AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Les ancêtres comme témoin.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alice Mewryan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Patronne et barmain du Trick O'Clink
Age apparent: 20ans
Dangerosité:
20/30  (20/30)

MessageSujet: Les ancêtres comme témoin.   Jeu 21 Aoû - 23:12

De base, je ne suis pas très douer quand il faut parler, beaucoup plus lorsqu’il s’agit d’agir. Alors parler de moi. Parler de moi et Sébastien n’en parlons même pas…

« D’où est-ce que tu viens ? Si c’est pas indiscret. » Question innocente pour changer de sujet dans ma tête et aussi pour briser le silence qui me pèse.

Qu’est-ce que je dois juste lui parler de ce que Sébastien faisait ? Ou du pour quoi il m’a donné l’immense privilège d’être son Combattant ? Mais si je lui explique, il faudra aussi que je raconte mon histoire, celle de Partick et de son petit frère. C’est cette partie de l’histoire qui ne veut pas sortir. Est-ce que j’ai vraiment envie qu’il sache dans quel état j’étais quand le Sachem s’est occupé de moi ? Est-ce que j’ai envie qu’il entre aperçoit la bête assoiffée de vengeance qui patiente au fin font de moi et attend son heure ? Et si je lui faisais peur ? Et s’il décidait qu’à cause de ça, je ne suis pas le Combattant qu’il lui faut ? Et…. Et stop ! C’est pas comme ça que le problème se résoudra, pas en délirant dans ma tête.

Je me gare dans un coin d’herbe…au même endroit qu’hier, là où la végétation à était aplatie.

« Quelques centaines de mètres à pieds et on y sera. J’espère que tu aime les alligators… » Victoire, j’ai réussi à sourire, mais pas sûre qu’il s’en est aperçu, vue à quelle vitesse je détourne la tête. Je ferme la voiture et m’engage dans les buissons épineux.  La piste est déjà tracé par mon passage de la veille. La marche, elle, est pourtant moins facile. Hier je passais ici pour guider un jeune homme-brave et l’aider et se soir, je dois dévoiler des choses que je n’ai pas envie de prononcer. Je commence à comprendre se que ressentait Asch, quand il se forçait à me parler de sa mère ou de son père. Toute sa vie on se construit une carapace pour être bien tranquille et d’un coup d’un seul , il faudrait que je créer une porte et que je l’ouvre en grand.

« Bienvenue dans l’havre de Samuel Grizzly. » Ils sont pas nombreux ceux à qui je donne le nom complet de mon père. Il faut dire que les navajos ne sont pas doués pour les prénoms et quand mon arrière-grand père a choisie un nom de famille, il s’est référé à l’Odem de sa femme. Un dernier buisson à pousser et nous y voila. L’étendue d’eau, la rive clairsemée, la cabane, le rond de pierre pour le feu et l’arbre de mon père.

« Assis toi, je t’en pris. » Je lui montre les bûches autour du cercle de pierre. Je ramasse rapidement du bois à peut près sec et me lance dans l’allumage d’un feu. Fort heureusement, j’ai un briquet sur moi, et la mousse brûle très bien pour démarrer un bon feu. Quand je voie de la fumée et les premiers signes d’un feu, je prends place moi aussi sur une bûche. Enfin, je tente de le regarder droit dans les yeux, mais c’est peine perdue. Je préfère rester sur la contemplation du feu naissant. Je soupire.

« Je…heu…je ne sais pas vraiment par où commencer…Excuse moi. » Voila que je bafouille, il ne manquerait plus que je me mette à rougir. Attend ça va venir, je sens que mes joues sont en feu. Je me sens vraiment idiote.

« Est-ce que savoir pourquoi Sébastien m’a nommé Combattante t’aiderait ? Ou peut être que tu t’intéresse plus à se que je suis sensée faire pour toi. » Je vais avoir besoin d’une direction à suivre, sinon je vais me perdre dans se que je dis.
_________________


Dernière édition par Alice Mewryan le Lun 14 Sep - 0:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3502-alice-mewryan#58026
Matthew Williams
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: Les ancêtres comme témoin.   Sam 6 Sep - 21:49

Matthew n’était pas très à l’aise non plus. L’idée de se retrouver sur la tombe du père de la jeune femme ne le rassure pas des masses. Pas qu’il redoutait qu’elle essaye de s’en prendre à lui, il ne s’imaginait pas du tout ce genre de choses. Bien qu’elle en aurait surement les moyens de ce qu’il avait pu en voir lors de la soirée où sa vie avait basculée, mais elle semblait bien trop loyale pour cela. Le Jaguar ne se vantait pas d’être un excellent juge de la nature humaine, loin de là, mais il y avait quelque chose chez Alice qui forçait un respect naturel et qui, surtout, inspirait une certaine confiance. La Namir-Ra avait probablement raison, il n’y avait pas de meilleure personne pour ce poste. De toute façon, il ne connaissait pas vraiment de personnes qui pourraient convenir, après tout, il ne connaissait pas beaucoup de monde à la Nouvelle-Orléans. Silencieux depuis son entrée de la jeep, il fut tiré de ses réflexions tandis qu’il regardait l’extérieur. D’où il venait ? Vaste question. « D’un peu partout… Mais je suis né en Australie. » Il était bien loin de sa terre natale et, pourtant, rien ne lui manquait vraiment. Avec des années de voyages incessants, il était un peu partout chez lui, même si, bien entendu, certains endroits étaient plus vivaces dans sa mémoire que d’autres. Retourner chez ses parents était un voyage qu’il ferait volontiers, mais il lui restait des choses à faire ici et, d’une certaine manière, s’il y retournait, il ne voulait pas y aller seul. « J’ai beaucoup voyagé. » Ce n’était pas une évidence pour beaucoup de gens, mais au moins cela permettrait de justifier un peu ses propos mystérieux d’il y avait quelques instants.

Le soleil avait glissé depuis quelques temps derrière l’horizon mais une lueur ocre illuminait encore la Nouvelle-Orléans et son Bayou. D’ici quelques temps, la nuit commencerait à les engloutir mais d’ici là, la jeep se contentait d’avancer dans la nature sauvage avant de s’arrêter au beau milieu de ce qui semblait être nulle part. Il descendit de la voiture avec un sourire un peu forcé. L’allusion aux alligators n’était pas forcément des plus agréable, mais il prit le parti d’en rire, comme bien souvent. « Ce sont de vieux amis… Ils se souviendront peut-être de moi… » Il emboita le pas à la jeune femme qui le guida à travers les hautes herbes. Il semblait au Jaguar qu’ils suivaient une piste fraiche mais peut-être venait-elle souvent rendre visite à son père récemment disparu. Il était difficile de savoir sans demander de toute façon. Et ce n’était pas très poli de demander. La question était donc réglée. Alors qu’ils arrivaient finalement à un petit endroit où gisait une cabane, il acquiesça doucement la tête lorsqu’elle lui souhaita la bienvenue. Samuel Grizzly ? Après tout, ce n’était pas si différent des noms indigènes de ceux qu’il avait pu croiser durant ses voyages. Et puis, s’il possédait le même animal-totem que sa fille, c’était compréhensible, comme appellation. Il se dirigea vers l’une des bûches disposées en cercle autour d’un emplacement apparemment dédié à un feu. « Merci. » Le Jaguar s’installa sur l’un des morceaux de bois et observa les alentours, un peu gêné. Il avait l’impression d’être dans un endroit où il n’appartenait pas, comme s’il foulait un peu une partie un peu trop « privée » de la jeune femme. Même s’il était le bienvenu, il avait une sensation étrange. Cela ne lui donnait pas l’envie de partir à toutes jambes, mais le bar, finalement, n’aurait pas été si mal que ça, non ?

Il observa la métamorphe ramener du bois pour faire un feu. Après quelques instants, les flammes semblaient prendre et diffusaient déjà une chaleur sèche agréable, même si, au fond, il n’y avait pas réellement besoin de chaleur. Pour le moment en tout cas. Elle s’installa finalement en face de lui, contemplant les flammes. Elle semblait gênée elle aussi. Quand elle rompit le silence, il fut surpris de l’entendre et de réaliser qu’elle était assez déstabilisée. De ce qu’il en avait vu, il n’aurait pas pu le croire. La question qu’elle lui posa acheva sa surprise. Ce fut à son tour de bégayer un peu. « Je… Bien sur que… Enfin… » Il s’arrêta et prit une grande inspiration. « Désolé. » Il esquissa un sourire. « Je ne veux pas que tu te sentes obligée de me raconter ton passé. Il ne regarde que toi et je ne suis pas venu t’interroger sur celui-ci. » Il contempla les flammes quelques instants avant de reposer son regard sur la jeune femme. « J’aimerais plutôt savoir en quoi consiste le rôle de Combattant, ce que tu aurais déjà fait pour Sébastian en tant que tel, des choses que je devrais savoir. » L’ancien Sachem avait probablement ses raisons pour nommer Alice en tant que Combattante et, apparemment, il ne s’était pas trompée en agissant ainsi. Si le départ de ce dernier pouvait être mal vu, il n’avait pas l’air d’avoir tout fait de travers, loin de là. Alors que lui… Il se connaissait bien… Et les gaffes s’était bien son genre. Sauf que là, il n’avait pas forcément le droit à l’erreur. « Et puis, comme je ne sais pas trop ce que je suis sensé faire, si tu as des souvenirs de ce que l’ancien Sachem faisait… Ca m’aiderait peut-être à savoir ce que les Munins et les métamorphes attendent de moi. »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
Alice Mewryan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Patronne et barmain du Trick O'Clink
Age apparent: 20ans
Dangerosité:
20/30  (20/30)

MessageSujet: Re: Les ancêtres comme témoin.   Mar 7 Oct - 12:16

Australie ! C’est quand même très loin, et en plus c’est un voyageur. Je suis pas rassuré des masses. Qui nous dit qu’il ne va pas vouloir rentrer chez lui un jour ? Ou que la bougeotte le reprenne ?  J’ai toujours eux une foie aveugle envers les ancêtres, mais je crois bien que je sens pointer le doute. Je ne suis pas certaine qu’il a une attache ici. Qu’est-ce qui l’empêche de partir et de nous abandonner comme Sébastien ? Je sais que je ne devrais pas penser comme ça, mais je n’arrive pas à me débarrasser de ce sentiment de trahison. C’est fou ça, d’être aussi rancunière. Je tiens ça de ma mère, sa ne fait aucun doute. Dire qu’il  y a quelques mois encore je pensais dur comme fer que je ne pourrais pas vivre ma vie actuelle sans Sébastien. Maintenant qu’il n’est plus là je me rends compte que ce n’est pas lui qui m’empêche de dériver sur la voie de la vengeance. C’est mon rôle dans ma communauté. D’un autre côté, c’est bien grâce à lui, qui m’a donner ces responsabilités qui me donnent un cadre à ne pas  dépasser.

Tout ça est compliqué. Jusqu’à maintenant, il nous suffisait de suivre les désirs des ancêtres et puis tout aller bien. Mais ils se sont trompés une fois. Le guide qu’ils ont choisi est partie. Abandonnant les siens. Et voila qu’ils choisissent un nouveau guide, encore plus instable que l’ancien. Un voyageur, sans  attaches. C’est si dur de tous nous réunir autour d’un même but. Est-ce que la communauté supportera un nouvel abandon ? Les ancêtres ont toujours été de bons guides. Ils ne se sont jamais trompés. Et pourtant…Ils ne se sont jamais trompé jusqu’à il y a peut. Ils étaient des hommes avant et l’Homme est faillible sa ne fait aucun doute. Mais ne sont-ils pas sensé être les plus sages d’entre nous ? Peut être que j’attends trop d’eux. Ou alors j’ai été présomptueuse, croyant avoir tout compris. Qui suis-je pour interpréter les ancêtres ? Qui suis-je pour affirmer qu’ils ont fait des erreurs ? Tout se qu’ils font, même si ça parait obscur au début, a un but. Alors Alice, tu vas arrêter de te prendre la tête et te laisser porter comme tu l’as toujours fait.

Le petit coup de pied au cul mental que je viens de me mettre me fait le plus grand bien. Ma voix ne tremblera plus ce soir. Mince je lui ai transmit mon embarra. Il se reprend vite, heureusement. Sa demande ce précise et me met bien plus à mon aise. Je ne me sens plus acculer, plus libre de mes mouvements. C’est pas plus mal. Au moins, je vais arrêter de me comporter come un lapin pris dans les phares d’une voiture, ou d’une souris coincer  entre un chat et un mur.

« D’accord, mais sache que tu es dans ton droit si tu veux connaitre les raisons qui ont poussé Sébastien à me choisir. »
C’est vrai, pour quoi ferait-il une confiance aveugle envers son prédécesseur qu’il n’a pas connue et qui en plus à abandonné sa communauté. Même s’il a ses raisons. Alors, mon rôle…

« Par où commencer ? Arrête-moi si je t’embrouille. »
Décidément, j’ai repris pas mal d’assurance. C’est pas plus mal. « D’abord, je suis le messager de la communauté, ton messager, d’autant plus si tu as besoin que ton message soit, comment dire… Appuyé ? Attention, je ne parle pas de violence. Mais de par mon Odem, j’apporte un certain poids à mes mots et mes actes. » En plus, je suis native d’ici, les plus vieux me connaisses. Ce qui fait que j’ai pas mal d’amis et tout autant d’ennemis. « Je collabore avec les forces de l’ordre, lorsqu’une enquête concerne notre communauté, en tant que consultante. Mais il m’est déjà arriver de les aider plus physiquement. » Les flics n’aiment pas quand ils ont affaire aux hommes-braves, sa les mets mal à l’aise.  « En fait, une grande parties de mes collaborations se sont résumés à examiner des corps mort par des bêtes sauvages pour savoir s’il s’agit d’un homme brave et a essayer de le traquer, qu’il soit frère ou simple bête. » Les flics sont un peut paranos, ils voient des crimes meta dès qu’un alligator arrache une jambe.

« Ce qui m’amène à mon rôle suivant. Je protège ceux dont l’Odem ne vient pas d’un ancêtre guerrier. Nos ancêtres n’ont pas tous brillés par des faits d’armes, mais par leur compassion, leur sacrifice et bien d’autre raison. Mon rôle consiste à défendre ceux-là quand ils en ont besoins et que je le peux. » Je viens déjà  de lui balancer pas mal d’informations, mais il y en a encore d’autre. Je fais quand même une pause, avant de reprendre.

« Je protège aussi les hommes-braves d’eux même, j’empêche les jeunes de faire des conneries. »
Un peut comme quand je sais qu’un petit frère à déjà manger de l’homme et qu’il entraine une femme dans les bois. « Si tu veux un exemple, il y a trois nuits, j’ai empêché un loup égaré de perdre le contrôle en ville. Et si tu veux savoir à quel point je m’investis, j’y ai gagné une balle en argent dans le bras. » Je me gratte le bras gauche, là où l’argent m’a bruler la chaire. Encore une chose et je pense que j’aurais fait le tour de se que Sébastien attendait de moi.

« Touts ça je le fais pour seconder le Sachem, car il ne peut pas être partout à la fois. Tout ça tu peux le faire aussi, en plus d’être le guide de la communauté. Ton rôle est de nous guider, nous conseiller lorsque nous sommes perdue, nous recadrer, nous soutenir, nous protéger… Dit comme ça, sa fait beaucoup de responsabilités d’un coup d’un seul. Mais le Salinan Sachem, la Combattante et la Namir-ra  sommes là pour t’y aider. »
Depuis combien de temps on a pas d e Salinan Sachem ?

« Voila, ça c’est ce que je fais en temps de paix. Mais le premier de mes rôles n’entre pas en ligne de compte en temps de paix. Le Combattant est un guerrier redoutable parmi les siens. Bras armé du Sachem. En cas de nécessité, c’est à lui que revient la tache de fédérer les hommes-braves lorsqu’ils doivent aller au combat. »
Là c’est bon, j’ai tout balancé. Ça fait vraiment beaucoup.

Attend ses questions, je suis là ce soir pour y répondre.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3502-alice-mewryan#58026
Matthew Williams
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: Les ancêtres comme témoin.   Jeu 9 Oct - 16:34

Savoir que j’étais Australien n’allait sans doute pas rassurer les Métamorphes dont il était dorénavant le Sachem. Sans compter que ceux qui le connaissait un peu ne savaient que de lui les récits qu’il pouvait faire des cinq continents et de leurs richesses. Comment croire qu’il resterait plus longtemps qu’un autre ? Matthew aurait pu difficile argumenter contre leurs doutes. Il ne pouvait savoir de quoi demain serait fait, mais il savait qu’il ne pouvait pas faire marche arrière dorénavant et, s’il y avait bien une chose dont il était certaine, c’était qu’il n’allait pas abandonner les « siens » - même si cette expression était encore un peu étrange pour lui – sans un motif plus que valable. Mais Sebastian n’avait-il pas eu un motif légitime lui aussi ? Mieux valait peut-être ne pas trop y penser pour le moment. Il n’avait pas besoin de s’infliger un surplus de culpabilité pour le moment. La Namir-Ra avait déjà su lui remonter un peu le moral, malgré leur relation qui était tout sauf réellement claire, et il acceptait déjà avec un peu plus de facilité le fardeau qui allait être le sien, qui était déjà le sien, mais, au fond de lui, il espérait sincèrement qu’il s’en révèlerait digne. Le Jaguar ne voulait pas décevoir. Cela avait déjà été le cas avec Arn et même si c’était là quelque chose de beaucoup plus personnel et qu’il avait juré de se rattraper, il savait qu’il n’aurait pas de seconde chance en tant que Sachem. Même si, il en était convaincu, même la Panthère ne lui pardonnerait pas le moindre faux pas en tant que tel. Il espérait qu’elle serait derrière lui lors des grandes décisions – s’il devait y en avoir – et que la peur de « mal faire » ne le pousserait pas à l’immobilisme… Peut-être le saurait-il bien assez tôt.

Il arrêta de contempler le feu, posant son regard sur la jeune femme qui lui faisait face et qui, apparemment, semblée avoir également retrouvé l’aplomb dont elle avait fait preuve à la « cérémonie » des Munins. Il ne savait pas trop s’il devait voir cela comme une amélioration ou non, à vrai dire. Savoir que derrière ce bout de femme se cachait un grizzly n’était pas forcément des plus rassurants, même si, au plus profond de lui, son instinct était convaincu qu’il n’aurait jamais rien à craindre d’elle. Pas dans la situation actuelle en tout cas. Quant à connaître les raisons qui avaient poussé Sebastian à la prendre comme Combattante, il n’était pas certain qu’il aurait été bienvenu de s’immiscer ainsi dans leurs vies respectives. Seule la décision de remettre en cause ce choix ou non était la sienne, du moins le voyait-il ainsi et, jusqu’à présent, il n’avait trouvé aucune raison de ne pas la reconduire dans sa fonction. Qui d’autre aurait-il choisi ? Mais au-delà de l’absence de solution, il avait une certaine confiance en elle. Même s’il ne la connaissait pas. La Namir-Ra lui faisait confiance et, au fond, Matthew n’avait pas besoin de plus, pour le moment. Il écouta avec attention ses propos. De son rôle de messager, de consultante auprès des autorités de la ville, de protectrice, de tutrice aussi… Frissonnant légèrement quand elle évoqua la balle en argent dans le bras. Il avait instinctivement essayé de déterminer l’impact sur son bras. Impossible à cette distance alors qu’il faisait nuit de toute façon. Il se reconcentra sur ce qu’elle avait à lui dire, alors qu’elle faisait état de ses responsabilités à lui mais que certaines personnes étaient là pour l’aider. Oui… Il aurait besoin d’elles, assurément. D’ailleurs n’était-ce pas son aide qu’il venait quérir ce soir ? En quelque sorte. Très certainement, même.

Il y a avait une masse d’information non négligeable et il n’était pas certain de tout retenir. Il espérait cependant que la fonction en « temps de guerre » ne servirait pas de si tôt. Partir en guerre serait probablement trop demander à Matthew. Mais, en même temps, s’ils étaient menacés… Pourrait-il réagir justement ? Tant d’incertitudes. Et, pourtant, il devait se tenir droit, être un pilier inflexible, même dans la tourmente, afin que les autres puissent s’accrocher à lui. Pourrait-il devenir cela ? Les Munins semblaient penser que oui. Il n’en était pas si sûr… « Rassure moi, tu ne prends pas de balles en argent à chaque fois ? » Il connaissait l’effet de ce métal sur leur corps. Et le simple fait de prendre une balle, argent ou pas, voilà quelque chose qui n’avait rien d’agréable, même si, pour une balle, la blessure se refermait rapidement d’elle-même pour peu que le projectile fuselé traversait complètement et ne restait pas bloquée en chemin. Il y avait cependant une once d’humour dans sa voix. C’était sa manière d’être et mieux valait ne pas redouter la charge qui lui incombait mais peut-être la relativiser. Il posa son regard sur la jeune femme. « Je sais que l’on ne se connaît pas vraiment. Mais est-ce que tu penses que je serai à la hauteur ? As-tu confiance en ce nouveau Sachem ? » La question était sérieuse, très sérieuse. Elle la trouverait surement déroutante et il pouvait la comprendre. Elle ne savait rien, ou presque, de lui et ne se permettrait pas de le juger, pourtant c’était ce qu’il lui demandait. « N’aie pas peur de me froisser. Sois franche, je n’attends pas de flatterie, juste ta vérité. » Et il le pensait. Il avait besoin de son avis, de ce qu’elle pensait de lui alors qu’elle ne le connaissait pas, cet avis qui devait être celui de beaucoup de métamorphes. Arn avait taché de le rassurer, mais c’était la seule, ou presque, qui la connaissait. Pour les autres, il était presque un inconnu, un inconnu qui devenait soudainement leur « roi ». Il y avait de quoi être dérouté, sans aucun doute.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
Alice Mewryan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Patronne et barmain du Trick O'Clink
Age apparent: 20ans
Dangerosité:
20/30  (20/30)

MessageSujet: Re: Les ancêtres comme témoin.   Jeu 6 Nov - 19:12

Ah ! La tuile. La question qui tue. C’est compliqué. Entre se que je pense, se que je dis, se qu’il pense, se qu’il pense que je vais lui dire… Le bordel quoi. Qu’est-ce qui e dit qu’il va pas mettre les voiles un jour ? Je le connais pas, comment je peux savoir se qu’il vaut ? Les félins donnent souvent de bon Sachem disait mon père, contrairement aux Odems plus solitaires. Je marque un temps avant de répondre. Prend le temps de consulter mes ancêtres. Tous présents, je les sens. La lignée des Grizzly au grand complet dans un lieu chargé de souvenirs. Les esprits ne disent rien. Ils gardent pour eux leur avis. C’est donc à moi seule de parler.

« Honnêtement…qui me dit que tu ne vas pas m’a…nous abandonner comme Sébastien ? »
Mince. Cette claque n’était pas pour lui à la base, mais il vient de la prendre de plein fouet. Moi plus que qui conque en ville a était blesser par le départ du Sachem. A tors sûrement. Je dois être la seule à l’avoir prit comme une trahison. Malgré ça, c’est pas une raison pour que se soit lui qui prenne.

« Le prend pas mal. »
Petit sourie triste pour me faire pardonner et une autre pensée pour celui qui a changer ma vie.

« Avant qu’il me fasse l’honneur de me donner ce titre, j’étais classée dans la catégorie : animal très dangereux. J’étais une menace en devenir pour une certaine communauté, et il a changé ça. Du coup j’ai vraiment al pris son départ. »
Sans évoquer le frère de Patrick, ça passe étonnamment bien. Après tout, c’est lui que les ancêtres ont choisi, et je n’ai aucunes raisons de pas leur (et donc lui) faire confiance.

« Tu me demandes de porter un jugement alors que je ne te connais pas. »Chose que j’évite de faire, même quand je pense connaitre le personne en face de moi.

« Voila ce que je pense : si nos ancêtres t’ont choisi c’est qu’il y a une raison. Le passé ne doit pas être un frein, le futur ne doit pas nous tétaniser, seul le présent compte. » Oh, la belle phrase toute faite, qui n’éclaire personne.

« Ce que je veux dire, c’est que je ne connais pas ton passé et je sais pas si tu es capable. En revanche ce que je sais, c’est que je ferais tout se qui est en mon pouvoir pour t’épauler et t’aider à devenir un vrai guide pour notre communauté. » Comment je fais pour dire des trucs comme ça en restant sérieuse ? Bon c’est vrai que je le pense, mais faut que j’arrête les westerns spaghetti.

« Je te fais cadeau de ma confiance. » Bien sur que j’ai confiance en lui. Bien sur que je vais le seconder comme je l’ai fait avec son prédécesseur. Je n’ai aucunes raisons de faire le contraire, aucunes de lui mettre des bâtons dans les roues. Mais je n’ai pas aujourd’hui la réponse à sa question. Si je devais répondre par ou par non, se serait oui sans hésitation.

« Est-ce que je t’ai était utile ? » Toujours demander si on a répondue à la question, histoire d’être sûre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3502-alice-mewryan#58026
Matthew Williams
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: Les ancêtres comme témoin.   Jeu 27 Nov - 17:33

Matthew était parfaitement conscient de la question qu’il posait et de la position dans laquelle il mettait son interlocutrice. Cependant, il était convaincu qu’elle n’était pas du genre à esquiver les questions et, dans l’endroit dans lequel elle l’avait emmené, il avait comme l’impression qu’elle n’allait certainement pas lui mentir. Il avait besoin de connaître la vérité, parce que, au fond, c’était probablement ce que tous les métamorphes devaient penser de lui. Il aurait pu poser cette question à n’importe lequel d’entre eux mais c’était elle qu’il avait en face de lui ce soir et il aurait été plus qu’idiot de ne pas la lui poser. Arn lui avait déjà donné son opinion sur la question mais, malgré son statut de Namir-Ra, malgré son attachement au bien-être de la communauté méta de la Nouvelle-Orléans, il avait l’impression que son avis était quelque peu biaisé par ce qui se passait entre eux. D’ailleurs, il y avait fort à parier que certains membres de leur communauté devaient se poser la question de savoir si la vétérinaire était capable d’influencer les esprits et n’aurait pas fait un peu de « favoritisme » pour le désigner comme Sachem. Ils savaient tous les deux que ce n’était pas le cas, mais, généralement, les rumeurs se fichaient de la réalité. Il avait d’ailleurs failli commencer par cette question, mais c’était ravisé. Il était inutile de jeter de l’huile sur le feu et, si elle avait pu l’imaginer, peut-être lui en ferait-elle part en répondant à sa question sur sa légitimité. La dénommée Alice n’avait pas l’air de se cacher derrière des mots et sa franchise, bien que peut-être abrupte, était loin d’être désagréable, bien au contraire. Matthew avait toujours eu l’occasion de vivre en simplicité et le mensonge n’est pas une chose simple, loin de là.

Sa première réponse ne le choqua pas. Il était vrai qu’il ne pouvait convaincre personne qu’il n’abandonnerait pas le navire comme le précédent Sachem. Après tout, qui était-il ? Un métamorphe parmi les autres, rien de plus. Et voilà qu’on le nommait à la tête de la communauté toute entière. Même Arn avait été surprise et devait encore se poser des questions sur ce choix. Quand à Matthew lui-même… Il y pensait dès qu’il avait du temps libre. Mais au-delà du simple fait de ne pas abandonner les siens, comment être sûr d’être à la hauteur ? « Ne t’en fais pas, je comprends. » Comment aurait-il pu lui en vouloir ? Non, c’était normal. Au contraire, il se serait même attendu à un tollé général à sa nomination. Mais les esprits avaient leurs raisons qu’ils ignoraient tous. Si Arn avait une idée, elle n’en n’avait rien dit, mais le Jaguar était convaincu qu’elle n’était qu’un canal plus qu’une véritable participante. De toute façon, il ne lui serait pas venu à l’esprit de remettre en cause ce que la panthère pouvait lui dire, après tout, ils n’avaient aucun intérêt à se mentir. Il fut surpris de la petite histoire dont la jeune femme lui fit part. Il l’imaginait mal être un animal très dangereux, même si, au fond, son instinct était convaincu qu’il ne fallait pas lui chercher des noises. Les apparences étaient souvent trompeuses, encore plus avec les métamorphes. En tout cas, il était plus ou moins compréhensible qu’elle puisse en vouloir à Sebastian. Après, l’ancien Sachem avait probablement ses raisons, elles aussi compréhensibles ou non. Il devait être évident que le choix entre la communauté et la vie personnel ne devait pas être évident à faire. Certains prenaient des décisions plus ou moins bonnes ou mauvaises. Mais qui pouvaient les en blâmer ? Certainement pas Matthew.

Il acquiesça d’un mouvement de tête pour l’encourager à continuer. Il savait qu’il ne lui demandait pas quelque chose de facile, mais il préférait qu’elle aille jusqu’au bout désormais. Elle aussi s’en remettait aux esprits. Peut-être devait-il faire de même et croire en leur choix. Mais comment être sûr de ses propres capacités ? Son soutien me sera nécessaire, le soutien d’Arn, d’autres également… Mais peut-être est-ce cela aussi le pouvoir des métamorphes : une communauté. La confiance de la Combattante l’honore, mais le Jaguar n’est pas certain de la mériter. « Rien n’est jamais vraiment inutile. Et je pense que beaucoup de gens doivent se demander, comme moi, ce que j’ai de légitime pour être le Sachem. Je peux faire confiance aux esprits, mais je n’ai pas encore confiance en mes propres capacités. » Il soupira. « Je tâcherai de me montrer digne de ta confiance. Mais je te demanderai encore une chose… » Il la regarda dans les yeux. « Colle moi une baffe dès que je fais quelque chose de travers pour me remettre dans le droit chemin. » Il était très sérieux, même si cela pouvait sonner comme une plaisanterie pour ceux qui le connaissaient bien. Toutefois, entre Arn et Alice, il était convaincu que cette dernière serait plus à même de tenir ce genre de promesses, ne serait-ce que par l’absence d’un lien plus personnel entre eux. Matthew n’était pas encore certain de ce qui se passerait entre la panthère et lui, mais avoir un élément neutre supplémentaire ne pourrait pas faire de mal, quoiqu’il arrive. « Enfin, j’espère ne pas finir en tête à claques. Quelque chose me dit que tu dois avoir les moyens de me faire relativement mal si tu le souhaites. » Il doutait que ce soit un jour le cas. Il l’espérait même. Mais il avait de toute façon dit cela sur le ton de la plaisanterie, mais, au fond de lui, il était convaincu qu’elle pouvait en être capable. D’animal à animal, on ne peut pas se cacher ce genre de choses.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
Alice Mewryan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Patronne et barmain du Trick O'Clink
Age apparent: 20ans
Dangerosité:
20/30  (20/30)

MessageSujet: Re: Les ancêtres comme témoin.   Sam 3 Jan - 0:21

Il doute. Comme nous tous. Personne n’est jamais certain d’être à la hauteur de ce que l’on attend de nous. Légitimité… En voila un bien grand mot. Tu n’as aucune légitimité, sauf celle que tu veux bien t’accorder et celle qu’on veut bien te prêter. La seule chose qui est sûre c’est que tu as été choisi par les ancêtres et lorsque les esprits font entendre leur voix, personnes ne peut légitimement contester leurs choix.

[color=#ff9900] « Tu sais ma confiance n’a rien d’un grand honneur. C’est un cadeau que je fais par principe. »{/color] C’est l’éducation que j’ai reçu. C’est un peut comme ça que mes ancêtres se sont fait avoir par l’Homme blanc. Mais c’est pas parce qu’on se fait mordre une fois par un chien que tout les chiens mordent. Je marque un temps.

« «Si sa te fait plaisir je te fais la promesse de le faire.» Je peux bien promettre ça. Et c’est pas le genre de promesse que j’aurais du mal à tenir. J’avoue que l’idée de frapper le Sachem me plait pas plus que ça, bien au contraire. Mais bon si c’est lui qui le demande. Pour quoi pas. J’espère que j’aurais pas besoin d’en arriver là.

« Avec ou sans les griffes ? » Sa plaisanterie m’entraine. J’aime pas les atmosphères pesantes de sérieux. Alors s’il me donne l’occasion de plaisanter je la manque pas, et lâche un rire entendue. Nul doute que le jour où on se battra l’un contre l’autre, se sera un beau combat. Après avoir bien rie je me lève.

«Et si on fêtait cette rencontre ? » Un poids s’est envolé ce soir. Un nouveau Sachem, de nouveaux hommes-braves en ville et la confiance qu’on m’a faite, renouvelée. Mon monde reste en place. Je vais même pouvoir faire le deuil de mon père dans les prochains jours.

« Il y a une bouteille d’eau de vie dans la cabane, ainsi d’un canapé très confortable. Je t’invite ? » Entre hier soir et ce soir, barmaid ou pas, je vais finir par avoir le fois dans un sal état.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3502-alice-mewryan#58026
Matthew Williams
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: Les ancêtres comme témoin.   Mar 27 Jan - 18:12

La légitimité. C’était ce que Matthew cherchait, que ce soit dans le regard ou dans les paroles de la Combattante. Il avait besoin de ce sentiment pour la simple et bonne raison qu’il ne se sentait pas vraiment à sa place en tant que Sachem. Peu importe ce que les esprits avaient pu dire, qui ils avaient pu désigner, cela restait suffisamment obscur et sorti de nulle part pour rendre le tout passablement bancal. La preuve en était probablement la rumeur – dont il avait entendu vaguement parlé – qui disait qu’il avait été choisi car la Namir-Ra, Arn, avait influencé les esprits. Il avait été surpris d’entendre une telle chose et, au fond, il était convaincu que si la Panthère avait ce don de communier avec les Munins, elle n’était cependant qu’une sorte de « conduit » et certainement pas capable de maitriser ces esprits. Il suffisait de voir l’état dans lequel elle se trouvait lorsqu’elle faisait appel à eux pour comprendre qu’elle ne maitrisait absolument rien. Puis il y avait également cette sensation lorsqu’ils sondaient le plus profond de chaque Métamorphe et, pour l’avoir vécu deux fois, Matthew savait qu’il n’y avait rien à influencer. Les Munins faisaient leurs choix en fonction de ce qu’ils voyaient. Ce qui intéressait par contre le Jaguar, c’était de savoir s’ils se contentaient de « faire le tri » parmi tous les présents au Mentis Animalis ou s’ils étendaient leurs recherches à tous les Métamorphes de la région. Certes, tout le monde était irrésistiblement appelé vers le Mentis lors de ces cérémonies, mais certaines situations pouvaient empêcher quelqu’un d’y aller, non ? Et dans ce cas, les Munins ne choisissaient-ils pas juste le meilleur possible parmi ce dont ils avaient à disposition ? A défaut d’être fait pour être Sachem, et si Matthew n’avait été choisi que par « défaut » ? Cette simple idée lui ruinait le moral.

Il acquiesça légèrement lorsque la jeune femme ajouta quelques mots au sujet de sa confiance. Rien de bien rassurant en soi, même si c’était tout à son honneur d’avoir encore foi envers les autres personnes, il aurait préféré quelque chose d’un peu différent. Enfin, il fallait croire qu’un Sachem devait bien finir par se débrouiller seul à un moment ou à un autre. Il restait à espérer qu’il arriverait à se montrer digne de cette confiance, comme de celles des autres, de tous ceux qui s’étaient manifestés au Mentis. Tous ceux qu’il devait protéger. En repensant au nombre, il en avait déjà le vertige. Il ne s’était jamais occupé que de lui-même, et de quelques personnes, de ça, de là, - après tout, il n’était pas égoïste -, mais avoir des personnes qui dépendaient de lui… Jamais. Si les Esprits avaient quelques idées en tête, il aurait été intéressant qu’ils trouvent un moyen de les lui souffler. « Sans, de préférence. » Il avait souri. Légèrement, mais sincèrement, sentant que la Combattante semblait peut-être vouloir alléger la discussion. « De ce que j’en ai vu, ça me paraît plus raisonnable. » On ne pouvait pas dire que la gifle d’un ours était agréable et, tant qu’à faire, il préférait se passer de séquelles à plus ou moins long terme. Ceci étant, il y avait sans doute moyen d’explorer des idées comiques dans ce scénario. Enfin, si l’on pouvait éviter quand même… Matthew haussa un sourcil quand elle lui proposa de « fêter cette rencontrer ». Il ne voyait pas trop ce qu’il pouvait y avoir à fêter, mais cela serait sans doute mieux que de se lamenter et, pour ça, il pouvait toujours le faire seul, dans son appartement. Il hocha la tête, consentant à l’invitation.

« Tant que tu ne cherches pas à me saouler pour abuser de moi, ça devrait aller. » Il avait dit cela sur le ton de la plaisanterie. « Dans le cas contraire, j’espère que tes réserves d’alcool sont vastes, sinon tu n’arriveras pas à tes fins. » Il se leva à la suite de la Combattante et se dégourdit un peu les pattes avant de la suivre vers la cabane. L’humour, c’était probablement la seule chose qui lui restait pour le moment pour ne pas sombrer. Il y avait le travail aussi, mais ses étudiants, s’ils l’aidaient – indirectement – à ne pas trop penser à tout cela, ne réglaient pas son problème non plus. Il entra dans la cabane et jeta un petit coup d’œil sans se montrer trop invasif. Il ne savait pas à quoi servait cette retraite et ne désirait pas spécialement entrer outre mesure dans l’intimité de la barmaid. Il s’installa dans le fauteuil et attendit qu’elle lui serve un verre avant de la prendre en la remerciant. « A cette rencontre, alors ? » C’était l’usage, même si boire pour rien faisait le même effet. « Même si, pour être franc, je ne suis pas sûr que t’y gagnes vraiment. » Il y avait un sourire malicieux sur son visage. Matthew laissait un peu ses soucis de côté et redevenait lui-même, ce n’était pas pour lui déplaire. Il leva son verre en direction de son hôte. « A notre rencontre et aux baffes qui vont suivre ! » Il lui fit un clin d’œil et avala cul-sec le contenu du petit verre. Il serra les mâchoires pendant que le liquide lui brûlait la gorge. Ce n’était pas vraiment son truc l’eau-de-vie, mais ce n’était pas mauvais non plus.


Dernière édition par Matthew Williams le Lun 9 Fév - 9:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
Alice Mewryan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Patronne et barmain du Trick O'Clink
Age apparent: 20ans
Dangerosité:
20/30  (20/30)

MessageSujet: Re: Les ancêtres comme témoin.   Lun 9 Fév - 8:17

« Ça dépend, si  j’abuse de toi, que je te fais chanter et qu’il y a moyen d’avoir une promotion, je peux me débrouiller pour qu’elle soit vaste. »  Je laisse la phrase en suspend, pas longtemps non plus, je ne voudrais pas l’effrayer plus qu’il ne l’est déjà.

« Je rigole. Loin de moi l’envie de me mettre un gros félin en colère qui parle aux esprits sur le dos. J’ai trop besoin d’elle. » Déjà, il a de l’humour, j’aime ça. Un chef trop sérieux, c’est un réservoir à ulcères ambulant. Mais est-ce que je peux me permettre d’être aussi familière avec lui sur le sujet de ses amours ? Arn est comme une sœur pour moi. Bien plus que les autres hommes-braves du coin. Sans me vanter, je pense que je ne me suis pas trompée quand j’ai vue le regard presque désespéré de mon amie lorsqu’il a été choisi. Ils sont ensemble ou je ne suis ne suis plus un symbole de paix et d’amour en pus des autres symboliques prêtées à l’ours. Du coup, je le voie un peut comme mon futur beau frère. C’est exagéré, je le sais bien, mais pour quoi ne pourrais-je pas avoir des prédictions moi aussi ? Du moment que je les garde pour moi, je suis bien libre de penser ce que je veux.

J’ouvre la porte  et embrasse du regard ma nouvelle forteresse de solitude. Il faut que je pense à finir d’enlever les draps protecteurs sur les étagères pour découvrir tout se que mon père m’a laissé. Pour le moment seuls le plant de travail, le canapé et la petite table sont découverts. Il faudra remédier à ça plus tard. Dans mes souvenirs, les bouteilles sont cachées sur l’étagère à droite du bureau. Bingo ! Des verres retournés et…j’hallucine sur la quantité de bouteille. Il n’y en avait pas autant dans mes souvenirs. J’attrape deux verres et une bouteille. Après avoir remplit les deux verres j’en tends un à Matt…Matt, j’aime bien.

Je m’assoie, mais pas trop prêt non plus. Il ne faudrait pas que je manque de respect à sa fonction. Il trinque mais sans convictions, il doute encore. Que moi je doute quand le chef, me nomme combattante alors que je suis sur le point d’étriper, littéralement, tout les sorciers que croise, c’est compréhensif. Mais douter des esprits…oui, bon, tout le monde n’est pas amérindien et ne fait pas une confiance aveugle dans les esprits de nos ancêtres.  Je bois d’un trait…super pour ne pas passer pour une alcoolique, on y reviendra. Je pose le verre fermement avec un soupire.

« J’y gagne pas vraiment ? Bon je vais te dire se que j’y gagne, puisque tu n’as pas l’air de te rendre compte. » Pas besoin d’être aussi sèche, mais là il me fait penser à Dave adolescent blazer de la vie alors qu’il ne la pas encore vécu. « Tout m’emmerde, j’arrive à rien, je sais pas se que j’ai… » bla bla bla. Un coup de pied au cul n’aurait pas suffit, je l’ai embarqué dans le bayou et fait vivre trois jours d’enfers pur, pour qu’il comprenne  qu’il faut se sortir les doigts du cul pour avancer dans la vie.

« On va être ultra égoïste et prendre mon cas. Si t’étais pas là, j’enverrais balader mes responsabilités de Combattante du Sachem – puisqu’il aurait pas de Sachem – et j’étriperais du sorcier à tour de bras jusqu’à ce que je trouve ceux qui ont dépecé vivant mon beau-frère pour enfiler sa peau. Je serais donc une meurtrière, pourchasser et par la police et par les weecans et surement par pas mal d’hommes-braves qui voudraient stopper ma folie meurtrière. Je ne suis pas encore sûre de savoir par lesquels j’aurais le plus envie de me faire attraper. » C’est déjà un beau résumé. C’est effrayant de sentir que cette perspective me donne encore le sourire, presque comme si j’hésitais encore vraiment à le faire. En plus je sais exactement par qui je commencerais…

« Si ça n’avait pas été toi le Sachem, celui, ou celle –y pas de raison- qui aurait été choisi, ne m’aurais peut être pas gardé, et le résultat aurait été le même que s’il n’y avait pas de Sachem pour moi. C’est pas pour rien de Sébastien m’a refiler des responsabilités, mon côté assistante-sociale aide aussi il faut l’avouer. » Et qu’elle putain d’assistante sociale je fais…plus fine qu’un éléphant dans un magasin de porcelaine dansant la macaréna. Aoutch ! Penser encore à la macaréna, voila qui me rajeunie pas.

« Et que se soit bien clair, ne te sens pas pistonné parce que tu as caressé la panthère dans le sens du poil, tu devras te donner autant que les autres. Les esprits t’ont choisi parce que tu es spéciale, encore plus que tout les hommes-braves de cette ville et ses alentours. C’est toi notre guide et que ceux que sa emmerdent viennent me voir et me le disent en face, ils ne seront pas déçut du voyage. Foie de Grizzly. » Heu…je vais mourir… Le complet sur Arn, s’était peut être Le sujet à ne pas aborder. Bonjour, voici un plat. Bonjour plat, voici mes pieds… Est-ce que si un Sachem en colère m’attaque j’ai le droit de me défendre ? Sachant que c’est moi qui l’ai mis en pétard ? J’ai pas abordé cette leçon avec mon père. Super la première rencontre. J’aurais pas put faire pire que de laisser mon caractère prendre le dessus. J’en connais un qui va se foutre de ma gueule si je m’en sors vivante.

« Sinon tu veux ta première baffe maintenant ou on dit que sa compte pas ? » Un sourire pas convaincue sur ma face, j’essaye de faire passer la pilule en ayant l’air sur de moi. Mais je me prépare à la baffe que JE vais prendre, si c’est pas pire.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3502-alice-mewryan#58026
Matthew Williams
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: Les ancêtres comme témoin.   Lun 9 Fév - 12:08

Il lui fallut un peu de temps, quelques secondes tout au plus, pour réaliser qu’elle parlait d’Arn. Il fallait dire que quand on lui parlait de « gros félin », il pensait généralement d’abord à lui-même, mais lorsqu’il s’agissait des esprits, cela ne pouvait pas être beaucoup d’autres personnes, sans compter le « elle » final, qui levait tout doute possible. La Panthère avait déjà mentionnée la Combattante, toutefois, la façon dont cette dernière avait parlé de la Namir-Ra étonna quelque peu le Sachem, qui se trouva plus intrigué par cette « déclaration » qu’autre chose. Enfin, c’était peut-être là des choses qui ne le regardaient pas. Il se contenta de sourire. « Qui sait ? Elle pourrait peut-être te remercier de m’enfermer quelque part ? » Il avait dit cela sur un ton qui ne laissait aucun doute sur le fait qu’il plaisantait, mais, au fond, on ne pouvait pas dire que le ciel était au beau fixe entre Arn et lui. Ils avaient fait plusieurs pas dans la bonne direction et Matthew aimait à croire que les choses iraient de mieux en mieux avec le temps, il ferait tout pour dans tous les cas, mais leur relation n’avait rien d’un long fleuve tranquille et qui savait ce qui se cachait derrière le prochain virage ? Il serait surement suffisamment temps d’y penser le moment venu. Ou alors peut-être fallait-il prendre le problème à bras-le-corps, comme pour le titre de Sachem ? Peut-être était-il trop mou, trop précautionneux. Son passé ne jouait pas en sa faveur, notamment sur le plan sentimental, mais est-ce que cela était important ? Après tout, n’avait-il pas voyagé dans le monde entier ? Bravé des situations parfois loufoques certes, mais néanmoins dangereuses ? Il n’était plus un enfant et n’avait probablement plus besoin d’être materné, n’est-ce pas ? Peut-être avait-il seulement besoin de s’affirmer et d’arrêter de douter, de mettre les choses à plat et de voir comment cela avancerait.

Et pourquoi pas, au fond ? Il observe la jeune femme trinquer et fait de même, sans aller jusqu’à finir son verre d’une traite. La modération reste de mise, avec l’époque, on n’est jamais trop prudent. Et mieux valait garder les idées claires pour éviter de se retrouver à faire quelque chose que l’un, ou l’autre, pouvait regretter, dans un sens, comme dans l’autre. Un peu étonné, il haussa un sourcil quand la Combattante lui proposa d’écouter ce qu’elle « gagnait » à leur rencontre. Pour être franc, il ne s’attendait pas à une telle tirade, qui, il fallait l’admettre, lui fit un peu froid dans le dos. Il n’avait pas peur d’elle, non, parce qu’il était conscient, que, même si elle était probablement redoutable, il n’était pas un petit chaton sans moyens de se défendre lui-même et, que, dans le pire des cas, il pourrait probablement la semer à la course. Ou peut-être pas, néanmoins, il se sentait suffisamment capable pour ne pas ressentir une menace immédiate. Il écouta tout ce qu’elle avait à dire, jouant un peu avec le liquide, qui roulait dans son verre au gré de ses mouvements. Il se figea sur la fin. Regardant la jeune femme en silence. « Je vois que les rumeurs vont bon train. » Il esquissa un sourire et termina son verre d’une traite avant de le poser sur la table basse dans un geste assez lent puis se redresser pour s’installer confortablement dans le canapé pour reposer son regard sur la Combattante. « J’imagine que c’est inévitable, même si je doute que le fait d’avoir pu caresser la Namir-Ra ait pu influencer d’une quelconque manière les esprits. » Il y avait une pointe d’humour dans sa voix lorsqu’il avait reprit l’expression de la jeune femme. Dans tous les cas, elle avait raison, dans le fond, même s’il aurait peut-être aimé une forme un peu différente. Mais quelque chose lui disait qu’il allait devoir composer avec cela pendant un temps.

« Mais tu as raison, je pense qu’il va y avoir du pain sur la planche dans les mois à venir et je pense aussi que nous ne serons pas trop de trois pour régler ce qu’il y aura à régler. » Il y avait probablement quelque chose de changé dans son regard, mais ce n’était pas de l’animosité. Il n’avait pas spécialement conscience d’être réellement si important que cela pour la Combattante, mais il se sentait déjà un peu plus utile. Il n’appartenait probablement qu’à lui d’accentuer ce sentiment et d’ôter ce doute qui le rongeait encore au plus profond de lui. Même si, plus profondément encore, un instinct plus primal se réjouissait d’avoir été ainsi choisi. Mais les pulsions animales n’étaient pas toujours celles auxquelles il fallait se fier. Cependant, peut-être valait-il mieux commencer à le ressentir ainsi plutôt que d’imaginer sans cesse qu’il ne serait pas à la mesure de la tâche ? C’était probablement l’occasion ou jamais de montrer de quoi il était capable et de s’extraire des chaines du passé. S’il se plantait et bien… Il aurait toujours l’occasion de réfléchir à quoi faire le moment venu. Mais, d’ici là… « Quant à la baffe… Je ne pensais pas vraiment à ce que tu me préviennes avant de m’en mettre une, ça gâche un peu l’effet, je trouve. Mais si tu te sens d’attaque, n’hésite pas ! Mais je ne te cache pas que je préfèrerais que tu me serves un autre verre. » Il esquissa un sourire et désigna les verres vides qui trônaient sur la table basse. « Il paraît qu’il ne faut pas trop amocher les otages pour en obtenir une bonne rançon. » Il lui fit un clin d’œil.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
Alice Mewryan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Patronne et barmain du Trick O'Clink
Age apparent: 20ans
Dangerosité:
20/30  (20/30)

MessageSujet: Re: Les ancêtres comme témoin.   Lun 9 Fév - 16:33

Je suis sur le point de fermer un œil attendant le coup. Mais rien ? Rien ne vient. Je le regarde, et la réplique qu’il me lance. Je ne savais pas qu’il y avait des rumeurs sur eux.

« Je n’écoute pas les cancans. C’est pas mon truc. » Mais la ferme ! Pour quoi je m’enfonce encore plus moi ? Mais on dirait bien que je ne me ferais pas frapper cette fois-ci. Mais si je continue a être aussi franche, il se peut que la prochaine fois je ne m’en sorte pas à si bon compte.

« Je suis certaine que les esprits ne peuvent qu’influencer et non être influencer. » Cool, de l’humour. Ouf, je souffle de soulagement. On dirait que mon surmenage ne l’a pas mis en colère. J’oserais même dire que c’est le contraire. Il a plus déterminé ; enfin j’ai l’impression. Il parle enfin d’actes et non de possibilités. Ça fait du bien d’entendre le patron parler de l’avenir. Même si c’est nouveau patron. On en a besoin, maintenant plus que jamais. Je me réjoui d’avance du travail qu’on va faire ensemble.

« Je me suis dit que pour le coups, il valait bien mieux que la baffe soit verbale. Profites en j’ai bien peur que se ne soit pas toujours le cas. » Je sourie et attrape la bouteille pour servir deux nouveaux verres. Cette fois, je garde mon verre dans les mains avant de boire prudemment une gorgée. Je lâche un rire dans un souffle étouffé.

« Bon, on fait quoi ? J’appelle Arn pour la rançon ? » Je lui rends son clin d’œil. Je suis pas sûre que la panthère apprécierait la blague. Même si l’idée de lui jouer un tour pendable me fais vraiment sourire.

« Plus sérieusement. Tu veux passer la soirée a te saouler, ou faire des choses plus constructives ? » En fait c’est bien moi qui n’est pas envie de saouler. Mon foie ne tiendra pas une cuite de plus. Ou alors plus vraisemblablement c’est mon moral. Il faut que je face une pause sur l’alcool. Mais je l'accompagnerais avec plaisir, s'il veut juste passer un moment agréable à dire de la merde et refaire le monde?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3502-alice-mewryan#58026
Matthew Williams
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: Les ancêtres comme témoin.   Lun 9 Fév - 17:34

Matthew aurait pu s’énerver, ou, plus exactement, n’importe qui d’autres aurait pu s’énerver, s’offusquer de cette mise en relation avec une femme et les liens de causalité qu’il pouvait y avoir entre une relation et une nomination. Mais le Jaguar n’avait jamais été fait de ce bois-là, bien au contraire, il laissait passer plus de savons qu’il n’en distribuait. Après tout, pourquoi se laisser aller à la violence pour quelques mots ? Certes, il y en avait qui le méritaient amplement et si la Combattante avait dit du mal de la Panthère, les choses ne se seraient probablement pas passées de la même façon, mais il n’y avait là rien de réellement offensant. La jeune femme se contentait de dire ce qu’elle pensait. Le fait qu’elle ait eu vent de la relation entre la Namir-Ra et son nouveau Sachem par des rumeurs ou par son propre « flair » n’importait que peu au final, puisque c’était un sentiment que certains partageaient, un doute légitime, en quelque sorte, même si, au fond, il n’y avait aucune raison pour que les esprits puissent être influencés d’une quelconque manière. Il hocha d’ailleurs la tête quand elle affirma cela d’elle-même. Hélas, il était peu probable que tous partagent cette certitude, parce que, certaines personnes, comme lui, au fond, ne savait pas trop comment « fonctionnaient » ces esprits. Mais, dans le fond des choses, Alice avait raison. Ceux qui n’étaient pas contents pouvaient toujours venir les voir, ils seraient effectivement bien reçus. Matthew était loin de se considérer comme un « roi de droit divin » mais il se sentait davantage l’âme de se battre parce qu’il avait été choisi pour cela et, au fond, cela devait bien signifier quelque chose. Peut-être se faisait-il des idées, mais, d’une certaine manière, il était impossible de savoir avant de faire. Alors, autant se lancer dans le grand bain.

« Quelque chose me dit que je vais apprendre à préférer les baffes verbales plutôt que les autres. » Il esquissa un sourire, sincère et ramena le verre vers lui une fois qu’il fut plein. Il ne savait pas trop quoi dire, ou quoi faire. A vrai dire, il ne voulait pas vraiment abuser du temps de la jeune femme non plus. Certes, elle était « sa » Combattante mais elle avait aussi une vie et probablement autre chose à faire que de rester là à boire un verre avec son « patron ». D’autant qu’il était fort probable qu’elle n’avait pas le courage de lui demander de partir étant donné cette hiérarchie qui existait désormais entre eux. Il se tourna vers elle tandis qu’elle lui proposait d’appeler Arn pour demander une rançon. L’idée était plaisante et, sans surprise, il y réfléchit avec sérieux, mais peut-être était-ce une blague pour laquelle il faudrait attendre un peu. Il n’eut pas le temps de répondre que la Métamorphe enchainait, lui demandant s’il voulait se saouler ou faire des choses plus constructives. Il fallait admettre que la première option ne le tentait pas vraiment, principalement parce que l’alcool n’avait jamais été son truc. « Pour être franc, je me passerai volontiers de l’alcool. Les cuites, ça n’a jamais été vraiment mon dada. » Ceci étant, quelque chose de constructif, ce n’était pas évident à trouver, du moins comme ça, de but en blanc. « Par contre, de là à faire quelque chose de constructif… » Il regarda son verre pendant quelques instants, jouant de nouveau avec le liquide. C’était quelque chose qu’il aimait bien faire pour une raison inconnue. Peut-être que le mouvement le fascinait simplement comme tout bon félin qui se respectait.

Il reporta son attention vers la Combattante. « Tu as peut-être des choses à me proposer, sur ces fameuses choses constructives qu’on pourrait faire ? » Il laissa le silence glisser après ces quelques mots, réfléchissant lui-même à ce qui méritait d’être évoqué, et puis quelque chose semblait quelque peu légitime. « Tu as peut-être des choses à proposer, je veux dire, pour la communauté. Quelque chose qui te tiens à cœur. Je ne sais pas vraiment en fait. Quelque chose que tu voudrais améliorer. J’imagine que c’est un peu le moment pour les doléances. » C’était probablement quelque chose qui ne manquerait pas d’arriver, même s’il se demandait un peu comment cela pourrait se passer. Mais avec les responsabilités venaient souvent les attentes des gens. Il avait beaucoup de Métamorphes sur lesquels veiller désormais mais ces derniers attendaient peut-être quelque chose de lui. Y’avait-il une quelconque manière de procéder ou cela dépendait-il de Sachem en place ? Il s’imaginait mal faire des sessions extraordinaires au Mentis pour que les gens énoncent leurs problèmes, ni même installer une petite boîte à suggestions. Les gens viendraient-ils d’eux-mêmes le trouver pour lui parler ? Cette solution était de loin sa préférée mais ne craindraient-ils pas de le déranger ? Peut-être devait-il faire comprendre qu’il était ouvert à ces discussions ? Tellement de questions… « Comment les nôtres faisaient-ils pour demander quelque chose à Sebastian ? Je veux dire… J’imagine que chacun à des attentes, ou aimerait faire avancer les choses d’une manière plutôt que d’une autre et que le Sachem ne pense pas forcément à tout. Je dois m’attendre à rencontrer des Métas dans des endroits incongrus ? » Il avait fini dans un demi-sourire, reposant le verre encore plein sur la table basse.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
Alice Mewryan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Patronne et barmain du Trick O'Clink
Age apparent: 20ans
Dangerosité:
20/30  (20/30)

MessageSujet: Re: Les ancêtres comme témoin.   Lun 9 Fév - 20:32

« Je t’avoue que moi aussi je me passerais bien d’une cuite supplémentaire. » J’aime quand je suis sur la même longueur d’onde que les gens à côté de moi. Ça évite les quiproquos et autre situations embarrassantes. Comme dégringoler sur l’entre cuisse d’un pauvre loup perdue.

Ah mince, il compte sur moi pour trouver un truc constructif. Réfléchissons…réfléchissons…heu…

« Un psy pour la communauté. » Je sourie à moitié.  J’irais même plus loin en disant un psy pour loup. Non mais sans rire, est-ce que c’est à cause de la quantité de loups présents ? Statistiquement je veux dire. Il y en a tellement que c’est pour ça qu’il y en a forcément qui ont des problèmes.

Ah, c’est lui qui dit un truc sérieux. C’est dommage j’étais bien partie pour dire une grosse connerie… Mouaie, en faite je vais la dire quand même :

« Oui j’ai un truc qui me tien à cœur : interdire l’entrer de la ville aux loups. Non mais tu as une idée du nombre de loups sur ton territoire ? Toute une meute ! Et encore plus avec les solitaires. C’est une véritable invasion. »
Je finie ma phrase en me marrant comme une gamine. D’un autre côté, mon poste d’assistante sociale pour hommes-braves m’a fait m’occuper de deux loups en deux nuits. C’est bien qu’il y a quelque chose avec ces canidés.

« Plus sérieusement. » J’arrête de rire et même de sourire. Le problème est réel, malgré la grande révélation, trop d’hommes-braves se retrouvent isolés de la communauté.

« Je n’ai pas d’idée qui pourrait changer le monde. Pour le moment je peux juste te dire les problèmes qui sont présent dans ta ville, après nous pouvons y réfléchir ensemble. » Je n’attends pas de lui qu’il est toutes les réponses et les solutions aux problèmes. Mais si nous n’en discutons pas personne ne trouvera de solution.

« Il y a deux nuits, je t’ai dis que j’ai prie une balle en argent. C’était pour procurer le poison des vampires à un loup refoulé, qui avait perdue le contrôle et que… je n’aurais pas put maîtriser autrement. »
Les derniers mots ont du mal à sortir, je sens la colère de l’impuissance dans ma voix. Il faudra que je m’occupe sérieusement du cas de Blake. Le Sachem est en droit de savoir s’il y a des êtres instables sur son domaine.

«  Hier j’ai rencontré un jeune loup d’une vingtaine d’années, qui a fait sa première métamorphose complète grâce à moi. Il vient d’une famille weecan et c’est a cause d’eux et leur bidule magique que son totem était bloqué. Résultat, il les a fuit, il était seul, perdue, terrorisé par se qu’il pourrait faire et tout rouge, je parle de la couleur. Je ne sais pas se que sa famille lui a fait, mais sa a affecté son pelage. » Je ne pense pas qu’on puisse faire quoi que se soit pour la couleur…

« Qui sait se qu’il serait advenue s’il n’était pas entré dans mon pub. Je l’ai embauché pour pouvoir avoir un œil sur lui. Je lui ai donné ma parole qu’il pouvait se reposer sur moi et je vais faire en sorte qu’il évacue toute la rage du loup emmagasiné depuis sa puberté. Même si je ne sais pas encore comment, mais il le faut. Parce que crois moi il est pas commode le loup. J’en sais quelque chose. »
Ce fut un rude combat, pour lui comme pour moi, mais heureusement on s’en est sortie.

« Soit ils allaient le voir directement, soit ils passaient par Arn ou moi j’imagine. J’ai toujours rapporté à ses oreilles les choses que je ne pouvais régler sans lui. » C’est une question compliqué, Sébastien ne m’a jamais raconter qu’un écureuil s’était introduit chez lui pendant qu’il pisser pour lui demander de l’aide.

« Si tu es prêt a entendre se que nos frères ont à te dire, je pense qu’une fois, tu devrais sonner le rassemblement le leur dire. »
S’ils ne savent pas que le Sachem est accessible, beaucoup n’oseront pas s’en approcher.

« Mais pour ça, je pense que Arn sera de meilleur conseil que moi. »
Pas facile pour moi de faire marcher ma matière grise je n’en ai pas vraiment l’habitude. pour les décisions réfléchies c'est elle

« J’ai deux trois idées cela dit. Notamment nous réunir tous les trois régulièrement pour faire un état des lieux de ton domaine, comme je viens de le faire avec mes deux loups ; et réfléchir ensemble aux solutions éventuelles. » Bien sur c’est lui qui garde la décision finale. Qui suis-je pour lui dire se qu’il doit faire ?

« Désolé je suis partie dans des réflexions trop sérieuses, pardon. » J’ai pas envie de la saouler avec des problèmes alors qu’il doit avoir les siens.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3502-alice-mewryan#58026
Matthew Williams
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: Les ancêtres comme témoin.   Mar 10 Fév - 15:43

Passer à quelque chose de plus sérieux, oui, c’était probablement ce qu’il y avait de mieux à faire. Après tout, il n’était pas venu ici pour discuter torchons et serviettes, et même si la compagnie de la jeune femme était agréable, il ne devait pas perdre de vue les véritables raisons qui l’avaient poussés à venir la trouver. Ceci étant, elle avait déjà répondu à pas mal de ses interrogations et, au fond, pouvait se targuer de l’avoir animé d’une nouvelle volonté. Il accusa la remarque de la Combattante avec une certaine surprise. A dire vrai, il ne s’imaginait pas qu’elle puisse se cuiter souvent, et, pourtant, c’était un peu ce que sa réponse laissait sous-entendre, toutefois, il ne préféra pas rebondir dessus. Peut-être s’était-elle saoulée récemment et ne voulait, justement, pas remettre ça. De toute façon, avec Matthew, elle était bien tombée. Il était plutôt le genre menthe à l’eau, même si un bon verre d’alcool ne le rebutait pas. Mais pour garder les sens aiguisés, mieux valait ne pas trop se laisser emporter. Le Jaguar reste cependant un peu plus perplexe devant la proposition d’Alice. Un psy ? Les choses vont mal à ce point ? Il n’avait pas vraiment d’intuition sur le fait de savoir si elle plaisantait ou non. Pour lui-même, il avait plus tendance à le prendre comme une farce mais avec un fond de vérité. Certains nécessitaient peut-être un psychologue, mais, si c’était le cas, le Métamorphe ne savait pas vraiment vers qui il pouvait éventuellement se tourner. Après tout, on ne diagnostiquait probablement pas les leurs comme on pouvait le faire avec des Normes. Il n’eut cependant pas le temps d’y réfléchir davantage avant qu’elle ne mette le « problème » des loups sur la table. Savoir qu’il y en avait une Meute sur le territoire ne l’étonnait pas outre mesure. Ces créatures-là se déplaçaient en bande, mais il n’avait jamais vraiment entendu parler de problèmes que cela pourrait causer.

Néanmoins, à en juger par le rire de son interlocutrice, le Sachem jugea qu’il n’était peut-être pas nécessaire de mettre en place une telle interdiction et, au fond, il n’aurait eu aucune idée sur la façon de procéder de toute façon. Cependant, la légèreté quitte les traits de la jeune femme et Matthew se rend compte rapidement qu’elle devient plus que sérieuse. Il acquiesce légèrement lorsqu’elle lui propose d’évoquer les problèmes qui existent, l’encourageant à poursuivre, sans l’interrompre. L’évocation du premier laisse le Jaguar pleinement perplexe. Il avait conscience que certaines personnes avaient toujours du mal à vivre avec leur nature de Métamorphe, et il pouvait comprendre que cela puisse être difficile à appréhender. Il avait également entendu parler de cette « mode » qui consistait à utiliser le sang de Vampire pour refouler les instincts animaux. Mais que la Combattante elle-même en soit à avoir besoin de cette substance pour contrôler un des leurs, c’était quelque chose qu’il ne comprenait pas réellement, mais il n’avait peut-être pas tous les éléments sous la main. Il aurait été difficile de juger des décisions de la jeune femme, qui, probablement, avait fait du mieux qu’elle avait pu. « Tu as fait ce que tu jugeais bon de faire. Je ne saurais te dire si c’était la bonne décision, mais l’essentiel c’est que vous vous en soyez sortis, tous les deux. J’imagine que nous aviserons pour la suite. » Il ne savait pas vraiment comment il pouvait gérer une telle chose, mais il avait l’intuition qu’avec Arn, il serait plus facile d’avoir une idée des solutions qui s’offraient à eux. Tandis qu’il l’encourageait à poursuivre, il l’écouta évoquer un autre cas dont la teneur ne le fit pas plus sourire que le premier. S’il était possible d’imaginer que de tels « cas » existaient, il fallait y être confronté pour pouvoir en avoir une pleine mesure. Pendant quelques instants, Matthew se demanda quel pouvait être le quotidien de la Combattante…

« Je te crois. Par contre, je doute que tu puisses embaucher tous les Métamorphes qui éprouvent quelques difficultés. » Il se ravisa, esquissant un sourire. « Je veux dire… Ta démarche est plus que bienvenue mais tu ne peux pas t’occuper de tout le monde de cette manière. » Il réfléchit quelques instants. « Je crois me souvenir qu’Arn avait évoqué une structure pour Métamorphes, je ne sais pas si elle est encore d’actualité, mais au pire, nous pourrions peut-être la réhabiliter. L’occasion, peut-être, de centraliser les choses et d’éviter que tes frais de personnel n’explosent. » Il lui fit un clin d’œil avant de jeter un bref coup d’œil par la fenêtre. Devenir Sachem impliquait des responsabilités qui dépendaient du moindre détail. Il y aurait beaucoup de choses à voir, à comprendre et à décider désormais. Plus rien ne serait véritablement comme avant. Au fond, peut-être était-ce mieux ainsi. Il hocha la tête tandis qu’elle lui donnait la plus simple solution à sa question. Après tout, il suffisait de communiquer, n’est-ce pas ? « Cela me semble bien, comme solution. Peut-être pouvons-nous simplement faire passer le mot, le bouche à oreille fera sans doute bien son office. » Cela éviterait de battre le rappel pour « si peu », mais s’il y avait différentes informations à faire circuler, regrouper tout le monde restait le plus pratique, tout en assurant que le message passe effectivement. Il acquiesça à la proposition de la Combattante. « Ca me semble très bien comme idée, j’avais plus ou moins la même. Vos avis m’importent et me seront surement d’une grande aide. J’en parlerai à Arn, nous pourrons peut-être nous voir d’ici quelques jours. » La seule chose qu’il se demandait, c’était le nombre de sujets qui pourraient apparaître ainsi sur la table. Il espérait qu’ils ne seraient pas submergés dès la première fois. Alors que la jeune femme s’excusait, le Sachem posa une main sur son épaule et la rassura d’un regard. « Au contraire, je suis venu pour cela, alors sois aussi sérieuse que tu le souhaites. »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
Alice Mewryan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Patronne et barmain du Trick O'Clink
Age apparent: 20ans
Dangerosité:
20/30  (20/30)

MessageSujet: Re: Les ancêtres comme témoin.   Mer 11 Fév - 15:53

« Non, se n’était pas une bonne décision. Empoisonner un frère n’est jamais une bonne décision. Plus jamais je ne ferais une telle chose…Je savais qu’il refoulait son animal… j’ai…paniqué. Je l’ai vue se tordre de douleur et je l’ai pas supporté. » Le drame de ma vie. Je ne supporte pas de voir ou de savoir qu’un hommes-brave souffre. C’était déjà comme ça avant que je ne devienne Combattante, avant même que je ne sois adulte. J’ai toujours protégé les plus faibles. C’est le rôle dont je suis investit depuis toujours. Sans qu’on est besoin de me l’imposer. Mais je lui ai fait du mal. En lui faisant prendre cette merde...Je suis en colère contre moi-même.

« Pour ma défense et la sienne, je n’ai pas vue d’autre solutions sur l’instant. S’il s’était transformé comme ça, il aurait été dangereux pour les humains. J’aurais due le maîtriser. Il aurait put y avoir des blesser, et je ne pense pas non plus que pour l’image de notre communauté ça aurait été bien vue qu’on voie deux méta se battre en plein centre-ville. » Je serre fort les poings. C’est fou se que je peux m’en vouloir. Cette histoire m’a blessé et bien plus qu’au bras. C’est ma fierté et ma confiance en moi qui en a pris un coup, plus qu’autre chose. Je suis contente qu’il m’a assuré qu’il allait se pencher sur le cas de Blake. Si je suis incapable de l’aider, le Sachem, lui, le pourra. Je me félicite d’avoir tenue ma promesse concernant les armes à feux de Blake. Même si ça ne me plait pas, une promesse est une promesse.

« Non effectivement, je ne pourrais pas faire ça pour tout le monde, mon pub n’est pas un établissement d’insertion. » Il a raison. Plus je l’écoute, plus il a raison. Je sais très bien que je ne peux pas m’occuper toute seule de touts les hommes-braves, même si c’est se que j’essaye de faire. J’écoute attentivement se qu’il dit. Oui se serait une bonne chose de faire marcher cette espèce d’auberge de jeunesse que Arn avait monté. Malheureusement, il y aura toujours des frères qui refuseront d’aller vivre avec les autres. Blake en est le parfait exemple.

« Pour ce qui est de mon budget de mon personnel, j’avais besoin d’un nouveau videur a mi-temps. Mais tu as raison. » Pour les autres on avisera au cas par cas, pas le choix. Maintenant qu’on discute, j’ai foie en l’avenir. J’ai l’impression que les choses, vont bouger, avancé. Et ça, on a tous besoin. Comme quoi, les ancêtres ne l’ont pas choisie pour rien. Il donne envie qu’on se défonce pour lui. Oh, bien sûr je sais qu’il cette espèce de magnétise que les esprits lui ont donné, pour qu’on se soumette à lui. Eh bien sa marche. Mais je suis satisfaite de cette première rencontre. Moi qui stressé depuis plusieurs nuits.

« Je ferais passer le mot. » Compte sur moi pour dire aux autres de venir te voir. Ça va me donner l’impression d’avoir une vie un peut plus softe.

J’approuve et acquisse. La communication est la chose la plus importante. Surtout au début. Dans quelques années, elle n’aura peut être pas besoin d’être intense, quand nous aurons appris à travailler ensemble, mais pour le moment il faut que nous nous apprivoisions les uns les autres.  Dans quelques jours, c’est parfait pour moi.

« Merci. J’ai fini, du moins pour ce soir, je n’ai pas d’autres sujets qui me vienne. Merci de m'avoir écouté »
_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3502-alice-mewryan#58026
Matthew Williams
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: Les ancêtres comme témoin.   Lun 23 Fév - 17:48

Matthew pouvait sentir sans grandes difficultés qu’elle ne semblait pas fière de ce qui avait été fait. Malheureusement, le tout nouveau Sachem ne pouvait pas vraiment juger de la situation, comme il l’avait dit, mais il avait conscience que certaines décisions devaient être prises à la va-vite, sans le recul parfois nécessaire. Entre deux maux, elle avait probablement tenté de choisir le moindre et, en effet, il était difficile d’imaginer que la ville aurait apprécié un combat de métamorphes en plein milieu de ses rues. Il nota dans un coin de sa tête de demander à la Namir-Ra son point de vue sur la question, à titre purement informatif, de toute façon, il n’était pas possible de changer quoique ce soit à ce qu’il avait bien pu se passer, et cela ne changeait en rien la confiance qu’il pouvait avoir en la jeune femme. Lui-même n’aurait surement pas fait mieux, loin de là. « Tu as fait ce que tu pensais être le mieux, personne ne te reprochera cela. Je sais combien il peut être difficile de prendre une bonne décision quand on a peu de temps pour réfléchir. Vous avez limité les dégâts, nous trouverons une meilleure solution, ensemble. » Pour ainsi dire, il n’avait aucune idée de ce qui pouvait être fait dans ce genre de cas. Si le Sachem avait déjà entendu parler de ces métamorphes qui n’acceptaient pas leur propre nature, il n’y avait jamais été véritablement confronté. Peut-être principalement parce qu’il avait voyagé beaucoup, très souvent en territoire sauvage, et que l’on ne rencontrait pas des gens cherchant à fuir leur nature animale dans ce genre de contrées. Il esquissa un sourire pour lui-même, et sa bêtise. Il aurait beaucoup de choses à apprendre dans les semaines à venir, mais peut-être aurait-il le temps d’assimiler quelques petits trucs d’ici à ce que la première crise ne fasse son apparition.

« Pourtant, il faut croire que tout le monde peut y trouver de l’aide. » Il parlait plus pour lui que pour les autres. Après tout, il venait de trouver, en plus d’une Combattante, une certaine vocation, en passant la porte de ce pub. Enfin, elle n’avait pas eu besoin de lui proposer un travail pour cela. Il hocha la tête quand elle fit remarquer qu’elle avait de toute façon besoin d’un videur à mi-temps. Elle était à même de diriger son pub comme elle le souhaitait, mais Matthew voulait éviter qu’elle ne se sente obligée de fournir un abri à tous ceux dans le besoin. Car, au final, cela pouvait faire du monde et même si elle n’allait surement pas fermer ses portes – il ne le ferait pas non plus – on ne pouvait pas porter ce genre de responsabilité tout seul. La communauté était là pour cela. Les Métamorphes étaient bien plus que de simples individus éparpillés ici et là. Il avait eu conscience de cela dès le premier soir, comme si les esprits lui avaient montré cette vérité qu’il ignorait encore jusque là. Ils auraient le temps d’explorer cette piste d’ici les jours à venir. Mieux valait peut-être ne pas en faire trop d’un coup. « Je vais te donner mon adresse et mon numéro, on ne sait jamais. » Joignant le geste à la parole, il sortit un petit carnet de cuir de sa veste et un crayon. En silence, il griffonna quelques mots et deux numéros sur une feuille qu’il déchira avec précaution. « Si tu as besoin de me trouver, n’hésite pas. Je t’ai également mis le numéro de mon bureau à l’université. Au cas où. » Il doutait que ce soit réellement nécessaire, mais ça ne pouvait pas faire de mal.

Tandis qu’il rangeait ses affaires à leurs places initiales, il esquissa un nouveau sourire. « Je ne suis pas mauvais pour écouter, et puis, c’est normal, non ? » En tout cas, la soirée avait été agréable et, d’une certaine manière, il s’était rendu compte qu’il pouvait compter sur elle. Une bonne chose puisqu’ils allaient être amenés à travailler ensemble, en quelque sorte. Il avisa le verre devant lui, se pencha en avant pour s’en saisir. « Je ne vais pas t’embêter plus longtemps, nous aurons le temps de discuter de tout cela plus tard. » Matthew tendit le verre vers elle dans un toast plus enjoué et déterminé que le premier. « A ma Combattante ! » Et, dans un clin d’œil, il avala le contenu du verre cul-sec avant de le reposer. « Merci pour tout, Alice. » Il se leva. L’heure était venue de baisser le rideau pour le moment. Il jeta un coup d’œil à nouveau autour de lui. Apparemment rien ne tournait encore, une bonne chose, même si, au fond, le peu d’alcool qu’il avait pu ingurgiter n’aurait surement pas beaucoup d’effet sur lui. « J’imagine que nous nous reverrons bientôt. Et, si tu as besoin de quoique ce soit, ma porte est aussi ouverte que celle de ton pub. » Il esquissa un sourire et, sans crier gare, l’étreignit avec amitié. Il s’écarta rapidement et ouvrit la porte avant de poser son regard sur le véhicule qui les avait emmené ici. Oui, on était dans le Bayou ici. Bah, ce n’était pas grave. « Je vais rentrer à pied, ça me fera du bien. » Il précédait surement une question qu’elle allait lui poser, mais il ne comptait pas la déranger davantage et puis, il était toujours partant pour une balade dans le Bayou.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
Alice Mewryan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Patronne et barmain du Trick O'Clink
Age apparent: 20ans
Dangerosité:
20/30  (20/30)

MessageSujet: Re: Les ancêtres comme témoin.   Jeu 5 Mar - 10:35

C’est gentil d’essayer de me remonter le moral. Pour se qui est des reproches, Arn s’en est déjà chargé. Je ne veux plus jamais avoir à refaire ça. Je prend la feuille qu’il me tend. C’est clair que ça va être utile. Arn est moi allons pouvoir souffler, un petit peut serte, mais souffler quand même. Maintenant qu’on est plus seule pour prendre les décisions, parce que, il ne faut pas se leurrer. On s’entend vraiment bien toutes les deux mais nous n’avons pas la même façon de fonctionner. Et plus que tout, je déteste être en conflit avec elle. C’est non seulement très désagréable, mais pour ma tranquillité je n’aime pas savoir qu’elle et à travers elle, les ancêtres sont en colère après moi.

« Merci, je tacherais d’en faire bon usage. » Qu’on soit d’accord, je ne vais pas l’appeler à chaque fois qu’un homme brave est dans la mouise. Par contre, je me fais la promesse de penser à l’appeler avant d’arriver à des extrémités comme celles d’y a deux jours. Ah je viens d’apprendre un truc, il travaille à l’université. Donc il a plus ou moins l’assurance d’avoir un emploie à vie. Au moins, il ne partira pas à cause de ça.

Oh ! Quel homme…je le regarde ranger avec un sourire amusé. Pour une fois la barman ne nettoie pas après les gens.

« Oui. » Il a raison, nous aurons tout le temps qu’il faut pour discuter. Je prends mon verre pour le suivre dans son toast. Je suis un peut gênée qu’il soit pour moi, mais je l’accepte.

« A moi alors. » Je le regarde surprise de le voir vider son verre cul sec. Il a une bonne décente le Sachem. J’approuve d’un hochement de tête, même si c’est plus à moi de lui dire merci. Je suis sont mouvement et me lève à mon tour.

« Merci. » J’ai un grand sourire à sa réflexion sur les portes de mon pub. C’est idiot, mais sa remarque me fait beaucoup de bien. Je sais qu’il a maintenant cette aura mystique qui fait que je veux lui plaire. Pas de sens charnel du terme, il faut pas déconner non plus. Du coup de l’entendre me dire que sa porte m’est ouverte me rassure sur le fait qu’il doit me faire un minimum confiance. Ou du moins en mes compétences.

Heu….heu…quoi ! J’ai tellement était prise par surprise que je me fige. Mince je ne m’y attendais pas à celle là. Il tien pas l’alcool ou quoi ? Non bien sur que non, je suis vraiment trop bête. C’est un félin. Il s’amuse. Je sais bien que c’est pas méchant, mais j’avais oublié cet aspect là des grands félins. Faut que m’a dernière entrevue une panthère n’avait pas matière à s’amuser.

« D’accord, alors bonne balade et à la prochaine. »
Cette rencontre touche à sa fin, je le sens. Je laisse le Sachem partir dans la nuit. Retour à la réalité. Petit rangement  avant de sortir et fermer la porte de la cabane. Un grand soupire plus tard et me voila devant l’arbre. Je caresse du bout des doigts les traces de griffes. Les yeux fermés je me vide l’esprit.

« Papa, grand-père, ancêtre. Je sens qu’avec lui les choses vont de venir intéressante. Comme tu me l’as prédit, je continue à veiller sur nos frères braves. Je me montrais digne que mon destin. » Une grande inspiration. Oui mon ami, c’est chez toi maintenant. Je dirige le grizzly dans mes mains, mes griffes poussent. Je lève les bras au ciel  écarte bien les doigts et d’un seul geste marque mon territoire comme mon père l’a fait des années avant moi. J’observe mon travail pendant que le grizzly se rendort. Jolies traces. Pour mes premières c’est pas mal du tout. Depuis le temps que j’attends ça…

Bon je n’ai plus qu’à rentrer chez moi et dire à Patrick, que je ne suis pas prête de prendre ma retraiter d’assistante sociale.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3502-alice-mewryan#58026
 

Les ancêtres comme témoin.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE IV : Autours de la ville ¤ :: ║Les plaines alluviales║-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit