AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Sophia de Cléophase, nonchalante et raffinée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Sophia de Cléophase, nonchalante et raffinée   Sam 20 Déc - 1:43

État Civil

Nom : De Cléophase
Prénom : Sophia
Race : Norme
Âge : 36 ans
Date de Naissance : 2 Janvier 2015
Situation de Famille : Veuve
Profession : Maître de Conférence et Professeure en Histoire à l'Université de l'Ambassade
Activité : Activiste et informatrice à la TPH

Morphologie

Taille : 1,82m

Poids : 89 kg

Corpulence : Comme le veut la tradition chez les De Cléophase, Sophia est faite d'une ossature large et robuste par l'échelle, courbée et élégante par la forme.
Grâce à son hygiénisme alimentaire, fait de viandes maigres et de légumes frais, elle n'a pas de kilo superflu. Ses gros os noueux ne sont séparés de sa peau claire que par une fine couche de chair, ce qui fait d'elle, somme toute, une personne agréable à observer.
Sur de nombreuses parcelles charnelles, ses veines, fines et bleues, sont cependant bien visibles. Elles peuvent donner au personnage une apparence de fragilité qui est illusoire.

Couleur de cheveux : Brun.

Couleur des yeux : Marrons.

Allure : À l'égard du citoyen lambda entrevu au coin d'une rue, Sophia donne l'impression d'une petite montagne. Peut-être à cause de sa largeur. Peut-être à cause des robes amples qu'elle pavane quelques fois. Peut-être à cause de sa tête, toujours juchée sur son tronc avec droiture et martialité, empourprée de rigueur et d'allance. Peut-être à cause de ses pupilles massives, qui, lorsqu'elles vous fixent, vous inspirent un tel sentiment de mélancolie, d'obscurité et d'arrière-garde...

Allure vestimentaire : Sophia s'est perdue quelque part entre l'austérité et le panache.
Elle n'y connaît rien à la couture, mais un instinct graphique éduqué lui permet de savoir ce qui est digne de sa personne, et ce qui ne l'est pas. Ainsi accorde-t-elle un grand soin à ce qui l'orne. Ne vous méprenez pas : elle ne voue pas de culte à ses vêtements comme d'autres femmes, car ce serait les rendre externes à elle. Les vêtements sont à Sophia ce que l'écorce est à l'arbre ; et si elle les aime, c'est qu'elle a de l'amour propre.
La plupart de ses tenues sont à la fois formelles, massives et obscures. Souvent des robes austères, faites de plusieurs couches.  Elle privilégie l'emploi de matières anciennes (comme la dentelle), tout en se fondant dans la contemporanéité.
Outre les robes, Sophia porte des tenues de travail lorsque c'est nécessaire, toujours épaisses et imposantes.
En matière de familiarité, l'ensemble Carnegie est le maximum qu'elle se permette. Si vous la voyez accoûtrée de cette tenue, à l'évidence, elle vous aime bien.
Ses cheveux sombres et gras sont constamment attachés en un chignon très strict à l'arrière de son crâne. Sophia trouve en effet que les cheveux détachés sont un signe terrible de décadence ; et si jamais vous la croisez toison libérée, c'est qu'elle n'a plus de raison de vivre, qu'elle va s'attacher la cheville à une pierre et se noyer dans un fleuve.

Particularités éventuelles : Non. Elle est parfaite.


Psychologie

Défauts : Malgré une totale maîtrise d'elle-même, Sophia est extrêmement limitée humainement. La compassion lui est un exercice difficile, et le mépris lui est beaucoup plus aisé à pratiquer que l'amour. Nous parlons de mépris, et non de haine, car la haine a quelque chose d'animal, sphère dans laquelle Sophia ne saurait choir.
Elle est assez froide et insensible, surtout à l'égard des enfants et des hommes, et possède un léger fond sadique.
Opportuniste, elle peut se montrer sournoise et lâche lorsque ça l'arrange.
Je vous dirais bien qu'elle est raciste et homophobe, mais à ses yeux, ce sont des qualités indispensables.

Qualités : Malgré son côté "vieille-garde" dont plaisantent quelques uns, Sophia possède une élégance évidente qui émane d'elle à chaque instant, à chaque minute, à chaque seconde. Chacun de ses gestes semble maîtrisé, comme si leurs trajectoires avaient été dictées par Stanislavski. Sophia n'a aucun élan d'hésitation, de confusion ou d'errance. Elle est nonchalante, certes ; mais pas de cette nonchalance qui affuble les fainéants, les égarés ou les dubitatifs. C'est une nonchalance véritablement maîtrisée, contrôlée, qui épouse les alentours avec justesse et vérité.
De surcroît, c'est une femme d'une très grande intelligence universitaire — à défaut de n'être intelligente humainement que lorsque ça l'arrange, c'est-à-dire quasiment jamais.

Croyances : Sophia n'a pas (ou peu) connu l'époque pré-Révélation ; aussi est-elle convaincue qu'il s'agissait d'un temps utopique, exaltant toutes les valeurs qui sont siennes : droiture, vertu, honnêteté, élégance...
Elle est persuadée que depuis la grande Révélation, tout ce qui faisait la dignité humaine a été empourpré par la pullulation des Outres déchus.
De par sa solide éducation et ses valeurs martiales, Sophia croit être un résidu de cette époque bénie. Elle serait comme un antidote que le temps aurait préservé de toutes les tempêtes surnaturelles; un médicament subtil et fébrile qui, le moment venu, déploiera sa miséricorde et sa salvation sur le monde entier, redonnant aux Normes l'amour de leurs racines, et aux Outres le néant qui les a enfanté.

Au sujet des Outres — et elle est catégorique à ce sujet — ils N'EXISTAIENT PAS avant la Grande Révélation. Ils n'étaient pas cachés : ils n'existaient pas.
Dans tous les salons de Nouvelle Orléans, Sophia affirme, çà et là, qu'ils sont apparus sur Terre soudainement et massivement (et elle le dit en exorbitant ses yeux, pour dissuader tout contradicteur).
Pour elle, la soi-disant "Origine démoniaque" est une mythologie artificielle construite de toutes pièces par les Outres eux-mêmes, pour se fabriquer une identité qui leur faisait défaut, une Histoire qu'ils n'avaient pas, une raison de vivre qu'ils ne méritaient pas, et un respect dont ils étaient indignes. À cet égard, Sophia est une négationniste résolue. D'ailleurs, elle a imaginé beaucoup d'hypothèses expliquant leur inopinée percée : "mutation génétique", "collusion extraterrestre", "expérimentation scientifique catastrophique"...
Hélas, elle ne sait pas, de toutes ces théories, laquelle est la bonne. Elle est convaincue qu'elle finira tôt ou tard par avérer l'une d'entre elles, lui permettant enfin de révéler à ses contemporains l'imposture des Outres, et d'organiser leur suppression.

Religion : Protestante quand ça l'arrange. Seulement quand ça l'arrange.

Goûts : En peinture, c'est une inconditionnelle des mouvements naturalistes, et elle taxe volontiers tout mouvement post-impressionniste de "dégénéré". En littérature, c'est une fanatique d'Edith Wharton. En cinéma, elle aime les vieilles tendances fascistes des années 1930 et 1940, comme les films de Sam Wood.
Politiquement, elle admire les anciennes figures féminines fortes, comme Jeanne d'Arc ou Olympe de Gouges. Contemporainement, son cœur va à la TPH, même si elle trouve que ce mouvement manque de radicalité.

Talents, savoirs notables : Au cours de son voyage jusqu'à la Nouvelle Orléans, son feu mari et sa tante lui ont imposé une escale dans un club de golf. En cinq minutes, Sophia s'est avérée être une excellente joueuse : elle avait un frappé fort et précis, et tous les joueurs alentour se sont précipités vers elle comme des mouches autour d'un cupcake, intrigué par cette dame chique qui dépassait leurs records. Si cette inopinée douance a enorgueilli Sophia, c'est uniquement parce qu'elle lui faisait un point commun avec Katharine Hepburn, son actrice favorite. De surcroît — et l'idée n'a point encore effleuré ses songes — il ne ferait pas bon d'être son ennemi au moment où elle a son club en poigne.
Outre mesure, Sophia est une cuisinière capable — et plus d'une fois, son gouvernant s'est vu indigné qu'elle le désœuvre de sa pitance.


Angoisses, regrets, phobies : Sophia est une homosexuelle amplement refoulée. Elle n'a strictement aucune idée de sa véritable orientation, et est copieusement convaincue d'être tout-à-fait adéquate. Pourtant, le démon est là, à l'intérieur d'elle, et ses odeurs purulentes lui remontent parfois aux mâchoires. Sa sympathie spontanée pour les femmes fait partie de ses étranges effluves.

Elle aime la féminité et est fière d'en être. Elle ne supporte pas qu'on l'appelle autrement que par "Madame" ou "Madame de Cléophase", seules appellations honorant son état de femme. Appelez la "Sophia", "Professeur" ou "Maître", et vous verrez le blanc de ses yeux tourner au rouge vif.

Votre sentiment vis-à-vis des Normes et des Outres ?
Si Sophia apprécie les Normes, elle admet volontiers qu'ils sont imparfaits. Et alors ? Somme toute, c'est ce qui fait leur beauté, leur romantisme, leur côté attachant : l'imperfection fait partie de la nature, et se retrouve dans chaque fleuve qui dévie, dans chaque écorce desséchée, dans chaque épine qui perce à jour.
Mais là où les Normes sont imparfaits, les Outres, eux, sont "vilains". "Vilains", vous comprenez la nuance !? La vilaineté n'est pas une maladresse, c'est une perversion humaine, et lorsqu'un être la pratique, c'est le monde entier qu'il insulte.
C'est d'ailleurs si vrai que les Normes sont vaccinés contre la vilaineté dès leur plus jeune âge, que ce soit par les lignes à copier, le martinet ou le feu de bois. (vieille école.)
Malheureusement, les Outres — et c'est dommage ! — ont en la vilaineté une bonne amie: qui constitue la racine de leur âme en pourriture. Vous aurez beau choper un Outre, le mettre devant une feuille, lui faire écrire "Je ne suis pas vilain" par cent fois, vous ne parviendrez pas à le détourner de sa fibre première ; et tandis qu'il écrira "Je ne suis pas vilain" encore et encore, vous verrez s'animer sur son visage un sourire gras et sale, inspiré par ses songes féconds de larcins, d'impostures et de mensonges. À ce stade où le vice est généralisé à l'ensemble d'un être, c'est cet être, dans son unité, qu'il convient d'éliminer.
Autrement dit: un tournesol parasité se traite, une mauvaise herbe s'arrache. Et Sophia porte des gants.
De dentelle.

Espoirs, buts, objectifs futurs :  Existentiellement, l'objectif principal de Sophia est de profiter de l'instant présent, de se prélasser dans la grâce sévissant en la mélancolie alentour, de se badigeonner avec la précieuse fragilité des beaux objets du monde...
Professionnellement, elle utilise son champ disciplinaire — l'Histoire — pour promouvoir une historicité glorifiant l'époque pré-révélation. Elle expose rarement sa haine des Outres au grand jour ; mais, en convaincant le peuple que l'ancienne époque était une belle époque, elle sait que, mécaniquement, les Outres passeront pour les tâches qu'ils sont.

Politiquement, elle est prête à tout pour participer au grandissement de la TPH. À tout.

Êtes-vous satisfait de votre existence ? : Sophia n'est pas une femme particulièrement heureuse, en dehors des moments de grâce que la vie lui inspire quelque fois. En revanche, d'un point de vue strictement symbolique, elle considère que son existence est au sommet de tout ce qu'elle croit bon et juste. Elle n'échangerait son âme avec un autre pour rien au monde.
Naturellement, tant qu'il y aura encore sur terre le moindre souffle expiré par un Outre, la Dame n'aura pas accompli sa mission. Mais, elle peut patienter. Elle peut patienter...

Particularités éventuelles : Selon une ancienne mode, il lui arrive fort fréquemment de terminer ses phrases par la question suivante : "N'est-ce pas ?". Par exemple : "La porcelaine est la matière la plus délicate et raffinée. N'est-ce pas ?" Dans ces moments là, "N"est-ce pas ?" doit être compris comme : "Ce que je viens de dire est une vérité absolue, qu'il est parfaitement défendu de contester. Ose me contredire là-dessus, vas-y, ose un peu, et c'est mon club dans la tête."
Par ailleurs, si elle vous envoie un courrier signé d'elle uniquement par "Madame" (juste "Madame", sans De Cléophase ni rien), ça signifie qu'elle vous considère comme un être inférieur ; ou alors, qu'elle vous suspecte d'être mal éduqué.

Relations Sociales

Sophia s'étant installée à la Nouvelle-Orléans il y a peu, elle n'a pas encore de vie sociale très riche.
Ses deux meilleures amies sont Edith, sa chatte du bengale (et plus grande confidente), ainsi que Gouge De Cléophase, sa cousine virevoltante et chipie.
Lorsqu'elle était au club de Golf, l'admiration de plusieurs joueurs masculins lui ont valu quelque amitié ; de temps à autre ils lui téléphonent.
Elle est en bons termes avec les membres du TPH.
Elle a noué de bonnes relations avec quelques bourgeoises s'étant rendues à l'enterrement de son mari, et ayant tenu à honorer sa tristesse.
Dans les parages, il y a aussi sa tante, Bernadette DeGrâce — mais elle s'est récemment brouillée avec elle à cause de sa ridicule passion pour le jazz local...

Antécédents :

Événements de votre passé qu'il convient de connaître?

Lorsqu'elle avait dix ans, Sophia est partie en voyage scolaire en Autriche, dans un petit village nommé Bartberg. Elle ne s'est jamais sentie aussi... insultée.
Ces forêts gadoueuses dans lesquelles on la promenait. Ces bouts de saucisses qui voltigeaient dans la cantine et empourpraient ses vêtements. Le lac Wienerwaldsee, dans lequel on la forçait à patauger, malgré les algues collantes qui y sévissaient. Les douches du centre, bruyantes et communes, pleines de vapeur et de hurlements, qu'elle devait partager avec ces sales Outres qui étaient encore plus répugnants qu'à l'habitude. La puanteur qui se dégageait de chaque gosse, la stupidité qui émanait des surveillants, l'impropreté continuellement exaltée par les murs, l'inélégance des joints, le craquement des poignées de porte, les interrupteurs, les ampoules... AAAAH!!! Toute cette médiocrité, tout le temps, lui faisait tourner la tête.
Elle avait le sentiment que chaque jour ce chaos généralisé la siphonnait un peu plus de son âme pure et délicate ; de telle sorte qu'elle allait se perdre, et ne plus jamais se retrouver.

Un soir de randonnée en zone marécageuse, Sophia ressentit une telle colère qu'elle eût le sentiment que ses nerfs, étirés comme de la béchamel, ne pourraient le supporter davantage. Elle fit dissidence au groupe déchu, et dévia librement dans le paysage alentour.

Elle atteignit une route rurale qu'elle suivit et emprunta un bus, hasardeusement. Elle l'abandonna au terminus, et se retrouva alors entourée de hautes tours, de gens élégants qui marchaient le nez haut perché, de marchands de marrons chauds qui passaient çà et là, et dont l'odeur la réconfortait.

Bientôt quelques panneaux lui indiquèrent qu'elle se trouvait à Vienne, et la chance voulut qu'elle tomba sur Margaret Malfondé, une quinquagénaire robuste et éduquée, que sa famille avait pour amie.
Margaret était de passage à Vienne : interprète réputée, autant pour sa technique que pour son charisme, elle était constamment promenée à travers le monde par les partis réactionnaires ; en outre, elle venait de couronner un contrat avec les autrichiens du Freiheitliche Partei.
Ce soir là, Madame Malfondé allait au bal annuel qu'organisait le grand palais Hofburg. Elle était accompagnée de deux amis chers : un cœur honorable, et un sens de l'observation aguerri, qui lui dictèrent que la petite Sophia était digne de ce festoiement.

Cette chère femme lui fit découvrir un univers de splendeur, de paillettes et d'élégance. Toute la nuit, la fillette cheveux-charbons jubila au son des Danses Slaves, virevoltant dans un festival de sourires et de petits doigts levés, dans une ambiance pleine de bonhomie. Elle discuta noblement avec les progénitures chétives des élites autrichiennes — et ce fut autre chose que les médiocres de l'école publique française. Ces jeunes-là avaient les cheveux laqués et attachés, ne faisaient pas de gestes inutilement, terminaient leurs phrases en haussant les sourcils et à 5 ans déjà, on leur mettait du fond de teint lorsqu'ils avaient des boutons. C'étaient bien les seuls au monde à mériter l'égard de la fillette.

Au lendemain, sa tante, avant de partir pour l'Australie, la mit dans un train vers la France.
En voyant leur progéniture revenir au domicile clandestinement, Mr et Mme De Cléophase furent curieusement amènes. Affadis par leur habituelle nonchalance, ils sourirent et admirent que Sophia était marquée par l'ancêtre: de par le goût et l'audace qu'elle venait de prouver, elle s'était montrée digne de son sang.

Bref, Sophia avait fait sa Nouvelle Vague. De cette épisode, il lui resta une détestation résolue de ... l'indiscipline.

Quelque chose à dire sur votre Famille ?

Elle vient d'une famille protestante très traditionnelle, installée dans une villa chique au Nord de la France, dans une campagne située non-loin de Boulogne-Sur-Mer. Ses grands-parents étaient deux activistes d'Ordre Nouveau, et dans les couloirs de sa demeure on entendait "Famille!" "Occident!" "Tradition!" résonner contre les parois de tableaux de la Haute Renaissance.
Sophia a fait de brillantes études d'Histoire à La Sorbonne, et obtenu son doctorat à 25 ans, avec une mention honorifique. Elle a ensuite enseigné à l'Université de Lille.

Elle n'a jamais été véritablement intéressée par les hommes, et a succombé à une fiançaille "de raison" avec Henri Volaille, un éditeur de livres bordelais. Les De Cléophase n'étaient vraiment pas gagnants dans cette liaison, car Henri Volaille faisant partie des nouveaux-riches, non seulement sa fortune n'était pas exceptionnelle, mais en plus ses manières et son histoire n'étaient pas suffisamment remarquables. Pour Sophia, il s'agissait par ce mariage de faire plaisir à son oncle médiocre, Léon De Cléophase, envers qui elle avait une dette, et qui cherchait à faire éditer des contes passables.

Au début de l'an 2051, le couple a quitté la France et est parti s'installer à la Nouvelle-Orléans : les éditeurs y avaient un beau temps, et Sophia avait eu une offre d'emploi à l'Université de l'Ambassade, autrement mieux dépochée que celle de Lille.
Le mariage fut célébré le jour de leur arrivée.

Quelques détails à savoir sur votre arrivée à la Nouvelle Orléans ?  

Deux jours après son mariage à Henri Volaille, Sophia a appris de la préfecture locale qu'à cause d'un problème de formalité, elle ne pourrait pas conserver son nom de jeune fille, et serait obligée d'hériter du ridicule nom marital dans le mois. Ne voulant pas voir sa réputation entachée, ni par le patronyme, ni par le divorce, et n'aimant pas beaucoup le pauvre Henri de toute manière, elle a mis une forte dose de ricine dans son vin au cours du dîner postérieur.
Elle a crié au scandale, hurlé à l'assassinat, blâmé les surnaturels, ...et naturellement, personne n'a soupçonné la nonchalante et cultivée Sophia d'avoir assassiné son homme le surlendemain de son mariage.

Officiellement veuve, elle apprécie le regard mélancolique et compatissant qu'on lui jette quelques fois dans la rue. Il y a une telle poésie dans l'empathie que les humains peuvent éprouver.

Sophia n'est pas peu fière. Henri avait agonisé sur un tapis de velours, dans son pyjama de satin, à l'ombre d'une lumière tamisée. Magnifique. Vous souvenez vous lorsque je parlais des "moments de grâce" que la vie lui inspirait parfois ? Ce type d'instant en est caractéristique...


- Bas les Masques -

Derrière l'écran, vous êtes : Impisi
Vous serez souvent là avec nous ? Passage journalier dans l'idéal
Comment avez-vous connu Voodoo Child ? Je ne sais plus, je me suis égaré.
Avez-vous déjà un double/multi compte ? Non, pas pour l'instant (j'ai déjà beaucoup de boulot avec Sophia :) ).
Avez-vous des suggestions, des questions, des compliments ou des tomates à nous jeter à la figure ? Je ne connais pas assez le forum pour me prononcer, mais pour l'instant c'est super!
Vous attestez avoir lu le règlement, et vous engagez à l'appliquer à-la-lettre ? (La main sur le coeur et dites « je le jure » u.u !) : Je le jure. N'est-ce pas?


Dernière édition par Sophia de Cléophase le Mer 21 Jan - 7:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ailin Dyce
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Maîtresse Vampire, ex-strip-teaseuse aux Plaisirs Coupables
Age apparent: 21 ans
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: Sophia de Cléophase, nonchalante et raffinée   Mar 23 Déc - 15:58

Eh zut. On n'avait pas remarqué que ta fiche était terminée, ce pourquoi il y a eu une réponse sur une fiche plus récente que la tienne avant qu'il y en ait une ici >< désolé, avec les fêtes qui approchent c'est un peu le chantier.

Du coup ne t'inquiète pas on s'occupe de ton cas rapidement, même si pas immédiatement pour cause d'absence de PC. XD
_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3339-ailin-dyce
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Sophia de Cléophase, nonchalante et raffinée   Mar 23 Déc - 19:39

Merci pour le message :)

Ne vous faites pas de bile, je suis quelqu'un de patient.  même si j'ai hâte de commencer ! :)
Revenir en haut Aller en bas
Ailin Dyce
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Maîtresse Vampire, ex-strip-teaseuse aux Plaisirs Coupables
Age apparent: 21 ans
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: Sophia de Cléophase, nonchalante et raffinée   Mar 23 Déc - 20:00

Donc me revoilà sur un vrai PC Razz, j'ai pu lire ta fiche. Ton personnage est très intéressant, l'idée de nier l'existence des outres avant la révélation est original et assez drôle XD (j'imagine la tête de personnages vieux de plusieurs centaines à milliers d'années face à ce genre d'affirmations).

Je ne vois rien à modifier dans ce qui a été écrit, c'est très bien amené, détaillé et agréable à lire :). Cependant avant de pouvoir te valider pour de bon, je vais tout de même devoir te demander d'allonger un peu la partie "Événements de votre passé qu'il convient de connaître?". Comme je vois que la partie "Comment êtes-vous arrivé à la NO" n'est pas présente dans la fiche, il y a peut-être eu un souci de copier coller, ou bien tu n'avais en fin de compte pas entièrement terminé ?
_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3339-ailin-dyce
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Sophia de Cléophase, nonchalante et raffinée   Mer 21 Jan - 23:12

Hello!

Encore une fois, mes plus plates excuses pour le temps que j'ai mis à répondre. J'ai été pris par les vacances de noël, puis j'ai été pris par l'attentat, puis il y a eu un contexte universitaire exceptionnel... Cela ne se reproduira plus. What a Face  !

Je suis ravi que ma fiche fonctionne, j'avais peur que cette dégénérée ne s'intègre pas à l'univers du forum. Je suis rassuré ouf!

J'ai donc ajouté le paragraphe suivant :
Citation :
Événements de votre passé qu'il convient de connaître?

Lorsqu'elle avait dix ans, Sophia est partie en voyage scolaire en Autriche, dans un petit village nommé Bartberg. Elle ne s'est jamais sentie aussi... insultée.
Ces forêts gadoueuses dans lesquelles on la promenait. Ces bouts de saucisses qui voltigeaient dans la cantine et empourpraient ses vêtements. Le lac Wienerwaldsee, dans lequel on la forçait à patauger, malgré les algues collantes qui y sévissaient. Les douches du centre, bruyantes et communes, pleines de vapeur et de hurlements, qu'elle devait partager avec ces sales Outres qui étaient encore plus répugnants qu'à l'habitude. La puanteur qui se dégageait de chaque gosse, la stupidité qui émanait des surveillants, l'impropreté continuellement exaltée par les murs, l'inélégance des joints, le craquement des poignées de porte, les interrupteurs, les ampoules... AAAAH!!! Toute cette médiocrité, tout le temps, lui faisait tourner la tête.
Elle avait le sentiment que chaque jour ce chaos généralisé la siphonnait un peu plus de son âme pure et délicate ; de telle sorte qu'elle allait se perdre, et ne plus jamais se retrouver.

Un soir de randonnée en zone marécageuse, Sophia ressentit une telle colère qu'elle eût le sentiment que ses nerfs, étirés comme de la béchamel, ne pourraient le supporter davantage. Elle fit dissidence au groupe déchu, et dévia librement dans le paysage alentour.

Elle atteignit une route rurale qu'elle suivit et emprunta un bus, hasardeusement. Elle l'abandonna au terminus, et se retrouva alors entourée de hautes tours, de gens élégants qui marchaient le nez haut perché, de marchands de marrons chauds qui passaient çà et là, et dont l'odeur la réconfortait.

Bientôt quelques panneaux lui indiquèrent qu'elle se trouvait à Vienne, et la chance voulut qu'elle tomba sur Margaret Malfondé, une quinquagénaire robuste et éduquée, que sa famille avait pour amie.
Margaret était de passage à Vienne : interprète réputée, autant pour sa technique que pour son charisme, elle était constamment promenée à travers le monde par les partis réactionnaires ; en outre, elle venait de couronner un contrat avec les autrichiens du Freiheitliche Partei.
Ce soir là, Madame Malfondé allait au bal annuel qu'organisait le grand palais Hofburg. Elle était accompagnée de deux amis chers : un cœur honorable, et un sens de l'observation aguerri, qui lui dictèrent que la petite Sophia était digne de ce festoiement.

Cette chère femme lui fit découvrir un univers de splendeur, de paillettes et d'élégance. Toute la nuit, la fillette cheveux-charbons jubila au son des Danses Slaves, virevoltant dans un festival de sourires et de petits doigts levés, dans une ambiance pleine de bonhomie. Elle discuta noblement avec les progénitures chétives des élites autrichiennes — et ce fut autre chose que les médiocres de l'école publique française. Ces jeunes-là avaient les cheveux laqués et attachés, ne faisaient pas de gestes inutilement, terminaient leurs phrases en haussant les sourcils et à 5 ans déjà, on leur mettait du fond de teint lorsqu'ils avaient des boutons. C'étaient bien les seuls au monde à mériter l'égard de la fillette.

Au lendemain, sa tante, avant de partir pour l'Australie, la mit dans un train vers la France.
En voyant leur progéniture revenir au domicile clandestinement, Mr et Mme De Cléophase furent curieusement amènes. Affadis par leur habituelle nonchalance, ils sourirent et admirent que Sophia était marquée par l'ancêtre: de par le goût et l'audace qu'elle venait de prouver, elle s'était montrée digne de son sang.

Bref, Sophia avait fait sa Nouvelle Vague. De cette épisode, il lui resta une détestation résolue de ... l'indiscipline.

Voili voilou, s'il y a autre chose qu'il faut changer n'hésite pas, cette fois je serais plus réactif. ;)

Impisi
Revenir en haut Aller en bas
Ailin Dyce
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Maîtresse Vampire, ex-strip-teaseuse aux Plaisirs Coupables
Age apparent: 21 ans
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: Sophia de Cléophase, nonchalante et raffinée   Ven 23 Jan - 18:10

Salut :) pas de souci pour le temps que ça a pu prendre, ça fait plaisir de te revoir en tous les cas !

Je vois que tu as fait un choix inhabituel pour ton background qui n'est pas exactement rédigé de façon biographique. Néanmoins je crois que toutes les informations importantes sur ton personnage sont là (ou bien sont exprimées dans les diverses descriptions), à l'exception d'une seule (détrompe moi si je l'ai loupée du coup XD) : l'arrivée de Sophia au TPH. Est-ce que ça a déjà eu lieu ? Est-ce que tu comptes le jouer en RP  ? Est-ce que Sophia faisait partie d'une association similaire en France ou bien a t-elle franchi le pas en arrivant à la NO, et à quelle époque exactement ?

Il faudrait que tu rajoutes cette information à ton histoire. Cela dit ça n'est pas un élément bloquant, c'est de l'ordre du détail, et donc je peux d'ores et déjà valider ta fiche. Very Happy Bienvenue pour du bon à toi ainsi qu'à ton charmant personnage !

Avant de commencer à jouer, voici les étapes à suivre. Il te faut :


  • Créer ton Carnet Mondain et ton Inventaire.
  • Aller faire une demande de niveau de dangerosité, dans le topic correspondant de la section Carnet Mondain.
  • Générer ta fiche d'identification dans ton profil (n'oublie pas de compléter ton profil avec les liens vers ta fiche, carnet mondain et inventaire).
  • Ca n'est pas obligatoire mais si tu veux aider le forum à se faire connaître (et/ou gagner de l'argent... nan pas du vrai, du virtuel malheureusement =D) : voter dans les topsites. Les autres moyens que tu as pour gagner de l'argent sont indiqués dans la section Inventaire.
  • Si tu le souhaites tu peux aussi créer ton profil Tour de Jeu en indiquant que tu joues sur ici.


Tu pourras retrouver les autres membres du forum sur la chatbox, dans le flood ou bien sur le groupe skype.

Pense à t'abonner à la newsletter du forum (via ton profil) et au topic suivant (obligatoire) : Le Journal du Forum. Cela te permettra de t'informer facilement des dernières nouveautés !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3339-ailin-dyce
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Sophia de Cléophase, nonchalante et raffinée   Lun 26 Jan - 3:41

Salut :)

Merci beaucoup pour la validation et pour toutes les précisions !

Concernant l'arrivée de Sophia au TPH, effectivement c'est quelque chose que j'aimerais beaucoup jouer en RP, je pense que ça pourrait être intéressant.
Si j'ai bien suivi il faut que je contacte en MP la fondatrice du TPH n'est-ce pas ? :)
Revenir en haut Aller en bas
Précieuse
Wiccans
avatar

Wiccans


Identification
Emploi: Gérante des Plaisirs Coupables
Age apparent: 36
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: Sophia de Cléophase, nonchalante et raffinée   Lun 26 Jan - 4:28

Contacter Mary par MP serait effectivement le moyen le plus efficace. Cependant la joueuse a un peu de mal à RP en ce moment, donc cela peut prendre un peu de temps.

Si tu n'as pas de réponse, n'hésite pas à te tourner vers le Staff. Au besoin, on pourra arranger quelque chose, soit via PNJ ou par le biais d'autres personnages ayant des liens avec le TPH (notamment les Luz-Descalzo). Mais Mary restr la meilleure option. ;)
_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3637-precieuse
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Sophia de Cléophase, nonchalante et raffinée   Lun 26 Jan - 7:30

D'accord super, merci beaucoup :)

Je vais contacter Mary et vous tiens au jus.

Sophia
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Sophia de Cléophase, nonchalante et raffinée   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sophia de Cléophase, nonchalante et raffinée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ DISTRIBUTION ¤ :: ║Registre║ :: Le recensement :: Questionnaires validés :: Normes-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com