AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Premiers pas en ville...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Premiers pas en ville...   Dim 19 Avr - 22:29


    Pendant quatre jours, l'iranienne était allée d'une ville l'autre en bus, pour finalement atteindre la Louisiane et la Nouvelle Orléans. De Tijuana, elle avait fait 10h de bus jusqu'à El Paso, ville du Sud du Texas à la frontière mexicaine où elle avait passé une courte nuit, pour ensuite reprendre la route jusqu'à San Antonio. Une autre nuit, et enfin de San Antonio elle avait rejoint la Nouvelle Orléans, un soir, en pleine semaine.

    Enfin arrivée, exténuée mais habituée à ce genre de trajet, je m'aperçu de l'atmosphère lugubre qui régnait dans la ville. Lugubre mais intéressante, et puis, lugubre, ce n'est pas forcément péjoratif pour moi... Le bus me déposait au centre ville, juste à côté de ce qui semblait être la Marie. La nuit tombée, les rues n'étaient pas foisonnantes, et j'évitais de croiser le regard des passants tout de même présents. Ayant un mauvais à priori sur les Etats Unis, j'étais assez pessimiste et sur mes gardes. La ville était en plus typiquement américaine, ses grands buildings et autres imposants immeubles modernes dominant les rues. Alors c'est ça...
    Posant mon sac sur le siège de l'arrêt de bus, je sortais une cigarette. Sur le panneau était affiché un plan des environs que j'observais méticuleusement. De ma poche, je sortais le bout de papier où j'avais noté l'adresse de Matthew, maintenant chiffonné, et parvenais à en extraire l'essentiel malgré la grosse tâche de café handicapant quelque peu ma lecture. Bon, c'est pas si compliqué, je devinais "Campus de l'Université de l'Ambassade", et le numéro de chambre était heureusement visible. Coup de chance, l'Université figurait sur la carte, elle n'était donc pas loin de mon emplacement actuel, la Mairie. En fait, logiquement, si je regardais autour de moi, j'allais vite l'apercevoir et... Oui, ça doit être ça, logiquement, c'est ça.
    Ramassant mon sac et l'installant sur mon dos, je me dirigeai dans cette direction, m'arrêtant dans un "Market" où j'achetai un pack de bières, histoire de ne pas arriver les mains vides. J'hésitai même à y acheter quelque chose à manger... mais m'y résignai ; il aura sûrement déjà dîné et je n'ai pas faim non plus, m'étant goinfrée de chocolats et autres chips à peu près tout le voyage, n'ayant rien d'autre à faire... Il m'en reste d'ailleurs. La caissière me toisa de haut en bas ; je lui rendis son regard froid. Paranoïaque sur les bords, je pensais tout de suite ; quoi je suis trop basanée c'est ça? Ma tenue n'est pas correcte? Tu m'as jamais vue et t'es choquée? De toutes façons, son regard n'était pas justifiable et je lui souris tout de même lorsqu'elle baissa les yeux. C'est bien... Je payai et sorti du magasin après avoir échoué dans ma tentative ranger les bières dans mon sac, les prenant à la main.

    Une fois devant les portes de l'Université, je m'arrêtai ; allaient-ils me laisser y entrer comme ça, de nuit, avec ma dégaine, ne m'ayant jamais vue dans les environs ? Je l'espérais en tous cas et me recoiffais avant d'approcher la loge du gardien. A moitié endormi, ce dernier s'adressa à moi d'une voix faible et défaitiste. « C'est pour quoi ? ... »  Je lui expliquai poliment et en toute diplomatie la raison de ma venue, et après lui avoir donné le nom et le numéro de chambre exact de Matthew, il me laissait entrer en m'indiquant plus ou moins le chemin.

    L'Université était agréable, le campus avait l'air sympathique, regorgeant de verdure. Parcourant les couloirs de la résidence universitaire le bout de papier à la main, Schahrazed eut d'abord un peu de mal à trouver la chambre, car Matthew ne vivait pas dans la résidence elle-même, mais dans un bâtiment à part. Passant devant des chambres qui avaient l'air ambiancées, musiques et rires garantis, elle se retint de ne pas toquer à une des portes pour s'y incruster, tant pis pour Matthew, de toutes façons il ne m'attend pas ... Mais elle se dit que c'était une mauvaise idée, elle ne connaissait pas encore les habitudes des américains et sûrement la prendraient-ils pour une folle égarée, une droguée, ou encore une voleuse... Enfin, c'était envisageable. Elle sortit du bâtiment, s'étant rendu compte que c'était celui des étudiants, et rejoint le deuxième petit immeuble derrière.
    Vraiment détendue et bien dans ses baskets, la jeune brune n'avait même pas réellement songé aux retrouvailles qui allaient avoir lieu dans quelques minutes. Cela faisait tout de même un certain temps qu'elle n'avait pas revu le jaguar ; pourtant, cette idée ne lui faisait ni chaud, ni froid, elle était juste ravie de revoir son vieil ami. Et puis, comme déjà dit plus haut, étant paranoïaque dès qu'elle s'attardait sur une question, il était préférable qu'elle ne réfléchisse pas trop... D'ailleurs, une idée noire lui vint dès qu'elle commença; j'espère qu'il ne va pas penser que j'ai fait exprès de venir pendant la Saison... Merde, j'espère vraiment pas... Et puis, ça se trouve, il sera avec quelqu'un d'autre, merde, j'espère que je ne vais pas le déranger... J'aurais du prévenir quand même.. Peut-être qu'il travaille ou qu'il dort, ou qu'il n'est même pas là..! Bon, ferme-la Scheh, au pire, t'iras dormir à l'hôtel, et puis s'il n'est pas content, tant pis pour lui, il ne sait pas ce qu'il rate... Ses pensées se stoppèrent net lorsqu'elle se retrouva nez à nez avec un écriteau au numéro 13. Elle vérifia sur la feuille qu'elle avait maintenant transformée en boule ; oui, c'était bien le numéro 13. En fait, toutes ses inquiétudes s'évaporèrent et elle ne put retenir un sourire. La panthère avait repris des couleurs et du poids depuis qu'elle lui avait écrit, et n'avait plus honte de se présenter à lui comme un cadavre ambulant. Enfin elle avait toujours l'air de venir d'un autre monde mais c'était plutôt positif désormais.

    Elle leva la main, toqua de trois coups rapides à la porte avant d'apercevoir la sonnette qu'elle s'empressa de presser. T'es vraiment pas sur Terre ma pauvre... Et elle attendit, sagement, que quelqu'un lui ouvre la porte...
Revenir en haut Aller en bas
Matthew Williams
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: Premiers pas en ville...   Mer 22 Avr - 17:28

Matthew travaillait à son bureau, dans l’appartement qui se trouvait dans l’un des petits immeubles résidentiels bordant le campus de l’Université. C’était une sorte de logement de fonction, loin d’être réellement spacieux mais qui contenait tout ce dont il pouvait avoir besoin. L’entrée donnait sur le salon, une pièce de taille moyenne qui servait également de bureau. De là partaient deux autres pièces, la cuisine, qui n’était pas très grande, mais avait le mérite d’être parfaitement fonctionnelle, malgré le côté exigu de l’endroit, et la chambre qui donnait elle-même sur une salle de bain mitoyenne. Le Jaguar avait même été surpris d’y trouver un lit deux places, mais ne se plaignait pas pour un sou. L’appartement possédait de nombreux rangements, en tout cas, bien suffisamment pour ranger les affaires du Métamorphe qui n’en possédait pas énormément, même si, depuis son arrivée à la Nouvelle-Orléans, il avait déjà un peu étoffé sa garde-robe qui, il y a plusieurs mois, n’était constituée que de bien peu de choses. Tandis qu’il lisait des copies, la télévision produisait un fond sonore qui le changeait du silence. C’était une émission quelconque dont il n’avait rien à faire, le seul but de cette manœuvre était de meubler l’espace sonore. Il s’arrêta quelques instants, stylo rouge à la main, réfléchissant quelques instants tout en regardant vers l’extérieur. Il faisait nuit depuis longtemps mais il n’y avait là rien d’exceptionnel à le voir encore debout. Le tas de copies situé à côté de lui justifiait aisément cela, et le fait qu’il était resté chez lui ce soir. Il s’était simplement permis de prendre un verre dans un bar avec quelques collègues à la fin de la journée pour décompresser puis était rentré chez lui, prenant au passage de la nourriture à emporter, le restaurant indien situé quelques rues plus loin n’était vraiment pas mauvais.

Il avait passé la soirée tout seul, comme ce n’était pas rare pendant la semaine. Arn et lui avaient leurs occupations respectives, sans oublier que leurs instincts n’étaient pas non plus compatibles avec une cohabitation permanente, ils restaient des félins, d’autant plus qu’ils étaient proches de leurs animaux-totems. Matthew passait le weekend chez Arn, ce qu’ils mettaient souvent à profit pour se retrouver et passer du temps ensembles. La semaine, c’était plus du cas par cas. En fonction des gardes de la Panthère et du travail du Jaguar, il n’était cependant pas rare qu’ils passent une soirée ou l’autre ensemble, dormant soit chez elle, soit chez lui. Chacun respectait l’indépendance de l’autre mais celle-ci n’avait rien d’un obstacle à leur vie de couple, bien au contraire. Et puis, il restait le téléphone pour quelques messages ou un appel s’ils ne s’étaient pas vus, sans compter que Matthew était du genre à ne pas hésiter à faire un saut-surprise à la clinique de la Métamorphe durant ses gardes de nuit, ne serait-ce que pour partager un petit snack le temps de sa pause. Ils savaient simplement être présents l’un pour l’autre, sans empiéter sur cette bulle de solitude nécessaire aux félins qu’ils étaient. Arrêtant de rêvasser, il reporta son attention sur la copie qu’il n’avait pas fini de lire et entreprit de terminer au moins celle-ci avant de s’octroyer une pause. Tandis qu’il reprenait sa lecture, annotant la copie de quelques remarques, on frappa à la porte. Il fronça les sourcils. Qui pouvait bien venir à cette heure ? Il resta pensif quelques instants avant que la sonnette ne retentisse. Apparemment, ce quelqu’un ne s’était pas trompé d’adresse. Il n’y avait surement rien à craindre, mais le Jaguar éprouvait une certaine méfiance. Ce n’était pas vraiment une heure pour s’inviter chez quelqu’un.

Il repoussa la chaise sur laquelle il était assis et se dirigea vers la porte d’entrée, s’arrêtant au passage pour couper le son de la télévision. Matthew atteignit ensuite la porte qu’il ouvrit après avoir fait faire un tour à la clef. « Bons… » Il lui avait fallu quelques courts instants pour reconnaître la personne qui se tenait sur le palier. A vrai dire, il se souvenait maintenant qu’il attendait effectivement quelqu’un. Enfin… Elle lui avait dit de ne pas se faire de soucis, à moins qu’elle ne donne pas de signe de vie d’ici plusieurs jours, mais le fait qu’elle était en route pour la Nouvelle-Orléans lui avait sorti, honteusement, de la tête. « Shacha ! » Il ne lui laissa pas vraiment le temps de dire ou faire quoique ce soit, qu’il l’enlaça amicalement, bien qu’un peu vigoureusement sous le coup de la bonne surprise. Il se dégagea d’elle avant de s’écarter de l’entrée. « Entre ! Entre ! Fais comme chez toi. » Elle semblait avoir bonne mine. Malgré tout, cela faisait plusieurs années qu’il ne l’avait pas vue et il avait certains souvenirs d’elles qui n’étaient pas très gratifiants pour la Métamorphe. Il lui indiqua le canapé devant lequel reposaient la table basse et, sur celle-ci, les restes de son repas du soir, mais c’était là quelque chose dont il n’éprouvait aucune gêne. Le reste de l’appartement était suffisamment bien rangé pour ne pas s’inquiéter de quoique ce soit à ce niveau-là. « J’ai failli ne pas te reconnaitre ! Tu veux boire quelque chose ? Manger peut-être ? » Les copies attendraient. Ce n’était pas tous les jours que l’on revoyait une amie quelque peu perdue de vue depuis plusieurs années – même s’ils correspondaient par mail sporadiquement.


Dernière édition par Matthew Williams le Lun 11 Mai - 10:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Premiers pas en ville...   Dim 10 Mai - 23:27

HRP: Vraiment vraiment désolée du temps que j'ai pris et du niveau de réponse, j'ai en gros soudainement déménagé dans une espèce d'hôtel où l'accès à internet est difficile, là je suis sur le partage de connexion du portable de ma mère, bref, pas des plus rapides, j'attendais qu'internet arrive afin d'être plus à l'aise mais apparemment, je vais devoir attendre encore un peu, donc, voilà. .__.

    Après quelques secondes d'attente à peine, la féline perçut les bruits de pas de son ami qui se dirigeait vers la porte pour la lui ouvrir. Pendant qu'elle l'entendait tourner la clef dans la serrure, elle espérait ne pas s'être trompée de porte et fut rassurée lorsqu'elle découvrit la silhouette de Matthew derrière la porte. Ne s'attendant pas à sa venue ce soir, ce qui était compréhensible, il commença par saluer un possible inconnu mais s'aperçut rapidement à qui il avait à faire, et l'embrassa amicalement. Un grand sourire arborait ses lèvres et elle lui rendit son étreinte sans hésitation, tout en étant un peu secouée, les bières à la main. « Heeey ... » Ils s'écartèrent l'un de l'autre et Schehrazade passa le pas de l'entrée après y avoir été invitée par son ami qui lui indiquait déjà le canapé.

    Toute à son aise, car en terre amie mais tout de même un peu gênée, elle s'avança dans le salon et s'arrêta avant de s'asseoir. Elle jeta un coup d’œil à la salle qui s'étendait devant elle, modeste mais cosy, tout ce qui suffisait amplement, elle n'était pas étonnée une seconde connaissant bien le Jaguar. « Cool ton appart ! Tu m'as trop manqué ! » s'exclama-t-elle tandis qu'il lui proposait à boire et à manger. « Merci, ne t'inquiète pas, je n'ai pas faim du tout, je n'ai fait que manger durant tout le voyage et j'ai apporté des bières ! J'espère que tu n'as pas arrêté, j'y ai pensé, on ne sait jamais avec toi ! » Elle s'arrêta de parler, sinon elle savait qu'elle pouvait s'emporter, elle avait tellement de choses à lui raconter, à lui demander...
    Ses yeux étaient brillants et elle lui présenta un grand sourire des plus sincères, avant de poser les bouteilles de verre sur la table basse, à côté de ce qui devait être les restes du repas de Matthew. Elle se débarrassa de son sac à dos qu'elle plaça sur le bord du canapé tout en jetant un coup d’œil à la télévision, allumée, diffusant un programme qui n'avait pas l'air intéressant pour s'attarder dessus.

    « Tu regardes la télé, toi, maintenant ? » lâcha-t-elle d'un ton ironique, se doutant bien que Matthew n'était pas concentré sur cette émission avant son arrivée soudaine. Elle se décida finalement à s'asseoir sur le canapé en silence, croisa les jambes et se tenant droite, sage comme un chat de salon. Malgré les années qui séparaient la dernière fois qu'ils avaient passé du temps ensemble, Schahrazed se sentait parfaitement bien et regretta les hésitations qu'elle avait pu avoir quelques minutes auparavant, pendant sa recherche de l'appartement. Des centaines de questions lui brûlaient la langue et elle balaya les alentours d'un regard vif et intéressé, tenant de sa nature de chasseur. Elle remarqua le bureau étouffé de divers papiers, pochettes et stylos ; un vrai bureau d'étudiant. La brune se rappela qu'il lui avait mentionné son poste de professeur d'histoire géographie à l'Université dans un des mails qu'ils avaient échangés depuis l'installation de ce dernier à la Nouvelle Orléans. Ça faisait une question de moins ; elle s'était longuement demandé ce qu'il foutait dans une université, croyant d'abord à un retour à la vie étudiante, ayant oublié le mail en question. Néanmoins, elle s'était souvenue de plusieurs détails dont il lui avait parlé dans leurs échanges virtuels en pénétrant l'appartement et en le voyant en face d'elle, en chair et en os.
Revenir en haut Aller en bas
Matthew Williams
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: Premiers pas en ville...   Mar 19 Mai - 10:29

[HRP : Pas de souci, j’ai moi-même été pas mal prit ces derniers temps et ça ne s’améliore pas trop… Un partout, la balle au centre ! ]

Matthew avait beau savoir qu’elle finirait par arriver – bien qu’il n’ait eu aucune idée de quand exactement – la surprise n’en restait pas pour le moins présente et, surtout, agréable. Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas vu Schahrazed, qu’il surnommait Shacha, pour des raisons évidentes de simplicité et, parce que, au fond, il trouvait que cela lui convenait parfaitement, compte-tenu de son animal-totem. Il n’était pas convaincu qu’elle appréciait cette appellation – en tout cas, probablement pas en public – mais, au fond, cela ne justifiait que davantage l’utilisation de ce surnom aux yeux du Jaguar. Alors qu’il refermait la porte derrière elle, il ne put s’empêcher de l’observer tandis qu’elle se dirigeait vers le centre de la pièce principale. La dernière fois qu’ils s’étaient quittés et qu’il l’avait retrouvée – complètement par hasard, d’ailleurs – elle n’avait pas spécialement eu l’air en bon état. Heureusement, elle ne semblait pas avoir replongé, ou alors elle le cachait bien. Le Métamorphe se rappelait de ses petits penchants pour certaines substances et avait essayé de l’en détourner tant qu’il était resté proche d’elle, mais, à distance, il était plus difficile de veiller sur quelqu’un. Sans compter que, un peu comme lui, la jeune femme ne donnait pas énormément de nouvelles. Sa présence à la Nouvelle-Orléans était surprenante, mais ce serait probablement l’occasion de renouer un peu avec le passé et, surtout, de se mettre à jour sur ce qu’elle avait pu faire pendant ces longs mois. Sans oublier qu’elle n’aurait probablement pas la langue dans sa poche pour lui retourner les mêmes questions. Il esquissa un sourire quand elle évoqua son appartement. « Tu m’as manqué aussi, mais j’imagine que nous allons avoir l’occasion de rattraper un peu le temps perdu. Enfin, il faudra peut-être plus qu’une soirée. » D’ailleurs, il se demanda si elle avait déjà trouvé un endroit où dormir, mais ce résigna à garder cette question pour un peu plus tard.

Il jeta un œil au pack de bouteilles de bières qu’elle déposa sur la table basse. Il ne pouvait s’empêcher de sourire, probablement parce que la perspective de passer une soirée avec la Métamorphe était plus intéressant que celle de corriger des copies sans s’arrêter. « Je ne dis jamais non à une bouteille, des retrouvailles avec toi sans bière, ça n’a de retrouvailles que le nom. » Il lui fit un clin d’œil et se dirigea vers la cuisine. « Par contre, je doute qu’elles soient suffisamment fraiches, alors, on va dire qu’on va commencer par entamer mon stock. » Il ouvrit le réfrigérateur et en sortit deux bouteilles avant d’attraper un décapsuleur, puis revint au salon avant de faire sauter la capsule de la première bière et de la tendre à Schahrazed. « La télé ? Non, c’est juste pour le bruit de fond. Je ne sais même pas ce qu’il y a en ce moment. » Rien d’intéressant, du moins, à en juger par les quelques secondes qu’il venait de regarder en répondant. Il ouvrit sa propre bouteille et déposa le décapsuleur sur la table avant de s’installer sur l’autre bord du canapé avant de tendre sa bière vers la jeune femme. « A nos retrouvailles ? » Il esquissa un sourire et trinqua avec la Métamorphe avant de boire une gorgée du liquide malté. Le Jaguar n’était pas porté ouvertement sur l’alcool, mais la saveur d’une bonne bière bien fraiche était toujours agréable, même s’il ne pourrait surement pas passer sa soirée à ne boire que ça. Il préférait de toute façon l’eau, mais c’était probablement ses années de globetrotteur qui l’avaient bien éduqué. Il remarqua qu’elle observait l’appartement, aussi se permit-il quelques explications supplémentaires. « C’est offert par l’Université. Ce n’est pas grand-chose, mais j’y suis plutôt bien. Alors, je ne me plains pas. Et puis, tu sais que j’ai déjà eu l’occasion de dormir dans bien moins. »

Sans surprise, il n’y avait pas de grandes touches personnelles pour la décoration. Quelques objets ici et là qui n’étaient définitivement pas d’origine, mais Matthew n’avait jamais été du genre à s’attacher à des possessions matérielles. Après tout, pendant de nombreuses années, sa vie tenait entièrement dans un sac à dos et dans sa tête. Il n’y avait pas besoin de beaucoup de choses pour être heureux. « Alors, quelles sont les nouvelles ? Racontes-moi un peu ce que tu as fait ces derniers temps. On ne peut pas dire que tes mails ait été très généreux sur tes pérégrinations. » Il la taquinait un peu, mais savait pertinemment que, lorsqu’on voyageait, on avait souvent bien mieux à faire que d’écrire des mails pour raconter en long, en large et en travers tout ce que l’on avait pu faire. Cependant, maintenant qu’elle était face à lui, il n’y avait aucune raison pour qu’il n’ait pas le droit à tous les détails de ses aventures. Après tout, ils avaient le temps. Il ne pouvait s’empêcher de l’observer, mais ça, c’était un peu normal. Peut-être parce que c’était presque encore un peu irréel. Cela faisait tellement longtemps… Il but une nouvelle gorgée de sa bière et la posa sur la table basse avant de s’adosser confortablement dans le canapé sans louper une miette de tout ce qu’elle pourrait lui raconter. La connaissant, il pourrait y en avoir pour plusieurs heures, mais cela ne le dérangeait pas le moins du monde, bien au contraire. Il voulait tout savoir, ou du moins tout ce qu’elle estimait qu’il avait le droit d’entendre.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
 

Premiers pas en ville...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE I: Le quartier des affaires ¤ :: ║Le Centre ville║ :: L'Université de l'Ambassade :: Le Campus-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit