AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Rencontre fortuite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Izolda Sokołowska
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Psychiatre
Age apparent: 32
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: Rencontre fortuite   Mar 29 Déc - 1:23

Il avait du cœur, il fallait l’admettre. Il ne semblait pas avoir aussi peur que ça de se faire attraper par la police. Finalement, elle n’avait peut-être rien à craindre si l’on pensait que seuls sont coupables s’ils ont vraiment quelque chose à se reprocher? Elle était contente que le garçon avait décidé de rester, mais aussi de manger ce chow mein. Elle n’avait aucunement faim, Izo ne pensait qu’à une chose, mais cette chose était bel et bien hors de portée.

- Les défauts peuvent parfois présenter les plus belles qualités. Les Leonbergers sont de belles bêtes, j’en suis fan de ta Tara déjà.

Recroquevillé dans le coin de son canapé, elle commençait un peu à se détendre et voilà qu’il lui trouva une photo et lui dit qu’un jour elle aura la chance de la connaitre. Voulait-il dire qu’ils allaient se recroiser? Cela serait agréable. De ses petites mains elle prit l’image et l’examina de plus près. Il y avait toujours plus à dire sur un personnage en examinant une photo de famille, là c’était le joli “chi-chi” avec son maitre et les deux sœurs. À en voir la posture, les sourires, les habits et l’endroit où la photo à été prise il était certain qu’il venait d’une famille respectable. C’était d’un temps où tout semblait bien se passer dirait-on, il doit avoir beaucoup d’amour pour ses frangines et sa chienne si il a une photo près de soi. Izolda avait la même chose avec sa sœur et son frère, une photo d’eux dans son porte-feuille; deux séparés dans un photomaton et une sorte de photo officielle de famille ordonné par sa mère chez un photographe. Elle se souvenait de ce jour, elle était entre deux aiguilles et cette photo était prise après sa triste aventure à l’hôpital. C’était dommage, elle ne souriait pas dessus et cette photo avait du potentiel.

- Il est bon de voir les photos familiales des gens, cela donne une fenêtre dans leur âme. Tu as déjà vu les miennes, hélas!

C’était dit d’un ton sarcastique, mais il y avait beaucoup de vérité. Toute sa famille, sans exception, avait un visage froid et sterne sur les photos. Elle et sa frangine étaient les seules à vraiment pouvoir montrer un peu plus d’émotions envers les êtres vivants et donner une quelconque chaleur humaine. Izolda aimait son frère mourant de tout cœur, mais il fallait le dire: il n’était en aucun cas une personne chaleureuse. Un vrai amphibien.
Quant elle pensait à la chienne du jeune garçon, Izolda comprenait que pas tous les Wiccans utilisent leur animaux de compagnie comme fusibles. Il n’était pas rare qu’elle ait un Wiccan dans son cabinet; beaucoup parlaient de leur inquiétudes au sujet fusible vs animaux de compagnie et si leur choix est correct, mais aussi de leur grand chagrin et vide si parfois ils arrivent pas à se détacher. Des sujets simples et qui en soit peuvent être réglés avec une once de volonté, certes, mais elle était là pour écouter et les aider à traverser.
La blonde avait fini son pot de yaourt et alla le jeter à la poubelle pour après disparaitre dans sa chambre quelques secondes afin de récupérer un duvet et un coussin pour son invité. Elle aurait préféré qu’il prenne sa chambre, mais c’est vrai qu’insister n’était pas convenable.

Les sirènes ont commencé à finalement s’éloigner et tant mieux, mais elle entendait toujours des gens murmurer ici et là, ce qui n’aidait pas. En posant le duvet et le coussin sur le canapé elle alla se poser une fois de plus dans le coin. Izolda observait toujours son invité de prés, avec moins de suspicion, mais plus de curiosité. C’était étrange qu’elle avait finalement réussi en quelque sorte à se faire un ami. Il semblait être gentil, il avait une bonne bouille, mais elle se doutait des choses ici et la. Enfin… non pas qu’elle voulait fouiner dans les affaires des autres, mais au final elle voulait une explication minime.

- Pourquoi la bagarre et pourquoi avoir cramé cette personne?

Son ton était curieux, en aucun cas choqué, irrité ou quoi que ça soit. Juste curieux, il avait dit et fait assez pour montrer que ce n’était pas une simple bagarre dans la rue, mais un geste prémédité fait par sa main. Était-il un chasseur de tête? Un vigilante? Elle le voyait mal être un simple ruffian qui s’amusait à tuer pour un rien. Izolda voulait des réponses.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3818-izolda-soko322owska
Camille de Briene
Wiccans
avatar

Wiccans


Identification
Emploi: Accordeur/ Agent de l'Ordre
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: Rencontre fortuite   Jeu 31 Déc - 10:05

Une fois qu'elle eut analysé la photo, Camille la reprit puis retourna à son Chow mein. Une fois sa cigarette finie, il n'en ralluma pas. c'était assez pour ce soir, la nicotine ne lui avait jamais vraiment servi à quoique ce soit sinon avoir un vice. Tout en regardant à nouveau les photos d'Izolda il amena la bière à sa bouche, surement son second vice. C'est vrai qu'il n'avait pas fait attention, mais s'il avait du donner une température à ces photos, elle aurait été froide. Cependant, Camille au niveau de sa famille ne sentait pas si loin de l'atmosphère que dégageaient les photos d'Izolda.

Alors que la tableau extérieur commençait à se diluer au rythme des sirènes se dissipant dans les ténèbres de la nuit, le jeune Wiccan se rendit compte qu'il n'y échapperait pas. Non, il n'échapperait pas à cette question et quelque part ce n'était pas anormal. Il était tout à fait compréhensible que son témoin oculaire ai besoin d'un minimum d'explications, des raisons peut-être pour ne pas parler ? Ou des raisons pour en causer. Il eut un petit sourire en coin alors que le goulot de sa bière revenait à ses lèvres. Que pouvait-il en dire ? Alors que le liquide alcoolisé descendait dans son gosier il réfléchissait à une formulation. Quelque chose qui en dirait pas trop, mais assez quand même. Il y a des choses qui ne peuvent être révélées, qui ne devraient pas exister aux yeux de personnes extérieures. Mais il y a des choses qu'on ne peut cacher. L'odeur de souffre et de chair brûlée elle est bien présente. Calmement il commençait à faire sa vaisselle.

- C'est ce que je fais. C'est ce que je sais faire. Je ne cherche pas à me justifier de quoique ce soit.

Il soupirait un peu se rendant compte que les choses étaient un peu mal présentées. Mais l'idée de faire passer ses victimes pour des " méchants " lui paraissait injuste. Non pas que la tranche des " petits enculés", comme il les appelait, ne leur appartenait pas. Juste que quelque part, lui aussi il en faisait partie. Par chance, le meurtre faisait de lui un salaud, mais la culpabilité ne le rongeait pas pour autant. Tuer ne le gênait pas. C'est ça qu'il savait faire. Camille s'essuyait les mains sur son jeans puis allait se poser sur le canapé remerciant Izolda pour les fournitures posées.

- Tout deux étaient frères, et pour faire simple je les surveillais depuis un moment. Ils avaient échappés à quelconque justice depuis bien trop longtemps. J'ai décidé d'y mettre un terme, tout simplement. Mais ne t'inquiète pas. J'ai bien conscience que ce que je fais n'est pas forcément " moral", loin de là. Je sais qu'un jour "justice" sera faite vis à vis de moi. Maiiis je m'en fou vraiment.

Alors que le tout avait été très sérieux, sur la dernière phrase il avait lâché un petit rire. C'est vrai que plus le temps passait, plus il avait de chance de se faire avaler par un prédateur plus gros. Ou tout simplement le BIAS. Camille avait des raisons, il ne semblait surement pas être un tueur sanguinaire, mais il fallait reconnaître son calme apparent. Ça ne le dérangeait pas de tuer.

- Enfin, j'ai pas envie de mourir ou quoi hein. Je déteste les avions par exemple...Ils foutent les boules! Mais, disons qu'en agissant de la sorte vis à vis d'autrui, il faut accepter que l'on puisse être la cible de telles choses. Donc pour donner les " raisons", morsures sur personne non consentantes et meurtres. Je te rassure, il m'arrive aussi de faire l'inverse. * sous entendu protéger *


Il s'enfonçait dans le canapé profitant un peu du confort de ce dernier. Izolda lui semblait être une personne charmante. Mais chacun ses fardeaux et elle n'avait pas à subir ceux de Camille. La question avait été posée et la réponse donnée. Mais jamais il ne lui expliquerait que tout cela était commandité par l'ordre Wiccan, que quelque part il y avait une " justice" extérieure au reste s’occupant des cas dont personne ne veut s'occuper. La morale à ce niveau là commençait à être très compliquée et l'humain se posant souvent en juge, il savait qu'il ressemblait à un simple meurtrier. Et objectivement, aux yeux de la loi c'est ce qu'il était. Et c'est de ça dont il n'avait rien à faire.

- Voilà! Tu sais tout, 'fin presque mais c'est déjà pas mal. Tu as le mobile si tu veux me coffrer. * il lui faisait un clin d’œil *


Dernière édition par Camille de Briene le Mer 6 Jan - 19:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Izolda Sokołowska
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Psychiatre
Age apparent: 32
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: Rencontre fortuite   Mer 6 Jan - 12:54

Chacun leur hobby, se disait-elle très souvent. Cependant, quand le hobby en question incluait faire du mal au monde, qu’il soit bon ou mauvais, elle avait tendance à froncer les sourcils. Il ne peignait pas un beau tableau en s’exprimant de la manière et c’était bien trop simple de le mettre de cette manière.
Quant il eut expliqué un peu plus sur les origines des deux frères vampires, son attention à la cause et finalement ses motivations elle serra ses lèvres. Après tout, il était quelqu’un qui se disait justicier et comme tout justicier il ne se faisait pas beaucoup des conséquences. Izolda obéissait aux lois imposés, si quelqu’un échappait à la justice il serait jugé par le divin. Il n’y avait jamais vraiment d’échappatoire pour elle, chaque être vivant doit faire face au divin, ou à soi-même vers la fin. Camille verra ses actes jugés un jour, ce jour là il s’en foutra moins, se disait-elle.

Elle savait très bien que son souhait n’était pas de mourir, il pourrait pas faire “justicier” étant mort. Les phobies de bases pouvaient faire partit de son obituaire, celle des avions se mêlait avec le vertige dans un certain sens. Izolda avait peur de certaines choses aussi; arachnophobe, elle ne voulait pas mourir toute seule sous des toiles d’araignées oublié de tout le monde. Triste situation dans laquelle elle se trouvait, où un semblant d’ami était un meurtrier. Faisait-il partit d’une organisation ou faisait-il la justice tout seul? Depuis un moment elle remarquait qu’il ponctuait tout avec une petite blague, un sourire, un clin d’œil. Chose assez typique pour quelqu’un de nerveux ou/et quelqu'un qui avait quelque chose à cacher. Le dissuader de ses activités serait gaspiller son énergie, quelqu’un qui calculait chaque mouvement et qui savait que c’était mauvais ne cherchait pas de rédemption. Sauf qu’il n’était pas mauvais, peut-être mal informé? Utilisé? Non, il y avait de l’intellect dans cette tête et venant d’une famille qui a réussi dans la vie il devait avoir une bonne éducation.
Il n’était sûrement pas seul.

- Non - dit-elle sans émotion - je ne vais pas te coffrer. J’ai besoin de quelqu’un chez moi aux moins ce soir. Il y a des choses auxquelles je ne devrais pas revenir et j’aurais honte de le faire si quelqu’un était présent… Non pas que t’es un objet. J’ai peur pour toi.

Il n’y avait pas que cela. Depuis longtemps elle n’avait pas de si bonne compagnie et elle sentait une chaleur agréable émaner de Camille à côté d’elle. Était-ce de l’attraction? Peut-être pas, sûrement une curiosité, avoir quelqu’un chez elle pour la seconde fois de sa vie à la Nouvelle-Orléans était quelque chose de spécial. Le bouleversement après avoir fait Elle émit un bâillement qu’elle couvra de sa petite main toute fine. La psy prit aussi l’occasion de réarranger sa manche car elle a eu un aperçu d’une cicatrice de plusieurs piqûres sur les veines. Il était possible que le Wiccan ait vu rapidement, mais elle espérait que ce n’était pas le cas.
Tristement elle reprit sa phrase.

- Il te faut du repos. Demain est un autre jour. Ça me peine de le dire, mais tu ne pourra pas rester plus longtemps que cela. J’espère que tu fera attention à toi. J'aurais voulu que tu restes un peu plus longtemps, mais...non. Ça serait pas une bonne idée et sacrément égoïste.


Elle était honnête aux moins, elle n’avait aucune envie qu’il apprenne qu’elle était auparavant une junkie et ces dernières années une junkie de la morsure avec de gros problèmes psychologiques. Avoir honte devant quelqu’un qui tue des être vivants et mort-vivants ainsi était comique. Il avait ses raisons, elle n’allait pas être assise à son jugement, elle en a surement entendue assez sur ses raisons. Maintenant elle espérait qu’il n’allait pas être assis au sien si par hasard les cicatrices étaient vues. Elle fatiguait assez vite. La journée a été longue, la soirée encore plus et le bouleversement causé par la chaleur qui avait émané de ses mains sur son corps entier la fit rougir. Demain était un autre jour, après tout.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3818-izolda-soko322owska
Camille de Briene
Wiccans
avatar

Wiccans


Identification
Emploi: Accordeur/ Agent de l'Ordre
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: Rencontre fortuite   Sam 9 Jan - 8:56

A son discours, Izolda fronçait les sourcils. Aux yeux du Wiccan sa réaction était tout à fait normale et il pensait l'avoir très bien compris. Elle le prenait pour un espèce de taré, elle devait le juger. Quelque part, Camille ne pouvait pas lui en vouloir, loin de là. Se sentant un peu épié il tourna la tête vers la fenêtre observant l'extérieur tout en écoutant cette dernière. Voilà qu'il servait un peu de bouche trou en quelque sorte ? Plus son interlocutrice parlait, plus il avait l'impression qu'elle s'y prenait mal, ce qui le fit sourire mais il ne lui en tînt pas rigueur.

Haussant les épaules, il se représentait à nouveau face à elle, son regard était le même qu'auparavant. Agréable, sinon réconfortant. Mais il fut néanmoins surpris du bras de la jeune blonde, ce fut bref certes mais assez distinct pour qu'il comprenne. La première seconde, il cru avoir mal vu puis finalement c'est le fait qu'elle cache son bras sous sa manche qui lui fit comprendre qu'ici elle avait quelque chose à cacher. Et que donc il en conclut la nature. Au pire, ça ne le regardais pas. Il étendait ses jambes devant lui qu'il passe l'une sur l'autre avant de croiser les bras et de s'appuyer la tête sur le dossier.

Cette position pour dormir ne lui semblait absolument pas désagréable. Il fermait les yeux, mais bien sur était toujours éveillé. De toute les manières il lui semblait peu probable qu'il s'endorme ce soir. Il y avait eut trop d'évènements en une soirée pour qu'il réussisse à fermer l’œil dans un endroit inconnu. Mais il jouerait le jeu au moins.

- C'est toi l'chef. Si tu veux t'allonger pour avoir plus de place, je peux te libérer plus de place. * amusé * Mais vu ton gabarit pas sur que tu ai besoin d'énormément de place.

Il répondait cela au fait qu'il ne resterai pas demain.  et en même temps lui faisait bien comprendre qu'il ne la jugeait pas et qu'il ne chercherait pas non plus à creuser là où surement personne n'avait sa place. Cependant, Camille avait la sensation d'avoir une dette envers elle et par peur qu'elle s'endorme trop tôt il ouvrit les yeux et lui dit.

- Si tu as besoin, un jour. Je sais pas moi, d'un verre de jus de fruit réfrigéré, tiens.

Camille sortait un petit bout de papier avec un numéro de téléphone écrit à la main. Très certainement celui du Wiccan. Évidemment il ne lui demanda pas le sien, si un jour elle voulait manger un Chow mein elle pourrait l'appeler, mais en cas de soucis aussi. Puisque ça y est, son secret en quelque sorte devait d'être révélé. Alors autant que cela puisse servir à Izolda que de savoir quelque chose d'aussi épineux.

Le jeune homme reprenait sa position se disant qu'à l'aube il libèrerait cette dernière de sa présence. La jeune femme aux yeux vairons en avait déjà assez vu et assez entendu. Quelque part, peut-être qu'elle le détesterait plus tard pour ces évènements. Si jamais un jour cela lui retombait dessus d'une quelconque manière. Alors, aussi éphémère qu’aurait pu être son passage ici, Camille voulait le rendre au moins sympathique. Camille fermait les yeux.

- Bonne nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Izolda Sokołowska
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Psychiatre
Age apparent: 32
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: Rencontre fortuite   Lun 11 Jan - 0:00

Elle réalisa à quel point ce qu'elle disait était froid. C'était dommage, elle aimait la compagnie du Wiccan et elle ne voulait en aucun cas lui donner l'impression qu'elle l'utilisait, mais il semblait plus entendre le fait qu'elle veuille qu'il soit là pour une raison spécifique que par simple relation amicale.
L'idée qu'il reste plus longtemps était tentante, mais au final elle savait que c'était égoïste pour elle comme pour lui. Une fois de plus elle semblait ne pas penser très clair, la fatigue avait quelque chose à faire avec ça, mais aussi le fait qu'elle se sentait émotionnellement drainée.  Elle avait ses démons comme il avait les siens et leur mode de vie était complètement de l'autre côté. Izolda ne savait pas vraiment où se mettre entre le comportement nonchalant du garçon et son propre sentiment de culpabilité.
Voulant continuer, mais n'ayant pas la possibilité, il lui fit comprendre que c'était « elle la chef », ce qui lui déplaisait énormément. N'ayant presque aucune initiative, elle se laissait toujours emporter par le vent et les vagues produites par les gens autour d'elle. Une boule se formait dans sa gorge, elle était triste une fois de plus et elle ferma les yeux, toujours recroquevillé sur elle-même en réfléchissant à ce qu'elle pourrait dire d'autre afin de ne pas passer pour une femme froide et mauvaise envers les gens en cas de besoin car ce n'était pas son genre. Quand soudain elle ouvrit ses yeux pour voir le Wiccan qui venait de lui passer un bout de papier avec ce qu'elle assumait était son numéro de téléphone. Peut-être qu'il n'avait pas tout prit de travers ? Elle sentait la fatigue prendre le dessus, mais elle prit le papier et le plaça dans la poche de son jumper avant de lui sourire gentiment.

- Oui. Je vais rester en contact. Je suis désolé, je n'ai pas voulu être... Je sais pas. J'ai l'impression de te jeter à la porte alors que ce n'est pas le cas. Tu as besoin de tes libertés et je peux juste imaginer que tes activités doivent rester secrètes. Cela serait impossible en restant ici, pour toi comme pour moi. Je ne suis pas en position de te juger, on ne se connais pas. Tu as... tes raisons, je comprends que l'on aille pas plus loin. Je ne te trouve pas mauvais, en soi je pense que tu es un personne avec beaucoup de compassion.

Difficile de trouver des mots appropriés quand on fatigue autant. Avant de faire et de dire n'importe quoi qu'elle regretterait le lendemain, elle se leva lentement sans déranger la position du Wiccan sur le canapé afin d'ouvrir un tiroir dans sa petite cuisine. Elle en ressortit une carte de visite blanche et toute simple sur laquelle était marqué son prénom, nom de famille, son adresse de travail, sa profession et ses deux numéros de téléphone (un personnel et l'autre professionnel). En se tournant vers le Wiccan étalé sur son canapé, elle s’avança afin de poser la carte de visite sur la table. C'était décidé, ils allaient garder contact, les numéros furent échangés. La psy s'attendait à avoir occasionnellement des nouvelles du jeune homme, elle était sûr de garder contact avec lui de toutes les manières. Camille après lui avoir « montré » qu'elle était toujours aussi vulnérable et qu'au final sa vie n'était pas aussi rose qu'elle essayait de s'en convaincre, elle lui devait quelque chose. Elle voulait lui donner son amitié. Peut-être qu'ailleurs sa dette était déjà payé ? Qui sait. Dans tous les cas, elle allait se diriger vers sa chambre quand elle s'arrêta derrière Camille qui avait sa tête sur le dossier. En se baissant un peu elle posa ses main sur les épaules du Wiccan et sa joue sur sa tête. Un petit sourire triste décorait son visage pâle, elle ne savait pas si il serait encore dans son appartement à son réveil où s'il allait prendre le chemin du retour à l'aube matinale. Cependant, aller dormir sans exprimer proprement sa gratitude envers le Wiccan serait décevant.

- Bonne nuit et... Merci.

Elle se leva et resta debout pendant quelques courtes secondes en regardant la petite horloge sur le mur qui faisait « tic, tac ». Il faisait tard, elle avait de la chance à ne pas avoir de clients au matin. Techniquement elle pourrait faire grasse matinée, mais le faire serait briser sa routine normale. Tomber dans des sales habitudes n'était sûrement pas dans ses plans ; son plan actuel était d'aller dormir. Dans son lit. Sans penser qu'il y a quelque chose sur l'étagère du haut de son armoire. Il fallait oublier si elle ne voulait pas sombrer dans son passé.
Demain est un autre jour.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3818-izolda-soko322owska
Camille de Briene
Wiccans
avatar

Wiccans


Identification
Emploi: Accordeur/ Agent de l'Ordre
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: Rencontre fortuite   Lun 11 Jan - 14:12

Camille entrouvrait les yeux quand elle posait ses mains sur ses épaules. Étrangement, il eut la sensation d'avoir le cœur réchauffé pendant quelques secondes. Bizarre, impossible pour lui d'expliquer comment cela était possible. Jamais ce dernier n'avait autant brûlé les étapes avec quelqu'un. En terme d’amitié ou de quoi que ce soit d'autre. Et il n'était pas question d'imaginer une quelconque aventure d'un soir. Camille voulait au moins être l'ami d'Izolda, à cause de ce " on ne sait quoi " qui planait dans l'air. La tête en arrière les yeux verts de Camille dans ceux vairons d'Izolda, il lui tapota l'épaule avec un grand sourire chaleureux. Appréciant le contact, Camille était curieux et emballé à l'idée de voir les jours à venir maintenant qu'il connaissait Izolda. Sa première vraie rencontre, certes fortuite, mais vraie rencontre.

- De rien. Et...Certes on ne se connait pas, mais rien ne nous empêche de remédier à tout ça dans le futur.

Izolda partait alors se coucher, le Wiccan empoignait son téléphone portable sur lequel il entrait les numéros qu'il venait de récupérer puis s'empressait de taper un message. Le sourire aux lèvres. Peut-être ne le lirait-elle que demain c'était mieux ainsi l'effet de surprise serait encore plus grand. " Allez, 'ne nuit la danseuse! :p " était le message tapé, simple mais toujours enthousiaste et chaleureux. Comme à son habitude.

Le Wiccan s'étire puis se leva en silence s'approchant de la fenêtre prenant le temps de réfléchir. Ses prochains pions devraient être parfaitement placés, l'Ordre saurait qui'il avait passé la nuit ici. Heureusement pour lui, l'autre membre de l'Ordre avait finit le travail. Oui car en général les membres travaillaient seuls, mais sur certains cas comme deux Vampires il y avait toujours un observateur embusqué prêt à faire fonctionner l'effet de surprise. Camille pourrait alors justifier le fait qu'il ne soit pas allé plus loin en disant qu'il avait éloigné un témoins oculaire pendant que son collègue finirait le travail. Soit la vérité.

Doucement, le Wiccan ôtait un de ses bracelets de perles en ébène qu'il déposait sur la table basse. Ces derniers étaient chargés de magie de feu. Izolda ne pourrait pas s'en servir, encore moins en ne connaissant pas la nature de ce dernier. Mais cela lui ferait un souvenir qu'elle pourrait garder si l'envie la prenait. Le temps qu'ils se recroisent. Puis, cela marquerait un peu le coup, cette idée plaisait à Camille. Quand l'aube pointerait le bout de son nez, Camille se serait envolé dans le plus grand des silences, laissant sur la table le dit bracelet qu'Izolda reconnaîtrait très surement.
Revenir en haut Aller en bas
Izolda Sokołowska
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Psychiatre
Age apparent: 32
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: Rencontre fortuite   Lun 11 Jan - 17:27

Izolda avait passé par la porte de sa chambre. En lâchant un grand soupir elle enleva le reste de ses habits pour se vêtir d'une chemise de nuit blanche en soie. Elle se posa confortablement sur son lit, sous la couverture et essaya tant bien que mal d'avoir un peu de sommeil. Elle se roulait d'un côté à l'autre, arraché par son envie de ressentir une fois de plus ce qui lui a été fait et par son côté sobre qui essayait tant bien que mal de lui dire : non, tu es forte.
Malheureusement, Izolda n'était pas forte et sa vie n'était pas rose. Elle sentait quelque chose d'étrange envers le Wiccan, mais ses experiences précédentes avec un Wiccan l'arrêtaient de faire quelque chose de vraiment stupide. Il fallait dormir.

Le réveil sonna à 8h30 du matin cette fois. Elle parvint à dormir 6 heures aux moins, mais étant habitué à ses 8 heures de sommeil, Izolda était "groggy". Après ce sommeil elle pensait plus clairement, toujours un peu chamboulé, mais plus en contrôle de ses "émotions", elle se leva sans plus de difficultés et enfila son track suit afin de faire ses quelques exercises matinaux. Sa souplesse a prit un "coup de vieux", vu qu'elle a arrêté la danse pour faire de la science, néanmoins elle était toujours plus souple qu'un amateur. Après ses grand écarts, les pliés et les étirements, Izolda alla vers le salon, vidé de toute présence vivante.
Elle sentit un petit pincement dans son cœur, c'était bien trop espérer de voir le Wiccan avant qu'il ne parte, mais c'était peut-être pour le mieux. En mettant la radio pour écouter les news Polonaises, elle alla se faire des œufs brouillés avec quelques tranches de tomate et du jambon. Quand elle alla réchauffer l'eau dans la bouilloire elle vit son vieux téléphone portable sur le comptoir. Elle n'aimait pas les nouveautés, du coup elle s'était acheté un vieux Nokia d'occasion et taper un texto de réponse était pas très faisable pour elle. Surtout car elle ne savait que répondre en écrivant à quelqu'un. Difficile de lire les émotions, les sentiments et le intentions des gens dans les textos, mais celui-ci la fit sourire. Elle ne voulait pas vraiment répondre, le temps s'est déjà bien écoulé et Izo se doutait qu'il n'attendait vraiment pas de réponses.

Après avoir mangé et bu son thé avec la radio qui donnait à plein fort la voix de sa mère "l’extrémiste", Izolda devait finalement faire les courses et remplir sa journée. Elle allait se diriger de nouveau dans sa chambre quand quelque chose attrapa son attention au coin de l’œil. En effet sur la table basse se trouvait le bracelet de perles en ébène de Camille. L'a-t-il laissé ici? Ou oublié? Dans tous les cas, c'était comme marquer un territoire, qu'il était là et qu'il n'allait pas être oublié de la psy ni l'inverse. La Polonaise prit le bracelet dans sa main et roula les petites perles entre ses doigts avec un sourire chaleureux avant de le passer par sa main. Il était un peu trop gros pour elle, vu son ossature fine, mais avant de passer par la porte de sa chambre elle pensa à voix haute.

- "Louis, je pense que c'est le début d'une belle amitié."
_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3818-izolda-soko322owska
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Rencontre fortuite   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre fortuite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE III : Les vieux quartiers ¤ :: ║Le vieux carré Français║-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit