Qui est en ligne ?
Sur Discord, en ce moment.



 

Partagez
 

 Lincoln Greenwater

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lincoln Greenwater
Vodouns
Lincoln Greenwater

Identification
Emploi: Maître des Poupées
Age apparent: 52 ans
Dangerosité:
Lincoln Greenwater Vote_lcap14/30Lincoln Greenwater 160125120054759347  (14/30)

Lincoln Greenwater Vide
MessageSujet: Lincoln Greenwater   Lincoln Greenwater Icon_minitimeSam 24 Mai 2014 - 18:07

État Civil

   
Décline ton identité

   Nom : Greenwater
   
   Prénom : Lincoln
   
   Espèce : Vodoun
   
   Âge : 57 ans
   Âge apparent : La soixantaine (ouais la clope et l'alcool ça conserve pas très bien.)

   Date de Naissance : 29 Août 1998
   
   Situation de Famille : Veuf
   
   Profession / Activité : Gérant du magasin Loattitude/Maître des Poupées


   
Morphologie

   
Et donc à quoi tu ressembles ?

   
   Taille : 1m80
   Poids : 70kg
   
   Corpulence : Étonnamment au vu de son âge et de son rythme de vie, Lincoln est plutôt sec. Bien que ce ne soit pas forcément un grand sportif (La dernière fois il s'en souvient, c'était en 33), le fait qu'il n'ai aucune graisse donne un visuel plutôt flatteur. Après ça reste quand même un vieux proche de la soixantaine, faut pas rêver non plus.

   Couleur de cheveux : Il y a quelques années, on aurait pu dire Noir avec des touches d'Argent, maintenant c'est plutôt Argent avec des touches de Noir.

   Couleur des yeux : Brun très foncé.
   
   Allure générale : Lincoln arpente la vie à son rythme, d'une démarche assurée mais tranquille. Le sourcil froncé sur un visage pour le reste sans grande expression, il ne donne pas particulièrement envie d'être abordé. Il faut dire qu'avec son look un peu hippie/baba cool, on a un peu du mal à le prendre au sérieux.
   
   Allure vestimentaire : Souvent habillé de vêtement amples, dans des matériaux légers, genre du lin. Il aime les couleurs claires, comme le blanc ou le beige, mais évite toutes les couleurs un peu trop flashy.

 
Psychologie

   
Dans ta tête.

   
   Défauts : Comme nombre de personnes âgées, Lincoln à une certaine tendance à la nostalgie et au "c'était mieux avant". Plutôt franc, il n'ira pas par quatre chemin pour vous faire comprendre que votre compagnie l'agace et qu'il a d'autres chats à fouetter (ou même pas d'ailleurs, mais si vous pouviez juste lui faire de l'air ça serait pas de trop.).
C'est un buveur et un fumeur invétéré mais qui se fout bien de son état de santé. Enfin son utilisation constante de l'ironie et du sarcasme a tendance à écourter la majorité des discussions, quand il s'embête à vous répondre, ce qui est déjà rarement le cas.
Moralisateur par moment, voir même rabat-joie, il tient à ce que les traditions soient honorées convenablement et sans fausse note.
   
   Qualités : S'il n'est pas facile de s'en faire un ami, une fois la carapace percée, c'est un homme au grand coeur qui fait preuve de beaucoup de patience et d'écoute. Lincoln n'a que peu d'amis, mais il leur est d'une fidélité incroyable, et pardonne facilement.
C'est un Vaudoun accompli et compétent, et même s'il ne pratique que peu certains rituels, il y a de fortes chances qu'il les réussisse à la perfection.
Il reste cependant très modeste, et s'il n'est pas avare de conseils, ne vante jamais ses compétences.
Enfin si pendant longtemps il se tenait un peu à l'écart de la communauté, il a, depuis ces derniers temps, considérablement amélioré sa relation avec ses camarades Vodouns, acceptant même de reprendre un rôle de houngan de temps en temps, quand on lui demande gentiment.
   
   Croyances : Il croit en un avenir meilleur et croit encore, même si de moins en moins, à la paix.
Il a pendant longtemps été un pacifiste convaincu, mais la Grande Révélation et les évènements récents commencent à ébranler sa détermination.
Il croit également en l'Amour, oui celui avec un grand A, il l'a vécu, l'a perdu, mais ne le regrette pour rien au monde.
Il aimerait se convaincre que l'Amour pourra sauver les Normes et les Outres, mais cela semble de plus en plus une jolie utopie qu'autre chose maintenant.
   
   Religion : Vaudou baby!
   
   Goûts : Lincoln est un bon vivant, et à ce titre n'est pas particulièrement regardant sur la nourriture, néanmoins il sera probablement un peu moins emballé par des légumes vapeurs que par une bonne pièce de boeuf.
Concernant l'alcool, son péché mignon est le rhum, qu'il déguste souvent et en quantités bien moins que raisonnables.
Sinon tous les autres alcools vont aussi, ça dépend de qui lui propose.
Enfin en ce qui concerne sa sexualité, Lincoln est hétérosexuel, même si les occasions se font désormais rares et que sa libido n'est clairement plus la même qu'avant.
   
   Talents, savoirs notables : Il est très habile de ses mains malgré son âge, probablement dû à la confection de poupées.

   
   (+) Espoirs, buts, rêves : Lincoln est très religieux et son rythme de vie s'en ressent, il aimerait faire voir la beauté du Vaudou à ceux qui y voit une aberration.
Néanmoins il sait que c'est une tâche impossible et qu'un jour au l'autre, il faudra peut-être recourir à la violence pour que les Vodouns ne soient plus martyrisés.
Il espère cependant que leur place dans la société s'améliorera sans en arriver à cette extrémité.
   
   (-) Angoisses, regrets, phobies : Il regrette ses pensées de plus en plus extrêmes.
Il a été pendant longtemps un émissaire de paix, mais se rend désormais compte que la paix n'est peut-être pas la solution, et que le sang devra couler pour que l'égalité soit restaurée.
Il a également peur que ses pulsions finissent par le dévorer et qu'il s'oublie dans la violence et la brutalité.
Sinon il a peur des clowns, mais qui n'en a pas peur?


   Si on vous parle des Outres, vous réagissez comment ?
Tous ne se valent pas évidemment, et de façon générale, il ne communique que peu avec les autres espèces. Pour autant il ne déteste personne, même s'il doit bien avouer qu'il a toujours quelques difficultés avec les Wiccans, mais c'est traditionnel.

   Et votre sentiment vis à vis des Normes ?
Ils sont là, ont est bien obligé de faire avec, pourquoi eux ne peuvent pas faire avec nous?
   
   Êtes-vous satisfait de votre existence ?  
Ça va, mais je ne suis plus tout jeune et il serait temps que je trouve quelqu'un à qui transmettre mon savoir.
   
   Possibles évolutions ou objectifs futurs :
J'aimerai lui faire rejoindre le Talion et aussi lui trouver un(e) élève/remplaçant(e).

   
   Particularités éventuelles : Il communique assez régulièrement avec l'Outremonde que ce soit pour discuter avec des proches disparus ou des connaissances plus distantes.



  
Antécédents

   
C'est le moment de raconter sa vie

   
   Quelque chose à dire sur votre Famille ?
   La famille de Lincoln vit à la Nouvelle-Orléans depuis la création de celle-ci.
Amenés comme esclaves avec les premiers colons, ses ancêtres ont vécu l'Histoire des Etats-Unis depuis ses balbutiement.
Leur nom africain étant trop compliqué pour les colons français de l'époque, ils décidèrent de les renommer Eauverte, en "hommage" aux eaux marécageuses et nauséabondes du Bayou environnant, mais surtout parce que c'était humiliant et donc forcément drôle.
Au fur et à mesure de l'américanisation de la Louisiane, l'un des ancêtres de Lincoln décide de faire changer le nom d'Eauverte en Greenwater à une époque ou le français n'est plus très apprécié et où être noir représente déjà une difficulté suffisante.

Les Greenwater sont désormais relativement peu représentés en Louisiane. Lincoln n'en connait pas personnellement, toute sa famille proche et soit décédée soit partie  s'installer ailleurs.
Son fils notamment qu'il n'a pas vu depuis plusieurs années, est parti s'installer à Los Angeles où il s'est marié récemment.
   

   Événements de votre passé qu'il convient de connaître :  
 
Quand tout à coup!

Lors de la prime jeunesse du Vaudoun, sa religion était encore pratiquée en secret (quoique pas si secrètement que ça, mais les Normes ne prenaient pas vraiment ça au sérieux) et lorsque les premières voix firent leur apparition, ont lui intima rapidement de n'en parler à personne, même pas à ses camarades de classe.

Dans la famille Greenwater je veux la mère, Cecilia, alors manbo de la famille, qui éleva son fils dans le respect des traditions et de la religion.
Toute la famille était vaudouisante, et côtoyait d'autres familles vaudouisantes, Lincoln  avait donc l'environnement idéal pour s'épanouir.
Il subit son premier chevauchement par Nibo à 6 ans, une expérience éprouvante mais salvatrice, qui lui fit comprendre l'importance des Vodouns et de leur pouvoir.
Nul ne sait ce dont lui et le Loa discutèrent durant ce rituel, lui-même n'a jamais semblé s'en souvenir, mais il a toujours depuis une santé de fer et une capacité étonnante à récupérer rapidement de ses blessures.

Le grand secret qui entourait l'existence des Outres à l'époque ne favorisait pas les échanges inter-espèces. Aussi, bien qu'on lui ai révélé l'existence des Vampires, des Métamorphes, et des Wiccans, il n'en croisa jamais avant la Révélation, ou du moins pas qu'il l'ai su.
Les seuls êtres surnaturels qu'il côtoyait étaient les Zombis, omniprésents dans la vie des Vodouns, sympas mais quand même un peu bizarres pour un jeune garçon.
Bien que le secret fut parfois difficile à garder, Lincoln appréciait sa vie, et surtout le fait d'être entouré.
Et même s'il lui arrivait une fois ou l'autre de gaffer à l'école, ces propos n'étaient jamais pris au sérieux et on le considérait simplement comme un rêveur.

La communauté était aimante et attentionné, et jamais personne n'était laissée pour compte.

Mais les choses changèrent au début d'année 2010, à onze ans à peine, Lincoln subit de plein fouet la Révélation, et son quotidien vola en éclat.

Il se souvient encore de cette soirée là, alors qu'il faisait tranquillement ses devoirs dans sa chambre.
Il entendit de l'agitation dans le salon, ses parents étaient visiblement en effervescences et semblaient débattre vigoureusement.
Sa curiosité le fit se lever de sa chaise pour se rapprocher de la porte et tenter de saisir l'objet des ébats.

C'est ce moment que choisit sa mère pour apparaître dans l'encadrure de la porte. Si elle tentait de garder son calme, Lincoln lu la détresse dans ses yeux ainsi qu'une terreur qu'il ne lui connaissait pas.

Elle s'agenouilla alors devant lui et lui expliqua la situation.
Il eut quelques difficultés à assimiler l'information au départ, qui n'en aurait pas?
Mais quand il comprit enfin toute l'implication de cette révélation, son coeur manqua un battement, et toutes les fois où il avait parlé à l'école lui revinrent en mémoire, tel un flashback.

Les larmes aux yeux il avait tout raconté à sa mère, convaincu que le risque de représailles était réel.
Cecilia sembla partager ses craintes, car elle lui ordonna de préparer quelques affaires dans son sac, et de la rejoindre au salon.

Lorsqu'il fut prêt, il gagna la pièce commune juste au moment où son père glissait une arme à feu dans son dos. Leurs regards se croisèrent, mais aucune parole ne fut dites sur le sujet, Georges Greenwater était bien décidé à garder sa famille en sécurité, peu importe les moyens.

Les trois Vaudouns prirent la clé des champs et quittèrent leur appartement, situé en plein centre-ville.
Dans la cage d'escalier, ils croisèrent les Foremans et les De Guthrie, d'autres familles Vodouns résidant dans l'immeuble, et qui avaient également semblé judicieux de s'éloigner un peu de la ville.
Après quelques échanges entre les parents, ils fut décidés de ne pas tous partir en même temps, pour ne pas trop attirer l'attention.
Tous semblaient d'accord pour se rassembler à l'extérieur de la ville, à la vieille demeure coloniale.

Les De Guthries sortirent les premiers. Au dehors ont entendait des cris, des coups de feu et d'autres sons moins identifiables. Etait-ce une explosion?

Après quelques longues minutes d'indécision, les Greenwater passèrent en deuxième.
Une fois les portes de l'immeuble franchit le chaos était partout.
Il semblait que toute la ville était dehors. Des gens brisaient les vitrines des magasins, d'autres s'acharnaient sur les portes d'immeubles, certaines étaient d'ores et déjà abattues, témoins silencieux de l'absurdité humaine.

Ils avancèrent d'un pas rapide, tantôt marchant tantôt courant. Ils coupaient constamment par les petites rues.
L'idée de prendre la voiture avait bien traversé la tête de Lincoln, mais les rues étaient jonchés de déchets ou de voitures abandonnées à la va vite, voir carrément incendiées pour certaines.

Au détour d'une rue, ils tombèrent sur des voitures de polices et des forces de l'ordre, armes au clair et visant un homme capuchonné posté en plein milieu de la route, ses poings étaient enflammés, et il insultait copieusement les policiers toujours en joug.
Ils traversèrent longèrent les murs en s'éloignant le plus possible de la scène.
La dernière image que Lincoln en eut était une gerbe de flamme suivie de plusieurs détonations.

Il mirent plusieurs heures à traverser la ville, rencontrant des scènes de chaos dignes de la fin du monde, mais ils arrivèrent entier à l'orée de la ville, et purent rallier la demeure coloniale vers 4h du matin.
De très nombreuses familles avaient fait le choix de se retrouver là, et pour cause, avec l'Hounfor à proximité, c'était le lieu le plus sûr pour tous. Les Loas ne laisseraient pas de malheur arriver si près de leur autel.

Lincoln dormi peu, et extrêmement mal, ils étaient plusieurs centaines réunis là, on avait logé les enfants et les personnes âgés dans la maison, les adultes avaient passé la nuit dehors, avaient-ils seulement dormi.

Le lendemain, le jeune Vodouns fut confronté à la dure réalité lorsqu'il aperçut les Foreman regroupés ensemble, à trois, alors qu'ils auraient dû être quatre.
Il apprit un peu plus tard que James, le père et houngan de la famille, avait tenté de s'interposer entre une bande de brutes et un jeune métamorphe chien qu'ils avaient pris au piège et s'apprêtaient à torturer.
Les bourreaux n'avaient pas hésité et s'étaient rués sur James, l'un d'eux avait un couteau et s'en était servit plusieurs fois. Le houngan avait juste le temps de crier à sa famille de fuir avant de tomber sous leurs coups.

Alors que le chaos se poursuivait en ville, ils restèrent à la demeure coloniale. Des tentes avaient été dressés, malgré les températures basses. Il n'était pas question d'aller à l'école, et seuls les adultes faisaient quelques incursions en ville pour ramener de quoi sustenter tout le monde.

Il y eut bien quelques tentatives d'intrusions sur la propriété, mais toutes rapidement avortées par les personnes qui veillaient aux abord du terrain.

Après une semaine, les heurts s'atténuèrent et les familles commencèrent à regagner leur domicile.
Les Greenwater se mirent en route pour regagner le leur. En chemin ils virent les marques des exactions qui avaient été commises durant cette semaine interminable.
Et leur effroi ne fit que s'intensifier quand il trouvèrent leur appartement la porte défoncée et l'intérieur saccagé.
Des insultes anti-Outres taguées sur les murs entre deux menaces de mort.

La vie ne fut plus jamais la même, et bien que la situation ce soit améliorée depuis, il n'oublie pas ce dont les Normes sont capables lorsqu'ils ont vraiment peur.


T'as de beaux yeux tu sais?

Lincoln passe une jeunesse compliquée, où les lois sur les Outres et à plus forte raisons sur les Vodouns sont en constante évolution. D'abord d'une sévérité incroyable, faisant ressurgir une ségrégation qu'on pensait enterrée.

Mais au fur et à mesure des actions sociales et des manifestations pacifiques, les lois se sont assouplies et de nouvelles, plus compréhensives, virent le jour.

Les années passèrent et les droits des Outres s'améliorèrent. Lentement mais surement l'espèce humaine s'accommodait de leurs cousins un peu particuliers, et force était de constater que les Vodouns, après les Vampires évidemment, avaient une sacré côte auprès du public.
Le Baron, alors simple chef spirituel du culte, devint petit à petit un personnage médiatique, et son rôle évolua pour se diriger de plus en plus vers un chargé de communication, promouvant le sens de la fête et la sympathie des Vodouns.

Et ça marchait! Bientôt le nombre de vaudouisants explosa à la Nouvelle-Orléans, et les sympathisants se comptaient en milliers.
Un pari réussi, mais qui restait risqué, et qui n'était pas forcément vu d'un bon oeil de par la totalité de la communauté.
En effet, être vaudouisant était devenu une mode, comme devenir bouddhiste dans les années 2000. C'était branché, ça faisait bien sur un CV et ça attirait le respect des foules.
Plusieurs stars de cinéma ou de la musique se convertirent, c'était bon pour le business et pour l'image.

Les rituels grand public avaient évolués aussi: plus grands, plus clinquants, plus exagérés, mais moins efficaces.
Les Loas aiment l'attention, mais ils n'aiment pas qu'on les utilisent pour faire plus de vues sur Youtube.
Est-ce la raison de la disparition d'une partie d'entre eux?
Qui sait... Leur disparition fut aussi soudaine qu'elle fut choquante pour beaucoup de pratiquants.
Et un coup encore plus dur pour ceux habitués à les solliciter.

Le jeune Vodoun prend de l'âge et de l'expérience, il est bientôt reconnu de ses pairs comme compétent et appliqué. Un peu trop peut-être au grand dam de Cecilia, qui se languit de voir son fils fonder à son tour une famille, et avoir la possibilité de transmettre le pouvoir héréditaire.

Il faudra pourtant attendre 2029, et quelques amourettes passagères pour que le coup de foudre ait lieu.
Les Vamps organisent alors l'été de cette année, un festival anniversaire pour les 60 ans de Woodstock.
Lincoln ne voulant pas rater l'occasion, ne manque pas de prendre ses billets pour Salem, et laisse deux parents passablement inquiets derrière lui.

De ce Woodstock légendaire il ne retiendra pourtant pas grand chose. De très grosses quantités d'alcool et de drogue, ainsi que des chevauchements sauvages et répétés eurent raison de la majorité de ses souvenirs.
Il se souvient néanmoins de son regard, de ses lèvres, de ses baisers.
De leurs corps entrelacés au son des instruments électriques et traditionnels. De ces instants hors du temps, où ils ne firent qu'un.
De leurs mains collées l'une à l'autre pendant tout le trajet retour, et jusqu'à la présentation à ses parents.

Evelyn, celle qui a peine un an plus tard deviendrait sa femme.
Vaudouisante à la peau métissée, aux cheveux sombres et bouclés, elle avait la taille fine et les courbes généreuses. Des yeux d'un vert subtil, presque gris.

C'était son âme soeur, il n'en avait jamais douté, et le destin semble leur avoir donné raison, car jamais Lincoln n'aima autre femme moitié autant qu'Evelyn.
De leurs ébats cette année-là naquit, neuf mois plus tard le petit Luis.
Garçon enjoué, qui grandit dans le monde du Vaudou mais ne semblait jamais vraiment s'y intéresser. Cecilia et Lincoln décidèrent de lui laisser un peu plus de temps.

Alors que Lincoln continuait d'exercer son rôle de houngan, aussi bien pour la communauté que plus récemment pour les Normes (ce qui représentait une manne financière bien plus intéressante), il avait également été retenu pour un poste dans une petite droguerie tenue par le Maître des Poupées de l'époque, Rafa.
Rapidement les deux hommes se lièrent d'amitié, et Rafa n'ayant pas de famille, il décida d'initier son jeune ami aux arts des malédictions.
Lincoln apprit avec plaisir, et devint rapidement un élève appliqué, à tel point qu'il décida de laisser tomber ses responsabilités de houngan pour se consacrer entièrement à l'art des poupées.

De son côté, Evelyn, pédiatre de formation, l'eut aucun mal à se faire embaucher au New Orleans's Children Hospital, où elle obtint rapidement un poste confortable.

Luis grandissait et bien vite l'idée fut lancée de lui donner un petit frère ou une petite soeur.
C'était sans compter sur le destin.


Destiny's Child

C'est la séquence émotion, sortez les mouchoirs.
Bondye seul sait réellement pourquoi, mais les tragédies décidèrent de se succéder dans la famille Greenwater.

La première fut la mort de Cecilia, d'un cancer qu'elle avait combattu pendant plusieurs années, et qu'on avait cru éradiqué.
C'était pour revenir plus fort et soudain que jamais. En quelques mois seulement l'état de la mère de Lincoln se dégrada considérablement, et c'est un magnifique jour de Juillet 2034 que Cecilia pousse son dernier soupir, sur son lit d'hôpital.

A partir de cette date, les choses deviennent un peu chaotiques. L'idée d'un deuxième enfant est reportée, et Lincoln se concentre sur son père, plongé dans un profonde dépression.
Cecilia avait refusé la réanimation, et son décès trop récent n'avait visiblement pas permis de la réanimer en Zombi astral.
Lincoln, lui-même très affecté par la mort de sa mère, se fit une obsession de révéler le don chez Luis.
Mais après de nombreuses tentatives, il comprit que celui-ci n'avait pas les pouvoirs de Vodoun.
La déception du père fut grande, et bien qu'il tenta de ne pas blâmer son fils, il ne pu retenir quelques remarques, parfois violentes, qui ne firent que compliquer leur relation.
Evelyn de son côté faisait tout pour arrondir les angles, et arrivait tant bien que mal à faire en sorte que sa famille n'explose pas.

Malheureusement, c'est à peine un an plus tard, en 2035, qu'un plus grand drame encore frappa les Greenwater.
Alors qu'Evelyn rentrait d'une permanence tard le soir, elle fut fauchée par un chauffard.
Morte sur le coup, Lincoln n'apprendra la nouvelle qu'au matin, après qu'elle fut identifiée.
Sous la force du choc elle avait été complètement défigurée et pratiquement coupée en deux, il avait fallu quelques temps aux médecins pour la reconnaître et appeler son mari.

La disparition de sa femme plongea Lincoln dans une dépression profonde. Il confia Luis à son grand-père, qui lui-même se remettait à peine du deuil de Cecilia.
Le Vodoun désormais complètement perdu, sombra dans un tourbillon d'alcool et de drogues.

Il pu cependant mener un rituel pour la réanimer en Zombi Astral, tout ce qu'il voulait c'était la revoir, entendre sa voix.

Le rituel se passa étonnamment bien, et Evelyn accepta d'apparaître. Il discutèrent longtemps, et pleurèrent beaucoup.
Même depuis l'Outremonde, Evelyn sut trouver les mots pour réconforter son époux et apaiser sa peine. Elle lui promis d'être toujours présente quand il en aurait besoin, qu'il pourrait l'appeler quand il le voudrait.

Lincoln ressortit de cette rencontre plus serein, la tristesse et la douleur étaient bien évidemment toujours là, mais elles semblaient plus diffuses.
Il se repris en main, et retourna travailler, il repris Luis à la maison, et tenta de l'élever seul.

Malheureusement, sans sa femme pour arrondir les angles, leur relation devint catastrophique, à tel point qu'à à peine 16 ans, Luis demandé son émancipation et une fois celle-ci obtenue, claqua la porte du domicile familial pour quitter la Nouvelle-Orléans.
Bien que ce départ fut mal vécu par Lincoln, il se dit que c'était peut-être pour le mieux. Luis ne manquait pas de ressource, et des Greenwater habitaient un peu partout aux Etats-Unis, il trouverait un point de chute et pourrais peut-être vivre une vie à peu près normale loin de cette vie de tristesse.

Néanmoins cela n'arrangea pas le problème de boisson du vieux Vodoun, qui enquillait les bouteilles de rhum comme si c'était des cannettes de Dr. Pepper.


Poupée de cire, poupée de sort

La vie repris petit à petit son cours, et les choses se tassèrent. Lincoln travaillait toujours à la droguerie, désormais à temps plein. Rafa, désormais d'un âge avancé, n'était plus en mesure de tenir la boutique lui-même, il avait donc décidé de laisser Lincoln la gérer.

Quand ce dernier n'était pas au travail, il s'occupait de son père, qui lui aussi commençait à se faire vieux. Georges demanda d'ailleurs à être placé en maison de retraite. Il refusait que son fils passe tout son temps libre à s'occuper de lui, alors qu'il pouvait faire d'autres choses de son temps libre.
Et malgré les refus successifs de Lincoln d'accéder à sa requête, il finit par plier en 2045.

La même année Rafa ne se réveilla pas de sa désormais sieste traditionnelle de fin d'après-midi.
Lincoln se chargea de la cérémonie d'adieu qui se tint à l'Hounfor, Rafa n'ayant aucun parent connu, il s'attendait à procéder à un rituel en petit comité.
Mais c'était sans compter sur le rôle du vieil et sa popularité auprès de la communauté, ainsi de nombreux Vodouns et vaudouisant vinrent dire adieux à leur ami et guide.

Quelques jours plus tard, Lincoln apprit qu'il était cité dans le testament du Maître des Poupées. Celui-ci lui léguait non seulement la droguerie, mais également son titre. Il avait visiblement tout prévu avec les membres influents de la communauté ainsi qu'avec le Baron.

Une cérémonie officielle eut lieu, présidée par le chef du culte lui-même, où Lincoln fut introduit dans son nouveau rôle, et présenté à la communauté.
Pendant les années qui suivront il aura toujours quelques difficultés à jongler entre son rôle de Maître des Poupées et la boutique, qu'il a d'ailleurs transformé en attrape-touriste, laissant de côté l'aspect droguerie pour un aspect arnaque.

En 2046, à peine un an après avoir emménagé à la maison de retraite, Georges décède paisiblement dans son sommeil.
Triste, mais dans un sens soulagé, Lincoln sait désormais que son père et sa mère se sont retrouvés, et qu'ils sont heureux, et cela l'aidera à faire son deuil plus rapidement.

Lincoln excelle dans son rôle de Maître des Poupées, mais sa solitude le rends aigri et souvent agressifs avec les personnes qui viennent lui demander conseil ou service, même celles de la communauté.



   
   Quelques détails à savoir sur votre arrivée à la Nouvelle Orléans? Vous en êtes natif ?
   ARRIVEE_A_LA_NOUVELLE_ORLEANS


   
Bas les masques

   
Dans l'étrange monde de l'irl...

   
   Derrière l'écran, vous êtes : VOTRE_PSEUDO_NOM_ETC
   
   Vous serez souvent là avec nous ?
   VOTRE_PRESENCE

   Comment avez-vous connu Voodoo Child ?
   COMMENT_VOUS_AVEZ_CONNU_LE_FORUM
   
   Avez-vous déjà un double/multi compte ?
   AVEZ_VOUS_DES_MULTICOMPTES
   
   Votre avatar provient-il d'une de nos banques ?
   AVATAR_VENU_DE_NOS_BANQUES
   
   Avez-vous des suggestions, des questions, des compliments ou des tomates à nous jeter à la figure ?
   SUGGESTIONS_ET_CIE
   
   Vous attestez avoir lu le règlement, et vous engagez à l'appliquer à-la-lettre ?
   APPROBATION_DU_REGLEMENT
















État Civil

Nom : Greenwater
Prénom :Lincoln
Race : Vodoun
Âge : 53 ans

Date de Naissance : 29 Août 1998
Situation de Famille : Veuf, et visiblement plutôt content de l'être...
Profession / Activité : Si au sein de la communauté Vaudou il est le Maître des Poupées, réputé pour ses sortilèges redoutables, il faut bien reconnaître que ce qui le nourrit est le commerce d'amulettes et de gris-gris en grande majorité totalement bidons. En même temps on ne va pas gâcher des produits rares et chers pour des abrutis de touristes!

Morphologie


Taille : Un bon mètre quatre-vingt, même s'il se tasse avec l'âge...

Poids : 70kg, tout mouillé, et par temps clair...

Corpulence : Il n'a jamais été bien épais, et on ne peut pas dire que ça s'arrange avec le temps. Il y a certainement une époque où il était un tant soit peu musclé, mais c'était il y a longtemps, quand plaire aux filles l'intéressait encore...

Couleur de cheveux : Noir majoritairement, même si les années ont tissé dans cet amas de dreadlocks quelques fils d'argent.

Couleur des yeux : Brun très très foncé... Ouais, noir en fait.

Allure générale : Si on ne fait que le croiser dans la rue on aura principalement l'impression de se faire un revival de Woodstock tant l'impression de hippie baba cool est forte. Si on s'attarde un peu l'air fermé et quelque peu revêche donne très vite l'envie de ne pas lui adresser la parole, voir de ne pas le regarder... Pis de changer de trottoir aussi...

Allure vestimentaire : Portant souvent des vêtements amples en lin, plutôt de couleurs clair, il se ballade régulièrement pipe ou pétard au bec. S'il ne donne pas l'impression de se négliger, on ne peut pas pour autant dire qu'il prend soin de lui. Il est propre, ça s'arrête là. Sauf peut-être pour ses dreads qu'il entretien régulièrement et qu'il veille à garder propre dans la mesure du possible... Il est aussi bien équipé en ce qui concerne bracelets et autres bidules qui pendouilles à ses poignets, pour le reste une simple amulette lui habille le cou.

Particularités éventuelles : Il porte souvent des tongs... Non mais genre même quand il pleut, ou qu'il fait froid... Sans déconner, je suis le seul à trouver ça flippant?

Psychologie


Défauts : Si vous avez l'impression de l'ennuyer quand vous discuter avec Lincoln, c'est que c'est probablement le cas! Il accorde peu d'importance aux banalités, la pluie, le beaux temps, la politique, le réchauffement climatique, il s'en cogne royalement! Et il n'hésitera pas à vous le faire sentir! Dans ses bons jours il se contentera simplement de vaquer à ses occupations ou à bailler ouvertement s'il se retrouve bloqué. Dans les mauvais il vous dira tout simplement que ça ne l'intéresse pas et que "la sortie est par là".
Avare de mots, on a souvent l'impression de parler à un mur (même quand il écoute), et il faut une bonne dose de patience pour tenir une conversation entière avec lui. Disons qu'il ne faut pas avoir peur de monologuer...
Et le plus insupportable dans tout ça reste son calme inébranlable qui nous fait nous demander quelques fois s'il ne s'est pas carrément endormi...  
 
Qualités : Si l'on peste beaucoup contre sa loquacité défaillante elle s'avère pourtant être l'une de ses qualités première! Et oui, car s'il ne parle pas beaucoup avec vous, dites vous ne parle pas beaucoup avec tout le monde! Autrement dit tout ce que vous direz sera retenu (contre vous ou pas, ça c'est lui qui en décidera), mais jamais ressorti, sauf s'il le juge nécessaire.
Si son calme dans toutes les situations peut s'avérer exaspérant, il reste pourtant une qualité très révélatrice de sa capacité à écouter, mais aussi à observer. S'il semble tourner au ralenti c'est parce qu'il prend le temps d'analyser ce qu'on lui dit et ce qui se passe dans son environnement et tout ça à une vitesse plutôt incroyable étant donné le volume d'informations qu'il enregistre.
Enfin, s'il se permet d'être distant avec les inconnus, il est un peu plus démonstratif en privé. Bon, pas beaucoup plus, faut pas déconner...
Au sein de la communauté Vaudou il est plutôt apprécié pour ses services et ses conseils, car s'il parle ce n'est jamais pour ne rien dire!
 
Croyances : Rien de bien original: la famille, les amis, une vie heureuse et prospère. Si son fils est allé vivre à Los Angeles, que sa femme est décédée et qu'il tient un commerce modeste, il prône également l'acceptation. Il continue à vivre sa vie en profitant des bons moments et en affrontant les mauvais.

Religion : Bien que les récentes révélations sur les origines des Outres aient un temps ébranlé sa foi, il reste un fervent pratiquant. Il nourrit d'ailleurs des soupçons quant à ces soi-disantes révélations, parce que "on ne peut pas faire confiance à trois clampins restés trop longtemps au soleil qui auraient décryptés les gravures tremblotantes du vieux cinglé du village shooté aux champis!". Autrement dit il est plus convaincu par un coup monté pour renouveler la peur des Outres que par une réelle trouvaille archéologique.
C'est pourquoi sa vision de la religion reste inchangée, il respecte toujours les Loas pour ce qu'ils sont, des esprits et pas des démons, et ne se considère pas comme un suppôt de Satan mais comme un pratiquant aux capacités particulières.

Goûts : Il a des goûts très simples: une bonne entrecôte à manger, une bonne herbe à fumer, pourquoi pas quelques formes généreuses à mater (discrètement, on est pas des bêtes.).
Mais surtout du bon blues à écouter, et ça, c'est le Nirvana!

Talents, savoirs notables : Pas vraiment non, il gagne toujours au cluedo, mais je pense pas que ça compte?

(+) Espoirs, buts, rêves : Rien de bien concret non. Il espère passer une agréable journée. Son but chaque matin est d'arriver au soir sans qu'on soit venu l'emmerder. Et il rêve souvent d'un bon cigare accompagné d'un whisky, le tout sublimé par quelques morceaux de Muddy Waters. Pas de grandes ambitions, de rêves de grandeurs ou quoi que ce soit. Juste une bonne journée quoi!

(-) Angoisses, regrets, phobies : S'il peut se montrer nostalgique quant à la mort de sa femme, il ne nourrit pourtant pas de réel regret, ce serait contraire au cycle de la vie et de la mort. Il lui arrive de se navré du manque de nouvel de son fils, mais rien qui puisse lui gâcher vraiment la journée. Quant à sa vie modeste, elle semble plutôt bien lui convenir. Les seules angoisses qu'il serait susceptibles d'avoir porterait sur la détérioration des relations entre les Normes et les Outres, qui pourrait un jour déraper en véritable extermination...

Si on vous parle des Outres, vous réagissez comment ? "Je réagis pas généralement, c'est pas bon pour ce que j'ai." (Rien contre, mais rien pour non plus.)

Et votre sentiment vis à vis des Normes ? "J'ai le même sentiment que quand je dois réagir aux Outres..." (La même, avec un peu plus de méfiance, cela dit.)

Êtes-vous satisfait de votre existence ? "Et vous, ça vous satisfait de poser des questions débiles?" (Ben y'a pas trop à se plaindre pour le moment...)

Possibles évolutions ou objectifs futurs : "J'ai prévu de manger épicé ce soir, je vous passe l'évolution du plat..." (Rien pour le moment, j'aviserai en temps voulu!)

Particularités éventuelles: Ben c'est le Maître des Poupées quoi, quand même! Certains dise même les avoir vu bouger...

Relations Sociales


Relations particulières notables : Notable pas vraiment. Il connaît tout le monde dans son quartier, et tout le monde le connaît. Ça s'arrête là.


Antécédents :


Quelque chose à dire sur votre Famille ?


Tout d'abord, il est intéressant de savoir que son nom de famille a été créé par des esclavagistes américains, quand ses ancêtres ont été débarqués en Louisiane. Greenwater fait référence à l'eau stagnante et verdâtre des marais environnant. les mecs de l'époque ont dû beaucoup se poiler...

Pour ce qui est de ses parents, rien de particulièrement passionnant à dire. C'était des gens simples, avec peu de revenus, il ne vivaient pas dans la misère, mais n'était pas non plus les rois du pétrole. Des gens relativement banals, Vodouns eux-aussi, tradition familiale oblige.
Si sa mère est décédé depuis presque 20 ans, des suites d'un cancer, son père quant à lui ne l'a rejointe que plus tard, dans un tragique accident de voiture, il y a environ six ou sept ans.
Il a réussi à faire son deuil et à avancer, et puis, ce n'est pas comme s'il ne pouvait pas, à l'occasion, leur demander conseil.

Événements de votre passé qu'il convient de connaître :

Il se souvient de cette nuit, où ses parents, paniqués, avaient fait irruption dans sa chambre. Il avait sursauté, au sortir du sommeil ne discernant que des ombres noires passant devant ses yeux. Puis son père lui avait parlé, d'une voix dont la douceur ne parvenait pas à dissimuler complètement l'inquiétude. Ils l'avait fait levé, habillé à la va-vite, et ils lui avaient demandé de remplir un sac avec quelques habits et tout ce qu'il tenait absolument à emporter.
Il s'était mis à la recherche de ses affaires, alors que ses parents quittaient sa chambre et que l'agitation se déplaçait au salon. Et dans le calme revenu, il perçut soudain les bruits de la ville. Quelque chose clochait, beaucoup de circulation pour l'heure tardive et pour le quartier, et ces coups sourds, était-ce des coups de feu? Une voiture de police, toutes sirènes allumées passa en trombe devant l'immeuble. Si le comportement de ses parents avait commencé à l'inquiéter, les bruits extérieurs commencèrent à l'angoisser.
Quelques minutes plus tard, son père était revenu le chercher, il portait un sac à dos dont dépassait une manche de chemise, il l'avait pris par la main et lui avait dit, d'un ton sérieux qu'il ne prenait que quand il le grondait: "Ne me lâche jamais la main, peu importe ce que tu vois ou ce que tu entends, ne me lâche jamais la main."
Et puis il l'avait regardé dans les yeux et il avait vu la peur et la peine y faire un passage fugace avant d'y retrouver la détermination dont il avait l'habitude.
Et son père avait continué: "Si je te dis de courir, et seulement si je te le dis, tu peux lâcher ma main, et tu cours aussi vite et aussi loin que tu peux, tu ne te retournes pas, tu cours, vers les marais, jusqu'à ce que tu n'en puisse plus, tu m'as compris?"
Lincoln avait hoché la tête, cette fois, il avait vraiment peur, du haut de ses 11 ans et demi, il était terrorisé. Qu'est-ce qui se passait, quelle frénésie avait envahie la ville? Pourquoi ses parents semblait tout aussi effrayés que lui, eux qui était d'habitude si calmes et si sûrs d'eux?

Tous trois étaient sortit sur le palier, et le boucan de l'extérieur avait enflé d'un coup. Plus ils se rapprochait de la porte de l'immeuble plus le bruit devenant impressionnant. Des klaxons, des sirènes, quelques hurlements au loin. Comment la ville avait pu virer aussi vite au chaos?
Quand ils sortirent enfin du bâtiment, ils faillirent être percutés par des gens qui couraient. Ils fuyaient, tout le monde fuyait. Dans un sens, dans l'autre, la panique s'était répandue comme une traînée poudre. Les gens se bousculaient, la rue était encombrée de voitures qui klaxonnait, les conducteurs se hurlant des insultes.
Quelques mètres plus loin, une bagarre éclatait entre deux hommes, pourquoi? difficile à dire, mais il ne put assister à la suite car son père le tira dans la direction opposée.
Marchant d'un pas vif, il devait trotter pour maintenir l'allure que lui imposait ses parents. Ils prenaient les petites rues, loin de la circulation et des grands axes où les habitants se massaient, ils croisaient souvent d'autres groupes qui semblaient eux aussi aller dans la même direction. Mais tout le monde prenait des chemins différents à un moment où à un autre. Lincoln ne pouvait pas ignorer les regards méfiants qu'on leur jetait, et que ses parents jetait aux autres.
Pourquoi tout ces gens fuyaient, et pourquoi n'empruntait-ils pas les même voies que la majorité? Est-ce qu'ils se cachaient? Mais de quoi?

Soudain, une explosion survint quelques dizaine de mètres plus loin. Une voiture avait volé en éclat, sans raison apparente. Le souffle brûlant avait faillit lui faire lâcher la main de son père, qu'il tenait toujours fermement. Il avait vu le mur de flamme s'ouvrir en deux pour laisser passer un homme, avec la fumée et la lumière rougeoyante du feu il n'avait pas pu voir son visage, rien qu'une silhouette. Une voiture de police avait surgit d'une ruelle adjacente et les agents avaient commencé à hurler sur l'homme qui leur faisait face, en pointant leur armes sur lui. Ses mains s'étaient enflammés et il avait pointé ses paumes ouvertes vers les policiers, s'en était déversé un flot de feu, les agents eurent à peine le temps de tirer deux coups qu'ils furent engloutit par la marée brûlante, leur hurlements résonnent encore dans la mémoire de Lincoln aujourd'hui...

Tout le monde s'était alors mis à courir en tous sens, on lui rentrait dedans, on lui marchait sur les pieds, il avait même pris un poing en pleine figure qui l'avait à moitié assommé. Désormais son père le traînait comme un bagage. Et soudain, la prise lâcha.

Il reconnu juste la voix de son père lui ordonnant de courir, ce qu'il fit, passant entre les gens, bousculant lui aussi, il courait. Et plus il courait plus les larmes montaient, il avait bien tenté de chercher des visages familiers, mais dans cette bouillie humaine, nulle trace de ses parents, et l'ordre de son père résonnait trop fort dans sa tête pour qu'il s'autorise à chercher plus avant.

Sa fuite lui avait semblé durer des heures, quand il s'arrêta enfin, les bruits de la ville s'étaient atténués. Il s'était enfin autorisé un regard en arrière, et avait vu des flammes ici et là, l'autoroute que l'on pouvait voir serpenter jusqu'au loin semblait complètement bloquée, des files de voitures interminables s'étalant jusqu'à l'horizon. Il s'était arrêté à l'orée des marais, il ne savait plus vraiment comment il avait fait pour retrouver la route de l'extérieur de la ville, mais il était désormais tout seul. Et il se mit à pleurer, il avait perdu ses parents, et il n'avait aucune idée s'ils étaient encore en vie ou pas. Mais il tenta de se reprendre, et de ne pas désespérer, ils avaient été séparés, ça ne voulait pas dire qu'ils étaient morts.

Il savait où il devait aller, et là où tous les Vodouns iraient se regrouper, du moins les plus croyants: l'Hounfor, derrière la vieille maison coloniale. Il n'était pas très loin, et prenant son courage à deux mains malgré l'obscurité et le froid, se mit en route pour le lieu de culte.
Sur le chemin, il avait vu de nombreux groupe émerger des fourrés, enfin des têtes qu'il reconnaissait. Tom, un ami de son père croisa son chemin avec sa famille. Il le prit avec eux et pendant qu'ils rejoignaient l'Hounfor, Tom tenta de lui expliquer la situation.
On avait révéler leur existence au monde, mais pas seulement celle des Vodouns, d'autres races magiques existaient, et ils étaient nombreux. Les humains avaient pris peur, les autres aussi. Certains s'étaient senti en position de force et avaient commencer à attaquer des humains, d'autres avaient réagit aux agressions. mais la grande majorité tentait de se cacher, de fuir le tumulte et le danger, avant que l'on commence à se poser des questions à leur sujet.

Lincoln avait découvert pour la première fois les noms de Vampires, Métamorphes et Wiccans. On ne l'avait initié que très récemment au Vaudou, il n'en avait découvert que les aspects les plus communs, jamais il n'aurait imaginé qu'il puisse y avoir d'autres personnes capable de magie.
Au fur et à mesure qu'ils avançaient, de plus en plus de monde longeait la forêt et les marais, toute la communauté Vodoun semblait s'être dirigée vers la maison coloniale. C'était le repère parfait, ignoré de la population parce qu'elle était abandonnée et excentrée, les rituels Vaudou pouvait s'y dérouler sans interruption. Ici on pouvait faire du bruit sans être remarqué, la première habitation étant à deux kilomètres. L'endroit pouvait paraître inquiétant, mais Lincoln l'avait toujours connu comme un lieu de célébration, où l'on se rencontrait, où l'on priait, on l'on s'amusait même parfois.

Les gens se massaient dans la zone, on discutait à voix basse, comme pour ne pas faire trop de bruit de peur d'être entendu par les mauvaises personnes. Quelques personnes passaient de groupes en groupes pour recenser les fidèles, faire le point de qui avait pu quitter la ville, qui était resté bloqué, et qui était mort...
Lincoln n'avait jamais vu autant de personnes rassemblées ici, les rituels se faisant généralement par petits groupes d'intimes et d'amis, pour ne pas trop attirer l'attention. On invitait les gens à se rassembler dans les cultures, en jachères depuis des décennies. Celui qu'on appelait le Baron, un vieil homme à l'allure austère avait pris la parole. Il tentait de rassurer les gens, expliquait qu'il allait falloir faire profil bas pendant le temps que la situation se tasse, que les cérémonies et les rituels seraient désormais moins fréquents. Puis il avait proposé à tout le monde de camper ici pour la nuit, le temps que l'agitation en ville se passe. Des sacs de couchage avaient été distribués, les gens se retrouvaient autour d'eux, les familles séparées se rassemblaient. Quand il entendit son nom, Lincoln tourna la tête en tous sens et vit enfin ses parents émerger de la foule. Il courut vers eux pour les serrer dans ses bras et s'abandonna une nouvelle fois aux larmes, de soulagement cette fois. Son père et sa mère remercièrent chaleureusement Tom de s'être occupé de lui, et ils s'installèrent pour la nuit.
Il entendit beaucoup de conversation durant la nuit, alors qu'il tentait en vain de dormir. Dans certains quartiers les Vodouns suspectés avaient été pris en chasse, comme si les lois n'existaient plus. La peur s'était emparée des coeurs et certains avaient complètement perdu les pédales. De nombreux Vodouns avaient été torturés, pendu ou brûlés vifs. D'autres avaient contre-attaquer pour se défendre, tuant parfois des humains, les policiers les avaient abattus comme des chiens. De nombreuses familles avaient perdu des proches ou des amis, le nombre de morts dépassait les deux cents personnes. Forte heureusement, la majorité avait réussi à fuir le chaos sans trop attirer l'attention.
C'était chez les autres races magiques que les morts avaient été plus importants, visiblement. Ils avaient aussi été plus nombreux à réagir violemment à la révélation, se montrant sans retenu dans les rues, où attaquant carrément les humains sans plus cacher leur nature.

La semaine qui avait suivit, Lincoln l'avait passée exclusivement cloîtré dans l'appartement. Ils avaient retrouvés les lieux saccagés le lendemain, des pillards ayant fracturé la porte et visiblement chercher tout ce qui restait de valeur. La télé avait disparue, les ordinateurs aussi. On avait même volé le micro-onde. L'école avait été suspendue, les rues étant encore trop dangereuses et certains quartiers étant encore sous les conflits entre "Outres" et "Normes" comme on les appelait désormais. Puis la situation s'était tassée, mais la tension restait. La ville se remettait lentement, les commerces réouvraient, les gens ressortaient. Mais la suspicion demeura, et cela pendant des années. Les Vodouns sortirent peu à peu de l'anonymat au fur et à mesure que les lois et les esprits s'apaisaient.

Quand ses parents décidèrent eux aussi de révéler leur véritable nature, Lincoln avait vingt-trois ans. Dans leur quartier tout le monde se connaissait, et force était de constater que de nombreux Vodoun et vaudouisants s'y était rassemblés. Aussi se sentaient-ils moins menacés et plus en confiance. Désormais les Normes se contentaient d'éviter les Outres, et vice-versa.
Après des études de lettres qui ne le menèrent nulle part et qu'il décida d'abandonner, Lincoln chercha des petits boulots. Il trouva un job de vendeurs dans l'épicerie du coin, et gagna rapidement son premier salaire, avec lequel il pu faire ses premières soirées. Jeune homme peu démonstratif mais de bonne compagnie on l'appréciait pour ses bons mots et son côté pince-sans-rire. Ses amis de l'Université continuait à traîner avec lui, et à l'inclure dans leurs soirées étudiantes. C'est là qu'il rencontra Evelyn.
Elle était étudiante en médecine, vaudouisante mais pas Vodoun, ses parents avait emménagé à la Nouvelle-Orléans cinq ans plus tôt. C'était une jeune femme dynamique, souriante, et dévouée aux autres. Ses études la passionnaient et elle rêvait d'ouvrir son propre cabinet de médecine générale. Les deux jeunes gens accrochèrent bien durant cette soirée, et décidèrent de se revoir.
Quelques rendez-vous plus tard, ils se mirent en couple, et au bout d'un an et demi, décidèrent d'emménager ensemble, dans le quartier Tremé, l'un des plus vieux quartiers de la ville, et réputé pour être un quartier très vaudouisant.

Alors que les études d'Evelyn se terminait, Lincoln trouva un petit boulot dans une droguerie, le patron, un vieux Houngan reconnu vendait de nombreux produits d'aromathérapie, des pierres d'énergie et des produits plus classiques comme de l'anti-moustique et de la mort aux rats. Officieusement et contre rémunération, il créait également des poupées vaudoues allant de la poupée d'amour, à celle de vengeance. Lincoln appris énormément à son contact, et devint son apprenti dans la confection des petits avatars. Evelyn, quant à elle, fit ses premiers pas au Charity's Hospital, qu'elle ne quitta jamais.
La vie semblait s'améliorer pour les Outres, qui chaque année gagnait un peu plus de terrain dans les esprits, apparaissant de plus en plus souvent dans les médias pour des actes bravoure ou de manifestations bénéfiques. Les mentalités changeaient et les moeurs aussi.

Le 17 Septembre 2023, après deux ans de relation, Evelyn et Lincoln se marièrent. Cette union donna lieu à une cérémonie religieuse qui eu lieu à L'hounfor, les deux époux furent liés sous la bénédiction des Loas! quelques mois plus tard, Evelyn tomba enceinte et donna naissance au petit Luis. Lincoln découvrit les joies d'être père, et sa vie de famille ne pouvait pas mieux se passer. Son travail le passionnait et son patron lui laissait de plus en plus de liberté, lui laissant même entrevoir une possibilité de reprendre l'affaire. Luis grandissait bien et s'avérait un enfant plutôt sage et sociable.

Pourtant un évènement devait entacher cette vie paisible: en 2028 la mère de Lincoln mourut d'un cancer. C'est Evelyn qui lui appris son admission au Charity's Hospital, alors qu'elle était déjà dans un état critique. Il n'eut même pas l'occasion de la voir avant qu'elle soit déclarée morte. Son père lui appris qu'elle était déjà malade depuis deux ans, mais qu'elle lui avait fait juré de garder le secret. Lincoln se sentit trahi, et quitta l'hôpital furieux. Pendant presque un ans, il refusa d'adresser la parole à son père, le tenant responsable de la mort de sa mère.
Ces quelques mois furent une période difficile pour lui. Il frôla la dépression, ne trouvant plus aucun intérêt à son travail, négligeant sa vie de famille et passant de nombreuses soirées dans les bars, à boire.

Dans les médias enfla la rumeur d'un gigantesque festival de Woodstock organisé par des Outres afin de sensibiliser et de se réconcilier avec les Normes. Quand le grand jour arriva, il décida d'aller se perdre dans la marée humaine du festival. Ivre de boisson et de drogue, il assista à des phénomènes jamais vu auparavant, des miracles et cérémonies impressionnants. Il participa à une cérémonie Vodoun durant laquelle il entra en transe. Sa mère lui apparut, elle lui expliqua son choix de l'avoir gardé éloigné de ses problèmes de santé, afin qu'il continue à vivre sa vie, à élever son fils dans l'insouciance et l'innocence. Que son père avait insisté pour lui en parlé mais qu'elle l'avait fait juré, et menacé de prendre les Loas à témoins. Elle lui demanda pardon, mais surtout l'exhorta à reprendre sa vie en main, lui expliquant que sa famille avait besoin de lui, et qu'il devait honorer le serment qu'il avait prêté à sa femme et aux esprits.

A son réveil, toute peine avait disparu, toute rancoeur et tout désespoir s'était envolés, il se sentait serein. Il put enfin pardonner à son père, et réinvestir son rôle de parent et d'époux. Tout sembla rentré dans l'ordre et pendant plus de dix ans sa vie lui sourit. Le vieux Houngan décida de partir à la retraite et lui céda son magasin pour une bouchée de pain, ainsi que ses responsabilités de Maître des Poupées.

En 2043, Evelyn mourut d'une rupture d'anévrisme. Cette mort aussi soudaine qu'inattendu plongea Lincoln dans la dépression. Son fils était déjà grand, et il se retrouvait désormais seul chez lui le plus souvent. Ce fût aussi une période difficile pour Luis qui réagit très mal à la mort de sa mère, lui qui était un élève très appliqué se mettait à manquer ses cours, à devenir agressif et passer la nuit dehors.
Grâce à son père Lincoln réussi à reprendre le dessus et à faire revenir son fils dans le droit chemin, pour autant depuis cette période il ne parle plus autant qu'avant, et semble avoir du mal à nouer de nouveaux contacts.

Deux ans plus tard, ce fut au tour de son père de quitter ce monde, dans un accident de voiture. Désormais habitué aux décès, Lincoln eut moins de mal à surmonter celui de son père, il eut l'occasion de lui dire au revoir pendant une cérémonie d'adieu à l'hounfor. Avec l'âge et les épreuves, Lincoln avait fini de devenir un homme réservé, presque marginal, son cercle d'amis s'était considérablement réduit avec les années, et il n'avait plus de famille proche excepté son fils. Il fumait de plus en plus d'herbe et picolait souvent plus que de raison. La communication avec Luis s'était considérablement dégradé, et les deux ne s'adressait plus guère la parole que pour échanger des banalités.

C'est en 2048, que pour la première fois de toute sa vie, la foi de Lincoln vacille. La "Grande" Révélation concernant l'origine des Outres va pour un temps énormément le perturber, et il ne sera pas le seul, Luis va lui aussi sera extrêmement touché par cette révélation qui divisera énormément la communauté Vodoun. la première réaction fut de contacter les Loas, il fallut plusieurs cérémonies et de nombreux fidèles pour réussir à forcer un Gédé à s'expliquer, ceux-ci ayant mystérieusement fuis les ondes. Mais les réponses furent évasives, alambiquées, laissant beaucoup de place à l'interprétation. C'est à ce moment que Lincoln comprit qu'il ne pourrait dissiper ses doutes qu'en affirmant sa foi. Il décida de ne pas croire ces fameux écrits. Après tout, des années auparavant, le calendrier Maya avait signé la fin du monde pour 2012, et le monde était encore bel et bien là. Encore à l'heure actuelle, la communauté Vaudou n'a pas d'opinion tranchée sur le sujet, mais les opinions ont créé un fossé. Et son fils, qui a mal vécu cette nouvelle déclaration, décida de couper les ponts avec la religion. Préférant repartir de zéro, il décida de quitter la Nouvelle Orléans en 2049, pour s'exiler à Los Angeles.
Il appelle son père deux ou trois fois dans l'année pour lui dire que tout va bien, mais les deux adultes n'ont désormais plus d'autre contact.

Et Lincoln se retrouve donc seul, plus retranché que jamais derrière un masque d'impassibilité. Peu de gens le connaisse dans l'intimité, et personne ne peut affirmer le connaître complètement. C'est un sorcier vaudou très talentueux et très efficace, ses relations avec les autres s'arrête souvent là. Il lui arrive de présider quelques cérémonies à l'Hounfor, mais cela reste rare et pour les grandes occasions, étant plus à l'aise avec ses poupées.

Quelques détails à savoir sur votre arrivée à la Nouvelle Orléans ? Vous y êtes natif ?

Born and Raise! Comme dit, Lincoln a toujours vécu à la Nouvelle Orléans, et ne compte pas s'en aller.

- Bas les Masques -


Derrière l'écran, vous êtes : Johan
Vous serez souvent là avec nous ? Souvent oui, par contre plutôt en journée étant donné que je bosse de nuit.
Comment avez-vous connu Voodoo Child ? je suis un ancien joueur en manque d'écriture!
Avez-vous déjà un double/multi compte ? Pas pour le moment, un jour peut-être, on va déjà voir ce que j'arrive à faire avec ce personnage!
Avez-vous des suggestions, des questions, des compliments ou des tomates à nous jeter à la figure ? Est-ce que 2Pac est encore en vie sur une île avec Michael Jackson et Kurt Cobain? Est-ce que le Père Noël est une ordure? Est-ce que j'ai envie d'un goûter? Tellement de questions et si peu de réponse!

Vous attestez avoir lu le règlement, et vous engagez à l'appliquer à-la-lettre ? (La main sur le coeur et dites « je le jure » u.u !) :
Ok j'le jure, mais c'est bien pour vous faire plaisir!

Dernière édition par Lincoln Greenwater le Jeu 28 Fév 2019 - 15:21, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3722-lincoln-greenwater
Lincoln Greenwater
Vodouns
Lincoln Greenwater

Identification
Emploi: Maître des Poupées
Age apparent: 52 ans
Dangerosité:
Lincoln Greenwater Vote_lcap14/30Lincoln Greenwater 160125120054759347  (14/30)

Lincoln Greenwater Vide
MessageSujet: Re: Lincoln Greenwater   Lincoln Greenwater Icon_minitimeMar 27 Mai 2014 - 13:03

J'ai fini!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3722-lincoln-greenwater
Arn Bullet
Namir-ra
Arn Bullet

Identification
Emploi: Véto, Namir-ra, gérante Stray Meta
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
Lincoln Greenwater Vote_lcap17/30Lincoln Greenwater 160125120054759347  (17/30)

Lincoln Greenwater Vide
MessageSujet: Re: Lincoln Greenwater   Lincoln Greenwater Icon_minitimeMar 27 Mai 2014 - 18:39

Hello !

Alors comme ça tu es un ancien ? Te souviens-tu de ton personnage de l'époque ?

Concernant ta fiche c'est parfait ! Tu es validé, mais avant de commencer à jouer tu vas devoir passer par les petites corvées administratives.

Tout d'abord, il faudra ouvrir ton Carnet Mondain et ton Inventaire (section Vie Privée) sans oublier de faire une demande d'évaluation de ton niveau de dangerosité.

Ensuite, tu pourras générer ta mini fiche d'identification (Profil>Identification) et remplir ton profil les liens vers la fiche perso, l'inventaire et le carnet.

Si tu souhaites nous donner de la visibilité ou gagner de l'argent pour ton inventaire, tu peux voter pour nous dans les topsites (il existe des tas d'autres moyens de gagner de l'argent, ils sont décrit dans la section des inventaires). :)
Tu peux nous suivre sur les réseaux sociaux (Facebook et Twitter) et enfin créer/compléter ton profil Tour de Jeu.

Si tu souhaites rencontrer les membres, il y a la chatbox, le flood, l'espace rencontres ou aussi un groupe skype réservé aux membres validés. :)

Et voilà ! Je t'invite à t'abonner au journal du forum pour ne rien manquer.


Bon retour parmi nous, amuse toi bien ! :)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1256-arn-bullet#17401
Lincoln Greenwater
Vodouns
Lincoln Greenwater

Identification
Emploi: Maître des Poupées
Age apparent: 52 ans
Dangerosité:
Lincoln Greenwater Vote_lcap14/30Lincoln Greenwater 160125120054759347  (14/30)

Lincoln Greenwater Vide
MessageSujet: Re: Lincoln Greenwater   Lincoln Greenwater Icon_minitimeMer 28 Mai 2014 - 10:16

Hey, chouette! Merci pour la validation, j'espère que c'était pas trop imbuvable niveau lecture!

Sinon j'étais l'ancien Baron et accessoirement l'ancien Alpha des Werewolves. Je crois que les postes et les personnages à responsabilités ne me réussissent pas trop, du coup un personnage qui emmerde toute le monde, y'a des chances que ça se passe mieux! ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3722-lincoln-greenwater
Arn Bullet
Namir-ra
Arn Bullet

Identification
Emploi: Véto, Namir-ra, gérante Stray Meta
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
Lincoln Greenwater Vote_lcap17/30Lincoln Greenwater 160125120054759347  (17/30)

Lincoln Greenwater Vide
MessageSujet: Re: Lincoln Greenwater   Lincoln Greenwater Icon_minitimeMer 28 Mai 2014 - 10:45

Haha Sam ! Jme souviens oui, tu étais déjà revenu après la "mort" du Baron pour une petite pirouette scénaristique. ^^

Bon retour au bercail alors, n'hésite pas à contacter le compte Mère-Grand, elle ne s'est pas co depuis quelques semaines, mais c'est une vodoun que ton personnage connaîtra forcément et qui est du genre à enquiquiner et lancer des malédictions sur à peu près tout le monde. Razz
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1256-arn-bullet#17401
Lincoln Greenwater
Vodouns
Lincoln Greenwater

Identification
Emploi: Maître des Poupées
Age apparent: 52 ans
Dangerosité:
Lincoln Greenwater Vote_lcap14/30Lincoln Greenwater 160125120054759347  (14/30)

Lincoln Greenwater Vide
MessageSujet: Re: Lincoln Greenwater   Lincoln Greenwater Icon_minitimeMer 28 Mai 2014 - 12:32

Oui effectivement, une pirouette scénaristique complètement ratée d'ailleurs puisque je n'ai jamais terminé la fiche de mon personnage... La honte...

Je termine les mise à jours de tous les carnets, profils, carte de voeux et autres paperasse et je me met en quête de partenaires de jeu. Merci pour l'info de Mère-Grand, en espérant qu'elle me réponde! J'ai rarement de la chance à ce niveau-là...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3722-lincoln-greenwater
Contenu sponsorisé


Lincoln Greenwater Vide
MessageSujet: Re: Lincoln Greenwater   Lincoln Greenwater Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Lincoln Greenwater

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ DISTRIBUTION ¤ :: ║Registre║ :: Le recensement :: Questionnaires validés :: Outres-