui. Le jeune Wiccan était comme ça, il y avait une espèce de dualité en lui. Et quand la colère le prenait il se terrait dans un mutisme profond. ce qui n'était pas plus mal...Qu'avait-il à dire ? Le cadavre du marin en question était à l'eau et il était déjà trop tard. Vu le sang, ce n'était pas joli à voir et il valait mieux laisser les autres s'occuper de leur travail. Ce n'est pas lui qui allait chercher un cadavre à moitié démembré dans une eau glaciale en plein Décembre. Certainement pas. Ses mains tremblotaient un peu après coup, l'adrénaline et de la peur. A aucun moment l'Irlandais n'aurait supporté une victime de plus alors qu'il était sur les lieux. Peut-être pour ça qu'il leur avait aboyé de rentrer se cacher.

Fait est en tout cas qu'il était dès lors en pleine possession de ses moyens et se dirigeait alors vers la Faë. Ils n'avaient pas échangés ne serait-ce qu'un mot et il fallait avouer qu'il n'avait pas apprécié ses dernières paroles. Surement parce qu'il se sentait plus touché par la mort qu'elle. Mais ainsi étaient les choses, et alors qu'il s'accoudait à la rambarde, il soufflait lentement pour évacuer le stress précédent et disait:

- On dirait que ces marins vous doivent une fière chandelle... Quel genre de faveur je devrais vous offrir alors ?

Camille souriait un petit peu, il restait malgré tout sympathique. Le garçon à la bonne bouille revenait petit à petit mais il fallait lui laisser un peu de temps pour gérer aussi. Il n'était pas au dessus de tout. Donner la mort ne le gêne pas, mais les morts innocentes le déroutent, c'était une chose qu'il savait déjà depuis longtemps le concernant. Il préférait rebondir et ne pas frustrer car après tout elle avait aidé et même sauvé ces marins. Si Camille pouvait en échange lui rendre service là où ces marins ne pourraient pas. Alors il le ferait.

Au loin, les particules violettes qui entraient en contact s'évanouissaient illuminant à peine l'eau de leur dernier éclat. Pure énergie, la Faë pouvait surement ressentir qu'il n'y avait maintenant aucune conséquence à la nature avec cette magie. Après tout, même si les Wiccans savent détruire, ils sont surtout là pour préserver et faire valoir la vie.

- Vous avez des choses de prévues si ce n'est pas indiscret ?


Camille faisait la conversation. Il avait toujours été ainsi. Chercher à prendre contact, tisser le lien. Quelque part au fond de lui il ressentait une frustration puisque le dialogue s'était interrompu entre eux deux. Il essayait intelligemment de renouer le contact, de faire le premier pas. Sans forcer bien entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Mélanie Abigail
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Orfèvre
Age apparent: 25
Dangerosité:
23/30  (23/30)

MessageSujet: Re: L'eau ça mouille [TERMINE]    Dim 13 Déc - 2:00

Même si elle l’a sentie approché, Maebh fait mine de rien. Déçut du comportement du sorcier. Elle s’attendait à le voir tuer le métamorphe. Finalement elle s’était trompée. Une soirée de perdue pour elle… c’est pas grave elle se rattrapera sur la fin de nuit. Elle trouvera bien un autre lapin, du genre appétissant et elle le rapportera à la maison. Ça fera plaisir aux filles, peut être même aux garçons même si ce n’est pas son rôle. Scotty fera une réflexion. Elle leur racontera sa soirée, Yuli se moquera d’elle d’avoir été bonne poire au point d’aider un humain sans aucunes garanties. Mordhim fera un sourire polie et les filles sermonneront le jeune. Et voilà, le reste de la nuit est bouclée… A moins que…

La faë lève un sourcil interrogateur. On aura tout vue. Des marins qui doivent quelque chose à un kelpie. C’est maintenant qu’il se pose la question ? Il n’aurait pas pue le faire avant. Avant que l’étincelle ne s’éteigne. Maintenant qu’est-ce qu’elle en a faire de son sentiment de redevabilité ? Pas grand-chose pour être sincère…D’un autre côté, la grande rousse se demande jusqu’où est capable d’aller l’humain. Et puis, elle aime bien son joli sourire.

«Tout dépend de la valeur que vous donnez à mes actes…Mais pas d’inquiétudes, vous avez du temps pour y réfléchir.»

Un ton d’indifférence dans la voix. Au risque qu’être à nouveau déçut. Elle se laisse aller à se poser la question. Jusqu’où va-t-il aller ? Oh elle ne s’attend pas à monts et merveilles. Mais la moindre des choses serait un merci sincère. Bien sûre, elle ne le réclamera pas, sa fierté de fée en prendrait un trop grand coup. Et puis c’est bien plus drôle quand un humain se lié de son plein grès.

Oh ? Maebh daigne enfin tourner la tête vers Camille. Là il l’intéresse. Reste à savoir qu’est-ce qu’il met derrière sa proposition. Un sourire illumine enfin son visage et remplace la mine boudeuse qu’elle essayait d’afficher jusqu’à maintenant.

« Là encore, tout dépendra de ce que vous allez me proposer. Et non, ce n’est pas indiscret.»

La harde peut bien attendre un peu. Le rendez-vous de ce soir n’est pas officiel. C’est juste le point de rendez-vous si on n’a rien de plus intéressant de prévue. En l’occurrence passer la soirée avec un joli lapin de sorcier c’est plus intéressant que les plaisanteries douteuses de Yuli.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3995-melanie-abigail
Camille de Briene
Wiccans
avatar

Wiccans


Identification
Emploi: Accordeur/ Agent de l'Ordre
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: L'eau ça mouille [TERMINE]    Mar 15 Déc - 9:32

Tout d'abord, la Faë est dans l'indifférence. Caractère nouveau pour la soirée, tant pis Camille s'en accommoderait ce n'était pas un problème, il avait l'habitude. Du moins c'est ce qu'il se disait jusqu'à ce que Mélanie change de caractère et se mette à sourire. Semblant ravie par la question de Camille et ce qu'elle pouvait sous entendre. Quelque part, cela lui faisait penser à un comportement enfantin. Un peu comme celui qui boude jusqu'à obtenir satisfaction. La question était maintenant de savoir ce qu'il avait à proposer. Qu’avait-il envie de faire ? Que pouvait avoir envie de faire la Faë ? Ils avaient au moins l'alcool en commun alors pourquoi ne pas aller boire verre dans un bar ? L'idée pour le coup lui semblait appréciable, cette soirée lui avait laissé plus qu'un gout amer et un peu d'alcool pour oublier ne lui ferait pas de mal.

- Hmm... J'ai bien envie d'aller dans un bar boire un verre pour ma part. J'en un connais un plutôt bien où il y a toujours du monde et où l'on peut dire que c'est plutôt...Animé.

Animé était le moins qu'on puisse dire, ce bar faisait des soirées à thème et la dernière fois qu'il y avait été il s'était retrouvé à boire des shooters posés en équilibre sur la cambrure de mecs qui étaient venus en caleçon amuser ces dames. Des trip-teaser en somme. Mais bon, Camille n'est pas du genre à laisser les autres s'amuser seuls et il s'était donc prêté au jeu. Le jeune Wiccan avait d'ailleurs rencontré une demoiselle sous les effets de l'alcool dont il n'arrivait même plus à se rappeler le visage...Oui bon des fois, vaut mieux ne pas trop pousser le bouchon avec l'alcool.

- C'est plutôt sympa, ils font des soirées à thème assez régulièrement et je crois que ce soir est l'une de ces soirées. Par contre je ne saurais pas dire quel type de soirée ce serait. Bon, allez c'partit.

Le bateau arrivait à quai lentement. Il restait deux trois consignes à donner aux marins. Alors qu'il se reculait il s'allumait une cigarette, en voilà une qu'il n'avait pas volé d'ailleurs. Il se retournait d'un coup aspirant la fumée évitant les parties ensanglantées du bateau puis arrivait au niveau de celui qui pilotait alors que les autres marins arrivaient.

- Ceux qui veulent rentrer, rentrez. Ceux qui veulent prévenir le BIAS faites le. Sachez juste qu'ils ne viendrons pas si vous ne les avez pas appelé...Et comme vous ne les avez pas appelé jusqu'ici je me dis que vous avez de bonnes raisons de ne pas le faire. Alors suivez mon conseil, rentrez chez vous et commencez à pêcher de jour.


- Léonard! Tu nous laisse seuls ? On fait quoi de cet enculé ?

- Hmm. Ouaip. C'est finit, suivez mon conseil rentrez chez vous. Les choses iront mieux demain déjà.

Avant de quitter le bateau Camille déposait son sabre sur le côté et son pistolet aussi. caché derrière une caisse pour que les marins ne les repères pas et ne soient pas tentés. rapidement il envoyait un message avec son téléphone avant de le ranger et de souffler la fumée de sa cigarette. Ses " collègues " dont il ne connaissait rien récupérerait son matériel et il le récupèrerait d'une manière ou d'une autre en suivant les instructions de l'Ordre. Pour l'heure, il voulait juste quitter ce bateau. Agile, il fit un bon pour accéder au ponton ou l'équilibre et la stabilité de la chose lui procura un plaisir sans précédent. Dans un soupire de satisfaction il se sentait enfin droit dans ses bottes. Le jeune Wiccan supposa que la Faë voudrait poser des questions, mais l'un comme l'autre ils devaient savoir qu'il y a des questions qui se doivent de rester en suspend.

- Si vous êtes prête Mélanie, je le suis.
Revenir en haut Aller en bas
Mélanie Abigail
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Orfèvre
Age apparent: 25
Dangerosité:
23/30  (23/30)

MessageSujet: Re: L'eau ça mouille [TERMINE]    Ven 1 Jan - 23:23

Proposition pour le moins banal, sauf s'il fait référence à un bar en particulier, mais... Maebh regarde le sorcier de haut en bas avant de secouer la tête...c'est pas trop le genre. On ne peut pas dire qu'elle n'aime pas la présence des humains, même s'il arrive qu'ils lui tapent sur les nerfs. Il ce trouve que ce soir ce n'est pas le cas alors pour quoi pas suivre Camille dans sa tournée des bars. Si en plus il y a une soirée à thème, ça veut dire que se ne serra pas un simple bar avec juste ses habitués piliers de comptoir. Sa fait un petit moment qu'elle ne sait pas rendue dans ce genre d’établissement sans un autre faë pour ne pas dire sans un autre kelpie. Elle n'a pas non plus l'habitude d'entrée déjà accompagnée dans un bar. D'ordinaire, elle rentre seule et repart avec quelqu'un. Mais...ça ne fait pas de mal de bousculer ses habitudes de temps en temps.

Elle ne répond pas à Camille mais affiche tous les signes du consentement, avant que le bateau n'arrive à quai. Voilà autre chose dont la kelpie n'a pas l'habitude, sortir de l'eau part un bateau. Toujours là, elle regarde au loin le maigre reflet de la lune sur l'eau. Dans l’obscurité se dessine l'illusion des paysages de sa terre natale. Montagnes sombres dont les racines s'enfoncent dans les abysses des eaux noires des lochs. Terres de légendes et de magie perdue.

« Tombes de mes frères quand donc vous rejoindrais-je ? »

Ces derniers siècles ont été des plus dur pour toute son espèce et elle à vue la magie de tous diminuer de façon alarmante. Fini le temps où d'une simple parole elle pouvais noyer un homme dans sa propre eau, où tous les pouvoirs kelpies étaient siens. Maintenant les hardes ne savent utiliser d'un seul de leur dons. Quand viendra le jour où même les illusion disparaîtrons ? Quand les hommes seront allés trop loin. Ce jours sera peut être la veille d'une guerre des plus étrange...Mais la kepie ne veut pas y penser pour le moment. Non ! Les hommes doivent pouvoirs être éduqués. Elle l’espère du plus profond de son être, car dans le cas contraire cela signifierait la mort de sa harde et de tous les faës.

Une secousse réveille la grande rousse, le bateau à touché terre, la croisière est terminée. C'est quand même avec soulagement qu'elle descend de cette épave ambulante. En route elle remarque le petit manège de Camille. Si déjà la lame était capable de la mettre mal à laisse, la vue d'une arme à feu provoqua une petite décharge électrique à la base de la nuque de la belle. Elle n'en laisse rien paraître comme à son habitude te ne marque même pas de pose dans sa marche. Pour quoi possède-t-il se genre d'arme alors qu'il utilise la magie ? Voilà une question qu'on pourrait se poser. Dans un coin de sa tête, elle trotte sûrement pourtant, ce n'est pas le genre de question qu'elle pose. Non pas par pudeur, mais seulement parce que la réponse, elle en est certaine, ne comblerait pas sa curiosité. Alors pourquoi faire des phrases inutiles ?

« Je suis prête...hum...Léonard. »|

Elle s'adresse à lui avec un sourire malicieux. Savoir lequel est son vrais nom ne l'intéresse pas plus que ça non plus, mais elle aime bien jouer avec ceux qui s'inventent des personnalités. Après tout elle est la première à lui avoir donné un de ses noms même si ce n'est pas son nom de naissance. Elle ne cherche pas spécialement à le mettre mal à l'aise ou l'accuser de mentir. Qu'est-ce qu'un nom ? Juste un mot pour se désigner...Mais là elle radote. L'image d'un orchidée gonflée d'orgueil bien à l’abri dans son pot lui revient en mémoire...

Elle s’élance d'un pas légé dans la nuit, résolue à suivre Camille où il voudrait du moment qu'il ne tente pas de la faire monter dans une voiture.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3995-melanie-abigail
 

L'eau ça mouille [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE I: Le quartier des affaires ¤ :: ║La zone portuaire║ :: Les Quais-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit