Qui est en ligne ?
Sur Discord, en ce moment.



 

Partagez | 
 

 Un gros boucan pour une balle.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Arn Bullet
Namir-ra
avatar

Identification
Emploi: Véto, Namir-ra, gérante Stray Meta
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
17/30  (17/30)

MessageSujet: Re: Un gros boucan pour une balle.   Dim 11 Mar - 19:53

La panthère vit le loup s’effondrer suite à son coup de patte qui eu plus d’impact qu’elle ne l’aurait cru. Elle craignit un instant de l’avoir blessé en constatant à quel point le loup semblait sonné. Heureusement, la bête enragée s’agita avec davantage de hargne que l’instant d’avant. Comme si ni son attaque, ni les munins ne pouvaient lui remettre les idées en place ou l’aider. Arn ne comprenait plus rien, ce qui était sensé le calmer avait l’effet totalement inverse. Blake bouleversait toutes les connaissances et ses habitudes liées aux munins. L’odeur de loup commença à changer, la panthère approcha son museau pour mieux le sentir et commença à y capter quelque chose qui lui évoqua de la peur. Qu’est-ce qui avait pu le traumatiser aussi profondément pour qu’il pète un cable de la sorte ? Et surtout, pourquoi s’était-il isolé de sa moitié bête alors que cette dernière aurait pu l’aider.

Le loup se tortilla sous elle et gémit de douleur. Arn comprit alors que ce n’était pas son coup de patte mais plutôt les munins qui étaient responsables de sa souffrance. Après tout, il avait commencé à perdre les pédales lorsqu’elle avait commencé à soigner Alice. Etait-il malade pour être aussi sensible à leur présence ? La Namir-ra ne comprenait pas tout, elle n’avait encore jamais été confrontée à ce type de comportement, mais elle commença à rappeler les esprits à elle. Elle ne pouvait pas les faire disparaître mais elle pouvait au moins les laisser s’éloigner du loup. Elle donna un coup de museau doux sur le haut du crâne du loup avant de s’éloigner d’un pas, sans le quitter des yeux.

Le sentant toujours souffrant, la panthère hésita un instant à recouvrer forme humaine pour pouvoir lui parler et essayer de le calmer. Il semblait nager en plein délire, totalement déconnecté de la réalité.. Désemparée, Arn s’approcha à nouveau de lui et lui donna des coups de museaux afin de le ramener dans le monde réel, tout en restant sur ses gardes. Allez Blake… Elle n’allait tout de même pas en venir à lui donner des coups de langue comme une mère s’occuperait de ses petits… Les seuls bruits dans la pièce étaient les glapissements du loup et le ronron continu de la respiration de la panthère. Ronronnement qui s’estompa quand elle prit la décision de reprendre forme humaine. Les os commençèrent à se déplacer entraînant les muscles à leur suite. Les membres s’allongèrent et les poils disparurent peu à peu, dévoilant la peau bronzée de la Namir-ra au bout de quelques minutes..

Son rythme cardiaque, encore rapide pour celui d’une humaine, Arn prit le temps de souffler et de se calmer avant de parler au loup. Assise à côté de lui, elle se permit d’enfouir ses doigts dans les poils du loup et l’appela doucement par son prénom. Elle n’osait plus rien faire d’autre pour le moment, craignant d'aggraver sont état ou de l’effrayer en bougeant trop brusquement.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1256-arn-bullet#17401
Blake Davis
Métamorphes
avatar

Identification
Emploi: Tueur à gages
Age apparent: 45
Dangerosité:
22/30  (22/30)

MessageSujet: Re: Un gros boucan pour une balle.   Mar 13 Mar - 11:42

Il baignait dans un océan de violence et cet océan de violence, habituellement séparé de lui par une vitre de verre qui lui empêchait d'être emporté par ses flots tumultueux, était en train de l'écraser. Tout se mélangeait dans sa tête. Les souvenirs qu'il n'avait jamais réussi à avaler, dont il n'avait jamais fait le deuil et qu'il avait juste involontairement enfermés en lui à l'endroit où il avait rangé son loup remontaient et se vengeaient de sa très longue négligence. Un long cri métallique, renouvelé, chaque fois dédoublé, remplaçait son monologue interne. Sa gorge en émettait une partie dans la mesure de ses capacités, on aurait dit qu'on était en train d'essayer de l'égorger.

Il tentait de s'extraire de la pression de la panthère qui était à l'origine de bien des troubles, mais les points d'appui manquaient. Ses forces manquaient. Même lorsqu'elle fit en sorte de rappeler à elle les munins qui a l'heure actuelle faisaient au loup plus de mal que de bien, le poids qu'il avait dans la gorge, sur la poitrine et partout ailleurs ne disparut pas entièrement. Les images ne disparurent pas, car c'était comme si on avait ouvert la vanne d'un barrage suite à une longue accumulation : c'était trop tard pour faire marche arrière. La déferlante était lâchée. Blake se faisait emporter avec.

Quelque chose glissa contre sa tête. Sensation blasphématoire. Ellie était celle avec qui il avait ce genre de proximité. Ellie était morte. Il était mort. Rien de tout cela ne le concernait plus, et il ne voulait certainement pas que cela le concerne non plus. Il aurait dû crever ce soir là. Il regrettait couramment que ce ne soit pas arrivé, et ensuite de ne pas avoir eu le courage de passer à l'acte et de se tirer une balle, plutôt que de prendre en chasse une multitude de personnes et de mettre fin à leurs vies à elles, comme pour essayer de leur voler un peu de cette vitalité par l'intermédiaire de la traque, seule activité qui lui permettait d'encore éprouver quelque chose qui ressemblait à de l'excitation.

Il secoua la tête, poussa un nouveau cri informe et recommença à essayer d'avancer, de ramper. C'était plus facile. La Namir-ra lui laissait dorénavant de l'espace. C'était tout de même difficile car il flottait dans les odeurs de décomposition et dans les éclairs sanglants. La maison perdait ses angles, en gagnait d'autres. Course effrénée dans les couloirs aux lueurs de la lune. Du sang, du sang, encore du sang. Des bouts de corps. Le déni et l'horreur enflant, explosant en lui, et amenant ses muscles à la paralysie. Le loup perdit l'usage de ses pattes et retomba brutalement sur le sol. Il poussa quelques glapissements et puis sentit quelque chose se glisser dans ses poils. Une main humaine qui tentait d'être apaisante. Il ne voulait pas être apaisé. Il ne pouvait pas être apaisé. C'était trop tard, depuis longtemps. Tout ce qui était doux et agréable lui paraissait amer. Il n'y avait plus que le vide et le froid qui lui semblaient justes et mérités.

Lentement, il tenta à nouveau de se lever sur ses pattes incertaines afin d'échapper à la guérisseuse. Il ressemblait à un vieil animal en souffrance, sur le point d'agoniser. Il tremblait de tous les bouts, tanguait. Le bas de son échine était courbé. La queue, rentrée entre les jambes alors qu'il avançait bon gré mal gré jusque dans un coin de la pièce, dans lequel il s'effondra en continuant de pousser ici des gémissements, ici des glapissements, ici des cris soudains quand une vague brutale le terrassait.

Il se colla au mur comme si il avait essayé de rentrer dedans, le museau collé dans l'angle, le ventre caché entre ses pattes recroquevillées. Peu à peu, il sentait son agonie se muer en quelque chose qu'il n'avait pas ressenti, lui semblait-il, depuis une éternité.

Une affliction insupportable, qui lui donna envie de hurler, mais d'une manière encore différente. Les cris du loup se changèrent donc en pleurs irréguliers, au rythme d'une respiration saccadée. Les images disparaissaient, ne laissant plus que la réalité du vide, et l'insupportable réalisation que son existence n'allait quant à elle pas s'étioler avec le reste.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3542-blake-davis
Alice Mewryan
Métamorphes
avatar

Identification
Emploi: Patronne et barmain du Trick O'Clink
Age apparent: 20ans
Dangerosité:
20/30  (20/30)

MessageSujet: Re: Un gros boucan pour une balle.   Ven 6 Avr - 11:32

Ce que j'ai sous les yeux ne ressemble vraiment pas à un combat entre deux dangereux prédateurs. Blake à le comportement d'un fauve de cirque qui se retrouve hors de sa cage, agressif. Je ne me suis pas trompée quand je disait qu'il est déconnecté du loup, la réunification est clairement violente. Vas savoir quel horrible traumatisme ça cache toute cette mascarade. Ses cris de douleur me brise le cœur. Heureusement que le grizzly est encore assommé car je ne crois pas que je pourrais l’empêcher de réagir face à une telle détresse. Même l'odeur du sang et de la peur du loup qui parviennent à mes narines ne provoquent aucunes contractions dans ma mâchoire.

Un craquement familier...un des deux est entrain de reprendre forme humaine. Pas besoin de cogiter trois ans, je suis assez certaine qu ce n'est pas lui. Arne doit avoir besoin de son corps humain c'est sûr que pour caresser la tête du loup les mains sont plus pratiques que le geste animal mais réconfortant qu'elle vient de faire. Et bien sûr ses cordes vocales sont plus utiles pour l'appeler doucement comme elle le fait. J'aimerais aider, mais si je m'approche, je risque de faire à nouveau dégénérer la situation.

Doucement, presque dans ma barbe, comme une habitude, je ne me suis même pas rendue compte de quand est-ce que j'ai commencer à entonner le même chant qu'une heure (si peut?) plus tôt dans la ruelle sombre. Tout à l'heure ça à fait revenir le loup, peut être que ce chant peut le guider à nouveau. Des sons nasalisés sortent de ma bouche pour former des mots incompréhensibles aux longues voyelles. Esprits de nos ancêtres vous avez déjà tant fait pour moi ce soir. Je suis présomptueuse de vous demandez encore quelque chose. Je le sais bien. Mais encore une dernières fois, aidez moi à comprendre ce que vous attendez de moi. Quel chemin me faites vous emprunter ? Comment le sauver ?

Je n'ose pas approcher, et préfère rester à distance. J’attends que la Nami-ra me sonne. La situation est-elle entrain de se désamorcer ? La violence à laissé place aux gémissements. Blake ne fait plus que ramper jusqu'à un coin et pleure. Est-ce la preuve de l’apaisement du loup ? Mais comment pourrait-on qualifier cet état d’apaisement ? Des sanglots inhumains, une voix qui appelle quelqu'un et un chant tribal pour guider un esprit jusqu'à son corps. Ce sont les sons que je retiendrais de cette nuit.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3502-alice-mewryan#58026
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un gros boucan pour une balle.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un gros boucan pour une balle.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE IV : Autour de la ville ¤ :: ║En périphérie║ :: La réserve :: Maison d'Arn Bullet-