AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 5 - La Trace des Faës

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Voodoo Child
Folle à lier !
avatar

Folle à lier !


Identification
Emploi: Planteuse d’aiguilles !
Age apparent:
Dangerosité:
30/30  (30/30)

MessageSujet: 5 - La Trace des Faës   Dim 25 Jan - 11:16

Il est dit que les faës peuvent cacher leur forme véritable sous une illusion dans laquelle ils fondent leur apparence physique. Malgré tout, leur véritable nature reste détectable aux yeux de leurs semblables. Les faës ne sont pas pour autant capables de voir au travers de l'illusion d'un autre faë. Ce qu'ils sont capables de voir, c'est la Trace magique que cette "conversion" laisse dans son sillage, comme à l'issu d'une transformation chimique.

La Trace
"Chasse le naturel, il revient au galop"

La Trace peut être considérée comme une forme d'aura : il s'agit d'un résidu magique que seuls les faës sont capables de voir. Ce résidu ressemble généralement à un nuage de particules. Il est fin comme un voile, la plupart du temps translucide, coloré, et parfois lumineux. Lorsqu'un faë est sous sa forme originelle, la trace n'existe pas. Ce n'est que lorsqu'il qu'il se vêtit de son illusion qu'elle apparaît.

La Trace d'un faë peut avoir une à plusieurs couleurs. La Trace fait partie intégrante du corps du faë, et comme il s'agit d'un être entièrement constitué de magie, le résidu magique lui-même possède des caractéristiques essentiellement liées à la nature de l'individu, à son identité, et donc à sa personnalité. C'est ainsi que les couleurs de la Trace dépendent essentiellement de la dite personnalité du faë et ne varient théoriquement jamais (à l'instar de l'apparence de leur illusion). Il peut arriver que la trace d'un faë change de couleur, mais c'est là quelque chose de très rare (par exemple suite à un choc post-traumatique). Notons que l'association couleur/personnalité de la Trace n'est pas liée à une quelconque signification mystique toute puissante, mais uniquement à la psychologie de la créature concernée : chaque être n'associe pas les couleurs à un même ressenti, ni ne fait les mêmes correspondances entre teinte et concept.

Citation :
Ex :

Prenons deux faës dont les principales caractéristiques sont d'avoir un caractère passionné. Le premier considère le rouge comme une couleur violente et négative qui lui inspire des choses désagréables tandis qu'il voit l'orange comme une couleur électrisante et dynamique, qui lui rappelle le fruit du même nom, symbole d'énergie. Il est fort possible que sa Trace prenne une couleur orange. L'autre faë voit le rouge comme une teinte puissante caractéristique des sentiments les plus forts et positifs qui soient, tandis que l'orange lui rappelle les couchers de soleil et la somnolence impliquée par l'heure  tardive à laquelle ces derniers ont lieu. Malgré une personnalité proche du premier faë, il y a de fortes chances pour que sa Trace tende plutôt sur le rouge.

Enfin, la Trace possède une forme particulière qui dépend uniquement de l'espèce à laquelle appartient le faë. C'est ce qui permet aux faës de se reconnaître entre eux, cela même si leur illusion est active. La liste des Traces par espèce est disponible ici.


Eclat de la Trace
"Dans une autre vie, j'étais phare de voiture."

La Trace n'a pas la même vivacité, luminosité, couleur, opacité, selon l'âge et la puissance du faë à qui elle appartient. Un jeune faë aura une trace beaucoup plus transparente, évanescente, moins visible. Un faë ancien (et puissant) verra sa Trace devenir de plus en plus tape à l’œil. Lorsqu'il fait partie d'une race chez laquelle la Trace émet de la lumière, cette lumière peut même devenir aveuglante. Tout en gardant sa forme originale, la Trace peut devenir plus volumineuse, mais ça n'est pas une science exacte et cette évolution dépend essentiellement du faë chez lequel elle s'opère.

Chez un faë agonisant faute à une carence magique, la Trace devient quasiment invisible (lorsqu'il est encore capable de garder son illusion active).

Masquer la Trace
"Pas si facile à cerner..."

La Trace n'est pas quelque chose sur quoi les faës n'ont aucun contrôle. En effet, même si elle est naturellement présente lorsque les faës sont cachés sous leur illusion, il leur est possible de la masquer grâce à un effort de volonté. Ce masquage n'est pas "binaire" : il ont la possibilité de simplement réduire l'éclat de la Trace de l'intensité qui les arrange, ou bien de la faire totalement disparaître.

Culturellement, l'acte de masquer complètement sa Trace face à un autre faë n'est pas toujours très bien accepté. Seuls les plus anciens faës peuvent se le permettre sans craindre de représailles. Parfois (notamment pour ceux qui possèdent une Trace lumineuse) on leur en est même reconnaissant. Les Éminences Grises maintiennent leur Trace fermement cachée lorsqu'elles font des apparitions masquées au sein du Conseil, et ont toujours été obligées d'en diminuer l'intensité pour éviter d'attirer l'attention sur elles ou de risquer d'être démasquées. Par conséquent et par extension, le masquage de la trace est devenu l'apanage des doyens de l'espèce, et peut même passer pour une forme d'humilité, de modestie de la part de ces êtres sans âge.

Au contraire, un jeune faë qui refusera de montrer sa Trace à un autre pourra être considéré comme arrogant, ou bien suspect. C'est un héritage du temps pas si ancien que ça où les espèces faës étaient encore hostiles les unes envers les autres et refusaient tout contact : à cette époque, paraître sous son illusion, cacher son espèce, était un acte malpoli qui pouvait vouloir dire que la personne concernée avait des choses à cacher voire souhaitait accéder à des zones du Sidh dont l'accès aurait dû lui être refusé.

Les faës ont plus ou moins de facilité à masquer leur trace.  Leur capacité de masquage en qualité comme en durée dépend directement de leur puissance magique (et donc indirectement de leur âge, ainsi que de la qualité de leur régime alimentaire). En effet, un faë qui ne se nourrit pas suffisamment d'humains sera plus facilement conduit à la carence magique, et la carence magique entraîne une perte des pouvoirs du faës ainsi que la perte du contrôle de son illusion. Qui dit perte du contrôle de l'illusion dit aussi perte du contrôle de la Trace.

Parmi les plus jeunes (moins de 500 ans) peu sont capables de le faire pendant plus de deux jours d'affilée (il leur faut "reprendre leur respiration" durant quelques heures avant de retrouver suffisamment d'endurance pour recommencer). Les faës millénaires peuvent généralement tenir plusieurs semaines sans problème. Les faës multi-millénaires peuvent quant à eux tenir des mois voire des années entières. On dit que les plus anciens d'entre eux (notamment les Éminences Grises) seraient capables de restreindre leur Trace de façon totalement ininterrompue.


La Trace et les wiccans
"Les humains, bétail et danger public par excellence."

En tant qu'humains, les wiccans ne sont pas capables de détecter la Trace (ou du moins pas de la voir comme le font les faës). Ils sont néanmoins capables de sentir lorsqu'elle les traverse : ils ressentiront une chaleur étrange associée à une nuée d'étincelles de magie courant contre leur peau. Les Éminences Grises ont récemment fait passer un message à l'ensemble des faës : Malgré l'usage voulant que le masquage de la Trace ne soit pas d'une politesse exemplaire, il est conseillé de s'y exercer autant que possible et notamment en présence d'humains pratiquant la magie.

En effet, si les wiccans ne sont pas capables de voir cette trace magique par eux-même, ça n'est pas quelque chose qui est totalement exclu d'arriver un jour : il n'est pas impossible qu'ils soient capables, grâce à un rituel qui n'a actuellement pas encore été inventé, de se rendre provisoirement sensible à l'aura des faës. Si cela devait arriver un jour, le secret des espèces encore cachées au grand public serait en grave danger. Mieux vaut donc éviter de mettre les sorciers sur cette piste en les laissant en "ressentir" trop...


Dernière édition par Voodoo Child le Mar 3 Mar - 13:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voodoo Child
Folle à lier !
avatar

Folle à lier !


Identification
Emploi: Planteuse d’aiguilles !
Age apparent:
Dangerosité:
30/30  (30/30)

MessageSujet: Re: 5 - La Trace des Faës   Dim 25 Jan - 11:16

Voici la liste des Traces correspondant aux espèces faës (jouables ou non-jouables) du forum :



A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Banshee
La Trace de la banshee ressemble à un voile éthéré enroulé tout autour de son corps comme une toile d'araignée souple qui suit ses mouvements et se fond ensuite dans sa chevelure. La Trace se déchire alors en mèches torturées qui flottent tout autour de la tête de la créature comme pour compléter sa crinière.


Brownie
La Trace des brownies est presque invisible lorsqu'ils sont immobiles. C'est lorsqu'ils sont en mouvement qu'elle devient véritablement détectable : ils sont entourés d'une nuée de particules très peu denses qui leur colle pour ainsi dire à la peau. Lorsque ces particules bougent (avec le brownie) elles laissent dans leur sillage une traînée colorée qui donne l'illusion qu'un ensemble de poils translucides suit les mouvements de la créature.


Croque-Mitaine
La Trace d'un Croque-Mitaine ressemble à une cape accrochée à ses bras telle les membranes de peau d'un écureuil volant. Elle tombe ensuite à ses pieds lourdement, et forme une flaque sombre qui entoure sa silhouette comme une ombre grossière et rappelle la forme et le mouvement d'une grosse goutte de liquide visqueux. On l'imagine facilement s'étendre avec langueur sur le sol, tandis qu'elle émerge du dessous d'un lit...


Doppelganger
Ils sont la seule race capable de modifier l'apparence de sa Trace à volonté pour en faire exactement ce qu'ils veulent. Faute à cela, les doppelganger sont dangereux (... au cas où ils ne l'aient pas déjà été suffisamment sans) car ils peuvent se faire passer pour un membre de n'importe quelle espèce. Malgré tout il est assez simple de les démasquer : si la Trace d'un doppelganger heurte celle d'un autre faë elle perd sa "solidité" et se transforme en brouillard grisâtre, dont les particules incontrôlables voyagent selon un mouvement saccadé qui rappelle la neige des écrans de télé cathodiques.


Elfe
La Trace des elfes prend (comme pour un certain nombre d'autres faës) sa place au niveau des oreilles. Néanmoins contrairement à celle des gobelins et des gremlins, il s'agit d'une marque discrète : les oreilles d'elfes sont longues, mais fines. La Trace part de la pointe de ces fameuses oreilles et vient rejoindre la base de celles de l'illusion. Elle glisse ensuite sur les joues en une sorte d'arabesque élégant qui fait penser à un tatouage. Elle entoure les yeux puis ses deux bras se réunissent en un point au milieu du front, où il dessinent un motif, généralement en forme d'astre.


Fée
La Trace des fées ressemble à un nuage tourbillonnant autour de leur corps. Il brouille leur image et semble être destiné à les rendre évanescentes, telles des hallucinations ou des rêves éveillés.


Gargouille
Leur Trace est assez inquiétante et recouvre tout leur visage. Elle se superpose à leur illusion, la rendant effrayante et donnant l'impression d'un visage taillé dans la roche. Leur Trace luit presque par endroits (pommettes, menton, front) (un peu comme quand on s'amuse à s'illuminer le visage par en dessous avec une lampe torche).


Gobelin
Leur Trace est relativement peu discrète et pas particulièrement charmante puisqu'elle prend la forme des grandes oreilles difformes qui font l'apanage des Gobelins. C'est probablement pour cela que beaucoup d'entre eux tentent de la cacher le plus souvent possible, du moins face à certaines espèces (les kelpies, les fées et les elfes) qui se sont souvent moqués de leur apparence par le passé. Bagarreurs et fiers, beaucoup d'autres ne se laissent pas impressionner et choisissent au contraire d'afficher leur Trace pour provoquer les moqueurs et les défier de dire quoique ce soit de désagréable.


Goule
La Trace des goule recouvre la partie inférieure de leur visage. Elle prend la forme d'une mâchoire inférieure osseuse fantomatique, épaisse et grossière, qui forme une sorte de semi masque. Elle suit les mouvements de leur bouche lorsqu'elles s'expriment. Elle présente une dentition inquiétante et irrégulière : dents plates d'une largeur et d'une hauteur impressionnantes, longs crocs recourbés, quenottes fines et pointues glissées vicieusement entre deux dents plus larges...


Gremlin
La Trace des gremlins, bien que plus foncée, est relativement similaire à celle de leurs très lointains cousins, les gobelins. Il faut avoir l’œil pour les différencier : elle prend la forme de leurs oreilles sous leur apparence véritable. Les oreilles des gremlins sont généralement plus grandes que celles des gobelins, et présentent des reliefs encore plus disgracieux, si ce n'est difformes. Encore plus sauvages et directs que les gobelins, les gremlins tirent une fierté farouche de leurs oreilles et des motifs irréguliers qui les définissent. Ils ne sont pas loin d'en avoir intégré le fétiche dans leur culture : ils sont de grands amateurs de modifications corporelles : scission, écarteurs, trous et déformations diverses viennent ajouter à l'aspect déjà naturellement singulier de leurs appendices auditifs. Leur Trace a la particularité de garder en mémoire tous les changements qu'ils ont opérés sur leur véritable apparence. Ils en sont très contents, et il sera très rare de voir un gremlin masquer cette manifestation par laquelle sa personnalité s'exprime.


Harpie
La Trace des harpies est très reconnaissable : Sans grande surprise, elle prend la forme d'ailes accrochées à leurs bras, dont les plumes peuvent prendre diverses couleurs qui ont tendance à réagir à leurs émotions en terme de vivacité. Lorsqu'elles s'énervent vraiment très fort, la Trace émet une sorte de nuage lumineux qui glisse contre leur corps, donne l'impression que leurs doigts s'allongent tels des serres, et jette sur leur visage des ombres inquiétantes, qui agrandissent et noircissent leurs yeux.


Kelpie
La Trace prend la forme d'une crinière translucide qui se mêle aux cheveux du kelpie et plonge entre ses omoplates avant de disparaître. Elle vogue avec une vigueur similaire à celle d'un tissu plongé dans des eaux agitées. Parfois, lorsque le kelpie est en mouvement, il est possible de distinguer l'ombre colorée d'une croupe dans son sillage.


Lorialet
Les lorialets n'ont beau pas contrôler leur illusion, elle n'est pas exactement inexistante pour autant. On peut même dire qu'au contraire, c'est comme si elle était toujours activée. Elle est exactement similaire à leur forme originelle, et comme elle est à la fois toujours et jamais là, elle implique elle aussi une Trace que les lorialets n'ont d'autre choix que de masquer si ils veulent cesser de l'émettre. Leur Trace prend la forme d'un fin halo lumineux qui épouse exactement le contour de leur silhouette.


Lutin
La Trace des lutins est relativement discrète puisqu'elle ne se situe qu'au niveau de leurs yeux : ces derniers émettent des couleurs similaires à celles qu'ils peuvent prendre lorsque le lutin est sous sa véritable forme. Vives, nombreuses et... bougeantes.


Ogre
La trace des ogres prend la forme d'un sourire (ou plus précisément une dentition) dangereusement pointu, dont l'aspect n'est pas sans rappeler un nuage de fumée coloré en perpétuelle évaporation. Contrairement à la Trace des goules, celle des ogres ne recouvre pas l'intégralité d'une (ou plusieurs) de leur mâchoire, mais se contente de représenter un ensemble de dents plat et menaçant qui se superpose à leur bouche, et se synchronise à chacun de ses mouvements (l'effet obtenu est assez troublant car on dirait que l'ogre s'exprime littéralement par le biais de sa Trace, voire que sa voix en sort).


Monstre des marais
La Trace des monstres des marais n'est pas très charmante (mais il faut dire que leur véritable apparence ne l'est pas vraiment non plus). Elle prend la forme d'une sorte de liquide épais et visqueux, dans les teintes de gris, qui semble sortir de leurs pores et s'écouler par grosses gouttes contre leur peau. Soient elles roulent, soient elles s'écrasent. En tous les cas elles semblent disparaître aussitôt qu'elles ont touché le sol.


Pixie
La Trace de la pixie se présente sous la forme d'une nuée évanescente qui ressemble aux ailes qu'elle a perdues en troquant sa minuscule forme originelle contre son illusion. Elle n'est pas lumineuse mais prend souvent de nombreuses couleurs, vives et parfois impressionnantes dans la précision des motifs qu'elles dessinent.


Troll
La Trace des trolls se situe au niveau de leur dos et de leurs omoplates. Elle prend la forme d'une bosse sombre (noire ou de couleur très foncée, presque opaque) qui ne représente pas tellement une bosse, mais plutôt une colonne vertébrale pliée, comme si pour tenir à l'intérieur de leur illusion, il leur avait fallu se voûter. La forme d'épaules massives se détache de l'échine nébuleuse, pour finalement se fondre à l'intérieur de leurs bras.
Revenir en haut Aller en bas
 

5 - La Trace des Faës

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SYNOPSIS ¤ :: ║L'encyclopédie║ :: Ethnologie :: Les Faës-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit