AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Olivia Luz-Descalzo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Olivia Luz-Descalzo
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Présidente d'une association de protection des animaux
Age apparent: 43 (ou moins)
Dangerosité:
12/30  (12/30)

MessageSujet: Olivia Luz-Descalzo   Mer 30 Avr - 16:17

État Civil


Nom : Luz-Descalzo, née Selva Moreno
Prénom : Olivia
Race : Norme
Âge : Quarante-trois ans
Date de Naissance : 17 février 2008

Situation de Famille : Mariée à Darian Luz-Descalzo, Olivia est cependant en procédure de divorce. Son fils unique, Esteban, vient de fêter son dix-huitième anniversaire.

Profession / Activité : Olivia est présidente d'une association pour les droits des animaux. Ironique quand on pense que l'ensemble -ou presque- des Luz-Descalzo luttent contre les droits des Outres... Mais nous n'irions pas jusqu'à comparer ces derniers à des animaux, n'est-ce pas ?


Morphologie


Taille : Olivia n'est pas particulièrement grande, plutôt dans la moyenne avec son mètre soixante-treize. En fait, quelques mois plus tôt elle plaisantait encore du fait qu'il ne faudrait pas longtemps à son fils pour la dépasser... et il l'a fait ! Mais elle ne doute point que, d'ici à ce que son fils chéri finisse sa croissance, elle soit obligée de lever bien haut la tête... Comment ça, mort imminente ?

Poids : Une petite soixantaine de kilos.

Corpulence : Olivia paraît gracile. C'est certainement dû à son éducation de bonne famille, qui lui a appris qu'une femme fragile n'en était que plus désirable. Elle a toujours fait très attention à elle et suit un régime très strict afin de garder cette ligne qu'elle juge excellente. Tout chez elle paraît fin, de ses mains à ses jambes, ainsi que son cou, légèrement plus long que la moyenne et souvent mis en valeur par d'innombrables colliers de perles hors de prix, ainsi qu'une petite croix en argent, la même que celle qu'elle a offert à son fils, qui ne la quitte jamais.

Couleur de cheveux : Olivia possède de longs cheveux noirs, tout comme ceux de son fils. Contrairement à ce dernier cependant, ses cheveux bouclent légèrement, retombant élégamment sur ses épaules. Elle utilise généralement une barrette en or massif -héritage familial- pour les tenir, afin qu'aucune mèche ingrate ne retombe sur son visage -parfait, bien entendu.

Couleur des yeux : Comme le stéréotype mexicain l'entendrait, Olivia a de grands yeux d'un marron profond, presque noirs. Ils sont très souvent animés d'une étincelle bienfaisante, d'une once de compassion envers les plus pauvres qu'elle (oui, ça fait beaucoup de monde), et surtout, ils pétillent très régulièrement de satisfaction et de haute estime de soi.

Allure générale : Olivia -tout comme son très cher fils- respire la splendeur et la richesse. Son port aristocratique et son air pincé indiquent à quiconque la regarde le milieu dans lequel elle évolue, et -bien que les événements et les révélations des derniers mois aient pu tracer quelques rides d'inquiétude sur son front- elle reste magnifique, le dos droit et la tête haute. Elle sait ce qu'elle vaut -au sens littéral du terme- et ça se voit. Olivia a toujours eu tout ce qu'elle voulait, pourrie gâtée et sûre de ce que sa beauté et son argent peuvent obtenir. Alors, pourquoi le cacher ?

Allure vestimentaire : Elle ne porte que des vêtements de luxe, ne supportant pas ce qui n'est pas entièrement cousu main et/ou sur-mesure (et n'essayez pas de l'arnaquer, elle a presque un sixième sens pour ce qui est de reconnaître la valeur d'un tissu ou la qualité d'une couture). Elle privilégiera tout ce qui mettra son teint olivâtre et son allure en valeur, optant généralement pour de longues robes de créateur dans des tons clairs mais vifs (corail, turquoise, vert, doré...), sans être criards. Elle ne met que très peu de pantalons -qu'elle estime être d'abord un vêtement masculin- mais apprécie le loisir d'un jean et d'un débardeur de temps en temps, même s'il est rare qu'elle laisse ses épaules découvertes, Église oblige. Elle accorde donc quasiment toutes ses tenues d'un cardigan ou d'un châle approprié, dans le tissu onéreux qui convient à une femme de son standing.

Particularités éventuelles : Olivia est une femme richissime, qui le sait et qui s'assume, tout en trouvant le moyen d'être une femme adorable avec tous -enfin, tant que vous êtes Norme ou que vous le paraissez. Et parfois, certaines personnes peuvent trouver ça particulièrement agaçant.


Psychologie


Défauts : Olivia est parfaite, si vous l'écoutez. Entendons-nous bien, elle a des défauts, comme le commun des mortels, mais si vous la laissez en dresser la liste, elle ne vous citera que des qualités. Ainsi, elle n'est pas "têtue" ou "bornée" mais opiniâtre et sait défendre son point de vue. De même, sa propension au bavardage quasi-incessant -qu'elle partage avec son fils- n'est qu'un don inné pour la conversation. Son excentricité devient une touche d'exotisme, sa futilité et son côté superficiel un indéniable goût pour le beau, et son insouciance liée à sa naïveté chronique un "hymne à la jeunesse". Les seuls défauts qu'elle ne reformulera pas sont son énorme intolérance face aux Outres -créatures du Malin- et son statut maintes fois prouvé de "Maman Poule". Mais là encore, c'est parce qu'elle estime qu'il ne s'agit pas de défauts à proprement parler.

Qualités : Avant toute chose, Olivia est une femme -et une mère- aimante et passionnée. Il est très rare qu'elle n'aille pas au bout de ce qu'elle entreprend, qu'il s'agisse de se mettre au yoga ou de divorcer d'un mari abusant son fils. Elle est cultivée et tient à ses racines, tant et si bien qu'elle aurait fortement songé à retourner au Mexique, s'il n'y avait pas eu Esteban et Sergio. C'est une personne généreuse et entière, qui a beaucoup de mal à mentir à ceux qu'elle aime -ce qui ne veut pas dire qu'elle ne l'a jamais fait. Elle ne supporte pas la maltraitance envers les animaux et réagit assez mal à la violence. Elle parvient parfois à en comprendre la nécessité, mais préfère mille fois l'usage des mots, pour lequel elle est plutôt douée.

Croyances : Olivia est pleine de 'bonnes' valeurs, qu'elle a transmises à son fils. Par exemple, elle croit en la famille et en l'amour que l'on se doit de porter à ceux à qui vous avez/qui vous ont donné la vie. ...Oui, mauvais exemple. Oh, je sais ! Olivia croit en la charité chrétienne, et au fait qu'il faille aider son prochain. Sauf lorsqu'il s'agit d'une Outre. Dans ce cas, son prochain peut aller (ou plutôt retourner) au Diable. …Ouais, oubliez ce que je viens de dire. Non, honnêtement, ce n'est pas vraiment de sa faute, tout ça... Mais bon, c'est arrivé tout de même.

Religion : Catholique. Olivia est une fervente pratiquante. Elle va régulièrement à la messe, se fait une joie de participer à tous les événements que l'église du coin peut organiser et ne loupera jamais une occasion de discuter avec le prêtre ou la bonne sœur qu'elle croise. Une vraie Brie Van-de-Kamp, les capacités culinaires en moins.

Goûts : Olivia adore les chiens. Elle n'en a pas (trop de contraintes et puis, imaginez qu'il lui saute dessus et tâche sa robe ?! Hors de question) mais sait reconnaître chaque race avec une précision affolante. Son côté latin lui a donné le goût de la danse et des plats épicés : elle ne mange rien qui ne contienne de jalapeños et s'amuse beaucoup à renvoyer en cuisine des plats qui ne seraient pas à son goût. C'est également une très bonne cavalière, et elle apprécie une belle randonnée équestre de temps en temps. Elle a bien tenté de partager cette passion avec son fils, mais Esteban n'a jamais été très rassuré face à ces bêtes... Et, plusieurs chutes plus tard, Olivia a préféré qu'il ne monte à cheval que lorsqu'il incarne un cavalier dans l'un de ses innombrables jeux vidéos... et Esteban était bien d'accord avec elle, développant une étrange phobie équine...

Talents, savoirs notables : Au-delà de son don pour la mode et la bienséance -question d'éducation- Olivia possède un bon sens des affaires, ayant été élevée dans une famille de businessman. Elle ne s'en est cependant jamais vraiment servi, sauf lorsqu'elle a monté son association. Aussi, comme tout Luz-Descalzo qui se respecte, même les pièces rapportées (après tout, on n'optimise pas une Mercedes en la couplant avec une Ford), elle est douée pour prendre la parole en public et a des qualités de leadership certaines, bien qu'elle n'ait absolument aucun intérêt pour la politique, qu'elle considère d'ailleurs comme un monde d'hommes où elle était plus que ravie de laisser traîner son mari.
En bonne mexicaine, elle a longtemps pratiqué l'Escaramuza, épreuve de Charrería, sport national mexicain consistant (pour les femmes) à faire des figures à cheval. Et évidemment, très attachée à ses racines, elle parle couramment anglais et espagnol et a d'ailleurs tenu à ce que Esteban soit également bilingue.

(+) Espoirs, buts, rêves : Comme la plupart des mères (et surtout celles qui, comme Olivia, sont particulièrement étouffantes), ses espoirs et rêves reposent sur sa progéniture. Pour sa défense, elle n'a longtemps vécu que pour son fils -avec plaisir, son expérience de mère est très certainement la meilleure de sa courte vie- et il est donc normal que ce qu'elle souhaite soit avant tout le bien-être de son fils adoré. Idéalement, elle rêve de le voir marié à une jolie fille, gentille et bien éduquée qui saura l'aimer et lui donner tout ce que son petit Esteban mérite. Et, après tout ce qu'il s'est passé, elle espère que son fils pourra vivre une vie tranquille, sereine, et aussi longue que possible... Ironiquement, ce dernier vœu sera peut-être le plus facile à réaliser.

(-) Angoisses, regrets, phobies : Elle regrette plus que tout au monde de n'avoir pas vu plus tôt le manège de son mari et la façon dont il abusait Esteban. Elle s'est sentie trahie au-delà des mots en apprenant ce qu'il s'était passé. A la fois par son mari, pour des raisons évidentes, mais aussi par son fils, pour ne pas lui avoir fait confiance, bien qu'elle soit consciente qu'il ait essayé de la protéger. Sauf que ce n'est pas le rôle des enfants, de protéger leurs parents, mais l'inverse. Par conséquent, Olivia est terrifiée que quoi que ce soit arrive à son fils, ce qui explique son côté Mère-poule étouffante.

Si on vous parle des Outres, vous réagissez comment ? Ça dépend comment on lui en parle... Si on lui dit qu'il s'agit de créatures du Malin et qu'il faut s'en éloigner le plus possible, elle sera d'accord. Si on en parle sur un autre ton... elle risque de ne faire que semblant de vous écouter, avant de triturer sa croix en marmonnant une prière pour vous délivrer du Diable qui doit infiltrer vos pensées.

Et votre sentiment vis à vis des Normes ? Des gens bien. Enfin, surtout ceux qui ont les moyens et qui savent s'habiller. Et ceux qui aiment les chiens. Et les animaux en général. Mais pas ceux qui aiment les Outres. Ceux-là sont possédés par l'esprit du Mal.

Êtes-vous satisfait de votre existence ? Son existence est tout ce qu'il y a de plus satisfaisante... s'il n'y avait pas ce léger problème de procès et de divorce, certes. Rien qu'un bon avocat ne puisse régler ceci étant, et elle est certaine d'avoir engagé le meilleur en la matière.

Possibles évolutions ou objectifs futurs : Divorcer, regarder son fils chéri gagner son procès contre l'ignoble Darian et vivre heureuse pour le reste de sa vie entourée de la ribambelle de petits-enfants qu'Esteban se fera un plaisir de lui donner...
Oui, comprenez donc que toute sa vie va être méchamment chamboulée lorsqu'elle va apprendre ce qui arrive à son fils... Elle va expérimenter une crise de la quarantaine très particulière...

Particularités éventuelles : N/A


Relations Sociales


Relations particulières notables :

  • Esteban Luz-Descalzo, son fils, sa merveille, son monde. Ils ont une relation quasi-fusionnelle, et elle reste fière comme un paon de chacun de ses agissements. Un peu déçue qu'il ait choisi l'Université publique, mais elle s'en est accommodée.
  • Darian Luz-Descalzo, son mari, duquel elle est en train de divorcer. Comme tout mariage plus ou moins arrangé, on était plus près de l'attirance que de l'amour véritable avec eux. Olivia aurait pu continuer à sauver les apparences si elle n'avait pas appris pour les sévices qu'avait subis Esteban. Hors de question de rester avec un homme pareil, elle lui voue à présent une haine farouche, ne pensant pas un instant à remettre les paroles de son bébé en doute, comme peuvent le faire certains membres de la famille.
  • Sergio Luz-Descalzo, frère cadet du précédent, sénateur et son logeur. Elle a trouvé refuge chez lui après la tempête médiatique déclenchée par Esteban. Personne ne sait vraiment ce qu'il se passe entre ces deux-là, bien qu'on leur prête un intérêt romantique qui ne date pas d'hier...
  • Juan, Cassandra et Christian Luz-Descalzo, respectivement ses beaux-frère, sœur et neveu, Olivia s'était toujours bien entendue avec eux, plus encore lorsqu'ils acceptèrent d'héberger Esteban quand ce dernier intégra le prestigieux (et hors de prix) lycée privé de Bâton-Rouge. Toutes ces révélations ont cependant dramatiquement refroidi l'ambiance entre Olivia et la belle-famille, plus encore quand elle apprit qu'ils avaient convaincu Esteban de se taire des années plus tôt. Elle considère néanmoins que Christian n'était qu'un gamin à l'époque et qu'il a tenté de faire ce qu'il fallait, elle lui garde donc moins rancune qu'aux deux autres.
  • Karl Ziegler, qu'elle ne connaît pas vraiment. Disons qu'elle ne l'a jamais rencontré, mais qu'Esteban lui en a assez parlé pour qu'elle se fasse son impression du jeune homme. Et autant dire qu'il ne lui a pas beaucoup plu, surtout cette histoire d'homosexualité... Mais, pour le moment, elle a pris la décision de ne pas condamner les fréquentations de son fils.



Antécédents :


Quelque chose à dire sur votre Famille ?

Rois du pétrole depuis des décennies, les Selva Moreno sont l'une des familles les plus riches du Mexique. Javier, son père, était un homme aimant mais pris par le travail et donc peu présent dans le domaine familial. Olivia fut donc élevée par sa mère, Alejandra et eut droit à tous les caprices et l'attention d'une fille unique jusqu'en 2015 où, alors âgée de 7 ans, elle eut le déplaisir d'avoir une petite sœur, Luisa. L'adaptation fut rude, mais Olivia apprit à apprécier la présence de Luisa à sa juste valeur, et à s'occuper d'elle comme de l'une de ses poupées de porcelaine, malgré le fait qu'elle doive à présent partager l'attention de ses parents avec une autre. Maintenant, ce sont les meilleures amies du monde, et Luisa est très certainement la raison principale pour laquelle Olivia reste si jeune dans sa tête.

Événements de votre passé qu'il convient de connaître :
Olivia est née et à vécu au Mexique, dans l'état de Veracruz, connu pour ses tremblements de terre, son tourisme et ses richesses pétrolières. Sa vie était celle d'une petite fille de riche à qui tout sourit. Elle n'avait pas des tonnes d'amis, mais elle avait assez d'imagination pour régler ce problème. Et la solitude ne la dérangeait pas. Ce qu'elle attendait avec impatience, c'était les vacances d'été, quand elle retrouvait ses vrais amis.
Car oui, tous les étés, les Selva Moreno accueillaient leurs plus grands partenaires à l'étranger, j'ai nommé les Luz-Descalzo. La tradition remontait au moins aussi loin que l'enfance de Javier, et tous attendaient le moment où la petite Olivia marierait l'un des frères Luz-Descalzo, prolongeant la longue tradition d'entente à base de mariage arrangé entre les deux familles. Mais à l'époque, tout ça passait bien au-dessus de la tête de la fillette, qui courait à vive allure en riant dans les couloirs pour ne pas se faire attraper par Juan, jouait à cache-cache avec Sergio et s'amusait à faire répéter à Darian des mots d'espagnol qui lui valaient parfois de se faire réprimander. Aussi « fille » qu'il est possible de l'être, Olivia était pourtant plus proche des garçons Luz-Descalzo que de n'importe qui (du moins jusqu'à la naissance de Luisa). Bien sûr, il lui arrivait aussi de se disputer avec eux, mais la plupart du temps, ils étaient comme les doigts de la main !

Évidemment, plus les années -et les étés- passaient, plus elle se rapprochait d'un Luz-Descalzo différent. Au départ, c'était le doux et amusant Sergio, d'à peu près son âge, avec qui elle faisait les 400 coups. Puis elle grandit, et devint plus mature, plus vite que le dernier-né, car les femmes mûrissent plus vite que les hommes, c'est un constat établi. Alors, au début de son adolescence, c'est de Juan dont elle se rapprocha, avec qui elle pouvait discuter de tout et de rien dans un anglais qu'elle commençait à maîtriser presque aussi bien que le natif. Et enfin, alors qu'elle approchait de la majorité, c'est le beau et mystérieux Darian qui lui fit de l'oeil. C'est un truc de fille, de s'amouracher d'un mec de dix ans son aîné, et c'est exactement ce que fit Olivia, dans toute sa candeur et sa naïveté connue de tous.
Et c'est ainsi qu'un peu plus tard, elle devint Madame Darian Luz-Descalzo et qu'elle quitta son pays pour venir s'installer aux États-Unis, plus précisément à Little Rock, Arkansas, dans une immense propriété qui n'avait rien à envier à celle de ses parents. Parents qui lui manquaient beaucoup -ainsi que sa petite soeur- mais elle avait sa seconde famille avec elle. Darian étant très pris par sa carrière, Olivia passait beaucoup de temps avec Juan -et sa toute jeune famille formée par Cassandra et le nouveau-né Christian- et Sergio, dont elle était toujours près proche. Sans être malheureuse, il lui arrivait parfois de regretter ses décisions et de se demander si elle avait vraiment fait le bon choix...

Et puis un jour, elle eut sa famille à elle. La naissance d'Esteban la réconcilia définitivement avec la vie à l'américaine qu'elle tentait de vivre. Elle se reconstruisit autour de son fils, sans jamais se plaindre des absences de Darian, toujours plus nombreuses que ses actes de présence. Elle avait vécu sa propre enfance ainsi et elle n'y avait jamais vu le moindre inconvénient. Esteban devint le centre de son monde et il n'y avait rien de trop beau ou onéreux pour son fils, à qui elle tenait comme à la prunelle de ses yeux. Elle lui apprit tout ce qu'elle put, et fut notamment intransigeante sur le développement de la double-culture d'Esteban, ne lui parlant qu'en espagnol -il y avait bien d'autres adultes dans l'immense propriété pour lui parler en anglais- lui racontant les mythes et légendes de son pays d'origine et l'emmenant régulièrement en vacances chez ses parents, qui étaient toujours ravis de voir leur unique petit-fils. L'autre sujet qu'elle ne négligeait sous aucun prétexte était la Religion (catholique, bien entendu). A vrai dire, Esteban avait très certainement été capable de réciter l'Ave Maria dans ses deux langues avant de prononcer correctement le prénom de son père !

Les choses changèrent lorsque Darian obtint une place à la Chambre des Représentants. Ses affaires lui prenaient moins de temps et il diminua son champ d'action, se faisant plus présent à la maison. Dans le même temps, Esteban entra à l'école primaire, laissant à sa mère beaucoup plus de temps libre qu'elle en avait l'habitude. Sergio et Juan n'habitaient plus tout près, et il était temps qu'elle se trouve une autre occupation. C'est à cette époque qu'elle eut la lubie de rejoindre une association de défense des animaux. Grâce à ses qualités intrinsèques de leader et son don pour la parlotte, elle monta rapidement les échelons -sans vraiment le vouloir- pour passer de simple membre à présidente de l'association et elle fut de plus en plus occupée. Tellement qu'elle ne réalisa pas l'étendue de l'immoralité qui avait lieu sous son propre toit. Elle prenait les désirs de vacances d'Esteban pour une envie de connaître ses oncle et tante et de passer plus de temps avec son cousin, ce qu'elle ne pouvait qu'encourager, bien qu'elle précisa à Juan et Cassandra qu'elle voulait garder son fils hors de certains de leurs activités (dont elle connaissait évidemment la teneur, mais qu'elle n'avait jamais expérimenté d'elle-même).
Par contre, elle vécut beaucoup moins bien le fait qu'Esteban veuille suivre ses études au lycée privé de Bâton-Rouge. Elle comprenait le côté prestigieux de la chose et pouvait entrevoir les raisons d'Esteban pour vouloir un tel établissement dans son curriculum, mais l'idée de le savoir aussi loin de lui pendant trois ans ne lui plaisait guère. Mais comme son mari ne disait rien (comme toujours quand il s'agissait de l'éducation de son fils) et qu'Esteban semblait vraiment y tenir, elle céda, bien que légèrement à contrecœur. Elle en profita pour se plonger plus encore dans les besoins de son association, et finit même par ouvrir un chenil provisoire dans un coin de l'immense parc de la propriété. Darian -maintenant Gouverneur de l'Arkansas- lui passait toutes ces caprices, et quand bien même aurait-il essayé de l'en empêcher qu'il n'aurait pas eu le choix : il connaissait bien trop le caractère de sa femme et combien elle pouvait être bornée lorsqu'elle avait décidé quelque chose. Et puis, il avait d'autres chats à fouetter.

Olivia était en contact (très) régulier avec son fils. Suivant les événements, ils pouvaient même s'appeler plusieurs fois par jour, et elle connaissait donc les moindres détails de sa vie à Bâton-Rouge comme si elle y était. Elle fit donc la « connaissance » de Karl, entendit parler de ses inclinations et des propositions qu'il avait fait à son fils. Elle ne dit rien, mais ne fut pas moins soulagée d'apprendre qu'Esteban avait éconduit son jeune prétendant, bien qu'ils restèrent très amis. Tellement qu'Esteban alla jusqu'à vouloir le suivre à l'Université. Publique. A la Nouvelle-Orléans. C'était bien trop de mauvaises nouvelles pour qu'elle reste sans rien dire, cette fois. Elle tenta de persuader son fils de changer d'avis, mais Esteban était inflexible -il avait hérité de l’opiniâtreté de sa mère, sans aucun doute. Sur le coup, elle ne comprit pas. Et puis tout lui tomba sur la tête au lendemain du dix-huitième anniversaire de son rejeton.
Olivia ne songea pas un instant à remettre en doute la parole d'Esteban. C'était la sienne contre celle de Darian, oui, mais elle avait élevé ce garçon, et elle le connaissait mieux qu'elle-même. Du moins c'était ce qu'elle avait cru jusqu'à présent, mais son monde s'écroulait sous ses yeux et la tempête médiatique qui emportait sa famille s'en donnait à cœur joie.

Elle demanda aussitôt le divorce, et il ne fallut pas longtemps pour qu'on lui offre l'asile. Elle aurait pu aller n'importe où (chez des amis, des membres de l'association, même chez sa sœur au Mexique pour quelques temps) mais son choix se porta sur l'invitation de celui auquel on se serait le moins attendu : Sergio Luz-Descalzo, troisième enfant de la prestigieuse famille et celui qui ne s'entendait plus avec ses frères depuis environ vingt ans. Raison pratique (puisque Sergio était à la Nouvelle-Orléans, tout comme Esteban), envie d'ennuyer le plus possible son (futur)ex-mari, ou quelque chose d'autre encore ? Connaissant Olivia, il s'agissait sûrement d'un savant mélange de tout cela...

Quelques détails à savoir sur votre arrivée à la Nouvelle Orléans ? Vous y êtes natif ? Après que l'immense médiatisation du procès à venir eut fini de détruire ce qu'il restait de leur vie de famille, Olivia accepta l'invitation de son (futur)ex-beau-frère Sergio et s'installa chez lui, principalement pour se rapprocher de son fiston (selon ses dires). Est-ce là la seule et unique raison ? Le monde entier en doute, mais ne comptez pas sur elle pour vous donner de plus amples détails...


- Bas les Masques -


Derrière l'écran, vous êtes : Un chat. What a Face
Vous serez souvent là avec nous ? Autant que faire se peut !
Comment avez-vous connu Voodoo Child ? En m'y inscrivant sous la pression de deux grands fous.
Avez-vous déjà un double/multi compte ? Yep. *demi-sourire malicieux sous un Borsalino*
Avez-vous des suggestions, des questions, des compliments ou des tomates à nous jeter à la figure ? Rien de plus que la dernière fois ! =D

Vous attestez avoir lu le règlement, et vous engagez à l'appliquer à-la-lettre ? (La main sur le coeur et dites « je le jure » u.u !) :  Oui oui oui ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3680-olivia-luz-descalzo
Arn Bullet
Namir-ra
avatar

Namir-ra


Identification
Emploi: Véto, Namir-ra, gérante Stray Meta
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
17/30  (17/30)

MessageSujet: Re: Olivia Luz-Descalzo   Mer 30 Avr - 18:36

Mais c'est une invasion ! :o
Tu es validée vilaine et comme tu connais la musique, je ne te donnerai aucun indice sur ce que tu dois faire avant de commencer le rp ! Razz
_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1256-arn-bullet#17401
Olivia Luz-Descalzo
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Présidente d'une association de protection des animaux
Age apparent: 43 (ou moins)
Dangerosité:
12/30  (12/30)

MessageSujet: Re: Olivia Luz-Descalzo   Mer 30 Avr - 18:54

... Un peu. Le but ultime des Luz-Descalzo, c'est la domination du monde, en fait. What a Face

Merciiiiii ! Je m'y mets tout de suite ! Very Happy
_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3680-olivia-luz-descalzo
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Olivia Luz-Descalzo   

Revenir en haut Aller en bas
 

Olivia Luz-Descalzo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ DISTRIBUTION ¤ :: ║Registre║ :: Le recensement :: Questionnaires validés :: Normes-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit