AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Comme vous avez de grandes dents!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Peter MacConnor
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Strip Teaser
Age apparent: 18
Dangerosité:
22/30  (22/30)

MessageSujet: Comme vous avez de grandes dents!   Lun 19 Mai - 3:25

Une semaine. C'était le temps qui s'était passé entre mon agression et aujourd'hui. Le mois d'Avril était déjà bien entamé et les températures se révélaient douces, assez douces pour me permettre d'installer le cadeau de Winruna dans le jardin pour m'y exercer. Je n'avais plus joué la harpe depuis une bonne trentaine d'années mais ça ne s'oubliait pas. Et c'était une activité parfaite pour remettre un peu d'ordre dans mes pensées. Il s'était passé beaucoup en très peu de temps et j'avais besoin d'un peu de temps pour digérer le tout. Si l'on remettait le tout chronologiquement parlant j'avais rencontré Ailin, rencontré Précieuse avec Ailin, eu Winruna dans ma cuisine et enfin été gouté par une vampirette dans une ruelle sombre. J’espérais qu'elle avait apprécié parce que moi non, et encore moins me faire recoudre par Précieuse en lui devenant redevable par la même occasion. Mais elle savait y faire avec ses aiguilles c'était le moins qu'on puisse dire, d'autant plus que le baume qu'elle m'avait donné permettait de faire disparaitre les cicatrices d'une manière assez remarquable en accélérant la guérison. Je n'aurais pas pu espérer mieux  mais cela voulait tout de même dire que je devais un truc à la garce qui me semblait vraiment capable du meilleur comme du pire.

Mes doigts continuaient de valser avec légèreté sur les cordes de la harpe sans que j'y prête vraiment attention bien trop absorbé par l'idée que Précieuse me ferait payer d'une manière ou d'une autre, c'était une certitude mais il me restait l'espoir de pouvoir retourner cela contre elle. Et puis l'on verrait bien. Une légère brise se leva soudainement et un frisson me parcourut l'échine. M'arrêtant de jouer je soupirai en m'étirant. A en juger par le soleil qui commençait à se coucher au loin j'avais passé mon après midi à jouer. Ce qui expliquait en partie mes muscles endoloris. Reposant la harpe sur le sol je me levai. Après tout c'était ma soirée de repos et je comptais bien en profiter (il n'avait pas été question de prendre un arrêt de travail auprès de Précieuse suite à l'agression cela aurait été bien trop facile.) Mais maintenant il me fallait profiter et me détendre! Abandonnant la harpe dans le jardin je montai d'un pas leste les marches et rentrais dans la maison. Comme à son habitude Ailin lisait dans le canapé non loin, je la saluai d'un sourire qui aurait pu passer pour amical pour n'importe qui d'autre que nous. Mais entre nous c'était plus une sorte de jeu qu'autre chose. Je continuai ma marche vers la cuisine et y prenais une pomme bien rouge avant de monter les escaliers et de pénétrer dans ma chambre. M'allongeant sur le lit qui ne me servait pas, je m'installais devant mon ordinateur portable avant de croquer dans la pomme.

Mâchant doucement pour profiter du goût mi sucré mi acidulé je cherchais ce à quoi j'aurais pu occupé ma soirée quand une pensée que j'avais eu durant ma rencontre avec la sangsue me revint en tête. Souriant je me mis à taper les mots clés sur le navigateur de recherche. Procédant par éliminations je finis par arriver à l'adresse d'un bar lounge dans le quartier, le wild bar. A en juger par les commentaires sur le bar il semblait correspondre à ce que je cherchais, mais rien ne valait mieux que d'en juger par moi-même aussi me dirigeai-je vers la salle de bain histoire de prendre ma douche et de me préparer. Une petite trentaine de minutes plus tard je sortais de la pièce et allais choisir des chaussures. J'avais revêtu un jean classique bien taillé, une chemise blanche et j'avais préparé une veste trench coat pour aller avec le tout. Arrivé dans la chambre à chaussures je savais exactement la paire que je cherchais, les kickers bandit. Je ne les avais pas portées depuis un moment déjà mais elles avaient été mes préférées fut une époque. Une cravate bleue assortie à mes yeux, des gants bleus taillés sur mesure (pour leur permettre d'être le plus pratique possible) et une ceinture marron assortie aux kickers vinrent compléter ma tenue. J'étais prêt.

Le temps de bien regarder le plan et de manger un peu et je me mis en route vers le bar, excité à l'idée de trouver des nouveaux partenaires de jeux, surtout des métamorphes, je n'en avais pas encore côtoyés de près et cela promettait d'être une expérience plus qu'enrichissante! J'étais prêt à en avoir plein les mirettes! Après une bonne dizaine de minutes j'arrivais face au bar, il semblait y avoir un peu de monde mais pas foule. En même temps la nuit venait à peine de tomber. J'aurais dû penser à ce léger détail. Mais bon je n'étais pas fatigué et j'avais la nuit devant moi! Me glissant entre les gens qui fumaient dehors je rentrais dans l'enceinte du bar toussotant un peu la fumée n'étant pas vraiment le fort de mon espèce. La décoration n'était pas mal, des tables de ci de là et un comptoir de bar. Simple mais efficace quoique bien différent des Plaisirs coupables où les backrooms étaient légion. Quelques regards se tournèrent vers moi alors que j'avançais, mon éternel sourire malicieux aux lèvres, fredonnant une mélodie de Bach que j'avais joué l'après-midi même. Cherchant des yeux une place stratégique j'en trouvais une au comptoir, n'apercevant pas le barman. Je m'y installais tranquillement, histoire de profiter de la vue qu'elle m'offrait sur l'ensemble du bar quand un grand blond barbu ayant visiblement un peu abusé de l'alcool à en juger par la rougeur de ses joues s'approcha.

-Dis moi petit t'es pas un peu jeune pour être ici ?

J'étais venu pour être diverti et ça commençait déjà! M'installant sur mon tabouret je me tournai vers le barbu la tête dans la main gauche, les coudes sur le comptoir. J'aurais peut-être préféré que ça commence plus tard mais au moins ça avait commencé ! Les yeux pétillants, je souris à toute dents!

-Je veux bien être petit mais un peu jeune j'en doute!


Je m'attendais à ce qu'il continue sur sa lancée mais à la place il se raidit et commença à siffler entre ses dents d'un air menaçant. Réfléchissant un peu je me demandais quelle mouche avait bien pu le piquer avant de comprendre... De toute évidence ma réponse et l'alcool qu'il avait dans le sang me faisait passer pour un vampire... Un jour j'apprendrais à me taire, ou à tourner sept fois ma langue dans ma bouche avant de parler! Me saisissant le bras le géant nordique se pencha vers moi, persifflant entre ses dents "Les sangsues ne sont pas vraiment les bienvenues ici!"

[Dis moi si ça te convient par MP, désolé du retard >.<]

_________________
" Lord, what fools these mortals be! "


Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3601-peter-macconnor
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Comme vous avez de grandes dents!   Lun 19 Mai - 17:00

Une journée de plus dans le quotidien du métamorphe. Après la nomination du nouveau Sachem au Mentis, Aaron était retourné en ville, avec Luka, à leur appartement qu’ils partageaient toujours en collocation. Il ne connaissait pas celui qui avait été choisi par les Munins mais il était assez difficile de penser qu’ils puissent faire un mauvais choix. Il restait à voir ce que cela changerait pour la communauté mais, pour cela, il allait falloir attendre plusieurs jours, voire quelques semaines. D’ici là, ce nouveau changement serait sur toutes les lèvres métamorphes, notamment au Wild Bar. Et cela n’avait pas manqué. Il avait entendu plusieurs conversations, certaines optimistes, d’autres pessimistes, certaines sur le nouveau Sachem, un dénommé Matthew, d’autres sur l’ancien, Sebastian. Pour Aaron, les discussions n’avaient pas lieu d’être, si Sebastian avait décidé de partir, il avait ses propres raisons et même s’il laissait une communauté entière derrière lui, il comprenait plus ou moins ce choix car il aurait volontiers fait le même quelques semaines plus tôt. Ce qu’il lui reprochait plutôt était d’avoir laissé sa sœur, Charlie, en plan, même si elle devait être au courant et avait surement approuvé sa décision, le loup se doutait qu’elle devait souffrir de son absence, même si elle n’en montrait rien. Ils n’en n’avaient pas spécialement parlés tous les deux, peut-être parce que ce n’était pas la peine de remuer le couteau dans la plaie. Il ne savait pas ce qu’il s’était dit dans l’intimité de ces deux-là, mais, au pire, il était conscient qu’elle finirait par s’en remettre. Sa sœur était faite d’un bois souple et solide, elle ne se briserait pas facilement. Il restait à espérer que ses futures relations auraient le bon goût de ne pas être peu recommandables. De toute façon, comme tout bon grand-frère, il y veillerait personnellement, que cela lui plaise ou non.

Concernant Sarah… Aaron avait préféré le silence lui aussi, bien que quelque peu sermonné par Luka et Charlie, mieux valait laisser cette histoire au passé, encore une fois. Peut-être n’était-il tout simplement pas fait pour ça, qu’on le veuille ou non. Elle n’était pas la première, ne serait certainement pas la dernière non plus. Ainsi allaient les choses. Pour le moment, il devait se concentrer sur les Werewolves, s’assurer qu’ils ne manquaient de rien et qu’ils ne risquaient pas d’ennuis. Leur garage fonctionnait plutôt bien. Avec le temps et un peu de bouche à oreille depuis le Wild Bar, ils s’étaient faits une petite clientèle de passionnés qui venaient déposer leurs engins afin d’effectuer de menues réparations ou de simples révisions. Cela garantissait une petite rentrée de revenus pour la Meute et permettait de payer les frais généraux et entretenir l’endroit. Certains devaient encore grincer des dents à cause de la « prise de pouvoir » d’Aaron mais il n’en entendait rien. Il espérait seulement que cela ne lui tomberait pas sur la tête sans crier gare, aussi restait-il vigilent, conscient que certains trouveraient toujours à redire à ses actions. Après un après-midi tranquille au « refuge », Aaron avait enfourché sa moto et était retourné au Wild Bar prendre son service. Il faisait l’ouverture et la fermeture ce soir, ce qui ne le dérangeait pas le moins du monde. Son boulot était un moyen de décompresser, de penser à autre et, surtout, d’avoir un œil sur Charlie, bien que cela ne lui plaise pas beaucoup. Sa bécane garée dans la ruelle à côté du bar, il était rentré par la porte de service et s’était changé, revêtant le T-shirt de l’établissement, relativement moulant pour lui. « Plaisir de ces dames » avait invoqué la patronne. Il quitta la vestiaire et avait fait l’ouverture tranquillement, accueillant quelques habitués.

Après avoir servi les premiers clients, il avait abandonné le comptoir quelques instants, histoire de chercher quelques bouteilles à la cave. Certaines étaient presque vide sur les étagères derrière le zinc et mieux valait prévoir un petit stock maintenant plutôt que de devoir refaire le plein lors de l’heure d’affluence. Alors qu’il revenait chargé d’une petite caisse remplie de différentes bouteilles, il entendit Wedge, un habitué un peu trop alcoolisé dès le crépuscule, jouer des coudes avec un autre client. « Et les chercheurs de noises, je les met moi-même à la porte Wedge, tu te souviens ? » Aaron posa son chargement derrière le comptoir avant de se redresser et de poser les mains sur celui-ci, un regard sévère posé sur son habitué. « Alors tu lâches le jeune homme et tu t’occupes de tes affaires. » L’intéressé s’exécuta rapidement, maugréant quelques mots incompréhensibles dans sa barbe, laissant tout le loisir au barman de se tourner vers le nouveau-venu. « Désolé pour ça… » Il fronça les sourcils, observa le jeune homme pendant quelques instants. « Par contre, sans vouloir vous vexer, il va me falloir une pièce d’identité. » On ne plaisantait pas avec l’alcool et les mineurs aux Etats-Unis, et la dernière chose qu’Aaron voulait c’était des problèmes avec la loi. Il entendit Wedge glisser un commentaire mais n’en tint pas compte. Le fait que son nouveau client soit un vampire lui était venu à l’esprit mais il ne sentait pas vraiment la mort. Pour le reste, si le Wild Bar était préférentiellement un Bar à Métas, les autres races y étaient plus ou moins tolérées, tant qu’elles s’y comportaient correctement ce qui, pour le moment, était son cas.
Revenir en haut Aller en bas
Peter MacConnor
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Strip Teaser
Age apparent: 18
Dangerosité:
22/30  (22/30)

MessageSujet: Re: Comme vous avez de grandes dents!   Jeu 29 Mai - 2:32

Quoiqu'en fait ce type ne pouvait pas mieux tomber, un des avantages des mecs saouls c'est de pouvoir leur casser la gueule en toute impunité. La musique ça soulage un temps, la baston c'est mieux. Bien que ça pose des soucis si l'on se fait attraper. Autant dire que j'avais toujours réussi à m'éclipser à temps. Et puis je savais dorénavant quoi penser du potentiel combatif des vampires, qu'en était-il pour les métamorphes ? Étaient-ils plus forts ? Comment fonctionnait les changements ? Le barbu avait beau être un géant de toute évidence plus fort que moi il était saoul. Si je me décidais à passer à l'attaque à l'instant il n'aurait pas une chance alors que si je lui laissais l'occasion d'agir ça serait plus complexe, j'étais toujours blessé suite à ma rencontre avec la folle aux crocs pointus, facteur à prendre en compte. Dans le doute mieux valait attaquer le premier. Je me préparais à dégager mon bras avant de lui briser le nez en suivant une technique de krav-maga, (un art martial merveilleux soit dit en passant, de l'autodéfense au service de l'attaque bien que le systema soit plus intéressant) avant de me reculer et d'attendre sa réaction pour contre attaquer. Quand le barman surgit. Et avec lui mon exutoire parfait (et prétexte pour tester la force des métas) s'envola en fumée.

En une seule phrase le nouveau venu avait réussi à faire que le dénommé Wedge me lâche et s'éloigne. Encore un prince charmant au secours de la veuve éplorée et de l'orphelin ? Ou non, simplement un barman qui faisait son boulot. Bien qu'en le jaugeant il avait plus la carrure du Prince que notre Steupho, et à juger par la manière appétissante qu'avait son T-Shirt blanc de souligner sa musculature il aurait très certainement eu sa place parmi les autres jouets de la garce. Dans le genre chippendales il correspondait bien plus que moi à l'image qu'on se faisait du strip teaser masculin. Mais ce n'était tout de même pas drôle... J'aurais bien aimé pouvoir briser le nez de Wedge juste histoire de me défouler avant qu'il ne débarque. L'on m'en voyait déçu. Je baissais les yeux en soupirant de déception alors qu'il se tournait vers moi pour s'excuser et demander ma pièce d'identité. Très professionnel le chippendale. Et déjà bien plus sympathique que l'autre ivrogne blonde.

-Comme si y'avait besoin de ça pour voir que c'est un monstre.

Oh peut-être que tout n'était pas perdu en fin de compte. Souriant de plus belle je cherchais dans mes poches une identification en temps qu'Outre ainsi que de l'argent. Retirant l'illusion de mes yeux je relevais la tête fixant le barman dans les yeux.

-Pas de soucis j'ai l'habitude des personnes saouls. Et nous vous inquiétez pas, j'ai l'habitude après quelques décennies l'on s'y fait. Je prendrais bien une bouteille de whisky on the rocks, je suppose que vous avez ça. Minimum 20 ans d'âge de préférence la bouteille.

J'avais tendu ma carte bien que je doutais que ça soit nécessaire. Je me tournai vers Wedge, les iris pétillantes. Le sourire toujours aux lèvres.

-Et alors Wedge ? Sur Internet ce bar est référencé sur les forums comme un bar à monstres, c'est que je dois y avoir ma place non ?


Bon ok, je cherchais, surtout avec le ton innocent sur lequel j'avais dit ça. Mais bon c'était trop tentant! Peter les pieds dedans! J'aurais du changer mon nom en ça une centaine d'années auparavant!
_________________
" Lord, what fools these mortals be! "


Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3601-peter-macconnor
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Comme vous avez de grandes dents!   Mer 4 Juin - 14:07

« Wedge, tu sais que je suis pas le genre à me répéter… » Une menace, la dernière en fait, avec un ton suffisamment clair pour l’intimer à l’habitué qu’il valait peut-être mieux arrêter d’essayer de faire des vagues. De son côté, Aaron n’était pas spécialement heureux d’imaginer un Vampire au Wild Bar, mais ce n’était pas professionnel de réagir de manière vindicative. Qui plus est, tant qu’il n’y avait pas de barouf, il n’y avait aucune raison de refuser l’accès de l’établissement à quelqu’un, même si, bien entendu, certaines personnes étaient plus recommandées que d’autres. Mais à en croire son flair, le barman avait quelques difficultés à penser qu’il s’agissait d’un suceur de sang. Ces bestioles-là avaient une odeur caractéristique que le jeune homme – s’il en était un – ne portait pas sur lui. Alors qu’il observait son nouveau client chercher quelque chose, probablement la carte d’identité qu’il lui avait demandé, dans ses poches, il ne manqua pas de remarquer l’étrange couleur des yeux de ce dernier lorsqu’il la lui tendit finalement. Il resta silencieux et immobile quelques instants, se demandant à qui il avait à faire et la réponse lui vint rapidement à l’esprit. Alors qu’il prenait la carte d’identité et y jetait un œil averti, Aaron s’étonnait de croiser ceux qu’on appelait, ou qui se faisaient appeler, les Faës. Pour ainsi dire, il n’en n’avait jamais rencontré jusqu’à maintenant mais, de ce qu’il en avait vu, il y avait peu de chance pour que ce gamin soit un Norme et, de ses maigres connaissances, ni les Métamorphes, ni les Vampires, n’avaient de telles pupilles. La Wicca pouvait peut-être avoir son petit effet là-dessous mais cela ne collait pas avec l’âge indiqué sur la carte… Enfin, cela ne changeait pas grand-chose à la situation de toute façon, ni pour ce client, ni pour Wedge, ni pour le barman qu’il était.

Si le Wild Bar était né, c’était bien pour offrir un refuge aux Outres, bien que principalement aux Métamorphes, et, de ce fait, les Wiccans et les Vampires y étaient assez mal vus, mais avec les dernières nouvelles et le durcissement de l’opinion vis-à-vis des Outres de manière générale, il n’était pas étonnant que le Wild se soit davantage ouverts aux autres, même si, bien entendu, il fallait toujours savoir se tenir à carreau, mais, au fond, cela valait autant pour les Vampires, les Wiccans, mais aussi pour les Métas car Aaron ne faisait aucune différence lorsqu’il s’agissait de mettre quelqu’un à la porte pour éviter les problèmes. Il reposa la carte sur le zinc avant d’attraper un verre à whisky dans lequel je glissais trois glaçons attrapés dans un bac qui trainait au frais. Posant le verre sur le comptoir, j’attrapais une bouteille de whisky, trente ans d’âge, avant d’y verser un double au fond du verre. « Il faudra faire avec les verres, on ne vends pas à la bouteille ici. » Un sourire fugace, un regard sobre. C’était une remarque. Le client était peut-être roi, mais s’il voulait descendre une bouteille, c’était verre par verre. Peut-être le prendrait-il mal, peut-être pas, pour ainsi dire Aaron s’en fichait. Il ne faisait qu’appliquer les règles, après tout, il avait beau être le frère de la patronne, il n’était ici qu’un employé. D’ailleurs rares étaient les personnes qui connaissaient leur lien de parenté. Tandis qu’il retournait à ses occupations de rangement, il entendit le commentaire qu’avait glissé le nouveau-venu à Wedge, peut-être histoire de le titiller encore un peu et le pousser à bout, un comportement pas très responsable. Si l’habitué était déjà presque saoul, il n’en restait pas moins dangereux, bien au contraire.

Néanmoins, ce n’était pas l’Alpha qui allait encourager les bagarres, surtout dans le bar. « En fait, ici, c’est un bar à Métas, mais, bien entendu, tout le monde y est le bienvenu, tant qu’il respecte certaines règles, comme celle de ne pas faire de grabuge. Mais d’un point de vue norme, c’est surement ce qu’on peut appeler, un bar à monstres. » L’employé ne s’était pas arrêté pour faire sa petite remarque, continuant de ranger les bouteilles sur les étagères de verre, les disposant dans un arc-en-ciel d’alcools et de liqueurs dont certains étaient le plus souvent inconnus au grand public et dont seuls certains connaisseurs n’hésitaient pas à les commander directement par leurs noms. Cela lui rappelait d’ailleurs une cliente qui, un jour, avait passé commande en lui demandant un verre d’un alcool qu’elle ne connaissait pas mais dont elle avait trouvé la couleur « jolie », sans parler la forme de la bouteille qu’elle trouvait « fort bien pensée ». Il fallait néanmoins croire que le contenant n’était pas nécessairement gage du contenu et elle fut rapidement déçue. Alors qu’il posait sa dernière bouteille, il se tourna à nouveau vers le comptoir, observant Wedge du coin de l’œil. Il attrapa un torchon et se mit en tête de nettoyer les quelques verres qui trainaient déjà sur l’égouttoir de l’évier histoire de ne pas les laisser trainer tout en surveillant les deux lascars qu’il avait devant lui. Il n’y avait pas beaucoup de clients à cette heure-ci, ils arriveraient d’ailleurs probablement au compte-goutte d’ici le début de la soirée mais il était hors de question qu’une bagarre éclate sous ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Peter MacConnor
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Strip Teaser
Age apparent: 18
Dangerosité:
22/30  (22/30)

MessageSujet: Re: Comme vous avez de grandes dents!   Dim 8 Juin - 18:20

Pas de bouteilles ? Tant pis. En vérité c'était surement mieux ainsi ça me laissait l'opportunité de tester d'autres alcools. Avec un peu de chance ils auraient des boissons moins conventionnelles. Rien de tel qu'une boisson que la plupart des gens ont oublié pour se sentir hors du temps et de la période à laquelle nous étions. En bref se sentir Faë. Malheureusement avec le temps les bonnes choses avaient tendance à se perdre et quand bien même je restais un individu relativement jeune j'avais tout de même constaté la disparition de choses et d'autres, en passant par des valeurs morales jusqu'à des produits matériels. Je regrettais notamment la belle époque de l'absinthe où l'utilisation de l'opium sous diverses formes rendait tous les nobles plus manipulables. Ah les bonnes soirées que j'avais pu passer, Oscar Wilde n'avait strictement rien inventé de toute pièce, il s'était contenté de retransmettre les mœurs de son époque avec l'ajout d'une certaine ironie pour dénoncer les méfaits de celle-ci. Avec un talent indéniable peut-être mais juste une retranscription. Et ça n'avait pas plu, les nobles n'ayant jamais vraiment apprécié d'être pointés du doigt comme étant des imbéciles finis... Le bon temps. D'ailleurs en parlant d'usages qui se perdaient je fronçais les sourcils en voyant le barman mettre des glaçons dans le whisky. Mais déjà que je cherchais Wedgienouchet e n'allais pas non plus faire un cinéma pour quelques malheureux glaçons. Au moins le whisky était-il assez vieux pour se savourer, du moins je osais-je espérer. Un bar où le whisky ne serait pas bon n'est pas digne d'être appelé un bar m'avais une fois soufflé un autre Faë qui venait de tuer un tenancier de bar et prenais plaisir à le découper en disant beaucoup trop d'anecdotes. Divertissant mais lourd à la fin. Je lui avais volé son portefeuille pour le remercier.

-Et bien tant mieux! Ça me donnera une occasion pour tester votre réserve d'alcools en tout genre!

Il fallait bien que je donne une réponse et c'est avec le sourire que j'avais répondu. Pas d'entourloupes ni de double sens. Une simple réponse. Reposant. Je prenais le temps de prendre une gorgée de whisky en continuant d'observer le barman qui s'affairait derrière son comptoir. Tout en nous surveillant bien sur. Ce qui me fut confirmé par la réponse qu'il me donna quand j'attendais la réaction de l'autre saoul. Au final il se montrait bien plus intéressant que Wedgie à la manière qu'il avait de souligné que le grabuge ne serait toléré d'aucune façon. Subtil mais suffisant. Je n'avais pas envie de me faire chasser de suite, alors autant calmer le jeu. Un coup d'oeil à l'ivrogne qui cherchait toujours une réponse du moins ça en donnait l'impression au regard meurtrier qu'il me lançait (pas très vif le type pour quelqu'un qui cherchait la merde avec le premier venu qu'il ne savait pas sentir). J'inclinais la tête en une posture que j'avais bien souvent observé, elle était sensée représenter l'humilité ou quelque chose du genre.

-Certes. Excusez ma remarque, c'était petit et déplacé, plus fort que moi. Je n'ai pas pu résister mais comprenez que je n'apprécie pas vraiment d'être pris pour un vampire. Notre espèce et la leur ne s'apprécient pas vraiment, ou plutôt une apprécie un peu trop l'autre. Mais pour régler ce petit différent laissez moi régler les prochaines consommations de Wedge, entendu ?


Dans un bar payer un verre à quelqu'un pour régler un différent était monnaie courante, et puis ça me laisserait plus de temps pour discuter avec le barman, il avait certainement plein de choses intéressantes à m'apprendre notamment sur les relations entres normes/outres et outres/outres. Choses que je n'aurais pas pu apprendre si j'étais chassé dès le début pour avoir brisé un nez et quelques côtes à un habitué qui cherchait des noises. Je pris une autre gorgée de whisky.

-D'ailleurs, si vous me permettez, pourquoi les Métas détestent-ils autant les vampires ?

_________________
" Lord, what fools these mortals be! "


Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3601-peter-macconnor
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Comme vous avez de grandes dents!   Dim 22 Juin - 0:21

Tester la réserve d’alcools en tout genre ? L’idée était courante dans un bar, mais il fallait espérer pour lui qu’il avait l’estomac accroché ou alors il finirait rapidement sur le trottoir à vider son estomac dans des bruits suffisamment peu ragoûtants. Cette idée le fit sourire, ce ne serait pas le premier à surestimer ses capacités, même si, au fond, il ne savait pas si les Faës n’étaient pas immunisés contre les effets de l’alcool, comme les Vampires. Il n’avait pas spécialement prit la peine de se renseigner sur ces nouveaux « monstres » qui avaient fait leur apparition très récemment. « J’espère que vous avez une bonne descente alors sinon vous y passerez la nuit. » Comme tout bar qui se respecte, le Wild Bar possédait une bonne collection d’alcools et même s’il privilégiait les plus courants, il n’hésitait pas à investir dans quelques bouteilles d’alcools plus exotiques afin de pouvoir proposer des boissons plus diverses. C’était d’ailleurs Aaron qui s’occupait de la gestion des stocks, notamment pour soulager Charlie qui avait suffisamment à faire avec les questions d’ordre plus administratifs et la gestion des employés, son frère inclus. Pour avoir travaillé dans beaucoup d’autres établissements, il ne s’était pas privé pour utiliser son expérience afin d’établir la carte du Wild Bar et proposer des cocktails qu’on ne trouvait pas nécessairement partout. Qui plus est, il y avait toujours la possibilité de donner sa propre recette au Barman pour se faire faire son propre cocktail, et, dans cette idée, il fallait que les étagères du Wild soient bien remplies pour éviter de se retrouver à devoir décliner une commande, même si cela finirait par arriver, l’imagination de certains dépassant parfois la prévoyance d’autres. Enfin, là n’était pas la question de toute façon, mieux valait plutôt garder à l’œil l’énergumène qui venait d’entrer.

Sa façon de s’excuser laissa le barman perplexe mais il n’y avait pas grand-chose à dire ou faire d’autre si ce n’était continuer de garder à l’œil les deux petits malins qui finiraient peut-être par faire une bêtise s’ils ne se contenaient pas suffisamment. Wedge n’en donnait pas l’air, mais même saoul, il pouvait se révéler assez brutal, au point même qu’il pourrait presque être délicat de le maitriser s’il laissait la bête prendre le dessus, ce qui ne serait pas incroyable compte-tenu qu’il était imbibé. Mieux valait essayer de faire en sorte que cela n’arrive pas. « Wedge va hélas s’arrêter à ce verre-là, n’est-ce pas Wedge ? A moins que tu ne continues au jus de fruits, ce dont je doute un peu. » La question n’en était bien entendu pas vraiment une. De toute façon, vu son état, il aurait été criminel, et complètement inconscient, de lui servir un autre verre même s’il semblait s’être calmé. Mieux valait se méfier de l’eau qui dort, comme toujours. L’intéressé hocha la tête, la tournant dans une autre direction histoire de se changer les idées. C’était peut-être une bonne chose à faire. Aaron était toutefois assez surpris d’entendre que les Faës et les Vampires ne s’appréciaient pas particulièrement. Il ne connaissait pas les tenants et aboutissants de leurs relations, mais cela n’allait pas le pousser à apprécier davantage les « nouveaux venus ». Tout le monde avait ses inimitiés avec tout le monde, mais, hélas, cela n’impliquait pas nécessairement que les ennemis des ennemis étaient des amis et Aaron était beaucoup trop fermé pour qu’une ressemblance comme celle-ci puisse le faire changer d’avis. Quant à la question que le nouveau-venu posait, il devait admettre qu’il ne connaissait pas complètement la réponse. C’était plus ou moins historique.

« C’est une vieille histoire. Il paraît que le sang de métamorphe est particulièrement savoureux pour qui saurait l’apprécier. Ce qui explique surement pourquoi les Vampires sont friands de calices, volontaires ou non. Du coup, nos relations ne sont pas forcément des plus amicales. » Aaron termina d’essuyer un verre avant de reprendre. « Les vieilles rancunes ont la dent dures, comme toujours. Enfin, c’est pas moi qui irait me frotter trop près d’un Wiccan ou d’un Vampire, même si je n’ai rien de personnel contre eux. Chacun chez soi, ça évite les ennuis. » Il n’y avait pas grand-chose de plus à dire sur le sujet, s’il cherchait de l’exactitude dans les faits et les dates, le barman ne serait pas son homme – façon de parler. De son côté, Aaron avait eu quelques démêlés avec des Vampires, une en particulier. Il en gardait un souvenir assez cuisant mais il préférait l’oublier. Cet épisode dans les entrepôts de la ville avait d’ailleurs été très étrange mais cela remontait maintenant à longtemps et il n’avait pas souvenir d’avoir revu la Vampire qu’il avait rencontrée, plutôt brutalement. Pour un peu, il aurait quand même bien prit sa vengeance, mais il devrait s’en passer. Alors qu’il finissait sa vaisselle, il reposa son torchon et posa les mains sur le zinc. « Et vous ? Qu’est-ce que vous avez contre nos amis Vampires ? » Il ne savait pas trop dans quel sens allait l’inimitié mais il serait bien assez vite fixé.
Revenir en haut Aller en bas
Peter MacConnor
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Strip Teaser
Age apparent: 18
Dangerosité:
22/30  (22/30)

MessageSujet: Re: Comme vous avez de grandes dents!   Lun 28 Juil - 4:28

Sa réflexion sur le fait ou non d'avoir une bonne descente m'auraient presque fait rire. J'avais subi un entrainement digne des élites des services secrets les plus prestigieux avec Winruna. Je l'aurais presque soupçonné d'avoir commencé l'entrainement de mon foie à résister aux alcools les plus forts pour une période plutôt longue dès le biberon. Il avait beau être fou, prudence était mère de sureté et il ne pouvait se permettre que son filleul finisse totalement saoul dans un caniveau à parler sans réfléchir. Donc c'était soit l'abstinence à l'alcool soit une rigueur militaire sur le foie pour lui permettre d'encaisser mieux. L'on apprend mieux à boire avec le temps disait-on, avec mon parrain cela prenait tout son sens. Rien qu'à y songer un relent nauséeux surgit des confins de ma mémoire, souvenir d'une époque que j'espérais révolue. Ce Faë était fou. Dans tous les sens du terme. Mais ce n'était ni l'heure ni l'endroit pour songer à ça. D'autant plus qu'il avait un don pour surgir n'importe quand mais surtout quand je pensais à lui, un peu à la manière d'une invocation non désirée. Brrr que le Diable l'emporte! Je soupirais légèrement en secouant doucement la tête avant de lever mon verre.

-A la tienne parrain!

Le murmure m'avait échappé alors que je me décidais à boire, sorte de réflexe dû au cheminement de pensée que j'avais effectué quelques secondes auparavant. C'était d'ailleurs assez impressionnant le nombre ahurissant d'informations que le cerveau pouvait traiter à la seconde. Entre les digressions, les souvenirs, certains réflexes du corps face à des souvenirs. A la limite j'aurais bien repris des cours à la fac dans la neurobiologie, à méditer...

Par contre ce barman me causait bien du fil à retordre j'avais perdu mon jouet principal. Mon petit Wedgeounet. Je l'aurais presque regardé s'éloigner des larmes dans les yeux. C'était la cible parfaite, mais non il avait fallu que le barman fasse preuve d'un minimum de jugeote. Il n'aurait pas pu être beau, avec des gros muscles et pas de cervelle ? Ça aurait été trop demandé ? J'avais eu bon espoir que son QI soit au niveau de la mer quand j'avais vu mon verre revenir vers moi avec les gros glaçons qui flottaient mais là c'était juste hérissant. Bon au moins il y avait du potentiel de conversation. Ce qui était pratique vu que je venais de lui poser des questions.

Auxquelles il apporta des réponses vagues mais suffisantes. Des informations peu complètes mais juste assez pour se révéler utiles, en somme les détails m'aurait certainement ennuyés plus qu'autre chose, ce n'était pas plus mal. Et puis maintenant je savais qu'il était lui même métamorphe à en juger par sa formulation de phrase et que les métas n'aimaient ni les wiccans ni les vampires. A voir pourquoi ils n'aimaient pas trop les wiccans mais autant demander à la garce que de poser trop de questions qui pouvaient laisser croire que je cherchais problème vu l'endroit. Prudence n'était peut-être pas mon deuxième prénom mais abruti fini non plus. Du moins pas encore. Et pas tout le temps!

-Hum, en fait je ne sais pas trop mais la dernière fois que je me suis fait agressé c'était parce que, je cite "je sentais bon" et le type après m'avoir testé n'avait plus vraiment l'air dans son état normal. En fait c'est ça! Je suis une poche de LSD vampirique sur pattes!

J'avais conclu avec un air joyeux presque comme si j'étais content/fier de ce que je venais d'affirmer. Ce qui en soit était peut-être un peu le cas. Je trouvais cela vraiment drôle comme situation et ma comparaison était tordante! A réutiliser!

-Donc somme toute je n'ai rien contre les Vampires, sauf quand elles me reniflent d'un peu trop près!

_________________
" Lord, what fools these mortals be! "


Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3601-peter-macconnor
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Comme vous avez de grandes dents!   Lun 4 Aoû - 14:47

Le dénommé Wedge n’allait pas se faire prier pour aller demander son reste ailleurs, même si, bien évidemment, il n’aurait pas rechigné pour casser la gueule à ce « minot » qui se croyait plus malin que les autres. Mais, les bagarres n’étaient pas les bienvenues dans le bar, surtout lorsqu’Aaron était au service, au comptoir. Et quand bien même son nouveau client espérait peut-être s’échauffer avec l’un des habitués, il n’était pas question de le laisser faire. Au pire, ils pourraient toujours régler leur différent dans la rue, une fois dehors, mais, connaissant l’éméché qui se trouvait à son zinc, ce dernier finirait son verre et s’en irait se trouver un autre bouge où finir sa cuite, les jus de fruits n’étaient pas vraiment son dada. D’ailleurs quand le Werewolf lui avait proposé ce substitut, il était parfaitement conscient que son homologue ne ferait même pas mine de s’en contenter. Tout juste avait-il consenti à se soumettre. De toute façon, personne ici n’avait déjà vu Aaron plier lorsqu’il prenait une décision et il était, bien entendu, hors de question de commencer aujourd’hui. Le Barman tourna la tête en direction de son autre client lorsque ce dernier s’était laissé aller à ce qui semblait être un toast pour un « parrain ». Perplexe, car il ne semblait pas faire référence, d’une manière ou d’une autre, à son nouvel « ami », il préféra cependant ne pas relever davantage et, d’une certaine façon, il avait déjà vu bien pire à son comptoir, même s’il doutait que le dénommé Peter, à en juger par la carte d’identité qu’il avait pu voir, ne soit suffisamment imbibé d’alcool pour en venir à de telles extrémités. Il cessa de l’observer et retourna à son nettoyage. Les clients allaient commencer à arriver, plus ou moins au compte-goutte, et mieux valait s’occuper de cela maintenant que c’était encore possible sans crouler sous les commandes.

La petite explication sur les relations entre Métamorphes et Vampires ainsi que le brin de nostalgie passés, Aaron était quelque peu curieux de savoir ce que les Faës pouvaient bien avoir contre les suceurs de sang. Non pas que les ennemis de ses ennemis fussent ses amis, il en fallait bien plus que ça pour le décider, mais peut-être par simple curiosité. Cela ne faisait pas longtemps que cette nouvelle « race » s’était dévoilée au grand jour et il ne savait pas grand-chose d’elle. Que ce soit leurs habitudes, ou leur position vis-à-vis des autres races, voire même le danger qu’ils pouvaient représenter, car il y en avait surement un. Se méfier de l’inconnu, l’un des crédos de l’Alpha des Werewolves qui préférait connaître son ennemi, ou du moins, connaître ses potentiels ennemis. Il haussa un sourcil quand son client lui raconta son agression. Pas étonné qu’un Vampire ait, une fois encore, tenté de s’abreuver à la sauvette, mais peut-être plus surpris d’apprendre les raisons de ce que l’on appelait communément un viol sanguin. Son agresseur faisait-il mention de son parfum ? Le Métamorphe qu’il était ne sentait rien de fondamentalement attirant (ou repoussant), en tout cas, rien qui ne sorte réellement de l’ordinaire. Peut-être était-ce lié au sang, le genre de chose que seuls les Vampires étaient capables de flairer, plus ou moins. En tout cas, il était amusant de se rendre compte qu’ils n’étaient désormais plus les seuls à pouvoir intéresser ces cadavres sur pattes. La conclusion de l’intéressé le laissa perplexe. Mais, l’idée n’était peut-être pas complètement fausse. Après tout, le sang vampirique avait des effets particuliers sur les Métamorphes, alors pourquoi pas une interaction entre Faës et Vampires ?

« Les viols sanguins sont rares et fortement punis au sein de la communauté Vampirique, mais j’espère pour vous qu’il n’y a pas beaucoup de suceurs de sang désireux de s’offrir un bon trip. » Il esquissa un léger sourire. Après tout, si le fameux Peter avait prit le parti d’en rire, ce n’était certainement pas à Aaron d’essayer de le convaincre d’un potentiel danger. De toute façon, à la Nouvelle-Orléans, personne n’était réellement en sécurité, Outres ou Normes. Il y avait des criminels de toutes les races et de toutes sortes. S’il venait d’arriver, il finirait par le comprendre et serait peut-être un peu plus sur ses gardes dans les jours à venir. « En tout cas, vous avez l’air de le prendre plutôt bien, pour quelqu’un de mordu contre son gré, j’entends. » A bien y réfléchir, c’était assez étonnant, ou alors peut-être que cela remontait à plusieurs années ? Généralement les victimes ne parlaient pas souvent avec « humour » de ce qui leur était arrivé, sauf lorsqu’elles arrivaient à avoir suffisamment de détachement vis-à-vis de l’agression elle-même. Enfin, peut-être que les Faës étaient suffisamment costauds mentalement pour ne pas devenir paranoïaque. Une question de personnalité surement, même si son client ne donnait pas l’impression, au premier coup d’œil, d’être de ceux qui supportent facilement la violence à leur égard. « Et sinon, ça fait quoi d’être sur le devant de la scène après avoir vécu dans l’ombre ? » C’était une chose qu’il ne comprenait pas d’ailleurs. En un sens, il aurait volontiers accepté que les Normes puissent oublier l’existence des Métamorphes pour qu’ils puissent vivre à nouveau comme avant la Révélation, où les choses étaient plus simples, même s’ils devaient se cacher. Au moins, personne n’avait réellement peur d’eux. Aujourd’hui, ils étaient à la limite de la traque, de la chasse aux sorcières. Le tour des Faës viendrait peut-être…
Revenir en haut Aller en bas
Peter MacConnor
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Strip Teaser
Age apparent: 18
Dangerosité:
22/30  (22/30)

MessageSujet: Re: Comme vous avez de grandes dents!   Mar 19 Aoû - 15:25

Peter observait le barman en jouant avec ses glaçons. Il faisait tourner son verre d'un air que tout un chacun aurait qualifié de distrait quand en réalité il accordait toute son attention à ce qu'il se passait autour de lui. Il aurait pu être absorbé par ses pensées comme il le fut avant de porter un toast au Grasshoper sauf que rien ne se passait vraiment dans sa tête mis à part les informations qu'il pouvait avoir en observant. Elles passaient là et y resteraient jusqu'à plus profonde analyse. Cela durant quelques instants seulement mais parut une éternité pour Peter qui cilla enfin récupérant le sourire enjoué qu'il affichait quasiment en permanence.

Le bar était réputé pour accueillir les métas et le barman lui même avait sous entendu en être un. Quelles étaient les relations entre les métas, devaient-ils être considérés comme une seule et grande famille ? Y avait-il un ordre hiérarchique du genre "Je suis le roi de la jungle obéissez moi tous" ou quelques chose de plus évolué ? Souffraient-ils de troubles identitaires à cause de l'influence animale qui était présente chez eux ? Ceux avec un animal carnivores se montraient-ils plus facilement condescendant face à ceux dont l'animal était herbivore ? Fallait-il lier leur caractère à l'animal qui lui incombait ? L'influence que le barman derrière son comptoir avait eue sur Wedge, cela relevait-il de sa position hiérarchique humaine ou de sa place dans le cercle animal ? En temps que Faë Peter avait toujours été apprécié des animaux dits sauvages et à l'époque où il n'était qu'à peine capable de mettre son illusion en place il avait bien souvent joué avec des cerfs/loutre/faon et autres animaux des forêts. C'étaient ses compagnons un peu comme des frères faute d'en avoir vraiment. Quand la reproduction est rare chez une espèce c'était difficile de faire jouer les enfants ensemble. Les métamorphes faisaient-ils exception à la règle et n'étaient-ils pas sensibles au charme Faërique ?

Peter était taraudé par toutes ses questions mais jamais il n'en aurait posé une tout haut. S'il s'intéressait de trop près en posant des questions, c'était une invitation à ce que l'autre pose des questions aussi. Et cette nouvelle ancienne race qui venait de faire son coming out aurait été bien aise de liquider un de ses membres pour avoir trop parlé. Ses parents lui avaient d'ailleurs bien fait comprendre que le silence était d'or, or comme les lutins aiment l'or il se fallait de le préserver le plus possible! Une tradition instaurée par son grand père si Peter avait bien retenu! Ah le grand père, le grand tabou de la famille, le lutin aurait aimé le rencontrer mais en parler n'était pas bon, d'ailleurs en parlant de parler le Barman venait de se retourner vers lui.

Fortement punis… On peut dire ça comme ça. Il a sorti les poubelles pour la dernière fois si j'ose dire.

Peter rit un peu et reprit une gorgée pendant qu'Aaron poursuivait.

-Bien ce fut une expérience enrichissante à dire vrai ! Juste si les points de suture pouvaient arrêter de démanger ça serait parfait !


La question du barman le laissa perplexe, il n'y avait pas vraiment réfléchi mis à part pour les groupies dérangeantes. Mais maintenant qu'il y songeait…

-La vérité c'est que ça n'a pas encore fait grand chose… Du moins pour moi. Sur le long terme c'était plus une nécessité que quelque chose que nous voulions je pense. Nous verrons bien ce que ça donne. Mais vous alors qui avez vécu plus longtemps Out que nous, qu'est-ce qui a changé ?
_________________
" Lord, what fools these mortals be! "


Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3601-peter-macconnor
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Comme vous avez de grandes dents!   Ven 5 Sep - 22:21

Ils étaient peut-être un peu comme deux animaux qui se regardent et se jaugent, en se tournant autour. Sauf que là, la scène était un peu plus immobile et, au fond, sur les deux, il n’y avait qu’un seul animal. A dire vrai, Aaron ne s’était intéressé que très peu au coming-out des Faës. Probablement parce qu’il avait d’autres chats à fouetter et, peut-être aussi parce qu’il s’en fichait un peu. Pourtant, ces derniers avaient su générer un certain engouement. Oh, c’était loin du fan-club vampirique que l’on pouvait croiser le soir aux alentours des établissements reconnus pour être fréquentés par les suceurs de sang, mais quand même. Ils avaient su se montrer efficaces en termes de communication. Restait à savoir si cela durerait. D’une façon ou d’une autre, la nouveauté attirait toujours son lot de curieux et, parfois, la célébrité ne survivait pas au phénomène de la lassitude. Il fallait savoir se renouveler, même si, du côté des cadavres-buveurs, il ne voyait pas vraiment ce qu’ils avaient pu renouvelé avec le temps. A part l’immortalité, le teint blafard, des canines pointues et une inextinguible soif de sang… Enfin, certains ne se rendaient surement pas compte à quel point vivre une éternité finissait par être ennuyeux. Et, pour le coup, ce n’était pas vraiment de la jalousie. Avec trois quarts de siècle au compteur, il finissait déjà par trouver le temps long, alors pas loin d’un millénaire… Il y avait surement de quoi devenir fou, sans doute. Et les Faës ? Des millénaires au compteur aussi ? Rien que cette idée lui faisait froid dans le dos. Vivre aussi longtemps tout en restant intègre mentalement parlant, il fallait être soit une pierre, soit… Bah… Non, mieux ne valait pas y penser. De toute façon, il n’avait rien contre eux, pour le moment. Un jour peut-être ce serait le cas.

Le barman fut un peu surpris de voir son client se mettre à rire à sa remarque, mais peut-être était-ce une façon d’exorciser le « mauvais moment ». A vrai dire, il avait côtoyé tellement de caractères différents qu’il était difficile de se faire une opinion à ce sujet. De là à dire que se faire mordre était une expérience enrichissante, il y avait un pas qu’il n’était peut-être pas prêt à franchir, même avec la meilleure volonté du monde. Enfin, d’un certain point de vue, son expérience à lui avait été particulière… Il esquissa un sourire à l’évocation des points de suture. « J’imagine que c’est le désavantage à être encore en vie. » Son regard témoignait du côté un peu taquin de sa remarque, de toute façon, il ne se serait pas permis d’être trop familier avec quelqu’un, ne serait-ce que parce qu’il connaissait les limites professionnelles à ne pas franchir, même dans un bar. Qui plus est, faire de la mauvaise publicité à l’établissement de sa sœur, hors de question. Il fit un signe de tête à un nouveau client qui semblait être un habitué et lança la préparation d’un café glacé qu’il déposa sur le comptoir à l’attention d’une serveuse. « Table trois, comme d’habitude. » Il se retourna de nouveau vers son client du zinc. Il avait entendu ce que ce dernier lui avait répondu. C’est vrai qu’ils n’avaient surement pas assez de recul sur leur choix. D’un côté, Aaron n’était pas convaincu que qui que ce soit puisse en avoir suffisamment. Si ça n’avait tenu qu’à lui, mieux aurait valu garder le secret sur tout. « J’suis pas sur que quoique ce soit ait changé en bien en tout cas. Il suffit de lire les journaux pour se faire une idée je pense. Les gens ont peur de nous, surtout depuis cette histoire de démons, fausse ou pas. Et quand les gens ont peur, ils ne réfléchissent plus. Et du coup, ça dégénère. De vous à moi, on aurait été mieux dans l’ombre. Après tout, il y aurait eu ces légendes de loups-garous, et certains n’auraient pas cherché plus loin. Au lieu de cela, c’est un peu une épée de Damoclès qui nous pend au-dessus de la tête… » Il haussa les épaules et passa un coup de chiffon sur son comptoir. De toute façon, il n’y avait plus grand-chose à changer à ce sujet… « Je vous souhaite le même succès que les Vampires, ce sont probablement ceux qui s’en sortent le mieux, aussi étonnant que cela puisse paraître… » C’était franc, même si, au fond, il y avait de l’ironie dans ses propos. Ou peut-être une certaine rancœur, mais pas contre lui, bien évidemment.
Revenir en haut Aller en bas
Peter MacConnor
Faës
avatar

Faës


Identification
Emploi: Strip Teaser
Age apparent: 18
Dangerosité:
22/30  (22/30)

MessageSujet: Re: Comme vous avez de grandes dents!   Jeu 29 Jan - 22:24

-A vrai dire je ne vous comprends pas. Vous parlez du désavantage à être encore en vie avant de me souhaiter la chance de morts ? C'est assez contradictoire en somme. Au moins nous n'avons pas à vivre en temps qu'aberrations de la Nature ne pensez-vous pas ?

Le barman était revenu vers lui après ses diverses occupations que son job lui imposait mais sagement presque trop sagement Peter avait attendu avant de sortir cette phrase qu'il savait sulfureuse et pleine de poudre. C'était presque comme jouer avec des allumettes dans une pièce remplie d'huile de lanterne. Ou une partie de roulette russe. Il reposa son verre avec lequel il jouait et releva la tête plongeant ses yeux sous forme Faë (dont la Trace apparaissait dès fois qu'il y avait des Faës dans le bar, sans pour autant chercher à la dissimuler) sachant pertinemment que ce bleu turquoise auquel se mêlait la teinte du vif-argent serait certainement assez pour déstabiliser le barman sur son propre territoire ne serait-ce que pour un moment. Après tout il avait bien déstabilisé Précieuse qui s'attendait à tout, ce n'était pas ce naïf bougre de barman sorti tout droit du premier bar chippendale qui allait s'y attendre, dans les yeux de son interlocuteur. Sans lui laisser le temps de répondre le lutin mégalomane enchaina un sourire cruel aux lèvres.

-Vous avez une épée de Damoclès au dessus de la tête dites-vous ? Mais saisissez-la donc. Une arme à double tranchant reste une arme. Ces légendes de loups garous sont certainement plus bénéfiques à votre cause que vous ne vous laissez y songer. "Comme vous avez de grandes dents mère grand" dit le petit chaperon rouge... Et on sait bien comment ce conte se finit. Dans un sentiment de satiété comparable au sentiment d'existence suivant l'acte sexuel. Et accessoirement dans le sang mais c'est ce qui se passent dans toutes les histoires les plus intéressantes je pense, Macbeth, Petit chaperon Rouge, la Bible, Martin Luther King, pour n'en citer que quelques unes. Regardez moi, condamné à être réduit à l'état de petite loupiote scintillante à paillettes dans la mentalité du grand nombre quand vous avez des crocs et des griffes. Les stéréotypes ne nous favorisent pas tous, mais vous, vous avez la peur de votre côté. La Nature fait décidément bien les choses dans l'imaginaire collectif, pourtant vous êtes effrayés à l'idée d'user de tous les avantages qu'elle a mis de votre côté ? N'êtes-vous pas ce loup qu'on retrouve jusque dans nos ruelles ? Ou si vous l'êtes pas, prétendez l'être. Vous voulez un respect, qu'on vous laisse en paix ? Imposez votre choix de vie aux autres et cela n'en rendra le jeu que plus amusant...

Sa tirade était froide et pleine de la joie cruelle que Peter avait à chaque évocation d'écraser son prochain. Progressivement sa voix s'était réduite à un murmure exclusivement destiné au Barman et il s'était rapproché progressivement de lui, les yeux toujours dans ceux de son jouet du soir, sa Trace brillant des mille feux du dernier cercle des Enfers de Dante. Puis il rompit l'illusion, reprenant des yeux humains cillant et cachant sa Trace par la même occasion, le dos de nouveau collé à sa chaise et les yeux sur son verre qu'il secoua, laissant les glaçons tinter de ce son si joyeux qu'à la glace contre le verre. Sans laisser le temps au métamorphe de répondre il reprit, son ton de nouveau joyeux sans cruauté ou autre.

-Hum je crois que mon verre est vide... La même chose je vous prie.


Ses yeux s’élevèrent de nouveau vers le métamorphe afin d'admirer ce que ses mots allaient faire résonner en lui. Que ce soit en bien comme en mal.
_________________
" Lord, what fools these mortals be! "


Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3601-peter-macconnor
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Comme vous avez de grandes dents!   Mar 3 Fév - 18:05

Autant il y avait des choses que pouvait supporter Aaron, autant d’autres étaient nettement moins à sa portée, comme, notamment, le fait de se faire traiter d’aberration de la Nature. Surtout de la part d’une créature qui était probablement la même chose, même si ça se vantait de vouloir sauvegarder les espaces verts et les petits oiseaux. Et même s’il n’était pas contre le principe de la douche froide, ce n’était pas un inconnu fraîchement débarqué qui allait pouvoir se permettre de pouvoir jouer avec ses nerfs. Toutefois, le Métamorphe n’eut pas l’occasion de pouvoir placer un mot. Alors qu’il allait rétorquer, son regard ambre avait croisé celui du jeune homme et la différence ne lui avait pas échappé. A vrai dire, ce n’était pas tant le fait qu’il puisse changer qui l’avait perturbé – après tout, les métamorphoses partielles affectaient souvent en premier lieu le regard et pour ceux dont l’animal-totem possédait des iris spécifiques, cela pouvait plus surprendre qu’autre chose – mais principalement par sa teinte particulière. Mais si la surprise avait momentanément supplantée une certaine colère, elle n’allait pas non plus le tétaniser. Tandis qu’il se reprenait, son interlocuteur ne lui laissa cependant pas la marge nécessaire pour répondre à ce qui semblait être vraisemblablement une pique maîtrisée. Il suffisait de l’observer pour se rendre compte que les mots n’avaient pas été choisis à la légère. Quant à la suite, elle était suffisamment posée et développée pour y prêter attention. Mais peut-être n’avait-il pas vraiment le choix. Il écouta sans ciller ce qu’on avait à lui dire, sans trahir une émotion, à ceci près que sa posture n’avait rien de docile. Le barman était légèrement tendu, vers l’avant, sur la défensive, sans l’ombre d’un doute, mais qui se trahissait davantage par une position tournée vers l’attaque. Après tout, c’était bien la meilleure défense, non ?

Une fois la diatribe achevée, il était évident que leur posture rappelait celle de deux animaux qui ne tarderaient surement pas à se jeter l’un sur l’autre. Et, en un sens, l’Alpha se serait probablement offert cette opportunité s’il n’avait pas été sur son lieu de travail, responsable d’une certaine réputation de l’établissement de sa sœur. Ceci étant, il ne fallait pas que son interlocuteur se sente le droit de faire tout et n’importe quoi. Il observa silencieusement les yeux du Faë, ne bougeant pas jusqu’à ce que ce dernier ne se recule sur son tabouret, arborant à nouveau son regard de « Norme ». Tandis que ses paroles résonnaient encore dans l’esprit du Métamorphe, le bruit des glaçons tintant au fond d’un verre le rappelèrent à la réalité. Il observa le verre vide – de liquide en tout cas – et haussa les épaules. Il attrapa un nouveau contenant de silice et y glissa de nouveaux glaçons avant d’y verser un autre whisky de la même bouteille. Il déposa le verre à côté de l’autre mais ne le lâcha pas immédiatement, cherchant le contact visuel avec son client. « Sauf que dans les histoires des Normes, c’est le chasseur qui tue le loup, à la fin de l’histoire. » Il se redressa. Il connaissait bien entendu l’histoire du petit chaperon rouge et, assez étonnement, savait qu’il en existait deux versions, une qui s’achevait sur la mort de la grand-mère et de sa petite-fille et l’autre qui finissait de manière plus heureuse, avec un chasseur qui tuait le loup. Mais le plus souvent, cette seconde histoire était préférée à la première, car elle finissait mieux, même si, au fond, la morale restait profondément identique. « On ne peut pas leur en vouloir de préférer une fin heureuse. Mais, au fond, cela ne change rien au fait que la peur ne mène à rien. » Il soupira. Avait-il vraiment envie de se lancer là-dedans ?

« Avoir des crocs ou des griffes ne suffit pas. L’histoire l’a assez répétée, la peur peut marcher pendant un temps, mais elle n’asservit jamais durablement. » Il jeta un regard vers la salle pour s’assurer qu’on n’avait pas besoin de lui avant de se retourner vers son interlocuteur. « Gagner le respect de quelqu’un en le menaçant de mes crocs ? Pourquoi pas, s’il ne comprend rien d’autre, je l’ai déjà fait. Et peut-être aura-t-il peur de moi, pendant un temps. Mais viendra irrémédiablement le moment où il trouvera le moyen de surpasser cette peur et que deviendra-t-elle ? De la haine. Alors oui, cela finira dans le sang. Le mien, le sien. Peut-être les deux. Peu importe. J’imagine que l’on pourrait probablement réduire en charpie une bonne partie des Normes de cette ville, mais à quoi bon ? On n’y gagnerait aucun respect. » Quoiqu’on en dise, s’imposer par la force était le meilleur moyen de laisser la porte ouverte à un conflit ultérieur, justement parce que la force elle-même vacillait d’un camp à l’autre. Certes, les Métamorphes avaient l’avantage, mais les Normes étaient nombreux et débrouillards. La balance ne ferait que pencher d’un camp à l’autre et cela n’aurait rien d’un respect. « Non, je ne pense pas que la peur est une alliée de choix. Bien au contraire. Libre à vous de penser autrement. Mais je ne dis pas que j’attendrais docilement que cette épée s’abatte sur moi. Je ne suis pas de ce genre-là. »
Revenir en haut Aller en bas
 

Comme vous avez de grandes dents!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE III : Les vieux quartiers ¤ :: ║La rue principale║ :: Le Wild Bar-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit