AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Le bel et la bête [Devon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Brume Sullivan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Coiffeuse
Age apparent: Entre 22 et 28
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Le bel et la bête [Devon]   Ven 9 Mai - 13:09

Elle referma la porte à clés puis descendit l'escalier d'un pas léger. Ce soir, elle sortait, et la soirée s'annonçait très bonne. Loin d'être une fan des soirées étudiantes en générale, elle avait été conviée à venir par une joyeuse troupe d'étudiants d'origines latino-américaines dont elle avait fait la connaissance par le biais d'une cliente de son salon dont le neveu était arrivé tout droit du Costa Rica pour achever ses études dans une université plus accueillante et sans doute aussi d'un peu meilleure qualité. Le neveu en question s'était avéré très sympathique et n'avait pas tardé à lui présenter le reste du petit groupe d'autres oiseaux du sud qu'il fréquentait pendant et en dehors des cours. C'était une bonne occasion de sortir boire un verre tout en discutant dans sa langue natale et en riant des difficultés qu'il peut y avoir à vivre aux États-Unis. Oui, une très bonne soirée en perspective.

Ses bottines faisaient des sons étouffés sur le sol tandis qu'elle avançait d'un pas rapide, espérant ne pas être trop en retard. Elle avait dû fermer légèrement plus tard que prévu, et même si elle aurait aimé pouvoir prendre son temps avant de ressortir, elle ne rechignait jamais si une dernière cliente se présentait à l'improviste. Il faut savoir ce que l'on veut, dans la vie ! Elle avait pris le temps de prendre une douche pour se débarrasser des diverses odeurs qui traînaient sur ses mains et se redonner un petit coup de fouet. Un coup de noir sur les yeux, pas la peine de s'occuper des cheveux, après tout, ils tenaient coûte que coûte, une paire de collants noirs, une robe noire et le tour était joué ! Pas la peine de faire de chichis pour une soirée étudiante. Ce serait comme arriver en robe de soirée à un repas de famille à la campagne : un inconfort et des efforts démesurés.
C'était sans doute triste à avouer, mais elle n'en avait pas tant connu que ça. Quelques unes lorsqu'elle avait été en formation pour devenir coiffeuse, mais avec des gens de sa promotion qui pour la plupart étaient en réinsertion professionnelle, autant dire que cela n'avait rien à voir avec les grandes festivités organisées par les comités étudiants sur leur campus. En revanche, avec sa compagnie de ballet, les soirées arrosées n'avaient pas été rares, surtout entre deux grands récitals. Il faut bien compenser les longues heures de torture physique et mentale puisque tenter de ressouder les esprits entre ballerines n'était jamais vraiment possible. Sa sœur supportait encore très bien ce milieu de vipères, mais comme l'ocelot, Brume devenait folle devant un serpent, même venimeux, et n'avait qu'une envie, le gober pour le faire disparaître. Le cannibalisme n'étant pas recommandé et les querelles à cœurs ouverts non plus, elle s'était rabattue longtemps sur le mutisme jusqu'à ce que l'opportunité de quitter ce milieu de dingues se présente.
Et elle n'était pas mécontente d'avoir choisi cette voie.

Il était déjà neuf heures et quart quand elle poussa la porte du Trick O'Clink. Seulement un quart d'heure de retard ? Elle avait été plus performante qu'elle ne le pensait ! L'ambiance chaleureuse emplit ses oreilles et réchauffa ses bras à demi-nus. Discrètement, elle se glissa sans difficulté jusqu'à Pedro et toute une bande de jeunes, saluant en priorité son ami du Costa Rica.
« Yaw ! ¿Qué tal? » Une bise et un sourire se dessina tandis qu'il lui reprochait ouvertement mais non sans humour son retard. « Hé ! Je travaille, moi ! J'ai pas toute la journée pour bailler aux corneilles ! » lança-t-elle joyeusement en lui donnant une tape amicale sur le ventre du dos de la main. « Allez, nena, assieds-toi sinon tu vas te fatiguer. C'est pas bon de rester debout à ton grand âge ! »

Après une nouvelle altercation bon enfant, elle prit place sur un tabouret, la banquette n'étant pas une place choix quand on a la bougeotte. « On va avoir des membres du club de football avec nous, ils avaient rendez-vous plus tard. Tu verras, ils sont cool pour des gringuitos. » Une information bonne à prendre mais pas nécessairement d'une importance capitale. Ils n'étaient pas encore beaucoup et elle se permit un coup d’œil à son téléphone pour prévenir son frère et sa sœur qu'elle ne serait pas disponible par téléphone avant le lendemain. Loin de la surveiller, le contact quotidien dont ils avaient pris l'habitude demandait un minimum de prévenance à l'égard des autres.

La musique en fond ne permettait pas de très bien s'entendre, mais quand elle vit les gens se lever ou se tourner vers l'entrée, elle comprit que les très attendus sportifs étaient arrivés. Alors qu'elle se tournait et se levait pour elle aussi les saluer, elle vit une silhouette toute de noir vêtue s'approcher, un grand sourire aux lèvres. Comment ne pas sympathiser entre irlandais ? C'était son père qui le premier avait bien accroché avec ce type, mais ça ne l'avait pas empêchée par la suite d'en faire autant avec sa fille, qui malgré un accent débordant de latinismes faisait tout à fait couleur locale dans le coin. Lui adressant une sincère accolade, ils échangèrent quelques banalités suffisamment fort pour se comprendre par-dessus la musique et les chants qui commençaient déjà à s'élever à certaines tables. C'était une ambiance un peu bourrue et loin d'être raffinée, mais c'était bien là que son père l'emmenait à chaque fois qu'il venait et c'étaient bien les chansons qu'il entonnait toujours au volant depuis qu'elle était toute petite.
Ils éclatèrent de rire en voyant les têtes un peu étonnées des quelques sud-américains attablés, puis le serveur conclut qu'il devait retourner travailler. Après un « Comme d'habitude ? » et un clin d’œil échangé, elle retourna s'asseoir entre Pedro et un jeune homme qu'elle ne connaissait pas pour entendre son ami lui demander si c'était tout le temps comme ça. Visiblement, ils n'avaient pas choisi le lieu du rendez-vous. Elle profita d'un moment d'accalmie dans les diverses nuisances sonores environnantes pour lui répondre que ce n'était que le début avec un sourire amusé.
« Tu vas voir, avec les irlandais tu passes toujours une excellente soirée. »

Un verre bien rempli de guiness arriva devant elle comme par magie et en levant les yeux du côté où se trouvait le serveur, elle vit le visage du jeune homme assit de l'autre côté. Un peu gênée sur le coup mais se disant que ce n'était pas dramatique non plus, elle se tourna complètement vers lui, un sourire avenant aux lèvres. Il avait un air très propret mais sympathique. Ne jamais avoir d’à priori. Surtout quand une aura aussi familière se dégageait d'un inconnu. Entre pestiférés, on n'a pas le droit de se déchirer. Elle se permit cependant de discrètement rajuster l'épaule de sa robe ample au buste pour ne pas qu'il se fasse de fausses idées sur sa personne, elles n'étaient tout de même que peu de filles au milieu de tous ses mâles, et son âge apparent ne l'immuniserait pas contre les idées reçuses.
« Bonsoir ! Excuse-moi, avec tout ça je ne t'ai pas vu. » Avec un faux air cérémonieux, elle lui tendit sa main, puis son sourire s'élargit, tandis que son accent péruvien reprenait le dessus de plus belle. « Je m'appelle Brume. »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3700-brume-sullivan
Devon Rosenbach
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 20
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Le bel et la bête [Devon]   Ven 9 Mai - 14:33

Devon s'était vêtu sans grande originalité par rapport à sa tenue habituelle. En somme, un pantalon et un gilet de costume dans les tons gris, une chemise blanche. Le tout discrètement hors de prix. Pour la touche décontractée, il avait ouvert le premier bouton de sa chemise. La chaleur du bar le pousse très vite à remonter également un peu ses manches.
Habituellement, l'équipe s'arrangeait pour sortir avec des promos d'infirmières ou d'assistantes sociales, bref, un truc à dominante féminine. Là, innovation, c'était un groupe de latinos, pas spécialement d'un cursus en particulier d'ailleurs.
Ça devait être Pepo qui avait arrangé ce coup-là. Ma foi, ça pouvait être muy caliente, surtout associé à l'atmosphère bon vivant du Trick ! Du bon vieux rock irlandais en fond sonore, et un match de rugby silencieux sur un grand écran. Devon y jeta un œil deux secondes, après tout c'était l'un des ancêtres du football, mais s'en détourna rapidement. Il n'était pas très familier des règles, et ce soir il y avait plus intéressant à faire !

D'ailleurs, la jeune femme à côté de laquelle il s'était installé avait enfin remarqué sa présence. Devon, lui, l'avait repérée de suite. Il avait un certain instinct pour repérer les loups et les gros chats... histoire d'aller dans le sens opposé à l'origine. Mais là, la jolie blonde qui lui faisait face, avec son grand sourire, lui inspirait plus de lui agiter une canne à pêche avec des plumes au bout. Métaphoriquement, bien entendu.

Quelque part, son éducation l'aurait poussé à se défier d'une outre. Son éducation le poussait à se défier de lui-même. Mais ça faisait trop longtemps qu'il ne s'était pas laissé aller. Même avec son père, pourtant au courant, il se forçait à une maîtrise exemplaire, excepté aux moments dédiés. Dédiés à ne pas craquer le reste du temps. S'il arrivait à se retrouver dans une pièce seul avec cette fille, même pour jouer au Scrabble, ça ferait un moment de détente vraiment bienvenu. Enfin, si elle était digne de confiance.

Devon répondit à sa poignée de main avec un sourire chaleureux. Son accent rendait la manière dont elle prononçait son prénom tout à fait délectable, en le rapprochant presque de "fleur" en anglais. Il écarta d'entrée les possibles remarques sur "brume" et "mystère". Et ton père il fabrique des biscottes ?

"Moi c'est Devon. Tu étudies à l'université ? Je ne t'ai encore jamais croisée."

Et pourtant cette année il se forçait à aller en cours. Même si ça n'était pas vraiment pour les raisons que sa mère aurait aimées.
Voyant les nouveaux arrivants les mains vides (et la gorge sèche), le serveur s'était attardé. Devon commanda une Kilkenny. Un instant, il imagina amusé le regard horrifié de sa soeur, et se promit de se rattraper plus tard avec un Whiskey.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3628-devon-rosenbach
Brume Sullivan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Coiffeuse
Age apparent: Entre 22 et 28
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Le bel et la bête [Devon]   Ven 9 Mai - 15:51

Il était jeune. Diablement jeune. Certes, les métamorphes avaient tous plus ou moins un physique en-dessous de leur âge réel, il lui semblait tout de même que ce visage paraissait avoir l'âge qu'il devait avoir. Ce n'était pas grave, après tout, elle avait bien l'âge d'être la mère de chacun des convives ce soir-là, alors autant ne pas s'en formaliser. Il était souriant et avenant, c'était tout ce qui comptait. Passer la soirée avec des têtes à claques, non merci ! Dans un sens, elle avait rarement vu les gens qui fréquentaient ce pub agressifs envers les autres, c'était tout de même un endroit plutôt décontracté ou les gens venaient pour passer un bon moment, se détendre... Même si elle n'était pas tout à fait sûre qu'il le soit. Sans doute une impression due à son propre stress de la journée qui retombait doucement. Si elle commençait déjà à se prendre le chou sur des impressions à propos d'une personne fraîchement rencontrée, c'était plutôt mal parti.
Sa voix étaient claire et agréable. Il parlait poliment et au vu de sa tenue, ça devait être un fils de bonne famille. Riche, elle ne savait pas, mais il ne venait certainement pas d'un bidonville, c'était sûr ! Les euphémismes de Brume en avaient fait rire plus d'un, mais ils avaient l'avantage de ne jamais lui faire dire une trop grosse bêtise. La conversation n'en serait donc que plus facile.


« C'est normal. Je n'ai jamais été à l'université, en fait. Je connais juste Pedro qui m'a dit de venir ce soir, alors me voilà. »
Son sourire ne déserta pas tandis que tous passaient commande. Le serveur ne lui demanda pas mais apporta tout de même son whisky en même temps que les autres commandes, ponctuant le tout d'une petite blague sur son père avant de repartir servir une autre une table d'assoiffés.

C'était tout de même étrange de se retrouver aux côtés d'un Outre dans une tablée aussi nombreuse, a priori composée de Normes. Puis elle se rappela qu'à la Nouvelle Orléans, la concentration en personnes étranges étaient plus forte que dans la majeure partie des villes. Elle n'aborderait cependant pas le sujet, il fallait dire que ce n'était ni l'endroit, ni le moment. De toute façon, il le savait tout aussi bien qu'elle. A bien y réfléchir, c'était une sensation bien étrange de parvenir à se repérer les uns les autres, mais pas si désagréable que ça. C'était certes un peu exclusif dans certaines situations, mais fédérateur dans d'autres.
S'installant plus confortablement sur son siège, elle fit défiler rapidement tous les sujets de conversation possible, puis revint à celui qu'il avait engagé. Ou peut-être quelque chose de moins barbant ? Avant de paraître impolie ou indifférente, elle profita de sa vivacité ô combien dangereuse par moments pour ne pas louper le coche et reprendre elle le fil.


« Tu es dans une équipe sportive, c'est bien ça ? Enfin, c'est ce qu'on m'a dit avant que vous n'arriviez tous. »

Ce n'était pas encore ça, mais il lui paraissait bien plus difficile d'engager un sujet avec une personne parfaitement inconnue en dehors de son salon. Peut-être était-ce le fait qu'elle sentait dans son regard un intérêt, et que donc, il n'attendait pas nécessairement qu'elle lui tienne le crachoir pendant qu'il racontait sa vie d'un bout à l'autre. En même temps, elle faisait face à un jeune homme, pas à une petite mamie. Oui, il fallait qu'elle se détende, si elle ne savait pas quoi dire, elle n'était pas entièrement responsable de ce qui serait dit dans la soirée.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3700-brume-sullivan
Devon Rosenbach
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 20
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Le bel et la bête [Devon]   Ven 9 Mai - 17:41

Devon regarda le verre - son second apparemment, car une guiness déjà bien descendue trônait devant elle - de Brume arriver en même temps que le sien. Assorti d'une plaisanterie sur le père de la petite blonde.

"Ton père est un amateur de Whiskey ?"

Ou bien était-il irlandais ? Ça expliquerait la blondeur de la jeune femme, malgré ses origines latines, En revanche, son petit doigt, ou bien l'accent de Brume, lui disait qu'elle ne devait pas avoir grandi à Dublin. Devon n'était pas sûr d'avoir saisi les sous-entendus du serveur. Bah, sans doute Brume éclaircirait-elle ça sous peu.
La métamorphe aurait pu embrayer sur ce qu'elle faisait réellement dans la vie, mais préféra lui renvoyer la balle. Pas habituée à parler d'elle ? Ça ne dérangeait pas Devon de parler de lui, tellement il était habitué à passer sous silence les éléments qu'il ne voulait pas étaler.
Il embrassa du regard ses autres camarades éparpillés dans la salle et confirma la question-affirmation de Brume.

"Nous somme l'équipe de football de l'université, du moins une partie de l'équipe. De football américain. Je précise, parce que dans ce pub parfois ils passent du soccer. Tu as déjà..."

Devon faillit terminer "...joué au football", mais avec la carrure de la demoiselle, sa question semblait bizarre, tout de même. Il corrigea donc en :

"Tu fais du sport ?"

C'était plus large, et donc plus susceptible de tomber juste. Devon prit une longue gorgée de sa bière. Quoique puisse en penser Erin, c'était quand même drôlement bon.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3628-devon-rosenbach
Brume Sullivan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Coiffeuse
Age apparent: Entre 22 et 28
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Le bel et la bête [Devon]   Ven 9 Mai - 18:26

Elle n'avait pas relevé le fait qu'on lui amène un deuxième verre, c'était de toute façon la blague qu'on lui faisait à chaque fois qu'elle venait. « Une guiness pour la demoiselle et un whisky pour son saint père ! » Et bien entendu, elle descendait les deux sans problème. Un des avantages d'avoir un père habitué à faire la tournée des bars : il apprendra toujours à sa fille à tenir plus longtemps que tous les hommes qui seront en soirée autour d'elle.

« Amateur est un faible mot. Mon père est irlandais pure souche et ne jure que par le whisky. Et comme il est très possessif avec sa fille, à chaque fois que je viens seule, on m'apporte un verre en plus pour m'embêter. A moins que ça ne soit une ruse du serveur pour que je le suive ? » acheva-t-elle avec un léger froncement de sourcils, son sourire presque hilare. « Mais si tu veux te servir, vas-y, ce verre n'est officiellement à personne. »

Elle connaissait déjà une partie de la réponse à sa question, mais elle avait préféré commencé large pour ne pas le limiter dans sa réponse. Après tout, il aurait pu avoir pratiqué d'autres sports ou en pratiquer toujours d'autres et vouloir le préciser. Ça lui permettait également de gagner du temps pendant qu'il meublait. Elle fut cependant surprise d'apprendre que c'était du football américain. Habituée à entendre parler de soccer sous le nom de football dans toute la péninsule d'Amérique du Sud, elle n'avait pas envisagé l'évidence. En revanche, il avait bien anticipé. Une bonne chose dans tout ça, car même s'il avait eu la délicatesse de le dire poliment et avec tact, elle ne se serait pas vexée pour s'être fait éviter le fait gênant de gaffer.

Une question lui resta en suspens et elle se demanda un instant s'il allait lui demander si elle avait déjà vu un match, mais au vu de la tournure finale, ce n'était pas vraiment ce qu'il avait l'intention de dire. Tant pis, ce ne devait pas être de première importance !
Il fallait dès lors qu'elle parvienne à présenter les choses sans qu'elle ne trahisse son âge et ne se fasse griller auprès des autres personnes à table. Une oreille indiscrète pouvait toujours traîner. Peut-être qu'en atténuant simplement la vérité, ce serait plus crédible ?


« Eh bien... Je ne sais pas si on peut vraiment appeler ça du sport, mais j'ai été ballerine dans une compagnie péruvienne quand j'étais plus jeune. J'ai arrêté il n'y a pas longtemps, mais j'ai toujours fait de la danse depuis que je suis toute petite. »

Pas très sûre de ce sujet qui pouvait vite devenir gênant s'il lui demandait des détails, elle préféra repartir sur celui de son équipe. C'était du présent, au moins il n'y avait pas d'incohérences possibles dans ce qu'il y avait à raconter.

« Mon père aime bien regarder le football américain, de temps en temps. Ça lui rappelle le rugby. C'est très impressionnant à voir, mais... à vivre, c'est comment ? Enfin, j'imagine que ça doit dépendre de la place que tu occupes, bien sûr, mais je t'avoue que je n'y connais strictement rien. »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3700-brume-sullivan
Devon Rosenbach
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 20
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Le bel et la bête [Devon]   Sam 17 Mai - 13:16

Devon sourit en comprenant la private joke entre le serveur et Brume. Manifestement, Brume était une habituée des lieux.
Il trempa les lèvres dans le verre à l'invitation de la métamorphe. Evidemment, pour une blague, ils n'avaient pas sorti leur meilleur whiskey, mais Devon fut agréablement surpris car ce n'était pas de la piquette non plus. Un blended léger, bon marché, mais tout à fait buvable, à ce qu'il pouvait en juger.

"Et toi, tu apprécies ?"

Le jeune homme revint à sa bière. Le whiskey, ce serait pour plus tard. En tout cas, il avait l'explication des cheveux blonds de la "jeune" femme. Inexpérimenté en matière de métamorphes, il n'avait aucune idée de son âge. Par ailleurs, rien dans son discours ne trahit une expérience plus grande que son âge ne laissait paraître. Souvent les danseuses se professionnalisaient extrêmement jeunes, aussi une telle expérience professionnelle pour quelqu'un de... à la louche, 24 ans, n'était pas si absurde.

"Oh, pour moi c'est clairement du sport ! Avec quelque chose en plus. La notion de compétition est peut-être moins présente mais... Ça nécessite une sacrée forme physique. Pourquoi as-tu arrêté ? Une blessure ?"

Devon songea avec dépit qu'aucune blessure ne pourrait le faire arrêter... et que c'était bien pour ça qu'il ne pouvait s'engager professionnellement. Les métamorphes et les vampires étaient exclus de la NFL.

"C'est... à la fois plus violent que le rugby, et en même temps avec plus de temps de pause, parce qu'on change d'équipe dès que la balle change de camp. Et il y a beaucoup de pression. Même en dehors du milieu pro les entraîneurs mettent une pression énorme. Il faut aussi être solide dans sa tête et confiant dans ses capacités. Mais avoir tout un stade qui monte en puissance quand tu cours vers l'en-but, ça te fait pousser des ailes. Pour ça, je suis dans une position plutôt gratifiante."

Scott avait beau être au poste clef de l'équipe, Devon n'aurait échangé sa place avec lui pour rien au monde. D'autant qu'ils n'étaient pas franchement taillés pour prendre la place de l'autre.

"Tu as déjà vu un match ? En vrai, je veux dire, avec l'ambiance du stade."
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3628-devon-rosenbach
Brume Sullivan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Coiffeuse
Age apparent: Entre 22 et 28
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Le bel et la bête [Devon]   Dim 18 Mai - 0:39

Elle ne regrettait absolument pas de s'être retrouvée à côté de lui. Brume lui adressa un sourire, puis opina du chef. En un peu plus de trente ans, elle avait eu le temps de tester pas mal de liqueurs diverses et variées, mais le whisky restait celle qui lui plaisait le plus. Passe-partout, forte mais sans amertume et avec un goût prononcé sans avoir l'impression de boire du détergeant. L'alcool de maïs n'avait jamais été son dada, et les divers essais à base de serpents n'avaient jamais été très concluants non plus. En ça, l'Amérique Latine regorgeait d'idées originales, mais son père n'avait jamais su s'y faire et lui avait rapidement appris à apprécier les alcools européens... et à les tenir ! Le mélange des cultures avaient tout de même du bon, parfois !

« Oui, c'est un alcool très intéressant, en plus. Le goût varie vraiment selon la région, et puis je sais pas, il y a quelque chose de très fin alors que c'est quand même fort. Enfin, mon père t'en parlerait mieux que moi, il m'a surtout bien appris à ne pas me faire saouler trop vite, le reste on va dire que je fais comme je peux. » acheva-t-elle avec un léger rire.

Brume était passée quasi maîtresse dans l'art de ne pas faire deviner son âge. Il fallait dire que même si les gens finissaient par l'apprendre tôt ou tard, la plupart du temps elle préférait que les gens ne se rendent pas de suite compte qu'elle était une métamorphe. Cela évitait pas mal de souci, surtout qu'on ne sait jamais vraiment qui on a en face, elle était très bien placée pour en parler. Elle s'arrangeait toujours pour en dévoiler le moins possible sans pour autant raconter de mensonges. Même s'il lui arrivait parfois de laisser échapper quelques détails qui ne pardonnaient pas. Mais son interlocuteur n'en était pas moins mystérieux sur ce point. Il parlait poliment et posément, et même si c'était une qualité que l'on pouvait trouver chez quelqu'un de très jeune, il pouvait tout aussi bien avoir décidé de profiter de son apparence pour reprendre des études en passant inaperçu. Après tout, avec une espérance de vie aussi étendue et une apparence éternellement jeune pour la plupart, des milliers de possibilités sont alors à portée.

Dans tous les cas, il n'était pas sectaire. Elle préférait rester prudente sur la question de la danse, sachant que tout le monde n'était pas de cet avis et que certains pensaient au contraire que c'était plus une discipline artistique qu'un véritable sport et restaient fermes là-dessus.

« Il faut en effet être très, très en forme, mais non, je ne suis pas partie à cause d'une blessure. Justement, il y a énormément de compétition, surtout entre les filles. Elles sont a-troces entre elles. J'étais un petit peu au-dessus de la moyenne, mais sans plus. Ma sœur en revanche est une vraie étoile, elle est juste parfaite, sur scène. Enfin, j'ai beaucoup aimé ce que j'ai fait, mais vraiment, les chamailleries, les coups en douce pour que tu ne sois surtout pas en première ligne, les potins et le reste... Et puis les gens au-dessus qui te mettent la pression parce que ça n'est jamais assez bien, qu'il faut que tu fasses encore mieux, toujours mieux. J'ai supporté, mais quand j'ai pu partir, je l'ai fait. » Elle soupira presque de soulagement. « C'est bien loin tout ça, maintenant ! »

Elle l'écouta avec attention répondre à sa question. Que ça soit plus violent que le rugby, elle s'en doutait. Si elle se rappelait bien, on pouvait tacler n'importe qui sur le terrain, balle ou non, à l'inverse du sport tant aimé des irlandais. Dans tous les cas, c'était typiquement le genre de discipline pour laquelle elle n'aurait jamais pu avoir un poste, même pas celui d'amener le ballon jusqu'au touchdown. Certes elle savait qu'elle n'aurait pas eu grand mal grâce à la nature plus solide des métamorphes, mais elle n'aurait jamais été à l'abri d'un mauvais coup, surtout s'il y avait d'autres outres dans la mêlée. De toute façon, elle ne comptait pas s'y essayer.
Elle s'imagina alors, ou du moins essaya tandis qu'il lui expliquait ce qu'il ressentait pendant un match. Elle parvenait à voir le stade s'animer d'un coup, mais peut-être pas vraiment à comprendre cette sensation d'avoir toute une foule avec soi. Les seules expériences qu'elle avait eues étaient les fins de représentations en effet magiques après tous les efforts et tout le stress que cela avait coûté, mais pendant la performance elle-même, seule la musique -ou parfois pire, le silence- accompagnait le vide qu'elle avait à chaque fois eu en tête tandis qu'elle essayait de ne pas se tromper. Avoir tout un public à ce moment-là pour l'encourager aurait sans doute été une expérience des plus agréables, mais inimaginables dans pareil milieu.
Non, elle avait beau essayer, elle ne parvenait pas à se représenter ce que cela faisait.


« ça doit être magique à vivre, savoir qu'il y a autant de monde avec toi. Ou du moins, qui te soutiennent pour que tu ailles jusqu'au bout. Je comprends que ça soit une place de choix. » Sa dernière question la fit en revanche se sentir un peu bête même si elle afficha encore une fois un sourire, peut-être un peu plus large. « Non, jamais. J'en ai regardé à la télé, mais c'est tout. Mais maintenant que tu m'as dit comment ça se passait, je suis curieuse de voir ça ! Quitte à venir voir un de vos matchs, comme ça tu me fais la démo ! » Elle accompagna son exclamation d'un léger rire, qu'elle laissa doucement retomber, le laissant répondre à son tour.

Un mouvement plus près de la scène attira son attention, ses yeux et son visage se tournant d'un mouvement rapide mais léger vers la direction des mouvements qu'elle venait de remarquer. Un couple un peu éméché mais tout de même techniquement au top dansait un rock par courts instants incertain, l'air heureux cependant de s'agiter sur la piste. Elle prit alors un air taquin et se retourna vers Devon :
« Et toi, alors ? Tu sais danser ? ».
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3700-brume-sullivan
Devon Rosenbach
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 20
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Le bel et la bête [Devon]   Dim 18 Mai - 9:33

Devon nota consciencieusement les informations délivrées par la demoiselle.

"Scotch et Bourbon aussi ?"

Le goût de tourbe des autres types de whisky ne plaisait pas à certaines personnes. Surtout chez les filles.
Le métamorphe fit la grimace à l'évocation de la compétition entre les danseuses. Ça n'était pas le genre de saine compétition qu'il aimait. Le genre de compétition non déclarée où on ne pouvait jamais être sûr de la loyauté et de l'amitié de quelqu'un...

"Ah... ce genre de compétition... C'est assez limité chez nous, peut-être parce qu'on se défoule assez sur le terrain et qu'il FAUT une bonne cohésion dans l'équipe. Mais ça arrive... Quand deux joueurs de niveau un peu équivalent sont en lice pour un même poste, on a déjà vu des coups bas. Et, entre nous, des prises de drogues, aussi, ça c'est moche mais courant malheureusement."

Il avait baissé d'un ton pour sa dernière phrase. Au sein de l'équipe, il était de notoriété publique qu'untel pouvait fournir telle substance, ou connaissait tel mage vodoun, mais en public, ça ne se faisait pas de le dire. Pas fair-play ? Devon était très partagé là-dessus. Il respectait généralement la règle tacite du "on se tait". Et jamais il n'aurait dénoncé un autre membre de l'équipe nominativement. Mais il considérait le dopage non fair-play par essence, alors... Et lui, avec ses capacités, il était fair-play, peut-être ?
Il chassa ces pensées mortifiantes, reprit son sourire, et ajouta, d'un ton de nouveau normal :

"Une des raisons pour lesquelles je n'irai jamais en équipe pro !"

Ça, c'était pour les oreilles alentours. Régulièrement, certains camarades lui demandaient pourquoi, à l'instar de Scott, il n'essayait pas de se faire repérer des entraineurs pro. Toujours, il trouvait une raison parallèle sans dévoiler la vraie raison.

"Je t'inviterai au prochain match. Je devrais pouvoir t'avoir des places gratuites. Par contre, je ne pourrai pas rester avec toi dans les tribunes."

Son ton était devenu humoristique. En plus, elle venait de lui servir sur un plateau une raison de lui demander sans lourdeur son numéro à la fin de la soirée.

Il suivit la direction de son regard quand elle tourna la tête, aussi comprit-il sans aucun souci le sous-entendu de sa question. Un large sourire éclaira son visage.

"Pas à ta manière, mais le rock je maîtrise !"

Il prit une dernière gorgée, laissant son verre partiellement plein, et se leva, tendant la main à sa partenaire. De danse hein.
Il avait remarqué que Rock'n roll et danses latines étaient un très bon moyen de ch... créer des liens. Aussi s'y était-il vite essayé quand l'occasion s'était présentée, puis avait fini par prendre quelques cours. Pas assez pour en mettre plein la vue, mais assez pour contenter n'importe quelle partenaire lors d'une soirée.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3628-devon-rosenbach
Brume Sullivan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Coiffeuse
Age apparent: Entre 22 et 28
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Le bel et la bête [Devon]   Mar 20 Mai - 22:51

Décidément, il s'y connaissait bien en alcools ! Ce n'était pas forcément une bonne chose à dire sortie de son contexte, mais les conversations d'appréciateurs lui étaient toujours agréables, même quand elle ne connaissait pas le sujet dont il était question. La curiosité est sans doute la particularité la plus répandue chez les félins, et comme tout bon gros chat qui se respecte, Brume ne se départageait pas sur ce point. C'était bien la raison pour laquelle elle posait toujours beaucoup de questions aux gens qu'elle croisait : outre le fait que ça lui évite de parler d'elle pendant ce temps, elle partait du principe qu'on ne sait jamais ce que notre entourage nous réserve.

« Le scotch j'aime bien, mais à petite dose. Par contre, le bourbon, je trouve que c'est vraiment fort. » répondit-elle dans un petit froncement de nez.

Quelque part satisfaite qu'il la croie sur le milieu terriblement oppressant des ballerines, elle acquiesça d'un signe de tête, les sourcils légèrement froncés entre amusement et désespoir. Elle fut en revanche presque déçue d'apprendre que dans les sports d'équipe aussi il pouvait régner une mauvaise ambiance, mais à bien y réfléchir, il n'y avait pas grand chose d'étonnant. Après tout, malgré une bonne cohésion de l'équipe, seulement quelques joueurs pourraient prétendre à passer dans le professionnel si tel était leur but, et les autres n'auraient pas forcément le choix. Du moins, c'était ce qu'elle s'imaginait. Sans aller aussi loin, il confirma la course pour le même poste sur le terrain, mais bien entendu, les usages de drogues et autres dopants. Elle n'avait pas vraiment connu cette époque, mais ses parents lui avaient parlé d'un changement radical au moment où les outres étaient sortis de l'ombre. Certes les cachets pour être plus performant avaient toujours fait polémique dans le sport depuis leur invention, mais son père lui avait parlé d'une certaine jalousie des normes vis à vis de la force de certains outres dotés naturellement de capacités physiques supérieures. Cela n'avait pas duré bien longtemps, certes, mais le résultat avait surtout été un refus catégorique des métamorphes et vampires dans toutes les disciplines où la compétition était de mise. Soledad et Brume avaient eu la chance d'avoir pu être recrutées dans une compagnie de danse, où le profit d'avoir des danseuses difficilement fatigables était bien trop tentant pour essayer de voir un quelconque désavantage pour les quelques normes qui se trouveraient dans les rangs. Le but d'un ballet n'étant pas celui d'un match, on pouvait tout à fait comprendre cette mentalité. Même si chez les danseurs aussi, la drogue n'était jamais bien loin, pour garder la forme, pour décompresser, pour perdre du poids... Tous les prétextes étaient bons, mais le fait complètement tabou.
La jeune femme savait cependant comme son interlocuteur que cette pratique leur était impossible et inutile. Ils n'y étaient pas sensibles.


« Comme quoi, les coups bas ne sont pas un privilège féminin ! » Une conclusion somme toute banale, mais qui permettait de passer sous silence pour les autres la dernière information qu'il s'était permis de donner. Après tout, elle ne savait pas s'il y avait des personnes concernées autour de cette table ou non. Mieux valait éviter les oreilles indiscrètes. Il acheva en disant plus fort qu'il ne voulait pas aller en ligue professionnelle pour les raisons évoquées, et peut-être trop naïve ou trop influencée par sa propre expérience, elle le crut aisément, ne pensant pas une seconde qu'il n'y avait de toute façon pas le droit ou qu'il pourrait vouloir tout comme elle cacher sa nature aux autres. Parfois, on ne réfléchit pas ! « Tu as bien raison. Je sais que tout le monde ne pense pas comme moi, mais je pense que le sport, ça doit rester un loisir avant tout. On ne prend plus de plaisir après, et ça n'aère même plus l'esprit quand on en a besoin. »

Elle s'imagina alors sur les gradins en train d'essayer de se remémorer les règles et de comprendre un match sans son père pour commenter à côté et eut presque envie de rire. Elle serait sans doute ridicule à la manière d'un vilain petit canard, mais la curiosité l'emporterait sur le reste, elle le savait d'avance. Dans tous les cas, ça ne la tuerait pas. Elle fit semblant d'être déçue et embêtée par sa dernière remarque, et ajouta sur le même ton que le sien : « C'est pas de chance, moi qui voulais crâner avec un beau mec à côté de moi, je vais me retrouver toute seule ! » Elle lui adressa un clin d’œil en riant. « Tant qu'à venir, autant que je te voies sur le terrain, au moins tu ne m'entendras pas poser de questions stupides ! »

Alors qu'elle se demandait s'il allait répondre, elle fut agréablement surprise en voyant un grand sourire illuminer le visage de Devon. Décidément, mais quelle bonne rencontre, ce jeune homme ! Le voyant se lever pour lui tendre la main, un sourire radieux naquit sur ses lèvres tandis qu'elle se levait presque d'un bond léger pour se diriger vers la piste. Pedro qui les vit faire lui lança sur un ton moqueur : « Regardez-la, celle-là ! Tu as trouvé ta nouvelle victime, ça y est ? » Ce à quoi elle répondit en lui tirant brièvement la langue : « Et toi, alors ? Tu connais l'homme parfait et tu me le présentes pas ? Tu voulais le garder pour toi, avoue ? »

Et sans plus de cérémonie, excitée comme une puce et le sourire aux lèvres, elle se laissa guider par le jeune métamorphe, suivant ses gestes souples et sans brusquerie sans se soucier un seul instant que le tout soit parfait. Le tout, ce n'était pas de faire le plus technique possible, c'était surtout de partager un bon moment. Et autant dire que pour l'instant, c'était excellemment bien parti !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3700-brume-sullivan
Devon Rosenbach
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 20
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Le bel et la bête [Devon]   Jeu 22 Mai - 10:33

Devon faillit répliquer que ça n'était pas plus fort, juste différent, mais se tut. C'était vrai qu'il fallait passer outre le goût puissant de la tourbe. Une fois une fille à propos d'un scotch plutôt vieux lui avait sorti "c'est bon ! Je sens que c'est bon... mais j'arrive pas à le boire !" Il avait trouvé ça plutôt étrange, sur le coup.

Il haussa les épaules à la conclusion de Brume sur les coups bas. Peut-être étaient-ils juste tournés différemment. Il ne pensait pas qu'un genre soit meilleur que l'autre, au fond.
Le compliment tourné avec humour de la métamorphe lui déclencha un petit rire.

"Tu pourras me poser toutes les questions que tu voudras après le match ! On fera un debriefing."

Pedro s'adressa à eux lorsqu'ils se dirigèrent vers la piste, et Devon se demanda un instant lequel des deux il qualifiait de victime. Lui ? Il faisait une victime drôlement consentante en tout cas.
Il double-tiqua à la réponse de Brume. S'il était l'homme parfait, elle n'était franchement pas difficile ! Elle risquait de déchanter très vite en tout cas. Quant à Pedro voulant le garder pour lui... Etait-il homosexuel ? C'étaient des choses que les joueurs gardaient plutôt confidentielles, au sein d'une équipe, donc ça pouvait être le cas... Quand on prend sa douche après chaque entrainement avec l'équipe, on évite de leur faire savoir qu'ils sont des cibles potentielles, c'était bien compréhensible.

Devon n'eut pas le temps d'observer la réaction de Pedro pouvant confirmer ou infirmer cette pensée, il était déjà en train de faire tourner Brume.
Sans surprise, la jeune femme se laissait parfaitement guider et répondait très bien à ses mouvements. Elle n'avait dû souvent danser le rock sur scène, mais nul doute que ses années de ballerine lui avaient donné de bons réflexes !

Le jeune sportif regretta de ne pas savoir danser le rock acrobatique. Avec une telle partenaire, voilà qui aurait été très fun !
À la fin de la musique, à peine essoufflé, il lança un grand sourire à sa partenaire.

"Ah, ça me donne envie de reprendre des cours rien que pour danser avec toi !"

Nul doute qu'il n'avait exploité qu'une infime partie de ses capacités. La suivante était un slow. Il avait le sentiment que la danseuse risquait fort de se faire carrément ch*er, pendant un slow, aussi retourna-t-il à sa place.

"Et alors, après la danse, tu as fait quoi ?"

Avec tout ça, il ne savait toujours pas ce que Brume faisait la vie.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3628-devon-rosenbach
Brume Sullivan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Coiffeuse
Age apparent: Entre 22 et 28
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Le bel et la bête [Devon]   Dim 25 Mai - 19:29

Elle avait répondu avec joie par l'affirmative au jeune homme quand il lui avait proposé de satisfaire sa curiosité -et ses cruelles lacunes en la matière- après le match auquel il comptait l'inviter. Attiser la curiosité d'un félin et accepter de satisfaire ce vilain défaut en prime, c'était presque une meilleure solution que lui proposer des gratouilles derrière les oreilles pour sympathiser ! Au-delà de cela, il avait l'air tout à fait gentil et prêt à faire partager sa passion, chose qu'elle comprenait parfaitement, même s'il était plus facile de proposer à quelqu'un de danser que de faire venir la même personne sur un terrain au milieu d'un tel remue-ménage. C'était bien pour cette raison que les gradins avaient été inventés, pour que les personnes ne pouvant ou ne voulant pas participer puissent quand même quelque part être avec les joueurs et leur apporter leur soutien. C'était une bien meilleure mentalité que s'asseoir dans le noir avec parfois des milliers d'inconnus pour regarder une garnison de personnes en collants se tordre les pieds et les chevilles pour leur plus grand plaisir.

Brume ne faisait plus attention à toutes les vannes qu'elle lâchait à Pedro, et qu'il soit homosexuel ou non, elle s'en fichait, mais elle aimait bien le traiter de fillette, surtout parce que venant d'elle, ça n'était que plus ridicule. Il la faisait trois fois, il pouvait bien se laisser dire qu'il était une tante par une fille qui lui arrivait à peine à l'épaule et pesait toute mouillée un poids dérisoire pour lui. De toute façon, la péruvienne n'était pas réputée pour faire des blagues ou jeux de mots du meilleur goût, mais les assumait toujours. Le mythe des douches restait tout de même l'une des meilleures sources de quiproquos et autres vannes douteuses qu'elle pouvait lui envoyer. En échange il se permettait parfois de l'appeler Roberto et de lui rappeler sa carrière en tant que camionneuse et femme à barbe dans un musé des horreurs. Mais qui ne connaissait pas leurs jeux verbaux pouvait en effet se poser de sacrées questions. Tant pis ! C'était la règle du jeu !

Bien trop contente de danser -et avec un charmant jeune homme, il ne fallait pas lui enlever cette qualité-, elle oubliait bien tout ce qu'il pouvait y avoir autour. Il se débrouillait très bien, peut-être même mieux que ce qu'elle avait pu imaginer dans un premier temps, elle se l'avouait presque avec honte. Il ne fallait pas qu'elle oublie qu'un outre n'a pas toujours l'âge qu'il a l'air d'avoir, autant il avait déjà eu le temps de faire trois vies. Et elle s'en moquait bien, le plus important était qu'ils avaient tous les deux l'air de s'amuser. Son expérience professionnelle sur scène lui donnait certains avantages sur d'autres danseuses, la souplesse et la rapidité d'exécution notamment, mais elle admettait très volontiers avoir pris des cours de rock quelques années plus tôt pour savoir faire plus de choses que de simples passes. Ce n'était pas par prétention -elle avait dû faire des choses bien plus dures et surtout nettement moins esthétique par le passé- mais plus par envie d'élargir son champ d'action et les possibilités d'aller danser. Savoir comment réagir à tel ou tel geste, c'était tout de même bien plus pratique dans une danse de couple.

A peine plus essoufflée que son partenaire de danse, elle lui rendit un sourire radieux dans un léger signe de tête affirmatif à son interpellation.

« Eh bien ça sera avec plaisir et quand tu veux ! Ce n'est pas moi qui vais dire non ! Pour une fois que je trouve un vrai volontaire pour danser et qui ne se fait pas prier en minaudant ! » Un léger clin d’œil, puis elle le suivit jusqu'à leurs sièges. Elle n'allait pas s'en plaindre. Un slow avec un ami, on peut en rire, avec quelqu'un que l'on connaît à peine, ça peut vite devenir gênant !

Elle reprit place et pris une grande lampée de guiness, écoutant sa question à la fois un peu prise au dépourvu et gênée, mais il avait l'air suffisamment intelligent pour comprendre qu'elle serait obligée d'altérer un peu la vérité devant tout le monde. Entre outres, on peut se permettre de parler plus librement du temps.

« Oula ! J'ai fait plein de choses, mais ça n'a pas tenu très longtemps à chaque fois. J'ai commencé par trouver un emploi sur un bateau de pêche, mais c'était trop dur, et puis sentir la crevette tous les soirs en rentrant, il faut pouvoir supporter ! Après j'ai essayé deux, trois petites choses en tant que secrétaire dans des bureaux, mais je ne tenais pas en place, et puis je venais juste de me faire opérer pour devenir une femme, je n'étais pas assez belle à voir. » Elle marqua une courte pause avant de rire légèrement à sa propre bêtise. « Je plaisante, j'ai toujours eu officiellement une paire se seins. Enfin, bref, on m'a proposé de faire une formation de coiffeuse, et ça m'a bien plu. Là ça fait huit ans que j'ai mon propre salon en ville. C'est complètement différent, mais c'est sympa. Il faut juste aimer passer le balais cent fois par jour ! »

Elle attrapa une mèche de cheveux blonds et l'entortilla lentement autour de son index, le coude appuyé sur le bois de la table. « Et toi, tu sais ce que tu aimerais faire après tes études ? Ou tu cherches encore ? »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3700-brume-sullivan
Devon Rosenbach
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 20
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Le bel et la bête [Devon]   Ven 13 Juin - 17:31

Alors qu'il avait commencé par lancer ça sans y penser, devon réfléchit sérieusement à ce qu'il venait de dire à la réponse de la féline. Prendre des cours avec elle pouvait vraiment être une idée sympa... à moins qu'elle ne proposât juste de revenir le voir quand il serait plus expérimenté ? Autant éclaircir ça tout de suite. Histoire de ne pas passer pour un idiot si sa seconde hypothèse était la bonne, il employa le ton de la plaisanterie.

"Avec plaisir, avec plaisir... prendre des cours ensemble, ou revenir te voir quand je serai à ton niveau ?"

Retrouvant sa bière avec plaisir - essoufflé, non, mais assoiffé, déjà plus ! - il écouta la "jeune" femme retracer son parcours. L'entendant dérouler les divers petits emplois qu'elle avait exercés, puis la durée de l'emploi actuel, le traversa pour la première fois l'idée qu'elle était peut-être beaucoup plus âgée qu'elle n'en avait l'air. Un bref calcul lui dit qu'en admettant qu'elle ait arrêté la danse tôt, et vraiment survolé ses petits boulots, elle avait minimum l'âge maximal qu'il lui aurait donné - en oubliant qu'elle était une métamorphe - à savoir 28 ans. Donc elle devait en avoir au moins 32, pour être réaliste.

Il se sentit très jeune, l'espace d'un moment, puis chassa son manque de confiance en lui. Bah ! Elle appréciait sa compagnie jusque là, si elle l'avait trouvé trop gamin, elle aurait trouvé un moyen de s'éclipser !

Le temps de digérer cette information, sa bouche réagit sans sa tête aux propos de la demoiselle :

"Je passais souvent devant un salon à New York où c'était un jeune trisomique qui passait le balai". 

Sa tête rattrapant ses paroles se demanda pourquoi il avait sorti ça, se dit que ça aurait pu être pire, et commenta la chose.

"Peut-être de la famille qui tenait le salon. Un moyen pour lui de s'intégrer à la société."

Puis le sujet revint sur lui-même. Ou comment montrer l'étendue de sa propre jeunesse. Il soupira. Et baissa d'un ton aussi.

"Je ne cherche pas vraiment. Je ferais peut-être mieux de chercher. Ce que je préfère c'est le sport, et je ne peux pas, à terme. Je suis en cursus éco, au moins c'est quelque chose qui offre des possibilités... mais si je suis ici c'est pour jouer."

Sous-entendu, il avait été accepté par l'université au vu de ses résultats sportifs. C'était certes un plus, mais c'était surtout dû aux contacts de maman. Enfin dire "je suis ici parce que ma mère est blindée" n'était pas du meilleur effet pour attirer la sympathie. De toute façon, à sa façon de s'habiller et de s'exprimer, on voyait que sa famille avait des moyens. Il reprit une gorgée de bière pour se redonner une contenance (qu'il n'avait pas trop perdue extérieurement, mais intérieurement, il n'aimait guère la pente sur laquelle la conversation glissait).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3628-devon-rosenbach
Brume Sullivan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Coiffeuse
Age apparent: Entre 22 et 28
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Le bel et la bête [Devon]   Lun 16 Juin - 23:08

Dans sa spontanéité, elle n'avait pas pris la peine d'envisager véritablement la chose, même si en effet, aller prendre des cours avec lui ou au contraire attende qu'il revienne en expert ne la dérangeait en aucun cas. Après tout, il pouvait avoir une amie -ou une petite amie- qui serait tout aussi intéressée pour aller danser, du moins supposait-elle allègrement qu'il n'aurait aucun problème pour trouver une cavalière dans la gente féminine étudiante qui l'entourait. Même si elle comprenait parfaitement qu'il puisse vouloir y aller avec elle, outre le fait qu'ils s'entendaient pour l'instant plutôt bien, se rendre à un cours même débutant avec une personne qui a l'air de s'y connaître un peu évite d'entrée pas mal de situations gênantes. Et elle devait se l'avouer, elle s'imaginait déjà rire pas mal avec ce jeune homme qui paraissait ne pas trop faire de complexes sur la plupart des sujets abordés jusque là. Du moins, pour l'instant.
Ce fut cependant avec un sourire sincère qu'elle lui répondit.


« Oh, mon niveau, mon niveau... Je ne suis pas mauvaise pour les danses de couple latines, mais je ne suis pas du tout une experte du rock ! Si tu veux qu'on y aille ensemble, je te dis oui tout de suite et ça me fait très plaisir, comme je t'ai dit, les hommes qui veulent danser sont rares. Après, ne te sens pas obligé d'inviter la vieille ! Si tu préfère inviter quelqu'un d'autre, même plus tard, je comprendrais tout à fait. » Elle lui adressa un clin d’œil, ne voulant pas lui donner l'impression de refuser poliment.

Elle réévalua en même temps qu'elle le lui disait son parcours, et en effet, elle se dit qu'il pouvait sans problème deviner qu'elle était plus vieille qu'il l'imaginait au départ. Elle se demanda un instant s'il fallait lui préciser qu'il devrait éviter d'ébruiter ce qu'il avait sans doute dû comprendre, idée de laquelle elle revint rapidement, se disant qu'après tout, il pouvait tout aussi bien être dans le même cas qu'elle ou bien tout simplement qu'il était suffisamment intelligent pour ne pas donner une idée de son âge réel si les autres n'avaient pas l'air d'être au courant. Il faudrait cependant qu'elle affine au cas où son discours, des oreilles indiscrètes pouvaient traîner malgré la musique déjà nettement moins forte que lors de leur petite démonstration.

Son intervention la surprit, mais plus par sa spontanéité que par son contenu lui-même. Un sourire bienveillant se dessina sur ses lèvres. Elle se doutait bien qu'il ne s'était pas permis ce genre de commentaire à but moqueur ou méprisant.

« ça arrive, quelques fois. Je trouve que c'est une bonne chose, après tout, il faut qu'eux aussi fassent quelque chose. Surtout que selon le degré de leur maladie, ils sont vraiment capables de faire pas mal de choses. Et puis, dans un salon de coiffure il y a toujours des petites tâches à faire, c'est un bon endroit pour avoir un petit boulot dans le genre. »

Elle se mordit intérieurement les doigts de lui avoir retourné aussi naturellement la question, même si après réflexion, elle ne pouvait pas savoir ce qui lui conviendrait ou non. Ce furent plus ses mots que son attitude qui lui mirent la puce à l'oreille. Si elle avait eu un doute sur son âge, elle pensa alors qu'il devait être plus jeune, voire bien plus jeune qu'elle. Ce n'était pas bien grave, elle s'en moquait un peu. Cela faisait un moment qu'ils discutaient et même si elle s'était doutée à plusieurs reprises qu'il était plus jeune, elle se disait qu'on en apprenait tous les jours et de tout le monde, alors autant ne pas se priver d'un bon moment autour d'un verre pour une simple question d'années passées sur Terre.
Nonchalamment, elle haussa les épaules, essayant d'afficher une expression légèrement encourageante.


« Tu as le temps. Et puis, avec le sport et l'économie, je pense qu'il peut y avoir pas mal de débouchés, malgré tout. Qui sait, tu peux même trouver ton propre créneau ? Aujourd'hui il existe tellement de métiers qu'on ne connaît pas, ou pas bien, je suis sûre que tu as tes chances. On a tous notre chance, dans la vie, le tout, c'est de la saisir au bon moment. » Elle fit une courte pause, puis reprit, peut-être un peu plus énergiquement qu'il ne l'aurait fallu : « Profite. Profite tant que tu es étudiant et que tu peux faire un peu ce que tu veux. De toute façon, tu ne te mettras à chercher que quand tu le décideras et quand tu te poseras d'autres questions qui vont avec. Mais tant que tu ne sais pas et ne cherche pas, profite de ta liberté d'esprit. On se prend trop la tête dans la vie, et parfois, les choses sont beaucoup plus faciles qu'on ne le croit. »

Elle ne prétendait pas l'aider, mais au moins le dépêtrer un peu d'une conversation qui ne semblait pas lui plaire. Prenant elle aussi une lampée de bière, elle réfléchit à son propre parcours, se disant qu'elle avait peut-être été un peu optimiste dans sa manière de parler. Après une nouvelle pause, elle tenta de se rattraper, essayant une note d'humour pas forcément heureuse au passage  :

« Et sinon, tu as quelque chose de plus réjouissant à aborder ? Une petite question gênante pour te venger ? Je crois que là, je l'ai bien méritée. »
_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3700-brume-sullivan
Devon Rosenbach
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 20
Dangerosité:
15/30  (15/30)

MessageSujet: Re: Le bel et la bête [Devon]   Mar 1 Juil - 15:27

Devon eut une moue amusée quand elle se qualifia d'elle-même comme "la vieille". À vrai dire, excepté la différence d'expérience qui avait tendance à bousculer un peu son aisance naturelle, tant que la demoiselle était pas trop ridée et avait un vagin sympathique, il s'en cognait un peu.

En fait, au contraire, c'était presque un challenge pour lui que de se faire apprécier de Brume. Qu'elle le trouve intéressant, lui le jeunot, alors qu'elle avait manifestement vécu bien plus que lui, était une idée qui lui plaisait beaucoup.

"Ma foi, tant que ton arthrose ne t'empêche pas de mettre un pied devant l'autre."

Sur un ton pince-sans-rire, elle semblait apprécier ce genre d'humour qu'elle utilisait volontiers avec Pedro.

"Je regarderai pour les cours de danse. Et je te rappellerai. Enfin, si du haut de ton vénérable âge tu daignes me laisser ton numéro..."

Ça, c'était lancé.
Il fut soulagé qu'elle n’interprète pas sa précédente intervention comme méprisante. Le fait est qu'il était tout à fait pour l'intégration des personnes handicapées. Bien entendu, c'était très théorique. Personne ne lui avait demandé d'avoir une personne handicapée chez lui. Ou parmi les gens à qui il achetait des services. Mais quant à ça, il n'était peut-être pas encore assez mature pour se poser la question.

Les remarques de Brume à propos des débouchés économico-sportifs le laissèrent un peu pensif. Investir dans des équipements sportifs ou des équipes était quelque chose de relativement convenable pour sa famille... Mais qui lui paraissait tellement ennuyeux ! Rien à voir avec le sport tel qu'il l'aimait au final. Son propre créneau, tellement de métiers... Il faudrait qu'il se renseigne. Un jour. Le conseil suivant rencontra une oreille bien plus réceptive, et il le mit à exécution immédiatement.

"Mmh..."

Une question gênante, mais convenable. Ardu !

"Je ne sais pas poser volontairement de questions gênantes. Je suis un gentleman, moi, mademoiselle !"

Il avait appuyé le "volontairement" histoire de ne pas accuser à demi-mot Brume de "non-gentlemanitude".

"À moins que tu ne souhaites volontairement que je t'embarrasse ?"

Là, elle pouvait bien interpréter tous les sous-entendus qu'elle voulait.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3628-devon-rosenbach
Brume Sullivan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Coiffeuse
Age apparent: Entre 22 et 28
Dangerosité:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: Le bel et la bête [Devon]   Mer 2 Juil - 22:04

Qu'il la taquine sur son âge la fit sourire avec plaisir. Un homme qui n'a pas peur de taquiner une femme sur son âge, c'était rare, mais ce n'était pas déplaisant. A leur décharge, il fallait bien le dire, rares étaient les femmes qui ne se formalisaient pas et donnaient leur véritable âge sans tiquer. Certaines passaient parfois dix ans à n'avoir que trente ans jusqu'à ce que le couperet des rides ne leur tombe sur le coin des yeux, mais la plupart des métamorphes et surtout des vampires n'était pas concernée. Et si Brume ne révélait pas son âge à tout le monde pour éviter de mettre la puce à l'oreille sur sa condition à ceux qui la croyaient encore norme, elle n'avait aucun complexe à dévoiler sa date de naissance exacte à ceux qui étaient irrémédiablement au courant. Cependant, si on ne le lui demandait pas, elle ne le criait pas sur tous les toits. Surtout pas devant une bonne partie de normes autour de la même table. On ne sait jamais quelle réaction cela peut provoquer. Même si en revanche, elle préférait laisser entendre d'entrée qu'elle était légèrement plus âgée qu'elle n'y paraissait, ne serait-ce que pour ne pas perdre toute crédibilité au cours d'une conversation comme elle en avait eu plus tôt avec Devon.

Répondant donc à sa pique par un clin d’œil, elle ne sut pas trop si elle devait donner suite à sa remarque, qui de toute façon possédait un aspect pratique indéniable. Elle venait de se faire piéger comme une adolescente par un minet. Bravo l'expérience ! Mais si c'était un échange de numéros pour aller danser le rock dans une salle avec d'autres personnes, pouvait-elle vraiment lui dire d'aller se faire voir ? De toute façon, quelque chose lui disait qu'il n'était pas dangereux. Pedro ne se serait pas amusé à l'amener au milieu d'une horde de monstres affamés. Elle haussa les épaules, puis un sourcil, faisant durer l'attente avant sa réponse exprès.


"Je m'en voudrais de contrarier une si bonne volonté. C'est rare qu'on invite Mamie à aller dérouiller sa hanche en plastique sur les musiques de sa jeunesse." Le temps d'un quart de seconde, elle hésita tandis qu'elle sortait son téléphone. Est-ce que c'était une bonne idée de le donner à de nouvelles personnes compte-tenu des mauvaises nouvelles de plus en plus précises qu'elle recevait au compte-gouttes depuis Chicago ? Après tout, c'était une porte ouverte de plus pour laisser ce dingue la trouver. Alors, celui de la boutique, ou le sien ? Elle réfléchissait, tapant rapidement les touches pour aligner les chiffres sur le bloc-notes de son téléphone. Le numéro personnel. Tant pis. On ne vit qu'une fois. Et pas toujours aussi longtemps qu'on le voudrait. Finalement, elle posa son smartphone sur la table, un léger sourire aux lèvres. "Tiens. Ça sera plus facile comme ça avec tout ce bruit en fond."

Le temps seul lui dirait si elle avait commis une erreur ou non, mais elle ne voulait pas croire en la présence d'émissaire quelconque de son ravisseur, et encore moins au milieu des métamorphes. Les siens ne se trahiraient pas aussi facilement, tout comme elle se doutait que les vampires du coin ne seraient pas forcément enclins à voir l'un des leurs continuer sur sa voie d'adolescent détraqué pour en plus venir semer le trouble à la Nouvelle Orléans. Que l'on aime le sang ou non, on a aussi le droit d'aimer sa tranquillité et de ne pas aimer les grands malades.

Pendant qu'il réfléchissait à une potentielle vengeance en règles comme elle la lui avait proposée, elle se permit de l'observer un instant. La coqueluche des filles de son université, sans doute, mais sous ces airs lisses et polis, y avait-il quelque chose ? Ne sachant pas si elle en était déçue ou non, sa voix retentit à nouveau, la tirant de ses pensées. Un gentleman, hein ? Son sourire s'élargit à nouveau tandis qu'elle réfléchissait à quelle bêtise elle pouvait bien lui sortir pour contrecarrer cette jolie pirouette toute à son honneur. Sa dernière question ne manqua pas de la faire rire. L'embarrasser ? Il n'y avait bien plus que Soledad pour la faire rougir de honte, et il n'était pas encore arrivé celui qui la ferait rougir comme une petite fille ou baisser les yeux comme une adolescente. Non, seule sa sœur et ses idées farfelues pour ne pas dire franchement tordues pouvait encore l'attirer un cran plus bas dans l'embarras, et elle avait déjà à son actif pas mal de situations dans lesquelles elle avait traînée la plus jeune pour son plus grand désarroi, mais ses meilleurs souvenirs, aussi ! Cependant, ce jeune homme n'en savait rien et peut-être valait-il mieux ne pas tenter le Diable. Qui sait, il était peut-être encore pire que Soledad, car Brume n'en doutait pas, sa sœur ne détenait pas le monopole pour ce genre de choses, et avec la chance légendaire de l'ocelot, il aurait très bien pu être le  maître en la matière. Autant jouer la prudence.


"Si tu ne tiens pas à le faire, je ne vais pas te forcer. Il ne manquerait plus que j'aille chercher le bâton pour me faire battre ! Et puis, avec les hommes on ne sait jamais sur quel genre d'embarras on peut tomber !" Un nouveau clin d’œil et elle but une gorgée de sa bière, toujours légèrement amusée de la situation. Finalement elle décida de réorienter la conversation sur autre chose. "Mais dis-moi, vous ne vous ennuyez pas tous, là, avec seulement deux filles ? C'est quand même bizarre pour une équipe sportive étudiante de sortir aussi peu encadrée."
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3700-brume-sullivan
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Le bel et la bête [Devon]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le bel et la bête [Devon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE III : Les vieux quartiers ¤ :: ║La rue principale║ :: Trick O’Clink-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit