AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Seras-tu là ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Matthew Williams
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Seras-tu là ?   Lun 14 Avr - 16:57

La soirée au Mentis avait été longue, trop longue peut-être. Certains en avaient juste profiter pour se retrouver, discuter de choses et d’autres, mais, bien entendu, le sujet sur toutes les lèvres avait un nom : Matthew. Peu le connaissaient vraiment, à vrai dire, il n’avait jamais fait de vagues, ne s’était jamais montré plus que de nécessaire. Certains l’avaient peut-être vu en compagnie d’Arn, la Namir-Ra, mais personne ne devait savoir le lien qui les unissait réellement. Il fallait dire que, de toute façon, ce n’était pas réellement leurs affaires. Dans l’assemblée, le professeur avait reconnu quelques étudiants qu’il avait déjà pu croiser sur le Campus, d’une façon ou d’une autre, mais s’était bien gardé de les approcher de lui-même. Il avait fait en sorte de ne pas révéler son identité lors de sa postulation et comptait bien faire en sorte que cela continue ainsi. S’il n’avait pas trop peur de perdre son emploi, c’était principalement le ressenti de ses étudiants et la façon dont le regarderait qui le dérangerait le plus. Plusieurs personnes étaient venues le voir, lui poser des questions sur ses origines, son passé, ses activités présentes… Peut-être se demandaient-elles pourquoi il avait été choisi par les Munins et cherchaient des réponses dans les siennes. Hélas, lui-même n’en avait aucune idée et ne pourrait certainement pas beaucoup les aider. Passée l’émotion de la nomination, il avait retrouvé une certaine normalité, même si, bien entendu, rien ne l’était plus vraiment. Il pouvait sentir, en quelque sorte, qu’on lui vouait une certaine déférence et, s’il s’en serait bien passé, il ne savait pas vraiment s’il pouvait le faire. Il ne savait pas grand-chose, hormis qu’une grande responsabilité était désormais sur ses épaules et qu’il ne tenait qu’à lui d’en être digne. Mais comment l’être lorsque l’on n’a aucune idée de ce que l’on doit faire ?

Après quelques heures, il parvint enfin à quitter le Mentis. D’autres Métamorphes avaient décidés de rester. Peut-être passeraient-ils la nuit ici, peut-être pas. Matthew avait besoin de prendre l’air car aussi grande était la salle où il venait d’être « couronné » roi, il se sentait à l’étroit, opprimé. Il passa par la cascade, longeant le mur pour ne pas être trop mouillé et contempla la voûte céleste. Les réponses se trouvaient-elles avec les étoiles ? Il en doutait. Et même si ces dernières contenaient ce qu’il cherchait, comment auraient-elles pu le guider ? Il soupira face à sa propre crédulité et posa son regard sur l’horizon. La Nouvelle-Orléans brillait au milieu du Bayou, joyau resplendissant, bien qu’elle renfermait surement bien des horreurs. Son regard se déporta sur le côté et se posa vers une zone plus sombre, moins habitée et s’arrêta net dans une direction. Arn. Il contemplait, sans la voir, sa maison qui reposait au milieu de la réserve, loin de tout. Pourquoi était-elle partie ? Il n’en savait rien, pourtant, tandis qu’il regardait toujours vers chez elle, il sentit ce besoin de la voir. Il avait besoin d’elle, plus que jamais, en cet instant. Peut-être était-ce égoïste de penser cela, alors même qu’elle devait peut-être vouloir se reposer, mais elle seule était en mesure de le guider, de lui expliquer, peut-être, en quoi consistait son rôle, et peut-être même pourquoi les Munins l’avaient choisi, lui, parmi tous les autres. Après tout, elle était celle qui pouvait les comprendre non ? Tout cela lui avait toujours été obscur, mais, cela ne l’avait pas dérangé. Grâce à eux, elle l’avait sauvé d’une mort certaine et, en quelque sorte, c’était grâce à eux qu’il l’avait rencontré, elle.

En silence, il quitta sa position et marcha tout droit vers là où il regardait. Il aurait pu aller plus vite en se transformant mais il avait besoin d’un peu de temps, de faire le vide, d’essayer de faire silence en lui pour comprendre, essayer de deviner les intentions des Munins. Qu’avait-il de spécial ? Probablement rien et pourtant, il fallait peut-être penser le contraire. Plusieurs dizaines de minutes plus tard, il aperçut enfin la demeure de la panthère qui perçait l’ombre de la nuit à la lueur de la lune. Il hésita quelques instants et, voyant la lumière qui filtrait par une fenêtre se rassura un peu et s’avança jusqu’à la porte. Cela lui rappelait quelques souvenirs mais il préféra ne pas y penser. Ce n’était pas tant pour des raisons personnelles qu’il se trouvait là ce soir, même si, au fond, il espérait qu’elle l’accueille en tant qu’ami et non pleinement en tant que Sachem. L’idée que cette nomination puisse agrandir à nouveau la distance qui les séparait lui fit mal au cœur, mais il préféra ne pas y songer. Après une grande inspiration, il frappa quelques coups à la porte. Il se doutait qu’elle devinerait qui viendrait la déranger en pleine nuit. Il espérait aussi qu’elle comprendrait, mais, à vrai dire, cela faisait longtemps qu’il n’était plus sur de pouvoir décrypter le regard de la jeune femme. Il avait su le faire un temps, mais ce temps était révolu, même s’il espérait ardemment pouvoir y parvenir un jour à nouveau. Le silence reprit ses droits rapidement après les quelques bruits sourds contre le bois de la porte. Quelques sons s’échappaient des buissons, mais rien d’effrayant, surtout pas pour quelqu’un qui était habitué à dormir à la belle étoile… Toutefois, il espérait qu’Arn lui ouvrirait sa porte une nouvelle fois.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
Arn Bullet
Namir-ra
avatar

Namir-ra


Identification
Emploi: Véto, Namir-ra, gérante Stray Meta
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
17/30  (17/30)

MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Mar 29 Avr - 15:15

Matthew... Sachem... Arn n’avait plus que ces mots à l’esprit. Elle était rentrée chez elle directement après la cérémonie, sans aucune conscience du temps que lui avait prit le chemin du retour. Son esprit était ailleurs et la Namir-ra n’avait plus aucun souvenir de son trajet depuis son passage de l’autre côté de la cascade qui dissimulait l’entrée du Mentis. Elle était épuisée mais surtout bouleversée par l’issue de la cérémonie plus que par l’utilisation importante des munins.

Cette nouvelle remettait en question toutes ses pensées, tout ce qu’elle avait mis en place dans son esprit après le pas en arrière de Matthew. Elle avait, pendant des mois, maintenu fermée sa porte au jaguar, refusant de le laisser pénétrer dans son cercle intime après ce qu’il lui avait fait, lui collant de manière définitive l’étiquette du lâche, de celui qui l’abandonnerait quoi qu’il advienne. Et voilà que maintenant, les munins, les grands esprits des Sachems d’antan ainsi que ceux des métamorphes décédés, voyaient en lui un roi, un guide infaillible.

Sa panthère l’avait aidé à combattre la nausée le temps de se préparer un repas et de reprendre des forces. Mais maintenant, dans sa salle de bain embuée, Arn observait les dégâts de la nouvelle sur sa tranquillité d’esprit, elle avait les pupilles dilatées et son coeur ne cessait de tambouriner trop vite dans sa poitrine. Un état de choc que même la douche chaude n’était pas parvenue à calmer. Les questions, toujours les mêmes, tournaient dans sa tête. «Pourquoi lui ? Comment avez-vous pu voir en lui un Sachem ? Il va les abandonner eux aussi, il ne peut pas être roi d’une communauté dont il ne fait pas partie.»

Ne se sentant pas assez calme pour trouver le sommeil, la métamorphe enfila une robe de chambre et se mit à faire les cents pas dans la maison. Faisant les questions et les réponses, étant tour à tour désemparée puis énervée, la saison entamée la rendant plus impatiente encore et lui faisant perdre ses moyens. Arn ne savait plus quoi penser. Elle se voyait déjà apprendre que Matthew avait quitté la ville après cette cérémonie pour que cinq minutes plus tard, elle imagine avec joie sa décision de rester à la Nouvelle Orléans et quand bien même... il ne serait jamais trop tard pour revenir sur sa décision. Le doute était revenu avec la délicatesse d’un éléphant dans un magasin de porcelaines.

Des coups répétés viennent aux oreilles de la panthère, probablement Matthew... Elle ajusta sa robe de chambre avant d’ouvrir la porte au jaguar. Elle le laissa entrer puis referma derrière lui, avant de se tourner vers son inviter. «Sachem» lui dit-elle froidement pour le saluer. « Je pensais que tu aurais déjà fait tes valises à cette heure.»

Elle regretta aussitôt ces mots, lorsqu’elle lut dans le regard du jaguar que cette situation le troublait autant qu’elle. Il n’avait rien demandé lui non plus...

«Excuse moi... Je suis un peu sur les nerfs ce soir. Assied toi, si tu veux.»

Voir Matthew seul à seule, n’était probablement pas l’idée la plus brillante qu’ils pouvaient avoir à cette période de l’année et surtout après la soirée qu’ils venaient de passer, mais en évitant de trop s’observer et en ne s’approchant pas trop, ils avaient encore une chance de se comporter comme des humains maîtres d’eux-même.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1256-arn-bullet#17401
Matthew Williams
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Lun 5 Mai - 15:37

S’il avait su tout ce que cette nomination avait pu causer comme chamboulement dans l’esprit de la Namir-Ra, Matthew ne se serait surement pas déplacé jusque chez elle en quête de soutien. Il ne l’aurait probablement pas fait non plus s’il avait eu la moindre idée de ce qu’elle pensait de lui en cet instant. Elle était pourtant l’une des rares personnes dans la ville à le connaître et c’était la seule personne vers qui il pouvait se tourner sans crainte d’être trop jugé, et, pourtant, il ne savait pas dans quelle gueule il se jetait… Patient, il resta immobile dans la nuit, prenant le temps d’observer le ciel étoilé, se demandant, comme parfois, s’il y avait véritablement quelque chose qui les regardait de là-haut. Qu’il s’agisse d’extraterrestres, ou d’une puissance supérieure… Il croyait déjà aux Munins, il les avait déjà vu plusieurs fois à l’œuvre et, ce soir, ils avaient décidés de faire de lui un guide, pour tous les Métamorphes de la Nouvelle-Orléans. Cette blague… Lui ? Qu’avaient-ils bien pu lire en lui pour prendre cette décision ? C’était bien ce qu’il espérait savoir en venant voir la seule qui pouvait les comprendre, la seule, en réalité, qui avait un réel contact avec eux en dehors de ces cérémonies où ils se montraient à tous et toutes. Néanmoins le choix était fait et, comme il avait pu le dire, il l’assumerait. Il ne savait pas encore comment mais il le ferait, c’était une certitude qui s’était imposée à lui alors qu’il faisait face à tous ses pairs qui attendaient surement beaucoup de lui. Pourtant, il n’avait aucune idée de ce qu’il devait ou pouvait faire. Quels étaient les problèmes de la communauté, comment les régler ? Certains lui avaient fait par de leurs ressentis mais comment savoir à quelle échelle cela avait lieu ?

Il n’eut pas réellement le temps de penser plus que de raison car la porte s’ouvrit et dévoila la jeune femme en robe de chambre. L’espace d’un instant il se dit qu’il avait surement du la réveiller alors qu’elle tentait de se reposer et faillit bredouiller quelques excuses mais le regard qu’elle posa sur lui le refroidit immédiatement. Même si elle le fit entrer, ce qui le surpris, il avait l’impression qu’elle lui reprochait quelque chose. Avait-il fait un truc de travers ? Peut-être aurait-elle voulu qu’il la rattrape alors qu’elle s’était éclipsée du Mentis. L’idée lui semblait loufoque mais alors qu’elle le saluait, froidement, il ne savait plus vraiment où se mettre. Il avait espéré qu’elle puisse être l’épaule dont il avait besoin ce soir, pour au moins lui permettre de comprendre ce dans quoi il venait d’être plongé et voilà que cet espoir s’envolait presque immédiatement. Sa remarque finit de le doucher et il ne sut pas vraiment quoi y répondre. Dans un certain sens, il comprenait maintenant pourquoi elle le regardait ainsi, et elle n’avait peut-être pas tort, mais les choses avaient changées depuis la dernière fois et si elle avait toujours dans la gorge ce qu’il lui avait fait – et elle avait peut-être raison – pour Matthew, c’était une toute autre histoire qui s’écrivait chaque jour. S’il aurait pu faire ses valises pour fuir les responsabilités de Sachem, il y avait une raison pour laquelle il n’était simplement pas parti depuis des mois… Et elle se trouvait devant lui, distante comme jamais. Il hésita quelques instants, se demandant s’il aurait mieux fait de ne pas venir ce soir, mais il était là maintenant. Il allait répondre mais la panthère se ravisa et lui proposa de s’asseoir, ce qu’il fit sur l’un des fauteuils du salon, les coudes posés sur ses genoux, le visage dans ses mains.

« Pourquoi ? » Il avait parlé sans bouger, puis se redressa et posa son regard dans celui de la jeune femme. « Pourquoi moi, Arn ? » C’était une sorte de détresse dans sa voix. En réalité, il ne savait réellement pas quoi faire et espérait qu’en comprenant pourquoi il se retrouvait maintenant « roi des animaux », cela l’aiderait à savoir quoi faire. « Il y en avait tellement d’autres. Plus forts, plus charismatiques, plus connus… Pourquoi les Munins m’ont choisi moi ? Je suis maladroit, je ne suis personne… » Il aurait voulu en parler plus posément, ne pas s’effondrer ainsi, mais il ne le pouvait pas. Le poids qui venait de se poser sur ses épaules était trop important et, après l’avoir porté pendant plusieurs heures au Mentis Animalis, il ne pouvait plus jouer la comédie. Il était totalement perdu. « Je ne sais pas si je vais y arriver Arn… Je ne sais même pas ce que je suis sensé faire… » C’était probablement une scène proche du « pitoyable ». Il était beau le Sachem tiens ! Mais Matthew n’en avait rien à faire, il avait besoin de dire ce qu’il pensait au plus profond de lui, ce qu’il ressentait. Et s’il le Jaguar s’était senti fier, l’homme, lui, se sentait complètement désemparé. Il ne quitta pas le regard de la jeune femme. « Je n’arrive toujours pas à comprendre ce qu’ils ont vu en moi… Mais peuvent-ils seulement se tromper ? Ce sont des esprits, j’imagine que non… Pourtant il y avait tellement d’autres possibilités… » Le félin semblait se calmer un peu mais il semblait toujours perdu. Il faisait pâle figure, il le savait, mais face à Arn, il savait qu’il n’avait pas besoin de faux-semblants, du moins, il l’espérait car ses paroles le hantaient toujours…
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
Arn Bullet
Namir-ra
avatar

Namir-ra


Identification
Emploi: Véto, Namir-ra, gérante Stray Meta
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
17/30  (17/30)

MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Mar 6 Mai - 12:15

Elle vit la surprise et le désarroi emplir le regard du métamorphe et bien vite, elle regretta son comportement. Après tout, il n’était en rien responsable du choix qu’avaient fait les munins, peut-être même n’avait-il jamais désiré accéder à un tel pouvoir. Le Matthew qu’elle connaissait était un homme aux plaisirs simples, il ne cherchait pas à se mettre en avant d’une quelconque façon ou à obtenir plus de pouvoirs. Il restait silencieux alors qu’il s’installait sur un des fauteuils du salon de la panthère, il garda le visage caché dans ses mains, Arn l’observait et d’étudiait la courbure tendue de son dos. Lorsqu’il brisa le silence, sa voix était emplie d’une inquiétude que la jeune femme avait rarement entendu sortir de la bouche du jaguar. Elle eut envie de le rejoindre et de le rassurer.

Il redressa la tête et ses yeux si expressifs se plantèrent droit dans ceux la panthère. Elle mesura alors l’ampleur des événements et le voir ainsi, tout son corps empli d’une détresse aussi puissance, lui provoqua un pincement au coeur. La souffrance de Matthew lui faisait mal à elle aussi, le voir ainsi même si leur relation avait été plutôt étrange les mois passés, la dérangeait. La panthère rejoint le jaguar et s’installa sur le bras de son fauteuil, elle fut un instant tentée de le toucher, de le réconforter mais elle n’en fit rien. Sa panthère était trop proche de la surface, la saison battait son plein et l’humaine refusait de se laisser submerger. Cela n’était pas le moment, pas maintenant alors que l’un comme l’autre traversaient un nuage d’interrogations et de remises en question. Arn essayait de trouver la réponse aux questions que Matthew lui posait, mais sa proximité du métamorphe faisait réagir trop violemment sa panthère. Elle se laissa glisser du fauteuil et s’installa à même le sol, la tête posé sur l’accoudoir, ainsi elle restait proche du métamorphe sans le voir ou risquer de le toucher. Elle finit par briser le silence, peu certaine de ce qu’elle avançait.

Les munins ont sondé tous les métamorphes présents ce soir à la recherche du plus entier...Il semble...que l’entente que tu as avec ton totem ait joué en ta faveur.

Elle redressa la tête à son tour, scrutant le visage de son compagnon avant de poursuivre en continuant de l’observer.

Tu sais... les munins ne sont plus que l’esprit sauvage de ceux qui étaient là avant nous. Ils ne se préoccupent pas de savoir si tu es riche ou célèbre, ils te regardent sous toutes les coutures, ils entrent dans ton esprit pour savoir si tu es digne d’être Sachem. Tu n’es pas personne... Tu es un homme en harmonie avec son totem, tu es quelqu’un de droit, de juste et de fort.

A mesure que les mots sortaient de sa bouche, elle voyait elle aussi ce que les munins avaient décelé en lui. Elle le voyait si bien, qu’elle se demanda même si quelque part elle n’avait pas un peu influencé le choix des esprits... Sébastian et elle étaient également proches à l’époque... “Je... je pense qu’ils ont fait le bon choix et que... si tu décides de rester... pour eux ou pour les métamorphes qui se sont inclinés devant un inconnu ce soir... Tu pourrais être un bon Sachem.

Matthew était accablé et perdu et c’était à Arn d’être son appui ce soir là, en tant qu’amie, en tant que Namir-ra mais aussi en tant que petite amie. Matthew avait été là pour elle quand cela n’allait pas, du moins pour les éléments douloureux de sa vie qui n’étaient pas en rapport avec lui. Elle se redressa sur ses genoux et vint se placer en face du jaguar. Posant ses mains sur les genoux de Matthew, ses yeux ne quittant pas ceux du jaguar, elle lui offrait sa présence et son soutien. “Les métamorphes ne se sont pas entretués pendant tout le temps où nous n’avions pas de Sachem, mais ils avaient besoin d’un roi. D’une personne pour les guider, les représenter et les protéger. Ils avaient besoin de quelqu’un comme toi." Les choses semblaient énorme présentées ainsi, le pouvoir du Sachem apportait son lot de responsabilités, il fallait qu’il le sache tout comme il fallait également qu’il sache qu’il ne serait pas seul. “Je serais là pour t’aider. C’est aussi mon rôle, tout comme celui du Salinan, si tu décides d’en choisir un. Alice aussi sera là pour t’aider... Tu n’es pas seul Matthew.” La distance qui les séparait avait été oubliée et, même si Arn ne savait pas encore comment allaient évoluer les choses pour eux, elle faisait confiance au choix des munins. “Les munins ne se sont pas trompés à ton sujet, je peux te l’assurer. Excuse moi d’avoir mal réagit tout à l’heure.” La panthère avait laissé sa rancoeur de côté, elle avait enfin comprit que Matthew n’était pas mauvais et que sa crainte de le voir décevoir et abandonner les métamorphes était infondée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1256-arn-bullet#17401
Matthew Williams
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Mar 6 Mai - 14:08

Désespéré n’était peut-être pas le mot qui caractérisait le mieux le tout nouveau Sachem des Métamorphes de la Nouvelle-Orléans mais il était bel et bien perdu. Comment appréhender cette soudaine responsabilité alors même qu’il avait passé la majeure partie de son existence en solitaire, ou alors à vivre simplement et tranquillement. Certes il ne cherchait pas à vivre en ermite et nouait facilement le contact avec les gens mais il se serait très bien passé de cette « promotion ». Après tout, il ne courrait pas après le pouvoir, principalement parce qu’il n’en n’avait jamais eu besoin et peut-être parce qu’il était un peu convaincu que cela pouvait apporter beaucoup de bien d’en avoir. Ainsi, en plus de devoir se montrer à la hauteur des responsabilités qui venaient de lui échoir, devrait-il également résister à cette envie apparemment immanquable de chercher encore plus de pouvoir ? En avait-il seulement besoin ? Il ne parvenait à répondre à aucune de ces questions par lui-même. L’Homme, qu’il était, ne comprenait pas encore vraiment la situation et cherchait davantage à réaliser ce qui lui arrivait et, surtout, pourquoi. Le Jaguar, lui, ne se posait pas trop de question, il pouvait le sentir au fond de lui. Peut-être trouvait-il légitime de se retrouver à cette place mais quelque chose disait à Matthew qu’il s’agissait là que d’un sentiment purement animal, la reconnaissance d’une certaine domination qu’aucun animal n’aurait pu repousser. Peut-être ne réalisait-il pas tout ce que cela impliquait socialement, mais comment aurait-il pu ? Ce n’était pas réellement le propre de ces animaux de vivre en meute… Il était étrange pour le globetrotter de se sentir ainsi tiraillé entre la paix intérieure de son animal-totem et la tempête de sentiment qui étreignait sa facette humaine. Peut-être aurait-il du se transformer tout compte fait, cela lui aurait peut-être permis d’être plus serein.

Matthew observa la jeune femme s’approcher pour venir s’installer sur l’accoudoir. C’est à ce moment qu’il se rendit compte que quelque chose n’allait peut-être pas dans cette scène et c’est quand il sentit au fond de lui le réveil de son totem qu’il comprit. Il avait complètement oublié que l’heure était encore à la Saison des Amours et, qu’effectivement, il avait peut-être mal choisi son moment, fort heureusement, il était encore trop tourmenté par ce qui venait de lui arriver pour ne serait-ce qu’imaginer quoique ce soit allant dans ce sens. Qui plus est, avec Arn, même s’il ne pouvait pas nier qu’il la désirait, il ne voulait pas que les choses se passent ainsi. Il bataillait depuis plusieurs mois pour essayer de la convaincre, de lui offrir ce qu’il avait de meilleur en lui et ce qu’il ne voulait surtout pas, c’étaient qu’ils ne se livrent l’un à l’autre qu’à cause de ce que leurs totems pouvaient ressentir en cette période. Lorsque la vétérinaire choisit de se laisser glisser contre le bas du fauteuil, au sol, il se demanda un instant si elle n’avait pas pensé à la même chose. Le silence qui s’était instauré ne lui laissa présager rien de bon mais elle finit par le briser et comme un homme à la mer, il s’accrocha à la moindre de ses paroles. Que les Munins aient choisi un Métamorphe proche de son Totem ne l’étonnait pas, mais il n’était surement pas le seul à être en accord avec sa nature profonde, avec ce qu’il avait toujours été. N’est-ce pas ? Tous les Métamorphes de la Nouvelle-Orléans ne se rejetaient pas, ou alors quelque chose ne tournait pas rond. Il allait d’ailleurs le lui dire lorsqu’il croisa son regard alors qu’elle redressait la tête vers lui. Ce n’était plus celui qui l’avait accueilli, il semblait… plus doux.

Apprendre que les Munins sondaient avec profondeur une personne ne le rendait pas réellement à l’aise. Avaient-ils réellement tout vu ? Oui, il en était convaincu. Parce qu’il avait senti leur présence et la façon avec laquelle ils avaient pénétré son esprit, sa nature… Ils avaient tout vu, tout ce qu’il y avait à voir, à ressentir… Avaient-ils vu ce qu’il ressentait pour Arn ? L’idée lui fit froid dans le dos. Les paroles de la jeune femme lui rappelèrent le moment où tous s’étaient tournés vers lui, au Mentis, pour lui témoigner leur respect. Il s’était senti fort, mais il savait aussi que c’était son totem qui avait prit le dessus à ce moment-là. Il ne réalisait probablement pas ce qui lui tombait dessus. Il allait une nouvelle fois prendre la parole mais elle le devança. Il l’observa se mettre à genoux devant lui, posant ses mains sur ses genoux dans un geste affectueux. Son regard avait quelque chose de réconfortant, de doux. Au fur et à mesure qu’elle parlait, sa panique se diffusait quelque peu, mais restait toujours ancrée en lui. Tout ne pouvait pas disparaître aussi facilement. Le pardon qu’elle lui demanda lui semblait néanmoins superflu. « Je ne peux pas te blâmer d’avoir réagi ainsi Arn. » Il était inutile de rentrer dans les détails du pourquoi, ils le savaient tous les deux. « Je ne sais pas si je pourrais me montrer à la hauteur des responsabilités qui m’ont été données ce soir, mais… » Il prit une grande inspiration pour essayer de se calmer. « Je suis soulagé de savoir que je pourrais compter sur toi, tu ne peux pas savoir à quel point c’est important pour moi… Merci. Je ne suis pas certain que j’aurais pu parvenir à nager seul dans le grand bain… » Il essaya de sourire mais il n’y parvint pas autant qu’il l’espérait. Une question restait néanmoins en suspens et alors qu’il allait la poser il remarqua qu’il avait posé ses mains sur celles de la jeune femme. Surpris par son propre geste, il les retira pour les poser sur les accoudoirs, gêné. « Je… Euh… Tu as parlé du Salinan il y a quelques instants… Qui est-ce ? » L’heure n’était peut-être pas au cours général sur la hiérarchie métamorphe mais il n’avait rien de mieux à faire.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
Arn Bullet
Namir-ra
avatar

Namir-ra


Identification
Emploi: Véto, Namir-ra, gérante Stray Meta
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
17/30  (17/30)

MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Mar 6 Mai - 15:39

Il la laissait parler, le rassurer et tenter de lui être utile à quelque chose. Il ne lui en voulait même pas pour sa réaction désagréable, et Arn lui adressa un sourire reconnaissant. Elle savait pertinemment qu’à la place de Matthew elle aurait tourné les talons face à un tel accueil. La panthère était plus...brutale ou lunatique que son ami jaguar et probablement aussi un peu trop fière pour accepter de se faire recevoir ainsi alors qu’elle était en quête d’une aide. La pression avait diminué, mais Matthew n’était toujours pas calme. Elle le sentait encore inquiet par la chose, ce qui était tout à fait normal. Elle se souvenait encore du choc qui avait été le sien lorsqu’elle avait découvert son pouvoir sur les munins, il faut dire aussi que ces derniers l’avaient presque vidée de son énergie, et pire encore lorsqu’elle avait apprit les responsabilités qu’un tel pouvoir signifiait, s’ouvrir aux autres, se forcer d’abord, crier parfois lorsque les métamorphes avaient débarqué chez elle, de plus en plus nombreux. Elle savait que Matthew était un solitaire lui aussi, mais elle ne s’inquiétait pas pour lui. Il saurait réagir correctement et mieux encore, il n’aurait pas à héberger les métamorphes perdus.

Elle réalisa bientôt que les mains du Sachem s’étaient posées sur les siennes et en même temps sa bête fit un bon en avant dans sa tête, lui prêtant une envie qui n’était pas la sienne. Les défenses d’Arn avaient été bien entamée par la cérémonie des munins et elle ne se sentait pas capable de résister bien longtemps à l’ardeur de sa panthère. Les joues en feu, elle finit par retirer ses mains des genoux de Matthew pour venir les reposer sagement sur ses genoux à elle.  Il était peut-être un peu dangereux pour eux de se laisser aller aussi facilement l’un avec l’autre. Le jaguar semblait tout aussi gêné qu’elle puisqu’il avait également éloigné ses mains de la métamorphe pour les poser sur le fauteuil. Elle remit de l’ordre dans ses pensées et saisit la perche qu’il lui tendait. «Le salinan c’est...euh... c’est un peu comme un bras droit. Cette fois les munins n’ont rien à voir dans ce choix et c’est à toi de désigner la personne que tu juges assez sage et qui t’inspire suffisamment confiance pour pouvoir t’aider et te conseiller.» Un choix bien difficile à faire en somme, puisque même si les métamorphes de valeurs étaient nombreux dans leur communauté, tous ne nourrissaient pas forcément le désir de s’impliquer dans la géopolitique locale, surtout si cette dernière impliquait un affichage public de ses origines surnaturelles. Elle ne lui parla pas encore de ces détails, songeant qu’il était suffisamment malin pour en venir au même raisonnement. « Hey, t’en fait pas... tous les Sachems ne font pas forcément ce choix. Sebastian n’avait pas de Salinan par exemple et Antufa, la Sachem qui l'a précédé, a géré pendant plusieurs années après le départ de sa salinan.» Elle ne voulait pas lui mettre d’avantage la pression, il s’en mettait suffisamment comme cela.


Dernière édition par Arn Bullet le Mer 7 Mai - 18:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1256-arn-bullet#17401
Matthew Williams
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Mer 7 Mai - 15:50

Matthew était à la fois plus calme et plus excité, plus rassuré et en même temps plus craintif. Cette apparente impossibilité était en fait l’œuvre d’une seule et même personne : Arn. En réalité, il aurait du le savoir avant même de mettre les pieds ici mais il avait eu l’esprit ailleurs et, malheureusement, seule la nouvelle proximité entre le Jaguar et la Panthère avait réveillé cet instinct au plus profond de lui. La Saison des Amours. Cela était souvent vu comme un fantasme de la part des autres, pourtant, pour les Métamorphes, ce n’était pas vraiment une partie de plaisir, si l’on pouvait véritablement le dire. Par le passé, il était souvent perdu au milieu de la cambrousse lorsque venait cette saison, mais même là, il était difficile de renier son instinct et le Jaguar ne se privait pas pour s’imposer à lui. Dans cette période, rencontrer une femme était particulièrement suicidaire, surtout lorsque la partie humaine elle-même ressentait une attirance voire des sentiments pour elle. Il aurait du s’en souvenir avant de venir ici, même s’il cherchait un soutien et une aide qu’il avait trouvé en Arn, elle réveillait également au fond de lui un désir propre à son totem. Quelque chose lui disait que c’était également le cas pour elle, raison pour laquelle ils ne s’étaient pas laissés aller à trop de proximité. Hélas, il était un peu tard pour le professeur de géographie qui devait désormais lutter contre sa propre nature. Mais ce n’était pas le moment, ni le lieu, ni la personne… Le nouveau Sachem ne voulait pas qu’il se passe quelque chose entre la Namir-Ra et lui, du moins pas quelque chose qui ne soit dicté que par le simple instinct sauvage et irrépressible. S’il devait à nouveau avoir la chance d’approcher la panthère, il voulait que ce soit de sa propre volonté et non parce que leur nature les poussait à satisfaire un besoin purement animal.

Il ferma les yeux, oubliant quelques instants cette nouvelle responsabilité qui l’avait tant désorienté et qui, en cet instant, devenait secondaire. Il devait se contrôler, faire abstraction, mais c’était difficile. Et puis, il se mit à penser à, justement, toutes ces nouvelles choses, ce qui le tracassait. Son nouveau rôle était le sujet d’inquiétudes fondées et ces inquiétudes, même si elles avaient été tempérées par la sagesse et le réconfort d’Arn, étaient encore suffisamment fortes pour lui apporter des doutes quant à sa propre réussite. Heureusement, dans ces doutes, il avait le réconfort de trouver suffisamment de sujet de réflexion pour ne pas penser à ce que son totem désirait plus que tout. Il essaya donc de reléguer le félin au plus profond de son esprit, passant en premier plan son statut, les Munins et les explications de la Namir-Ra qui lui expliquait qu’il allait, s’il le désirait, choisir quelqu’un pour le seconder. L’idée paraissait plaisante, mais, hélas, il ne connaissait pas grand-monde dans cette communauté Métamorphe et s’il ne doutait pas que certains seraient prêts à se proposer, il ne pouvait réellement faire confiance à personne, du moins hormis Arn, mais il se doutait qu’elle ne pouvait pas prendre se rôle. Quoique… « C’est bien ma veine… Tout le monde sait que je connais tout le monde dans cette ville. » Un peu d’ironie, peut-être mal placée mais il préférait en rire plutôt qu’en pleurer. Le nouveau Sachem attendrait surement un peu avant de trouver son ou sa Salinan. L’idée de le demander à Arn ne semblait pas bonne pour le moment. Peut-être le lui demanderait-il plus tard. Alors qu’il la regardait toujours, quelques unes de ses paroles lui revinrent en mémoire et il resta silencieux quelques instants.

Il sembla hésiter, prêt à parler mais incapable de laisser sortir les mots d’entre ses lèvres. « Je me demandais.. » Il laissa ces quelques mots flotter dans l’air. « Lorsque tu as dit que les Munins m’ont regardé sous toutes les coutures… Ils… Enfin… Ils ont lu mon esprit, n’est-ce pas ? » Il ne savait pas vraiment comment le tourner. « Je veux dire, ils ont vu ce que je pensais, mes doutes, mes craintes, mes peurs, mes joies, enfin tout ce qu’il peut y avoir dans ma tête pourvu que ce soit lisible… » Il exagérait un peu mais il avait peut-être besoin d’un peu d’humour pour pouvoir arriver jusqu’à là où il voulait aller, sans être sûr que c’était une bonne idée. « Est-ce que tu penses que ce qu’ils ont vu aurait pu les convaincre de me choisir moi ? » Pourquoi pas ? Après tout, il n’avait aucune idée de ce que les Munins cherchaient réellement lorsqu’ils partaient en quête d’un nouveau Sachem mais s’ils avaient pu lire son esprit, ils avaient du voir une résolution, une volonté qui les avait convaincus. Il prit une grande inspiration, essayant de retrouver un certain calme. Il était allé trop loin pour ne plus continuer maintenant. « Après le départ de Sebastian, pourquoi choisir un voyageur comme moi ? Tu as du te poser la question comme moi, n’est-ce pas ? » Il ne quittait pas Arn des yeux. Il lui semblait peut-être comprendre un peu mieux le choix des Munins. Mais peut-être faisait-il fausse route. « Je crois qu’ils ont vu que je ne quitterais pas la Nouvelle-Orléans, pas tant que tu y serais toi, pas tant que j’aurais l’espoir de pouvoir réparer mon erreur… »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
Arn Bullet
Namir-ra
avatar

Namir-ra


Identification
Emploi: Véto, Namir-ra, gérante Stray Meta
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
17/30  (17/30)

MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Jeu 8 Mai - 10:08

Matthew recommençait à plaisanter, c’était plutôt bon signe non ? Arn s’autorisa un sourire en prenant bien garde de ne pas regarder trop fixement le métamorphe. Mieux valait rester prudente… « Si tu as d’autres questions, n’hésite pas… je ne compte pas m’envoler . » La panthère se redressa, se tenant à présent debout devant le jaguar qui fut forcé de lever la tête pour lui poser sa question qui concernait cette fois le « scan » magique des munins. Elle fronça les sourcils, ne comprenant pas trop où il voulait en venir en évoquant cela. Craignait-il qu’elle ait connaissance de tous ses petits secrets ? Que ce que les munins voyaient, elle aussi en avait connaissance ? Elle décida de ne pas réagir pour le moment et lui laissa le temps de préciser sa pensée. Que voulait-il dire ? Y avait-il quelque chose de si déterminant à voir chez lui ? N’avaient-ils pas déjà évoqué les choses qui avaient pu décider les esprits à faire de lui le nouveau roi ? « Que veux-tu dire par là ? »

La panthère n’était pas persuadée que les munins fonctionnaient ainsi, à épier les pensées humaines… Pendant la cérémonie, elle n’avait pas la même perception des esprits qu’en temps normal ou alors elle était simplement trop occupée à les guider vers les métamorphes de l’assemblée, et à leur donner son énergie. Cependant il lui semblait tout de même que cela restait quelque chose de plus primitif, de l’instinct plus que de l’analyse des sentiments humains… Après tout les munins n’étaient pas humains et ils n’étaient pas non plus métamorphes…elle était au moins sure de cela car dans le cas contraire, qu’est-ce qui pouvait l’empêcher de leur parler ? Mais ce n’était pas la question que lui posait Matthew. Il n’était pas en train de lui réclamer un cours de métaphysique munin mais plutôt une explication, une raison au choix des munins.

« Je ne sais pas… Je me suis aussi demandé s’ils n’avaient pas commis une erreur, mais c’est impossible. » Arn avait réalisé que la notion même leur était difficilement applicable… Ils avaient certainement trouvé quelque chose chez Matthew, quelque chose pour leur prouver que ça valait le coup de lui confier ce pouvoir… Le jaguar ne la quittait pas des yeux, son regard n’était pas déplacé mais plutôt insistant. Elle le laissa poursuivre et ce qu’il lui dit provoqua chez elle des sentiments contradictoires.

Elle resta figée comme une imbécile prise de court.  Il semblait avoir un talent inné pour provoquer la panthère… et cette particularité n’était bonne ni pour lui, ni pour elle. Cherchait-il à profiter de l’événement pour lui faire avaler ses histoires ou était-ce la vérité ? Ce genre de déclaration en aurait fait fondre plus d’une, mais Arn n’était pas de ces femmes prête à croire tout ce qu’on lui disait par amour ou par auto-protection. Même s’il fallait avouer qu’il était parfois plus simple de se voiler la face plutôt que de creuser plus profondément… Elle savait bien qu’elle ne pourrait pas être certaine à 100% de cela, ça ne servirait à rien de creuser d’avantage… Pff… pourquoi avoir choisi ce moment entre tous pour remettre cela sur le tapis ? Ne pouvait-il se contenter de faire comme si tout allait bien ? Etait-il si mal que cela ? « Pourquoi tu me dis ça ? »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1256-arn-bullet#17401
Matthew Williams
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Mer 14 Mai - 13:34

Il aurait peut-être mieux fait d’en rester à l’humour, de ne pas chercher beaucoup plus loin. Il avait trouvé ce qu’il cherchait en venant ici : le réconfort de la seule personne qu’il connaissait vraiment dans cette ville, la seule qui le connaissait un peu et qui était capable de lui dire ce qu’il avait besoin d’entendre. Sa nomination de Sachem était une surprise à laquelle il ne s’était pas attendu et même si les choses s’étaient bien passées au Mentis Animalis, il subsistait toujours beaucoup de doutes dans l’esprit de Matthew. Comment en aurait-il pu être autrement ? Il n’avait rien d’un leader-né et n’avait probablement pas beaucoup d’expérience en la matière. Il savait diriger un amphithéâtre rempli d’étudiants mais diriger une communauté était une toute autre chose. Qui plus est, l’environnement politique actuel n’était pas au beau fixe pour les Outres et les Métamorphes avaient plus que jamais besoin de quelqu’un de fort pour les guider au travers de cette tempête. Hélas, il ne savait pas s’il saurait être le Noé comme semblaient le penser les Munins. Pourtant Arn, elle, semblait convaincue, ou, si ce n’était pas le cas, avait su trouver les bons mots pour lui faire comprendre qu’elle croyait en lui. L’idée qu’elle puisse lui mentir ne lui était pas vraiment venue à l’esprit mais ce n’était pas l’heure de douter de la seule personne en qui il pouvait avoir aveuglément confiance pour le moment. D’autres viendraient peut-être avec le temps maintenant, mais, pour le moment, il n’y avait qu’elle, qu’elle vers qui se tourner ce soir, la seule qui pouvait comprendre son désarroi, la seule qui pouvait lui remonter le moral. Même si ce n’était pas le choix le plus intelligent qu’il avait pu faire et il s’en était rendu compte par leur proximité, mais il en avait besoin, malgré le risque. Besoin de dissiper au moins une partie de ses doutes et de ne pas se sentir seul face aux responsabilités.

Arn lui avait apporté tout cela en quelques phrases, en quelques gestes, en un regard. Il n’avait pas oublié cette manière glaciale qu’elle avait eue pour l’accueillir, mais elle avait effacé cela de quelques mots. Et malgré tout cela, il venait encore une fois de tout foutre en l’air. Il avait hésité à parler, hésité à dire ce qu’il voulait dire et, au lieu de tourner sept fois sa langue dans sa propre bouche, il s’était jeté à l’eau, peut-être pas réellement conscient de ce que cela pouvait impliquer. Et pourtant, il aurait voulu s’arrêter dès sa première phrase, dès ses premiers mots, mais il était trop tard. Il suffisait de regarder la Panthère pour comprendre qu’il ne pouvait plus faire machine arrière et que, peut-être, il était déjà trop tard pour éviter la catastrophe. Il avait voulu éviter les problèmes inhérents à la Saison des Amours et aux problèmes que cela pourrait causer pour eux deux et voilà qu’il en créait d’autre. Il avait senti qu’elle s’était braquée à ses paroles, conscient qu’il n’avait peut-être pas amené cela de la meilleure façon qui puisse exister, mais, pourtant, c’était la vérité et il devait quand même y faire face. Il était peut-être idiot de penser que les Munins aient pu voir les sentiments qu’il portait à la Namir-Ra et ce que cela impliquait pour lui, pour ce qu’il était et ce qu’il allait devenir. Alors qu’elle se tenait debout devant lui, Matthew, toujours assis, l’observait en silence. Il savait qu’elle ne se contenterait pas de ce qu’il avait dit. Comme on le faisait souvent remarquer, dans ce genre de situation, il en avait trop dit pour se taire désormais. Il baissa les yeux, fixant le sol devant lui, joignant ses mains, se triturant un peu les doigts. « Pourquoi… » Il avait murmuré cela, rompant le silence avec douceur. Pouvait-il réellement mettre des mots sur les raisons qui lui avaient fait dire cela ?

Il releva la tête vers la jeune femme, croisa son regard et se redressa lentement. « Je te dis cela parce que tu dois le savoir. » Il parlait avec une certaine douceur, une tendresse timide, peut-être également parce qu’il avait peur de la suite des évènements. S’il devait dire ce qu’il avait sur le cœur, il ne voulait pas que ce soit dit sur un ton qui n’était approprié. « Parce que depuis le jour où j’ai quitté cette pièce un matin, je sais que j’ai fait l’erreur de ma vie. Parce que je m’en veux de ne pas avoir eu le courage de faire face à mes démons pour toi, je m’en suis voulu dès que j’ai passé la porte, mais je n’ai pas eu la force de venir te demander pardon tout de suite. » Il fit une petite pause, autant pour faire le calme dans sa tête que pour ménager un peu Arn. « Je sais que tu n’as plus confiance en moi, que tu as peur que je fasse encore les mêmes erreurs, que je te fasse mal mais j’ai compris une chose depuis cette fois-là. » Il hésita quelques instants, évita son regard avant de le reposer sur elle. « J’ai compris que j’avais besoin de toi Arn. Même si rien n’est plus pareil, qu’on ne refera pas le passé, les moments que nous passons ensembles sont ceux que je préfère et j’aimerais te montrer que j’ai changé, j’aimerais gagner ta confiance encore une fois, te prouver que tu peux compter sur moi. » Il s’y était employé depuis qu’elle lui avait offert une seconde chance, mais pouvait-on réellement dire que c’était une seconde chance ? Elle était presque plus distante que lors de leurs premières rencontres. Mais, même pour cela, il ne lui en voulait pas, il essayait simplement de se racheter à ses yeux, s’il pouvait y arriver un jour. « Je voulais juste que tu saches tout ça, que tu saches pourquoi je suis encore à la Nouvelle-Orléans et pourquoi je n’en partirais surement jamais, sauf si tu me le demandes. »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
Arn Bullet
Namir-ra
avatar

Namir-ra


Identification
Emploi: Véto, Namir-ra, gérante Stray Meta
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
17/30  (17/30)

MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Mer 14 Mai - 16:49

Le sang battait à ses oreilles à chaque fois que quelque chose lui remémorait le matin où Matthew l’avait quittée. Un rien suffisait parfois à faire s’emballer son coeur et cette fois ce n’était pas ce que l’on pouvait considérer comme un rien. Matthew avait décidé de lui même de reparler de l’affaire qu’elle aurait préféré faire semblant d’avoir oublié. Bien sûr tout ceci n’aurait été qu’une façade, il était impossible d’oublier une telle chose alors même que la personne qui l’avait provoqué se trouvait devant soi, mais il était souvent plus commode de se cacher sous de faux semblants que de faire revivre les sentiments qu’elle s’efforçait de mettre de côté.

Arn avait la gorge sèche et la mâchoire contractée, elle était presque persuadée que si elle l’avait voulu elle aurait pu la faire craquer. Son regard s’était endurci à l’instar de son corps tout entier, prêt à se défendre encore une fois contre l’affection que Matthew s’échinait depuis des mois à lui faire accepter. La Namir-ra n’était pas aveugle, elle avait remarqué le jeu d’équilibriste du Jaguar qui ne savait jamais vraiment sur quel pied danser avec elle. Malgré sa dureté envers lui et la distance qu’elle avait placé entre eux, il avait toujours fait ce qu’il fallait pour ne pas la décevoir une seconde fois. Tant d’efforts avaient été fournis de son côté, sans que ça n’émeuve la statue de glace Arn. A croire qu’elle voulait le pousser vers la sortie ou qu’elle attendait simplement qu’il se fatigue et ne parte de lui même. Ce n’était peut être pas ce qu’elle voulait, à vrai dire elle ne parvenait pas à déterminer ce qu’il lui fallait, mais c’était peut être ce qu’il restait de mieux à faire pour eux deux.

Matthew se releva et, comme il dépassait Arn en taille, la contraint à reculer par sécurité. D’une part la Panthère tenait à son espace privé et n’appréciait pas vraiment qu’on veuille la dominer d’une quelconque manière et d’autre part parce que la présence du Jaguar était trop forte pour qu’elle puisse y résister à cette distance. Elle tint bon et parvint à faire taire le grondement qui montait dans sa gorge. L’animal était trop proche de la surface... La jeune femme écoutait le globe-trotteur avec son air buté habituel. Il était tendre avec elle, mais cela ne l’obligerait pas à en faire de même avec lui, pas s’il essayait de la duper.

Les coins de sa bouche s’affaissèrent, elle était dégoûtée non pas par Matthew, mais plutôt par la lâcheté qui avait été la sienne à l’époque. Celle qui avait causé tout ce mal et qui les pourrissait encore. Elle détourna le visage pour ne plus voir ce regard tendre et pour ne plus sentir cette odeur familière. Elle l’écoutait parler et finit par se retourner vers lui, elle avait besoin de ses yeux pour ne pas se fier qu’à ce que son instinct lui dictait. Elle voulait voir, non, elle voulait croire que les yeux du jaguar ne mentaient pas. Les mots qui arrivaient à ses oreilles étaient brûlant et faisaient mal. Elle crevait d’envie de les croire tout en souhaitant ne jamais les avoir entendu. Elle voulait croire que tout cela était possible, qu’elle pourrait à nouveau avoir confiance et ne pas se tromper. Il finit par ne plus parler et Arn comprit qu’il fallait faire un choix. Elle savait qu’un mot suffirait à faire partir Matthew pour toujours, mais elle était incapable de le prononcer. Elle avait toujours été incapable de cela, même avant qu’il ne lui dise tout ce qu’il avait sur le coeur. Elle ne voulait pas qu’il parte.

La panthère fit quelques pas avant de revenir à sa place, face au jaguar, silencieuse. «Je ne sais pas quoi te dire... Je peux pas oublier tout ça Matthew. Je... j’aimerai pouvoir te croire mais y’aura toujours une petite voix dans ma tête pour me rappeler tout ça, pour me mettre en tête des doutes à base de «et si jamais»." Elle ne voulait pas le voir partir encore moins maintenant que les munins lui avaient fait confiance. «Ce n’est pas à moi de te chasser d’ici ou de te demander de rester, si tu veux rester alors reste, c’est tout.» Elle ne voulait pas le voir partir... Arn pencha la tête en arrière, fixant le plafond et cherchant à faire baisser la tension. «Je sais pas quoi faire.»
_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1256-arn-bullet#17401
Matthew Williams
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Sam 17 Mai - 23:42

Matthew n’avait pas besoin eu d’aide pour déchiffrer la façon d’être de la Panthère. Elle était tendue et il la comprenait. Il savait qu’elle n’aimait pas revenir sur le passé mais il avait ressenti le besoin de l’évoquer, il avait ressenti le besoin de lui dire, de partager avec elle ce qu’il ressentait réellement et surtout, ce qu’il avait sur le cœur. Il avait eu besoin qu’elle sache ce qu’il ressentait pour elle et à quel point il regrettait ce qu’il avait fait ce matin-là, à quel point il se sentait stupide et idiot. Ce n’était que des mots, mais il les pensait réellement et il espérait qu’elle y accorderait un peu de crédit. Comme il l’avait dit, il ne lui fallait pas grand-chose pour qu’il accepte de partir si elle le désirait, mais, au fond de lui, il espérait qu’elle ne le ferait pas, qu’elle ne le pousserait pas dehors, malgré ce qu’il avait fait, malgré le mal qu’il lui avait fait. Il espérait qu’il était encore possible de laisser cela au passé, de regarder vers l’avenir plus sereinement, sans ce fantôme planant toujours au-dessus de sa tête, au-dessus de ce qu’ils étaient tous les deux. Il espérait qu’une deuxième chance était possible, malgré tout, même s’il se doutait que cela serait difficile. Il avait trahi sa confiance et il avait été lâche, peut-être au seul moment où il aurait du être courageux, mais il avait compris son erreur, il avait aussi réalisé ce qu’il aurait du comprendre plus tôt : qu’il tenait réellement à Arn, qu’il l’aimait. Mais peut-être était-ce allé un peu trop vite entre eux pour réellement se rendre compte de la profondeur de ses sentiments qui les unissaient, ou, du moins, qui l’unissaient à elle. Etait-ce réciproque ? L’espoir faisait vivre disait-on…

Il attendait qu’elle lui dise quelque chose, quoique ce soit, il espérait juste qu’elle ne se murerait pas dans le silence. Il avait besoin qu’elle réagisse, d’une manière ou d’une autre, que ce soit brutalement, ou non, que ce soit par l’affirmative ou la positive, quelque soit la façon, il espérait qu’elle ne ferait pas que le regarder et qu’elle lui dirait quelque chose. Heureusement, elle le fit, même si, bien entendu, ce n’était pas nécessairement pour le rassurer sur la suite des évènements. Il comprenait néanmoins sa position, il la comprenait entièrement et, peut-être que dans le cas contraire, il réagirait de la même façon, mais cela ne changeait rien sur ce qu’il ressentait pour elle. « Je… Je ne te demande pas d’oublier ce que j’ai fait. » Il soupira. Elle ne pourrait sans douter jamais oublier sa trahison, alors même qu’elle lui avait accordé sa confiance une première fois, alors même qu’il était désormais conscient qu’elle n’accordait pas sa confiance, qu’elle ne s’ouvrait pas à n’importe qui, ni n’importe comment. C’était en perdant cela qu’il s’était aussi rendu compte de l’honneur qu’elle lui avait fait. « Je ne veux pas oublier ce que j’ai fait, parce que je ne veux plus le refaire, je veux m’en souvenir tous les jours pour me rappeler ma faiblesse, ma lâcheté, pour ne plus reproduire la même erreur. » Il ne cessait de la regarder, de chercher dans son regard quelque chose, il ne savait pas quoi. Peut-être un signe, quelque chose. « J’aimerais juste que tu puisses voir en moi ce que je ressens pour toi. C’est ton droit de remettre en doute mes paroles, de ne pas être sûre de savoir si tu peux me faire confiance ou non, de penser que je referais la même chose, mais j’aimerais te convaincre que cela n’arrivera plus. »

Quand à partir, il ne le voulait pas, pour elle, pour les autres Métamorphes qui comptaient désormais pour lui aussi. Peut-être parce que partir serait donner raison aux doutes de la Panthère. « Je serais mal placé pour te dire quoi faire. » Elle était maitre de sa vie et le Jaguar ne pouvait pas, ou, surtout, ne voulait pas décider pour elle. Il ne voulait pas la forcer, dans un sens comme dans l’autre. Il continuait à la regarder tandis qu’elle fiait toujours le plafond. « Je ne sais pas quoi faire non plus, pour être franc. Je ne sais pas ce qu’on devrait faire. » Il se laissa tomber dans le fauteuil, peut-être usé par la soirée, par cette tension qui s’était installée entre eux deux. « Je n’aurais peut-être pas du te dire tout ça, mais j’en ai ressenti le besoin, je voulais que tu le saches, que tu aies conscience de cela. Peut-être que c’était déjà le cas, mais j’ai l’impression qu’il y a trop de non-dits entre nous, que l’on a besoin de se parler. » Se parler de quoi ? Il n’en avait aucune idée, mais il avait l’impression qu’il y avait beaucoup trop de choses dans l’air entre eux, que tout restait sous silence, caché sous le tapis comme si tout allait bien, alors que, finalement, peut-être que ça n’allait pas si bien que ça et que, justement, il voulait que ça s’arrange. Le statu quo actuel ne lui convenait pas, ne lui convenait plus. Il avait besoin de savoir s’il pouvait encore avoir une place dans sa vie, ou s’il devait simplement y renoncer. Malheureusement, elle ne semblait pas avoir de réponse à cela. « Je ne veux pas te forcer à quoique ce soit, mais peut-être que la seule question qui compte est de savoir si tu pourrais me faire à nouveau confiance… »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
Arn Bullet
Namir-ra
avatar

Namir-ra


Identification
Emploi: Véto, Namir-ra, gérante Stray Meta
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
17/30  (17/30)

MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Lun 9 Juin - 22:00

La Panthère n’accordait pas sa confiance à n’importe qui et quand elle l’accordait, il était très difficile d’obtenir une seconde chance une fois cette dernière trahie. Matthew semblait avoir comprit cela au bout du compte, Arn avait la rancœur tenace parfois bien malgré elle et il lui faudrait faire avec ou la quitter. Les mots du Jaguar semblaient sincères mais parfois le mensonge peut se dissimuler sous le plus sincère sourire et sous bien des promesses en carton. Que pouvait-elle faire de plus qu’essayer alors que sa bête et sa tête lui hurlaient de s’enfuir ? La saison des amours était le seul moment où sa bête était prête à tout pour s’emparer du jaguar sans questions ni grognements… Ils ne pourraient pas être constamment dans cet état pour espérer que tout aille bien. Leurs sensations étaient actuellement biaisées, était-ce judicieux de remettre en question leur relation ou de décider de changer les choses maintenant ?

Et si ce n’était pas maintenant, alors qu’ils étaient tous deux lancés, il leur faudrait probablement encore des semaines avant de trouver à nouveau le courage d’aborder le sujet… Décidément, ils n’avaient pas d’autre choix. La communication et la confiance… le seul moyen de sauver leur couple en piteux état… Arn était exténuée, cette conversation était éprouvante pour la Panthère dont les nerfs avaient déjà été mis à vif par les munins. Profitant de ce que Matthew s’installa dans son fauteuil, elle se passa la main sur le visage et s’installa face à lui. « Tu as raison… il faut qu’on parle. On peut pas continuer comme ça. » Elle ne lui dit pas s’il avait bien fait de lui parler de tous ses sentiments, elle ne savait pas trop de quelle façon il s’attendait la voir réagir. « Je ne sais pas si je pourrais te refaire confiance, une confiance aveugle… je ne me sens pas encore capable… je veux essayer mais j’ai aussi besoin que tu m’aides à y croire… »

La Namir-ra savait pertinemment que son comportement des derniers mois n’avait pas été très engageant, elle était restée glaciale et distante la plupart du temps, se contentant de faire semblant d’aller bien alors que le doute la rongeait continuellement. Il aurait été alors bien difficile à Matthew de faire quoi que ce soit pour qu’ils se sentent bien, elle n’était elle-même pas certaine de quelle aurait été sa réaction s’il avait été de l’avant… Il fallait la forcer d’une certaine manière, la mettre pied au mur pour qu’enfin elle daigne réaliser que tout foutait le camp mais qu’il était encore temps de changer les choses. « Je crains qu’on ne se soit laissés aller dans un cercle vicieux là… » Elle osa un sourire en regardant Matthew. « Il va falloir que tu me pousses un peu et que tu m’aides à croire qu’on a encore quelque chose à faire toi et moi. Je ne sais pas trop si ce que je dis est compréhensible…il faut qu’on essaie. » Elle espérait qu’il comprendrait et qu’il ne s’imaginerait pas qu’elle ne restait avec lui que par commodité. C’était simplement que ses doutes reviendraient encore et toujours jusqu’à ce qu’ils les aient tous les deux suffisamment repoussés pour qu’ils s’éloignent. Là encore ils pourraient revenir à la charge, mais seul le temps et la persévérance pourra le faire partir de plus en plus loin. Comme si les munins n’étaient pas déjà suffisants… elle devait maintenant apprendre à contrôler ce sentiment envahissant. « Je tiens à toi, moi aussi. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1256-arn-bullet#17401
Matthew Williams
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Lun 23 Juin - 0:37

Matthew n’était absolument pas convaincu de ce qui allait se passer. Il avait trouvé la force et le courage de dire ce qu’il pensait au plus profond de lui, mais cela n’impliquait pas que tout allait bien se passer ensuite. Arn avait son caractère bien à elle, il le savait. Depuis qu’il avait fait l’erreur de douter de leur avenir commun, il avait pu sentir la façon dont elle s’était renfermée sur elle-même, à un point tel qu’il ne se souvenait pas l’avoir sentie aussi distante avec lui lors de leur première rencontre. Les circonstances n’étaient pas les mêmes, mais, pour un peu, il aurait presque pu penser qu’elle s’était simplement vouée à l’exclure de sa vie et que, de son côté, il faisait tout ce qu’il pouvait pour s’accrocher à des sentiments qu’il n’avait pas ressentis depuis longtemps et qui lui avait fait peur jusqu’à maintenant. S’attacher à nouveau, être abandonné. C’était quelque chose qu’il ne voulait pas revivre, il en avait beaucoup trop souffert et pourtant, il n’avait pu s’empêcher de rester à la Nouvelle-Orléans pour Arn. Il aurait pu partir et c’était même résigné à le faire plusieurs fois avant de revenir sur sa décision. Il n’avait jamais réussi à passer le pas de sa porte sans se dire qu’il n’avait pas encore tout tenté pour revenir à la charge et qu’il ne pouvait pas abandonner en si bon chemin. Après tout, la jeune femme ne l’avait pas complètement repoussé et même si elle restait très distante avec lui, il pouvait peut-être arriver à la convaincre, une nouvelle fois et reprendre les choses à zéro, lui faire comprendre ce qu’il ressentait pour elle et lui faire oublier son erreur. Mais comment pouvait-il le faire s’il n’y avait aucun retour de sa part ? Il avait suffisamment conscience de son incapacité à faire les choses correctement en temps normal, alors il n’y avait pas besoin de handicaps supplémentaires.

Maintenant qu’il avait réussi à déballer son sac, il ne restait plus qu’à voir comment les choses se passeraient. Aurait-il au moins une réaction de la part de la panthère ? Il l’espérait. Installé dans le fauteuil, il laissait le silence s’emparer de la pièce dans l’espoir que quelque chose finirait par le briser. Comme il le disait lui-même, il ne voulait pas la forcer à quoique ce soit mais si elle ne voulait pas faire un pas vers lui, il n’y avait peut-être plus grand-chose à espérer pour eux deux. Il releva la tête quand enfin elle prit la parole après s’être installée dans un fauteuil en face de lui. Elle ne le vit pas mais ce qu’elle lui avoua brisa quelque chose en lui, même si, au fond, il s’en doutait un peu. C’était peut-être juste difficile à entendre, trop peut-être. Lui dire qu’elle ne pourrait plus lui faire confiance c’était un peu comme l’achever. La confiance était la base de tout, sans cela, il ne servait à rien d’aller de l’avant car c’était comme construire sur des fondations branlantes, il le savait. Son regard n’avait pas quitté la panthère, traduisant peut-être sa détresse face aux propos de la jeune femme, ou peut-être pas. Il ne savait pas trop quoi en penser. Ce qu’elle dit ensuite ne lui fit pas plus de bien. En réalité, il ne comprenait pas vraiment ce qu’elle voulait de lui. Qu’il la pousse ? Qu’est-ce que cela pouvait bien dire ? Et si elle ne croyait pas en eux, fallait-il vraiment se battre pour cela ? Il n’arrivait pas à mettre du sens sur les paroles de la Namir-Ra. A la fois elle avouait ne pas lui faire confiance, vouloir qu’il l’a pousse à penser qu’ils pouvaient encore être ensembles et qu’elle voulait essayer quand même ? Rien de tout ceci n’était logique pour le Jaguar.

Il baissa la tête pendant de longs instants sans la relever alors qu’elle avouait tenir à lui. A vrai dire, il ne savait plus vraiment quoi penser, quoi dire. Tout cela lui semblait tellement sans queue ni tête… Il inspira un grand coup avant de se redresser et reposer son regard dans celui d’Arn. Il y avait une détresse palpable au fond de son regard. « Te pousser ? Comment pourrais-je te pousser ? » Sa voix aussi trahissait sa soudaine faiblesse. Il était beau le Sachem, le Roi des Animaux, même pas capable de pouvoir prendre ses responsabilités dans une relation. « Tu dis que tu ne sais pas si tu pourras encore me faire confiance. Je ne veux pas te forcer à faire quelque chose que tu ne veux pas. » Les mots lui brulait la gorge. « Tu dis ne pas savoir s’il peut y avoir encore quelque chose entre nous. J’ai passé ces derniers mois à essayer de le reconstruire. Alors je ne sais pas quoi penser… » Il prit son visage dans ses mains quelques instants avant de relever la tête vers elle. « Je ne demande qu’à essayer de te convaincre, mais là je ne vois pas ce que je peux faire de plus Arn. Si tu veux que l’on tente notre chance, il va falloir m’aider. » Ou alors, simplement laisser tomber. L’idée lui déchirait le cœur, mais peut-être qu’il faudrait s’y résigner. Apparemment tout n’était peut-être pas aussi récupérable qu’il pouvait le penser.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
Arn Bullet
Namir-ra
avatar

Namir-ra


Identification
Emploi: Véto, Namir-ra, gérante Stray Meta
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
17/30  (17/30)

MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Lun 7 Juil - 9:34

De toute évidence ce qui semblait compréhensible dans l’esprit de la Panthère ne l’était pas dans celui du Jaguar. Arn avait la sensation de s’enfoncer d’avantage dans un cercle sans fin de non compréhension de l’autre et de non évolution… Elle avait remarqué l’incompréhension qui flottait dans les yeux de Matthew. Son incapacité à exprimer correctement ce qu’elle ressentait leur causait du tort à tous les deux. « Non… Non… c’est pas ça… Tu ne comprends pas… enfin. C’est plutôt que je ne sais pas comment t’expliquer. » fit-elle en passant ses mains sur ses joues en un geste inconscient de décontraction. Il fallait dire aussi que la fatigue et la nausée qui ne la quittaient plus depuis la cérémonie associé à l’effet de la saison des amours ne l’aidaient pas vraiment à s’exprimer convenablement…

« Si tu attends de moi une confiance aveugle dès maintenant, j’en suis incapable. C’est encore trop tôt… mais je sais que petit à petit les choses iront en s’améliorant. Il faudra juste que je me fasse violence pour sortir de cette peur constante…au début du moins. » Comment lui dire tout ce qu’elle avait sur le cœur sans le blesser et de manière à ce qu’il la comprenne… La Namir-ra, qui était bien contente jusqu’à présent qu’aucune créature connue ne soit capable de lire ses pensées, se vit espérer la chose. Tout serait tellement simple s’il pouvait entrer quelques minutes dans la tornade qui habitait son esprit chaque fois que le problème revenait sur le tapis… Peut être alors parviendrait-il à comprendre la distance que la panthère avait placé entre eux tout ce temps. « Mais parfois, les petites voix dans ma tête seront plus fortes que moi. C’est en ça que je te demande de me pousser… Ce n’est pas que je n’ai pas envie avancer avec toi, c’est plutôt que parfois je ne suis pas toujours assez forte pour ignorer ces « Et s’il recommençait ? Et s’il partait encore ? » »

Sa gorge se serrait à cette idée, la jeune femme tenait encore au jaguar en dépit de ce qu’elle voulait bien laisser voir à son entourage, mais elle avait peur. En matière de sentiments, elle était devenue comme une gamine dont les parents ont oublié de garder la porte de sa chambre entrouverte pour laisser passer un rayon de lumière dans sa chambre à coucher.

Elle avait peur. Cela faisait des années qu’elle n’avait pas ressenti de sentiments amoureux et de là, elle avait oublié toute prudence. Elle n’avait pas songé pouvoir être blessée dans cette aventure ni même être abandonnée pour un vulgaire cauchemar… Ha qu’est-ce qu’elle le détestait pour ceci ! Qu’est-ce qu’elle lui en voulait d’avoir tout foutu en l’air pour une connerie pareille ! Pourquoi n’avait-il pas simplement attendu une heure que la panique provoquée par le mauvais rêve s’estompe ? Pourquoi n’avait-il pas essayé d’en parler d’avantage ? Et ce qu’elle avait été stupide d’oublier qu’il n’y a pas que les adolescents pour souffrir de déception amoureuse… La colère qui montait en elle l’aida à vaincre la tristesse qui pointait le bout de son nez. « Je ne te demande pas de me convaincre… On n’est pas devant un jury ou quoi que ce soit. C’est juste que si je m’ouvre à nouveau, parce que j’en ai envie pas parce que tu m’y auras obligé… » Elle avait levé l’index pour mettre fin à toute remarque de Matthew sur le sujet. « Si je m’ouvre à nouveau, je peux aussi me refermer sur moi-même au moindre coup de flippe de ma part… Un pas en avant pour deux en arrière, tu vois ? Quand je te demande de me pousser c’est pour ça. A ce moment là, j’aurais besoin que tu m’aides à ne pas me refermer comme une huitre. Sinon on est bons pour recommencer tout ça. J’ai peur, tu comprends ? »

Elle se mordit l’intérieur de la joue après avoir avoué sa faiblesse, elle se trouvait pathétique de réagir comme une adolescente après son premier chagrin d’amour. Toute naïve qu’elle était, elle s’était vraiment imaginé que les adultes ne pouvaient pas souffrir autant pour cela, qu’ils s’avaient prendre le recul suffisant dans leur relation et accepter les choses sans broncher. Surtout quand leur histoire était encore bien récente.
_________________


Dernière édition par Arn Bullet le Mar 5 Aoû - 14:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1256-arn-bullet#17401
Matthew Williams
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Lun 7 Juil - 17:42

Matthew aussi aurait donné beaucoup de choses pour pouvoir être dans la tête de la métamorphe. Il ne comprenait pas vraiment ce qu’elle essayait de lui faire comprendre et avait comme l’impression que tout se passerait beaucoup mieux s’ils pouvaient chacun lire dans l’esprit de l’autre. Mais, au fond, il redoutait peut-être d’y trouver des choses qu’il ne préférait pas voir. Et si elle essayait juste de lui faire comprendre qu’elle ne voulait plus vraiment de lui ? L’idée qu’elle puisse le penser lui retournait le cœur, mais, au fond, cette situation était entièrement de son fait, il ne pouvait pas réellement la blâmer, même si, de son côté, il avait essayé déjà beaucoup de choses pour se faire pardonner. En tout cas, elle ne semblait pas parfaitement à l’aise non plus et c’était sans compter cette tension sous-jacente qui les animait tous les deux. La Saison des Amours battait son plein et il était difficile de faire la part des choses avec discernement. Pourtant, le jaguar ne voulait pas que les choses se passent ainsi. S’ils devaient s’abandonner l’un à l’autre à cause de ces instincts animaux, cela n’arrangerait en rien la situation actuelle, sinon peut-être y distiller encore un peu plus de trouble. S’ils parlaient enfin à cœurs ouverts, ou presque, ils ne devaient pas laisser passer cette chance car ils n’en n’auraient peut-être pas d’autres. Etait-ce à cause de cette soirée au Mentis, des Munins et de la Saison ? Peut-être, en tout cas Matthew n’allait pas tergiverser longuement, ne considérant que le fait qu’Arn acceptait enfin de parler de ce qui les concernait tous les deux, de rompre le silence qui, finalement, ne faisait surement que les séparer tous les deux petits à petits, les enfermait dans une situation étrange, difficilement définissable.

Il resta silencieux, conscient qu’elle cherchait probablement ses propres mots. Lorsqu’ils vinrent, il put enfin comprendre ce qu’elle voulait réellement lui dire. Et, au fond, elle avait probablement raison. Une confiance aveugle était impossible, pas après ce qu’il avait fait. Il fut un peu désarçonné en apprenant qu’elle devait se faire violence pour ne plus avoir peur. Ce n’était pas vraiment la vision qu’il avait de la chose et n’était pas certain que se forcer était la meilleure des solutions surtout dans une relation. Néanmoins, de la façon dont elle avait pu le dire, il lui semblait entrevoir le fait qu’elle croyait encore à ce qu’un « nous » pouvait représenter pour eux deux. Il comprenait ses hésitations, ses réticences. Qu’est-ce qui pouvait l’empêcher de recommencer une fois encore ? Il n’avait été qu’un imbécile mais il devait désormais faire avec. S’il avait eu la possibilité de revenir en arrière pour tout changer, il l’aurait fait dès qu’il avait passé le seuil de la porte ce jour-là. « Je comprends. Je n’ai jamais voulu que tu me fasses aveuglément confiance, pas après ce qui s’est passé et ce pourquoi je m’en veux terriblement. » Il ne s’apitoyait pas sur son sort, c’était un simple constat. Elle pouvait d’ailleurs le lire dans ses yeux. L’incompréhension avait fait place à une tendresse dont elle se souvenait peut-être. Il n’avait jamais aimé la voir dans une position de faiblesse, aussi vulnérable. Et imaginer qu’elle en était là à cause de lui était encore plus insupportable. Il la laissa continuer, comprenant cette fois-ci ce qu’elle attendait de lui, ce qui, finalement était encourageant. Elle lui offrait une deuxième chance, du moins s’il ne comprenait pas tout de travers, mais, pour cela, il devrait se battre, ce qui, encore une fois, était complètement normal.

Ses derniers mots le firent frémir. Elle avait peur… Ces quelques mots lui firent l’effet d’une bombe pour ainsi dire. Il l’observa quelques courts instants depuis son fauteuil, ses dernières paroles résonnant en écho dans son esprit. En silence, il se leva et s’approcha de la jeune femme. Il savait que ce n’était pas nécessairement une bonne idée, mais il devait le faire. Juguler ses instincts deviendrait complexe mais il lutterait, ce n’était pas le moment de flancher. Après quelques pas, il s’installa juste à côté de la Namir-Ra et d’une main douce saisit délicatement la sienne avant de plonger son regard dans le sien. Il y régnait un mélange troublant de détermination et de douceur ainsi qu’une autre étincelle mais, celle-là, il essayait de l’ignorer et de l’enfermer au plus profond de lui. « A chaque fois que tu auras un doute. A chaque fois que ces petites voix seront plus fortes que toi. A chaque fois que tu auras peur. Je te regarderais dans les yeux, comme en ce moment. Et je t’assure que tu y verras toujours la même douceur, la même tendresse, la même passion que j’ai pour toi, peut-être encore plus forte jours après jours » Il prit une inspiration, autant peut-être pour trouver les quelques mots qui lui échappaient que pour se concentrer tandis qu’un véritable rugissement grondait au plus profond de son être à cause de cette nouvelle proximité. Il rouvrit les yeux et esquissa un doux sourire. « Malgré ma maladresse, je suis assez doué pour ouvrir les huitres, tu sais ? » Il haussa les épaules devant la nullité de sa propre blague. « Je ne t’abandonnerais jamais plus, je te le promets et si tu dois en douter, je saurais te convaincre du contraire. Qu’importe le temps qu’il faudra. » La sincérité primait dans ses paroles, autant peut-être que les sentiments qui y infusaient.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
Arn Bullet
Namir-ra
avatar

Namir-ra


Identification
Emploi: Véto, Namir-ra, gérante Stray Meta
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
17/30  (17/30)

MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Mar 5 Aoû - 17:48

Elle avait vu le regard de Matthew changer, évoluer vers quelque chose de moins douloureux qui lui laissaient croire qu’ils s’étaient enfin compris. Mal à l’aise et honteuse de sa faiblesse, Arn continuait de se mordiller la lèvre en observant le nouveau Sachem, soucieuse. Elle avait les bras croisés sous sa poitrine et inconsciemment elle enfonçait les ongles de sa main gauche dans son biceps. Quel pouvoir venait-elle de lui confier ? Il connaissait ses craintes, il était maintenant libre de la piétiner et elle ne pourrait rien faire d’autre que d’essayer de résister. Elle lui avait donné ses armes de son plein gré. Commettait-elle une grave erreur en croyant en leur avenir commun ? Déjà, elle commençait à douter.

Matthew quitta son fauteuil sans un mot et s’approcha d’elle. Arn avait l’impression d’être une biche prise dans les phares de la voiture qui fonçait sur elle. Ses dents lâchèrent sa lèvre, ses bras retombèrent le long de son corps et elle déglutit difficilement de crainte, de larmes retenues ou de désir, il lui aurait été bien difficile de le savoir. Ce n’était pas une bonne idée, vraiment pas. La panthère prit une grande inspiration, mauvaise idée également, elle ne parvenait pas à quitter le jaguar du regard. Comment faisait-il pour avoir l’air si calme ? La fatigue faisait battre son sang aux tempes, immobile alors que Matthew approchait, elle ne bougea pas d’un iota jusqu’à ce qu’il lui prenne doucement la main. Elle frémit à ce contact simple et doux qui lui fit l’effet d’une décharge électrique, attisant un feu qu’elle devait ignorer de toutes ses forces. Epuisée comme elle l’était, la panthère ne contrôlait plus grand-chose et il lui fallut toute sa volonté pour résister au désir qui enflait en elle. Cependant Arn avait entendu les paroles de Matthew, la façon dont il lui souriait et dont il la regardait lui donnaient envie d’y croire et faisaient voleter des papillons dans son estomac. Elle esquissa un bref sourire en réponse à sa plaisanterie, toute concentrée qu’elle était à ne pas lui sauter dessus. L’envie qui grondait en elle cassait le romantisme de l’instant mais Arn se sentait malgré tout reconnaissante envers le jaguar. Elle dessina de son pouce de petits cercles sur le dos de la main qui tenait la sienne en captivité avant de le remercier en un murmure. « Merci d’être là… Ca prendra du temps, mais je ferais tout mon possible pour guérir au plus vite de cette peur. » Elle aurait aimé faire plus, toucher le jaguar, lui faire comprendre que ça allait mieux mais elle ne se faisait pas confiance en l’état actuel des choses. Sur le coup elle maudit la saison et son emprise sur son contrôle. Gênée, elle songea a s’éloigner de Matthew sans y parvenir, les yeux toujours plongés dans les siens, paralysée par ses désirs et ses émotions.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1256-arn-bullet#17401
Matthew Williams
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Mar 12 Aoû - 15:37

Qu’elle ne s’y trompe pas, Matthew avait également, au plus profond de lui, ces mêmes pulsions qui l’animaient et qui menaçaient de prendre le contrôle à n’importe quel moment, mais, contrairement à la Namir-Ra, il n’avait pas eu besoin de faire appel à ses propres forces, physiques et mentales, pour communier avec les Munins. Aussi, il avait plus de force et de volonté pour repousser cet instinct primaire qui, s’il aurait pu être désiré à un moment de leur relation, n’était, ce soir, qu’une source potentielle de complications. Là où leurs instincts ne cherchaient qu’à une reproduction pure et simple, eux essayaient de reconstruire quelque chose qui s’était perdu quelques mois plus tôt. Et s’il y a une chose que le Jaguar ne voulait pas, c’était se « contenter » d’une relation purement charnelle avec Arn, qui plus est, pas nécessairement pleinement consenti. Avec les années, il s’était rendu compte à quel point la Saison des Amours pouvait être une plaie pour les Métamorphes et lui-même avait toujours fini par céder, parce qu’à cette époque de l’année, le moindre signe de séduction de la part d’une femme, peut simplement tout faire dégénérer. Toutes des histoires d’un soir, des rencontres pour le simple plaisir d’assouvir une pulsion, un désir mutuel souvent faussé par l’instinct animal en lui. Et s’il y avait une chose qu’il ne voulait pas fausser, c’était sa relation avec la vétérinaire. Il avait de réels sentiments à son égard et c’était loin de n’être qu’une attirance physique. Il aurait été dommage de fausser ce qu’ils avaient réussi à reconstruire jusque là, à cause de pulsions purement animales. S’ils devaient se retrouver dans les bras l’un de l’autre, il espérait qu’il y aurait davantage que cela.

Au plus près de la métamorphe, il était difficile de faire la part des choses, de ne pas penser à cet instinct sauvage qui lui demandait de céder à ses pulsions. Mais, heureusement pour lui, il avait encore suffisamment les idées claires pour y résister. Ce qui, hélas, ne semblait pas le cas de la jeune femme et, d’une certaine manière, il pouvait le sentir. Il aurait préféré ne pas s’approcher, mais il en avait ressenti le besoin, parce que ce qu’il voulait lui dire ne se disait pas à trois mètres de distance. Il avait eu besoin de prendre sa main, même si c’était jouer avec le feu qui brûlait au creux de ses reins et menaçait de s’étendre à tout son corps. Il posa un bref regard sur ce pouce qui glissait sur le dos de sa main et esquissa un sourire quand elle le remercia avant de lui assurer qu’elle essaierait de faire au mieux. Elle semblait crispée et il la comprenait. Elle aussi devait lutter ardemment pour ne pas se laisser aller. Et lui n’avait pas donné une bonne partie de son énergie aux Munins. Peut-être était-il temps de la laisser se reposer. Il serra sa main dans la sienne une dernière fois. « Je serai patient et ferai tout ce que je peux pour te rassurer. » Il posa son regard dans le sien puis relâcha sa main avec douceur avant de se lever du canapé, mettant un peu de distance entre eux. « Je sais que le moment n’était pas forcément très bien choisi, avec cette nomination et… le reste. Mais merci de m’avoir ouvert ta porte ce soir. » Il esquissa un sourire sincère avant de passer une main dans ses cheveux, un peu gêné. « Je pense qu’il vaudrait mieux que je m’en aille. Tu dois être épuisée et il ne faudrait pas que… Enfin, tu sais… » Oui, il ne valait peut-être mieux pas qu’ils se sautent sauvagement dessus. « Bon et bien… Bonne nuit ? » Il lui adressa un sourire avant de commencer à se diriger vers la sortie.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
Arn Bullet
Namir-ra
avatar

Namir-ra


Identification
Emploi: Véto, Namir-ra, gérante Stray Meta
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
17/30  (17/30)

MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Mer 27 Aoû - 12:30

A cette distance, elle sentait l’odeur du Jaguar avec beaucoup trop d’intensité pour son bien. Elle s’efforçait de combattre l’envie de venir coller son nez dans le cou de Matthew, de ronronner en goutant du bout de la langue cette peau si appétissante. Elle le dévorait des yeux sans cesser de se sentir coupable pour ce manque de contrôle, pour cette envie dévorante.

La tension était presque palpable, l’air aurait dû crépiter entre eux deux et Arn avait la sensation que quelqu’un avait allumé le poêle à bois sans se soucier de la température ambiante… Son cœur battait la chamade alors qu’il lui tenait la main et venait tambouriner à ses oreilles. Elle l’écoutait distraitement, déconcentrée par ses désirs et par les films qu’elle se faisait dans sa tête, et ne réagit pas immédiatement lorsqu’il lâcha sa main et recula. « Que…Quoi ? » fit-elle lorsqu’elle comprit enfin qu’il partait. La panthère considérait ce geste comme un signe de faiblesse de la part du jaguar. Il devenait une proie à ses yeux et le voir s’éloigner ainsi donnait envie à la Namir-ra de le pourchasser. « Non ! » fit-t-elle d’une voix rauque et grondante, moitié humaine et moitié féline, en saisissant la main de Matthew.

Elle eut la sensation d’être traversée par un courant électrique lorsque leurs peaux entrèrent en contact. Le souffle coupé et les joues empourprées, c’était la Panthère qui observait Matthew à travers les iris transformés de la jeune femme. Ses pupilles étaient dilatées, elle ne contrôlait plus grand-chose alors que ses appétits la dominaient. Tout allait trop vite pour Arn, incapable de lâcher prise totalement mais incapable également de résister à ce feu qui la consumait. Elle tira brutalement sur la main du jaguar pour l’attirer à elle avant de l’embrasser sans retenue.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1256-arn-bullet#17401
Matthew Williams
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Sam 6 Sep - 23:37

Il aurait du s’en douter au fond, pourtant, il avait espéré que cela n’arriverait pas. Cette tension avait quasiment subsisté depuis le moment où il était rentré sur le territoire de la panthère et n’avait fait qu’augmenter avec le temps qu’il avait passé dans ce salon. Il savait qu’il y avait un risque, mais il avait eu besoin de la voir, de lui demander conseil, d’être rassuré. Ce soir, il avait été proclamé Sachem, sans même réellement savoir ce que cela pouvait signifier, sans même connaître ceux qui l’avaient reconnu comme tel. Comment se sentir légitime dans ce rôle ? Comment ne pas douter ? Comment savoir ce qu’il allait devoir faire pour tous ces gens qui attendaient peut-être beaucoup de lui ? L’heure n’était pas des plus joyeuses. Les Normes avaient peur, et, de cette peur, naissaient la colère et la haine. Les agressions contre les Outres, et les Métamorphes en particulier, n’étaient plus rares et il n’était pas impossible que cela continue dans les mois à venir. Pourrait-il y faire quelque chose ? Devait-il essayer de faire quelque chose ? Surement. Il ne savait pas grand-chose sur ses devoirs en tant que Sachem, mais il était convaincu qu’ils étaient désormais sous sa responsabilité, qu’il se devait de les protéger, autant qu’il le pouvait. Mais était-il seulement taillé pour ce rôle ? Jamais il n’avait eu à protéger quelqu’un, et voilà qu’il devait en protéger des centaines, des milliers ? Cette idée lui avait fait froid dans le dos, jusqu’à ce qu’il croise le regard d’Arn, jusqu’à ce qu’elle le réconforte, un peu, dans le choix des Munins. Il avait besoin d’elle, en tant que Namir-Ra, mais surtout en tant qu’elle-même. Amie, ou peut-être plus ? C’était encore difficile à dire, mais il voulait y croire. Et malgré tous les dangers, il était heureux d’être venu ce soir.

Mais alors qu’il pensait pouvoir la quitter sans dérapage, il avait déchanté rapidement. Quand il sentit la main de la jeune femme se resserrer sur la sienne, il lui suffit de croiser le regard de la panthère pour comprendre qu’Arn venait de perdre une partie de son contrôle et, malheureusement, sentir ce regard de félin sur lui déchaina celui qui était contenu au plus profond de lui. Il ne voulait pas, il ne voulait pas qu’ils cèdent à cette pulsion, par peur de gâcher ce qu’ils avaient tenté de reconstruire, mais il sentit rapidement qu’il ne pouvait plus lutter et, surtout, que la panthère ne lâcherait plus le morceau. Lutter ? C’était vain. Dans ce cas-là, il n’y avait pas beaucoup d’échappatoire. Il ne résista pas quand elle l’attira à lui et répondit avec autant de fougue à son baiser. Ils étaient pleinement conscients qu’ils lâchaient prises, tous les deux, mais ils ne pouvaient plus rien y faire. L’instinct des deux félins prenait le dessus sur leurs esprits respectifs. Il était resté trop longtemps… Alors qu’il continuait d’embrasser la jeune femme, Matthew passa une main derrière ses jambes pour la soulever légèrement, le temps de la poser au sol. Il n’y avait ni passion, ni raison, juste une envie sourde, intenable, qui les dévorait de l’intérieur et qui devait être assouvie. Suspendu au dessus d’elle quelques instants, il la contempla. Si elle l’avait vu comme un proie quelques instants auparavant, elle devait sans doute apercevoir en lui, à nouveau, un prédateur. Ils étaient deux prédateurs. Deux prédateurs qui se livraient un combat qui n’avait rien de mortel, loin de là. Le Jaguar rompit rapidement l’espace qu’il maintenait entre eux et s’empara à nouveau de ses lèvres. Ce soir, la panthère serait sienne, quoique les deux humains puissent penser…
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
Arn Bullet
Namir-ra
avatar

Namir-ra


Identification
Emploi: Véto, Namir-ra, gérante Stray Meta
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
17/30  (17/30)

MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Jeu 23 Avr - 17:43

Un sourire étira les lèvres de la Panthère alors qu’elles rencontraient celles de Matthew, le Jaguar avait répondu de la plus exquise manière. Les métamorphes avaient besoin de lâcher prise et d’oublier la tension des derniers événements. Ils avaient besoin d’oublier, ou au moins de mettre de côté, les mois précédents placés sous le signe de la méfiance.
Arn s’inquiétait d’avoir forcé la main du Jaguar, ce dernier pourrait lui en tenir rigueur. Mais après tous, ils étaient tous les deux faibles et stupides en cette saison maudite. Cette pensée fut bien vite écartée d’un coup de patte impétueux. Cette saison n’était pas si maudite que ça si elle permettait à la Namir-ra de se décoincer un peu… Elle était le principal frein à leur relation. Certes… les conflits d’intérêts qui avaient lieu un peu trop souvent dans sa tête n’aidaient pas.

La Panthère prenait les rênes pour leur bien à tous, qu’ils aillent se plaindre à ses griffes ou ses canines s’ils n’étaient pas content. Là, il y avait plus important. Un désir sauvage, brûlant et incontrôlable à assouvir. C’était à elle de commander même si pour cela elle profitait de leur fatigue à tous les deux. Oh elle supportait toujours avec un peu de mal l’intrusion du Jaguar sur son territoire mais mieux valait un félin qu’un vulgaire humain si facile à casser lors des débordements…Elle n’était pas sans savoir qu’un certain Shawn l’avait littéralement dans la peau depuis son passage. La Panthère était aux commandes et elle comptait bien obtenir ce qu’elle voulait de Matthew, Sachem ou pas, les félins c’était son affaire.

Arn n’était pas partie pour autant, elle était toujours là, quelque part… Probablement à visualiser la scène de son oeil choqué et courroucé par son pas en avant et par son aveuglement devant l’évidence. Elle était bien avec Matthew, malgré le mal qu’il avait fait. Elle l’avait fait baver pendant des mois en se mentant à elle même, le Jaguar était toujours là et il fallait bien admettre qu’il lui plaisait. Pourquoi se prendre la tête plus que nécessaire ? La panthère et l’humaine se livraient encore bataille, l’une comme l’autre ayant chacun leurs griefs à l’encontre du nouveau Sachem mais toutes deux devant bien admettre un jour qu’il n’avait plus fait un pas de travers. Et puis, c’était de sa faute à Elle si elle était si faible aujourd’hui… Tout le monde a besoin de galipettes de temps à autre ! Ça permet de garder les idées claires et fraîches…

Excitée par le corps du Jaguar allongé sur elle, la Panthère avait saisi qu’il se considérait comme un prédateur, qu’elle était sa chose. Et bien que cela ne soit pas désagréable de se retrouver surplombée par le métamorphe, le rôle ne lui convenait pas vraiment. Sans cesser de l’embrasser, la Namir-ra remonta doucement sa jambe le long de celle du Jaguar et la fit passer derrière son genou afin de profiter du levier. Un simple coup de bassin lui permis de renverser la vapeur et de dominer sa proie. Elle laissa échapper un bruit de gorge de contentement alors que les munins se mettaient à lui rugir dans les oreilles, réveillés par son excitation. D’une main, elle desserra la ceinture du peignoir dans lequel elle s’était blottie en sortant de sa douche, libérant son corps de cette prison de tissu. Se penchant au dessus de Matthew pour l’embrasser encore, satisfaite de sa position, ses cheveux encore humides tombèrent en cascade et vinrent goutter sur la joue et dans le cou du jaguar.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1256-arn-bullet#17401
Matthew Williams
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Lun 27 Avr - 12:27

Il avait grondé au plus profond de son être depuis qu’ils étaient entrés sur son territoire. Il se souvenait parfaitement de toutes les fois où il avait pu posséder la panthère, où il l’avait faite sienne tout comme elle l’avait faite sien. Pourtant, tout avait changé, d’un coup d’un seul, à cause de sentiments qui n’étaient pas les siens, qui étaient bien trop compliqués, bien trop inutiles. Mais, ce soir, le Jaguar tenait sa revanche. Il l’avait espéré, l’avait presque cherchée, tournant comme un lion en cage en espérant que la Nature reprendrait le dessus. C’était elle qui avait fait le premier pas, mais il avait été tellement simple de se libérer de la raison et de bondir vers l’extérieur. Affaiblie par un instinct exacerbée par la Saison, elle n’avait pu le contenir davantage et, libéré, il avait fait la seule chose qu’il aurait fallu faire depuis longtemps, reconquérir la panthère, s’unir à elle, dans un désir sauvage, primal, animal. Les sentiments humains étaient bien trop superflus pour et les animaux voyaient bien, eux, insensible aux masques superficiels de la bienséance. Ils en avaient envie, tous les deux, il était temps qu’ils s’en rendent compte. Aussi, le Jaguar avait pris les rênes, ne serait-ce que pour répondre à celle qui avait initié cette libération. Qu’elle n’aille pas croire qu’il resterait docilement là, à ne rien faire. Il était un prédateur lui aussi, et il ne comptait pas se laisser mener à la baguette. Ils seraient deux à mener cette danse, sensuelle et sauvage.

Matthew, tout comme Arn, avait été relégué à un second plan, plus réellement maître de ses faits et gestes. Il avait d’abord été surpris par la réaction de la Namir-Ra puis, l’évidence même que son instinct avait pris le dessus c’était imposée à lui, quelques instants avant qu’il ne soit lui-même submergé par le sien. Il avait tenté le diable en venant la voir ce soir, mais il avait eu besoin de lui parler. Et voilà qu’ils se retrouvaient l’un contre l’autre, leurs lèvres scellées dans un baiser fougueux… Lui en tiendrait-elle rigueur ? Ce n’était pas de sa faute, mais elle pourrait lui blâmer d’être venu, rapprochant ainsi un mâle et une femelle, en pleine Saison. Il avait pensé pouvoir se contenir, suffisamment pour parler, puis partir pour éviter un débordement, mais c’était trop tard. Pourtant… Pourtant, au fond de lui, il avait secrètement désiré cela. Pas de cette manière, bien évidemment, mais il aimait Arn, c’était une évidence depuis plusieurs mois. Il avait espéré qu’elle finisse par franchir la distance qu’il restait entre eux, qu’il avait essayé de combler depuis son erreur. Ce n’était pas elle qui l’avait faite ce soir, mais, au fond, n’était-ce pas pareil ? Se reprocherait-elle ce moment ? Il espérait que non… Toutefois, il savait qu’il était inutile de résister, le Jaguar n’était pas du genre à abandonner aussi facilement, et probablement pas aujourd’hui. Mais devait-il réellement réfuter ces évènements ? Ne devait-il pas être sincère avec lui-même ? Ce n’était pas tant la Saison que son propre désir qui s’affirmait ce soir, n’est-ce pas ?

Peu enclin à autant de réflexion, le Jaguar se contentait de saisir les lèvres de la jeune femme en la dominant de son corps. Il avait senti la jambe de la Namir-Ra remonter contre la sienne mais n’y vit la menace que trop tard, lorsqu’il bascula dos contre le sol, la Panthère au-dessus de lui. Il ne put s’empêcher de sourire pour lui-même. Il avait toujours aimé cela chez elle, lui comme Matthew. Elle gagnait cette manche, pour le moment. Mais il n’avait pas dit son dernier mot. Alors que la Métamorphe défaisait la ceinture de son peignoir avant de l’embrasser à nouveau, le Sachem sentit quelque chose, une chaleur, une présence, quelque chose qui entourait la Namir-Ra et, d’une certaine manière, finissait par l’englober lui aussi, petit à petit. Ce n’était pas désagréable, loin de là, juste… Etonnant. Était-ce les Munins ? Matthew réalisa à quel point ils étaient omniprésents pour elle. Il n’eut pas hélas loisir d’y réfléchir davantage, ses lèvres se joignant à celles de la panthère tandis que sa crinière humide englobait leurs visages. Et bien qu’elle ait décidé de garder l’avantage sur lui, le Jaguar ne voyait aucune raison de se laisser faire. Il posa ses mains sur le visage de la jeune femme, accentuant la fougue de leur baiser avant de finalement les laisser glisser sur sa peau, sur sa nuque, ses épaules, son dos, n’ayant que faire du peignoir, refusant de rompre ce contact charnel, l’attirant parfois davantage contre lui.

Ses gestes étaient impatients, avides, en quelque sorte, mais ils étaient rongés par un désir sourd, une envie qu’il n’était pas possible de satisfaire autrement. C’était un sentiment d’urgence, comme si leur vie en dépendait, et, ce soir, c’était peut-être cela oui. Mais l’avoir contre elle ainsi, l’embrasser, ce n’était plus suffisant, plus maintenant. Le Jaguar profita du fait que la panthère était installée à genoux au-dessus de lui pour se redresser en position assise dans un léger grognement tout en la maintenant contre lui. Il ne quitta ses lèvres que pour se débarrasser brutalement de son haut qu’il envoya valser sans savoir où il atterrirait avant de croiser le regard de la Métamorphe durant de trop courts instants qui parurent presque une éternité. Il passa une main dans ses cheveux, dégageant sa nuque de sa crinière humide et y posa des lèvres gourmandes tandis que de son autre main, il flattait la chute de reins de sa proie. Une proie qu’il dévorait, en un certain sens, avec délectation, laissant ses lèvres glisser sur sa peau sans réelle retenue.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
Arn Bullet
Namir-ra
avatar

Namir-ra


Identification
Emploi: Véto, Namir-ra, gérante Stray Meta
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
17/30  (17/30)

MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Mar 4 Aoû - 16:30

La lumière, qui filtrait entre les branches des arbres, inondait le salon de la Namir-ra quand elle ouvrit les yeux. Le soleil, qui devait déjà être haut dans le ciel, réchauffait son corps allongé à même le sol frais de la pièce. Les sens encore un peu engourdis par le sommeil, Arn mit un moment à replacer les événements dans leur contexte. Elle paniqua l’espace d’un instant lorsqu’elle se souvint de la nuit qu’elle venait de passer avec Matthew, le jaguar promu Sachem, dont la main était posée sur la cuisse de la panthère. Ses inquiétudes s’envolèrent bien vite car en ce qui la concernait, la Panthère, avait décidé de ne plus se prendre la tête. D’autant qu’il fallait avouer que les souvenirs qu’elle avait de cette nuit étaient plutôt intéressants.

Se redressant sur un coude, le sourire qu’elle tentait de réprimer se crispa quelque peu. La saison des amours leur avait fait faire bien des folies cette nuit là et Arn se découvrait quelques douleurs dans des muscles qui ne s’étaient pas rappelé à son bon souvenir depuis un moment. Elle balaya, d’un œil encore fatigué, la pièce où des vêtements gisaient ça et là dans un chaos qui trahissait leur impatience de se retrouver. Certains fauteuils et la table basse avaient été repoussés sans ménagement au cours de leurs ébats. Les deux félins n’y étaient pas allés de main morte.

Encore endormi, Arn se doutait que Matthew ne tarderait pas à ouvrir un œil à présent que les rayons du soleil étaient sur son visage. La panthère était encore fatiguée, la nuit n’avait commencé qu’au petit matin pour la Namir-ra, mais elle savait qu’elle ne parviendrait pas à se rendormir pour le moment. Car si de son côté, elle était quasiment certaine d’assumer ce qu’il s’était passé et de ne pas le regretter, la panthère ne savait pas où en était Matthew. Lui en voudrait-il de n’avoir pas réussi à se contrôler et d’avoir tout fait dérailler ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1256-arn-bullet#17401
Matthew Williams
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Mer 23 Sep - 12:13

La nuit fut longue, peut-être un peu trop, mais le temps ne compte pas dans ce genre d’instants, trop sauvages pour être maitrisés, trop libérateurs pour être enfermés. Essoufflés, couchés l’un contre l’autre, Matthew s’était endormi sur le sol du salon légèrement dévastés par le désir de deux félins. Son sommeil profond et sans rêve ne fut interrompu que quelques heures plus tard. La chaleur des rayons du soleil avait déjà commencé à réveiller son corps mais ce fut un léger mouvement qui acheva de le ramener à la réalité. Instinctivement, il passa une main – sa main libre – sur son visage, se frottant un œil, et se cachant ainsi une grande partie des rayons lumineux qui l’aveuglaient, même au travers des paupières. Il ouvrit difficilement l’autre œil, dans un léger grognement avant de surprendre Arn, légèrement redressée au-dessus de lui, nue, qui, visiblement, s’était réveillée un peu plus tôt. Puis, soudainement, il sentit à nouveau son corps, et, principalement, toutes les légères douleurs qui le parcouraient de long en large, ainsi que quelques tiraillements sur sa peau dont il se rappelait très bien l’origine : la panthère avait des griffes, mais ce n’était pas désagréable. Ainsi, il portait toujours des marques d’appartenance à la Namir-Ra. Il grimaça légèrement avant que ses lèvres ne s’étirent dans un léger sourire. « Bonjour, toi. » Sa voix était encore un peu endormie, embrumée par le manque de sommeil causé par leur nuit fougueuse. Il s’en souvenait presque dans tous les détails et un simple regard autour de lui suffisait à lui rappeler qu’ils n’y étaient pas allés avec le dos de la cuillère, laissant parler avant tout leurs instincts, leurs désirs et leurs besoins. Ce n’était plus vraiment un salon, mais un petit champ de bataille, dont ils étaient probablement sortis vainqueurs et comblés, en tout cas, c’était le cas pour le Sachem.

Sa main, qui était encore posée sur la cuisse de la jeune femme, vint glisser dans la longue crinière de la vétérinaire tandis qu’il l’observait silencieusement. Il ne savait pas vraiment quoi dire, ou plutôt, comment le dire, probablement parce qu’il avait surtout peur de dire une bêtise. Il ne regrettait rien de ce qu’il s’était passé ici quelques heures plus tôt. Il était venu avec de véritables inquiétudes après sa nomination de Sachem, oubliant les effets de la Saison, ou plutôt, s’imaginant qu’il serait possible de lutter contre eux. Cependant, quelque chose lui disait que cela avait été une bonne chose, que, au-delà de leurs parts humaines, les instincts avaient parlés et dit, tout haut, la seule chose qu’il était nécessaire de dire, ils avaient envie l’un de l’autre. Il se trompait peut-être, et Arn regrettait peut-être de s’être abandonnée ainsi, mais, avec un peu de chance, si elle était encore là, contre lui, c’était qu’elle pensait probablement ne pas à avoir de regrets non plus. Le Jaguar retira sa main des cheveux de la jeune femme et la posa sur la sienne, qui était posée au sol, sans quitter son regard des yeux. Il se décida finalement à briser le silence, en espérant ne pas dire de bêtise, mais il valait peut-être mieux s’assurer qu’ils étaient sur la même longueur d’onde. « J’ai comme l’impression que les choses ont un peu… dérapées. » Il esquissa un sourire en désignant les alentours. « Mais… Je crois que c’est ce qu’il nous fallait, à tous les deux. » Il reposa son regard sur la Métamorphe, glissant ses doigts entre les siens. « Je ne sais pas pour toi, mais moi, j’ai envie de continuer d’avancer, à tes côtés. » Et c’était vrai, il le savait depuis longtemps et cette nuit n’avait fait que confirmer ce fait.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
Arn Bullet
Namir-ra
avatar

Namir-ra


Identification
Emploi: Véto, Namir-ra, gérante Stray Meta
Age apparent: 24 ans
Dangerosité:
17/30  (17/30)

MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Jeu 8 Sep - 8:42

Elle répondit à son salut et lui sourit doucement. Arn ressentait la gêne et les hésitations du Sachem, mais elle espérait au fond d’elle que des regrets ou de la rancoeur à son égard ne les accompagnaient pas. Elle pouvait admettre avoir un peu perdu les pédales mais elle n’accepterait pas de reproches à ce sujet pour la simple et bonne raison qu’elle n’était pas la seule à avoir craqué. Arn était déjà prête à riposter, parée pour une dispute matinale si le jaguar la cherchait, mais elle s’adoucit bien vite en voyant que Matthew ne semblait pas fâché par la tournure des événements. Au moins, le doute n’était plus permis sur l’effet qu’il faisait à la panthère. Elle garda tout de même, dans un coin de sa tête, l’idée de parvenir à sonner le rassemblement général à une autre période de l’année la prochaine fois qu’il leur faudrait choisir un Sachem… Enfin… Si la situation se représentait à nouveau, ce qu’elle n’espérait pas trop.

Elle n’appréciait pas trop que Matthew présume de ce dont elle avait besoin à sa place mais devait bien admettre qu’elle était d’accord avec lui sur ce point. Elle se sentait d’une humeur beaucoup plus légère ce matin là et Matthew n’y était pas pour rien. “Je suis d’accord, les Munins nous ont bien aidé sur ce coup là.” Elle observa ses doigts entrelacés avec ceux de Matthew et sourit, il lui fallait bien admettre que c’était beaucoup mieux sans rancoeur et sans la distance qu’elle s’attachait à maintenir. La Namir-ra ne savait toujours pas à quoi s’attendre si ce n’est que tout n’irait pas mieux du jour au lendemain, mais elle avait envie d’essayer encore une fois. “Moi aussi, j’en ai envie..” répondit-elle avant que Matthew puisse s’inquiéter de son silence.

Un peu embarrassée par cette déclaration, comme toujours lorsque la conversation s’orientait vers des déclarations sentimentales, la panthère s’agita et chercha sa robe de chambre parmi les tas de vêtements abandonnés. Elle l’a trouva coincée sous un fauteuil et l’enfila avant de demander à Matthew s’il voulait quelque chose pour le petit déjeuner en se dirigeant vers la cuisine.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1256-arn-bullet#17401
Matthew Williams
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Mar 13 Sep - 14:06


Le réveil était quelque peu difficile. Physiquement ET mentalement. Le corps plus ou moins meurtri par les ébats de la veille, Matthew essayait d’émerger durablement de son sommeil, l’esprit encore un peu embrumé par la prise de contrôle du Jaguar à peine quelques heures plus tôt. Retrouver Arn en face de lui, lui fit cependant le plus grand bien, parce qu’il savait qu’il avait besoin d’elle, sur le plan Métamorphe à cause de la décision récente des Munins, mais sur le plan personnel aussi, parce qu’après le débordement de la veille, sa présence auprès de lui signifiait qu’elle ne regrettait pas ce qui venait de se passer. Prenant quelques temps pour l’observer, à la lueur des rayons du soleil, il esquissa un sourire léger, presque timide. Rompre le silence fut presque difficile mais il fallait le faire, mettre des mots sur ce qu’il venait de se passer, sur ce qui allait se passer, désormais. Son entrée en matière était un peu… maladroite, mais elle eut le mérite de lancer la discussion. De manière générale, le Métamorphe n’avait jamais été exceptionnellement doué pour les relations sociales, mais s’il y en avait bien une qu’il ne voulait plus gâcher, c’était bien celle-ci. Alors, quand la Panthère fit remarquer que les Munins les avaient bien aidés, il dut admettre qu’elle avait bien raison. Il se souvenait encore de leur étreinte, en quelque sorte, et c’était peut-être eux, aussi, qui avaient poussé les deux animaux à se retrouver, en dépit de ce que les humains pouvaient penser, les affranchir de leurs doutes pour ne laisser que les instincts fusionner avec leurs envies respectives. Les doigts dans ceux de la Namir-Ra, Matthew aurait pu rester ainsi très longuement, à juste profiter de sa présence, mais, il le savait, ce n’était pas quelque chose avec laquelle elle était familière et habituée.

Son précédent aveu l’avait énormément soulagé, annonçant, pour la première fois depuis de longs mois, un possible renouveau de leur relation. Sans chercher à la retenir, il la laissa s’éloigner, se contentant de l’observer avec un léger sourire. Alors qu’elle se rhabillait de sa robe de chambre, Matthew fouilla la pièce du regard, essayant de retrouver quelques-uns de ses vêtements à son tour. « Je veux bien un café, s’il te plait. » La boisson chaude était principalement pour achever de se réveiller, mais également pour se remettre les idées au clair. Tandis qu’Arn s’était éclipsée dans la cuisine, il récupéra son boxer, et son jean qu’il enfila rapidement avant de rejoindre la vétérinaire, après avoir abandonné l’idée de retrouver son haut pour le moment. « Tu as besoin d’un coup de main ? » En toute honnêteté, il en doutait sincèrement compte-tenu de sa maladresse légendaire, mais cela ne coûtait rien de la lui proposer tout de même, simplement parce qu’il souhaitait continuer cette matinée sur une mécanique de partage, afin de garder cette nouvelle connexion qui existait désormais entre eux deux. Passant une main dans ses cheveux, il jeta un œil par la fenêtre. La journée promettait d’être belle. « Tu serais partante pour une petite balade dans la Réserve ? A moins que tu n’aies du travail ? » Passer la journée avec elle aurait peut-être été une bonne idée, mais s’il y avait bien une chose qu’il ne voulait pas, c’était s’imposer à elle. Il avait envie d’être avec elle en cet instant, mais elle, tout comme lui, avait besoin de son indépendance, et il respectait cela. Ils restaient des grands félins malgré tout.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
 

Seras-tu là ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE IV : Autours de la ville ¤ :: ║En périphérie║ :: La réserve :: Maison d'Arn Bullet-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit