AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Izolda Sokołowska

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Izolda Sokołowska
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Psychiatre
Age apparent: 32
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Izolda Sokołowska   Mar 22 Juil - 23:24

État Civil

Nom : Sokołowska
Prénom : Izolda, Edyta
Race : Norme
Âge : 32 ans
Date de Naissance : 20 Février 2019
Situation de Famille : Célibataire
Profession / Activité : Anciennement Consultante au BIAS. Maintenant tient son propre cabinet psychiatrique.

   
Morphologie

Taille : 1m60
Poids : 45kg
Corpulence : Très fine, elle pourrait laisser croire qu'elle est anorexique.
Couleur de cheveux : Très blonds et très longs qui ondulent subtilement, toujours attachés.
Couleur des yeux : Un œil noisette et l'autre vert.
Allure générale : "Va manger un sandwich'' et "Il faut te soigner" ne sont que deux exemples qu'elle a pu entendre dans la rue, mais certains sont plus positifs que les autres et ça dépend surtout du type de personne qui la voit. Elle semble avoir une bonne musculature aux niveau des jambes même si sa corpulence générale puisse montrer autre chose. Elle fait toujours attention à son physique et met toujours beaucoup d'effort à paraitre plaisante à l'oeil; ses yeux sont accentués toujours par un eyelineur noir tout comme ses lèvres ont un beau éclat écarlate. Quand elle porte ses lunettes elle est bien plus chaleureuse et agréable à l’œil; ça aide énormément quand elle a des patients assez intimidés et stressés dans son cabinet qui viennent pour la première fois. En soi elle n'est pas une bombe et son physique laisse surement à désirer, mais il y a quelque chose qui semble attirant dans sa manière d'être, ses gesticulations et sa petite posture qui lui donne un air sans défense.
Allure vestimentaire : En sorties elle opte toujours pour un look gothique pour ne pas se faire entièrement reconnaitre (dans le Quartier Sanglant en tout cas), mais normalement quand elle est de sortie pour des raisons officielles elle porte une jupe grise avec une veste de la même couleur. Elle n'est pas très difficile au niveau vestimentaire; quand elle est chez elle elle porte un gym suit, elle couvre souvent ses bras et ses jambes pendant la journée à cause de sa peau très sensible aux rayons solaires. Venant de Pologne, elle supporte très mal la chaleur et préfère nettement l'hiver à l'été et les températures qui ne dépassent pas 20 dégrées.
Particularités éventuelles : Elle a un tatouage d'un papillon blanc sur sa hanche.

   
Psychologie


Défauts : Même en étant psychiatre, elle a des problèmes psychologique qu'elle garde pour soi. Parfois elle peut apparaitre bien trop calme et beaucoup prennent son état léthargique comme de l'ennui alors qu'en fait c'est sa manière d'être. Sa voix est très posé et elle ne parle pas très fort en général ce qui à don d'irriter ses interlocuteurs (surtout ceux qui sont colériques). Elle s’énerve rarement et quand certains diraient ''stop'' dans des situations gênantes ou dangereuses elle se  laisserait facilement piétiner par le monde entier même si elle sait que ce n'est pas la bonne solution. Elle mène une ''vie nocturne'' qui change son comportement complètement, uniquement pour se faire mordre et plaire aux Vampires (psychologiquement cela démontre surtout un grand manque d'attention et d'affection qu'elle cherche à remplir en se sentant désiré).  
Qualités : Étant donné ses études médicales, Izolda est incroyablement discrète qu'il s'agisse de ses patients ou de ses proches. Mature et travailleuse, elle veut à tout prix que ses patients aient la meilleur des expériences avec elle, du coup elle s'adapte aux besoin des clients (s'ils veulent plus écouter... ou plus parler...). Sa patience est presque illimitée et elle peut montrer beaucoup de douceur et d'attention aux autres vu qu'elle en a manqué pendant son enfance. Même avec un passé aussi chaotique et des blessures qui ne se refermerons peut-être pas, elle garde toujours le sourire et une attitude positive car elle risquerait de retomber dans le fond.
Croyances : Elle veut croire qu'un jour les humains et les Outres cohabiterons ensemble sans se taper dessus.
Religion : Catholique, mais en aucun cas comme ses parents. Elle croit que tous le monde est un enfant aimé par Dieu et que c'est un être bon qui pardonnera ceux qui ont péché grièvement.
Goûts : En générale elle n'est pas très difficile au niveau de la nourriture, mais elle garde depuis son enfance un régime pour ballerine, avec un seul jour pour se défouler et manger ce que bon lui semble. Elle a une préférence pour la musique rythmé, avec un grand penchant pour les ballets et les comédies musicales, mais n'étant pas une personne difficile elle n'a pas vraiment de genre détesté. Au niveau de sa sexualité elle pourrait facilement être asexuelle vu son désintérêt pour la chose. Il est vrai qu'elle avait une préférence pour les hommes auparavant, mais en ces temps-ci elle n'est pas entièrement sure.
Talents, savoirs notables : Pendant environs 10-11 ans elle s'entrainait pour devenir prima ballerina au Ballet du Bolshoï. Elle sait facilement copier une chorégraphie et sait danser en d'autres styles mis à part les danses classiques/historiques; les autres étant la salsa, le tango, le swing, le charleston, la samba et des bases de boléro. Elle a une bonne plume et écrit des histoires basés sur ses patients, pour son propre amusement évidemment.

(+) Espoirs, buts, rêves : Elle rêve qu'un jour quelqu'un l'aimera entièrement et inconditionnellement pour ce qu'elle est. Son but était autrefois de devenir une prima ballerina, mais après son expérience traumatisante elle avait décidé de faire des études en psychiatrie. Du coup elle essaye toujours d'améliorer sa connaissance sur les Outres et de la mettre à jour quand il le faut.
(-) Angoisses, regrets, phobies : Elle a apprit à ne pas regretter son passé, mais l'assumer et vivre avec. Sauf peut-être d'avoir eu sa première relation sexuelle étant trop jeune et en avoir subi des graves conséquences.

Si on vous parle des Outres, vous réagissez comment ? Elle réagi avec grande fascination, ce sont des êtres très particuliers.
Et votre sentiment vis à vis des Normes ? Étant une, elle ne réagi pas plus différemment.
Êtes-vous satisfait de votre existence ?Il est certain qu'elle est contente de ne pas avoir tourné de l’œil.
Possibles évolutions ou objectifs futurs : Être le calice de quelqu'un et/ou avoir une relation malsaine avec un autre personnage (qui pourrait possiblement tourner à quelque chose de bon?).

Particularités éventuelles : Secrètement, elle fait des ''dons de sang'' aux vampires. Comme on a des junkies qui ne peuvent pas se passer de leur injection d'heroïne, Izolda est accro à la morsure et elle ira à des mesures extrêmes pour se faire mordre.

   
Relations Sociales

Relations particulières notables :

(à rajouter d'autres possiblement)

Terry Coleson - Un psychiatre de son âge qui en fait est le beau-frère à sa cousine germaine (du côté paternel). Ils s'entendent relativement bien et il se charge de passer les examens d'Izolda, même si elle désapprouve énormément. Il fait partit du TPH et essaye tant bien que mal de devenir ami avec Izolda pour avoir accès aux dossiers de ses patients Outres. Évidemment la petite Polonaise n'est pas au courant, mais elle se méfie énormément; surtout qu'il fait partit indirectement de sa famille.

Peter MacConnor - Elle le connaissait sous un autre nom, Charles Durham. Pendant qu'elle faisait son doctorat elle donnait quelques cours à l'Université de la N-O et Peter était un des étudiants présent dans sa classe. Izolda trouvait qu'il avait beaucoup de potentiel, il lui posait des questions très difficiles et était aussi le premier à répondre aux questions posés par elle. Iza avait beaucoup d'appréciation pour le garçon et se voyait un peu en lui quand elle était jeune, elle était désappointé quand elle apprit que celui-ci fut recalé pour absentéisme.

Brume Sullivan -  Elle s'était faite transférer chez elle par une collègue, d'ailleurs Brume était sa première patiente depuis qu'elle a ouvert son propre cabinet psychiatrique. Même si Brume prend beaucoup de ses problèmes avec de la rigolade, Iza sait très bien qu'elle a de gros soucis. N'ayant pas besoin de la suivre à chaque fois, elles se donnent rendez-vous une fois tout les 6 mois, histoire de voir le développement de sa situation et de son état mental, mais aussi pour savoir si son traqueur est de retour car elle est la seule à savoir de son retour assez probable.

Sergio Luz-Descalzo - Izolda le connait relativement bien étant donné qu'elle était Consultante pendant 1-2 années. Il l'avait aidé quelques fois pendant des situations tendues quand elle était sur le terrain à aider une investigation. Ils sont devenus proches et avaient eu une histoire romantique entre eux qui n'a pas fait long feu, vu les difficultés d'Iza à créer des liens plus stables. Ils ont tout de même gardé une bonne entente entre eux, même après avoir quitté le BIAS. Évidemment garder contact est parfois difficile, surtout avec les responsabilités de celui-ci.

   
Antécédents :

Quelque chose à dire sur votre Famille ? Ses parents font partie des familles les plus riches de Pologne. Tous de religion catholique; très réservés et fondamentalistes, Izolda sait que la vie entre ses parents n'a pas été des meilleures, ils restent ensemble car la religion ne leur permet pas de se séparer. Ils ne dorment plus ensemble, mais s'adressent poliment devant la famille. Ils aiment leurs enfants, même si Edyta était un noix dur à briser. Étant très religieux, ses parents n'acceptent toujours pas le fait qu'elle ait choisi d'étudier les Outres qui sont dans leur yeux des créatures démoniaques, les médias n'ont décidément pas aidé non plus. Elle s'entend mieux avec son frère et s'entend à merveille avec sa sœur de 18 ans qui, étonnement, fût incarcéré pour homicide involontaire.

Évènements de votre passé qu'il convient de connaitre :

Terry: Izolda, merci d'être venue dans mon cabinet. Je sais que vous n'aimez point ce genre de choses, mais croyez moi je n'ai pas le choix. Si ce n'était que moi, je vous aurait dit que vous êtes impeccable...

Izolda: Assez d'explications, je ne vous en veut pas car je sais que vous n'y êtes pour rien. Ça sera bien la seconde fois qu'on m'évalue sur mon état psychique, plus vite on commence, plus vite on en termine.


Très bien *click* parlez-moi un peu de vous, de votre famille…

Nous sommes… Très chanceux dans notre famille. Mon père est polonais, PDG d'une grosse entreprise pharmaceutique et ma mère polonaise d'origine juive est politicienne, cette année elle essayera de devenir premier ministre, mais je doute qu'avec les dernières nouvelles…m'enfin. Ils vivent toujours dans notre manoir non-loin de la ville de Wroclaw. J'ai un frère de 25 ans atteint de leucémie et une petite sœur de 18 ans qui est incarcéré.

C'est… hum… l'affaire de votre sœur n'était pas dans votre fichier, je suis tellement désolé pour vous et votre famille. Comment vous sentez-vous? Comment va votre mère?


Quelque peu chamboulé.

Ne voulez-vous pas en parler?

Il n'y a rien à dire et on n'est pas là pour parler des problèmes hors de ma porté, si je puis dire. Mes parents font ce qu'ils peuvent pour garder la famille encore réunie, mais ils n'ont jamais approuvé de mon doctorat, donc je suis déjà quelque peu éloignée...

Et cela vous attriste?

Pas vraiment. J'étais leur accident et leur croquis pour les autres enfants comme qui dirais; ils étaient là financièrement, mais sentimentalement ils étaient très loin. J'avais les bonnes pour m'occuper de moi, remarquez j'en suis sortie stable et en bonne santé à la fin.

Mais ils doivent vous aimer tout de même, vos parents?

Je n'en doute pas, mais il y a une différence entre aimer son enfant et prendre les responsabilités pour s'en occuper, n'est-ce pas?

Je vois. Passons alors... Parlez-moi de votre éducation alors.

Je faisais partie du top 3 du pays. J'ai fais mes études et mon master en psychiatrie à l'Université de Californie et mon doctorat à la Nouvelle-Orléans, j'avais 27 ans quand je l'ai décroché. Je pouvais rester en Californie, mais vu que la Nouvelle-Orléans pullule d'Outres... Cela semblait tellement plus intéressant.

Pourquoi avoir choisi de faire de la psychiatrie et non autre chose?

La psychiatrie était un coup de tête entre deux injections de morphine et un café avec une amie. J'y viendrais plus tard. Le plus important est que je ne pensais pas le faire avant ce moment là. Je voulais devenir prima balerina au Bolshoï.

Vous en parlez énormément dans votre dossier. Est-ce toujours un rêve réalisable ou…?

Je ne pourrais jamais y revenir professionnellement, non. Je danse pour moi-même et je continue mon travail présent. Ma mère a été celle qui m'avait poussé depuis ma plus jeune enfance. Elle voulait être ballerine mais a dû faire des études en politique, pression familiale comme qui dirait. Entre temps j'étais née et là c’était la fin totale du rêve.


Oui, elle a vue en vous ce rêve qu'elle n'a pas pu saisir. Mais alors, était-elle votre tutrice?

Vous vous souvenez quand je vous ai parlé de la froideur émotionnelle de mes parents? Non, ils avaient de l'argent pour me payer mes leçons. D'ailleurs plus je grandissait, plus j'apprenais; après l'école chaque jours, les weekends, dans les colonies de vacances… mes journées étaient chargés.

N'étiez vous pas épuisée? Quand est-ce que vous aviez commencé?

Le ballet quand j'avais 5 ans, le reste accumulait dés ma 8éme année. C'était une routine. J'avais l'habitude. Il fallait que j'ai tant de discipline si je voulais un jour vivre le rêve. Je participais et gagnais à divers concours de danse et entre temps je fis connaissance d'une métamorphe qui dansait avec moi, mais ne pouvait pas participer aux compétitions. Il était dur d'être Outre en Pologne, ça l'est toujours d'ailleurs.

Allez-vous me dire que vous étiez une des seules qui arrivait à voir par dessus les superstitions?

Au contraire, j'étais comme le reste de la population générale. J'en riais et je les abusais verbalement. Je suis l'ainée d'une famille Catholique très renfermé, dans leur tête les Outres ne sont pas des enfants de Dieu. Du moins c'est ce qu'on m'a expliqué. Bref...

Qu'est-ce qui vous a fait changer d'avis?

J'avais 14 ans et cette jeune Outre métamorphe faisait partie de mes cours de ballet. Elle était bien meilleur que moi et je ne comprenais pas pourquoi elle ne faisait pas partie des compétitions, j'ai sympathisé avec elle et j'ai compris vite sa nature différente de la mienne. Je devais y méditer plus d'une semaine pour finalement venir à la réalisation que tout ce que j'ai appris en étant gosse étaient des balivernes et que les Outres ne sont pas plus différents des humains. J'ai trouvé du temps pour mobiliser ceux qui voulaient voir un changement dans le traitement des Outres et on a commencé à adresser ce problème au conseil de l'éducation et aux autres sociétés qui s'occupaient des affaires sociales... Tout se déroulait bien et je pensais faire le bon choix, sauf que les médias ont prit intérêt et là tout commençait à dégringoler. Mes parents sentaient plus de pression que moi, surtout ma mère et son travail politique... Ils n'avaient qu'un seul choix -

Vous envoyer dans un internat à St. Petersbourg, n'est-ce pas?
Oui, exactement. J'étais hors de porté à 15 ans, mon frère de 7 ans n'était pas influencé par mes idées et en plus ma mère était enceinte de ma sœur... La pression fut relevé et ils pouvaient finalement respirer un peu d'air frais. Je n'ai pas arrêté la danse non plus, un professeur du Théâtre Mariinsky me donnait des cours avec un autre jeune garçon du nom de Charles Durand. Qu'est-ce que j'étais prise par son visage d'ange et ses mouvements... Bref, j'y suis resté environs un an avant que l'on me renvoie en Pologne.

Quel était la raison du renvoi?

J'étais enceinte.


À l'âge de 16 ans?

Oui, le père bien évidemment était Charles, sauf que je ne l'ai plus revue depuis cet incident il y a maintenant... 16 ans. Je voulais avorter dés que j'ai su, mais il était hors de question et ça aurait été un scandale médiatique, surtout que ma mère représentait une politique familiale. Évidemment j'ai essayé de mentir en disant que j'ai été violé, mais... je cite: ''cet enfant n'est pas le responsable''. J'ai essayé des méthodes quelque peu drastiques: j'ai commencé l'alcool et la morphine un peu trop tard par contre, mais pas assez tard pour devenir accro et être envoyé à l'hôpital en urgence.

Et étiez-vous à l'école entre temps?

Oui, mes parents ont grassement payé une école privé pour m'accueillir. On se moquait de moi, on me rendait la vie dure et à la fin j'y allais rarement. En d'autres mots je séchais les cours. J'avais toujours des notes excellentes et j'arrivais toujours à passer et même à garder ma position en tant que top 3 du pays. Vu que je ne pouvais plus danser dans mon état, je m'occupais autrement: je trouvais toujours un moyen de prendre de la morphine derrière le dos de mes parents.

Comment se fait-il qu'ils n'aient jamais découvert votre dépendance à cette substance?

Évidemment quand j'ai été prise aux urgences aux 6éme mois ils ont appris...

Que s'est-il passé à l'accouchement? Je suis désolé de vous poser cette question, on m'avait averti...

Je me doute, il m'est plus aussi difficile d'en parler, mais ce n'est vraiment pas un moment joyeux de ma vie. J'ai accouché d'un mort-né et j'ai failli mourir d'une hémorragie à cause d'une mauvaise manipulation pendant mon hystérectomie. La nouvelle de ma dépendance à la morphine est apparu dans mes prises de sang. Mes parents étaient furieux, ma mère pleurait sans cesse pendant une semaine et devait rester à la maison... pour une fois!

Vous semblez leur en vouloir?


Oui et non. Ils m'aimaient et m'aiment toujours, mais on est tellement différents les uns des autres... J'étais entièrement dégouté qu'ils m'aient en quelque sorte forcé d'avoir cet enfant, mais en même temps je vois d'où ils venaient. Bref, cette histoire est hors porté et ça n'a rien à voir avec mon état de maintenant, je n'ai pas été en contact avec eux à part l'autre semaine où on m'a parlé de ma sœur.
J'allais toujours à l'école et j'ai tout de même réussi à passer mon baccalauréat à l'âge de 18 ans avec une note de... hmm... 96% en moyenne je crois? J'allais rarement à mes leçons, mais j'ai réussi.


Comment se fait-il que vos professeurs et l'administration n'aient pas porté plainte?

Plusieurs raisons: mes parents leur payaient double, j'augmentais leur positions dans les rankings et quand je venais en classe j'étais studieuse, je répondais et posais les questions. Ils fermaient l’œil pour une bonne réputation.

Et vos camarades de classe comment réagissaient-il?

J'étais je crois la plus détestée de mon école. On m'a battu une fois et cassée les côtes. Je réagissais pas à leur provocations et c'est ce qui les avaient énervés. Après cet accouchement navrant j'avais complètement changé; je n'étais plus aussi spontanée, ravissante, souriante et assertive qu'avant, j'étais aussi déprimante qu'une peinture de Francisco Goya. Vous voyez le genre?

Mais alors, comment êtes-vous arrivé à vous décider pour les études psychiatriques?

Ah oui... Bon, j'étais toujours accro à la morphine et mon amie Outre a réussi à me contacter. Je l'ai vue pour un café, encore un peu dans le gaz. Le plus marrant c'est qu'elle l'était aussi. Elle me racontait ses mauvais épisodes qui étaient un peu comme les miens, les manifestations pour les Outres, sa contemplation de la mort... Ce genre de choses très glauques qui déprimeraient n'importe qui. Pour ne pas rallonger le tout: j'ai réussi à la convaincre que la vie valait plus que ça, il m'a fallu 2 semaines intensives avec elle pour la convaincre. Elle m'avait dit autour d'un café qu'un jour je serais une excellente psy et là j'ai eu mon illumination.

C'est agréable de voir que vous vous en êtes sortie. Avec votre sourire et l'aisance dont vous me parlez, j'imagine que vous n'êtes plus accro à la morphine et que vous allez mieux?

Vous imaginez correctement. J'ai arrêté la morphine après 7 ans d'addiction, j'ai failli mourir aux moins 2 fois pendant ce temps. J'ai réalisé pendant mon master qu'il n'y a vraiment aucun intérêt à rester coincé dans le passé. J'en ai fais mon but de garder le sourire quoi qu'il arrive et franchement, ça a vraiment fait la différence et je me sens beaucoup mieux.


Il est bon de le savoir. Et après vos études et le doctorat?

Ce doctorat j'en ai bavé comme jamais avant, mais je l'ai eu. À 27 ans, vous vous rendez compte? Après cela j'ai décrochée un poste en tant que Consultante au BIAS, contrairement à certains j'adorais ce métier car je devais côtoyer des Outres à longueur de journée. Entre temps j'ai appris les quelques bases de self-defence, juste au cas où quelque chose tournerait au vinaigre... Franchement, deux bonnes années!

Qu'est-ce qui vous a poussé à arrêter si vous aimiez tellement ce travail?

Cette envie de faire ce que je voulais faire au départ quand j'ai commencé mon master: avoir mon propre cabinet psychiatrique. J'avais commencé à ressentir ce besoin à ma seconde année en tant que Consultante. Maintenant, cela fait plus ou moins 5 ans que je l'ai et mes patients sont heureux avec moi et moi je suis heureuse avec eux. J'étais faite pour ça, si vous voyez ce que je veux dire.

Mais vu les évènements de ces dernières années, comment vous sentez vous par rapport aux Outres?

Que voulez-vous dire? Développez.

Je veux dire... Avec l'attention médiatique sur eux, leur origines possiblement démoniaques...

Ah! Ça... Urgh, je hais revenir là dessus. Il est vrai que j'ai senti comme un dégout profond au départ, car cela prouvait que mes parents avaient entièrement raison. J'ai dû prendre 2 semaines de vacances pour voir si je voulais continuer à traiter les Outres. C'était un moment difficile à passer car cela voulait dire abandonner une fois de plus après une si longue route et ce doctorat...

Mais vous avez décidé de continuer je constate, pourquoi donc?

Au risque de sonner comme ma mère: l'enfant n'est pas responsable. Ça s'est accentué quand j'avais vue les effets catastrophiques en Pologne quand la nouvelle est sortie. D'ailleurs, si par hasard c'est tellement vrai, que les démons reviendrons un jour, les Outres sont notre seul espoir pour la survie et là, on est en train de la gaspiller. Je changerais pas ma stance: ces gens sont comme nous, ils ont juste la malchance d'avoir des ancêtres désagréables.

Je vois. Bien, après cette évaluation je peux vous dire que je suis satisfait avec votre état psychique et votre état physique. Les prises de sang et autre tests n'ont révélé rien de suspicieux. Vous pouvez continuer vos activités comme bon vous semble et je vous verrais plus en tant que psychiatre, du moins je l'espère. Autrement à dans 2 prochaines années.

Oui, j'espère ne plus vous voir non plus dans ces circonstances. Passez une bonne journée.

*click*

Quelques détails à savoir sur votre arrivée à la Nouvelle Orléans ? Vous y êtes natif ? La décision était prémédité. L'Université de Californie était excellente, mais la Nouvelle Orléans était définitivement plus concentré en Outres que Los Angeles ou d'autres endroits aux U.S (peut-être à part New York).  

   
- Bas les Masques -


Derrière l'écran, vous êtes : Je suis un opossum!
Vous serez souvent là avec nous ? Tant que je peux!
Comment avez-vous connu Voodoo Child ? Il y a longtemps sur TdJ
Avez-vous déjà un double/multi compte ? Mémé Butler!
Avez-vous des suggestions, des questions, des compliments ou des tomates à nous jeter à la figure ? *splotch* What a Face

   Vous attestez avoir lu le règlement, et vous engagez à l'appliquer à-la-lettre ? (La main sur le cœur et dites « je le jure » u.u !) :
Comme d'habitude!


Dernière édition par Izolda Sokołowska le Mer 23 Juil - 15:01, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3818-izolda-soko322owska
Arn Bullet
Namir-ra
avatar

Namir-ra


Identification
Emploi: Véto, Namir-ra, gérante Stray Meta
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
17/30  (17/30)

MessageSujet: Re: Izolda Sokołowska   Mer 23 Juil - 11:12

Plop ! o/

Cette fiche est plutôt sympathique mais il manque quelques informations concernant l'époque BIAS de la demoiselle.

Quand tu en avais parlé la dernière fois, on avait comprit que ton personnage ne serait que consultante psy pour le BIAS, une spécialiste à qui on fait appel our des enquêtes requérant l'avis d'un expert. Du fait des antécédents psychologiques d'Izolda et de sa faible condition physique, il y a peu de chance pour qu'elle soit devenu un agent de terrain, du moins pas sans avoir été formée et entraînée dans ce but. Si tu souhaites en faire une consultante, elle peut très bien avoir apprit à tirer de son côté.

J'aimerais aussi savoir si la découverte des origines démoniaques des Outres lors de la Grande Révélation a bouleversé les croyances d'Izolda étant donné qu'elle avait décidé de ne pas accorder crédit aux idées de sa famille.

Bonne rédaction ! :)
_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1256-arn-bullet#17401
Izolda Sokołowska
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Psychiatre
Age apparent: 32
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: Izolda Sokołowska   Mer 23 Juil - 13:34

Voilà: tiens dans ce cas le petit paragraphe que j'ai ajouté:

Paragraphe:
 

Et j'ai changé Agente pour Consultante. J'espère que c'est tout ce que j'ai loupé! Razz
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3818-izolda-soko322owska
Arn Bullet
Namir-ra
avatar

Namir-ra


Identification
Emploi: Véto, Namir-ra, gérante Stray Meta
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
17/30  (17/30)

MessageSujet: Re: Izolda Sokołowska   Mer 23 Juil - 16:55

C'est tout bon cette fois ! Tu peux aller t'occuper de tes chers patients. :)

Ou pas...
Faudrait d'abord créer Carnet Mondain, Inventaire, Fiche d'identification (attention à toi si tu oublies la minifiche !). Ensuite tu pourras ajouter les liens à ton profil et t'abonner à la Newsletter et au Journal du forum, c'est important.

Amuse toi bien ! o/


_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1256-arn-bullet#17401
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Izolda Sokołowska   

Revenir en haut Aller en bas
 

Izolda Sokołowska

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ DISTRIBUTION ¤ :: ║Registre║ :: Le recensement :: Questionnaires validés :: Normes-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com